Navigation – Plan du site
2013

Antonella Mascali (dir.), Les derniers mots de Falcone et Borsellino

Clamecy, La Contre Allée, 2013, 192 p.
Charlotte Moge
Référence(s) :

Antonella Mascali (dir.), Les derniers mots de Falcone et Borsellino, Clamecy, La Contre Allée, 2013.

Texte intégral

  • 1 La quasi totalité des textes choisis, qui datent tous du milieu des années quatre-vingt au début de (...)

1Publié en Italie à l’occasion du vingtième anniversaire des assassinats de Giovanni Falcone, sa femme Francesca, Paolo Borsellino et leurs escortes (les 23 mai et 19 juillet 1992), ce livre d’Antonella Mascali (journaliste) est une sélection d’extraits d’interviews, de discours ou d’écrits des deux magistrats tués par la mafia. La journaliste, proche de l’association antimafia Libera, a choisi des textes1 qui font apparaître en toile de fond une représentation classique des deux juges : leur personnalité, leur profonde humanité, leur grand professionnalisme et la force de leur engagement. L’originalité du recueil réside dans le choix de textes qui mettent en avant l’environnement hostile dans lequel les magistrats ont exercé. Cette sélection n’est donc pas neutre : elle est guidée par le désir de nuancer l’image consensuelle qu’ont les magistrats dans la narration officielle qui s’établit au fil des commémorations. Le livre met en évidence le paradoxe existant entre l’abnégation de ces magistrats qui se définissaient comme des « serviteurs de l’État » et le sentiment que l’État les a abandonnés à leur propre sort. Cette ambivalence révèle leur engagement hors du commun et met à mal la crédibilité de l’État italien dans la lutte contre la mafia.

2Comme elle le revendique dans l’avant-propos, Antonella Mascali a voulu insister sur la solitude professionnelle des juges et l’hostilité qu’ils ont rencontrée à plusieurs reprises au cours de leur carrière. Cet ouvrage vise également à transmettre les valeurs positives de la lutte contre la mafia comme la « culture de la légalité », qui guide aujourd’hui les initiatives des associations antimafia.

  • 2 Ancien collaborateur de Falcone et Borsellino puis procureur général à la cour d’appel de Caltaniss (...)
  • 3 Le 19 juillet 2012, lors de la commémoration du vingtième anniversaire de la mort du juge Borsellin (...)
  • 4 Préface, p. 17.
  • 5 Le magistrat se livre même à une relecture de l’histoire nationale à travers ce filtre interprétati (...)

3La rédaction de la préface a été confiée à Roberto Scarpinato2. Tout d’abord, le magistrat exprime le malaise ressenti lors des commémorations3 : « La rhétorique de l’État […] exige que le discours public soit épuré de toute référence inconvenante aux événements tourmentés qui marquèrent la vie de Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, préparant lentement leur mort4. » Roberto Scarpinato dénonce la narration simpliste et manichéenne véhiculée depuis 1992, qui limite la lutte contre la mafia à un combat des bons – les victimes assassinées – contre les méchants, incarnés dans l’imaginaire collectif exclusivement par les chefs mafieux bien connus, Totò Riina et Bernardo Provenzano. Cette vision réductrice ne permet certes pas de saisir tous les enjeux de la période, mais la prose accusatrice du magistrat laisse émerger une clé de lecture qu’il convient de questionner. Les multiples dépistages de l’enquête sur la mort de Borsellino, la disparition de son agenda rouge, les révélations sur les négociations entre l’État et la mafia en cours entre les assassinats des deux juges et la présence sous-jacente des services secrets viennent alimenter la théorie du complot qui, à travers une approche téléologique, semble être la nouvelle grille de lecture des événements. Selon Scarpinato, la mafia ne serait donc qu’un instrument du pouvoir qui aurait ainsi commandité les assassinats de Falcone et Borsellino5. Cette préface, clairement militante, constitue cependant un matériel précieux l’analyse scientifique, en particulier pour les historiens des représentations et du fait criminel.

  • 6 Par exemple, le sous-titre « Ne nous laissez pas seuls » (p. 71) qui précède les extraits de Cosa N (...)

4L’ouvrage est ensuite divisé en trois parties, avec très peu de paratexte. La volonté d’Antonella Mascali est de restituer la parole de Falcone et Borsellino au lecteur mais, pour un public non initié, il peut manquer quelques précisions de contexte. La première partie est composée de quatre textes choisis pour incarner « les derniers mots » de Falcone et Borsellino. De nombreux d’extraits de Cosa Nostra (1991) sont mis bout à bout, regroupés à l’aide de sous-titres qui orientent la lecture, surinterprétant parfois le texte original6. Le portrait professionnel de Falcone, qui révèle sa ténacité et la force de son engagement, est ensuite complété par la publication presque intégrale d’une lettre envoyée au Conseil supérieur de la magistrature en 1988, dans laquelle il dénonce la stratégie de délégitimation qui est en acte contre lui. Pour Paolo Borsellino, Antonella Mascali a choisi deux documents à visée pédagogique. Il s’agit de la transcription d’un discours – fait devant une classe en 1989 – portant sur la mafia et sur la « culture de la légalité ». Il y explique la force de la mafia en analysant les raisons du manque de crédibilité de l’État en Sicile. Enfin, le dernier texte est une lettre à une enseignante que le juge Borsellino a rédigée le matin même de sa mort. Cette lettre, comme l’ouvrage Cosa Nostra pour Falcone, est considérée comme son testament spirituel puisqu’il y explique longuement les raisons de son engagement.

5La deuxième partie du livre est consacrée à Giovanni Falcone. Plusieurs textes, de différentes natures, nous livrent l’analyse du juge Falcone sur l’inflexion de sa carrière à la fin des années quatre-vingt, sur la mafia et la lutte contre la mafia ainsi que sur l’engagement de l’État, d’un point de vue répressif et législatif. Certains documents peuvent donc être une source intéressante pour les juristes et en particulier pour les historiens du droit. Enfin, les extraits du journal privé de Falcone servent à renforcer l’image d’un juge seul, brimé par sa hiérarchie, déjà véhiculée dans la préface.

  • 7 Le pool antimafia est l’équipe de magistrats, dont faisaient partie Falcone et Borsellino, qui a me (...)

6La troisième partie, dédiée à Paolo Borsellino, s’ouvre sur deux interviews données pour dénoncer le démantèlement du pool antimafia en 19887, malgré le succès du maxi-procès fin 1987. Cette période des années 1988-1990 est appelée la « Saison des poisons » car Falcone est attaqué de toute part, et en particulier par ses pairs. Ces épisodes sont également au cœur du discours que Borsellino prononce un mois après la mort de Falcone et où il lance un appel – en vain – à la magistrature pour être entendu en tant que témoin, afin de pouvoir livrer les informations en sa possession. Cette dimension de son intervention, alliée à un discours de commémoration de Falcone où il définit son engagement comme un acte d’amour, ainsi que les autres documents centrés sur l’activité de Borsellino avant sa mort, nous livrent le portrait d’un homme engagé, conscient du risque encouru et presque résigné à cette issue fatale.

7Ce livre a donc le grand mérite de rendre accessible au public français la parole d’acteurs de premier plan de la lutte contre la mafia tels que Falcone et Borsellino, fournissant ainsi des documents précieux pour la recherche pluridisciplinaire sur l’Italie républicaine et la criminalité, dans le prolongement du renouveau historiographique sur l’histoire du Mezzogiorno. On peut cependant regretter le choix du titre de l’ouvrage – équivoque et un peu trop commercial – qui élude le processus de sélection opéré par l’auteure sur des textes parfois bien antérieurs à la mort des magistrats, ce qui biaise quelque peu la lecture et confère une valeur prophétique à leur parole.

Haut de page

Notes

1 La quasi totalité des textes choisis, qui datent tous du milieu des années quatre-vingt au début des années quatre-vingt-dix, ont déjà été publiés dans des recueils : Giovanni Falcone, La posta in gioco, Milan, BUR, 2010 ; Paolo Borsellino, Oltre il muro dell’omertà, Milan, BUR, 2011. De nombreux extraits sont également tirés du livre-entretien avec le juge Falcone rédigé par Marcelle Padovani, Cose di Cosa nostra, publié en 1991 et récemment retraduit en français (Cosa Nostra, Clamecy, La Contre Allée, 2012).

2 Ancien collaborateur de Falcone et Borsellino puis procureur général à la cour d’appel de Caltanissetta – où il a mené les enquêtes sur les assassinats des deux juges –, il est aujourd’hui procureur général à la cour d’appel de Palerme.

3 Le 19 juillet 2012, lors de la commémoration du vingtième anniversaire de la mort du juge Borsellino, Scarpinato avait lu une lettre ouverte dans laquelle il dénonçait – en reprenant les mots de Borsellino – la présence de personnages politiques dont la vie sentait « la puanteur du compromis moral ». Ces propos avaient déclenché une forte polémique dans les médias.

4 Préface, p. 17.

5 Le magistrat se livre même à une relecture de l’histoire nationale à travers ce filtre interprétatif dans son livre, écrit avec le journaliste Saverio Lodato, Le Retour du Prince, Clamecy, La Contre Allée, 2012. Cette théorie de la mafia comme bras armé du pouvoir politique est pourtant réfutée par Falcone (in Cosa Nostra, Clamecy, La Contre Allée, 2012, p. 156).

6 Par exemple, le sous-titre « Ne nous laissez pas seuls » (p. 71) qui précède les extraits de Cosa Nostra (comme la traductrice le précise en note) laisse entendre que ce sont les mots du juge Falcone. Or, il ne s’est jamais livré à ce genre d’appel et il s’agit là de l’interprétation de l’auteure. En revanche, le sous-titre suivant « Ignobles calomnies » (p. 80) est bien tiré de la lettre qu’il introduit.

7 Le pool antimafia est l’équipe de magistrats, dont faisaient partie Falcone et Borsellino, qui a mené l’instruction débouchant sur le maxi-procès (1986-1987). Quelques 474 mafieux accusés et des centaines d’entre eux sont condamnés à l’issue du procès, il s’agit du premier succès de l’État contre la mafia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Moge, « Antonella Mascali (dir.), Les derniers mots de Falcone et Borsellino », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2490

Haut de page

Auteur

Charlotte Moge

Doctorante en histoire contemporaine (UPMF-Grenoble II).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page