Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Musique et justice : variations sur un thème donné

Joann Élart et Sophie Victorien
Traduction(s) :
Music and Justice: variations on a given theme

Texte intégral

1Le dossier « Musique et Justice » propose un ensemble de contributions organisées selon quatre axes thématiques : représentations de la justice, des crimes et des peines en musique ; portraits d’accusés et figures de criminels en musique ; les musiciens face à la justice ; une histoire de (la) musique en prison. Ce dossier cherche à analyser sous l’angle historique et esthétique des œuvres, parfois oubliées, dont la thématique est liée à la criminalité et à la justice. Les contributions portent ainsi sur une sélection d’œuvres ou sur des thèmes transversaux pouvant être accompagnés d’extraits musicaux. Il s’agit également de s’intéresser à des exemples d’artistes ayant été confrontés à la justice et dont la production artistique rend parfois compte de cette expérience. Ce dossier inauguré en novembre 2013 est ouvert à toutes nouvelles propositions d’articles.

Représentations de la justice, des crimes et des peines en musique

2Autant dans la musique populaire que dans la musique savante, la justice, les crimes et les peines constituent un sujet de prédilection pour les librettistes, les paroliers, les compositeurs ou les chansonniers. Les épreuves traversées par différents protagonistes dans les œuvres théâtrales (opéra, opéra-comique, vaudeville, drame en musique, etc.) rythment une dramaturgie entre tensions et résolutions : meurtres, condamnations, procès, milieu carcéral, justice implacable ou justice abusive, les ingrédients ne manquent pas pour souligner les sentiments contradictoires qui animent le criminel, le coupable, l’innocent, le condamné et les accusateurs. Parmi ces multiples représentations, celle de la prison apparaît comme un thème récurrent, où le temps semble suspendu, et l’isolement propice à l’introspection et à la quête d’un dénouement heureux. La « scène de cachot » devient alors un topique qu’il conviendra d’analyser à différentes époques.

Portraits d’accusés et figures de criminels en musique

3Les sujets des œuvres musicales puisent parfois dans des faits réels et dans les grandes affaires ayant défrayé la chronique. La diffusion des complaintes criminelles à partir de la fin de l’Ancien Régime souligne la quête des chansonniers à la recherche d’une justice idéale, aux châtiments exemplaires. Le peuple cherche une voie, ou plutôt une voix, pour exprimer ce désir de justice pour tous, plaindre la victime ou condamner le coupable ; les poètes inventent alors la complainte criminelle, qui produit ses propres moyens de diffusion et de colportage. Dans un genre assez proche, la chanson engagée apporte un commentaire poétique, humain et personnel à l’actualité et aux archives judiciaires. Les adaptations théâtrales permettent également de montrer autrement quelques-uns de ces faits divers, à l’image de l’affaire Woyzeck de 1821, portée au théâtre par Büchner en 1837 et à l’opéra par Berg en 1925.

Les musiciens face à la justice

4Les auteurs et les compositeurs dramatiques, les chansonniers et les paroliers, les musiciens en général et les chanteurs en particulier, sont parfois impliqués dans des affaires de justice, qu’elles soient criminelles, politiques ou civiles. Qu’il s’agisse du contenu des paroles pouvant heurter la société ou remettant en cause l’ordre établi, qu’ils aient frayé eux-mêmes avec la délinquance ou aient été la cible des autorités en place, plusieurs artistes ont en effet eu dans leur parcours des démêlés avec la justice et avec le pouvoir en place. Le dossier propose ainsi une présentation de quelques artistes confrontés à la justice, à la censure et à la prison : que ce soit le chanteur Garat sous la Terreur, le chansonnier Béranger sous la Restauration, ou les musiciens rock à partir des années 1960, leur expérience personnelle a nourri leur production et leur trajectoire artistiques.

Une histoire de (la) musique en prison

5Les expériences musicales vécues en prison viennent refermer ce dossier. S’appuyant notamment sur les témoignages, cet axe cherche à présenter les initiatives originales mises en place par divers acteurs et établissements culturels, pour apporter la musique ou développer la pratique et l’écriture musicale dans les prisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joann Élart et Sophie Victorien, « Musique et justice : variations sur un thème donné », Criminocorpus [En ligne], Musique et Justice, Présentation du dossier, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/2583

Haut de page

Auteurs

Joann Élart

Joann Élart est maître de conférences en musicologie (GRHis, Université de Rouen).

Sophie Victorien

Docteure en histoire contemporaine, chargée de recherche (GRHis, Université de Rouen). Sophie Victorien est chargée d’édition (articles et ressources en ligne) de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page