Navigation – Plan du site
Répressions politiques en situation de guerre

Résistances en prison

Corinne Jaladieu

Texte intégral

  • 1 François Bédarida (dir.), La politique nazie d’extermination, Paris, Albin Michel, 1989.
  • 2 Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Éditions de l’atelier, 1997.
  • 3 Révoltes dans les centrales au XIXe siècle

1L’organisation collective des prisonniers politiques pendant la Seconde Guerre est-elle de nature résistante ou consiste t-elle en une simple subversion des règles imposées par le système prison ? Si on reprend la définition de François Bédarida, la Résistance est « l’action clandestine menée au nom de la liberté de la nation et de la dignité humaine par des personnes volontaires, s’organisant pour lutter contre la domination de leur pays par un régime nazi ou fasciste ou allié ». Il dénonce la perte de clarté et de rigueur du concept, au fur et à mesure que l’on étend son champ d’application en y intégrant toutes les conduites d’insoumission et d’entraide1. L’approche de la Résistance comme une histoire sociale2 permet d’inclure ces conduites d’aide et de services rendus dans le champ résistant. Cependant, les règles d’appréciation ne peuvent être les mêmes à l’extérieur que dans le cadre de la prison où le résistant est directement sous surveillance. En prison, le règlement commun pour tous implique une riposte commune. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les formes d’action des prisonniers politiques s’apparentent-elles, à une réaction classique de la communauté carcérale3, ou sont-elles le prolongement de l’engagement résistant dans la lignée du combat commencé à l’extérieur ? Quelle est la part du matériel, du symbolique et du politique dans les revendications ? Les exemples sont pris parmi de nombreuses prisons, même si l’analyse monographique permet d’approfondir l’analyse. Nous disposons de sources très riches concernant la centrale d’Eysses en 1943-1944 qui apparaît comme un modèle perfectionné d’organisation. Le fait que convergent dans cette centrale l’ensemble des condamnés politiques de zone sud, puis, des flux de prisonniers venus de maisons d’arrêt du nord, renforce l’intérêt de la centrale d’Eysses et atténue considérablement l’effet de singularité de l’objet d’étude. La comparaison avec des organisations mises en place dans les prisons de femmes (la Roquette, la centrale de Rennes) permet d’introduire une lecture sexuée du politique et d’examiner si les femmes qui ont rarement à l’extérieur des rôles dirigeants dans la Résistance mettent à profit la prison – lieu entièrement féminin – comme espace d’émancipation. L’ensemble permet d’esquisser une synthèse des formes de résistance dans les prisons françaises entre 1940 et 1944.

Une priorité pour les prisonniers politiques : s’organiser collectivement

2Les diverses maisons d’arrêt constituent un vivier où les premières organisations collectives sont mises en place ; les détenus utilisent toutes les possibilités légales pour faire pression sur les autorités et multiplient les initiatives spontanées visant à permettre la survie en organisant la solidarité. Souvent, les mêmes actions sont entreprises un peu partout ; elles ne sont pas toutes spontanées mais répondent à des directives politiques données à l’échelle nationale. C’est le cas concernant la première démarche tentée par les détenus dès 1941 : la demande d’un régime politique, comprenant la séparation d’avec les autres prisonniers et un régime plus favorable. Voici ce que rapporte un témoin essentiel, le garde des Sceaux à qui étaient principalement adressées les requêtes :

  • 4 Joseph Barthélémy, Ministre de la Justice, Vichy 1941-1943, mémoires, Paris, Pygmalion, 1989, p. 27 (...)

« … tandis que j’étais à la chancellerie, j’ai reçu bien des lettres de détenus communistes. Elles présentaient des caractères communs et remarquables. Elles arrivaient en général par vagues, au sujet d’une réclamation commune. Elles partaient des coins les plus divers et les plus éloignés les uns des autres. Cependant, toutes les lettres d’une même vague semblaient copiées, avec plus ou moins de liberté, sur un modèle unique […] La revendication commune était celle d’un régime politique4 ».

3L’organisation clandestine communiste était en relation sur une bonne partie du territoire avec ses militants incarcérés et un service « camps et prisons » fonctionnait dès 1940. Réclamation d’un régime politique plus favorable conformément à la tradition, regroupement et solidarité, travail de cohésion, telles sont les priorités affichées partout.

  • 5 AN, F1a/4543.

4La séparation des politiques et des droits communs demandée dès 1941 ne fut ni générale ni systématique mais on évolua vers une séparation quasi générale dans des cellules ou des quartiers distincts en 1943. Celle-ci fut effective pour la première fois à la centrale de Rennes dès fin 1941 suite à des manifestations organisées par les femmes communistes qui entraînèrent les droits communs dans des manifestations : « les communistes sont séparées des autres car elles fomentent l’indiscipline5... ». Lorsque le nombre des condamnés politiques s’accrut considérablement début en 1942 et surtout 1943, se manifesta en haut lieu une volonté de règlement général de la question, même si l’on hésitait encore sur la solution à adopter :

  • 6 AN, F/1a/3656, réponse du Ministre de l’Intérieur au préfet de l’Yonne le 25 février 1943.

« la chancellerie a prescrit de procéder à une séparation de cette nature dans les établissements où elle est matériellement réalisable. Cependant […] certains préfets ont insisté auprès de mes services pour qu’au contraire les détenus dont il s’agit soient mélangés aux autres plutôt que d’être groupés en un quartier distinct6 ».

5Dès 1942, les politiques sont dans des quartiers distincts à la centrale de Nîmes ou à Saint-Étienne. Début 1943, la séparation des deux catégories est appliquée dans la plupart des établissements comme Clairvaux, la Santé, Châlons-sur-Marne, à Saint-Paul de Lyon ou aux Baumettes et en novembre 1943 seulement à la Roquette.

  • 7 AN, F1a, rapports d’IGSA sur divers établissements. Archives départementales de la Marne, 11W18. MR (...)
  • 8 C’est le cas par exemple à la maison d’arrêt de Châlons-sur-Marne le 22 décembre 1943. AD de la Mar (...)

6Les organisations embryonnaires mises en place dans les maisons d’arrêt servent efficacement dans les prisons de concentration7 des politiques. Partout, la première action vise à rompre le plus possible l’isolement cellulaire par des temps de promenade supplémentaires ou l’autorisation de demeurer dans des ateliers une partie de la journée. Ceci permet de nouer les contacts et de s’organiser collectivement. Le principe d’une délégation des détenus était souvent toléré par la direction afin de négocier une certaine paix intérieure. Dans les prisons mixtes comme Châlons-sur-Marne, ceci est rendu plus difficile par la présence allemande dans la prison et la surveillance dont le personnel français fait constamment l’objet. Mais on utilise la venue de l’inspecteur pour présenter des doléances8, conformément à la tradition. La nouveauté tient dans le fait qu’il ne s’agit plus d’une démarche individuelle mais collective par l’intermédiaire de délégués des détenus politiques.

  • 9 Voir sa biographie dans l’article « écrits de prison ».

7Aux collectifs uniquement composés de communistes (en raison de l’incarcération de nombreux militants dès 1940) succèdent des organisations regroupant l’ensemble des courants de Résistance. Prenons l’exemple de la centrale de Nîmes dont cent cinquante détenus seront transférés à Eysses en octobre 1943. Les conditions de détention y sont particulièrement dures. Les détenus politiques mélangées aux droits communs luttent, comme ailleurs, pour un quotidien meilleur. L’organisation collective mise en place présente l’avantage d’être composée de résistants de diverses obédiences, gaullistes et communistes. Stéphane Fuchs se dit ainsi délégué gaulliste des détenus pour représenter les non communistes (même si tous reconnaissent en 1943, l’autorité du général de Gaulle). Un projet d’évasion élaboré patiemment grâce à la complicité d’un surveillant résistant et de femmes de détenus, en liaison avec les FTP, est sur le point d’aboutir lorsque les détenus sont transférés à Eysses, le 15 octobre 1943. Cinq au moins des futurs membres du Comité directeur d’Eysses et les deux délégués des détenus viennent de la centrale de Nîmes. Les affinités personnelles et la volonté d’unité liée à la stratégie de Front national ont raison de pratiques sectaires. L’union doit sans doute aussi beaucoup à la rencontre entre deux hommes. Stéphane Fuchs9 connaît tôt (en décembre 1941) l’univers carcéral avec les maisons d’arrêt du fort Saint-Nicolas et le fort Montluc sous autorité allemande. Une fois remis aux autorités françaises, il est condamné pour « atteinte à la sûreté extérieure de l’État » à trois ans de prison par la section spéciale d’Aix-en-Provence ; il est alors transféré à la centrale de Nîmes où il est employé à l’infirmerie pénitentiaire. Il est connu de tous les détenus et respecté pour son dévouement professionnel, mais aussi pour son sens de l’écoute et du dialogue. Là, il se lie d’amitié avec Henri Auzias et intègre l’organisation clandestine des politiques.

  • 10 Dictionnaire Maitron, témoignages de sa femme Augustine (Marseille, 2002-2003) et de plusieurs cama (...)

8Henri Auzias10, fils de cultivateurs, naît dans les Basses-Alpes provençales en 1912. Agent des PTT, manipulant au tri en gare de Marseille en 1929, il est marié et père de trois enfants, mais ses deux premières filles décèdent. Membre du Parti communiste en 1935, secrétaire du syndicat des PTT CGT de Marseille, il entre à l’union départementale en 1939. Démobilisé après la débâcle, il reprend le militantisme au Parti communiste clandestin dès 1940. Militant connu, il est arrêté par la Sûreté à son domicile marseillais en janvier 1941. Il est inculpé d’infraction au décret-loi du 26 septembre 1939 portant dissolution des organisations communistes, puis condamné par le tribunal militaire de la 15e division, le 19 mars 1941, à une peine de prison de quatre ans et trois mois. Il est transféré le 8 avril 1941 à la maison centrale de Nîmes où il joue un rôle important dans l’organisation clandestine. Les deux hommes sont transférés ensemble à Eysses le 15 octobre 1943. Stéphane Fuchs a alors 37 ans, Henri Auzias, 31 ans. Plus âgés que la plupart de leurs co-détenus, leur forte personnalité comme leur expérience au service des autres les désignent rapidement comme les deux porte-parole, l’un « gaulliste », l’autre « communiste » des détenus.

9En décidant de concentrer à Eysses l’ensemble des prisonniers politiques de zone sud, puis en élargissant ce champ de recrutement à la zone nord, l’administration soucieuse de sécurité a favorisé, bien malgré elle, un foisonnement exceptionnel. C’est cette conjugaison d’expériences, de luttes carcérales collectives qui, une fois concentrées à Eysses, expliquent le perfectionnement de cette organisation.

Eysses : un creuset

  • 11 Terme employé pour désigner les prisonniers d’Eysses.

10Le premier atout pour les Eyssois11 est l’extrême diversité de leurs origines, géographique, sociale et politique, mais aussi carcérale. La centrale d’Eysses tient dans le parcours des résistants une place exceptionnelle, si l’on en croit ces hommes qui vont jusqu’à ne pas regretter le passage entre ses murs. En même temps, elle rend plus difficile la tâche de l’historien face aux risques d’idéalisation. Ces prisonniers sont déjà passés par plusieurs maisons d’arrêt où ils ont acquis, à des degrés divers, des expériences d’organisations collectives qui se fonderont dans cette prison en une organisation très structurée. Quels mécanismes ont conduit les résistants à se représenter Eysses comme une « prison modèle » ?

La naissance du collectif

  • 12 Manifeste du Front national d’avril 1943 (Villon, MRN). Cité par Daniel Virieux, le Front national (...)

11À Eysses, en octobre 1943, les organisations déjà constituées dans les différents établissements pénitentiaires ont cherché à se regrouper et à se fondre, dès lors qu’elles acceptaient le principe d’une organisation commune. La plupart des organisations de résistance représentées acceptent le principe d’adhésion à un Front national des détenus. Rappelons que le FN, initié par le Parti communiste, ambitionne, dès mai 1941, de constituer « un seul et grand faisceau de forces nationales libératrices sous une direction unique12 ». L’automne 1943 est une période de croissance de ses organisations.

  • 13 AN, 72 AJ 282, Fabien Lacombe, rapport du 27 octobre 1951 : « la détention à la maison centrale d’E (...)

12La première étape consiste dans la formation de petits groupes où se trouvent mélangées volontairement des personnes de toutes origines résistantes dont l’objectif premier est l’organisation matérielle. Fabien Lacombe, venu du mouvement Franc-Tireur, indique que dès l’arrivée massive de centaines de détenus en octobre 1943, les détenus communistes ont proposé aux détenus gaullistes de former un Front commun d’action et de nommer dans chaque préau des délégués auprès de la direction et des responsables aux diverses tâches : nettoyage, solidarité, loisirs, instruction13. Cette union à la base doit faciliter ensuite l’acceptation d’une organisation plus structurée à l’échelle de la centrale et aux objectifs davantage politiques. La plupart des résistants présents dans la prison appartiennent à quelques grands mouvements : Combat, Libération, Franc-Tireur, ou au Parti communiste. C’est donc aux responsables des diverses organisations que se pose la question de l’adhésion au Front national, bien que quelques électrons libres considèrent d’emblée qu’ils n’ont plus, en prison, d’ordre à recevoir de personne.

  • 14 Le CFLN est l'organisme gouvernemental, par lequel s'est effectuée, en juin 1943, la fusion des deu (...)

13L’accord se fait sur des objectifs immédiats, même si la réflexion sur les perspectives souligne les divergences autour des enjeux de société qui se poseront avec force à la Libération. L’impulsion est donnée par quelques responsables convaincus de la nécessité de l’union. Le moment, l’automne 1943, est plutôt favorable car c’est celui où cette organisation affirme son choix de travailler au rassemblement autour du Comité français de libération nationale14, dans le cadre du CNR et des comités de la France combattante. Les diverses organisations de Résistance contestent alors moins l’existence du FN comme mouvement distinct du PCF. Cette évolution a pu amener certains ralliements mais n’a pas triomphé de toutes les réticences.

14Le mouvement Franc-Tireur est le plus réticent à adhérer au Front national par crainte de noyautage. L’article du n°4 de l’Unité de novembre, intitulé : « Sur une réunion », apporte des précisions sur ce point :

« … ces jours derniers, nos camarades gaullistes réunis en assemblée d’information en présence de représentants de nos camarades communistes ont entendu, par Raffini puis par Renoult, un vibrant appel à l’Unité. De cette réunion, tous sont sortis avec l’impression que se trouvaient enfin dissipés certaines mésententes fâcheuses. Les représentants des différents mouvements ont pris la parole pour affirmer au nom de leurs organismes respectifs, leur adhésion au Front national. L’un d’eux toutefois, notre camarade Gerschel, représentant de Franc-Tireur, a posé très sincèrement, très courageusement la question de la politique agraire et de la politique coloniale du Front national. Le temps n’a malheureusement pas permis de nous éclairer sur ces points... ».

  • 15 Entretien avec M. Gerschel, mai 1984.
  • 16 Témoignage d’un de ses membres : M. Fontaine (entretien personnel avec l’intéressé, Agen, septembre (...)

15La suite de l’article souligne la nécessité de consacrer en prison du temps à ces débats essentiels pour l’avenir de la France. Le principal responsable de Franc-Tireur : Marc Gerschel décide de rester au quartier cellulaire, tout en étant en contact avec la direction du Collectif, notamment sur le projet d’évasion collective. Il explique ainsi sa position : « Alors que les autres mouvements avaient donné leur adhésion pleine et entière au FN, nous, nous disons nous sommes unis avec vous mais nous ne pouvons vous donner un blanc-seing15… ». Le groupe Franc-Tireur n’a donc pas donné une adhésion claire au FN et s’est divisé sur la question de la participation au Collectif, certains restant au quartier cellulaire d’autres rejoignant les préaux. Les membres du réseau Buckmaster (environ vingt-cinq), restés au quartier cellulaire où ils étaient organisés depuis leur arrivée au printemps 1943, ont refusé eux formellement cette adhésion16. L’unité autour du FN s’est réalisée autour d’objectifs communs immédiats dans le cadre carcéral et la préparation de l’évasion. Mais pour certains, la peur d’être noyauté par le PC a prévalu. Seuls une cinquantaine de détenus (soit 3 %) sont restés en dehors de ce Collectif, au quartier cellulaire.

16L’ensemble des sources et témoignages montre qu’une organisation pluraliste est effectivement en place, jusqu’au niveau principal de direction : le Comité directeur de la prison. Tous les postes sont doublés, on parle d’organisation mixte ou bicéphale, les deux délégués de chaque préau (un communiste, un gaulliste) sont officiellement chargés de présenter les revendications des détenus auprès de la direction et participent aux réunions clandestines inter-préaux. L’organisation est réellement représentative des différents courants, ceci pour deux raisons. Le premier souci est de trouver un équilibre dans la représentation de tous les mouvements de résistance présents dans la centrale, le second est la recherche de l’efficacité, les postes étant confiés en vertu des compétences. Ainsi, le commandement du « Bataillon » est-il confié au commandant Bernard, socialiste, en raison de son expérience de commandement d’un bataillon lors de la guerre d’Espagne, la direction de l’infirmerie au docteur Paul Weil du mouvement Franc-Tireur. La stratégie mise en œuvre dans la centrale a vocation à rechercher l’unité pour préparer l’évasion et la reprise du combat. On peut également souligner la présence de cadres importants venus de différents mouvements et réseaux gaullistes qui n’étaient pas prêts à se laisser « noyauter ». Un autre élément vient confirmer l’existence d’une organisation réellement représentative des différents courants et intervient en guise de reconnaissance : la prise en charge par le CNR de l’aide extérieure à la préparation d’évasion collective.

17L’exemple d’Eysses montre que dans un contexte de puissante volonté d’union à la base et de rencontre humaine entre des personnalités d’obédience fort diverses, le FN a su rallier bien au-delà de la sphère communiste. En raison du partage des postes de direction et de responsabilité, on ne peut parler de noyautage. Cependant, un rapport de force favorable conduit les communistes à avoir un rôle prépondérant en matière décisionnelle, nous y reviendrons concernant les évasions. À partir de l’adhésion d’une large majorité de prisonniers à l’organisation commune, la direction interne du PC met en place une double stratégie : faire de tout communiste le moteur, l’avant-garde de l’union et de l’action, pour instaurer un climat de confiance et entraîner toujours plus avant le groupe dans l’action. Les prisons se transforment en un lieu de prosélytisme communiste.

L’organisation avouée

18L’efficacité de l’organisation se mesure d’abord aux acquis obtenus par les détenus. Par commodité, nous appelons organisation avouée celle qui inévitablement était connue des autorités, du moins à l’échelle de la prison. D’après l’ensemble des sources concernant les différentes prisons de l’État français, c’est à Eysses que l’organisation est la mieux structurée, fin 1943. Les entorses au régime carcéral initial sont nombreuses, concédées par la direction face à un groupe organisé et dont la démarche s’apparente à l’action syndicale. Le rapport du 31 décembre 1943 signé par M. Chartroule (directeur de la circonscription pénitentiaire), résume ainsi les libéralités accordées sous la direction du directeur M. Lassalle :

  • 17 AN Fontainebleau, dossier du directeur d’Eysses A. Lasalle, 19840465, art. 259.

« M. Lassalle tolérait que les détenus assurent eux-mêmes leur police sans intervention du personnel et lui présentent périodiquement un cahier de revendications.
- Les fouilles des dortoirs et le sondage des barreaux des fenêtres n’étaient plus pratiqués, les détenus ayant donné leur parole de rester calmes et disciplinés.
- M. Lassalle ne se conformait pas aux instructions restrictives qu’il avait reçues en ce qui concerne la réception des colis par les détenus, leur correspondance et visites
- L’usage du tabac était toléré.
- Les locaux occupés par les détenus étaient ornés d’inscriptions banderoles et décorations diverses ayant un motif patriotique.
- Les détenus étaient autorisés à virer les sommes portées à leur pécule au nom de personnes habitant la localité, lesquelles utilisaient ces sommes pour leur procurer des vivres dont il faisaient bénéficier l’ensemble de leurs co-détenus.
- Les instruments de musique étaient autorisés et une scène de théâtre et ses accessoires était installée par les détenus. La veille de noël M. Lassalle avait laissé les détenus organiser une fête et y avait même assisté17… »

19La reconnaissance par la direction de délégués des détenus symbolise celle d’un statut politique. En effet, ceux-ci sont désignés par leurs codétenus politiques et ont vocation à représenter un groupe uni par la nature commune de leur condamnation, alors que jusque-là l’administration pénitentiaire n’acceptait, sous certaines conditions, que des doléances individuelles. L’élément identitaire est bien l’appartenance commune à la Résistance puisque les avantages ne concernent pas l’ensemble des « politiques », notamment les espions à la solde de l’Allemagne. L’obtention de l’appel des noms en lieu et place des matricules renvoie à l’existence civile de l’individu. Les avantages matériels (entorses au règlement) sont le fruit d’une reconnaissance politique, la concession de ce régime spécial s’apparente à celui traditionnellement concédé par la République à ses prisonniers politiques. Mais les acquis vont beaucoup plus loin. Les détenus obtiennent l’autorisation de rompre l’isolement cellulaire, ainsi les portes des cellules sont-elles ouvertes durant la journée au quartier cellulaire ainsi que les cages à poules dans les dortoirs et ce, toute la nuit. Cette liberté relative de mouvement permet aux détenus d’organiser leur vie à l’intérieur et de fixer leur emploi du temps, en dehors des horaires impératifs des repas, d’abord en travaillant et en occupant tous les postes-clefs de l’organisation intérieure sous la direction du personnel (économe, médecin pénitentiaire etc.), ensuite en occupant et aménageant à leur guise les locaux. C’est ainsi que des chauffoirs servent aux études et cours, d’autres abritent le secrétariat, le bureau de la solidarité, la bibliothèque, le coiffeur. Une commission des loisirs est chargée d’organiser les spectacles et activités récréatives données dans une salle de spectacle spécialement aménagée. Il va sans dire que la règle du silence et l’interdiction de se déplacer sans autorisation volent en éclat. Cependant, les déplacements inter-préaux restent exceptionnels et sont réservés aux délégués vêtus du costume traditionnel des prévôts. Mais les prévôts, traditionnellement choisis par la direction parmi les détenus méritants moyennant quelques avantages sont remplacés par des délégués choisis par leurs camarades de détention. Qui plus est, ce sont eux qui négocient quotidiennement leur marge d’autonomie avec la direction.

  • 18 Le Patriote enchaîné, 20 décembre 1943, article : « Toute notre vie chez les travailleurs ».
  • 19 Idem, article « Bienvenue aux arrivants ».
  • 20 L’Unité, n°4, novembre 1943, article « Vers le but ».
  • 21 Marcel Rivière, journaliste et ancien détenu d’Eysses, série d’articles parus dans le Progrès, du 1 (...)

20La presse interne relaie les différentes demandes et revendications dans des rubriques intitulées « nos revendications ». Les politiques ayant obtenu d’occuper les postes des services généraux (ce qui était réservé à des droits communs), les « travailleurs » dressent l’état des lieux de leurs demandes de fournitures, les boulangers réclament un pétrin mécanique, les cuisiniers un fourneau supplémentaire avec deux marmites de six cents litres, les buandiers de nouveaux poêles pour les séchoirs18 etc. Les journaux de jeunes réclament le régime des J3 (régime alimentaire plus favorable réservé aux jeunes). La rubrique du Patriote enchaîné du 11 novembre : « Ce que nous voulons » demande, entre autres : « le repos hebdomadaire pour tous les travailleurs ! ». On a conscience du décalage avec la situation de l’extérieur : « Bienvenue aux arrivants, au milieu de notre puissant Collectif, éloigné des griffes de la Gestapo19 ». L’auto perception est donc davantage celle d’une microsociété libre et solidaire, à l’image de la République proclamée sur la citadelle du Vercors que d’une centrale. L’ensemble des activités réalisées en prison sont lancées comme un défi aux autorités répressives, comme l’illustre ce passage de l’Unité : « Les cours, les conférences, les leçons, les fêtes, voyez messieurs les Vichyssois si le moral d’hommes qui souffrent depuis trois ou quatre ans est atteint ! Ohé Vichyssois où est votre but20 ? ». En même temps, elles servent à endormir la surveillance pour donner le change et laisser croire que leur esprit est davantage tourné vers les jeux et les chansons que vers les luttes21.

  • 22 Jean-Claude Vimont, La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique XVII (...)

21On se situe dans un système de représentation politico-syndical loin du modèle corporatiste prôné par Vichy. L’action révèle clairement un contenu politique anti-Vichy et anti-occupant, le symbolique et le politique dépassent de loin les revendications matérielles. Si Sainte Pélagie était qualifiée de seul endroit où l’on était libre sous le régime de Louis Napoléon22, un régime spécial y était reconnu officiellement aux politiques ; à Eysses, c’est par un rapport de force savamment organisé que les détenus politiques parviennent à inverser un régime discriminatoire.

L’organisation clandestine

  • 23 C’est-à-dire connue de la direction.
  • 24 Garde mobile de réserve.
  • 25 Archives de l’amicale d’Eysses.
  • 26 Les Forces françaises de l'intérieur (FFI) est le nom donné en 1944 à l'ensemble des groupements mi (...)

22Ces libéralités concédées petit à petit par la direction ou le personnel les encouragent à aller plus loin. L’un des buts de l’organisation avouée23 est de servir de camouflage à l’organisation clandestine. L’action résistante prend plusieurs formes ; outre l’éducation politique sous couvert des cours autorisés, on assiste à la mise sur pied d’une organisation militaire dont le but est de préparer une évasion collective pour reprendre le combat libérateur. Cette organisation ne peut se concevoir que dans le contexte analysé supra, de quasi liberté interne obtenu à force de pression, à partir d’octobre 1943. Un ensemble conséquent de témoignages, de sources primaires, tels les messages clandestins envoyés par le Comité directeur des emprisonnés au GMR24 résistant Pierre Déchet25 confirment l’existence d’un encadrement et d’une organisation de type militaire, prêts à être activés le moment venu. Seule l’existence réelle d’une organisation suffisamment perfectionnée peut expliquer qu’un millier de détenus ait fait échec aux forces de l’ordre venues chercher les internés administratifs pour les transférer en zone nord (7, 8 et 9 décembre 1943 : journées appelées les Trois Glorieuses par les détenus), puis se soit rendu maître de l’ensemble de la détention, en quelques heures et en silence, lors de la tentative d’évasion collective du 19 février 1944 (ce que soulignent les rapports des inspecteurs pris en otage ce jour-là). Autant d’éléments ayant justifié après guerre sa reconnaissance comme bataillon de Forces françaises de l'intérieur (FFI)26-Unité combattante, cas unique dans l’histoire carcérale. L’ensemble de ces éléments conduisent donc l’historien à ne pas rejeter a priori, l’existence d’une organisation de type militaire dans la prison, tout en se méfiant, comme il se doit, des risques d’idéalisation.

  • 27 Ce socialiste entre dès 1941 dans la Résistance, comme chef d’état-major du réseau Bertaux à Toulou (...)
  • 28 Archives de l’amicale d’Eysses, message clandestin de Mistral à Denis, le 19 mai 1944. Ces renseign (...)
  • 29 Plusieurs chapitres d’instruction militaire, schémas d’armes automatiques figurent dans les divers (...)

23Les hommes sont structurés en groupes, sections, compagnies, le tout formant un bataillon, coiffé d’un état-major sous la direction du commandant Bernard et de la commission militaire du Front National. C’est l’expérience du combat et du commandement lors de la guerre d’Espagne (en mai 1938, il s’était vu confier le commandement de la 139e Brigade espagnole) qui vaut à Fernand Bernard d’être désigné pour diriger l’organisation militaire des détenus27. Sous sa direction, l’État-major général de la prison a la responsabilité d’organiser militairement chaque préau qui représente une compagnie. Les groupes de dix (principe d’organisation de l’armée française) sont formés sans règle stricte avec cependant des directives pour que « gaullistes » et « communistes » soient mélangés. Les Espagnols restent groupés même s’ils s’intègrent à l’organisation générale. Chaque préau a un commandant militaire, de même qu’il a un responsable FN. L’encadrement est assuré par une trentaine d’officiers et suffisamment de cadres subalternes (sous officiers, gradés de l’armée, cadres FTP ou de groupes francs)28. L’État-major dispose de son propre service de renseignements sur l’activité à l’intérieur et à l’extérieur de la prison. Par sécurité, ceux de la base ne connaissent pas le chef de compagnie. Une instruction militaire et des cours de maniement d’armes sont donnés29, sous couvert des cours autorisés, l’éducation physique régulière devient obligatoire en janvier, dans la perspective de l’évasion. Les instructeurs militaires qui se rendent successivement dans les préaux sont des officiers de l’armée française. L’instruction physique est confiée à des moniteurs sportifs diplômés, comme le lyonnais Jean Chardonnet, cycliste de haut niveau dans le civil ou le professeur de sport Marcel Cochet du mouvement Libération qui exerçait au lycée Lalande.

  • 30 Archives de l’amicale d’Eysses, message clandestin de Mistral à Denis, 30 avril 1944.
  • 31 AN, 72AJ282, A.5.I, rapport de M. Poulet.

24Il convient cependant de relativiser la portée de cette formation. « Si le courage ne nous manque pas pour le combat, nous devons tenir compte que le fait d’une inactivité assez grande ne permettra pas d’exiger de nos camarades un gros effort soutenu, d’autre part la majorité de nos gars méconnaissent pratiquement la manipulation d’armes automatiques »30, reconnaît la direction du Collectif dans un message clandestin adressé à l’extérieur. La force militaire des détenus réside en fait dans leur organisation minutieuse et leur discipline indispensables pour un groupe aussi nombreux. Michel Poulet, responsable militaire gaulliste du préau 3 parle d’« une unité militaire cohérente, parfaitement préparée à son objectif : évasion collective en unités combattantes destinées à rejoindre les maquis, dont les points de chute étaient par avance connus et déterminés31 ».

25Eysses choisie pour être une forteresse modèle et sûre, en concentrant des centaines de prisonniers politiques venus de toute la France, devient une prison rebelle où s’organise une forme élaborée de résistance. La part des revendications politiques et symboliques dépasse les revendications matérielles. L’organisation clandestine comporte un volet militaire destiné à organiser l’évasion pour reprendre le combat. On dépasse de loin la tradition de lutte des prisonniers pour un ordinaire meilleur ; plus que d’honneur, il est question de Résistance. Cette organisation revêt une dimension politico-syndicale, renvoyant à des pratiques acquises dans l’expérience militante d’avant-guerre ou dans la Résistance. La démarche engagée est une lutte revendicative au quotidien avec la volonté d’être traités comme des prisonniers politiques, c’est-à-dire des citoyens engagés dans la lutte qui soulignent le caractère illégitime de leur emprisonnement. Cette conception se retrouve dans l’idée d’instaurer en permanence un rapport de force destiné à faire aboutir les revendications et préparer la suite : l’évasion, la Libération de la France et sa reconstruction. Il y a là une vision sociale, un dessein politique qui explique largement l’idée d’une évasion collective. Cette obsession se retrouve dans la volonté politique unitaire malgré les différences et les divergences. La perception par les détenus de leur force collective relativise l’idée d’une utopie dans le projet de se s’évader à 1200. L’ordre social de la prison est renversé puisque celle-ci est, pendant quelques mois, quasiment autogérée par les détenus. Le détenu n’est plus soumis, silencieux, au garde-à-vous, tondu comme n’importe quel prisonnier de centrale. Bien plus, il redevient ce qu’il n’est même plus à l’extérieur, sous Vichy, un citoyen libre de penser et d’agir, mais à l’intérieur de murs bien gardés. Le cas d’Eysses n’est pas atypique mais révélateur. Il synthétise ce qui, à des degrés divers, a été réclamé, conquis et mis en place dans les autres prisons.

La Résistance des femmes en prison, une spécificité de genre ?

26« Nous sommes les soldats de la révolution en marche, même à la Roquette nous restons les militantes du dehors » écrivent les résistantes dans leur journal clandestin, La Patriote Enchaînée en septembre 1943, avant d’être transférées à Rennes. Comment s’organisent réellement les femmes en prison ? Développent-elles des formes d’action spécifiques ?

27À la centrale de Rennes, les prisonnières politiques sont pour la plupart communistes et organisées comme à l’extérieur sous la direction d’un bureau de cadres. Si elles bénéficient, pour certaines, de l’expérience et d’une pratique d’organisation spécifiquement féminine acquise dans les Comités féminins, elles subissent souvent la tutelle des dirigeants dans un parti très centralisé et se réclament d’une culture politique commune.

28Dès la création d’un atelier politique séparé des droits communs, fin 1941, sous la direction d’un bureau dirigé par Georgette Cadras, les détenues mettent quelques mois à obtenir des assouplissements au régime traditionnel de centrale. L’organisation avouée est celle qui est inévitablement connue d’une partie du personnel. Durant l’été 1942, un certain nombre de concessions ont été arrachées à la direction par la négociation : le droit de circuler dans l’atelier, le droit d’étudier, de faire de la lecture collective, de faire entrer certains livres, de donner des cours. Le droit de parler dans l’atelier est accordé moyennant une autodiscipline consentie imposant quelques heures de silence. On retrouve des objectifs classiques pour la survie, avec l’amélioration de l’ordinaire, le droit aux loisirs, mais aussi un combat pour la dignité chargé de sens politique avec le droit à l’éducation.

  • 32 Archives MRN, fonds J. Nordman.

29Les actions sont ponctuées par l’envoi de déléguées pour négocier avec la direction, ou l’envoi de pétitions ou de réclamations écrites aux différents responsables de l’AP : de lettres au maréchal Pétain et au Garde des sceaux pour réclamer le régime politique en 1941. Les détenues de la Roquette déposent un cahier de revendication en février 1944 lors de la venue d’un inspecteur32 et renouvellent leur démarche auprès de la nouvelle direction de la prison le 1er mai 1944. À la centrale de Rennes, une délégation des détenues est reçue régulièrement par le sous-directeur jusqu’à la découverte de l’organisation début 1943. Outre les pressions quotidiennes et la discussion, la principale modalité d’action reste la manifestation qui vient troubler l’ordre habituel des prisons de femmes. Si en 1941 l’organisation n’est pas suffisamment au point pour que des manifestations soient organisées, des manifestations collectives ont lieu dès 1942 dans la plupart des prisons. Dans un message adressé au Comité central du Parti communiste et saisi par les Renseignements généraux, les dirigeantes de la centrale de Rennes décrivent en détail leur organisation qui mérite d’être cité étant donné l’intérêt de cette source :

  • 33 Idem.

« … le 11 novembre 1942, nous avons fait des insignes tricolores représentant notre sabot de prisonnières, les surveillantes de service les ont portés ostensiblement […] Nous avons fait une ronde dans la cour et avons chanté la Marseillaise en entier et le Chant du départ. Tout cela réalisé sans aucune sanction […] Quand nous avons appris le sabordement de la flotte de Toulon nous avons décidé de faire quelque chose de grand, nous avons senti que nous allions renforcer les liens de sympathie qui existent chez les surveillantes [….] La surveillante Melle Béziaud était violemment émue et s’associa à nos dix minutes de silence33… ».

30Ce ne sont pas seulement les manifestations patriotiques ou politiques qui sont décrites, mais les protestations destinées à améliorer l’ordinaire, comme celle qui survient fin 1942, lors d’une action contre la nouvelle circulaire restreignant les colis. D’après le rapport, elles auraient obtenu, après discussion avec le sous-directeur, le maintien de l’ancien règlement :

« … le sous-directeur et la surveillante-chef agissent contre le directeur qui est un homme de Vichy, un collaborateur vomi par tout le personnel […] la surveillante-chef a déclaré qu’elle fermait les yeux pour nos colis qu’elle s’arrangerait pour que ceux des parloirs ne comptent pas […] enfin, en conclusion, nous pouvons recevoir autant et même plus qu’auparavant ».

31Grâce à la surveillante nommée en clair dans ce rapport qui dresse pour sa défense (elle est mise à pied le 19 mars 1943 pour complicité avec les détenues politiques), un inventaire des manifestations des derniers mois à l’atelier des politiques, nous avons des détails précis sur les manifestations des politiques :

  • 34 AN Fontainebleau, dossier de Lydie B., 19840465 art 360. Lettre de Lydie B adressée au Ministre le (...)

« … je suis mise à pied pour avoir arboré l'insigne tricolore le 11 novembre, pourquoi n'est-il reproché qu'à moi seule, alors que nous étions trois à la porte (ceci n'est certes pas pour que mes collègues soient punies elles ne seront même pas nommées) mais si la faute est jugée sans importance pour elles, elle ne devrait pas l'être si gravement pour moi. Le silence observé le 28 novembre et qui a duré 10 minutes ne me semble pas plus répréhensible que celui du 11 novembre qui a duré 1 heure. On me reproche aussi Monsieur le ministre de n'avoir pas su garder l'atelier qui m'était confié, pourquoi alors par deux fois m'a t-on demandé d'y rester y faisant de ce fait six mois alors que d'ordinaire on y reste que deux mois ? Je n'ai jamais eu aucun incident pendant ces six mois et ainsi que je l'ai dit à Monsieur l'inspecteur Général, on ne m'a jamais donné aucun ordre pour modifier en quoi que ce soit la discipline de cet atelier. Que devais-je faire alors ?, sinon continuer ce qui avait été fait jusque-là. On ne parle pas non plus de la manifestation du 7 novembre qui me semble bien plus grave du fait que c'était une manifestation communiste avec décors significatifs sur les tables. À l'arrivée d'un transfert, apprenant que les six détenues politiques qui venaient d'arriver étaient punies de cellule pour avoir chanté la Marseillaise, toutes l'ont entonnée et ceci en présence d'une première surveillante. Ces jours-ci, une communiste ayant été punie, tout l'atelier a manifesté, grimpées sur les bancs et les tables et criant aux fenêtres à tue tête de 12 h à 13 h, les autorités appelées n'ont pas réussi à les faire taire elles ont été huées et obligées de se retirer je n'étais pas présente à ces deux dernières manifestations34 ».

  • 35 AN, F1a/ 4606, Ministère de l’Intérieur, rapports IGSA 1945-1951, Ille-et-Vilaine, rapport du 9 sep (...)

32Ce rapport montre le degré d’autonomie obtenu par le groupe et l’attitude passive d’une direction débordée.
Mais seule la manifestation collective du 25 février 1944 nécessite le recours à des forces de l’ordre extérieures à la centrale. Au-delà du motif qui peut paraître futile, c’est une volonté de garder leur dignité qui conduit les détenues à une manifestation collective d’une rare violence pour une prison de femmes. Une détenue appelée pour prendre possession d’un colis s’aperçoit que le vêtement envoyé par la famille a été réduit en lambeaux sur ordre de la surveillante-chef. À son retour à l’atelier, la solidarité de ses camarades se manifeste immédiatement ; elles protestent de façon véhémente devant ce qu’elles considèrent comme un acte de brimade gratuit et l’incident entraîne la sanction habituelle35 : le cachot. Mais l’ensemble de l’atelier fait corps autour des punies pour empêcher leur départ de l’atelier. Le directeur fait alors appel à un groupe de GMR qui est accueilli par des jets de projectiles (sabots, tabourets) et des slogans hostiles tels « valets des boches ». Seule la menace d’une intervention armée réduit les femmes à l’obéissance. Cette action révèle le degré de combativité des prisonnières et fait exception dans les annales de cette centrale de femmes.

  • 36 Archives de la préfecture de police, cote BA 2069, rapports des RG sur le PC, juin-décembre 1943, r (...)
  • 37 Dans La Patriote enchaînée de la Roquette du 1er juillet 1943. C’est le cas notamment dans les pris (...)
  • 38 La Patriote enchaînée de la Roquette du 1er octobre 1943. Plusieurs objets sont conservés au MRN de (...)

33Aux manifestations inévitablement connues de la direction, s’ajoute une organisation clandestine. Elle est essentiellement politique et se fait sous le couvert des cours autorisés par l’administration dans les ateliers et dortoirs communs. La formation est assurée par les cadres communistes à l’aide de manuels reçus clandestinement. Certains cours préparent parfois directement à l’action résistante : des ateliers de sténodactylo, des cours d’infirmière et de rédaction de tracts, affiches ou des cahiers de revendications, pour s’entraîner à des tâches qui leur incomberont à la sortie. Une partie des activités est impulsée de l’extérieur. Les prisonnières répondent, par exemple, à l’appel lancé par le Comité militaire national des FTP aux femmes françaises. Il s’agit de participer à la lutte contre l’occupant en parrainant un ou plusieurs détachements de FTP, afin de leur apporter l’aide morale et matérielle nécessaire36. Elles s'intitulent « Marraines des FTP »37 dans la lignée des marraines de soldats en 1914-1918. Elles exercent leurs talents au service de la solidarité financière en fabriquant des objets dont la vente se fait au profit des FTPP : « tricotons pour nos FTP, les petits chaussons tricotés ont rapporté 700 francs […] une broche a été vendue 750 francs à une fête de jeunes38 ». Les femmes poursuivent leur rôle d’assistance en mettant leur habileté manuelle au service de la Résistance.

  • 39 D’après les témoignages de Lise London, de Lucienne Rolland et d’Adèle Mijoin.
  • 40 Témoignage de Nicole Du Barry.

34Concernant les projets d’évasion, elles rencontrent peu d’aide de l’extérieur. Après la découverte des liens entre les politiques de Rennes et le Comité central du Parti communiste fin 1942, aucun autre projet n’est mis sur pied. Seules les nourrices échafaudent un plan à l’automne 1943, avec la complicité d’une détenue de droit commun et d’un ouvrier venu faire des réparations à la buanderie39. Les nourrices furent entièrement à l’origine d’un projet qu’aucune aide extérieure ne vint concrétiser. Quelques jours avant la Libération, inquiète du sort des emprisonnés (elle craint une Saint-Barthélémy des prisons), l’Assistance française (l’organisation féminine de la mouvance communiste) décide de tenter des évasions massives. Elle s’organise en coordination avec les FTP pour libérer les femmes de la petite Roquette ; le plan échoue et les femmes seront déportées40. À Paris comme ailleurs, les projets d’évasion collective des résistantes rencontrent peu d’aide de l’extérieur. Étant donné l’imminence de l’ouverture du second front en 1944, la Résistance a sans doute été perçue comme une affaire essentiellement militaire, relevant par là même de capacités plutôt masculines. Dans le même temps, la logique répressive conduisait les femmes dans les camps nazis.

35Par l’organisation de manifestations et la pression exercée quotidiennement, les détenues parviennent à obtenir un régime de détention relâché. En fait, il ne faut pas y voir seulement une complicité passive, mais plutôt un rapport de force instauré par les détenues sur lequel il fut difficile de revenir. Alors que les femmes sont traditionnellement cantonnées hors de la sphère publique, l’engagement volontaire dans la Résistance marque leur irruption en politique et ce phénomène se poursuit en détention. Elles parviennent à s’affranchir partiellement du système prison, révélant sa perméabilité aux soubresauts extérieurs. Cependant, l’organisation chez les femmes est beaucoup moins structurée que chez les hommes et l’autonomie concédée est moindre. Elles n’ont pas d’organisation militaire et l’extérieur ne relaie pas leurs projets d’évasion. La spécificité sexuée de certaines activités apparaît nettement. On ne peut donc parler de féminisme dans leurs revendications, elles n’inscrivent pas leur discours et leurs revendications dans une perspective de remise en cause globale des sexes, il faudra attendre les années soixante pour cela. Mais alors que la mission pénitentiaire n’inclut aucun élément d’amendement ou de réinsertion, l’action des résistantes est tournée vers la préparation de la Libération et de l’après-guerre, avec une ferme volonté d’instruction générale et de formation politique. Le temps de détention est également un temps de réflexion sur les transformations nécessaires de la société, un temps d’action citoyenne par la poursuite d’un engagement au service de la reconstruction de la France d’après guerre.

Les types de manifestations dans les prisons politiques

36L’action des prisonniers politiques pendant la Seconde Guerre mondiale est jalonnée de temps forts. Les manifestations appartiennent à deux catégories : celles qui interviennent en riposte à des circonstances propres à chaque prison ou celles dictées par la mise en œuvre de mesures générales de répression aggravant le régime des prisonniers. D’autres sont des manifestations commémoratives chargées d’une dimension symbolique.

37Les manifestations sont de nature et d’origine diverses. Les révoltes revêtent souvent des formes analogues aux manifestations traditionnelles de droit commun en milieu carcéral. Elles sont dictées par la topographie même de l’espace : obstruction au réfectoire, refus de quitter les cellules ou les ateliers, jet de projectiles comme les sabots, bris de clôtures ou prise de clefs. Les gardiens en sont la première cible, le moment de prédilection : le soir.

  • 41 Lettre écrite de Châlons-sur-Marne par Marie-Thérèse Lefebvre à sa famille, le 1er mars 1944.

38Les mobiles sont défensifs, comme le refus de se laisser avilir (manifestation du 25 février 1944 à Rennes) ou l’action pour contrer la mise en œuvre de la politique répressive (Trois Glorieuses à Eysses pour empêcher le départ des internés administratifs). Parfois, les manifestations interviennent en réponse à des mesures générales touchant les politiques et se diffusent dans l’ensemble des prisons où ils sont concentrés. Une première riposte collective suit la législation restrictive sur les colis de novembre 1942. Connue le 8 novembre, elle suscite une réaction collective immédiate et spontanée : envoi de lettres de protestations au Ministre et aux familles pour s’en faire le relais, envoi d’une délégation auprès du sous-directeur afin d’en négocier l’application. On retrouve le même type de riposte lorsque le règlement du 26 février 1944 durcissant leur régime est ressenti comme une brimade supplémentaire qui s’ajoute à une détention avilissante. Plusieurs lettres montrent que l’origine de cette mesure est connue des prisonniers : « Il nous est tombé du ciel dimanche des sanctions très dures, à la suite de la révolte à la prison d’Eysses41 ».

  • 42 AN, dossier Baillet, rapport du préfet de la Marne le 20 mars 1944 au directeur de l'AP.

39Dans un premier temps, c’est un sentiment d’injustice qui prévaut, débouchant dans les quinze jours sur des ripostes collectives. Les manifestations conduisent, comme à Rennes, Blois ou Châlons-sur-Marne, à l’affrontement avec les forces de l’ordre. À Châlons-sur-Marne, une manifestation commune est organisée entre le quartier des hommes et celui des femmes42 : « le 18 mars 1944 vers 12 heures, les condamnés communistes avaient tenté de faire sauter les portes des cellules et ce pour protester contre le régime alimentaire qu'on leur faisait subir. La garde allemande étant intervenue pour mettre fin à cette manifestation, un des soldats allemands avait de trois coups de mitraillettes blessé le détenu politique L. qui a été touché de deux balles ». Ces actions sont inefficaces à infléchir ce régime de détention aggravé. Mais la diffusion du mouvement montre la conscience d’un sort partagé et la combativité de prisonniers politiques qui refusent la résignation.

  • 43 Daniel Virieux, op. cit., p. 463.
  • 44 Claude Serreules, rapport du 7 novembre 1943, archives FN, fonds MRN.

40Différentes sont les commémorations qui s’inscrivent dans la culture politique des résistants, en référence à des événements extérieurs à la prison et souvent antérieurs à la guerre. D’autres, moins nombreuses, sont des commémorations d’événements survenus pendant la Seconde Guerre mondiale qui participent à la formation d’une « sous-culture résistante ». L’organisation des commémorations est parfois spontanée, notamment en 1940 ou 1941, puis, le perfectionnement de la Résistance à l’extérieur et son unification impriment leur marque aux actions internes. Les différents courants tentent d’unir leurs efforts à l’occasion de journées communes. Fin août 1943, le PC avait proposé au CNR de lancer un appel à la population l’invitant à manifester le 20 septembre à l’occasion du 151e anniversaire de Valmy. Peu après, il recommandait au conseil de la Résistance de saisir l’occasion de l’anniversaire des martyrs de Châteaubriant pour donner des mots d’ordre de grève43. Mais après consultation des membres les plus qualifiés du conseil de la Résistance, un contre-projet fut soumis au PC tendant à provoquer dans tout le pays des manifestations d’envergure le 11 novembre. Ce projet reçut son adhésion ainsi que celle de toutes les grandes organisations44. Le consensus se fait donc autour des grandes manifestations d’unité nationale. La principale commémoration patriotique est celle du 11 novembre : victoire française contre l’Allemagne, elle joue un rôle fédérateur entre les différents courants.

41Parmi les commémorations organisées en prison, la part des manifestations patriotiques est la plus importante. Rappelons qu’elles sont interdites à l’extérieur par les autorités d’occupation et que leurs initiateurs risquent la prison. Dans ce contexte, leur organisation à l’intérieur de l’espace carcéral est chargé de sens politique. Les commémorations patriotiques du 11 novembre et du 14 juillet prennent des formes diverses dans les différentes détentions. Parfois, il s’agit simplement d’arborer des cocardes tricolores, elles prennent parfois une forme plus élaborée comme lors du 11 novembre 1943 à la centrale d’Eysses. Cette journée est l’occasion de sceller l’union entre des centaines de détenus de tous horizons rassemblés depuis peu. Le programme récréatif mêle divertissements (lecture de poèmes, chorale) et action politique aux accents exclusivement patriotiques. La Marseillaise ponctue le début et la fin de la cérémonie ainsi que le salut aux couleurs. La tonalité militaire est donnée par des citations à l’ordre de l’armée. La lecture du manifeste suivie d’une minute de silence donne un sens politique solennel à cette journée. Les valeurs affirmées sont le patriotisme, la lutte contre l’occupant pour la conquête de l’indépendance nationale qui permettent de faire un parallèle entre la célébration de la victoire de 1918 et le combat engagé en 1939-1940.

  • 45 Témoignages des détenues, confirmés par le rapport du directeur in AN, F1a/ 4606, Ministère de l’In (...)
  • 46 AN, F1a/ 4606, rapport d’IGSA pour la commission d’épuration des services extérieurs de l’AP, en da (...)

42Le 14 juillet s’inscrit à la fois dans la lignée patriotique et celle de la Révolution française, comme le révèlent les commémorations qui ont lieu à la centrale de Rennes en 1942 et 1943. En 1942, les détenues se coiffent d’un bonnet phrygien et arborent un insigne représentant la Bastille orné de l’inscription « 1789-1942 ». Les résistantes s’inscrivent dans la lignée de la Révolution populaire des sans-culottes des faubourgs. Le chant de la Marseillaise vient ponctuer la manifestation et les détenues obtiennent l’autorisation de la direction de donner une représentation du Bourgeois gentilhomme45. On retrouve la double fonction de la plupart des commémorations : à vocation politique mais aussi récréative et culturelle. La commémoration de Valmy revêt une double charge patriotique et révolutionnaire et une note toute particulière est donnée à son 150e anniversaire en septembre 1942. La volonté d’inscrire la Résistance, lutte populaire et libératrice, dans la lignée libératrice de la Révolution française apparaît nettement. Elle constitue un puissant appel au soulèvement des masses pour la lutte libératrice contre de nouveaux tyrans : l’État collaborateur et l’Occupant. Les commémorations patriotiques sont les plus nombreuses dans les établissements pénitentiaires, à celles du 11 novembre, du 14 juillet et de Valmy s’ajoute le chant de la Marseillaise entonné en de multiples occasions46. Avec la forte prégnance de la Révolution française, l’ancrage est national et républicain.

43En second lieu, on compte des commémorations d’évènements relevant de l’histoire internationale. Parmi eux, ceux ayant trait à la célébration de la Révolution russe dominent, avant 1942, dans des quartiers de détention où se trouvent majoritairement des communistes. Pour eux, l’URSS représente alors « le paradis socialiste rêvé ». On confectionne des étoiles rouges le 7 novembre et l'on prononce des discours politiques à l’occasion de l'anniversaire de la mort de Lénine ou de la naissance de l'Armée Rouge en janvier. Étant donné les circonstances, les commémorations d’événements fondateurs de la Révolution russe servent aussi de référents pour symboliser un pays de la Grande Alliance en lutte contre l’Allemagne nazie. L’Armée Rouge, après la victoire de Stalingrad, est célébrée bien au-delà de la sphère d’influence communiste. Un autre référent est celui des luttes sociales. Célébré dans le monde entier, le 1er mai, occasion pour le régime de Vichy d’encenser les valeurs de la Révolution nationale, fête du travail, est célébré dans les prisons par des discours sur la défense sociale des travailleurs bafouée par le régime de Vichy. Il s’agit là d’une contre-propagande. L’utilisation de jours fériés d’origine religieuse comme Noël et la Toussaint sont également l’occasion de commémorations. Les résistantes soulignent la contradiction du régime de Vichy qui place la famille au cœur de sa politique et assigne à la femme un rôle domestique de mère et d’épouse mais n’hésite pas à emprisonner des mères de famille. Noël 1942 à la centrale de Rennes est ainsi l’occasion, pour les détenues de l’atelier n°6, d’organiser une fête en l’honneur des enfants et de manifester leur solidarité envers toutes les nourrices, y compris les droits communs. Elles obtiennent l’autorisation de la direction qui ne peut que donner son assentiment face à une initiative placée dans la lignée des fêtes officielles et familiales. En fait, elle participe d’une habile stratégie de prosélytisme envers les droits communs et surtout du personnel. Parfois, on donne à ces fêtes traditionnelles un caractère politique. À l’occasion du Jour de l’an par exemple, les détenus fêtent avec l’année nouvelle celle de la Libération tant attendue. Quant à la Toussaint 1943, elle est l’occasion, à Eysses, d’organiser un hommage à tous les morts de la Résistance.

44Les prisonniers politiques commémorent également des évènements contemporains qui contribuent à forger une culture résistante. Elles sont l’occasion de protester contre la politique répressive de Vichy ou de l’occupant. Le premier anniversaire de l’exécution des cinquante otages de Châteaubriant le 22 octobre 1943 qui se veut avant tout un hommage aux martyrs, est l’occasion d’un serment : celui de poursuivre la lutte jusqu’à la victoire. Certaines actions célèbrent les victoires des Alliés ou les actes de Résistance. C’est le cas de la commémoration du premier anniversaire du sabordement de la flotte de Toulon le 27 novembre 1943, ou de celle du premier anniversaire de la victoire de l’Armée rouge à Stalingrad le 2 février 1944 qui redonnent foi en l’avenir. D’autres sont plus circonstancielles, comme la minute de silence observée systématiquement dans la centrale de Rennes par les détenues après l’annonce de l’exécution d’un membre de leur famille. À cette occasion, les détenues entonnent la Marseillaise une bonne partie de l’après-midi, chant également repris pour saluer les évasions comme celle de Madeleine Marzin à la gare Montparnasse durant l’été 1942.

45La majorité des commémorations s’inscrit dans l’histoire nationale et a vocation patriotique et républicaine. Elles sont complétées par les célébrations de la Révolution russe, des victoires de la Résistance et des Alliés. L’hymne national souvent entonné spontanément constitue le plus petit commun dénominateur de cet ensemble d’initiatives. Les célébrations ont une double fonction : lancer un défi à l’autorité, contribuer à la formation politique et à l’élévation constante du moral. Leur existence témoigne donc d’une démarche volontaire et organisée, chargée de sens politique.

46À la question posée initialement : les détenus politiques ont-ils un type d’action spécifique à leur nature et à leur milieu ?, on peut répondre par l’affirmative. La sous-culture patriotique et républicaine en est le moteur, n’empruntant à la sous-culture carcérale que ses modalités d’action spécifiques et non ses thèmes d’inspiration. Tout en réactivant des formes de contestation classiques, les résistants impriment leurs références à la lutte. Après une première période où le prisonnier politique, isolé parmi les droits communs, réclame le régime politique, succède une seconde période où les politiques regroupés développent des initiatives plus ambitieuses. Ils s’adaptent alors au cadre carcéral de façon ingénieuse. Les résistants, hommes et femmes, commencent par tenter de rompre l’isolement et à s'opposer au régime pénitentiaire dans tout ce qu’il a d’humiliant et d’avilissant, en organisant entre eux une solidarité. Dépassant les premiers objectifs de survie, une expression collective et coordonnée se met en place là où existe une forte concentration de politiques : dès fin 1941 dans les centrales de Rennes ou de Nîmes, plus généralement en 1943. Ces formes d’action entrent dans le champ résistant dans la mesure où elles découlent d’une adhésion volontaire et responsable à des objectifs de refus affirmés, avec une juste conscience des risques, multipliés ici par la surveillance étroite des gardiens. Paradoxalement, les risques sont moindres qu’à l’extérieur puisque les résistants ne courent plus le risque d’être arrêtés, ce qui se traduit au quotidien par un certain soulagement ; par ailleurs, leur regroupement est à l’origine d’une émulation et stimule les initiatives.

47Les objectifs des actions à connotation nettement politique, à caractère anti-Vichy et anti-Occupant, les distinguent des formes traditionnelles de revendication des prisonniers. Aux manifestations défensives contre une aggravation du régime carcéral s’ajoutent les commémorations chargées de force symbolique et de sens politique ; elles sont plus nombreuses. Le substrat de toute cette culture est nettement républicain et antifasciste. Les détenus placent au cœur de leur action quotidienne un combat de type syndical pour arracher un régime de détention plus favorable. Ce combat est aussi de type politique. L’essentiel de l’action est une forme de propagande dont l’efficacité se mesure à court terme, en éveillant la conscience d’une partie du personnel. L’objectif suprême reste l’évasion – rêve commun à tous les prisonniers – et pour la plupart, la reprise du combat libérateur. On découvre également une spécificité de genre renvoyant la femme à la sphère traditionnelle. Les prisonnières continuent de subir une double peine et obtiennent moins d’autonomie dans la prison, moins d’aide à l’évasion à l’extérieur. Elles se consacrent à la fabrication d’objets destinés à la solidarité financière avec la résistance extérieure.

  • 47 Jeremy Bentham, dans le Panopticon (l'ouvrage, de 56 pages, est traduit de l'anglais et imprimé par (...)

48Si l’on étudie la Résistance sous l’angle d’une histoire sociale, la prison politique fonctionne comme une microsociété de quelques dizaines ou quelques centaines de personnes et joue un rôle central dans le processus d’unité nationale, autour de temps forts que sont les manifestations, moments de communion. Le cas d’Eysses illustre une rencontre entre des prisonniers politiques venus des divers horizons de la société, à l’origine d’un enrichissement commun et d’un certain décloisonnement social. L’administration pénitentiaire perd parfois le contrôle interne et l’ordre social de la prison est renversé. Elle tolère ou ferme les yeux sur certaines pratiques ou formes d’action en échange d’une paix intérieure qu’il lui est plus facile ainsi d’assurer, l’essentiel étant pour elle d’empêcher les évasions. Des formes de cogestion, voire d’autogestion (à Eysses) voient le jour, faisant voler en éclat l’ordre traditionnel de la prison. Le rapport optique panoptique (le surveillant étant censé être l’œil qui voit tout selon la formule benthamienne47) devient souvent caduque face à des prisonniers politiques qui développent une activité clandestine, même si le modèle théorisé n’a jamais vraiment répondu à la prison réelle.

Haut de page

Notes

1 François Bédarida (dir.), La politique nazie d’extermination, Paris, Albin Michel, 1989.

2 Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Éditions de l’atelier, 1997.

3 Révoltes dans les centrales au XIXe siècle

4 Joseph Barthélémy, Ministre de la Justice, Vichy 1941-1943, mémoires, Paris, Pygmalion, 1989, p. 278.

5 AN, F1a/4543.

6 AN, F/1a/3656, réponse du Ministre de l’Intérieur au préfet de l’Yonne le 25 février 1943.

7 AN, F1a, rapports d’IGSA sur divers établissements. Archives départementales de la Marne, 11W18. MRN, dossiers internement, Blois, Châlons-sur-Marne, témoignages d’anciens détenus. Documentation FNDIRP, carton prisons : Blois, Châlons-sur-Marne, témoignages d’anciens détenus.

8 C’est le cas par exemple à la maison d’arrêt de Châlons-sur-Marne le 22 décembre 1943. AD de la Marne, 11W18.

9 Voir sa biographie dans l’article « écrits de prison ».

10 Dictionnaire Maitron, témoignages de sa femme Augustine (Marseille, 2002-2003) et de plusieurs camarades de détention, dossier individuel d’écrou.

11 Terme employé pour désigner les prisonniers d’Eysses.

12 Manifeste du Front national d’avril 1943 (Villon, MRN). Cité par Daniel Virieux, le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France, un mouvement de Résistance, période clandestine (mai 1941-août 1944), thèse de doctorat d’histoire, 1995.

13 AN, 72 AJ 282, Fabien Lacombe, rapport du 27 octobre 1951 : « la détention à la maison centrale d’Eysses ».

14 Le CFLN est l'organisme gouvernemental, par lequel s'est effectuée, en juin 1943, la fusion des deux autorités françaises rentrées en guerre, le Comité national français de Londres, dirigé par le général de Gaulle (voir France libre), et le Commandement civil et militaire d'Alger, dirigé par le général Giraud. Ainsi furent unifié l'effort de guerre français, réalisé le rétablissement de la légalité républicaine, et préparée la Libération.

15 Entretien avec M. Gerschel, mai 1984.

16 Témoignage d’un de ses membres : M. Fontaine (entretien personnel avec l’intéressé, Agen, septembre 2000 et février 2002), confirmé par Victor Michaut (entretien avec M. Delarue, en 1964 ou 1965, notes confiées par ce dernier).

17 AN Fontainebleau, dossier du directeur d’Eysses A. Lasalle, 19840465, art. 259.

18 Le Patriote enchaîné, 20 décembre 1943, article : « Toute notre vie chez les travailleurs ».

19 Idem, article « Bienvenue aux arrivants ».

20 L’Unité, n°4, novembre 1943, article « Vers le but ».

21 Marcel Rivière, journaliste et ancien détenu d’Eysses, série d’articles parus dans le Progrès, du 19 février au 11 mars 1946.

22 Jean-Claude Vimont, La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique XVIIIe-XXe siècles, Paris, Anthropos, 1993, p. 437.

23 C’est-à-dire connue de la direction.

24 Garde mobile de réserve.

25 Archives de l’amicale d’Eysses.

26 Les Forces françaises de l'intérieur (FFI) est le nom donné en 1944 à l'ensemble des groupements militaires clandestins qui s'étaient constitués dans la France occupée (Armée secrète, Organisation de résistance de l'armée, Francs-tireurs et partisans, etc.). Les FFI, placées en mars 1944 sous le commandement du général Kœnig, jouèrent un rôle non négligeable dans la préparation du débarquement de juin 1944 et dans la libération du territoire français.

27 Ce socialiste entre dès 1941 dans la Résistance, comme chef d’état-major du réseau Bertaux à Toulouse. Il est condamné le 24 juillet 1942 par le tribunal de la 17e région de Toulouse à 20 ans de travaux forcés pour atteinte à la sûreté extérieure de l’État.

28 Archives de l’amicale d’Eysses, message clandestin de Mistral à Denis, le 19 mai 1944. Ces renseignements transmis clandestinement par le Comité directeur des emprisonnés à la Résistance extérieure sont fiables dans la mesure où il s’agit d’élaborer un plan réaliste (ils ne manquent pas, par ailleurs, d’insister sur les faiblesses de leur organisation).

29 Plusieurs chapitres d’instruction militaire, schémas d’armes automatiques figurent dans les divers carnets et livres des détenus. Archives de l’amicale d’Eysses, ensemble d’objets ayant appartenu aux détenus renvoyés par le greffe de la prison à l’amicale en 1945 et non réclamés par les familles.

30 Archives de l’amicale d’Eysses, message clandestin de Mistral à Denis, 30 avril 1944.

31 AN, 72AJ282, A.5.I, rapport de M. Poulet.

32 Archives MRN, fonds J. Nordman.

33 Idem.

34 AN Fontainebleau, dossier de Lydie B., 19840465 art 360. Lettre de Lydie B adressée au Ministre le 24 mars 1943.

35 AN, F1a/ 4606, Ministère de l’Intérieur, rapports IGSA 1945-1951, Ille-et-Vilaine, rapport du 9 septembre 1945.

36 Archives de la préfecture de police, cote BA 2069, rapports des RG sur le PC, juin-décembre 1943, rapport du 8 décembre 1943.

37 Dans La Patriote enchaînée de la Roquette du 1er juillet 1943. C’est le cas notamment dans les prisons de femmes suivantes : la Roquette, Rennes, les Baumettes, Montpellier.

38 La Patriote enchaînée de la Roquette du 1er octobre 1943. Plusieurs objets sont conservés au MRN de Champigny-sur-Marne.

39 D’après les témoignages de Lise London, de Lucienne Rolland et d’Adèle Mijoin.

40 Témoignage de Nicole Du Barry.

41 Lettre écrite de Châlons-sur-Marne par Marie-Thérèse Lefebvre à sa famille, le 1er mars 1944.

42 AN, dossier Baillet, rapport du préfet de la Marne le 20 mars 1944 au directeur de l'AP.

43 Daniel Virieux, op. cit., p. 463.

44 Claude Serreules, rapport du 7 novembre 1943, archives FN, fonds MRN.

45 Témoignages des détenues, confirmés par le rapport du directeur in AN, F1a/ 4606, Ministère de l’Intérieur, rapports IGSA 1945-1951, Ille-et-Vilaine, rapport du 10 octobre 1946.

46 AN, F1a/ 4606, rapport d’IGSA pour la commission d’épuration des services extérieurs de l’AP, en date du 20 septembre 1945.

47 Jeremy Bentham, dans le Panopticon (l'ouvrage, de 56 pages, est traduit de l'anglais et imprimé par ordre de l'Assemblée législative en 1791), entend résoudre les problèmes complexes posés par la surveillance d’un grand nombre « par une simple idée d’architecture », un bâtiment circulaire sans ouverture donnant sur l’extérieur mais ouvert vers le centre, occupé par la tour de l’inspecteur qui voit sans être vu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Jaladieu, « Résistances en prison », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2665

Haut de page

Auteur

Corinne Jaladieu

Corinne Jaladieu est agrégée et docteure en histoire, professeur en hypokhâgne et khâgne au lycée Daudet de Nîmes et au lycée Joffre de Montpellier. Ses travaux de recherche portent sur la prison politique sous Vichy. Elle est l’auteure de La prison politique sous Vichy. L’exemple des centrales d’Eysses et de Rennes, Paris, L’Harmattan, 2007.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page