Navigation – Plan du site
Articles

Aux origines de la police politique républicaine

Jean-Marc Berlière et Marie Vogel

Texte intégral

  • 1 Une copie manuscrite en est conservé dans le carton 12 708 de la série F7 aux Archives Nationales.

1Le 30 juin 1880, alors que la République semble encore fragile et mal assurée, le directeur de la Sûreté générale adresse au ministre de l’Intérieur un rapport 1 qui tire les enseignements des actions récemment menées par ses services et expose ce que devraient être les missions, les pratiques et l’organisation d’une police politique républicaine qui reste encore à inventer. Ce texte, d’un grand intérêt pour qui veut connaître les méthodes, l’organisation d’une police à l’état embryonnaire, s’avère même fondamental dans la mesure où il met en lumière la réflexion, les enjeux et les mécanismes qui ont présidé à l’élaboration et à la mise en place d’une administration policière républicaine dont il annonce l’évolution ultérieure.

2Cazelles est en effet avant tout un républicain actif et un administrateur de combat. Candidat au conseil général dans le Gard lors des élections de 1869 contre le candidat officiel, c’est lors des événements de 1870 qu’il occupe pour la première fois une charge administrative. Nommé secrétaire général de la préfecture du Gard en octobre 1870, dans des conditions qui ne sont en rien celles d’une administration paisible et routinière, il démissionne en 1871 lorsque le gouvernement de la Défense nationale se retire. Il demande à réintégrer l’administration dès que les républicains reviennent au gouvernement, au début de 1878. Il fait toute sa carrière avec la confiance de Gambetta, de Fallières et de Waldeck-Rousseau.

  • 4 Discours d’Emile Alcay, conseiller d’arrondissement de Saint-Gilles-du-Gard, in : Emile-Honoré Caze (...)

3Cette carrière est tardive et n’est pas marquée par la nécessité. Cazelles est né en 1831 dans une famille protestante du Gard. Docteur en médecine, interne à l’hôpital St-Louis, il se retire assez tôt dans sa propriété de St-Gilles du Gard, où il vit de ses rentes et se consacre à la traduction en français des philosophes anglais et allemands. Il est connu notamment pour être le traducteur de Spencer. Ces titres variés en font une personnalité à part dans le monde administratif. Le Progrès de l’Est du 20 mai 1882 rapporte que, lors de la réception qu’il donne à Nancy à son arrivée comme préfet de Meurthe-et-Moselle, « M.Benoît, doyen de la faculté des lettres, voit en lui un philosophe plutôt qu’un préfet [...]. Au doyen de la faculté de médecine, M.Cazelles a rappelé ses études à Paris. Je suis docteur en médecine aussi, a-t-il dit […]. Un homme heureux a été le pasteur Schmidt quand le préfet lui a annoncé qu’il était protestant ainsi que toute sa famille. ». Franc-maçon, promoteur « d’idées évolutionnistes et associationnistes » 4, Cazelles investit chacune de ses affectations de son activisme républicain. C’est un activisme de principe, mais aussi un activisme d’homme d’action. Comme préfet de l’Hérault, il révoque un maire pour avoir autorisé, en raison du froid excessif de la salle paroissiale, le curé à faire le catéchisme dans l’école communale. Comme préfet des Bouches-du-Rhône, il est fait commandeur dans l’ordre de la légion d’honneur pour son attitude pendant l’épidémie de choléra.

4Sa première nomination à la Sûreté générale est bien dans cette ligne. Il s’agit d’organiser la défense du régime en constituant une police de renseignement politique républicaine et rationnellement organisée. Le texte présenté ci-dessous, qu’il rédige trois mois après son entrée en fonctions, répond à ces objectifs en présentant, au-delà des contingences et des urgences du moment, une analyse fine de la situation de l’administration policière de l’époque et en exposant des solutions de principe qui guideront durablement son évolution.

5Cazelles est remplacé à la direction de la Sûreté générale peu après la chute du cabinet Gambetta en 1882, apparemment parce que le nouveau ministre de l’Intérieur, Goblet, n’accepte pas qu’il continue à fréquenter l’ancien président du Conseil. Sa nomination comme préfet à Nancy apparaît comme une disgrâce, et dès son arrivée les journaux locaux indiquent qu’il n’a accepté le poste qu’en attendant une préfecture plus importante. On parle beaucoup de lui pour la préfecture de la Seine à la fin de l’année. Au début de 1883, Waldeck-Rousseau, de retour au ministère de l’Intérieur, lui demande d’être chef de son cabinet, mais le président du Conseil, Ferry, s’y oppose. Cazelles refuse le retour à la Sûreté générale qui lui est offert en compensation. Il est nommé préfet des Bouches-du-Rhône quelques mois plus tard, le 21 octobre 1883.

6Il quitte Marseille au début de novembre 1886 pour la Direction de l’Assistance publique nouvellement créée, mais n’y reste que trois mois, puisqu’il obtient son entrée au Conseil d’Etat, où il souhaitait terminer sa carrière, en février 1887. Il y restera presque vingt ans, jusqu’à sa retraite en 1906. Son retour à la Direction de la Sûreté générale en avril 1889 ne constitue donc pas une nouvelle étape de sa carrière administrative. C’est le rappel à l’administration active, en pleine crise boulangiste, après l’élection du général à Paris, d’un homme politiquement et professionnellement sûr. Sa tâche est, au-delà de l’étude de la réorganisation des services de police dont le charge son décret de nomination, de préparer les élections de 1889. Il reste à ce poste tant que Constans conserve le ministère de l’Intérieur, et en démissionne le 29 février 1892, deux jours après son remplacement par Loubet.

7Emile-Honoré Cazelles est donc un politique bien plus qu’un préfet ou un administrateur au sens de la carrière. Homme de conviction de la génération des fondateurs de la IIIe République, c’est un directeur d’action, un directeur de crise, lié à la République première manière, et qui termine sa carrière active avec elle. Il est sans aucun doute l’acteur principal des réformes administratives menées sous son directorat, il est aussi l’inspirateur d’évolutions qui prendront forme bien après son départ. En poste à une période où l’administration républicaine de la police n’est pas encore complètement constituée, on peut dire qu’il est l’un de ses fondateurs .

2. Clés et repères 5

Le contexte

8Depuis 1879, les républicains sont désormais seuls aux commandes d’une république longtemps gouvernée par des adversaires qui n’ont d’ailleurs pas totalement désarmé ni perdu espoir de renverser un régime détesté. Parmi ces derniers, les milieux catholiques et cléricaux jouent un rôle qui explique la politique anticléricale menée notamment contre les congrégations non autorisées auxquelles le texte fait allusion.

La Sûreté générale

  • 6 Le premier « ministère de la Police » fut créé, en janvier 1796 par le Directoire et supprimé sous (...)
  • 7 Sous l’appellation de « direction de la Sûreté publique », c’est le 18 novembre 1871 qu’est officie (...)

9Lointaine héritière du ministère de Fouché 6, elle a été instituée en juin 1853 7 pour succéder à l’éphémère ministère de la Police que le futur Napoléon III avait reconstitué en janvier 1852. Elle connut par la suite des fortunes diverses et de nombreux avatars : rattachée à la Préfecture de police le 30 novembre 1859, elle retrouva son autonomie en septembre 1870, sous le gouvernement de la Défense Nationale, pour la reperdre le 17 février 1874 lorsqu’elle fut à nouveau rattachée à la Préfecture de police par le gouvernement De Broglie. Ayant définitivement échappé à la tutelle de sa grande rivale, le 9 février 1876, elle n’en était pas pour autant au bout de ses peines : entre le 29 novembre 1881 et le 10 février 1882, elle devint une simple sous-direction du ministère de l’Intérieur. Pareille mésaventure lui advint à nouveau le 21 décembre 1899. C’est seulement le 31 mars 1903 qu’une loi rétablit au ministre de l’Intérieur, et cette fois définitivement, une Direction de la Sûreté Générale autonome qui allait devenir Nationale en 1934, à la suite de la réforme qui suit l’affaire Stavisky.

10Longtemps considérée « bien plus comme une machinerie policière qu’une administration cohérente » selon le mot de Marcel Le Clère, elle n’a vu que lentement développer son importance et rationnaliser son organisation. En 1880, elle n’est qu’une parente pauvre de sa prestigieuse rivale parisienne. La plus importante de ses faiblesses tient à la maigreur de ses effectifs qui l’a fait qualifier « d’état-major sans troupe ». En effet, pour exercer toutes les tâches qui reviennent normalement à la direction de la police au ministère de l’Intérieur, la Sûreté générale ne dispose -pour la France entière- que de services centraux installés fort inconfortablement dans des locaux vétustes, malsains et dangereux rue des Saussaies à Paris. Chargée du recrutement, de la gestion des carrières des commissaires placés à la tête des polices municipales, elle voit ces derniers lui échapper au profit des municipalités qui les paient. De ce fait, les seuls effectifs actifs dont elle peut réellement disposer, sont réduits aux seuls policiers de la police spéciale des chemins de fer.

La police spéciale des chemins de fer

11La « police spéciale des chemins de fer » qui joua sous la IIIe République un rôle que son nom sibyllin est loin de laisser deviner, est l’étrange fruit d’une synthèse inattendue entre plusieurs créations antérieures dont elle combine appellation et fonctions.

12Les premiers « commissaires spéciaux » attachés à la surveillance de l’opinion furent créés par décret impérial le 25 mars 1811 ; l’article 7 précisait leurs attributions : « Surveiller particulièrement l’esprit public des habitants, les opérations de commerce et celles de la conscription, le service des douanes, le mouvement des ports, la ligne des côtes et des frontières, les communications avec l’étranger, les subsistances, la librairie, l’instruction publique, les associations politiques et religieuses et, en général, toutes les parties de l’administration et des services publics ». Cette police « spéciale » fut supprimée sous la Restauration, mais des commissaires « spéciaux » subsistèrent, notamment dans les villes frontières. Le terme ne devait réapparaître qu’en novembre 1846 dans une Ordonnance royale prévoyant la création de « commissaires spéciaux des chemins de fer ».

13C’est à la Direction de la Sûreté Publique récemment créée, que fut confié, en 1854, le soin d’organiser une « Police spéciale des chemins de fer » dont la nécessité avait été entrevue par la Monarchie de Juillet dès 1837 puisque le 25 août de cette année, bien conscients de la spécificité de ce nouveau moyen de transport et des possibilités qu’il offrait au banditisme, les pouvoirs publics prévoyaient l’affectation de deux « commissaires de police spéciaux » à la ligne Paris-St Germain. C’est une ordonnance royale des 15-21 novembre 1846 qui posa le principe : « La surveillance des chemins de fer et de leurs dépendances est exercée par des commissaires de police ». Cette ordonnance ne reçut pas d’application réelle, il fallut attendre la loi du 27 février 1850 pour voir créé un corps de commissaires des chemins de fer. Mais dépendants du ministère des travaux publics, ils étaient plutôt des surveillants d’exploitation que des policiers malgré leur qualité d’officiers de police judiciaire.

14C’est parce que les chemins de fer étaient toujours pratiquement dépourvus de réelle surveillance policière et qu’il fallait bien que la police entre résolument dans la voie du progrès, qu’en 1854, la décision fut prise de créer, à la fois pour la surveillance des chemins de fer et tout ce qui se rapporte à la sûreté publique dans les trains et les gares, trente « commissaires spéciaux de police » placés sous la direction et l’autorité de la Sûreté Publique, ayant compétence sur l’ensemble du réseau, en résidence aux extrémités ou aux points intermédiaires importants des lignes qui, peu à peu, s’étendaient à la surface du pays. Leur titre de commissaires « spéciaux » les y destinant tout naturellement, c’est également pour surveiller d’éventuels opposants dans leurs déplacements, que fut créé, par les décret du 22 février et du 15 décembre 1855, ce corps de police dépendant du ministre de l’Intérieur - « les commissaires spéciaux de chemins de fer rendent comptent aux préfets et adressent copie de leurs rapports au ministre de l’Intérieur » (art 5 du décret du 22 février 1855) - et doté d’un large ressort - « leurs pouvoirs s’étendront à toute la ligne à laquelle ils seront rattachés » (art 3 du décret de février 1855).

  • 8 Qui prendra, à partir du décret du 26 février 1911, le nom plus transparent de « police spéciale » (...)
  • 9 D’où leur appellation de « commissaire spéciaux de la police des chemins de fer, des ports et des f (...)

15Telle est l’origine de la « police spéciale des chemins de fer » 8. Au fur et à mesure de l’extension des réseaux, son importance allait s’accroître et, par une résurgence naturelle de la conception napoléonienne de la « police spéciale », ses attributions et ses missions rapidement s’élargir et largement dépasser la police des voies ferrées. Un décret du 15 mars 1861 lui confia la surveillance des mouvements des étrangers et la police des ports et des frontières( 9). Une circulaire du premier octobre 1862 mit les commissaires spéciaux de la police des chemins de fer à la disposition des préfets pour effectuer les « missions administratives » que ces derniers jugeraient « opportun » de leur confier : la véritable nature de ces policiers « spéciaux » se dessinait.

16C’est en partie à eux qu’allait revenir la mission que confiait le Prince-président au ministère de la Police : « Aujourd’hui, quoique responsable, le président de la République ne peut, à l’aide des seuls moyens officiels, connaître que très imparfaitement l’état général du pays. Il ignore [...] si les mesures arrêtées avec ses ministres s’exécutent conformément à l’idée qui les a dictées, si l’opinion publique applaudit aux actes de son gouvernement ou si elle les désapprouve ; il ignore enfin quels sont, dans les diverses localités, les écarts à réprimer, les négligences à stimuler, les améliorations indispensables. En effet il n’a pour s’éclairer que les renseignements, souvent contradictoires, toujours insuffisants, des divers ministres [...] Dans l’état actuel des choses, il n’existe aucune organisation qui constate avec rapidité et certitude, l’état de l’opinion publique, car il en est aucune qui en ait la mission exclusive, qui dispose des moyens pour le bien faire, qui, désintéressée dans toutes les questions politiques, ait le pouvoir d’être impartiale, c’est à dire de dire la vérité et de la transmettre ». Quand le ministère de la police fut supprimé en juin 1853, tandis que la Préfecture de police conservait les affaires intéressant la sûreté de l’Etat et la police générale à Paris, la « direction de la Sûreté Publique » hérita tout naturellement de cette tâche pour les départements, la « police spéciale des chemins de fer » en fut plus précisément chargée. La « Sûreté Générale » qui succéda en 1871 à la « Sûreté Publique » a gardé une mission que la République loin de supprimer va développer comme le recommande le rapport Cazelles.

  • 10 « Remarquablement installés sur les grandes lignes de communication et pouvant aisément se déplacer (...)

17C’est pourquoi les effectifs et les attributions de la police spéciale des chemins de fer vont se développer 10 parallèlement à une structuration de la Sûreté générale. Cette évolution s’est toutefois opérée lentement notamment du fait des résistances que le développement d’une police centralisée, aux mains de l’Etat et essentiellement politique, a légitimement suscitées. Ce n’est pas le moindre intérêt du rapport Cazelles que de nous permettre de comprendre la situation en 1880 et de marquer les axes essentiels de la mise en place d’une administration policière spécifique.

Le débat : rôle d’une police politique dans une démocratie

18Après le second Empire - pendant lequel les républicains avaient eu tout loisir d’observer de près leurs agissements - la survie de services politiques dans la police était pourtant loin d’être acquise tant la notion même de police politique semblait consubstantielle d’un régime autoritaire et pouvait paraître incongrue dans une démocratie fondée sur le suffrage universel et les libertés publiques. La police politique a-t-elle une fonction, un rôle à jouer dans un régime où, par définition, le gouvernement représente la volonté de la majorité des citoyens ? Doit-elle protéger une forme de gouvernement qui ne saurait s’imposer que par le consentement de la Nation ? Doit-elle surveiller l’opinion, les agissements des opposants alors que la liberté est la règle ? Un gouvernement émanant du suffrage universel a-t-il besoin, comme Napoléon III d’une police pour savoir « quel accord règne entre ses actes et les voeux de la Nation » alors que la presse, les élections permettent aux citoyens d’exprimer leur opinion et leurs choix politiques ?

  • 11 Emile de Marcère, Ministre de l’Intérieur, Chambre, séance du 3 mars 1879, Journal Officiel du 4 ma (...)

19Dès la chute de l’Empire, en septembre 1870, cette question fut posée notamment par le nouveau Préfet de police Emile de Keratry qui procéda à la liquidation du « Service spécial de police politique » du commissaire Lagrange qui constituait « une menace permanente pour la liberté et la vie des citoyens ». C’est au parlement, à l’occasion du vote annuel du budget du ministère de l’Intérieur, plus précisément des chapitres concernant la police spéciale et les « dépenses secrètes de sûreté publique » que s’exprimèrent le plus clairement, le plus solennellement les l’opposition à l’existence même d’une police politique et à celle de fonds secrets servant à payer ses « basses besognes ». L’idée la plus communément défendue par l’opposition -quelle qu’elle fût- était que la police politique était une institution indigne d’une république et que des républicains ne sauraient, sans se renier, ou sans contradiction grave, utiliser un moyen de gouvernement qu’ils avaient dénoncé sans relâche sous l’Empire. En dépit de ces critiques, la police politique, comme les fonds secrets, a subsisté, d’abord au prétexte de la défense d’un régime mal assuré -» Est-ce qu’il n’y a-t-il plus de partis adversaires de la République ? Certes ces partis sont impuissants, ils le savent bien, mais vous admettrez bien avec moi qu’il est utile qu’on les surveille et qu’on sache ce qu’ils font 11 »- puis du réalisme politique qui interdit à un gouvernement de se priver d’un moyen employé par tous ses prédécesseurs.

3. Le texte

RAPPORT ADRESSE PAR LE DIRECTEUR DE LA SURETE GENERALE, E-H CAZELLES,

  • 12 Les chapitres budgétaires 8 et 11 auquels il est fait référence dans le texte sont ceux des traitem (...)

au Ministre de l’Intérieur J. Constans en 1880 12.

Ministère de l’Intérieur
Direction de la Sûreté Générale
Cabinet du Directeur
Paris, le 30 juin 1880.
Rapport adressé à Monsieur le Ministre de l’Intérieur et des Cultes.

Monsieur le Ministre,
Le service de la Sûreté répond à deux besoins de tout gouvernement, d’où pour ses agents une double fonction. D’une part, ils veillent à l’exécution des lois et d’un certain ordre de règlements, de l’autre ils recueillent et portent à la connaissance de hauts fonctionnaires chargés d’exercer l’autorité les renseignements qui doivent servir de base à la politique intérieure du Gouvernement.

En l’état actuel la fonction d’exécution est remplie d’une manière assez satisfaisante. Il n’en est pas de même de la seconde fonction, celle d’information. Le service de renseignement en ce qui concerne la Direction de la Sûreté est, on peut le dire, rudimentaire.

Au moment où j’ai pris le service, il était d’usage de remettre, chaque soir, à l’heure de la fermeture des bureaux, un rapport écrit à Monsieur le Ministre. Le Directeur qui avait la responsabilité de ce rapport et qui le signait ne pouvait guère y relater que de maigres informations tirées des pelures à lui transmises par le service telégraphique du Ministère, et des rapports des commissaires spéciaux attachés au Ministère, alimentés par les correspondances des commissaires de frontières ou de chemins de fer.

Les renseignements tirés des pelures étaient déjà connus du Ministre à qui les télégrammes sont transmis tout d’abord, et les autres informations, très peu nombreuses d’ailleurs, n’avaient rien de régulier.

En stimulant le zèle de certains commissaires spéciaux des chemins de fer, il a été possible de modifier la composition du rapport quotidien. Les renseignements des pelures en ont été écartés à peu près complètement, et n’y figurent plus guère qu’à titre de complément de certaines nouvelles arrivées à la Direction dans des rapports écrits.

Le rapport a sans doute gagné en intérêt, mais il est loin de posséder encore la qualité qui est sa raison d’être. Il ne doit pas seulement mettre sous les yeux du Ministre les faits importants déjà accomplis, il doit encore lui faire connaître les faits qui permettent de prévoir avec quelque certitude un événement que l’on serait réduit sans cela à attendre en vertu de vagues conjectures.

Dans l’état des ressources dont la Direction de la Sûreté dispose actuellement, il n’y a pas lieu d’espérer que le rapport quotidien acquière la valeur d’un résumé exact de l’état du pays jour par jour. Les sources d’information font défaut. Tandis que la Préfecture de Police commande à un personnel nombreux et expérimenté, comme elle manie un budget considérable, la Direction de la Sûreté, comme si ce service n’était qu’un accessoire, n’a qu’un personnel peu nombreux, mal distribué, de capacité médiocre et un budget qui ne permet ni l’extension nécessaire du personnel officiel, ni le recrutement d’un personnel auxiliaire d’agents secrets.

Ce n’est pas seulement pour la rédaction d’un utile rapport quotidien que nous avons à regretter ce défaut d’information ; c’est aussi pour la constitution des archives de la Direction. Des exemples récents ont montré à propos des congrégations, des cercles catholiques, des grèves, comme d’autres exemples montreraient au besoin à propos des chambres syndicales et des cercles politiques, combien la Direction est mal pourvue de renseignements sur l’état de ces corps déjà existants depuis longtemps, et qu’il importe cependant d’avoir bien reconnus parce qu’ils sont de nature à exercer une influence considérable sur la stabilité de l’ordre public.

Si le dernier Directeur de la Sûreté a pu mettre dans les mains du Ministre de l’Intérieur un rapport intéressant sur les cercles catholiques, et y faire voir quel redoutable instrument la centralisation cléricale a su créer avec ses réunions en apparence destinées à l’édification spirituelle, il est aisé de reconnaître que les éléments de ce rapport viennent plutôt de déclarations audacieuses lancées comme un défi au public par les fauteurs des entreprises cléricales dans leurs congrès annuels, que d’enquêtes prudemment et silencieusement poursuivies par les autorités départementales ou par les agents spéciaux de la Direction de la Sûreté.

Sans le secours des catalogues des membres et des serviteurs de la Société de Jésus, imprimés par les soins de la Société elle-même et déposés à la Bibliothèque nationale, l’administration centrale en serait encore à chercher à tâtons le nombre, le rang et la nationalité des jésuites résidant en France. Les efforts des Préfets non dirigés par ce catalogue auraient la plupart du temps échoué. Faute d’indication de ce genre l’administration ignore encore le nombre et la nationalité des membres des autres congrégations non autorisées. Sur ce point, les documents réunis à la Direction de la Sûreté Générale ne comptent pas.

Sauf une indication du Préfet de la Marne faisant prévoir, dès le milieu d’avril, en termes vagues d’ailleurs, un mouvement gréviste à Reims et à Roubaix, rien n’avait mis l’administration centrale en état de prévoir la grande explosion qui a mis en péril l’ordre public dans ces deux villes du 26 avril au 20 mai derniers.

La Direction ne possède aucun renseignement faisant connaître les griefs des ouvriers et la gravité de leur mécontentement.

Enfin, au moment où un parti politique affiche le dessein de coordonner toutes les forces de la classe ouvrière pour en faire l’instrument d’une révolution sociale, et où un autre parti songe à exploiter le mécontentement des prolétaires pour les enrôler comme auxiliaires du césarisme, l’administration ignore le nombre et le caractère de ces associations appelées chambres syndicales : elle ne saurait distinguer celles qui se renferment dans les limites légales tracées par leurs intérêts professionnels, de celles qui tendent à s’engager par une fédération dans la voie des agitations révolutionnaires. L’administration peut bien se douter qu’il y a là un danger mais elle ne peut dire avec quelle précision ni la proximité, ni l’intensité de ce danger, elle ne peut donner au gouvernement les renseignements qui le mettraient à même d’arrêter un plan de campagne rationnel et de chercher avec succès les mesures à exécuter.

Il serait vain d’espérer un remède prochain à cette grave imperfection du service de la Sûreté. Soit qu’on n’y ait pas songé, soit qu’on ne l’ait pas voulu, on a négligé jusqu’ici de créer à la Direction de la Sûreté un ensemble de documents sur les diverses organisations dont nous venons de parler. Il est possible sans doute de combler cette lacune, mais il faut beaucoup de temps, et ce qui est nécessaire c’est d’assurer des instruments d’information que la Direction ne possède pas aujourd’hui. Pour se faire une idée de cette difficulté et du temps qu’il faudra pour en venir à bout, il n’y a qu’à se rappeler que des renseignements déterminés ont été demandés aux Préfets depuis environ six semaines (circulaire du 8 avril sur les cercles catholiques) et que plus de quarante Préfets n’ont pas encore fait parvenir leur réponse au Ministère.

Nous ne rappelons pas ce fait pour accuser les Préfets de négligence. Les occupations très nombreuses qui absorbent leur temps sont des obstacles très sérieux qui empêchent l’administration centrale de s’en reposer exclusivement sur eux du soin de lui faire parvenir des informations. En effet, lors même qu’ils parviennent à se renseigner passablement, ils ont beaucoup de peine à transmettre à l’administration leur acquis avec toute la régularité et la ponctualité désirables.

Le corps des commissaires de police qui devrait renseigner les Préfets est d’ailleurs bien loin de donner les résultats qu’on serait en droit d’en attendre. D’ailleurs les commissaires chargés de la police municipale et judiciaire dans les villes ne sont en rapport direct qu’avec les Préfets et les Sous-Préfets, et le fruit de leur expérience ne peut parvenir à l’administration que par les rapports de ces autorités.

Les commissaires spéciaux de police pourraient rendre plus de services comme agents d’information. Ces fonctionnaires recrutés dans un personnel plus instruit que ne le sont en général les commissaires de police ordinaires, ayant plus de loisirs, peuvent mieux observer et tirer de leurs observations des conclusions plus utiles. Comme ils correspondent directement avec la Direction, ils peuvent ainsi en recevoir directement des instructions pour leurs enquêtes, mais ils sont trop peu nombreux, et leurs résidences déterminées par les nécessités de leur service spécial ne coïncident pas assez souvent avec les centres où leurs facultés d’observation pourraient s’exercer avec le plus de profit pour le Gouvernement de la République.

Depuis que les municipalités sont redevenues à peu près indépendantes du pouvoir central, comme de ses représentants les Préfets, l’administration a vu s’amoindrir son autorité sur les commissaires de police urbains, et ces agents, bien que nommés par elle, et attendant d’elle leur avancement, se montrent généralement plus préoccupés de plaire à des Maires qui pourraient d’un moment à l’autre exiger leur disgrâce que de bien renseigner les Préfets. Il était dès lors sage de mettre à la disposition de ceux-ci des agents ne dépendant que de l’autorité centrale et l’on a dû étendre l’institution des commissaires spéciaux de police des chemins de fer. On aurait pu, en augmentant graduellement le nombre de ces agents créer en France un excellent appareil de reconnaissances politiques. Malheureusement une époque est survenue où le Gouvernement s’est plus préoccupé de mener l’opinion en la violentant que de l’observer. D’une part les Maires étant ramenés à l’ancienne dépendance, la police locale dût reprendre son ancienne subordination envers les Préfets. D’autre part les commissaires spéciaux de chemins de fer dont il n’était plus guère besoin d’augmenter le nombre furent détournés de leur mission d’observation et employés autant que possible à l’action politique, à la propagande conservatrice et au dénigrement des notabilités républicaines. Depuis lors quelques postes de commissaires spéciaux des chemins de fer ont été supprimés et s’ils ont été rétablis c’est par suite d’exigences de la fonction spéciale, et sans profit pour la fonction générale d’information, puisqu’ils ne l’ont été que sur des points de la frontière.

C’est avec 74 agents, commissaires spéciaux de chemins de fer, dont 34 se trouvent sur la frontière même et 12 à Paris employés aux gares des grandes compagnies, c’est à dire pour dire exactement la vérité avec 28 agents que la Direction de la Sûreté doit se procurer des renseignements politiques nécessaires à la sécurité du Gouvernement. Il faut ajouter à ce chiffre une centaine d’inspecteurs, agents inférieurs n’appartenant pas à la police judiciaire, par conséquent dépourvus d’autorité mais qui peuvent faciliter la tâche des commissaires lorsqu’ils se trouvent placés sous leurs ordres immédiats.

Aux termes des règlements, les commissaires spéciaux de chemins de fer transmettent aux Préfets copie des rapports qu’ils envoient à la Direction. Ils sont donc pour ces hauts fonctionnaires de précieux agents d’information à la double condition qu’ils fassent leur devoir et que les Préfets sachent s’en servir. A l’aide des fonds de police alloués aux Préfets, ou de quelque argent mis directement à leur disposition par l’administration centrale, il leur serait aisé d’organiser dans leur rayon un service de reconnaissance au moyen d’agents secrets. Suivant l’aptitude qu’ils sauraient montrer leur cercle d’action pourrait même être étendu. Les résultats satisfaisants que la Direction et le Ministère de la Guerre tirent du service de la frontière franco-allemande, peuvent donner une idée de la somme et de la valeur des informations qu’un service analogue bien organisé sur le reste du territoire procurerait au Gouvernement.

Les archives de la Sûreté Générale et de la Préfecture de Police ont été anéanties par l’incendie du bâtiment, situé quai des Orfèvres, où elles étaient conservées. Il n’est donc plus possible de consulter des documents où pourraient se trouver décrits les arrangements antérieurs à notre République, notamment par le Premier Empire. Nous savons tous comment le Second Empire avait couvert la France d’un réseau d’agents d’information ; comment la Gendarmerie avec son excellente discipline et les juges de paix par leur dépendance à l’égard de l’autorité administrative concouraient à compléter et à contrôler les renseignements que les Préfets et l’administration centrale tiraient d’un corps de commissaires de police beaucoup plus nombreux qu’aujourd’hui. Ni les juges de paix, ni les gendarmes ne fournissent plus aucune information politique. Le Gouvernement, par la Direction de la Sûreté, comme par les Préfets, se trouve donc réduit à puiser désormais ses renseignements à deux sources : la Presse et les Commissariats.

Nous avons pas la pensée de diminuer l’importance des informations que l’administration peut tirer de la presse quotidienne. Un esprit judicieux, bien au fait des nécessités et des idées qui dirigent la politique du Gouvernement, peut y trouver beaucoup d’éléments de nature à faire bien connaître à un Ministre responsable et l’état de l’opinion en général et les sentiments réels aussi bien que les projets des adversaires du Gouvernement. Mais ce travail présente d’énormes difficultés. Un journal est une arme dont un parti se sert pour l’attaque et pour la défense, et les faits comme les projets qui y sont exposés ou seulement indiqués, ne le sont que de la façon qui peut le mieux favoriser la défense ou l’attaque.

L’exagération ou l’atténuation systématiques y défigurent toujours la réalité que le Ministre doit connaître.

La tâche de la restituer ne peut être bien remplie que par un homme placé très près de l’endroit où les faits se passent et où les projets s’élaborent.

Le Préfet peut mieux que personne jouer ce rôle à la double condition qu’il ait des agents assez intelligents, zélés et habiles pour le renseigner, et qu’il puisse transmettre au Ministre les informations qu’il reçoit après les avoir interprétées. Mais il ne devrait jamais se borner à les interpréter, et à se faire juge de l’utilité qu’il peut y avoir à les transmettre. Un fait qui, dans l’isolement où il se présente, ne jette que peu de lumière sur une situation, ne laisse pas d’ajouter son poids à celui de tous les faits congénères apportés par d’autres départements. Le Préfet devrait donc être tenu de faire parvenir à la Sûreté tout les renseignements politiques par lui obtenus.

S’il y avait dans chaque département, au chef-lieu, ou dans les centres industriels, les plus importants, au moins un commissaire spécial de chemins de fer, cet agent, se transportant dans les localités de sa région qu’il est le plus important de surveiller, serait pour le Préfet un instrument excellent d’information. En outre, en envoyant directement ses informations sous formes de note ou de rapport à la direction de la Sûreté, il déchargerait d’autant les Préfets qui n’auraient dès lors qu’à formuler leurs jugements sur les instructions politiques à tirer de ces renseignements. Seulement les besoins du service spécial des chemins de fer et des stations frontières ont forcé l’administration à accumuler les commissaires aux extrémités de lignes et à laisser les points centraux dégarnis. Quelques-uns des départements les plus intéressants au point de vue de la politique actuelle ne sont point surveillés, entre autres le Maine-et-Loire, le Morbihan, la Mayenne.

Pour remédier à cet inconvénient, il faudrait créer un assez grand nombre de commissariats de police spéciale de 1° et 2° classe. Une administration soucieuse d’être bien renseignée devra se préoccuper d’obtenir les crédits nécessaires pour compléter un service aussi utile.

En attendant, il y aurait lieu d’atténuer le mauvais effet des lacunes que nous signalons, d’étudier un meilleur système de répartition des résidences des commissaires spéciaux en les groupant par régions soumises à l’inspection d’un commissaire supérieur, intermédiaire entre ces commissaires et la Direction de la Sûreté.

Par un meilleur choix des résidences on arriverait à faciliter à certains commissaires la surveillance de plusieurs départements, puisqu’on ne peut mettre un commissaire dans chaque département.

Par le groupement des commissaires d’un région sous l’inspection de l’un d’entre eux supérieur par sa classe comme par l’importance de sa résidence, on arriverait à donner à leur action investigatrice une direction qui n’a pu jusqu’ici leur être imprimée. Il n’y avait en effet pour leur faire passer des instructions que deux voies : s’adresser au Préfet par circulaire, moyen dangereux puisqu’on ne peut éviter les indiscrétions qui livreraient ces instructions à la publicité ; ou bien écrire directement aux commissaires, moyen qui expose encore trop l’administration centrale. Grâce aux commissaires en chef qui existent aujourd’hui sur trois lignes, Est, Ouest et Nord, il a été possible de faire parvenir en très peu de temps les instructions à tous les agents de ces lignes. Ils ont tous leur libre parcours sur le réseau, il est donc possible à leur inspecteur de les convoquer individuellement sur tel ou tel point ou il doit passer dans sa tournée ; et si la région soumise à son autorité n’est pas trop étendue, il lui sera possible en deux ou trois jours au plus d’en faire le tour et d’y laisser verbalement les ordres de la Direction. Outre les commissaires spéciaux placés à la tête des gares des cinq grandes compagnies aboutissant à Paris, on pourrait instituer quatre autres centres : Limoges pour la Compagnie d’Orléans, Toulouse pour celle du Midi, Lyon et Marseille pour celle de Paris-Lyon-Méditerranée. Ces quatre commissaires-chefs recevraient, quant il y aurait lieu, leurs instructions de la bouche de l’un des cinq résidents de Paris, envoyé pour cela en mission : ils seraient convoqués à cet effet par la Direction sur un point du réseau déterminé en vue de diminuer la perte de temps nécessitée par ce mode de communication.

L’emploi des commissaires spéciaux des chemins de fer à un service de reconnaissance politique aurait cet avantage, si l’administration peut disposer d’un bon personnel, de faire exécuter cette reconnaissance par des agents pourvus ostensiblement d’un emploi défini, mais d’une nature toute différente, puisque les commissaires des chemins de fer n’ont dans leurs attributions spéciales que des affaires judiciaires, celles de la police des gares ; qu’ils ont le loisir de se déplacer et de visiter souvent les agents qu’ils savent trouver hors de leur résidence ou bien pour en recruter.

Il n’est pas besoin de dire que ces emplois devront être confiés à des hommes intelligents, habiles et dévoués. Aussi conviendrait-il de rétribuer ces agents supérieurs autant que possible en leur conférant la première classe ou la classe exceptionnelle, afin de relever leur situation pour qu’ils aient le sentiment de leur rôle et de leur utilité dans l’Etat, et pour que leur emploi devienne un objet d’ambition pour les autres commissaires. Les dépenses qu’ils seraient obligés de faire tant dans leurs tournées que pour leurs agents seraient couvertes par des fonds mis mensuellement à la disposition des Préfets ou à la leur, ou ordonnancés pour couvrir des avances faites par eux. Les fonds seraient nécessairement prélevés sur le chapitre 11. Sur ce point, nulle innovation, puisque les choses se passent ainsi sur les points où le système fonctionne déjà. Il y aurait seulement extension des dépenses en raison de l’extension du système, et des services plus nombreux que l’administration aurait à salarier.

Même avec cette augmentation la dépense du service de la Sûreté du Ministère de l’Intérieur resterait bien inférieure à celle que la police de Paris rend nécessaire. C’est à Paris, en effet que la surveillance de l’administration a dû principalement se porter, parce que Paris a été jusqu’ici à peu près le seul centre d’agitation et le foyer de manœuvres dangereuses pour la sûreté de l’Etat. Mais dans les circonstances actuelles il est clair que les agitations dites du IVe Etat et celles du parti clérical, encore que leur centre de direction soit à Paris, se ramifient en province et s’y révèlent avec une puissance réelle. L’action du parti clérical impuissant à troubler l’Etat à Paris organise et s’appliquera longtemps à organiser en province des résistances plus efficaces. S’il est essentiel de surveiller l’élaboration des projets subversifs des meneurs clérico-légitimistes de Paris, il ne l’est pas moins de surveiller sur les points déterminés dans les plans de campagne royalistes, le développement des mesures d’exécution qui peuvent être essayées hors de Paris.

La police de province prendra donc nécessairement pendant la période politique où nous entrons une importance qu’elle n’a pas eu jusqu’ici, et devra rendre des services qu’on n’a pas encore eu à lui demander. Si la justessse de ces vues politiques étaient reconnues dans le Parlement, une augmentation des crédits inscrits aux chapitres 8 et 11, mettrait le Ministre de l’Intérieur en état de bien remplir la mission dont il a déjà la lourde responsabilité. Mais il n’y a pas lieu d’espérer que cette nécessité soit sentie avant que les dangers d’une police d’information insuffisante ne deviennent très apparents ou que les faits ne démontrent l’impuissance du Gouvernement à frapper ses ennemis en flagrant délit de formation et avant qu’ils ne soient prêts à agir.

Mais si l’administration ne peut armer le Gouvernement de la République de tous les moyens de défense, elle peut tirer meilleur parti de ceux qu’elle possède actuellement et du personnel qu’elle peut rétribuer avec les ressources des budgets de 1880 et 1881.

La suppression de quelques emplois d’inspecteurs spéciaux de police des chemins de fer permettra d’appliquer les fonds rendus disponibles à la création de quatre ou cinq postes de commissaires spéciaux (Tours, Limoges, Vannes ou Lorient, Clermont-Ferrand et Toulouse).

Les commissaires peu actifs ou suspects ou peu capables et je dois ajouter insuffisants pour ces sortes d’emploi pourraient être versés dans les commissariats ordinaires, ou mis à la retraite, ou même, suivant les indications de leurs dossiers, renvoyés. Ils devraient être remplacés par des agents ayant fait preuve d’aptitude pour l’investigation politique autant du moins que le personnel actuel en présentera ; lesquels auront à organiser au profit des Préfets et de la Direction de la Sûreté Générale dans les circonscriptions qui leur seront attribuées, le personnel d’agents d’information qu’ils croiront nécessaire. Les fonds prélevés sur le chapitre 11 leur seront alloués à cet effet. Pour ne pas charger plus que de raison ce chapitre, une partie des fonds de police actuellement alloués aux Préfets de l’intérieur du territoire, seront réservés aux dépenses faites par les commissaires spéciaux.

Si cette organisation incomplète sans doute, mais suffisante pour l’essai qu’il convient de tenter en vue de donner au Ministère de l’Intérieur les informations dont il est actuellement à peu près dépourvu, si cette organisation donne de bons résultats, le Ministre se sentira toute autorité pour demander les moyens de la compléter, sous forme d’augmentation du chapitre 8.

Alors, l’expérience faite, il y aura également lieu d’organiser au Ministère, à la Direction de la Sûreté, un bureau de correspondance et d’affaires politiques, dont le rudiment seul existe aujourd’hui. Ce bureau, en attendant, remplira avec zèle l’office qui lui incombe, et si, à mesure que son travail deviendra plus lourd par l’effet même du succès de l’organisation projetée du service des commissaires, le personnel qui le compose paraît décidément insuffisant, il sera possible de l’augmenter avec prudence par l’adjonction d’inspecteurs spéciaux de police payés sur le chapitre 8.

Si les vues que j’ai l’honneur d’exposer dans ce rapport paraîssent dignes de l’approbation de Monsieur le Ministre de l’Intérieur et des Cultes, des mesures seront prises sans retard pour en commencer l’application.

Je suis avec respect, Monsieur le Ministre, votre très humble et très dévoué serviteur.

Le Directeur de la Sûreté Générale,

4. De la police spéciale des chemins de fer aux renseignements généraux

20Dans un régime qui connut une succession rapide des gouvernements, on connait mal le rôle joué par les cadres d’une administration qui assura souvent la continuité de l’Etat. Un tel texte est à cet égard révélateur puisque -sans exagérer sa portée immédiate - l’évolution ultérieure de la Sûreté générale dont il assura cinq années -en deux séjours- la direction démontre la portée des réformes suggérées par Cazelles.

  • 13 Cf le développement de Cazelles sur le sujet : « Depuis que les municipalités sont redevenues à peu (...)
  • 14 Créés à l’origine au nombre de cent (trente commissaires et soixante-dix inspecteurs), un pointage (...)
  • 15 Le danger anarchiste disparu, le souci d’économie et la méfiance suscitée par cette « aile marchand (...)

21Persuadés sans mal qu’ils tenaient dans les policiers spéciaux « de précieux agents d’information » d’autant plus irremplaçables que la loi d’avril 1884, en faisant des maires élus les chefs des polices municipales, les avait privés du concours des commissaires de police municipale 13, les gouvernements conservèrent et développèrent cet « excellent appareil de reconnaissances politiques », mais moins vite que ses chefs ne l’auraient souhaité 14. Comme Cazelles l’avait prévu, c’est « quand les dangers d’une police d’information insuffisante » devinrent « très apparents », ou quand « les faits [démontrèrent] l’impuissance du gouvernement à frapper ses ennemis » que la Sûreté Générale obtint les plus conséquentes augmentations de ses moyens, le coup de pouce décisif ayant été, dans ce domaine, l’attentat de Vaillant en décembre 1893 : dans la semaine qui suivit, les députés votèrent, avec les premières « lois scélérates », une augmentation de 820 000 francs des crédits du budget de la Sûreté Générale au Ministère de l’Intérieur, 244 nouveaux emplois de fonctionnaires de la police spéciale furent ainsi créés dans les mois suivants doublant l’effectif qui atteignit près de 480 15.

  • 16 E.G.Perier, La police municipale, spéciale et mobile, Paris, Giard et Brière, 1919, p132.
  • 17 Cf J-M Berlière, op. cit., 1991, p.445sq. et M. Vogel, op. cit., 1993, p. 334sq.

22Même étoffée, cette police spéciale constituait toujours « un corps sans tête, un service inorganisé 16. » Cazelles qui dresse ici un inventaire serré de toutes les lacunes et de tous les défauts de l’organisation de la police spéciale, joua un rôle important dans la mise en route de la réorganisation et du développement de la police spéciale et de la Sûreté générale. C’est finalement sous le ministère de Georges Clemenceau et la direction de Célestin Hennion -entre 1907 et 1913 17-, que prit forme une organisation structurée et centralisée des services de la « police administrative » couronnée par la création du « Contrôle général des services de police administrative » chargé de coordonner l’action des policiers spéciaux des départements et celle des services centraux à Paris, pendant logique du « Contrôle général de police judiciaire » qui coordonnait, depuis mars 1907, l’action des « brigades mobiles » dans le domaine judiciaire.

  • 18 Quand il fait observer que « la police de province prendra donc nécessairement pendant la période p (...)

23Ce texte -très riche 18- annonce enfin l’évolution du concept même de police politique, l’abandon de la police que Fouché appelait « d’attaque », celle dont Cazelles dit qu’elle caractérisait l’emploi fait par le gouvernement de l’Ordre moral des commissaires spéciaux de la police des chemins de fer « détournés de leur mission d’observation ». Il rappelle que la mission d’une police politique républicaine ne saurait être autre chose que « recueillir et porter à la connaissance des hauts fonctionnaires chargés d’exercer l’autorité, les renseignements qui doivent servir de base à la politique intérieure du gouvernement » et pour cela, le directeur de la Sûreté générale devrait être à même de faire connaître au ministre « les faits qui permettent de prévoir avec quelque certitude un événement que l’on serait réduit sans cela à attendre en vertu de vagues conjectures ».

  • 19 Circulaire du 18 juillet 1882 : « Les commissaires spéciaux seront à la disposition des préfets et (...)
  • 20 Le décret du 23 décembre 1893 l’étend à toute l’étendue du département de leur résidence.

24Dès 1882, les policiers spéciaux des chemins de fer devinrent officiellement, comme il le souhaitait, la police des préfets 19, obtenant du même coup ce large champ d’action, cette vaste mission d’information qui vont caractériser toute l’action de policiers qui ont également obtenu un élargissement de leur compétence territoriale 20 qui leur confère. Il ne restait qu’à « inventer » le vocable de renseignements généraux pour désigner ces services ce qui fut fait en 1911 par Célestin Hennion.

Haut de page

Notes

1 Une copie manuscrite en est conservé dans le carton 12 708 de la série F7 aux Archives Nationales.

2 Emile Cavard en poste de décembre 1899 à mars 1906, et Célestin Hennion de février 1907 à mars 1913.

3 Sur Cazelles, il existe deux dossiers personnels côtés F 1bI 317 et F 1bI 406 aux Archives nationales. Nous avons aussi utilisé la brochure intitulée « Emile-Honoré Cazelles, 1831-1908 », éditée en 1908, qui rassemble les discours prononcés à ses obsèques. Cf. Vogel (Marie), Les polices des villes entre local et national. L’administration des polices urbaines sous la IIIe République, thèse de science politique, IEP Grenoble, 1993, chapitres 7 à 9.

4 Discours d’Emile Alcay, conseiller d’arrondissement de Saint-Gilles-du-Gard, in : Emile-Honoré Cazelles, 1831-1908, p. 7.

5 Pour en savoir plus sur ces différentes questions, on consultera Jean-Marc Berlière, L’institution policière sous la IIIe République (1875-1914), Thèse d’Histoire, Université de Bourgogne, Dijon, 3 vol., 1991 ; J.-M. Berlière, Le Monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996 ; Georges Carrot, Histoire de la police française, des origines à nos jours, Tallandier, 1992 ; Henry Buisson, La police. Son histoire, Nouvelles éditions latines, 1950.

6 Le premier « ministère de la Police » fut créé, en janvier 1796 par le Directoire et supprimé sous la Restauration en 1818.

7 Sous l’appellation de « direction de la Sûreté publique », c’est le 18 novembre 1871 qu’est officiellement créée la « direction de la Sûreté Générale ».

8 Qui prendra, à partir du décret du 26 février 1911, le nom plus transparent de « police spéciale » avant que la réforme de la Sûreté nationale ne lui attribue -comme le service équivalent de la préfecture de police- le nom de police des renseignements généraux…

9 D’où leur appellation de « commissaire spéciaux de la police des chemins de fer, des ports et des frontières ».

10 « Remarquablement installés sur les grandes lignes de communication et pouvant aisément se déplacer [les commissaires spéciaux] parurent à même, mieux qu’aucun autre fonctionnaire de police, d’observer l’état des esprits, d’étudier l’évolution, dans leur région, des grandes questions économiques et sociales. Le Ministre de l’Intérieur vit le parti que les préfets pouvaient tirer de la collaboration bien comprise des commissaires spéciaux. Aussi s’efforça-t-il de les diriger dans cette voie. » Baudry, Cours de renseignements généraux, Ecole Nationale Supérieure de Police, Saint-Cyr-au-Mont-d’or,1948.

11 Emile de Marcère, Ministre de l’Intérieur, Chambre, séance du 3 mars 1879, Journal Officiel du 4 mars, p.1648

12 Les chapitres budgétaires 8 et 11 auquels il est fait référence dans le texte sont ceux des traitements et diverses indemnités des commissaires pour le premier, et celui des dépenses secrètes de sûreté publique ou fonds secrets pour le second.

13 Cf le développement de Cazelles sur le sujet : « Depuis que les municipalités sont redevenues à peu près indépendantes du pouvoir central... »

14 Créés à l’origine au nombre de cent (trente commissaires et soixante-dix inspecteurs), un pointage des policiers spéciaux dans l’Annuaire des commissaires de police édité par le Journal des commissaires, donne respectivement 84 commissaires et 118 inspecteurs pour l’annuaire 1879, 82 et 107 pour celui de 1881 , et ils étaient 237 en décembre 1893.

15 Le danger anarchiste disparu, le souci d’économie et la méfiance suscitée par cette « aile marchande et tueuse de la franc-maçonnerie » comme se plaisait à la dénoncer Léon Daudet, amena à rogner ces crédits, conséquemment le nombre des commissaires et inspecteurs spéciaux va diminuer. C’est la première guerre mondiale qui provoqua une nouvelle crue de leurs effectifs du fait de la multiplication des missions de contre-espionnage dont ils avaient hérité en 1899 après la démonstration de l’impéritie du 2e Bureau dans l’affaire Dreyfus. Pour une idée de l’évolution de ces effectifs cf Vogel, op. cit. 1993, p. 695.

16 E.G.Perier, La police municipale, spéciale et mobile, Paris, Giard et Brière, 1919, p132.

17 Cf J-M Berlière, op. cit., 1991, p.445sq. et M. Vogel, op. cit., 1993, p. 334sq.

18 Quand il fait observer que « la police de province prendra donc nécessairement pendant la période politique où nous entrons une importance qu’elle n’a pas eue jusqu’ici, et devra rendre des services qu’on n’a pas encore eu à lui demander... », il annonce le nécessaire rééquilibrage qui allait intervenir peu à peu entre la Sûreté générale et la Préfecture de police.

19 Circulaire du 18 juillet 1882 : « Les commissaires spéciaux seront à la disposition des préfets et leur communiqueront [...] les rapports intéressant leur département ».

20 Le décret du 23 décembre 1893 l’étend à toute l’étendue du département de leur résidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Berlière et Marie Vogel, « Aux origines de la police politique républicaine », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/257

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Berlière

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, chercheur au CESDIP, Jean-Marc Berlière est spécialiste de l’histoire de l’institution et la société policières en France (XIXe et XXe siècles)

Articles du même auteur

Marie Vogel

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page