Navigation – Plan du site
2014

Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane

Paris, Vendémiaire, 2013.
Danielle Donet-Vincent
Référence(s) :

Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire, 2013.

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu d'une thèse de doctorat, retrace l'histoire d'un pan entier de ce que nous appelons le bagne. Ce terme, devenu générique, recouvre en réalité trois types distincts de châtiments: la transportation, la déportation et la relégation. C'est ce dernier volet qui est ici étudié par Jean-Lucien Sanchez.
Grâce à son minutieux et vaste travail de recherche, l'auteur nous restitue avec exactitude l'histoire de cette peine, dite accessoire sous prétexte qu'elle n'était pas prononcée comme "punition de base" mais découlait de façon systématique d'une série de condamnations auxquelles elle venait s'adjoindre. Il s'agissait d'une sorte de "double peine", avant la lettre, réservée aux individus, hommes et femmes, considérés comme incorrigibles et nuisibles à la société.

2Cette étude montre que les arguments sur lesquels s'appuie le texte fondateur, signé en 1885, ont repris l'essentiel de ceux mis en avant pour l'instauration de la transportation à partir de 1852, arguments parmi lesquels l'exclusion définitive du territoire national domine.

3L'auteur montre comment, dans la réalité des faits, cette relégation présentée comme simple mesure de bannissement s'est avérée être l'équivalent de la transportation. Astreinte à casernement collectif et contrainte aux travaux forcés les plus durs, sous l'œil de surveillants qui oeuvraient indifféremment à la transportation ou à la relégation et qui faisaient montre des mêmes méthodes, ont fait partie intégrante de la vie des quelques 17 000 récidivistes, hommes et femmes, qui furent soumis à ce châtiment. Cette assimilation des relégués à des transportés, et leurs sorts semblables en bien des points expliquent et rendent pertinent l'emploi du mot bagne pour définir leur cadre et mode de vie.

4L'auteur dépeint fidèlement cette société des relégués soumise à la discipline la plus rude, à l'arbitraire, aux abus les plus divers, aux trafics auxquels ils étaient eux-mêmes contraints, au regard des médecins militaires dont certains se sont penchés avec une attention confinant à l'obsession sur leurs pratiques sexuelles. Cet état des lieux, établi sans pathos, met en relief la similitude parfaite entre le sort des transportés et des relégués, déshumanisés autant que méprisés, à une nuance près cependant: la relégation, rappelle Jean-Lucien Sanchez, était toujours prononcée à perpétuité.

5L'évasion, mythe vers lequel se tournaient, parfois avec succès, tous ces exclus, compliqua les relations diplomatiques avec les pays du continent américain; ces derniers ne voyaient en effet qu'ancien forçat dans chaque homme fuyant d'inhumaines contraintes, quelle que soit la condamnation d'origine. Ces évasions engendraient protestations auprès du gouvernement français et réprobation ouverte du bagne colonial. Ce regard extérieur qui dépassait la lettre et l'esprit de la législation pénale mais en constatait les effets, ne faisait que consacrer le brouillage des lignes entre les deux catégories de condamnés présents sur le sol de Guyane.

6L'auteur reprend, en l'affinant et en la centrant sur la relégation, l'histoire déjà connue du bagne pendant la seconde guerre mondiale, période de forte mortalité chez les relégués. Il reprend également le mécanisme déjà étudié de la fermeture du bagne, l'augmentant de précisions sur les étapes du processus, et le nombre exact d'hommes concernés. Il ouvre cette partie sur la question du développement de la Guyane: quelle immigration privilégier, et dans quelles conditions, pour remplacer la main-d'œuvre pénale sur le départ? "La liquidation de cette erreur" qu'avait été plus spécialement la relégation s'est opérée, dans la pratique, avec la même urgence et les mêmes mesures, et pour les mêmes raisons, que la liquidation de la transportation. Cette confusion ultime des genres au moment de la disparition du bagne colonial sonne comme un aveu tardif des autorités françaises: la relégation coloniale n'aura été, selon la formule d'un juriste de la fin du XIXe siècle, que le pseudonyme de la transportation, ce que cette étude illustre parfaitement. Jean-Lucien Sanchez rappelle que la relégation n'a cependant été supprimée officiellement du code pénal qu'en 1970, et remplacée par la tutelle pénale.
Les derniers condamnés des deux catégories sont rentrés dans leurs pays d'origine en 1953.

7L'auteur souligne que de nombreux ressortissants issus de nos colonies, d'Algérie en particulier, eurent à connaître la relégation. Ce point replace l'histoire du bagne dans l'histoire coloniale de la France et esquisse les contours d'un imaginaire fondé sur des hiérarchies spatiales et humaines.

8L'auteur consacre également un chapitre à la place des femmes dans ce système, chapitre particulièrement le bienvenu puisqu'un des objectifs annoncés tant pour la transportation que pour la relégation était de former des familles en Guyane afin d'assurer le développement du pays par les condamnés. Jean-Lucien Sanchez ne manque pas de faire ressortir le côté paradoxal, pour ne pas dire fallacieux, de ce but affiché alors que la relégation, telle que mise en œuvre, était de fait l'équivalent d'une peine des travaux forcés à perpétuité.

9Une bibliographie soignée et précise, des notes aisément consultables en fin d'ouvrage feront le bonheur des chercheurs. La photographie de couverture et l'iconographie choisie par l'auteur (malheureusement regroupée en pages centrales) donnent à ce volume une dimension sensible qui restitue aux exclus que furent les relégués leur composante humaine. Elles rappellent également que la relégation n'a pas été une abstraction mais a concerné un pays, la France, dans ses relations avec une de ses colonies, la Guyane, et dans ses rapports avec ses citoyens, fussent-ils regardés comme coupables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Donet-Vincent, « Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2014, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2662

Haut de page

Auteur

Danielle Donet-Vincent

Danielle Donet-Vincent, docteure en Histoire, est spécialiste de l’histoire de la transportation coloniale. Elle a été membre du groupe de recherche sur l’histoire des prisons de la troisième République, dans le cadre du séminaire dirigé par Robert Badinter et Michelle Perrot à l’EHESS. Elle a notamment publié La fin du bagne 1923-1953 (Rennes, Ouest-France, 1992), De soleil et de silences : histoire des bagnes de Guyane (Paris, la Boutique de l’histoire, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page