Navigation – Plan du site
Portraits d’accusés et figures de criminels en musique

Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, la fin des complaintes criminelles, 1870-1939

Jean-François « Maxou » Heintzen

Résumés

À rebours de l’idée communément admise selon laquelle les complaintes criminelles auraient disparu en France à la fin du XIXe siècle, remplacées par la rubrique de « faits divers » des quotidiens populaires, le présent article suit leurs mutations jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. À l’aide d’un corpus de « canards » essentiellement provinciaux, nous examinons l’évolution du support papier de la complainte, de la mélodie qui la sous-tend, de son style et son contenu, ainsi que de son édition et son commerce. Ainsi, nous suivrons l’art de « chanter le crime » sur un demi-siècle, de la complainte à la « chanson réaliste à caractère criminelle », du crime de Pantin au dernier « tueur en série » de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les « canards criminels » reproduits ici sont le plus souvent issus de collections particulières. L’auteur tient donc à remercier mesdames et messieurs Catherine PERRIER, Geneviève RABANIT, Éliane DAPHY, Roland BROU, Gaël ROLLAND, Pierre THEVENET, Jacques FOUSSARD, Joël REGNAULT, Bernard COCLET, qui lui ont permis découvrir de nouvelles feuilles volantes, et de nouvelles complaintes.

Texte intégral

Écoutez, peuples de France, / Du royaume du Chili,
Peuples de Russie aussi, / Du cap de Bonne-Espérance,
Le mémorable accident / D’un crime très conséquent

Chanter le crime

  • 1 Seguin (Jean-Pierre), Nouvelles à sensations, Canards du XIXe siècle, Paris, A. Colin, 1959, 226 p.
  • 2 Sur cette concurrence : Cragin (Thomas), Murder in Parisian Streets : Manufacturing Crime And Justi (...)
  • 3 Sur de nombreux points, cet article suggère des pistes qu’il conviendrait d’approfondir, pour peu q (...)

1Parangon de la complainte criminelle, l’affaire Fualdès semble confiner l’histoire de cette forme chantée au XIXe siècle : grâce à Jean-Pierre Seguin1, l’abondance des « canards sanglants » entre la Restauration et le Second Empire n’est plus à prouver. Cependant, l’histoire de ce media ne s’arrête pas là. Certes, le Petit Journal et les autres quotidiens le concurrencent à partir de 18602, mais il s’en produit jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
Cet article suit la lente disparition de cet usage du paysage sonore des rues et campagnes françaises. La rareté des sources – majoritairement provinciales dans notre propos – et la complexité du matériau, justifient les nombreux exemples présentés, à partir desquels nous questionnerons les mutations de l’art de « chanter le crime », d’une affaire à l’autre, du « Crime de Pantin » à Eugen Weidmann3.

Du placard au « petit format »

  • 4 Nous désignons ici par « canard » un support papier, imprimé ou dupliqué, où figure le texte d’une (...)

2La complainte criminelle nous est révélée par son support matériel : le canard4. Cet objet est largement méconnu, aussi commencerons-nous par la présentation d’exemples, sur lesquels s’appuiera notre étude. Tous s’inscrivent dans la trilogie des composants du canard : l’illustration, la complainte et le récit.

L’extrême variabilité des formats

3La prolifération des canards à partir de la Restauration se fait dans une grande variété de formats, allant de brochures in-16 à des feuilles in-plano. Cette hétérogénéité se retrouve jusqu’à 1914 environ.

Les formats réduits, héritiers du colportage

4Voici deux complaintes criminelles éditées en format réduit. La première concerne l’affaire Troppmann, premier fait divers médiatisé à grande échelle :

Doc. 1 Le crime de Pantin (1869) : 1ère page

Doc. 1 Le crime de Pantin (1869) : 1ère page

Coll. Société d’Émulation du Bourbonnais, Moulins (Allier).

Doc. 1 Le crime de Pantin (1869) : dernière page

Doc. 1 Le crime de Pantin (1869) : dernière page

Coll. S.E.B., Moulins (Allier).

5Cette brochure in-quarto, 140 × 210 mm, imprimée à Gannat (Allier), est signée « Simon Laurent, cultivateur ». Elle ne comporte ni illustration, ni résumé, seulement la complainte de soixante-treize couplets, sans air indiqué. La seconde est relative à un fait divers provincial :

Doc. 2 Le parricide Merlin (1880) : 1ère page

Doc. 2 Le parricide Merlin (1880) : 1ère page

Collection particulière

Doc. 2 Le parricide Merlin (1880) : dernière page

Doc. 2 Le parricide Merlin (1880) : dernière page

Collection particulière

6Cette complainte imprimée à Moulins (Allier), signée « Roulet, chanteur », comprend six couplets, sans air indiqué. La brochure in-quarto, 140 × 220 mm, sans illustration, présente un important résumé de l’affaire, dont l’acte d’accusation in extenso.
Qu’il s’agisse donc d’un fait divers national ou local, les dimensions restent inchangées, un « format de poche » avant l’heure, justifié par les aléas du colportage. Cependant, on rencontre aussi des canards de taille importante, supérieure à celle d’un quotidien.

Les « placards » de grand format

  • 5 Près de cent vingt feuilles de chansons publiées par ses soins ont été retrouvées à ce jour. Voir l (...)

7De 1885 à 1929, Louis-Modeste Simonet (1854-1933) fut un abondant producteur de canards. Installé à Saint-Amand-Montrond (Cher), il œuvre en marge des imprimeries locales, dont il se dit régulièrement directeur. Sans doute n’y est-il qu’un ouvrier à l’affût de l’actualité, sur laquelle il publie de nombreuses chansons5. Voici l’une de ses productions :

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : recto détail

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : recto détail

Collection particulière

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : recto

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : recto

Collection particulière

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : verso détail

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : verso détail

Collection particulière

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : verso

Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : verso

Collection particulière

8Ce placard in-plano – 610 × 840 mm – comprend quatre complaintes signées, dont l’air est indiqué, deux bois gravés de très grande taille, plusieurs résumés du procès et de l’exécution, et des clichés d’imprimerie du visage des principaux protagonistes. On pourrait penser que la gravité de l’événement explique sa taille, mais L.-M. Simonet a édité d’autres canards similaires :

Doc. 4 Exécution de l’abbé Bruneau (1894) : détail

Doc. 4 Exécution de l’abbé Bruneau (1894) : détail

Doc. 4 Exécution de l’abbé Bruneau (1894)

Doc. 4 Exécution de l’abbé Bruneau (1894)

AD Indre-et-Loire, EDEP281/S1.

9Dans un format voisin de 650 × 800 mm, l’éditeur affiche sa raison sociale : « Recueils contenant les nouvelles récentes : Crimes, condamnations, exécutions, catastrophes, etc. Tous ces recueils sont imprimés sur presse rotative à grande vitesse, service par retour du courrier, Imprimerie L. Simonnet, Saint-Amand-Mont-Rond, Cher ». Par la suite, L.-M. Simonet se fixera sur un format moitié plus réduit, d’environ 400 × 600 mm, et ce quelque soit l’importance du crime traité.

Le « petit format »

  • 6 Sa typologie est délicate à établir. Voir « Chansons-papier », une collection de travail proposée p (...)

10Du « café-concert » au music-hall, l’édition des chansons est une industrie florissante. Une formule fera florès, connue sous le nom de « petit format ». Il en existe de multiples versions6, mais les dimensions les plus courantes sont environ 180 × 280 mm, in-plano ou in-folio. Illustré ou non, il comprend en général la ligne mélodique – parfois un accompagnement – et les paroles de la chanson. Le « petit format » n’a rien de commun, au point de vue éditorial, avec le canard traditionnel. Néanmoins une interaction se fait jour dès lors que la thématique des faits divers criminels entre dans le répertoire du « caf’conc’ ». Voici deux exemples :

Doc. 5 La petite souffre-douleur (s.d.)

Doc. 5 La petite souffre-douleur (s.d.)

Collection particulière

11Non datée, cette « histoire vraie mise en chanson » est-elle véridique ? Nous sommes là dans un genre convenu, et la référence à la « Patrie » dans l’ultime couplet situe ce texte dans la dénonciation de l’insécurité latente perçue dans les milieux urbains à la « Belle Époque ». Cette veine chansonnière s’appuie aussi sur la réalité, parfois la plus sordide :

Doc. 6 Les anges martyrs (1898)

Doc. 6 Les anges martyrs (1898)

Collection particulière

12Cette « romance dramatique » – nous voilà en pleine « chanson réaliste » – dénonce plusieurs crimes contre des enfants durant l’année 1898. Comme en écho à cette chanson, un éditorial du Petit Parisien, titré « Les parents assassins » égrène ces mêmes crimes :

  • 7 Le Petit Parisien, 24 août 1898.

« L’horreur a été en croissant. Après la petite Lucie de la rue d’Enghien, précipitée du haut d’un quatrième étage ; après le petit Georges Desjardins, succombant à des sévices qui n’avaient été qu’une longue agonie, voici un monstre, Deblander, qui assomme ses deux fillettes dans un fossé des fortifications7. »

13Ici, la presse prend le relais d’une des fonctions du canard traditionnel : la relation des faits. Le « petit format » se contente quant à lui de la chanson et d’une illustration.

La concurrence avec la presse

14Les quotidiens contestent donc le rôle informatif du canard, tandis que leurs suppléments illustrés renouvèlent, quant à eux, l’imagerie des faits divers. Observons plus précisément les interactions entre presse écrite et canards traditionnels.

Permanence du canard « à l’ancienne »

15Au faîte de sa gloire, la presse provinciale s’étonne de la survie des canardiers :

  • 8 Le Journal du Cher, 24 mars 1895. Merci à Christian Roth.

« La verve poétique de nos vieux faiseurs de complainte n’est pas encore tout à fait tarie. Ils ont laissé, semble-t-il, des héritiers à Saint-Amand. Le récent parricide de Saint-Just vient d’inspirer à l’un d’eux près d’une dizaine de couplets, avec des illustrations un peu primitives où l’on voit à la fois le père assassiné dans sa chambre et la bru pendue au bec de gaz de sa cellule, à la prison. L’auteur et l’imprimerie L. Simonnet nous pardonneront de citer, à titre de curiosité, deux de ces couplets, qui donneront une idée du style rudimentaire, mais qui a cependant son cachet de naïveté, de ce tourneur de rimes populaires8. »

16On rencontre en effet des canards perpétuant la trilogie « résumé / complainte / illustration », intégrant un bois gravé selon l’usage ancien, jusqu’à une période récente. L’exemple suivant date de 1926 :

Doc. 7 Arrestation sensationnelle de l’Assassin présumé de la forêt de Tronçais (1926)

Doc. 7 Arrestation sensationnelle de l’Assassin présumé de la forêt de Tronçais (1926)

280 × 440 mm, in-plano, 1 p. M. Dumont, taxi moulinois, est assassiné à Saint-Bonnet-Tronçais (Allier) en janvier 1926. Le Petit Parisien, 10 janvier 1926.

Collection particulière

17Œuvre de L.-M. Simonet, il est illustré d’un bois de facture populaire, très explicite : un homme en chemise sans col, encadré par deux hommes en noir. Le texte reprend un article du Petit Parisien du 22 juin 1926. Cette pratique est confirmée par l’exemple suivant :

Doc. 8 Le Crime de Bruz (1901)

Doc. 8 Le Crime de Bruz (1901)

420 × 610 mm, in-plano, 2 p.

Collection particulière

  • 9 Ouest-Éclair, éd. de Rennes, 25 novembre 1901.
  • 10 « Le Crime du Châtelet », Buxières-les-Mines (Allier), Le Courrier de l’Allier, 24 avril 1895.

18Produit par L.-M. Simonet, on y trouve trois résumés de crimes, dont l’un est extrait du Petit Journal. Une recherche attentive permet de conclure que le texte relatif au crime principal est la copie quasi littérale de l’Ouest-Éclair9. Le cas n’est pas isolé : les canardiers pillent sans vergogne les journalistes, plus organisés et plus rapides. Ainsi Le Courrier de l’Allier reproduit intégralement une complainte criminelle pour se venger de son auteur, qui a utilisé un article du quotidien pour compléter son canard10.
L’usage de bois gravés par L.-M. Simonet l’oblige à produire des feuilles de taille respectable, car les motifs ainsi réalisés manuellement ne peuvent être réduits en dessous d’un certain seuil. Petit à petit, il limitera ses créations à des portraits, censés représenter le criminel. Ainsi on assiste à une réduction de la part de l’illustration dans ses canards, ce qui semble être un cas général chez les petits éditeurs.

Du bois gravé à la photographie

19Le canard, outre un titre tonitruant, utilise l’image pour attirer le chaland. Comme la plupart des impressions populaires, elle est souvent détournée dans un but décoratif : on la retrouve collée à l’intérieur de portes d’armoires, ou sous le couvercle de coffres à habits. Avec l’arrivée de la photographie, et l’usage de la couleur par les suppléments de la presse dominicale, les canardiers doivent s’adapter.
L.-M. Simonet réalise lui-même ses bois gravés qu’il réutilise souvent, la même « scène de crime » servant indifféremment à plusieurs affaires. Très tôt, il ajoute des vignettes d’imprimerie – en particulier des portraits – à ses bois gravés, comme dans l’exemple suivant :

Doc. 9 Les empoisonnements des Varennes (1908)

Doc. 9 Les empoisonnements des Varennes (1908)

530 × 390 mm, in-plano, 2 p. Marie Renault est condamnée à perpétuité en janvier 1909 par la cour d’assises du Cher pour le meurtre de quatre membres de sa famille, et cinq tentatives d’empoisonnement.

Collection particulière

20Dès qu’une femme intervient dans le crime chansonné, il recycle le même visage féminin ; le portrait de Louis Pasteur ici présent renvoie à la venue de membres de l’institut pour l’autopsie, représentée en bois gravé. Le canard suit donc les progrès de la typographie. Néanmoins, des usages perdurent :

Doc. 10 Le crime de Jully (1909)

Doc. 10 Le crime de Jully (1909)

385 × 600 mm, in-plano, 2 p., J. Ferrand [éd.], Paris.

Collection particulière

21Ce canard parisien reprend tous les poncifs usuels : titre et sous-titres circonstanciés, récit, illustration façon « imagier », et complainte. Toutefois, on constate que l’iconographie choisie n’est pas en rapport avec le crime cité : il s’agit sans doute du réemploi d’une illustration traitant de l’affaire Vacher, vieille de dix ans. Ainsi, même en utilisant le procédé moderne des clichés en zinc, le recyclage des illustrations n’est pas abandonné.
Vers la même époque, la photographie fait son entrée dans les canards :

Doc. 11 Les chauffeurs de la Drôme (1909)

Doc. 11 Les chauffeurs de la Drôme (1909)

550 × 430 mm, in-plano, 2 p., « le Chansonnier Guillotin » [éd.], Lyon.

Collection particulière

22Là encore, toutes les caractéristiques traditionnelles du canard sont rassemblées, servies ici par une iconographie à la pointe du progrès. La couleur – pour des illustrations dessinées – n’est utilisée que par des éditeurs parisiens (maisons Hayard, Baudot, Ferrand, etc.), vraisemblablement les seuls à posséder les moyens d’utiliser pareille technologie, eu égard à leurs tirages importants.

Vers l’autonomie de la chanson

23Le récit et l’illustration, sont ainsi pris en charge par d’autres médias. On assiste alors à un resserrement du canard autour de la seule complainte, se muant progressivement en « feuille de chanson », à terme lorgnant vers le « petit format ».

La complainte, ou l’audiovisuel du pauvre

  • 11 Le Crime de Souvigny, Chant dramatique, air : La Paimpolaise, L.-M. Simonet [éd.], 1907, BCU Clermo (...)
  • 12 Pour le Berry : Bernard (Daniel), « Chansons de circonstances et couplets régionalistes : l’autre t (...)
  • 13 « La complainte », Le Petit Parisien, 30 mars 1904. Article cité par Kalifa (Dominique), L’encre et (...)
  • 14 Le crime de Saint-Germain-des-Bois, double assassinat, Saint-Amand-Montrond, 1888. BnF, Fol-Fn-175.
  • 15 Le crime de Noizay, double assassinat, vol et incendie, Tours, 1889. BnF, Fol-Fn-192.

24Au-delà de l’étude de l’objet « canard », il est indispensable de signaler la prééminence de la complainte sur le reste du contenu dans la pérennité de l’objet. Elle se répand bien au-delà des acheteurs de la feuille, et elle est aussi écrite pour être lue : « Écoutez tous amis lecteurs [...] Vous jeunes garçons jeunes filles / Qui lisez avec attention / Ne troublez jamais vos familles / Par d’aussi mauvaises actions11 ».
Dans plusieurs régions françaises, on recueille des complaintes criminelles interprétées par des personnes qui n’ont jamais eu en main le canard12. La capacité de nuisance de ces couplets est redoutable : les parents d’un accusé remercient leur avocat car « il les a sauvés de la complainte13 » ! Cette dernière est indissociable du récit criminel, à tel point qu’à la suite d’un crime, un occasionnel diffusé par un quotidien berrichon annonce : « L’enquête continue / Demain nouveaux détails / Une complainte est en préparation14 ». À une autre occasion, on publie les premiers couplets et l’on conclut : « Telle est la complainte qui se prépare et qui n’est que trop réelle15 ».
Si le canard ne devait se réduire qu’à l’un de ses constituants, ce serait donc la complainte. Et c’est effectivement ce qui se passe à partir du début du XXe siècle. Dans ses feuilles, L.-M. Simonet insère de plus en plus de chansonnettes légères qui deviennent vite majoritaires, à tel point que la complainte criminelle n’est plus qu’un genre parmi d’autres, entre bluettes, chansons réalistes et autres pochades. Ici le martyre d’un enfant se retrouve mêlé à un répertoire plus léger :

Doc. 12 L’enfant martyr (1905)

Doc. 12 L’enfant martyr (1905)

390 × 530 mm, in-plano, 2 p. Affaire jugée aux assises du Cher le 11 janvier 1905.

Collection particulière

25Malgré tout, le genre demeure bien vivant, d’autant que la route est tracée pour le rapprochement avec le « petit format », dans la taille et le contenu. À partir des années 1920, les « petits » crimes provinciaux se voient relatés par une simple feuille volante, non illustrée et non commentée, comme ici dans l’Allier :

Doc. 13 Le crime d’Avrilly (1928)

Doc. 13 Le crime d’Avrilly (1928)

200 × 270 mm, in plano. Chatard (Georges), « Le crime d’Avrilly », Bulletin de la S.E.B., tome 62, 1er trim. 1984, p. 28-30.

coll. S.E.B., Moulins (Allier)

26Il est délicat d’évaluer la proportion des crimes ainsi chansonnés : dans l’Allier, entre 1925 et 1933, cinq affaires locales ont donné lieu à complainte, l’une d’elles trois fois. Il s’agit donc d’un usage populaire encore vivace, si on lui ajoute les échos des crimes d’audience nationale.

« L’occasionnel criminel » moderne

27Dès le début du XXe siècle, les éditeurs parisiens publient régulièrement des chansons « à caractère criminel », sous des formes variables. On rencontre des recueils de grande taille, sur le mode de ceux consacrés à la chanson « légère » :

Doc. 14 Les crimes et drames (1928) : recto

Doc. 14 Les crimes et drames (1928) : recto

Les crimes et drames, J. Ferrand [éd.], Paris, ca 1930, in plano.

Collection particulière

Doc. 14 Les crimes et drames (1928) : verso

Doc. 14 Les crimes et drames (1928) : verso

Les crimes et drames, J. Ferrand [éd.], Paris, ca 1930, in plano.

Collection particulière

28L’effet dramatique est atteint ici en rassemblant sur un même support des crimes qui s’étalent sur plusieurs années (au moins trois pour cette feuille). Ce type de production semble plutôt rare, la majorité des canards prenant l’apparence de « petits formats » :

Doc. 15 Le terrible crime de Corancez (1901)

Doc. 15 Le terrible crime de Corancez (1901)

Horrible crime de Corancez, air : La Paimpolaise, Léon Hayard [éd.], Paris, 1901, in plano.

Collection particulière

29Sur ce modèle, de nombreuses productions vont éclore, en gérant de façon variée le problème de l’illustration de couverture. Parfois on reprend les photos de presse :

Doc. 16 La Complainte du drame de l’Express de Paris (1933) : recto

Doc. 16 La Complainte du drame de l’Express de Paris (1933) : recto

La Complainte du drame de l’Express de Paris, air : Sous les ponts de Paris, s.l.n.d. [1933], 165 × 240, in-folio, 4 p. Un des clichés du « wagon sanglant » est paru dans Le Petit Journal du 28 avril 1933.

Collection particulière

Doc. 16 La Complainte du drame de l’Express de Paris (1933) : verso

Doc. 16 La Complainte du drame de l’Express de Paris (1933) : verso

La Complainte du drame de l’Express de Paris, air : Sous les ponts de Paris, s.l.n.d. [1933], 165 × 240, in-folio, 4 p.

Collection particulière

  • 16 Ceci est facilité par l’absence de services photographiques policiers en province : les mêmes clich (...)

30Ceci laisse présager une connivence entre la presse – ou les ouvriers typographes – et les producteurs de canards, pour réutiliser les clichés parus à la une16. C’est ainsi que L.-M. Simonet œuvre dans les imprimeries saint-amandoises.
Le problème de l’illustration semble insurmontable pour la majorité des éditeurs provinciaux, qui limitent leur production à un texte seul :

Doc. 17 Le crime de Saint-Baudel (1929)

Doc. 17 Le crime de Saint-Baudel (1929)

Le Crime de St-Baudel, chant plaintif en mémoire de la victime, L.-M. Simonet [éd.], Saint-Amand-Montrond, 1929, 450 × 280, in-folio, 4 p.

Musée Saint-Vic, Saint-Amand-Montrond, n° 993.9.30.

31La concurrence est rude avec les productions urbaines, car l’on assiste, durant les années 1930, à une résurgence des canards de moyen format, issus de presses parisiennes. Ainsi Violette Nozière et Weidmann seront-ils chansonnés sur des feuilles plus importantes – quasiment au format de certains magazines –, parfois accompagnés de bluettes ou de parodies plus banales.

Doc. 18 Les crimes du monstre (ca 1938) : recto

Doc. 18 Les crimes du monstre (ca 1938) : recto

Les crimes du monstre, L. Cotté [éd.], Paris, ca 1938, 275 × 350, in-folio, 4 p.

Collection particulière

Doc. 18 Les crimes du monstre (ca 1938) : verso

Doc. 18 Les crimes du monstre (ca 1938) : verso

Les crimes du monstre, L. Cotté [éd.], Paris, ca 1938, 275 × 350, in-folio, 4 p.

Collection particulière

32Mais il s’agit là d’un chant du cygne, la guerre venant interrompre ces velléités de retour en grâce.

De la complainte à la chanson

33Une fois cernées les mutations de l’objet « canard », penchons-nous sur son contenu musical, dont les évolutions sont en cohérence avec celles de son support matériel.

Du timbre à la parodie

Les timbres

  • 17 Outre « Fualdès », L.-M. Simonet utilise « Le Juif errant » et « L’Eau et le vin ».
  • 18 Rollin (Monique), « Les mélodies des timbres de cantiques et de noëls », in Quéniart (Jean) (dir.), (...)
  • 19 Gauthier (Marie-Véronique), Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris Aubier, 1992, (...)
  • 20 On trouve plusieurs dizaines d’exemples dans le recueil de la BnF, Chansons sur des assassinats, GR (...)

34Les complaintes anciennes sont composées « sur timbre », c’est-à-dire sur un air préexistant17, connu de l’auditoire, ce qui dispense de joindre une partition au texte. En tête de la feuille, la mention rituelle est « Sur l’air de … », mais elle est régulièrement omise. Ceci suggère la prééminence de l’oral dans la diffusion de ce support écrit ; le vendeur de la feuille se contente de chanter, sans avoir à rappeler à l’auditoire le titre du timbre utilisé. L’efficacité du procédé est illustrée par son abondant usage à l’Église18 – par exemple dans les cantiques de mission – et dans les goguettes19 tout au long du XIXe siècle.
Le fonds commun du répertoire des timbres est constitué par la Clé du Caveau, régulièrement rééditée au cours du XIXe siècle. Cet ensemble de mélodies – la plupart datant de l’Ancien Régime, héritées du théâtre de la Foire, de vaudevilles ou d’extraits d’opéras – évolue sous l’effet de l’apparition de nouveaux lieux de diffusion musicale. Les succès du café-concert sont adoptés au fur et à mesure de leur parution, parfois sur une longue période. Ainsi L.-M. Simonet fait un important usage de « Béranger à l’Académie » (1855), jusqu’en 1913.
Une mélodie connaît une destinée à part dans le monde des complaintes criminelles : il s’agit de « La Paimpolaise », paroles de Théodore Botrel, musique d’Eugène Feautrier, publiée en 1895. Son succès ne se dément pas jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. L.-M. Simonet l’adopte vers 1901 ; plus d’une vingtaine de ses complaintes, jusqu’en 1926, l’utilisent. Louis Py, chansonnier toulousain, n’utilise quasiment qu’elle pour ses compositions20. Elle sert pour l’affaire Stavisky, Violette Nozière, Weidmann, etc. La notion de timbre évolue alors, et l’on rencontre des chansons pour lesquelles une mélodie est notée, mais l’on indique quand même « Peut se chanter sur l’air de … » (doc. 6).

La parodie

  • 21 Suivant le modus operandi décrit dans « Les chanteurs ambulants, persécutés, se plaignent », La pet (...)
  • 22 Ainsi Le Trompette en bois (V. Scotto, L. Boyer & J. Charles) proposé par l’éditeur Salabert conjoi (...)
  • 23 Au mieux indique-t-on « air connu » en tête de la parodie.

35L’étude du commerce des « petits formats » fait apparaître une dissymétrie entre paroles et musique : les chanteurs des rues apprennent la mélodie à l’auditoire, mais réclament l’achat du « format » pour révéler les paroles au-delà du deuxième couplet21. Ainsi fredonne-t-on un succès sans toujours en connaître le texte entier. De suite, les parodies de chansons connues abondent, diffusées par les chanteurs des rues. Ce procédé est si usuel que l’on rencontre des petits formats où un titre est présenté avec ses paroles d’origine et une parodie ayant reçu l’aval de l’éditeur22.
Tout naturellement, les canards vont délaisser « Fualdès » ou « Le Juif errant » (mais pas « la Paimpolaise » !) pour les succès de Bénech et Dumont et d’autres : on chante Violette Nozière sur « Du gris », « C’est une chanson dans la nuit », « Quand on s’aime bien tous les deux », etc. Là encore, l’air utilisé n’est pas toujours indiqué23, parce que l’on apprend la chanson d’oreille, ou l’on souhaite éviter les poursuites, ces mélodies étant protégées par le droit d’auteur.

Mutations structurelles

36Le glissement observé du timbre à la parodie induit une modification de la structure du texte, ainsi qu’une évolution du propos narratif.

La complainte ancienne

  • 24 « À bien des égards, il emprunte donc au schéma usuel d’une composition théâtrale en trois étapes : (...)
  • 25 Le XIXe siècle, 1er septembre 1894.

37La plupart des complaintes criminelles jusqu’au XIXe siècle suivent un déroulement codifié, reposant sur trois figures obligées24. Il s’agit tout d’abord d’un appel, où l’on cite les lieux concernés par le crime, ou de vastes contrées pour insister sur son importance – c’est le cas pour l’affaire Fualdès, du Chili à la Russie. Puis le récit linéaire des faits multiplie à l’envi les détails, dont longueur est proverbiale : la complainte de Fualdès comporte quarante-huit strophes, la « grande complainte sur les crimes épouvantables de Pantin et d’Herrenflug » (doc. 1) soixante-treize, et l’on atteint cent un couplets sur le cas de l’abbé Bruneau25. Enfin, la conclusion relève de plusieurs thématiques, fortement connotées : soit elle narre le supplice du coupable en insistant sur son exemplarité, soit elle appelle à une prompte justice lorsque le coupable est encore inconnu, soit enfin elle prend à témoin l’auditoire sur la dépravation des criminels, exhortant familles et jeunesse à rester dans le droit chemin.
Le fil narratif qui conduit de l’appel à la morale conclusive est soutenu par une écriture strophique, liée au thème musical unique. Rien n’interrompt ce déroulement. La dramaturgie est parfois renforcée par un texte à la première personne, qui donne la parole au criminel ; ce genre d’écriture disparaît complètement sur notre période d’étude.
« La Paimpolaise » introduit un premier glissement : la mélodie de E. Feautrier est strophique, mais annonce la construction musicale « couplet en mineur / refrain en majeur ». De fait, les premiers usages de ce timbre conservent leur déroulement linéaire (doc. 12), mais rapidement, la seconde partie du couplet est intitulée « refrain » (doc. 15). C’est la présence de ce refrain qui signe la mort de la forme « complainte ».

L’apparition du refrain

38Les réticences à l’usage du refrain dans les chansons à propos de crimes se manifestent par un moyen terme : la présence de refrains différents, numérotés (doc. 18). Cette démarche vise à ne pas rompre la narration, mais bien vite on adopte la « forme refrain » stricto sensu, où revient périodiquement un texte identique, parfois modifié lors de sa dernière énonciation. Ainsi « L’interrogatoire de Violette Nozière, l’Empoisonneuse » utilise ce refrain :

  • 26 L’interrogatoire de Violette Nozière, l’empoisonneuse, Paris, Fayard, 1933. BnF, GR FOL WZ 90.

À chaque question
Violette répond :
Oui c’est moi la seule coupable
je vous l’jur’ Monsieur l’président,
personne d’autre n’est responsable
de l’empoisonn’ment d’mes parents26.

  • 27 Avec des exceptions, voir doc. 16.

39La dramaturgie du texte se trouve ainsi modifiée par cette rupture, car le refrain brise le fil narratif, et introduit un contenu imprécatoire ou moralisateur qui se cantonnait autrefois dans la chute de la complainte. De plus, la force mélodique du refrain réduit dans la mémoire des interprètes le contenu des couplets – la chanson se résumant parfois à son seul refrain, ainsi qu’il est d’usage pour de nombreux succès de l’époque.
L’appellation « complainte » tend alors à disparaître des feuilles de chansons27, ou à être nuancée en « complainte d’actualité », voire « complainte réaliste » (doc. 14). Notons que dès les années 1890, L.-M. Simonet utilise le terme « chant dramatique » (doc. 3).

De la littérature du pauvre ?

40De quelle sorte de littérature s’agit-il ici ? Son contenu et son style méritent d’être interrogés. Morale et appel à la vengeance se veulent à la fois instructifs et chantres d’une « justice populaire » archaïque. La syntaxe se révèle malhabile, obéissant néanmoins à de strictes contraintes formelles.

Les faiblesses d’un genre

41La complainte ancienne utilise une prosodie compacte : octosyllabes au maximum, strophes de six à dix vers. Les rimes s’organisent parfois en un système complexe :

  • 28 Le Crime de Venesmes, air : L’Eau et le vin, L.-M. Simonet [éd.], 1899, coll. part. [orthographe re (...)

Une femme du village
Arriva aussitôt
Entendant le carnage
D’autres voisins bientôt
Accourt à son appelle
S’emparant du criminelle
Et l’attache solidement
En attendant que la justice
Le délivre de ce supplice
Et l’enferme lestement28.

42La cohabitation des rimes croisées / plates / embrassées est surprenante ici, vu l’orthographe hésitante, le mètre variable (6 à 8 syllabes), et des choix lexicaux étranges (« supplice », « lestement »). Les productions étudiées à partir de 1870 cumulent ainsi faiblesses littéraires et respect scrupuleux de la rime, exigence ultime. Ainsi ces enjambements peu heureux (doc. 1, couplet 4) :

Mais Dieu qui de son royaume
Céleste, ne veut jamais
Qu’on laisse les grands forfaits
Impunis, fait bien qu’un homme
Nommé Langlois, fut par là
Et ce crime dévoila.

  • 29 Vincent Picrit, collaborateur régulier de L.-M. Simonet, demande une autorisation de colportage dan (...)

43Ou encore ce style parlé (doc. 3) : « C’est ce matin qu’on vient de faire justice ».
Se pose alors la question des auteurs de complaintes : lorsqu’elles sont signées (doc. 1, 2, 3), on constate qu’elles émanent de plumes du petit peuple, souvent des chanteurs ambulants29. Seuls les éditeurs parisiens peuvent s’assurer le concours d’auteurs connus, ou à tout le moins avec une bonne maîtrise de la langue française.

  • 30 Davenson (Henri) [alias Marrou (Henri Irénée)], Le livre des chansons, Neuchâtel, La Bacconière, 19 (...)

44Nous voici loin du cliché d’auteurs lettrés débitant des fadaises pour le petit peuple ; Henri Davenson évoque « les chansons volontairement composées à l’intention du public populaire, celles qui prétendaient descendre au peuple, et qui en fait étaient descendues bien bas [...] d’un prosaïsme écœurant [...] et que la répétition obstinée rendait d’une intolérable tristesse30 ». Il s’agit, en province, d’une paralittérature produite et consommée par les couches populaires. Elle est reçue, lue, chantée, digérée par des procédés qui nous échappent souvent, proches du « braconnage » décrit en son temps par Michel de Certeau. Sa cohabitation avec diverses formes d’illettrisme pose aussi question. Le comble du paradoxe est atteint lorsque l’on retrouve une telle complainte criminelle recopiée sur un cahier d’écolier :

Doc. 19 : Le crime de Saint-Baudel (1929)

Doc. 19 : Le crime de Saint-Baudel (1929)

Cahier d’écolier, s.d. Il s’agit de la recopie du document 17.

Collection particulière

45Sans doute l’instituteur a-t-il utilisé ce texte comme support d’une leçon : une jeune fille a été tuée pour une danse refusée au bal. La morale de cette chanson est un encouragement à l’obéissance :

  • 31 Le crime de Saint-Baudel, L.-M. Simonet [éd.], 1929, Saint-Amand-Montrond (Cher), coll. Musée Saint (...)

Vous les honnêtes filles
de bonne famille
Souvenez-vous
Que l’on peut trouver dans l’ombre
d’une nuit sombre
Un vrai voyou
Et vous tous pères et mères
Pendant votre vie entière
Rappelez à vos filles et vos garçons
Le danger qu’il y a d’avoir des passions31.

Un récit réaliste ?

  • 32 Deux complaintes traitent d’un soldat condamné à tort, sauvé juste avant son exécution, par la révé (...)
  • 33 Le Journal du Cher, 24 mars 1895.
  • 34 Le Petit Parisien, 22 juin et 2 septembre 1926.

46La complainte – ou chanson – dit-elle une quelconque vérité en matière criminelle ? Le dépouillement documenté de quatre-vingt-quinze complaintes éditées par L.-M. Simonet ne révèle que deux cas d’affabulation complète32. La presse est quand même dubitative, ainsi dit-on d’un canard : « Le poète paraît plus avancé que l’instruction33 ». Pourtant, les auteurs sont aussi bien informés qu’elle, car ils trouvent leur matière dans ses colonnes. Ainsi le document 7 reprend-il une nouvelle parue dans la presse, puis démentie ultérieurement : il s’agissait d’une dénonciation calomnieuse34… Ici, malgré l’adjectif « présumé » du titre, l’individu arrêté est nommé.

47Cette exposition à la vindicte populaire ne s’embarrasse pas de présomption d’innocence :

  • 35 Crime de Saint-Jean-de-Monts, L.-M. Simonet [éd.], 1911. A.D. Indre, 48J 5C 120 (1).

Espérons que la justice
Saura trouver l’assassin
Que ce soit ou non Fradin
Il faut que la loi punisse
L’auteur du crime commis
Par un assassin la nuit35.

  • 36 Double assassinat d’Étréchy, 1910, L.-M. Simonet [éd.], BCU Clermont-Ferrand, Fonds Henri Pourrat, (...)
  • 37 Le crime de Charenton, L.-M. Simonet [éd.], 1887, A.D. Cher, 15Fi Charenton 1.
  • 38 Guillorel (Éva), La complainte et la plainte, chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe s (...)

48Ou encore ce cas où la complainte se conclut ainsi : « Cela ne dit pas que Augy est le coupable36 ». Et lorsque L.-M. Simonet semble faire preuve de délicatesse – « Malgré tout la justice / opéra une arrestation / Pour pas causer préjudice / Nous dirons pas le nom » – il s’empresse de nommer le bois gravé croquant le suspect37.
La complainte ne peut-elle donc plus receler un supplément d’information ayant pu échapper à la justice ? En plein XXe siècle, retrouve-t-on des interactions entre mémoire populaire et archives judiciaires comme Éva Guillorel l’a montré pour l’Ancien Régime38 ?

Doc. 20 Un drame à Hérisson (1926)

Doc. 20 Un drame à Hérisson (1926)

Un drame à Hérisson, L.-M. Simonet [éd.], 1926.

Collection particulière

  • 39 Auprès d’un ancien secrétaire de mairie, né en 1920, enfant lors des faits. L’acte de décès de la v (...)

49Ici est évoquée une affaire criminelle – un conflit de voisinage débouchant sur une noyade – dont aucune trace ne subsiste, ni dans les archives judiciaires, ni dans la presse. C’est une enquête orale39 qui révèle un crime « étouffé » par le juge de paix local en 1926. Cette chanson est désormais la seule source accessible sur cette affaire. Ce cas demeure un exemple isolé à ce jour.
Signalons enfin que si la complainte narre le déroulement détaillé des faits, les « chansons criminelles » sont souvent plus allusives, émettant des généralités moralisantes, et ne consacrant parfois qu’un seul couplet à l’affaire en question. Certains producteurs de chansons « en série » reprennent le même refrain d’un crime à l’autre…

Du colporteur au chanteur des rues

50Le mode de production et diffusion du canard suit les contraintes du temps : l’édition est plus soignée, et les circuits de vente rejoignent ceux de la « chanson des rues », incarnée par les vendeurs de « petits formats ». L’autorité contrôle ce commerce, avec plus ou moins de bonheur.

La production et la diffusion

51Entre l’auteur et le client, deux intermédiaires méritent d’être interrogés : tout d’abord l’éditeur, dont les volumes de production nous demeurent inconnus, et ensuite le circuit des divers distributeurs qui en assurent la diffusion.

Les mystères du tirage

  • 40 Mollier (Jean-Yves), Le camelot et la rue, politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe sièc (...)
  • 41 D’après les sondages effectués dans les registres du dépôt légal pour les départements de l’Ain à l (...)
  • 42 Le crime de Moirax, deux feuilles ronéotypées, coll. part. Détails dans Le Petit Parisien, 11 et 12 (...)
  • 43 Richard Hoggart cite le ratio de 3,5 à 2,5, recueilli en Angleterre, à des périodes plus contempora (...)

52La production parisienne de canards au tournant des XIXe et XXe siècles a été bien étudiée40, ne serait-ce qu’en raison de l’accessibilité des sources : le dépôt légal est effectué régulièrement, ainsi l’on connaît le tirage ainsi qu’un exemplaire de chaque production. Ce n’est hélas pas toujours le cas en province.
L’absence du dépôt légal nous prive de l’inventaire exhaustif des canards. Ainsi, leur existence n’est avérée qu’au fil de leur découverte, dans des collections privées ou publiques. La première constatation est qu’il existe souvent de multiples complaintes sur un même crime. On trouve même ce que l’on pourrait nommer « parodies de parodies » : dans le cas de Violette Nozière, deux chansons ne diffèrent que par leur refrain.
De plus, pour une version donnée d’une complainte ou chanson, le tirage nous est souvent inconnu. Pour ce que l’on sait, il va de quelques centaines à un millier en province, seuls les éditeurs parisiens tirent à cinq mille exemplaires pour les affaires les plus retentissantes41. Il existe sans doute d’autres modes de productions plus rudimentaires, mal connus. Ainsi le crime de Moirax42 a eu une complainte diffusée sur feuille manuscrite, dupliquée à l’alcool.
Enfin, compter les feuilles produites ne suffit pas : le ratio entre le tirage et le nombre de lecteurs / auditeurs est délicat à apprécier43. Les prodiges de la mémoire d’une population accoutumée à l’oralité omniprésente permettent de retenir de longues complaintes sans pour autant détenir la feuille, ainsi que nous l’avons déjà signalé.

Les réseaux

53De nombreuses inconnues entourent encore les stratégies éditoriales en amont du canard, autant que sa diffusion. Par quelle entremise L.-M. Simonet – dans le Cher – publie-t-il un canard sur un crime breton (doc. 8) ? Qui lui fait parvenir l’article de l’Ouest-Éclair ? La conjecture la plus plausible est celle d’un correspondant lui commandant le canard et lui fournissant la matière, voire le texte de la complainte. Le règlement se fait alors par mandat-poste ; L.-M. Simonet n’indique-t-il pas « service rapide par retour du courrier » sur certains canards ?
Ensuite, comment s’approvisionnent les chanteurs ambulants ? L.-M. Simonet indique une adresse à Bourges pour la « vente en gros » et un « dépôt pour la région Lyonnaise » sur une feuille traitant de l’affaire Landru. Travaillent-ils eux aussi par courrier ? L’abondance de chanteurs ambulants appréhendés aux environs de Saint-Amand-Montrond (en particulier pour mendicité) laisse à penser qu’ils puissent converger vers ce centre d’approvisionnement.
Devant l’absence de sources fiables (publicités explicites, pièces comptables) issues des producteurs ou vendeurs de canards, ce sont les différents modes de contrôle qui leur sont appliqués qui peuvent nous éclairer.

Le contrôle

54Deux types de contrôles s’exercent sur le commerce des complaintes et chansons, et permettent d’en apprécier la diffusion : d’une part de type administratif, tant pour surveiller le contenu des écrits diffusés que l’identité et la qualité des vendeurs, et d’autre part au titre de la propriété intellectuelle, pour traquer la « contrefaction de chansons ».

Les ambulants

  • 44 Par exemple : A.D. Allier, 4M 1235b, carnets de récépissés de déclarations de marchands ambulants, (...)

55Le contrôle des professions ambulantes est très soigneux sous le Second Empire, mais il s’étiole par la suite. La surveillance des « saltimbanques », via la délivrance des passeports, puis du carnet nécessaire à leur exercice permet d’apprécier l’amplitude de leurs déplacements. Quelques-uns de ces carnets sont conservés en série M d’archives départementales. Leur étude reste à faire, pour préciser itinéraires et zones de chalandise.
Quantitativement, le contrôle administratif fait apparaître un flot important de chanteurs jusqu’en 1914, qui diminue ensuite, se réduisant à quelques « marchands de chansons ». Toutefois, un élément très original est révélé par l’examen des récépissés de déclarations de marchands ambulants44 : à côté d’aveugles, quelques-uns d’entre eux sont illettrés. Ainsi voilà de l’écrit, de l’imprimé, vendu par l’entremise de l’oralité à une clientèle qui sans doute, elle aussi, écoute plus qu’elle ne lit le contenu de la feuille.
Le contrôle du contenu des chansons diffusées ne laisse que peu de traces : seules les œuvres saisies – essentiellement politiques, donc hors de notre propos – nous sont accessibles. Les autorisations de colportage ne font jamais mention du répertoire ; s’agit-il de couplets d’actualité ou de romances citadines ?

Le droit d’auteur

  • 45 A.D. Cher, 31U 764, jugements commerciaux, 1er février 1911.
  • 46 Heureusement, il a signé par mégarde une feuille de son nom au recto et de son pseudonyme au verso, (...)

56La fondation de la Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique en 1851 change le paysage éditorial : la production « sauvage » de complaintes et chansons sur des thématiques criminelles s’abstient souvent du dépôt légal, car la protection des mélodies déposées la font assimiler à une contrefaçon, passible de sanctions pénales. Néanmoins, l’éditeur signe sa production, afin d’assurer sa publicité.
Au moins une fois jugé pour « contrefaçon de chansons45 », L.-M. Simonet ne cite pas toujours « La Paimpolaise » lorsqu’il emploie pour ses complaintes criminelles. Il en vient à signer fictivement « Imp. Beaujard – Charleroi » ses feuilles reprenant des romances déposées, afin de déjouer les poursuites46. De fait on rencontre avant 1914 sur le territoire français beaucoup de feuilles de chansons – semble-t-il – imprimées à Bruxelles, Genève, Charleroi. S’agirait-il d’une pratique utilisée par d’autres, ou d’importations illicites ?
Dernier point concernant la parodie : certains éditeurs l’interdisent explicitement sur leurs petits formats, mais d’autres semblent s’en accommoder, comme si le succès d’une parodie renforçait celui du texte original. Il est vrai que le nombre de crimes chantés sur l’air de « Quand on s’aime bien tous les deux » ont pu en retour favoriser la vente des partitions afin d’en jouer la mélodie.

Vous chantiez ? Lisez maintenant !

  • 47 Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayar (...)
  • 48 À côté de L.-M. Simonet, on peut citer le « Chansonnier Guillotin » à Lyon et des imprimeurs isolés
  • 49 Une enquête orale dans l’Allier a permis de recueillir des témoignages sur des chanteurs vendant si (...)
  • 50 Sur le même sujet, on peut aussi apprécier la une du document 18.

57Selon Dominique Kalifa, au tournant du siècle, « la complainte marque le pas et meurt doucement47 ». Nous nuancerons cette affirmation, en limitant sa portée à Paris : les éditeurs de la capitale jugent plus rentable la publication d’occasionnels à caractère politique, c’est indéniable. Il n’en est pas de même en province : c’est une petite industrie, qui se concentre sur quelques « spécialistes48 » dont les circuits de distribution n’ont rien à envier à la presse. Par la poste, sous le bras de chanteurs ambulants, les complaintes sont vendues dans tous les marchés de province49.
Sont-elles chantées ? Sans doute de moins en moins. Le recours à des mélodies « modernes » (« La Paimpolaise », mais aussi les succès de Bénech et Dumont) relance leur vente après la Première Guerre mondiale. Mais, nous l’avons vu, les mutations formelles minimisent leur force évocatrice ; les « chansons criminelles » ne sont plus que des « chansons d’actualité » parmi d’autres.
De la complainte à la chanson, et ensuite ? La clientèle populaire de ces couplets constituerait-elle le ferment dont se nourrira la presse à sensation émergente ? On peut douter que « Détective », apparu en 1928, ait quelque chose à voir avec les chansons des rues. Néanmoins, considérons les lignes suivantes, insérée à la une d’un canard consacré à Weidmann50 :

  • 51 Drames, septembre 1933. Texte reproduit sur la feuille « Weidmann, assassin et vampire », M.-R. Rou (...)

« Ce n’est pas spéculer sur la misère humaine que de commenter et de porter à la connaissance du public tous les faits qui entourent les circonstances d’un drame. À l’encontre des gens qui se figurent que la publicité faite par la presse à des tragédies écœurantes est nuisible à l’expression pure de la justice, nous avons la conviction que, bien au contraire, l’application de la loi serait dépourvue du moindre sentiment d’équité si, auparavant, les investigations concernant un crime n’avaient pas été rendues publiques. Les plus sceptiques n’auraient, du reste, aucune peine à endosser ce point de vue, s’ils avaient parcouru les archives judiciaires du temps ou le régime d’une nation ne tolérait pas l’intrusion des journalistes dans les affaires publiques. Que d’injustices voulues, que d’erreurs inconsciemment commises51 ! »

58Ainsi les ultimes canards des années 1930 se posent-ils en défenseurs d’une justice équitable, tout en réclamant d’elle les peines les plus exemplaires. C’est un peu le même refrain que l’on pourra lire désormais dans les différentes publications traitant du « fait divers » sous toutes ses formes. Et la complainte ou chanson criminelle ne quittera le devant de la scène qu’en raison de la disparition de ses modes de diffusion privilégiés, chanteurs des rues et marchands de petits formats. La radio et le gramophone l’ont réduit au silence. Ou presque, car il se murmure qu’une complainte aurait été écrite sur l’affaire Dominici…

Haut de page

Bibliographie

Bernard (Daniel), « Le colporteur et le gendarme, surveillance des colporteurs de librairie et littérature de colportage dans l’Indre au XIXe siècle », Actes du 55e congrès des Sociétés Savantes du Centre de la France, Limoges, 1996, p. 187-201.

Coulon (Gérard), « Complaintes composées à l’occasion d’un crime : contribution à la collecte des chansons populaires en Berry », Revue de l’Académie du Centre, 1981, p. 43-49.

Cragin (Thomas), Murder in Parisian Streets : Manufacturing Crime and Justice in the Popular Press, 1830-1900, Bucknell University Press, 2006, 280 p.

Daphy (Éliane) et Gétreau (Florence) (dossier coordonné par), « Musiques dans la rue », Éthnologie française, 1999/1, janvier-mars 1999.

Guillorel (Éva), La complainte et la plainte, Chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR / Dastum, 2010, 589 p.

Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

Le Floc’h (Joseph), « Chanteurs de rue et complaintes judiciaires », Le Temps de l’histoire, n° hors série, 2001, p. 93-103.

Leclerc (Marie-Dominique) et Robert (Alain), Chansons de colportage, Reims, Presses Universitaires de Reims, 2002.

Lever (Maurice), Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993.

Mollier (Jean-Yves), Le camelot et la rue, politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles, Paris, Fayard, 2004, 365 p.

Monestier (Alain) et Cheyronnaud (Jacques), Le fait divers, catalogue de l’exposition du Musée national des arts et traditions populaires, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1982.

Seguin (Jean-Pierre), Canards du siècle passé, Paris, Pierre Horay, 1969.

Seguin (Jean-Pierre), Nouvelles à sensation. Canards du XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1959.

Haut de page

Notes

1 Seguin (Jean-Pierre), Nouvelles à sensations, Canards du XIXe siècle, Paris, A. Colin, 1959, 226 p.

2 Sur cette concurrence : Cragin (Thomas), Murder in Parisian Streets : Manufacturing Crime And Justice in the Popular Press, 1830-1900, Bucknell University Press, 2006, 280 p.

3 Sur de nombreux points, cet article suggère des pistes qu’il conviendrait d’approfondir, pour peu que l’on puisse rassembler des sources en volume suffisant.

4 Nous désignons ici par « canard » un support papier, imprimé ou dupliqué, où figure le texte d’une chanson traitant d’un fait divers criminel. Cette définition est simpliste, mais cette étude veut faire apparaître la nécessité d’une typologie de ces objets.

5 Près de cent vingt feuilles de chansons publiées par ses soins ont été retrouvées à ce jour. Voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacrée en juin 2009 à la bibliothèque de Saint-Amand-Montrond (Cher).

6 Sa typologie est délicate à établir. Voir « Chansons-papier », une collection de travail proposée par Éliane Daphy, accessible sur : http://medihal.archives-ouvertes.fr/CHANSONS-PAPIER-IMAGES.

7 Le Petit Parisien, 24 août 1898.

8 Le Journal du Cher, 24 mars 1895. Merci à Christian Roth.

9 Ouest-Éclair, éd. de Rennes, 25 novembre 1901.

10 « Le Crime du Châtelet », Buxières-les-Mines (Allier), Le Courrier de l’Allier, 24 avril 1895.

11 Le Crime de Souvigny, Chant dramatique, air : La Paimpolaise, L.-M. Simonet [éd.], 1907, BCU Clermont-Ferrand, fonds Henri Pourrat, HPV 125.

12 Pour le Berry : Bernard (Daniel), « Chansons de circonstances et couplets régionalistes : l’autre tradition chantée du Berry », L’art des Chansonniers, Colloque de Gaillac, 28-30 novembre 2003, Cahiers d’ethnomusicologie régionale, Cordes, CORDAE/La Talvera, 2005, p. 117-139.

13 « La complainte », Le Petit Parisien, 30 mars 1904. Article cité par Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 350 p.

14 Le crime de Saint-Germain-des-Bois, double assassinat, Saint-Amand-Montrond, 1888. BnF, Fol-Fn-175.

15 Le crime de Noizay, double assassinat, vol et incendie, Tours, 1889. BnF, Fol-Fn-192.

16 Ceci est facilité par l’absence de services photographiques policiers en province : les mêmes clichés sont versés au dossier, utilisés dans la presse, voire édités en cartes postales.

17 Outre « Fualdès », L.-M. Simonet utilise « Le Juif errant » et « L’Eau et le vin ».

18 Rollin (Monique), « Les mélodies des timbres de cantiques et de noëls », in Quéniart (Jean) (dir.), Le chant, acteur de l’histoire, Rennes, PUR, 1999, p. 39-49.

19 Gauthier (Marie-Véronique), Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris Aubier, 1992, 311 p.

20 On trouve plusieurs dizaines d’exemples dans le recueil de la BnF, Chansons sur des assassinats, GR FOL WZ 90.

21 Suivant le modus operandi décrit dans « Les chanteurs ambulants, persécutés, se plaignent », La petite République, 4 avril 1908.

22 Ainsi Le Trompette en bois (V. Scotto, L. Boyer & J. Charles) proposé par l’éditeur Salabert conjointement avec une de ses parodies La Chanson du contribuable, 1924, coll. part.

23 Au mieux indique-t-on « air connu » en tête de la parodie.

24 « À bien des égards, il emprunte donc au schéma usuel d’une composition théâtrale en trois étapes : prologue, action, épilogue ». Le Floc’h (Joseph), « Chanteurs de rue et complaintes judiciaires, Quelques remarques à propos des complaintes françaises », Le Temps de l’histoire, n° hors-série, 2001, p. 93-103.

25 Le XIXe siècle, 1er septembre 1894.

26 L’interrogatoire de Violette Nozière, l’empoisonneuse, Paris, Fayard, 1933. BnF, GR FOL WZ 90.

27 Avec des exceptions, voir doc. 16.

28 Le Crime de Venesmes, air : L’Eau et le vin, L.-M. Simonet [éd.], 1899, coll. part. [orthographe respectée].

29 Vincent Picrit, collaborateur régulier de L.-M. Simonet, demande une autorisation de colportage dans l’Allier en 1887 et 1888. Il est originaire de l’Oise. A.D. Allier, 1T 350.

30 Davenson (Henri) [alias Marrou (Henri Irénée)], Le livre des chansons, Neuchâtel, La Bacconière, 1946, p. 59.

31 Le crime de Saint-Baudel, L.-M. Simonet [éd.], 1929, Saint-Amand-Montrond (Cher), coll. Musée Saint-Vic, n° 993.9.30.

32 Deux complaintes traitent d’un soldat condamné à tort, sauvé juste avant son exécution, par la révélation de la vérité.

33 Le Journal du Cher, 24 mars 1895.

34 Le Petit Parisien, 22 juin et 2 septembre 1926.

35 Crime de Saint-Jean-de-Monts, L.-M. Simonet [éd.], 1911. A.D. Indre, 48J 5C 120 (1).

36 Double assassinat d’Étréchy, 1910, L.-M. Simonet [éd.], BCU Clermont-Ferrand, Fonds Henri Pourrat, HPV 123.

37 Le crime de Charenton, L.-M. Simonet [éd.], 1887, A.D. Cher, 15Fi Charenton 1.

38 Guillorel (Éva), La complainte et la plainte, chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR / Dastum, 2010, 589 p.

39 Auprès d’un ancien secrétaire de mairie, né en 1920, enfant lors des faits. L’acte de décès de la victime confirme les détails de la chanson. A.M. Hérisson (Allier), 1er décembre 1926.

40 Mollier (Jean-Yves), Le camelot et la rue, politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles, Paris, Fayard, 2004, 365 p.

41 D’après les sondages effectués dans les registres du dépôt légal pour les départements de l’Ain à la Creuse, de 1894 à 1912. A.N. série F18 IX.

42 Le crime de Moirax, deux feuilles ronéotypées, coll. part. Détails dans Le Petit Parisien, 11 et 12 février 1932.

43 Richard Hoggart cite le ratio de 3,5 à 2,5, recueilli en Angleterre, à des périodes plus contemporaines. Hoggart (Richard), La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970, p. 31.

44 Par exemple : A.D. Allier, 4M 1235b, carnets de récépissés de déclarations de marchands ambulants, 1913-1933.

45 A.D. Cher, 31U 764, jugements commerciaux, 1er février 1911.

46 Heureusement, il a signé par mégarde une feuille de son nom au recto et de son pseudonyme au verso, sans quoi cette pratique serait passée inaperçue…

47 Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, p. 166.

48 À côté de L.-M. Simonet, on peut citer le « Chansonnier Guillotin » à Lyon et des imprimeurs isolés.

49 Une enquête orale dans l’Allier a permis de recueillir des témoignages sur des chanteurs vendant simultanément des feuilles à propos de plusieurs crimes en 1933.

50 Sur le même sujet, on peut aussi apprécier la une du document 18.

51 Drames, septembre 1933. Texte reproduit sur la feuille « Weidmann, assassin et vampire », M.-R. Rousseau [éd.], Paris, 1933.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Doc. 1 Le crime de Pantin (1869) : 1ère page
Crédits Coll. Société d’Émulation du Bourbonnais, Moulins (Allier).
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Doc. 1 Le crime de Pantin (1869) : dernière page
Crédits Coll. S.E.B., Moulins (Allier).
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Doc. 2 Le parricide Merlin (1880) : 1ère page
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Doc. 2 Le parricide Merlin (1880) : dernière page
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : recto détail
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : recto
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : verso détail
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Doc. 3 L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) : verso
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Doc. 4 Exécution de l’abbé Bruneau (1894) : détail
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Doc. 4 Exécution de l’abbé Bruneau (1894)
Crédits AD Indre-et-Loire, EDEP281/S1.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Doc. 5 La petite souffre-douleur (s.d.)
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Doc. 6 Les anges martyrs (1898)
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Doc. 7 Arrestation sensationnelle de l’Assassin présumé de la forêt de Tronçais (1926)
Légende 280 × 440 mm, in-plano, 1 p. M. Dumont, taxi moulinois, est assassiné à Saint-Bonnet-Tronçais (Allier) en janvier 1926. Le Petit Parisien, 10 janvier 1926.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Doc. 8 Le Crime de Bruz (1901)
Légende 420 × 610 mm, in-plano, 2 p.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Doc. 9 Les empoisonnements des Varennes (1908)
Légende 530 × 390 mm, in-plano, 2 p. Marie Renault est condamnée à perpétuité en janvier 1909 par la cour d’assises du Cher pour le meurtre de quatre membres de sa famille, et cinq tentatives d’empoisonnement.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Doc. 10 Le crime de Jully (1909)
Légende 385 × 600 mm, in-plano, 2 p., J. Ferrand [éd.], Paris.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Doc. 11 Les chauffeurs de la Drôme (1909)
Légende 550 × 430 mm, in-plano, 2 p., « le Chansonnier Guillotin » [éd.], Lyon.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Doc. 12 L’enfant martyr (1905)
Légende 390 × 530 mm, in-plano, 2 p. Affaire jugée aux assises du Cher le 11 janvier 1905.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Doc. 13 Le crime d’Avrilly (1928)
Légende 200 × 270 mm, in plano. Chatard (Georges), « Le crime d’Avrilly », Bulletin de la S.E.B., tome 62, 1er trim. 1984, p. 28-30.
Crédits coll. S.E.B., Moulins (Allier)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Doc. 14 Les crimes et drames (1928) : recto
Légende Les crimes et drames, J. Ferrand [éd.], Paris, ca 1930, in plano.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Doc. 14 Les crimes et drames (1928) : verso
Légende Les crimes et drames, J. Ferrand [éd.], Paris, ca 1930, in plano.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Doc. 15 Le terrible crime de Corancez (1901)
Légende Horrible crime de Corancez, air : La Paimpolaise, Léon Hayard [éd.], Paris, 1901, in plano.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Doc. 16 La Complainte du drame de l’Express de Paris (1933) : recto
Légende La Complainte du drame de l’Express de Paris, air : Sous les ponts de Paris, s.l.n.d. [1933], 165 × 240, in-folio, 4 p. Un des clichés du « wagon sanglant » est paru dans Le Petit Journal du 28 avril 1933.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Doc. 16 La Complainte du drame de l’Express de Paris (1933) : verso
Légende La Complainte du drame de l’Express de Paris, air : Sous les ponts de Paris, s.l.n.d. [1933], 165 × 240, in-folio, 4 p.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Doc. 17 Le crime de Saint-Baudel (1929)
Légende Le Crime de St-Baudel, chant plaintif en mémoire de la victime, L.-M. Simonet [éd.], Saint-Amand-Montrond, 1929, 450 × 280, in-folio, 4 p.
Crédits Musée Saint-Vic, Saint-Amand-Montrond, n° 993.9.30.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Doc. 18 Les crimes du monstre (ca 1938) : recto
Légende Les crimes du monstre, L. Cotté [éd.], Paris, ca 1938, 275 × 350, in-folio, 4 p.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Doc. 18 Les crimes du monstre (ca 1938) : verso
Légende Les crimes du monstre, L. Cotté [éd.], Paris, ca 1938, 275 × 350, in-folio, 4 p.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Doc. 19 : Le crime de Saint-Baudel (1929)
Légende Cahier d’écolier, s.d. Il s’agit de la recopie du document 17.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Doc. 20 Un drame à Hérisson (1926)
Légende Un drame à Hérisson, L.-M. Simonet [éd.], 1926.
Crédits Collection particulière
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2562/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François « Maxou » Heintzen, « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, la fin des complaintes criminelles, 1870-1939 », Criminocorpus [En ligne], Musique et Justice, Portraits d’accusés et figures de criminels en musique, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2562

Haut de page

Auteur

Jean-François « Maxou » Heintzen

Professeur agrégé de mathématiques en lycée, Jean-François « Maxou » Heintzen est titulaire du C.A. de professeur de musique, spécialité musique traditionnelle. Il a soutenu en 2007 une thèse de doctorat d’histoire : Musiques discrètes et société, Les pratiques musicales des milieux populaires à travers le regard de l’autorité dans les provinces du centre de la France, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Bernard Dompnier (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC) Ses recherches actuelles portent sur diverses formes de musiques populaires aux XIXe et XXe siècles, centrées sur la diffusion des feuilles de chansons par colportage et vente dans la rue. Il intervient dans le cadre du groupe d’arts et traditions populaires « La Chavannée », et interprète avec plaisir les complaintes qu’il étudie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page