Navigation – Plan du site
2013

Justine Berlière, Policer Paris au siècle des Lumières : Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Paris, École nationale des Chartes, 2012, 414 p.
Sophie Abdela
Référence(s) :

Justine Berlière, Policer Paris au siècle des Lumières : Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, École nationale des Chartes, 2012, 414 p.

Texte intégral

1Qui sont les commissaires de police et que font-ils ? Voilà les questions centrales auxquelles s’attaque Justine Berlière dans Policer Paris au siècle des Lumières. Pour y parvenir, elle a ciblé un quartier de Paris, le Louvre, une des plaques tournantes de la cité, à l’intérieur duquel se sont succédés quatre commissaires entre 1751 et 1791 : Pierre Chénon et son fils, Marie-Jospeh Chénon, Hubert Mutel et Louis Cadot. C’est à partir de ces quatre individus qu’elle tente de dresser un tableau d’ensemble en faisant ressortir les points communs qui unissent ces hommes dans leur fonction et ceux qui les distinguent les uns des autres. La majeure partie de son analyse est donc basée, sans surprise, sur la fameuse série Y des Archives nationales que tant d’historiens ont explorée pour faire de l’histoire sociale, culturelle, urbaine, ou encore celle de la criminalité. C’est précisément là le premier apport de cet ouvrage : les papiers des commissaires ne servent plus, sous la plume de Berlière, de simples intermédiaires vers l’étude d’objets divers. Au contraire, l’auteure vient combler une lacune majeure de l’historiographie de la police en utilisant ces riches documents pour en mieux connaître les auteurs, leurs tâches quotidiennes et leurs réseaux de sociabilité.

2Berlière commence par mettre au jour les différents parcours qui ont mené ces quatre personnages vers le poste de commissaire. Elle retrace les stratégies familiales et les réseaux de sociabilité entretenus par les commissaires du Louvre, ainsi que leurs différents parcours professionnels. D’entrée de jeu, les motivations, les visées et les itinéraires divergent de sorte que plusieurs modèles émergent. Les Chénon, par exemple, entretenant un large réseau dans le monde judiciaire, semblent choisir le métier de commissaire par véritable conviction, alors que Louis Cadot envisage plutôt son poste comme un simple intermédiaire vers l’accomplissement de ses ambitions nobiliaires. Ainsi, même s’ils reçoivent tous une formation semblable fondée sur des études en droit et un apprentissage sur le terrain, leurs réseaux et leurs ambitions impriment une trace toute particulière sur leur parcours professionnel.

3Ce qui intéresse surtout Berlière, ce sont les tâches quotidiennes du commissaire, leur mise en œuvre et la manière qu’ont les Parisiens de les percevoir. Le lecteur est d’abord frappé par la très grande diversité des fonctions du commissaire qui s’étendent de la gestion de la boue aux interrogatoires de criminels. Or, c’est précisément cette ubiquité inhérente au métier qui donne aux Parisiens une image double de leur commissaire : figure paternelle et familière, il représente également une autorité répressive. Berlière insiste sur la personnalité particulière de chaque commissaire : celle-ci aurait une influence immense sur la perception que s’en font les habitants du quartier (et de la ville au sens large) et sur l’utilisation qu’ils font des services offerts par leurs commissaires. C’est d’abord l’attitude de Chénon père, pleine de charisme et de proximité, ainsi que sa bonne réputation qui lui attirent une clientèle nombreuse et diversifiée. Face à la thèse « d’embourgeoisement » des commissaires de David Garrioch, Berlière répond donc qu’à la veille de la Révolution, les agents pouvaient s’enrichir sans que s’opère un éloignement automatique de la population : la personnalité du commissaire a beaucoup plus d’influence sur son insertion dans le tissu social du quartier que sa situation financière. Ainsi, ce n’est pas autant les tâches qui lui étaient allouées qui ont déterminé la perception que le peuple parisien a eu de ses commissaires, mais bien les différentes façons qu’ont eu ces derniers de les mettre en œuvre. Était-ce la crainte ou le respect qu’incarne le commissaire? Justine Berlière nous dit qu’il en va souvent du commissaire lui-même et de sa façon de concevoir ses fonctions et ses devoirs.

4Le commissaire doit aussi être compris comme un rouage partagé entre deux énormes machines : la justice et la police, elles-mêmes interreliées. À ce titre, il s’insère dans le système judicaire dont il est une pièce clé, même si ses relations directes avec les acteurs de la justice sont souvent réduites. Inversement, il crée des liens, parfois étroits, avec les autres agents du système policier. En effet, l’efficacité de la machine policière repose sur la capacité des commissaires à collaborer avec les autres acteurs du domaine : les collègues bien sûr, mais également les inspecteurs, la Garde, le Guet et les infinies ramifications d’informateurs informels. L’analyse de Berlière démontre que cette collaboration ne se fait pas sans heurt : certaines inimitiés apparaissent clairement, que ce soit à l’intérieur même du corps des commissaires ou avec ses multiples associés. Le tableau que peint l’auteure n’est toutefois pas complètement sombre et surgissent parfois les traces d’un véritable travail d’équipe, voire d’amitiées réelles et sincères.

5Malgré un ton parfois trop descriptif et des prises de position qui auraient gagné à être plus tranchées et assurées, les apports d’un ouvrage tel que celui que nous présente ici Justine Berlière sont multiples et importants. Il éclaircit enfin la place qu’occupe la figure centrale mais négligée par les historiens que fut celle du commissaire. L’approche employée met aussi en lumière la toile des sociabilités qu’entretenaient ces agents de l’ordre social. Le commissaire, de par sa position clé dans la machine judiciaire, est en quelque sorte un carrefour : il est lié aux acteurs de la justice, au lieutenant général de police, à ses confrères, à d’autres corps de police avec lesquels il entretient des relations d’interdépendance, à un réseau très fin et bigarré d’informateurs et, finalement, à la population de son quartier et même au-delà. C’est la manière qu’a un commissaire de tisser, de soigner et de préserver ces liens qui définit avant tout sa pratique. En leur apposant un visage, Berlière nous montre donc différents types de commissaires. Surtout, elle expose une profession qui, bien loin d’être statique, est traversée par d’innombrables dynamiques et tensions, à l’image de la société parisienne dans laquelle elle évolue. Assurément, le travail de Justine Berlière est voué à devenir un incontournable dans l’historiographie des polices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Abdela, « Justine Berlière, Policer Paris au siècle des Lumières : Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2013, mis en ligne le 19 septembre 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2479

Haut de page

Auteur

Sophie Abdela

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page