Navigation – Plan du site
2014

« Green eyes ». L'exécution des peines au féminin (1930-1960) : Sylvie Paul, délinquante récidiviste du XXe siècle

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

1Sylvie Paul a effectué un long parcours carcéral de l'âge de 17 ans à celui de 47 ans, soit de 1930 à 1960. Près de trente années à l’ombre de hauts murs, sous la surveillance de religieuses catholiques omniprésentes dans l’univers carcéral féminin : maisons de correction lorsqu’elle était mineure, maisons d’arrêt lorsqu’elle était en préventive ou subissait une courte peine, quartiers français et quartiers allemands de l’Occupation, prison militaire allemande du Cherche Midi, camps d’internement allemands de Romainville et de Compiègne, camps de concentration nazis de Ravensbrück et de Bergen-Belsen, caserne prison des Tourelles, maison centrale d’Haguenau. Ce brutal décompte passe sous silence les séjours répétés à la Petite Roquette ou à Fresnes dans l’école de préservation, puis dans le quartier des nourrices où elle mit au monde l’une de ses trois enfants.

Sylvie Paul, Détective du 24 septembre 1951

Sylvie Paul, Détective du 24 septembre 1951
  • 1 Roger Grenier, Dans le secret d’une photo, Paris, Gallimard, 2010, p. 93. Le chapitre qui concernai (...)

2Vagabonde, voleuse, entraîneuse, prostituée, « entôleuse », escroc, meurtrière, résistante, déportée, détenue ?... Les portraits sont brouillés, se contredisent, se superposent. Une constante cependant, la fascination que cette femme exerça sur tous ceux qui la rencontrèrent, recueillirent ses propos, assistèrent à ses procès, rédigèrent ses mémoires ou sa biographie. Ses yeux verts, son regard, sa beauté ont fasciné, troublé. Roger Grenier, l’un des derniers journalistes à l’avoir rencontrée, écrivait : « Sylvie Paul aurait été une criminelle des plus ordinaires si elle n’avait eu des yeux gris acier dont le regard tragique, même à travers les mauvaises photos des journaux, accrochait le lecteur1. »

  • 2 François Angelier et Stéphane Bou (dir.), Dictionnaire des assassins et des meurtriers, Paris, Calm (...)
  • 3 Simone France titrait un article de Détective, n°442 du 20 décembre 1954, où elle relatait le procè (...)
  • 4 Jean-Louis Bory, Fragile ou le panier d’œufs, Paris, Flammarion, 1950, 256 p. L’héroïne du roman, M (...)
  • 5 Sylvie Paul, Ne me jugez pas ! préface de Roger Grenier, Paris, Gallimard, collection L’Air du temp (...)
  • 6 Jean Prasteau, L’affaire Sylvie Paul, Paris, Fleuve Noir, collection Crime story, 1992, 222 p. Un c (...)

3L’affaire Sylvie Paul est aujourd’hui oubliée. Si Marie Lafarge, les sœurs Papin, Violette Nozière figurent dans le Dictionnaire des assassins et des meurtriers2, ce n’est pas le cas de Sylvie Paul. Son crime qui lui valut dix années de réclusion en 1954 fit les unes de la presse. Quelques titres méritent d’être cités : « La vie aventureuse de Sylvie la rebelle, meurtrière de Jeanne Perron » (Détective, 1er octobre 1951), « Je suis une femme damnée » (Détective, 20 décembre 1954), « Sylvie Paul la révoltée… » (Détective, 18 novembre 1960). Sa personnalité hors du commun3 retint l’attention d’écrivains talentueux comme Jean-Louis Bory4, prix Goncourt 1945, ou Roger Grenier5, journaliste et prolifique auteur de la maison Gallimard. Une biographie6 lui fut consacrée en 1992, ouvrage non dénué de qualités, centré sur le fait divers, mais évoquant la destinée d’une femme en amont et en aval de la Seconde Guerre mondiale, une vie « brutalisée » par la déportation à Ravensbrück puis à Bergen-Belsen.

  • 7 Simone France indiquait avoir rencontré Sylvie France en 1948 chez son avocate Simone Cornec. Elle (...)
  • 8 Anna Norris, L’écriture du défi, textes carcéraux féminins du XIXe et XXe siècles, Entre l’aiguille (...)
  • 9 Albertine Sarrazin, Journal de prison 1959, Paris, Éditions Sarrazin, 1972. Albertine Sarrazin, L’A (...)
  • 10 Nicole Gérard, Sept ans de pénitence, Paris, Robert Laffont, 1972.

4Sylvie Paul a beaucoup écrit, elle a rempli des feuillets que Détective publia en feuilleton fin 1954-début 1955 grâce à la journaliste Simone France7, et elle s’est livrée à des confidences durant vingt heures, enregistrées sur magnétophone par Roger Grenier, après sa sortie de prison. Elle n’a pourtant pas retenu l’attention d’Anna Norris dans son ouvrage L’écriture du défi : textes carcéraux féminins du XIXe et XXe siècles8, à l’instar d’autres femmes incarcérées comme Albertine Sarrazin9 ou Nicole Gérard10, deux auteures qui séjournèrent dans les mêmes geôles que Sylvie Paul. Réputée « mythomane » et « affabulatrice », Sylvie Paul fut toujours suspectée de prendre beaucoup de libertés avec la réalité des faits et ses notes furent toujours reprises, retravaillées par des professionnels de l’écriture.

5Sylvie Paul, gérante d’un modeste hôtel du XVe arrondissement, tua la propriétaire de cet établissement le 9 juin 1951 et emmura son cadavre dans la cave.

6Sylvie Paul fut condamnée à dix années de réclusion par les assises de la Seine en décembre 1954, après de brillantes plaidoiries de Simone Cornec et de René Floriot. Elle avait un passé ; un passé de misères, de répressions, d’emprisonnements, de tortures inadmissibles. Simone Cornec fit une plaidoirie de grande qualité :

« Cette accusée est accusatrice. Elle accuse la justice de l’avoir envoyée si jeune dans un véritable pourrissoir. Elle accuse ceux qui sont riches de l’avoir laissée mourir de faim pendant l’Occupation, elle accuse les hommes de s’être servis d’elle pour leur amusement et qui lui ont donné 3000 francs à son retour de déportation pour lui permettre de se refaire une vie nouvelle. Sylvie est la lame du glaive tranchant dans la chair du monde. »

7Le Procureur général n’avait réclamé que des travaux forcés à temps, écartant la préméditation et prenant en compte sa jeunesse meurtrie dans les maisons de correction et l’héroïsme au temps de la déportation. Au regard du verdict de l’époque relativement clément, il est indéniable que ces plaidoiries, insistant sur la malchance et l’excessive sévérité de la justice des mineurs, impressionnèrent favorablement les jurés. Cinq anciennes compagnes de prison et de déportation étaient venues témoigner du beau comportement de Sylvie Paul au Cherche-Midi et dans les camps de Ravensbrück et de Bergen-Belsen : Anise Postel-Vinay, Michèle Facq, Denise Ridal, la comtesse Elisabeth de la Panouse de la Bourdonnaye, Madeleine Laurent.

8Il n’est pas question ici de revenir sur le fait divers tragique de 1951. Bagarre entre femmes saoules, pour un mémorialiste ? Assassinat accompli avec la complicité de son amant, pour une chroniqueuse ? Colère et coups ayant entrainé la mort d’une amante délaissée, selon certains journaux ? Il y avait tous les ingrédients pour susciter de la copie, pour faire crépiter les flashs des photographes qui n’hésitèrent pas à pratiquer le « forcing » à son égard. En décembre 1954, lors du procès, ils furent remplacés par des dessinateurs portraitistes, car une loi du 6 décembre avait interdit la présence des photographes dans les prétoires.

  • 11 Sur la relégation, l’ouvrage précieux de Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité, Relégués au bagne de Gu (...)
  • 12 L’ancien « bataillonnaire », boxeur, truand, lié un temps à la Gestapo française, puis résistant, d (...)

9Nous souhaitons privilégier le long cheminement de cette femme au sein de l’univers pénitentiaire. En premier lieu, parce que tous ceux qui se risquèrent à comprendre sa personnalité complexe, ont insisté sur les effets de ses longs emprisonnements sur ses comportements délictueux. À son époque, la peine de la relégation, cette peine complémentaire perpétuelle à destination des récidivistes, n’était plus appliquée aux femmes11. Mais son profil ne s’apparente-t-il pas, dans une version féminine, aux principaux traits qui caractérisaient les récidivistes de l’autre sexe frappés de cette sanction ? En second lieu, parce qu’elle séjourna dans les principaux espaces carcéraux qui enfermèrent des femmes en France au XXe siècle. Sylvie Paul a offert, ponctuellement, dans ses nombreux écrits, quelques informations précieuses sur la vie quotidienne dans ces maisons. Enfin, cette délinquante a subi dans sa chair prisons et tortures pendant la Seconde Guerre mondiale. La voix des délinquants de droit commun, capables de résistance, de patriotisme, de courage et de solidarité12, broyés par la répression vichyssoise et nazie, est rare, méprisée, occultée. Suivre Sylvie Paul, de prisons en prisons, c’est aussi aborder les drames du milieu de ce siècle passé.

« Pourrie par les bagnes d’enfants13 »

  • 13 Détective, reportage de Claude Vallier, n°751, 18 novembre 1961.

10L’adolescence de Sylvie Paul se déroula dans les établissements correctionnels destinés aux mineurs de justice : prisons, patronages, écoles de préservation, maison correctionnelle. De dix-sept ans à vingt-et-un ans, âge de sa majorité civile, elle vécut aux côtés de jeunes délinquantes, sous la surveillance de religieuses et de gardiennes de prisons. Ce long parcours, de 1930 à 1934, au sein d’établissements à la discipline de plus en plus rigoureuse était la conséquence de ses fugues et évasions.

L’École de préservation de Fresnes

  • 14 Madeleine Jacob, À vous de juger, Strasbourg, Éditions Les yeux ouverts, 1962, p. 116.

11En 1930, elle est condamnée pour vagabondage, violation de domicile et vol. Elle s’était emparée de tout ce qu’elle avait pu sur le buffet d’une demeure à la fenêtre du rez-de-chaussée entrouverte. Sylvie Paul avait fugué de chez sa mère et elle affirma plus tard ne s’être nourrie que de sardines dans la cuisine d’une maison qu’elle croyait être habitée par une amie. Née en 1913 dans une famille ouvrière de la région parisienne, elle effectua sa scolarité primaire jusqu’au certificat d’études. Elle travailla ensuite dans une entreprise d’huiles et de savons, aux côtés de sa mère. Dans le récit publié en 1962, elle affirma que la misère régnait dans la maison délabrée de Maisons-Alfort où sa mère, séparée de son époux, élevait cinq enfants. Les enfants étaient corrigés à coups de nerf de bœuf : « À la maison, on nous envoyait voler. Et l’on nous battait si nous ne rapportions rien. Nous étions une famille de voleurs. » Un nouveau compagnon de sa mère, avec lequel elle ne s’entendait pas – entreprenant à son égard –, la pousse à quitter le foyer. Madeleine Jacob, dans sa chronique du procès de 1954, décrivait sa jeunesse : « Elle a été une gosse de la misère, livrée un peu à elle-même, entre des parents alcooliques. Sylvie et ses frères ont poussé comme des herbes folles. De mauvaises herbes. À onze ans elle faisait déjà des fugues14. »

  • 15 147 cellules selon d’autres sources.
  • 16 Ce quartier était encore appelé « quartier de transfèrement » en 1937. Voir la Notice sur les priso (...)
  • 17 Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre, Thèse de doctorat, Université de Poitiers, 2005. Élise Yvorel (...)

12Après son arrestation et à la suite d’une plainte du propriétaire, elle est conduite à l’École de préservation de Fresnes, titre donné au quartier cellulaire d’éducation correctionnelle en 1927. Ce quartier distinct de la grande détention des adultes, donc entièrement isolé de qu’il était coutume d’appeler le « Grand quartier » était situé à droite de la cour d’honneur. Il avait sa propre entrée et son propre chemin de ronde. 156 cellules15 y avaient été aménagées, initialement pour des condamnés aux travaux forcés, des réclusionnaires, des relégués en attente de transfert à Saint-Martin-de-Ré ou vers une maison centrale16. « Le quartier de transfèrement » fut désaffecté en 1902 et transformé en École de préservation pour jeunes filles. Près de 70 % des détenues sont des prévenues comme Sylvie Paul. D’autres attendent leur transfert vers un patronage ou vers les écoles de préservation de Doullens dans la Somme, de Cadillac en Gironde ou de Clermont-de-l’Oise dans l’Oise. En moyenne, l’effectif était d’une centaine de jeunes filles. En 1930, 551 détenues furent écrouées, parmi elles, 348 vagabondes. Si les gardiennes étaient appelées monitrices (au nombre de neuf en 1937, encadrées par une « première-maîtresse » et une « maîtresse »), si une ou deux institutrices étaient en poste puisqu’il existait une salle de classe, l’école de préservation ressemblait à une maison d’arrêt ordinaire, comme l’a montré Élise Yvorel17.

13C’était son premier séjour dans le vaste établissement ouvert en 1898, où l’Administration pénitentiaire s’efforçait d’appliquer un régime de séparation en vertu de la loi du 5 juin 1875 prescrivant l’application du régime cellulaire dans les prisons départementales : cellules individuelles, chapelle cellulaire, promenoirs individuels. La règle du silence était en vigueur comme dans toutes les prisons. Le décret du 19 janvier 1923 portant règlement d’administration publique sur le régime intérieur et l’organisation du travail dans les prisons affectées à l’emprisonnement individuel indiquait en son article 27 :

« Toute communication est, en principe, interdite aux détenus entre eux pendant toute la durée de leur emprisonnement, à quelque catégorie qu’ils appartiennent. En conséquence, le service doit être organisé de façon que les détenus ne puissent se voir ni se parler de cellule à cellule, soit à l’occasion de la circulation dans l’intérieur de la prison. »

  • 18 Béatrice Koeppel, « Femmes en prison sous la IIIème République », Sociétés et Représentations, n°3, (...)

14Sylvie Paul y revêtait donc une cagoule en toile de sac, en étamine, lors des déplacements et des promenades. Pour rompre l’isolement, les jeunes femmes s’échangeaient des billets clandestins, des biftons. Des consultations médicales systématiques avaient lieu. Sylvie Paul se plaignit d’y avoir perdu sa virginité. Le docteur Faivre s’efforçait de dépister les cas de syphilis, de blennorragies et de tuberculose chez les jeunes vagabondes prostituées, sujets de sa thèse publiée en 1931. Béatrice Koeppel a insisté sur la nouveauté des méthodes mises en place en 1930 à Fresnes à destination des mineures : examen médico-psychologique et social pour dépister les « tares », les effets sur les enfants des « familles socialement anormales », comme le disait l’inspecteur Armand Mossé, pour inventer des remèdes. On sélectionnait des monitrices en fonction de leurs qualités éducatives. Des institutrices et des assistantes sociales étaient présentes18.

15Le tribunal correctionnel décide son acquittement, comme ayant agi sans discernement en application de l’article 66 du Code pénal, mais elle n’est pas rendue à sa mère, présente lors de l’audience. Milieu familial trop pauvre et donc considéré comme inapproprié pour éduquer Sylvie Paul ? Refus de retourner chez sa mère ? Elle est confiée à un patronage de jeunes filles, pour y demeurer jusqu’à sa majorité. Armand Mossé, inspecteur général des services administratifs, avait offert en 1939 une synthèse très claire sur les pénalités applicables aux mineurs et sur les établissements où ils étaient dirigés :

  • 19 Armand Mossé, Les prisons et les institutions d’éducation corrective, Paris, Librairie du recueil S (...)

« D’après le système du Code pénal (article 66) la minorité pénale était fixée à seize ans (le 12 avril 1906, l’âge de la minorité fut élevé à dix-huit ans). Le tribunal pouvait alors, s’il s’agissait d’un mineur de seize ans (dix-huit ans), déclarer qu’il avait agi sans discernement et, dans ce cas, prononcer son acquittement, le remettre à ses parents ou décider son placement dans une maison de correction jusqu’à l’âge de vingt ans au plus (vingt-et-un ans depuis 1906). Si le mineur était considéré comme ayant agi avec discernement, il bénéficiait d’une excuse atténuante. Les peines encourues par lui étaient moindres que pour les adultes19. »

Le patronage d’Alençon

  • 20 Ministère de la Justice, Répertoire des œuvres privées habilitées à recevoir des mineurs délinquant (...)

16Elle est conduite à Alençon, dans l’une des institutions charitables reconnues d’utilité publique et agréées par les préfectures, en application d’un règlement de 1913. Elles étaient plus d’une centaine, offrant éducation morale, enseignement professionnel ou plaçant les jeunes chez des tierces personnes, le plus souvent des familles d’agriculteurs. La « Solitude des petits Châtelets », administrée par les sœurs de Marie-Joseph-du-Dorat, était « très en avance sur l’époque », selon Sylvie Paul. Il s’agissait d’un patronage fermé de filles, selon la nomenclature du ministère de la Justice20. C’était un établissement de grand effectif, à la discipline douce. La directrice était une psychologue passionnée d’éducation et elle avait transformé la vieille institution fondée en 1854. Elle souhaitait recréer une atmosphère aussi familiale que possible. L’établissement comprenait quatre pavillons. Les mineures étaient réparties en trois ateliers, après une sélection effectuée à partir de leur dossier et après un examen d’entrée. Un enseignement professionnel était organisé. Il portait sur la bonneterie, la lingerie, la coupe, l’enseignement ménager et la sténodactylographie. Durant neuf heures par semaine, les jeunes filles allaient en classe. La journée débutait à 6h15 pour s’achever à 21h. Le dimanche, des promenades étaient organisées à l’extérieur. Nous ne connaissons pas l’effectif en 1930. Il était de 160 jeunes filles en 1937 : 56 mineures de justice, 2 pupilles difficiles de l’Assistance publique, 5 pupilles de la nation, 38 jeunes filles confiées par leur famille, 35 orphelines et 24 mineures hébergées en application du décret du 30 octobre 1935 sur « le placement des mineurs qui n'ont ni travail, ni domicile, ou qui tirent leurs ressources de la débauche ou des métiers prohibés. »

  • 21 Michel Chauvière, Enfance inadaptée. L’héritage de Vichy, Paris, L’Harmattan, 2009.

17Sylvie Paul s’évade après quelques semaines en compagnie d’une autre pupille, prend le train pour Paris et se réfugie chez sa mère. Elle se fait embaucher chez une fabricante de parapluies. Arrêtée par un gendarme, elle est envoyée de nouveau à Fresnes, puis conduite dans une annexe du patronage, rue de Vaugirard, une maison tenue par les sœurs Marie-Joseph. Elle s’évade à nouveau, craignant des brimades à son retour à Alençon. Les sœurs isolaient en effet les « meneuses » de la masse des pupilles, les regroupaient pour tenter de leur insuffler l’idéal21 de cette congrégation qui, depuis le milieu du XIXe siècle, se consacrait à la garde de prisonnières.

L’École de préservation de Cadillac

18La décision est prise de la transférer dans l’école de préservation de Cadillac, à titre de sanction disciplinaire. Elle quittait le secteur privé de l’éducation correctionnelle pour les établissements publics qui recevaient les jeunes filles insubordonnées. L’école de préservation de Doullens avait été la première à ouvrir en 1895, suivie par Cadillac en 1905 et Clermont-de-l’Oise en 1908.

19Ce processus était également à l’œuvre chez les jeunes garçons indisciplinés ou fugueurs. Ils étaient exclus des patronages comme celui que gérait le juge Rollet dans le département de la Seine pour rejoindre les Maisons d’éducation surveillée publiques comme Aniane près de Montpellier ou Belle-Île-en-Mer dans le Morbihan, comme l’école de réforme de Saint-Hilaire dans la Vienne ou Saint-Maurice dans le Loir-et-Cher.

20L’École de préservation de Cadillac en Gironde occupait les locaux d’une ancienne maison centrale de femmes. Cette dernière avait été aménagée en 1818 dans les murs d’un ancien château du XVIe siècle. Elle fonctionna jusqu’en 1896. Le château était entouré d’un domaine de six hectares. Deux cents pupilles pouvaient être accueillies.

21Dans les combles du château des ducs d’Épernon, un dortoir cellulaire fut créé en 1914. Des « cages à poules » avaient été aménagées pour isoler les prisonnières les unes des autres pendant leur sommeil. Il s’agissait encore d’un prolongement de la loi de 1875 sur les régimes de séparation et une déclinaison « bricolée » de l’utopie punitive cellulaire. Sylvie Paul a évoqué la brutalité de certaines surveillantes, les coups donnés aux pensionnaires, les sévices cruels comme de barbouiller d’excréments le visage d’une pupille souffrant de colique. La jeune fille de Maisons-Alfort aurait été battue par la surveillante-chef et, revêtue de la camisole de force, envoyée plusieurs semaines dans l’un des cachots du sous-sol. Des ateliers occupaient les jeunes filles : couture, lingerie, tissage. Henri Danjou offrit une toute autre description de Cadillac aux lecteurs de Détective en 1931 :

  • 22 Henri Danjou, Les enfants du malheur, Paris, La manufacture des livres, 2012, p. 121.

« Toutes se levaient tôt, se couchaient tôt, travaillant cinq heures par jour aux ateliers, allant en classe, jouant dans les cours, se distrayant à la chorale, à la séance de gymnastique rythmique, ou dans les champs à l’époque de la fenaison et des vendanges22. »

22En effet, elles participaient aux vendanges de ce pays d’Entre-deux-mers. Sylvie Paul en profita pour s’évader. Elle fut reprise le soir même.

L’École de préservation correctionnelle de Clermont-de-l’Oise

  • 23 Élodie Seron, Le traitement des délinquantes mineures à l’école de préservation de Clermont de l’Oi (...)
  • 24 Henri Danjou a parfaitement décrit la population retenue à Clermont : « Le donjon de Clermont est l (...)

23Elle est transférée à Clermont-de-l’Oise, « le bagne » selon ses confessions de 1954, « l’enfer des enfers » dans le livre de 1962, et y demeure jusqu’à ses vingt et un ans, sa majorité civile. Elle ne recouvre donc la liberté qu’en 1934. L’administration pénitentiaire avait décidé la création de quartiers correctionnels pour les mineures condamnées à plus de deux années et pour les mineures insubordonnées des maisons de préservation. Un quartier fonctionna à Clermont-de-l’Oise en annexe de l’École de préservation et y reçut des indisciplinées, des fugueuses et des criminelles. Élodie Seron, dans un précieux mémoire de master23, a rappelé que la création des écoles de préservation ne pouvait être isolée de la politique de laïcisation de l’éducation correctionnelle des jeunes filles, politique de la IIIe République ayant entraîné de nombreuses fermetures d’établissements congréganistes. Par ailleurs, la loi du 12 avril 1906 avait élevé la minorité pénale de seize à dix-huit ans. L’arrivée dans des établissements prévus pour des enfants de grandes adolescentes suscita des troubles, comme à l’atelier refuge de Rouen où de jeunes prostituées se révoltèrent contre les sœurs. Ce fut, selon la dénomination en vigueur depuis 1927 une Maison correctionnelle. Les garçons au profil comparable étaient acheminés dans la maison correctionnelle d’Eysses24. Clermont était une véritable prison, installée dans les locaux d’une ancienne maison centrale de femmes. Du château des comtes de Clermont ne subsistait qu’un triste donjon, des bâtiments avaient été ajoutés à l’époque de la prison d’adultes. Il n’y avait pas de terrain de culture. Henri Danjou a offert un tableau du lieu aux débuts des années trente :

  • 25 Henri Danjou, op. cit., p. 67.

« Les murailles du vieux château n’ont rien abandonné de leur caractère menaçant. J’étais écrasé sous leur poids en arrivant à la grille. Mon émotion fut plus forte encore quand, parvenu au cœur e la forteresse, j’embrassai du regard les différents quartiers. À droite, à gauche, partout, des pierres et des grilles séparent du monde deux cents filles. La disposition même des lieux frappe l’esprit. Tous les bâtiments du pénitencier sont accroupis au pied du donjon, comme des vassaux devant leur suzerain. Le donjon de Clermont est impressionnant comme une tour de Babel. Le fer et la pierre s’y conjuguent, jusqu’au milieu du ciel. La lettre C., qui en creuse la voûte, fait penser au mot crime ! Je compris pourquoi les filles du malheur n’entendent jamais prononcer le nom de la tour sans manifester de l’effroi25. »

24Trois cents places étaient disponibles, – les criminelles étaient logées dans le donjon, les insubordonnées dans un dortoir muni de « cages à poules » – mais à la fin des années trente, les jeunes filles n’étaient que vingt-deux. Elles portaient un uniforme, une robe de laine grise, étaient chaussées de sabots.

25Dans ses mémoires Sylvie Paul évoque le « froid pénitentiaire », le chauffage presque inexistant à l’exception des ateliers, les filles malades de la tuberculose, mal nourries et mal habillées. Là aussi, des « cages à poules » avaient été aménagées dans les dortoirs, des boxes avec pour tout mobilier un lit étroit, un vase de nuit sans couvercle et une tablette sur laquelle elles posaient une cuvette d’eau. Les portes grillagées dans la partie supérieure permettaient la surveillance, interdisaient toute intimité. Les murs étaient recouverts de coaltar dont l’odeur imprégnait la nourriture. La mortalité était particulièrement élevée. Les châtiments disciplinaires étaient très durs. On y recourait également à la camisole de force. Sylvie Paul a laissé un témoignage précieux sur la manière dont on appliquait ce châtiment :

  • 26 Sylvie Paul, Ne me jugez pas !, Paris, Gallimard, 1962, p. 34.

« Il y avait aussi quelque chose de terrible, beaucoup plus terrible qu’à Cadillac : la camisole de force. La camisole de force, on l’employait à Cadillac, mais tout de même pas de cette façon. Au lieu de nous mettre la camisole de force de la façon normale, c’est-à-dire en enfilant les bras dans les manches de la camisole, qui se trouve close aux extrémités, puis de les maintenir par l’espèce de crochet qui se trouve devant, à Clermont, on nous mettait les bras en “aile de pigeon”. Le bras droit était croisé dans le dos, on le faisait passer sur l’épaule gauche, et il descendait très loin devant, presque à la naissance la poitrine. Pour l’autre bras, on en faisait autant dans le sens contraire26. »

26Élodie Seron cite le rapport du docteur Yvonne André, médecin des asiles, en poste à Clermont de 1936 à 1937. Le médecin confirme le témoignage de Sylvie Paul : elle dénombrait 30 % de tuberculeuses, déplorait l’usage de la camisole et indiquait prudemment qu’on ne pouvait pas dire que « l’état sanitaire était bon ». Des classes étaient organisées. La jeune détenue y apprit des rudiments d’allemand et passa le brevet simple avec mention.

27Lorsque Sylvie Paul quitta l’établissement en 1934, une mutinerie éclata à Clermont. Etait-elle encore présente ? Élodie Seron a reproduit un article de l’Œuvre du 14 novembre 1934 dont des extraits méritent d’être reproduits, car ils évoquent le climat de violence au sein de cet établissement disciplinaire :

« La colonie pénitentiaire de Clermont est un petit bagne pour les filles qui n’a rien à envier aux aménagements cellulaires de la trop fameuse maison correctionnelle d’Eysses. Elle détient, dans un mélange vraiment ahurissant, de véritables petites criminelles et de pauvres filles qui n’ont commis aucun délit. Obsédées par un régime déprimant, les détenues de Clermont ont essayé, il y a quelques jours, de se révolter en masse. Elles ont brisé les portes de leurs cellules, délivré celles qui étaient en cachot, molesté leurs gardes chiourme femmes, tandis que des hymnes révolutionnaires s’élevaient de tous les coins de la colonie. Pendant trois heures les détenues sont restées maîtresses de la maison de Clermont, sans réussir toutefois à s’évader, et il a fallu l’intervention de la force publique pour les maîtriser. Inutile de parler ici de la répression immédiatement exercée sur les révoltés. Le nerf de bœuf est aussi bien en usage à Clermont qu’à Belle-Isle. […] »

  • 27 Alexis Danan, L’épée du scandale, Trente ans au service des enfants perdus, Paris, Robert Laffont, (...)
  • 28 Revue d’Histoire de l’Enfance irrégulière (RHEI), Les « bagnes d’enfants » en question, campagnes m (...)
  • 29 René Biard, Bagnards en culottes courtes, Paris, La Table ronde, 1968.
  • 30 Paul Dellapina, Cambrioles, Paris, Fayard, 1972.
  • 31 René Girier, Chienne de vie, Givors, Robert Martel, 1952.
  • 32 Auguste Le Breton, Les Hauts murs, Paris, éditions du Rocher, 1998.
  • 33 Bernard Madeleine, Monsieur Madeleine, Paris, Editions du Rocher, 2000.
  • 34 Claude Charmes, Le Maximum, Paris, Stock, 1974.
  • 35 Jacques Bourquin, « René Biard, Claude Charmes, Deux “enfants de justice” pendant la guerre », Revu (...)

28Les régimes disciplinaires en vigueur dans les maisons de correction des années trente furent vivement dénoncés dans des campagnes de presse, notamment grâce aux articles d’Alexis Danan27. Il y fut principalement question des établissements pour les jeunes garçons28. L’itinéraire de Sylvie Paul, du patronage à la maison de correction disciplinaire, plus tard de la prison à la maison centrale, n’est pas sans rappeler les cheminements d’un certain nombre de gangsters de l’après-guerre. Il ont connu, eux aussi, la progression dans les rigueurs, au point d’aboutir dans la sinistre maison de correction d’Eysses. Là, ils retrouvaient les plus durs de tous les établissements de France, subissaient le caïdat, s’initiaient à toutes les formes de délinquance. Les séjours ultérieurs en prison, puis aux bat’ d’Af’ couronnaient l’apprentissage préalable à l’entrée dans la carrière criminelle. Véritables pourrissoirs, les établissements de correction, qu’ils soient privés ou publics, ont alimenté une véritable filière de criminels, de récidivistes ; filière qu’avait bien analysé le psychiatre lillois Vullien à la fin des années quarante lorsqu’il prenait en charge des récidivistes relégués. La destinée de Sylvie Paul doit donc être mise en parallèle avec celles de René Biard29, de Paul Dellapina30, d’Albertine Sarrazin, de Jo Attia, de René Girier31, d’Auguste Le Breton32, de Bernard Madeleine33, de Claude Charmes34…. Qui, tous, alimentèrent les gazettes de faits divers de l’après-guerre, mais qui, tous également, furent maltraités durant leur enfance et leur adolescence dans des établissements correctionnels35.

Sylvie Paul, Détective du 20 décembre 1954

Sylvie Paul, Détective du 20 décembre 1954

Premières prisons d’adultes

  • 36 Détective, n°444, 3 janvier 1955, Sylvie Paul, « Je suis une femme damnée ».
  • 37 Dominique Dessertine, « Les tribunaux face aux violences sur les enfants sous la Troisième Républiq (...)

29En 1935, Sylvie Paul fut condamnée à treize mois de prison pour coups et sévices à enfant de moins de six ans. Elle fit appel de cette sanction et se vit infliger quinze mois de prison. Son casier judicaire s’ornait donc d’une première mention, infamante aux yeux de l’opinion publique, et parmi les femmes emprisonnées. Un casier judiciaire de « mauvaise fille36 », écrira-t-elle en 1954. Quinze mois de prison prononcés par un tribunal correctionnel était un châtiment très sévère durant la IIIe République. Ce que Dominique Dessertine a montré, dans un bel article sur les tribunaux face aux violences sur les enfants. Le régime s’était doté d’une législation pour protéger l’enfance, notamment la loi de 1898 sur la « répression des violences, voies de fait, actes de cruauté et attentats commis envers les enfants ». Mais les tribunaux correctionnels ne se prononçaient que rarement en ces matières. La loi de 1898 semblant rester lettre morte. Si on peut constater une sensibilité croissante aux coups donnés à des enfants durant les années vingt et trente, il n’en demeure pas moins que les cas examinés par les tribunaux sont rares. Dominique Dessertine ajoute que les condamnations sont d’une grande légèreté par rapport au texte de la loi de 1898 : des amendes, quelques mois de prison avec sursis, de rares peines de prison ferme37.

30Sylvie Paul a prétendu qu’elle s’était dénoncée en lieu et place de son compagnon de l’époque, version reprise dans la biographie de Jean Prasteau. Proxénète, il aurait risqué une lourde peine au vu de ses activités illégales. La petite victime était sa fille. Une institutrice avait remarqué des traces de coups et signalé le cas à la police. Elle risquait d’être confiée à l’Assistance publique, car sa mère avait succombé à la tuberculose. Aux yeux des juges, Sylvie Paul était une marâtre violente, au passé sulfureux puisque ancienne pensionnaire des établissements correctionnels.

  • 38 Héloïse Vimont, Saint-Lazare, prison de femmes à Paris, Imaginaire carcéral et imaginaire social (1 (...)

31Elle fut incarcérée dans la prison parisienne de la Petite Roquette, puis quelques mois dans la maison centrale d’Haguenau. Peut-être y croisa-t-elle la parricide Violette Nozière, condamnée à la peine de mort en 1934, peine commuée en réclusion à perpétuité en décembre 1934 ? La Petite Roquette avait remplacé la prison Saint-Lazare, si chère aux philanthropes de la Restauration, mais trop vétuste. Un décret du 28 avril 1934 avait désaffecté Saint-Lazare comme établissement pénitentiaire. Depuis 1926, elle ne contenait plus que des prévenues et des accusées38. La construction de la Petite Roquette avait été achevée en 1832. Des ailes cellulaires rejoignaient une tour centrale. La prison disposait d’environ 500 places. Très vite on y installa des garçons mineurs de justice et pendant quelques années on s’efforça d’y appliquer le régime philadelphien d’isolement de jour et de nuit. Des sœurs de la congrégation Marie-Joseph s’occupaient des détenues. Comme elle avait été condamnée à plus d’un an et un jour d’emprisonnement, elle fut ensuite transférée à Haguenau dans le Bas-Rhin, l’une des deux maisons centrales de femmes avec Rennes. On y incarcérait indistinctement des femmes condamnées à l’emprisonnement, à la réclusion et aux travaux forcés. Ce gros établissement comportait 560 places. La majorité des détenues vivaient dans des dortoirs au régime commun. Un quartier cellulaire comportait 72 places. À la fin des années trente, on ne comptait que 168 détenues à Haguenau. Là encore, la surveillance était exercée par des sœurs, alors qu’à Rennes elle l’était par des surveillantes laïques.

32À sa sortie de prison, Sylvie Paul vécut dans l’atmosphère de Pigalle : guide pour touriste ? Entraîneuse ? Prostituée ? En 1954, elle déclara à l’audience : « C’est entendu, je ne suis pas une sainte. Je n’ai pas vécu très propre. Je n’en suis pas fière. »

« Je n’ai eu qu’une période propre dans ma vie, c’est celle-là, laissez-là moi39 ». Prisons et camps de l’Occupation

  • 39 Citée lors de son procès en 1954.

33Avant d’être déportée à Ravensbrück en 1943, Sylvie Paul fut incarcérée à plusieurs reprises dans des prisons françaises. Les motifs de ces arrestations successives ont fait l’objet de versions successives et contradictoires dans les différentes confessions de Sylvie Paul. Lors de ses procès après-guerre, se posa la question de savoir si elle avait été emprisonnée pour des actes de droit commun ou pour des actions de résistance. Les chroniques journalistiques lors du procès de 1954 et les biographies ultérieures sont également partagées ou émettent des doutes, à la manière du président de la cour d’assises en décembre 1954. Une « déportée résistante » ? Une « déportée de droit commun » ? Madeleine Jacob, présente au procès, notait :

  • 40 Madeleine Jacob, op. cit., p. 127.

« Déportée de droit commun pour avoir volé le portefeuille d’un officier allemand. Elle proteste. Si elle vola ce portefeuille, c’est parce qu’il contenait des documents. Et sur cette déclaration se greffe une explication à peu près inintelligible de plans de canons on ne peut plus secrets40. »

  • 41 Pierre Pédron, La prison sous Vichy, Paris, Éditions de l’Atelier, 1993.

34Là n’est peut-être pas l’essentiel, puisque tous les témoins s’accordèrent pour vanter l’attitude courageuse et combattive de la prisonnière, puis de la déportée. Les magistrats et les jurés de 1954 furent impressionnés par les dépositions de ses anciennes compagnes de martyr et la relative indulgence du verdict peut s’expliquer par ces brevets de courage. Sylvie Paul a séjourné dans les quartiers français des maisons d’arrêt et de correction, dans leurs quartiers allemands, dans une prison militaire et un camp d’internement allemands. Comme pour bon nombre de victimes de la répression, des actes ou des délits de différentes natures pouvaient conduire dans les uns ou les autres. Une jeune résistante normande fut incarcérée plusieurs mois dans le quartier français de la maison d’arrêt de Caen, aux côtés « d’avorteuses » avant d’être placée au secret dans le quartier allemand de cette prison. Au Palais de Justice de Rouen, les geôles gardées par des militaires allemands recevaient principalement des résistants et des résistantes, mais des prostituées raflées y étaient également emprisonnées. L’univers carcéral français – les prisons de Vichy selon l’expression de Pierre Pédron41 – et les espaces que l’occupant s’accapara furent marqués par l’encombrement, la misère, la malnutrition, par de fortes mortalités, des violences et des tortures et, bien évidemment, par la confusion des catégories de victimes. Germaine Tillion indiquait que l’étiquette « polit. » à propos des motifs d’arrestation d’un convoi de femmes menées à Ravensbrück ne voulait pas dire grand chose :

  • 42 Germaine Tillion, Ravensbrück, Paris, Seuil, L’histoire immédiate, 1973, p. 145.

« C’est le même pour tout le transport, étiquette sans aucune espèce de réalité, car elle est appliquée à des femmes arrêtées pour résistance, ou comme otages, ou par erreur, et d’autres pour prostitution, vagabondage ou vol. Le mot polit. semble avoir ici simplement le sens de non racial42… »

35Sylvie Paul fut d’abord une victime des répressions de cette époque, une victime qui se comporta bien, se montra solidaire de ses compagnes et affronta en maintes occasions ses geôliers. Au-delà de ses récits plus ou moins fantasmatiques, au-delà des prétendues missions qu’elle accomplissait pour la résistance, elle fait entendre la voix des petits, de ceux qui ne sont pas membres d’un parti ou d’un réseau, délinquants de droit commun éventuellement, prostituées également. Elle évoque fréquemment le sort de ces dernières et consacre de longs paragraphes dans les mémoires de 1962 aux accusations dont elle fut victime en détention à cause de son comportement et de son allure « libre ». Elle introduit à cette cascade de mépris qui caractérisent bien des témoignages des prisonniers politiques et déportés résistants. L’originalité de son témoignage réside dans le fait de provenir du camp des méprisés.

Aux côtés des résistants et résistantes de la prison militaire du Cherche-Midi

36À l’automne 1940, Sylvie Paul se rendit en Normandie en compagnie d’une Dieppoise, une jolie fille, une entraîneuse, selon son récit de 1962. Elle aurait rempli une mission pour un « monsieur » qui la savait patriote pour avoir aidé des prisonniers français à s’évader d’un camp de la Croix de Berny : relever des plans des défenses côtières dans la région de Cherbourg. Elles furent arrêtées dès le mois de septembre à Quineville. La police allemande aurait saisi sur elle des plans, selon Jean Prasteau. Elle fut incarcérée dans la prison de Saint-Lô. Interrogée en présence du gardien-chef français par des policiers allemands, dénoncée par son amie, elle demeura emprisonnée jusqu’au début de l’année 1941.

37Elle fut transférée à la prison du Cherche-Midi à Paris, prison administrée par les autorités d’occupation. Elle y demeura quatre mois et fut relâchée sans avoir été jugée par un tribunal militaire. Plusieurs témoignages de résistantes attestèrent de son courage lors de cette incarcération. Plus tard, le professeur Robert Debré mentionna « Sylvie Paul, jeune femme de grandes aventures, déjà habituée des prisons, que ses actes de résistance font enfermer au Cherche Midi43 » Sa compagne, Elisabeth de la Panouse de la Boudonnaye, médecin et futur seconde épouse de Robert Debré, était également incarcérée au Cherche-Midi, tout comme Agnès Humbert et le capitaine Honoré d’Estienne d’Orves. Plusieurs membres du réseau du Musée de l’Homme animé par Boris Vildé séjournaient dans cette prison qui avait retenu le capitaine Dreyfus. Une vie patriotique s’organisa parmi les détenus. Jacky Tronel, fin connaisseur des prisons militaires44, a publié plusieurs articles sur cette détention. Les prisonniers, isolés dans des cellules, communiquaient entre eux par les tuyaux des chasses d’eau ou en frappant sur les murs des messages en morse. En se hissant sur leurs grabats, ils parvenaient à décrocher la vitre de leur cellule, à la faire basculer et à voir les prisonniers d’un même couloir. À plusieurs reprises, ils entonnent la Marseillaise, notamment le jour de l’exécution de l’officier gaulliste. Sylvie Paul a toujours affirmé avoir entretenu une relation chaleureuse avec d’Estienne d’Orves qui la tutoyait. Après sa libération, elle vint remettre au professeur Debré un message de sa compagne, surnommée Dexia dans la Résistance. Elle lui aurait montré son admiration pour sa compagne de captivité. La comtesse vint témoigner du courage de l’accusée lors du procès de 1954 :

  • 45 Citée par Madeleine Jacob, op. cit., p. 128.

« Quand je pense à l’époque de ma détention, deux figures m’apparaissent : celle d’Estienne d’Orves et celle de Sylvie Paul. Elle était extraordinaire de courage, de cran. C’était fantastique. Elle chantait tout son répertoire. Et quel répertoire ! Grâce à elle, nous n’avons pas eu de défaillance. Deux de nos camarades furent condamnés à mort dont Sarah Rozier. Quand celle-ci rentra de l’audience, Sylvie Paul nous entraîna à chanter la Marseillaise. Et lorsqu’un peu plus tard dans la journée, Estienne d’Orves à son tour rentra condamné à mort lui aussi, Sylvie recommença. Je ne sais ce qu’elle a fait depuis, mais pour moi elle restera la détenue du Cherche-Midi. Si d’Estienne d’Orves était encore vivant, il serait aujourd’hui ici, à ma place45. ».

38Dans ses mémoires, Agnès Humbert a offert de précieuses descriptions de la prison du Cherche-Midi. Elle décrit les cellules :

  • 46 Agnès Humbert, Notre guerre, Souvenirs de Résistance, Paris, Éditions Émile-Paul, 1946, p. 83.

« Je mange mon pain bis avec délices et bois l’eau de mon broc, un affreux broc en émail qui est posé auprès d’un seau de toilette. Par terre dans un coin, une cuvette en émail brun-rouge, une petite table de bois blanc, un tabouret, un lit dont le sommier est remplacé par trois planches sur lesquelles est posée une paillasse très mince. Deux couvertures de cheval complètent le confort de la cellule. Les murs blanchis à la chaux sont maculés et couverts d’inscriptions. La cellule semble d’autant plus haute qu’elle est exigüe : un vrai placard. En face de la porte, tout en haut du mur, un vasistas doit laisser tomber un jour parcimonieux46. »

39La nourriture est maigre, elle se plaint d’avoir faim :

« Vers dix heures, on m’a donné une toute petite tasse de soupe aux légumes, et une demi-boule de pain bis. À quatre heures, de la margarine et un morceau de saucisse. »

40La Résistante mentionne à plusieurs reprises une Sylvie à « la belle voix chaude et inculte », « notre chanteuse réaliste ». Il s’agit sûrement de Sylvie Paul, dont elle évoque les tourments le 18 avril 1941 :

  • 47 Ibidem, p. 99.

« J’aperçois devant moi Sylvie, Sylvie qui a une si jolie voix. Elle est en ce moment aux arrêts durs, c’est-à-dire qu’elle n’a pas de paillasse, on lui a enlevé tous ses vêtements, sauf sa jupe et sa jaquette. Alimentation : pain et eau. Elle m’envoie par la voie des airs une bande de toile qui lui sert de pansement, j’y attache quelques morceaux de sucre qu’on m’a donnés le matin et nous nous amusons de nos nombreuses tentatives de renvoi. Il faut être bon viseur au Cherche Midi. Toute la nuit, j’ai entendu la pauvre Sylvie geindre, elle disait dans son sommeil : “J’ai froid, j’ai si froid.” On gèle littéralement dans ces vieux bâtiments où le soleil n’entre jamais47. »

41À plusieurs reprises la police allemande interrogea Sylvie Paul rue des Saussaies, tenta d’en faire un agent à son service. Elle fut torturée dans un château à Maisons-Laffitte, siège de la Kommandantur et de la Gestapo.

Sylvie Paul, Détective du 8 octobre 1951

Sylvie Paul, Détective du 8 octobre 1951

Le vol du portefeuille d’un officier allemand

42Fin 1941, Sylvie Paul quitte à nouveau la région parisienne pour Saint-Lô. En décembre 1954, elle évoque ainsi son séjour dans la préfecture de la Manche :

« Je suis partie pour Saint-Lô. Parce que j’aimais ce coin-là depuis qu’un copain, un jour m’y avait emmené en week-end. Il n’y a que quarante huit heures que suis installée dans un hôtel, quand, un matin, alors que je prends mon petit-déjeuner, je remarque à la table voisine de la mienne un officier allemand. Le gars, un jeune et beau garçon – pourquoi ne pas le dire ? – me fait de l’œil. Je parlais un peu l’allemand ; je l’avais appris pendant mon séjour « en taule » à Cadillac ; la conversation s’est engagée… Le soir même, l’officier et moi dînons ensemble. Ce qui suivit ne regarde que moi… Toujours est-il que le lendemain, je suis prise la main dans le sac. Deux types de la feldgendarmerie entrent dans ma chambre au moment exact où je tiens à la main le portefeuille de mon “fritz”. Non, je ne joue pas les Marthe Richard : ce n’est pas mon genre. Mais je m’imaginais que le gars – un commandant – possédait peut-être des papiers qui auraient intéressé quelques amis à moi qui, déjà, appartenaient à un réseau de Résistance. Des idées de “môme”, quoi ! Plutôt que d’avouer la vérité, j’ai préféré déclarer que c’est à l’argent du type que j’en avais. Sur mon casier judiciaire, une ligne de plus, cela ne se remarquait pas. Me voilà donc embarquée, une fois de plus. »

  • 48 Le récit plus ou moins autobiographique confondait les deux séjours à Saint-Lô.
  • 49 Sylvie Paul aurait été dénoncée par la journaliste Mercédès Para, de son véritable nom Hélène Viel, (...)

43En 1962, Sylvie Paul se plaignit des manipulations de son récit par Détective48. Dans les confessions enregistrées par Roger Grenier, elle offrit une toute autre version de cet épisode. Des « camarades » lui demandèrent de retourner à Saint-Lô, ville où elle avait été précédemment arrêtée, pour y relever des plans des défenses côtières. Elle transmettait les informations à des agents de liaison qui venaient la rencontrer à l’hôtel de la Gare. On lui aurait demandé de se mettre le mieux possible avec un chef de la Kommandantur qui habitait également l’hôtel. Elle se faisait alors appeler Cécilia Robin et se faisait passer pour une Lorraine ayant opté pour l’Allemagne. Elle devait essayer de subtiliser des cachets de la Kommandantur. Elle fit la connaissance de l’officier, dîna avec lui, se rendit fréquemment à la Kommandantur, à la Propagandastaffel, au point de passer pour une « collaboratrice ». Arrêtée par des gendarmes à la suite de la dénonciation d’une journaliste collaboratrice du Courrier de la Manche et de Cherbourg-Éclair49 qui aurait compris qu’elle jouait la comédie. Elle fut démasquée, inculpée pour détention de faux papiers et ultérieurement condamnée par une cour martiale allemande à six mois de prison.

  • 50 Véronique Lesueur-Chalmet, Femmes et criminelles, Paris, 2002, p. 41-42.

44Il n’était donc plus question du portefeuille de l’officier et l’accent était mis sur ses motivations et ses actions patriotiques. Elle aurait aidé des prisonniers français à s’évader. Elle aurait modifié des articles soumis à la censure allemande. Jean Prasteau, son biographe de 1992, reproduit la version donnée à Roger Grenier trente ans plus tôt. Véronique Lesueur-Chalmet se montra dubitative. Elle écrivait : « Véritable résistante ou apprentie Mata-Hari ? La piste reste brouillée et les témoignages divergent. À cette croisée des chemins, on sait seulement qu’elle séduisit un officier allemand afin de le délester de son portefeuille pour les documents confidentiels qu’il était supposé contenir… ou pour une simple liasse de billets ? Mystère50. »

  • 51 Sylvie Paul, op. cit., p. 51-61.

45Le chapitre du livre de 1962 « En cours martiale51 » aborde une accusation qui lui fut adressée après-guerre : elle n’aurait été qu’une prostituée. Dans l’hôtel de la Gare, elle n’aurait fait « qu’entôler un micheton », selon l’expression du milieu des prostituées et proxénètes. Elle fut en effet soupçonnée d’avoir fréquenté un café où venaient des prostituées. Le chef de la sûreté locale déclara, aux débuts des années cinquante, que Sylvie Paul se prostituait à Saint-Lô. En 1954, le correspondant parisien d’un quotidien australien, le Sun-Herald, relata ainsi les trois journées d’audience de la cour d’assises et lui aussi mentionna la prostitution :

« A killer walled up her victim. French author Jean-Louis Bory won a big literary prize with his life story of Parisian demi-monde Sylvie Paul, under the title of "As Delicate as a Basket of Eggs." But there was nothing delicate about Sylvie Paul's life as the prosecutor in the Paris Palace of Justice told the story last week. Sylvie was a ragged Left Bank wanderer, a nympho-maniac who boasted she had taken 100 lovers while a prostitute. She was also a murderess. An unkempt woman of 41, with pouches under her once beautiful dark eyes, she sat in the court alongside her latest lover, North African Abdallah Soualhi, 28, father of one of her three children. The prosecutor told of her miserable childhood, an adolescence spent in remand homes, a prison record for pilfering and prostitution until 1940. During the war she was deported first to Ravensbruck concentration camp, then to Belsen. The prosecutor said she had been deported for stealing a German officer's wallet."It was for résistance work," Sylvie interrupted. "It was the only time I lived a clean life. Leave me that, won't you?" Three years ago" she had an argument with her hôtel keeper, Madame Jeanne Perron. She clubbed Madame Perron with a bottle, strangled her, then put the body into a hole in a wall and bricked it up. Sylvie was found guilty and sent to prison for 10 years. Soualhi, accused of having helped her commit the murder, was acquitted. »

46À l’audience du procès, on lut une lettre de Geneviève de Gaulle, nièce du général et déportée à Ravensbrück, qui affirmait l’avoir toujours considérée comme une aventurière.

Prisons françaises et quartiers allemands

47Après sa seconde arrestation à Saint-Lô, elle fut conduite dans la prison de la ville et y demeura du 21 janvier 1942 au 4 mai 1942. Selon Marina, ancienne résistante citée par Détective en octobre 1951, Sylvie Paul était une détenue de droit commun. Elle aurait déjeuné dans la chambre des gardiens allemands de Saint-Lô.

48Elle fut ensuite transférée à Caen et y demeura du 4 mai 1942 au 6 juillet 1942. Une voisine de cellule affirma qu’elle se vantait d’être en relation avec les services secrets anglais, de faire du renseignement. Elle communiquait ces informations par les tuyauteries du chauffage central, sans grande prudence, ce qui provoquait la méfiance. Selon le gardien-chef, elle aurait répondu aux interrogatoires en criant « Vive de Gaulle ». À Caen, une cour martiale la condamna à six mois de prison pour avoir volé et utilisé des faux papiers.

49Nouveau transfert, elle est acheminée à Lisieux pour y finir sa peine. Elle y séjourna du 6 juillet 1942 au 21 août 1942. Elle devait sortir en août 1942. Elle y aurait injurié ses gardiens allemands.

50Elle aurait de nouveau été conduite à Caen, d’abord dans le quartier français, puis dans le quartier allemand. Elle comparut devant une cour martiale qui refusa de la juger, attendant un complément d’informations ou décidant de sa déportation.

  • 52 André Renaudin, « Les fusillés des Pas-Perdus », dans l’ouvrage collectif Le palais de Justice de R (...)
  • 53 Dans ses témoignages, Sylvie Paul cite des noms de compagnes de détention pour attester de la vérac (...)

51Elle ne fut donc pas libérée et fut conduite à Rouen, au rez-de-chaussée du Palais de Justice, sous la salle des Pas-Perdus, où de nombreux résistants séjournèrent pendant l’Occupation, en attente de transferts à Compiègne ou à Romainville, avant une déportation en Allemagne. Il s’agissait d’une prison allemande, avec des gardes allemands et seulement trois surveillants français, des douaniers qui avaient été détachés de leur administration52. Sylvie Paul mentionne la gardienne Joséphine Klein Muller qui obéissait au gardien-chef Stollmann ; ce dernier gérait le quartier allemand de la prison Bonne Nouvelle, la prison allemande du Palais de Justice et il assista à presque toutes les exécutions de l’Occupation (près de quatre-vingts au stand de tir de Petit-Quevilly). Sylvie Paul se serait moquée d’elle en compagnie d’une résistante de l’Organisation civile et militaire originaire de Caen, se serait battue avec cette femme courtaude et ridicule, l’aurait poussée sous la douche qu’on lui promettait à titre de sanction, pour avoir ramassé un billet glissé par une fenêtre. Elle transmettait d’autres billets pour une détenue d’origine hongroise qui fut ultérieurement transférée comme elle à Romainville53. Plusieurs témoignages ont mentionné cette circulation des informations entre prisonniers et avec les visiteurs qui se rendaient dans la cour du Palais où dans une rue adjacente. André Renaudin a cité le témoignage de Madame Thomas qui effectuait des visites à ses proches incarcérés au Palais de Justice : « Les détenus qui étaient en cellule et isolés sous surveillance allemande (exercée à l’intérieur) communiquaient avec les gardiens français de la cour par le moyen de petits papiers que ceux-ci transmettaient aux familles par la porte. » Des cellules de quatre mètres sur quatre recevaient huit détenus sur quatre grabats superposés disposés de chaque côté, avec sur chacun, une paillasse de faible épaisseur, une couverture usée et sale. Une tinette était installée dans un coin. Les cellules étaient sombres car les fenêtres étaient obstruées à mi-hauteur. Elles étaient froides et humides en l’absence de tout chauffage. Madame Thomas indiquait également que « cela grouillait de vermine de toute espèce, poux, punaises, puces et je me souviens de chemises au col noirci de traces de puces que j’allais prendre, une fois par semaine, au poste de garde. » Sylvie Paul demeura à Rouen jusqu’au 29 janvier 1943. Selon une compagne de détention, elle y manifesta du courage en s’opposant à des officiers qui souhaitaient la fouiller. Ce long périple carcéral en France s’acheva au fort de Romainville.

  • 54 « De là, je fus envoyée rue des Saussaies où je séjournai deux jours. Coups, menaces, propositions (...)

52Il n’est donc pas aisé de comprendre la décision d’une déportation et les contradictions des deux cours martiales, si l’on ne retient pas la thèse d’une action continue en faveur de la résistance. Cependant, son comportement rebelle en détention, des informations sur la première incarcération au Cherche-Midi parvenues aux enquêteurs allemands de Normandie, ses refus répétés de collaborer avec les services de répression de l’Occupant (refus auxquels elle fit allusion dans ses différents récits54) peuvent expliquer cette aggravation des sanctions allemandes.

53En 1962, Sylvie Paul évoqua assez longuement son séjour à Rouen. Certains passages retiennent l’attention, car elle aborde des sujets que les mémoires d’emprisonnées et de déportées passent d’ordinaire sous silence :

« J’étais jeune, à l’époque. Un ou deux Allemands se montraient un peu trop gentils vis-à-vis de moi, et mes camarades, qui avaient leur mari dans la prison, m’avaient dit : – Sylvie, vous pourriez détourner leur attention quelques instants puisque vous les intéressez, et pendant ce temps, nous pourrions peut-être faire un petit signe à nos maris. J’acceptai d’entrer dans le jeu. Ce qui me valut d’ailleurs plus tard de belles critiques des personnes qui m’avaient utilisée et me remerciaient, à l’époque, en m’assurant de leur reconnaissance éternelle. »

54Ces mots s’expliquent aisément par les témoignages à charge qui contrebalançaient les certificats de bonne conduite délivrés par les anciennes compagnes de détention et de déportation lors des procès de l’après-guerre. Mais n’était-ce pas aussi l’expression d’une femme qui était à la lisière de l’action résistante, plus proche des droits communs que des militantes et combattantes d’organisations politiques.

55Sylvie Paul consacra plusieurs lignes à ses relations avec les prostituées arrêtées par la police allemande et conduites au Palais de Justice de Rouen :

  • 55 Ibidem, p. 70-71.

« Tandis que j’étais à Rouen, il arrivait parfois que des prostituées soient mises dans la chambrée, pour deux ou trois jours. Toutes les femmes, qu’il s’agisse d’ouvrières, de dactylos, de bonnes ou de grandes dames, toisaient ces pauvres filles de haut. On ne leur disait rien, mais c’était pire que si on leur avait dit quelque chose. Or, comme je les connais pour être, la plupart du temps, de pauvres et braves filles, ayant bon cœur, je conversais avec elles ; je ne me sentais pas tellement supérieure à elles, bien que je ne sois pas une prostituée. Et il est arrivé que j’en charge de me faire des commissions. L’une d’elles, notamment a écrit à Élisabeth de la Bourdonnais, qui m’a envoyé des vêtements, et des colis. Et cette fille, qui avait un gosse, a pris sur la part de son gosse, sa ration de beurre, infime à l’époque, et elle me l’apportait. J’avais été arrêtée avec des vêtements d’été ; mes chaussures étaient usées. Elle m’a apporté des vêtements et des chaussures. Vous comprenez pourquoi je ne puis mépriser les filles, pour faire plaisir aux bien-pensants. Je ne sais pas comment elles sont quand elles se trouvent avec ceux qu’elles appellent « leurs clients », mais je puis dire comment elles sont quand elles se trouvent dans la vie commune. Lorsqu’il arrivait que ces filles blaguent un peu, tout le monde prenait des airs outrés. Et pourtant, j’ai noté chez elles une vraie pudeur, une vraie délicatesse de sentiments. Quand elles se rendaient compte, par exemple, qu’une jeune fille était là, l’une donnait à l’autre un petit coup de coude : “Arrête.” Alors que des femmes dites “bien” pouvaient parfaitement raconter des saletés dont aurait rougi un corps de garde, devant celles que je considérais comme des gamines55. »

56Cette cascade des mépris transparaît dans des mémoires de détenus politiques, de détenus résistants, car ils souhaitaient dénoncer les entreprises de criminalisation de leurs actions et l’assimilation de leurs actes à des crimes de droit commun. La mémoire de Sylvie Paul demeura marquée par les exclusions dont elle fut victime après guerre. Mais au-delà de la rancœur, n’est-ce pas l’expression de ceux qui subirent les rigueurs des gouvernements du Maréchal et des autorités d’Occupation pour des actes qui ne furent pas homologués par les instances officielles de la résistance après guerre ou pour des délits et crimes de droit commun qui menèrent certains jusqu’aux camps de concentration.

Le camp d’internement allemand de Romainville

  • 56 Tomas Fontaine, Sylvie Zaidman, Joël Clesse, Graffiti de résistants sur les murs du fort de Romainv (...)

57Ce camp dépendant du commandement militaire allemand fut aménagé dès novembre 1940 dans les bâtiments d’un fort construit de 1841 à 1848, à l’est de Paris et à proximité des gares du Nord et de Est. Il reçut plus de 7000 internés des deux sexes ; les femmes n’y furent internées qu’à partir de la fin 1941. Un décret allemand du 12 décembre 1940 indiquait que les personnes détenues l’étaient par décision administrative et par mesure de sûreté. Il y eut également quelques prisonniers de guerre et des ressortissants civils de puissances en conflit avec les pays de l’Axe. Le camp fut une réserve d’otages après les débuts de la résistance armée impulsée par le Parti communiste. Il fut surtout un camp de transit avant les déportations vers le Reich56.

  • 57 Sylvie Paul, op. cit., p. 81.

58Les internés logeaient dans le bâtiment principal, dans de grandes chambrées, mais aussi dans les casemates des pourtours du fort. Certains détenus étaient au régime des isolés. Sylvie Paul écrivait : « Très souvent, à Romainville, nous avions assisté le matin, au départ des hommes qui étaient pris dans les casemates ou à l’isolement, pour être fusillés57. » Les autres pouvaient circuler dans la cour et dans le bâtiment principal.

59Sylvie Paul demeura internée à Romainville du 29 janvier 1943 au 27 avril 1943. Elle y connaît le cachot pour indiscipline, enfermée plusieurs jours dans une casemate. Dans les chambrées chauffées par des poêles, les femmes font la cuisine, mettent en commun les colis reçus des familles et de la Croix-Rouge. Des lavoirs permettent de nettoyer le linge :

  • 58 Ibidem, p. 72.

« Pour les hommes des casemates qui vivaient dans des conditions vraiment dures, qui n’avaient pas le droit de recevoir du linge, et pas la possibilité de le faire laver à l’extérieur, il n’y avait pas tellement de dévouement. Laver leur linge au lavoir, en plein air, en plein hiver, ce n’était pas agréable. De temps en temps, quelques femmes se chargeaient de le faire. Mais c’était très dur, elles calaient. Je me souviens qu’un jour, j’étais seule au lavoir. J’en avais marre, je n’en pouvais plus. Je n’avais plus de courage. Je faisais une chose qui m’arrivait rarement : je pleurais58. »

60Elle mentionne des dissensions au sein des chambrées, des clans politiques, des « austères » et des « humoristes » :

« Il n’y avait pas que de belles choses à Romainville. Lorsque je suis arrivée, j’ai rapidement constaté que la chambrée était divisée en deux : sur le côté droit, les gaullistes, les rares monarchistes, les démocrates, les républicaines. Du côté gauche, dans l’autre moitié de la chambrée, étaient des israélites, les unes, républicaines, démocrates, et les autres communistes ».

61Le « gratin » voyait dans le clan en face « un ghetto », selon la « phrase malheureuse » de l’une des prisonnières. Sylvie Paul se rangea du côté de ces dernières. Elles l’accueillirent par ces mots :

  • 59 Ibid., p. 74.

« Vous êtes ici dans les mêmes conditions que nous et nous vous offrons de venir avec nous. Voici comment nous nous arrangeons : il y a des camarades qui n’ont pas de colis, parce leur famille est, elle-même, internée, d’autres, parce qu’elles sont sans famille. Il y en a qui reçoivent de petits colis, d’autres, qui en reçoivent de très importants. Nous mettons tout sur la table. Les haricots, les lentilles, le sucre, le chocolat, les gâteaux sont mis en tas. Ensuite, nous donnons une part à chacune, sauf en ce qui concerne les haricots et les lentilles, qui servent pour faire la cuisine commune. Ce qui reste et qui n’est pas répartissable, nous le donnons aux vieilles femmes, aux malades et aux “J3”59 ».

62Sylvie Paul citait également des mesquineries féminines. Des femmes la critiquaient parce qu’elle portait un pantalon et un pull collant, « pour montrer ses formes », parce qu’elle échangeait des billets avec les hommes, ce qui lui valait d’être traitée de « putain », parce qu’elle se dénudait pour la toilette, ce qui en faisait une « impudique ». Dans ses mémoires, elle revient longuement sur ces menus épisodes pour se justifier. Le 27 avril 1943, elle fut transférée au camp allemand de Compiègne. Elle n’y demeura qu’une nuit et fut déportée le lendemain à Ravensbrück.

Les camps de concentration allemands

  • 60 Voir la notice de Thomas Fontaine sur ce transport dans Le livre mémorial des déportés de France ar (...)

63Sylvie Paul fit partie d’un transport comportant 876 hommes et 220 femmes, répartis dans des wagons séparés. À Berlin, les hommes furent acheminés à Sachsenhausen, les femmes à Ravensbrück. Ce sont en majorité des résistantes, du Front national et d’autres réseaux. Il y a également quelques femmes arrêtées pour « attitude anti-allemande » ou arrêtées à la place de leur mari recherché60. Sylvie Paul reçut le matricule 19256. Après le bloc de quarantaine, elle fut employée à la réfection d’uniformes, plus précisément à un atelier de fourrure qui récupérait les pièces des anoraks de combattants morts sur le front de l’Est et les fourrures de déportés juifs afin de doubler de nouveaux uniformes. Anise Postel-Vinay témoigna en décembre 1954 : « J’aimais sa façon violente de parler contre les Allemands et son attitude qui consistait à ne jamais baisser la tête quelle que soit la situation et son état physique. » Affectée à un commando extérieur de terrassement, elle s’évada en compagnie d’une résistante le 28 août 1944. Elle rejoignit Berlin qui se trouvait à proximité du camp. Elle y vécut clandestinement jusqu’en 1945 aux côtés de travailleurs français. Arrêtée, atrocement torturée durant plusieurs jours, elle fut ramenée à Ravensbrück, incarcérée au Bunker du camp pendant un mois – le Strafblock –, punie de coups de fouets et encore torturée. Une autre résistante, Élisabeth Rival, offrit son témoignage lors du procès :

  • 61 Citée par Madeleine Jacob, op. cit., p. 129.

« Il faut pour comprendre, savoir ce qu’était le bloc disciplinaire où fut incarcérée Sylvie Paul. Elle a été atrocement torturée, à la suite de son évasion. Pour savoir l’état d’avilissement dans lequel les Allemands mettaient les femmes de ce bloc, il faut avoir connu ça. Ils ont fait avec Sylvie Paul une réussite totale de l’avilissement. Ceux qui n’ont pas passé par là ne peuvent pas comprendre que lorsqu’une femme sortait du bloc disciplinaire, elle ne savait plus ce qu’elle faisait. Sylvie à son retour n’a pas trouvé de milieu familial : elle était sans argent, personne ne l’a aidée. Sa déchéance antérieure et postérieure méritent une grande indulgence à cause de cela. Celle qui a passé plus de six mois au régime disciplinaire du camp a payé toutes les fautes qu’elle a pu commettre. Je ne sais si elle est coupable. Je sais seulement le courage avec lequel elle a résisté aux tortures. Je l’ai vue dépouillée de tout. Sylvie Paul s’est montrée parfaitement digne dans toute la période où je l’ai connue. Elle avait le courage de ses actes. C’était une combative, une rebelle61. »

64Elle fut transférée à Bergen-Belsen, elle y soigna les déportées atteintes du typhus, même après la libération du camp, le 15 avril 1945, par les troupes britanniques. Elle fut elle-même atteinte par cette maladie. On lut à son procès la lettre d’un médecin déporté à Bergen-Belsen :

« Sylvie Paul voulut être infirmière et affectée aux typhiques et aux dysentériques. Elle a accompli sa tâche dans des conditions très pénibles, hallucinantes même, avec un dévouement réel et un grand courage en donnant des soins aux moribonds, aux gangrenés avec une patience et une douceur réconfortantes. »

Sylvie Paul à la Libération, Détective du 1er octobre 1951

Sylvie Paul à la Libération, Détective du 1er octobre 1951

Retour parmi les détenues de droit commun après-guerre

65Les lendemains de la déportation furent chaotiques. Rapatriée par avion sanitaire, elle fut soignée à la Salpêtrière. Ses frères, ses belles sœurs ne lui furent pas d’un grand secours. Elle fut un temps employée par d’armée américaine, porta un uniforme. Admise dans l’association des déportées de Ravensbrück, elle travailla également bénévolement au bureau provisoire des déportés de Bergen-Belsen. Elle n’avait pas obtenu de certificat d’appartenance à la Résistance. Fréquemment hébergée chez d’anciennes compagnes des camps, elle y commet des indélicatesses, des escroqueries et des vols. En 1947, elle est condamnée à six mois d’emprisonnement pour un vol, un emprunt selon elle. Elle est écrouée à la caserne des Tourelles, dans le XXe arrondissement de Paris. C’est là qu’elle rencontra Jeanne Perron, sa future victime, incarcérée pour recel. Un peu plus tard elle commet un nouveau vol chez une ancienne prisonnière du Cherche-Midi. Elle était enceinte et expliqua son geste ainsi : « Il me fallait absolument de l’argent, d’abord, un peu pour vivre, et puis surtout, parce que je ne voulais pas que l’enfant qui allait naître, n’ait pas de layette, absolument rien. » Elle est à nouveau envoyée à la Petite Roquette. Lors des procès, les magistrats mirent en cause sa qualité de déportée résistante, ne voyant en elle qu’une déportée de droit commun.

La victime, Jeanne Perron, Détective du 24 septembre 1951

La victime, Jeanne Perron, Détective du 24 septembre 1951

Le crime et à nouveau les prisons

66Le 9 juin 1951, elle tua la patronne de l’hôtel du Théâtre, 6 rue Neuve-du-Théâtre dans le XVe arrondissement, son amie Jeanne Perron, qui l’hébergeait ainsi que ses deux enfants. La propriétaire fut frappée, puis étranglée selon le célèbre docteur Paul, médecin légiste. Son cadavre fut emmuré dans la cave de l’établissement. Sylvie Paul fut dénoncée par les commérages du quartier. La police découvrit le cadavre trois mois après les faits. Sylvie Paul prit la fuite en Algérie et y fut arrêtée. L’instruction fut longue, près de trois années. Avait-elle un complice, son amant algérien de l’époque ?

67Elle était enceinte de sept mois au moment du crime. Elle fut donc écrouée dans la maternité de la maison d’arrêt de Fresnes, 18 mois au quartier des nourrices avec sa petite dernière Simone. Encore une fois, elle était sous la surveillance de sœurs des prisons. Au terme du délai légal, sa fille lui fut enlevée et elle retrouva la prison de la Petite Roquette.

  • 62 Georges Arnaud, Prisons 53, Paris, 1953, p. 221.

68Sylvie Paul avait séjourné à plusieurs reprises dans cette prison parisienne. Elle y était présente durant son procès et avant d’aller subir sa peine à Haguenau. En novembre 1960, au terme de sa peine, elle fut de nouveau acheminée à la Petite Roquette. Georges Arnaud, en quelques mots, a présenté le fonctionnement de cette maison ouverte aux mineurs de justice sous la Monarchie de Juillet : « Des gardiens sont postés à la porte, des surveillantes à l’entrée de la détention ; ce sont des religieuses catholiques qui ont la charge des prisonnières, une fois la frontière franchie62. » Des ateliers au rez-de-chaussée avec des activités de cartonnage et de pliage, de collage de papier pour la fabrication d’objets publicitaires, précédées d’une prière avant le lancement du travail. Les religieuses tentaient d’imposer le silence dans les ateliers, vociféraient beaucoup. La prison avait été au cœur des débats sur l’enfermement cellulaire à l’époque de Louis-Philippe. Quand Sylvie Paul y séjourna, les femmes étaient au nombre de trois par cellule. Elles étaient réparties en trois catégories par les religieuses : les primaires, les récidivistes et un autre groupe constitué des meurtrières et des inculpées d’avortement, « avorteuses » et « avortées ». Réveil à six heures et demie. Une heure accordée pour la toilette pendant laquelle les portes de cellules sont ouvertes. Les détenues reçoivent un ersatz de café. Un poêle à charbon allumé dans les couloirs assure un peu de chauffage durant l’hiver. Georges Arnaud, en ce début des années cinquante, insiste sur la puanteur de la détention. Son reportage dans l’Aurore était parsemé d’allusions à l’homosexualité féminine, un lieu commun très fréquent dans les ouvrages publiés depuis le XIXe siècle sur les prisons de femmes. Le témoignage d’une détenue de la Petite Roquette a été publié dans le livre de Louise Hervieux, Je sors de leurs prisons, publié en 1955. Elle décrivait une journée à la Petite Roquette :

  • 63 Louise Hervieux, Je sors de leurs prisons, Paris, Le Centurion, 1955, p. 126.

« On se lève à six heures et demie. On se lave dans les lavabos qui sont comme de grands baquets coupés de petites cloisons. Après cela on se met en ligne pour passer sa gamelle à la sœur “tisane” qui y verse son jus d’orge. Puis on va à l’atelier où l’on fait de la couture, de la broderie ou de la bimbeloterie. La sœur qui surveille est installée sur une petite estrade. Elle nous laisse parler ; elle n’est féroce que pour celles qui se crient des injures, car, vous savez, on finit par avoir les nerfs en boule. À onze heures, on arrive au réfectoire ; à la porte une religieuse nous donne la boule de pain pour la journée, et puis on s’installe pour manger la soupe. Après, une heure de cour. On peut parler en marchant, danser même si ça nous chante. Ensuite, atelier jusqu’à cinq heures. Après le dîner, on se couche, à cinq ou six dans le même dortoir : si on est de bonnes copines, on ne s’en fait pas. Il y en a qui réussissent même à cacher des jeux de carte : elles font une belote ou se disent l’avenir63. »

69En décembre 1954, Sylvie Paul fut condamnée à dix années de réclusion.

La maison centrale d’Haguenau

70Sylvie Paul demeura six années dans la maison centrale d’Haguenau. Cet établissement était l’une des prisons choisies pour y appliquer le régime progressif cher aux promoteurs de la Réforme pénitentiaire initiée en 1945. De nombreux articles dans les revues de Droit évaluaient la réussite du dispositif. Pierre Cannat consacra plusieurs chroniques criminologiques à la population féminine incarcérée dans cette centrale de l’Est : « les femmes meurtrières de leur mari », « les condamnées pour avortement ». Les jeunes femmes de 18 à 27 ans étaient conduites à Doullens. L’ancienne maison centrale de Rennes avait vu partir les prisonnières pour faits de collaboration et elle était alors en réfection. En 1955, la centrale d’Haguenau comptait trois cent huit prisonnières condamnées aux travaux forcés (cent aux travaux forcés à temps, deux cent huit aux travaux forcés à temps. Cent trente avaient été condamnées pour meurtre ou assassinat ; les « avorteuses professionnelles » étaient au nombre de quatre-vingt-deux et les femmes condamnées pour infanticide étaient vingt-quatre.

  • 64 Hélène Bellanger, Vivre en prison, Histoires de 1945 à nos jours, Paris, Hachette, 2007.

71Le séjour dans la maison centrale d'Haguenau a été relaté par Sylvie Paul en 1962 et fit l'objet d'une charge assez sévère d'un journaliste de Détective lors de sa sortie de prison le 6 novembre 1960. Jean Prasteau se contente de reprendre quelques anecdotes tirées du livre de 1962. L'ancienne prisonnière affirma n'y avoir été l'objet d'aucun rapport défavorable, même si son caractère « récriminateur » déplaisait aux éducatrices et surveillantes. Le journaliste de Détective prétendit qu'elle était demeurée encellulée cinq années sur les six passées dans la maison centrale alsacienne. Le régime progressif en vigueur dans cette maison centrale sous-entendait des passages d'une section à une autre, un adoucissement progressif des conditions de détention pour aboutir à la semi-liberté et la libération conditionnelle, avant même le terme de la peine. Il n'y est pas fait référence dans le récit de Sylvie Paul et elle accomplit presque la totalité de sa peine, ne bénéficiant pas d’une libération conditionnelle anticipée. Les pages qu'elle consacre aux dispositifs d'observation permanente, au rôle des éducatrices semblent prolonger la vision critique de ce système, analysé par Georges Arnaud dans Prisons 53. Elle insiste sur l'hypocrisie du système, sur les postures adoptées par les prisonnières pour se conformer à la règle de l'amélioration progressive. Hélène Bellanger a pointé l’infantilisation qu’exigeait la conformité au système et donc les stratégies adoptées par les détenues, les jeux de rôle adoptés par les uns et par les autres64. L’un des fondements du système progressif résidait dans l’établissement d’une relation de confiance entre l’éducatrice et la prisonnière. Des conversations régulières devaient faire passer un courant de sympathie entre ces protagonistes d’un dialogue qui servait également aux évaluations et aux progressions d’un groupe à un autre au sein de la prison. Les descriptions de Sylvie Paul confirment ces appréciations. Georges Arnaud décrivait ainsi le régime progressif dans la prison, les femmes détenues étant réparties dans des groupes de trente à quarante sous l’autorité d’éducatrices :

« Les groupes sont désignés sous des noms de couleurs : les roses, dont on désespère, les vertes, qui sont l’élite, elles sont une vingtaine ; celles du groupe de confiance, quatre ou cinq ; et sous le signe du jaune sont étiquetées celles dont on ne sait que penser, qui sont la majorité ».

  • 65 Louise Hervieux, op. cit., p. 132.

72Une responsable de la prison indiquait que les classements étaient effectués en fonction de la « valeur morale » : 23 % dans le meilleur groupe, 33 % dans le second où l’amendement est problématique, 44 % « franchement mauvaises65 ».Les femmes étaient employées à confectionner des jouets, à tricoter des pull-overs pour la population pénale de métropole, à confectionner leurs robes de drap brun. Des formations professionnelles étaient proposées, comme dans beaucoup d’établissements réformés. Les détenues préparaient des CAP de coiffure, de sténodactylographie, de couture.

73Selon Claude Vallier, reporter à Détective, le séjour de Sylvie Paul fut émaillé de nombreux incidents. Elle s’y serait montrée odieuse, impossible, y aurait fait des grèves de la faim, aurait invectivé les gardiennes, lancé sur elles sa cuvette d’eau. Elle serait demeurée cinq années en cellule sur les six ans passés à Haguenau et aurait même été condamnée, durant sa détention, pour injures à magistrats. Le journaliste souhaitait montrer qu’elle ne s’était pas assagie, qu’elle demeurait une révoltée :

  • 66 Détective, n°751, 18 novembre 1960

« Avec elle, toutes les méthodes disciplinaires échouent, même la patience, même le silence, même la douceur. Qu’on ne la punisse pas, qu’on ne lui donne plus l’occasion de se rebeller contre la règle, et la voilà qui rue dans les brancards66. »

74Les archives non communicables du régime progressif au sein de la prison d’Haguenau nous aideraient à mieux comprendre le suivi de cette détention. Combien de temps séjourna-t-elle dans les « cages à poules » du quartier cellulaire ? Pauline Dubuisson, l’étudiante en médecine qui avait tué son amant en mars 1951 et avait été condamnée aux travaux forcés à perpétuité en novembre 1953, « fille à soldats » pendant l’Occupation dont la presse détailla les mœurs, fut elle aussi incarcérée à Haguenau. Sylvie Paul n’y fait pas allusion. Le journaliste de Détective souhaitait prolonger les représentations de la femme indomptée et indomptable, si souvent mise en scène dans cet hebdomadaire. Sylvie Paul quitta Haguenau pour Rouen, puis à Montauban, pour des raisons que nous ignorons, et enfin à la Petite Roquette, comme un retour à la case départ. Elle fut libérée le 6 novembre 1960 sous les flashs de photographes. Elle n’avait pas été déchue de la puissance maternelle, mais deux de ses enfants étaient élevés par l’un de ses frères, et la petite dernière était confiée à une œuvre religieuse. La presse mentionna le combat de Sylvie Paul pour récupérer ses enfants, une tentative de suicide à la suite d’un jugement défavorable du tribunal pour enfants. Sylvie Paul aurait décidé de se retirer dans un couvent des sœurs de Béthanie, près de Besançon, qui accueillait les « femmes pécheresses » en 1962. Roger Grenier indique qu’elle n’y demeura pas longtemps. L’ouvrage de Serge Cosseron et Jean-Marc Loubier indique qu’en 1968 elle aurait quitté le couvent. Elle aurait répondu à une agence matrimoniale et aurait rejoint un compagnon allemand.

Sylvie Paul, Détective du 20 décembre 1954

Sylvie Paul, Détective du 20 décembre 1954

Depuis la loi du 6 décembre 1954 les photographes ne pouvaient plus prendre des clichés des audiences.

Retour sur la fascination

75Les portraits de Sylvie Paul méritent d’être relus à l’aune d’un tel parcours. Maurice Lemay offrait ce portrait de « Sylvie l’insociable » dans le n° 274 de Détective du 1er octobre 1951 :

« Car telle est Sylvie : tantôt camarade courageuse et dévouée, tantôt misérable aventurière sans scrupule. Tour à tour pensionnaire de maison de correction, puis déportée à la conduite irréprochable, puis à nouveau détenue de droit commun. Laissant ici le souvenir d’une femme au destin hors série, et, là, celui d’une vulgaire entôleuse, vivant d’indélicatesses. Il ne faudrait pas auréoler ce visage. Il ne faudrait pas que le portrait de Sylvie soit seulement l’œuvre d’un romancier. Ce personnage exige un diptyque : d’un côté, la folle aventurière ; de l’autre, la fille crapuleuse. »

  • 67 Madeleine Jacob, À vous de juger, Strasbourg, Éditions Les yeux ouverts, 1962. La journaliste repro (...)

76Madeleine Jacob, la célèbre chroniqueuse judiciaire de Franc-Tireur puis de Libération, vilipendée dans les mémoires des épurés, mais à la plume de grande qualité, publia en 1962 un ouvrage67 où elle exposait cinq affaires judiciaires et médiatisées. Parmi elles : le procès Sylvie Paul aux côtés de l’étudiante en médecine Pauline Dubuisson, le patriarche Gaston Dominici, le curé d’Uruffe Guy Desnoyers et le bâtonnier suisse Jaccoud. Elle justifiait ainsi sa sélection : « Parce que ceux-là sont nimbés d’une sombre lumière que dégage leur psychologie inquiétante, dangereuse, attachante parfois. » Elle introduisait la criminelle de la rue Neuve-du-Théâtre par ces mots : « La triste et révoltée Sylvie Paul, hallucinée, hallucinante. » Madeleine Jacob écrivait le 10 décembre 1954 :

  • 68 Ibidem, p. 116.

« Un personnage et même davantage : une personnalité. Fatigante, soûlante. Elle vous étourdit par sa nervosité, sa fébrilité à fleur de peau, son bagout inlassable, ses gestes appliqués et vifs de conférencière pour revue montmartroise, sa voix qu’elle ne contrôle pas, qui éclate ou s’assourdit dans un désordre et sur un rythme de mécanique dont le ressort est près de se briser, ses mines de tragédienne des faubourgs, son vocabulaire direct, incisif, quelquefois recherché, cette soif qu’elle a de se flageller avec des mots : « Je suis une pas-grand-chose… Je n’en suis pas fière…. » Elle puise à cet exercice une délectation de cabotine qui s’écoute. De quoi est-elle au juste pétrie, cette Sylvie Paul si menue, au visage ascétique, douloureuse à force d’être sensuelle ? De quoi ? De révolte. Elle transpire la révolte, elle la respire, elle l’exhale. Sa réserve est inépuisable. Elle n’a jamais été autre chose qu’une révoltée : vicieuse, menteuse, hâbleuse, coléreuse, violente. Ce sont là rien de plus que les coefficients de la révolte qui est dans son esprit et dans sa chair depuis l’enfance68. »

77Simone France écrivait en 1954 :

  • 69 Détective, n°442, 20 décembre 1954.

« J’ai vu, ce soir là, une fille dont la règle n’est pas notre règle ; dont la loi n’est pas notre loi. Une fille dont le sein gronde de révoltes depuis l’âge de 16 ans ; une fille que la vie a malmenée sans jamais qu’elle plie, sans jamais qu’elle pleure, sans jamais qu’elle crie autre chose que des mots de rébellion. Une fille menue, aux réflexes puissants, imprévisibles, comme ceux des grands fauves que l’on ne dompte jamais complètement, qui répondent aux coups de fouet, aux coups meurtriers par le méprisant silence du loup de Vigny ; ou par le rugissement grandiose de la lionne. Cette fille égarée, en notre siècle d’obéissance, en notre temps de petites compromissions et de légères vilenies ; en nos jours où le drame ne se hausse guère au-delà de l’escroquerie ou de l’empoisonnement abject et lâche, cette fille qui n’a menti dans cette affaire qu’en accusant Mabrouk, pour dégager, à ce moment, son amant Soualhi ; cette fille de chair et de flammes ; cet être de violence explosive, sans frein, rebelle au joug, nous avons essayé de la reconstituer69… »

78Roger Grenier, dans sa préface à Ne me jugez pas insistait sur son regard :

« Tout ce que j'imaginais d'elle, c'était ce regard profond, dur comme l'acier, essentiellement tragique, qui arrivait à vous pénétrer même à travers les mauvaises photos des journaux. C'était sans doute à cause de ce regard que le banal fait divers du sordide Hôtel de la rue Neuve du Théâtre, la mort de Jeanne Péron, était devenu une des plus retentissantes affaires d'Assises de notre temps. À cause de ce regard, Sylvie Paul, poussée dans la misère, convertie à la révolte dans les bagnes d'enfants, nageant à pleines brassées dans la chaudière bouillante de la guerre, des camps de concentration, de Berlin en ruine, fascinait tous ceux qui l'approchaient. À cause de ce regard, Sylvie Paul avait inspiré trois ou quatre romanciers. »

79Le même écrivain offrit un ultime portrait de la condamnée, « L’ange du péché », après sa sortie de prison aux débuts des années soixante :

  • 70 Roger Grenier, Dans le secret d’une photo, Paris, Gallimard, 2010, p. 94.

« Au bout d’une heure, une voiture dépose une petite femme insignifiante. C’est Sylvie Paul. Elle a très peur d’être reconnue et prend toute sorte de précautions. Moi je ne l’aurais pas reconnue : une silhouette grise, des talons plats, une vieille serviette de cuir à la main. Je trouve quelque chose d’étrange dans sa toilette. Je comprends, au bout d’un moment. Elle est vêtue à la mode d’il y a dix ans. Elle porte des vêtements qu’elle a dû laisser au greffe, en entrant en prison : un tailleur gris-bleu aux épaules carrées, exagérément pincé à la taille70. »

80Les prisons de femmes du XXe siècle sont encore mal connues. L’itinéraire carcéral de Sylvie Paul, brutalisée par la guerre, est celui de nombreux délinquants de cette époque. Au-delà de la personnalité, ce long cheminement est en soi fascinant : du patronage des sœurs d’Alençon au refuge des sœurs de Béthanie, en passant par toutes sortes de geôles, plus ou moins « réformées ». Sylvie Paul avait été marquée sur le corps lors des tortures nazies, brûlée à l’acide, piquée de pointes de fer, affamée et contaminée par le typhus. « Pas de chance » s’était tatoué sur le front un multirécidiviste relégué qui, lui aussi avait connu les maisons de correction, les camps et les prisons.

Haut de page

Notes

1 Roger Grenier, Dans le secret d’une photo, Paris, Gallimard, 2010, p. 93. Le chapitre qui concernait Sylvie Paul était titré « L’Ange du péché ».

2 François Angelier et Stéphane Bou (dir.), Dictionnaire des assassins et des meurtriers, Paris, Calmann-Levy, 2012.

3 Simone France titrait un article de Détective, n°442 du 20 décembre 1954, où elle relatait le procès de 1951 : « Dans le box des accusés une fille indomptable ». D’autres organes de presse en firent une tigresse.

4 Jean-Louis Bory, Fragile ou le panier d’œufs, Paris, Flammarion, 1950, 256 p. L’héroïne du roman, Madeleine, s’inspire de la personnalité de Sylvie Paul que le jeune écrivain rencontra chez son avocate Simone Cornec, lors des premiers procès de l’après-guerre. France Dimanche du 14 octobre 1951 offrit une tribune à Jean-Louis Bory : « Le vrai roman de Sylvie Paul par le prix Goncourt 1945. »

5 Sylvie Paul, Ne me jugez pas ! préface de Roger Grenier, Paris, Gallimard, collection L’Air du temps, 1962. Le fruit d’entretiens réalisés par le journaliste après la sortie de prison de la condamnée. Roger Grenier, Dans le secret d’une photo, souvenirs, Paris, Gallimard, 2010.

6 Jean Prasteau, L’affaire Sylvie Paul, Paris, Fleuve Noir, collection Crime story, 1992, 222 p. Un chapitre du livre de Véronique Lesueur-Chalmet, Femmes et criminelles, Des sœurs Papin à Simone Weber, une histoire sanglante des faits divers, Paris, Le Pré aux Clercs, 2002 est consacré à Sylvie Paul. Il est centré sur le crime de 1951 et n’offre guère d’informations sur son parcours carcéral. Serge Cosseron et Jean-Marc Loubier, Femmes criminelles de France, Paris, Éditions de Borée, 2012. Les auteurs consacrent un chapitre à Sylvie Paul, « la princesse de l’évasion ». L’article comporte quelques approximations et erreurs sur le parcours carcéral de Sylvie Paul.

7 Simone France indiquait avoir rencontré Sylvie France en 1948 chez son avocate Simone Cornec. Elle indiquait en 1954 avoir essayé de reconstituer « son destin funeste », à l’aide de notes écrites par Sylvie Paul avant le drame, à l’aide de souvenirs rapportés d’Allemagne et de la Petite Roquette.

8 Anna Norris, L’écriture du défi, textes carcéraux féminins du XIXe et XXe siècles, Entre l’aiguille et la plume, Birmingham, Summa Publications, 2003.

9 Albertine Sarrazin, Journal de prison 1959, Paris, Éditions Sarrazin, 1972. Albertine Sarrazin, L’Astragale, Paris, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1965. Albertine Sarrazin, Biftons de prison, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1977. Albertine Sarrazin, La cavale, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1965.

10 Nicole Gérard, Sept ans de pénitence, Paris, Robert Laffont, 1972.

11 Sur la relégation, l’ouvrage précieux de Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité, Relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire, 2013. Et nos articles sur la relégation en métropole (1938-1970).

12 L’ancien « bataillonnaire », boxeur, truand, lié un temps à la Gestapo française, puis résistant, déporté, décoré par le général de Gaulle, Jo Attia, le « roi du non-lieu », le complice de Pierre Loutrel, fut l’un des rares droits communs déportés qui retint l’attention. Comme lors du procès de Sylvie Paul, de nombreux anciens de Mauthausen apportèrent leur soutien au gangster lorsqu’il comparaissait devant des juges.

13 Détective, reportage de Claude Vallier, n°751, 18 novembre 1961.

14 Madeleine Jacob, À vous de juger, Strasbourg, Éditions Les yeux ouverts, 1962, p. 116.

15 147 cellules selon d’autres sources.

16 Ce quartier était encore appelé « quartier de transfèrement » en 1937. Voir la Notice sur les prisons de Fresnes, publiée par l’Administration pénitentiaire en 1937.

17 Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre, Thèse de doctorat, Université de Poitiers, 2005. Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus au XXème siècle en France métropolitaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

18 Béatrice Koeppel, « Femmes en prison sous la IIIème République », Sociétés et Représentations, n°3, 1996, p. 204.

19 Armand Mossé, Les prisons et les institutions d’éducation corrective, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1939, p. 273.

20 Ministère de la Justice, Répertoire des œuvres privées habilitées à recevoir des mineurs délinquants, Melun, Imprimerie administrative, 1940, p. 135.

21 Michel Chauvière, Enfance inadaptée. L’héritage de Vichy, Paris, L’Harmattan, 2009.

22 Henri Danjou, Les enfants du malheur, Paris, La manufacture des livres, 2012, p. 121.

23 Élodie Seron, Le traitement des délinquantes mineures à l’école de préservation de Clermont de l’Oise (1908-1945), Mémoire de Master dirigé par Nicolas Derasse, Université Lille 2, Droit et santé, 2008.

24 Henri Danjou a parfaitement décrit la population retenue à Clermont : « Le donjon de Clermont est le quartier, unique pour toute la France, des criminelles adolescentes qui sont considérées comme ayant agi avec discernement par les jurys des cours d’assises et condamnées à des peines de prison ou de travaux forcés, mais qui sont trop jeunes pour être enfermées dans les prisons de femmes. C’est l’équivalent du quartier des « grands tailleurs » d’Eysses, où vont les enfants assassins, et, comme à Eysses, on y envoie aussi les enfants terribles du pénitencier, que la correction ne réduit pas à merci. Celles-là sont à peu près certaines d’être libérées à vingt et un ans, mais, néanmoins, elles sont groupées avec les meurtrières, dans le bagne des filles. » Henri Danjou, op. cit., p. 68. Cet ouvrage reproduit les chroniques de ce reporter publiées dans Détective en feuilleton de 1930 à 1931.

25 Henri Danjou, op. cit., p. 67.

26 Sylvie Paul, Ne me jugez pas !, Paris, Gallimard, 1962, p. 34.

27 Alexis Danan, L’épée du scandale, Trente ans au service des enfants perdus, Paris, Robert Laffont, 1961.

28 Revue d’Histoire de l’Enfance irrégulière (RHEI), Les « bagnes d’enfants » en question, campagnes médiatiques et institutions éducatives, n°13, 2011.

29 René Biard, Bagnards en culottes courtes, Paris, La Table ronde, 1968.

30 Paul Dellapina, Cambrioles, Paris, Fayard, 1972.

31 René Girier, Chienne de vie, Givors, Robert Martel, 1952.

32 Auguste Le Breton, Les Hauts murs, Paris, éditions du Rocher, 1998.

33 Bernard Madeleine, Monsieur Madeleine, Paris, Editions du Rocher, 2000.

34 Claude Charmes, Le Maximum, Paris, Stock, 1974.

35 Jacques Bourquin, « René Biard, Claude Charmes, Deux “enfants de justice” pendant la guerre », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n°3, 2000, p. 89-106.

36 Détective, n°444, 3 janvier 1955, Sylvie Paul, « Je suis une femme damnée ».

37 Dominique Dessertine, « Les tribunaux face aux violences sur les enfants sous la Troisième République », Le Temps de l’histoire, n°2, mai 1998, p. 129-141.

38 Héloïse Vimont, Saint-Lazare, prison de femmes à Paris, Imaginaire carcéral et imaginaire social (1794-1932), Mémoire de master de recherche sous la direction de Dominique Kalifa, Paris, Université de Paris I-Sorbonne, 2010.

39 Citée lors de son procès en 1954.

40 Madeleine Jacob, op. cit., p. 127.

41 Pierre Pédron, La prison sous Vichy, Paris, Éditions de l’Atelier, 1993.

42 Germaine Tillion, Ravensbrück, Paris, Seuil, L’histoire immédiate, 1973, p. 145.

43 Pr Robert Debré, « La Résistance », Le Lien, n°18, décembre 2005.

44 Histoire pénitentiaire et justice militaire, blog de Jacky Tronel.

45 Citée par Madeleine Jacob, op. cit., p. 128.

46 Agnès Humbert, Notre guerre, Souvenirs de Résistance, Paris, Éditions Émile-Paul, 1946, p. 83.

47 Ibidem, p. 99.

48 Le récit plus ou moins autobiographique confondait les deux séjours à Saint-Lô.

49 Sylvie Paul aurait été dénoncée par la journaliste Mercédès Para, de son véritable nom Hélène Viel, selon le récit de 1962. Très engagée dans le soutien à la politique de collaboration, elle multiplia les articles contre les gaullistes, les communistes et les juifs et à la gloire de la Milice et de la LVF. Elle fut également un agent des Renseignements généraux, puis de la Gestapo. Elle fut condamnée le 6 juin 1946 à dix années de travaux forcés.

50 Véronique Lesueur-Chalmet, Femmes et criminelles, Paris, 2002, p. 41-42.

51 Sylvie Paul, op. cit., p. 51-61.

52 André Renaudin, « Les fusillés des Pas-Perdus », dans l’ouvrage collectif Le palais de Justice de Rouen, Rouen, Ministère de la Justice et Département de la Seine-Maritime, 1977. Cet ouvrage rare m’a été aimablement communiqué par Réjane Boursier.

53 Dans ses témoignages, Sylvie Paul cite des noms de compagnes de détention pour attester de la véracité de ses dires. Les deux noms mentionnés à propos du Palais de Justice de Rouen sont effectivement les noms de deux résistantes.

54 « De là, je fus envoyée rue des Saussaies où je séjournai deux jours. Coups, menaces, propositions de travailler pour eux. On m’offrait 30.000 francs par mois, et ma voiture. Naturellement, je répondis par un vigoureux “Nein”. Je savais qu’on ne peut pas être un agent double sans être un traître. Ce refus m’a valu de nouveaux coups, de nouvelles tortures ». Sylvie Paul, op. cit., p. 71.

55 Ibidem, p. 70-71.

56 Tomas Fontaine, Sylvie Zaidman, Joël Clesse, Graffiti de résistants sur les murs du fort de Romainville, 1940-1944, Libel et département de Seine-Saint-Denis, 2012.

57 Sylvie Paul, op. cit., p. 81.

58 Ibidem, p. 72.

59 Ibid., p. 74.

60 Voir la notice de Thomas Fontaine sur ce transport dans Le livre mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, 1940-1945, édité par La Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Paris, Éditions Tirésias, 2004, tome 1, p. 797-798.

61 Citée par Madeleine Jacob, op. cit., p. 129.

62 Georges Arnaud, Prisons 53, Paris, 1953, p. 221.

63 Louise Hervieux, Je sors de leurs prisons, Paris, Le Centurion, 1955, p. 126.

64 Hélène Bellanger, Vivre en prison, Histoires de 1945 à nos jours, Paris, Hachette, 2007.

65 Louise Hervieux, op. cit., p. 132.

66 Détective, n°751, 18 novembre 1960

67 Madeleine Jacob, À vous de juger, Strasbourg, Éditions Les yeux ouverts, 1962. La journaliste reproduisait les chroniques publiées lors du procès de décembre 1954.

68 Ibidem, p. 116.

69 Détective, n°442, 20 décembre 1954.

70 Roger Grenier, Dans le secret d’une photo, Paris, Gallimard, 2010, p. 94.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sylvie Paul, Détective du 24 septembre 1951
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Sylvie Paul, Détective du 20 décembre 1954
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Sylvie Paul, Détective du 8 octobre 1951
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Sylvie Paul à la Libération, Détective du 1er octobre 1951
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre La victime, Jeanne Perron, Détective du 24 septembre 1951
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Sylvie Paul, Détective du 20 décembre 1954
Légende Depuis la loi du 6 décembre 1954 les photographes ne pouvaient plus prendre des clichés des audiences.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2634/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « « Green eyes ». L'exécution des peines au féminin (1930-1960) : Sylvie Paul, délinquante récidiviste du XXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 13 janvier 2014, consulté le 25 février 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2634

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page