Navigation – Plan du site
2014

Anne Guérin, Prisonniers en révolte, quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980)

Marseille, Agone, 2013.
Jean Bérard
Référence(s) :

Anne Guérin, Prisonniers en révolte, quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980), Marseille, Agone, 2013.

Texte intégral

1Le livre d’Anne Guérin forme un ample récit des révoltes qui ont secoué les prisons dans la France des années 1970. Sa force est de solliciter le plus largement possible la parole de ceux qui ont vécu ces années singulières en détention et ont écrit, dans des tracts, des journaux, des livres pour dire ce qui leur semblait insupportable dans leur condition de prisonniers. En effet, alors que « les témoignages d’avant 1970 sont rares » (p. 18), les prisonniers militants d’après 68 ont abondamment raconté leur parcours, en prison et au-delà. Anne Guérin insiste sur l’intérêt de recueillir ces paroles souvent jugées « suspectes » (p. 41) même si elle regrette parfois que les prisonniers voient les choses « par le petit bout de la lorgnette » (p. 49). Des figures, qui structurent le propos du livre, incarnent les contestations de ces années : Serge Livrozet, Charlie Bauer, Roger Knobelspiess, Jacques Lesage de la Haye, ou Jacques Mesrine, qui chacun incarnent une ou plusieurs facettes des révoltes contre l’institution pénitentiaire : le fonctionnement de la prison dans une société capitaliste, la violence exercée contre ceux qui tentent de s’évader, les erreurs judiciaires, l’isolement et la frustration sexuelle ou les quartiers de haute sécurité. D’autres sont des anonymes qui, par exemple, rédigent des tracts ou écrivent au journal du Comité d’action des prisonniers.

2Le livre brosse le sombre tableau des conditions de détention des années 1960 : le froid (au quartier disciplinaire « la température serait descendue à -26°C à Toul en janvier 1968 » (p. 21)) et la faim, l’isolement et la violence disciplinaire subis des jeunes hommes des classes populaires, majoritairement condamnés pour des vols. « Plusieurs révoltes ont émaillé les années 1950 et 1960 », mais « les journaux n’en parlaient guère » (p. 17). Anne Guérin montre la double transition militante qui s’est opérée dans les premiers temps après mai 68 et a permis l’expression de ces dénonciations de l’ordre carcéral : de l’incarcération de militants d’extrême-gauche revendiquant le caractère politique de leur incarcération à la création d’un mouvement, le Groupe d’information sur les prisons (GIP), visant à rendre politique l’ensemble des questions liés à la détention ; puis de la création du GIP à l’émergence, par le Comité d’action des prisonniers (CAP) d’un mouvement des prisonniers eux-mêmes. Elle décrit les débats qui agitent les militants pour comprendre la position de classe des prisonniers : sont-ils des ouvriers, des sous-prolétaires, des voyous réactionnaires ?

3Ces débats sont rapidement dépassés parce que les prisonniers eux-mêmes deviennent des acteurs politiques, par le biais de nombreux mouvements de contestation. Ceux-ci dénoncent les conditions de détention, l’arbitraire pénitentiaire et les formes les plus violentes de la répression disciplinaire, notamment la contention (p. 111). Anne Guérin raconte comment, en 1971-1972, les « premières réformes » succèdent aux « premières révoltes ». En juillet 1971, un détenu de Lyon blesse mortellement un surveillant. En septembre, deux détenus de Clairvaux, Claude Buffet et Roger Bontems, tentent de s’évader en prenant en otage une infirmière et un surveillant qu’ils exécutent lorsque les forces de l’ordre donnent l’assaut. En décembre, le garde des Sceaux René Pleven décide la suppression des colis de Noël et provoque de nombreuses contestations. La plus forte est la révolte de la centrale de Toul. En janvier 1972, la révolte gagne la prison de Nancy, et en février, des mouvements de protestation ont lieu dans les prisons d’Amiens, de Lille et de Nîmes. Un vent de « panique » (p. 120) souffle à l’administration pénitentiaire et le garde des Sceaux, René Pleven est contraint à une réforme. Les réformes de l’automne 1972 visent à agir à la fois sur les conditions carcérales et sur la durée effective des peines. La durée maximum des punitions de cellule est réduite de moitié de 90 à 45 jours. La réforme contient des dispositions sur le courrier, l’accès aux informations, aux permissions de sortir et à la semi-liberté. La réduction de peine est instituée qui consiste à conférer au juge de l’application des peines le pouvoir de réduire, pour les peines égales ou supérieures à trois mois, la durée de l’incarcération de chaque condamné dans la limite de trois mois de réduction par année de détention et de sept jours par mois pour une incarcération de moins d’un an.

4Anne Guérin estime que ces réformes ne sont, à terme, pas négligeables mais elles sont emportées par le contexte de révolte. En 1973, des mouvements se déclenchent dans les prisons de Melun et à Lyon. Surtout, à l’été 1974, de nombreuses prisons entrent en révolte. Anne Guérin montre que le compte est difficile à faire, d’autant plus que les mouvements ont pris des formes diverses, des mutineries aux contestations résolues par la négociation. Il reste que, selon l’administration pénitentiaire elle-même, près de 90 mouvements se déroulent entre le 19 juillet et le 5 août. La presse réagit de manière diverse, parfois davantage selon la sensibilité des journalistes que selon la couleur politique des journaux. Ainsi, alors que « l’Humanité donne de la révolte de Clairvaux une vision purement préfectorale », Le Figaro est « plus nuancé » et « sympathise avec les détenus » (p. 150). Le Parisien libéré manifeste lui une « hostilité à toute épreuve » aux contestataires, titrant par exemple « Prisons : l’incroyable chienlit continue » (p. 150). Le livre raconte de manière détaillée les révoltes qui secouent les prisons de Clairvaux, Nîmes, Loos-lès-Lille, Muret « et quelques autres », ainsi que la violence de la répression. Il souligne la difficulté à connaître le nombre de morts : « l’administration pénitentiaire en recense 6 et la plupart des autres sources 7 ou 8 » (p. 187). Le chapitre « des prisons sans histoire » parle non pas des prisons où il ne se passe rien mais de celles marquées par d’autres formes de mobilisation : grèves du travail, refus de monter de la cour de promenade.

  • 1 Philippe Boucher, Le ghetto judiciaire, Paris, Grasset, 1978, p. 18.

5Cet ensemble de contestations produit un certain affolement du pouvoir (p. 195). Comme l’explique le journaliste Philippe Boucher, le garde des Sceaux « Jean Lecanuet cachait si peu le médiocre intérêt qu’il portait à ce poste qu’il paraissait s’en vanter. […] Lorsque éclata en juillet-août 1974 la révolte des prisons qui mit l’affolement dans l’État, il parut à ce point désorienté que les Sceaux fussent brûlants que le directeur de l’administration pénitentiaire lui lança à la figure qu’il serait bien venu de démissionner. Ce qu’il ne fit évidemment pas1 ». Du récit d’Anne Guérin ressortent par contraste les figures d’Hélène Dorlhac, secrétaire d’État à la condition pénitentiaire de 1974 à 1976 et de Jacques Mégret, directeur de l’administration pénitentiaire de 1974 à sa mort en 1975. Tous deux manifestent une volonté de transformation des règles pénitentiaires mais aussi du style de relation de l’administration avec les prisonniers. Ainsi Jacques Mégret écrit aux chefs d’établissement pour les inciter à passer du temps en détention pour dialoguer avec les prisonniers. Mais les réformes menées sont en réalité profondément ambivalentes. Anne Guérin montre le « double langage du pouvoir », c’est-à-dire de Valéry Giscard d’Estaing et de Michel Poniatowski, entre volonté de libéralisation et durcissement de la répression pénale. En effet, le tournant des années 1970 est marqué par l’émergence de l’insécurité comme question politique, de réformes visant à augmenter la sévérité pénale (loi sur les périodes de sûreté en 1978, loi « Sécurité et liberté » en 1981), et de la reprise de l’augmentation du nombre de prisonniers, de 27 100 au 1er janvier 1974 à 35 600 au 1er janvier 1980. Dans ce contexte, les centres de détention, prisons supposées incarner un nouveau régime de détention tourné vers la réinsertion voisinent avec les « QHS » de la « torture blanche » (p. 239) infligée aux prisonniers qui contestent l’ordre carcéral. Le livre décrit longuement la dureté et la violence de ces régimes de détention, qui symbolisent « la fin du discours libéral » et cristallisent les luttes des militants de la fin des années 1970.

  • 2 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 12.

6Dans ces années qui succèdent à la « charnière grinçante de la période où l’horizon d’attente qui était jusque-là l’utopie de l’espérance révolutionnaire et d’un avenir radieux, devient la crise économique et sociale, la lutte contre les suppressions d’emploi et le chômage de masse2 », le livre décrit « des lendemains qui ne chantent pas » (p. 225). Foucault expliquait aux débuts des années 1970 que les prisonniers ne pouvaient exprimer leur révolte que par le suicide ou l’évasion. Le moment des révoltes a formé un élargissement des registres d’expression du désespoir carcéral, qui, sans cela, retrouve les voies anciennes des suicides et tentatives de suicides, auto-mutilations, et grèves de la faim. En prison sans doute plus encore que dans d’autres milieux se lisent, même s’ils ne sont que des signes indirects, les indices de la souffrance de l’épuisement du temps des contestations collectives.

7La fin du livre qui fait basculer « d’hier à aujourd’hui » n’a pas une structure évidente, et fait se succéder un chapitre de réflexion sur « les corps prisonniers », un chapitre consacré aux femmes détenues et un entretien avec Henri Leclerc, avocat de nombreux militants des « années 68 » devenu, entre 1995 et 2000, président de la Ligue des droits de l’homme. Année Guérin souligne pour conclure que « dans un monde qui change à une vitesse vertigineuse, l’institution prison paraît ne pas changer, ou si peu » (p. 346) et pointe les contradictions auxquelles s’affrontent l’administration pénitentiaire (la volonté de réforme contre l’inertie de l’institution, la volonté de punir contre le « désir de sauver » etc.). Le livre se ferme par une perspective concrète de transformation possible, l’expérience singulière de la prison corse de Casabianda, « unique prison heureuse », « sans murs d’enceinte, sans barbelés, sans mitard, sans barreaux, avec un minimum de gardien », dans laquelle les détenus cultivent la terre ou élèvent des bêtes (p. 353).

  • 3 Pour une description de ces fonds, voir la page en ligne du site des archives du ministère de la Ju (...)

8Anne Guérin explique de manière très convaincante pourquoi il ne faut pas disqualifier la parole des prisonniers. Mais la place accordé à cette source par rapport à d’autres limite parfois la portée des analyses proposées. À la fin de son livre, Anne Guérin réfléchit sur l’administration pénitentiaire et reconnaît que, « attentifs aux prisonniers, nous avons jusqu’à présent négligé l’institution prison qui a la haute main sur leur destin carcéral ». Cette absence est d’autant plus regrettable que cette administration produit, comme toute administration, des archives souvent très riches d’informations. À titre d’exemple, tous les dossiers individuels (de 1950 à 1993) concernant les « DPS » (Détenus Particulièrement Signalés) ou détenus ayant pris part à des émeutes, grèves de la faim, etc., sont disponibles aux Archives nationales3.

9Le livre décrit également en s’appuyant sur des bases fragiles la transformation supposée des prisonniers eux-mêmes entre les années 1970 et les suivantes. Il s’appuie pour ce faire sur la notion de « déculpabilisation ». « Il était convenu, estime-t-il, depuis des siècles que le criminel ou délinquant était responsable de sa faute ». Or, « un renversement de cette idéologie déjà ébranlée avant Mai 68 se confirme au cours de la nouvelle décennie » (p. 67). Pour cette raison, « aucun de nos témoins ne paraît accablé de remords. Le couple crime-et-châtiment semble, chez eux, se dissocier » (p. 69). Pire encore, aujourd’hui « chez les jeunes délinquants de nos quartiers dits « sensibles » ; nombreux sont ceux qui se défaussent, devant le juge de leur responsabilité réelle ou supposée. On assiste alors à l’évaporation totale de la faute » au point qu’un « séjour en prison n’a plus rien d’infâmant » (p. 71). Cette description des « jeunes banlieusards acculturés » (p. 31) s’appuie sur des idées générales et discutables : « partout l’argent est roi », « le déclin de l’autorité parentale entraîne un brouillage des valeurs », la violence était dans les années 1970 « beaucoup plus rare qu’aujourd’hui chez les jeunes » (p. 65). Paradoxalement, Anne Guérin reconduit ainsi le mythe d’un âge durant lequel les voyous auraient assumés leurs actes et répugnés à l’usage d’une violence excessive, à l’inverse des délinquants jeunes violents et sans principes qui leur auraient succédé.

10Prisonniers en révolte constitue, comme le remarque Michelle Perrot dans sa préface, un livre-somme : somme des récits des révoltes, mais aussi somme des réflexions de l’auteure sur l’histoire et la situation actuelle des prisons, l’histoire des années 70, les transformations sociales plus larges intervenues depuis Mai 68. Cette dimension entraîne parfois le livre vers des formulations trop larges ou normatives et des analyses que le lecteur voudrait discuter, tempérer ou préciser, notamment par un recours plus systématique à l’histoire des « années 68 ». Mais ces traits sont sans doute solidaires d’une écriture qui manifeste un engagement fort et personnel dans la volonté de faire entendre la voix des prisonniers révoltés.

Haut de page

Notes

1 Philippe Boucher, Le ghetto judiciaire, Paris, Grasset, 1978, p. 18.

2 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 12.

3 Pour une description de ces fonds, voir la page en ligne du site des archives du ministère de la Justice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bérard, « Anne Guérin, Prisonniers en révolte, quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980) », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2014, mis en ligne le 14 janvier 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2630

Haut de page

Auteur

Jean Bérard

Ancien élève de l'ENS Lyon, agrégé et docteur en histoire, Jean Bérard est responsable des évaluations au Fonds d'expérimentation pour la jeunesse et chercheur associé au Centre de recherches historiques de l'Université Paris 8.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page