Navigation – Plan du site
2014

Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874)

Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 2012, 457 p.
Jean-Jacques Yvorel
Référence(s) :

Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874), Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 2012, 457 p.

Texte intégral

  • 1 Sur l’enquête voir Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L'enquête judiciaire (...)

1Bien qu’il ait tué à trois reprises, Poirier est un criminel assez ordinaire. Ce n’est ni un tueur en série dans le sens actuel de l’expression, ni un délinquant professionnel, bien qu’il commence sa « carrière » délinquante alors qu’il est encore mineur. C’est un voleur intermittent qui ne prépare pas ses méfaits avec beaucoup de soin. C’est d’ailleurs cet « amateurisme » qui le conduit au meurtre. Bref, nous sommes en face, comme le note Jean-Claude Farcy d’une « criminalité commune, ordinaire, associant atteintes aux biens et atteintes aux personnes ». Sans les errements de la justice, incapable de résoudre ses deux premiers crimes, Poirier, qui est loin d’avoir atteint à la célébrité d’un Landru, ne serait qu’une unité de plus dans la rubrique assassinat du Compte général de l’administration de la justice criminelle. C’est précisément cette banalité des crimes de Poirier, très représentatifs des assassinats associés au vol qui fait, avec les raisons pour lesquelles il échappe à tout soupçon lors des affaires de Les Courjartières et de Tournebride, tout l’intérêt de ces meurtres au bocage. L’affaire Poirier permet de mieux saisir à la fois le fonctionnement de l’enquête judiciaire1 et les modes de vie des habitants d’une petite région rurale.

2Jean-Claude Farcy commence par présenter le contexte géographique, social, culturel du Perche-Gouët au début des années 1870. Cette petite région, aux confins de la Sarthe, de l’Eure-et-Loir et du Loir-et-Cher est un pays de bocage et d’habitat dispersé. Ces caractéristiques du paysage « ont certainement facilité l’accomplissement des crimes en même temps que gêné la tâche de la justice par l’absence de témoins directs. » (p. 42). Presque uniquement voué à l’agriculture, le Perche est un pays de petite et moyenne culture. Si la fortune des fermiers locaux, à la tête de 30 ou 40 hectares, est loin de celle des grands propriétaires beaucerons, elle paraît très confortable aux yeux des journaliers ou des très petits propriétaires. À une époque où les banques ne sont guère utilisées dans les campagnes et alors que tout un chacun est témoin des ventes de récoltes ou de bestiaux lors des foires et des marchés, les supputations sur l’importance des « bas de laine » des ménages qui paraissent les plus aisés vont bon train. Dans cette société d’interconnaissance, les réputations se forgent facilement et les « fâcheries » familiales ou de voisinage sont connues de tout un chacun. L’étranger, lui, est souvent regardé avec suspicion. Aussi, dissensions familiales et crime de rodeur constituent les premières pistes explorées car les magistrats ne se déprennent guère des préjugés locaux. Enfin, il ne faut pas négliger l’impact de la guerre de 1870 et du passage des troupes prussiennes sur la criminalité. En effet, l’assassinat associé au vol, « devient plus fréquent dans le contexte de la guerre de 1870 et des années qui suivent. » (p. 82).

3Dans une seconde partie (Les deux premiers crimes : la justice en échec), l’auteur se penche sur les deux premiers crimes, celui de la ferme des Petites Courjartières survenu en octobre 1871 et celui de l’auberge de Tournebride advenu en janvier 1874. La propriétaire des Petites Courjartières, la veuve Lecomte qui cesse son activité, a vendu bêtes et matériel. Tout le monde sait donc qu’elle dispose d’une forte somme d’argent. Le soir de la vente, une amie, la veuve Riolet, reste dormir chez elle. Les deux femmes sont retrouvées mortes le lendemain, vraisemblablement tuées à l’aide d’une cognée retrouvée sur place. Le frère de la veuve Lecomte est en mauvais terme avec elle et il est très endetté. Les soupçons se portent immédiatement sur lui et il est incarcéré. Après trois mois de détention, il est libéré faute de preuve. La justice s’appuie alors sur les rumeurs pour mener quelques perquisitions et quelques interrogatoires, toujours en vain.

4En janvier 1874, la femme Bezard qui tient la modeste auberge de campagne de Tournebride, alors que son mari travaille pour le châtelain local, est retrouvée morte, le crâne fracassé. Le vol est le motif du crime. Seule différence avec le meurtre précédent, la présence d’un indice matériel censément exploitable : des empreintes de pas qui ont donné lieu à l’exécution d’un moulage. Les gendarmes partent donc sur la piste du porteur de ces chaussures. Après avoir vainement tenté un rapprochement avec des crimes semblables commis près de Limours, piste suggérée par le Figaro, on arrête force bohémiens, colporteurs, vagabonds et gens du pays mal famés. Ils sont tous disculpés par le dessin et les clous de leurs semelles et après vérification de leurs emplois du temps. La justice subit à l’auberge de Tournebride un second échec.

5C’est en analysant finement le travail de la justice que Jean-Claude Farcy nous permet de comprendre ce double échec. Il met à nu, en quelque quarante pages, les ressorts de l’enquête judiciaire. Il souligne le rôle des gendarmes, bons connaisseurs de leur environnement, mais par là-même, prompts à suivre les rumeurs et à se fier aux réputations construites localement. Il montre aussi une justice incapable d’exploiter les indices matériels. Les rapports des médecins légistes, au-delà de l’utilisation d’un vocabulaire savant, n’apportent rien de plus que les constats faits par les gendarmes ou les magistrats. Celui du docteur Hamel, commis pour le crime de Tournebride se trompe sur l’arme du crime et sur l’instantanéité de la mort. Les « experts » requis par l’instruction ne semblent même pas connaître les dernières techniques qui permettent d’identifier le sang. Bref, les investigations judiciaires dépendent avant tout des témoignages par essence aléatoires car, ainsi que le note l’auteur « le témoin rapporte ce qu’il a vu ou cru voir en fonction du contexte local […] et de sa perception des dangers susceptibles de le menacer » (p. 200-201). Cette dépendance « oriente l’enquête dans le sens souhaité par les habitants de la région » (p. 201) à savoir vers la mésentente familiale pour les Petites Courjartières, et vers la piste de l’étranger puis des gens du pays réputés malhonnêtes pour l’auberge de Tournebride.

6Pour que la justice parvienne à « La découverte de l’assassin » (titre de la troisième partie), il faut que Poirier commette un troisième crime crapuleux à la ferme de Tertre. Ce crime va émouvoir particulièrement les habitants du Perche-Gouët, car les victimes en sont une jeune fille de 15 ans et son frère âgé de 17 ans. (Certes ce dernier survivra, mais Poirier l’a bien laissé pour mort). Cette fois, le nom de Poirier qui n’avait été cité par aucun témoin lors des deux premières affaires, apparaît. Même si les gendarmes vérifient l’emploi du temps de quelques chemineaux et autres ouvriers forestiers, le juge d’instruction concentre les efforts des enquêteurs sur ce nouveau suspect qui fait rapidement figure de coupable. Il cherche à fuir pour se dérober à l’action de la justice mais une véritable chasse à l’homme à laquelle participe plusieurs centaines de personnes permet de se saisir de sa personne sans qu’il y ait de débordement. Si Poirier reconnaît le crime dès son arrestation, le magistrat instructeur doit encore reconstituer le déroulement des faits. Il croise les témoignages avec les différentes révélations issues des interrogatoires de l’assassin. La principale zone d’ombre du dossier concerne l’arme du crime. De quel instrument contondant s’agit-il et a-t-il été trouvé sur place ou apporté par Poirier ? « Dans ce travail de vérification, les témoignages ont manifestement été d’une plus grande utilité que les rapports médico-légaux qui, au contraire, ont plutôt apporté de la confusion sur la nature de l’instrument du crime. » (p. 258). C’est notamment grâce au témoignage tardif d’un enfant que notre criminel doit reconnaître qu’il a apporté l’arme avec lui d’où la préméditation. Ayant obtenu des aveux complets dans l’affaire de la ferme du Tertre, le juge Allaire qui instruit l’affaire, voit en Poirier l’auteur probable des crimes précédents. Il reprend les dossiers de Tournebride et des Courjardières dans ce sens et obtient rapidement, les 17 et 20 juin 1874, de nouveaux aveux de Poirier pour ces forfaits. Reste le problème d’éventuelles complicités. La justice soupçonne un temps sa femme qui fait un mois de prison. Elle s’intéresse ensuite à l’oncle de celle-ci, « moins pour ses relations avec Poirier qu’en raison de sa mauvaise réputation » (p. 275). Lui aussi est incarcéré durant un mois. Elle inquiète enfin un certain Louis Cuillerier « dont le seul tort est d’avoir épousé une sœur de Poirier » (p. 277), avant de conclure que le journalier a bien agi seul. Le 24 juillet l’affaire est renvoyée devant la cour d’assises de l’Eure-et-Loir.

  • 2 Jean Lebrun, « Cloîtrer et guérir. La colonie pénitentiaire de la Trappe, 1854-1880 », Michelle Per (...)
  • 3 Ronald Hubscher, Jean-Claude Farcy, La moisson des autres. Les salariés agricoles aux xixe et xxe s (...)

7La quatrième partie est consacrée au procès, à la condamnation et à l’exécution de Poirier. Jean-Claude Farcy commence par nous présenter « Les visages d’un criminel» et dresse un portrait de Poirier basé sur les pièces du dossier d’instruction. Il retrace « sa carrière criminelle bien remplie » avec une première arrestation à 15 ans pour vol suivie d’un séjour de cinq années à la colonie pénitentiaire pour mineur de la Grande Trappe2, une seconde arrestation, toujours pour vol, en 1870, qui se traduit par six mois de prison. Mais Poirier avoue aussi un vol de 800 francs chez un ancien employeur et divers petits larcins restés inconnus de la justice. Surtout cette « biographie » nous permet de saisir la vie d’un journalier car, si sans être un délinquant professionnel Poirier est bien un voleur d’habitude, un multirécidiviste dirait-on aujourd’hui, c’est aussi, tous les témoins en conviennent, un travailleur dur à la tâche. Il partage le sort de ceux qui récoltent La moisson des autres3 : multiplicité des emplois, précarité du revenu, manque d’argent permanent, dettes de nourriture et de logement. Le procès lui-même, que Jean-Claude Farcy « suit » dans la presse locale et nationale, va décevoir les médias, « le “monstre” dont les journaux brossent un portrait animalisé en début de chronique n’a pas été à la hauteur, comme si le véritable procès s’était tenu le 31 mai, au milieu de la foule accompagnant Poirier à l’interrogatoire et à la chambre de sûreté de la gendarmerie de La Bazoche.» (p. 336). De fait le procès est des plus ternes, Poirier avoue tout, « il est entré vaincu d’avance dans le box des accusés » (p. 355). Après l’évocation de la vie carcérale d’un condamné, Jean-Claude Farcy croise les témoignages sur la mise à mort de Poirier et souligne « un certain dégoût des élites face à un tel spectacle » (p. 354), voire une mise en cause de l’utilité de la peine capitale.

8Dans sa conclusion, Jean-Claude Farcy reprend les éléments marquant de sa minutieuse enquête. Il souligne que si Poirier a échappé à tous soupçons lors des deux premiers crimes c’est bien parce qu’il est un « Un homme du pays », un journalier laborieux, taciturne et peu liant certes, mais qui, malgré son passé trouble, n’a pas mauvaise réputation.

  • 4 Les paysans beaucerons au xixe siècle, Chartres, Société d’archéologie d’Eure-et-Loir, 1989, 2 tome (...)
  • 5 (Avec Benoît Garnot), Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et dé (...)
  • 6 Magistrats en majesté. Les discours de rentrée aux audiences solennelles des cours d’appel (xixe-xx(...)
  • 7 Histoire de la justice française de la révolution à nos jours. Trois décennies de recherches, Paris (...)
  • 8 Ces bases et instruments sont référencées et accessibles sur Criminocorpus.
  • 9 Notamment Les rapports des procureurs de la Cour d’appel de Dijon (décembre 1849-juillet 1870), Dij (...)

9Après une gigantesque fresque régionale « labroussienne »4, de vastes travaux socio-démographiques5, une étude sérielle des discours6, un bilan historiographique7, sans compter l’élaboration de multiples instruments de travail et autres de bases de données8, ou encore l’édition scientifique de textes9, Jean-Claude Farcy se livre à un exercice de micro-histoire. En entrant dans le détail de l’événement, il nous fait pénétrer au cœur même de l’enquête judiciaire, une enquête très largement tributaire des témoignages où la « vérité scientifique », celle des experts, ne vient guère conforter la vérité judiciaire. Cette contribution à l’histoire de la justice est aussi une contribution à l’histoire sociale et culturelle. Cette histoire singulière, cette étude de cas, nous permet, pour reprendre une expression de Carlos Ginzburg, de saisir « les relations complexes qui unissent un individu à un société donnée ». Elle nous donne à voir la vie d’un journalier avec une acuité particulière. Elle permet aussi, à travers l’analyse de l’action du magistrat de la « ville » et celle des comptes-rendus de la presse parisienne, de percevoir les liens qu’une « petite patrie » entretient avec les élites de la Nation. Bref, Meurtre au bocage est une contribution majeure à l’histoire du xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 Sur l’enquête voir Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L'enquête judiciaire en Europe au xixe siècle. Acteurs, imaginaires, pratiques, Paris, Créaphis, 2007, 385 p.

2 Jean Lebrun, « Cloîtrer et guérir. La colonie pénitentiaire de la Trappe, 1854-1880 », Michelle Perrot (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, Seuil, 1980, p. 236-276.

3 Ronald Hubscher, Jean-Claude Farcy, La moisson des autres. Les salariés agricoles aux xixe et xxe siècles, Paris, Créaphis, 1996, 363 p.

4 Les paysans beaucerons au xixe siècle, Chartres, Société d’archéologie d’Eure-et-Loir, 1989, 2 tomes, 1230 p.

5 (Avec Benoît Garnot), Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique. Eure-et-Loir, Paris, CNRS, 1990, 586 p. ; (avec Alain Faure), La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du xixe siècle, Paris, INED, 2003, 591 p.

6 Magistrats en majesté. Les discours de rentrée aux audiences solennelles des cours d’appel (xixe-xxe siècles), Paris, CNRS éditions, 1998, 793 p.

7 Histoire de la justice française de la révolution à nos jours. Trois décennies de recherches, Paris, PUF, 2001, 494 p.

8 Ces bases et instruments sont référencées et accessibles sur Criminocorpus.

9 Notamment Les rapports des procureurs de la Cour d’appel de Dijon (décembre 1849-juillet 1870), Dijon, EUD, 2003, 765 p. et sur Criminocorpus, Peine de mort. Édition des débats parlementaires de 1791, 1908 et 1981, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874) », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2627

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Historien, chercheur à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page