Navigation – Plan du site
Le régime spécifique de la détention politique

Respect de la « Privacy » et détention politique en France

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

  • 1 Le 15 novembre 2005, L'École Nationale d'Administration Pénitentiaire et le Centre National de form (...)
  • 2 Chauvaud (Frédéric) (dir.), Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lu (...)
  • 3 Pellico Silvio, Mes prisons, Paris, 1833. Dès l’année 1833, les traductions de Le mie prigioni fure (...)
  • 4 Bernard (Martin), Dix ans de prison au Mont-Saint-Michel et à la citadelle de Doullens, 1839 à 1848 (...)

1Le régime de l’exécution des peines subies par les opposants politiques fut un critère essentiel pour appréhender les différenciations entre la délinquance politique et celle de droit commun. Les régimes spéciaux dont bénéficièrent fréquemment les victimes des répressions servirent alors de définisseurs quand le droit ne parvenait pas à codifier les incriminations politiques, ou ne le souhaitait pas. Celui qui y était admis était reconnu comme détenu politique, avec une identité propre, même si la peine encourue ou subie appartenait à l’échelle des peines de droit commun. Des avantages matériels significatifs furent octroyés à ces prisonniers. Leur quotidien au sein de forteresses, puis de quartiers séparés dans les prisons ordinaires, se distinguait fortement de celui des prisonniers de droit commun. Et cette distinction avait une valeur symbolique très forte aux yeux d’une opinion attentive au sort des victimes politiques et indifférente à la grande misère des prisonniers ordinaires. C’est peut-être en approchant la sphère de l’intime et du privé, en évoquant les douleurs et les plaisirs, en parlant même de la sexualité que l’on peut cerner l’identité même du prisonnier politique. Il convient de toujours avoir à l’esprit que les oppresseurs comme leurs victimes ont en mémoire les pratiques répressives des régimes antérieurs, faites de concessions et de rigueurs, au point d’offrir parfois des martyrs à une cause. Le corps des détenus a fait l’objet de plusieurs colloques1 et journées d’études2. Celui des prisonniers politiques mérite lui aussi attention. Que signifient les longs passages des circulaires et souvenirs consacrés à la préservation de sa santé physique et mentale, à ses vêtements, à sa coiffure, à sa barbe, à son couvre-chef, aux contacts avec sa famille, à la qualité de sa nourriture et à la quantité des boissons absorbées ? Cerner l’identité réelle de ce détenu en restant au plus près de son corps enfermé grâce à l’analyse des rapports officiels des inspecteurs des prisons, des circulaires ministérielles ou des pétitions et témoignages d’enfermés ne peut faire l’économie d’une approche des représentations des corps souffrants dans la Bastille autrichienne du Spielberg3 ou dans la Bastille des mers,4 le Mont-Saint-Michel, pour ne citer que deux exemples. La combinaison des deux approches servit à affermir une tradition libérale française de respect de la personne du détenu politique, avant même que l’on n’évoque l’humanisation des peines.

En quête d’un statut spécifique, une mission impossible pour l’historien ?

  • 5 Latta (Claude), Un républicain méconnu, Martin Bernard, 1808-1883, Centre d’études forèziennes, Sai (...)
  • 6 Vimont (Jean-Claude), « Le premier “quartier politique” de Fontevraud », Fontevraud, Histoire et ar (...)

2Tenter de sélectionner les traits caractéristiques des emprisonnements politiques peut sembler une gageure quand on les envisage sur la longue durée, du siècle des Lumières jusqu’à une période récente. L’univers carcéral s’est progressivement diversifié à partir de la Révolution. Les régimes de détention des prévenus et des condamnés à de courtes peines dans les maisons d’arrêt et de correction, celui des réclusionnaires et des condamnés à plusieurs années d’emprisonnement acheminés dans les maisons centrales, celui des condamnés aux travaux forcés employés dans les bagnes métropolitains puis d’Outre-Mer n’ont que peu de choses en commun. Le séjour des hôtes des prisons d’État royales ou impériales semble difficilement comparable à celui des insurgés entassés dans les maisons d’arrêt parisiennes aux lendemains des journées révolutionnaires qui scandent l’histoire du XIXe siècle. Le relatif confort du Pavillon des princes, du Corridor rouge, du Pavillon de l’Est de Sainte-Pélagie où les journalistes libéraux de la Restauration, les pamphlétaires républicains de la Monarchie de juillet et du Second empire, les opposants à la IIIe République naissante demeuraient quelques semaines, voire quelques mois, bien nourris grâce aux repas de traiteurs extérieurs et fréquemment oisifs, contraste avec les rigueurs et la longueur des incarcérations subies par Armand Barbès, Auguste Blanqui et Martin Bernard5, les trois dirigeants de la société secrète des Saisons, dans les loges de la maison centrale du département de la Manche. Au sein des quartiers réservés aux républicains et aux chouans dans les grandes manufactures carcérales de Fontevraud6 et de Clairvaux, les artisans et les paysans qui s’étaient levés contre les monarchies censitaires réclamaient du travail pour améliorer leur ordinaire alors que les circulaires de Thiers, en charge des prisons, les en dispensaient. Les contrastes ne disparaissent pas au XXe siècle. Le quartier politique de la maison d’arrêt et de correction de la Santé remplaça celui de Sainte-Pélagie. Des journalistes royalistes, des activistes antimilitaristes, anarchistes, communistes y firent de brefs séjours incomparablement plus doux que les longues détentions dans les prisons pour peines ou dans les bagnes d’Outre-mer. Le contraste est également significatif entre la prison de Fresnes où des quartiers entiers furent réservés aux détenus pour faits de collaboration ou pour appartenance au FLN et les emprisonnements dans des camps ou des maisons centrales de résistants, d’épurés, plus tard de protagonistes du conflit algérien. Il convient donc de noter que les régimes « débonnaires » de la prison de Sainte-Pélagie ou de la Santé ne concernaient qu’une minorité de détenus. Dans les grandes maisons centrales peuplées d’insurgés d’extraction modeste, après les journées de 1832, 1834, 1839, juin 1848, 1851, 1871, les rapports et correspondances ne signalent pas les mêmes faveurs que dans la capitale. Le respect de la « privacy » des détenus politiques a concerné principalement des prévenus, des inculpés et des condamnés à de courtes peines. Il a fait l’objet de règlements et de circulaires applicables aux maisons d’arrêt et de correction en s’inspirant du modèle parisien, mais lorsque les flux d’emprisonnés furent massifs, les égards furent remisés à des temps plus sereins.

  • 7 Vimont (Jean-Claude), « Le pécule des détenus », dans Aglan (Alya), Feiertag (Olivier) et Marec (Ya (...)
  • 8 Bertaud (Jean-Paul), La vie quotidienne en France au temps de la Révolution (1789-1795), Paris, Hac (...)

3Comme le soulignait Christian Carlier en 1993, un clivage essentiel entre détenus était celui de l’argent à leur disposition, quels que soient les motifs de leur incarcération. La différenciation entre le régime du commun et celui de la pistole existait déjà sous l’Ancien régime dans des geôles où tout se payait7. La Révolution ne bouscula guère cet ordre de choses, même si elle s’efforça de distinguer les Maisons de sûreté nationale réservées aux suspects des premières prisons pour peines issues du Code de 1791. Les clivages sociaux déterminaient, dans ces refuges de l’inégalité8 qu’étaient les prisons de la Terreur, l’octroi de menus avantages. Cela n’a guère changé depuis. Il est important d’effectuer ce rappel car, lorsque l’on s’interroge sur la genèse de la détention politique et sur sa spécificité, il est tentant de l’envisager comme un régime privilégié inventé pour des privilégiés, afin de ne pas leur faire subir la misère d’un univers carcéral où sévissaient les fièvres des prisons.

4Disposer de ressources personnelles, jouir d’une certaine réputation, d’une notabilité a incité les gouvernements à accorder des marques de considération aux personnalités. Les égards étaient aussi bien matériels que symboliques. Chateaubriand, aux débuts de la monarchie de juillet, séjourna dans les appartements du préfet de police, à la différence d’autres partisans de la duchesse de Berry qui furent conduits à la Force. Cette dernière fut emprisonnée dans la forteresse de Blaye tandis que les paysans vendéens qui avaient été entraînés dans cette ultime chouannerie croupissaient dans les maisons centrales de Fontevraud et du Mont-Saint-Michel. La Révolution avait mis à bas les prisons d’Etat. Elles ressurgirent sous l’Empire. Plus tard, des personnalités furent acheminées dans ces prisons d’exception : quatre ministres de Charles X au fort du Ham, Louis Napoléon Bonaparte également conduit dans cette forteresse de la Somme d’où il s’évada, la duchesse de Berry près de Bordeaux à Blaye, bien plus tard des ministres républicains enfermés au fort du Portalet de 1941 à 1942 au prétexte d’avoir été les responsables de la défaite, le maréchal Pétain qui y séjourna d’août à novembre 1945 avant de rejoindre l’île d’Yeu, les dirigeants de l’insurrection algérienne dont Ahmed Ben Bella, hébergés sur l’île d’Aix, puis au château de Turquant…

5Une relative bienveillance permettait à certains détenus d’échapper à l’emprisonnement ordinaire et d’être placés dans des maisons de santé, dans des hôpitaux ou dans les infirmeries des prisons, réputées plus confortables et plus saines. Quand le choléra sévit à Paris en 1832, le gouvernement ne souhaita pas prendre de risques avec la santé de François Vincent Raspail qui bénéficia d’un traitement privilégié dans la maison d’arrêt de Versailles. Quand l’opposition républicaine et la Gauche dynastique accusaient le ministre de l’Intérieur de ruiner la santé des détenus du Mont-Saint-Michel en leur infligeant une détention cellulaire « expérimentale », avant même le vote d’une loi réformant les prisons alors en discussion,Armand Barbès fut conduit dans la prison de Nîmes dès 1843 et Louis-Auguste Blanqui transféré dans la prison-hôpital de Tours l’année suivante.

  • 9 Vallat (Xavier), Feuilles de Fresnes, ed. de l’auteur, Annonay, 1971.
  • 10 Combelle (Lucien), Liberté à huis clos, Paris, Éditions de la Butte aux cailles, 1983.
  • 11 Régime vécu dans la maison centrale de Poissy, notamment par le journaliste-écrivain Albert Simonin (...)
  • 12 Sur l’univers des maisons centrales où séjournèrent des condamnés pour faits de collaboration, on p (...)

6Nous rencontrons la même sollicitude au XXe siècle à l’égard de détenus âgés ou mutilés. Xavier Vallat, le premier commissaire aux questions juives du gouvernement de l’amiral Darlan, a laissé une précieuse chronique de l’infirmerie de la prison de Fresnes, peuplée de malades, mais aussi de ministres et officiers supérieurs de l’État Français9. À Clairvaux, dans la maison centrale, Charles Maurras condamné à la réclusion à perpétuité bénéficia de biens des égards au sein de l’infirmerie. Les mémoires de Lucien Combelle, le fondateur de Révolution Nationale, décrivent également les menus privilèges dont il profita dans les prisons du sud de la France10. Des souvenirs qui contrastent avec le régime imposé aux obscurs, aux soldats perdus de la Collaboration, astreints à la ronde silencieuse dans les cours des maisons centrales, les sabots aux pieds et un droguet marron pour costume11, employés dans les ateliers de « chaises-pailles » ou rongeant leur frein dans les salles d’inoccupés, couchés la nuit dans les cages à poules bricolées par la IIIe République dans les grands dortoirs des anciens monastères12. Si les égards furent destinés en priorité à des notables, ils furent aussi étendus aux militants des sociétés, ligues et partis lorsque l’on était dans une phase d’extension des libertés publiques et lorsqu’une relative prospérité écartait les peurs politiques et sociales. Mais l’histoire politique des deux derniers siècles connut bien de soubresauts et crispations chez les partisans du maintien de l’ordre. D’où une seconde difficulté pour tenter de repérer des continuités par-delà les crises.

  • 13 Vimont (Jean-Claude), La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique, X (...)
  • 14 Alain Faure dans l’introduction au livre Vigier (Philippe) et Faure (Alain) (dir.), Répression et p (...)
  • 15 Robert (Philippe), Entre l’ordre et la liberté, la détention provisoire. Deux siècles de débats, Pa (...)
  • 16 Sur les rigueurs infligées aux mineurs de justice à l’issue de la Semaine rouge, Vimont (Jean-Claud (...)

7Le concept de « tradition libérale française » en matière d’emprisonnement politique – avancé dans des écrits antérieurs13 – fondé sur l’observation de pratiques pénitentiaires jusqu’en 1830, puis sur l’élaboration de lois et circulaires durant les quatre premières années de la Monarchie de Juillet et enfin sur la reprise de ces usages et de la philosophie de ces textes par les gouvernements ultérieurs, incite à la perspective généalogique et au repérage de traits communs, d’invariants qui l’emporteraient sur les transformations. Il a certes été malmené par quelques historiens qui pointaient justement les excès répressifs de certaines périodes où les préoccupations de maintien de l’ordre l’emportaient sur le respect des motivations politiques des victimes des répressions14. Quand les régimes étaient en péril, l’ordre l’emportait sur la liberté15. Ménagements et adoucissements octroyés par les régimes antérieurs étaient oubliés. Le sort des suspects dans les prisons du représentant en mission Carrier à Nantes au printemps 1794 est fort éloigné du confort dans la prison du Luxembourg ou dans l’hôtel Talaru à Paris, lieux de séjour plus connus pour leurs intrigues amoureuses que pour leur insupportable promiscuité. Des complices de Cadoudal subirent les chaînes et dormirent sur de la paille à Bicêtre tout au long de l’Empire, un mode d’emprisonnement incroyablement plus dur que celui envisagé par le décret de mars 1810 sur les prisons d’État. Les ateliers et les dortoirs des grandes maisons centrales accueillirent durant la Terreur Blanche nombre d’auteurs de cris séditieux et de paysans affamés par la crise frumentaire. Les douceurs du corridor rouge de Sainte-Pélagie leur étaient refusées. Les fusillades et déportations de Communards ne s’inscrivaient pas non plus dans une tradition libérale d’adoucissements. Les enfants emprisonnés aux lendemains de l’insurrection furent acheminés dans le quartier correctionnel et disciplinaire de la prison Bonne Nouvelle à Rouen, où ils subirent un régime de détention beaucoup plus dur que dans les colonies agricoles privées et publiques16. Les rigueurs infligées aux anarchistes, ces auteurs   de « délits sociaux », selon la terminologie en vigueur durant la dernière décennie du XIXe siècle, dans les prisons et les bagnes, illustrent aussi les peurs des gouvernants et de la société face à de nouvelles formes de contestation. Au milieu du XXème siècle, les résistants regroupés dans la maison centrale d’Eysses portaient le costume pénal comme des prisonniers ordinaires. Peu après, les condamnés pour faits de collaboration subirent un sort identique dans les maisons centrales de Poissy, de Clairvaux, de Fontevraud. Ces quelques exemples montrent la fragilité d’une tradition libérale d’adoucissements qui fut fréquemment oubliée au plus fort des crises politiques, mais qui renaissait lorsque le temps de l’oubli et du pardon était de nouveau à l’ordre du jour, lorsque les peurs s’estompaient, lorsque les affrontements s’étaient éloignés.

  • 17 Vimont (Jean-Claude) « Les pamphlets d’épurés incarcérés après la Libération », dans Biard (Michel) (...)

8Cette nécessité d’une observation fine des spécificités des régimes de détention politique mis en place par les monarchies, les empires, les républiques, au gré des circonstances révolutionnaires ou lors des guerres, n’interdit pas de repérer des constances, des continuités, des modèles qui, si ils n’étaient pas respectés, autorisaient les opposants à fustiger « l’absolutisme » des gouvernements, « la tyrannie » en vigueur dans ses prisons. Les détenus politiques ont beaucoup écrit ; leurs partisans aussi. Pendant les détentions ou aux lendemains des libérations, chroniques de presse, mémoires et souvenirs convergent en des flux de plus ou moins grande importance pour forger des martyrologues, de noirs tableaux que les pouvoirs ne peuvent mésestimer, malgré les exagérations propres à l’écriture des pamphlets17. Les persécuteurs du jour n’ont-ils pas été les victimes de la veille ? Et ne le redeviendront-ils pas ?

Une frontière et son no man’s land

9Identifier les contours du régime de détention politique est essentiel. Son octroi par un pouvoir est indissociable de la réflexion sur la nature du délit politique et donc sur l’identité du prisonnier politique. Le régime de détention agit comme un définisseur quand le droit semble impuissant à catégoriser les infractions par leur nature. Le commode recours à la notion « de délit réputé politique », comme à l’automne 1830 lorsque la Chambre des députés décida de déférer devant des cours d’assises les délits de presse et les délits « réputés politiques », sous-entendait un jeu complexe entre plusieurs acteurs : le pouvoir, les opposants emprisonnés et l’opinion. Joutes oratoires, pamphlets, écrits juridiques, mais aussi pétitions, mouvements de colère, grèves de la faim ou mutineries de prisonniers témoignèrent des bords mouvants de la prison politique car ils concernaient la définition même des crimes et délits spécifiques, le choix des peines réservées à ces crimes, comme la déportation et la détention lors de la réforme du code pénal de 1832, les mesures de grâces et les lois d’amnisties dont il fallait définir le champ d’application et surtout les particularités des modes d’emprisonnement applicables aux opposants sous la main de la justice. Le régime de détention politique n’est pas une entité stable car, de tous temps, les détenus tentèrent d’arracher concessions et avantages supplémentaires tandis que les pouvoirs s’efforçaient de les rogner ou de les restreindre. Le jeu fut donc combat, rapport de force individuel ou collectif, avec des moments particulièrement intenses et tragiques, comme dans la forteresse de Doullens en 1839 ou à Fresnes en 1959. Il y allait de l’intégrité des personnes, du respect de leurs convictions et de leur identité, de la reconnaissance de la légitimité ou de la noblesse de leur combat.

  • 18 Magalon (Joseph-Dominique), Ma translation ou la Force, Sainte-Pélagie et Poissy, Paris, 1824.

10S’intéresser à leurs vêtements, à leur coiffure ou à leur barbe, au décor et au mobilier de leur cellule, au déroulement des visites de leurs proches, exige de mesurer la nature concrète des distinctions, des privilèges, de la relative bienveillance des gouvernants. Et la comparaison avec la misère et la sévérité disciplinaire dans les maisons d’arrêt et les maisons centrales doit être sans cesse effectuée pour mesurer les écarts entre les modes de vie quotidiens des uns et des autres. La question du travail forcé ou volontaire en prison constitue également une ligne de démarcation entre les détenus politiques et la population ordinaire. La séparation ou la confusion des catégories de prisonniers, l’existence de prisons réservées ou de quartiers séparés sont l’enjeu d’affrontements qui ne doivent pas être négligés. Au-delà des aspects strictement matériels qui imposent aux gouvernements de multiplier les circulaires, il y a une dimension symbolique qui accompagne le respect d’une certaine « privacy », selon l’expression employée par Michelle Perrot à leur égard. Faire du journaliste libéral Magalon un martyr des gouvernements ultra-royalistes de la Restauration parce qu’il fut conduit dans la maison centrale de Poissy, enchaîné à un galérien « galeux » et y demeura quelques jours, affublé de la « livrée du crime » et occupé à la fabrication de chapeaux de pailles, peut sembler exagéré. Mais Magalon18 fut un étendard de l’opposition libérale, à l’instar des Quatre Sergents de la Rochelle ou du journaliste Fontan.

11Les évocations de quartiers politiques insistent principalement sur la sociabilité qui y régnait. Dès 1832, la réforme du Code pénal qui mit en place la peine de la détention, peine politique destinée à se substituer à des déportations que le ministère de la Marine peinait à organiser, indiquait que les détenus devaient vivre « en commun », à l’écart des prisonniers ordinaires, dans des forteresses si possibles comme à Doullens, ou, à défaut, dans des quartiers séparés au sein des détentions. La création des circonstances atténuantes et l’établissement d’une nouvelle échelle des peines firent de la détention la peine politique par excellence, distincte de la réclusion criminelle qui emportait l’obligation de travail. Elle servit de modèle pour l’établissement de régimes politiques au sein des maisons d’arrêt et de correction, au bénéfice de condamnés correctionnels. Cette vie « en commun » est bien connue avec ses moments d’euphorie et de manifestations politiques, ses chants et ses tablées communes, mais aussi avec ses tensions et ses rivalités, aiguisées par l’usure carcérale quand les emprisonnements se prolongeaient. Les ministres de l’Intérieur étaient effrayés par l’existence de véritables « universités de la révolution » au sein de la capitale, espaces d’endoctrinement, de discussions passionnées autour de stratégies subversives ou d’utopies sociales. N’était-ce pas les lieux où se préparaient de grandes évasions, des sociétés secrètes, des complots contre la vie du roi, comme à Sainte-Pélagie sous la Monarchie de juillet ? Le quartier politique préservait l’intégrité intellectuelle de ses hôtes, avec la possibilité de lire, d’écrire, de suivre l’actualité lorsque les circulaires ministérielles autorisaient l’introduction de journaux. Les chantages aux grâces, les transferts de prisons à prisons, plus ou moins proches de la capitale, l’empreinte carcérale et la lassitude assombrissent les peintures d’un « Paris révolutionnaire » élaboré par les républicains et bien des légendes ultérieures qui avaient tendance à enjoliver l’ambiance au sein des détentions.

12Le quartier politique devait également préserver l’intégrité physique et la santé de ses pensionnaires. Ils pouvaient consulter leur médecin personnel, se nourrir à leurs frais auprès de traiteurs extérieurs à la prison, recevoir des adoucissements de leurs proches. Ces avantages matériels, cette sollicitude concernant la nourriture, les boissons, le linge, le mobilier contribuaient à décrire en creux une « privacy » que l’on souhaitait préserver, respecter et assuraient, tant bien que mal, leur survie dans des prisons malsaines. Dès l’aube du régime de Louis-Philippe, Thiers multiplia les circulaires précisant les contours du régime de la peine de la détention et de son application aux prisonniers correctionnels incarcérés pour des délits de presse ou des délits politiques. De la Monarchie de Juillet jusqu’au conflit algérien, les gouvernements ont souhaité ne pas offrir des martyrs à la cause qu’ils réprimaient. La santé détériorée des républicains isolés dans les loges du Mont-Saint-Michel faisait une très mauvaise publicité au modèle philadelphien de séparation cellulaire lors des débats sur la réforme des prisons durant la seconde décennie du règne de Louis-Philippe. La presse d’opposition évoquait les transferts de détenus aliénés vers l’asile de Pontorson, le suicide d’un autre détenu. La sœur d’Armand Barbès et son avocat Emmanuel Arago faisaient savoir aux députés que « le Bayard de la démocratie » était au plus mal. Des transferts vers des prisons plus saines ou des hôpitaux mirent fin à ce qui était perçu comme un calvaire, une insupportable torture. À la fin des années cinquante, de nombreux médecins et internes furent requis pour préserver la vie des prisonniers FLN lorsque celui-ci lança dans toutes les prisons de France des grèves de la faim pour obtenir un statut de prisonnier politique, l’admission à la catégorie « A ».

  • 19 Barginet (Alexandre-Pierre), Lettre à M. le Vicomte de Chateaubriand sur l’affaire Magalon, Paris, (...)

13Dès la Restauration, l’opposition libérale dressa un portrait du détenu politique qui l’excluait de la sphère des droits communs. Ses motivations « non viles » imposaient les ménagements et une atténuation de sévérité des peines. Si le délit résultait d’une « erreur de l’esprit », il ne témoignait pas « d’une bassesse de l’âme », selon l’expression de Barginet19 en 1823. Benjamin Constant, à la tribune de la Chambre en 1826, justifiait un statut spécial par la nature spécifique de l’infraction politique. Si l’opposant devait être enfermé, il n’en demeurait pas moins, dans le champ des luttes politiques, un homme d’honneur victime de ses engagements tout comme ceux qui l’enfermaient : « (…) l’exaltation des passions politiques, qui peut être dangereuse et qui doit par conséquent être réprimée, ne sera néanmoins jamais confondue dans le jugement moral des hommes avec des actes honteux en eux-mêmes, tels que l’assassinat, le vol, la spoliation. » Le détenu politique ne devait susciter ni mépris, ni infamie. Il devait bénéficier d’excuses, car il avait agi en fonction d’illusions, de chimères, d’utopies ou de passions. Son honnêteté, son indépendance, sa grandeur d’âme – les plaidoyers en faveur des opposants incarcérés ne tarissent pas d’éloges quelque peu grandiloquents – interdisaient d’employer les procédés employés d’ordinaire pour « corriger » les malfaiteurs.

Tolérances en matière de sexualité

  • 20 Vimont (Jean-Claude), « Sexualité et sociabilité dans les quartiers de détention politique » dans C (...)

14Le condamné politique et ses parents, épouse, enfants, amis, devaient être préservés de tout contact avec la clientèle habituelle des prisons. Ces éléments expliquent, à première vue, la multiplication des règlements et circulaires sur l’organisation des visites de proches aux prisonniers politiques. Les rapports d’inspection évoquent également les visites des familles, ce moment de contact privilégié entre l’intérieur et l’extérieur, ces instants où le prisonnier profite du bonheur familial pour oublier les hauts murs qui l’isolent. Les mémoires des détenus ne dissimulent pas l’importance de ces moments, même si une certaine forme d’autocensure interdit d’aborder la sphère de l’intime, celle des sentiments, comme celle de la sexualité20.

15Les archives des prisons politiques regorgent de lettres, de pétitions lorsque le régime des visites était modifié par l’administration. Tantôt, elles avaient lieu dans le parloir commun, lieu de promiscuité avec les familles des droits communs. Tantôt des parloirs séparés furent aménagés. En juillet 1812, un règlement sur les prisons d’État précisait que les visites devaient avoir lieu dans un parloir sous la surveillance d’un gardien, mais que le ministre de la Police générale pouvait accorder des visites dans les chambres. Dès l’aube du XIXe siècle, les préfets de Police parisiens et les ministres de l’Intérieur usèrent de cette prérogative en faveur de quelques détenus privilégiés, allant même jusqu’à leur accorder des autorisations de sorties ponctuelles. Ces tolérances, non dénuées d’arbitraire, conféraient aux autorités un puissant moyen de discipline dans les prisons. En 1820, le préfet de Police de Paris refusa toute communication entre une femme Foulon et son mari dans sa chambre de Sainte-Pélagie. Mais au mois de décembre de la même année, l’officier Duvergier put recevoir une dame Tourville dans sa chambre. Plus tard le ministère de la Justice se préoccupa de la qualité des personnes autorisées à visiter les détenus politiques et de la surveillance à exercer par les gardiens. D’un côté les récriminations des prisonniers, de l’autre des textes officiels aux formules convenues. En 1831, la presse d’opposition se déchaîna. Le nouveau directeur de Sainte-Pélagie avait interdit les visites dans les chambres et aménagé un parloir spécial où les jeunes étudiants des sociétés républicaines pouvaient accueillir leurs proches, quatre heures durant, sous la surveillance d’un gardien. La Tribune des départements du 28 juin 1831 indiquait que le parloir interdisait «  ces moments d’intimité, d’épanchement si précieux sous les verrous. » La question semble donc d’importance et au cœur du respect de la « privacy » du détenu politique. Privé de liberté, est-il privé de l’exercice de sa sexualité ?

16Il ne faut pas s’attendre, en la matière, à lire de longs commentaires sur « la castration » subie par les enfermés. Les pétitions de détenus du Mont-Saint-Michel ou de Doullens, implorant les autorités de faire admettre en maison de santé l’un des leurs que l’onanisme affaiblissait sont exceptionnelles. Silvio Pellico qualifiait de « confiance filiale » la confusion qu’il ressentait à la vue des formes de Zanze, la fille du geôlier des Plombs de Venise. Christian de la Mazière, incarcéré à Fresnes à la Libération, consacre quelques passages de ses souvenirs au trouble procuré par le portrait de l’épouse de son codétenu, jeune femme jouant au tennis, « les jambes au vent, en jupe plissée ».

17La pudeur n’autorise que des allusions, des effusions romantiques, rarement l’expression du désir et la cruauté de la frustration. Les journalistes incarcérés pour délits de presse ont offert des tableaux enjolivés de leurs brefs séjours dans la prison de Sainte-Pélagie pendant la première monarchie censitaire : défilés de visiteurs et repas arrosés dans la chambre de Béranger, repas de Cauchois-Lemaire, servis par sa cuisinière, en compagnie de son épouse, bien au-delà des heures de parloirs, visites de « jolies créatures » dans le Corridor rouge, selon Jouy et Jay, de « compagnes de débauches », selon Magalon. Deux mois avant la chute de Charles X, un journaliste sanctionné de trois mois d’emprisonnement, se plaignit de devoir partager sa chambre avec un voleur. Un inspecteur fut dépêché sur place et rapporta au préfet que l’homme de lettres prétextait cette promiscuité afin d’obtenir une chambre où, seul, il pourrait recevoir les visites d’une femme mariée. En 1837, l’inspecteur des prisons Moreau-Christophe qui n’appréciait guère l’insubordination des détenus politiques et aurait souhaité leur appliquer un régime d’isolement cellulaire décrivait des républicains qui se passaient de main en main dans les dortoirs des « filles payées ». Les archives départementales des Yvelines conservent des correspondances sur le séjour de républicains et de carlistes dans la maison d’arrêt de Versailles pendant l’épidémie de choléra de 1832. La vie y était paisible. Les détenus avaient aménagé leurs chambres. Madame Raspail s’y chargeait du dîner consommé avec les enfants du prisonnier jusque tard dans la nuit. Un partisan de la Duchesse de Berry « put y contracter et même y consommer son mariage. Une fois mariée, sa femme, qui avait fait meubler une chambre dans la prison, l’habita constamment avec lui depuis le lever jusqu’au coucher du soleil. » Nous pourrions multiplier les épisodes, plus ou moins célèbres, comme celui de « l’enlèvement des sabines » dans Sainte-Pélagie ou le régime confortable de Pierre Kropotkine, incarcéré en 1883 dans la maison centrale de Clairvaux et qui y recevait quotidiennement son épouse dans une petite maison de gardiens.

18À plusieurs reprises dans les textes officiels, il est également fait mention de libations, d’excès de spiritueux, de repas copieux dans les chambres, les chauffoirs ou parloirs des détenus politiques. Dans les écrits des philanthropes, il s’agit de dénoncer les geôliers prêts à faire bombance avec leurs hôtes, prompts à s’enrichir grâce à une cantine bien fournie et à des commissions sur les denrées acheminées depuis l’extérieur. La présence des personnalités politiques est une source de revenus supplémentaires. En 1839, le règlement supprimant l’alcool et le tabac dans les maisons centrales annonce un accroissement des rigueurs envers les condamnés que l’on souhaite soumettre à un isolement cellulaire pour mieux les amender et les moraliser. Alexis de Tocqueville avait été très désagréablement impressionné par les excès de boissons dans la maison centrale de Poissy, lors d’une visite préalable à son voyage en Amérique.

  • 21 Gegout (Ernest) et Malato (Charles), Prison fin de siècle, Souvenirs de Sainte-Pélagie, Paris, 1891
  • 22 Montagnon (Pierre), 42 rue de la Santé, une prison politique (1867-1968), Paris, Pygmalion éditions (...)

19Les mémoires des détenus politiques se sont toujours gaussés de la pudibonderie des différents régimes en ces matières, comme pour signifier que leur emprisonnement était une peine suffisante sans devoir être augmentée de rigueurs supplémentaires. Les témoignages des prisonniers de Sainte-Pélagie sous le Second empire décrivaient « une prison heureuse » avec ses vins fins, ses mets de luxe, des repas parfois trop arrosés, de nombreuses visites de femmes « de petite vertu ». Le préfet de Police Pietri souhaita rétablir l’ordre par un règlement de février 1867 limitant les quantités de vin introduites, interdisant les alcools forts et affectant un parloir aux visites. La presse d’opposition se moqua du fonctionnaire. En 1890, le ministre de l’Intérieur Constans signa un arrêté applicable à tous les détenus politiques des prisons départementales. Les visites devaient avoir lieu dans un parloir spécial et surveillé. Sur autorisation expresse du ministre, des familles continueraient à être admises dans les chambres. Il avait précisé, à la tribune de la Chambre en 1889 que seules les épouses seraient admises à visiter les prisonniers, car il se disait que des danseuses de l’Opéra s’étaient introduites dans la prison. Boulangistes, socialistes, anarchistes se déchaînèrent contre le ministre. Dans leurs souvenirs de Sainte-Pélagie Ernest Gégout et Charles Malato commentaient ainsi la décision du ministre : « Seule la famille naturelle ou d’élection, mais estampillée par un long usage, avait le droit d’apporter quelques douceurs et quelques consolations hygiéniques aux détenus21. » Les auteurs évoquaient des prisonniers qui, chaque jour, se livraient dans les chambre du pavillon de l’Est à un exercice « d’une nature non moins hygiénique qu’intime. » Un siècle durant, les prisonniers politiques, parisiens principalement, avaient profité de tolérances. Lorsque les prisons passèrent dans le giron du ministère de la Justice, une circulaire du directeur de l’Administration pénitentiaire Just, datée du 6 novembre 1912, confirma une tradition qui fut, plus ou moins, respectée au XXe siècle. Il indiquait que les visites aux détenus politiques devaient avoir lieu dans leur cellule « en dehors de la présence d’un gardien sous réserve que la porte demeure simplement poussée. » A la fin des années trente, les comploteurs de la Cagoule écroués à la Santé décrivaient le « jockey club » que constituait la ronde des prestigieux visiteurs. Charles Maurras avait qualifié de « séjour délicieux » son bref emprisonnement dans cette prison durant deux cents cinquante jours en 1936 et 1937. Au début des années soixante, les partisans de l’Algérie française qualifiaient le quartier politique de « pension de famille » où circulaient cigares, transistors, livres et whisky22. Des rumeurs d’orgies, d’excès de boissons, de visites d’épouses et de maîtresses accompagnèrent le séjour des généraux putschistes dans la prison de Tulle.

20La détention politique, peine définie par le Code dès 1832, et les régimes de détention politique organisés par des arrêtés et des circulaires au XIXe siècle, par le Code de procédure pénale en 1958 sous le nom de « régime spécial » ont comporté un certain nombre de privilèges matériels qui les distinguaient clairement des sanctions de droit commun et des régimes de détention ordinaires. Le prisonnier était certes privé de la liberté d’aller et de venir, mais il ne devait souffrir d’aucune atteinte à sa personnalité. C’est ainsi que les comités de défense aux prisonniers et la presse partisane envisageaient cet emprisonnement particulier. Le prisonnier politique devait continuer de bénéficier d’un certain nombre de droits et les luttes pour les faire respecter étaient partie intégrante d’un combat politique qui prenait fréquemment l’opinion à témoin. Lors des phases de compression des libertés publiques, cette perception de l’emprisonnement fut mise à mal et les pouvoirs s’efforcèrent de combattre les arguments de ceux qui privilégiaient les adoucissements, au prétexte des mobiles politiques des infractions, pour mieux souligner la gravité des actes commis afin de criminaliser les formes d’opposition les plus violentes. Restreindre le champ d’application du régime d’emprisonnement politique, rogner certains de ses avantages matériels, exclure certaines catégories de détenus fut la préoccupation des hommes d’ordre, des partisans des répressions les plus dures. Les combats menés par les prisonniers et par leurs partisans pour le respect de leur « privacy » ne furent pas anecdotiques puisqu’ils étaient des formes de résistance à des entreprises de criminalisation, comme durant la seconde moitié du XXe siècle où des pouvoirs successifs usèrent du qualificatif de « terroriste » pour refuser toute clémence et toute reconnaissance aux combattants de l’ombre, puis aux militants de l’indépendance algérienne ou de l’Algérie française. Les récits de survivants, qui alimentent certes un certain légendaire rose, nous conduisent à une approche renouvelée du quotidien des prisonniers politiques. Les confrontations avec les pièces d’archives confirment l’importance d’une observation des corps encellulés, des comportements individuels en situation de contrainte. Non pour juxtaposer des biographies, mais pour appréhender les destinées, les espoirs, les envies et les douleurs subies par des groupes dont quelques individus sont représentatifs. L’attention à l’intime, au détail matériel, à la privacy permet de mieux saisir la valeur symbolique de certaines luttes, le choix de postures et bien des silences.

Haut de page

Notes

1 Le 15 novembre 2005, L'École Nationale d'Administration Pénitentiaire et le Centre National de formation et d'études de la Protection Judiciaire et de la jeunesse organisèrent à Agen un colloque autour du corps : « Corps, déviances et institutions ».

2 Chauvaud (Frédéric) (dir.), Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 314 p.

3 Pellico Silvio, Mes prisons, Paris, 1833. Dès l’année 1833, les traductions de Le mie prigioni furent très nombreuses et annonçaient à cet ouvrage une belle carrière de best seller. Voir Jean-Claude Vimont, « Silvio Pellico, Mes prisons : un “best seller” de l’édification », Trames, 1997, version augmentée d’illustrations commentées, Criminocorpus, 2010.

4 Bernard (Martin), Dix ans de prison au Mont-Saint-Michel et à la citadelle de Doullens, 1839 à 1848, Paris, Pagnerre, 1861

5 Latta (Claude), Un républicain méconnu, Martin Bernard, 1808-1883, Centre d’études forèziennes, Saint-Étienne, imprimerie Reboul, 1980.

6 Vimont (Jean-Claude), « Le premier “quartier politique” de Fontevraud », Fontevraud, Histoire et archéologie, n°2, 1994, p. 97-106.

7 Vimont (Jean-Claude), « Le pécule des détenus », dans Aglan (Alya), Feiertag (Olivier) et Marec (Yannick) (dir.), Les Français et l'argent : XIXe-XXIe siècle : entre fantasmes et réalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 99-109.

8 Bertaud (Jean-Paul), La vie quotidienne en France au temps de la Révolution (1789-1795), Paris, Hachette, 1983. Mallet (Magali), Ma conscience est pure… Lettres des prisonniers de la Terreur, Paris, Honoré Champion, 2008. Cet ouvrage a fait l’objet d’une recension par Michel Biard dans les Annales historiques de la Révolution française.

9 Vallat (Xavier), Feuilles de Fresnes, ed. de l’auteur, Annonay, 1971.

10 Combelle (Lucien), Liberté à huis clos, Paris, Éditions de la Butte aux cailles, 1983.

11 Régime vécu dans la maison centrale de Poissy, notamment par le journaliste-écrivain Albert Simonin ou par l’éditorialiste de Gringoire, Henri Béraud.

12 Sur l’univers des maisons centrales où séjournèrent des condamnés pour faits de collaboration, on peut puiser quelques renseignements dans Cousteau (Pierre-Antoine) et Rebatet Lucien, Dialogue de vaincus, prison de Clairvaux, janvier-décembre 1950, texte inédit présenté et annoté par Robert Belot, Paris, Berg international, « Histoire des idées », 1999. Également sur les incarcérations à Clairvaux, DE LA MAZIERE (Christian), Le rêveur casqué, Paris, Éditions Robert Laffont, 1972.

13 Vimont (Jean-Claude), La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique, XVIII-XXème siècle, Paris, Anthropos-Economica, 1993.

14 Alain Faure dans l’introduction au livre Vigier (Philippe) et Faure (Alain) (dir.), Répression et prison politiques en France et en Europe au XIXème siècle, Paris, Créaphis, 1990.

15 Robert (Philippe), Entre l’ordre et la liberté, la détention provisoire. Deux siècles de débats, Paris, L’Harmattan, 1992.

16 Sur les rigueurs infligées aux mineurs de justice à l’issue de la Semaine rouge, Vimont (Jean-Claude), « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison de Rouen » dans LATTA (Claude), Perrot (Michelle), Rougerie (Jacques) (dir.) La Commune de 1871. L’événement, les hommes et la mémoire, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2004. Sur la nature d’un quartier correctionnel, Israël (Christophe), « Le profil des jeunes insoumis d’un quartier correctionnel à la fin du XIXème siècle », Criminocorpus, et Israël (Christophe) « Dans le quartier des jeunes détenus de Rouen, l’enseignement primaire et professionnel (1868-1895) », Criminocorpus.

17 Vimont (Jean-Claude) « Les pamphlets d’épurés incarcérés après la Libération », dans Biard (Michel) (dir.), Combattre, tolérer ou justifier ? Écrivains et journalistes face à la violence d’État (XVIe-XXe siècle), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009.

18 Magalon (Joseph-Dominique), Ma translation ou la Force, Sainte-Pélagie et Poissy, Paris, 1824.

19 Barginet (Alexandre-Pierre), Lettre à M. le Vicomte de Chateaubriand sur l’affaire Magalon, Paris, 1823.

20 Vimont (Jean-Claude), « Sexualité et sociabilité dans les quartiers de détention politique » dans Crogiez-Petrequin (Sylvie) (dir.), Dieu(x) et hommes, Histoire et iconographie des sociétés païennes et chrétiennes de l’Antiquité à nos jours. Mélanges en l’honneur de Françoise Thélamon, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005, p. 519-534.

21 Gegout (Ernest) et Malato (Charles), Prison fin de siècle, Souvenirs de Sainte-Pélagie, Paris, 1891.

22 Montagnon (Pierre), 42 rue de la Santé, une prison politique (1867-1968), Paris, Pygmalion éditions, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Respect de la « Privacy » et détention politique en France », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Le régime spécifique de la détention politique, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2556

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page