Navigation – Plan du site
2008

La Salpêtrière de Paris sous l’Ancien Régime : lieu d’exclusion et de punition pour femmes

Jean-Pierre Carrez

Notes de l’auteur

Les illustrations de cet article sont issues de la banque d’images de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine de Paris. Ils sont reproduits ici avec l’aimable autorisation du service d’histoire de la médecine de la BIUM. Les clichés ont été réalisés par le service photographique de la Bibliothèque et sont sous Droits réservés.

Texte intégral

1A son ouverture, en 1656, la Salpêtrière de Paris s’impose comme le plus grand établissement d’enfermement de femmes à l’époque moderne. Cet article expose les conditions de naissance de cette institution jusqu’à sa transformation en hôpital pour le traitement de la folie durant la période révolutionnaire.

1. Les origines

  • 1  Archives de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (A.A.P.-H.P ensuite), Code de l’Hôpital géné (...)
  • 2  Bronislaw Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe-XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976, 353 p.

2Les premières traces de répression de la pauvreté à Paris sont anciennes. Dès 1350, une ordonnance royale ordonne « que les pauvres valides fuient la ville et fauxbourgs de Paris, avec défenses de mendier, à peine du fouet et d’être mis au pilori ; et à la troisième fois signés d’un fer chaud au front, et bannis desdits lieux »1. Dans la première moitié du XVIIe siècle toutefois, l’augmentation croissante des pauvres, mendiants et vagabonds de Paris engendre de nombreux vols et agressions dans la capitale. Bronislaw Geremek, spécialiste des pauvres et marginaux au Moyen-Âge, a fait une remarquable étude sur l’appareil répressif qui a tenté de régler le vagabondage, la prostitution, la mendicité et la criminalité. Il a montré dans les marginaux parisiens aux XIVe-XVe siècles 2 le peu d’intérêt que suscitaient les pauvres vagabonds. Ils sont considérés comme les rebuts de la société, fourbes et voleurs. Dans la conclusion de son ouvrage, Bronislaw Geremek donne un verdict prononcé à l’encontre d’un vagabond qui résume parfaitement les mentalités : il est dit « inutile au monde ».
Le pouvoir cherche alors de nouveaux moyens pour combattre ce phénomène que la conjoncture économique, la Fronde et le renforcement de l’État ont en grande partie contribué à créer. La vieille question trouve une solution inédite. Avec l’hôpital général, il ne s’agit plus en effet de rejeter au loin les indésirables mais tout au contraire de les retenir sur place, dans des lieux fermés.

3Entre assistance et répression, pouvoir royal, aristocratie et compagnies religieuses participent activement à cette entreprise qui marque la période du « grand renfermement ». Le 27 août 1612, Marie de Médicis fonde le « bureau et hôpital des pauvres enfermés », hôpital de la Pitié, pour aider les pauvres.

4C’est l’arrêt du 16 juillet 1632 qui prévoit un véritable enfermement des pauvres à Paris. Il interdit aux pauvres de mendier sous peine d’être arrêtés et conduits dans les prisons du royaume. De 1640 à 1649, des assemblées de magistrats se réunissent pour étudier les moyens de combattre la mendicité. Ils prévoyaient un même système d’enfermement mais dans des établissements destinés uniquement à cette population marginale.

5En 1645, l’archevêque de Paris reconnaît la compagnie des « servantes des pauvres de la Charité » sous la responsabilité de Vincent de Paul qui devient le symbole de l’aide aux pauvres. Vincent de Paul est un proche d’Anne d’Autriche et conseille les grandes dames de la cour qui lui fournissent un soutien financier pour ces projets d’aide aux pauvres comme la création d’hôpitaux et de magasins de distribution de vêtements ou de nourriture. Dès 1629, une autre entreprise d’aide voit le jour sous la forme de la Compagnie du Saint-Sacrement. Cette association, ultra catholique et anti-janséniste (surtout à partir des années 1650), de 405 ecclésiastiques (évêques, chanoines, ou simples curés ; les réguliers sont interdits) et 501 laïcs (de la haute robe et offices de finances, noblesse de cour, nombreux bourgeois) est une association de notables qui comptent sur les postes d’influence qu’ils occupent pour christianiser la société, et ce en dehors de tout contrôle politique ou ecclésial. Elle désire « promouvoir la gloire de Dieu » en agissant pour l’aide aux plus démunis. Ce sont d’ailleurs ses dévots qui sont à l’origine du « grand renfermement » des pauvres et de la création de l’Hôpital général des pauvres de Paris. La Compagnie du Saint-Sacrement, société secrète, n’a aucun statut officiel mais est reconnue au plus haut sommet de l’État. Anne d’Autriche soutenait l’œuvre des dévots. Elle avait été persuadée par Vincent de Paul et par les membres de la Compagnie du Saint-Sacrement que l’aide aux pauvres et la disparition de la mendicité étaient des impératifs. Pour cette Compagnie, la moralisation de l’ensemble de la vie sociale doit passer par le combat contre les éléments les plus nuisibles de la société. Les mendiants « fainéants » font partie de cette catégorie de pauvres qu’il faut combattre à la différence du pauvre repentant qui refuse l’aumône et qui représente l’image du Christ. Dans l’esprit de cette nouvelle morale, l’enfermement du mauvais pauvre doit lui permettre de retrouver sa spiritualité perdue.

6En 1651, le plan d’établissement d’un Hôpital Général, appuyé par la Compagnie et la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu, est présenté au Premier Président au Parlement de Paris et au Procureur Général. Le projet est d’organiser l’Hôpital général autour de l’ancienne Pitié qui deviendrait le siège de l’administration générale du renfermement à Paris. Au mois d’avril 1656, « l’Édit du Roy portant établissement de l’Hôpital général, pour le renfermement des pauvres mendiants de la ville et Fauxbourgs de Paris » est signé. Comme pour les autres pays d’Europe qui ont pris des mesures similaires contre les pauvres vagabonds, on veut se protéger, sous couvert de la religion, de ce qui est différent et qui fait peur, dans une société où le paraître l’emporte sur tout le reste. La vie que mènent les mendiants et les vagabonds est une vie de païens. Ils ne s’approchent pas des sacrements et leurs enfants ne sont pas baptisés. Les justifications sont toutes trouvées…

  • 3  Bibliothèque nationale de France, Collection Delamare, fonds français, 21804, microfilm 4685, fol. (...)

7L’édit d’avril 1656 prévoit dans ses articles la réunion à cette « institution » de plusieurs établissements chargés d’accueillir les pauvres de la capitale : la Pitié, le Refuge, Scipion, La Savonnerie et Bicêtre sont les cinq bâtiments donnés par le roi pour enfermer les pauvres. Et ce sont les lettres patentes d’avril 1656 qui font don de la maison de la Salpêtrière, acquise par Louis XIV le 12 janvier 1650, à l’Hôpital Général. Elle est chargée d’accueillir les femmes, jeunes filles et enfants mais aussi des couples sans ressources. En 1666, dix ans après l’édit d’établissement, la Salpêtrière accueillait 2322 pauvres3.

  • 4  A.A.P.-H.P., op.cit., fol. 280.

8Le 18 avril 1657, l’article premier de l’arrêt de la Cour du parlement pour l’exécution de l’établissement de l’Hôpital Général annonce que « la Cour […] enjoint à tous les pauvres mendiants valides et invalides, de quelqu’âge qu’ils soient, de l’un et l’autre sexe, de se rendre […] dans la cour de l’hôpital de Notre-Dame de la Pitié […] pour être par les directeurs envoyés et départis aux maisons dépendantes dudit Hôpital Général, auxquelles ils y seront logés, nourris, entretenus, instruits et employés aux ouvrages, manufactures et services dudit hôpital »4. Les pauvres mendiants qui ne se seront pas rendus à la Pitié dans les délais prévus y seront amenés de force par les officiers de police. L’article 4 interdit de nouveau la mendicité « à peine du fouet contre les contrevenants, pour la première fois ; pour la seconde, des galères contre les hommes et garçons, et du bannissement contre les femmes et filles ». La direction de l’Hôpital général, pour le spirituel, est confiée aux grands vicaires du chapitre de Paris. Ils ont nommé comme premier recteur Louis Abelly. Le recteur a sous son autorité 22 prêtres répartis dans les différentes maisons de l’Hôpital général pour que les pauvres soient « catéchisés, instruits, et pour qu’il leur soit administré les sacrements ». La direction est partagée entre pouvoir spirituel et temporel, ce dernier prenant même le pas sur le premier. Les sœurs officières chargées du fonctionnement intérieur de la Salpêtrière n’ont d’ailleurs de religieux que le terme « sœur », car elles n’ont fait aucun vœu pour accéder à ce poste. Elles participent à l’administration laïque de l’établissement (même si les journées sont rythmées par des services religieux...) sous la direction de la Supérieure.

  • 5  Isambert, Recueil des anciennes lois françaises, Paris, Belin-Le-Prieur, 1824-1833, tome XIV, p.88
  • 6  E. Lavisse, in A. Corvisier, La France sous Louis XIV, ordre intérieur et place en Europe, Paris, (...)

9Dès le règlement du 20 avril 1684, une nouvelle catégorie de la population parisienne est à enfermer : les femmes débauchées. Et c’est à la Salpêtrière qu’elles devront être « enfermées ». Comme la mendicité, la débauche et la prostitution sont combattues avec acharnement pendant tout le XVIIe siècle. Outre la déportation dans les colonies, l’Hôpital général devient le principal mode de mise à l’écart des prostituées jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les prostituées étaient déjà mises en cause dans le 101e article de l’ordonnance de 1560 promulguée par François II5 puisque cette ordonnance interdisait tout simplement la prostitution. Cette mesure aurait été prise suite à la progression rapide de la syphilis. Et c’est tout naturellement qu’on s’est attaqué à ce qui ne pouvait être qu’à la base de ce développement : la prostitution. Sous couvert de santé publique on épurait ainsi les rues de Paris d’un autre fléau, la « débauche publique et scandaleuse ». Les mesures d’internement contre les débauchés se multiplient dans ce siècle de moralisation de la société. Des maisons de force avaient déjà été créées et aménagées pour les débauchées. Ces établissements étaient ouverts, théoriquement, aux seules volontaires, et avaient pour objectif de changer la morale et les mœurs de ces femmes égarées. Le roi prévient que « les femmes d’une débauche et prostitution publique et scandaleuse, ou qui en prostituent d’autres, seront renfermées dans un lieu particulier destiné pour cet effet dans la maison de la Salpêtrière ». Les débauchées pourront y être enfermées sur décision de justice. Après l’ordonnance du roi du 20 avril 1684, un inspecteur est chargé de la police des mœurs. Il est chargé, jour et nuit, de les arrêter et de les conduire au dépôt Saint-Martin, passage obligé des futures condamnées. Le lendemain, les femmes arrêtées comparaissent à l’audience du grand Châtelet. Les femmes condamnées, escortées par des archers, sont alors emmenées en charrette, dont les planches sont recouvertes de paille, à travers les rues de Paris, à la vue de tous, jusqu’à la Salpêtrière. Les deux hommes qui ont donné « leurs lettres de noblesse » à cette nouvelle charge étaient les deux premiers lieutenants généraux de police de Paris, Gabriel Nicolas de La Reynie (lieutenant général de police de 1667 à 1697) et Marc René de Voyer d’Argenson (de 1697 à 1715). A l’origine, la police tenait et du pouvoir militaire, et du pouvoir judiciaire, et devait ainsi se substituer aux milices bourgeoises dont Louis XIV se méfiait surtout depuis les événements de la Fronde6. Dans les campagnes, seule la maréchaussée, organisée par François Ier, devait surveiller les chemins, poursuivre les crimes, les vols ou les délits commis par les vagabonds, les mendiants, les gens de guerre et autres déserteurs, les repris de justice, combattre les séditions... c’est-à-dire les cas relevant de la prévôté. Outre les inspecteurs, tout un corps hiérarchisé de commissaires, de sergents à cheval, à pieds, d’archers et un réseau d’indicateurs étaient sous ses ordres.

2. Organisation et accueil

10Dans cet environnement répressif, les prostituées redoutaient d’être arrêtées. En 1687, le roi veut faire incarcérer toutes les femmes publiques de Paris, alors que l’arrêt de 1684 n’avait prévu l’internement que d’un nombre limité de filles, celles qui étaient considérées comme les plus dangereuses. Si l’enfermement des filles « de mauvaises vies » reste exceptionnel au début, il s’accélère à la fin du XVIIe siècle. La Salpêtrière devient maison d’assistance où l’on reçoit les orphelins, pauvres, infirmes, vieillards,... et maison de répression et de privation volontaire de liberté, par décision de justice ou par simple décision des directeurs de l’Hôpital général, pour les débauchées, folles, voleuses, sorcières ou jugées comme telles, blasphématrices,…. Les directeurs ont leurs archers et autres cohortes chargés de chercher et d’arrêter les pauvres et vagabonds. Ils bénéficient en plus du droit de juger, sans appel, les infractions au règlement par la mise au carcan, au pilori et au cachot ne remettant le coupable à la justice ordinaire que s’il est passible de peines plus graves. D’ailleurs c’est à la Salpêtrière qu’un bâtiment est créé afin de recevoir les individus les plus marginaux ou dangereux pour la société. Il est divisé en quatre parties distinctes : le commun où l’on gardait les débauchées en attente d’une décision de justice ; la correction, qui était destinée aux débauchées susceptibles de changer...leur bon comportement durant leur séjour était essentiel pour obtenir un avis favorable des responsables de l’établissement (et plus précisément de la Supérieure qui donnait son avis au lieutenant général de police) ; la « Grande force », dans laquelle on enfermait les personnes arrêtées par ordre du roi ; la prison, qui devait détenir les femmes condamnées par la justice.

  • 7  In G. Cesbron, Saint-Louis de la Salpêtrière, Paris, Nouvelles Éditions latines. 1956.
  • 8  B.N., Collection Clairambault, 984, fol.87.
  • 9  Ibid., fol.180.
  • 10  A.A.P.-H.P., Salpêtrière, registre des entrées, 1Q2.47, fol.116.
  • 11 Ibid., fol.2.

11La Salpêtrière est composée, à l’origine, par les bâtiments du petit arsenal dans lesquels on fabriquait la poudre à canon (grâce à l’exploitation du Salpêtre). La fabrication de la poudre fut transférée à Vincennes et la nouvelle « activité » de la Salpêtrière put alors commencer. Dès la fin de 1657, grâce à de nombreux dons, un premier agrandissement est décidé. Deux bâtiments furent construits en priorité. Achevés en 1663, ils permirent l’accueil de 2 000 à 3 000 personnes7. En 1669, on propose l’édification de la chapelle Saint-Louis qui pourra accueillir 4 000 fidèles. En 1684, après la décision d’enfermer les femmes de mauvaise vie ou débauchées, dont certaines sont considérées comme dangereuses au même titre que les folles, on décide la construction de l’énorme prison de « La Force ». Le bâtiment est formé de cellules d’une surface de 2 m sur 1,5 m, et qui n’ont pour seule lumière que celle qui passe par une étroite lucarne à barreaux. Chaque cellule est fermée par une porte massive avec serrures, verrous et judas. À la gauche de la cour principale se tenaient les logements, ateliers et chantiers des ouvriers, charrons, serruriers, cordonniers, menuisiers..., ainsi que les écuries et les étables pour l’élevage des vaches, les greniers à blé et à fourrage, mais aussi les remises à charrettes indispensables pour le transport des femmes de la Force et les transports à l’Hôtel-Dieu, hôpital central pour les malades de la Salpêtrière. Viel, architecte de la plupart des travaux de la Salpêtrière, fut chargé, à la fin du XVIIIe siècle, de reconstruire les loges, jugées trop insalubres, destinées à accueillir les folles ou aliénées. Ces nouvelles loges prirent la forme de petits chalets dans lesquelles on plaçait les folles les plus agitées. On y trouve ainsi des folles furieuses « qu’on ne pourra guérir », des folles violentes, des folles « par intermittence », des « imbéciles » ou des folies qui apparaissent avec l’âge, en quelque sorte la sénilité. Quelques exemples peuvent illustrer le type de "folles" qui ont pu être admises dans les loges dès leur création jusqu’à leur rénovation. Catherine Blanchard fait partie de la catégorie des « incurables et incorrigibles ». Enfermée le 26 février 1698 pour avoir dénoncé une prétendue conspiration contre le roi, sans « aucun fondement » d’après le lieutenant général de police La Reynie, elle est toujours enfermée en 1710 car « sa raison ne se rétablit pas »8. Madeleine Le Roy dite Le Cœur est enfermée à la maison de force le 13 février 1702, à l’âge de 23 ans, pour avoir jeté des pierres sur des carrosses et pour avoir tenu des discours incompréhensibles9. Ses excès de violence conduisent ceux qui s’en occupent à l’enchaîner pour éviter qu’elle ne commette « les plus grands crimes ». Certaines folles sont traitées médicalement comme cette femme de 52 ans, Jeanne David, entrée en juin 1761 par une ordonnance de police « pour être traitée et médicamentée jusqu’à parfaite guérison »10. Le même mois, c’est une fillette de 8 ans, Marie-Françoise Bunel, qui entre comme « insensée ». Le 4 janvier 1781, Madeleine Mereux, dont on pense qu’elle a 30-35 ans, et dont on ne sait pas d’où elle vient (« n’ayant rien pu en tirer »), entre à la Force11. Qualifiée de faible d’esprit, un ordre de police ordonne qu’elle soit déplacée de la Force aux Loges, pour être « parmi les malades de son espèce et être retenue jusqu’à nouvel ordre ». Elle meurt à la Salpêtrière le 2 mars 1782.

  • 12  B.N., Collection Clairambault, 984, fol.3.
  • 13  Ibid., fol.7.
  • 14  Procès-verbal in "Trois siècles d’histoire hospitalière - La Salpêtrière", Entretiens de Bichat, P (...)
  • 15  Son ouvrage date de 1731.

12Des personnages célèbres ont séjourné à la maison de Force de la Salpêtrière. D’abord, deux empoisonneuses, complices de Catherine Deshayes dite la Voisin, ancienne accoucheuse, qui ont participé à « l’affaire des poisons ». Marguerite Roussel dite « la Silvestre »12, enfermée à vie à la Salpêtrière le 6 août 1681 à l’âge de 55 ans, et Marguerite Poupart dite la Croix, enfermée le 24 juillet 168613 à l’âge de 44 ans (elle décèdera le 4 janvier 1707, à 65 ans, « dans de bonnes conditions », ayant reçu tous les sacrements « malgré la corruption de son esprit et de son cœur »), suivant un ordre du roi déclarant qu’elle méritait la mort pour être une « empoisonneuse publique ». Mais la plus connue des prisonnières est sans aucun doute la comtesse de La Motte, condamnée à perpétuité, en 1786, dans l’affaire du Collier de la Reine. Le procès-verbal d’exécution du jugement « condamne la Dame de La Motte à être, ayant la corde au col, battue et fustigée nue de verges et flétrie d’un fer chaud en forme de la lettre V sur les deux épaules, par l’exécuteur de la Haute Justice, au devant de la porte des prisons de la Conciergerie du Palais ; ce fait, menée et conduite en la maison de Force de l’Hôpital Général de la Salpêtrière pour y être détenue et renfermée à perpétuité »14. Plus tard, c’est Théroigne de Méricourt, célèbre révolutionnaire, qui, perdant la raison, est internée à la Salpêtrière. Et n’oublions pas l’héroïne de l’Abbé Prévost, Manon Lescaut, qui y séjourne aussi un temps15.

3. Vers un soin des « malades »

13La vie interne de la Salpêtrière est intense, entre les travaux quotidiens (puisqu’il faut bien occuper ces pauvres femmes, au tissage, filage, à la broderie,...), les problèmes d’hygiène (nombreux traités contre l’insalubrité et les conditions de détention), les disputes, les complots (la crise janséniste de 1749), les punitions et autres tortures (appelées les "secours"...) jusqu’aux troubles de la Révolution françaises (massacres de 1792) et la transformation radicale de la Salpêtrière-prison en Salpêtrière-hôpital pour le traitement neurologique des malades. C’est à cette période que la direction générale de l’Hôpital général démissionne et laisse place à une toute autre organisation. De nouvelles constructions transforment l’établissement. La construction la plus importante est sans aucun doute celle des « nouvelles infirmeries » pour l’isolement des plus contagieux mais aussi pour éviter des transports ininterrompus de malades entre la Salpêtrière et l’Hôtel-Dieu. Il existe aussi une apothicairerie et un amphithéâtre d’anatomie, autour des jardins situés derrière l’église et le cimetière.

  • 16  Colombier et Doublet, Instruction sur la manière de gouverner les insensés et de travailler à leur (...)
  • 17  H. Chambon de Montaux, Moyen de rendre les hôpitaux plus utiles à la nation, Paris, 1787, 280 p.

14Les femmes accueillies le sont désormais pour des troubles neurologiques ou de comportement qui peuvent être soignées, ce qui tranche complètement avec l’ancienne politique d’enfermement sans soins effectué jusqu’alors. Car ce n’est qu’à partir des années 1780 que naît une véritable réflexion sur les établissements d’assistance, sur leur organisation, et aussi sur l’accueil et le placement des malades. Chargés par le gouvernement d’élaborer une instruction sur la manière de gouverner les insensés16, Jean Colombier et François Doublet apportent des réponses, pour le premier, sur l’organisation des établissements, pour le second, sur le traitement des maladies mentales. Colombier insiste sur le fait qu’une personne dite « insensée » doit être accueillie dans un établissement dans lequel on peut la soigner. L’internement dans la maison de force, comme elle l’est systématiquement à la Salpêtrière, dans les loges destinées aux folles, n’existe que si rien ne peut être fait pour sa guérison. En 1787, Le moyen de rendre les hôpitaux plus utiles à la nation17 de H. de Chambon de Montaux met en cause la mauvaise organisation des hôpitaux et notamment de la Salpêtrière, surtout en ce qui concerne le soin des malades. Ce qu’il faut changer, c’est le traitement des personnes malades ou qui tombent malades durant leur séjour. Le développement de la médecine est essentiel pour faire face à une multitude de symptômes et de pathologie qui sévissent dans l’établissement. Un médecin sera donc attaché aux infirmeries de la Salpêtrière et les visitera deux fois par jour. Le premier médecin de la Salpêtrière est Raymond Finot, en 1691. Lui succèdent : Ferme Lhuys, l’Epy (1715-1757), Gaulard (1762), Philips (1782). En 1786, Henri de Chambon de Montaux est nommé à ce poste (il est destitué en 1790 par les administrateurs qui n’acceptent pas ses critiques sur la mauvaise tenue de l’établissement).

15Philippe Pinel entre à la Salpêtrière le 13 mai 1795. Il a travaillé auparavant deux ans à Bicêtre et s’était livré pendant cinq ans, de 1781 à 1785, à la maison Belhomme, maison de santé privée de Paris, à des recherches thérapeutiques, tout en traduisant Cullen. Il recommande les saignées, les purgatifs, les bains chauds ou tièdes, les vésicatoires sur la tête, et les émétiques. Il reste dans les esprits celui qui a libéré les enchaînées. Ce n’est qu’en 1807 que le traitement des folles est complètement organisé dans ce que l’on appelle dorénavant les deux « hospice de la vieillesse », Bicêtre et la Salpêtrière. C’est alors seulement qu’on supprime totalement les chaînes, carcans, et fers aux pieds et aux mains dont les folles étaient chargées. Les femmes sont soignées pour imbécilité, démence, épilepsie, manie et "mélancholie". Une autre histoire commence...

16Cette grosse « machine » a accueilli plus de 250 000 individus de 1721 (un grand nombre de registres précédent cette année ont brûlé lors du grand incendie de la commune) à 1791 (année de la démission des directeurs). Ce qui peut amener à une estimation de plus de 400 000 individus de 1656 à 1791.

Haut de page

Bibliographie

La bibliographie présentée ne porte que sur la Salpêtrière, ce qui n’est qu’une petite partie d’une bibliographie plus fournie dans mon ouvrage et qui aborde des thèmes tels que la justice, les crimes, les prisons, les hôpitaux, l’assistance aux pauvres, etc.. Les sources (imprimées et autres) proviennent, pour la plus grande partie, des Archives de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, des Archives et de la Bibliothèque nationale.

« A la Salpêtrière. Médecine et histoire. Médecin de la Salpêtrière, maire de Paris, Chambon de Montaux (1748-1826) », par M.C., Hôpital et Aide sociale Publique, 1964, nov-déc., n° 30, p. 703-711.

Berenblit (Eliane). Approche de la psychiatrie à travers l’histoire à la Salpêtrière, Lycée Rabelais, Octobre 1980, 51 p.

Boucher (Louis). La Salpêtrière, son histoire de 1656 à 1790, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1883, 137 p.

Carrez (Jean-Pierre). Femmes en prison : étude de 309 internées à la Salpêtrière de Paris, d’après des interrogatoires de police (1678-1712), mémoire de maîtrise sous la direction de Robert Muchembled, Université Paris XIII, 1993, 108 p.

Carrez (Jean-Pierre). Femmes opprimées à la Salpêtrière de Paris (1656-1791), Paris, Editions Connaissances et Savoirs, 2005, 320 p.

Cesbron (G.). Saint-Louis de la Salpêtrière, Paris, Nouvelles Éditions Latines, p. 6-18, 35 ill., 31 p. 1956.

Chevange (Jacqueline). Les manufactures d’hôpitaux au XVIIe siècle : spécialement à Pontivy et à la Salpêtrière, Paris, D.E.S., Lettres, 1952.

Eschenlauer (Georges). La Salpêtrière et son église Saint-Louis, 1938, 35 p.

Gasco (Roselyne). La Salpêtrière, 1789-1794, Paris, D.E.S. d’Histoire, université de la Sorbonne, 1962-63, 142 p.

Guillain (Georges) et Mathieu (P.). La Salpêtrière, Paris, Masson, 1925, 89 p.

Henry (Marthe). La Salpêtrière sous l’Ancien Régime : les origines de l’élimination des antisociaux et assistance aux aliénés chroniques, Thèse, méd., 1922, 170 p.

Larguier (Léo). Les vieux hôpitaux français, la Salpêtrière, Lyon, Laboratoires Ciba, 1939, 47 p.

Leclainche (Xavier). La Salpêtrière à travers 3 siècles d’histoire, Paris, Expansion, Extrait de la semaine des hôpitaux, n° 8, 1958, 10 p.

Légier-Desgranges (Henry). L’évasion de Madame de La Motte, Paris, Perrin, 1949, 254 p.

Légier-Desgranges (Henry). « Un ancien aumônier de la Salpêtrière », Bulletin d’information et de documentation de l’Assistance Publique de Paris, n° 4, 1951, p. 65-66 ; n° 8, p. 23-26.

Légier-Desgranges (Henry). « De la Salpêtrière au Mississipi », Bulletin d’information et de documentation de l’Assistance Publique de Paris, n° 6, mars 1951, p. 55-57 et n° 7, avril 1951, p. 49-58.

Légier-Desgranges (Henry). « A la maison de force de la Salpêtrière. Prisonnières pour "fait de religion" », Bulletin d’information et de documentation de l’Assistance Publique de Paris, n° 12, 1951, p. 27-40.

Légier-Desgranges (Henry). « La légende de Manon Lescaut à la Salpêtrière (Manon Aydou) », Médecine de France, n° 96, 1958, p. 37-44.

Raux (Didier). La misère au XVIIIe siècle. L’exemple de la population de la Salpêtrière vers 1730-1735, Paris, Sorbonne, 1979, 120 p.

« La Salpêtrière, hier et aujourd’hui », l’hôpital à Paris, publication de l’association des amis de l’Assistance Publique à Paris, n° 5 spécial, août 1982, 79 p.

Sainte-Fare Garnot (Nicolas). « Évolution du plan de masse de la Salpêtrière de Paris : du petit Arsenal à l’Hôpital Général (1634-1671) », Bull. Soc. Hist. Paris, 1986 (1984), p. 57-71.

Sexer (Alfred). « La Salpêtrière et son Histoire », R. Touring club, 1959, n° 698, p. 585-588.

Simon (Nadine). La Pitié-Salpêtrière, éditions de l’Arbre à Images, Paris, 126 p.

« Trois siècles d’histoire hospitalière. La Salpêtrière », Entretiens de Bichat, Paris, Expansion, 3-13 octobre 1958, 47 p.

Vessier (Maximilien). La Pitié-Salpêtrière, quatre siècles d’Histoire et d’histoires, Paris, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 1999, 367 p.

Weiner (Dora B.). « Les femmes de la Salpêtrière : 3 siècles d’histoire hospitalière parisienne », extrait de Gesnerus, 1995, n° 52, p. 20-39.

Haut de page

Notes

1  Archives de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (A.A.P.-H.P ensuite), Code de l’Hôpital général, fol. 471.

2  Bronislaw Geremek, Les marginaux parisiens aux XIVe-XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976, 353 p.

3  Bibliothèque nationale de France, Collection Delamare, fonds français, 21804, microfilm 4685, fol. 452-453.

4  A.A.P.-H.P., op.cit., fol. 280.

5  Isambert, Recueil des anciennes lois françaises, Paris, Belin-Le-Prieur, 1824-1833, tome XIV, p.88.

6  E. Lavisse, in A. Corvisier, La France sous Louis XIV, ordre intérieur et place en Europe, Paris, S.E.D.E.S, 1979, p.274.

7  In G. Cesbron, Saint-Louis de la Salpêtrière, Paris, Nouvelles Éditions latines. 1956.

8  B.N., Collection Clairambault, 984, fol.87.

9  Ibid., fol.180.

10  A.A.P.-H.P., Salpêtrière, registre des entrées, 1Q2.47, fol.116.

11 Ibid., fol.2.

12  B.N., Collection Clairambault, 984, fol.3.

13  Ibid., fol.7.

14  Procès-verbal in "Trois siècles d’histoire hospitalière - La Salpêtrière", Entretiens de Bichat, Paris, Expansion, 3-13 octobre 1958, p.23.

15  Son ouvrage date de 1731.

16  Colombier et Doublet, Instruction sur la manière de gouverner les insensés et de travailler à leur guérison dans les asiles qui leur sont destinés, Paris, Impr. royale, 1785, 44 p.

17  H. Chambon de Montaux, Moyen de rendre les hôpitaux plus utiles à la nation, Paris, 1787, 280 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Carrez, « La Salpêtrière de Paris sous l’Ancien Régime : lieu d’exclusion et de punition pour femmes », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/264

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Carrez

Jean-Pierre Carrez est enseignant. Docteur de l’université Paris XIII, il a consacré de nombreuses années de recherche aux femmes enfermées à la Salpêtrière sous l’Ancien Régime. Le fruit de son travail a été distingué par le prix du Centre National d’Études hospitalières en mai 2002. Il travaille aujourd’hui sur la folie et les conditions des femmes dans les établissements d’enfermement.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page