Navigation – Plan du site
Portraits d’accusés et figures de criminels en musique

La mémoire du crime. Complaintes de tradition orale, justice et société dans la Bretagne d’Ancien Régime

Éva Guillorel

Résumés

Les complaintes en langue bretonne recueillies de tradition orale constituent un corpus foisonnant et méconnu pour l’étude des rapports entre justice et société à l’époque moderne. Recueillies depuis le XIXe siècle auprès de chanteurs issus de milieux ruraux le plus souvent modestes, elles ont préservé le souvenir de faits divers locaux qui se sont déroulés entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Le thème de la criminalité est omniprésent dans ces chansons, qui racontent pour beaucoup des récits d’homicides et d’atteintes à l’honneur féminin. La confrontation entre ces sources issues de l’oralité et les archives écrites de l’époque moderne – en particulier les procédures criminelles – permet de dégager deux discours différents et complémentaires sur la société bretonne d’Ancien Régime.

Haut de page

Notes de la rédaction

Trois enregistrements de complaintes sont présentés dans cet article en partenariat avec Dastum, association de collecte et de sauvegarde des archives du patrimoine oral de Bretagne. Image 1.jpg

Texte intégral

Chanson diffamatoire en breton insérée comme justificatif dans une procédure criminelle en 1773 dans la juridiction de PalacretAfficher l’image
Crédits : AD Côtes d’Armor [B 858.3
  • 1 Cet article s’appuie sur plus de 2200 gwerzioù étudiées dans le cadre d’une thèse de doctorat d’his (...)
  • 2 Un répertoire de cantiques imprimés en langue bretonne est bien attesté à partir du XVIe siècle, ma (...)
  • 3 Ceci n’exclut bien évidemment pas l’influence de l’écrit dans la circulation des thèmes mis en chan (...)

1Les complaintes en langue bretonne connues sous le nom de gwerzioù (gwerz au singulier) constituent un corpus foisonnant – plusieurs milliers de textes et mélodies – et méconnu pour l’étude des rapports entre justice et société à l’époque moderne1. Recueillies depuis le XIXe siècle auprès de chanteurs issus de milieux ruraux le plus souvent modestes – petits artisans et mendiants pour beaucoup –, elles ont préservé le souvenir de faits divers locaux qui se sont déroulés entre le XVIe et le XVIIIe siècle puis transmis de génération en génération dans un environnement familial et de voisinage. Le thème de la criminalité est omniprésent dans ces complaintes. Presque toutes déclinent, souvent sur plusieurs dizaines de couplets, des histoires de violences : coups et blessures, rapts de séduction, viols et surtout homicides sont décrits de façon détaillée, en expliquant dans certains cas les motivations, la mise en œuvre et la résolution du crime. Contrairement au répertoire en langue française pour lequel on peut établir des corrélations entre de nombreuses chansons manuscrites ou imprimées de l’époque moderne et le répertoire recueilli de tradition orale plusieurs siècles après, il n’existe presque aucune trace écrite de ces complaintes en breton avant leur collecte à partir des années 1810 par des érudits locaux puis des folkloristes : elles n’ont été ni imprimées ni diffusées sous forme de feuilles volantes ou de livrets de colportage, tout au moins jusqu’au début du XIXe siècle2. On se situe donc bien dans un contexte de transmission essentiellement orale sur la longue durée3. L’étude de ce répertoire chanté invite dès lors à s’interroger sur la façon dont la mémoire populaire jette sur le crime un regard alternatif et complémentaire par rapport aux autres sources habituellement privilégiées par les historiens de l’époque moderne, en particulier les archives judiciaires.

Complaintes de tradition orale et archives criminelles : de nombreuses ressemblances

  • 4 Pour une analyse détaillée de ces questions méthodologiques, voir Guillorel (Éva), op. cit., p. 23- (...)
  • 5 Guillorel (Éva), « La complainte du marquis de Pontcallec, les gwerzioù bretonnes et l’histoire », (...)
  • 6 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe.
  • 7 Nassiet (Michel), La France du second XVIIe siècle, 1997, p. 109-110. Voir également : Giraudon (Da (...)

2La première question posée par l’usage de complaintes de tradition orale en tant que source pour l’histoire est celle de la fiabilité des sources. Quel crédit peut-on en effet accorder à des chansons recueillies oralement et postérieures de plusieurs siècles aux crimes qu’elles relatent, dont on ne connaît ni les auteurs ni le contexte de composition ? Malgré ces lacunes, une analyse méthodologique méticuleuse permet de mettre en évidence la grande qualité de la préservation, au fil de la transmission, des éléments du récit premier : les gwerzioù reflètent ainsi bien plus la période à laquelle elles ont été mises en vers – de façon contemporaine aux événements – que celle à laquelle elles ont été recueillies. L’analyse des sensibilités et comportements sociaux, religieux et culturels qui transparaissent à travers les complaintes bretonnes permet de confirmer à d’innombrables reprises cette caractéristique4. La précision des toponymes et des anthroponymes permet d’ailleurs dans certains cas, et malgré l’absence de datation de ces chansons, de retrouver des archives judiciaires se rapportant au même crime, et là encore de constater la grande fiabilité des complaintes bretonnes. La complainte sur l’arrestation du marquis de Pontcallec en 1720 décrit ainsi de nombreux détails également rapportés dans les archives écrites de son procès5. Quant à la gwerz sur le meurtre du seigneur de Penanger à Ploumilliau6 (annexe 1), elle a pu être mise en relation par Michel Nassiet avec une procédure de 1649 conservée dans les fonds de la chambre de la Tournelle du parlement de Bretagne : la chanson recueillie au XIXe siècle donne une version des faits corroborée par l’archive criminelle, allant même jusqu’à préserver le souvenir de la cotte de mailles que portait le coupable et qui, dans la plainte, permet au père de la victime d’affirmer qu’il y a eu meurtre avec préméditation7.

3La gwerz, comme l’archive criminelle, décrit des situations de conflits : les histoires déclinées dans ces deux types d’archives présentent donc de nombreuses similarités. Dans les complaintes, les actes les plus violents sont privilégiés, notamment les homicides qui représentent près du tiers des récits. La criminalité qui y transparaît, loin de refléter les violences les plus représentées dans les archives judiciaires (et encore moins les violences réelles dans la société d’Ancien Régime), se rapproche donc des crimes de sang que l’on trouve souvent traités dans les lettres de rémission ou les procès criminels instruits dans les parlements.

  • 8 Pour reprendre l’expression utilisée dans : Muchembled (Robert), La violence au village. Société et (...)
  • 9 Davis (Natalie Z.), Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au XVIe siècle, Paris, Seuil, 1988.
  • 10 Laurent (Donatien), « Histoire et poésie chantée : l’exemple de la Bretagne », Historiens-Géographe (...)

4Chansons et procès judiciaires sont en outre animés par un même souci de convaincre l’auditoire que le récit présenté est crédible. Les réflexions autour de cette « règle impérative de vraisemblance8 » qui imprègne les plaintes, interrogatoires et dépositions de témoins ont alimenté de nombreux travaux d’historiens depuis les recherches pionnières de Natalie Zemon Davis9. De même, la vraisemblance entre dans la définition même du genre de la complainte historique bretonne, qui a pour ambition de raconter des histoires vraies. Ce critère de véracité est parfois même le seul qui soit retenu par les chanteurs lorsqu’on leur demande de définir une gwerz. Des témoignages concordants rapportent que les interprètes se doivent de chanter fidèlement le récit sans apporter aucune modification qui pourrait en altérer la véracité, sous peine de voir l’auditoire intervenir pour rétablir la « vraie » version10. Il découle de ce souci de vraisemblance un même soin apporté dans les deux types de sources au détail des réalités matérielles et des comportements. Les chansons comme les procédures criminelles offrent de semblables descriptions de vêtements, de meubles ou d’armes ; elles montrent de façon vivante et réaliste les coutumes d’hospitalité, les lieux de sociabilité ou les attitudes de respect ; elles nous informent sur des sujets aussi divers que la manière de porter le couvre-chef, le regard posé sur les filles déshonorées, les pratiques alimentaires, les reproches adressés au meunier ou la façon de formuler des prières.

  • 11 Piant (Hervé), Une Justice ordinaire. Justice civile et criminelle dans la prévôté royale de Vaucou (...)
  • 12 Meyer (Jean), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, p. 55-56 ; Nassiet (...)

5Enfin, les deux sources mettent en scène un univers socioculturel proche. Le prisme déformant de la réalité sociale qui apparaît dans les archives judiciaires sous la forme d’une surreprésentation des groupes les plus aisés – qui usent du recours en justice comme d’une arme de domination sociale11 – et d’une sous-représentation des plus pauvres se retrouve à l’identique dans les complaintes. Alors que la noblesse représente environ 3% de la population bretonne à la fin du Moyen Âge, ses membres sont deux à trois fois plus nombreux – voire davantage selon les sources retenues – parmi les protagonistes des procès criminels ; il en est de même pour les ecclésiastiques12. Cette distorsion est encore accentuée dans les complaintes bretonnes, où les nobles correspondent au tiers des coupables et au cinquième des victimes ; les ecclésiastiques y sont également surreprésentés, au détriment des catégories les plus pauvres.

La complémentarité entre sources orales et écrites

  • 13 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Comp (...)
  • 14 Pour le détail de ce dossier, voir : Guillorel (Éva), op. cit., p. 242-259.

6Toutefois, ce sont moins les ressemblances que les différences entre les deux types de sources qui permettent de mesurer l’intérêt du recours aux complaintes bretonnes comme documentation pour l’historien. De ce point de vue, le principal attrait de ces archives issues de l’oralité vient de ce qu’elles apportent un autre regard sur des faits aussi relatés dans les archives judiciaires. La complainte sur le meurtre du marchand Yvonnik Bergen par le sieur de Villaudrain13 (annexe 2) peut être ainsi comparée aux dépositions de témoins d’une enquête civile commanditée par les moines bénédictins de l’abbaye de Lantenac qui aborde les mêmes faits : d’un côté, la documentation écrite offre une description très concise – pas plus de deux lignes de description du fait divers dans chacun des six témoignages – mais daté et localisé – à Cadelac vers 1569 – ; de l’autre, la complainte propose sur plusieurs dizaines de couplets un récit beaucoup plus détaillé des motivations du meurtrier, du rôle de ses complices, de la mise en œuvre de l’assassinat puis de l’arrestation des coupables, mais celui-ci n’est pas situé dans le temps et dans l’espace14.

  • 15 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe.
  • 16 Laurent (Donatien), « La gwerz de Louis Le Ravallec », Arts et Traditions Populaires, t. 15, n° 1, (...)

7On peut se demander quel crédit accorder aux indications présentes dans les complaintes de tradition orale mais non dans les archives écrites contemporaines des faits. S’il est impossible d’affirmer que les informations données dans les chansons sont exatement conformes aux faits tels qu’ils se sont déroulés, on constate toutefois que la plupart des descriptions sont très crédibles dans le contexte socioculturel de la Bretagne d’Ancien Régime. L’affaire du meurtre de Louis Le Ravallec au Faouët en 173215 (annexe 3) montre même comment, dans un cas certes exceptionnel, l’oral peut être plus fiable que l’écrit. L’ethnologue Donatien Laurent a confronté une volumineuse procédure criminelle conservée dans les fonds de la sénéchaussée de Hennebont et de nombreux témoignages oraux – complaintes et commentaires en prose – qu’il a recueillis dans les années 1960 sur les lieux du crime, montrant que le souvenir du meurtre était toujours bien vivant dans les mémoires plus deux siècles après les faits16. La tradition orale permet même d’apporter des réponses à des interrogations non résolues par le procès. La collusion entre les familles des coupables et les juges en charge de l’affaire expliquent en effet que certains témoins-clés dérangeants n’aient pas été auditionnés et que le procès ait traîné en longueur pour se terminer quatre ans plus tard par un renvoi hors d’accusation. Au contraire, la tradition orale a conservé le nom des coupables et vient pallier les insuffisances des tribunaux dans un contexte de dysfonctionnement de l’appareil judiciaire.

  • 17 Plessix-Buisset (Christiane), Le criminel devant ses juges en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Pari (...)
  • 18 Voir à ce sujet : Albert (Jean-Pierre), « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationau (...)
  • 19 Bée (Michel), « Le spectacle de l’exécution dans la France d’Ancien Régime », Annales ESC, t. 38, n (...)

8Les complaintes affichent presque toujours un parti pris marqué. Cette prise de position n’est pas une originalité propre à la source orale : les plaintes, les dépositions de témoins et les interrogatoires sont eux aussi très subjectifs, d’autant plus que l’accusateur a une grande latitude pour choisir les témoins, qui déposent en conséquence presque exclusivement à charge contre l’accusé17. Les gwerzioù proposent quant à elles un point de vue unique là où une diversité des narrations apparaît généralement dans les procédures, surtout lorsque l’accusé dépose, face à la plainte de l’accusateur, sa propre plainte qui donne une version très différente des faits. Elles apportent donc une interprétation des faits qui diffère parfois nettement de celle qui émane des sources écrites. Ainsi, elles dressent un portrait très favorable de certains individus dont les exactions sont largement dénoncées dans les autres archives connues, comme Guy Éder de La Fontenelle au temps des guerres de la Ligue ou le marquis de Pontcallec sous la Régence. Dans ces deux cas, la prise en compte des exigences poétiques de la complainte permet de comprendre des formes d’héroïsation des condamnés fondées sur leur mort doloriste et expiatoire18. Leur exécution sur l’échafaud reprend des clichés littéraires que l’on retrouve dans d’autres genres imprimés comme les complaintes sur feuilles volantes, canards, nouvelles et histoires de crimes19.

  • 20 Dupont-Bouchat (Marie-Sylvie), Rousseaux (Xavier), « Le prix du sang : sang et justice du XIVe au X (...)

9De façon générale, on ne peut étudier les chansons bretonnes de manière satisfaisante si l’on ne tient pas compte de leur caractère littéraire. Les codes langagiers et les canons esthétiques qui caractérisent le genre de la gwerz expliquent un certain nombre de divergences de discours avec les procédures criminelles : les deux sources ont des finalités différentes – juridique dans un cas, poétique dans l’autre – et développent des stratégies narratives propres pour atteindre un but commun : raconter avec conviction un événement violent et emporter l’adhésion de l’auditoire qui écoute un récit présenté comme vrai. En s’intéressant à la façon dont les deux sources intègrent les mentions du sang – élément essentiel dans ces histoires de crimes –, on constate que les précisions anatomiques concrètes et sanguinolentes priment dans les plaintes, à travers des récits parfois stéréotypés qui ont pour but d’obtenir une meilleure compensation financière20. Dans les chansons par contre, les descriptions répondent à un impératif d’exagération poétique visant à susciter l’effroi, en mentionnant par exemple la couleur de l’herbe qui passe du vert au rouge après un meurtre, ou le flip-flap du sang dans les chaussures de la mère infanticide qui descend l’escalier après son crime. Un autre procédé stylistique tout aussi efficace consiste au contraire à omettre la description des violences pour en accentuer la dimension tragique : ainsi, des chansons d’assassinat passent directement de l’arrivée des meurtriers à la découverte du corps sans vie de jeunes filles, laissant à l’auditoire le soin d’imaginer le reste. Plus largement, les gwerzioù correspondent à un genre tragique qui exclut toute tentation de trivialité : on ne trouve ni injures, ni taverne, ni ivresse dans ces récits chantés alors qu’il s’agit d’éléments incontournables des descriptions judiciaires. Ce sont donc bien deux regards complémentaires que proposent les chansons et les archives criminelles sur des récits similaires de violences.

L’apport des chansons pour compenser les lacunes des archives judiciaires

  • 21 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Comp (...)
  • 22 Notamment pour le répertoire des danses en ronde. L’interchangeabilité entre les paroles et la mélo (...)
  • 23 Castan (Nicole), Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 198 (...)

10En plus de décrire différemment une même réalité, les complaintes de tradition orale ont l’intérêt d’apporter des renseignements sur des faits qui n’ont pas ou qui ont peu laissé de traces dans les archives écrites. Elles permettent tout d’abord de combler les lacunes liées à la destruction d’archives écrites, notamment pour la première modernité puisque les procédures criminelles antérieures à la seconde moitié du XVIIe siècle n’ont été que très partiellement conservées. Mais l’absence d’archives écrites ne résulte pas forcément d’une perte documentaire : certaines chansons abordent des affaires qui, de toute évidence, n’ont jamais été portées devant les tribunaux. La gwerz sur le meurtre de Perrine Le Mignon en est un bon exemple21 (annexe 4). Connue par plusieurs dizaines de versions dans toute la Basse-Bretagne et encore aujourd’hui souvent entendue22, cette chanson décrit le meurtre d’une servante d’auberge de Lannion par deux clients qu’elle ramène de nuit. Une mention portée dans les registres paroissiaux permet de dater préciser l’événement, qui s’est déroulé en janvier 1695. Aucune procédure criminelle ne semble toutefois avoir été conservée. Bien qu’on ne puisse exclure la possibilité que les archives écrites aient disparu des fonds des juridictions compétentes, il est également plausible que ce fait divers n’ait jamais été porté en justice. Les études menées à l’échelle française montrent en effet que le procureur fiscal ou royal, même alerté par l’opinion publique, n’ouvre pas toujours un procès et hésite à se mobiliser pour des affaires peu lucratives23. Perrine Le Mignon, jeune, orpheline et domestique, présente le profil parfait de la victime dont le crime peut rester facilement impuni.

  • 24 Minois (Georges), Histoire du suicide. La société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fay (...)
  • 25 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 3405.

11Si l’absence de procès peut s’expliquer dans ce cas par le statut social de la victime, d’autres affaires sont sous-représentées en justice du fait de la nature des crimes commis : les complaintes apparaissent ainsi beaucoup plus riches d’informations sur des affaires de suicides, de viols et d’infanticides. Le suicide, assimilé à un « meurtre de soi-même24 », est rarement poursuivi car les familles cherchent à maquiller la mort en accident pour pouvoir enterrer le corps en terre consacrée et préserver l’honneur de la lignée. Les rares cas jugés en Bretagne, comme celui de François Grégoire à Lanmérin en 1784 en présence du cadavre embaumé et d’un curateur qui tente de convaincre les juges de la folie du mort, se terminent par une condamnation au démembrement et à l’exposition public du corps25. Dans les gwerzioù au contraire, le suicide est souvent évoqué puisqu’il représente 4% des violences recensées. Il apparaît dans des circonstances stéréotypées et dans un contexte uniquement féminin : des jeunes filles préfèrent le suicide au déshonneur et mettent fin à leurs jours – en se jetant à l’eau ou en s’enfonçant un couteau dans le cœur – plutôt que d’être violées ou rejetées par leurs familles après avoir été séduites. Contrairement aux archives criminelles, le suicide n’est donc pas présenté sous l’angle de la réprobation mais comme un moindre mal face à un danger plus grand encore.

  • 26 Les chiffres oscillent entre moins de 1 et 2% d’après les différentes études disponibles, par exemp (...)
  • 27 Vigarello (Georges), op. cit., p. 34-37, 48-50 et 283.
  • 28 Vigarello (Georges), op. cit., p. 21.

12Les affaires de viols constituent également un volet important des violences décrites dans les complaintes bretonnes – plus de 6% –, un chiffre nettement plus élevé que les statistiques portant sur les archives judiciaires26. Les auteurs qui se sont intéressés à cette question remarquent l’opposition paradoxale entre la sévérité des peines encourues, la faiblesse des condamnations et la banalité de l’acte en pratique. L’extrême rareté des procès pour viols s’explique par la tolérance vis-à-vis d’une violence sexuelle de substitution pour des célibataires condamnés à un mariage tardif, la banalisation des violences inégalitaires (par exemple entre maître et servante) et la propension à considérer que les victimes de viols sont consentantes27. Le déshonneur moral et la peur du scandale expliquent également que de nombreuses affaires ne soient pas portées en justice, à moins que le viol ne soit associé à d’autres exactions. Dans les gwerzioù, le viol n’apparaît toutefois jamais comme un acte banalisé et est lourdement condamné : le regard porté sur ce crime rejoint ainsi le discours de la littérature imprimée dans la veine des canards qui fleurit en France au XVIe siècle, où il est présenté sous l’angle d’un crime odieux28.

  • 29 Garnot (Benoît), « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (XV (...)
  • 30 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Comp (...)
  • 31 Quéniart (Jean), « Recteurs et régulation sociale en Bretagne au XVIIIe siècle », in Garnot (dir.), (...)
  • 32 Pour une présentation détaillée de ce dossier, voir : Guillorel (Éva), « Chanson, honneur féminin e (...)

13Les atteintes à l’honneur féminin, comme le viol mais aussi le rapt de séduction et la défloration, sont un domaine privilégié des règlements à l’amiable visant à limiter la publicité sociale d’événements honteux pour les familles29. Pour pénétrer dans ce monde de l’infrajustice, qui ne laisse de traces écrites que lorsque les accommodements oraux ont échoué, la tradition orale est là encore une porte d’entrée privilégiée. La chanson sur le rapt de Margodic La Boissière à Plougonver vers 176330 en est le plus bel exemple (annexe 5) : elle raconte toutes les étapes de l’enlèvement de cette jeune fille noble par son prétendant roturier et de la négociation de la famille pour la reprendre sans l’intervention des tribunaux. En premier lieu, le père cherche à trouver un accord directement avec le ravisseur puis, n’étant pas parvenu à ses fins malgré ses menaces de poursuivre l’affaire en justice, sollicite la médiation d’un prêtre (intermédiaire privilégié de l’accommodement, en Bretagne plus encore qu’ailleurs31). Celui-ci parvient à reprendre la jeune fille subornée par ruse, et celle-ci est alors envoyée dans un couvent de Guingamp spécialisé dans l’accueil des femmes de mauvaise fréquentation. Là encore, en l’absence d’archives écrites détaillant l’affaire – même si l’on trouve trace d’une demoiselle de La Boissière internée au couvent mentionné par la chanson –, il est impossible d’être fermement assuré de la véracité d’un récit recueilli oralement plusieurs décennies après les faits ; pourtant, les descriptions de cette affaire sont très précises et totalement vraisemblables dans le climat de la seconde moitié du XVIIIe siècle32.

  • 33 Nassiet (Michel), La violence, une histoire sociale. France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Champ Vall (...)
  • 34 Une analyse détaillée de cette seconde complainte d’infanticide se trouve dans : Constantine (Mary- (...)
  • 35 Deborah A. Symonds fait le même constat au sujet des complaintes d’infanticide en Écosse. Symonds ( (...)

14L’infanticide constitue un dernier type de crime courant dans les complaintes – plus de 8% des violences recensées – mais sous-représenté dans les archives judiciaires : un procès n’a lieu, souvent déclenché par le procureur fiscal ou royal, que lorsqu’on retrouve un cadavre de nouveau-né ou qu’une femme est dénoncée. Crime non rémissible dès le XVIe siècle, il ne bénéficie d’aucune forme de clémence et les femmes confondues sont condamnées à la peine capitale33. Cette fois, les complaintes portent un même regard réprobateur vis-à-vis des mères infanticides, dans des récits qui détaillent longuement l’horreur de meurtres souvent multiples, les aveux et les condamnations à mort des coupables. Des femmes comme Marie Flouri ou Marie Quélen avouent ainsi, sur plusieurs dizaines de couplets, la façon dont elles ont tué plusieurs de leurs nourrissons dans des circonstances plus ignominieuses les unes que les autres34. L’infanticide apparaît bien comme le crime féminin par excellence : il est perpétré par des femmes, mais ce sont aussi avant tout des femmes qui dénoncent et témoignent en justice pour condamner un tel acte. Transposé dans le domaine de la gwerz, ce constat amène à questionner l’existence d’un discours proprement féminin qui imprègnerait une partie de la tradition orale bretonne. La répartition sexuée des chanteurs de complaintes d’infanticides depuis le XIXe siècle est très éloquente sur ce point : sur les 45 pièces du corpus étudié dont l’interprète est connu, 42 proviennent de femmes. Certaines chanteuses connaissent plusieurs gwerzioù différentes qui traitent d’infanticides, voire semblent se spécialiser dans ce répertoire qui forme une part importante de l’ensemble des chants recueillies auprès d’elles. Il existe donc bien des formes d’appropriation différenciées de certains répertoires en fonction du sexe et des groupes sociaux35.

  • 36 Les femmes forment plus des deux tiers des interprètes de gwerzioù interrogées par les collecteurs (...)
  • 37 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Comp (...)
  • 38 Moreau (Jean), Histoire de ce qui s’est passé en Bretagne durant les guerres de la Ligue, Brest, Co (...)
  • 39 Sur le riche répertoire de chansons diffusées en France au cours des guerres de religion, voir : Le (...)

15On peut dès lors s’interroger sur les mécanismes de conservation sur le temps long de la tradition orale, et sur les raisons pour lesquelles certains chants continuent à se transmettre tandis que d’autres sont oubliés. La force émotionnelle des récits de femmes confrontées au dilemme entre mort et honneur n’est de toute évidence pas étrangère au fait que ces gwerzioù se soient transmises de génération en génération parfois plus de quatre siècles après les faits et dans un contexte souvent féminin36. La complainte sur la mort de Jeannette Le Roux – Janedig ar Rouz en breton37 – en est un bon exemple (annexe 6). Cette chanson se rapporte à un crime impliquant René de La Tremblaye, capitaine royaliste et gouverneur de Paimpol au cours des guerres de la Ligue, et responsable de nombreux actes de brigandages en Bretagne dans la dernière décennie du XVIe siècle. Les sources écrites – en particulier les mémoires du chanoine Moreau, contemporain des faits38 – permettent de documenter précisément nombre des actions de ses troupes, mais aucune ne garde trace du récit relaté par la gwerz, à savoir l’enlèvement par La Tremblaye d’une jeune fille le jour de son mariage, qui préfère se suicider plutôt que d’être livrée à ses soldats. Cet épisode a su garder un intérêt pour les chanteurs et leur auditoire non pour le contexte historique qui l’entoure et qui a été oublié au fil de la transmission orale même si le nom du capitaine est bien préservé, mais bien pour la force émotionnelle de ce récit de mort tragique qui suscite une indignation consensuelle et intemporelle. Dès lors, on comprend mieux que cette complainte ait continué à être transmise alors que la quasi-totalité des chansons contemporaines des guerres de la Ligue – une période de grand foisonnement chansonnier en France dans un contexte de faiblesse du pouvoir royal39 – ont été oubliées dès lors que leur actualité politique a disparu.

Une justice idéalisée

  • 40 Voir sur ce point : Follain (Antoine), « L’argent : une limite sérieuse à l’usage de la justice par (...)
  • 41 Michel Nassiet relève que la part des homicides dans la criminalité remise en Bretagne est de 57% à (...)

16Parce qu’elles se spécialisent dans la description de crimes, les gwerzioù contiennent logiquement de nombreuses références à la justice. Plus du quart du corpus étudié fait référence à une ou plusieurs phases du traitement judiciaire. Toutefois, dans un genre versifié caractérisé par un impératif de concision – même une chanson de plusieurs dizaines de couplets ne peut décrire que partiellement les événements –, l’institution judiciaire et son personnel n’apparaissent qu’à travers des mentions synthétiques, évocatrices et souvent stéréotypées. Si la multiplicité du personnel et des cours de justice est bien présente, ce sont surtout les archers et prévôts des maréchaux qui sont cités, révélant une simplification du fonctionnement judiciaire où la maréchaussée symbolise la force coercitive de la justice bien au-delà des ses prérogatives et moyens réels. Dans le déroulement de la procédure judiciaire, les chansons mentionnent essentiellement deux moments : l’arrestation (qui va parfois jusqu’à la mise en prison) et l’exécution. Les différentes phases de l’instruction sont largement éclipsées, même si l’on trouve quelques références à des levées de cadavres, à l’envoi de procès en appel ou à la lecture de sentences, de même qu’au problème de la corruption de magistrats et au coût élevé de la justice40. La recherche d’une grâce et l’obtention de lettres de rémission sont souvent mentionnées puisqu’elles apparaissent dans 11,5% des versions chantées qui évoquent les institutions judiciaires : on y décrit le voyage des familles à Paris et leur audience accordée par le roi ou la reine. Deux situations se présentent alors : soit le roi refuse d’accorder la grâce, prétextant que l’arrêt de mort est déjà signé, soit – le plus souvent – il accorde son pardon sous la forme d’une lettre cachetée. La typologie des crimes remis correspond à ce que l’on en sait à l’époque moderne, puisqu’il s’agit presque exclusivement de meurtres, à l’exception d’une affaire de vol41. Les condamnations à mort prononcées dans les complaintes correspondent là encore aux peines connues pour l’époque moderne, à savoir la pendaison, la décapitation et le bûcher en fonction de la nature des crimes et du statut social des accusés.

  • 42 Piant (Hervé), op. cit., p. 270-272.
  • 43 Bastien (Pascal), L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciair (...)
  • 44 Voir sur ce point les remarques de : Laurent (Donatien), 1971, « La gwerz de Skolan et la légende d (...)

17Une approche duale de la justice est présentée dans les gwerzioù : soit elle pardonne soit elle condamne à mort. Dans ce second cas, elle est d’une redoutable efficacité puisque les peines prononcées sont majoritairement exécutées, en décalage avec la réalité d’Ancien Régime caractérisée par la difficulté à appliquer les peines prononcées et par l’absence de sentence criminelle dans la majorité des affaires du fait de nombreux abandons, civilisations de procès ou autres formes de relaxe42. La chanson présente donc la vision idéalisée d’une justice qui a les moyens de faire suivre ses décisions d’effets. Par la forte proportion de condamnations capitales, elle met en avant le souci du respect de l’ordre juste : les crimes doivent être suivis de représailles salutaires. La mise en scène détaillée et édifiante des exécutions dans les chansons, où l’on retrouve les motifs stéréotypés de l’aveu et de la repentance sur l’échafaud, s’inscrit d’ailleurs parfaitement dans le rituel d’exécution publique tel qu’analysé par les historiens43. Il faut rappeler ici le sens polysémique du terme breton gwir, auquel les récits de gwerzioù sont associés de façon récurrente dans les commentaires des chanteurs et des collecteurs : gwir signifie à la fois vrai, bon et juste, le même mot se rapportant donc au droit et à la vérité44.

  • 45 Nassiet (Michel), La violence, une histoire sociale, op. cit., p. 148.
  • 46 Billacois (François), Le duel dans la société française des XVIe-XVIIe siècles. Essai de psychologi (...)
  • 47 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe.

18La volonté de justice passe par plusieurs modes de résolutions possibles. À travers les formes d’autojustice transparaît une « culture de la vengeance45 » qui autorise la punition du crime sans recours à la justice. Il n’est pas rare dans les gwerzioù de voir de jeunes nobles laver dans le sang les outrages faits à leurs sœurs de lait roturières, ou les fils de noblesse venger la mort de leurs pères tués en duel. Le recours aux institutions judiciaires est cependant le mode de résolution le plus courant. Dans ce cas, les sentences doivent être conformes aux attentes de l’auditoire, et les chansons n’hésitent pas à transformer le dénouement d’un fait historique si le jugement prononcé ne va pas en ce sens. C’est le cas de la gwerz sur la comte des Chapelles, étudiée par François Billacois46. La complainte se rapporte au célèbre duel de François Montmorency-Bouteville en 1627, condamné à mort pour s’être battu en plein Paris malgré l’interdiction royale. Cette affaire, qui a connu un immense écho national et européen, a donné lieu à une gwerz qui se concentre uniquement sur le second en duel et cousin de Montmorency-Bouteville, le comte des Chapelles47 (annexe 7). Le dénouement de l’histoire est entièrement réécrit, puisque ce noble breton obtient une lettre de rémission qui lui permet d’échapper à la décapitation. Si l’on remet ce chant en perspective au sein de l’ensemble des gwerzioù, on constate que ce type de transformations n’est pas exceptionnel. La fin des complaintes est de façon générale beaucoup plus flexible que le début et plusieurs d’entre elles présentent, selon les versions, des dénouements alternatifs. En puisant dans un stock préexistant de motifs stéréotypés facilement interchangeables, les chanteurs et leurs auditoires peuvent ainsi orienter le récit en fonction de la bonne morale attendue.

  • 48 Ce motif du pendu dépendu reprend un thème bien connu dans les sources hagiographiques latines depu (...)

19Lorsque la justice des hommes fait défaut, la justice divine peut également rétablir l’ordre perturbé. Elle intervient en amont pour empêcher le crime ou aider les enquêteurs – par exemple sous la forme d’oiseaux qui chantent pour dénoncer les vrais coupables – ou en aval pour rétablir un mauvais jugement – par exemple en gardant vivant un pendu trois jours après son exécution48. Ce sont parfois même les âmes des morts injustement accusés qui réapparaissent pour confondre les vrais coupables : Ervoanick Le Lintier revient ainsi voir ses juges trois jours après son exécution et les menace de damnation s’ils ne poursuivent pas sa belle-mère qui l’a injustement envoyé à la potence. Les gwerzioù, tout en faisant de nombreuses références au fonctionnement des institutions judiciaires, proposent donc, dans le langage poétique qui leur est propre, le portrait d’une justice idéalisée, équitable et efficace, qui punit les coupables et réhabilite les victimes. Elles présentent sur ce plan de nombreuses similitudes avec le discours de la littérature imprimée à bas prix, autour d’une semblable rhétorique de la punition méritée, de la rédemption sur l’échafaud et du retour à l’ordre juste.

20Les complaintes historiques bretonnes recueillies de tradition orale constituent donc un corpus d’un intérêt remarquable pour l’étude des rapports entre justice et société à l’époque moderne. La qualité des descriptions des réalités matérielles, des comportements et des sensibilités n’exclut pas des transformations qui se comprennent à la fois par l’appartenance de ces sources à un genre littéraire et par les mécanismes de transmission des récits chantés sur le temps long. Face à cette tension entre stabilité et variabilité du chant, la confrontation entre les différentes versions connues d’une même complainte et entre sources orales et écrites permet de mesurer les continuités et les transformations d’un discours collectivement partagé et véhiculé dans la mémoire orale populaire. Plus que les ressemblances avec d’autres sources écrites, ce sont surtout les différences qui font des gwerzioù une source originale par rapport à la documentation habituellement utilisée par les historiens. Les complaintes bretonnes comme les archives criminelles portent ainsi un regard partial et partiel – mais différent et complémentaire l’un de l’autre – sur la société bretonne des XVIe-XVIIIe siècles.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albert (Jean-Pierre), « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationaux », in Centlivres (Pierre), Fabre (Daniel), Zonabend (Françoise) (dir.), La fabrique des héros. Terrain, cahier 12, 1999, p. 11-32.

Barbier (Pierre), Vernillat (France), Histoire de France par les Chansons, t. 1, Paris, Gallimard, 1956, 167 p.

Bastien (Pascal), L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciaires, Paris, Champ Vallon, 2006, 272 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bée (Michel), « Le spectacle de l’exécution dans la France d’Ancien Régime », Annales ESC, t. 38, n° 4, 1983, p. 843-862.
DOI : 10.3406/ahess.1983.410964

Bertrand, Régis, « Les Cantiques de l’âme dévôte de Laurent Durand (dits Cantiques de Marseille) ou le long succès d’un auteur », in Quéniart, Jean (dir.) Le chant, acteur de l’histoire, Rennes, PUR, 1999, p. 51-64.

Billacois (François), Le duel dans la société française des XVIe-XVIIe siècles. Essai de psychologie historique, Paris, EHESS, 1986, 539 p.

Castan (Nicole), Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, 313 p.

Chartier (Roger), « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in Chartier (Roger) (dir.), Les usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 83-127.

Coirault (Patrice), Formation de nos chansons folkloriques, Paris, Éditions du Scarabée, 1953-1963, 4 vol., 565 p.

Constantine (Mary-Ann), Breton Ballads, Aberystwyth, Cambrian Medieval Celtic Studies, 1996, 267 p.

Croix (Alain), Cultures et religion en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Rennes, Apogée/PUR, 1995, 332 p.

Davis (Natalie Z.), Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au XVIe siècle, Paris, Seuil, 1988, 279 p.

Dupont-Bouchat (Marie-Sylvie), Rousseaux (Xavier), « Le prix du sang : sang et justice du XIVe au XVIIIe siècle », Mentalités, n° 1, 1988, p. 43-72.

Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1993 (1ère éd. 1975), 360 p.

Garnot (Benoît), « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles) », in Garnot (Benoît) (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Publications de l’université de Bourgogne, LXXXI, 1996, p. 69-76.

Garnot (Benoît), « Justice, infrajustice, parajustice et extra-justice dans la France d’Ancien Régime », Crime, histoire et Sociétés, 2000, t. 4, n° 1, p. 103-120.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Giraudon (Daniel), « Penanger et de La Lande, Gwerz tragique au XVIIe siècle en Trégor », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 112, n° 4, 2005, p. 7-42.
DOI : 10.4000/abpo.1040

Guillorel (Éva), « La complainte du marquis de Pontcallec, les gwerzioù bretonnes et l’histoire », in Cornette (Joël), Le Marquis et le Régent. Une conspiration à l’aube des Lumières, Paris, Tallandier, 2008, p. 297-338.

Guillorel (Éva), La complainte et la plainte. Chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR/Dastum/CRBC, 2010, 589 p.+CD

Guillorel (Éva), « Chanson, honneur féminin et rapt de séduction. La place du discours juridique dans les complaintes criminelles bretonnes (XVIe-XVIIIe siècles) », in Dupouy (Jean-Pierre), Vickermann-Ribémont (Gabrielle) (dir.), Discours juridique et amours littéraires, Paris, Klincksieck, 2013, p. 215-237.

Kemener (Yann-Fañch), 1996, Carnets de route, Morlaix, Skol Vreizh, 1996, 357 p.

L’Estoile (Pierre de), Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue, Paris, 1589-1600.

Laurent (Donatien), « La gwerz de Louis Le Ravallec », Arts et Traditions Populaires, t. 15, n° 1, 1967, p. 19-79.

Laurent (Donatien), « La gwerz de Skolan et la légende de Merlin », Ethnologie française, 1971, p. 19-54.

Laurent (Donatien), « Histoire et poésie chantée : l’exemple de la Bretagne », Historiens-Géographes, t. 318, mars-avril 1988, p. 111-114.

Le Braz (Anatole), « L’origine d’une gwerz bretonne », in Loth (Joseph) (dir.), Mélanges en l’honneur d’Arbois de Jubainville, Paris, A. Fontemoing, 1906, p. 111-128.

Le Menn (Gwennole), « Les premiers cantiques bretons », Chrétientés de Basse-Bretagne et d’Ailleurs. Les archives au risque de l’histoire. Mélanges offerts au chanoine Jean-Louis Le Floc’h, Quimper, Société Archéologique du Finistère, 1998, p. 173-182.

Le Roux de Lincy (Antoine), Recueil de chants historiques français depuis le XIIe jusqu’au XVIIIe siècle. Deuxième série, XVIe siècle, Paris, Gosselin, 1842, 416 p.

Lüsebrink (Hans-Jürgen), Kriminalität und Literatur im Frankreich des 18. Jahrhunderts. Literarische Formen, soziale Funktionen und Wissenskonstituenten von Kriminalitätsdarstellung im Zeitalter der Aufklärung, München/Wien, R. Oldenbourg Verlag, 1983, 306 p.

Meyer (Jean), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, 1292 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Milin (Gaël), « De Saint-Jacques-de-Compostelle à Notre-Dame-du-Folgoët : les voies de l’acculturation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 101, 1994, n° 3, p. 7-47.
DOI : 10.3406/abpo.1994.3526

Minois (Georges), Histoire du suicide. La société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayard, 1995, 421 p.

Moreau (Jean), Histoire de ce qui s’est passé en Bretagne durant les guerres de la Ligue, Brest, Come, 1836, 260 p.

Muchembled (Robert), La violence au village. Société et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Brepols, Turnhout, 1989, 419 p.

Nassiet (Michel), Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1993, 526 p.

Nassiet (Michel), La France du second XVIIe siècle, Paris, Belin, 1997, 252 p.

Nassiet (Michel), « Une enquête en cours : les lettres de rémission de la chancellerie de Bretagne », in Saupin (Guy), Sarrazin (Jean-Luc) (dir.), Économie et société dans la France de l’Ouest atlantique, Rennes, PUR, 2004, p. 121-146.

Nassiet (Michel), La violence, une histoire sociale. France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Champ Vallon, 2011, 377 p.

Pech (Thierry), Conter le crime. Droit et littérature sous la Contre-Réforme : les histoires tragiques (1559-1644), Paris, Champion, 2000, 480 p.

Piant (Hervé), Une Justice ordinaire. Justice civile et criminelle dans la prévôté royale de Vaucouleurs sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2006, 306 p.

Plessix-Buisset (Christiane), Le criminel devant ses juges en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Paris, Maloine, 1988, 571 p.

Quéniart (Jean), « Recteurs et régulation sociale en Bretagne au XVIIIe siècle », in Garnot (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Publications de l’université de Bourgogne, LXXXI, 1996, p. 231-239.

Symonds (D.), Weep Not For Me. Women, Ballads and Infanticide in Early Modern Scotland, University Park, Pennsylvania State University Press, 1997, 289 p.

Vigarello (Georges), Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur plus de 2200 gwerzioù étudiées dans le cadre d’une thèse de doctorat d’histoire publiée en 2010 et dont cet article présente certains des résultats : Guillorel (Éva), La complainte et la plainte. Chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR/Dastum/CRBC, 2010. Ces 2200 chansons correspondent à des variantes de près de 250 chants-types – c’est-à-dire récits – différents.

2 Un répertoire de cantiques imprimés en langue bretonne est bien attesté à partir du XVIe siècle, mais les textes de chansons profanes, et en particulier les gwerzioù antérieures à la Révolution française, sont quasi inexistantes. Le Menn (Gwennole), « Les premiers cantiques bretons », Chrétientés de Basse-Bretagne et d’Ailleurs. Les archives au risque de l’histoire. Mélanges offerts au chanoine Jean-Louis Le Floc’h, Quimper, Société Archéologique du Finistère, 1998, p. 173-182. Au contraire, Patrice Coirault a repéré 400 antécédents écrits de chansons de tradition orale en français antérieurs au XIXe siècle. Coirault (Patrice), Formation de nos chansons folkloriques, Paris, Éditions du Scarabée, 1953, vol. 1, p. 18.

3 Ceci n’exclut bien évidemment pas l’influence de l’écrit dans la circulation des thèmes mis en chanson, notamment par l’intermédiaire de textes en français diffusés en Bretagne. À titre d’exemple, la gwerz sur le meurtre de la marquise de Gange par son mari jaloux est inspirée d’un procès porté devant le Parlement de Toulouse en 1667, relayé la même année par un occasionnel imprimé à Rouen ensuite régulièrement réimprimé. Le Braz (Anatole), « L’origine d’une gwerz bretonne », in Loth (Joseph) (dir.), Mélanges en l’honneur d’Arbois de Jubainville, Paris, A. Fontemoing, 1906, p. 111-128 ; Lüsebrink (Hans-Jürgen), Kriminalität und Literatur im Frankreich des 18. Jahrhunderts. Literarische Formen, soziale Funktionen und Wissenskonstituenten von Kriminalitätsdarstellung im Zeitalter der Aufklärung, München/Wien, R. Oldenbourg Verlag, 1983, p. 134-152. Ce même récit de procès donne lieu à une chanson en français dont le timbre est souvent réutilisé et associé à des cantiques. Bertrand (Régis), « Les Cantiques de l’âme dévôte de Laurent Durand (dits Cantiques de Marseille) ou le long succès d’un auteur », in Quéniart, Jean (dir.) Le chant, acteur de l’histoire, Rennes, PUR, 1999, p. 59.

4 Pour une analyse détaillée de ces questions méthodologiques, voir Guillorel (Éva), op. cit., p. 23-133.

5 Guillorel (Éva), « La complainte du marquis de Pontcallec, les gwerzioù bretonnes et l’histoire », in Cornette (Joël), Le Marquis et le Régent. Une conspiration à l’aube des Lumières, Paris, Tallandier, 2008, p. 297-338.

6 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe.

7 Nassiet (Michel), La France du second XVIIe siècle, 1997, p. 109-110. Voir également : Giraudon (Daniel), « Penanger et de La Lande, Gwerz tragique au XVIIe siècle en Trégor », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 112, n° 4, 2005, p. 7-42.

8 Pour reprendre l’expression utilisée dans : Muchembled (Robert), La violence au village. Société et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Brepols, Turnhout, 1989, p. 18.

9 Davis (Natalie Z.), Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au XVIe siècle, Paris, Seuil, 1988.

10 Laurent (Donatien), « Histoire et poésie chantée : l’exemple de la Bretagne », Historiens-Géographes, t. 318, mars-avril 1988, p. 111-114 ; Kemener (Yann-Fañch), 1996, Carnets de route, Morlaix, Skol Vreizh, 1996, p. 19.

11 Piant (Hervé), Une Justice ordinaire. Justice civile et criminelle dans la prévôté royale de Vaucouleurs sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2006, p. 102-112.

12 Meyer (Jean), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, p. 55-56 ; Nassiet (Michel), Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1993, p. 102 ; Nassiet (Michel), « Une enquête en cours : les lettres de rémission de la chancellerie de Bretagne », in Saupin (Guy), Sarrazin (Jean-Luc) (dir.), Économie et société dans la France de l’Ouest atlantique, Rennes, PUR, 2004, p. 138 ; Croix (Alain), Cultures et religion en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Rennes, Apogée/PUR, 1995, p. 217.

13 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Complainte sur le marchand assassiné, chantée par Manu Sergent, de Guénin (Morbihan) et collectée en 1960 par Jude Le Paboul et le Cercle celtique de Baud (Fonds Dastum NUM-63917).

14 Pour le détail de ce dossier, voir : Guillorel (Éva), op. cit., p. 242-259.

15 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe.

16 Laurent (Donatien), « La gwerz de Louis Le Ravallec », Arts et Traditions Populaires, t. 15, n° 1, 1967, p. 19-79.

17 Plessix-Buisset (Christiane), Le criminel devant ses juges en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Paris, Maloine, 1988, p. 281-282.

18 Voir à ce sujet : Albert (Jean-Pierre), « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationaux », in Centlivres (Pierre), Fabre (Daniel), Zonabend (Françoise) (dir.), La fabrique des héros. Terrain, cahier 12, 1999, p. 11-32.

19 Bée (Michel), « Le spectacle de l’exécution dans la France d’Ancien Régime », Annales ESC, t. 38, n° 4, 1983, p. 843-862 ; Pech (Thierry), Conter le crime. Droit et littérature sous la Contre-Réforme : Les histoires tragiques (1559-1644), Paris, Champion, 2000 ; Davis (Natalie Z.), op. cit., p. 130-134 et 207.

20 Dupont-Bouchat (Marie-Sylvie), Rousseaux (Xavier), « Le prix du sang : sang et justice du XIVe au XVIIIe siècle », Mentalités, n° 1, 1988, p. 43-72.

21 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Complainte sur le meurtre de la jeune fille de Lannion, chantée par Enora de Parscau, de Ploubezre (Côtes-d’Armor), en 2002 (Collection Éva Guillorel).

22 Notamment pour le répertoire des danses en ronde. L’interchangeabilité entre les paroles et la mélodie est la règle générale dans le répertoire breton. Un même texte peut ainsi servir à des usages très différents en fonction de l’air qui lui est associé. Le caractère tragique du récit de Perrine Le Mignon n’empêche pas qu’il fasse partie des textes les plus repris pour mener la gavotte, dans un contexte où le choix de la mélodie – et surtout son efficacité rythmique – prime sur le contenu des paroles.

23 Castan (Nicole), Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, p. 130 ; Piant (Hervé), op. cit., p. 109-112.

24 Minois (Georges), Histoire du suicide. La société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayard, 1995, p. 141-176.

25 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 3405.

26 Les chiffres oscillent entre moins de 1 et 2% d’après les différentes études disponibles, par exemple : Vigarello (Georges), Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, p. 122.

27 Vigarello (Georges), op. cit., p. 34-37, 48-50 et 283.

28 Vigarello (Georges), op. cit., p. 21.

29 Garnot (Benoît), « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles) », in Garnot (Benoît) (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Publications de l’université de Bourgogne, LXXXI, 1996, p. 69 ; Garnot (Benoît), « Justice, infrajustice, parajustice et extra-justice dans la France d’Ancien Régime », Crime, histoire et Sociétés, 2000, t. 4, n° 1, p. 103-120.

30 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Complainte sur l’enlèvement de la demoiselle de La Boissière, chantée Eugénie Parcheminer, de Plestin (Côtes-d’Armor) en 1980 (Collection Ifig Troadeg et Fonds Dastum NUM-03536).

31 Quéniart (Jean), « Recteurs et régulation sociale en Bretagne au XVIIIe siècle », in Garnot (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, op. cit., p. 231-239.

32 Pour une présentation détaillée de ce dossier, voir : Guillorel (Éva), « Chanson, honneur féminin et rapt de séduction. La place du discours juridique dans les complaintes criminelles bretonnes (XVIe-XVIIIe siècles) », in Dupouy (Jean-Pierre), Vickermann-Ribémont (Gabrielle) (dir.), Discours juridique et amours littéraires, Paris, Klincksieck, 2013, p. 215-237 ; Guillorel (Éva), La complainte et la plainte, op. cit., p. 274-288.

33 Nassiet (Michel), La violence, une histoire sociale. France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Champ Vallon, p. 159-164.

34 Une analyse détaillée de cette seconde complainte d’infanticide se trouve dans : Constantine (Mary-Ann), Breton Ballads, Aberystwyth, Cambrian Medieval Celtic Studies, 1996, p. 129-178.

35 Deborah A. Symonds fait le même constat au sujet des complaintes d’infanticide en Écosse. Symonds (D.), Weep Not For Me. Women, Ballads and Infanticide in Early Modern Scotland, University Park, Pennsylvania State University Press, 1997.

36 Les femmes forment plus des deux tiers des interprètes de gwerzioù interrogées par les collecteurs bretons, soit 74% des informateurs au XIXe siècle et 63% au XXe siècle d’après le corpus étudié.

37 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe. Écouter la Complainte sur l’enlèvement de Jeannette Le Roux, version recueillie auprès de Maryvonne, Anastasie et Eugénie Goadec, de Treffrin (Côtes-d’Armor), collectée par Donatien Laurent en 1965 (Coll. ATP et Fonds Dastum NUM-a90228).

38 Moreau (Jean), Histoire de ce qui s’est passé en Bretagne durant les guerres de la Ligue, Brest, Come, 1836.

39 Sur le riche répertoire de chansons diffusées en France au cours des guerres de religion, voir : Le Roux de Lincy (Antoine), Recueil de chants historiques français depuis le XIIe jusqu’au XVIIIe siècle. Deuxième série, XVIe siècle, Paris, Gosselin, 1842 ; L’Estoile (Pierre de), Les Belles Figures et Drolleries de la Ligue, Paris, 1589-1600 ; ainsi que l’anthologie de : Barbier (Pierre), Vernillat (France), Histoire de France par les Chansons, t. 1, Paris, Gallimard, 1956.

40 Voir sur ce point : Follain (Antoine), « L’argent : une limite sérieuse à l’usage de la justice par les communautés d’habitants (XVIe-XVIIIe siècle) », in Garnot (Benoît) (dir.), Les Juristes et l’Argent. Le coût de la justice et l’argent des juges du XIVe au XIXe siècle, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2005, p. 27-37.

41 Michel Nassiet relève que la part des homicides dans la criminalité remise en Bretagne est de 57% à la fin du XVe siècle mais 90% dans les années 1530-1550 pour monter jusqu’à 100% à la fin du XVIe siècle. Nassiet (Michel), « Une enquête en cours », op. cit., p. 130.

42 Piant (Hervé), op. cit., p. 270-272.

43 Bastien (Pascal), L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciaires, Paris, Champ Vallon, 2006 ; Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1993 (1ère éd. 1975), p. 53-54.

44 Voir sur ce point les remarques de : Laurent (Donatien), 1971, « La gwerz de Skolan et la légende de Merlin », Ethnologie française, 1971, p. 19.

45 Nassiet (Michel), La violence, une histoire sociale, op. cit., p. 148.

46 Billacois (François), Le duel dans la société française des XVIe-XVIIe siècles. Essai de psychologie historique, Paris, EHESS, 1986, p. 270-273.

47 Les paroles en breton et en français de cette complainte sont présentées en annexe.

48 Ce motif du pendu dépendu reprend un thème bien connu dans les sources hagiographiques latines depuis le VIIe siècle. Chartier (Roger), « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in Chartier (Roger) (dir.), Les usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 83-127. Milin (Gaël), « De Saint-Jacques-de-Compostelle à Notre-Dame-du-Folgoët : les voies de l’acculturation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 101, 1994, n° 3, p. 7-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éva Guillorel, « La mémoire du crime. Complaintes de tradition orale, justice et société dans la Bretagne d’Ancien Régime », Criminocorpus [En ligne], Musique et Justice, Portraits d’accusés et figures de criminels en musique, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 30 mai 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/2635 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2635

Haut de page

Auteur

Éva Guillorel

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Caen Basse-Normandie, CRHQ UMR 6385.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page