Navigation – Plan du site
Répressions politiques en situation de guerre

La prison politique entre 1940 et 1944 : de la double peine aux camps nazis

Corinne Jaladieu

Texte intégral

  • 1 Pédron (Pierre), La prison sous Vichy, Paris, Éditions ouvrières, 1993.

1La volonté de l’occupant de laisser à l’État français la maîtrise d’œuvre des mesures répressives tout en la contrôlant rencontre l’obsession française d’affirmer au maximum sa souveraineté. Les circonstances et les politiques volontaristes de l’État français et de l’occupant se mêlent pour engendrer une évolution du fonctionnement des prisons entre 1940 et 1944. Pierre Pédron1, dans son tableau d’ensemble des prisons sous Vichy, tranche une opposition entre le temps de la Révolution nationale et celui de l’ordre public. Nous préférons quant à nous rechercher différentes phases de l’évolution d’une prison politique au service d’un régime qui prône d’emblée l’ordre et l’exclusion. L’étude est menée à partir des sources centrales (rapports de l’inspection générale) mais aussi à travers deux cas : ceux des centrales d’Eysses et de Rennes, ce qui permet de comprendre concrètement comment fonctionne la prison.

1944 : La désorganisation

  • 2 Ibidem, p. 38-45.

2La guerre, l’Occupation et l’instauration du régime de Vichy impriment leur marque au système pénitentiaire. Dès 1940, les événements militaires avec la défaite se traduisent par « l’exode pénitentiaire »2. Après l’invasion de la Belgique et des Pays-Bas, les troupes allemandes franchissent la Meuse le 13 mai 1940 et entrent dans Paris le 14 juin. Face à l’avancée allemande, certaines prisons de la zone occupée sont évacuées. Des bâtiments sont endommagés par les bombardements de juin 1940 comme ceux de la centrale de Loos qui doit finalement être abandonnée dans les premiers jours de 1941, alors que les autorités allemandes prennent possession des quelques locaux disponibles. Les prisonniers politiques sont regroupés à Clairvaux, les députés communistes à la prison du Puy. L’exode pénitentiaire et l’inflation de prisonniers (dont ceux que les prisons militaires ne suffisent pas à accueillir) gonflent les effectifs des prisons. À cela s’ajoute l’impossibilité de poursuivre la transportation des relégués (récidivistes) à partir de 1940 qui charge les prisons d’une population difficile à gérer. Les règles de recrutement et de fonctionnement des établissements s’en trouvent modifiées. Des flux intenses de prisonniers traversent la France, bouleversant une carte pénitentiaire stable depuis un siècle et demi.

Le cas d’Eysses3 : exode pénitentiaire et surpopulation

  • 3 À Villeneuve-sur-Lot dans le Lot et Garonne, la prison d’Eysses fut une grosse centrale au XIXe siè (...)
  • 4 Déclaration de J.-B. Lassalle le 23 septembre 1944. AN, dossier Lassalle, 19840465, art. 259.

3Le nombre de détenus oscillait à Eysses avant guerre autour de deux cents. En juin 1940, suite à la débâcle, l’effectif atteint 7 à 800 détenus, le nombre de prisonniers est donc multiplié par quatre. Les effectifs se nourrissent de trois cents adultes en provenance de la maison centrale de Poissy évacuée dont la moitié pour délit d’opinion et des mineurs4. La maison d’éducation surveillée accueille donc une population pénale qui ne lui est pas légalement destinée. Dans l’urgence, le régime recherche de nouveaux lieux de détention pour les condamnés et c’est dans ce contexte qu’Eysses retrouve le 15 août 1940 sa place parmi les grosses centrales. Afin de libérer les places nécessaires, l’administration suggère le transfert des droits communs correctionnels au camp de Carrère (annexe d’Eysses) et des travaux forcés à la prison de Castres. Les mineurs condamnés sont renvoyés dans les maisons centrales (arrêté du 24 août 1940), tandis que les mineurs indisciplinés sont envoyés dans les sections de fermeté d’Aniane et de Belle-Île-en-mer qui conservent un caractère disciplinaire très marqué. Des mineurs restent à Eysses jusqu’en 1942, date à laquelle ils sont transférés vers Aniane. Les prisons de zone sud subissent donc directement l’impact des évènements militaires et leur surpopulation commence très tôt.

Les conséquences de l’Occupation dans la centrale de Rennes

  • 5 AN, BB30/1709, Régime des prisons, exécution des peines privatives de liberté.
  • 6 AN, F1a/4543, Rapport de l’Inspecteur général des Services administratifs J.Bancal au garde des Sce (...)
  • 7 À partir de 1941, les autorités allemandes disposeront de leur propre quartier de femmes à la maiso (...)

4La centrale de Rennes reçoit, depuis l’instruction n°25 du 15 avril 1940, toutes les femmes condamnées à plus de six mois de prison et devient la seule centrale française de femmes après l’évacuation des maisons centrales d’Ensisheim et de Haguenau situées dans la zone potentielle des combats. Le 12 juin 1940, un convoi de vingt et une personnes quitte Fresnes pour être dirigé sur Rennes. Ce transfert revêt un caractère exceptionnel puisque certaines sont de simples prévenues (parmi elles, trois allemandes considérées comme étrangères suspectes) qui n’auraient pas dû être dirigées vers une maison centrale. C’est bien le motif d’inculpation ou de condamnation qui prévaut. Ceci tend à prouver que les autorités françaises s’attachent à évacuer en priorité les détenues pour espionnage, défaitisme ou menées antinationales, afin de ne pas risquer leur libération par les Allemands. Cette hypothèse est confirmée par une lettre du procureur de la République au procureur général, en date du premier juillet 1940 : « l’ordre d’évacuation sur Orléans n’a pas été donné par l’autorité militaire mais bien par le ministère de l’Intérieur et transmis à la direction de la Petite Roquette par les soins de la préfecture de Police. Les instructions du Ministère de l’Intérieur visaient tous les détenus relevant de l’autorité militaire5 ». Cette décision est motivée par la peur que certains détenus ne fournissent aux Allemands des renseignements militaires ou ne participent à de la propagande défaitiste. Cette mesure s’avère inefficace puisque l’occupant libère ces prisonniers au fur et à mesure de son avancée (c’est le cas de douze détenues de Rennes libérées après l’occupation de la ville le 18 juin 1940). Le même mois, l’école de préservation de Clermont de l’Oise est détruite par un bombardement. On évacue les filles sur la centrale de Rennes. Les événements de cette période troublée concourent immédiatement à l’encombrement de la centrale. Le cas de la centrale de Rennes en décembre 1940 montre que l’Occupation se traduit immédiatement par l’appropriation d’une part croissante du parc carcéral. L'autorité allemande fait garder ses prisonniers par les autorités françaises lorsqu’elle est dépourvue de structure d’accueil, ou prend possession, dès son installation, de quartiers complets de prisons quand ce n’est pas la totalité. Elle concourt ainsi à l'encombrement des prisons françaises. Après avoir réquisitionné, en novembre 1940, l’importante maison d’arrêt Jacques Cartier, l’occupant ne voit pas d’autre solution pour les femmes que leur transfert en centrale, faute de personnel féminin pour les garder6. C’est alors que fin 1940, de simples prévenues sont transférées à la centrale de Rennes, ainsi que quatorze prisonnières politiques arrêtées par les autorités allemandes7. Notons que ce cas ne vaut pas généralité et il arrive fréquemment dans les prisons allemandes que les femmes soient gardées par des hommes.

5Il existe ainsi dans les prisons trois types de détenus : les prisonniers relevant de la justice française, les condamnés par les tribunaux allemands et confiés à la garde des autorités françaises et enfin, les prisonniers relevant entièrement des autorités d’occupation et gardés par eux. En 1940, le poids du contexte est important. Les événements militaires ont altéré le fonctionnement habituel de la prison. Alors qu’en zone occupée, certaines prisons doivent céder tout ou partie de leur espace aux autorités allemandes ou accueillir les détenus de cette autorité, pour d’autres situées plus au sud, l’engorgement est accentué car elles deviennent prisons d’accueil. La priorité opérée dans le transfert de certaines catégories de prisonniers est cependant révélatrice des choix du régime. La IIIe République finissante se donne l’illusion d’une résistance à l’occupant dans ses choix carcéraux, alors même que les hommes appelés aux commandes font le choix de l’armistice.

1941-1942 : Les années noires

  • 8 Monzie (Anatole de), La saison des juges, Paris, Flammarion, 1943, p. 35.

« Qu’on nous rende la Bastille s’il vous plaît, ou à son défaut Port-Libre, Ste Pélagie, quelqu’une des geôles injustement décriées dont la description nous enseigne le regret du passé monarchique ou impérial8 ».

  • 9 Faugeron (Claude), Le Boulaire (Jean-Michel), « Peines de prison et ordre public », Revue française (...)

6Les discours extérieurs sur la prison restent négatifs, à l’image de celui tenu par Anatole de Monzie ; en ce sens, la période de la guerre ne constitue pas une rupture dans le temps long de l’histoire pénitentiaire. En effet, ce type de discours est récurrent depuis l’invention de la peine de prison. Il porte, d’une part, sur la vétusté des bâtiments et la promiscuité carcérale, donc l’inhumanité de la prison et d’autre part sur l’impuissance à empêcher la récidive et la contagion. L’autre discours vient des professionnels de la prison, il est qualifié par Claude Faugeron et Jean-Michel Le Boulaire de «discours gestionnaire9 ». Les responsables de l’administration pénitentiaire se présentent souvent comme experts, s’appuyant sur un examen minutieux des prisons établi à partir d’inspections et de rapports réguliers. En 1941, 1942 le discours gestionnaire se rapproche du discours extérieur pour dénoncer une situation catastrophique ; les inspecteurs généraux dressent alors un constat alarmiste.

  • 10 Perrot (Michelle), Les ombres de l’histoire, crime et châtiment au XIX e siècle, Paris, Flammarion, (...)
  • 11 Perrot (Michelle) (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire, Paris, Le S (...)

7Des conditions de détention déplorables
La conclusion du séminaire sur la prison républicaine (animé par Robert Badinter et Michelle Perrot) est sans équivoque : la Troisième République n’avait pas changé la prison, « certes, elle avait eu le mérite d’y recourir le moins possible, convaincue qu’elle était de son inutilité […] mais elle ne l’avait pas vraiment changée, animée d’un esprit de vengeance – la prison doit punir – et de la “loi d’airain” qui veut que la condition des détenus soit inférieure à celle des pauvres de la société10 ». Les rapports d’Inspection de l’Entre-deux-guerres sont extrêmement répétitifs dans leurs constats : le parc pénitentiaire est surdimensionné au regard des effectifs régulièrement décroissants de la population détenue, en même temps que mal approprié à une bonne gestion élémentaire des personnels et des bâtiments. La plupart des établissements sont de vieilles prisons datant de la seconde moitié du XIXe siècle et leur état à la veille de la guerre est médiocre. Le délabrement des locaux, l’insuffisance quantitative et la moindre qualité professionnelle des gardiens, la tenue administrative aléatoire des établissements et leur foncière inadéquation à leur fonction moderne constituent le socle des constats. Mais l’opinion s’en désintéresse. Depuis le milieu du XIXe siècle, les classes populaires se moralisent et se détournent peu à peu du monde des prisons, classes laborieuses et classes dangereuses ne sont plus sociologiquement imbriquées et la prison concerne essentiellement le « lumpen prolétariat » auquel les mouvements socialistes et syndicaux vouent une certaine méfiance11. Or, la prison devient lisible au moment où elle connaît une crise très grave. Car le régime de Vichy recourt massivement à l’enfermement mais s’avère incapable, dans le même temps, de déléguer à l’administration pénitentiaire les moyens de fonctionnement. Les conséquences de cette inflation carcérale du point de vue des conditions d’hygiène et de la morbidité des détenus deviennent rapidement dramatiques.

  • 12 Barthélémy (Joseph), Ministre de la Justice, Vichy 1941-1943, mémoires, Paris, Pygmalion, 1989. p. (...)
  • 13 AN, F1a/4549, Loire, rapport d’IGSA du 25 juin 1942 sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne.

8« J’étais ministre des prisons. J’ai voulu voir les prisons. J’en suis encore épouvanté12 » : le ministre de la Justice, ancien député, responsable d’un ministère qui offre à la Justice des garanties toujours moins nombreuses et renforce la répression, déplore une situation qu’il a lui-même contribué à créer. Les directeurs de prison, relayés par les préfets, sont les premiers à avertir le ministère de l’Intérieur sur la situation des prisons de leur département. Des responsables locaux du Secours national alertent également le Ministère de la santé sur les conditions d’hygiène et d’alimentation déplorables13. Le cardinal Gerlier dénonce, dans un rapport au Garde des Sceaux Joseph Barthélémy, à l'issue d'une réunion des aumôniers de prison de zone sud, le 3 juillet 1942 : « l'état moral et matériel désastreux des détenus ». Familles et détenus n’hésitent pas à écrire au maréchal pour demander le régime politique et dénoncent la nourriture et l’hygiène insuffisantes. La Résistance, faute d’organisation suffisamment efficace, joue un rôle minime dans l’alerte de l’opinion, en 1941 et 1942, au moment où la situation est la plus dramatique. L'alarme est donc donnée de source officielle.

  • 14 Voir à ce sujet Pédron (Pierre), op. cit., chapitre 3 La Réforme Barthélémy.
  • 15 Barthélémy (Joseph), op. cit., p. 274.
  • 16 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire.
  • 17 AN, F/1a/4513, affaires pénitentiaires.
  • 18 Idem, rapport de l’IGSA du 23 juin 1942, p. 5.

9Le garde des Sceaux qui lance en 1941, un vaste programme de rénovation pénitentiaire14, dit avoir relayé ces plaintes et propositions, lesquelles ne recevaient aucun écho favorable dans le milieu gouvernemental, Darlan lui ayant même conseillé de « fusiller » les prisonniers ou « d’envoyer des gaz asphyxiants15 ». Malgré les réserves inhérentes à un tel récit autobiographique, il est possible que ce soit suite à son recours personnel auprès du maréchal que ce dernier ait ordonné une enquête à l’origine du rapport Viguié. Ce haut fonctionnaire, ancien préfet des Bouches-du-Rhône en 1940-1941, livre le 16 janvier 1942, les premiers résultats de l’enquête qu’il est en train d’effectuer, dans un rapport n°1, dit « rapport Viguié16 ». Suite à ce rapport interne, une longue synthèse rédigée par l’Inspection générale des services administratifs en date du 23 juin 194217, dégage les principaux enseignements de l’enquête d’ensemble réalisée en 1941, 1942 dans les prisons de zone libre et occupée que l’administration a eu l’autorisation de visiter. « La situation sanitaire des prisons constitue le point le plus angoissant auquel l’administration pénitentiaire doit faire face […] [elle] n’est plus en mesure de garantir aux prévenus toujours susceptibles d’être reconnus innocents que la prison n’est pas "griève" et qu’elle ne doit pas empirer le corps du prisonnier18 » conclut-il.

  • 19 Ibidem.

10La portée du rapport est très grande même s’il n’est ni transmis, ni publié, sans doute en raison de conclusions sans complaisance pour le régime : « …[j’ai] l’impression que trop de magistrats se désintéressent des difficultés que rencontre l’Administration pénitentiaire19 ». Celle-ci n’a plus les moyens de sa mission de base : l’entretien des détenus, l’hygiène est déplorable et la misère physiologique importante. Les rapports d’inspection permettent d’éclairer les mécanismes qui ont conduit à une telle situation.

  • 20 Voir Jaladieu (Corinne), « Le sort aggravé des détenus des prisons », in Collectif, « Morts d’inani (...)
  • 21 AN, F1a/ 4565, Puy de Dôme, chemise prisons 1940-44, rapport du 20 septembre 1941.
  • 22 Barthélémy (Joseph), op. cit., p. 274.
  • 23 AN, F1a/ 4565, Puy de Dôme, rapport du 20 septembre 1941.
  • 24 AN, F1a/4549, Loire, rapport du 19 mai 1943 sur la maison d’arrêt de Saint-Etienne.

11Avant guerre, la santé des détenus n’est guère brillante. Le principal fléau, comme à l’extérieur mais aggravé par la promiscuité, est la tuberculose pulmonaire et osseuse. Elle fournit l’essentiel du taux de mortalité. Au-delà d’une diversité de situations d’un établissement à l’autre, la situation se dégrade rapidement20. Les centrales de Poissy et Riom connaissent la situation la plus dramatique. On recense à Poissy 184 morts en 1942 et 167 au cours du premier semestre 1943. Nous n’avons pas le nombre d’entrées correspondant à ces périodes mais si l’on rapporte ces chiffres à un effectif moyen de 900 détenus, on obtient 20,5% de mortalité par rapport à la population moyenne pour 1942 ! La situation de la centrale de Riom est similaire : pour les neuf premiers mois de 1941, on compte 17% de mortalité par rapport à la population moyenne21 ! L’inspecteur compare ces chiffres avec ceux de l’avant-guerre et mentionne un taux de décès par rapport à la population moyenne de 1% en 1936, 1,8% en 1938, 2,8% en 1939 et 8,8% en 1940. La situation se dégrade donc dès le début de la guerre. Dans ses souvenirs, le ministre de la Justice évoquera d’ailleurs la centrale de Riom comme la situation sanitaire la plus « effroyable » : « Dans cette vielle bâtisse sombre, humide comme la centrale de Riom, on était arrivé à des résultats rappelant ceux de la famine des Indes […] l’amaigrissement était effrayant. La mortalité était alarmante : dans cette centrale de Riom où la mortalité moyenne était de trois ou quatre par an, il y eut cent vingt morts en un semestre22 ». À Riom, en 1941, l’insuffisance alimentaire est responsable directement de 69% des décès (cachexie) et indirectement de 90% si l’on ajoute les victimes de la tuberculose23 qui trouve dans le milieu pénitentiaire un foyer d’éclosion en présence de la sous-alimentation, de la promiscuité et du manque d’air auxquels sont astreints les détenus. Le médecin signale que 95% des entrants à l’infirmerie ont consulté pour hypo-alimentation et dénombre « environ trente-quatre bien portants dont la moyenne de poids est de cinquante-trois kilos, cinquante cachectiques souffrant d’œdèmes et troubles cutanés symptomatiques de carences alimentaires dont la moyenne de poids est de 48,5 kilos et demi ». Le régime des détenus valides comporte 1496 calories, il est donc inférieur de mille calories à ce qui est considéré par tous les biologistes comme le minimum vital indispensable. Les taux de mortalité de 1941 et 1942 dans les deux centrales de Riom et de Poissy restent exceptionnels pour la période. La conclusion de l’inspecteur concernant la prison de Saint-Étienne en mai 1943 semble correspondre à la situation moyenne des prisons. Dans cette maison d’arrêt24, on enregistre 6% de décès parmi les hommes en 1942, année correspondant au maximum. Dans les prisons pour lesquelles nous possédons des données, la mortalité est multipliée par 2 ou 3 par rapport à l’avant guerre. Si la situation varie d’une prison à l’autre, les deux « années terribles » sont partout 1941 et 1942 alors qu’aucun mécanisme compensateur n’est suffisamment efficace pour corriger les effets de la surpopulation, des pénuries et, durant les mois d’hiver, du « froid pénitentiaire ».

  • 25 AN, F1a/4539, Haute-Garonne, rapport du 28 août 1940 sur la maison d’arrêt de Toulouse.

12L’État français de Vichy hérite d’un parc carcéral mal entretenu, dans lequel l’hygiène devient rapidement déplorable avec le sur-encombrement. La situation générale se dégrade rapidement pendant la guerre. Elle est résumée par ce rapport du médecin Lacassagne, médecin de la maison d’arrêt de Toulouse : « les conditions d'hygiène intérieures […] deviennent défectueuses par suite de surpopulation carcérale, l'aération insuffisante des dortoirs le cubage d'air des pièces, la promiscuité inévitable restent des sources de contagion et de propagation d'épidémies en même temps qu'elles entravent la bonne tenue des locaux et compromettent en partie l'hygiène générale25 ». Outre les mauvaises conditions d’hygiène et de confort, l’encombrement est préjudiciable au déroulement de la peine. En effet, il a imposé, avec l’encombrement des cellules, l’abandon de la réduction du quart de peine prévue en cas d’isolement cellulaire.

  • 26 AN, F/1a/4513, affaires pénitentiaires, rapport du 23 juin 1942, p. 5.
  • 27 AN, F/1a4540, rapport du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.
  • 28 AN, F1a/3782.

13Mais ce sont les épidémies que l’administration craint par dessus tout et c’est cet argument qui est souvent mis en avant pour convaincre les plus hautes autorités à agir. Citons entre autres, une épidémie de typhus à Marseille et à Lyon, en 1942, une épidémie de diphtérie et de gale à Caen. Aux Tourelles et à Fresnes, en mai 1943, un cas de typhus entraîne la consignation des établissements pendant trois semaines. L’IGSA qualifie, en mai 1942 « l’état sanitaire du fort du Hâ de Bordeaux de scandale permanent26 ». Il dénonce son surpeuplement et l'état sanitaire tragique de la population détenue dont les conséquences peuvent s'avérer désastreuses pour l'agglomération bordelaise : « La prison de Bordeaux n'a plus de prison que le nom. Il est impossible de pratiquer la plus élémentaire hygiène, la plupart des détenus couchent sur le plancher, les paillasses en service sont infestées de parasites […] La visite des malades constitue d'après les spécialistes eux-mêmes, un tableau que l'on ne saurait oublier et qui dépasse de beaucoup les horreurs que l'on peut trouver dans un service de dermatologie. Cette situation a ému la commission administrative des hospices de Bordeaux et le 11 janvier 1942 le chirurgien adjoint des hôpitaux attirait l'attention du doyen sur l'encombrement sans cesse croissant de l'hôpital St André, par des détenus provenant de la prison du fort du Hâ : “ces malades – écrivait-il – arrivent dans un état physique absolument déplorable dû au manque d'hygiène. Ils sont pour la plupart atteints par la vermine et de maladies de peau contagieuses quand ils n'arrivent pas mourants et à un stade de leur maladie où toute thérapeutique médicale ou chirurgicale s'avère inefficace [...] il est de mon devoir de vous signaler que de tels malades constituent un danger pour les malades hospitalisés […] Le typhus exanthématique étant une maladie transmise par les poux les personnes qui ont des contacts avec les prisonniers (visiteurs, surveillants) les libérés et les évadés de plus en plus nombreux peuvent parfaitement contaminer le public”. Celui-ci connaît la situation de la prison ; si une épidémie de typhus vient à éclater à Bordeaux l'opinion ne manquerait pas d'affirmer avec raison qu'elle provient du fort du Hâ27 ». D’ailleurs, les autorités allemandes n'ont pas manqué de souligner au préfet régional, le jour même de son installation, le danger qui en résulte pour la santé publique. Les prisons sont devenues des centres de développement pour la tuberculose, « ils deviendront des centres d’essaimage28 » prévient le médecin-chef de Fresnes. Dans un contexte sécuritaire axé sur le tout répressif, on en arrive à ce paradoxe que l’état sanitaire des prisons constitue un danger pour l’extérieur qu’elles ont mission de protéger !

Comment expliquer une situation aussi catastrophique ?

14L’inflation carcérale se produit dans un parc pénitentiaire vétuste et réduit en raison des fermetures opérées sous la Troisième République et de l’Occupation ; elle conduit à une surpopulation qui ne suffit cependant pas à expliquer une situation aussi dramatique.

15L’inflation carcérale

  • 29 Monzie (Anatole de), 1943, p. 8.

« La France ne s’écroule pas, elle s’écroue. L’État français n’aura bientôt pas assez de prisons ni de policiers pour contenir ses victimes29 ».

16La justice ordinaire côtoie les justices d’exception, de plus en plus nombreuses, alors que se surimposent celles de l’État français et celles de l’Occupant. La principale conséquence en est l’inflation carcérale.

  • 30 AN, dossier Baillet.

Évolution des effectifs des prisons françaises 1939-194430

Évolution des effectifs des prisons françaises 1939-194430
  • 31 Lois de 1885 sur la relégation, de 1891 sur le sursis simple.

17Les années 1939-1945 marquent une rupture dans un mouvement de reflux carcéral amorcé sous le Second Empire et poursuivi sous la IIIe République31. Or, on assiste dès le début de la guerre à une inflation de prisonniers que l’administration pénitentiaire a du mal à contenir. Alors que le nombre de détenus dans les prisons françaises s’élevait à 18000 en septembre 1939, il passe à plus de 45000 en mars 1942, 55000 en décembre 1943. Les deux grandes poussées des effectifs ont lieu en 1940 (+ 89%) et en 1942 (+ 39%). Les années 1943 et 1944 voient une poussée plus réduite. Il n’est pas possible d’en déduire le nombre d’individus passés par les prisons françaises entre 1940 et 1944 puisqu’un certain nombre y ont été incarcérés plusieurs années, d’autres n’y sont restés que quelques mois et étant déjà sortis en décembre, ne sont donc pas comptabilisés ici. La constante de la faiblesse de la population pénale féminine n’est pas remise en cause pendant la guerre, mais l’incarcération féminine connaît une hausse sensible et sa part augmente parmi la population détenue, comme à chaque période de crise. Selon les Statistiques pénitentiaires, la proportion de femmes détenues par rapport à l’ensemble de la population pénale qui s’élevait au 31 décembre 1938 à  6,1%, est passée au 1er janvier 1946 à 15,9%, elle est donc multipliée par 2,5.

  • 32 AN, F1a/4572, Rhône, rapport du 25 juin 1942 sur les prisons de Lyon.
  • 33 AN, F/1a4540, rapport du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.
  • 34 Idem.

18Cette inflation carcérale provoque une surpopulation importante qui touche aussi bien les quartiers d’hommes que de femmes. Dans les maisons d’arrêt importantes, comme à la maison d’arrêt St Paul à Lyon la population double, elle triple à la maison de correction mixte St Joseph32. Cet encombrement, la promiscuité et le manque de moyens qui en résultent conduisent à des effets immédiats sur la santé des détenus d’autant que le service médical des prisons est inefficace. Dans la grande majorité des cas, il n’exerce pas de contrôle préventif réel de l’hygiène générale. En 1942, certains inspecteurs suggèrent, pour entreprendre une lutte sérieuse contre les épidémies qui sévissent dans les prisons, qu'en accord avec le département de la santé publique, l’administration pénitentiaire charge les médecins inspecteurs de la santé du contrôle sanitaire des prisons33. Certains rapports, comme celui de Jean Pinatel, constituent de véritables réquisitoires contre le fonctionnement de la Justice du régime : « L'intérêt primordial de la santé publique exige un arrêt momentané des opérations de justice […] Le préfet ayant demandé le 23 janvier d'examiner si les juges d'instruction ne pourraient laisser en liberté un grand nombre de prévenus du fort du Hâ, il (Le Procureur général de Bordeaux) lui répondit qu'il n'était pas possible à l'autorité judiciaire de diminuer le nombre des détentions préventives, les nécessités de l'heure exigeaient une répression énergique34 ». On comprend à la lecture de ces rapports, toute la pugnacité des inspecteurs qui n’hésitent pas à demander un rapport central de l’Inspection générale sur un sujet délicat pour le régime.

19Trois possibilités s’offrent pour désengorger les prisons : l’ouverture de nouvelles prisons, la libération conditionnelle ou l’envoi en chantiers extérieurs. La politique de réouverture d’établissements pénitentiaires désaffectés et la création de nouveaux n’ont pas suffi à absorber le flot des nouveaux prisonniers. La centralisation à l'extrême de l'administration pénitentiaire accentue les difficultés. C'est ainsi que voulant réouvrir la prison de Fontenay-le-Comte qui dispose de 120 places, le directeur de la circonscription pénitentiaire de Bordeaux est obligé de saisir la Chancellerie d'une demande de réquisition, afin de pourvoir à son équipement matériel. Il en résulte une perte de temps considérable. L’inspecteur demande donc que le territoire des CP soit harmonisé avec celui des régions administratives et que les services pénitentiaires soient placés sous l'autorité directe du préfet régional.

  • 35 AN, F60/1443, rapport de l’inspecteur Général au directeur de l’administration pénitentiaire du 24 (...)

20Les libérations conditionnelles sont faibles, surtout pour les politiques, alors qu’elles sont toujours subordonnées officiellement à la bonne conduite ; elles ne constituent qu’un remède dérisoire au surpeuplement35. Enfin, le recours aux chantiers extérieurs est insuffisant. Le double souci d’assurer des conditions de sécurité suffisantes et de protéger la santé publique des épidémies qui sévissent dans les prisons fait souvent écarter totalement l'utilisation des détenus dans les campagnes. La disposition n’a concerné que les droits communs condamnés aux plus courtes peines, sans doute par crainte d’une évasion des politiques considérés comme plus dangereux et bénéficiant davantage d’aide à l’évasion. Les effets des diverses mesures de désencombrement sont donc extrêmement limitées, l’administration s’est avérée incapable de désengorger les prisons.

21Qu’en est-il de la sous-alimentation dans les prisons ? Avant guerre, les rations alimentaires sont strictement établies selon les catégories de détenus. En maison d’arrêt, les prévenus, les accusés et les détenus reconnus comme politiques ont le droit de faire venir leur repas de l’extérieur ou de faire des achats de cantine. Le règlement des centrales prévoit des repas qualitativement insuffisants, pour trois raisons. Le système pénal repose d’abord sur le principe selon lequel le condamné ne reçoit de l’État que ce qui est strictement indispensable à sa nourriture, par souci de ne pas mieux lotir les prisonniers que les catégories les plus pauvres de la population en faisant de la prison un hôtel du pauvre, ensuite, il répond à l’exigence de pénitence, enfin il oblige le détenu à travailler au meilleur rendement possible, pour pouvoir se payer (avec son pécule disponible) un supplément de nourriture proposé en cantine. Les directeurs d’établissements pénitentiaires sont chargés d’approvisionner abondamment la cantine par l’achat de vivres non soumis au rationnement.

  • 36 AN, F1a/ 4565, Puy de dôme, chemise prisons 1940-44, rapport du 22 février 1944.
  • 37 Petit (Jacques-Guy), Ces peines obscures, la prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 19 (...)

22Pour les détenus, s’ajoutent aux restrictions du régime traditionnel, les restrictions croissantes imposées aux Français, mais ils ne peuvent recourir au système D, élaboré à l’extérieur pour améliorer l’ordinaire. À titre d’exemple36, en janvier 1944, à la centrale de Riom, la ration de pain étant distribuée en une seule fois le matin, elle est absorbée dès le réveil et les détenus ont rapidement faim. Les ventes de cantine fournissent journellement une portion et demie par détenu. Sachant qu’une portion correspond à un quart de vin, une demi-livre de pommes, une livre de carottes, cent grammes de pâté (rations les plus vendues ce mois-là), la qualité de la nourriture dépend essentiellement des colis reçus de l’extérieur. Cette situation est donc à l’origine d’une déficience physique parfois grave dans les prisons françaises, en particulier dans les centrales au régime traditionnellement plus sévère. La faim est aggravée par l’absence de pécule disponible, du fait du chômage. Alors que la prison pénale réelle « se constitue au XIXe siècle, autour de la manufacture carcérale et du système de l’entreprise générale, avec la mise au travail des délinquants dans les grands ateliers37 », la plupart des détenus cessent de travailler en raison des pénuries de matières premières, dès 1941. Les principes de base de la pénalité sont devenus caduques. L’administration pénitentiaire est donc incapable d’assurer aux détenus un minimum vital ; si le contexte de pénuries pèse, tout se passe comme si le régime l’ignorait puisque de nombreuses personnes se retrouvent en prison pour vol de nourriture !

Le poids de l’Occupation dans la crise des prisons

  • 38 AN, F/1a/4513, affaires pénitentiaires, rapport de l’inspection générale des services administratif (...)
  • 39 Rousseau (Michel), La maison d’arrêt de Loos pendant la période de l’occupation de la France par le (...)
  • 40 AN, F1a/4562, rapport du 27 mars 1944 sur la centrale et la maison d’arrêt de Loos.
  • 41 AN, F1a/4522, rapport du 24 juin 1942 sur la CP de Clairvaux.

23En 1941 et 1942, l’occupation des prisons se poursuit à un rythme accéléré. Au fort du Hâ de Bordeaux, en zone occupée, les autorités d’occupation ont déjà investi au 21 mars 1942 près d’un cinquième de la prison et surveillent 19% des détenus38. À la maison d’arrêt de Loos39, les Allemands prennent possession dès leur arrivée, des sections C et D qui constituent un quartier complètement autonome. Chaque section a son personnel, sa direction, son règlement. Pour les détenus des quartiers allemands de la maison centrale, lingerie, vestiaire et cantine (pour laquelle les autorités d’occupation versent dix francs comme prix de journée) sont fournis par l’administration française40. Parfois, les conséquences de cette occupation sur le fonctionnement du quartier français sont dramatiques : à Dijon jusqu’en mars 1942, la partie française de la maison d’arrêt n’a plus d’installation de douches car elle se trouve dans la partie de l’établissement réquisitionnée par les Allemands. Il faut les interventions répétées des IGSA et du préfet régional pour que des travaux soient entrepris41.

  • 42 Archives de Fresnes, lettre du directeur de la centrale de Clairvaux au directeur de Fresnes, le 3 (...)
  • 43 AN, F1a/4582, prisons de la Seine, 1942-1944, rapport sur les prisons de Fresnes, adressé au garde (...)
  • 44 Périllat Mercerot (Patrice), Les prisons de Fresnes et leur personnel pendant la Seconde Guerre mon (...)

24Autre conséquence : l’occupation de quartiers entiers de prisons françaises par les Allemands bouleverse la politique des transferts qui se retrouve bloquée faute de places. Le directeur de la centrale de Clairvaux écrit au directeur de Fresnes en mars 1941 et lui demande de suspendre l’envoi de tout nouveau convoi de détenus : « Nous recevons à nouveau des envois de condamnés des Autorités allemandes et l’établissement remonte à sa population maximum42 ». Ici ou là, on ouvre des annexes pour parer au plus pressé, comme celle des Hauts-Clos à Troyes, prévue pour recevoir les femmes et les mineurs et surtout, le centre pénitentiaire de Villeneuve-Saint-Georges qui reçoit les détenus de Fresnes que la cession aux autorités allemandes de la 1ère division a contraints de partir dès octobre 1941. À partir de 1943, la prison de Fresnes est presque exclusivement allemande43 ; mais le travail de l’administration française n’en est pas allégé pour autant car elle doit assurer le ravitaillement et l’entretien des détenus relevant de l’autorité allemande. Celle-ci n’hésite pas à punir les agents français : 10% des surveillants de Fresnes ont été condamnés à des peines d’emprisonnement par des tribunaux militaires allemands44. Après avoir fourni à l’occupant dans le cadre de la Collaboration d’État, une partie de son parc carcéral, le gouvernement Vichy fournit du personnel réquisitionné pour garder les prisonniers des autorités allemandes et assure le transfert des prisonniers réclamés par les autorités d’occupation. Le fonctionnement de l’administration pénitentiaire illustre l’illusion de souveraineté de l’État français.

L’ouverture de la prison à l’aide extérieure

25L’inflation carcérale, liée à la création de nouveaux délits et aux consignes de sévérité judiciaire est donc le fruit d’une politique volontariste. Le contexte de pénuries et les pressions de l’occupant pèsent également. Après les chiffres de mortalité très élevés de 1941, une série d’épidémies liées à la situation terrible de 1942, l’administration pénitentiaire, débordée par les événements, accepte une ouverture de la prison à l’aide extérieure. Cet élément est fondamental car il montre qu’il n’y a pas d’ « abandon à la mort » mais des tentatives de gestion de crise. Les pressions internes de l’administration pénitentiaire jouent un rôle essentiel dans cette prise de conscience.

  • 45 Créé par la circulaire du 29 juin 1945.

26L’aide familiale se fait par deux moyens : les mandats et les colis. Ce type de mesure engendre des inégalités entre les détenus dont le sort dépend du soutien extérieur. L’ouverture se fait en direction des sociétés caritatives. Des dispositions sont prises dès 1941 pour que les sociétés, telles celle de Vincent de Paul, assument la charge des achats en cantine pour les détenus malades ou indigents. En novembre 1941 ont lieu les premiers contacts entre l’administration pénitentiaire et la Croix Rouge en vue de la mise en place d’un service médical. Cet organisme est sollicité, ainsi que le Secours national pour apporter une aide alimentaire aux détenus. Pour la première fois, des assistantes sociales franchissent les murs des prisons ! Le service camps et prisons du Secours national sera à La Libération avec la Croix Rouge française, le support du service social des prisons45.

27Alors que le régime ne reconnaissait qu’un seul type de détenus, les prisonniers politiques, considérés par le régime comme les détenus les plus dangereux, subissent alors une législation discriminatoire. La circulaire Barthélémy prescrivant la réduction des colis familiaux à deux par mois (au lieu de quatre) pour les communistes entre en vigueur le 17 novembre 1942. Le prétexte en est l’utilisation des colis pour communiquer clandestinement avec l’extérieur. Pour la première fois en France, le régime spécial des politiques est moins favorable que celui des droits communs, rupture révélatrice de la nature du régime.

28Mais le régime réel n’est pas toujours conforme au régime théorique ; on peut se demander si la prison est plus dégradante pour les politiques, conformément à la législation discriminatoire qu’ils subissent. Quelques rapports de l’inspection générale, mais aussi des sources provenant de la communauté incarcérée abordent cette question.

  • 46 AN, F1a/4549, Loire, chemise établissements pénitentiaires, rapport du 19 mai 1943 sur la maison d’ (...)
  • 47 Idem.
  • 48 Ibidem.

29Citons par exemple l’enquête portant sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne en mai 1943 qui fait état de la répercussion de la circulaire Barthélémy sur l’état de santé des détenus. Cette prison héberge en majeure partie des longues peines, dont environ 1/6e de communistes46. Elle est motivée par de nombreuses réclamations de détenus et de leurs familles parvenues à l’administration pénitentiaire. Diligentée sur ordre du Garde des Sceaux le 22 février 1943, pour savoir si « l’équité commande de revenir pour les communistes, au régime antérieur, ou si la règle en vigueur doit faire seulement l’objet d’exception par prescription du médecin à allouer un ou deux colis supplémentaires47 », elle est menée, à Saint-Étienne, par l’Inspecteur général G. Dequidt. « Rien ne permet de conclure que la situation sanitaire des détenus se soit sensiblement aggravée » conclut-il. L’apport réel des colis envoyés de l’extérieur est plus important pour les politiques que pour les droits communs et ceci malgré une législation défavorable : « les détenus communistes ont reçu la totalité des colis auxquels ils avaient droit, soit quatre par mois d’octobre 1941 à octobre 1942, un par mois en novembre 1941 et deux par mois en décembre 1942. Par contre, j’ai relevé pour une catégorie équivalente de détenus non communistes qu’un peu moins du tiers ne recevait pas de colis et que d’autres n’en recevaient que deux ou trois par mois […] Il conviendrait de tenir compte du contenu des colis et j’ai à ce sujet retenu l’observation des surveillants selon laquelle d’une façon quasi générale, les communistes étaient nettement avantagés […] Seuls les colis de détenus incarcérés pour marché noir pouvaient supporter la comparaison avec ceux que reçoivent les communistes ». L’inspecteur s’interroge sur les raisons pour lesquelles les communistes «…qui n’appartiennent pas tous à des classes aisées, reçoivent à la différence des détenus tous les colis auxquels ils ont droit avec un contenu substantiel ». Il déplore des facilités d’évasion et un régime privilégié pour des détenus appartenant aux catégories aisées ou qui bénéficient de sympathies particulières. Un tel régime étant contraire au principe de l’égalité devant l’exécution des peines, il demande si des raisons politiques, plus que sanitaires, ne doivent pas conduire à mettre fin au régime spécial et présenter le retour au statu quo comme une mesure bienveillante dans les prisons où les détenus ont une bonne conduite48.

  • 49 Archives privées Bernard Weil.

30Ce constat d’une prison réelle en général moins dégradante pour les politiques est confirmé par le journal intime du médecin Paul Weil qui transcrit le quotidien d’un médecin pénitentiaire à la centrale d’Eysses49 en 1943, 1944. Regard d’un professionnel en exercice, il livre un rapport sanitaire et médical, document inédit sur l’état de santé des diverses catégories de prisonniers. Il doit lutter principalement contre la grande misère physiologique des droits communs et la tuberculose (qui touche entre le tiers et la moitié des malades). D’après les archives de l’infirmerie, l’année la plus dure eu égard aux conditions de détention et à la misère physiologique reste 1942. En 1943, 1944, le taux de décès, lié aux maladies ou à la misère physiologique pour les politiques est dix fois moindre que pour les droits communs ; l’essentiel des décès des politiques (70%) est directement lié à la répression. Ce cas n’est pas atypique mais révélateur des interactions nombreuses qui modifient le régime théorique en faveur des politiques :
- Les familles, dans l’ensemble moins défavorisées que celles des droits communs, leur viennent en aide de façon plus substantielle.
- Les relations gardiens /gardé(e)s influent sur le régime réel. Les directeurs, loin d’appliquer aux politiques une législation discriminante, leur accordent souvent un régime plus favorable.
- Les détenus politiques s’organisent rapidement et revendiquent.
- La résistance extérieure leur vient en aide grâce à l’activité de services sociaux, lorsque les prisonniers politiques sont nombreux et organisés et que l’évolution de l’opinion en 1943 augmente l’attentisme de sympathie ou l’engagement résistant.

  • 50 À l’exception cependant des condamnés de marché noir, des prévôts et travailleurs qui touchent des (...)

31Les politiques, bien insérés dans la société, ont donc su tisser autour d’eux du lien social, contrairement à la plupart des prisonniers de droit commun. L’absence de solidarité, d’organisation, la rareté des colis familiaux dans ces milieux défavorisés, l’absence d’espoir dans une libération prochaine font que la réalité carcérale est souvent plus dure pour cette catégorie que pour les politiques. S’ajoutent pour les détenus de centrale de longues années de prison antérieures à la guerre qu’ils abordent donc affaiblis. Au-delà d’une grande diversité de parcours, passée une première période où le sort des politiques (peu nombreux dans l’univers carcéral) est proche de celui des droits communs, la prison réelle devient moins difficile pour les premiers50 lorsqu’ils sont nombreux, regroupés et organisés, ceci malgré une législation discriminatoire à leur encontre. La situation globale des prisons appelle une comparaison avec celles des autres lieux fermés.

La situation est-elle aussi dramatique dans d’autres lieux fermés ?

  • 51 AN, F1a/4550, chemise établissements pénitentiaires, CP Bordeaux, rapport de l'IGSA au garde des Sc (...)
  • 52 AD de la Marne, 11W14, préfet de la Meuse au préfet de la Marne le 24 juillet 1942.

32Comparons avec d’autres lieux de détention. Il est difficile de porter une appréciation générale sur le régime des prisonniers dépendant des autorités allemandes (nommés « AA »). Les sources à notre disposition (dont les rapports d’inspection concernant les prisons mixtes et qui contiennent quelques informations sur les quartiers allemands) ne permettent pas de conclure à un régime plus sévère pour les détenus « AA ». Le régime est souvent le même que pour les détenus du quartier français, qu’ils soient gardés par du personnel français, comme à la prison de Libourne51 (une note du Krekommandantur du 30 mai 1941 indique qu’une fois le jugement prononcé, ils peuvent profiter des mêmes avantages que les détenus de l'autorité française), ou par l’armée allemande comme à Blois ou à, Châlons-sur-Marne. A Blois, les condamnés et prévenus « AA » sont détenus sans distinction de catégories et soumis dès septembre 1941 au même régime que les prisonniers sous autorité française. En juillet 1942, le préfet de la Marne est prié d’avisé les directeurs d’établissements pénitentiaires de son ressort que selon la demande du conseil de guerre près la Feldkommandantur, les détenus « AA » soient traités selon les règlements en vigueur dans ces prisons52. Aucun élément ne permet de conclure à une misère physiologique plus grave dans les quartiers allemands.

  • 53 Petit (Jacques-Guy), Faugeron (Claude), Pierre (Michel), Histoire des prisons en France (1789-2000) (...)

33Par contre, les conditions de détention des relégués et transportés au bagne de Guyane à la fin du pétainisme, furent pires que celles des détenus de Poissy ou Riom en 1941-1942. L’ultime et terrible épreuve du bagne allait en effet être marquée par la nomination en 1941 d’un lieutenant colonel qui prit des mesures extrêmement rigoureuses, à l’origine d’une mortalité approchant les 50 % entre 1940 et 194353. Contrairement à la situation des prisons en France métropolitaine où l’administration pénitentiaire essaie de juguler la forte mortalité par une politique d’ouverture de la prison, la responsabilité d’une telle situation est ici interne.

  • 54 Von Bueltzingsloewen (Isabelle), « Morts sans ordonnance. les aliénés et la famine à l’hôpital psyc (...)
  • 55 Parmi lesquels le psychiatre Patrick Lemoine, ancien chef de service à l’hôpital du Vinatier.

34La comparaison s’impose également avec d’autres lieux fermés. À cet égard, le cas des hôpitaux psychiatriques est particulièrement intéressant. Intervenant lors du colloque de Lyon sur famine et exclusions sous l’Occupation, Isabelle von Bueltzingsloewen54 analyse la situation à l’hôpital psychiatrique départemental du Vinatier à Lyon où 3165 malades sont morts entre 1940 et 1945. Parmi ces 3165 malades, 2000 décès (soit 63%) ont été provoqués, directement ou indirectement, par la malnutrition dont les effets ont été aggravés par le froid pendant les mois d’hiver. La famine a débuté de façon étonnamment précoce, faisant des morts dès 1940. Comme l’ont montré de nombreux biologistes de l’époque dans le cadre de leurs travaux sur les conséquences du rationnement, les rations allouées étaient insuffisantes pour permettre la survie d’un individu si celui-ci n’était pas en mesure de compléter les calories réglementaires par des calories supplémentaires. Or c’est précisément parce que les malades des hôpitaux psychiatriques n’ont pas eu accès à ces calories supplémentaires qu’ils sont massivement morts de faim. L’hypothèse selon laquelle la famine dans les hôpitaux psychiatriques aurait été intentionnellement provoquée par le gouvernement de Vichy dans le but d’exterminer les malades mentaux ne résiste pas à l’analyse. Alors que les travaux consacrés à l’opération T4 ont montré que le génocide par le régime nazi des malades mentaux internés dans les asiles allemands a nécessité la mise en œuvre d’un processus organisationnel extrêmement sophistiqué qui, malgré son caractère secret, a généré une masse considérable d’archives, aucune trace d’un quelconque projet exterminateur n’a été retrouvée dans les archives françaises. Après 20 ans de controverse, cette thèse qui conduit à banaliser l’extermination des malades mentaux allemands mais aussi polonais et russes ne compte d’ailleurs plus que quelques défenseurs55. Reste que si le sort tragique des aliénés français ne peut être assimilé à celui des aliénés allemands, il n’en pose pas moins un problème d’interprétation.

  • 56 Cette thèse a été en particulier mise en avant par les rédacteurs de la pétition « Pour que douleur (...)

35Bien que très en retrait sur la thèse génocidaire, la thèse de l’« abandon à la mort56 » qui consiste à affirmer que le régime de Vichy n’est pas à l’origine de la famine mais qu’il n’aurait rien tenté pour sauver les aliénés internés de la mort, n’est pas non plus sans poser problème. La circulaire prise par le secrétariat d’Etat à la santé en date du 4 décembre 1942 témoigne de la volonté du pouvoir central d’enrayer la famine dans les hôpitaux psychiatriques. Même s’il est probable que les bons spéciaux accordés aux hôpitaux psychiatriques n’ont pas été honorés dans leur intégralité par les services départementaux du ravitaillement, l’arrivée de ces suppléments de ration a permis de faire régresser la mortalité de façon notable. Dans la plupart des cas, c’est la fragilité voire l’absence du lien familial qui est en cause. La guerre et la famine n’apparaissent donc que comme le révélateur d’un isolement qui concerne particulièrement les internés de longue date. Cette conception d’un hôpital psychiatrique ghetto, renvoie à une hiérarchie des individus fondée sur un critère d’utilité sociale et relève d’un eugénisme diffus qui a incontestablement contribué au drame de la famine. Eux-mêmes tenaillés par la faim et incapables d’établir une hiérarchie dans la souffrance, les Français ont été insensibles au sort des aliénés internés. C’est sans doute ce qui explique aussi pourquoi les hôpitaux psychiatriques, au contraire d’autres milieux fermés tels que les prisons dans lesquelles interviennent la Croix-Rouge et le Secours National, sont restés à l’écart des circuits de la solidarité caritative. La famine provoquée par l’occupant allemand avec la collaboration du gouvernement de Vichy a ainsi mis à jour l’immense fragilité de ceux dont la survie en temps de crise n’est pas jugée impérative par la majorité de la population. Si elle ne traduit pas une volonté exterminatrice, la famine qui entre 1940 et 1945 a décimé les aliénés internés à l’hôpital psychiatrique du Rhône ne procède pas de la fatalité. Elle renvoie à une dissolution du lien social qui s’est amorcée bien avant la guerre. C’est parce que, bien qu’assistés, les aliénés internés forment une population retranchée de la communauté nationale qu’ils sont morts en masse dans le contexte des pénuries alimentaires provoquées par l’Occupation.

  • 57 Remarquons une chronologie décalée avec l’extérieur où les pénuries se font le plus durement sentir (...)

36Au-delà de la désorganisation liée à la défaite et des conséquences en matière carcérale du choix de la Collaboration, le gouvernement français utilise le cadre carcéral hérité de la République au service de sa propre politique d’ordre et d’exclusion. Les pressions de l’occupant, les choix politiques de l’État français ont des conséquences catastrophiques en matière carcérale. Pour les prisons comme d’autres lieux fermés, les années terribles sont 1941 et 194257. Paradoxalement, les détenus politiques, non reconnus comme tels par le régime (qui refuse de leur octroyer le régime de faveur dont ils bénéficient traditionnellement depuis le XIXe siècle) sont distingués dans cette politique d’ouverture de la prison. L’impératif sécuritaire pousse le régime de Vichy à inverser la situation héritée de la République en instaurant, pour la première fois en France, un régime spécial moins favorable que celui de droit commun. Si la situation des aliénés est sans doute proche de celle de certains droits communs, les prisonniers politiques ont pu, quant à eux, bénéficier de fortes solidarités de la part de l’extérieur, générant du lien social. L’ensemble des mesures prises et la surveillance régulière des prisons permettent une amélioration dès 1943 ; si les préoccupations sanitaires et d'ordre médical dominaient en 1942, la sécurité passe au premier plan des préoccupations.

1943 : La reprise en main, au service de l’occupant

37En 1943, avec une tentative de reprise en main marquée par la politique de concentration des prisonniers politiques et la confusion du politique et du judiciaire, la prison devient un instrument privilégié de répression pour le régime de Vichy.

Le rattachement de l’administration pénitentiaire au ministère de l’Intérieur

  • 58 Décret du 13 mars.

38Le 15 septembre 1943, le rattachement de l’administration pénitentiaire et des services de l’Éducation surveillée au ministère de l’Intérieur est un retour à la situation antérieure à 191158. À cette date, le rattachement au ministère de la Justice était intervenu à la suite d’une longue lutte menée, tout au long du XIXe siècle, par des magistrats éclairés qui y voyaient un double avantage : entamer l’hermétisme de l’institution carcérale en vue de la contrôler et individualiser la peine dont l’exécution devait revenir à des magistrats. Ce retour en arrière n’est que l’aboutissement d’un processus qui conduit le régime de Vichy à dénaturer graduellement la mission pénitentiaire au profit exclusif de la répression.

  • 59 AN, F7/14900.
  • 60 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport signé Pierre Laval.
  • 61 Pédron (Pierre), op. cit., p. 156.
  • 62 Gabolde (Maurice), La vie de la France sous l’occupation (Hoover Institute), 1940-1944, trois volum (...)

39Il s’accompagne de la décision, dès le 9 septembre 1943, de concentrer dans seize prisons dites « maisons de concentration », tous les condamnés et prévenus pour faits terroristes, 3645 à cette date. Ceci a pour but d’éviter les évasions fréquentes qui se produisent dans les prisons départementales. On en dénombre plus de deux cents, entre juin et décembre 1943, la plus massive étant celle du Puy en septembre 1943 où 80 prisonniers s’enfuient simultanément grâce à l’aide d’un gardien59. Le texte du gouvernement daté du 15 septembre 1943 et signé Pierre Laval, souligne la « nécessité d’une réorganisation profonde de l’Administration pénitentiaire, en raison d’événements récents60 ». Il est fait ici allusion à l’évasion du général de Lattre de Tassigny de la prison de Riom qui provoque la révocation du directeur de l’administration pénitentiaire Fernand Contancin et son remplacement par Jean Esquirol et va servir de catalyseur61. Les Allemands, face à la recrudescence des évasions, perdent de plus en plus confiance dans la capacité de l’État français à garder ses prisonniers, ennemis communs des deux régimes et exigent le regroupement des détenus politiques dans des forts de l’Est de la France, sous la surveillance plus ou moins directe de l’Armée allemande. Cette demande se heurte à un refus catégorique du gouvernement français soucieux de maintenir sa souveraineté. D’après Maurice Gabolde, le rattachement de l’administration pénitentiaire à l’Intérieur aurait été décidé « à regret [...] pour éviter que les détenus fussent abandonnés aux caprices des services policiers des SS62 ».

  • 63 AN, F60/1443 PC/HB.
  • 64 Ministère de la justice, Code des prisons, 1944.
  • 65 Bulletin officiel du Ministère de la Justice, circulaire du 13 octobre 1943.

40Toujours est-il que la loi de réorganisation générale de l’administration pénitentiaire du 15 septembre 1943 et sa circulaire d’application du 22 septembre 1943 justifient ce rattachement par une volonté de reprise en main des prisons, l’administration étant jugée « incapable de remplir sa mission de sécurité publique au vu des trop nombreuses évasions63 ». À cette date, il n’est même plus question des projets réformateurs de Barthélémy ou de Vigué. Les hommes en place, Maurice Gabolde à la Justice, Jean Esquirol à la direction de l’administration pénitentiaire (septembre 1943-décembre 1943), René Bousquet Secrétaire général de la Police (avril 1942-décembre 1943) ne doutent pas que le rattachement à l’Intérieur soit la meilleure réponse au désordre. La sécurité est bien l’enjeu majeur, les prisons doivent le servir. À cet effet, de nouvelles dispositions législatives sont prises. Suite à de nombreuses protestations, la circulaire du 7 octobre 1943 rétablit l’égalité entre tous les détenus et met fin à la circulaire Barthélémy. Elle précise cependant qu’il appartient aux directeurs de prison d’apprécier dans certains cas si le nombre de colis peut être diminué, au cas notamment où le personnel serait insuffisant pour assurer leur stricte vérification64. Mais une nouvelle discrimination s’applique à l’ensemble des politiques au moment où l’on décide leur concentration. Les visiteurs de prison n’ont plus le droit de visiter les détenus « communistes, terroristes, anarchistes » et cela sans distinction de sexe : « Ils peuvent néanmoins entrer dans les prisons pour y déposer colis de vivres vêtements et objets divers »65. La circulaire du 29 décembre 1943 décide que les prisons de droit commun ressortissent du Secours national, celles des politiques de la Croix Rouge.

  • 66 Note d’A. Baillet aux directeurs des services extérieurs de l’administration pénitentiaire.

41Une ultime étape dans la différenciation de deux catégories bien distinctes de prisonniers est franchie suite à l’échec de la tentative d’évasion collective d’Eysses du 19 février 1944 qui avait prouvé des liens suffisamment efficaces avec l’extérieur pour faire rentrer des armes et des grenades. C’est alors l’ensemble des détenus politiques (hommes et femmes), visés par la loi du 5 juin 1943 des prisons dites « de concentration » : Eysses, Blois, Châlons-sur-Marne qui est touché par la loi du 26 février 194466. Les détenus sus-visés sont privés de colis familiaux (seule la Croix Rouge de chaque département est habilitée à en envoyer), le tabac est supprimé, seule une visite et une correspondance par mois avec la famille sont autorisées etc. Il s’agit donc d’un durcissement du régime strict de centrale, y compris pour des maisons d’arrêt de Blois et de Châlons-sur-Marne, ce qui montre que la qualité des détenus qu’elles renferment prévaut sur le statut de l’établissement. On y décèle la volonté d’éviter tout lien des prisonniers avec l’extérieur et d’accentuer la surveillance des détenus et du personnel, grâce à des fouilles fréquentes et régulières. Précisons que les femmes concentrées dans la centrale de Rennes sont épargnées par cette mesure, ce qui n’est pas le cas de leurs camarades détenues à Châlons-sur-Marne qui subissent le même sort que les hommes.

  • 67 Déposition de M. Jean Tiche (ex-directeur de l’AP Bordeaux), le 29 novembre 1944 au procès Baillet.

42Dans la continuité, le directeur de l’administration pénitentiaire insiste auprès des directeurs régionaux, lors de leur convocation à Paris le 7 avril 1944, pour que le régime des politiques soit plus sévère que celui des droits communs67. Il convient de souligner le passage, pour la première fois dans l’histoire, d’un régime politique favorable à un régime discriminatoire ; en cela il y a rupture. Seul le rapport de force imposé par les politiques lors de leur regroupement permettra, la plupart du temps, le maintien dans les faits d’un régime politique plus favorable.

La concentration des politiques

  • 68 Pour les ressortissants de la Cour de Justice de Riom comme Léon Blum voir Pedron (Pierre), op. cit (...)
  • 69 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport de l’inspecteur général au directeur de (...)

43La politique de regroupement et de spécialisation des prisons est accentuée et va de pair avec l’impératif sécuritaire. Pour le commun des prisonniers politiques68, les deux centrales d’Eysses et de Rennes jouent un rôle majeur dans ce processus de concentration. En juin 1940, Eysses passe sans transition d’un établissement destiné aux mineurs à une centrale de force. Mais le 30 septembre 1943, la prison ne compte encore, parmi ses 1075 détenus, que 10% de prisonniers politiques. On décide alors d’en faire le principal lieu de regroupement des prisonniers considérés comme les plus dangereux. Ce choix peut s’expliquer par différents facteurs. Pour les « terroristes », une centrale présente des atouts, car, selon les termes de l’inspecteur général69 chargé de trouver un lieu d’accueil pour les Résistants, elle est : « plus sûre et mieux défendue que les maisons d’arrêt […] depuis que l’administration pénitentiaire est chargée de garder un nombre important de détenus politiques, appartenant à de puissantes organisations de combat, la notion de sécurité a évolué […] il faut faire front à des entreprises menées de l’extérieur avec des moyens importants ». C’est donc la sécurité qui prime face à des forces perçues comme collectivement organisées. En zone sud, trois centrales sont susceptibles de répondre à ces objectifs, pourquoi le choix se porte t-il sur Eysses ?

  • 70 AN, F1a/3656, chemise prisons, rapport de l’IG au directeur de l’administration pénitentiaire, le 5 (...)
  • 71 En 1937, Eysses avait été au cœur d’une campagne de presse d’Alexis Danan dénonçant les bagnes d’en (...)
  • 72 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport de l’inspecteur général au directeur de (...)
  • 73 Analyse des registres d’écrou de la centrale d’Eysses.

44Accueillir des résistants condamnés, constitue une mission délicate ; lors de la réunion à Paris des intendants de police et de tous les directeurs, au sujet du regroupement des détenus politiques, A. Lassalle est le seul directeur à accepter de les accueillir. Un inspecteur général est donc chargé d’étudier la possibilité de concentrer à la maison centrale d’Eysses, tous les « condamnés subversifs » de zone sud, et inspecte la prison le premier octobre 1943. Il perçoit dans ce choix certains atouts : « …Géographiquement le choix de la centrale d’Eysses est tout indiqué […] situé dans une région agricole de petite propriété dont la population dans sa grande majorité est calme et ne participerait pas à une action quelconque menée contre l’autorité. Elle se compose principalement de petits propriétaires et de maraîchers indifférents aux idées subversives, d’ouvriers agricoles sympathiques au communisme mais n’ayant jamais milité, et de réfugiés parmi lesquels des juifs commerçants pour la plupart honnêtes et tranquilles, installés dans la région avec leur famille, que les Allemands n’ont d’ailleurs jamais inquiétés […] Le choix d’Eysses est inéluctable les maisons centrales de Riom et de Nîmes de par leur situation géographique sont moins sûres70 ». Ce rapport est donc empreint d’une très forte perméabilité aux pressions du discours dominant, l’environnement rural, réputé tranquille, intervient comme un atout déterminant pour Eysses. On voit poindre les idéaux de la Révolution Nationale, selon l’adage « la terre, elle, ne ment pas ! », la ville étant perçue comme un lieu de perversion morale et politique. Un autre élément a pu intervenir, émettons-le simplement comme hypothèse : la réputation de la prison comme bagne d’enfants71 du fait de la volonté de « mater » les politiques. Les flux carcéraux intenses qui scandent la période d’occupation s’intensifient à partir d’octobre 1943 et Eysses devient le principal pôle de la France pénitentiaire. On décide d’y concentrer tous les « prisonniers spéciaux » pour « menées communistes, terroristes, anarchistes ou subversive » de la zone sud72 condamnés par les sections spéciales de cette zone et par le tribunal d’État de Lyon. Au total, entre 1940 et 1944, 4341 condamnés y sont écroués (3470 correctionnels et 871 criminels), parmi lesquels 1836 prisonniers politiques, soit 42%73. Entre octobre 1943 et le 30 mai 1944, son rayonnement couvre toute la zone sud et draine quelques flux venus du nord et de la Santé. Le 18 février 1944, quand le plafond de population carcérale est atteint (1430 détenus), la centrale est devenue à 90% une prison de politiques.

  • 74 AN, F1a/4548, prisons Loir-et-cher, rapport IGSA sur la maison d’arrêt de Blois le 3 avril 1944. C’ (...)
  • 75 AN, F7/14900, dossier transferts.

45Pour les hommes, deux autres maisons d'arrêt servent de prisons de concentration : Châlons-sur-Marne et la nouvelle maison d’arrêt de Blois, choisie en septembre 1943 alors que de nombreux travaux restent encore à réaliser74. Elles sont toutes deux occupées en partie par les autorités allemandes. La situation de Châlons-sur-Marne est stratégique du point de vue des communications ferroviaires vers l'est, en prévision d'une déportation. Suite à cette décision, la prison de Blois accueille 299 condamnés en provenance des centrales de Fontevrault, Poissy et Clairvaux entre les 16 et 20 septembre 1943 et reçoit pour cela un renfort de soixante dix hommes prélevés sur les maisons d’arrêt de zone occupée75.

46D’une manière générale, étant donné leur infériorité numérique et à l’exception des peines relevant de centrales, les femmes n’occupent pas une prison distincte mais un quartier annexe de la prison des hommes dont le personnel est subordonné au surveillant-chef ou au directeur. Ceci à l’exception de deux prisons départementales : la Petite Roquette, dans le département de la Seine et les Présentines à Marseille. Les plus fortes concentrations de prisonnières en zone nord  sont la maison centrale de Rennes qui accueille les condamnées à plus de six mois de prison, Fresnes qui sert de transit pour les transférables pour Rennes et accueille les condamnées politiques à moins de six mois et la Petite Roquette qui regroupe toutes les prévenues politiques en instance de jugement dans la région parisienne.

  • 76 AD d’Ille-et-Vilaine, 1405W1, 2 et 3, registres d’écrou de la centrale de Rennes.

47La centrale de Rennes reste la seule centrale de femmes sous souveraineté française en 1940 et accueille toutes les condamnées à plus de six mois de prison, d’abord de zone nord, le franchissement de la ligne de démarcation étant difficile, puis elle accueille des détenues de zone sud après novembre 1942. Au total, entre le 14 octobre 1940 et juillet 194476, 2083 condamnées y sont incarcérées, dont 356 (17%) détenues politiques. La plupart des droits communs sont des avorteuses victimes de la politique d’ordre moral de Vichy et des condamnées pour vols (dans un contexte de pénuries). En zone sud : la maison de correction St Joseph de Lyon reçoit les condamnées par le tribunal d’État de Lyon et par la section spéciale et les prévenues en instance de comparution devant ces mêmes tribunaux. La prison des Baumettes reçoit en 1943 les condamnées par les sections spéciales du sud de la France à plus d’un an de prison (son rayonnement va de Nice à la région toulousaine) ; elles seront transférées à Rennes en janvier 1944. Les Baumettes, Saint Joseph à Lyon et la centrale de Rennes sont donc les principales prisons politiques pour femmes et leur rayonnement dépasse le ressort du tribunal de leur circonscription.

  • 77 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport de l’Inspecteur général Breton au direc (...)
  • 78 Seule une minorité de condamnés par les autorités françaises passe dans le circuit allemand à l’iss (...)

48En octobre 1943, l’espace carcéral est traversé par des flux intenses de prisonniers politiques. Cette politique de concentration modifie une carte pénitentiaire qui épousait très largement la carte socio-démographique de la France. La situation des prisons de concentration reste particulièrement difficile même si les années noires sont passées. À la centrale d’Eysses par exemple, presque 90% des détenus vivent en commun dans des dortoirs et préaux surpeuplés77. Les prisons chargées d’accueillir les prisonniers les plus dangereux ne sont pas dotées des moyens nécessaires et la crise des prisons reste vive en 1943. La priorité est donnée à leur sécurité extérieure, l’objectif étant d’isoler les résistants de la société. La législation discriminatoire mise en place à leur encontre est motivée par la volonté de couper les liens avec l’extérieur pour les empêcher de nuire, davantage que par l’idée d’instaurer une peine punitive. Jusqu’en 1943, les deux circuits carcéraux, français et allemand communiquent peu78. Les ingérences allemandes se situent plutôt en amont de la pénalité ou dans le domaine de l’internement administratif. Si la libération ou l’internement sont conditionnés à l’accord de l’occupant, l’immense majorité des prisonniers condamnés par les autorités françaises échappe à la déportation jusqu’au tournant du printemps 1944. On aurait pu croire qu’en continuant à fonctionner, l’administration française eut permis à la souveraineté française de s’affirmer. L’histoire des prisons montre le contraire ; dès 1943, il n’existe plus de souveraineté française en matière de libération des prisonniers politiques.

1944 : Livraison des prisonniers politiques aux autorités allemandes

  • 79 Voir Froment (Pascale), René Bousquet, Paris, Fayard, 2001 et Berlière (Jean-Marc), Les policiers f (...)
  • 80 Inculpé notamment pour la livraison des politiques aux Nazis, il est condamné à mort le 20 juin 194 (...)

49Si les ingérences allemandes dans les prisons françaises existent depuis 1940, le printemps 1944 constitue l’ultime étape. Avec la miliciarisation du régime, les prisonniers politiques sont alors systématiquement remis aux autorités allemandes. Les différentes pièces du procès d’André Baillet79, directeur de l’administration pénitentiaire en 194480 permettent de faire la lumière sur une livraison qui montre combien l’administration française a fonctionné au service final de l’Occupant.

La décision

  • 81 CDJC, IV-168, note du Dr Ernst (état-major administratif du MBF), 16 décembre 1941.

50La collaboration pénitentiaire révèle la stratégie allemande : elle ne tolère la souveraineté française qu’en raison d’une participation de fonctionnaires français rendant plus efficace sa politique de répression. La livraison des prisonniers fait suite aux demandes répétées des forces d’occupation. Déjà, fin 1941, Otto von Stülpnagel (du commandement militaire) s’opposait au haut commandement des forces armées, au sujet de l’utilité des exécutions d’otages et proposait l’institution d’une nouvelle sanction : la déportation à l’est, pour travaux forcés « d’un certain nombre de criminels judéo-bolchéviques81 ». Nous avons vu qu’avec l’intensification de la résistance en 1943, elle contrôle les libérations des politiques détenus dans le secteur français. Les Allemands perdent de plus en plus confiance dans les capacités propres à l’administration française à garder ses « terroristes » et s’ingèrent chaque jour davantage dans la gestion quotidienne de l’État français. Se défiant de plus en plus de la police française, les services de la Sipo-SD recourent de plus en plus souvent, sur le plan de la répression, à l’emploi de la Milice ou à l’utilisation des bandes d’auxiliaires français.

  • 82 Légion des volontaires français contre le bolchevisme.
  • 83 AN, F7/14891. Douze directeurs régionaux sont révoqués en 1944.

51Le 21 décembre 1943, au milieu d’une crise du gouvernement de Vichy, Oberg exige en exécution d’un ordre du Reichsführer SS Himmler, l’éloignement immédiat de Bousquet et son remplacement par le chef de la milice Darnand, censé assurer à nouveau une étroite collaboration avec la police allemande. C’est suite à ces pressions allemandes que Laval aurait donné son accord, début janvier 1944, à la nomination de Darnand comme chef de la police française et Secrétaire général au maintien de l’Ordre. Il contrôle alors de fait l’administration pénitentiaire. Le décret du 31 janvier 1944 permet de placer à chacun des échelons de la hiérarchie pénitentiaire des hommes de confiance de la milice ; en mars 1944, Darnand peut ainsi répondre à Knochen qui estime nécessaire de désigner des membres éprouvés de la milice française en qualité de directeurs des maisons centrales et des grandes prisons que « …de nombreux miliciens ont déjà été nommés à des postes importants dans l’Administration pénitentiaire de même que des membres de la LVF82 […] des postes de directeurs régionaux ont été confiés à des camarades éprouvés83 ».

  • 84 Ancien représentant en produits pharmaceutiques, il est milicien et membre de la Légion des volonta (...)

52À la tête de l’administration centrale dès février 1944, André Baillet succède à Jean Esquirol qui a démissionné en raison d’un désaccord avec Darnand. Fils d’un commissaire de police proche de Laval, il est nommé par ce dernier à la direction des Renseignements Généraux en juin 1943. Jocelyn Maret, nommé directeur adjoint de l’administration pénitentiaire, a une culture milicienne que Baillet – plus proche des collaborationnistes parisiens – n’a pas. Il va exercer à son poste un zèle milicien84. Les deux hommes qui sont placés à la tête de l’administration pénitentiaire, autoritaires, extrémistes et collaborationnistes convaincus sont les artisans de la politique pénitentiaire dans sa phase de miliciarisation.

  • 85 AD du Lot-et-Garonne, cour de Justice d’Agen, 1738W31, dossier 655 bis Joseph Schivo (directeur de (...)

53La concentration des pouvoirs de police et de justice dans les mains de la milice devient incompatible avec l’exercice légal de la Justice. Depuis le 11 février 1944, il existe un droit de regard direct des occupants avec la création des commissions de surveillance franco-allemandes. La livraison massive et générale des prisonniers politiques était demandée depuis plusieurs mois. Elle fut décidée fin mars, en accord avec les autorités françaises. La fin de l’année 1943 est marquée par une intensification de la politique répressive et une étroite coordination entre services français et allemands. La livraison des résistants n’est que le terme logique de cette politique. En même temps, les pressions allemandes sont renouvelées face à la multiplication des évasions. La mutinerie armée engagée le 19 février 1944 par les 1200 détenus politiques d’Eysses afin de tenter une évasion collective ne peut que renforcer la certitude de la part des Allemands que le régime de Vichy est incapable de garder ses terroristes. Les deux mesures décisives concernant la livraison des politiques sont prises en mars, postérieurement à cet événement. Déjà, la politique de concentration des politiques dans quelques établissements pénitentiaires, opérée dès octobre 1943, facilitait cette livraison. Elle s’accélère le 4 mars 1944, lorsque le directeur de l’administration pénitentiaire demande aux directeurs des circonscriptions pénitentiaires « …de faire procéder d’extrême urgence au transfert de tous les hommes et femmes condamnés pour menées communistes anarchistes terroristes, actuellement détenues dans les maisons d’arrêt de votre circonscription […] à l’exclusion des condamnés pour activité subversive simple ou infraction au ravitaillement85… ». Trois établissements pour les hommes (Eysses, Blois, Châlons-sur-Marne) comme pour les femmes (Rennes, Lyon, Châlons-sur-Marne), cinq au total, sont concernés par cette disposition.

  • 86 AN, F1a/3656, télégramme du préfet de Blois à l’Intérieur, le 13 septembre 1943.
  • 87 C’est-à-dire détenus par les autorités françaises.
  • 88 AD du Loir-et-Cher, cote, 1375W61.

54La décision officielle de livraison systématique aux nazis des prisonniers politiques sous autorité française date du 31 mars 1944, elle est signée du directeur de l’administration pénitentiaire André Baillet. Seuls 387 condamnés politiques de la maison d’arrêt de Blois sont livrés antérieurement à cet ordre, le 18 février 1944. Le directeur de cet établissement accepte de livrer ses prisonniers aux autorités allemandes après simple autorisation téléphonique de la direction de l’administration pénitentiaire, alors qu’aucun ordre écrit ne lui a été donné en ce sens. Les Allemands avaient dénoncé, à plusieurs reprises, le manque de sécurité offert par cette prison et s’étaient montrés hostiles au choix de Blois comme prison de concentration86. Ensuite, ils avaient réclamé les locaux pour leurs propres prisonniers que seul le départ des prisonniers « français87 » pouvait libérer. Le 5 janvier 1944, le Militärbefehlshaber en France (commandant de la police de sûreté et des services de sécurité) réclame au chef du gouvernement le transfert au camp de Compiègne des 420 détenus communistes de la prison de Blois dont la peine arrive à expiration. Le 19 janvier, le directeur de l’administration pénitentiaire lui précise que seuls deux des 386 condamnés pour activité communiste, anarchiste ou terroriste sont libérables, mais ajoute : « au cas toutefois où, comme dans le cas présent le transfert des intéressés dans un camp allemand serait décidé, il m’apparaît que cette opération devrait être effectuée par les soins de la gendarmerie allemande. Je vous serais obligé de bien vouloir me faire connaître si vous partagez ma manière de voir sur ce point88 ».

  • 89 AN, cour de Justice André Baillet, op. cit., Déposition du directeur de la prison de Blois.
  • 90 AD du Loir-et-Cher, cote 1375W61. SGMO au préfet du Loir-et-Cher, 19 février 1944.

55Non seulement le directeur Baillet ne manifeste aucune résistance à cette demande, mais sa réponse est considérée comme un blanc seing de la part des autorités allemandes. En effet, la Sicherheitspolizei d’Orléans notifie le 16 février au directeur de la prison de Blois que la direction de l’administration pénitentiaire s’est mise d’accord avec l’autorité de la police de sûreté et des SD en France par la circulaire du 19 janvier. Parmi les 386 prisonniers livrés de cette prison, figure Colette, auteur des coups de feu contre Laval en 1941 ; seule cette livraison semble « émouvoir » les autorités françaises qui manifestent quelque résistance, tenant à garder « leur prisonnier89 » ! Quatre jours après la déportation des politiques, il y a alors conflit pour l’affectation des locaux et dans ce domaine, le gouvernement français résiste à l’ordre de réquisition immédiat des autorités allemandes ; la prison de Blois devient dès lors, une prison mixte franco-allemande90.

  • 91 AD du Lot-et-Garonne, dossier Schivo, op. cit., télégramme de l’Intérieur direction de l’administra (...)
  • 92 AN, cour de Justice André Baillet, op. cit., Archives départementales du Loir-et-Cher, cote 1375W61

56Tous les autres prisonniers politiques ont été livrés suite au télégramme chiffré du directeur de l’administration pénitentiaire daté du 31 mars. Adressé aux préfets des départements des trois principales prisons de concentration (Lot-et-Garonne (Eysses), Loir-et-Cher (Blois), Marne (Châlons-sur-Marne)), il est rédigé en ces termes : « Vous avise que les autorités allemandes doivent dans un délai rapproché, prendre possession des condamnés pour activité communiste, terroriste, anarchiste ». Cette décision est prise « …en accord avec le Secrétariat d’État au maintien de l’Ordre par les autorités d’occupation » et concerne « …votre population pénale visée par la loi du 5 juin 1943, sauf détenus spéciaux (espions à la solde des Allemands) et droit commun non visés par la loi91 ». Il prie les préfets intéressés de convoquer le directeur de la prison de leur département pour les mettre au courant, «…étant entendu que son personnel n’en sera avisé à aucun titre92 ». Les femmes détenues à la centrale de Rennes sont également concernées par cet ordre ; certaines partiront par l’un des premiers convois le 5 avril 1944. D’après les termes employés par André Baillet, ce sont les autorités allemandes qui exigent cette livraison. Mais le Secrétariat d’État au maintien de l’Ordre (c’est-à-dire Joseph Darnand) et le directeur de l’administration pénitentiaire André Baillet n’opposent aucune résistance, comme l’illustre l’épisode de la livraison des détenus politiques de Blois. La concentration des résistants dans quelques prisons visait à éviter les évasions et à donner des gages d’efficacité pour éviter leur déportation à l’est sous contrôle allemand ; jusque fin 1943, le régime tente de défendre coûte que coûte des parcelles de souveraineté, en l’occurrence le droit de garder ses « terroristes », même si il n’en n’a pas moins facilité la mise en œuvre ultérieure de la déportation. En 1944, loin d’opposer une quelconque résistance à la demande des nazis, le régime ultra de Vichy est responsable d’une livraison qu’il contribue pleinement à organiser.

La livraison systématique des politiques

  • 93 La déportation des 1121 détenus de la maison centrale d’Eysses est inscrite comme crime de guerre a (...)

57D’après les pièces du procès Baillet, c’est l’ensemble des prisonniers politiques alors détenus dans les prions françaises – prévenus et condamnés – qui est livré aux nazis entre février et juillet 1944. S’ajoutent quelques condamnés de droit commun. Les détenus politiques déjà condamnés (2445 au total) sont les plus nombreux. Presque la moitié (46%) provient de la centrale d’Eysses93, les autres étant groupés dans trois autres prisons : Blois, Châlons-sur-Marne et Rennes pour les femmes. La seconde catégorie concerne les prévenus politiques en attente de jugement pour activité terroriste, communiste ou subversive, 1598 au total. L’essentiel provient des prisons de Lyon (Saint Joseph et Saint Paul) mais touche des prisons réparties sur tout le territoire en zone nord comme en zone sud, de Bordeaux à Rouen. C’est une logique militaire qui conduit à éliminer tous les combattants potentiels et explique la livraison des simples prévenus. Celle-ci est accélérée après le débarquement, dans un contexte qui nécessite d’urgence de la main d’œuvre pour soutenir l’ultime effort de guerre du Reich. L’État français demande à ses fonctionnaires de se rendre complices de remises illégales de détenus, violant ainsi les principes élémentaires du droit pénal.

  • 94 Leur part est plus faible parmi les prévenus politiques livrés aux nazis dont elles représentent 6%
  • 95 AN, dossier Baillet, déposition du 18 novembre 1945 pièce C235.
  • 96 Idem.
  • 97 AN, F1a/4606, Ille-et-Vilaine, commission d’épuration de la circonscription de Rennes. Témoignages (...)
  • 98 D’après le surveillant-chef de la centrale de Riom, le 11 août 1944, trente détenus de droit commun (...)

58Les femmes ne bénéficient d’aucune indulgence dans cette politique de livraison massive, ni de la part des autorités allemandes qui les réclament, ni de celles du régime de Vichy qui les livre sans sourciller. Elles représentent entre 12,3% et 15,2% des condamnés politiques livrés, selon les chiffres contradictoires du procès Baillet94, contre 10% pour l’ensemble des 86 000 déportés de France suite à des mesures de répression (selon la qualification pise en compte par la Fondation pour la mémoire de la déportation pour les distinguer des déportés pour faits de persécution). À l’échelon local, quelques directeurs d’établissements pénitentiaires ont vainement tenté d’empêcher la déportation des mères95. Le directeur des établissements pénitentiaires de Lyon déclare avoir fait « une démarche […] pour que celles qui étaient enceintes, les mères de plus de trois enfants et les mineures ne fassent pas partie du convoi96 », sur quoi le directeur de l’administration pénitentiaire aurait déclaré, « de remettre sans difficulté toutes les femmes aux Allemands ». Le directeur de la centrale de Rennes serait intervenu à plusieurs reprises auprès de la Sicherpolizei pour empêcher d’abord, ajourner ensuite, le départ des détenues ayant avec elles des enfants en bas âge97. C’est cette intervention qui aurait ajourné leur départ jusqu’au dernier convoi parti de cette prison (elle furent déportées le 16 mai). Parallèlement, des raisons économiques expliquent la déportation de quelques prisonniers de droit commun98 ne représentant pourtant pas de danger potentiel pour les intérêts du Reich. Notons que les autorités allemandes se heurtent pour cette catégorie à quelques réticences de la part des autorités françaises, pourtant indifférentes au sort des politiques.

  • 99 AN, F1a/4606, Ille-et-Vilaine, chemise prisons, rapport de l’IGSA sur la commission d’épuration de (...)
  • 100 AD d’Ille-et-Vilaine, cote 278W 439, dossier individuel d’écrou.
  • 101 AN, F1a/4606, Ille-et-Vilaine, chemise prisons, rapport de l’IGSA sur la commission d’épuration de (...)

59Tous les condamnés politiques présents dans les prisons françaises entre avril et juillet 1944 ont-ils été déportés ? Dans les prisons de concentration, très peu échappent à la déportation. A la centrale de Rennes, après les trois départs des 5 avril, 2 et 16 mai, il reste cinq résistantes qui seront libérées par les Américains la 4 août. Deux sont condamnées pour « activité antinationale », le directeur affirme avoir personnellement soustrait à la déportation ces deux « gaullistes », arguant du fait qu’elles allaient être libérables, alors que les Allemands voulaient les emmener99. Une autre, condamnée à cinq ans de prison, pour atteinte à la sûreté extérieure de l'État, le 23 décembre 1942, par la section spéciale de la Cour d'appel de Montpellier, n’était pas libérable au printemps 1944. On peut donc penser qu’elle aussi, échappa à la déportation en raison du motif de son inculpation : “atteinte à la sûreté extérieure de l’État”. Il faut se garder de généraliser dans la mesure où il s’agit de l’initiative personnelle du directeur de la centrale de Rennes ; à Eysses par exemple, aucune différence ne fut faite entre les catégories de prisonniers politiques. La quatrième échappe à la déportation pour raison médicale, elle se trouve alors à l’hôpital de Pontchaillou où elle est soignée pour tuberculose pulmonaire100 ; enfin la dernière détenue politique qui n’est pas livrée aux Allemands est Mme Andrée Midol, condamnée pour activité communiste, femme du député communiste Lucien Midol, député à l’assemblée d’Alger101. Son mari, Lucien Midol, arrêté le 8 octobre 1939 pour constitution du Groupe ouvrier paysan, fut condamné le 3 avril 1940 à cinq ans de prison pour « reconstitution de ligue dissoute ». Interné à la prison du Puy, il fut ensuite transféré à Maison-Carrée en Algérie où il fut libéré en février 1943 par les troupes alliées, puis proposé au général de Gaulle, comme commissaire à la production industrielle dans le Comité français de Libération nationale. La décision de ne pas déporter sa femme peut s’expliquer dans le contexte où, à la suite de la condamnation à mort et de l’exécution de Pucheu en Algérie, le gouvernement Pétain avait annoncé des mesures de répression sur les familles des députés français séjournant en Algérie ; il est possible que Andrée Midol ait été gardée comme otage.

  • 102 Voir photo prise dans la cour d’honneur de la centrale d’Eysses par un GMR.
  • 103 Dossier de condamnation de Schivo, lettre du sous directeur d’Eysses à la DGAP, le 30 juin 1944.

60À Eysses, la quasi totalité des détenus politiques est livrée aux Allemands, y compris les espions au service de l’Allemagne, le télégramme prescrivant de ne pas livrer ces derniers étant arrivé trop tard ; emmenés par erreur, il seront délivrés à Compiègne. Lors du départ le 30 mai102, seuls quinze détenus politiques demeurent à l’infirmerie, exemptés par le médecin pénitentiaire comme grands malades103. On saisit avec ces deux exemples, l’ensemble des motifs politiques et médicaux qui permettent ici ou là d’échapper à la déportation, bien qu’il n’y ait pas de règle générale. Par contre, des prisonniers politiques se trouvant en dehors des établissements de concentration, parce que les aléas de la circulation ou les retards de procédure n’avaient pu les y conduire à temps, ont pu échapper à la déportation. Les coups de main des maquis ont également permis parfois de libérer les prisonniers avant leur transfert ; c’est le cas à la prison militaire de Nontron libérée par un maquis de l’Armée secrète le 10 juin 1944. La politique de concentration des prisonniers politiques par le régime de Vichy a donc préparé et facilité la livraison à l’occupant.

61Au total, 4043 détenus politiques sont livrés aux nazis par le gouvernement de Vichy entre mars et juillet 1944. La Fondation pour la mémoire de la déportation estime à 86 048 le nombre des déportés pour mesure de répression, « en vue d’arrêter la manifestation ou le développement d’une activité, d’un sentiment, d’un geste ou d’une parole jugés dangereux, car la mettant en cause », mais ce nombre comprend à la fois des « résistants, des politiques, raflés, otages et parfois droit commun ». On ne connaît pas le nombre total de déportés de France pour faits de résistance, mais il est probable que l’essentiel provienne du circuit allemand ou des camps d’internement (cas des résistants internés à l’issue de leur peine).

  • 104 Sur le camp de Romainville voir Fontaine (Thomas), Les oubliés de Romainville. Un camp allemand en (...)
  • 105 CDJC, CCCLXIV-3.

62Les hommes et les femmes livrés aux nazis transitent par les camps de Compiègne et Romainville104, principales antichambres de la déportation des politiques partis de France au printemps 1944. Les deux camps répondaient jusqu’alors à un statut différent. La détention de police exécutée dans le camp de Compiègne (Polizeihaft) était définie par un arrêté du commandant militaire du 31 mars 1942 : elle pouvait être appliquée à des personnes considérées comme dangereuses en raison de leur possible activité communiste, anarchiste ou gaulliste105. La détention de sûreté exécutée au fort de Romainville était appliquée à des personnes prises sur des faits qui mettaient en danger les intérêts allemands. C’est donc une mesure punitive, accompagnée de toutes les rigueurs d’une sanction pénale, mais qui reste d’un ordre purement administratif et non judiciaire. Au printemps 1944, les deux camps changent de fonction. Cette détention marque l’ultime étape en terre française de personnes prévenues ou condamnées par la justice française pour faits politiques, livrées par les autorités de l’Etat français aux Nazis. Après un passage dans une prison française ou allemande en France, les détenus échouent à plus ou moins long terme à Ravensbrück ou à Dachau, ainsi que dans les autres mailles du filet concentrationnaire. La procédure de livraison des détenus aux autorités allemandes est accablante quant aux responsabilités du dernier gouvernement de Vichy. Il s’agit d’une livraison massive, réalisée avec l’aval des autorités françaises, le mobile principal est politique s’exerçant contre des ennemis communs. Environ 40% ne sont pas rentrés de déportation.

63L’administration pénitentiaire française connaît pendant la Seconde Guerre mondiale la plus grave crise de son histoire. L’évolution de la pénalité concerne l’ensemble des infractions, y compris de droit commun : les lois se multiplient ainsi que les tribunaux d’exception et des sentences administratives se sur-ajoutent à la pénalité. Ce sont donc bien des choix politiques qui président à la crise de l’Institution, particulièrement dramatique pour les détenus durant les années noires 1941-1942. Les directeurs de prisons ou aumôniers pénitentiaires, relayés par le corps des inspecteurs généraux donnent l’alerte et permettent un constat officiel de la crise pénitentiaire. Ceci aboutit à des efforts d’ouverture de la prison qui contribuent à limiter les effets dévastateurs de la crise dès 1943. Il n’y a donc pas « d’abandon à la mort » de la part des autorités françaises. Par ailleurs, les prisonniers politiques, de plus en plus nombreux et visibles par une grande partie de l’opinion, savent tisser du lien social, contrairement aux aliénés et à la plupart des droits communs victimes de l’indifférence générale. La situation interdit toute réforme même si les projets ne manquent pas. Par contre, et contrairement aux totalitarismes nazi ou stalinien, on ne décèle aucun projet de rééducation pour le prisonnier politique.

  • 106 Idem, p. 19.
  • 107 Bancaud (Alain), Une exception ordinaire, la magistrature en France, 1930-1950, NRF essais, Paris, (...)

64On distingue deux phases dans la mise en œuvre de la politique judiciaire et pénitentiaire. Jusqu’aux cours martiales de 1944, l’État français met en œuvre une conception étatique. Il obéit à la fois à une logique de répression et d’intimidation : « Vichy attend de la justice moins une répression de masse que des sanctions exemplaires. À la différence de la philosophie pénale de la IIIe République, “libéristique” selon Barthélémy qui favorise l’individualisation de la peine et la réinsertion des condamnés, Vichy croit dans la pédagogie civique de l’intimidation par la voie des peines juridiques lourdes et systématiques […] plus préoccupée de faire un exemple dissuasif106…». La plus grande originalité de la période vient du fait que les juges sont soumis à la concurrence et aux intrusions allemandes107. Mais les prisonniers politiques sont soumis dès 1942, et pour la première fois dans l’histoire de l’emprisonnement politique, à un régime spécial défavorable par rapport aux droits communs ! Au sein d’une administration qui se focalise sur sa mission de garde, le prisonnier politique est considéré comme plus dangereux que le criminel de droit commun. Les femmes incarcérées pour motifs politiques (essentiellement des communistes dans les prisons françaises) subissent le même régime aggravé. La double peine politique instaurée par le régime de Vichy s’ajoute pour elles à la double peine moralisatrice des femmes, héritage des régimes précédents.
Jusque-là, la prison politique servait à isoler les politiques, à les exclure plus qu’à les punir, la prison étant l’instrument étatique servant cette politique de répression. Les ingérences allemandes et la politique sécuritaire de l’État français conduisent au rattachement de l’administration pénitentiaire à l’Intérieur, le 15 septembre 1943, légalisant la confusion du judiciaire et du politique, ouvrant la porte à toutes les dérives. L’ultime étape plus que le vrai tournant correspond à la phase milicienne du régime (de fin 1943 à la Libération) qui aboutit à la livraison systématique des prisonniers politiques aux autorités allemandes : la prison devient alors plus que jamais une forme de châtiment. On assiste à un déni fondamental de toute légalité (on livre même les prévenus), même si la rupture s’est instaurée graduellement, avec une dégénérescence progressive de l’état de droit pour les « forces de l’anti-France ».
L’idéologie de la Révolution nationale et le souci constant de la part de l’État Français d’affirmer sa souveraineté conduisent à une surenchère dans la répression. La « miliciarisation » de la pénitentiaire s’inscrit dans la continuité. En choisissant la Collaboration, puis en mettant en œuvre sa politique répressive, le régime de Vichy a facilité jusqu’au bout la répression de l’occupant. Avec la livraison systématique des prisonniers politiques, on saisit toute l’efficacité d’une collaboration d’État, avec une administration qui continue de fonctionner au service final de l’occupant. Les prisonniers politiques des sections françaises et allemandes tendent à subir le même sort post-carcéral, car les prisons s’insèrent dans un maillage carcéral et un système concentrationnaire international qui prend une importance croissante dans l’Europe occupée. La prison française sert l’occupant, elle n’offre pas à ses prisonniers la protection de la loi.

Haut de page

Notes

1 Pédron (Pierre), La prison sous Vichy, Paris, Éditions ouvrières, 1993.

2 Ibidem, p. 38-45.

3 À Villeneuve-sur-Lot dans le Lot et Garonne, la prison d’Eysses fut une grosse centrale au XIXe siècle avant de devenir une maison d’éducation surveillée destinée aux mineurs de 1895 à 1940.

4 Déclaration de J.-B. Lassalle le 23 septembre 1944. AN, dossier Lassalle, 19840465, art. 259.

5 AN, BB30/1709, Régime des prisons, exécution des peines privatives de liberté.

6 AN, F1a/4543, Rapport de l’Inspecteur général des Services administratifs J.Bancal au garde des Sceaux, le 9 décembre 1940.

7 À partir de 1941, les autorités allemandes disposeront de leur propre quartier de femmes à la maison d’arrêt Jacques Cartier et ne feront plus garder leurs prisonnières à la centrale.

8 Monzie (Anatole de), La saison des juges, Paris, Flammarion, 1943, p. 35.

9 Faugeron (Claude), Le Boulaire (Jean-Michel), « Peines de prison et ordre public », Revue française de sociologie, janvier-mars 1992, XXXIII-1,3-32.

10 Perrot (Michelle), Les ombres de l’histoire, crime et châtiment au XIX e siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 51.

11 Perrot (Michelle) (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire, Paris, Le Seuil, 1980. p. 190.

12 Barthélémy (Joseph), Ministre de la Justice, Vichy 1941-1943, mémoires, Paris, Pygmalion, 1989. p. 273.

13 AN, F1a/4549, Loire, rapport d’IGSA du 25 juin 1942 sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne.

14 Voir à ce sujet Pédron (Pierre), op. cit., chapitre 3 La Réforme Barthélémy.

15 Barthélémy (Joseph), op. cit., p. 274.

16 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire.

17 AN, F/1a/4513, affaires pénitentiaires.

18 Idem, rapport de l’IGSA du 23 juin 1942, p. 5.

19 Ibidem.

20 Voir Jaladieu (Corinne), « Le sort aggravé des détenus des prisons », in Collectif, « Morts d’inanition », Famine et exclusion sous l’occupation, actes du colloque de Lyon, 20 et 21 novembre 2003, RESEA (CNRS-Université Lumière Lyon II), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 187-199.

21 AN, F1a/ 4565, Puy de Dôme, chemise prisons 1940-44, rapport du 20 septembre 1941.

22 Barthélémy (Joseph), op. cit., p. 274.

23 AN, F1a/ 4565, Puy de Dôme, rapport du 20 septembre 1941.

24 AN, F1a/4549, Loire, rapport du 19 mai 1943 sur la maison d’arrêt de Saint-Etienne.

25 AN, F1a/4539, Haute-Garonne, rapport du 28 août 1940 sur la maison d’arrêt de Toulouse.

26 AN, F/1a/4513, affaires pénitentiaires, rapport du 23 juin 1942, p. 5.

27 AN, F/1a4540, rapport du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.

28 AN, F1a/3782.

29 Monzie (Anatole de), 1943, p. 8.

30 AN, dossier Baillet.

31 Lois de 1885 sur la relégation, de 1891 sur le sursis simple.

32 AN, F1a/4572, Rhône, rapport du 25 juin 1942 sur les prisons de Lyon.

33 AN, F/1a4540, rapport du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.

34 Idem.

35 AN, F60/1443, rapport de l’inspecteur Général au directeur de l’administration pénitentiaire du 24 mars 1944.

36 AN, F1a/ 4565, Puy de dôme, chemise prisons 1940-44, rapport du 22 février 1944.

37 Petit (Jacques-Guy), Ces peines obscures, la prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990, p. 545.

38 AN, F/1a/4513, affaires pénitentiaires, rapport de l’inspection générale des services administratifs en date du 23 juin 1942.

39 Rousseau (Michel), La maison d’arrêt de Loos pendant la période de l’occupation de la France par les Allemands de 1940 à 1944, mémoire de sous-directeur de l’administration pénitentiaire, 1982.

40 AN, F1a/4562, rapport du 27 mars 1944 sur la centrale et la maison d’arrêt de Loos.

41 AN, F1a/4522, rapport du 24 juin 1942 sur la CP de Clairvaux.

42 Archives de Fresnes, lettre du directeur de la centrale de Clairvaux au directeur de Fresnes, le 3 mars 1941.

43 AN, F1a/4582, prisons de la Seine, 1942-1944, rapport sur les prisons de Fresnes, adressé au garde des Sceaux, daté du 6 avril 1943.

44 Périllat Mercerot (Patrice), Les prisons de Fresnes et leur personnel pendant la Seconde Guerre mondiale, mémoire de DEA, Paris VII, 1991, p. 171.

45 Créé par la circulaire du 29 juin 1945.

46 AN, F1a/4549, Loire, chemise établissements pénitentiaires, rapport du 19 mai 1943 sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne.

47 Idem.

48 Ibidem.

49 Archives privées Bernard Weil.

50 À l’exception cependant des condamnés de marché noir, des prévôts et travailleurs qui touchent des portions supplémentaires, ou des caïds.

51 AN, F1a/4550, chemise établissements pénitentiaires, CP Bordeaux, rapport de l'IGSA au garde des Sceaux ; enquête sur les conditions de détention à la prison de Libourne (Gironde) des personnes condamnées par décision des autorités d'occupation, en date du 5 septembre 1941.

52 AD de la Marne, 11W14, préfet de la Meuse au préfet de la Marne le 24 juillet 1942.

53 Petit (Jacques-Guy), Faugeron (Claude), Pierre (Michel), Histoire des prisons en France (1789-2000). Le système pénitentiaire et les bagnes d'outre-mer, Toulouse, Éditions Privat, 2002, p. 130-131.

54 Von Bueltzingsloewen (Isabelle), « Morts sans ordonnance. les aliénés et la famine à l’hôpital psychiatrique départemental du Vinatier », in « Morts d’inanition », Famine et exclusion sous l’occupation, actes du colloque de Lyon, 20 et 21 novembre 2003, RESEA (CNRS-Université Lumière Lyon II), Presses universitaires de Rennes, novembre 2005, p. 51-63.

55 Parmi lesquels le psychiatre Patrick Lemoine, ancien chef de service à l’hôpital du Vinatier.

56 Cette thèse a été en particulier mise en avant par les rédacteurs de la pétition « Pour que douleur s’achève » mise en circulation en mars 2001. Elle est très proche de la thèse de l’ « extermination douce » développée par Max Lafont en 1987.

57 Remarquons une chronologie décalée avec l’extérieur où les pénuries se font le plus durement sentir en 1943.

58 Décret du 13 mars.

59 AN, F7/14900.

60 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport signé Pierre Laval.

61 Pédron (Pierre), op. cit., p. 156.

62 Gabolde (Maurice), La vie de la France sous l’occupation (Hoover Institute), 1940-1944, trois volumes, Paris, Librairie Plon, 1957, p. 636.

63 AN, F60/1443 PC/HB.

64 Ministère de la justice, Code des prisons, 1944.

65 Bulletin officiel du Ministère de la Justice, circulaire du 13 octobre 1943.

66 Note d’A. Baillet aux directeurs des services extérieurs de l’administration pénitentiaire.

67 Déposition de M. Jean Tiche (ex-directeur de l’AP Bordeaux), le 29 novembre 1944 au procès Baillet.

68 Pour les ressortissants de la Cour de Justice de Riom comme Léon Blum voir Pedron (Pierre), op. cit., 1993, p. 110-116.

69 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport de l’inspecteur général au directeur de l’administration pénitentiaire, le 1er octobre 1943.

70 AN, F1a/3656, chemise prisons, rapport de l’IG au directeur de l’administration pénitentiaire, le 5 octobre 1943.

71 En 1937, Eysses avait été au cœur d’une campagne de presse d’Alexis Danan dénonçant les bagnes d’enfants. À ce sujet, voir Carlier (Christian), La prison aux champs, les colonies d'enfants délinquants du Nord de la France au XIXe siècle, Paris, Les Éditions de l'Atelier, Éditions Ouvrières, 1994.

72 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport de l’inspecteur général au directeur de l’administration pénitentiaire le 5 octobre 1943. Circulaire du 26 octobre 1943 signée R. Bousquet, Secrétaire général de la police.

73 Analyse des registres d’écrou de la centrale d’Eysses.

74 AN, F1a/4548, prisons Loir-et-cher, rapport IGSA sur la maison d’arrêt de Blois le 3 avril 1944. C’est l’occasion d’une séparation avec les droits communs qui restent dans l’ancienne prison.

75 AN, F7/14900, dossier transferts.

76 AD d’Ille-et-Vilaine, 1405W1, 2 et 3, registres d’écrou de la centrale de Rennes.

77 AN, F60/1443, chemise administration pénitentiaire, rapport de l’Inspecteur général Breton au directeur de l’administration pénitentiaire, rapport du 24 mars 1944.

78 Seule une minorité de condamnés par les autorités françaises passe dans le circuit allemand à l’issue ou en cours de peine, avant le printemps 1944 : c’est le cas par exemple de 7% des détenues politiques de la centrale de Rennes.

79 Voir Froment (Pascale), René Bousquet, Paris, Fayard, 2001 et Berlière (Jean-Marc), Les policiers français sous l’occupation, Paris, Perrin, 2001.

80 Inculpé notamment pour la livraison des politiques aux Nazis, il est condamné à mort le 20 juin 1946 par la Cour de justice de la Seine.

81 CDJC, IV-168, note du Dr Ernst (état-major administratif du MBF), 16 décembre 1941.

82 Légion des volontaires français contre le bolchevisme.

83 AN, F7/14891. Douze directeurs régionaux sont révoqués en 1944.

84 Ancien représentant en produits pharmaceutiques, il est milicien et membre de la Légion des volontaires français contre le Bolchévisme. Fin 1943, il est nommé délégué général du gouvernement en zone nord, puis sous-préfet de Dinan avant de devenir l’adjoint de Baillet. Il claque les talons et salue à l’hitlérienne.

85 AD du Lot-et-Garonne, cour de Justice d’Agen, 1738W31, dossier 655 bis Joseph Schivo (directeur de la centrale d’Eysses de janvier à juillet 1944).

86 AN, F1a/3656, télégramme du préfet de Blois à l’Intérieur, le 13 septembre 1943.

87 C’est-à-dire détenus par les autorités françaises.

88 AD du Loir-et-Cher, cote, 1375W61.

89 AN, cour de Justice André Baillet, op. cit., Déposition du directeur de la prison de Blois.

90 AD du Loir-et-Cher, cote 1375W61. SGMO au préfet du Loir-et-Cher, 19 février 1944.

91 AD du Lot-et-Garonne, dossier Schivo, op. cit., télégramme de l’Intérieur direction de l’administration pénitentiaire à sous préfet de Villeneuve, 17h40, le 30 mai 1944.

92 AN, cour de Justice André Baillet, op. cit., Archives départementales du Loir-et-Cher, cote 1375W61.

93 La déportation des 1121 détenus de la maison centrale d’Eysses est inscrite comme crime de guerre au dossier de condamnation d’André Baillet.

94 Leur part est plus faible parmi les prévenus politiques livrés aux nazis dont elles représentent 6%.

95 AN, dossier Baillet, déposition du 18 novembre 1945 pièce C235.

96 Idem.

97 AN, F1a/4606, Ille-et-Vilaine, commission d’épuration de la circonscription de Rennes. Témoignages des nourrices (Lise London, Lucienne Rolland).

98 D’après le surveillant-chef de la centrale de Riom, le 11 août 1944, trente détenus de droit commun furent remis aux Allemands. Le dossier Baillet ne permet pas d’établir un bilan précis.

99 AN, F1a/4606, Ille-et-Vilaine, chemise prisons, rapport de l’IGSA sur la commission d’épuration de la région pénitentiaire de Rennes, du 9 avril 1945.

100 AD d’Ille-et-Vilaine, cote 278W 439, dossier individuel d’écrou.

101 AN, F1a/4606, Ille-et-Vilaine, chemise prisons, rapport de l’IGSA sur la commission d’épuration de la région pénitentiaire de Rennes, du 9 avril 1945.

102 Voir photo prise dans la cour d’honneur de la centrale d’Eysses par un GMR.

103 Dossier de condamnation de Schivo, lettre du sous directeur d’Eysses à la DGAP, le 30 juin 1944.

104 Sur le camp de Romainville voir Fontaine (Thomas), Les oubliés de Romainville. Un camp allemand en France (1940-1944), Paris, Tallandier, 2005.

105 CDJC, CCCLXIV-3.

106 Idem, p. 19.

107 Bancaud (Alain), Une exception ordinaire, la magistrature en France, 1930-1950, NRF essais, Paris, Gallimard, 2002, p. 69-70.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Évolution des effectifs des prisons françaises 1939-194430
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Jaladieu, « La prison politique entre 1940 et 1944 : de la double peine aux camps nazis », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 31 août 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/2554 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2554

Haut de page

Auteur

Corinne Jaladieu

Corinne Jaladieu est agrégée et docteure en histoire, professeur en hypokhâgne et khâgne au lycée Daudet de Nîmes et au lycée Joffre de Montpellier. Ses travaux de recherche portent sur la prison politique sous Vichy. Elle est l’auteure de La prison politique sous Vichy. L’exemple des centrales d’Eysses et de Rennes, Paris, L’Harmattan, 2007.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page