Navigation – Plan du site
Articles

La cervelle du gardien de la paix

Jean-Marc Berlière

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Le "boucher de la Chapelle"

"On n’a point oublié cette récente et lamentable affaire : à l’autopsie on trouva la boîte crânienne d’un sergent de ville vide de toute cervelle, mais farcie de vieux journaux..."
Alfred Jarry, "La cervelle du sergent de ville", La Revue blanche, 15 février 1901.

"La partie d’un bras comprise entre le coude et l’épaule, a été jetée par un inconnu dans la bouche d’un égout situé rue du Pré-Maudit, retirée aussitôt et déposée au bureau de M. Lefébure, commissaire de police, par le gardien Harly"
(Dépêche de l’Officier de paix du xviiie arrondissement au Préfet de police, 10 septembre 1879, 23 heures)

  • 2 Le pharmacien consulté constata le travail d’un professionnel : chirurgien ou boucher.
  • 3 En réalité, un morceau, ramassé plus tôt dans la soirée et emporté par un chiffonnier pour être rev (...)

1Tard dans la soirée du 10 septembre 1879, intriguée par le manège d’un homme vêtu d’une blouse et porteur d’un panier, penché sur un regard d’égout de la rue du Pré-Maudit, une habitante du quartier de la Chapelle, poussée par la curiosité, y découvre un paquet à demi engagé. Prévenu par ses soins, un gardien de la paix en fait identifier le contenu : un morceau de bras humain proprement écorché et coupé 2. Arrivés sur place vers minuit, le commissaire du quartier et le chef du Service de sûreté de la Préfecture de police, à l’aide de recherches systématiquement menées dans les égouts, mettent au jour soixante-dix sept colis qui permettent, peu à peu, de reconstituer un macabre puzzle : le cadavre d’un homme 3 dont la tête demeure introuvable, mais dont on retrouvera également la peau, les doigts et les parties sexuelles dans les fossés des fortifications toutes proches.

2Interrogée par le commissaire Lefébure, la veuve Thiéry évoque la ressemblance entre l’homme en blouse bleue qu’elle a aperçu et un gardien de la paix du quartier dont elle a été la voisine et surnommé le "bel homme" par les femmes du quartier à cause de sa prestance physique.

  • 4 Il prétend d’abord ne pas connaître la rue du Pré-Maudit qui figurait pourtant dans son îlot et aff (...)

3Incrédule, mais voulant en avoir le cœur net, le commissaire convoque le dit gardien à la fin de son service du matin et, devant son embarras, les grossières contradictions de ses réponses 4, lui fait rapidement avouer le crime. Une perquisition dans son logement permet de retrouver, dissimulée sous le lit, dans un chaudron, la tête manquante qu’il avait prévu de faire bouillir afin d’en rendre toute identification impossible

  • 5 L’enquête démontrera que, depuis un mois, Prévost avait préparé dans son logement les instruments, (...)

4La victime est un courtier en bijoux nommé Lenoble que son assassin -qui a prémédité son crime de longue date 5- avait quelque temps plus tôt invité à venir lui présenter de belles pièces, à son domicile, rue Riquet. Le vol a été le mobile du crime. Celui-ci a été perpétré à l’aide d’une "boucle de tender" dont la boule a fracassé le crâne de la victime que son assassin a ensuite saignée, dépecée et découpée avec une dextérité qui impressionna médecins légistes et enquêteurs. Après un souper pris chez un marchand de vin, revêtu d’une blouse et muni d’un grand panier, le meurtrier a entrepris, à la faveur de la nuit, de disperser les différents morceaux du corps. C’est lors de son dernier voyage que, fatigué et gêné par la curiosité de la veuve Thiéry, il a abandonné, dans un regard d’égout trop étroit et après avoir vainement tenté de l’y enfoncer, le colis qui a révélé le crime.

  • 6 C’est une note du chef de la Police Municipale, Caubet, qui révèle aux journaux les aveux et l’iden (...)

5Aussitôt connue, la nouvelle fait sensation 6. L’horreur du crime et les détails du dépeçage, la personnalité du meurtrier provoquent une curiosité et une effervescence qui exaspèrent tous les fantasmes, surexcitent les imaginations et ramènent au jour une affaire de disparition non élucidée.

Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon

6"La conduite de cet agent, qui comptait 14 années de service militaire et 10 années de service comme gardien de la paix, n’avait donné lieu, jusqu’à ce jour, à aucune plainte." (Note du Chef de la Police municipale aux journaux, 11 septembre 1879)

7"Comment oser suspecter ce serviteur au passé irréprochable, décoré de la médaille d’Italie et dont la situation officielle permettait de lire clairement dans son existence ?" (Macé, chef du service de la Sûreté, op. cit., p. 155).

  • 7 Cette ancienne domestique a hérité de 25 000 francs au décès de son maître ce qui lui assure une re (...)

8Le 22 avril 1876, un certain Touratier signalait à la Préfecture de police la disparition de sa belle-sœur, Adèle Blondin 7 survenue le "dimanche gras" 27 février, date depuis laquelle personne ne semblait l’avoir revue.

  • 8 Officiellement chargées de la recherche des personnes disparues, ces brigades constituent en réalit (...)

9L’enquête est confiée, le 28 avril, à un inspecteur de la 3e Brigade de recherches 8. Ses investigations le conduisent rapidement à Prévost dont Adèle Blondin était la maîtresse depuis 1874. Le jour de sa disparition, elle devait, au témoignage de sa logeuse, se rendre chez lui. Interrogé, Prévost ne fait pas mystère de cette visite, mais explique qu’à la suite de son refus catégorique de l’épouser, Adèle Blondin l’a quitté furieuse et il insinue que, vexée et humiliée, elle a sans doute décidé de ne pas reparaître devant son entourage et que, coutumière de ce genre d’action, elle a peut-être décidé de voyager. A la suite de ce témoignage, l’inspecteur classa l’affaire avec un rapport négatif, le 10 mai.

10Or Prévost avait engagé au Mont de Piété les bijoux d’Adèle Blondin -dont la police possédait une description précise- quelques jours après sa disparition. Il avait vendu l’autre partie du butin -notamment des vêtements- à des collègues et des marchands du quartier. Début juillet, justifiant ce changement de situation par un héritage inopiné, il avait déménagé rue des Roses et s’était installé dans ses meubles dans un logement qu’il avait loué en réalité depuis le 16 mars. Autant de faits qui auraient dû être découverts par un enquêteur un peu curieux et conduire à l’inculpation de Prévost. Le courtier Lenoble semblait bien la victime des impérities ou -pire- d’une complaisance policière dont l’étendue apparaissait chaque jour plus accablante au fur et à mesure des progrès de l’enquête. La presse et l’opinion s’interrogeaient à juste titre sur les faiblesses de l’enquête de 1876 et sur l’incroyable impunité dont Prévost avait alors bénéficié -protégé par son uniforme et les propos élogieux que son officier de paix avait tenu à son propos.

  • 9 La presse se déchaîna et l’opinion s’émut d’autant plus quand on découvrit que le crime et le dépeç (...)

11C’est le 4 octobre 1879, au cours d’un transport de justice dans son ancien domicile -un garni situé au 22 de la rue de l’Évangile 9- que Prévost finit par avouer ce premier meurtre. Le 27 février 1876, il avait bien tué Adèle Blandin pour -affirma-t-il se débarrasser d’une maîtresse devenue encombrante. Selon la tactique qu’il devait appliquer à nouveau pour Lenoble, il avait ensuite dépecé et découpé le corps de sa victime, puis dispersé les différentes parties dans les égouts et les terrains vagues de la zone des fortifications. Il indiqua l’endroit -Boulevard Ney, à côté du pavillon des recettes de l’octroi, en face de la station du chemin de fer de ceinture Paris-La Chapelle- où il avait enterré la tête de sa victime, qui fut effectivement retrouvée.

  • 10 Même si Macé se fait l’écho des propos de Hyrvoix qui soupçonne fort Prévost -qui était alors Cent- (...)

12"Est-ce tout ?" s’interroge La Lanterne du 6 octobre en conclusion de l’article annonçant ce rebondissement. De fait, comme on pouvait s’y attendre, après l’aveu de ce deuxième crime, les imaginations se donnèrent libre cours : on attribua à Prévost toutes les disparitions et morts suspectes survenues dans le quartier. Cependant, en dépit des recherches et investigations auxquelles la police se livra, on ne put convaincre le "gardien de la paix assassin" d’autres forfaits 10.

  • 11 Avocat général Lefebvre de Viefville, cité in Macé, op. cit., p. 245.

13Dès lors, les choses ne traînèrent pas.
Si l’instruction avait été un peu retardée par ces accusations et les investigations supplémentaires qu’elles exigeaient, le procès intervint rapidement. Alors que Prévost -"effrayant de sincérité"- s’inquiétait pour sa retraite, les débats furent expédiés en deux jours. Le réquisitoire ne laissait planer aucun doute sur son sort : "Il y a deux sortes de crimes : ceux qui touchent à l’intérêt social et ceux qui ne touchent qu’à l’intérêt individuel ; eh bien les forfaits commis et reconnus par l’accusé compromettent d’autant plus la sécurité sociale qu’ils ont été exécutés par l’un de ses défenseurs, dépositaire de l’autorité. 11" Il s’agissait de faire un exemple et de montrer que la profession de l’assassin loin de constituer une protection aggravait au contraire sa responsabilité. Le jury l’entendait bien ainsi qui, après une délibération de 20 minutes, déclara, au soir du 8 décembre 1879, l’ancien gardien de la paix coupable d’assassinat avec préméditation ce qui entraînait ipso facto la peine de mort.

14Le rapport explicatif du Procureur général accompagnant le recours en grâce de Prévost insistait sur le caractère de gravité exceptionnelle de ses crimes. Jules Grévy suivit ses conclusions et refusa une grâce qui aurait, du fait des anciennes fonctions de Prévost, fait crier à l’injustice dans une opinion publique très hostile à la police.

  • 12 Selon Hamon, op. cit., p. 126 et divers autres témoignages concordants même si la lettre des propos (...)

15Par lettre du 18 janvier, le chef de la police municipale, Caubet annonça pour le lendemain l’exécution de Prévost au Préfet de police, et demanda la réquisition de 50 gardes républicains à cheval et 100 gardes à pied pour 3 heures du matin à la Roquette. L’exécution eut lieu à l’aube du 19 janvier devant l’entrée de la prison. La foule se pressait pour voir quelle serait l’attitude de Prévost qui mourut courageusement non sans avoir prononcé ces paroles étonnantes : "Je demande pardon à cette malheureuse administration que j’ai tant compromise12"

16Cette rapidité -moins de quatre mois entre l’arrestation et l’exécution du coupable-, traduit de façon exemplaire la volonté des pouvoirs publics de montrer une rigueur d’autant plus impitoyable qu’elle devait couper court à tout soupçon de faiblesse et à toute accusation de collusion.

  • 13 Citée par son officier de paix, in L. Hamon, op. cit., p. 126.

17"C’eût été un grand malheur si on lui eût fait grâce. La tache qu’il a faite à notre uniforme devait être lavée et tout son sang n’est pas de trop pour cela (sic)". Cette sentence en forme d’oraison funêbre prononcée par des collègues de Prévost 13 en dit long sur le trouble durable que cette affaire provoqua dans une institution déjà accablée de reproches.

18C’est qu’en effet, l’affaire Prévost tombait au plus mauvais moment pour une police attaquée et critiquée de toutes parts...

Shame in the family

19"L’assassin de l’individu dont on a retrouvé les membres épars sur la voie publique hier soir et cette nuit, a été arrêté ce matin à 8h45 ... Il est gardé à vue au poste de l’Évangile. Il a avoué le fait. Un rapport suit, je ne peux dire le nom par dépêche" (Dépêche au chef de la Police municipale, 11 septembre 1879, 9h45)

  • 14 Conclusion d’une lettre à Louis Hamon, l’officier de paix en titre du 18e arrondissement en vacance (...)

20Ce télégramme montre le trouble profond que provoqua, à la Préfecture de police et plus particulièrement dans le corps des gardiens de la paix, la découverte des crimes de Prévost. Fortier, brigadier du 18e arrondissement résume bien le sentiment général : "Le misérable nous déshonore 14".

  • 15 Le fait peut paraître symbolique, mais il permit dès lors d’éviter de présenter Prévost comme gardi (...)

21Le premier réflexe de l’administration fut d’un bureaucratisme exemplaire : prononcer l’exclusion immédiate de la brebis galeuse. La mesure de révocation proposée dès le matin du 11 septembre au préfet Andrieux par le chef de la police municipale Caubet à l’encontre du "gardien de la paix Prévost Victor Joseph du 18e arrondissement arrêté ce matin sous l’inculpation d’assassinat..." fut immédiatement acceptée par le Préfet et aussitôt matérialisée par un arrêté de révocation 15 pris le même jour sous le n° 1424 et signé par délégation Jules Cambon alors secrétaire général de la Préfecture de police.

  • 16 Il usa également de ses pouvoirs pour faire supprimer à la vente tous les exemplaires d’une publica (...)

22Deuxième action, tout aussi symbolique : assumer, au nom de l’administration à laquelle appartenait Prévost, les responsabilités auprès de la famille de la victime. Le Préfet de police Andrieux "parfait de correction" fit prendre à la charge de l’administration les frais d’obsèques et verser un secours de 2000 francs à la veuve 16.

23Cette contrition n’empêcha pas une tentative intéressante et originale de relation publique. La Préfecture de police, consciente des dégâts qu’une telle affaire pouvait provoquer en termes d’image et de réputation, tenta de retourner du mieux qu’elle put la situation. Pour ce faire, elle mit en place une politique audacieuse de communication et d’auto-promotion en deux temps.

  • 17 Par exemple le Gaulois du 14 septembre évoque l’indignation spontanée du corps des gardiens de la p (...)
  • 18 Le Soir dément, le 22 septembre, "le bruit d’après lequel plusieurs gardiens de la paix auraient do (...)
  • 19 L. Hamon, op. cit., p. 117.

24Premier temps : les quelques journaux encore favorables à la Préfecture laissèrent courir des bruits de découragement et de démission : de nombreux gardiens de la paix, accablés par un sentiment de honte et poussés par leur sens de l’honneur, songeaient à démissionner pour ne pas avoir à supporter le poids de la honte et du désaveu public 17. Deuxième temps : on affirme que ce sentiment de honte et de culpabilité collective va en réalité rendre la police encore meilleure et plus dévouée. En fin de compte, c’est le public qui va profiter de cette réaction : les gardiens de la paix auront à cœur de se sacrifier avec davantage encore d’abnégation à la chose publique pour faire oublier ce crime commis par l’un des leurs et effacer cette tache sur leur uniforme 18. "C’était un grand malheur, mais le forfait d’un scélérat ne saurait entacher l’honneur du corps auquel il se trouve appartenir ... Nous devons tous, à partir d’aujourd’hui, redoubler d’ardeur à bien faire, payer de nos personnes plus qu’auparavant si c’est possible, courir au devant du danger ... n’avoir plus qu’une idée : le sacrifice de nos existences à la chose publique ... Forçons la sympathie et l’estime par un dévouement sans borne à l’intérêt commun 19."

  • 20 Macé rapporte ses remords : "que doivent penser de moi les braves gens dont j’ai été le collègue. J (...)

25Ajoutons que l’attitude même de Prévost, accablé par la conséquence de ses crimes pour l’administration et sur la réputation de ses collègues, mit une bonne volonté indéniable au service de cette politique 20.

Métonymies, synecdoques, antonomases et autres tropes

26Le cas de Prévost le gardien de la paix assassin tomba peu à peu dans l’oubli. Il semble bien constituer un de ces "petits faits" auxquels s’il faut en croire Valéry se résumerait toute la science historique. Il n’est pourtant plus besoin, après Carlo Ginzburg, de rappeler tout l’intérêt de la micro-histoire pour une connaissance historique qui, par nature, est "indirecte, indicielle et conjecturale".

27L’affaire Prévost illustre de façon inattendue et spectaculaire quelques uns des problèmes qu’une démocratie doit résoudre pour définir et gérer une institution rien moins que républicaine ; elle est exemplaire en ce qu’elle cristallise les préoccupations et obsessions d’une époque fascinée par le crime et les criminels et qu’elle donne à voir les rapports étroits que la presse noue alors avec le crime et son récit ; enfin, les études anthropologiques auxquelles le cas du gardien de la paix assassin donna lieu éclairent les racines d’un discours scientifique aux origines d’une révolution épistémologique.

L’encre et le sang 21

  • 21 Pour reprendre la belle formule de Dominique Kalifa qui a publié sous ce titre, l’essentiel d’une t (...)
  • 22 Macé, op. cit., p. 115.

28Prévost qui appartient à la fois à la catégorie des "assassins dépeceurs" et à celle des "policiers criminels", rejoint la galerie des figures allégoriques du crime et contribua à développer les peurs fantasmatiques d’une fin de siècle fascinée et effrayée par la redondance du fait criminel. Au même titre que Troppman, Pranzini ou Soleillant, il incarne à merveille cette "marée criminelle qui montait toujours en faisant reculer de plus d’un siècle le progrès de la civilisation 22."

  • 23 Après Billoir 1876, Louchard 1877, Maria Boyer et Léon Vitalis 1877, Barré et Lebiez 1878, Chimerti (...)
  • 24 Après le sergent de ville Regey en 1832 et l’agent des brigades de recherches politiques Beauvoir d (...)

29Le meurtre du courtier Lenoble est le 23e assassinat d’une année qui en comptera 37... c’est le 7e cas de meurtre avec dépeçage en 3 ans 23, le 3e cas attesté de policier assassin-dépeceur 24. L’affaire Prévost marque avec éclat les noces de la presse et du crime, de "l’encre et du sang"

  • 25 Numéro du 6 octobre.

30Notons que si depuis longtemps déjà le sang fait vendre, l’affaire ne fait pas encore les gros titres, ni même la une des journaux. En revanche, on y insiste beaucoup sur l’horreur du crime qui transparaît certes dans ses détails réels ou supposés, mais d’abord dans le ton, le vocabulaire, les titres -"le gardien de la paix assassin, découverte d’une nouvelle tête, les aveux de Prévost, le boucher de la Chapelle..." La personnalité de l’assassin et ses fonctions déchaînent la presse contre celui que la Lanterne n’hésite pas à qualifier de "fauve 25".

31Une lecture exhaustive des relations de l’affaire dans la presse recoupe la typologie mise au jour par D. Kalifa. Tout y est : la description des lieux du crime, le guet-apens, le mode opératoire du meurtrier, l’arme peu banale du crime -une "boucle de tender" qui provoquera de nombreuses précisions techniques et descriptions-, la technique et les outils du dépeçage, le menu du repas pris chez un marchand de vin par l’assassin après son crime, la dispersion des colis de chair humaine.

  • 26 L’un deux a loué le matériel d’un joueur d’orgue de barbarie et accompagne toutes les investigation (...)

32La relation de l’affaire permet de suivre les prémices des "riches heures du reportage criminel". Si la plupart des journaux s’en tiennent aux séquences-clés -le crime, le procès, l’exécution- qui caractérisent encore pour l’essentiel les relations traditionnelles des affaires criminelles, certains goûtent déjà aux délices de l’enquête et des spéculations. Avant que ne disparaissent définitivement vingt ans plus tard les cloisons entre fait-divers et reportage, quelques "reporters" se font enquêteurs. Les ancêtres de Rouletabille et de Juve rivalisent d’imagination et d’ingéniosité, usent de stratagèmes 26 pour visiter les lieux, connaître les détails, interroger les témoins, pister policiers et magistrats dans leurs investigations.

  • 27 Adèle Blondin s’appelle parfois Marguerite, son assassinat passe du dimanche au mardi-gras, la cham (...)
  • 28 Ce qui leur vaut parfois d’être épinglés par les collègues et surpris en flagrant délit d’affabulat (...)

33Mais il n’y a pas de réel souci de la vérité 27, payés à la ligne, stimulés par la concurrence entre les journaux, les faits-diversiers n’hésitent pas à inventer 28 : la scène des aveux de Prévost donne lieu à des reconstitutions multiples et variées ; la veuve Thiéry, le commissaire Lefébure, Macé le chef de la Sûreté, y jouent, selon les titres, des rôles plus ou moins essentiels, mais sensiblement différents.

  • 29 La presse a besoin de la police pour se tenir informée, les policiers ont besoin de la presse pour (...)
  • 30 D’après le chef de la sûreté parisienne, pour les 37 assassinats commis en 1879, 18 assassins ont é (...)
  • 31 Macé, op. cit., p. 116.

34Même si, dictée par des motifs professionnels 29, on perçoit déjà une complicité entre policiers et journalistes, les reportages sur le crime sont l’occasion de critiquer l’impuissance d’une police trop politique ou occupée à d’autres tâches pour résoudre les affaires criminelles et arrêter criminels et assassins 30. De ce point de vue, l’affaire Prévost tombait au plus mauvais moment pour une police qui tire prétexte des attaques dont elle est la cible pour expliquer son impuissance : "La cause de ce désordre moral aboutissant à l’extension de la criminalité réside dans le défaut de répression dû à l’impuissance de la police qu’une formidable campagne avait anéantie 31."

35Si la répression est énervée, si la police est désarmée, c’est la conséquence de la campagne menée contre la Préfecture de police et la désorganisation de la police qui en résulte.

La police en question

  • 32 Est-il besoin de préciser que bien avant NTM quelques refrains promettaient déjà de bien mauvais tr (...)
  • 33 Sur les images et représentations de la police, on nous permettra de renvoyer à nos articles : "Pol (...)
  • 34 Macé, op. cit., p. 185.

36Déjà détestée 32 pour ses méthodes, ses missions, sa brutalité, suspectée depuis Vidocq d’être composée de repris de justice, constamment dénoncée pour ses provocations et ses violences notamment sous le Second Empire 33, la police paya d’un lourd tribut les crimes de Prévost : "La canaille n’aime pas la police et cette fois elle avait la part belle ... et les gardiens de la paix au passé irréprochable, courbèrent la tête sous cette avalanche d’injures imméritées. Mais on avait le droit de se méfier d’eux en présence de ce représentant de la loi qui, ayant depuis 24 ans porté l’uniforme, rompt tout à coup avec les traditions de l’honneur et de l’humanité que lui imposait sa longue carrière militaire et civile 34."

37L’affaire Prévost met en lumière, de façon inattendue, les problèmes d’un régime républicain confronté, sans grande préparation ni réflexion préalables, à l’héritage encombrant constitué par une institution policière fortement marquée par ses origines napoléoniennes et l’usage qu’en avaient fait les régimes précédents. Faute d’expérience et de réelle réflexion théorique, armés du seul bagage des principes de 1789-90, les républicains arrivés aux affaires dans un contexte difficile, ont tout à inventer du rôle, de la place, des missions, des pratiques d’une police dans une démocratie, de ses rapports au politique, à la société, comme du recrutement, de la formation de policiers "républicains"

  • 35 Dans la nuit du 2 décembre 1851, lors du coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte, les commissaires (...)

38Les enjeux sont considérables, le nouveau régime en butte à l’hostilité déclarée de ses adversaires de droite comme de gauche peut tout craindre d’une institution dont les cadres ont joué le rôle que l’on sait dans le "crime" du deux décembre et dont les troupes sont constituées d’anciens serviteurs zélés ou de soldats de la période impériale ou de la "République des ducs" qui ont donné des preuves multiples de leur hostilité aux républicains 35.

  • 36 Sur ces différents problèmes et événements comme sur la chronologie de la crise qui marque l’existe (...)
  • 37 "Les révélations d’un ex-agent des mœurs", "Les lettres d’un médecin", parurent en octobre 1878, "L (...)
  • 38 Journal Officiel du 4 mars, p. 1644 sq : une opinion largement partagée, mais une illusion et une e (...)

39Ce furent l’existence, les pratiques du service des mœurs, la totale illégalité dans laquelle il opérait, l’arbitraire administratif de ses pratiques, les bavures et l’impunité de ses agents, qui fournirent la matière des premières attaques contre la Préfecture de police 36. Après une série d’articles très critiques de La Lanterne attribués à un "ex-agent des mœurs", un pseudo "vieux petit employé" désigne nommément à la vindicte publique un certain nombre de chefs de service 37. Le procès intenté au journal par le ministre de l’Intérieur aboutit certes à la condamnation de la Lanterne, mais démontra l’existence de pratiques -"ligotage", "passage au tabac", provocations et "montages" politiques- qui conduisirent le préfet à demander, en janvier 1879, une commission d’enquête dont le déroulement provoqua, le 3 mars, l’interpellation du gouvernement par Clemenceau qui posa clairement le problème de l’épuration d’un personnel rien moins que républicain : "Le personnel qui nous a été légué, dans les différentes administrations, par les gouvernements monarchiques qui se sont succédé dans ce pays, a besoin d’être remanié dans sa composition, remanié dans sa doctrine, remanié dans sa méthode d’action ... S’il y a une administration où cette nécessité de modifications profondes se fasse énergiquement sentir, c’est assurément la préfecture de police ... Cela est d’autant plus grave que dans la préfecture de police le personnel c’est la doctrine, le personnel c’est la méthode d’action 38."

40L’idéologie des personnels de la Préfecture de police fut donc -avec la police des mœurs- le prétexte des attaques de radicaux qui ne comprennent pas, qu’après la victoire républicaine qui a suivi la crise du 16 mai 1877, des hommes nommés sous l’Empire, qui doivent leur promotion à leur action contre les républicains sous l’Empire et sous le gouvernement de l’Ordre moral, restent en place et en fonction. Mais cette épuration n’avait guère de chance d’aboutir. En effet, les "républicains de gouvernement" n’ignorent pas que le régime est encore bien bien fragile. Dans ces conditions, il aurait été à la fois dangereux et bien naïf de supprimer un instrument si utile. C’est ainsi que la Préfecture de police subsista au prix de la mise à la retraite de quelques chefs de services trop marqués par leur zèle antirépublicain.

  • 39 Interpellation Engelhard, le 1er février 1879 au conseil municipal.

41Il n’en demeure pas moins que la Préfecture subit alors un siège en règle dont certains arguments -"Comment pourrions-nous admettre que les préposés à la sûreté publique, les gardiens de la morale, les auxiliaires de la justice, donnent eux-mêmes l’exemple des attentats à la liberté individuelle, de l’immoralité et de l’arbitraire ? Oui il faut que votre administration soit épurée, que les abus soient extirpés, que les malhonnêtes soient chassés, que les coupables soient punis ... il faut que les abus soient poursuivis, que le personnel de l’Empire soit remplacé, que les institutions démocratiques soient fondées 39"- donnent une idée de l’émotion et de l’indignation suscitées quelques mois plus tard par la révélation des crimes de Prévost.

  • 40 "Ce fut une terrible secousse qui ébranla de nouveau la police toute entière." (Macé, op. cit., p.  (...)
  • 41 Cf Baruch Gourden Jean-Michel, "La police et le commerce ambulant à Paris au XIXe siècle", Paris Cr (...)
  • 42 La Lanterne du 6 octobre 1879.

42Dans un tel contexte, elle tombait au plus mauvais moment 40. Elle réactivait une des critiques les plus employées à l’encontre des pratiques liberticides du service des mœurs et des pouvoirs arbitraires conférés aux gardiens de la paix à l’encontre des mendiants, vagabonds, prostituées, marchands de quatre saisons 41. Prévost est un "assassin monstrueux", un "fauve", mais "le témoignage de cet agent de l’autorité suffisait pour conduire en prison des malheureux. 42"

  • 43 Sur ces questions, on nous permettra de renvoyer à nos ouvrages : Le préfet Lépine, aux origines de (...)

43L’affaire pose également de façon spectaculaire le problème du recrutement et de la formation des gardiens de la paix 43.

44Qui était Prévost, le "boucher de la Chapelle", le "gardien de la paix assassin" ?

45Victor-Joseph Prévost, né le 31 décembre 1836 à Mormont (Seine & Marne), fut d’abord apprenti boucher place Maubert, avant de s’engager en remplacement de son frère chargé de famille, le 11 avril 1855. Cuirassier, puis soldat de la Garde impériale, il participe à la campagne d’Italie. Libéré avec certificat de bonne conduite, en décembre 1861, il éprouve des difficultés d’adaptation à la vie civile et contracte un second engagement pour sept ans en octobre 1862. Sa médaille de la campagne d’Italie, sa prestance et son physique avantageux lui valent d’être muté, le 20 janvier 1866, dans l’escadron des Cent-gardes, corps d’élite affecté à la garde de l’Empereur et de sa famille aux Tuileries. Libéré avec un deuxième certificat de bonne conduite, le 14 avril 1869, après quatorze ans de vie militaire, il entre sur recommandation à la Police municipale de la Préfecture de police, le 30 juin 1869. Titularisé Sergent de Ville le 30 juin 1870, il est licencié -avec la totalité du corps- au lendemain de la révolution, le 10 septembre 1870 par Kératry le Préfet du 4 septembre. Incorporé le 8 novembre 1870, dans le corps des gardiens de la paix -un changement d’appellation destiné à passer à la postérité-, il gravit les différents échelons et ses appointements passent de 1200 francs à 1600 francs par an ce qui ne lui permet guère qu’une vie médiocre, en garnis, à peine éclairée par quatre congés en six années. Le service quotidien fondé sur un roulement horaire complexe qui multiplie les prises de service empêche toute vie normale et soumet le gardien de la paix à un dérèglement biologique permanent : il ne mange ni ne dort deux jours consécutifs aux mêmes horaires. Ces conditions de vie, ajoutées à un salaire plus que modeste et à des conditions de travail pénibles -rondes et plantons de nuit comme de jour et par tous les temps, été comme hiver-, expliquent les difficultés et la médiocrité d’un recrutement constitué pour l’essentiel d’anciens militaires.

46Prévost semble avoir été un soldat sans reproche, mais un gardien plus discuté alternant punitions -pour négligence dans le service le 18 septembre 1871, abandon de poste, le 11 octobre 1876-, et récompenses -gratification pour un acte de courage en 1875.

  • 44 Ses succès féminins, l’affolement des bonnes d’enfants que son physique avantageux trouble immanqua (...)

47Sa jeunesse et son apprentissage de boucher l’ont beaucoup marqué. Fasciné par le monde de la viande, du sang, des abattoirs, des tueurs, des équarrisseurs où sa force herculéenne, son énorme et insatiable appétit faisaient merveille, il aurait pu faire carrière entre Vaugirard et Maubert si son prestige auprès des femmes ne lui avait déjà valu de premiers déboires 44.

  • 45 Macé qui l’a connu dès les années soixante, le décrit : "bête et cynique", "lourdaud plein de vanit (...)
  • 46 . "Je me repens de ce que j’ai fait j’ai un remords qui me torture c’est celui d’avoir porter le no (...)
  • 47 Cf article cité de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1990/3, p. 398-428.

48A ces détails près -auxquels on doit encore ajouter une boulimie pathologique et une monomanie pour l’or et les bijoux qui ont frappé tous ses collègues-, Prévost était somme toute un gardien de la paix ordinaire et assez représentatif de ceux des débuts de la IIIe république. Ancien militaire, au "look" si particulier, vétéran des campagnes impériales, entré sans goût ni formation dans la police parisienne, d’une intelligence limitée 45, il ne lui manque pas même ce style amphigourique et l’orthographe approximative qui caractériseront longtemps les gardiens de la paix parisiens et qui font encore la joie des connaisseurs 46. C’est dans le but d’améliorer l’image de la police, donc celle du régime, de développer les qualités professionnelles et de "policer" la police parisienne qu’allait être créée quatre plus tard à la Préfecture de police la première école de gardiens de la paix 47.

Le criminel mis en pièces

49Au cimetière d’Ivry, la fosse prévue pour le corps du gardien de la paix guillotiné ne reçut que vingt litres de son mouillés de sang. A la suite de quoi, la bière fut rechargée dans le corbillard qui conduisit la dépouille de Prévost, la tête entre les jambes, jusqu’à l’amphithéâtre d’anatomie où le corps du gardien de la paix assassin fut livré au regard de la science. Une équipe de médecins dirigés par le docteur Robin allaient sonder le corps de Prévost pour comprendre et tenter d’identifier les stigmates du crime.

50L’image d’une quinzaine de médecins découpant, écorchant, sciant, dépeçant le corps de Prévost, outre la saisissante image qu’elle offre d’un dépeceur dépecé, éclaire symboliquement une période obsédée par la soif de comprendre et d’expliquer. La science doit permettre de reconnaître le criminel, donc d’éradiquer le crime.

  • 48 Mais on "épargna" à la tête de Prévost la transfusion de sang de chien et d’autres expériences dont (...)
  • 49 Docteur Paul Broca, Bulletin de la Société anthropologique de Paris, 4 mars 1880). Paul Broca, séna (...)

51Après une série d’expériences d’excitabilité à l’aide d’une pile électrique, d’insufflation des poumons, etc... 48, le cerveau du gardien de la paix fut confié au docteur Paul Broca qui en publia l’autopsie dans le Bulletin anthropologique du 4 mars 1880. A la suite d’un long développement de sa thèse favorite -le poids des cerveaux des criminels-, le chirurgien-sénateur concluait : "Prévost appartient à la catégorie des assassins intelligents dont le cerveau est ordinairement plus grand que la moyenne", non sans avoir décrit les développements irréguliers du lobe occipital présentés par un cerveau qu’il classait comme un cerveau typique d’assassin49.

52On reconnaît-là une des obsessions majeures de l’anthropologie criminelle naissante. La mise en pièces -au propre comme au figuré- du criminel doit aider à trancher la question du déterminisme criminel.

53Le criminel fascine c’est pourquoi il est méthodiquement mis en pièces et en fiches. Sa personnalité, son physique, son histoire, son psychisme son tempérament, son corps sont méticuleusement scrutés par des scientifiques -anthropologues, criminologues, juristes, pénalistes, philosophes, médecins...- qui tous cherchent à comprendre et expliquer le phénomène criminel, le passage à l’acte, afin de mieux le combattre et le prévenir. Ce souci de classer, comprendre, expliquer par le recours au discours scientifique et médical ne faisait que traduire les peurs, les obsessions, les espoirs d’une fin de siècle obsédée par le crime et sa récidive.

54Paru en 1876, l’Uomo delinquente de Cesare Lombroso, largement influencé par les thèses de Darwin, venait de poser comme principe que la cause profonde de la délinquance se trouve dans des anomalies physiques ou mentales. Restés en arrière de l’évolution, formant une race à part, les criminels seraient des "animaux humains d’une sorte particulière", des "criminels-nés" identifiables à des signes physiques ou psychiques parfaitement identifiables.

  • 50 voir sur ce site, M. Renneville, Le criminel-né : imposture ou réalité ?
  • 51 Voir sur ce site le sommaire du dossier consacré à cette revue

55Dès leur parution, les thèses lombrosiennes suscitèrent intérêt et controverses 50. La polémique se développa surtout à partir de la critique qu’en firent des médecins français groupés autour des Archives de l’Anthropologie criminelle 51, revue créée en 1886 par Alexandre Lacassagne. "L’école de Lyon", au contraire de Lombroso, allait insister sur l’influence du milieu social. Quoique prédisposé au crime par une instabilité cérébrale, le criminel est un individu normal sensible aux influences extérieures, notamment celles du milieu dans lequel il vit : l’oisiveté, la misère, la paresse, la contagion par l’exemple... jouent un rôle essentiel dans le passage à l’acte criminel.

  • 52 Prévost est le premier supplicié étudié par le docteur Belières qui conclut que "le cerveau de Prév (...)

56Si nous revenons au cas de Prévost, le problème consistait à savoir si les anomalies cérébrales trouvées sur son cerveau étaient antérieures ou postérieures à ses crimes. La réponse était capitale pour la querelle naissante puisqu’elle aurait permis de trancher entre déterminisme biologique et déterminisme social, entre responsabilité et folie 52 ? Prévost était-il un criminel d’habitude, d’occasion ou de profession ? Fut-il un meurtrier instinctif, aliéné ou passionnel ? Son cas relevait-il de la folie criminelle ou de la folie du criminel ?

  • 53 A ce sujet voir l’article de Pierre Karli cité dans la bibliographie.
  • 54 Sur ces questions on lira les travaux cités de Brodeur et surtout Peters.

57Illustrant à merveille les angoisses et les illusions d’une époque, la recherche prédictive allait s’avérer une veine féconde et une obsession riche d’une longue postérité jusqu’à l’avatar du "chromosome du crime" 53. Ce regard clinique porté sur le criminel, comme le discours médical sur le crime, étaient porteurs à terme d’un projet rationalisé d’assainissement de la société dont on connaît dérives et logiques extrêmes : mise en fiche et surveillance des catégories d’individus potentiellement dangereuses, eugénisme, lobotomie, stérilisation, élimination au nom de la protection de la race ou de la société 54...

  • 55 Cf B. Schnapper,"La récidive : une obsession créatrice au XIXe siècle", in Le récidivisme, PUF, 198 (...)
  • 56 Cf D. Kalifa, "Concept de défense sociale et analyse du fait délinquant dans la France du début du (...)

58L’affaire Prévost, outre un cas peu banal de crime commis par un de ceux qui sont chargés de le combattre, se trouve au centre de nombreux débats et questionnements qui vont passionner et déchirer cette fin de siècle : la récidive et comment la combattre 55 ? La science a-t-elle davantage profité au crime ou à la défense sociale 56 ? La peine de mort et sa remise en cause : le débat entre morticoles et abolitionnistes sur l’exemplarité de la peine, son efficacité dissuasive et celui sur la responsabilité.

59Elle constitue de ces divers points de vue un paradigme des angoisses et des interrogations d’une époque, elle s’inscrit de façon exemplaire dans ce que Carlo Ginzburg a désigné comme l’émergence silencieuse d’un modèle épistémologique. A ce titre, elle méritait de sortir de l’oubli.

Haut de page

Bibliographie

1. Sources

Les APP ont conservé le dossier personnel de Prévost (n° 26 712) et le carton B/A 887 ("exécutions des arrêts criminels") concerne Prévost, exécuté le 19 janvier 1880.

Belières (docteur), La peine de mort. Étude anthropologique basée sur l’examen du cerveau des criminels suppliciés, Paris, 1909, 36 p.

Hamon (Louis) (ancien officier de paix du quartier de la chapelle, supérieur hiérarchique du gardien de la paix Prévost), Police & criminalité, impressions d’un vieux policier. Paris, Flammarion, 1900, 455 p.

Lombroso (Cesare), L’homme criminel, trad. française de l’Uomo delinquente (Turin, 1876), Paris, Alcan, 1887.

Lombroso (Cesare), Le crime. Causes et remèdes, Schleicher, 1899

Macé (Gustave) (ancien chef du service de la Sûreté), Crimes passionnels. Un cent-garde, Paris, Charpentier, 1893, 292 p.

Moreau (l’abbé), Souvenirs de la petite et de la grande Roquette recueillis de différents côtés et mis en ordre par l’abbé Moreau successeur de l’abbé Crozes ancien aumônier de la Roquette, Paris, Rouff, 1884, 2 vol 414 et 510 p.

Raynaud (Ernest, ancien commissaire de police), Souvenirs de police. Au temps de Ravachol, Paris, Payot, 1923, 319 p.

Tarde (Gabriel), "Les transformations de l’impunité" in Lacassagne (Docteur Alexandre), Vacher l’éventreur et les crimes sadiques, Lyon, Stock, 1899, p. 167-184.

2. Travaux et études sur la police, la presse et le crime, la science et le crime

Berlière (Jean-Marc), La police des moeurs sous la IIIe république, Paris, le Seuil, 1992, 270 p.

Berlière (Jean-Marc), Le préfet Lépine. Vers la naissance de la police moderne, Paris, Denoël, 1993, XVI-278 p.

Berlière (Jean-Marc), "La professionnalisation : revendication des policiers et objectif des pouvoirs dans la première partie de la IIIe République", Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1990/3, p. 398-428.

Berlière (Jean-Marc), "L’impossible police parisienne ?", Politix n° 21, janvier 1993, p. 33-51.

Berlière (Jean-Marc), Le Crime de Soleilland, Les journalistes et l’assassin, Paris, Taillandier, 2004.

Brodeur (Jean-Paul), "La criminologie entre savoir et pouvoir", Autrement, n° 145, mai 1994, p. 101-119.

Darmon (Pierre), Médecins et assassins à la Belle Époque, Paris, le Seuil, 1989

Foucault (Michel), Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

Ginzburg (Carlo), "Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice", Le Débat, 1980, n° 6, p. 3-44.

Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, Récits de crimes dans la France de la Belle-Epoque (1894-1914), Fayard, 1995.

Kalifa (Dominique), "Crime, fait divers et culture populaire à la fin du xixe siècle, Genèses, n° 19, avril 1995, p. 68-82.

Kalifa (Dominique), "Concept de défense sociale et analyse du fait délinquant dans la France du début du xxe siècle", in B. Garnot (dir.), Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au xxe siècle, Dijon, EUD, 1994, p. 232-240

Kalifa (Dominique), "Insécurité et opinion publique en France au début du xxe siècle", Cahiers de la sécurité intérieure (Documentation française), n° 17, 3e trimestre 1994, p. 65-76.

Kaluszynski (Martine), La criminologie en mouvement, naissance et développement d’une science sociale en France à la fin du XIXe siècle. Autour des Archives d’anthropologie criminelle d’Alexandre Lacassagne, thèse d’histoire dactylographiée, Paris VII, 1989.

Kaluszynski (Martine), "Le criminel sous le regard du savant", Science ou Justice ?, Autrement, n° 145, mai 1994, p. 74-87.

Karli (Pierre), "Du criminel-né au chromosome du crime", Autrement, n° 145, mai 1994, p. 88-100.

Nye (Robert), Crime, madness and politics in modern France, Princeton New Jersey, Princeton University Press, 1984.

Peters (G.), Racismes et races, Lausanne, Editions d’en bas, 1986.

Renneville (Marc), Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie, Paris, Sanofi-Synthélabo, 2000.

Renneville (Marc), Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

Schnapper (Bernard),"La récidive : une obsession créatrice au xixe siècle", in Le récidivisme, PUF, 1983

Haut de page

Notes

1 Cet article a été publié une première fois dans B. Garnot (dir.), Juges, notaires et policiers délinquants, Dijon, EUD, 1997, p. 141-160.

2 Le pharmacien consulté constata le travail d’un professionnel : chirurgien ou boucher.

3 En réalité, un morceau, ramassé plus tôt dans la soirée et emporté par un chiffonnier pour être revendu à un boucher de la place Maubert, ne sera retrouvé que le lendemain.

4 Il prétend d’abord ne pas connaître la rue du Pré-Maudit qui figurait pourtant dans son îlot et affirme ne pas être sorti de chez lui la veille alors qu’à des collègues qui l’avaient rencontré, il avait prétexté un coup de main dans un déménagement pour expliquer son accoutrement inhabituel.

5 L’enquête démontrera que, depuis un mois, Prévost avait préparé dans son logement les instruments, les récipients et apporté l’eau nécessaire à sa besogne.

6 C’est une note du chef de la Police Municipale, Caubet, qui révèle aux journaux les aveux et l’identité de l’assassin : le gardien de la paix Prévost attaché au poste de l’Évangile dans le quartier de la Chapelle.

7 Cette ancienne domestique a hérité de 25 000 francs au décès de son maître ce qui lui assure une rente confortable et une aisance qui fait bien des envieux.

8 Officiellement chargées de la recherche des personnes disparues, ces brigades constituent en réalité, les services politiques de la Préfecture de police. Chargées sous le régime impérial de "travailler" les républicains, "sous la République, elles continuent leur ouvrage contre les antirépublicains ... Ce personnel habitué à ne rechercher que les opinions et les actes de la vie privée des gens considérés comme suspects, n’a pas toujours la patience voulue pour suivre dans toutes leurs phases les enquêtes souvent longues, peu lucratives, qui concernent les personnes disparues." (Macé, op. cit., p. 168)

9 La presse se déchaîna et l’opinion s’émut d’autant plus quand on découvrit que le crime et le dépeçage avaient été commis juste en face, porte à porte, du poste de police où les collègues de Prévost jouaient aux cartes ce dimanche tragique !

10 Même si Macé se fait l’écho des propos de Hyrvoix qui soupçonne fort Prévost -qui était alors Cent-garde au Palais des Tuileries- d’un crime commis à la fin du Second Empire sur la personne d’une de ses maîtresses disparue aussi soudainement et radicalement qu’Adèle Blondin dix ans plus tard.

11 Avocat général Lefebvre de Viefville, cité in Macé, op. cit., p. 245.

12 Selon Hamon, op. cit., p. 126 et divers autres témoignages concordants même si la lettre des propos du condamné varie de l’un à l’autre.

13 Citée par son officier de paix, in L. Hamon, op. cit., p. 126.

14 Conclusion d’une lettre à Louis Hamon, l’officier de paix en titre du 18e arrondissement en vacance au moment des faits, et dont il assurait l’interim. Cité par Hamon, op. cit., p. 116.

15 Le fait peut paraître symbolique, mais il permit dès lors d’éviter de présenter Prévost comme gardien de la paix. De fait, à son procès, la profession indiquée est celle d’"employé".

16 Il usa également de ses pouvoirs pour faire supprimer à la vente tous les exemplaires d’une publication comportant un dessin de la tête tranchée de Lenoble.

17 Par exemple le Gaulois du 14 septembre évoque l’indignation spontanée du corps des gardiens de la paix : le chef de la police municipale aurait reçu vingt lettres de démission, mais il précise que "ces démissions ne seront pas acceptées. Le corps des braves gardiens de la paix ne saurait être solidaire d’un crime aussi monstrueux et la forfaiture du misérable n’atteint que lui seul"

18 Le Soir dément, le 22 septembre, "le bruit d’après lequel plusieurs gardiens de la paix auraient donné leur démission à cause de cette affaire". Mais il ajoute : "Tout en étant très affectés du crime commis par un des leurs, les gardiens de la paix savent que leur honorabilité n’est pas atteinte par cette faute isolée et cherchent au contraire, par un redoublement de zèle, à effacer cette tache."

19 L. Hamon, op. cit., p. 117.

20 Macé rapporte ses remords : "que doivent penser de moi les braves gens dont j’ai été le collègue. J’ai déshonoré mon uniforme..." ; son obsession du suicide : "on ne dira pas qu’on a guillotiné un gardien de la paix, j’aurai à cœur d’en finir avant ." Ses propres lettres attestent de cet état d’esprit : "Je regrette d’avoir dans la haute administration dont je fesais parti fait une tache que les années seuls effaceront" (Victor-Joseph Prévost, "lettre à M. Massé (sic) chef de la Sûreté" datée du 9 octobre 1879 in Dossier personnel n° 26 712, APP. La graphie originale a été respectée comme dans toutes les citations figurant dans ce texte).

21 Pour reprendre la belle formule de Dominique Kalifa qui a publié sous ce titre, l’essentiel d’une thèse consacrée aux récits de crime à la Belle Époque et à laquelle nous nous permettons de renvoyer un lecteur curieux de tout ce qui touche à ces sujets.

22 Macé, op. cit., p. 115.

23 Après Billoir 1876, Louchard 1877, Maria Boyer et Léon Vitalis 1877, Barré et Lebiez 1878, Chimerti et Calvini 1878, Deboffe 1878, si nous en croyons l’ouvrage de G. Grison (journaliste au Figaro), Paris horrible, Paris original. Paris, Dentu, 1882, in-12, 334 p.

24 Après le sergent de ville Regey en 1832 et l’agent des brigades de recherches politiques Beauvoir dit "Voirbo" en 1869.

25 Numéro du 6 octobre.

26 L’un deux a loué le matériel d’un joueur d’orgue de barbarie et accompagne toutes les investigations policières de l’air des Cloches de Corneville.

27 Adèle Blondin s’appelle parfois Marguerite, son assassinat passe du dimanche au mardi-gras, la chambre du crime est tantôt recouverte de parquet, tantôt pavée de carreaux rouges, les morceaux du corps voient leur total varier entre 70 et 100, Prévost est né tantôt à Mormant, tantôt à Mornans ou encore à Mormont, etc...

28 Ce qui leur vaut parfois d’être épinglés par les collègues et surpris en flagrant délit d’affabulation. La Lanterne du 6 octobre cite, preuves à l’appui, des confrères "donnant libre cours à leur imagination".

29 La presse a besoin de la police pour se tenir informée, les policiers ont besoin de la presse pour leur publicité personnelle...

30 D’après le chef de la sûreté parisienne, pour les 37 assassinats commis en 1879, 18 assassins ont été arrêtés, 5 se sont suicidés, les autres sont restés inconnus (Macé, op. cit., p. 113)

31 Macé, op. cit., p. 116.

32 Est-il besoin de préciser que bien avant NTM quelques refrains promettaient déjà de bien mauvais traitements aux policiers : "A bas les vaches / A l’eau les sergots / Le quart d’œil à la lanterne / Saignons la rousse."

33 Sur les images et représentations de la police, on nous permettra de renvoyer à nos articles : "Police réelle et police fictive" (Romantisme, n° 79, 1er trimestre 1993, p. 73-90) et "Police et policiers français au prisme de la caricature : deux siècles de fantasmes", Jahrbuch für Europaïsche Verwaltungsgeschichte / Annuaire d’Histoire administrative européenne, n° 6, 1994, p. 125-148).

34 Macé, op. cit., p. 185.

35 Dans la nuit du 2 décembre 1851, lors du coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte, les commissaires de police de la Ville de Paris arrêtèrent les opposants dont ils n’ignoraient pas l’immunité parlementaire. Un seul commissaire refusa ces missions illégales.

36 Sur ces différents problèmes et événements comme sur la chronologie de la crise qui marque l’existence de la Préfecture de police en 1878-1881, on nous permettra de renvoyer à La police des mœurs sous la IIIe République (Seuil, 1992) et à l’article de Politix cité dans la bibliographie.

37 "Les révélations d’un ex-agent des mœurs", "Les lettres d’un médecin", parurent en octobre 1878, "Les lettres du vieux petit employé" du 13 décembre 1878 au 28 janvier 1879.

38 Journal Officiel du 4 mars, p. 1644 sq : une opinion largement partagée, mais une illusion et une erreur car s’il y a une institution où le personnel n’est pas la doctrine c’est bien la police. Ce ne sont pas les policiers qui font la police, mais bel et bien la police qui fait les policiers.

39 Interpellation Engelhard, le 1er février 1879 au conseil municipal.

40 "Ce fut une terrible secousse qui ébranla de nouveau la police toute entière." (Macé, op. cit., p. 120).

41 Cf Baruch Gourden Jean-Michel, "La police et le commerce ambulant à Paris au XIXe siècle", Paris Créaphis, Maintien de l’ordre et polices en Europe, XIXe et XXe siècles, 1987, p. 251-268 ; Borreil (Jacques), "Circulation et rassemblements" in Les Révoltes Logiques, 1978/7, p. 3-24 ; Faure (Alain), "Enfance ouvrière, enfance coupable" in Les Révoltes Logiques, 1980-81, n° 13.

42 La Lanterne du 6 octobre 1879.

43 Sur ces questions, on nous permettra de renvoyer à nos ouvrages : Le préfet Lépine, aux origines de la police moderne, Paris, Denoël, 1993 et Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996.

44 Ses succès féminins, l’affolement des bonnes d’enfants que son physique avantageux trouble immanquablement, la jalousie de ses collègues, sa négligence soudaine, amèneront son officier de paix à le retirer de la rue pour le mettre de service à la gare de marchandises des chemins de fer du Nord à la Chapelle.

45 Macé qui l’a connu dès les années soixante, le décrit : "bête et cynique", "lourdaud plein de vanité, incapable de soutenir la moindre conversation" (Macé, op. cit., 1893, p. 111-112).

46 . "Je me repens de ce que j’ai fait j’ai un remords qui me torture c’est celui d’avoir porter le nom de ma famille au plus bas degrès de l’échelle sosiale c’est à dire à l’échafaud" (Lettre à M. Massé du 9 octobre 1879 déjà citée).

47 Cf article cité de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1990/3, p. 398-428.

48 Mais on "épargna" à la tête de Prévost la transfusion de sang de chien et d’autres expériences dont le récit fait frémir comme cela fut réalisé quelques mois plus tard pour Ménesclou, un assassin sourd et idiot décapité le 7 septembre 1880.

49 Docteur Paul Broca, Bulletin de la Société anthropologique de Paris, 4 mars 1880). Paul Broca, sénateur, fondateur -avec Louis-Adolphe Bertillon de l’école d’anthropologie en 1859, président de la Société d’Anthropologie, directeur du Laboratoire d’Anthropologie est l’auteur d’une théorie sur la taille du cerveau (1861) qui eut de nombreux adeptes et dont son élève Gustave Le Bon tira des conclusions extrêmes. A leur sujet, on se reportera à l’article de Pierre Karli cité en bibliographie.

50 voir sur ce site, M. Renneville, Le criminel-né : imposture ou réalité ?

51 Voir sur ce site le sommaire du dossier consacré à cette revue

52 Prévost est le premier supplicié étudié par le docteur Belières qui conclut que "le cerveau de Prévost présente des anomalies morphologiques nombreuses et rares" (op. cit., p. 19-20) et affirme que de même que pour Menesclou, on a sans doute guillotiné un malade irresponsable.

53 A ce sujet voir l’article de Pierre Karli cité dans la bibliographie.

54 Sur ces questions on lira les travaux cités de Brodeur et surtout Peters.

55 Cf B. Schnapper,"La récidive : une obsession créatrice au XIXe siècle", in Le récidivisme, PUF, 1983.

56 Cf D. Kalifa, "Concept de défense sociale et analyse du fait délinquant dans la France du début du XXe siècle", in B. Garnot (dir.), Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au XXe siècle, Dijon, EUD, 1994, p. 232-240 et : "Insécurité et opinion publique en France au début du XXe siècle", Cahiers de la sécurité intérieure (Documentation française), n° 17, 3e trimestre 1994, p. 65-76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Berlière, « La cervelle du gardien de la paix », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/260

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Berlière

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, chercheur au CESDIP, Jean-Marc Berlière est spécialiste de l’histoire de l’institution et la société policières en France (XIXe et XXe siècles). Jean-Marc Berlière est membre du comité scientifique de Criminocorpus.  L’auteur et l’équipe de Criminocorpus tiennent à remercier Benoît Garnot pour l’autorisation de cette publication en ligne 1.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page