Navigation – Plan du site

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements : le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle)

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, 379 p.
Pierre Prétou
Référence(s) :

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements : le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, 379 p.

Notes de l’auteur

Liste des auteurs, description de l’ouvrage et des recherches engagées sur : http://enfermements.fr

Texte intégral

1Sous un titre clair et une forme soignée, les actes d’un colloque international organisé en 2009 par le CERHiC de l’Université de Reims Champagne-Ardenne – en partenariat avec l’association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux – explorent une triple association lexicale stimulante : l’influence de la clôture monastique sur l’histoire de la peine privative de liberté, toutes deux reliées par la notion d’enfermement. Il est à noter que cette démarche s’inscrivait sur un objet de patrimoine particulièrement fort : Clairvaux. Lieu de toutes les réversibilités, abbaye au Moyen Âge et Centrale à l’époque contemporaine, Clairvaux est l’exemple-type de la reconversion du patrimoine monastique en places carcérales à l’issue de la sécularisation des biens du clergé. C’est également là, en 1971, que Roger Bontems et Claude Buffet firent la sanglante prise d’otages qui devait renverser une nouvelle fois les logiques du lieu. Conséquence terrible, Bontems – « l’homme qui n’avait pas tué » – fut exécuté à l’issue d’un procès retentissant qui nia l’existence même de la rédemption, pour des faits commis là où toute notre histoire carcérale avait pourtant écrit le contraire. L’on nous pardonnera ici cette remarque partisane, peu en phase avec le livre ici recensé : ce n’est bien entendu pas le sujet de l’ouvrage, car Enfermements : le cloître et la prison interroge en réalité le Moyen Âge et l’époque moderne. Dans une interaction vertueuse avec ce patrimoine qui nous semble emblématique de toutes les réversibilités, le livre investit l’historicité de ce qui est considéré par l’historiographie comme une origine des discours et des politiques pénitentiaires : le croisement de la rédemption selon l’humanisme dévot et de la réhabilitation selon les Lumières, débouchant sur une pensée moderne de l’enfermement qui fit de l’architecture monastique une matière privilégiée pour la mise en œuvre de la peine privative de liberté sous la Révolution et l’Empire. De la cellule, à la prison, il était donc un chemin historique que l’on pensait connu, mais que cet ouvrage bouleverse dans sa chronologie, désormais arrimée au Moyen Âge. Clairvaux a donc ici inspiré un renversement de plus, qui plus est remarquable.

  • 1 Bertrand-Dagenbach (Cécile), Chauvot (Alain), Matter (Michel) et Salamito (Jean-Marie) (dir.), Carc (...)

2Le paradoxe demeurait jusqu’ici mal évalué scientifiquement : au Moyen Âge, quand on entre dans une cellule, c’est précisément pour s’en évader, par élévation spirituelle tout au moins. Pourtant, ce même Moyen Âge supposé n’avoir pas fait un grand usage de la peine privative de liberté, fit naître un discours et une expérimentation de la prison comme peine, et non plus comme seul moyen de détention préventive. Quel rôle les réalités rangées sous le terme claustrum ont-elles joué dans ce processus ? La réclusion spirituelle présente un caractère cellulaire ; la prison possède une dimension pénitentielle ; l’exclusion vise la réintégration : les arguments de la doctrine chrétienne se multiplient pour associer isolement et claustration monastiques, lesquels contribuent en effet à l’émergence d’une peine d’enfermement sur la longue durée. La rémanence de cette doctrine chrétienne dans l’appréhension du phénomène méritait donc que l’on clarifie ces riches interactions. Les historiens de l’Antiquité avaient ouvert la voie en livrant de fécondes recherches autour du mot carcer1. Le Moyen Âge et l’époque moderne doivent-ils désormais y ajouter claustrum ? L’ouvrage le confirme pleinement. Il est vrai que l’Au-delà pénitentiel, la réclusion de Satan, ainsi que la purge des âmes dans les lieux purgatoires établissaient quantité d’analogies stimulantes nous invitant à relier ces deux histoires d’apparence distincte. Quantité d’exemples d’incarcérations avancés par les auteurs matérialisent et valident sans faille cette approche. Ajoutons que l’aveu obtenu par incarcération – réputé facilité par la mise au secret – entre pleinement dans le processus, bien que mutilant l’être social du détenu, il fonde aussi des vérités que l’enquête intègre sans hésiter au XIIIe siècle. A chair captive, esprit libéré ou aliéné ? La lecture de l’ouvrage révèle rapidement que les prisons médiévales et modernes, pourtant bien plus fluides que nos contemporains ne les imaginent, sont néanmoins sous tension mentale : image réversible des pouvoirs, ces murs étaient emblématiques de la haute justice, mais ils fournissaient également des images inversées puisées dans le discours de la tyrannie et de la coercition insupportable.

  • 2 Geltner (Guy), The Medieval Prison: A Social History, Princeton, Princeton University Press, 1 juil (...)
  • 3 Nous pensons ici au stimulant ouvrage : Dikötter (Frank), Crime, Punishment and the Prison in Moder (...)

3Les directrices de la publication, appuyées sur la qualité des travaux rassemblés, établissent le xiiie siècle – un temps de projection de l’idéal monastique dans le monde séculier – comme un siècle charnière qui étendit les discours monastiques à la matière pénale. Guy Geltner avait ouvert la voie en dégageant cette piste2. Exit le modèle philadelphien sur lequel on a sans doute trop érigé de discours sur l’origine. Ce faisant, l’objet est ancré sur un temps long qui se démarque nettement de la modernité qui lui avait été supposée, en particulier par Michel Foucault, Erving Goffman et Jacques-Guy Petit. L’on pense alors à l’opposition qui sépare souvent le discours charitable et l’intention de contrôle. Or ce livre démontre que l’on peut penser sans intention, ni téléologie excessive. Ce n’est pas là son seul mérite car nous suivrons ici sans peine les présupposés méthodologiques des trois directrices : en histoire, les frontières sont plus faites pour être franchies que pour isoler, tandis que les limites fondent des interactions plutôt que des séparations. Oui, l’on ne peut que constater la centralité du discours carcéral médiéval et moderne. Oui encore, le cloître et la prison dialoguent étroitement. Oui enfin, l’isolement cellulaire individuel interagit avec l’humanité dont il est extrait. S’il reste encore à bien arrimer l’ensemble de ces réflexions au système pénal considéré dans son ensemble, ainsi qu’à l’infinité de situations découvertes dans la pratique au sein du petit maillage des prisons médiévales et modernes ; toutefois, à notre sens, l’ouvrage produit ici une percée décisive. Cloître et prison ne sont pas une même réalité historique, mais un discours commun les forge de concert. Le moteur de cette interaction, qui semble être le repentir chrétien – troublé par les discours de protection de la société – mérite désormais une attention scientifique soutenue et une chronologie articulée sur le XIIIe siècle. Sans doute l’histoire comparée pourrait-elle apporter un éclairage susceptible d’affiner notre compréhension des cadrages doctrinaux chrétiens. Nous pensons ici à l’histoire de la prison en Asie du Sud-est, et en particulier à sa mutation spectaculaire au XIXe siècle. L’écart géographique et chronologique est grand mais la sémantique que peut avoir l’existence de prisonniers de substitution, tels qu’observés en Chine moderne, nous semble en capacité de questionner lourdement la matière mentale carcérale occidentale dégagée par cet ouvrage3. De même, de beaux prolongements sont désormais à attendre sur l’histoire de la purge qu’est supposée produire la mise au travail des détenus. Assurément, de retour dans le Clairvaux médiéval, l’histoire de la prison occidentale vient de connaître une nouvelle avancée : nous recommandons très fortement cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Bertrand-Dagenbach (Cécile), Chauvot (Alain), Matter (Michel) et Salamito (Jean-Marie) (dir.), Carcer : prison et privation de liberté dans l'antiquité, Paris, Éditions de Boccard, 1999 ; Bertrand-Dagenbach (Cécile), Chauvot (Alain) et Salamito (Jean-Marie) (dir.), Carcer II : prison et privation de liberté dans l'antiquité, Paris, Éditions de Boccard, 2004.

2 Geltner (Guy), The Medieval Prison: A Social History, Princeton, Princeton University Press, 1 juillet 2008.

3 Nous pensons ici au stimulant ouvrage : Dikötter (Frank), Crime, Punishment and the Prison in Modern China, Hong Kong University Press, 2002, 441 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prétou, « Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements : le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle) », Criminocorpus [En ligne], 2013, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2513

Haut de page

Auteur

Pierre Prétou

Pierre Prétou est agrégé d’histoire, certifié en sciences criminelles et maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de La Rochelle. Spécialisé en histoire de la justice médiévale dans les espaces atlantiques, il a enquêté sur les régulations judiciaires observables dans l’administration de la justice comme sur la mise en œuvre des médiations pénales. Auteur d’une thèse observant la genèse des encadrements normatifs dans le sud-ouest du royaume de France, il poursuit désormais des travaux sur les tyrannies d’exercice à la fin du Moyen Âge. Pierre Prétou est rédacteur en chef de la revue Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page