Navigation – Plan du site
Bagnes, prisons et quartiers politiques

Belle-Ile-en-Mer : prison politique (1848-1858)

Jean-Yves Mollier

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois en 1987 dans « Maintien de l'ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle », Société d'Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 185-211.

Texte intégral

  • 1 Sébastien Commissaire, Mémoires et souvenirs de Sébastien Commissaire, ancien représentant du peupl (...)

1Nous nous proposons dans cet article d’étudier le mode de fonctionnement de la prison de Belle-Île-en-Mer, de 1848 à 1858, dans ses liaisons avec les divers acteurs de l’ordre social : ministères, préfectures, personnel pénitentiaire, commissaires, juges, gendarmes et militaires et, à partir des réactions des intéressés, de leurs initiatives aussi, de réfléchir à la mise en place d’un système carcéral copié sur celui des droits communs mais en grande partie autonome parce que son statut et ses buts ne sont pas nécessairement les mêmes.
Nos sources sont triples : 

- les archives départementales du Morbihan et les archives nationales pour l’échange de correspondance entre les divers échelons de l’ordre administratif, policier et judiciaire.
- Les récits du temps et les souvenirs vécus, seuls moyen de connaître de l’intérieur les réactions des prisonniers ; outre les correspondances éparses de Barbès et de Blanqui, nous disposons des Mémoires et Souvenirs de Sébastien Commissaire, des Souvenirs d’un prisonnier d’État sous le Second Empire, de Jean-Baptiste Boichot, du Journal d’un transporté de Charles Delescluze et des Mémoires de Ferdinand Gambon1. 
Les études plus ou moins récentes faisant le point sur tel ou tel aspect de la question ; le fond constitué par la Bibliothèque de 1848 et, antérieurement par le bulletin intitulé La Révolution de 1848, nous a été très précieux.

Chronologie de l’enfermement à Belle-Île

Le dépôt

  • 2 Silvio Pellico, Mes prisons, 1833.

2La Révolution de 1848 et la Seconde République n’ont pas inventé la prison politique. La citadelle de Doullens, le Mont-Saint-Michel, la prison-hôpital de Tours notamment ont détenu Barbès, Blanqui, Martin Bernard et leurs amis de la Société des Saisons à l’issue de l’insurrection malheureuse de 1839. En Europe, deux lieux de détention particulièrement prégnants dans la mémoire collective se sont illustrés : les plombs de Venise, narrés par Casanova, le Spielberg décrit par Silvio Pellico2. Il faut leur ajouter deux références omniprésentes dans la réflexion policière avant et après février 1848 : la transportation britannique des détenus de droit commun aux colonies et le long débat sur la prison cellulaire provoqué par l’enquête de Tocqueville en Amérique.

  • 3 Martin Bernard, Dix ans de prison au Mont-Saint-Michel et à la citadelle de Doullens, Londres, Jeff (...)
  • 4 Michelle Perrot, « 1848. Révolution et prisons », in L’impossible prison, Paris, Seuil, 1980.

3Les journées de février 1848 provoquèrent l’ouverture des portes des prisons. Le récit de Martin Bernard3 montre que l’événement politique est immédiatement ressenti par le directeur de la prison de Doullens comme un ordre de facto de libération des détenus politiques. Malgré les peines d’emprisonnement prononcées, le délit antérieur paraît désormais caduc. Michelle Perrot4 a d’ailleurs montré que, dans un premier temps, les droits communs ont affiché la prétention d’être libérés en raison du changement de régime politique.

  • 5 Philippe Vigier, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hac (...)

4Les événements de Rouen, en mai 1848, ceux du 15 mai 1848 à Paris, l’insurrection de juin dans la capitale et ses répercussions en province5 entraînent rapidement, aux yeux du nouveau pouvoir, la nécessité de refermer les portes des prisons. Trois questions se posent alors : quelles prisons choisir ? Quel personnel utiliser ? Quelles peines prononcer ?

  • 6 Cité par Babaud-Laribière, Histoire de l’Assemblée Nationale Constituante, M. Lévy, 1850, 2 vol., t (...)

5La commission de la Marine s’était emparée de cette question dès l’élection de la Constituante. Thiers participa à ses travaux dont Léon Faucher fut le rapporteur. L’isolement cellulaire, retenu par la cour des Pairs, sous le régime déchu, fut écarté. Certains souhaitaient la disparition des bagnes et des Centrales au profit de la transportation en Algérie des prisonniers dont on aurait fait des colons soumis aux règlements et à la surveillance de l’armée. Tous s’accordaient sur la nécessité du travail comme moyen de régénérer les condamnés. De Broglie s’illustra en proposant que chaque détenu fasse mouvoir constamment « une roue d’écureuil destinée à mettre un moulin en mouvement6 ».

  • 7 Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848, 3 vol., Paris, Calmann Lévy, rééd. 1878, t. 3, p. (...)
  • 8 Voir le récit de Charles-Ferdinand Gambon, Dans les bagnes de Napoléon III : mémoires / de Charles- (...)
  • 9 Un de leurs drapeaux affichait clairement : « Du pain ou du plomb ! ».
  • 10 Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des républiques, 4 vol., Paris, Michel (...)
  • 11 Ibidem, p. 140.
  • 12 Ibid., p. 173.

6Le « vertige de la peur7 » qui s’empara des classes possédantes allait replacer la triple question sur le terrain du concret, de l’immédiatement réalisable. Les prisons ordinaires furent utilisées, le personnel ancien maintenu en place et seulement augmenté des protégés du nouveau pouvoir8. Une pénalité nouvelle fut cependant introduite, imposée par la répression des Journées de Juin, la transportation sans jugement des insurgés arrêtés les armes à la main. Louis Reybaud a observé finement les réactions psychologiques des bourgeois parisiens placés en face de l’événement incontournable : la volonté des ouvriers de vivre en travaillant ou de mourir en combattant9. Malvina, l’épouse de Jérôme Paturot, leur préfère les nègres car « ils n’ont de noir que la peau10 » et elle approuve le choix du gouvernement, l’appel aux généraux « africains » : « A Bédouins, Bédouins et demi11 ». Quant à Oscar, il s’est battu contre les « Mohicans » et comprend désormais « que l’on se fasse un tambour de la peau d’un vaincu, qu’on tire un jambon de sa personne12 ».

  • 13 Daniel Stern, op. cit., t. 3, p. 260.

7Sénard proposa le 27 juin un décret de déportation outre-mer, à l’exception de l’Algérie, tandis que Cavaignac envoyait devant les conseils de guerre les insurgés pris les armes à la main. Méaulle, rapporteur de la commission, proposa une transaction qui fut adoptée : l’éloignement de Paris. Cavaignac s’expliqua à la tribune et obtint la transportation qui « n’impliquait pas la prison dans l’exil et, voulant éviter le reproche d’imposer une dictature cruelle, s’engagea devant le Conseil des ministres à se contenter de faire garder dans les ports les prisonniers, de façon à pouvoir les amnistier ultérieurement13 ».

  • 14 Archives départementales du Morbihan, ministre au préfet, Y 93.
  • 15 AD Morbihan, doc. cit.

8À Belle-Île-en-Mer, le Génie avait reçu l’ordre, fin juin 1848, d’aménager sur les glacis de la citadelle des baraquements pouvant recevoir 3 000 détenus. Le 21 septembre 1848, le ministre de l’Intérieur arrêtait les dispositions particulières instituant, conformément au décret du 24 juin, le « Dépôt de Belle-Île14 ». L’article 1 stipulait : « Les baraquements récemment construits sont constitués prison provisoire » et l’article 2 : « Antony Béraud est nommé directeur15 ». Ce choix d’un directeur de théâtre, certes ancien militaire, comme chef d’une chiourme d’un genre nouveau, était destiné à prouver l’humanité des décisions du ministre. 1 200 insurgés environ transitèrent par ce dépôt, souvent avant d’être rappelés à Paris pour être jugés par les conseils de guerre. Dès la fin de l’année 1849, sept cents grâces présidentielles avaient réduit le nombre de détenus.

  • 16 Idem, Y 93 et Y 94.
  • 17 AD Morbihan, op. cit., Y 93.

9L’organisation intérieure souffrit beaucoup de l’inexpérience du directeur et de l’absence de cadres administratifs efficaces. Si le 30 septembre, 19 gardiens sont en place, et 24 le 30 mars 1849, l’intendance n’est pas à la hauteur de sa tâche et les plaintes des prisonniers sont incessantes16. Ceux-ci se sont d’ailleurs organisés plus vite que leurs gardiens et ils ont recréé à Belle-Île une vie démocratique telle qu’ils l’avaient connue à Paris : clubs, journal manuscrit, forums et même tentatives d’entraîner la population bretonne locale, autorisée deux heures par jour à venir vendre des provisions, faute de cantine officielle. Les plaintes des autorités locales, essentiellement du préfet Boulage, en poste sous la Monarchie de Juillet, révoqué en février mais promu en mai à la direction du département de l’Yonne puis en décembre 1849 à celle du Morbihan où il demeurera jusqu’en 1858, vont entraîner une réforme progressive du dépôt de Belle-Île. Déjà, le 13 janvier 1849, le ministre Léon Faucher proposait au prédécesseur de Boulage de nommer à la direction de la prison un officier supérieur : « la fermeté et l’énergie de son caractère » en imposeraient aux détenus, aux gardiens et aux populations17. Sur proposition du ministère de la Guerre, le lieutenant-colonel Dufraisse de Kerlan rejoint son nouveau poste fin janvier mais il ne satisfait pas pour autant les notables de l’île. Trochu, alors chef d’escadron, suggère à son chef, le maréchal Bugeaud, une intervention directe auprès du ministre de l’Intérieur. Il reconnaît certes que Dufraisse de Kerlan « a apporté dans les dépenses une économie et un ordre qui n’existait pas auparavant » mais « il ne semble pas être homme de fermeté » et discute trop avec les détenus.
Poursuivant sa description de la prison de Belle-Île, il ajoutait :

« D’un autre côté, le cynisme, l’audace et l’orgueil des détenus passent toute croyance. Ils offrent leur protection, promettent des emplois, etc., pour l’époque du triomphe prochain de leur cause. Le 14 février, on les a laissés arborer un pavillon rouge et on leur a même procuré à cet effet un mât. Beaucoup étaient coiffés du bonnet phrygien et toute la journée des orateurs ont tenu les discours les plus effrayants [qui] sèment dans cette population la plus honnête et la plus paisible de toute la France, des idées subversives et dont elle était bien éloignée avant l’arrivée de ces misérables. La première mesure à prendre ne devrait-elle pas avoir pour objet d’isoler ce foyer de contagion, d’en rendre l’accès impossible ».

  • 18 Ibidem, p. 198-199.
  • 19 Ibid., lettre jointe à celle de Bugeaud au ministre de l’Intérieur, le 14 mars 1849, p. 197.

10Rapportant les propos d’un ouvrier à un propriétaire de Belle-Île : « Beaucoup de gens trouvent que ces condamnés ont raison, qu’il y a dans le monde des gens trop riches auprès de gens trop pauvres, et qu’on devrait consciencieusement partager en frères18 », le futur général Trochu demandait le remplacement de l’officier supérieur par « un colonel de gendarmerie qu’il serait bon de faire assister par un bon commissaire de police19 ». Bugeaud, commandant en chef de l’Armée des Alpes, appuyait chaudement ces recommandations et en ajoutait une, personnelle : faire dresser par les préfets, dans toute la France, des listes de suspects :

  • 20 Ibid., p. 204.

« Dès qu’il y aurait un commencement d’attaque à Paris, le ministre ordonnerait par le télégraphe de les arrêter et de les mettre en un lieu de sûreté. De ce nombre seraient les chefs de clubs et de sociétés secrètes, les journalistes montagnards, les montagnards exaltés, etc. Ce coup de vigueur ferait avorter les projets coupables. Si l’on eût employé ce moyen dans la nuit du 21 au 22 février, il est probable que la révolution ne se fût pas faite20 ».

  • 21 AD Morbihan, doc. cit., Y 93.
  • 22 Ibidem.

11Nous avons longuement cité ces deux lettres parce qu’elles nous semblent illustrer le changement d’attitude des autorités en face des détenus politiques au commencement de 1849. L’intervention des militaires, des officiers formés à la rude discipline de l’Afrique, l’obéissance passive et le massacre des populations algériennes, prend le relais de celle des civils. À Belle-Île, le 25 avril 1849, le colonel Pierre, officier de gendarmerie, prend le commandement et réorganise complètement la vie du camp. Exigeant du préfet la nomination d’anciens soldats comme gardiens, améliorant la distribution des vivres et la qualité des repas, se préoccupant de l’habillement et du couchage des prisonniers comme des gardiens, il exige en contrepartie l’obéissance la plus absolue à ses ordres. Les geôliers ivres seront révoqués, les détenus récalcitrants châtiés. Il reconnaît l’existence, avant son arrivée, d’un club socialiste, d’un forum de prédications, d’un journal manuscrit, mais surtout de « l’état d’exaspération, d’exaltation et d’indiscipline dans lequel [il a] trouvé le dépôt des détenus de juin21 ». L’incurie de l’administration, sa crainte des prisonniers sont telles que le nouveau directeur sera peut-être obligé « de répandre le sang22 » à l’approche des élections.

  • 23 Colonel Pierre, le 5 juin 1849 : AD Morbihan, doc. cit., Y 93.
  • 24 Ibidem.
  • 25 Ibid.

12Pour faire triompher ses idées, il organise des écoles élémentaires pour les jeunes détenus illettrés. Les cours fonctionnent très vite et il autorise bientôt un théâtre amateur, se réservant seulement le droit de lire les pièces avant leur mise en scène. Certain que c’est l’oisiveté qui fait naître « les pensées exaltées, les idées coupables23 », il fait approuver par le ministre toutes ses réformes « qui semblent faire une heureuse diversion24 » aux idées des prisonniers. Il n’hésite pas à écrire qu’en échange de ces améliorations bien réelles dans la vie quotidienne, « ils savent que j’exige d’eux la soumission la plus immédiate, que je suis résolu à les maintenir dans l’obéissance passive25 ».

13Type même du futur officier colonial, le colonel Pierre, organisateur remarquable – en quelques mois il a transformé la prison, faisant construire en dur des murs d’enceinte remplaçant les palissades – homme intelligent et surtout admirable meneur d’hommes, nous paraît surtout intéressant, dans le cadre de cette étude, par la certitude de son bon droit. À aucun moment, il ne doute ; jamais il n’accepte de penser que les hommes qu’il commande pourraient éventuellement avoir raison. Son assurance lui permet d’agir conformément à ce qu’il croit être l’intérêt des détenus. Conscient des limites de sa tâche et de la résistance de certains, il écrit, dans un de ses derniers rapports au ministre :

  • 26 Ibid, le 22 juin 1849.

« Selon ma conscience, il y aurait danger de les mettre tous en liberté. Si une partie de ces détenus ressent encore les instincts de la famille et le besoin de travail, et par conséquent offre quelques garanties pour l’avenir, un certain nombre ne cache point ses coupables pensées contre l’ordre et le gouvernement établi ; j’ai la conviction qu’aussitôt rendu à la société, il s’affilierait aux sociétés secrètes, il s’empresserait de faire partie des clubs, et ne manquerait pas au moment donné, de fournir son contingent à l’émeute26 ».

14En conclusion, il écrit :

  • 27 Ibid.

« Il me semble que le Gouvernement ne peut pas songer à une amnistie générale. La transportation d’une partie des détenus est devenue nécessaire, indispensable même, tant à cause des motifs politiques que j’ai déduit plus haut, que par suite de l’insuffisance de l’établissement de Belle-Île si incomplet et cependant si onéreux pour l’État27 ».

  • 28 AD Morbihan, doc. cit., Y93.

15Si le ministre partage cette opinion et apprécie l’ampleur de l’effort accompli, la volonté du prince-président modifie ses intentions. Les grâces présidentielles entrent dans le cadre d’une propagande destinée à préparer le chemin de l’accès durable au pouvoir, et le dépôt de Belle-Île se vide peu à peu de ses occupants. Les chefs ont été traduits devant la justice militaire et enfermés dans les prisons ordinaires : Doullens, Clairvaux, etc. La destination de Belle-Île est donc repensée dans le cadre d’un mouvement général de la détention politique. Transformée par décision ministérielle du 19 août 1850, Belle-Île devient officiellement « Maison de Détention et de Déportation28 ».

La détention

16Les condamnés des Hautes Cours de Bourges et de Versailles avaient d’abord été conduits à la citadelle de Doullens où se retrouvèrent Blanqui, Barbès, Raspail et tant d’autres républicains « de la veille ». Durant l’été 1850, la décision est prise de les rassembler en un lieu unique, Belle-Île, et de leur adjoindre les divers condamnés des journées révolutionnaires de Marseille, Lyon, Rouen, Limoges et autres localités considérées comme dangereuses. Six convois franchiront les portes de la citadelle avant le 2 décembre 1851, portant à 325 le nombre des détenus. En raisons des libérations en fin de peine, et surtout des grâces dont nous reparlerons, ce chiffre ne sera plus jamais dépassé.

  • 29 On trouvera une étude précise dans Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 64.
  • 30 Cette expression, plutôt que cette de « Barbésiens » est attestée par l’ex-représentant Julien Maig (...)
  • 31 Maurice Dommanget, Blanqui à Belle-Île, Paris, Librairie du Travail, 1935.

17Leurs origines sont diverses mais on trouve rassemblés pour l’essentiel des Parisiens, des Marseillais, des Lyonnais, des Limousins et des habitants du Centre et du Sud-Est de la France. Les professions sont variées mais les prolétaires sont les plus nombreux29, auxquels s’ajoutent dix anciens représentants, dix journalistes et quatorze officiers. Blanquistes et « Barbistes »30 comme on disait alors se partagent à peu près également les esprits mais cette distinction, sans doute trop mise en évidence par M. Dommanget31, ne s’avère significative que pendant les premiers mois en 1851.

18De 1852 à 1857, 276 autres prisonniers pénètreront à Belle-Île : insurgés du 2 décembre, de la Nièvre, du Centre et du Sud-Est, membres de sociétés secrètes, affiliés aux Mariannes, condamnés des complots contre l’Empereur, exilés rentrés en France pour continuer la lutte, ouvriers révoltés de Trépazé, etc. Un mouvement important en 1854 ramène encore à Belle-Île les insoumis des autres prisons et en fait authentiquement la prison politique française la plus dense de la première partie du Second Empire. Ici se côtoient, bon gré mal gré, Blanqui, Barbès, Pilhes, Gambon, Hibruit, Vauthier, Ansart, Lacollonge, Watteau, Delescluze, Commissaire, Boichot, Fargin-Fallole, Langlois et des dizaines de révolutionnaires moins connus qui, tous ensemble, font de cette Détention une poudrière aux yeux des autorités et un « bouillon de culture carcérale » pour les prisonniers. La fermeture de cette prison, début 1858, et la dispersion des 81 irréductibles illustreront les limites de la réussite d’un système conçu pour réduire et pour briser.

Les techniques et les agents du maintien de l’ordre

Une structure administrative complexe

  • 32 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

19Placés sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, les prisons centrales et les maisons de détention dépendent étroitement des décisions du pouvoir politique. Les changements de ministres ne se traduisent pas pour autant par des modifications sensibles du régime carcéral tant le pouvoir personnel du prince-président, puis de l’Empereur, limite le champ d’initiatives de ces principaux collaborateurs. À côté du ministre, les chefs des grandes Divisions, souvent en place avant 1848, conservent une large part de l’autorité et tentent d’infléchir le cours des décisions impériales. Ainsi, Montferrand, directeur de l’Administration intérieure, écrit-il en marge d’un rapport du 12 juillet 1853 destiné au ministre : il faut distinguer, pour les grâces, « entre les instruments aveugles et les fauteurs de désordre qui, en liberté, sont, pour la société, un danger permanent. Les premiers me semblent, dans une certaine mesure, dignes d’indulgence pourvu qu’ils aient fait acte de repentir et de soumission, et qu’ils aient déjà expié leur faute en subissant une grande partie de leur peine32 ».

  • 33 Idem.

20Soulignant une évolution qu’il n’approuve pas, ce haut fonctionnaire constate que les pénalités « en matière politique, ont été, après 1848, sensiblement réduites, et ce serait s’exposer grandement que d’ajouter encore cette modération33 ». Aussi propose-t-il une mesure générale promise à un bel avenir : imposer au minimum la moitié de la peine en détention obligatoire et n’atténuer le jugement ou ne gracier qu’ensuite. Le ministre, s’il obéit aux instructions de l’Empereur, impose également la marque de son autorité. Aussi répond-il au préfet du Morbihan qui lui demande des instructions pour la libération du détenu Pierre Brune, de Cliousclat (Drôme), que celui-ci, outre deux années de prison, a été condamné par les commissions mixtes à la transportation à Cayenne :

  • 34 Idem.

« Toutefois d’après les renseignements que j’ai recueillis, je serais disposé à réclamer en sa faveur une commutation de peine, pourvu toutefois qu’il fasse acte de soumission au gouvernement. Je vous prie d’éclairer le sieur Brune sur sa véritable position. J’attendrai votre réponse pour prendre une détermination à cet égard34 ».

21Dans ce cas, l’intérêt du directeur de la prison, celui du préfet et celui du ministre se rejoignent : enlever un élément au camp républicain, briser un prisonnier, montrer à l’Empereur que sa politique conduit à des ralliements de plus en plus nombreux puisque seule la demande de grâce lui sera présentée, mais non les tractions préliminaires.
Le principal magistrat de l’ordre administratif peut encore intervenir en décidant souverainement des exceptions à la loi. Persigny écrit au préfet Boulage, le 3 juillet 1854, à propos des prisonniers qui ont fini leur peine mais sont réclamés pour dettes par l’Enregistrement :

  • 35 AD Morbihan, doc. cit., Y 98.

« Vous avez fait observer que ces condamnés trouveraient trop facilement, au milieu de la population oisive des prisons, l’occasion de propager de funestes doctrines. Ce danger est réel, et pour le prévenir, je décide, par exception, que ceux des détenus de Belle-Île qui se trouveraient dans le cas que vous signalez pourront y être maintenus, à l’expiration de leur peine, pour y subir le contrainte par corps35 ».

22Les prisons départementales ne connaîtront donc pas la « contamination » redoutée par les autorités.
Pour imposer une modification de l’état des esprits, jugée encore trop lente, Persigny envisagea de transférer trente détenus de Belle-Île à Doullens. Il écrivait alors, le 18 juin 1853, au préfet de Morbihan :

  • 36 Ibidem Y. 99.

« Il importe que cette translation soit considérée par ceux qui en seront l’objet, comme acte de bienveillance qui les rapproche de la capitale et souvent de leur famille, et soit pour le reste de la population un encouragement à mériter la même faveur36 ».

23Analysant les ressorts psychologiques des détenus, il ajoutait :

  • 37 Ibid.

« Ces condamnés doivent être pris surtout parmi ceux qui ont mérité de l’intérêt pour leur bonne conduite, par les témoignages qu’ils ont donnés de leur repentir et de leur soumission. Il en est d’autres qui, tout en partageant ces sentiments, sont retenus par une sorte de fausse honte et par la crainte de leurs codétenus dans la manifestation de leur retour à de meilleures pensées. C’est parmi ces condamnés que j’ai aussi l’intention de choisir ceux qui seraient conduits à Doullens, en leur facilitant ainsi les moyens de mériter plus tard complètement la clémence de Sa Majesté37 ».

  • 38 AD Morbihan, doc. cit., Y 98.
  • 39 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 176.
  • 40 AD Morbihan, doc. cit., Y 99.
  • 41 AN, BB 20/359, Cour d’Amiens.
  • 42 Ibidem.

24On ne peut être plus clair quant aux intentions affichées : manier en même temps la carotte et le bâton, et surtout recruter de nouveaux ralliés à l’Empire en désespérant les derniers républicains. Le ministre peut aussi s’opposer à son préfet et à son directeur s’il considère ses fonctions plus sûres que celles de ses subordonnés. Billault qui succède à Persigny en 1854, autorise les dames Köppen à visiter Gambon du 14 au 29 novembre 1855 à Belle-Île parce qu’il croit l’objet de leur venue susceptible de faire fléchir ce détenu. Malgré les rappels du préfet sur leur mauvaise tenue dans l’île en 1851, leurs insultes, et surtout le refus d’une nouvelle autorisation en 1852 parce qu’on les soupçonnait de vouloir faire évader le prisonnier, le ministre estime que cette fois Caroline Köppen vient en Bretagne pour convaincre Ferdinand Gambon de demander sa grâce afin de pouvoir l’épouser38. Les autorités subalternes connaissaient mieux leur homme et savaient qu’il ne plierait pas mais elles durent s’exécuter de mauvaise grâce, se réjouissant cependant un peu plus tard du coup porté au moral du détenu quand il apprit que sa fiancée allait en épouser un autre39.
Le ministre doit également intervenir contre ses subordonnés quand il subit lui-même les pressions de ses collègues et notamment du Garde des Sceaux. Le 26 septembre 1853, par dépêche télégraphique, Persigny intime l’ordre au directeur de Belle-Île de « ne pas persister dans son refus d’admettre dans cet établissement le juge de paix de Belle-Île délégué par le juge d’instruction
40 ». Pourtant ce type d’intervention est très rare et, en règle générale, l’Intérieur défend jalousement ses prérogatives en ce domaine. Déjà en 1850, Barrot avait fait observer à son collègue de la Justice qui avait demandé une enquête sur les plaintes de Blanqui concernant Vallet : « On intervertit les règles. Le directeur, le préfet et le ministre de l’Intérieur lui-même ne sont plus rien et la Justice devient tout41 ». Rappelant que sous la Monarchie de Juillet il y avait déjà à Doullens des détenus politiques criant à la barbarie, il faisait observer que « jamais les officiers du parquet qui doivent savoir que l’autorité supérieure veille, que le gouvernement qu’ils servent ne sanctionnerait aucun abus de la force n’ont pensé, contrairement aux règles et aux usages administratifs, à pénétrer dans la citadelle42 ».
À Belle-Île ce problème se posa surtout la première année. Les plaintes au sujet de la prévarication du directeur Vallet furent enregistrées et la Justice diligenta. De même lorsque des rixes graves se produisirent entre détenus, le procureur général de Rennes fit poursuivre les prévenus devant les tribunaux ordinaires. Le résultat ne répondit nullement à ses espérances et il abandonna ses prétentions. Dès le 3 mars 1851, le procureur général de Rennes prévient le Garde des Sceaux qu’il renonce :

  • 43 AN, BB 30/391, 3 mars 1851.

« Monsieur le préfet du Morbihan, dans un entretien récent avec mon substitut à Lorient, a dit à ce magistrat qu’il ne pensait pas qu’au cas où des événements graves vinssent à se produire dans la Maison de Détention de Belle-Île, l’autorité judiciaire put intervenir sans l’autorisation de l’Administration départementale, et peut-être même, sans l’autorisation de Monsieur de Ministre de l’Intérieur43 ».

  • 44 Ibidem, 21 décembre 1851.
  • 45 Ibid., 6 février 1852.

25De plus en plus circonspect après ces premières affaires, le procureur général demande systématiquement avis au ministre avant d’entamer de nouvelles procédures. Après l’acquittement de Louis Poisson, pourtant accusé de tentative de meurtre, le procureur confie : « Le résultat de cette affaire a produit à Vannes une fâcheuse impression44 ». Les juges de la cour d’Assises du Morbihan ont d’ailleurs demandé à leur président d’adresser un rapport au procureur général de Rennes suggérant de placer Belle-Île sous autorité militaire45 ! La justice elle-même proposait de revenir à l’état ancien, désespérant d’amender les prisonniers par les pénalités ordinaires...

Un personnel local efficace

  • 46 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 60.
  • 47 AD Morbihan, doc. cit., Y 98.
  • 48 Cette dénomination reprise par Dommanget figure dans un rapport du directeur Berger en février 1857 (...)
  • 49 Idem, Y 99.

26Malgré la complexité du système, l’homme fort et la clé de voûte demeure le préfet du Morbihan. Ce n’est sans doute pas un hasard si, en dépit des changements de titulaires de l’Intérieur, Jean-Baptiste Ernest Boulage demeura en poste de 1849 à 1858, c’est-à-dire pendant toute la durée de la maison de Détention et de Déportation de Belle-Île-en-Mer. Fonctionnaire zélé de la Monarchie de Juillet, personnalité sans nuances mais non dénuée d’efficacité, il accueillait ses nouveaux « hôtes » à Vannes, début novembre 1850, en répondant à leurs plaintes : « Nous sommes les maîtres et nous faisons ce que nous voulons. Quand vous serez au pouvoir, vous pourrez à votre tour agir comme bon il vous semblera46 ! ».
Dépendant du ministère pour la conduite générale de la prison et ne disposant pas du pouvoir de nommer les directeurs, il tenait en revanche ces derniers sous son autorité et exigeait des rapports hebdomadaires ou quotidiens si nécessaire. Le commissaire spécial de Belle-Île lui écrivait également, comme le juge de paix par l’intermédiaire du substitut du procureur général en poste à Lorient, le commandant de gendarmerie résidant à Belle-Île et l’officier supérieur commandant le régiment de ligne stationné à la citadelle, par l’intermédiaire de l’autorité militaire. À ces divers agents du maintien de l’ordre, il faut ajouter les soldats et officiers de la Marine de Guerre chargés de surveiller les abords de l’île.
Les rapports entre ces différentes autorités sont ambigus mais tendent au même but : empêcher les prisonniers de s’évader ou de troubler l’ordre établi par le directeur en accord avec le préfet et en harmonie avec les directives du ministre. Le 18 mai 1854, le commissaire spécial informe le préfet des difficultés qu’il rencontre à enquêter sur les agissements de Madame Albert, la femme de l’ancien ministre. Elle est soupçonnée d’avoir proposé de l’argent à deux soldats pour obtenir leur aide dans une tentative d’évasion mais les renseignements sont peu nombreux. Le policier affirme « continuer [ses] investigations dans le plus grand secret et la plus grande précaution [...] et bien que l’affaire soit délicate par rapport aux autorités militaires, si je parviens à [...] avoir de nouveaux [renseignements], je m’empresserai de vous les communiquer
47 ».
De même, le commandant de la brigade de gendarmerie se montre-t-il jaloux de ses prérogatives. À propos d’une rixe à l’intérieur de la détention entre« Mastics » et « Purs
48 », le maréchal des Logis Juin se plaint qu’on ait fait appel au piquet de soldats de la ligne et non à ses propres hommes, et il rappelle qu’après les gardiens, les gendarmes sont là pour assurer l’ordre, les soldats ne formant que le troisième rempart de l’ordre49 !

  • 50 AN, BB 20/359, Cour d’Amiens.

27À la tête de la prison, quatre directeurs se succédèrent de 1850 à 1858. Le premier, Vallet, était une vieille connaissance des prisonniers. Directeur de la citadelle de Doullens, nommé de 19 août 1850 à Belle-Île, il ne resta qu’un an en fonctions, muté le 25 août 1851 à la direction de la centrale d’Aniane, dans l’Hérault. Ancien notaire, ancien commerçant, il est continuellement soupçonné de prévarication. À Doullens, un huissier était même venu le saisir et il n’avait dû la conservation de ses meubles qu’à l’intervention de son ministre ! En quittant Belle-Île, il emballe ses livres dans deux caisses-bibliothèques appartenant au détenu Paya et son successeur, Durand, doit proposer au préfet, après enquête confirmant la matérialité du fait, de faire procéder au remboursement par Vallet de l’objet importé par erreur. Plus grave, une autre faute aurait pu lui coûter sa place : ses comptes financiers étaient si mal tenus qu’ils ne seront arrêtés définitivement qu’en 1856... Personnalité difficile, en butte à la haine des détenus, violent et emporté, Vallet n’hésitait pas à recourir à la force brutale et aurait même déclaré à Blanqui : « Vous n’êtes qu’un assassin !! Nous nous foutons bien de votre peau ! [...] Vous pouvez crever, cela ne nous inquiète guère, ce serait un grand bonheur50 ! » Il s’illustra à Belle-Île par sa violence physique et les protestations des représentants montagnards, Schœlcher entre autres, furent sans doute pour quelque chose dans son déplacement.

  • 51 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 85.

28Durand qui arrive à Belle-Île le 30 août 1851 venait du Mont-Saint-Michel et ses méthodes n’étaient guère plus douces. Au 2 décembre 1851, il tentera même de faire croire aux détenus que les régiments se sont soulevés aux côtés des républicains pour provoquer une émeute. « On n’eût pas été fâché, écrit Gambon, de susciter une petite émeute dans la prison pour se donner le mérite de la réprimer51 ». C’est à lui que reviendra d’ailleurs l’honneur administratif d’avoir encouragé et obtenu les demandes de grâce et les reniements-ralliements des détenus. La haine des républicains les plus sincères ne le troublera pas et lui aussi utilisera la force chaque fois qu’il le jugera nécessaire. Nommé en janvier 1853 en Guyane, il parut sans doute à ses supérieurs tout à fait capable d’exercer outre-mer les talents qu’il avait déployés dans deux citadelles carcérales françaises : le Mont-Saint-Michel et Belle-Île.

  • 52 Jean-Baptiste Boichot, op. cit., p. 178, parle de « républicains restés inébranlables dans la foi p (...)
  • 53 AD Morbihan, doc. cit., Y 108.
  • 54 Idem, par ex. rapport du 30 septembre 1857.
  • 55 Idem.

29Ernest Meynier prend son poste en Bretagne le 28 janvier 1853. Directeur de deuxième classe, comme ses prédécesseurs, il vient de la Centrale de Limoges. L’inspecteur Berger le seconde, le remplace à l’occasion, et assure son intérim à partir de juin 1856, quand Meynier est rappelé à Paris pour se voir confier une mission en Corse. C’est donc ce dernier qui préparera l’installation à Corte, en décembre 1857, des 33 républicains « les plus farouches52 ». Il sera nommé directeur de première classe à Limoges en décembre 1856 et Berger assurera l’intérim de Belle-Île jusqu’en 1858, sans jamais recevoir le titre de directeur.
Berger, parce qu’il se veut fonctionnaire « de l’ordre administratif
53 » ressemble davantage par ses méthodes, au colonel Pierre. Il affirme toujours dans ses rapports avoir le souci « de la justice et de l’humanité54 ». Convaincu de la moralité de sa tâche, il voudrait la faire partager aux détenus. S’il n’hésite pas à punir du cachot, y compris à de très longues peine – 87 jours pour un condamné en 185655 ou définitivement pour Préand la même année – s’il interdit comme ses devanciers les chants célébrant l’anniversaire de la République, il encourage les écoles et se préoccupe du confort relatif de ses prisonniers.
C’est enfin un ancien pharmacien, commis aux écritures à Belle-Île, Le Mené, qui, nommé chef du convoi des détenus transférés à Belle-Île sur le
Tanger, deviendra le directeur de la maison de Corte.

30Au-delà de leurs particularités individuelles, de leurs différences de caractère, voire de moeurs, les directeurs de Belle-Île conçoivent cependant leur tâche de la même manière : Il s’agit pour eux de tout connaître de la vie du prisonnier, ses origines locales et familiales, son entourage, ses besoins et surtout ceux de sa famille, ses faiblesses enfin. L’ouverture de la correspondance, conforme aux règlements de 1836, l’utilisation des gardiens et d’une fouilleuse rétribuée pour les visiteuses, les rapports du préfet ou le ministre permettent de cerner aisément la personnalité du détenu et d’agir sur son comportement. Nous étudierons plus loin les méthodes de répression utilisées par les divers directeurs mais nous constatons déjà une identité de vues sur le but à atteindre. Vallet, le plus violent, a cependant encouragé la fondation de trois écoles dans la prison et ses successeurs laisseront les détenus les plus instruits enseigner les langues étrangères, les mathématiques, l’économie politique (Blanqui) ou l’astronomie (Commissaire, cet ancien canut lyonnais, Saint-Simonien, sergent élu à la législative, qui pourrait bien avoir initié Blanqui aux joies de cette discipline). Pour l’ensemble des gardiens, le travail, intellectuel ou physique, calme les détenus, atténue leur irritation et leur fait graduellement retrouver l’espoir d’une nouvelle vie, donc permet de les guider dans la voie de l’appel au renoncement, à la grâce ou à la remise de peine.

  • 56 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

31Tous également s’accordent à reconnaître les limites de leur tâche et constatent que leurs efforts sont impuissants sur un certain nombre de prisonniers. Pour ceux-là, s’ils sont libérés, il faudra continuer la surveillance ; s’ils sont étrangers, les refouler du sol national. Pour quelques uns, il vaudrait mieux même modifier leur régime. Ainsi Gayet, ancien soldat, a tenter de communiquer avec des factionnaires, sans doute en raison de la solidarité de corps. Meynier écrit au préfet, le 2 février 1856, qu’il l’a fait mettre au cachot mais cette punition lui paraît insuffisante : « Il n’en serait pas de même si tout détenu se rendant coupable de machination, ou de tentative de propagation incendiaire, était transféré de cette maison pour aller subir le restant de sa peine à Cayenne, s’il était possible, ou du moins, dans une Maison Centrale ordinaire56 », ce que le supérieur approuve.

  • 57 Idem.
  • 58 Idem.

32L’ardoisier de Trélazé, Taupin, qui a purgé sa peine, est libéré le 17 septembre 1855 mais il a fréquenté durant sa détention « ceux de ses codétenus qui sont, par leur exaltation et leurs idées anarchistes, l’objet d’une surveillance spéciale57 ». Il conviendrait, pour Meynier, de prolonger cette surveillance par des mesures de police appropriées. Contre l’irréductible Poisson, seul le transfert en Centrale paraît pouvoir permettre d’obtenir un résultat car là, du moins, « on pourra utiliser contre lui l’isolement cellulaire58 ».

  • 59 Idem, Y 114.

33Les directeurs successifs avaient besoin également de l’aide constante de l’autorité médicale, Jaume Saint-Hillaire puis Bramel, assurèrent cette fonction à Belle-Île. S’il leur était reconnu le droit de solliciter du directeur tel accommodement au régime pénitentiaire qu’ils jugeaient utile ou indispensable à la santé du malade, en revanche leur était dénié le pouvoir d’intervenir directement dans la vie du détenu. Pour avoir oublié certains points du règlement, Bramel se voit vertement rappeler à l’ordre par Meynier. Il ne lui appartient pas de vérifier l’état de la viande « à la cuisine des valides » et le directeur entend qu’à l’avenir « chaque employé reste dans les limites des attributions qui lui sont tracées par les règlements59 », en l’occurrence les textes de 1831... Le médecin doit être un auxiliaire zélé du directeur et il n’est pas étonnant de voir les détenus s’en plaindre constamment.

34Dans leur tâche essentielle au maintien de l’ordre et à la réduction des prisonniers, les directeurs ont surtout affaire aux gardiens. Une étude, même partielle, de ceux qui furent en poste à Belle-Île, nous semble révélatrice de certains traits propres au système carcéral de l’époque. La stabilité du gardien chef, Laculle, nommé le 21 octobre 1850, en remplacement de Chapeau, est exemplaire. Ce gardien, entré dans l’administration pénitentiaire en 1939, percevait 1 800 francs par an alors que les autres gardiens ne touchaient respectivement que 600 francs, puis 700 francs à partir de 1851. Cette différence de traitement ne pouvait qu’encourager les gardiens « ordinaires » à faire preuve de zèle s’ils voulaient obtenir plus tard de l’avancement. Leur carrière n’offrait autrement que peu de promotions puisque leur salaire n’augmentait que de 25 francs par an tous les cinq ans.

  • 60 AD Morbihan, doc. cit., Y 93.

35Pour autant, et principalement en Bretagne, le poste de gardien apparaît à la lecture des documents administratifs, comme un emploi envié et bien rémunéré puisqu’il assure, en outre, le logement. L’analyse de la carrière des vingt gardiens en poste en 1857 montre qu’ils ont servi en moyenne sept ans comme soldats avant d’être recrutés. L’un d’entre eux a fait dix-sept années de service, deux, douze ans et un seul a été dispensé. Le certificat de présence au corps et de bonne conduite était exigé de l’administration avant toute demande d’emploi. En 1857, dix gardiens (50 %) avaient entre trente et quarante ans, six de quarante à cinquante et quatre de cinquante à soixante ans. Ils formaient donc un corps relativement âgé. Cependant, ils avaient été recrutés jeunes : deux d’entre eux avaient signé leur engagement avant 1848, quatorze sur place entre 1848 et 1850, et quatre de 1851 à 1856. Seize d’entre eux étaient mariés et ils avaient en moyenne deux enfants. Ces chiffres qui n’ont de valeur qu’indicative font ressortir le recrutement local et cet aspect donnait au directeur un véritable pouvoir dictatorial. Si le préfet seul pouvait signer l’arrêté de nomination, en dehors de pressions directes auprès de lui, il accepte toujours les propositions du directeur et invite même les postulants à déposer entre les mains de ce dernier les pièces nécessaires à leur embauche. Le maire joue aussi un rôle important puisque sa lettre de renseignements est indispensable. En résumé, le gardien de Belle-Île apparaît comme un originaire de la région, souvent de l’île même, ayant servi en France et en Afrique, compte tenu de la durée du passage au corps, bien considéré par les autorités locales et les notables, père de famille donc conscient des nécessités de l’ordre, menant une vie difficile en raison de l’hygiène défectueuse de la prison, entièrement soumis aux volontés du directeur et n’aspirant qu’à conserver son emploi. On peut ajouter que l’ivrognerie est toujours sévèrement punie chez les gardiens et qu’elle entraîne presque à coup sûr la révocation, pour des raisons évidentes de sécurité.
Tous les gardiens ne se plièrent pas pour autant aux décisions de leur supérieur. Les démissions furent fréquentes avant 1850 : nous en avons compté une quinzaine et les révocations politiques, rares, se lisent parfois dans les rapports. Ainsi le gardien Fleury est-il renvoyé le 10 novembre 1851 parce que le préfet l’accuse d’avoir « manifesté dans les lieux publics [...] à Auray, des opinions hostiles au gouvernement
60 ».

  • 61 Idem, Y 98.

36Les militaires enfin n’avaient pas de rapports directs avec les détenus, sauf si le directeur les requérait pour faire usage de la force. Il en avait le droit statutairement et, depuis le 28 décembre 1852, il porte l’écharpe bleu de ciel à glands d’argent qui symbolise ce droit d’en appeler d’autorité à la force publique ou militaire. À Belle-Île, c’est le 37e régiment de la ligne qui était chargé de monter la garde autour de l’enceinte de la prison et dans la citadelle où résidait le régiment. S’il s’avère malaisé de connaître exactement le moral de la troupe et ses sentiments par rapport aux détenus, on peut constater qu’en général les tentatives de communication avec eux se soldèrent par des échecs. On ne peut cependant en tirer de conclusions définitives car les militaires se sentant eux-mêmes espionnés par les gardiens qui ne manquaient pas de les dénoncer à l’autorité supérieure, et connaissant surtout les risques d’une désobéissance – l’envoi en bataillons disciplinaires en Afrique – ne pouvaient prendre sur eux d’accepter un échange de correspondances. Les dossiers nous montrent cependant que plusieurs soldats furent soupçonnés de servir de boîte à lettres, que certains officiers fréquentaient la femme du détenu Préand et étaient par la même accusés de relations douteuses avec une femme dont le commissaire spécial de Palais ne voulait pas « soupçonner la vertu61 », mais s’en inquiétait suffisamment pour la faire suivre et pour perquisitionner à l’occasion son domicile ! Il n’est pas aisé de faire la part entre la malveillance des fonctionnaires qui signent les rapports aux autorités et la vérité des faits : il semble bien cependant que, par rapport aux militaires, la consigne du silence joue à plein et que le commissaire ne dise pas la vérité à son supérieur. On ne voulait peut-être pas avoir en face la réalité d’une troupe soumise à une obéissance aveugle mais qui se souvenait peut-être avoir élu trois sergents républicains à la Législative, dont deux étaient enfermés à Belle-Île.

  • 62 Idem, Y 99.
  • 63 Idem.

37Une affaire importante allait révéler ce malaise : l’arrestation du soldat Fugères au moment où il remettait Le Phare de la Loire à « Barbès et compagnie [sic]62 ». Interrogé par le directeur et le commandant de la place, il déclare « que le socialisme était dans ses goûts et qu’il avait de la sympathie pour Barbès ». Il reconnaîtra même s’être engagé exprès dans ce régiment afin de pouvoir aider les détenus républicains. Le directeur, pour atténuer la violence d’un tel témoignage laisse entendre, dans son rapport au préfet du 3 décembre 1853, que les intentions du jeune militaire – il n’a que vingt-quatre ans – ne seraient pas aussi pures qu’il veut bien le dire. Il aurait déjà été puni pour indélicatesse dans son poste précédent et, à Belle-Île, il aurait demandé à Barbès une hypothèque de cent mille francs sur ses biens afin de préparer son évasion et de payer les complicités nécessaires. Le détenu aurait d’ailleurs refusé et se serait plaint que Fugères manquait de vigilance63.

38Le témoignage de Meynier nous paraît tendancieux d’autant que le jeune soldat paya cher sa tentative : il fut en effet condamné par l’autorité militaire et envoyé en Afrique dans un régiment disciplinaire, l’un de ces bataillons d’infanterie légère tristement célèbres… Deux autres militaires, Bibel et Burel, furent punis d’un mois d’arrêt de rigueur, peine bien douce par rapport à celle de leur compagnon ; mais l’autorité supérieure ne voulut peut-être pas aggraver la portée de l’acte d’insoumission.

  • 64 Jean-Baptiste Boichot, op. cit.
  • 65 Ibidem, p. 201.

39D’autres documents attestent la permanence d’un courant républicain demeuré fort dans l’armée. Jean-Baptiste Boichot, transféré à Belle-Île en 1854, rapporte qu’à son arrivée au fort Penthièvre, à quelques kilomètres de la presqu’île de Quiberon, il fut abordé par deux sous-officiers qui lui proposèrent de l’aider à s’évader. Ces deux militaires devaient rejoindre Belle-Île et ils n’hésitaient pas à courir des risques importants. Ici encore le fait que Boichot soit l’un des trois sergents élus à la législative n’est sans doute pas sans signification, et le récit rappelle qu’à Mazas aussi, les républicains ont reçu nombre de témoignages de républicanisme des gardiens64. Les Souvenirs d’un prisonnier d’État sous le Second Empire affirment enfin que sur le vaisseau de guerre, le Tanger, qui emportait les 33 détenus de Belle-Île vers Corte, plusieurs marins appartenaient « à la Marianne ainsi qu’à d’autres sociétés secrètes65 » et qu’ils adoucirent la captivité de leurs compagnons par leurs conversations et leur amitié.

40La détention, même si, comme à Belle-Île, elle se déroule loin du mouvement de la société, n’est donc pas totalement coupée de l’extérieur et les contradictions politiques, idéologiques, sociales, interfèrent sur la vie des prisonniers et modifient partiellement la volonté des autorités. Celles-ci doivent tenir compte de ces freins objectifs et tenter de les détruire pour parvenir à leurs fins. Cette réalité vient à son tour justifier le système très complexe que nous avons essayé de décrire et la nécessité d’une surveillance mutuelle et constante des divers intervenants policiers ou administratifs. En même temps elle impose d’affiner les moyens et les techniques de répression qui ne peuvent être strictement identiques à ceux utilisés dans les Centrales pour les détenus de droit commun.

Les moyens de pression

41En fonction de la finalité particulière à la détention politique, les méthodes utilisées à l’encontre des prisonniers visaient, nous l’avons déjà vu, à obtenir leur changement d’attitude et surtout une modification de leurs idées. La violence éventuelle ne trouvait pas sa fin en elle-même mais était intégrée à une double volonté de briser les politiques et de les transformer. De ce point de vue, des parallèles peuvent être dressés avec les finalités de la prison ordinaire.
Dans les deux cas, le travail est considéré comme un moyen de régénérer le condamné, de le ramener à de meilleurs sentiments sociaux, de lui faire retrouver, comme le disent les textes cités, « l’instinct de la famille et le goût du travail ». Les détenus les plus pauvres de Belle-Île furent encouragés par tous les directeurs à établir de petits ateliers où ils fabriquaient des caisses, de petits meubles, des objets de consommation courante dont la vente leur permettait d’améliorer un peu leur ordinaire. De même, l’enseignement fut un souci constant des autorités parce qu’il était jugé apte à faire désirer le retour à la société policée.

  • 66 AD Morbihan, doc. cit., Y 108 : Vallet au ministre de l’Intérieur, le 28 janvier 1851.
  • 67 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 169-170.

42La volonté de tout connaître du passé, du présent et de l’avenir du détenu correspond à la diffusion architecturale du panoptique dans les Centrales. Perpétuellement soumis à la vision de ses gardiens, le délinquant ne peut rien cacher de sa vie intime, de ses pensées même, et il finira par ne plus vouloir rien céder. À Belle-Île cependant, en raison de l’architecture particulière des bâtiments, une adaptation s’imposait. Les six baraques de cent mètres de long étaient disposées sur le front de mer, en haut d’une falaise, et la surveillance ne pouvait être la même qu’à Mazas ou à la Roquette. Pour obtenir des résultats similaires, Vallet, le premier directeur, avait eu l’idée de faire venir, avec les premiers convois, huit détenus de droit commun, officiellement tirés de Fontevrault pour servir « d’hommes de peine66 » En fait, il exigea d’eux un espionnage constant des détenus et la promesse vague mais alléchante de remises de peine permit d’obtenir quelques résultats significatifs. Gambon se plaint, dans une page où il décrit une « campagne » au cachot, des insultes proférées contre lui par un de ces droits communs. Celui-ci, espérant une réduction de peine, qui lui fut d’ailleurs accordée, s’approchait de la fenêtre du cachot et s’écriait : « Voyez ! N’a-t-il pas plutôt la figure d’un scélérat que celle d’un honnête homme ! Ces Robespierre, ces brigands de socialistes, on les met dedans comme les autres67 ! »

  • 68 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

43À côté de ces mouchards aisément repérables par les prisonniers, il en fut de bien plus efficaces, choisis parmi les condamnés eux-mêmes et parfois volontaires pour un tel travail. Nous avons acquis la certitude, en dépouillant les nombreux et volumineux dossiers de la prison de Belle-Île et de la préfecture du Morbihan, que ces hommes furent relativement nombreux et que leurs rapports et leurs dénonciations n’étaient pas consignés par écrit mais transmis oralement au préfet Boulage. Pourtant pour l’un d’eux au moins, quatre lettres permettent de reconstituer la carrière de ce que les droits communs nomment un « mouton ». Sébastien Carbasse, chirurgien dentiste de Marseille, participa en juin 1848 aux journées insurrectionnelles qui aboutirent à la décapitation du mouvement républicain dans la cité phocéenne. Enfermé d’abord au château d’If, jugé par les Assises de la Drôme en août 1849 et condamné à la déportation, c’est à dire à la mort civile, il est d’abord conduit à la Centrale de Riom, puis en octobre 1850 à Belle-Île.
Dans une lettre du 27 septembre 1853, Meynier rappelle au préfet que déjà au château d’If, puis à Riom, ce condamné a sollicité sa grâce, que par ailleurs le directeur de la Centrale de Riom a fourni un excellent rapport, écrivant par exemple que Carbasse, « doué de plus d’instruction que ses codétenus a sur eux une certaine influence. Il s’en est toujours servi pour leur conseiller la soumission et la résignation dont il donnait l’exemple et pour les ramener à l’ordre lorsqu’ils s’en écartaient
68 ».
Enchérissant, le directeur de Belle-Île décrit l’état d’abattement dans lequel est plongé Carbasse depuis qu’il a su n’être pas compris dans les mesures de grâce du 15 août, et ajoute :

  • 69 Idem, doc. cit., Y 103.

« Je fus le visiter dans sa cellule et l’état de prostration dans lequel je le trouvai me porta, en lui rappelant son excellente conduite, à lui donner des paroles d’encouragement, lui promettant qu’à la plus prochaine occasion, j’intercèderais auprès de vous, Monsieur le Préfet, pour que vous veuilliez bien le signaler auprès de S.E. le Ministre de l’Intérieur comme un de ceux à l’égard desquels une mesure d’indulgence produira un excellent effet dans la Maison69 ».

  • 70 Jean-Yves Mollier, op. cit., Y 103.

44Meynier se gardait bien d’ajouter qu’il avait eu l’idée d’utiliser l’abattement de Carbasse et sa rancune feinte à l’égard des autorités au profit de sa surveillance des républicains irréductibles. À partir de cette date, Carbasse se rapproche en effet de Gambon et de Louis Vauthier, de Barbès aussi, et il accepte de collaborer au percement d’un souterrain destiné à libérer le « Bayard de la Démocratie » et à le rendre au combat politique du dehors. Gambon décrit leurs tentatives d’évasion, la réussite du percement du tunnel – c’est Carbasse qui se chargeait de faire disparaître la terre et les cailloux ! – et l’échec final, le 7 mai 1854, jour de sa propre arrestation. Le directeur lui affirma avoir été prévenu de son activité par un rapport, mais fit semblant de croire en sa version des faits, à savoir qu’il avait percé le tunnel tout seul : « Je souhaite qu’il en soit ainsi. Nous ne tenons nullement à trouver d’autres responsables. Ces découvertes ne sont jamais agréables70. » Peut-être Carbasse avait-il également dénoncé Cazavan, l’ami et le complice de Blanqui, dans une évasion à moitié réussie en 1853, car celui-ci venait d’être mis au cachot pour avoir lui aussi percé un tunnel à partir de sa cellule.
Le 25 septembre 1854, à l’annonce d’une remise de peine, Sébastien Carbasse s’adresse au préfet :

  • 71 AD Morbihan, doc. cit., Y 114.

« C’est dans la certitude que les mesures que le gouvernement de sa Majesté l’Empereur Napoléon III vient de prendre à mon égard vous sont connues que je m’empresse de vous écrire ces quelques lignes afin de vous prier d’être mon interprète auprès de l’Empereur pour lui exprimer toute ma gratitude et combien je désire vivement lui prouver par des faits que je lui suis tout dévoué. J’ai eu l’honneur de vous le manifester en d’autres circonstances et je ne doute pas le moins du monde que vous êtes pour beaucoup dans ma commutation de peine qui a été commuée en bannissement71 ».

  • 72 Idem, doc. cit., Y 113 ; le “m ...” signifie maître-maçon.
  • 73 AN, BB 30/391 : lettre du 15 novembre 1850 au ministre de la Justice signée de deux maçons avoués, (...)
  • 74 Voir les travaux d’André Combes et notamment « La Loge “Les Amis de Sully” et les détenus communard (...)

45Il signait S. ... Carbasse, avec dans la boucle de la signature un « m ...72 » laissant supposer qu’il était , comme le préfet, affilié à une loge maçonnique. Un autre fonctionnaire de police, le commissaire spécial de Belle-Île, Le Prévôt, signe également toutes ses lettres de trois points continus, marque d’une appartenance maçonnique que nous trouvons encore présente dans la correspondance du détenu Jean Louis Defer aux autorités judiciaires73. Ces indices d’une solidarité, par delà les opinions et les situations, n’est pas exceptionnelle et on verra d’autres preuves après la Commune pour les détenus français dans les ports74
Son séjour à Belle-Île se prolongeant malgré la mesure de bannissement prononcée en sa faveur, Carbasse écrit à nouveau au préfet, le 15 octobre 1854 :

  • 75 AD Morbihan, doc. cit., Y 113.

« Il y a treize mois que j’ai eu l’honneur de vous adresser une supplique de paix dans laquelle je sollicitais vivement l’appui de votre sublime protection pour que la clémence de sa Majesté l’Empereur Napoléon III s’étendit jusqu’à moi75 ».

46Confirmant ensuite qu’il a adressé une première demande de grâce en 1848 au château d’If, une seconde à Riom, une troisième à Mazas, et une quatrième à Belle-Île, il écrit :

  • 76 Souligné dans la lettre.
  • 77 Idem.
  • 78 AD Morbihan, doc. cit., Y 113.

« Partout où l’occasion s’est présentée, j’ai donné des preuves comme quoi je n’ai jamais été, non seulement un ennemi de l’illustre nom76 qui, aujourd’hui, gouverne la France, mais encore un adorateur de ce grand nom77 et toujours prêt à prouver par tous les moyens possibles que je lui suis tout dévoué. J’en ai donné d’assez grandes preuves, je crois, ici, dans la prison de Belle-Île même. Et, pour de plus amples détails à ce sujet, veuillez, je vous prie, vous informer auprès de M. le Directeur et auprès du Commandant de la place de Belle-Île78 ».

  • 79 Idem.
  • 80 Idem.

47Il terminait sa lettre en demandant qu’on lui renvoie ses certificats de bonne conduite attestant « les services que j’ai rendu [qui] sont autant de titres pour moi79 » et il signait « votre très humble et très obéissant serviteur80 ».
Nous avons cité longuement ce témoignage parce qu’il nous semble irrécusable et significatif d’une volonté délibérée, de la part des autorités carcérales, d’utiliser les détenus au service d’une politique de ralliement de l’Empire et de répression de ceux qui refusaient de se plier. On peut ajouter que Carbasse donna aussi des témoignages de son zèle à l’autorité militaire, peut-être dans l’affaire du soldat Fugères puisque les dates correspondent. Il eut la chance de n’être jamais soupçonné par ses codétenus mais le pouvoir s’en débarrassa en le bannissant, préférant éviter d’éventuelles révélations ultérieures toujours gênantes pour lui et la transparence affichée de son action. Avant de quitter définitivement Belle-Île-en-Mer, Carbasse dut rester quelques semaines à Palais où il fut autorisé à exercer son métier et il eut peut-être encore l’occasion de se livrer à la surveillance des familles des détenus. Son exemple fut contagieux puisque Louis Vauthier, l’ingénieur qui, dès l’époque de Doullens, avait appris à ses compagnons à percer un tunnel, renonça à son projet, abandonna Barbès et Gambon à leur sort et demanda sa grâce.

  • 81 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

48D’autres moyens de pression, et nous n’indiquerons que les plus fréquemment utilisés, étaient encore à la disposition des autorités. On n’hésitait pas à martyriser la famille d’un détenu pour qu’elle le persuade de demander sa grâce. Les plus pauvres étaient les plus perméables à cette tentation puisque leurs proches leur décrivaient leur misère, leur abandon et leur dénuement. Le détenu n’était pas quitte pour autant et il devait signer lui-même un modèle de lettre avant qu’une décision soit prise en sa faveur. Édouard Perey fut dans ce cas et sa mère, qui avait fait les premières démarches à Paris, se vit répondre qu’il lui restait encore à convaincre son fils de rédiger lui-même le feuillet libérateur81 !

49À partir du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, la propagande officielle encouragea les prisonniers républicains à demander un allégement de leur peine. Le Moniteur publia plusieurs fois un modèle de lettre et le préfet du Morbihan, le directeur de Belle-Île encouragèrent vivement leurs « hôtes » à profiter de cette mansuétude. Hubert – dont on sait qu’il était depuis longtemps manipulé par la police et qui fut l’instigateur de la journée du 15 mai 1848 – se rallia l’un des premiers. Ses compagnons le regrettèrent mais ne semblent pas lui en avoir tenu rigueur, compte tenu de son prestigieux passé révolutionnaire. Gambon écrit en effet :

  • 82 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 87.

« Un prisonnier qui, jusque-là, avait joué un rôle assez important dans le parti révolutionnaire militant, adressa à Bonaparte, dès le lendemain du coup d’État – alors que le sang du peuple coulait encore sur les pavés de Paris, sur tous les points de la France, et sur les échafauds – une demande en grâce dans laquelle il justifiait le crime du 2 décembre. Et ce qu’il y a de plus triste dans cette apostasie c’est qu’elle s’afficha hautement et qu’elle chercha à faire des prosélytes. On fit circuler parmi les prisonniers cette demande comme un modèle à suivre pour obtenir sa liberté, et le Moniteur lui fit l’honneur de la publicité82 ».

50Commentant ce geste, Gambon ajoute :

  • 83 Idem.

« Renier d’une manière si éclatante un passé de vingt années de lutte pour une autre de servitude, ce fut un acte de folie incompréhensible pour tous. Ce fut peut-être aussi un acte de faiblesse d’un homme malade et amolli par les souffrances d’une longue captivité83 ».

51D’autres prisonniers allèrent plus loin et Blanqui rapporte ainsi le fait à Rougée, le 14 mai 1853 :

  • 84 BnF, Papiers Blanqui, Mss. N. A. fr. 9584-1, fol. 74-75.

« Vous avez dû voir arriver à Londres Delescluze, le frère, du procès de Lyon, qui a sollicité son bannissement. Il tenait ici bureau de demandes en grâce, moyennant finances. Chaque demandeur payait la rédaction de la supplique. Ils sont plusieurs à faire ce commerce patriotique et moral. Sommerat vient de partir grâcié. Vous voyez que nos bourgeois si hautains tournent volontiers à la douce84 ».

  • 85 AN, BB 30/391.

52Il serait fastidieux d’énumérer la liste des détenus qui plièrent ainsi devant les offres du régime, mais l’étude du nombre de grâces accordées est très révélatrice. On en compte 3 en 1850, 3 en 1851, 39 en 1852, 50 en 1853, 40 en 1854, 27 en 1855, 25 en 1856 et 11 en 1857, soit 198 auxquelles il convient d’ajouter 15 remises de peine simples, soit 213 mesures individuelles pour un effectif de 601 prisonniers. Un tiers des républicains les plus convaincus a obtenu un allégement de sa peine. Le pourcentage est encore plus élevé si l’on tient compte des détenus libérés en fin de peine et il confirme la volonté politique de Napoléon III de détruire l’opposition républicaine en la déconsidérant aux yeux de l’opinion publique. Comme cette mesure ne suffisait pas totalement, le directeur de Belle-Île exigeait, après la lecture de sollicitation, que le requérant prouve officiellement sa bonne volonté en faisant du prosélytisme. On comprend l’écœurement qui saisit les témoins, Blanqui, Gambon, Boichot plus tard, devant cet étalage de renoncement et parfois de flagornerie. La lecture des dossiers de Belle-Île, pour 1852, 1853 et 1854, provoque d’ailleurs un haut-le-coeur tant les formules utilisées montrent l’humiliation et l’abaissement d’hommes qui, pourtant, avaient prouvé en des circonstances difficiles, qu’ils ne craignaient ni pour leur vie ni pour leurs idées…
Tous les prisonniers ne cédèrent pas cependant aux sollicitations et Proudhon fut très sévèrement jugé à Belle-Île pour avoir encouragé Langlois à demander sa grâce. Durand, directeur de Belle-Île rapporte au préfet, le 18 mai 1852, l’opinion des détenus : « Proudhon n’est pas en odeur de sainteté auprès des détenus de Belle-Île ; il est regardé par eux comme un traître, digne de pendaison
85 ».

53Jouant sur ces rivalités, les autorités attisent les haines, poussent Blanquistes et « Barbistes » à se déchirer et, utilisant une technique qui avait fait ses preuves en juin 1848 quand Louis Blanc et Caussidière acceptèrent la suggestion du gouvernement de prendre la fuite pour éviter l’arrestation votée par l’Assemblée, n’hésitent pas à expulser Barbès de Belle-Île, après publication de sa lettre à George Sand au Moniteur. On sait qu’il approuvait l’Empire dans les opérations de la guerre de Crimée et que sa grâce – non sollicitée – signifia sa disparition définitive de la scène politique. On ne peut s’empêcher de songer, en comparant les traitements subis par Blanqui, Barbès, Louis Blanc et d’autres dirigeants du mouvement, républicain et révolutionnaire entre 1848 et 1854, à l’existence d’une volonté commune, à défaut d’un plan d’ensemble peu vraisemblable, visant à détruire politiquement, à déconsidérer, pourquoi pas à assassiner moralement, des hommes qui étaient tenus pour responsables d’un crime impardonnable : le renversement de l’ordre social qui s’était établi durablement sous la Monarchie de Juillet. C’est une hypothèse à laquelle nous nous rallions plus volontiers que nos études des documents judiciaires et administratifs concernant les détenus de Belle-Île confirment cette volonté du pouvoir et de ses agents de rallier les républicains ou de les déconsidérer, la violence pure n’étant qu’un pis-aller et un constat d’échec.

54Pour autant la contrainte physique, la volonté de briser les corps ne furent pas absentes de l’appareil des mesures coercitives utilisées en Bretagne. Le froid, l’humidité, l’enfermement prolongé dans des cachots où la vermine grouillait dans la paille, le refus de soins médicaux sérieux, une nourriture poivrée attaquant l’estomac, la privation de sommeil, les coups, rien ne fut épargné aux récalcitrants, aux irréductibles. Gambon a décrit avec précision le traitement qu’il dut subir lors de son troisième enfermement au cachot, son réveil toutes les deux heures par des gardiens chargés de lui planter leur lanterne sur la figure et de faire beaucoup de bruit pour mieux l’impressionner. La volonté de briser la sensibilité nerveuse d’un homme est évidente et plusieurs détenus succombèrent à la folie, le docteur Folot notamment qui dut être enfermé à l’hospice de Lannion.

  • 86 Voir sur ce point Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 191.

55Le meurtre, comme le laissèrent entendre Commissaire, Gambon et quelques autres, fut-il délibéré à l’encontre de Carricaboro, sympathique figure de prolétaire pyrénéen qui mourut moyé le jour de sa libération ? Nous ne saurions conclure mais l’accusation fut lancée contre le directeur au point que les prisonniers baptiseront le bateau-poste faisant la navette entre Vannes et Belle-Île la « poste-Meynier » en souvenir du directeur-assassin86.

Les finalités de la répression

56Avant d’étudier les réactions des détenus de Belle-Île face au système qu’ils subissaient, nous voulons préciser la volonté des autorités telle qu’elle transparaît dans le vocabulaire utilisé à l’égard des condamnés. Pour celles-ci, les politiques doivent être brisés parce qu’ils représentent un danger permanent pour l’ordre social. Êtres asociaux, dégénérés quand il s’agit de prolétaires, exaltés – leurs femmes encore davantage ! –, maniant l’insulte et le couteau, assoiffés de meurtres, nouveaux Robespierre dont l’évocation constante et quasi fétichiste du nom par les autorités révèlent une angoisse profonde en face d’hommes qui refusent de se plier à des normes apparemment admises par tous, ils ne sont guère plus que des bêtes sauvages et il faut les dompter, faute de pouvoir les civiliser. La peur sociale se traduit ici par un refus qui justifie l’appel à l’autorité militaire, aux « Africains », pour réduire ces sauvages attentant à l’ordre social, et bientôt à la conclusion qu’on ne peut garder en Europe de tels êtres, qu’il faut les transporter le plus loin possible puisque tout ce qui a été tenté pour les faire changer à échoué. On transférera Delescluze à Cayenne, Blanqui à Mascara, à sa libération de Corte en avril 1859, on reviendra sur la loi de déportation aux Marquises de 1850, et on assignera plus tard la Nouvelle Calédonie comme résidence forcée aux Communards, comme on a décidé la relégation pour les multirécidivistes de droit commun. Les deux prisons se rejoignent alors dans un but commun : éliminer spatialement ceux qu’on n’est pas parvenu à réduire temporellement ...

57L’arsenal de moyens que nous avons évoqués, sans prétendre en dresser la liste exhaustive visait à briser les corps comme les âmes. Tout devenait permis, même l’illégal, pour parvenir à ses fins et Gambon peut écrire, à notre sens sans exagération :

  • 87 Ibidem, p. 147-148.

« La position n’était plus tenable ! Il fallait se rendre ou mourir. La prison devint un enfer où l’on ne trouvait plus de repos, ni le jour ni la nuit. Tout fut mis en oeuvre pour tuer physiquement et moralement les prisonniers qui voulaient rester fermes et inébranlables dans leur conviction87 ».

58Belle-Île était devenue un bagne et, en 1858, après avoir été vidée des derniers politiques, elle le sera officiellement pour les détenus militaires enfermés dans ce qui sera baptisé Napoléonville !

Les réactions des prisonniers

59Nous n’évoquerons que brièvement la déchéance de la plupart puisque nous en avons déjà parlé en analysant les statistiques concernant les grâces et l’attitude de ceux qui choisirent de plier ou furent contraints de céder. Nous étudierons en revanche le comportement de ceux qui renforcèrent à Belle-Île leur conviction républicaine et affinèrent leurs idées politiques au contact de détenus venus d’horizons divers mais tous soumis au même régime.

Une déchéance éprouvante

  • 88 AD Morbihan, doc. cit., Y 103 ; nous avons scrupuleusement respecté l’orthographe de la lettre.

60Un détenu nous semble résumer en lui tous les aspects psychiques, humains et moraux de cet abandon de soi-même à des forces qui le dépassent et qu’il ne maîtrise plus. Pour obtenir sa grâce, Jean-Marie Guy s’adresse, le 19 septembre 1853, au préfet du Morbihan. Exposant d’abord sa situation familiale, il écrit : « par suite d’une rompure ma femme malheureuse a supporté en janvier dernier deux opérations depuis cette époque elle n’a peut se rétablir et travailler pour gagner sa vie ainsi que celle de nos deux enfants en tout bas âge88 ».
Il en vient ensuite à sa proposition qu’éclaire le directeur dans un rapport au préfet :

« Guy promet sans cesse qu’il veut manifester sa reconnaissance et employer tous ses moyens à découvrir les fauteurs de troubles et, depuis qu’il connaît sa commutation de peine surtout, son idée fixe est de faire arrêter Mazzini. C’était dans cette intention, disait-il, qu’il voulait se rendre en Suisse ».

  • 89 Idem, Y 99.

61Il sera en fait dirigé sur Londres où il aurait peut-être servi d’espion à l’ambassade française dans sa surveillance des exilés89. De nombreux prolétaires, en des lettres touchantes tant l’orthographe défaillante traduit le peu d’habitude de l’écriture et le malaise à s’adresser directement aux autorités, demandèrent leur grâce, imitant en cela les représentants du peuple, les avocats, les hommes éminents du parti qui avaient montré l’exemple dès le lendemain du coup d’État. Gambon, Boichot, Blanqui leur attribuent la responsabilité morale de la défection des plus pauvres, des plus faibles, et s’accordent à reconnaître la droiture plus grande, la fermeté des ouvriers détenus à Belle-Île.

Une transformation radicale

62Au contact de ces prolétaires, des hommes comme Ferdinand Gambon se transforment complètement. Élu à la constituante à vingt-huit ans, l’un des cinq plus jeunes représentants du pays, cet avocat nivernais découvre que l’insurrection de juin était justifiée, qu’elle fut nécessaire. Partisan de Barbès, admirateur des Girondins à son entrée en prison en juin 1849, il devient Jacobin, découvre le vrai visage de 1793 et réfléchit de plus en plus au sens des événements qu’il a vécus. Son itinéraire est révélateur de ce que la prison peut offrir, par un contrecoup que ne peuvent totalement empêcher les autorités, à l’homme qui n’accepte pas de plier. Dans ce que nous avons nommé un « bouillon de culture carcérale » mais aussi politique, idéologique, sociale et même scientifique, artistique, littéraire, tel que Belle-Île, la prison devient un creuset idéologico-politique qui rejette ses impuretés et transforme ses éléments en un mélange inconnu auparavant et que peut-être seule elle pouvait créer.

  • 90 AD Morbihan, doc. cit., Y 109.

63Laboratoire d’idées et d’expériences, la citadelle de Belle-Île réunissait trop d’itinéraires spécifiques, variés et multiformes pour qu’elle ne produise pas des hommes nouveaux, capables d’intégrer les leçons de l’expérience, des échecs répétés de 1830 et 1848, des transformations économiques et politiques de la France du début de la Révolution industrielle et des changements européens. En ce sens, les luttes partisanes entre disciples de Blanqui et de Barbès, les querelles entre Saint-Simoniens, Fouriéristes, Proudhoniens et Communistes ne furent pas stériles. Gabriel Charavay qui passa par Belle-Île et était sans doute alors l’un des rares révolutionnaires français à avoir lu Karl Marx, les quelques ouvriers allemands qui pouvaient connaître cette pensée nouvelle jouèrent un rôle, certes difficile à apprécier, mais réel sur l’évolution ultérieure d’hommes comme Ferdinand Gambon. La mort politique de Barbès après son éviction de Belle-Île en 1854 termina la lutte entre disciples des deux frères ennemis de la Révolution et Blanqui resta seul maître de la prison. Il apprit lui-même, quoiqu’il ne le dise pas dans ses lettres, au contact des ouvriers et des paysans détenus avec lui.
L’arrivée ultérieure des comploteurs de l’Opéra-Comique et de l’Hippodrome allait poser la question de l’attentat individuel et, partiellement, de ce qui sera une des formes de l’anarchisme français d’après 1880. Certains trouvèrent là une révélation et Gambon défendra plus tard les partisans de Bakounine et de Kropotkine.
La venue de plusieurs ouvriers ardoisiers de Trélazé imposa de repenser l’action ouvrière, mit l’accent sur la réalité d’une exploitation peut-être plus dure que l’oppression politique, et contribua à enrichir l’analyse sociale des détenus. Ces derniers insurgés du début de l’Empire sont d’ailleurs l’objet d’une surveillance toute particulière des gardiens et l’un deux, Bordage, est soupçonné d’être le chef de leur société secrète et de constituer à Belle-Île un véritable tribunal pour juger les traîtres
90.

  • 91 Voir sur ce point Rémi Gossez, Les ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, t XXIV (...)

64C’est aussi en prison que mûrit la question importante de la forme d’organisation que devraient prendre les mouvements futurs. L’expérience de 1848 fut analysée, les rivalités entre clubs, les haines partisanes dénoncées tandis que l’association et la naissance d’un véritable syndicalisme ouvrier commençaient à apparaître comme des formes nécessaires de la vie sociale91. Du point de vue politique, tout n’était d’ailleurs pas à repenser et les premiers mois de la Révolution avaient commencé à voir poindre des germes d’organisation qui nous semblent annoncer le parti politique de type futur.

  • 92 AN, W 576.

65Dans les dossiers saisis par la police chez Martin Laulerie, secrétaire de la « Réunion de la Montagne » au moment de l’affaire du 13 juin 1849, on trouve un brouillon qui est une ébauche de programme politique. Stipulant d’abord que les « citoyens représentants du peuple qui veulent faire partie de la Réunion de la Montagne doivent donner une adhésion publique, franche et complète au programme qui est la profession de foi commune92 », l’auteur ajoutait ensuite :

  • 93 Idem.

« L’union est la condition essentielle de la force des partis lors même que ces partis sont la majorité. Tous les membres qui composent la Montagne doivent donc pour marcher dans une union parfaite se soumettre aux décisions prises par la majorité de la Réunion93 ».

  • 94 Idem.

66Un autre article envisage le travail de ce qui sera plus tard le groupe parlementaire d’un parti politique : « Aucun membre de la Réunion ne pourra porter à la tribune une proposition ou un projet sans les avoir soumis préalablement à la Réunion94 ».
La nécessaire solidarité contraignait à limiter l’initiative individuelle et paraissait exiger une discipline personnelle en contradiction avec le laisser-aller de mai-juin 1848 :

  • 95 Idem.

« Aucun membre de la Réunion de la Montagne ne peut faire partie en même temps d’une autre réunion politique de représentants ».
Enfin il fait appel à la bourse de chacun et l’idée faisait son chemin que l’indemnité parlementaire n’était pas tout à fait un revenu personnel incessible : « Le concours que chaque membre doit à la Réunion, c’est-à-dire à la cause que la Réunion représente et défend, ne doit pas être seulement un concours moral. Chaque membre doit payer de sa bourse comme il doit payer de son travail, comme il doit au besoin payer de son sang95... »

67Il n’est certes pas question de solliciter ces textes au-delà de ce qu’ils affirment mais nous pensons que le cours même de la révolution entraînait les républicains les plus convaincus à remettre en cause leur inexpérience et à inventer des modèles organisationnels contre lesquels ils avaient été réticents parce que, sous la Monarchie de Juillet, c’était le « parti » ministériel qui avait contraint les députés gouvernementaux à la solidarité de vote. Cette question est souvent reprise à Belle-Île et les dissensions des premières années n’aidèrent pas à la faire évoluer. L’habitude de se réunir, de se concerter, de suivre des cours, de discuter les événements quotidiens rapportés par le Moniteur allait cependant la faire progresser et montrer aux détenus que les défections de quelques-uns seraient moins lourdes de conséquences si le mouvement était davantage organisé.

68Blanqui lui-même, à sa libération, en 1859, gagne d’abord la Belgique où il retrouve le docteur Louis Watteau, puis l’Angleterre où il s’adresse à ses anciens ennemis de la « Commune révolutionnaire », Félix Pyat en particulier. Selon les papiers saisis par la police, en 1861.

  • 96 BnF, Papiers Blanqui, N. A. fr. 9586.

« Blanqui reste à Londres jusqu’au 16 janvier 1860. Il travaille sans relâche avec Félix Pyat. Tous deux se préparent à envoyer des émissaires en France pour ranimer la Marianne et relier les divers groupes de sociétés secrètes qui peuvent encore exister96 ».

69J. B. Boichot qu’il avait connu à Belle-Île lui servait d’intermédiaire et, lors de son évasion de l’hôpital Necker, en 1865, on retrouvera Cazavan, son voisin de cellule à Belle-Île. Le docteur Lacambre qui parcourt le centre du pays à la fin de l’Empire constate l’état d’organisation avancé des ouvriers de la rive gauche de la Loire, dans la région du Cher où vivait Ferdinand Gambon.
Ces exemples ne sauraient pour autant faire oublier les dissensions de la fin de l’Empire et l’existence de groupes politiques rivaux lors de la campagne des réunions politiques de 1869, mais ils nous semblent confirmer la maturation en prison d’une expérience nouvelle et décisive pour l’avenir. Ici encore la détention a forgé des armes qu’elle ne pouvait prévoir parce qu’elle n’était ni capable de faire oublier le passé ni en mesure d’interdire la pénétration du présent que le journal impérial, et surtout les correspondances privées ou les visites des familles imposaient de toute façon.

  • 97 AD Morbihan, doc. cit., Y 108.

70Refusant de plier, les républicains de Belle-Île continuaient de célébrer l’anniversaire de la République et chantaient la Marseillaise « ainsi que d’autres couplets anarchiques97 » comme s’en plaignent les gardiens. Jusqu’en 1856, ce motif de punition demeure l’un des premiers et atteste le refus de céder de quelques-uns des « fiancés de la République » comme se surnomme Gambon.
La volonté de s’évader n’est pas seulement considérée comme un statut individuel mais bien comme une affirmation politique face à un Empire décidé à ne pas appliquer la légalité. Les tentatives sont nombreuses, réunissent souvent des complicités à l’extérieur et mettent en œuvre des moyens de plus en plus sophistiqués : cordes, crampons, échelles, bateau, etc. Les républicains parisiens et nantais prêtèrent plus d’une fois leur concours et l’un des derniers projets mettait en présence Blanqui, Watteau et Gambon à Belle-Île, Ranc à Paris, quelques jours avant son arrestation et sa déportation en Algérie.

71Les autorités comprirent dès 1855 que, malgré la réussite évidente du système sur la majorité des détenus, une forte minorité n’abdiquerait pas. Les rapports des gardiens, du directeur, du préfet répètent de plus en plus qu’il faudrait transférer en Centrales certains prisonniers et surtout déporter les autres en Algérie ou à Cayenne. Quatre détenus sont d’ailleurs transportés à Lambessa en 1855 et un à Cayenne, quatre autres à Lambessa et cinq à Cayenne en 1856. La disparition de Belle-Île-en-Mer comme maison de détention et de déportation est posée dès le milieu de 1855. Un rapport a été demandé par le ministre sur la destination éventuelle des condamnés à cette date et, en 1856, une mission d’étude est envoyée à Corte. Elle préparera, on le sait, le transfert des 33 républicains irréductibles tandis que 48 autres seront dirigés vers le Mont-Saint-Michel.

72La population rassemblée le 1er décembre 1857 du bas de la citadelle au port offre un témoignage indirect de l’impact des détenus républicains sur les insulaires. Des marins avaient aidé Lignon à s’évader en 1856, des commerçants de Belle-Île avaient également aidé certains républicains, et le coiffeur de la détention avait été remercié pour avoir servi de boîte à lettres avec l’extérieur. Si le commissaire spécial de Belle-Île se félicite dans sa correspondance au préfet qu’aucun cri n’ait été proféré au départ des prisonniers, il confirme la présence massive des Bellilois dans les rues. D’autres témoignages irrécusables de manifestation de solidarité à l’égard des détenus de Corte confirmeront la permanence d’un courant républicain jusque dans les régions où on l’attendrait le moins. Ainsi le 24 février 1858, les républicains corses allumeront sur les collines entourant la citadelle de Corte des feux de joie en l’honneur de la République.

Après l’amnistie de 1859

  • 98 Nous avons utilisé les biographies du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Je (...)

73Une étude rapide du personnel républicain que constituent les 81 prisonniers de Belle-Île permet de repérer plusieurs dirigeants de la Commune parisienne de 1871 : Delescluze et Gambon, tous deux membres du dernier Comité de Salut public du gouvernement parisien, sont les principaux. On peut leur adjoindre Blanqui et Pilhes, et surtout leurs compagnons, dont deux groupes avaient résidé à Madrid et à Bruxelles à la fin de l’Empire, composés de plusieurs anciens de Belle-Île, Watteau en Belgique, Peyre et Chapon en Espagne. Jean Bussières, insurgé de juin 1848, est lieutenant au 120e bataillon fédéré sous la Commune, Henry Copréaux, capitaine au 174e bataillon fédéré puis commissaire au quartier de la Madeleine ; Jean-Baptiste Boullay, lui aussi insurgé de juin 1848, est également soldat de la Commune comme Constant Rudet, capitaine d’un bataillon et Joseph Ruault qui, dénoncé par Raoul Rigault, sera fusillé avec les otages parisiens98.
D’autres anciens de Belle-Île se retrouvent à la fin de l’Empire membres de l’Association Internationale des Travailleurs, tel Jean-Baptiste Gayet ou des groupes blanquistes comme Jean Chamel et François Jacquot.
Certes d’autres ne prirent aucune part à la Commune ou furent gambettistes comme Sébastien Commissaire, mais il faut tenir compte de l’âge avancé de nombre d’anciens détenus, de leur difficulté à s’insérer dans une société qui avait profondément changé en dix ans et du décès d’un nombre difficile à chiffrer de ses hommes.

74Il ne nous parait pourtant pas sans signification que plusieurs d’entre eux, blanquistes ou jacobins, avaient continué à mener la lutte après leur libération et qu’ils avaient repris les armes pour défendre l’insurrection parisienne qui en porta deux à sa direction. Dans ce choix, les révolutionnaires de la capitale rendaient peut-être inconsciemment un ultime hommage à cette école spéciale que constitua Belle-Île pour une génération de Quarante-Huitards qui sut se transformer et intégrer à son expérience ce qui était destiné à la briser...

75Au terme de cette étude, nous voudrions formuler quelques hypothèses et poser quelques questions. Le mode de fonctionnement de la prison de Belle-Île-en-Mer, de 1848 à 1858 soulève divers problèmes en rapport avec la répression et le maintien de l’ordre au XIXe siècle. Placée à mi-chemin entre la prison romantique de 1830-1834 et le bagne d’outre-mer des Communards de 1871, la citadelle bretonne confirme l’impasse dans laquelle s’engagent les autorités dès 1848. La nécessité d’enfermer ceux qui attaquent l’ordre social n’est qu’en partie résolue faute d’avoir trouvé la prison adéquate. Ni l’isolement cellulaire, ni la promiscuité des baraquements de Belle-Île ne sont pleinement satisfaisants.
Si la volonté de Napoléon III de réduire les républicains par leur ralliement ou du moins leur renoncement à la lutte nous est apparue évidente, bien avant les premières lueurs de l’Empire libéral, si le refus de la violence comme moyen politique conduit à enfermer ceux qui l’ont utilisé pour dénoncer d’autres violences, la prison constitue elle-même la forme de violence la plus absolue puisqu’elle les contient toutes. Elle ne parvient qu’imparfaitement à empêcher la fermentation d’idées qui sont elles-mêmes sources de nouvelles violences et la prison de Belle-Île finit par apparaître aux yeux des autorités comme un foyer d’infection plus dangereux encore à long terme. De ce point de vue, la prison politique pourrait bien avoir été appréhendée comme une école de la déviance sociale, comme la prison de droit commun commençait à être perçue comme une école du crime pour les délinquants. Forgeant ainsi les armes de sa destruction, elle imposait de repenser son but et les méthodes pour y parvenir. Les praticiens de la prison furent les premiers à proposer le remède : éliminer du champ visuel, de l’espace immédiatement perceptible, ces êtres différents par nature, les éloigner des côtes du pays.
La transportation, après 1871, dans les mêmes bagnes, des droits communs et des politiques, trouvait dix ans avant sa justification et annonçait toutes les théories de la sociologie et de la biologie criminelle futures. Faute cependant d’avoir résolu sur place le problème posé par la « délinquance » politique – c’est-à-dire l’affirmation d’un autre ordre social – on risquait de renvoyer ailleurs, dans l’espace, un problème que seul le temps pourrait éventuellement résoudre...

Haut de page

Notes

1 Sébastien Commissaire, Mémoires et souvenirs de Sébastien Commissaire, ancien représentant du peuple, Lyon, Meton, 1888, 2 vol ; Jean-Baptiste Boichot, Souvenirs d'un prisonnier d'État sous le second Empire par Boichot, Leipzig, C. Muquardt, 1869 ; C. Delescluze, De Paris à Cayenne, journal d'un transporté, par Charles Delescluze, Paris, Le Chevalier, 1869 ; Jean-Yves Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III : Mémoires de Charles-Ferdinand Gambon, Paris, PUF, 1983.

2 Silvio Pellico, Mes prisons, 1833.

3 Martin Bernard, Dix ans de prison au Mont-Saint-Michel et à la citadelle de Doullens, Londres, Jeffs, 1854, ouvrage dédié à Barbès alors enfermé « sur les mornes falaises du Noukaïva breton », p. 7.

4 Michelle Perrot, « 1848. Révolution et prisons », in L’impossible prison, Paris, Seuil, 1980.

5 Philippe Vigier, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hachette, 1982.

6 Cité par Babaud-Laribière, Histoire de l’Assemblée Nationale Constituante, M. Lévy, 1850, 2 vol., t. 1, p. 137.

7 Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848, 3 vol., Paris, Calmann Lévy, rééd. 1878, t. 3, p. 259.

8 Voir le récit de Charles-Ferdinand Gambon, Dans les bagnes de Napoléon III : mémoires / de Charles-Ferdinand Gambon, Paris, Presses universitaires de France, 1983, p. 53, retrouvant à Mazas comme geôlier un protégé nivernais du Commissaire de la République Girerd.

9 Un de leurs drapeaux affichait clairement : « Du pain ou du plomb ! ».

10 Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche de la meilleure des républiques, 4 vol., Paris, Michel Lévy, 1848-1849, t. 4, p. 188.

11 Ibidem, p. 140.

12 Ibid., p. 173.

13 Daniel Stern, op. cit., t. 3, p. 260.

14 Archives départementales du Morbihan, ministre au préfet, Y 93.

15 AD Morbihan, doc. cit.

16 Idem, Y 93 et Y 94.

17 AD Morbihan, op. cit., Y 93.

18 Ibidem, p. 198-199.

19 Ibid., lettre jointe à celle de Bugeaud au ministre de l’Intérieur, le 14 mars 1849, p. 197.

20 Ibid., p. 204.

21 AD Morbihan, doc. cit., Y 93.

22 Ibidem.

23 Colonel Pierre, le 5 juin 1849 : AD Morbihan, doc. cit., Y 93.

24 Ibidem.

25 Ibid.

26 Ibid, le 22 juin 1849.

27 Ibid.

28 AD Morbihan, doc. cit., Y93.

29 On trouvera une étude précise dans Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 64.

30 Cette expression, plutôt que cette de « Barbésiens » est attestée par l’ex-représentant Julien Maigne dans les souvenirs confiés au journaliste Camille Leymarie, « Barbès et Blanqui à Belle-Île », in La Nouvelle Revue, 1er juin 1898.

31 Maurice Dommanget, Blanqui à Belle-Île, Paris, Librairie du Travail, 1935.

32 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

33 Idem.

34 Idem.

35 AD Morbihan, doc. cit., Y 98.

36 Ibidem Y. 99.

37 Ibid.

38 AD Morbihan, doc. cit., Y 98.

39 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 176.

40 AD Morbihan, doc. cit., Y 99.

41 AN, BB 20/359, Cour d’Amiens.

42 Ibidem.

43 AN, BB 30/391, 3 mars 1851.

44 Ibidem, 21 décembre 1851.

45 Ibid., 6 février 1852.

46 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 60.

47 AD Morbihan, doc. cit., Y 98.

48 Cette dénomination reprise par Dommanget figure dans un rapport du directeur Berger en février 1857. AD Morbihan, doc. cit., Y 109.

49 Idem, Y 99.

50 AN, BB 20/359, Cour d’Amiens.

51 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 85.

52 Jean-Baptiste Boichot, op. cit., p. 178, parle de « républicains restés inébranlables dans la foi politique ».

53 AD Morbihan, doc. cit., Y 108.

54 Idem, par ex. rapport du 30 septembre 1857.

55 Idem.

56 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

57 Idem.

58 Idem.

59 Idem, Y 114.

60 AD Morbihan, doc. cit., Y 93.

61 Idem, Y 98.

62 Idem, Y 99.

63 Idem.

64 Jean-Baptiste Boichot, op. cit.

65 Ibidem, p. 201.

66 AD Morbihan, doc. cit., Y 108 : Vallet au ministre de l’Intérieur, le 28 janvier 1851.

67 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 169-170.

68 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

69 Idem, doc. cit., Y 103.

70 Jean-Yves Mollier, op. cit., Y 103.

71 AD Morbihan, doc. cit., Y 114.

72 Idem, doc. cit., Y 113 ; le “m ...” signifie maître-maçon.

73 AN, BB 30/391 : lettre du 15 novembre 1850 au ministre de la Justice signée de deux maçons avoués, Jean-Louis Defer et Balajut.

74 Voir les travaux d’André Combes et notamment « La Loge “Les Amis de Sully” et les détenus communards sur les pontons de Brest (1871-1872) », in Chroniques d’histoire maçonnique, n°31, 1983.

75 AD Morbihan, doc. cit., Y 113.

76 Souligné dans la lettre.

77 Idem.

78 AD Morbihan, doc. cit., Y 113.

79 Idem.

80 Idem.

81 AD Morbihan, doc. cit., Y 103.

82 Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 87.

83 Idem.

84 BnF, Papiers Blanqui, Mss. N. A. fr. 9584-1, fol. 74-75.

85 AN, BB 30/391.

86 Voir sur ce point Jean-Yves Mollier, op. cit., p. 191.

87 Ibidem, p. 147-148.

88 AD Morbihan, doc. cit., Y 103 ; nous avons scrupuleusement respecté l’orthographe de la lettre.

89 Idem, Y 99.

90 AD Morbihan, doc. cit., Y 109.

91 Voir sur ce point Rémi Gossez, Les ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, t XXIV, Paris, Société d’histoire de la révolution de 1848, 1967.

92 AN, W 576.

93 Idem.

94 Idem.

95 Idem.

96 BnF, Papiers Blanqui, N. A. fr. 9586.

97 AD Morbihan, doc. cit., Y 108.

98 Nous avons utilisé les biographies du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Mollier, « Belle-Ile-en-Mer : prison politique (1848-1858) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Bagnes, prisons et quartiers politiques, mis en ligne le 22 janvier 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2660

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Mollier

Professeur des universités en histoire contemporaine (Institut d'études culturelles et internationales, Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page