Navigation – Plan du site
Répressions politiques en situation de guerre

Saint-Maurice l’Ardoise : Un camp pour activistes dans le Gard en 1962

Didier Lavrut

Notes de la rédaction

Cet article est paru dans la Revue d'histoire moderne et contemporaine de Nîmes et du Gard, n° 23, 2007, p. 19-43.

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. du Gard, CA 1574 (une chemise entière intitulée « création du camp » rassemble toute la (...)
  • 2 Préfet IGAME : Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire. Corps créé en 1948 (...)

1Parmi les camps que l’État a ouverts ou créés sur le territoire métropolitain dans le contexte de la guerre d’Algérie, Saint-Maurice l’Ardoise dans le Gard est certainement celui qui a connu la plus longue période d’activité en tant que tel, soit près de 18 ans. Trois catégories de populations s’y sont succédé. Ce sont tout d’abord les nationalistes algériens qui y sont envoyés dès l’ouverture du camp. En effet, décision est prise le 17 avril 1958 par Maurice Bourgès-Maunoury, alors ministre de l’Intérieur, de créer ici un camp d’assignation à résidence surveillée (CARS) avec l’objectif d’interner à terme 700 nationalistes (400 FLN, 200 MNA et 100 « droit commun »)1. Le choix du site a été arrêté deux mois plus tôt en février par le préfet IGAME2 de la IXe Région militaire, Raymond Haas-Picard. Le préfet du Gard, à l’époque Yves Cazaux, en reçoit la responsabilité. Les nationalistes algériens y sont internés jusqu’en décembre 1961, au moment où le ministère de l’Intérieur décide de réaménager le camp pour l’internement des activistes de l’OAS. Si l’on excepte la brève période au cours de laquelle le camp de Thol dans l’Ain a accueilli des activistes frappés de mesures d’assignation à résidence (du 23 mai au 21 juillet 1961), le camp de Saint-Maurice fut le seul du territoire métropolitain à accueillir des activistes non condamnés par la justice. Ce fut le cas du 12 janvier au 14 juillet 1962. À partir du mois de septembre 1962, Saint-Maurice fut réhabilité pour accueillir plusieurs milliers de harkis rapatriés avec leurs familles. Avec le Larzac, Bourg-Lastic, Rivesaltes, Saint-Maurice l’Ardoise fut l’un des principaux centres de transit et vit arriver et repartir, au cours des premiers mois, plus de 6 000 personnes. Au début de l’année 1965, le camp n’héberge plus que ceux que l’administration considère incapables de vivre sans assistance sociale et sanitaire. Durant la décennie suivante, le camp abrite ainsi une population stabilisée autour de 800 personnes et composée d’infirmes et de blessés de guerre, de veuves et de personnes âgées, de malades souffrants de troubles physiques ou psychologiques, la plupart accompagnés de leurs familles. Lors de l’été 1975, une violente révolte menée par des jeunes ayant grandi dans le camp, entraîne sa fermeture en 1976.

  • 3 Le fonds extrêmement riche du Cabinet du préfet (cote CA), aux Archives départementales du Gard rep (...)
  • 4 Bacha (Nejia), Saint-Maurice l’Ardoise, un camp de harkis (1962–1976), 2002 (un exemplaire est cons (...)
  • 5 Charbit (Tom), Saint-Maurice l’Ardoise : socio-histoire d’un camp de harkis (1962-1976), rapport po (...)

2Seule cette dernière étape de l’existence du camp a été étudiée3. Elle a fait l’objet d’un mémoire de maîtrise4 puis d’un gros rapport de Tom Charbit pour le ministère de la Cohésion sociale5. Pour autant, la phase la plus brève, six mois, celle qui a concerné le moins de monde, est passionnante et originale. En premier lieu, Saint-Maurice l’Ardoise constitue un cas unique puisqu’il n’y a pas d’autres camps en métropole à avoir accueilli des internés administratifs activistes. En second lieu, il me semblait intéressant de voir de quelle façon pouvait s’appliquer à des citoyens français à part entière non condamnés par la justice l’ordonnance du 7 octobre 1958 qui concernait aux nationalistes algériens. Si l’on considère que la pratique de l’assignation à résidence, en particulier dans des camps, révèle ce qu’une société tolère de limites à la démocratie, son application à une population non considérée comme étrangère ou différente, peut être éclairante. Et sans doute est-ce la raison majeure de la brièveté de la période qui nous intéresse ici.

Un camp d’assignation à résidence surveillée (CARS)

  • 6 Peschanski (Denis), La France des camps. 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002. Marc Bernardot, « Des c (...)

3L’intitulé exact de Saint-Maurice renvoie à une pratique, l’assignation à résidence surveillée qui, si elle se met en place en Algérie à partir de 1955, s’inscrit dans un héritage plus ancien, celui de l’internement administratif qui consiste à interner rapidement sans passer par la justice des personnes considérées comme dangereuses pour la sécurité nationale ou suspectées de collaborer avec l’ennemi. Denis Peschanski comme Marc Bernardot ont montré comment ces camps créés sous la IIIe République ont servi la politique d’exclusion de Vichy et comment ils se sont transformés entre 1944 et 1946 en Centres de séjour surveillé (CSS)6. Or cette pratique de l’assignation à résidence surveillée évolue au cours de la guerre d’Algérie vers un affranchissement complet de la tutelle de l’institution judiciaire.

  • 7 Sur tout ce processus de mise à l’écart de l’institution judiciaire, je renvoie à l’ouvrage de réfé (...)
  • 8 Pierre Fayet, député d’Alger de 1946 à 1955, était membre du bureau politique du Parti communiste a (...)
  • 9 Cité par Sylvie Thenault, Une drôle de justice, op. cit., p. 35.

4Au départ, il y a le vote sur proposition du gouvernement d’Édgar Faure, de l’état d’urgence le 3 avril 19557. Il est demandé par le ministre de l’Intérieur, Maurice Bourgès-Maunoury, au nom d’un gouvernement qui veut faire face à la permanence des attentats en Algérie sans devoir déclarer qu’il s’agit d’une guerre. C’est un partage de compétences entre justice civile et tribunaux militaires, la première jugeant les délits, les seconds jugeant les crimes. Les députés sont heurtés par la mesure d’assignation à résidence qui peut être imposée à toute personne « dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre public ». Une mesure qui renvoie un peu plus de dix ans après, à de mauvais souvenirs pour le député communiste d’Alger Pierre Fayet8 qui interpelle ainsi Bourgès-Maunoury : « Sous le régime de Vichy, les arrêtés pris pour interner les personnes dans un camp de concentration ne parlaient également que de résidence9 ». Les députés font ajouter un alinéa stipulant que l’assignation à résidence ne peut se traduire par la création de camps, camps qui sont pourtant ouverts dès mai 1955. La loi d’état d’urgence est abrogée en décembre par le fait même de la dissolution de l’Assemblée et les autorités françaises en Algérie se retrouvent confrontées à l’obligation de fermer les camps. Cette obligation au demeurant non respectée disparaît avec le vote de la loi qui le 16 mars 1956 autorise le président du Conseil, en l’occurrence Guy Mollet, à « prendre toutes mesures exceptionnelles en vue du rétablissement de l’ordre ». Cette loi dite des « pouvoirs spéciaux » permet au gouvernement de prendre un certain nombre de décrets notamment celui qui rétablit l’assignation à résidence, légalise l’existence des camps et écarte l’institution judiciaire du processus d’internement.

  • 10 Une restriction facilement contournée de deux façons. Il était en effet très facile d’accorder une (...)
  • 11 Par le ministre de l’Intérieur Maurice Bourgès-Maunoury. Il avait déjà occupé ce poste dans le cabi (...)
  • 12 Bernardot (Marc), « Entre répression policière et prise en charge sanitaire et sociale : le cas du (...)

5Jusqu’à présent, l’internement administratif ne concernait que les départements algériens. Mais en 1957, la métropole est devenue pour le FLN un théâtre de la guerre et les services de police se plaignent du décalage entre les moyens de surveillance et de répression dont ils disposent et ceux dont bénéficient les autorités en Algérie grâce aux « pouvoirs spéciaux ». C’est pour répondre à ce nouvel enjeu que le ministre de l’Intérieur Jean Gilbert-Jules obtient avec la loi du 26 juillet 1957, l’application des « pouvoirs spéciaux » à la métropole. Néanmoins les parlementaires n’acceptent l’internement que dans le cadre d’une condamnation judiciaire préalable, afin d’éviter l’internement de simples suspects10. Quatre camps sont alors créés pour l’internement des nationalistes FLN comme MNA : Vadenay (dans la Marne) puis le Larzac, Thol (dans l’Ain) et Saint-Maurice l’Ardoise créé le 17 avril 195811. Il faut attendre l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle et l’ordonnance du 7 octobre 1958 pour que l’internement administratif des Algériens soit effectué dans les mêmes conditions qu’en Algérie, c’est-à-dire sans conditions préalables et sans intervention judiciaire. Un simple arrêté ministériel ou préfectoral suffit dès lors pour déclencher une procédure d’internement. Avec une durée moyenne de séjour de six mois, près de 14.000 algériens vont ainsi passer entre 1957 et 1961 par les quatre camps de métropole (au total plus de 6.000 places dont près de 4.000 pour le seul camp du Larzac12).

  • 13 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 22 avril 1958.

6Le camp de Saint-Maurice l’Ardoise se situe dans la partie orientale du département du Gard, à 2 kilomètres du Rhône, sur la partie la plus septentrionale de la commune de Saint-Laurent-les-Arbres, non loin du Laudun, dans un environnement vallonné où alternent pinèdes et vignobles. Le site choisi en 1958 est un ancien camp d’entraînement pour les CRS d’une superficie de 15 hectares dont 1 hectare en pinède. Dès avril 1958, le préfet Yves Cazaux s’inquiétait des multiples inconvénients qu’offrait ce choix quant à la sécurité et à la logistique13. Problèmes d’alimentation en eau mais aussi de chauffage pour un site soumis à un mistral particulièrement froid en hiver. Problèmes de vulnérabilité d’un camp dont la surveillance d’ensemble est rendue impossible par la dissémination des bâtiments, l’importance des secteurs boisés et le caractère accidenté du terrain. Plus encore, le préfet s’inquiète de la proximité de nombreux groupes de populations algériennes à Bagnols-sur-Cèze, à Avignon et à Marcoule sur le chantier de la centrale nucléaire. C’est le même préfet qui s’interroge sur les raisons qui poussent le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, à transformer le camp en vue de l’internement des activistes.

  • 14 Les Algériens avaient la nationalité française sans bénéficier de la citoyenneté et des différents (...)

7On peut considérer le putsch des généraux comme l’événement décisif qui fait de l’OAS la priorité des activités policières, en Algérie comme en métropole. Le 23 avril 1961, dès le lendemain du putsch à Alger, de Gaulle décide d’appliquer l’article 16 de la constitution qui lui confère les pleins pouvoirs. C’est dans le cadre de cet article 16 qu’il signe le 24 avril la « décision présidentielle » suivante : « Par application de l’article 16 de la Constitution, les dispositions de l’ordonnance n° 58-916 du 7 octobre 1958 sont applicables à toute personne qui, par quelque moyen que ce soit, participe à une entreprise de subversion dirigée contre les autorités et les lois de la République ou encourage cette subversion ». C’est un changement considérable dans la perception de l’internement administratif par les citoyens français dans la mesure où pour la première fois depuis le début de la guerre d’Algérie, la législation d’exception vise spécifiquement des citoyens français14. Comme pour les Algériens, un simple arrêté ministériel, une simple décision préfectorale, sans qu’il y ait besoin de la moindre raison ou justification, enclenche une procédure d’assignation à résidence. Comme pour les Algériens, le simple fait d’être suspect, le fait d’avoir appartenu ou d’appartenir à un mouvement « Algérie française », peuvent conduire à une arrestation. Ces assignations sont le plus souvent effectuées dans des locaux de police (à Nîmes et Montpellier, elles ont lieu au commissariat central). Les 17 suspects qui sont arrêtés dans le Gard le 28 avril 1961, tous membres ou sympathisants du Regroupement national, sont internés pendant une dizaine de jours (jusqu’au 9 mai) à la caserne de la CRS 162 à Uzès. C’est la découverte d'un projectile sous forme d’une charge nitratée amorcée de 400 grammes près de la préfecture, le 26 avril, qui avait déclenché cette série d’arrestations.

  • 15 Arch. dép. du Gard, CA 1570. Sous cette cote sont rassemblés les dossiers de libération et d’assign (...)
  • 16 En décembre 1961, André Canal (dit le « Monocle ») implante en métropole un nouveau réseau, OAS-Mis (...)
  • 17 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Rapport du directeur du CARS au préfet, 9 janvier 1962.
  • 18 Le préfet Yves Cazaux avait déjà souligné cette difficulté dans un rapport extrêmement pessimiste a (...)

8Sans doute l’intensification de la lutte contre l’OAS en métropole à partir de l’automne 1961 explique-t-elle la décision d’ouvrir un camp sans qu’il ait été possible, en tout cas aux Archives du Gard, d’en trouver la raison. Mais elle réside vraisemblablement dans le décalage grandissant entre les décisions judiciaires et les impératifs du ministère de l’Intérieur. Nombre d’activistes sont relaxés ou écopent de peines avec sursis. Ainsi Édouard Gaulard condamné le 8 janvier 1962 à 5 ans de prison avec sursis par la Cour d’assises de Montpellier. C’était la première fois qu’une Cour d’assises métropolitaine jugeait un activiste pour des faits commis en Algérie. Bien que désormais libre, Édouard Gaulard, dès sa sortie du tribunal, fait l’objet d’un arrêté d’internement administratif et se retrouve assigné au commissariat central de Montpellier15. C’est dans ce contexte d’intensification de la lutte contre une OAS plus active16 que le recours aux camps est maintenu pour le contrôle de ce nouvel adversaire. En décembre 1961, le camp de Thol est de nouveau mis en service pour l’internement cette fois-ci des activistes condamnés en justice à des peines de moins de 5 ans. Au même moment, alors que les derniers nationalistes algériens quittent le camp vers le 28 décembre, Saint-Maurice l’Ardoise reçoit mission (cas unique en métropole) de recevoir dès janvier des activistes frappés de mesures d’internement administratif. Le directeur du camp, nommé le 19 décembre 1961, prend ses fonctions sur place le 4 janvier 1962. Il s’agit d’Achille Perrodo qui était précédemment directeur du camp de Thol. Le rapport qu’il envoie le 9 janvier17, soit trois jours avant l’arrivée des premiers activistes, dans un contexte de réaménagement des infrastructures dans l’urgence la plus totale, est significatif. Il considère à juste titre que le camp est une véritable passoire. Les bureaux sont éloignés de 300 mètres de l’entrée du camp, isolée et non équipée d’infrastructures pour le contrôle de visiteurs que l’on prévoit nombreux. Le rapport envisage la possibilité de révoltes collectives (« il est évident que les internés n’accepteront pas passivement leur détention »), d’évasions massives ou d’attaques par des commandos armés (« une paire de cisailles suffit pour pénétrer dans le camp »). Or les CRS sont dispersés tout autour du camp et très éloignés les uns des autres. Qui plus est, il apparaît difficile de compter sur les surveillants (« recrutés au hasard parmi les chômeurs paysans des environs ») d’autant plus que certains surveillants civils sont eux-mêmes des Pieds-noirs arrivés de fraîche date18.

  • 19 Achille Perrodo est démis de ses fonctions à compter du 1er février 1962. Son successeur Raoul Texi (...)
  • 20 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Courrier du ministre de l’Intérieur au préfet suite aux plaintes du di (...)

9Le camp est dirigé par un commissaire divisionnaire assisté d’un directeur adjoint. Il est remarquable qu’ils aient été quatre à se succéder en l’espace de six mois19. Le directeur dispose de personnels techniques (secrétaires, cuisiniers, infirmiers, agent de service…) en tout 17 personnes au 1er avril, soit au moment où l’effectif des assignés est le plus important (224). Il faut ajouter 56 gardiens qui sont des agents contractuels, recrutés parmi des civils. Par ailleurs, le directeur dispose de fonctionnaires de police qui viennent au départ du Corps urbain de Marseille, mais qui, à partir de mars, soit après la grande évasion de février, sont renforcés par des effectifs venus de Corps urbains du département du Gard (en l’occurrence de la Grand’ Combe, d’Alès et de Beaucaire) avec des rotations tous les mois. Leur mission est d’assurer la discipline à l’intérieur du camp (fouilles, appel, contrôle des visiteurs, surveillance du parloir, etc.). La garde extérieure est assurée par 2 Compagnies républicaines de sécurité (CRS) avec interdiction de pénétrer dans le camp sauf ordre écrit du préfet. Dès mars ce sont trois CRS qui assurent la garde. Sachant qu’une CRS comporte 217 hommes, on voit ce que représente en moyens financiers et en mobilisation de personnels, la surveillance d’au maximum 226 assignés. Il ne faut pas oublier la présence de fonctionnaires des Renseignements généraux qui surveillent les groupes d’internés, les réunions, les conversations, les appels téléphoniques, le courrier, etc. Enfin, le camp dispose d’un service médical dirigé par un médecin-chef qui demeure en permanence au camp.20

  • 21 Entre autres, un télégramme de l’IGAME au ministre de l’Intérieur daté du 15 décembre 1961. Arch. d (...)

10Le camp lui-même est plutôt vaste. 15 hectares entourés d’une première enceinte constituée d’un double grillage de barbelés de plus de 3 mètres de haut. Au-delà, un no man’s land de 50 à 100 mètres de large mène jusqu’à une simple, double ou triple rangée de ribards ou chevaux de frise. Jusqu’en mars 1962, cet espace entre barbelés et ribards n’a pas encore été débroussaillé. Les miradors, caissons cylindriques surmontés d’un projecteur, sont implantés sur tout le pourtour, lui-même pourvu d’un éclairage à intervalles rapprochés. Ces miradors ont été popularisés par les cartes postales dessinées par les assignés eux-mêmes dont le directeur se demandait comment elles purent être imprimées. Les conditions de logements n’ont rien à voir avec la période d’internement des nationalistes algériens. Plusieurs documents permettent de se faire une idée des réaménagements opérés21. On installe des « mécanoëls », c’est-à-dire des baraquements en préfabriqué pour assurer les fonctions de salle de réunion, salle de lecture, TSF, réfectoire. 8 mécanoëls sont aménagés en petites chambrées pour 2 assignés (soit 36 assignés par unité). 12 assignés peuvent même avoir des chambres individuelles dans l’ancienne école du camp.

Être assigné à Saint-Maurice

  • 22 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Courrier adressé au préfet par le commissaire directeur des Renseignem (...)
  • 23 Arch. dép. du Gard, CA 1567.

11Comment arrive-t-on à Saint-Maurice ? Voilà bien une question à laquelle il est difficile de répondre pour deux raisons majeures. Le ministère, c’est la première raison, ne juge pas utile d’informer ni le préfet, ni le directeur du camp, ni l’assigné lui-même, des raisons pour lesquelles il signe un arrêté d’assignation. Ainsi, non seulement les assignés ignorent la plupart du temps les raisons précises qui font qu’ils se retrouvent à l’Ardoise, mais toutes leurs démarches en ce sens restent vaines. Mieux, les RG ne sont pas davantage mis dans la confidence à quelques exceptions près (« les motifs qui ont entraîné l’assignation à résidence nous étant inconnus22… »). La deuxième raison est qu’il ne semble pas y avoir une logique rigoureuse dans les décisions d’assigner ou non quelqu’un. Ainsi, lorsque Robert Cabanis et Raymond Durrmeyer, les deux Gardois arrêtés pour complicité dans l’évasion du 19 février, achèvent leur peine de deux mois de prison à Montpellier, le préfet du Gard, Bernard Vaugon, signe un arrêté préfectoral d’assignation à 15 jours dans les locaux du commissariat central de Nîmes tout en demandant au ministre de l’Intérieur une assignation à Saint-Maurice « en raison de leurs activités subversives ». Contre toute attente, le ministre décide par deux arrêtés du 21 avril 1962 de les assigner à résidence à domicile, laissant le préfet plutôt pantois23. Certains des assignés de Saint-Maurice, s’il faut en croire les courriers qu’eux-mêmes ou leurs épouses multiplient auprès du directeur ou du préfet, sont assignés pour des motifs infiniment plus bénins.

Le Méridional–La France, 20 décembre 1961

Le Méridional–La France, 20 décembre 1961
  • 24 Jean ou Jean-René ou René.
  • 25 Méridional-La France, 18, 19 et 20 décembre 1961.

12En réalité, c’est en suivant quelques parcours que l’on parvient à cerner la complexité des cas de figure et des situations. On peut commencer, puisqu’il a été l’un des plus médiatisés, par le capitaine Souètre. Jean Souètre24 était un capitaine parachutiste appartenant au milieu des officiers ultras d’Algérie. Refusant sa mutation en métropole, il déserta le 8 février 1961 avec un groupe d’une vingtaine d’officiers, sous-officiers, de simples soldats ainsi que des civils pour fonder un maquis dans l’arrière-pays de Mostaganem. Ce maquis baptisé « France Résurrection » devait soulever les populations contre le pouvoir. Souètre, qui était un personnage à l’évidence charismatique, avec un mélange assez prononcé de panache et d’immaturité, faisait distribuer à grande échelle des tracts où il écrivait : « Voici venue l’heure des centurions. Il est temps de franchir le Rubicon ». La tentative était vouée à l’échec et le 21 février, la gendarmerie donna l’assaut à la ferme où le groupe s’était réfugié, près de Bouguirat. Huit membres de ce maquis comparaissaient les 18 et 19 décembre 1961 devant le Tribunal militaire spécial. Les trois militaires, le capitaine Souètre et les sergents Luca et Lemineur, bénéficièrent des circonstances atténuantes et écopèrent de peines avec sursis. Les cinq civils furent acquittés. Mais dans la foulée, sept d’entre eux furent placés sous arrêté d’assignation et transférés le jour même dans les locaux de police de l’ancien hôpital Beaujon dans le 8e arrondissement de Paris25. Tous les sept, dont le capitaine Souètre, firent partie du tout premier groupe qui arriva à Saint-Maurice l’Ardoise le 12 janvier 1962.

Le Méridional–La France, 29 décembre 1961

Le Méridional–La France, 29 décembre 1961
  • 26 Arch. dép. du Gard, CA 1570.

13Autre cas exemplaire, Jean Ferré. Jeune militant d’extrême droite, monarchiste et favorable aux milieux ultras de l’Algérie française, il avait fondé une revue mensuelle, C’est-à-dire, très professionnelle, qui commença à avoir une certaine audience mais fut saisie en raison de son violent anti-gaullisme. En 1960, Jean Ferré partit en Espagne où il devint un des collaborateurs de Salan, participant ainsi de façon très étroite à l’élaboration du projet de putsch. Fin septembre 1961, il fut arrêté alors qu’il était en train de poster les fameuses lettres de Salan aux maires de France. Interné à la Santé, il entama une grève de la faim et reçut le statut d’interné administratif ce qui l’amena à l’Ardoise, dans le même groupe que le capitaine Souètre. Un courrier du ministre daté du 28 décembre 1961 (conservé dans son dossier de libération) précise par ailleurs qu’il n’est pas question qu’il soit mis en liberté tant qu’il n’aura pas donné le nom de la taupe de l’OAS qu’il avait affirmé être infiltrée au ministère de l’Intérieur26.

  • 27 Voir Paul Marcus, La République trahie : l’affaire des fuites, 1954, Atlantica, Paris, 1999.
  • 28 Rassemblement créé en juin 1960 par Jacques Soustelle, alors exclu de l’UNR, et voué à la défense d (...)

14Dernier exemple fameux, celui de Jean Dides. Ce policier de carrière avait débuté en 1942 à la 5e section des RG où il était chargé de la répression des résistants étrangers. Devenu rapidement commissaire, il passa au travers de l’épuration et exerça des fonctions dirigeantes dans diverses associations de cadres de la police, en particulier le Syndicat des commissaires de police, qui lui permirent de tisser un réseau relationnel extrêmement solide. Sa carrière de commissaire s’acheva en 1954 avec « l’affaire des fuites » dans laquelle il avait tenté de décrédibiliser le ministre de l’Intérieur de Mendès-France, François Mitterrand, en le faisant soupçonner de faire parvenir au Parti communiste des documents du Comité de défense nationale27. Député poujadiste en 1956, non réélu en 1958, il entra au Conseil municipal de Paris en 1959 sous l’étiquette Union des indépendants. En 1960, il intégra le Front national pour l’Algérie française (FNAF) de Jean-Marie Le Pen. Le 18 novembre 1961, il est un des orateurs de la réunion organisée par le Comité de Vincennes28 à la Mutualité. Arrêté le soir même pour avoir crié à la tribune « mort au général félon ! », il est placé en garde à vue et incarcéré à la Santé. Le 1er décembre, la Chambre d’accusation de la Cour de Paris le fait libérer en retenant son explication (il affirmait avoir dit « gloire au général Salan ! » et non « mort au général félon ! »). Il est interné à Beaujon dès sa sortie du tribunal et fait partie lui aussi du premier convoi pour l’Ardoise.

  • 29 La Marseillaise, 31 décembre 1961.

15D’autres parcours sont repérables. J’ai évoqué plus haut celui d’ Édouard Gaulard c’est-à-dire un parcours d’activiste en Algérie. Il y a ceux dont le militantisme, actuel ou récent, dans des mouvements d’extrême droite comme Jeune Nation déclenche la suspicion du ministère. C’est le cas d’Alain Mirouze ce jeune activiste montpelliérain dont la Marseillaise relate l’arrestation en décembre 196129 et qui finit par être interné à Saint-Maurice le 8 mars 1962. Deux des évadés de février sont également liés à Jeune Nation. L’un a 19 ans, l’autre 30 ans. L’échec de leur évasion fait qu’ils sont entendus par la gendarmerie de Roquemaure et c’est ainsi, par le biais de procès-verbaux d’auditions, que l’on parvient à saisir les raisons de leur internement. Jeune Nation apparaît comme un vivier important.

  • 30 Arch. dép. du Gard, CA 1574. C’est sous cette cote que j’ai eu accès à toutes ces informations ains (...)
  • 31 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Rapport du commissaire divisionnaire chef du service départemental des (...)
  • 32 Arch. dép. du Gard, CA 1574.
  • 33 Arch. dép. du Gard, CA 1567. Aurore était le nom de code d’une opération de contrôle nocturne spect (...)

16Dès qu’ils arrivent, le 12 janvier 1962, le directeur Achille Perrodo, est frappé par la jeunesse des 58 assignés et par leur état d’esprit. Beaucoup d’insolence, de bravades ainsi que le recours aux insultes, le refus d’obéissance et une indiscipline générale. Les agressions envers les surveillants sont fréquentes, l’ivresse récurrente et le vol de matériel régulier. Jusqu’en mars, des travaux de réaménagement se poursuivent, témoignant de l’extrême improvisation de la mise en service de ce camp, et les menuisiers, électriciens, peintres et plâtriers employés par des entreprises locales, sont régulièrement l’objet de menaces et menacent eux-mêmes de ne pas achever le chantier. Il est très facile visiblement de dérober tournevis, clés, scies, pelles, etc. Régulièrement des inscriptions « Vive l’OAS » ou encore « Algérie française » sont tracées sur les toits des baraquements ou sur les murs avec de la peinture dérobée sur le chantier. La buvette est un jour baptisée « Bar de l’O.A.S.is30 ». C’est à tel point que très vite les RG en viennent à considérer Jean Dides, un des plus âgés avec ses 46 ans, comme un élément modérateur, le chef de file du camp « parmi les aînés » quoique « sans grande influence sur les éléments les plus turbulents31 ». Au début de février, lorsque le successeur de Perrodo, Raoul Texier, veut reprendre les choses en main, les assignés lui font visiblement payer le renvoi de son prédécesseur. Dans une série de courriers rédigés dans un état de panique extrêmement palpable, Texier fait état d’un véritable climat insurrectionnel32. Les assignés terrorisent le personnel civil, les agents, insultent les CRS par delà les barbelés, cassent ampoules, tabourets, tables, armoires, vident les extincteurs, arrachent les portes, les haut-parleurs et lacèrent les couvertures. Texier tente de marquer son autorité avec l’opération « Aurore »33, mais elle ne fait qu’envenimer les choses. Son arrêt de travail pour raison médicale semble arriver de façon fort opportune, le 6 février 1962.

17Cela étant, il n’en demeure pas moins indiscutable qu’un sentiment de sympathie envers les assignés, pour ne pas dire de bienveillance, émane de l’encadrement. Deux exemples étonnants peuvent permettre de saisir l’importance de l’observation.

  • 34 Arch. dép. du Gard, CA 1568.
  • 35 Arch. dép. du Gard, CA 1568. Au menu : macédoine de légumes, œufs mimosas, jambon, poulet rôti, pet (...)
  • 36 Le reportage est publié par Paris-Match avec hésitation. Jean Prouvost, président et rédacteur en c (...)

18Le premier de ces exemples, celui qui a le plus marqué à l’époque, est le mariage du capitaine Souètre34. Le 20 janvier 1962, le maire de Saint-Laurent-les-Arbres marie dans l’enceinte du camp le capitaine Jean Souètre avec Josette Marcailhou d’Aymeric. Un banquet est dressé auquel participent les 74 internés mais également les épouses d’une partie d’entre eux. Il y a bien sûr la famille de la mariée. Le général Clément, commandant-adjoint de la IXe Région militaire (Marseille), est le témoin du marié et le repas de noce n’a rien de particulièrement carcéral35. Pour couronner le tout, un reporter de Paris-Match36 est là, entré avec on ne sait quelle autorisation. Au terme des festivités, Souètre, officier déserteur est nommé commandant. Cette affaire coûte au général Clément son poste et Achille Perrodo est remplacé à la direction du camp. Elle témoigne néanmoins de la sympathie et des liens dont les assignés de l’Ardoise peuvent se prévaloir tant dans l’armée que dans la police où Jean Dides dispose encore de nombreux et solides soutiens. Pour beaucoup de policiers, la cause de l’Algérie française où beaucoup de collègues ont donné leur vie est une cause forte, au moins jusqu’à la fusillade de la rue d’Isly à Alger, le 26 mars 1962.

Le mariage du capitaine Souètre : Souètre et son épouse (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : Souètre et son épouse (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : 74 invités au repas de noces (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : 74 invités au repas de noces (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : à gauche le général Clément, au centre le capitaine Souètre (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : à gauche le général Clément, au centre le capitaine Souètre (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : à gauche le baiser des mariés, à droite le général Clément (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)

Le mariage du capitaine Souètre : à gauche le baiser des mariés, à droite le général Clément (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)
  • 37 Arch. dép. du Gard, CA 1567.
  • 38 Id. Déposition du directeur du camp, Achille Perrodo, à la gendarmerie de Roquemaure.

19Autre élément accréditant l’idée d’une empathie entre assignés et encadrement est la facilité avec laquelle il est possible de s’évader, en tout cas au cours des cinq premières semaines. L’évasion d’Émile Brindejonc et de Claude Michel le 28 janvier est exemplaire de la façon pour le moins relâchée dont s’effectuent les contrôles37. Ces deux-là sortent le plus tranquillement du monde par la porte d’entrée du camp en même temps que les visiteurs, les ouvriers et les CRS en civil. Le surveillant qui les a laissé passer est pris d’un doute et téléphone au gardien extérieur qui lui affirme n’avoir rien vu. Seul le CRS de faction se souvient avoir vu deux hommes prendre non pas la route mais la direction de la forêt qui borde le camp au nord. Quand le directeur demande à Jean Dides de réunir tous les assignés au réfectoire (sans dire qu’il s’agit d’un appel « auquel personne ne se serait soumis étant donné l’indiscipline et la solidarité des assignés38 »), il lui est impossible de vérifier qui est absent. Il met en cause dans sa déposition « la pénurie de surveillants spécialisés dans la surveillance d’assignés européens difficiles à reconnaître au milieu des CRS en civil et d’un nombre considérable d’ouvriers, peintres, menuisiers, électriciens, maçons », ainsi que le compartimentage des chambres et « l’inertie des assignés qui empêche tout contrôle précis ». Ce n’est que le surlendemain qu’il est possible d’établir l’absence des deux évadés, ce qui conduit le directeur à faire sa déposition à la gendarmerie.

Le camp de Saint-Maurice l’Ardoise en 1962

Le camp de Saint-Maurice l’Ardoise en 1962

source : Adimad

Carte postale réalisée au camp

Carte postale réalisée au camp

source : Adimad

  • 39 C’est le cas de Gaston Descaves, le plus âgé des évadés non repris (37 ans), dont le père, commissa (...)
  • 40 « Monsieur. Respectueux des décisions de justice qui ont fait de nous des hommes libres, nous avons (...)
  • 41 Voir ce que peut en signaler Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Perrin, Paris, 2005.

20L’évasion la plus spectaculaire se produit dans la nuit du 18 au 19 février 1962. Pas moins de dix-huit assignés s’évadent dans des conditions qui laissent perplexe. Il ressort de l’enquête minutieuse effectuée par la gendarmerie de Roquemaure que cette nuit-là, trois évasions sans rapport les unes avec les autres se sont produites. La plus importante a visiblement été préparée par les deux capitaines d’active, Jean Souètre et Raymond Mura. Depuis le sol d’un des baraquements en préfabriqué qui servait à stocker du bois de chauffage, ils ont creusé dans le sable un tunnel de 35 mètres de long sous un caniveau d’évacuation des eaux, qui débouchait au-delà des miradors et de la double clôture de barbelés, dans cet espace non encore débroussaillé à 18 mètres de la dernière rangée de chevaux de frise, laquelle fut franchie en-dessous avec quelques coup de pelle dans le sable. 23 mètres cube de déblais ont été retrouvés répartis dans trois petites pièces contiguës. Il semble évident qu’un tel travail n’a pu être réalisé en quelques heures. Cela n’empêche pas un des gardiens d’affirmer dans sa déposition avoir été chercher du bois dans la journée et n’avoir rien remarqué d’anormal. Le bruit s’était répandu depuis quelques jours que quelque chose se préparait au baraquement M9 et qu’il y avait une opportunité d’évasion. Vers 1 heure du matin, le tunnel semble achevé et les huit évadés qui ne furent pas repris l’empruntent immédiatement. Au cours des heures qui suivent, le baraquement accueille jusqu’à 30 à 40 personnes qui arrivent là parce que les allées et venues sont inhabituelles, par curiosité ou parce qu’on leur a donné rendez-vous. Certains décident d’emprunter le tunnel, certains prennent le temps de rassembler des affaires. Non seulement ce défilé pour le moins indiscret n’alerte pas un seul gardien, mais il se prolonge jusque vers 4 heures du matin, moment où le dernier à décider de s’évader est finalement repéré à sa sortie du tunnel par un CRS et est arrêté sans résistance. Au total, huit des seize évadés du tunnel sont repris dans la journée du 19 février, par petits groupes, errant dans les bois près de Tavel pour ceux qui purent aller le plus loin. Parmi ces évadés repris, trois membres du maquis de Jean Souètre, deux civils et un sous-officier, qui d’après leur déposition n’apprirent l’existence du tunnel qu’au cours de la nuit et n’avaient par ailleurs quasiment au contact avec Souètre dans le camp. Au cours de cette même nuit, un ancien légionnaire pris d’un coup de cafard décidait brusquement de s’évader en rampant sous la double rangée de barbelés en ignorant tout de l’existence du tunnel. Du moins est-ce ce qu’il affirme dans la déposition que recueillent les gendarmes de Roquemaure. Enfin, par un invraisemblable concours de circonstances, cette même nuit, les deux activistes gardois évoqués plus haut, Durrmeyer et Cabanis, attendaient avec une voiture à proximité du périmètre du camp, un activiste de Palavas, Jean Rossini, qui devait lui aussi s’évader, en escaladant les pieux des clôtures de barbelés. L’importance du dispositif policier qui vers quatre heures du matin lançait les premières recherches, fit échouer la tentative de ce groupe, Rossini n’étant pas parvenu à rejoindre ses deux complices. Au total, huit assignés réussirent à s’échapper. Les uns passèrent en Espagne39. D’autres restèrent en France pour rejoindre les réseaux de l’OAS comme Louis Larnaudie qui fut arrêté à Nice le 28 juin 1962 alors qu’il rackettait des commerçants. Souètre et Mura, les deux capitaines parachutistes cerveaux de l’évasion envoyèrent depuis l’Espagne au début du mois de mars une lettre en forme de justification destinée au directeur du camp, dont l’argumentaire résume assez bien l’esprit qui anime ces activistes40. Souètre passa ensuite en Algérie. Une chemise d’un des cartons versés par le cabinet du préfet aux Archives départementales du Gard conserve la photocopie d’une carte postale envoyée de Sidi Bel Abbès le 12 mai 1962 et destinée à Jean Dides. Souètre joua un rôle non négligeable dans les ultimes feux de l’OAS d’Alger41. Il n’en demeure pas moins qu’une évasion d’une telle ampleur apparaît difficilement imaginable sans que l’encadrement en ait eu connaissance, surtout si l’on en considère l’invraisemblable durée totale de plus de trois heures.

S’organiser et attendre

  • 42 C’est le titre de l’article de la Marseillaise le 26 février 1962.
  • 43 C’est le cas pour ne citer qu’un exemple, du capitaine Marc de Lacoste-Lareymondie, extrait du camp (...)

21En fait, les conditions de détentions deviennent plus difficiles à partir de mars 1962. Trois facteurs se conjuguent pour rendre le séjour des assignés véritablement carcéral. En premier lieu, l’évasion de février est si spectaculaire et met en évidence tant de carences, qu’il est vital pour l’administration de prendre des mesures draconiennes. La crédibilité du camp est en jeu et la presse communiste ne se prive pas de s’indigner du « camp-passoire »42 de l’Ardoise. La sécurité est renforcée, le règlement intérieur appliqué plus strictement et une troisième compagnie de CRS est envoyée sur place. L’évasion ayant été organisée par des officiers d’active, le ministère de l’Intérieur remet aux autorités militaires ceux qui sont encore dans le camp43. S’évader devient plus difficile. Le deuxième facteur de transformation est constitué par la signature des accords d’Évian, le 18 mars. À partir de là, l’action de l’OAS pour garder l’Algérie française a échoué. L’Algérie sera bien indépendante et la poursuite des attentats en Algérie comme en métropole apparaît comme un combat désastreux : la politique du pire, de la terre brûlée. Non seulement l’image de l’OAS en métropole s’en trouve aggravée mais les partisans et les membres de l’OAS, désorganisés, divisés, affaiblis, ont de moins en moins d’audience. Cet échec des partisans de l’Algérie française questionne bien évidemment les activistes de l’Ardoise qui sont loin d’être unanimes dans leurs réactions. Enfin, troisième facteur, la complicité palpable, la sympathie évidente entre les partisans de l’OAS et les forces de police fondées sur le partage de valeurs communes, tout ce que l’on pouvait observer au cours des premières semaines cesse à partir de la fusillade de la rue d’Isly, le 26 mars 1962. Cet épisode dramatique qui se solde par une soixantaine de morts parmi la population pied-noire après que l’armée a tiré sur une foule qui voulait casser pacifiquement le blocus de Bab-el-Oued, marque le divorce entre la police et l’OAS. À partir de là, les CRS en particulier sont en Algérie une cible privilégiée et constante des attentats plus particulièrement à Alger puis à Oran.

  • 44 C’est sa cinquième arrestation depuis février 1960 soit 7 mois d’incarcération en 2 ans.
  • 45 Lettre datée du 10 avril 1962. Le mari d’Olga C. est libéré le 11 juillet 1962 (Arch. dép. du Gard, (...)
  • 46 Arch. dép. du Gard, CA 1567. Louis G. est libéré le 4 juin 1962.
  • 47 Arch. dép. du Gard, CA 1570. Il est découvert à temps, envoyé au Centre médical de Nîmes et libéré (...)
  • 48 Rapport des R.G., 22 mars 1962, Arch. dép. du Gard, CA 1567.
  • 49 Arch. dép. du Gard, CA 1570.
  • 50 Méridional-La France, 20 et 25 juin 1962. Voir aussi Arch. dép. du Gard, CA 1574 (liasse chronologi (...)

22Ce qui n’était qu’une mesure à l’évidence provisoire pour les premiers internés se transforme à partir d’avril en une détention d’autant plus difficile à vivre qu’elle n’est assortie d’aucune échéance et qu’elle semble devoir se prolonger. Les accords d’Évian sont signés et pourtant des activistes continuent à arriver au camp à un rythme soutenu. Avril et mai voient ainsi les effectifs monter jusqu’à 226 internés. Des situations dramatiques apparaissent dans les courriers que les familles envoient au préfet. En effet, pour beaucoup, l’incarcération qui se prolonge se traduit par la perte d’un emploi, par la saisie des revenus du ménage. Olga C. écrit d’Alger en avril 1962 au préfet pour lui dire que son mari, détenu à Saint-Maurice depuis février, père d’un enfant, mutilé de guerre, pensionné à 85 % pour infirmité du bras droit, Croix de guerre 1939-1945 avec citations, vient de perdre son emploi « ayant épuisé avec ses absences répétées tous ses droits au congé44 ». Elle ajoute : « Nous allons être réduits à brève échéance à la misère. Mon mari est en plus de sa mutilation, malade et en traitement ce qui lui nécessite des soins constants pour ses nerfs45 ». Autre exemple de situations douloureuses, la lettre qu’adresse Louis G. au préfet, le même jour 10 avril 1962. On retrouve la même récurrente incompréhension des motifs qui ont amené à l’assignation à résidence surveillée (« Je ne sais pourquoi on m’en veut. Il n’y a aucun motif à mon arrestation. Je pense qu’il s’agit d’une vengeance ou d’un règlement de comptes. Je n’ai jamais fait de politique. Je n’ai jamais été compromis avec personne ») que l’on remarque dans la totalité des courriers adressés au préfet. On constate surtout un même profil lié à la jeunesse de ces internés : « Détenu depuis le 18 février, je suis à bout de mes forces. Ma femme est sans ressources avec ma petite fille qui avait dix jours quand on m’a arrêté […] Je suis un jeune marié, j’ai 23 ans. Je commençais à installer mon foyer avec mon modeste salaire de technicien frigoriste à la société Philips d’Oran. Ma vie et celle de mon foyer sont en train de se briser. Alors je vous le dis bien franchement, je suis au bord du désespoir. On ne résiste pas à tant d’injustice. Ceux qui me détiennent dans ce camp seront responsables de ce qui pourrait arriver si je suis encore détenu dans une dizaine de jours46 ». La menace de suicide n’est pas à prendre à la légère. Pour ces assignés dont les épouses, les enfants, les fiancées vivent en Algérie et ne peuvent par conséquent leur rendre visite, qui n’ont pas l’autorisation de s’y rendre lorsqu’un enfant naît ou est hospitalisé, ne pas savoir si l’incarcération doit durer des jours ou des mois ou des années fragilise le moral comme les relations de couple. C’est précisément la rupture du couple qui conduit à tenter de mettre fin à ses jours. Paul D. passe à l’acte le 11 juillet, à quelques jours de la fermeture du camp où il était incarcéré depuis le 20 janvier. Ce matin-là, il avait reçu une lettre de sa femme et avait griffonné un mot : « Maintenant j’ai tout perdu, mon affaire et ma femme. Je vais en finir et me suicider47 ». Le cas le plus marquant a sans doute été celui du commandant Jean K., 41 ans, pilote de ligne sur Air–Algérie, découvert le 20 mars dans un état comateux après absorption de comprimés48. La lettre qu’il laisse pour sa femme49 à Alger témoigne de la douleur de voir se déliter des relations déjà fragiles, et de perdre en même temps que la liberté, l’amour et les valeurs qui fondaient une vie. Pour autant des situations n’en sont pas moins difficiles pour certaines familles telle celle de Jean Tavernier, dont l’épouse vietnamienne se retrouve sans aucune ressource avec trois enfants à nourrir. Installée à Roquemaure, sans travail, le Secours populaire pour l’entraide et la solidarité (SPES) puis le Méridional-la France lancent en juin une grande campagne pour récolter fonds et matériels afin de la secourir jusqu’à ce que le préfet Vaugon débloque lui-même l’intervention des aides sociales50.

Ticket SPES

Ticket SPES

source : Adimad

Carte de visite

Carte de visite

source : Adimad

Le Méridional–La France, 20 juin 1962

Le Méridional–La France, 20 juin 1962
  • 51 « Monsieur le Président, en pénétrant dans l’enceinte barbelée du premier camp de concentration fra (...)
  • 52 Motif tout aussi outrancier dans la mesure où aucun des activistes de l’Ardoise n’était là à la sui (...)
  • 53 La Nation belge, 2 mars 1962.

23Pour rompre le rythme du règlement, les assignés très vite ont organisé leurs propres rituels quotidiens. Chaque matin à 9 heures, une brève cérémonie de lever des couleurs présidée par Jean Dides est marquée par le salut au drapeau suivi du « Chant des Africains » et du slogan « Algérie française » scandé par trois fois. De façon régulière jusqu’à la fermeture du camp, ce rituel matinal ne rassemble jamais moins de cinquante assignés. Au réfectoire, à l’issue du repas du soir entre 19 heures 50 et 20 heures 15, une « réunion d’information » est menée par Jean Ferré qui commente l’actualité du moment et critique la politique du général de Gaulle. Les agents des RG qui assistent à ces réunions notent dans les rapports réguliers qu’ils rédigent une virulence et une violence qui semble-t-il s’accroissent avec la durée du séjour. Par ailleurs, Jean Dides en sa double qualité de délégué des assignés et d’ancien parlementaire, prend régulièrement l’initiative d’écrire des lettres ouvertes au président de la République, au Premier ministre, aux députés, lettres qui sont systématiquement publiées dans les trois jours qui suivent par le Méridional – la France, mais aussi par Rivarol ainsi que par le Journal du Parlement. Dès le 20 janvier, Jean Dides signe ainsi une missive particulièrement outrancière adressée au président de la République où est inscrit d’emblée le motif rhétorique récurrent de l’assimilation de Saint-Maurice à un camp de concentration nazi et de de Gaulle à Hitler51. La presse communiste, la Marseillaise en tête s’indigne en des termes tout aussi récurrents et parle de « camp de vacances » ou de « prison dorée pour les tueurs de l’OAS52 ». Il n’est pas certain que les comparaisons de Jean Dides aient été réellement prises au sérieux par la majorité des lecteurs d’autant plus que ceux du Méridional pouvaient lire juste en dessous de la lettre ouverte au président de la République, l’annonce du mariage du capitaine Souètre dans l’enceinte du camp. La presse de tendance « Algérie française » publie ainsi régulièrement des communiqués des internés protestant contre la mise à pied du général Clément (témoin du capitaine Souètre à son mariage) ou contre l’opération Aurore. Rivarol publie de longs articles avec photos. Un des assignés, Giacomo Gagliardi, lié au Cercle des étudiants nationaux, une structure d’extrême droite révisionniste créée en février 1962 autour du Parti national belge, parvient à faire publier dans le quotidien La Nation belge un long article intitulé « Les camps de concentration du régime gaulliste53 » dans lequel il dénonce les différents processus par lesquels on se retrouve interné à Beaujon puis à Saint-Maurice à partir de simples dénonciations anonymes. Si le propos ne peut être utilisé qu’avec beaucoup de précautions, il témoigne au moins de l’audience que les assignés réussissent à donner à leur incarcération.

Rivarol, n° 600, 12 juillet 1962

Rivarol, n° 600, 12 juillet 1962

Rivarol, n° 600, 12 juillet 1962 : « Même si on ferme Saint-Maurice… il restera l’ardoise… »

Rivarol, n° 600, 12 juillet 1962 : « Même si on ferme Saint-Maurice… il restera l’ardoise… »
  • 54 Rapport des Renseignements généraux du 29 mars 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1568.
  • 55 Il s’agit de la lettre pastorale pour le carême 1962 intitulée « la personne humaine est en péril » (...)
  • 56 Rapport des Renseignements généraux du 29 mars 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1568.
  • 57 Méridional-La France, 19 avril 1962.

24De façon générale, le camp est loin d’être un espace hermétiquement clos. Si informations, communiqués, courriers peuvent en sortir, les assignés sont en contact avec l’extérieur par les transistors qu’ils écoutent dans leurs chambres ou par le poste de télévision du camp auquel ils ont accès après le repas du soir. Ils reçoivent, du moins ceux dont les épouses sont en métropole, la visite des familles plusieurs heures durant l’après-midi, même si pour les amis, les collègues et même pour leurs avocats, obtenir une autorisation de visite est quasiment impossible. Le préfet a demandé dès la fin du mois de janvier à l’Évêché de désigner un prêtre pour assurer le service religieux du camp. La messe est ainsi célébrée tous les dimanches matin à 8 heures 30 ainsi que les jours de fêtes d’obligation, tandis que l’aumônier de Sancta Maria à Villeneuve-lès-Avignon est mis à la disposition des internés une après-midi par semaine. Le pasteur Kastler, président du Conseil régional de l’Église réformée a de la même façon désigné le pasteur de Bagnols-sur-Cèze pour célébrer le culte protestant le dimanche et le mardi en alternance. Néanmoins, les assignés semblent avoir une grande défiance vis-à-vis de la hiérarchie catholique dont ils condamnent le « progressisme »54 en particulier depuis la condamnation sans ambiguïté de l’action de l’OAS par l’épiscopat français55. Certains demandent ainsi que la retraite pascale à la mi-avril 1962 soit prêchée au camp par des missionnaires du monastère de Chabreuil dans la Drôme ce qui est refusé par Mgr Girbeau, archevêque de Nîmes56. Pour autant, certains au sein de l’Église considèrent que, l’internement administratif n’étant pas soumis à la décision judiciaire, des innocents croupissent à Saint-Maurice. C’est ce qu’écrit Mgr Rhodain, aumônier général des prisons, au ministre de l’Intérieur le 30 mars en demandant que des magistrats étudient les dossiers des internés de Saint-Maurice57. Il n’empêche, les assignés ignorent les interventions du Secours catholique tout comme ils dédaignent les visites de la Croix-Rouge, n’acceptant que l’aide du seul Secours populaire pour l’entraide et la solidarité (SPES), une organisation étroitement surveillée par les Renseignements généraux, fondée et dirigée par Jean La Hargue et dont le but est le soutien matériel aux familles des activistes qu’ils soient détenus suite à une décision de justice ou suite à un arrêté d’internement administratif.

  • 58 Je dois à mon collègue Alain Trogneux, correspondant de l’IHTP à Amiens, de m’avoir signalé dans le (...)
  • 59 « Les Corses internés à l’Ardoise alertent leurs compatriotes sénateurs et députés. Ils menacent de (...)
  • 60 Lettre du 28 février 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1574.
  • 61 Méridional-La France, 30 juin et 1er juillet 1962.
  • 62 Sur les 213 assignés présents au camp le 28 mai 1962, 64 % n’ont jamais été inculpés, 22 % avaient (...)
  • 63 Deux lycéens profitent des épreuves du baccalauréat pour s’évader le 27 juin 1962.

25Le SPES récolte des fonds grâce à de larges souscriptions et dispose d’un réseau de bénévoles très actifs comme ceux de Nîmes qui ont obtenu du préfet un accès qui quoique limité permet aux assignés de recevoir des nouvelles et d’en transmettre. Enfin, les parlementaires s’inquiètent des conditions de détention de citoyens incarcérés hors de tout cadre judiciaire. En premier lieu parce que certains assignés écrivent au député de leur propre circonscription soit à titre personnel comme Jean-Pierre S. à son député Max Lejeune58, soit à titre collectif. Ainsi, au début du mois de mai, les douze Corses assignés à l’Ardoise écrivent une lettre ouverte adressée aux parlementaires et députés corses ainsi qu’au président du Conseil général de la Corse. Ils font état des mêmes revendications et doléances que l’on a pu lire dans d’autres appels. Mais plus spécifiquement, ils menacent de commencer une grève de la faim et « d’alerter l’opinion corse ». Enfin ils précisent qu’ils préviennent de leur démarche auprès des parlementaires leurs familles ainsi que de leur détermination, parents et amis dans l’île59. Il n’est pas exclu que cette précision soit l’indice de formes de pression spécifiques. Par ailleurs, le député de la deuxième circonscription du Gard où est situé le camp, Jean Poudevigne, qui connaît personnellement certains assignés, effectue des visites fréquentes et surtout informe régulièrement le président de la Commission des lois constitutionnelles de l’Assemblée nationale, Marcel Sanmarcelli60, par ailleurs député de Corse. Cette commission envoie à Saint-Maurice une délégation conduite par Marcel Sanmarcelli lui-même à la fin du mois de juin. Le député-maire MRP de Lodève, Paul Coste-Floret, partisan de l’Algérie française, en fait partie. La délégation dont les conclusions sont en partie publiées par le Méridional – la France61 s’inquiète du manque de fournitures pour les internés, de leur dénuement, de leur sentiment d’insécurité, de leur état dépressif, du fait que la justice n’en a condamné aucun à une peine d’incarcération62, du fait que les lycéens et étudiants présents n’ont pas vraiment les moyens de préparer leurs examens63. Mais elle note que les conditions sanitaires sont satisfaisantes et que quoi que l’on puisse en penser, le gouvernement « chargé d’assurer l’ordre public en cas de guerre peut prescrire ces mesures de sécurité ». Le 4 juillet, la Commission sénatoriale des lois envoie également une délégation au moment où les libérations commencent à s’accélérer, la fermeture du camp devant être effective avant le 15 juillet.

  • 64 Arch. dép. du Gard, CA 1574.
  • 65 Méridional-La France, 30 mars 1962.
  • 66 Méridional-La France, 30 mars 1962.
  • 67 « Lettre ouverte aux Français : deux cents prisonniers derrière leurs barbelés vous parlent », Méri (...)
  • 68 Tribunal créé par le général de Gaulle le 27 avril 1961 dans le cadre de l’application de l’article (...)
  • 69 Rapports du directeur du CARS au ministre de l’Intérieur, 18 et 22 juin 1962. Arch. dép. du Gard, C (...)
  • 70 Rapport des R.G., 9 juin 1962, Arch. dép. du Gard, CA 1574.

26De par ce qui peut les relier à l’extérieur, les assignés ne sont pas dans l’ignorance de la façon dont évoluent tant la guerre d’Algérie que la guerre entre les autorités et l’OAS. Les rapports des RG sont les seules archives disponibles qui rendent compte de l’impact de ces événements dans une série de rapports titrés « état d’esprit des assignés du CARS de Saint-Maurice l’Ardoise »64. Le cessez-le-feu en Algérie a été annoncé par le général de Gaulle dans un discours que les assignés, transistor à l’oreille, ont écouté dans leurs chambres le dimanche 19 mars à 20 heures. La plupart d’entre eux avaient suivi avec beaucoup d’attention l’évolution des pourparlers d’Évian et étaient encore persuadés qu’ils ne pourraient aboutir. La stupeur et le découragement frappent la plupart d’entre eux même si certains comme Jean Ferré estiment que le FLN sera dans l’incapacité d’assurer le respect des accords. Lorsqu’ils apprennent la fusillade de la rue d’Isly, les 200 assignés du camp font parvenir à la presse un communiqué dans lequel ils annoncent qu’ils ont décidé de donner leur sang pour les hôpitaux d’Algérie et qu’ils feront du 28 mars une journée de deuil et de jeûne en refusant toutes visites65. Dans les jours qui précèdent le référendum du 8 avril 1962 sur l’approbation des accords d’Évian, Jean Dides et d’autres délégués envoient une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur lui demandant quand il compte « restituer leur liberté aux deux cents prisonniers d’État du camp de concentration de Saint-Maurice l’Ardoise dont le seul crime est d’avoir cru aux engagements solennels du chef de l’État de maintenir l’Algérie dans la République française », au moment où le gouvernement libère « tous les détenus FLN, tueurs à gage, étrangleurs au foulard, assassins de gardiens de la paix, meurtriers sadiques et égorgeurs d’enfants »66. Peu après, Jean Dides intervient personnellement dans la campagne en appelant à voter Non67, mais il n’est pas autorisé à voter tout comme l’ensemble des assignés. À partir de la fin du mois de mars, des coups décisifs sont portés à l’OAS rendant le combat pour l’Algérie française de plus en plus illusoire et les convictions des assignés de plus en plus fragiles. Le 26 mars, Édmond Jouhaud est arrêté à Oran et transféré à la prison de la Santé. Son procès devant le Haut tribunal militaire68 s’ouvre le 11 avril. Il est condamné à mort deux jours plus tard. Le 20 avril, c’est au tour de Raoul Salan, le chef de l’OAS, d’être arrêté à Alger. En l’espace d’un peu plus d’un mois, la police a mis la main sur les deux derniers généraux du putsch qui étaient encore en fuite. Le 5 mai, la brigade criminelle de la Police judiciaire arrête à Paris André Canal dit le « Monocle », le chef de l’OAS en métropole. Le 23 mai, au terme d’un procès qui aura duré 9 jours, Salan est condamné à la détention perpétuelle. Cette inéluctable déliquescence de l’OAS crée des fractures et des dissensions au sein des activistes de l’Ardoise. Quand ils apprennent dans la nuit du 23 au 24 mai le verdict pour Salan, une centaine d’entre eux se rassemblent vers minuit au pied du mât porte-drapeau pour chanter le chant des Africains et scander « Al – gé – rie – fran – çaise ». Or, lorsque Jean Dides leur demande de se mettre au garde-à-vous, des protestations fusèrent et quelqu’un lui fit une remarque suffisamment désobligeante pour qu’il quitte les lieux en colère en lâchant « Je n’ai pas de leçon de courage à recevoir ». L’incident survient au terme d’une période où le directeur ainsi que les RG constatent des clivages de plus en plus marqués entre ceux qui toujours convaincus de la légitimité de leur cause voient l’autorité qu’ils exerçaient jusqu’à présent s’amenuiser et une bonne moitié de l’effectif désireuse de retrouver la liberté ainsi qu’une vie professionnelle et familiale. Beaucoup sont par ailleurs malades, fatigués et leurs soucis familiaux souvent graves relèguent l’Algérie comme la politique en général au dernier rang de leurs préoccupations. Au cours du mois de juin, les bagarres entre anciens et nouveaux arrivés comme ceux que l’on appelle les « Lyonnais », ou encore entre métropolitains et Pieds-noirs, sont de plus en plus fréquentes. Coups violents, blessures, intimidations, menaces de règlements de comptes après la libération. C’est pendant la réunion d’information que Jean Ferré tient au réfectoire que les incidents deviennent de plus en plus systématiques à tel point que beaucoup d’assignés évitent de prendre là bas leur repas du soir69. Le 7 juin, ils sont une centaine, soit deux fois plus qu’à l’accoutumée, à assister à la cérémonie matinale du lever des couleurs qui ce jour là laissait le drapeau en berne et remplaçait le Chant des Africains par une minute de silence après l’annonce par Jean Dides de l’exécution quelques heures plus tôt des « deux héros » (tels que Dides les qualifie) Albert Dovecar et Claude Piegts70. Bien avant leur exécution, les deux hommes qui avaient assassiné à Alger le commissaire Gavoury, étaient déjà entrés au panthéon des martyrs de l’OAS, comme la cérémonie de Saint-Maurice vient le confirmer. Pour la direction du camp, la situation devient extrêmement difficile à gérer. Les libérations ne sont pas annoncées trop à l’avance et le plus discrètement possible afin que ceux qui en bénéficient ne soient pas menacés, insultés ou molestés par ceux qui restent. Le directeur multiplie les courriers au ministère pour suggérer la libération de tel ou tel qui s’engage à ne plus faire de politique et l’échéance de la fermeture du camp est attendue de tous, assignés, agents, CRS et direction.

La fermeture

  • 71 Méridional-La France, 30 juin 1962.

27Dès son ouverture pour l’internement des activistes, le camp de Saint-Maurice l’Ardoise était tenu par l’échéance du 15 juillet 1962. En effet, l’article 16 de la constitution mis en œuvre par le général de Gaulle le 23 avril 1961, ne pouvait fonctionner au-delà d’une durée de six mois et de fait cette mise en œuvre a pris fin le 29 septembre. C’est la raison pour laquelle le jour même où l’application de l’article 16 prenait fin, de Gaulle contournait l’obstacle en signant la décision présidentielle dite du 29 septembre 1961, qui prolonge jusqu’au 15 juillet 1962 diverses décisions prises dans le cadre de l’application de l’article 16. Parmi ces mesures au nombre d’une quinzaine, subsistent les dispositions relatives à la garde à vue, l’interdiction de certains écrits et l’internement administratif de toute personne encourageant la subversion. Même si la décision présidentielle précise que ces « anciennes décisions » seront en vigueur jusqu’au 15 juillet 1962 « sous réserve de ce qui pourrait être dicté par la loi », il semble certain pour beaucoup que les activistes seront libérés à cette échéance. C’est notamment ce que la délégation conduite par Marcel Sanmarcelli avait noté dans ses conclusions, à savoir qu’ « internement administratif et assignation à résidence constituent de graves atteintes à la liberté individuelle », mais « le 15 juillet prochain les mesures prises en vertu de la décision présidentielle du 29 septembre 1961 cesseront d’être en vigueur. À cette date, l’internement administratif n’aura plus de support juridique et en conséquence le camp de Saint-Maurice l’Ardoise aura cessé d’exister71 ».

  • 72 La Marseillaise, 16 juillet 1962.

28De fait dès le début du mois de juillet les arrivées d’assignés cessent et un grand mouvement de départs par groupes de quinze à trente internés s’engage. Le 14 juillet 1962, les vingt derniers activistes libérés par arrêté ministériel signé la veille, quittent le camp. Parmi eux, Jean Dides et Jean-Marie Ferré qui comme six autres avaient été les tout premiers arrivants et en conséquence ont effectué à l’Ardoise le plus long séjour. En réalité, il ne s’agit pas de libérations pures et simples. L’assignation à résidence surveillée est commuée en assignation à résidence à domicile sur le territoire métropolitain, un statut qui reste contraignant puisque tout déplacement hors de la commune de résidence reste soumis à l’approbation du préfet. La presse nationaliste a salué cette fermeture comme une défaite morale pour le pouvoir. Rivarol dans son numéro 600 du 12 juillet 1962 publie le dessin d’une ardoise où est inscrite sous la forme d’un menu l’addition suivante : « 213 internés = 1 père de 8 enfants, 1 père de 7 enfants, 3 pères de 6 enfants, 29 pères de 3 enfants, 38 pères de 2 enfants, 64 % non inculpés, 24 % liberté, 14 % acquittés, tous ruinés » avec cette légende en forme de jeu de mots : « même si on ferme Saint-Maurice … il restera l’ardoise ». La Marseillaise tient un tout autre discours : « Non seulement le pouvoir se montre clément à l’extrême dans sa manière de traiter les factieux, mais il pousse la bienveillance jusqu’à ouvrir les portes devant ceux que l’on avait mis en dehors de la circulation pour leur activité fasciste […] Une fois de plus l’OAS triomphe grâce à la complaisance du pouvoir “fort” 72 ».

  • 73 Je signale par ailleurs que l’état d’urgence a été prolongé comme l’internement des activistes jusq (...)

29Ceci étant, les dispositions découlant de l’article 16 furent prorogées jusqu’au 31 mai 1963 par l’ordonnance n° 62-797 du 13 juillet 1962, publiée au Journal officiel le 17 juillet73. Cette prorogation ne s’appuyait plus sur l’article 16 de la Constitution, mais sur l’article 2 de la loi référendaire n° 62-421 du 13 avril 1962 « relative aux accords à établir et aux mesures à prendre au sujet de l’Algérie sur la base des déclarations gouvernementales du 19 mars 1962 ». Cet article autorise le président de la République à arrêter par ordonnance ou décret toute mesure relative à l’application de ces déclarations. En l’occurrence, le texte de l’ordonnance précise qu’il s’agit de donner au gouvernement « les moyens juridiques suffisants pour assurer le maintien de l’ordre et pour s’opposer à l’action d’éléments subversifs que la reconnaissance de l’indépendance algérienne n’a sans doute pas désarmés ». En ce qui concerne l’internement administratif, son principe reste maintenu, c'est-à-dire que l’assignation à résidence de personnes considérées comme dangereuses pour la sécurité publique peut être prononcée soit par le préfet pour une durée de quinze jours maximum, soit par le ministre de l’Intérieur pour une durée indéfinie.

30Saint-Maurice a été le dernier camp destiné à interner des citoyens français. Il paraissait difficile de prolonger son existence alors même que l’Algérie était devenue indépendante le 3 juillet, que l’OAS était démantelée et que les Français avaient tourné le dos à sept années de guerre. En cet été 1962, l’exode des rapatriés d’Algérie prenait dans les journaux le relais de l’OAS. L’internement administratif par définition provisoire n’apparaissait plus comme un instrument efficace pour mettre à l’écart les individus considérés comme dangereux pour la sécurité publique. S’il est indiscutable que le coût financier de Saint-Maurice avec les moyens en hommes qu’il a dû mobiliser, interdisait un prolongement de la durée du camp, le bilan apparaît négatif quant aux principes démocratiques. Pour autant, la mise à l’écart de la justice, la mise à l’écart des représentants du peuple, la privation arbitraire des libertés que l’usage de l’article 16 impliquait, firent au fond l’objet d’un consensus tant que les Français se sentirent, eux-mêmes et le territoire, menacés. C’est certainement ce qui explique que la défense des principes démocratiques face à l’internement des activistes de Saint-Maurice l’Ardoise fut, en dehors des milieux nationalistes, si peu manifeste.

Haut de page

Notes

1 Arch. dép. du Gard, CA 1574 (une chemise entière intitulée « création du camp » rassemble toute la correspondance relative à ce point. Sur la période d’internement des nationalistes algériens, les sources sont pour l’essentiel conservées sous les cotes CA 1370 à 1379, 1390, 1394 et 1395). Messali Hadj a fondé en décembre 1954 le Mouvement national algérien (MNA), dont l’affrontement avec le Front de libération national (FLN) qui déclenche l’insurrection de la toussaint 1954, fut violent.

2 Préfet IGAME : Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire. Corps créé en 1948 pour coordonner les actions civiles de la police et celles de l’armée dans le cadre des régions militaires. Les préfets de région leur succèdent en 1964.

3 Le fonds extrêmement riche du Cabinet du préfet (cote CA), aux Archives départementales du Gard représente l’essentiel des sources pour l’étude du camp de Saint-Maurice.

4 Bacha (Nejia), Saint-Maurice l’Ardoise, un camp de harkis (1962–1976), 2002 (un exemplaire est consultable au Centre d’Histoire Militaire de l’Université Paul-Valéry-Montpellier III, sous la cote CHM-M.2002/8).

5 Charbit (Tom), Saint-Maurice l’Ardoise : socio-histoire d’un camp de harkis (1962-1976), rapport pour la Direction de la population et des migrations (ministère de la Cohésion sociale), mai 2005, 269 p. « Saint-Maurice l’Ardoise : socio-histoire d’un camp de harkis (1962–1976) », Migrations études, n° 128, septembre 2005, 12 p. (www.social.gouv.fr/IMG/pdf/migrationsetudes130.pdf). « Un petit monde colonial en métropole. Le camp de harkis de Saint-Maurice l’Ardoise (1962-1976) », Politix, vol. 19, 2006, p. 31-52.

6 Peschanski (Denis), La France des camps. 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002. Marc Bernardot, « Des camps en France (1944–1963) », Plein droit, n° 58, décembre 2003.

7 Sur tout ce processus de mise à l’écart de l’institution judiciaire, je renvoie à l’ouvrage de référence de Sylvie Thenault, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 2001. Plus spécifiquement sur l’état d’urgence : Thenault (Sylvie) « L’état d’urgence (1955-2005). De l’Algérie coloniale à la France contemporaine : destin d’une loi », Le Mouvement social, 2007/1, n° 218, p. 63-78.

8 Pierre Fayet, député d’Alger de 1946 à 1955, était membre du bureau politique du Parti communiste algérien depuis 1936. Arrêté le 5 mars 1940, il avait été interné en métropole puis au camp de Bossuet en Algérie jusqu’en 1943. Gardois d’origine, il était né à Beaucaire en 1887.

9 Cité par Sylvie Thenault, Une drôle de justice, op. cit., p. 35.

10 Une restriction facilement contournée de deux façons. Il était en effet très facile d’accorder une autorisation de retour en Algérie sur laquelle les autorités apposaient un numéro renvoyant au « fichier Z » (ce fichier national qui listait toutes les personnes suspectes de soutien au FLN en métropole et qui est créé le 5 août 1957, soit quelques jours après la loi du 26 juillet). Dès son arrivée en Algérie, le détenteur de cette autorisation était arrêté et interné en vertu des « pouvoirs spéciaux ». L’autre moyen, plus complexe, consistait à faire ouvrir en Algérie une information judiciaire contre un suspect vivant en métropole. On l’envoyait se présenter devant la justice en Algérie, laquelle rendait un non lieu. Et il suffisait à l’armée de l’arrêter à sa sortie du tribunal et de l’interner toujours en vertu des « pouvoirs spéciaux ».

11 Par le ministre de l’Intérieur Maurice Bourgès-Maunoury. Il avait déjà occupé ce poste dans le cabinet Edgar Faure du 23 février 1955 au 25 janvier 1956 (lorsqu’il avait fait voter l’état d’urgence). À nouveau ministre de l’Intérieur de novembre 1957 à mai 1958 dans le cabinet Félix Gaillard, il décida de la création du camp de Saint-Maurice l’Ardoise pendant la période de crise gouvernementale consécutive au renversement de Félix Gaillard le 15 avril 1958. Entre temps il fut ministre de la Défense du cabinet Guy Mollet et à ce titre le principal signataire des décrets répressifs résultant des « pouvoirs spéciaux » avec François Mitterrand (ministre de la Justice) et Jean Gilbert-Jules (ministre de l’Intérieur). Il succéda par ailleurs à Guy Mollet comme président du Conseil du 12 juin au 30 septembre 1957. Indiscutablement, au-delà de l’instabilité des gouvernements, il y a une permanence du personnel politique qui explique la continuité de la politique d’internement administratif.

12 Bernardot (Marc), « Entre répression policière et prise en charge sanitaire et sociale : le cas du centre d’assignation à résidence du Larzac (1957–1963) », Bulletin de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), n° 83, 2004.

13 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 22 avril 1958.

14 Les Algériens avaient la nationalité française sans bénéficier de la citoyenneté et des différents droits dont elle était assortie. Voir Laure Blevis, « Droit colonial algérien de la citoyenneté : conciliation illusoire entre des principes républicains et une logique d’occupation coloniale (1865-1947) », La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises, actes du colloque tenu en l’honneur de Charles-Robert Ageron, Paris, Société française d’Histoire d’Outre-mer, 2000, p. 87-103.

15 Arch. dép. du Gard, CA 1570. Sous cette cote sont rassemblés les dossiers de libération et d’assignation à résidence à domicile de tous les activistes internés à l’Ardoise. Pour la plupart, les renseignements se bornent à indiquer des dates d’arrivée et de sortie. Mais certains dossiers contiennent quelques fiches RG ainsi que des éléments permettant de comprendre le parcours de l’assigné. C’est en l’occurrence la presse qui parle du procès en Assises d’Édouard Gaulard avant son internement à Saint-Maurice l’Ardoise le 26 janvier 1962. Méridional-La France, 9 janvier 1962.

16 En décembre 1961, André Canal (dit le « Monocle ») implante en métropole un nouveau réseau, OAS-Mission III, qui s’ajoute à celui créé par Pierre Sergent en juin 1961 (OAS-Métro) et qui s’avère très actif en particulier dans toute la partie méridionale du territoire métropolitain. Dans la région, il est relayé par le réseau vauclusien OAS – France – Réseau militaire que dirige jusqu’à son arrestation à Avignon en février 1962, Henri Vignau, fils du député de Médéa Pierre Vignau, et surtout le neveu de Camille Vignau qui devient au cours de ce même mois de février 1962, le bras droit d’André Canal, lequel est par ailleurs arrêté le 5 mai 1962. Voir Didier Lavrut, « La fin de la guerre d’Algérie et les législatives de 1962 dans le Gard », Le Midi Rouge, décembre 2007, à paraître.

17 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Rapport du directeur du CARS au préfet, 9 janvier 1962.

18 Le préfet Yves Cazaux avait déjà souligné cette difficulté dans un rapport extrêmement pessimiste au ministre de l’Intérieur daté du 14 décembre 1961 (Arch. dép. du Gard, CA 1568) où il écrit en particulier ceci : « Saint-Maurice va recevoir des personnes astreintes à résidence du fait de leurs menées « activistes ». Le Gard est un département où des rapatriés de Tunisie, du Maroc et d’Algérie arrivent chaque jour en plus grand nombre. Mais surtout 13 surveillants civils (sur 74) sont eux-mêmes des personnes récemment revenues d’Afrique du Nord et ont trouvé dans l’emploi contractuel que leur offrait la Sûreté nationale un moyen facile de se « recaser ». Il pourrait peut-être se faire qu’une communauté de sentiments avec les assignés rende la tâche du nouveau directeur difficile. ».

19 Achille Perrodo est démis de ses fonctions à compter du 1er février 1962. Son successeur Raoul Texier est officiellement en poste jusqu’au 21 mai mais dès le 6 février il obtient un arrêt de travail (opération chirurgicale) jusqu’au 13 avril, la direction étant assurée par le directeur adjoint, Jean Ponceau, nommé directeur intérimaire. Enfin le 21 mai 1962, Raoul Texier est remplacé par Henri Artois, en poste jusqu’au 15 septembre (Arch. dép. du Gard, CA 1574).

20 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Courrier du ministre de l’Intérieur au préfet suite aux plaintes du directeur du camp quant aux attributions des personnels à sa disposition, 22 février 1962.

21 Entre autres, un télégramme de l’IGAME au ministre de l’Intérieur daté du 15 décembre 1961. Arch. dép. du Gard, CA 1574.

22 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Courrier adressé au préfet par le commissaire directeur des Renseignements généraux du Gard, 24 mai 1962.

23 Arch. dép. du Gard, CA 1567.

24 Jean ou Jean-René ou René.

25 Méridional-La France, 18, 19 et 20 décembre 1961.

26 Arch. dép. du Gard, CA 1570.

27 Voir Paul Marcus, La République trahie : l’affaire des fuites, 1954, Atlantica, Paris, 1999.

28 Rassemblement créé en juin 1960 par Jacques Soustelle, alors exclu de l’UNR, et voué à la défense de l’Algérie française. Il regroupe des militaires, des intellectuels et des hommes de tous bords politiques. S’y côtoient ainsi des députés d’Algérie comme Marc Lauriol, des dirigeants métropolitains comme Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national pour l’Algérie française, mais aussi des personnalités du centre et de la gauche ayant en commun d’être sur les marges de leurs formations politiques et de posséder une expérience de l’Algérie. C’est le cas du socialiste Robert Lacoste, du MRP Paul Coste-Floret (député maire de Lodève) ou encore d’un radical non mendésiste comme André Morice.

29 La Marseillaise, 31 décembre 1961.

30 Arch. dép. du Gard, CA 1574. C’est sous cette cote que j’ai eu accès à toutes ces informations ainsi qu’à celles qui suivront (sauf indication de ma part). Elles émanent d’un non négligeable dossier rassemblant des rapports des RG ainsi qu’une chemise regroupant une partie de la correspondance du directeur.

31 Arch. dép. du Gard, CA 1574. Rapport du commissaire divisionnaire chef du service départemental des RG du Gard au préfet, 19 janvier 1962.

32 Arch. dép. du Gard, CA 1574.

33 Arch. dép. du Gard, CA 1567. Aurore était le nom de code d’une opération de contrôle nocturne spectaculaire, non annoncée, qui fut menée dans la nuit du 4 au 5 février 1962 par 300 CRS dans le but de fouiller les locaux et les individus. Elle a duré toute la nuit tandis que les assignés étaient tous regroupés dans le réfectoire non chauffé. Elle s’est soldée par la saisie de courriers personnels, d’armes, d’argent liquide et a surtout déclenché un abondant courrier centralisé par Jean Dides auprès des magistrats pour protester contre le vol présumé d’argent et d’effets personnels par les CRS. La gendarmerie de Roquemaure a procédé à de multiples auditions tant auprès des assignés que des CRS.

34 Arch. dép. du Gard, CA 1568.

35 Arch. dép. du Gard, CA 1568. Au menu : macédoine de légumes, œufs mimosas, jambon, poulet rôti, petits pois, salade d’endives, fromage, fruit, pâtisserie, vin, café.

36 Le reportage est publié par Paris-Match avec hésitation. Jean Prouvost, président et rédacteur en chef a attendu la réaction de l’Élysée (c’est-à-dire que le général Clément ait été relevé de son commandement). Le mariage occupe quatre pages dans le numéro 670 du 10 février 1962 : une grande photo double page des épouses des assignés arrivant (ou sortant) à la noce alors que les assignés leur font une haie d’honneur en brandissant des barbelés. Titre : « Le mariage du camp d’internement du Gard. Cette haie d’honneur de barbelés a fait scandale ». Et un texte qui commence ainsi : « Le mariage de la semaine a eu lieu derrière des barbelés… ».

37 Arch. dép. du Gard, CA 1567.

38 Id. Déposition du directeur du camp, Achille Perrodo, à la gendarmerie de Roquemaure.

39 C’est le cas de Gaston Descaves, le plus âgé des évadés non repris (37 ans), dont le père, commissaire de police, fut assassiné par le FLN en Algérie en 1959. Devenu par la suite Pierre Descaves, député Front national de l’Oise entre 1986 et 1988, conseiller général de Noyon de 1998 à 2004, conseiller régional de Picardie depuis 1992, un des cadres du Front National depuis les années 80, il a raconté récemment son bref séjour à Saint-Maurice, son évasion et son parcours au sein de l’OAS, dans La Salsa des cloportes, Éditions Déterna, Paris, 2006.

40 « Monsieur. Respectueux des décisions de justice qui ont fait de nous des hommes libres, nous avons jugé de notre devoir de nous soustraire à une mesure incompatible avec notre état d’officier. Nous aurions été indignes de notre uniforme en acceptant de remplacer dans votre camp ceux que la France nous avait donnés pour mission de combattre. Respectueux de nos serments, fidèles aux traditions de notre Arme, convaincus de la justice de notre cause, nous ne pouvions demeurer plus longtemps dans une expectative coupable. Nous sommes persuadés Monsieur qu’il vous est facile de comprendre. Nous en appelons à votre dignité en vous demandant de vous refuser à remplir à l’avenir des fonctions qui déshonorent le Corps de la Police française. Mura et Souètre. » (Arch. dép. du Gard, CA 1568).

41 Voir ce que peut en signaler Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Perrin, Paris, 2005.

42 C’est le titre de l’article de la Marseillaise le 26 février 1962.

43 C’est le cas pour ne citer qu’un exemple, du capitaine Marc de Lacoste-Lareymondie, extrait du camp le 24 février et assigné à résidence surveillée à la caserne Gardanne de Toulon. Il est le fils du député de la Charente-Maritime, Alain de Lacoste-Lareymondie, un des piliers du Comité de Vincennes, décédé en mai 2007 après une longue carrière au Conseil d’Etat et un mandat de conseiller général de La Rochelle. Marc (ou Jean-Marc) de Lacoste-Lareymondie est l’actuel secrétaire départemental du Front national de Charente-Maritime.

44 C’est sa cinquième arrestation depuis février 1960 soit 7 mois d’incarcération en 2 ans.

45 Lettre datée du 10 avril 1962. Le mari d’Olga C. est libéré le 11 juillet 1962 (Arch. dép. du Gard, CA 1567).

46 Arch. dép. du Gard, CA 1567. Louis G. est libéré le 4 juin 1962.

47 Arch. dép. du Gard, CA 1570. Il est découvert à temps, envoyé au Centre médical de Nîmes et libéré le lendemain.

48 Rapport des R.G., 22 mars 1962, Arch. dép. du Gard, CA 1567.

49 Arch. dép. du Gard, CA 1570.

50 Méridional-La France, 20 et 25 juin 1962. Voir aussi Arch. dép. du Gard, CA 1574 (liasse chronologie).

51 « Monsieur le Président, en pénétrant dans l’enceinte barbelée du premier camp de concentration français, les quarante-huit premiers prisonniers d’État, saisis de honte, n’ont pensé qu’à vous. […] Parqués tels des bêtes, ils se moquent bien de leurs peines présentes. Leur effroi vient d’ailleurs, de vos vastes projets concentrationnaires qu’ils viennent de découvrir. Ils pensent qu’un chef d’État qui prépare des enfers précipite son pays dans le sang […] Imaginez qu’à l’heure où le premier juif est entré dans le premier camp nazi, Hitler eût entendu un tel appel et qu’il l’eût écouté, des millions d’hommes eussent reconnu qu’il était sage. Au nom de tous les malheurs que vous pouvez épargner, nous vous adjurons de penser qu’il n’est pas un Français dans les « deux meutes rivales » que vous avez provoquées qui ne souhaite de vous rendre le juste hommage qu’Hitler a refusé. Et c’est dans le dessein d’être compris que nous vous assurons déjà, Monsieur le Président, de notre haute considération. Pour les quarante-huit premiers prisonniers d’État, leur délégué : Jean Dides (N. 19) » (Méridional-la France, 20 janvier 1962).

52 Motif tout aussi outrancier dans la mesure où aucun des activistes de l’Ardoise n’était là à la suite d’un meurtre.

53 La Nation belge, 2 mars 1962.

54 Rapport des Renseignements généraux du 29 mars 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1568.

55 Il s’agit de la lettre pastorale pour le carême 1962 intitulée « la personne humaine est en péril » que l’archevêque de Paris, Mgr Feltin, a fait largement diffuser ainsi que de la déclaration d’octobre 1961 de l’assemblée des cardinaux et archevêques intitulée « la violence devant la loi de Dieu ».

56 Rapport des Renseignements généraux du 29 mars 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1568.

57 Méridional-La France, 19 avril 1962.

58 Je dois à mon collègue Alain Trogneux, correspondant de l’IHTP à Amiens, de m’avoir signalé dans le fonds Max Lejeune déposé aux Archives départementales de la Somme, la lettre de cet assigné, à la fois militant socialiste et militant « Algérie française », adressée à son député le socialiste Max Lejeune, dans laquelle il raconte son parcours et sa vie à Saint-Maurice. Max Lejeune à la suite de ce courrier s’est fait constituer un dossier assez complet sur Saint-Maurice.

59 « Les Corses internés à l’Ardoise alertent leurs compatriotes sénateurs et députés. Ils menacent de faire la grève de la faim », Méridional-La France, 10 mai 1962.

60 Lettre du 28 février 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1574.

61 Méridional-La France, 30 juin et 1er juillet 1962.

62 Sur les 213 assignés présents au camp le 28 mai 1962, 64 % n’ont jamais été inculpés, 22 % avaient fait l’objet de mesures de liberté provisoire et 14 % avaient été acquittés par la justice ou condamnés avec sursis.

63 Deux lycéens profitent des épreuves du baccalauréat pour s’évader le 27 juin 1962.

64 Arch. dép. du Gard, CA 1574.

65 Méridional-La France, 30 mars 1962.

66 Méridional-La France, 30 mars 1962.

67 « Lettre ouverte aux Français : deux cents prisonniers derrière leurs barbelés vous parlent », Méridional-La France, 5 avril 1962.

68 Tribunal créé par le général de Gaulle le 27 avril 1961 dans le cadre de l’application de l’article 16.

69 Rapports du directeur du CARS au ministre de l’Intérieur, 18 et 22 juin 1962. Arch. dép. du Gard, CA 1574.

70 Rapport des R.G., 9 juin 1962, Arch. dép. du Gard, CA 1574.

71 Méridional-La France, 30 juin 1962.

72 La Marseillaise, 16 juillet 1962.

73 Je signale par ailleurs que l’état d’urgence a été prolongé comme l’internement des activistes jusqu’au 31 mai 1963. Pour autant, ces deux décisions découlant de l’article 16 sont totalement indépendantes l’une de l’autre et constituent des textes séparés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Méridional–La France, 20 décembre 1961
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Titre Le Méridional–La France, 29 décembre 1961
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Titre Le mariage du capitaine Souètre : Souètre et son épouse (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Le mariage du capitaine Souètre : 74 invités au repas de noces (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Le mariage du capitaine Souètre : à gauche le général Clément, au centre le capitaine Souètre (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Le mariage du capitaine Souètre : à gauche le baiser des mariés, à droite le général Clément (Paris Match, n° 670, 10 février 1962)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Le camp de Saint-Maurice l’Ardoise en 1962
Légende source : Adimad
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Carte postale réalisée au camp
Légende source : Adimad
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Ticket SPES
Légende source : Adimad
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte de visite
Légende source : Adimad
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Le Méridional–La France, 20 juin 1962
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-11.png
Fichier image/png, 103k
Titre Rivarol, n° 600, 12 juillet 1962
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Rivarol, n° 600, 12 juillet 1962 : « Même si on ferme Saint-Maurice… il restera l’ardoise… »
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2589/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Lavrut, « Saint-Maurice l’Ardoise : Un camp pour activistes dans le Gard en 1962 », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2589

Haut de page

Auteur

Didier Lavrut

Professeur agrégé. Correspondant pour le Gard de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page