Navigation – Plan du site
Bagnes, prisons et quartiers politiques

Belle-Île-en-Mer, prison politique après la Commune (1871-1880)

Jean-Yves Mollier

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans « Répression et prison politiques au XIXe siècle », Société d'Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1990, p. 237-252.

Texte intégral

  • 1 Jean-Yves Mollier, « Belle-Ile-en-Mer, prison politique (1848-1858) », in Maintien de l’ordre et po (...)

1Nous citons en préambule de notre communication au colloque sur le maintien de l’ordre de 1983, une réflexion désabusée de Blanqui : « Le rendez-vous général est à Belle-Île1 », constatation qui justifiait l’objet même de notre étude : la prison politique de Belle-Île-en-Mer de 1848 à 1858. En conclusion, nous avancions l’hypothèse d’une modification spatiale de l’enfermement à la fin du Second Empire : l’obligation de transporter dans les colonies ceux que ni la justice ni la police n’étaient parvenus à vaincre ou à récupérer sur le territoire continental. À la limite, le bien-fondé de cette analyse rendrait illusoire et aberrante l’observation d’une prison française après la Commune, alors même que dans l’échelle des pénalités la déportation au bagne calédonien occupait la première place.

2Pourtant l’histoire nous a appris depuis longtemps que la mise en place de mécanismes généraux, d’institutions ou d’organismes, fondamentaux à long terme, n’interdit nullement la coexistence, à court ou à moyen terme, d’appareils jugés dépassés. De ce point de vue, la prison de Belle-Île-en-Mer, outre l’impossibilité de transporter tous les condamnés, allait retrouver, avant même l’écrasement des derniers combattants, une partie de la tâche qui avait été la sienne vingt ou dix ans plus tôt. Très précisément, son histoire chronologique se modèlerait sur celle de 1848-1858 : dépôt d’insurgés en avril-mai 1871 comme elle l’avait été après juin 1848, maison de détention à partir de 1872 comme elle le fut dès 1850, elle verrait sa finalité propre se fondre dans l’éparpillement et la contradiction après 1876 comme ce fut le cas après 1855. Une apparente logique du dérapage du système planerait alors au-dessus des vicissitudes de la conjoncture.

3Ainsi se dégage une première spécificité de notre étude : observer l’évolution d’un espace carcéral qui se définit non en fonction d’un plan d’ensemble longuement préparé et mûri mais en raison des contraintes du moment, la nécessité d’enfermer les communards insurgés en l’occurrence. À partir de cette orientation générale, les questions formulées pour la période 1848-1858 conservent une part de leur validité : quelles pénalités infliger à des hommes que la société a reconnus coupables d’un crime non strictement judiciaire ? Qui utiliser pour garder ses détenus d’un type particulier ? Quelle finalité attribuer à la répression ? D’autre part, l’étude de la machine administrative, du personnel pénitentiaire et de la population carcérale conduit à rechercher d’éventuelles pesanteurs observables au-delà des changements historiques évidents et à se demander si à période nouvelle correspondent des mentalités et des attitudes radicalement autres. C’est souligner un des buts de notre investigation : au-delà des lignes de forces depuis longtemps mises en évidence dans l’évolution de l’enfermement européen depuis le XVIIIe siècle existe-t-il des points de résistance repérables, rendant à la limite inopérante les modifications introduites dans le système ? L’application de peines et de châtiments identiques ou similaires à des êtres par nature distincts ne conduit-elle pas à fausser définitivement la logique du système, à le mettre en péril dès son utilisation à des fins a priori étrangères à sa destination ?

4Ces interrogations et quelques autres sont nées au cours du dépouillement des dossiers de l’administration pénitentiaire du Morbihan (registres d’écrou de 1872 à 1880 et cartons de la série Y essentiellement). Nous avons le cas échéant confronté ces documents avec les archives des ministères de l’Intérieur et de la Guerre et utilisé les sources générales d’information historique sur la Commune : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Grande histoire de la Commune, de Georges Soria, etc. Disons tout de suite cependant qu’à la différence de la période précédente, aucun texte majeur de souvenirs de détenus n’a pu être utilisé, faute d’avoir été rédigé ou imprimé. Alors que, quantitativement, le nombre de prisonniers politiques, Bellilois pour un temps et par force, a été multiplié par cinq – 601 en 1850-1858, 2.997 en 1871-1880 –, nulle trace ou sédiment littéraire ne semble avoir subsisté. La qualité des hommes est-elle le facteur déterminant dans cette première différence, ce qui revient à interroger les grands récits d’emprisonnement publiés après l’armistice ? Pourquoi les Calédoniens, Allemane, Rochefort, Lisbonne ou Louise Michel, pour ne citer qu’eux, ont-ils éprouvé le désir de parler et de confier à la feuille blanche l’expérience de leur combat alors que leurs frères de douleur et d’espoir, les Bretons du Morbihan, se sont tus ?

  • 2 Jacques Rougerie, Paris Libre 1871, Paris, Le Seuil, 1971.

5La question appelle un corollaire, plus important quant à l’orientation des réponses à apporter : pourquoi la postérité a-t-elle, y compris dans ses légendes ou mythes formateurs d’une mémoire collective, incorporé la détention dans le pacifique et occulté celle, plus proche, des côtes de l’Atlantique ? Cette question serait sans objet si Belle-Île n’avait été qu’un port de départ vers une autre destination, ce que furent Brest, Rochefort ou Port-Louis, ou si le nombre de prisonniers avait été limité et la durée de l’enfermement réduite à quelques mois. Or le dépôt d’insurgés ouvert en avril 1871 reçut un lot de 752 combattants et la maison de détention allait héberger, elle, 2 245 condamnés sur les 10 137 recensés par Jacques Rougerie2 et réellement retenus par les conseils de guerre. Même s’il convient de retrancher à ce chiffre brut quelques 101 soldats victimes de l’institution militaire et affectés abusivement à Belle-Île, 49 déserteurs, 4 espions, 21 Arabes d’Algérie, quelques droits communs introduits par confusion volontaire et quelques prisonniers partis puis revenus dans leur ancienne prison, au maximum 200 personnes, on s’aperçoit qu’au moins 2 050 communards condamnés contradictoirement sont passés par Belle-Île. L’ancienne résidence de Fouquet au XVIIe siècle, de Barbès, Blanqui, Descluze et Gambon après 1848, aura vu pénétrer dans ses lieux plus de 20 % des républicains insurgés et condamnés de 1871. C’est dire d’emblée l’importance d’une étude la plus détaillée possible de ce lieu de détention.

Le dépôt d’insurgés

  • 3 AD Morbihan, Y 259.

6« Maison centrale de force et de correction » depuis 1866, la prison de Belle-Île utilisait les locaux de détention aménagés en 1848-1850, c’est à dire la citadelle du palais et le château-Fouquet pour le logement des soldats et l’internement cellulaire, les baraquements destinés à recevoir 600 prisonniers environ, comme espace principal de la prison. En application d’un décret impérial du 6 octobre 1869, qui prévoyait d’organiser « dans quelques maisons centrales le travail agricole, et d’y placer les condamnés qui en avaient l’habitude au dehors3 », 120 condamnés, sexagénaires, valides et adeptes de ces travaux, devaient être extraits des autres centrales et expédiés à Belle-Île. 43 arrivent effectivement à destination le 23 mars 1871. Les états d’effectifs font apparaître un mouvement important : au 1er janvier 1870, 262 détenus habitaient la prison ; ils ne sont plus que 180 un an plus tard. Le déficit s’établit ainsi : 23 décès, chiffre élevé mais compréhensif en raison de l’âge des arrivants, 54 libérations et 5 grâces. On relève parmi ces mesures exceptionnelles un curieux destinataire : Raphaël Trabucco, auteur en 1864 d’un attentat contre l’empereur, condamné à la déportation et illégalement détenu dans une maison de force et de correction. Avec ce politique, gracié le 19 janvier 1870, la tradition quarante-huitarde, était maintenue.

7La guerre franco-prussienne de 1870 entraîne une première modification dans le service des prisons bretonnes. Lorient, Port-Louis, Belle-Île vont devoir s’occuper des prisons de guerre. Les frégates la Vengeance et la Pénélope serviront de pontons à Port-Louis, tandis qu’à Belle-Île, la citadelle est rétrocédée au génie, chargé de la surveillance des soldats ennemis. Les deux administrations de l’intérieur et de la guerre doivent collaborer à l’œuvre commune et l’insurrection parisienne du mois de mars renforce cet impératif. En effet, dès les premiers combats entre les armées de Paris et de Versailles, la question de l’internement des prisonniers est posée. Thiers qui n’a sans doute pas oublié les leçons de 1848 (il siégeait à la commission de la Marine après juin) réutilise les mêmes méthodes. Là s’effectue un triple mouvement : certains convois repartent pour Brest, d’autres ont terminé leur voyage tandis qu’un troisième lot est aiguillé sur Auray d’où le bateau les transbordera à Belle-Île. Ces prisonniers formeront le personnel du « dépôt d’insurgés » annexé à la « maison de force et de correction ».

  • 4 AD Morbihan, Y 454-455.

8Le 7 avril, deux convois ont conduit à Lorient 1 600 prisonniers de Versailles : 600 sont ensuite partis pour Brest, 612 ont pris le chemin de Belle-Île tandis que les derniers étaient débarqués à Port-Louis. Pour le commissaire de Lorient, « le plus grand ordre s’est maintenu à la gare et dans les environs pendant le stationnement et le passage des convois », mais tout de même, « 7 à 8 jeunes gens de 17 à 18 ans qui se trouvaient dans la foule […] ont crié : “Vive les Parisiens”, “À bas la Rousse” », cris « isolés » qui n’ont obtenu aucun écho et « ont été reçus dédaigneusement par la foule »4.

  • 5 Idem.

9À Belle-Île, les insurgés remplacent les prisonniers prussiens, transférés à Port-Louis, et occupent immédiatement la citadelle et une partie des baraquements de la prison. Aux 612 du 8 avril s’ajouteront, le 21 mai, 140 combattants faits prisonniers autour de la citadelle, en tout 752 communards dont nous connaissons l’identité grâce à l’état nominatif dressé par le directeur, Georges Girard, le 15 juin 18715. Né en 1830, onze ans instituteur, entré dans l’administration pénitentiaire en 1861, inspecteur à Fontevrault en 1870, Girard a été nommé à Belle-Île le 27 avril 1871 en remplacement de Charles le Beaupin, muté à Montpellier, mais qui mourra en octobre, fatigué lui aussi par le climat et les rigueurs du régime de Belle-Île. À cette date, la prison comptait 30 personnes pour l’encadrement dont plusieurs gardiens auxiliaires, embauchés sur place pour faire face aux nécessités de la prison. L’administration mise en place sous l’Empire n’avait, elle, pratiquement pas bougé : comptable, greffier, commis aux écritures, médecin, pharmacien, aumônier et gardien principaux n’avaient été affectés ni par la guerre ni par la révolution parisienne. Logement, habillement et nourriture des droits communs vont servir immédiatement aux « rebelles » (ainsi les nomme-t-on) pour qui le directeur fera confectionner lui même caleçons, chaussons et guêtres en quantité insuffisante dans les stocks.

  • 6 AD Morbihan, Y 258 : 10 Juillet 1871.

10Très vite cependant apparaissent des problèmes de surveillance. L’ivrognerie, si souvent reprochée au personnel pénitentiaire et toujours sévèrement réprimée, apparaît alors plus dangereuse qu’elle ne l’était un an auparavant. Plusieurs gardiens auxiliaires seront révoqués en 1871, soit pour être entrés dans un cabaret alors qu’ils conduisaient un détenu à la citadelle pour interrogatoire6, soit pour avoir accompli leur service dans un état d’ébriété susceptible de favoriser une tentative d’évasion. Ainsi ce gardien qui, dans la soirée du 6 juillet 1871, interpelle trois fois le sergent major en le sommant de lui crier le mot de passe, n’aide-t-il pas indirectement les prisonniers à retenir le « sésame » de l’évasion ? On le voit, la nuance est infime qui sépare l’oubli du devoir de la trahison pure et simple, et le directeur s’inquiète de la solidarité active des geôliers qui les poussent à protéger les incartades de leurs collègues.

  • 7 Idem, Y 454-455.
  • 8 Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Maspero, 1970 [rééd.], p.187.
  • 9 Ibidem.

11Ce problème est ressenti avec une acuité toute particulière en 1871 parce qu’on craint l’influence pernicieuse des rebelles. Le ministère lui même s’inquiètera, dans une dépêche du 1er juin, de l’état d’esprit des ouvriers et des arsenaux, contaminés par la présence des familles d’insurgés7. La police est alors invitée à renforcer la surveillance et à tenir les autorités au courant de l’évolution des esprits. Les arrestations massives consécutives à l’écrasement de la Commune entraînent alors un double mouvement de libération de la majorité des rebelles insurgés de Port-Louis et Belle-Île et d’enfermement des combattants de la Semaine Sanglante qui ont survécu à l’hécatombe versaillaise. Parqués dans les hangars de Satory après avoir subi les insultes et les coups d’une foule de « chacals » et de « hyènes8 », à leur arrivée à Versailles, ils avaient selon le ministre de l’intérieur Picard des « visages ignobles9 ». Si l’on compare la liste de ces prisonniers enfermés à Belle-Île avec celle du « Maitron », des condamnés contradictoires des conseils de guerre, on s’aperçoit que 57 des 612 arrivés en avril et 25 des 140 du mois de mai, soit 11 pour cent environ ont été maintenus en détention et jugés. 89 pour cent d’entre eux, les obscurs et les sans-grade de la révolution parisienne, ont été relâchés, bénéficiant d’un non-lieu après interrogatoire diligenté par les officiers instructeurs de Palais. Compte tenu de la destruction à Vincennes d’une partie des dossiers de prévenus non condamnés, on peut reconstituer partiellement ces « carrières » à partir des dossiers dressés en aval à Brest, Lorient ou Vannes. Un exemple parmi d’autres en marquera l’intérêt : sur les 11 Belges arrêtés, 7 sont inconnus au Dictionnaire Biographique du Mouvement ouvrier français : 2 Luxembourgeois sur 3, 1 Suisse sur 3, 1 Polonais sur 3 et 3 Italiens sur 4… Sans remettre en cause les chiffres de la participation étrangère à la Commune de Paris, ceux relevés à Belle-Île en augmentent cependant la valeur absolue.

  • 10 Jacques Rougerie, op.cit., p. 259-260.

12Aux 612 premiers internés d’avril sont venus se joindre des fédérés arrêtés le 29 avril, lors des combats d’Issy, les 4-7 mai et les 11-16 mai au couvent des Oiseaux, à Vanves ou aux environs, en tout 752 personnes. À ce nombre il faut enlever un marin de Cherbourg, venu à Versailles toucher sa pension, arrêté par erreur et aussitôt relâché, au total 751 individus : 56 civils, 3 soldats libérés par les Prussiens, et 699 gardes nationaux fédérés. Il est tentant de comparer les statistiques de ces insurgés avec celles plus générales, dressées par Jacques Rougerie10 : 52,11 pour cent ont moins de 35 ans, et, en chiffre absolu, ce sont les 15-24 ans puis les 31-35 ans et les 25-30 ans qui forment les gros bataillons, bien avant les 36-40 ans classiquement isolés. Alors, plus jeune le fédéré moyen passé par Belle-Île, mais non condamné par la justice, que son homologue présenté aux officiers des conseils de guerre ? Nous serions tenté de le croire même si sa participation aux opérations militaires d’avril explique partiellement l’écart ici perçu.

  • 11 Ibidem, p. 126.

1332, 44 pour cent sont nés à Paris ou dans les départements périphériques, ce qui confirme la présence, dans « la plus parisienne des révolutions du XIXe siècle11 », de nombreux provinciaux et étrangers, 27 en tout. Parmi eux, un communard célèbre se détache : le garibaldien Amilcare Cipriani, arrêté avec Flourens et, proche de lui par la notoriété, on peut relever le général Lucien Henry, colonel de la XIVe légion. Isolons encore quelques figures : Jean Joliveau, sculpteur issu d’une famille de révolutionnaires puisque sa femme et son beau-père seront comme lui condamnés : Jules Lorion, mort à l’île des Pins, Henry Poirson, qui repassera par Belle-Île après être revenu de Nouvelle-Calédonie, Vincent Skoda, tailleur hongrois, Désiré Gérich, jeune fondeur de la Butte-aux-Cailles, né en 1851 et dont le frère, né en 1852, sera lui aussi condamné, ou encore Étienne et Emmanuel Roger, le père, 41 ans, le fils, 14, arrêtés ensemble.

  • 12 Sur les statistiques de la Commune, on se reportera au rapport Appert, discuté finement par Jean Ma (...)

14Ouvriers, ils le sont à une écrasante majorité, ces rebelles : 18,50 % appartiennent aux professions du métal, 15,57 % du bâtiment, 9,18 % du travail d’art et d’articles de Paris, 9,32 % du bois, 5,05 % du textile, 3,86 % du livre, 2,40 % du cuir et 3,46 % de la chaussure, 67,34 % auxquels s’ajoutent 8,78 % de journaliers soit 76,12 % de prolétaires. Un fort contingent d’employés, 10,78 %, et un nombre comparable d’artisans, négociants, rentiers et intellectuels, restitue à l’insurrection parisienne son visage le plus évident, celui d’une révolution ouvrière ayant su intégrer à son mouvement toutes les composantes sociales attachées au changement12 . Le caractère éminemment patriotique du déclenchement de la Commune n’enlève rien à cet aspect fondamental et si les historiens modernes ont tendance à le surévaluer pour des raisons souvent très conjoncturelles, la police, la machine judiciaire et l’armée ne s’y trompaient pas, elles, en 1871.

  • 13 AD Morbihan, Y 260.

15En veut-on quelques preuves supplémentaires, à ajouter aux dépêches ministérielles déjà citées ? Les rapports du préfet maritime le montrent inquiet, fin 1871, des mensonges délibérés des rebelles élargis. Ils ont indiqué un département d’origine dans lequel ils ne sont jamais réapparus. En décembre 1871, le directeur de Belle-Île écrit que l’aumônier de la prison, l’abbé Le Tallec, « Sent son zèle défaillir à la pensée qu’il va perdre ses vieux forçats ; l’ingratitude de son service dans son dépôt d’insurgés l’affecte et lui donne des appréhensions pour l’avenir13. »

16Habitué aux détenus de droit commun pourtant difficiles, meurtriers, violeurs et assassins patentés, il les préférait pourtant à ces rebelles qu’il ne parvient pas à plier. Pour obtenir les secours du Ciel, l’aumônier accomplira un pèlerinage en Terre-Sainte du 23 février au 16 mai 1872 avant de quitter ses fonctions. L’abbé Joye, vicaire à Palais qui l’avait suppléé le remplacera sans parvenir à davantage de résultat.

  • 14 Idem, Y 454-455.

17La répression suffit-elle d’ailleurs à maintenir l’ordre dans les lieux de détention ? Selon le préfet maritime de Lorient, le 4 décembre 1871, les rebelles libérés trompent les officiers instructeurs et sont « dans des dispositions de plus en plus menaçantes14 ». Libérés, ils ne réapparaîtront ni à Paris, qui leur est interdit à la fin de l’année, ni là où les préfets prévenus les attendaient ! Un contingent important aurait gagné les frontières, craignant l’éventualité d’une réarrestation.

18Vidé de ses pensionnaires à la fin de l’année 1871, le dépôt d’insurgés de Belle-Île allait céder la place à un autre espace carcéral, la maison de détention de Belle-Île, destination que le décret du 23 juillet 1850 lui avait initialement concédée.

Le centre de détention provisoire de Belle-Île

19En fait l’année 1872 est une année de transition. En janvier, 136 droits communs encore présents sont transférés à Embrun mais il demeure sur place 56 forçats employés à des travaux agricoles. À la demande du préfet, le directeur a rédigé un rapport le 1er août et le ministre devra utiliser toute son autorité, le 8 novembre, pour faire cesser une situation judiciairement aberrante. Les contradictions se comprennent aisément si l’on étudie le jeu des influences et des pressions multiples auxquelles donnait lieu le travail agricole des prisonniers. Une seule famille belliloise en profitait, non la moindre puisqu’il s’agit de celle du général Trochu, aujourd’hui encore enfant chéri du musée privé installé à la citadelle. Pour ne pas s’attirer l’ire du clan Trochu, qui exploitait le grand domaine de Bruté, le ministre suggéra les plus grands égards au préfet et une solution mutuellement acceptable. À la fin de l’année, Belle-Île ne recevrait plus que des condamnés à la détention dont une partie pourrait être utilisée sur les terres d’Armand Trochu, propriétaire en titre. Pour ce dernier, la main-d’œuvre agricole n’aurait subi qu’un léger changement : des communards insurgés aux lieu et place de forçats assassins ou impudiques !

20Du 14 janvier au 24 avril 1872, 584 condamnés entrent à Belle-Île, auxquels s’ajoutent encore 71 détenus de mai à octobre. 35 convois auront apporté 655 prisonniers. 501 d’entre eux seront expédiés en novembre à Landerneau dont la prison reçoit alors le statut de maison centrale de force et de correction, 102 à Embrun au même moment, 20 à Vitré, quelques-uns à Auray, Lorient, Quélern, Paris, Amiens et Chartres, soit 637 au total. Les 18 autres se répartissent ainsi : 5 sont morts, 11 ont été graciés et libérés tandis que 2 seulement resteront à Belle-Île.

  • 15 Nous avons systématiquement dépouillé les trois registres d’écrou - 2 Y 226 : n°1177 à 1504, 2 Y 22 (...)

21L’immense majorité de ces premiers condamnés des conseils de guerre s’est vu infliger une peine de deux ans de prison, souvent assortie de mesures complémentaires : interdiction de séjour, dégradation civique, etc. En fait, presque toute la gamme des pénalités de la justice militaire a été utilisée : déportation simple ou en enceinte fortifiée ont frappé le peintre Alfred de Coulan et le journaliste Beaubeau de Secondigné15. Un point commun cependant rassemble ces condamnés : la commutation quelle que soit la peine initiale, en une autre d’emprisonnement, et non plus de détention. C’est donc bien ici la logique pénitentiaire qui conduira au transfert de ces prisonniers vers des maisons centrales de correction et au maintien des deux seuls détenus stricto sensu. Ni l’habillement ni le régime carcéral n’étaient communs aux deux catégories et plus d’un insurgé, peut-être d’abord satisfait de voir sa peine commuée, découvrira avec stupeur ou révolte que la transformation du régime aggravait soudain les conditions de détention. Ce n’est évidement pas un hasard si la prison de Landerneau connaîtra une mutinerie en 1875 ; et les germes de cette situation apparaissent à Belle-Île au milieu de l’année 1872.

22Le directeur de l’établissement, Girard, l’écrit d’ailleurs sans ambages à son ministre de tutelle : le changement de régime carcéral, l’imposition à des politiques d’une pénalité de droit commun, la correction pour emprisonnement, est la cause principale de la révolte du mois de juillet :

  • 16 Lettre citée dans une autre du préfet au ministre, du 30 juillet 1872, AD Morbihan, Y 261.

« Ces récriminations s’expliquant d’autant plus facilement que la maison de Belle-Île contient un certain nombre de détentionnaires commués qui ont pu apprécier la différence des deux régimes16. »

23Le 20 juillet, une révolte avait éclaté à 6 heures du matin : les détenus refusaient d’obéir et seule l’intervention de la troupe (les soldats du régiment de ligne affectés au poste de la citadelle) avait pu calmer les esprits. Le lendemain, une mutinerie semblable prenait le relais :

  • 17 AD Morbihan, Y 261.

« 51 prisonniers se seraient refusé à assister aux offices religieux, en prétendant que l’aumônier leur aurait adressé, dans ses sermons, des paroles blessantes, allégations dont il vous parait inutile de démontrer la fausseté17. »

24ajoutera le directeur ! Le 22, 25 de ces prisonniers, mis en isolement cellulaire, refusent obstinément qu’on leur applique les règlements de 1839 sur les maisons centrales de correction.

  • 18 Idem, Y 454-455.

25En novembre, lors du transfèrement à Embrun et à Landerneau, les mêmes revendications réapparaissent, avec les identiques refus de plier de l’administration. Se considérant comme des politiques, les prisonniers exigent à Auray qu’on leur rende leur argent afin d’améliorer l’ordinaire prévu pour la route, tandis que le directeur fait observer que les règlements de 1864 les concernent bien, puisque frappés d’un régime de droit commun. La prison de Belle-Île a en conséquence expédié à leur maison d’affectation les sommes inscrites sur leur carnet et, en aucun cas, on ne peut les autoriser à prélever quoi que ce soit pendant le trajet. Ils ont perçu, écrit Girard, « … pendant leur transfèrement les vivres réglementaires et n’ont pas droit à autre chose. Ils ont le régime de droit commun, rien de plus, rien de moins, et leur volonté ne peut prévaloir contre la loi. Leur mutinerie méritait simplement d’être réprimée ; j’apprends avec plaisir que c’est le parti qu’on a pris à Auray18 ».

26Ainsi se met effectivement et concrètement en place une première réponse à la demande historique : le politique ne peut exister aux yeux de la loi ; il doit être impérativement fondu dans une catégorie juridiquement prévue et, de ce fait, confondu avec le droit commun pour qui la loi a été prescrite. Girard, fonctionnaire zélé et intelligent, avait vu avec soulagement disparaître le régime transitoire du dépôt d’insurgés de 1871. Il écrivait au préfet de Vannes, en mars 1872, à propos d’une de ces querelles de compétence qui opposent fréquemment au XIXe siècle soldats et gardiens, ministères de l’Intérieur et de la Guerre :

  • 19 C’est nous qui soulignons les deux fois.
  • 20 AD Morbihan, Y 261.

« MM. les Commandants de place se regardent ici comme les Gouverneurs de l’île. S’ils ne s’en donnent pas le titre, ils veulent en prendre les attributions [...] Tant qu’il ne s’agit que des prévenus détenus dans l’établissement à raison de participation à la dernière insurrection, j’ai patiemment souffert dans l’espoir que cette situation ne serait que temporaire. Mais aujourd’hui qu’il s’agit de condamnés19, je me retrouve en présence des mêmes prétentions, des mêmes exigences, d’un même désir de faire reluire l’autorité aux yeux de tous, et en même temps des mêmes difficultés et des mêmes inconvénients pour assurer la bonne marche des services20. »

27Or le général de la division, sollicité, donnera raison au directeur civil de la prison : il lui appartient, et à lui seul, de régler la place des sentinelles extérieures en fonction des impératifs de sécurité du local pénitentiaire…

28Qui étaient ces condamnés soumis à ce régime de correction pénale ? L’immense majorité était composée du personnel de l’insurrection parisienne jugée fin 1871, mais des participants aux mouvements de province les avaient rejoints, ceux de Saint-Étienne et de la Nièvre particulièrement. Signalant le transfert de 88 prisonniers, en septembre 1872, le directeur dressait un état séparé des 12 individus ayant des antécédents judiciaires : or si 6 d’entre eux avaient bien encouru une peine pour vol, vagabondage ou escroquerie, un avait été failli, et surtout 5 avaient déjà eu maille à partir avec la justice pour des raisons strictement politiques, tel Emmanuel Chauvière qui sera député socialiste de 1893 à 1910 après avoir été et être demeuré un blanquiste convaincu.

29Plutôt que de relever les origines et les professions de ces communards, ce qui n’apprendrait rien de nouveau, nous avons préféré nous intéresser à ceux d’entre eux qui présentaient des tatouages, soigneusement relevés par les greffiers. Peut-être cette particularité physique, comme le grand nombre de traces de maladies, les si importantes lentilles sur le corps des détenus, offre-t-elle à l’historien une des rares occasions de voir vivre, dans leur complexité, des hommes que la justice traite comme des criminels.

  • 21 Voir sur ce point le récit très coloré de Lucien Descaves, Philémon, Vieux de la veille, Paris, Alb (...)

3094 de ces 655 condamnés portaient un tatouage apparent, soit 14 %. Les occurrences figuratives les plus pertinentes de l’affichage d’un sentiment quelconque sont les drapeaux tricolores, les bonnets phrygiens, les compas et équerres, Napoléon Ier, et surtout les dates, qui varient de 1834 à 1872. Certains avaient dû profiter de leur passage aux armées pour faire graver chasseurs d’Afrique ou à cheval, mais homme, femme, clés, lauriers ou couronnes accompagnent également certains ornements. Un détenu, sans doute atypique en raison de sa singularité, avait le corps entièrement paré. Monteur en cuivre né en 1848, fils et neveu d’insurgés comme lui, Louis Pelletier étalait crûment ses fantasmes : une danseuse sur le bras gauche était saluée d’un « Vive les jolies femmes et le bon vin », mais un cœur percé d’un poignard avertissait : « Mort aux femmes infidèles. 1868 » ! Étoile, branches de laurier, table de prestidigitation, matelot appuyé sur une ancre, flèches et bracelets renvoyaient à une symbolique laissant clairement soupçonner l’habitude d’avoir affaire à la police et à la justice. Une botte, sur la verge, était précédée d’une inscription au bas de l’estomac : « Noé. La clé du paradis », suggestion sans équivoque pour qui voulait s’en assurer ! Certes on est là, avec de tels témoignages, aux marges incertaines de la politique et de la déviance, mais la contestation de l’ordre social à la fin de l’Empire, ne passait-elle pas aussi par l’affirmation de ces différences, à une époque où pour adhérer à la Ligue des anti-proprios, il fallait s’engager à toujours déménager à la cloche de bois21 ? Ce qui, au delà du folklore, annonce sans doute certaines démarches ultérieures de l’anarchisme. L’anarcho-syndicalisme lui même n’est-il pas très profondément une des racines du mouvement ouvrier, même si ses rapports avec les autres branches furent souvent conflictuels ?...

La maison de détention de Belle-Île

Le personnel

  • 22 Des indemnités annuelles de 400 à 800 francs, au titre du logement, ne modifient guère ces chiffres

31Afin de répondre aux nouvelles finalités pénitentiaires de son établissement, le directeur embauche, en 1872, de nombreux gardiens auxiliaires. La difficulté n’est pas grande à trouver des candidats dans une île où la stabilité de l’emploi est toujours recherchée, malgré la médiocrité du traitement : 700 francs par an. De la 5e à la 1ère classe, le surveillant verra son salaire augmenter, par tranches de 100 francs, de 800 à 1 200 francs, mais de longues années sont nécessaires pour parvenir à ce couronnement d’une carrière. Les gardiens-chefs peuvent atteindre 1 800 ou 2000 francs, l’économe 3 000, tandis que le directeur passe de 4 000 à 5 000 francs en 1872, à titre personnel, et par reconnaissance des services rendus au dépôt d’insurgés. L’aumônier perçoit 1 500 francs, le médecin 1 800 francs, après vingt ans de service, et le pharmacien 800 francs, ce qui traduit assez bien la hiérarchie des salaires dans l’espace pénitentiaire22.

  • 23 Voir par exemple AD Morbihan, Y 261.

32Pour assurer l’équilibre en personnel nécessaire à la surveillance de 600 détenus, le ministère devra opérer, fin juillet, un mouvement de rotation : 5 gardiens sont mutés de Beaulieu, 2 de Fontevrault et un de Saint-Martin-de-Ré. Pour les autres, les auxiliaires, essentiellement recrutés parmi les anciens militaires, les démissions et/ou révocations sont fréquentes. L’état nominatif rédigé au second semestre 1872 par la direction fait apparaître deux révocations pour ivresse et acceptation d’argent de la part des prisonniers, quatre démissions sans explications, deux autres révocations pour vente de vin et de nourriture aux condamnés. Même les gardiens en place, parfois depuis longtemps, ont souvent été punis et, s’il en est d’appréciés pour leur compétence par l’autorité administrative, plusieurs sont dénoncés pour leur faiblesse, leur laxisme, ou leur familiarité excessive avec les prisonniers. Les exploits du personnel, dans ses ébats alcooliques, font l’objet d’amples comptes-rendus au préfet : bris de chaises, de tables, coups, vols d’effets de service accompagnent fréquemment ces exhibitions dont on imagine l’influence sur les détenus23.

33Le directeur expliquera d’ailleurs, en avril 1873, l’erreur fréquente des candidats à l’embauche pénitentiaire. Commentant la démission du gardien Bertheau, il écrit :

  • 24 Idem, Y 263.

« Il est tombé dans la même erreur que celle que commettent la plupart des anciens sous-officiers, à leur entrée dans le service pénitentiaire ; il s’imaginait qu’il aurait peu de choses à faire et qu’il jouirait d’un repos inconnu dans les casernes24. »

34En 1873 et 1874, le personnel augmentera pour atteindre un effectif de 55 personnes, secondées par un poste de 32 sentinelles, et le directeur de la prison de Thouars, Ferrand, remplacera en novembre son collègue Girard, envoyé à Fontevrault avant de passer à Poissy.

  • 25 On oublie souvent les bases objectives de cet anticléricalisme. À Belle-Île, un gardien qui s’endor (...)
  • 26 AD Morbihan, Y 261.

35Ce dernier avait accompli sa tâche avec zèle et efficacité, fermement, mais apparemment sans provocations inutiles. Il invitait même l’aumônier à faire montre de modération dans ses prêches aux détenus, afin de ne pas heurter les sentiments anti-religieux très répandus dans la population carcérale25. Inflexible sur l’observation des règlements, l’interdiction absolue du tabac, l’obligation de présenter sa correspondance ouverte, de porter l’uniforme réglementaire et d’avoir barbe et cheveux coupés selon les prévisions administratives, il n’hésite cependant pas à demander lui-même l’autorisation de procurer des bains de mer collectifs, pour des raisons d’hygiène et d’économie, l’eau douce étant précieuse. Attaché au travail des détenus, il fait installer des ateliers de fabrication d’étaux, d’horlogerie, de couture, de mécanique ou de menuiserie, mais se refuse à laisser travailler les détenus dans les ateliers du port pour éviter tout contact avec la population et les pêcheurs. En revanche, il donnera à la famille Trochu toute la main-d’œuvre réclamée parce qu’il peut faire surveiller par ses propres gardiens les détenus requis en nombre. En décembre 1872, il avait installé une petite école à la détention : 150 porte-plumes et 48 grammaires lexicologiques de Larousse, 50 cours de morale pratique de Banaux et 2 méthodes de lecture en tableaux avaient été achetés à cet effet26.

Les détenus

36On peut observer plusieurs phases dans la chronologie de l’incarcération belliloise. 630 détenus vont remplacer en décembre 1872 les partants du mois précédent et former la grande masse des hôtes de la détention. Du 21 février 1873 au 21 juillet 1876, 220 autres les rejoindront, auxquels s’jouteront 740 nouveaux détenus du 5 septembre 1876 au 21 mai 1880.

Les 630 détenus de décembre 1872

37Les condamnations initiales se répartissent ainsi :
- déportation en enceinte fortifiée : 1 (commuée)
- déportation simple : 1 (commuée)
- 20 ans de détention : 30
- 18 ans de détention : 1
- 15 ans de détention : 11
- 10 ans de détention : 97
- 8 ans de détention : 7
- 7 ans de détention : 4
- 5 ans de détention : 478
109 seront transférés en maison de correction, Landerneau (73), Nevers (25), Thouars pour les protestants et israélites (7), après commutation des peines de détention en emprisonnement, accompagnée le plus souvent de privation des droits civiques, cette pénalité pouvant être la principale et l’emprisonnement, secondaire. 371 remises de peine, de 3 mois à 16 ans selon les cas, bénéficieront aux détenus : 115 se voient octroyer un an de réduction, cas de loin le plus fréquent, 76, deux ans, et la durée moyenne de détention tombe ainsi de 5 à 4 ou 3 ans pour le plus grand nombre. 209 mesures de grâce ou de remise du restant de la peine permettent des libérations anticipées, mais 94 détenus accompliront l’intégralité de leur détention. Trois d’entre eux, étrangers, seront de plus expulsés à leur sortie, 4 autres seront bannis en 1879, et 8 autres, étrangers, seront expulsés après avoir été graciés. À ces chiffres, ajoutons deux amnisties en mars 1880 pour les deux détentions les plus longues de Belle-Île, et 23 décès : 8 en 1873, 7 en 1874, 1 en 1875, 5 en 1876 et 2 en 1877, preuve évidente de la dureté du régime de cette région bretonne où les rhumatismes atteignent tout autant prisonniers et gardiens, quand ce n’est pas le médecin qui meurt à la tâche, comme le docteur Bramel, en 1877, après 23 années de services ininterrompus.

Les 220 détenus de 1873-1874

  • 27 La plupart des soldats condamnés à mort l’ont été en Algérie, entre 1870 et 1879, pour des motifs d (...)

38Les pénalités d’origine sont plus lourdes :
- déportation en enceinte fortifiée : 16 (commuée)
- déportation simple : 97 (commuée)
- 20 ans de détention : 10
- 15 ans de détention : 3
- 10 ans de détention : 32
- 8 ans de détention : 4
- 7 ans de détention : 1
- 6 ans de détention : 1
- 5 ans de détention : 51
À ces 215 communards ont été joints un déserteur de 1870 condamné à 10 ans de prison et 4 soldats, condamnés à mort pour s’être opposés à leurs supérieurs, dont la peine a été commuée en 20 ans de prison. Ceux-là ne quitteront Belle-Ile que pour être envoyés à Clairvaux, en 188027.

Les 740 entrées de 1876-1880

39Trois déportés de Nouvelle-Calédonie vont être envoyés à Belle-Île en septembre 1876 : Clouard, Kœssller et Pampolo nourriront de leurs récits la chronique tragique du bagne et de la déportation au-delà des mers. Si l’on ne dispose pas de témoignage précis, on peut aisément imaginer les échanges d’expériences mutuelles de ces combattants de la Commune de Paris, des mouvements provinciaux de Marseille, Saint-Étienne ou de la Nièvre. Malheureusement, nous ne savons rien des traces ultérieures de ce que nous avions nommé, pour 1848-1858, un « bouillon de culture carcérale »…

40Les derniers condamnés des conseils de guerre de 1876-1877, quand ils ne sont pas envoyés en Nouvelle-Calédonie, viennent grossir le nombre des communards expédiés à Belle-Île. En juillet et en octobre 1877, deux bateaux, Le Navarin et Le Tage, ramenèrent 219 déportés de Calédonie, suivi d’un troisième convoi en janvier 1878 qui ramène 152 déportés. 17 autres arriveront en février 1879, portant à 391 le nombre de communards déportés dont la peine a été d’abord commuée en détention, et qui auront à attendre, à Belle-Île, la mesure de grâce ultérieure. Pour les passagers du premier navire, celle-ci interviendra entre novembre 1877 et mai 1878 mais tous n’en bénéficient pas et les exclus terminent alors leur détention en fonction de la commutation de peine, les années de détention étant cependant comptées. Pour ceux du second bateau, la grâce éventuelle arrivera en 1878 ou en 1879.

41À ces prisonniers calédoniens ont été ajoutés, en 1878, 252 détenus de la prison de Thouars, vidée d’une partie de ses insurgés comme le quartier spécial de Clairvaux l’avait été en 1875. Parmi eux, 18 Arabes d’Algérie, ultérieurement dirigés sur Nîmes, n’avaient rien à voir avec la révolution parisienne, pas plus que les 97 soldats condamnés à mort des conseils de guerre d’Algérie, le plus souvent, et qui voient la sentence commuée en 20 années de détention. 48 déserteurs, 4 espions au service de la Prusse et un droit commun condamné aux travaux forcés à perpétuité ont également transité par Belle-Île au moment où sa finalité pénitentiaire se dissout parce que l’événement fondateur s’estompe dans le temps. Signalons enfin 7 communards, repris en rupture de ban sur le territoire national, et on aura une idée des 740 derniers prisonniers de la détention bretonne.

  • 28 AD Morbihan, Y 274.

42La mort aura, en définitive, frappé la population carcérale jusqu’au bout : 5 décès en 1872, 8 en 1873, 9 en 1874, 3 en 1875, 9 en 1876, 7 en 1877, 5 en 1878 et 3 en 1879, en tout 49 auxquels il faudrait joindre plusieurs cas d’aliénation aboutissant le plus souvent à l’internement à l’asile de Lehon. Si l’on regarde le devenir d’un bateau rentrant de Nouvelle-Calédonie, Le Tage par exemple, qui transporte 126 déportés, on constate 2 décès au cours du voyage de retour, l’obligation d’interner 5 aliénés et de soigner 2 impotents28. À eux tous, ces 126 prisonniers possédaient une « masse » de 2 541 francs 65 centimes, ce qui en dit long sur leur misère…

43Par ailleurs, le retour en France de ces déportés au moment où les conseils de guerre condamnent encore des insurgés à la déportation au-delà des mers accentue la conviction d’un dérapage du système. Les raisons en sont de toute évidence extérieures et prennent leur source dans les luttes sociales et politiques, la question de l’amnistie étant posée depuis longtemps et toujours refusée.

Les moyens de pression

  • 29 Idem, Y 263

44Comme sous l’Empire, la finalité essentielle de l’administration pénitentiaire consiste à atteindre la volonté du politique en l’amenant à demander sa grâce. L’ordonnance royale de 1818 est maintenue en vigueur : la démarche doit être personnelle et le solliciteur présenter lui-même son recours, quelles que soient les pressions extérieures. Le 20 juin 1874, le directeur, Ferrand, le reconnaît, indiquant au préfet du Morbihan qu’il a scrupuleusement respecté les ordres du ministre, faisant connaître aux détenus « ... qu’il ne serait pas présenté de propositions d’office, collectives ou particulières, et qu’aucun recours ne serait examiné s’il n’était formé par le condamné lui-même. En m’invitant à porter cette décision à la connaissance des détenus, M. le Ministre me fait connaître que dans le cas où quelques-uns d’entre eux me remettraient des demandes en grâce signées d’eux, j’aurais à vous adresser ces pièces, M. le Préfet, par des lettres spéciales, contenant mon avis sur la conduite des pétitionnaires et l’effet que pourrait produire aux points de vue de la discipline et de l’exemple, une mesure de clémence prise en faveur29. »

45Ce sont ces démarches que l’on peut lire en parcourant les 12 000 dossiers de la série BB24 répertoriés en BB27 des Archives nationales. Il va de soit que la réussite du système fut partielle puisque 94 des 630 détenus de décembre 1872 accomplirent l’intégralité de leur détention. Certes la majorité des autres demanda et obtint des mesures de clémence totale ou partielle, accompagnées de leur cortège d’humiliations et de déchéances. La prison politique, de ce point de vue, se moule sur le modèle de la prison de droit commun : il faut briser l’homme, son énergie, sa volonté, sa dignité, tout ce qui l’a rendu autre, pour mieux le faire correspondre à la norme sociale. Dans le cas des politiques, le machiavélisme des gouvernants se devine : faire admettre la légalité de la pénalité en imposant non une libération sans conditions, l’amnistie pleine et entière magnifiquement réclamée par Hugo, mais un élargissement gracieux. On regrettera d’autant plus l’absence de témoignages littéraires que le souvenir des acteurs de l’époque aurait sans doute confirmé ce que soulignèrent Blanqui et Gambon en 1851-1855.

  • 30 Idem, Y 265.

46Certes des révoltes sporadiques, en novembre 1873 ou janvier 1874, brisent le rythme uniforme de la vie carcérale, mais elles s’accompagnent de pénalités / représailles exceptionnelles, destinées à étouffer toute nouvelle tentative : mise au cachot sans fixation de durée, isolement cellulaire toujours pénible, privation de nourriture et de sommeil. Souvent l’émotion est suscitée par l’affichage du règlement, nouveau ou ancien, mais tombé en désuétude. Ce fut le cas en novembre 1873 lorsque le ministre Beulé fit rappeler l’obligation de porter le costume réglementaire et d’être rasé une fois par semaine en hiver et deux en été30. Même la lecture de l’Officiel est refusée, à la différence de l’époque antérieure, aux détenus, parce qu’elle favoriserait les discussions politiques.

  • 31 Idem, Y 267.

47Le 4 avril 1875, un détenu ira jusqu’à tenter d’assassiner le gardien Bülher qui l’agressait verbalement depuis quelques temps. Le malheureux Joseph Jules Colombier, déjà condamné à 20 ans de détention, sans aucune remise de peine, allait se voir infliger dix années de réclusion criminelle et 20 ans de surveillance supplémentaire, en septembre, par la cour d’assises du Morbihan. Transféré à Beaulieu le 5 novembre, il ne bénéficia sans doute pas de l’amnistie de juillet 1880 et dut attendre 1885 pour quitter enfin l’univers de la prison. Dans son cas comme dans celui de tentatives d’évasion, le directeur joue sur la division des prisonniers. Pour avoir témoigné aux assises contre leur codétenu, Bidaut, Mourier, Rouy et Taupin obtiendront une amélioration de leur condition. Bidaut était gracié dès le mois de décembre, Rouy obtenait une réduction d’un an, tandis que les deux autres devront encore faire montre de zèle en 1878, contre un de leurs codétenus, pour se voir accorder deux remises en 1878 (Mourier), une grâce en juillet 1879 (Taupin)… On pressent dans le refus du directeur de les transférer à Thouars malgré l’hostilité déclarée des autres détenus une volonté nette de garder avec lui des « moutons » dociles et efficaces. Il minimise leurs risques en les gardant à Belle-Île tout en reconnaissant « … l’animosité dont ils seraient l’objet de la part de leurs codétenus, à raison tant des relations qu’ils entretenaient avec l’aumônier de l’établissement que de leur attitude courageuse lors de la tentative d’assassinat commise le 4 avril31… »

  • 32 Idem, Y 270.

48Les révocations de gardiens ne cesseront jamais à Belle-Île, signe d’une autre complicité plus insidieuse pour le système, entre prisonniers et agents du maintien de l’ordre. Le délit de trafic avec des enfermés est relevé en novembre 1876 par le nouveau directeur, de La Vieuville, qui a remplacé Ferrand en janvier32. Les retenues sur le pécule des détenus sont fréquentes : les amendes disciplinaires, le bris de carreaux et les dégâts occasionnés à la bibliothèque sont les plus nombreux.

  • 33 Voir James Guillaume, L’internationale, documents et souvenirs, présentation de Marc Villeumier, qu (...)
  • 34 Voir Jean-Yves Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III- Mémoires de Charles-Ferdinand Gambon, Pari (...)

49En octobre 1875, la fermeture du quartier spécial de Clairvaux avait entraîné le transfert en Bretagne de 50 nouveaux détenus. Parmi eux, le vieil ami de Gambon, Hippolyte Alexis Asselineau, de Cosne-sur-Loire comme lui, mourra l’année suivante, et la proscription apprendra par la voix du vieux révolutionnaire exilé en Suisse qu’à Belle-Île on assassine les communards33. Certes l’ancien déporté de la Seconde République avait connu les rigueurs de l’incarcération bretonne et il avait eu le loisir d’observer plus d’un meurtre dans les formes de la loi34. Pour autant, peut-on soupçonner le directeur de La Vieuville d’avoir voulu ressembler à son prédécesseur Meynier, accusé sous l’Empire de noyer les prisonniers libérés ? Nous ne saurions, sur la base du seul témoignage de l’ancien dirigeant de la Commune de Paris, nous livrer à un tel parallèle, mais son intervention publique eut le mérite de rappeler à certains que Belle-Île-en-Mer était davantage un bagne qu’une prison. Un an plus tard, Hugo interviendra en faveur d’un autre détenu de la même prison, renouant avec la tradition parlementaire d’intervention en faveur des Bellilois mise à l’honneur en 1850 par Victor Schœlcher et d’autres républicains. Dans ces deux cas, la prison ne parvient pas à demeurer un univers clos et l’extérieur réagit sur l’intérieur en contraignant à adoucir pour un temps le régime habituel.

  • 35 AD Morbihan, Y 274.
  • 36 AD Morbihan, Y 276.

50De La Vieuville avait parfaitement assimilé l’expérience de ses prédécesseurs et il s’efforça de convaincre la majorité des détenus d’accepter le travail dans la prison. Dès le débarquement des déportés calédoniens, il les réunissait par petits groupes pour leur expliquer le détail du règlement et les pousser à travailler chose relativement aisée à obtenir de la part d’hommes pauvres pour la plupart et ouvriers de métier35. À côté des ateliers déjà indiqués, il organisa une réparation de filets pour les pêcheurs de l’île, ce qui, en cas d’ivresse des surveillants, permettait aux détenus de fabriquer tranquillement des cordes pouvant servir à l’évasion36... En juillet 1878, au moment de sa nomination à Fontevrault, de La Vieuville est remplacé par Édouard Périer de La Hitolle, arrivé à la fin de l’année 1877 et chargé d’une mission très précise. Il restera en poste jusqu’à la fin de la détention de Belle-Île et l’administration centrale lui avait confié l’importante tâche qui allait amener la transformation définitive de Belle-Île en colonie pénitentiaire agricole pour les jeunes détenus.

  • 37 Nous faisons allusion à la destination attribuée à ce site dans le cadre d’une opération estivale d (...)

51Armand Trochu avait vu prospérer son domaine agricole de Bruté de 1860 à 1875, employant jusqu’à 34 prisonniers par jour, en moyenne annuelle, mais il connaissait depuis cette date de sérieuses difficultés. Il ne demandera qu’un seul ouvrier en 1879 et acceptera avec empressement la transaction négociée par le directeur de La Hitolle au profit du ministère : affermer une bonne part de son domaine à la prison afin que celle-ci puisse faire travailler elle-même, sans intermédiaires, les prisonniers. Parallèlement, l’administration rétrocédait le château Fouquet au ministère de la Guerre et désormais la prison se resserrait sur ses baraquements et ses dépendances agricoles. Le décret du 15 janvier 1879 libère, par mesure de grâce du président Mac Mahon, une grande partie des détenus. Les amnisties de mars et mai 1880 feront le reste, atteignant d’ailleurs nombre de déserteurs tout à fait étrangers à la Commune, et un décret ministériel du mois de juin 1880 achèvera la transformation de ce haut lieu de la détention politique française au XIXe siècle. Vidée au cours du mois de juin des prisonniers transférés à Clairvaux, Belle-Île recevra en août ses premiers jeunes colons. C’est une autre histoire qui commence, chantée au XXe siècle par Jacques Prévert qui écrira la Chasse à l’enfant en hommage à un détenu noyé pendant sa tentative d’évasion... D’autres « voyous » avaient remplacé les « bandits » de la Commune ; seule la haine sociale les entourant n’avait pas, semble-t-il, changé, et les événements de 1983 ne manquent pas d’interroger la conscience de l’historien, tant la population, locale ou estivale, de l’île, parait avoir décidé d’oublier à tout prix son douloureux passé carcéral37.

  • 38 Trois déportés seulement y seront conduits et on préfère utiliser Cayenne pour les insurgés de déce (...)

52Au terme de cette étude, il convient d’essayer de répondre aux questions posées au point de départ. Une première différence s’impose entre la détention belliloise de 1848-1858 et celle de 1871-1880. Lieu de résidence forcée des condamnés à la peine optimale (la déportation dans une enceinte fortifiée) à partir de 1850, en raison de la non-application de la déportation aux Marquises38 ou du caractère non rétroactif de cette loi, Belle-Île n’est plus utilisée en 1872 que pour des détenus, c’est-à-dire des condamnés supérieurs aux prisonniers mais inférieurs aux contingents destinés aux travaux forcés ou à la déportation. On aura noté cependant une rapide confusion entre les déportés commués et les détenus, ce qui semble impliquer un premier dérapage du système par rapport aux condamnations des conseils de guerre. Très vite, aux yeux de l’administration pénitentiaire dont le haut personnel interfère nécessairement sur les membres de la commission des grâces, il convient de faire rentrer les condamnés dans des catégories déjà prévues et indépendantes de la conjoncture politique, la transformation du Second Empire en une Troisième République. Le maintien des règlements remontant à la Restauration, à la Monarchie de Juillet, à la Seconde République et au Second Empire, est significatif de cette volonté. Les praticiens de l’enfermement savent mieux que les politiques quel régime peut être efficace pour des condamnés.

53Pour autant l’administration pénitentiaire doit rivaliser elle-même avec son homologue du ministère de la Guerre dont la prétention à l’arbitraire est une constante depuis 1848. De ce point de vue, on peut se demander si la création de camps de concentration en Algérie et l’organisation du dépôt d’insurgés de Belle-Île, dès 1848, ne préfigurent pas les camps de concentration du XXe siècle. Il va de soi qu’une différence qualitative ne saurait être niée et que les régimes des uns et des autres n’a rien de comparable au niveau de l’intensité de la cruauté. Faut-il cependant refuser de voir une logique se dessiner en creux ? Ces politiques que l’on ne parvient pas à briser, contre qui les prisons traditionnelles se révèlent inadaptées, du moins partiellement, ne relèvent-ils pas, en raison de la nature de leur crime, d’un traitement différent et à inventer en grande partie ? En 1857, on transféra les derniers républicains qui refusaient de demander grâce dans un pénitencier corse, à Corte, et après la Commune on choisit une nouvelle destination, la Nouvelle-Calédonie, pour leurs descendants. D’autres camps allaient y être dressés tandis que la nécessité contraignait de réaménager les premiers construits pour les insurgés de juin 1848.

54Certes le camp de Belle-Île est devenu une maison de détention, selon la logique même de 1850, mais, après une première phase d’adaptation aisée, la commutation de la détention en emprisonnement, on se heurte aux mêmes problèmes posés vingt ans plus tôt. Ceux que l’on ne parvient pas à faire rentrer dans le rang, à faire demander grâce ou remise de peine, deviennent des corps étrangers, difficilement malléables. On peut toujours s’efforcer d’utiliser les méthodes traditionnelles, punitions, délations, travail, pressions diverses, il n’en demeure pas moins que leur présence gêne et ne parvient pas à trouver de solution satisfaisante. Rapidement la détention se transforme en ce pour quoi elle n’avait pas été voulue, une prison de type civil, employant les traitements appliqués aux droits communs. Tel est notre sentiment appuyé par l’observation des dernières années de l’enfermement bellilois. Ce que nous avons nommé un dérapage du système, l’envoi en Bretagne de soldats condamnés à mort ou d’insurgés algériens, nous semble imposé par l’absence de réelle solution à un impossible problème, celui de l’application de pénalités différentes à des hommes par nature distincts de ceux pour qui les lois de l’univers carcéral ont été votées.

55Enfin nous paraît évidente une déviance apparue dès la Seconde République et renforcée par la Troisième, la tentation de nier le politique en le réduisant à un droit commun qu’il n’a jamais été, comme si la société qui se met en place pendant la révolution industrielle ne pouvait plus tolérer l’absence de consensus minimal sur son organisation générale. De ce point de vue, des formes d’un certain totalitarisme, celui qui conduira, avant 1914, à affecter les militants ouvriers au carnet B par exemple, ou à criminaliser les actions syndicales et politiques de la gauche révolutionnaire après 1918, sont bien présentes, lourdes de menace pour la liberté individuelle et le désir des individus de choisir leur avenir lors des cadres décidés par d’autres...

Haut de page

Notes

1 Jean-Yves Mollier, « Belle-Ile-en-Mer, prison politique (1848-1858) », in Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXème siècle, Paris, Créaphis, 1987, p.185-210. Cet article est disponible sur Criminocorpus, la Revue.

2 Jacques Rougerie, Paris Libre 1871, Paris, Le Seuil, 1971.

3 AD Morbihan, Y 259.

4 AD Morbihan, Y 454-455.

5 Idem.

6 AD Morbihan, Y 258 : 10 Juillet 1871.

7 Idem, Y 454-455.

8 Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, Maspero, 1970 [rééd.], p.187.

9 Ibidem.

10 Jacques Rougerie, op.cit., p. 259-260.

11 Ibidem, p. 126.

12 Sur les statistiques de la Commune, on se reportera au rapport Appert, discuté finement par Jean Maitron, aux travaux de Jean Rougerie et au n°48 du Mouvement social.

13 AD Morbihan, Y 260.

14 Idem, Y 454-455.

15 Nous avons systématiquement dépouillé les trois registres d’écrou - 2 Y 226 : n°1177 à 1504, 2 Y 228 : n°1505 à 3000 et 2 Y 229 : n°3001 à 3421, aux AD du Morbihan. Leur étude permet de constater de nombreuses erreurs dans la notice du DBMOF. Nous sommes persuadé qu’une comparaison entre les dossiers des AN et ceux des dossiers des prisons départementales permettrait une réédition beaucoup plus rigoureuse.

16 Lettre citée dans une autre du préfet au ministre, du 30 juillet 1872, AD Morbihan, Y 261.

17 AD Morbihan, Y 261.

18 Idem, Y 454-455.

19 C’est nous qui soulignons les deux fois.

20 AD Morbihan, Y 261.

21 Voir sur ce point le récit très coloré de Lucien Descaves, Philémon, Vieux de la veille, Paris, Albin Michel, 1913.

22 Des indemnités annuelles de 400 à 800 francs, au titre du logement, ne modifient guère ces chiffres.

23 Voir par exemple AD Morbihan, Y 261.

24 Idem, Y 263.

25 On oublie souvent les bases objectives de cet anticléricalisme. À Belle-Île, un gardien qui s’endort en service encourt deux jours d’arrêt, quatre si cet écart lui survient pendant les vêpres !

26 AD Morbihan, Y 261.

27 La plupart des soldats condamnés à mort l’ont été en Algérie, entre 1870 et 1879, pour des motifs dont la futilité laisse pantois : simples échanges verbaux avec un caporal ou un sergent très souvent…

28 AD Morbihan, Y 274.

29 Idem, Y 263

30 Idem, Y 265.

31 Idem, Y 267.

32 Idem, Y 270.

33 Voir James Guillaume, L’internationale, documents et souvenirs, présentation de Marc Villeumier, qui nous a signalé cette intervention, rééd. Gérard Leibovici, 1985, 2 vol., t.2 (3 et 4 de l’édition originale).

34 Voir Jean-Yves Mollier, Dans les bagnes de Napoléon III- Mémoires de Charles-Ferdinand Gambon, Paris, PUF, 1983.

35 AD Morbihan, Y 274.

36 AD Morbihan, Y 276.

37 Nous faisons allusion à la destination attribuée à ce site dans le cadre d’une opération estivale de prévention de la délinquance juvénile. Le jeunesse immigrée amenée dans l’île a été l’objet d’attaques très vives de la part des natifs et des estivants.

38 Trois déportés seulement y seront conduits et on préfère utiliser Cayenne pour les insurgés de décembre 1851.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Mollier, « Belle-Île-en-Mer, prison politique après la Commune (1871-1880) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Bagnes, prisons et quartiers politiques, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2664

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Mollier

Professeur des universités en histoire contemporaine (Institut d'études culturelles et internationales, Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page