Navigation – Plan du site

Les meurtres commis par des enfants en France au XIXe siècle : une étude sociale

Thomas Fadlallah

Résumés

Le 12 février 1992, deux garçons de dix ans enlevaient, torturaient puis assassinaient James Patrick Bulger, âgé de deux ans, à Bootle, près de Liverpool. Ces deux garçons, Robert Thompson et Jon Venables, rappelaient à l'opinion publique mondiale que les enfants tuent. Entre 1825 et 1914, vingt-six cas de meurtres et tentatives de meurtre commis par des individus de quatorze ans et moins sont recensés dans les tables de la Gazette des Tribunaux. En étudiant ceux des dossiers de procédure qui ont été conservés, il est possible de réinscrire ces crimes dans leurs dimensions sociale et historique. Comprendre le crime par le milieu qui l'a généré revient à refuser l'approche judiciaire de rattachement du crime à son auteur, afin de révéler comment une époque, ou un milieu, peut être criminogène au point de mener au meurtre des catégories, ici les enfants, qu'on ne soupçonnerait pas a priori.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin, Le Village des « cannibales » [1986], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2008, 204 (...)
  • 2 Michelle Perrot, Les Ombres de l’Histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 20 (...)
  • 3 Dominique Kalifa, L'Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)
  • 4 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, La violence apprivoisée au XIXe siècle, Turnhout, Br (...)
  • 5 Philippe Artières, Drôle d'oiseau : autobiographie d'un voyou à la Belle Époque, Paris, Imago, 1998 (...)
  • 6 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Crimes et délits. Une histoire de la violence de la Belle Époque à nos (...)
  • 7 Voir notamment : Jean-Jacques Yvorel, « Comment le droit pénal construit les catégories d’âge », Jo (...)

1Le 12 février 1992, deux garçons de dix ans enlevaient, torturaient puis assassinaient James Patrick Bulger, âgé de deux ans, à Bootle, près de Liverpool. Ces deux garçons, Robert Thompson et Jon Venables, rappelaient à l'opinion publique mondiale que les enfants tuent. Si plusieurs auteurs, à la suite d'Alain Corbin1 et de Michelle Perrot2, se sont penchés sur le crime au XIXe siècle, notamment Dominique Kalifa3, Frédéric Chauvaud4, Philippe Artières5 et Anne-Claude Ambroise-Rendu6, le crime commis par un enfant n'a pas encore fait l'objet d'une étude spécifique, même si la délinquance juvénile et le système judiciaire dans son rapport à l'enfance sont au cœur des travaux de Jean-Jacques Yvorel7. Par ailleurs, la plupart des travaux cités mettent l'accent sur les représentations liées au crime plutôt que sur l'acte criminel lui-même. Les représentations liées au crime ne constituent pas, cependant, le thème de cet article. En effet, si le crime commis par un enfant est toujours présenté comme absolument singulier, l’œuvre d'un individu que sa pathologie ou sa cruauté mettraient hors du temps, cet article vise à montrer qu'il s'agit – à l'instar de n'importe quel fait social – d'un objet dont on ne peut faire sens en dehors de son contexte.

  • 8 Michel Foucault, Les Anormaux, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », 1999, p. 31-34 e (...)
  • 9 Pour illustrer ce processus, nous avons joint, en annexe 2, un interrogatoire dans lequel un juge d (...)

2Les tables de la Gazette des Tribunaux recensent, en incluant les tentatives, vingt-six affaires d'homicides volontaires perpétrés par des individus de quatorze ans et moins entre 1825 et 1914. Sur ces vingt-six affaires, neuf dossiers de procédure furent conservés par les archives départementales, dont deux sont lacunaires. L'étude de ces dossiers permet de comprendre comment l'institution judiciaire construit le coupable en même temps qu'elle reconstruit les faits8. Le chercheur peut suivre l'évolution des discours et des pratiques par lesquels on donne à punir un individu qui, souvent, n'a pas encore entamé sa puberté. Mais, plutôt que d'étudier pour elle-même la construction institutionnelle, il est possible d'aller au-delà de l'écran qu'elle constitue, pour faire émerger la matrice sociale du crime. En effet, grâce à la multitude d'informations consignées dans le dossier, l'expérience quotidienne du coupable et de sa victime peut être saisie, et avec elle les rapports de pouvoir, frustration, vexation, humiliation, etc., qui cadencent la marche vers le crime. Cela revient à adopter la démarche inverse de celle du magistrat instructeur. Celui-ci a dû, pour permettre la condamnation, rattacher le crime à l'inculpé, par le biais de l'intérêt, de la passion ou de la pathologie, et en fin de compte toujours par l'intermédiaire du caractère9. En renversant le prisme, on peut partir du postulat que le crime est plus le produit d'un milieu que l'expression d'une volonté sans entrave. Cette approche pose de nombreuses questions épistémologiques – la définition de la causalité à l’œuvre –, méthodologiques – l'identification et la hiérarchisation des facteurs du crime – et enfin morales, sur lesquelles il n'est pas possible de s'étendre ici.

  • 10 Au sens du déterminisme.

3La limite des quatorze ans est en partie arbitraire. Notre objectif est de repérer des individus dont les crimes ont particulièrement posé problème, parce qu'ils étaient considérés comme plus déterminés10 que les adultes. Face au comportement transgressif d'un individu dont le libre-arbitre est implicitement remis en question, les acteurs qui observent et qualifient ont deux options. Soit ils incriminent les facteurs extérieurs qui ont favorisé le geste criminel, soit ils intensifient les mécanismes traditionnels de neutralisation du crime (condamnation du caractère et pathologisation du comportement). Nous postulons que cette catégorie, que nous appelons enfance, et dont un des traits est la moindre propension supposée de ses membres à commettre un crime, existait déjà dans l'imaginaire du XIXe siècle.

  • 11 Agnès Thiercé, Histoire de l'adolescence, 1850-1914, Paris, Belin, 2000, 334 p.
  • 12 L'enfance semble alors, dans le discours, intégrer ceux que l'anglais désigne sous le terme de teen (...)
  • 13 Article 66 du Code pénal de 1810.
  • 14 Voir Philippe Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, Plon, 1960, 506 p. e (...)

4Cependant, comment discriminer ses membres ? Il est évident que la distinction sémantique ne suffit pas. En effet, avec l'émergence tardive et progressive de l'adolescence11, qui vient borner l'enfance en aval, le terme d'« enfant » est employé tout au long du siècle, notamment par la Gazette des Tribunaux, pour qualifier des individus de dix-huit voire dix-neuf ans12. Il est alors tentant d'adopter la coupure juridique, or la minorité pénale, jusqu'en 1906, est fixée à seize ans. Cette césure semble d'autant plus propice qu'elle fait directement intervenir la notion de responsabilité, puisque si l'accusé a moins de seize ans, les jurés doivent se prononcer sur son « discernement »13. Cependant, parce que la perception de l'enfance – que ce soit par des professionnels (médecins, pédagogues, etc.) ou de simples parents –, et les comportements qui lui sont liés (soins, attentions, punitions, participation au travail, etc.), se construisent dans une dialectique avec l'intégration institutionnelle de l'individu concerné14, il est douteux qu'une limite d'âge s'avère satisfaisante, et demeure stable dans le temps. En effet, cela reviendrait à postuler qu'à une date précise voire tout au long du siècle, un individu de douze ans serait considéré de la même manière selon qu'il travaille et gagne sa vie ou va à l'école, vit encore chez ses parents ou chez un maître, etc.

  • 15 Entre autres, la propagation puis l'obligation de scolarisation, la réglementation du travail et le (...)
  • 16 Malheureusement, l'examen médical est en général mieux fourni pour les jeunes filles que pour les j (...)
  • 17 France, Lyon, Archives départementales du Rhône (Arch. dép. Rhône) 2 U 187 (affaire Nectoux) : la n (...)
  • 18 France, Vannes, Archives départementales du Morbihan (Arch. dép. Morbihan) U 5390 (affaire Merlay)  (...)

5Malheureusement, du fait de l'évolution des institutions qui intègrent les enfants au XIXe siècle15 et de la diversité des parcours individuels qui lui est en partie liée, il n'est pas possible d'identifier une rupture applicable aux différents cas étudiés, que ce soit en matière d'inscription institutionnelle (école, travail, résidence) ou de rite de passage (communion, diplôme, fête traditionnelle). Face à cette impasse, nous avons choisi de nous rapprocher le plus possible du pic de croissance accompagnant la puberté. En cela, nous adoptons le postulat que ce moment dans la vie de l'individu, où il comble rapidement la distance qui le sépare – en termes d'apparence – des membres plus âgés de la communauté, est déterminant dans l'idée que le groupe se fait de sa personne et de son comportement. Si la borne des quatorze ans n'est pas idéale pour assurer la proximité d'un phénomène physiologique qui transforme chacun à des âges différents, notons toutefois que les deux seuls criminels étudiés qui avaient quatorze ans lorsqu'ils commirent leurs crimes étaient des garçons, or ceux-ci traversent en général la puberté plus tard que les filles.
En fin de compte, aucun des meurtriers présentés n'était avancé dans la puberté, dans la mesure où le dossier de procédure permet de le déterminer16, à l'exception de Charles Nectoux17 et François-Marie Merlay18.

6Face à ces affaires dont nous supposons qu'elles choquèrent particulièrement les acteurs et les observateurs de l'époque, nous comptons prendre le contre-pied de ces derniers. Plutôt que de chercher dans l'individu la cause de son geste, nous la chercherons dans son environnement et la manière dont il était accoutumé à interagir avec celui-ci. En quoi la criminalité infantile peut-elle être utilisée comme un vecteur d'appréhension des structures sociales de l'époque et des relations de pouvoir qui les caractérisent ? Nous allons, dans un premier temps, présenter brièvement et dans l'ordre chronologique les neuf affaires étudiées, puis proposer des pistes de compréhension du phénomène criminel infantile au XIXe siècle. En premier lieu, nous étudierons l'impact des parcours de socialisation des enfants, et du rôle qu'y a joué la violence. Ensuite, nous envisagerons le crime comme un moyen de contestation qu'emploie l'enfant face aux systèmes de pouvoir qui l'enserrent. Enfin, nous discuterons l'évolution de la pertinence de ces catégories d'analyse au long du XIXe siècle.

  • 19 Sur la nécessité et la difficulté de préserver l'acteur en histoire, voir notamment : Bernard Lepet (...)

7L'exercice que nous nous proposons de réaliser comporte trois risques. Avant tout, il ne faudrait pas diluer les particularités propres à chacun des cas étudiés dans des explications globales. Chaque situation révélée par les dossiers de procédure est unique, et il serait regrettable de les lisser pour les faire entrer dans une taxinomie du passage à l'acte ; cela reviendrait, plus d'un siècle plus tard, à opérer une réduction similaire à celle effectuée par le milieu indigène et les magistrats en vue de neutraliser le crime19. À l'inverse, l'unicité de chaque affaire ne doit pas interdire de penser le phénomène criminel infantile comme un ensemble qui pourrait avoir des déterminants récurrents.

  • 20 Sur la causalité en histoire et la causalité probabiliste, voir notamment : Christian Delacroix, «  (...)

8Le second écueil à éviter consiste à adopter une approche trop stricte de la causalité du passage à l'acte20. Si les affaires sont toutes uniques, nous devons nous souvenir qu'une infinité d'individus évolue dans des conditions proches de celles des neuf criminels étudiés, et ne commet pas de crime. Plutôt que de vouloir épuiser la chaîne causale du crime par ces différences, il nous semble indispensable de garder à l'esprit que nous ne pourrons que souligner des facteurs favorisant le surgissement du crime. Ainsi, nous n'adoptons pas un réflexe arithmétique : nous ne cherchons pas à mettre dans une équation, en face du geste horrible, une quantité égale d'horreur pour l'expliquer. Plutôt, nous voulons montrer que certains facteurs favorisent le passage à l'acte de manière probabiliste, c'est-à-dire que sur mille ou un million d'individus confrontés aux mêmes conditions de vie, seule une poignée commettra un crime.

  • 21 Sur les relations ambiguës qu'entretiennent l'historiographie et l'anachronisme, voir notamment : J (...)

9La troisième difficulté concerne la projection anachronique de nos référents sur une époque qui les ignorait21. Si le risque est évident, l'entreprise demeure inévitable ; en effet, se refuser l'emploi de catégories exogènes obligerait l'historien à répéter inlassablement l'explication du crime donnée par les contemporains. Or, notre objectif est en partie de montrer qu'un ensemble de comportements, de modes de vie, etc., parfois jugés normaux par les contemporains, peuvent avoir le crime pour conséquence.

Neuf enfants meurtriers

    • 22 France, Clermont-Ferrand, Archives départementale du Puy-de-Dôme ((Arch. dép. Puy-de-Dôme) U 26405.

    1833, Jean Pény (Roche d'Agoux, Puy-de-Dôme)22 :

  • 23 Ibid., acte d'accusation en date du 28 septembre 1833.
  • 24 Ibid.

10Le 28 avril 1833, Jean Pény, âgé de neuf ans, avait réuni dans la maison de son père plusieurs enfants, dont ses cousins Marien et Gilberte Pény. Jean était l'enfant le plus âgé du groupe qui s'amusait, sans surveillance, à faire brûler des boules de terre dans le foyer (les enfants avaient allumé un feu avec des genêts). Gilberte Pény, âgée de cinq ans, voulut retirer une boule du feu. Jean lui dit que, pour la punir de cette initiative, il allait la faire brûler. Il la poussa dans le feu puis l'y maintint. Elle parvint à s'extraire et à courir dans la rue, ses vêtements en feu ; un voisin accourut et la plongea dans l'eau. Des soins lui furent prodigués mais elle succomba quelques heures plus tard. Des officiers de santé procédèrent à l'autopsie et conclurent que Gilberte Pény « avait dû succomber à la douleur produite par la destruction des téguments23 ». Les témoins dirent au cours de l'instruction que l'inculpé avait des moments d'absence. En conséquence, deux « médecins distingués de la ville de Riom » rédigèrent un rapport expliquant, premièrement, que Jean Pény n'était affecté « d'aucun genre de manie » ; deuxièmement, qu'il n'était « point dans l'influence d'aucune monomanie homicide ou autre » ; troisièmement, qu'il jouissait, « à un degré élevé pour son âge, de l'exercice libre de toutes ses facultés intellectuelles24 ».

11Il faut noter que, quelques jours avant le crime, Jean Pény avait déjà essayé d'attenter à la vie d'un enfant. Il jouait sans supervision avec les enfants Dubosclard : Bravi, âgé de cinq ans et sa sœur Catherine, âgée de trois ans. Il attacha Bravi à une claie et se saisit de sa sœur pour la précipiter dans un puits. Une voisine vit la scène et empêcha Pény de mettre son projet à exécution. Elle le laissa partir après des remontrances auxquelles il ne fit aucune réponse.

    • 25 France, Alençon, Archives départementales de l’Orne (Arch. dép. Orne) 4 U 202.

    1834, Honorine Pellois (Bas-Val, Orne)25 :

  • 26 Ibid., dépositions et interrogatoire en date du 5 août 1834.
  • 27 Ibid., rapport médical en date du 28 juin 1834.

12Honorine, âgée de dix ans, jeta deux enfants en bas âge dans un puits, les 16 et 19 juin 1834. Le juge de paix crut d'abord qu'il s'agissait d'accidents, mais la communauté du Bas-Val soupçonnait la jeune fille, connue pour sa cruauté envers les plus petits qu'elle, et la fit progressivement avouer. Selon sa dernière version des faits, qu'elle donna à des codétenues, Honorine aurait éliminé les deux fillettes car on les disait plus gentilles (ou « jolies », les dépositions divergent26) qu'elle dans le village. Les Pellois étaient déjà marginalisés à Saint-Cyr où ils habitaient auparavant et venaient d'emménager au Bas-Val. Deux médecins de Mortagne furent requis par le procureur du roi et conclurent « que l'examen des parties sexuelles d'Honorine Pelois, fait croire qu'elle a l'habitude de la masturbation [et] que la conformation de son crâne fait penser qu'elle doit avoir l'instinct de la cruauté et celui de l'astuce27 ».

    • 28 France, Le Mans, Archives départementales de la Sarthe (Arch. dép. Sarthe) 1 U 889/1.

    1875, Marie Ouvrard (Luché-Pringé, Sarthe)28 :

  • 29 Ibid., rapport médical en date du 12 décembre 1875.
  • 30 Ibid., acte d'accusation en date du 15 janvier 1876.

13Marie Ouvrard, douze ans, était au service des époux Lerat depuis le mois de juin 1874. Elle devait s'occuper de leurs deux filles : Marie, âgée de trois ans et demi et Joséphine-Henriette, âgée de vingt mois. Le 23 août 1875, trois quarts d'heure après son départ, la femme Lerat entendit sa domestique crier. Elle se précipita chez elle où elle trouva sa cadette, Joséphine-Henriette, morte dans son lit. Le 19 septembre suivant, la scène se répéta avec l'aînée, qui fut retrouvée morte dans l'écurie. Il fut procédé à l'autopsie du cadavre et l'on reconnut que Marie Lerat avait succombé à une asphyxie. Le médecin-en-chef de l'asile public des aliénés de la Sarthe, auquel Marie fut remise pour examen au cours de l'instruction, conclut que « la responsabilité morale de Marie Ouvrard, dans le double meurtre des enfants Lerat n'est peut-être pas tout-à-fait nulle, mais elle est au moins très faible » et préconisa en conséquence la séquestration, « comme mesure de sûreté publique »29.
Marie Ouvrard avoua rapidement et expliqua avoir assassiné les enfants « parce qu'elles l'ennuyaient, qu'elles toutouillaient dans la soupe et lui occasionnaient un travail auquel elle voulait se soustraire30 ».

    • 31 France, Troyes, Archives départementales de l’Aube (Arch. dép. Aube) 4 U 307.

    1888, Célina Doiselet (Bel-et-Der, Aube)31 :

14Célina Doiselet, treize ans, était entrée en mai 1888 au service des époux Caramenti dont elle devait garder les deux fils : Louis, âgé de deux ans et demi et Paul, âgé de six mois. Le 23 juin 1888, Paul mourut subitement. Le cadavre fut inhumé sans examen. Le 23 juillet 1888, Louis Caramenti décéda dans les mêmes conditions. Le cadavre fut examiné, et on constata les indices d'une asphyxie violente. Célina Doiselet avoua successivement les deux crimes et expliqua les avoir commis afin de quitter le service des époux Caramenti. Aucune mention n'est faite dans le dossier d'un examen psychiatrique de l'inculpée.

    • 32 Arch. dép. Morbihan U 5390.

    1889, François-Marie Merlay (Elven, Morbihan)32 :

15Merlay, âgé de treize ans, était pâtre à Elven chez les époux Ars. Le 13 juillet 1889, alors qu'il jouait sur la lande avec la nièce de son maître – Marie-Marguerite Le Clainché, âgée de cinq ans –, celle-ci tomba dans un trou (une ancienne carrière). Merlay en profita pour la violer puis la tuer. Il désigna ensuite comme l'auteur du crime un effrayant vagabond à la barbe rouge, qui l'aurait menacé lui-même, avant de passer aux aveux. Là encore, aucune mention n'est faite dans le dossier d'un examen psychiatrique de l'inculpé.

    • 33 France, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain (Arch. dép. Ain) 2 U 285.

    1891, Amédée Maroc (Orfonno, Ain)33 :

  • 34 Ibid., rapport médical en date du 8 juillet 1891.

16Maroc, douze ans, marchait, le lundi 11 mai 1891, le long de la rivière « la Sarsouille » avec son petit frère et un ami de ce dernier, le petit Belvêque, âgé de quatre ans. Il précipita Belvêque dans la Sarsouille puis lui jeta des pierres pour l'empêcher de remonter sur le bord. Enfin, il retira l'enfant de l'eau pour s'assurer qu'il était mort et, le voyant respirer encore, lui mordit le nez avant de le rejeter dans la rivière, dont le courant le submergea. Il avoua le crime et donna plusieurs explications : d'abord qu'il était curieux de voir comment sa victime se débattrait devant la mort, ensuite qu'il voulait éviter au petit Belvêque de devenir un voleur plus tard, enfin qu'il voulait tester la solidité de sa denture. Le docteur Serrat de Nantua, requis par le juge d'instruction pour examiner Maroc, conclut « qu'il reste au jeune Maroc une part de discernement et par conséquent, sa responsabilité, tout en étant considérablement limitée, ne saurait pas être annulée34 ».

    • 35 Arch. dép. Rhône 2 U 187.

    1894, Charles Nectoux (Lyon, Rhône)35 :

  • 36 Ibid., acte d'accusation en date du 15 novembre 1894.

17Le 20 octobre 1894, Charles Nectoux, quatorze ans, garçon-verrier, étrangla un de ses camarades d'usine, âgé de treize ans, pour lui voler sa paie. Pour attirer Marius Milliard, sa victime, à l'écart, Charles Nectoux lui avait « fait des propositions obscènes et promis quelques sous36 ». Le cadavre fut retrouvé le lendemain matin sur un terrain vague situé entre le domicile de Nectoux et la verrerie. Nectoux craignait de se faire battre par son père car il avait manqué des jours de travail pour s'amuser dans Lyon – en général en compagnie du camarade qu'il allait tuer et détrousser. Aucune mention n'est faite dans le dossier d'un examen psychiatrique de l'inculpé.

    • 37 France, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (Arch. dép. Ille-et-Vilaine) 2 U 1272.

    1897, François Amice (Plerguer, Ille-et-Vilaine)37 :

18Amice, quatorze ans, pupille de l'assistance publique, était domestique de ferme sur la propriété de la veuve Corvaisier. Il dormait dans le débarras, au rez-de-chaussée. Au-dessus, à l'étage, dormait Bréhaulet, un domestique septuagénaire qui n'avait plus toute sa tête et travaillait pour les Corvaisier depuis vingt-cinq ans. Amice l'humiliait régulièrement en coupant la lanière de son fouet ou en l'empêchant de fumer sa pipe. Le 12 août 1897, Bréhaulet, en allant se coucher, trouva des orties dans sa paillasse et insulta Amice, qui essaya, en vain, de le frapper avec une lanière de fouet. Le vieux domestique s'en saisit et monta se coucher. Une demi-heure plus tard, Amice grimpa à l'étage, s'arma du couteau de Bréhaulet et lui en asséna plusieurs coups dans son sommeil.

    • 38 Arch. dép. Morbihan U 5443.

    1898, Pierre Le Lin (Plougoumelen, Morbihan)38 :

  • 39 Ibid., rapport psychiatrique en date du 24 octobre 1898.

19Pierre Le Lin, âgé de douze ans, était domestique (pâtre) chez le sieur Blaise, veuf, qui exploitait une petite ferme à Cahire, commune de Plougoumelen. Dans la maison vivaient également Jean-Marie Blaise, fils du maître, âgé de cinq ans et Mathurine Cainjo, servante de vingt-deux ans. Le lundi 20 juin 1898, lorsque Jean-Marie vint prévenir Le Lin que le déjeuner était servi, le pâtre attira son jeune maître dans une lande à l'écart. Il le frappa d'abord à coups de sabot sur la tête puis, une fois son sabot brisé, avec une mauvaise lame sans manche au visage. Pierre Le Lin expliqua son geste en disant que l'enfant le tourmentait et se moquait de lui. Son maître et Mathurine Cainjo avancèrent, pour leur part, que Le Lin était jaloux des soins que Jean-Marie recevait de son père et de la servante, dont il aurait, selon l'intéressée, été secrètement amoureux. Le directeur-médecin de l'asile des aliénés de Lesvellec, requis par le juge d'instruction, conclut que « Le Lin n'est pas atteint d'aliénation mentale ; [et que] n'étant pas aliéné, il est responsable de ses actes »39.

  • 40 Question sur laquelle l'article 66 du Code pénal de 1810 les obligeait à se prononcer.
  • 41 Possibilité prévue par l'article 67 du Code pénal de 1810.
  • 42 La réforme instaurant les circonstances atténuantes date de 1832, il n'est donc pas surprenant de l (...)

20Les jurés considérèrent que Marie Ouvrard et Amédée Maroc n'avaient pas agi avec discernement40. Ils furent cependant envoyés en maison de correction jusqu'à l'accomplissement de leur vingtième année41. Les autres meurtriers furent tous reconnus coupables et envoyés en maison de correction. Des circonstances atténuantes furent admises pour Merlay (1889), Amice (1897) et Le Lin (1898)42.

Le crime comme trait comportemental transmis par la socialisation

  • 43 Voir notamment : Henri Joly, La France criminelle, Paris, Cerf et fils, 1889, X-431 p. ; Gabriel Ta (...)
  • 44 Les Lois de l’imitation [1890], Paris, Kimé, 1993, 260 p.
  • 45 Pour la distinction des deux courants, voir Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru..., op. c (...)
  • 46 Voir notamment : Alfred Fouillée, La psychologie des idées-forces, Paris, F. Alcan, 1893, 415 p. ; (...)
  • 47 Charles Marc, De la Folie considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires, Paris (...)
  • 48 Henri Legrand du Saulle, La folie devant les tribunaux, Paris, F. Savy, 1865, p. 535.

21Il est tentant de considérer le comportement de l'enfant meurtrier comme essentiellement mimétique. Notons que les sciences du XIXe siècle posent déjà la question de l'imitation comme déterminant du comportement. À la fin du siècle, des anthropologues et sociologues élaborent des théories englobantes qui placent l'imitation au cœur de l'action criminelle43, et qui vont culminer dans la mise en système par Gabriel Tarde des lois de l'imitation44. Un autre courant sociologique et anthropologique45, à la suite des travaux philosophiques d'Alfred Fouillée46, avance pour sa part la théorie selon laquelle les criminels seraient des abouliques auxquels s'imposent des idées-forces et, parmi elles, des idées criminelles. Ces traditions de la pensée scientifique reprennent plus ou moins la réflexion médico-légale sur le rôle de l'imitation dans le passage à l'acte. Nous avons par exemple trouvé chez Marc, premier médecin de Louis-Philippe, une réflexion sur « la monomanie transmise par imitation »47 ; et chez Legrand du Saulle, célèbre expert auprès des tribunaux au milieu du siècle, une sous-partie titrée « De l'imitation » dans un chapitre portant sur « les influences susceptibles de compromettre la liberté morale »48.

  • 49 On peut penser aux travaux behaviourist sur le positive et negative reinforcement conduits à la sui (...)
  • 50 Notamment sous le terme d'habitus que Pierre Bourdieu définit comme « [...] le produit du travail d (...)
  • 51 On peut penser à Alain Corbin, Le village des cannibales, op. cit., et en particulier aux pages 95- (...)
  • 52 Parmi les autres vecteurs envisageables figurent la suggestion, la symétrie (un individu fait le co (...)
  • 53 Pour un résumé des principales théories du crime développées depuis Lombroso, voir : Philippe Rober (...)

22Plus récemment, le postulat selon lequel le comportement d'un individu est largement conditionné par le comportement des gens qui l'entourent, et surtout qui l'entouraient pendant son enfance, a donné lieu à une infinité de travaux en psychologie49 comme en sociologie50 et a été largement employé par l'histoire51. Si l'imitation (ou mimétisme) n'est assurément pas le seul vecteur de transmission de comportements acquis entre individus, il est permis de penser qu'elle occupe une place de choix dans leur propagation52. Pour l'exprimer simplement, notre premier postulat assumé est que l'enfant meurtrier n'est pas l'inventeur absolu de son comportement. Notons que ce postulat se retrouve logiquement dans toutes les études sur le crime, de manière explicite ou non53. Notre second postulat est que le mimétisme joue un rôle particulièrement important dans le comportement infantile car le moindre développement de l'enfant le pousse à adopter les comportements qu'il constate ou subit en les transformant moins que ne le ferait un adulte.

23Cela amène à interroger la place de la violence dans la socialisation du jeune meurtrier. Deux principaux espaces de violence doivent être distingués : la cellule familiale et le groupe infantile. Selon les époques et les situations, la plus ou moins grande autonomie de l'enfant vis-à-vis de sa cellule familiale et du groupe adulte en général va accentuer l'importance de la première ou de la seconde sphère de violence. En général, les deux cohabitent dans une dynamique de violence d'abord exercée au sein du foyer puis transposée dans les relations juvéniles.

24L'étude des violences familiales est rendue possible principalement grâce aux témoignages recueillis auprès des voisins de l'inculpé. Deux enfants, Pellois (1833) et Nectoux (1894), ont été, de l'avis de leurs voisins, rudoyés au-delà des limites acceptables à leurs époques respectives. Voici les informations recueillies concernant l'enfance d'Honorine Pellois :

  • 54 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), renseignements fournis par le juge de paix de Nocé au ju (...)

Il paraît que cette fille a été élevée durement, que son père la battait et la détestait continuellement.
En ce qui concerne la conduite de ses père et mère, du temps qu'ils étaient à St-Cyr on les accusait, surtout le père comme je viens de le dire, de maltraiter leur enfant […] Il vivait en mauvaise intelligence avec sa femme qui cependant, et on ne sait pour quel motif, savait très bien cacher ou déguiser les défauts de son mari.54

  • 55 Ibid., déposition de François Ségouin en date du 16 juillet 1834.

Je sais que le père jouissait d'une mauvaise réputation, qu'il était rude à sa fille, que sa mère la souffrait dans ses mauvaises habitudes […] j'ai entendu dire que le père et la mère vivaient en mauvaise intelligence mais que la femme savait toujours cacher les défauts de son mari.55

  • 56 Ibid., déposition de François Charron en date du 16 juillet 1834.

Je sais que ses parents étaient très mauvais et voici comment : la mère la soutenait dans ses mauvaises manières et actions et le père la battait souvent, ce dernier est enfant naturel.56

  • 57 Ibid., déposition de Jacques Vallée en date du 16 juillet 1834.

Le père a été, il y a environ 3 ans, emprisonné 24 heures à Nogent le Rotrou pour avoir voulu, dit-on, attenter aux mœurs. Il n'aimait pas sa fille : il la battait souvent57...

  • 58 Ibid., déposition de Charles Gouhier en date du 16 juillet 1834.

Son père ne l'aimait pas, il la battait souvent58...

25Quant à Charles Nectoux, les violences qu'il subissait chez lui sont au centre de l'instruction puisque l'inculpé a avoué avoir tué et volé pour que son père ne le frappe pas :

  • 59 Arch. dép. Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), déposition du père Nectoux en date du 27 octobre 1894.

Je suis assez vif et lorsque je crois avoir à reprendre dans la conduite de mes enfants, je ne dissimule pas mon mécontentement et ma colère. Si je crois que mes enfants ne me disent pas la vérité, je leur donne quelques claques sans mesurer mon coup. Aussi mon fils Charles me craint-il beaucoup. Cependant je ne l'avais pas touché depuis longtemps.
Je suis bien obligé d'être sévère pour deux, ma femme n'étant pas capable de mettre ses enfants dans le bon chemin, et ne sachant pas se faire craindre59.

  • 60 Ibid., déposition de la mère Nectoux en date du 27 octobre 1894.

Mon mari est nerveux et a la colère prompte et passagère. Quand nos enfants manquaient l'école, il les corrigeait parfois assez rudement60.

  • 61 Ibid., renseignements fournis par le commissaire spécial à la sûreté au juge d'instruction en date (...)

Nectoux (Laurent) est assez laborieux, mais on lui reproche d'être d'un caractère sournois, brutal, orgueilleux et égoïste ; il brutalise sa femme et ses enfants et, tandis qu'il les laisse au logis, il emploie ses loisirs à faire la partie de boules ou de cartes, au cabaret, où il lui arrive, parfois, de passer la nuit ou de ne rentrer qu'à des heures avancées61.

  • 62 Sur cette question, voir notamment : Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances. (...)
  • 63 Pour des raisons souvent évoquées de culpabilité ou d'assimilation des gestes violents à des témoig (...)
  • 64 AD Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), interrogatoire de Charles Nectoux en date du 25 octobre 1894.

26Les témoignages dans l'affaire Nectoux mettent plusieurs éléments en lumière. D'abord, nous disposons de peu de dépositions de voisins parce que la famille Nectoux n'est pas insérée dans une communauté rurale traditionnelle, au contraire de la famille Pellois, qui était d'autant plus observée qu'elle était marginalisée. Ensuite, nous constatons que la difficulté est de voir au-delà d'un vocabulaire de la correction parentale qui la légitime en même temps qu'il permet de la dire, en atténuant ses gestes et en l'inscrivant dans une mission éducative62. Nous voyons que le père Nectoux ne « frappe » pas, mais « touche » son fils ; et qu'alors il n'est pas « violent » ou « brutal », mais « vif ». Il est fréquent que l'euphémisme se retrouve dans les propos de la victime des violences familiales63, à l'image de Charles Nectoux qui, à l'encontre de tous les renseignements pris par la police lyonnaise, prétend que son père ne l'a jamais battu « d'une façon violente »64.

27Dans l'affaire Merlay, nous faisons face à plusieurs difficultés. En premier lieu, Merlay ayant perdu sa mère à dix-huit mois, il fut envoyé vivre chez son oncle maternel parce que son père travaillait le soir. À cinq ans, il rentra chez son père qui se remaria six mois plus tard et, à huit ans, fut renvoyé chez son oncle, jusqu'à son entrée au service du couple Ars. Parce qu'il a changé de gardiens à plusieurs reprises, ceux-ci n'ont pas pu être aussi commodément observés et commentés par le voisinage. Par ailleurs, il vécut presque toujours dans des fermes relativement isolées. Ainsi, le hameau de La Forêt, où résidait sa belle-mère, ne comptait que deux ménages. Malgré cela, les gendarmes parviennent à trouver deux témoins :

  • 65 Ibid.

Je n'ai que peu connu ce jeune Merlet au domicile de sa belle-mère car je suis venue habiter au village quelques semaines après la mort de Merlet père. Je n'ai jamais vu sa belle-mère le maltraiter mais, j'ai entendu dire que son père, lorsqu'il vivait, le battait beaucoup, j'ai aussi entendu dire que sa belle-mère le grondait beaucoup et le battait quelquefois mais qu'il méritait bien les corrections qu'il recevait car il était bien entêté et peu obéissant65.

  • 66 Arch. dép. Morbihan U 5390 (affaire Merlay), procès-verbal constatant des renseignements dressé par (...)

La nommée Guillemette Boché, femme Ars âgée de 58 ans, ménagère demeurant à Kerchoux sur la commune d'Elven, nous a aussi fait connaître qu'il était parvenu à sa connaissance que le jeune Merlet, dès son enfance, était assez méchant, que son père et sa belle-mère le battaient souvent, sans cependant employer envers lui de très mauvais traitements66.

  • 67 Ibid., interrogatoire de François Merlay en date du 14 juillet 1889.

28Dans le premier témoignage, il est dit que le père Merlay battait « beaucoup » son fils. On peut lire dans l'adverbe une disproportion entre les actions de l'enfant et les corrections qu'il recevait ; ce que semble confirmer la construction de la phrase. Lorsque le comportement de la belle-mère est évoqué, le témoin explique que Merlay « méritait » ses corrections, sans préciser leur nature. Le second témoignage, indirect celui-ci, exclut seulement les « très mauvais traitements ». Il nous est difficile de retrouver, sous les mots de l'économie de la transgression-correction au sein de la famille, le geste correcteur ; d'autant plus que nous ne savons pas s'il s'agit du jugement du déposant ou du gendarme qui se serait fait détailler les sévices en question. Cependant, nous ne pensons pas faire des conjectures infondées en déduisant de ces déclarations que le jeune François Merlay a probablement été fréquemment et rudement frappé, au moins par son père et peut-être par sa belle-mère, comme il le dit lui-même : « [Mon père] s'était remarié et aussitôt après sa mort, ma belle-mère se mit à me battre67 ».

29Dans les autres affaires, à l'exception des cas Pény (1833) et Le Lin (1898) pour lesquels nous manquons d'informations, il est moins aisé de déterminer à quel type de violence les enfants furent confrontés. Cela peut s'expliquer de différentes manières. D'une part, nous pouvons considérer que, si personne ne mentionne en détail la rudesse des parents, c'est qu'elle était moindre ou, plutôt, que la distance qui la séparait de ce qui constitue une correction acceptable, dans le milieu où les violences furent commises, était moindre. D'autres facteurs influent évidemment sur la consignation de ces violences : l'intérêt que leur porte le magistrat, l'habitat familial et la densité de population dans laquelle il était enserré, etc. S'il est malaisé de conclure, plusieurs indices, réunis en faisceau, peuvent amener à penser que ces enfants ne furent pas tout à fait épargnés non plus.

  • 68 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déclaration de Cécile Grandjean dans le procès-verbal c (...)
  • 69 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déclaration de la femme Pichon dans le procès- (...)

30Sur les quatre enfants restant, deux ont même certainement été battus. Il s'agit d'abord de Célina Doiselet (1888). Celle-ci a perdu son père un an avant de commettre son crime. Une voisine de sa mère explique que cette dernière, du vivant de son époux, « était constamment occupée à raccommoder ses enfants et son mari68 ». François Amice (1891) a également été battu et semble en avoir conservé une profonde rancœur. Il a en effet dit « à plusieurs reprises » à sa gardienne, la femme Pichon, « que plus tard il tuerait son père qui l'avait battu étant jeune69 ». Un voisin du père Amice confirme que l'enfant était souvent corrigé, mais impute cela à son mauvais caractère :

  • 70 Ibid., procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 28 août 189 (...)

D'après les renseignements que nous avons recueillis près du nommé Bohuon Yves, cultivateur et conseiller municipal de la commune de Mordelles, voisin du père Amice, il résulte que ce dernier est un bon travailleur, qu'il a fait tout son possible pour ramener son fils François à de meilleurs sentiments, mais qu'il n'a pu y parvenir ; et s'il lui a donné quelques corrections, c'est qu'il les méritait et toutes les fugues qu'il faisait n'étaient point dues aux mauvais traitements de ses parents, et que le jeune Amice n'est digne d'aucune pitié car c'est un méchant garnement70.

  • 71 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), procès-verbal dressé par la gendarmerie en date du 4 (...)
  • 72 Arch. dép. Ain 2 U 285 (affaire Maroc), déposition du père Maroc en date du 22 mai 1891.
  • 73 Ibid.

31Pour Marie Ouvrard et Amédée Maroc, il est plus difficile de conclure. Le père de Marie Ouvrard (1875) est considéré dans le pays comme un « ivrogne de profession s'inquiétant fort peu d'élever sa nombreuse famille71 ». De son premier mariage, le père Ouvrard a eu quatre enfants, dont Marie. Lorsque celle-ci avait trois ans, sa mère est morte, et son père s'est vite remarié. Il a également quatre enfants de son second mariage à l'époque du crime de sa fille. Si la consommation d'alcool, le désintérêt parental et la large progéniture n'impliquent pas forcément des violences paternelles, ils ne les rendent pas improbables non plus. Le père d'Amédée Maroc (1891), relatant un vol commis par ce dernier, dit qu'il a « vertement corrigé son fils72 ». Nous savons par ailleurs qu'il soupçonne sa femme de le tromper avec un Italien pour qui elle fait des travaux de couture, au point d'être souvent rentré chez lui vers minuit, « dans le but de les surprendre73 ». On peut supposer que les tensions qui agitent le couple Maroc s'accompagnent fréquemment d'échanges de coups.

  • 74 Nous nous bornons à considérer la violence comme un ensemble de gestes et de mots que la personne q (...)
  • 75 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), déposition de Sébastien Pelleray en date du 17 juillet 1 (...)
  • 76 Ibid., déposition de René Morin en date du 16 juillet 1834.
  • 77 Ibid., déposition de la femme Mesnager en date du 9 juillet 1834.

32Au sein du groupe infantile, les meurtriers étudiés avaient plus ou moins recours à la violence74. Dans certaines affaires, leur comportement était perçu comme inacceptable par les adultes, lorsqu'ils en prenaient connaissance. Le cas le plus édifiant de ce point de vue est celui d'Honorine Pellois. Lorsqu'elle habitait à Saint-Cyr, celle-ci a fait égorger un mouton et des volailles par le chien d'un voisin qui la suivait partout et qu'elle avait apparemment dressé en lui donnant du pain. Elle a également été vue tuant de jeunes dindes à coups de pierre. Elle a par ailleurs fait « piller » le chien qui la suivait sur un homme qui possédait une pièce de terre derrière sa maison, et qui dut se défendre à coups de pelle75. Nous savons en outre qu'elle a poussé un enfant « de dessus un mur de cinq pieds [et que] cet enfant en a été malade trois ans76 ». Quant aux autres enfants de Saint-Cyr, elle les battait, leur jetait de la poussière dans les yeux, leur frottait les bras avec des orties et déchirait leurs vêtements. Sa victime favorite à Saint-Cyr semble avoir été le petit Gouhier, fils de ses voisins d'alors. Après avoir emménagé au Bas-Val, Honorine s'en prend particulièrement aux petits Mesnager auxquels elle « manie » le derrière et le devant quand elle n'essaie pas d'arracher leurs cheveux77. Enfin, elle tente de forcer la petite Désirée Gauchard à boire de l'eau à une fontaine dans laquelle elle a préalablement jeté des excréments, mais échoue parce qu'une femme du voisinage l'interrompt.

  • 78 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déclaration de la mère Noël dans le procès-ver (...)

33François Amice peut également être considéré comme auteur de violences chroniques selon ses maîtres. La mère Noël, chez qui il travaillait avant d'être placé chez les Corvaisier, ne l'a pas gardé car « il aimait à battre les enfants plus faibles que lui » et qu'elle avait reçu des plaintes des voisins78. Par ailleurs, avant d'assassiner Bréhaulet, il le tracassait autant que possible. Cela impliquait des vexations symboliques comme couper la lanière des fouets du vieux berger ou l'empêcher de fumer, mais également des coups. En effet, Bréhaulet s'était plaint à sa patronne d'un coup qu'Amice lui aurait asséné à l'aide d'une pierre, ce que le jeune meurtrier confirme dans son second interrogatoire.

  • 79 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Mathurine Blaise, âgée de 7 ans, en date (...)

34Enfin, Pierre Le Lin battait fréquemment les enfants de son maître, âgés de cinq et sept ans, « avec ses mains, avec ses pieds, et aussi avec un bâton79 ». Le père Blaise, son patron, ne l'apprend, de la bouche de sa fille de sept ans, qu'après le crime du jeune pâtre.

  • 80 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), déposition de Désirée Gauchard en date du 25 juin 1834.

35Parallèlement à ces comportements jugés excessifs par l'entourage, une violence traditionnelle était tolérée dans les groupes enfantins. À un jeune âge, elle se limite en général à des tapes, des cheveux tirés, de la poussière jetée aux yeux et une série d'actes symboliques considérés comme proches du jeu (vêtements déchirés, déshabillage forcé, etc.). La frontière du jeu à la violence (qui n'est pas consensuelle) est difficile à établir. Les enfants et les adultes disposent d'un arsenal d'attitudes et d'indices qui permettent cependant d'isoler la violence. Ainsi, alors qu'Honorine Pellois essayait de la jeter dans une fontaine, Désirée Gauchard explique qu'elle fit « semblant de rire pour voir si elle badinait, mais elle ne riait pas du tout80 ». Toujours au sujet de cet incident, le juge d'instruction exprime des doutes face au témoin qui le rapporte :

  • 81 Ibid., déposition d'Aglaée Jouan en date du 25 juin 1834.

D- Madame ! N'était-ce point une petite plaisanterie, un enfantillage, que la grande voulait faire à la petite ?
R- Je ne crois pas car la petite faisait des cris abominables et même elle me dit : je suis bien heureuse que vous soyez venue car elle voulait me mettre dans l'eau81.

  • 82 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déposition de Lambert en date du 25 juillet 1888.

36Il faut distinguer la violence du jeune sur l'enfant, des jeunes filles entre elles, des jeunes garçons entre eux, entre un jeune et un adulte et les violences mixtes. Chaque type de violence est accompagné d'un ensemble de représentations de ce qui est acceptable et de ce qui est intolérable. Quelle limite les adultes posent-ils à la violence que l'on peut faire à un enfant ? Le cas de Célina Doiselet est éclairant à ce sujet. Lorsqu'un voisin lui demandait pourquoi il ne voulait pas aller avec la domestique, le petit Louis Caramenti répondait : « elle me bat82 ». Or les voisins ne s'affolèrent pas à ces déclarations, qui ne furent rapportées aux parents Caramenti qu'après la mort de leur fils. Nous voyons que Célina Doiselet a bénéficié d'une présomption d'innocence qui révèle deux aspects de la violence exercée à l'encontre des enfants. D'abord, le peu de crédit associé à la parole de l'enfant qui se dit violenté. Ensuite, le postulat selon lequel un individu qui a la garde d'un enfant ne peut pas faire autrement que de le malmener, mais modérément, dans une optique éducative.
La tape, employée en général par l'adulte sur l'enfant, joue également une autre fonction, dans les rapports entre jeunes du même âge, comme le montre l'extrait suivant :

  • 83 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition de Marie Ouvrard, domestique des Eveillea (...)

Comme elle m'ennuyait toujours en tenant la même conversation, je lui ai dit : « laisse-moi donc tranquille, tu m'hébètes ; laisse-moi dormir, ou je te f... une tappe. »
Elle a essayé quelques temps encore de me parler des mêmes affaires (c'est-à-dire de la manière d'étouffer les personnes). Mais comme je refusais de l'écouter, et que je lui imposais silence, elle n'a plus rien dit83.

37Si les jeunes filles entre elles reprennent le vocabulaire et les gestes employés avec les enfants, les jeunes garçons s'affrontent souvent avec plus de violence. Cette violence entre garçons, et la tolérance du milieu à celle-ci, est parfaitement illustrée par le récit que le jeune pâtre Le Guen fait d'une dispute qui l'a opposé à Pierre Le Lin :

  • 84 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Pierre Le Guen en date du 27 juillet 189 (...)

Un dimanche pendant que nous gardions les vaches, nous nous sommes mis à lutter avec Le Lin pour jouer.
C'était environ trois semaines avant qu'il ne tuât le petit Blaise.
J'ai été le plus fort.
Un moment après il est venu vers moi et m'a fait tomber, il m'a donné un coup de pied à la tête et m'a fait une blessure d'où le sang a coulé, mais elle n'était pas grave.
Il m'a fait aussi saigner le nez d'un coup de poing ; c'est la seule fois qu'il m'ait frappé.
Nous étions cependant très camarades.
Le même soir, comme nous rentrions à la maison tous les deux seuls, il me dit qu'à la première occasion il me tuerait84.

38Elle est également perceptible dans le récit de Thévenin, un garçon-verrier qui fréquentait Charles Nectoux :

  • 85 Arch. dép. Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), déposition de Pierre Thévenin en date du 30 octobre 189 (...)

Nectoux m'avait toujours paru être un lâche. Lorsqu'il était devant les autres, un gamin de 6 ans l'aurait battu, qu'il se serait laissé faire sans rendre ; mais quand il se trouvait ensuite seul avec le gamin, il se rattrapait. Toutefois je ne l'aurais jamais supposé capable d'un acte de férocité comme celui qu'il a commis85.

39Il est important de noter que dans l'esprit de tous les témoins de cette violence tolérée, outil de socialisation et de hiérarchisation au sein de la communauté infantile, les coups portés sont fondamentalement différents de ceux qui relèvent de la violence criminelle, et sont en général considérés comme un prolongement du jeu. Ainsi, la perception du continuum de la violence – depuis la tape ou l'insulte jusqu'au meurtre – est rompue, et ce n'est qu'une fois le crime consommé que les témoins reconstruisent la violence chronique du jeune meurtrier, qu'ils avaient pourtant tolérée, parfois pendant plusieurs années.

  • 86 Le jeu n'est pas anodin : les deux enfants jouaient « à chat », Merlay coursant la petite Le Clainc (...)

40Or, le crime naît souvent d'une escalade de cette violence tolérée et traditionnelle. Ainsi, Marie Ouvrard explique que la petite Marie Lerat lui jetait des choux avant qu'elle ne l'assassine. Merlay et la petite Le Clainche jouaient ensemble avant de tomber dans la carrière où il la viola86. Amice et Bréhaulet en étaient venus aux mains avant d'aller se coucher, le soir où Amice tua le vieux berger, après que Bréhaulet eut proféré des insultes à son encontre. Quant à Le Lin, il en voulait au petit Blaise de lui avoir lancé une pierre quelques jours avant de le tuer, mais également de l'appeler « Le Moing », pour rire. Nous constatons que, dans plusieurs cas, le crime constitue une réponse disproportionnée – selon la norme du jeu enfantin – à une situation tendue.

41Comment expliquer que, chez nos jeunes meurtriers, une passerelle existe entre les codes de la violence traditionnelle de socialisation d'une part, et la violence extrême de l'autre, alors qu'elle n'existe apparemment pas dans l'esprit de leurs camarades ? Il est permis de penser que ces enfants ne sont pas capables de s'intégrer dans des relations sociales qui comprennent une part contrôlée de violence, parce qu'ils n'ont pas vécu la violence, dans leurs familles, comme un outil de la vie en commun qui se contrôle, se dose, et se rend en vue d'atteindre un certain équilibre des torts et des préjudices.

  • 87 Bréhaulet, à 75 ou 77 ans (les témoignages divergent), « était un peu tombé en enfance ce qui le re (...)
  • 88 Arch. dép. Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), déposition de la mère Milliard en date du 26 octobre 18 (...)

42Le caractère formateur de la violence familiale semble confirmé par le choix des victimes. Dans sept cas, il s'agit d'enfants beaucoup plus jeunes que leurs meurtriers. Dans les deux autres affaires, il s'agit d'un vieux domestique qui n'a plus toute sa tête87 et d'un camarade d'usine simple d'esprit et « doux comme une fille », de l'aveu même de sa mère88. Ainsi, l'asymétrie des violences parent-enfant se retrouve dans la distance qui sépare les meurtriers de leurs victimes. Il est permis de supposer que les victimes des jeunes meurtriers sont plus faibles qu'eux simplement parce que, étant violents avec tout le monde, ils ne peuvent réellement faire mal qu'à des êtres vulnérables. Pourtant, la sélection dans le type des victimes semble confirmée par de nombreux témoignages, dont les suivants, qui soulignent que les jeunes étudiés avaient pour coutume de toujours attaquer plus faible ou plus petit qu'eux :

  • 89 AD Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déclaration de la mère Noël dans le procès-verbal cons (...)

J'ai eu en qualité de pâtre du 20 août 1894 au commencement de mai 1895 le nommé Amice François, enfant assisté du département d'Ille-et-Vilaine. Nous ne l'avons pas gardé plus longtemps vu qu'il était assez sournois et qu'il aimait à battre les enfants plus faibles que lui, à différentes reprises j'ai eu des plaintes des voisins89.

  • 90 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), procès-verbal constatant des renseignements dressé par (...)

Rosic Joseph, âgé de 12 ans, au même lieu chez ses parents, questionné en leur présence, dit : « Au temps où Le Lin était notre voisin, j'étais assez souvent avec lui à m'amuser et on s'est contrarié quelquefois, mais il ne m'a jamais fait de mal ; il aimait bien à se battre avec moindre que lui, mais pas avec plus fort ; je l'ai vu parfois, n'étant pas le maître, que la colère le faisait pleurer, ensuite il boudait90... ».

Le crime comme expression d'un sentiment d'injustice

43Une autre caractéristique est constante chez les victimes : il s'agit d'individus aimés. Il est évidemment difficile de saisir par les archives les sentiments qui liaient les personnes touchées par le drame. Cependant, par la réaction des proches au deuil et grâce à leurs témoignages, il est possible de reconstruire au moins en partie les rapports qu'ils entretenaient avec la victime.

  • 91 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), lettre en date du 16 juin 1834.
  • 92 Ibid.

44Dans un premier temps vient la réaction au crime ou à la disparition, au cas où le cadavre aurait été dissimulé. Dans le cas du décès d'un enfant, le comportement de ses parents intéresse le juge d'instruction qui invite les témoins à le détailler puisque, au début de l'enquête, les parents peuvent être considérés comme des suspects. Bien entendu, les réactions aux drames doivent être replacées dans une histoire du rapport à l'enfance et à la mort, mais également dans une histoire des modalités d'expression des sentiments. Il faut, par ailleurs, prendre soin de distinguer le discours hypothétique des témoins du lyrisme dont le juge d'instruction et son greffier peuvent le mâtiner. Par recoupement des informations, il demeure cependant envisageable de percevoir l'abattement de parents attentionnés. Ainsi, dans le cas d'Honorine Pellois, deux enfants sont morts : la petite Alexandre et la petite Hersant. Le juge de paix qui connaît les Alexandre précise que ces derniers avaient « le plus grand soin91 » de leur fille et que son premier procès-verbal ne contient pas de déclaration de la mère Alexandre parce que « cet accident [l']a jetée dans l'état le plus déplorable92 ». Dans leurs dépositions, voici comment les Alexandre dépeignent leur état (avec l'aide d'un commis-greffier probablement particulièrement porté au lyrisme) :

  • 93 Ibid., déposition du père Alexandre en date du 9 juillet 1834.

Il nous est difficile, monsieur, de vous peindre notre douleur, à ma femme et à moi. Notre enfant nous fut retiré après l'avoir embrassé pour la dernière fois, ensuite nous nous retirâmes chez nous pour pleurer93.

  • 94 Ibid., déposition de la mère Alexandre en date du 9 juillet 1834.

Notre douleur fut grande à mon mari et à moi, mais le malheur était tel qu'il fallait nous retirer dans notre domicile pour nous soustraire à un spectacle aussi affligeant ; nous nous livrions à notre désespoir94.

45Voici par ailleurs un témoignage de la mère Hersant qui raconte comment elle a appris la nouvelle de la mort de sa petite (trois jours après le décès de la petite Alexandre) :

  • 95 Ibid., déposition de la mère Hersant en date du 23 juin 1834.

...[l'aubergiste] me suivit et en me reconduisant il me parla du malheur arrivé à la petite Alexandre. Hélas mon Dieu ! M'écriai-je, s'il fallait qu'il m'en arrive autant ! J'ai cinq petits enfants, je serais bien embarrassée lequel donner. Eh bien, me dit-il, il t'en est arrivé autant. -Hélas mon Dieu m'écriai-je, laquelle donc ? -C'est ta petite Eugénie. Alors je laissai tomber tout ce que je portais et je m'écriai : mais ce n'est pas possible, jamais elle n'allait alentour du puits, qui donc a fait cela ? Il me répondit que l'on ne savait rien. Je rencontrais une de mes cousines qui venait au devant de moi et qui me confirma cette nouvelle. J'accourus chez moi, je demandai mon enfant et cherchai à le réchauffer mais..., il était mort et je restai deux jours à pleurer dans ma maison95.

46Ce témoignage présente un intérêt immense pour réfléchir à la place de l'enfant dans la famille puisque, en plus d'y exprimer sa douleur, la mère Hersant y verbalise le problème de l'individuation. Elle semble à cheval entre une approche quantitative – elle perdrait un enfant sur cinq – et l'approche moderne de l'enfance – elle perdrait celui-ci ou celui-là.

  • 96 Expression employée par Dominique Kalifa dans ses ouvrages cités plus haut (voir note 3).

47À mesure que la forme des procès-verbaux et des actes de procédure qu'ils doivent consigner se standardise, nous disposons de moins en moins d'informations relatives aux sentiments des proches de la victime. La douleur n'est plus consignée que pour disculper des suspects potentiels et est, par conséquent, souvent ignorée. D'autres sources viennent alors mettre en scène le deuil, en particulier la presse à sensation, qui « fait-diversifie »96 les souffrances des proches de la victime, comme dans l'affaire Nectoux :

  • 97 Le Petit Parisien en date du 23 octobre 1894.

Après qu'on lui eut annoncé la terrible nouvelle, la mère du malheureux enfant resta sur une chaise, effondrée, les yeux ruisselant de larmes, inerte et ne comprenant plus ce qu'on lui disait, laissant échapper à peine quelques paroles entrecoupées de sanglots. Quant au père, incapable de pleurer, la voix étranglée, une fureur et un désespoir immense l'avaient envahi. M. Milliard saisit un revolver chargé et le brandit en s'écriant :
« J'ai là de quoi venger mon enfant, et je le vengerai ! Si on ne le trouve pas, l'assassin, moi je le trouverai ! Et je me charge de ma vengeance ! Si on le trouve et lui fasse [sic] faire dix ou vingt ans de prison, oh bien ! Je l'attendrai, mais quoi qu'il arrive, il ne m'échappera pas ! »
Tous les mots ont été inutiles pour essayer de consoler ces braves gens97.

  • 98 Ce qui peut résulter d'une absence de traumatisme, d'une absence de verbalisation du traumatisme pa (...)
  • 99 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déclaration du père Caramenti dans le procès-verbal dre (...)

48Ces marques de désespoir ou d'abattement se retrouvent, bien que parfois en relief seulement, dans tous les cas pour lesquels nous disposons de dossiers complets, à l'exception de l'affaire Doiselet (1888)98. En effet, dans les documents relatifs à cette affaire, la seule trace de choc est la qualification par le père des victimes de la nouvelle de la mort de son second enfant comme « triste »99. Quant à la seule victime adulte, le vieux domestique Bréhaulet, il était au service des Corvaisier depuis vingt-cinq ans. La demoiselle Corvaisier – fille de la propriétaire de l'exploitation sur laquelle Amice et sa victime travaillaient – avait vingt-six ans au moment des faits, et avait donc connu le berger toute sa vie.

  • 100 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Vincent Blaise en date du 28 juin 1898.
  • 101 Ibid., déposition de Mathurine Cainjo en date du 5 juillet 1898.

49Mais les sentiments ressentis à l'égard des victimes ne sont pas uniquement accessibles par les formes que prend le deuil. En effet, dans leurs dépositions, les acteurs du drame évoquent souvent leur vie quotidienne (ne serait-ce que le jour du crime). Les marques d'affection envers l'enfant ne sont jamais aussi nombreuses que dans l'affaire Le Lin (1898). Il faut noter que le petit Blaise est orphelin de mère. Son père s'affole dès les recherches (son cadavre demeure introuvable pendant plus d'une journée). Pour expliquer le geste de Le Lin, le père Blaise évoque la jalousie de celui-ci pour les « caresses » qu'il prodiguait à son fils100. Toujours en parlant de la jalousie que Le Lin aurait éprouvée envers le petit Jean-Marie Blaise, la domestique qui s'occupe de l'enfant, Mathurine Cainjo, rapporte que Le Lin lui reprochait souvent d'avoir en Jean-Marie un « miroir » et de « lui donner tout ce [qu'elle avait]101 ». Le petit Blaise devait être particulièrement cajolé puisqu'une grande partie de sa famille – dont ses deux grands-pères, une tante, un oncle et des cousins qui participèrent aux recherches – vivait dans les environs de son domicile. L'intégration des enfants à leurs milieux, au-delà de la cellule familiale, est un facteur à prendre en compte si l'on souhaite savoir quelle était l'attitude des tiers à leur égard ; une attitude dont le meurtrier a été témoin. Or, dans les cas Pellois (1834), Ouvrard (1875), Doiselet (1888), Merlay (1889) et Le Lin (1898), le désarroi de personnes extérieures à la famille de la victime est palpable comme l'illustrent, par exemple, les citations suivantes :

  • 102 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), déposition de Jacques Moulin en date du 23 juin 1834.

J'ai entendu la Brouarde qui appelait du monde, j'y suis couru, mais j'y suis point resté parce qu'il y avait là plus de quarante personnes et qu'il fallait que j'aille soigner ma femme qui était toute saisie de la nouvelle que je venais de lui apprendre102.

  • 103 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition d'Eveilleau en date du 29 septembre 1875.

Ma femme et moi avons remarqué avec étonnement que Marie Ouvrard ne paraissait nullement affligée, en nous apportant cette nouvelle qui nous arrachait des larmes à nous qui n'étions que les voisins de la famille Lerat103.

  • 104 Nous n'employons ces mots que par facilité de langage et sans jugement de valeur, simplement pour i (...)

50En multipliant et en croisant les sources, il nous est donc possible, malgré l'effet disruptif du choc, de reconstruire l'attitude de son entourage envers la victime. Derrière l'effondrement face aux drame et les témoignages d'amour se dessinent des comportements à l'égard de l'enfance. Ils comprennent des gestes rassurants, du temps accordé pour consoler, des modalités de correction, un vocabulaire de la douceur, etc. En bref, tous les enfants visés semblaient bénéficier d'attention, de caresses, de soins, etc., qui ne furent jamais prodigués à leurs meurtriers. Ces marques d'affection peuvent provenir des parents de la victime mais également du groupe adulte dans son ensemble. Nous avons vu qu'Honorine Pellois explique avoir tué les deux petites parce qu'on les disait plus gentilles (ou jolies) qu'elle dans le village. Les jeunes meurtriers sont donc confrontés à une enfance valorisée, à l'inverse de la leur, qui ne fait pas sens pour eux. Par ailleurs, cette relation de soin, de compréhension et de patience vis-à-vis de l'enfant transforme son comportement, qui devient probablement plus capricieux et tyrannique104, puisque le seuil de tolérance des adultes face à ses écarts est plus élevé.

51La confrontation de l'enfance heureuse et de l'enfance malheureuse n'est nulle part mieux illustrée que dans les affaires Ouvrard (1875) et Doiselet (1888). En effet, les deux jeunes filles ne doivent pas seulement être témoins de l'affection portée à leurs victimes, elles doivent y prendre part, puisque leur travail de domestique consiste largement à assurer la garde des enfants de leurs maîtres respectifs. Elles rentrent toutes les deux dans le jeu et, jusqu'aux crimes, leurs maîtres sont persuadés qu'elles aiment profondément les enfants qui leur sont confiés. Dans leurs interrogatoires, elle avouent cependant qu'elles n'ont jamais apprécié ces enfants et qu'elles n'ont fait qu'adopter l'attitude, faite d'égards, de tendresses voire d'épanchements, qui était attendue d'elles. Dans les deux cas, la disproportion entre les offenses subies ou les objectifs recherchés d'une part, et le geste meurtrier de l'autre, est notable et gêne les juges d'instruction qui tentent de faire sens des crimes. Voici les raisons qu'avance Marie Ouvrard :

  • 105 Marie Ouvrard avait violé plusieurs fois l'aînée de ses victimes dont elle partageait le lit, ce qu (...)

D- Quel sentiment vous a poussé à faire mourir Henriette Lerat ?
R- Je n'aimais point ces enfants là, parce qu'ils étaient toujours après moi, et parce qu'ils me donnaient de l'ouvrage.
[...]
Je n'aimais pas non plus Marie Lerat parce qu'elle était toujours après moi, et qu'elle me donnait de l'ouvrage.
[…]
D- N'avez-vous point été poussée à la faire mourir, par la crainte qu'elle raconte à ses parents les vilaines choses que vous lui faisiez105 ?

  • 106 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), interrogatoire de Marie Ouvrard en date du 2 novembr (...)

R- Non, comme je l'ai dit, je les ai fait mourir parce que je ne les aimais pas.
D- Trouviez-vous mauvais que les deux petites Lerat mangent à table ? Ainsi que vous l'avez dit à la femme Eveilleau ?
R- Oui. Cela me déplaisait qu'elles mangent avec nous parce qu'elles toutouillaient dans la soupe106.

  • 107 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), interrogatoire de Célina Doiselet en date du 25 juillet (...)

D- C'est parce que vous étiez impatientée, que vous lui avez serré le nez avec un mouchoir, au point de l'étouffer ?
R- Oui, Monsieur ; je le reconnais...107

  • 108 Ibid., interrogatoire de Célina Doiselet en date du 19 octobre 1888.

D- A quel moment avez-vous résolu de vous débarrasser de cet enfant ?
R- J'y avais pensé le matin.
D- Pourquoi avez-vous agi ainsi ?
R- Parce qu'il me faisait lever la nuit108.

52Quant à Célina Doiselet, dans un premier temps, elle dit avoir tué sa première victime parce qu'elle la faisait lever la nuit, et la seconde pour qu'elle cesse de crier. Ce n'est que plusieurs mois après les crimes, dans un énième interrogatoire, qu'elle consent à donner une explication admissible au juge d'instruction, en disant que depuis le début elle songeait à quitter ses maîtres. Nous pensons que sa première version des faits n'est pas forcément mensongère. Elle aurait d'abord tué sa première victime parce qu'elle l'insupportait, puis aurait songé à se soustraire au service des Caramenti par le meurtre de leur second enfant.

53Pierre Le Lin, si son travail de pâtre ne l'oblige pas en théorie à s'occuper du petit Blaise, est contraint de le côtoyer toute la journée. Le juge d'instruction, malgré son insistance, ne parviendra pas à lui faire admettre sa supposée jalousie. Voici le seul mobile qu'il tirera du jeune berger :

  • 109 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898

R- Parce que le lundi précédent, il m'avait lancé un caillou qui m'avait atteint à l’œil ; comme il m'en lançait souvent, mais ce n'était pas pour me faire du mal. Il me choquait aussi tous les jours, en m'appelant petit Le Moing, comme tout le monde m'appelle dans le pays. Le Moing est le nom du propriétaire de la ferme que tient mon père, mais je ne sais pas pour quel motif on m'appelle de ce nom. Je considérais cela comme une insulte.
D- Vous deviez bien cependant y être habitué, puisque tout le monde vous appelle ainsi ?
R- C'est vrai, mais je n'étais pas content d'être appelé ainsi.
D- Pourquoi vous êtes-vous vengé sur le petit Blaise, plutôt que sur un autre ?
R- Parce que nous étions constamment ensemble109.

54Nous remarquons donc deux points communs entre ces affaires : une disproportion entre le crime et son mobile, et une aversion profonde pour la victime. Par ailleurs, nous constatons que des attitudes quotidiennes de l'enfant sont mises en avant. L'enfant donne trop de travail, se comporte mal, ne se laisse pas habiller, se moque, lance des choux, etc.

55Or ce comportement, qui ne semble pas mériter le meurtre pour le magistrat, y aboutit. Nous formons l'hypothèse que les jeunes criminels passent à l'acte parce que la manière dont sont traitées leurs victimes – et dont, parfois, ils doivent eux-mêmes traiter leurs victimes – leur est insupportable. Avant tout, elle ne fait pas sens pour eux. On comprend mieux pourquoi ils insistent sur le fait que les enfants faisaient du bruit à table, les insultaient ou les obligeaient à se lever la nuit. Leur code du rapport gardien-enfant ne prévoit pas de réaction à ces petites transgressions, si ce n'est la violence. Cette différence d'éducation permet probablement aussi d'expliquer pourquoi Le Lin paraît jaloux des caresses que le père Blaise et Mathurine Cainjo, la domestique, prodiguent au petit Jean-Marie Blaise. N'ayant pas bénéficié, dans leur enfance, de l'attention et des soins que reçoivent les enfants de leurs maîtres, ils se retrouvent dans une situation de conflit. Soit ils considèrent que tous les enfants ne méritent que des coups et de l'indifférence et alors ils peuvent préserver une estime d'eux-mêmes ; soit ils sont contraints d'accepter que ces enfants ne sont pas leurs égaux, que certains enfants seulement méritent des coups et de l'indifférence parce qu'ils sont, d'une façon ou d'une autre, inférieurs (moins « jolis » ou « gentils », dans le cas d'Honorine Pellois).

  • 110 Sur la propagation du modèle familial bourgeois, voir notamment : Michelle Perrot, « La vie de fami (...)
  • 111 Sur l'importance de l'opposition entre les propriétaires et les prolétaires ruraux, voir : Jacques (...)
  • 112 Même s'il ne faut pas négliger de grandes différences régionales en termes d'intégration du domesti (...)

56Ces crimes peuvent donc être compris comme des mécanismes de défense identitaire, autrement dit, de défense de l'idée que le criminel se fait de lui-même. Cette défense est rendue indispensable par la confrontation de l'enfance malheureuse et de l'enfance choyée. Encore faut-il expliquer cette confrontation. Avant tout, elle ne semble se multiplier que dans la deuxième partie du siècle. Cela pourrait laisser penser que la pénétration des codes bourgeois du rapport à l'enfant chez les petits propriétaires ruraux s'accélère à ce moment-là110. Ces codes sont peut-être d'autant plus volontiers adoptés par ces individus qu'ils souhaitent se distinguer des prolétaires de la terre111. Par ailleurs, la dernière phrase de Le Lin (« nous étions constamment ensemble ») nous invite à réfléchir à ce que constitue la domesticité dans l'espace rural : elle est une rupture de la ségrégation géographique entre les classes sociales. La conjonction de la proximité et de l'inégalité de conditions explique les tensions à l’œuvre. Non seulement la proximité rend le défavorisé témoin de modes de vie plus agréables et valorisant pour l'enfant, mais elle favorise la distinction chez le favorisé qui a, sous les yeux, celui qu'il ne veut pas être. Par ailleurs, la volonté de se distinguer amène le maître à traiter ses enfants différemment, mais également ses domestiques qui, probablement, tout au long du XIXe siècle, firent de moins en moins partie des familles dans lesquelles ils étaient gagés112. De plus, la distance sociale entre les meurtriers et leurs victimes est en général faible. Or la distinction par le comportement n'est jamais plus nécessaire qu'en cas de proximité de conditions (revenus, patrimoine, niveau d'éducation, etc.). Pour toutes ces raisons, les domestiques furent témoins de comportements qui ne leur paraissaient intelligibles qu'au prix de leur estime d'eux-mêmes.

57Nous supposons que c'est également cette distinction nouvelle dans les campagnes qui explique le meurtre commis par Merlay. Celui-ci soutient jusqu'au bout qu'en violant la petite Le Clainche, la nièce de son maître, il ne songeait pas à la tuer. Il ne s'y serait résolu qu'après, pour ne pas être dénoncé. Pourquoi le jeune Merlay commet-il un crime dont il sait la gravité ? Plusieurs explications peuvent être avancées. Il est possible de considérer que Merlay, entraîné irrésistiblement vers son forfait, l'a commis sans penser. Il nous semble qu'une autre explication est plus probable. Merlay n'a pas eu devant le corps de la petite Le Clainche le recul face à l'interdit – dont un individu fait l'expérience devant l'inceste, l'anthropophagie, en somme tout ce qui est extrêmement grave – alors même que les conditions le justifiaient, parce que l'interdit est récent ou, plutôt, a été récemment renforcé. Dans d'autres localités, ou à une génération d'écart, son viol n'aurait peut-être pas été considéré comme intolérable. C'est pourquoi l'interdit ne lui apparaît pas avec évidence dans un premier temps. Une fois le viol accompli, il s'affole et prend la décision de tuer. La distance sociale qui sépare la petite Le Clainche et François Merlay, et qui rend inenvisageable qu'ils s'initient ensemble aux plaisirs charnels, ne date pas de toujours mais doit être réinscrite dans la course à la distinction sociale de la fin du siècle en milieu rural.

58Le caractère défensif du crime se constate aussi dans l'affaire Amice. Celui-ci ne se compare pas aux enfants de ses maîtres mais à leur vieux domestique qu'ils ont pris en affection. Voici les explications données par la fille de la patronne d'Amice et par l'inculpé lui-même :

  • 113 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déposition de la demoiselle Corvaisier en date (...)

Amice est très intelligent, mais il est méchant et entêté ; il ne pouvait pas souffrir Bréhaulet dont il paraissait très jaloux, et pourtant cet homme était d'un caractère très doux et ne lui avait jamais rien fait. Bréhaulet s'était souvent plaint des méchancetés d'Amice qui, à plusieurs reprises, lui avait coupé la lanière de son fouet. J'avais grondé Amice à cette occasion, et il m'a répondu : « je lui couperai encore son fouet ». Une autre fois, j'avais dû intervenir parce qu'Amice avait voulu empêcher Bréhaulet de fumer sa pipe113.

  • 114 Ibid., interrogatoire de François Amice en date du 6 septembre 1897.

D- Vous n'aviez aucun motif d'en vouloir à ce vieillard qui était très doux et ne vous avait jamais maltraité ; et cependant vous ne laissiez échapper aucune occasion de lui faire du mal : une fois vous lui avez jeté une pierre, une autre fois vous avez voulu l'empêcher de fumer ; à chaque instant, vous lui coupiez la lanière de son fouet ; vos patrons vous adressaient des reproches à cause de toutes ces méchancetés. Enfin, le 12 août, vous avez mis des orties dans la paille de son lit, et comme il vous adressait de justes reproches, vous avez saisi la lanière de son fouet pour l'en frapper.
R- Je reconnais que tout cela est exact. Il est vrai que je lui ai jeté une pierre ; que j'ai cherché à l'empêcher de fumer, que je lui ai coupé plusieurs fois la lanière de son fouet, et que j'avais mis des orties dans la paille de son lit114.

  • 115 Ibid., déclaration de François Amice dans le procès-verbal constatant son arrestation dressé par la (...)
  • 116 Ibid., interrogatoire de François Amice en date du 13 août 1897.
  • 117 Ibid., acte d'accusation en date du 27 septembre 1897.

59Amice prit la décision de tuer le vieux Bréhaulet après que celui-ci l'eut traité de « gamin, vaurien, sot comme Chapron115 », et le jeune domestique précise qu'il n'avait « pas d'autre motif d'en vouloir [au vieux berger]116 ». Le juge d'instruction ne parvient pas à faire sens du geste d'Amice, l'acte d'accusation évoquera donc « la haine très-vive » du garçon envers Bréhaulet dont on n'a « pu découvrir la raison117 ». En réalité le geste d'Amice est très proche de celui de Le Lin. Il s'en prend à un individu aimé qui l'a, à son avis, insulté. Dans les deux affaires, nous sommes en présence d'enfants dans un état de grande détresse affective – il n'ont pas leurs parents avec eux, ils ont quitté leurs foyers il y a peu et sont désormais entourés par un maître et sa famille dont ils reçoivent ordres et réprimandes – qui tentent de préserver l'idée qu'ils se font d'eux-mêmes. Cette lutte identitaire, Pierre Le Lin l'incarne plus encore que tous les autres, quand il tue pour un surnom.

Le crime comme contestation du pouvoir

60Dans quatre affaires, un ou plusieurs enfants de la famille du maître est tué par le domestique (dans l'affaire Merlay il s'agit de la nièce du maître). Dans une autre affaire, un domestique très apprécié par sa maîtresse est assassiné. Peut-on alors considérer le crime comme une modalité d'expression des tensions entre dominants et dominés ?

  • 118 Sur cette question, voir notamment : Steven L. Kaplan, Le pain, le peuple, le roi : la bataille du (...)
  • 119 Voir par exemple Pierre Barral, « Les problèmes agraires », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (...)
  • 120 Expression empruntée à Raymond Verdier, « Le système vindicatoire », in Raymond Verdier (dir.), La (...)
  • 121 Sur cette question, voir notamment : Robert Muchembled, La violence au village (XVe-XVIIe siècles), (...)

61Lorsque nous cherchons à expliquer la démarche des jeunes meurtriers, l'historiographie traditionnelle de la violence ne nous est pas d'une grande aide, parce qu'elle s'est surtout penchée sur les violences collectives. Ainsi, les typologies d'émotions populaires dans le monde rural dressées par différents auteurs, autour de tensions relatives aux grains118, à la répartition de biens communaux, etc.119, ne permettent pas de comprendre l'acte de jeunes criminels esseulés. De même, les crimes que nous étudions ne peuvent pas a priori être rattachés à des passions vindicatives générées par le « cycle compensatoire de la violence »120 traditionnelle121.

  • 122 Sylvie Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2004 (...)

62Notons cependant que les ouvrages cités traitant des violences collectives posent tous la question de savoir à partir de quel moment un mouvement devient politique. Autrement dit, ils cherchent à identifier des soulèvements qui sont, de par les revendications plus ou moins explicites qui leur sont associées, différents de nature d'un simple sursaut de l'opinion. La même démarche peut être entreprise dans l'étude des jeunes meurtriers du XIXe siècle. Il s'agit de l'approche qu'adopte Sylvie Lapalus, lorsqu'elle rattache certains parricides à des situations de tension autour de la transmission du patrimoine122. En effet, le criminel, derrière un conflit personnel avec une figure d'autorité, interroge la légitimité des usages régionaux en matière de transmission de patrimoine mais également la construction sociale et juridique de cette autorité.

  • 123 Sur la confrontation avec le juge d'instruction, voir : Alexandre Nugues-Bourchat, Le monologue jud (...)

63Toutefois, deux limites liées aux sources et aux acteurs doivent être soulignées. D'abord, nous n'approchons ces affaires que par le filtre de l'institution judiciaire ou des poncifs journalistiques, qui ne favorisent pas l'émergence de revendications larges (le journaliste voulant faire sensation et le juge d'instruction voulant assigner un crime à un individu). De plus, les jeunes meurtriers qui, à l'exception de Nectoux, ont reçu une instruction très rudimentaire, ne sont pas forcément en mesure, face à des magistrats qui en plus les impressionnent probablement123, de verbaliser leurs ressentis, leurs espoirs, leurs déceptions, leurs frustrations, etc. D'ailleurs, considérer a priori leurs crimes comme des protestations, c'est accepter en partie qu'ils furent commis parce que les moyens traditionnels de protestation n'étaient pas à la portée des coupables, soit qu'ils n'aient pas su ou pu dire, soit qu'autour d'eux on n'ait pas su écouter.

64Cependant, si l'on part du postulat que le crime n'est peut-être que le moment d'apogée d'un conflit longtemps larvé, des traces de ce conflit devraient se trouver dans les dossiers. Nous avons déjà vu que les meurtriers des années 1830, et surtout Honorine Pellois, mènent, à l'échelle de leurs villages, une lutte ouverte à l'encontre de la société rurale traditionnelle censée les encadrer. Les affaires qui surviennent dans le cadre de la domesticité sont, de ce point de vue, plus éclairantes encore. Sur cinq jeunes domestiques – Ouvrard, Doiselet, Merlay, Amice et Le Lin – quatre sont critiqués par leurs maîtres, en général pour leur paresse :

  • 124 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déposition de la mère Caramenti en date du 27 août 1888

La fille Doiselet n'avait chez nous rien d'autre chose à faire qu'à garder les enfants. Elle avait donc très peu de besogne. Comme je la croyais très bonne pour mes enfants, je ne lui ai jamais fait d'observation. Je savais qu'elle était très-paresseuse. Quand je voulais lui donner quelque chose à faire pour l'occuper, elle me répondait toujours qu'elle ne pouvait pas. Elle aurait dû se trouver très heureuse chez nous124.

  • 125 Arch. dép. Morbihan U 5390 (affaire Merlay), déposition de Pierre Ars en date du 22 juillet 1889.

François Merlay était à mon service depuis le 24 juin dernier. Je n'ai pas eu à me plaindre de lui, il était assez obéissant, quoiqu'un peu effronté. Je ne l'ai jamais entendu jurer, ni tenir des propos orduriers125.

  • 126 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déposition de la demoiselle Corvaisier en date (...)

Amice est très intelligent, mais il est méchant et entêté […] Bréhaulet s'était souvent plaint des méchancetés d'Amice […] J'avais grondé Amice à cette occasion, et il m'a répondu : « je lui couperai encore son fouet ». Une autre fois, j'avais dû intervenir parce qu'Amice avait voulu empêcher Bréhaulet de fumer sa pipe126.

  • 127 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition du père Blaise en date du 28 juin 1898.

J'avais Le Lin à mon service depuis le 7 mars dernier, je l'occupais comme berger et aux petits travaux de la ferme que comportait son âge.
Je n'en étais pas satisfait, il faisait tout le contraire de ce qu'on lui disait.
Il était méchant, il frappait souvent mon petit garçon ainsi que ma petite fille âgée de sept ans, mais il le faisait quand il était seul avec eux.
Il était jaloux des caresses que je prodiguais à mes enfants.
Il était sournois, avait toujours son chapeau et son béret sur les yeux, et ne regardait que du coin de l’œil.
Quelques jours avant le crime il disait à ma servante qu'il était bien malheureux, qu'il ne savait où aller mourir127.

  • 128 Ibid., déposition de Mathurine Cainjo, domestique chez le père Blaise, en date du 5 juillet 1898.

Le Lin était d'un caractère très sournois, lorsqu'on lui faisait des observations, il ne répondait pas, mais n'en faisait qu'à sa tête128.

65Quant à Marie Ouvrard, si les époux Lerat, souvent absents de chez eux et dont elle assassine les enfants, n'avaient rien remarqué de particulier à son sujet, ses anciens patrons l'accablent :

  • 129 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition du père Dolbeau en date du 13 octobre 187 (...)

Je n'étais pas très satisfait d'elle. Elle avait une tête très forte. Elle était obstinée et désobéissante. Elle ne faisait ce qu'on lui commandait qu'autant que cela lui plaisait129.

  • 130 Ibid., déposition de la femme Dolbeau en date du 13 octobre 1875.

Nous ne l'avons pas redemandée, une fois son année écoulée. Nous n'étions pas très satisfaits de son service parce qu'elle était entêtée et désobéissante130.

66Nous constatons plusieurs éléments récurrents dans les descriptions des jeunes domestiques. Avant tout, les maîtres expriment, par des formules comme « elle aurait dû se trouver bien chez nous », une certaine idée de la limite à ne pas franchir avec un domestique. Par ailleurs, en se plaignant de l'obstination ou de l'entêtement de l'enfant, ils disent ce que celui-ci doit fournir en retour : l'obéissance. Cette notion dépasse, de loin, la simple exécution des ordres. Elle intègre un ensemble de mouvements, d'attitudes ; toute une gestuelle de la soumission. C'est pourquoi plusieurs maîtres se plaignent de la sournoiserie de leurs domestiques, précisant parfois qu'il ou elle ne les regardait pas dans les yeux, n'écoutait pas attentivement leurs consignes ou ne faisait pas preuve de contrition quand des reproches lui étaient adressés. Ce que nous lisons en filigrane, dans ces remarques, c'est l'exigence de l'ouverture du dominé. Celui-ci doit pouvoir être pénétré du regard et de la voix de ses maîtres. L'ouverture doit également être morale : il est requis de l'enfant qu'il montre du repentir. Si cette ouverture n'est plus strictement ritualisée, elle doit malgré tout se matérialiser dans un comportement qui renouvelle, à chaque interaction entre le maître et son domestique, la soumission de ce dernier.

  • 131 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déposition de la demoiselle Corvaisier en date (...)

67Face à cet impératif, les jeunes domestiques résistent. Marie Ouvrard, quand elle travaille chez les Dolbeau, préfère les tromper : elle va batifoler dans les champs au lieu de revenir immédiatement du catéchisme ; Célina Doiselet rentre chez sa mère dès que ses maîtres sont sortis ; plusieurs domestiques, dont Pierre Le Lin, n'écoutent pas ce qui leur est dit et n'exécutent pas les ordres qu'ils reçoivent ; chez Amice, la confrontation avec la demoiselle Corvaisier peut être considérée comme une insolence perpétuelle, comme quand il lui annonce qu'il ne respectera pas ses instructions ou quand il lui répond qu'il veut bien que ce soit lui qui ait tué Bréhaulet, « si elle veut131 ».

68Ces résistances n'impliquent pas que le jeune domestique ait élaboré un discours de reproches à l'encontre de la domesticité en général ou même de ses maîtres en particulier. Cependant, nous pensons qu'il exprime par ses actes sa non-adhésion à une forme de relation de production qu'il ne conçoit plus comme légitime. Nous trouvons peu de condamnations de leurs maîtres par les jeunes domestiques. Le cas de Célina Doiselet aide à comprendre pourquoi. Voici des extraits de ses interrogatoires dans l'ordre chronologique :

  • 132 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), interrogatoire de Célina Doiselet en date du 5 septembr (...)

D- Pourquoi donc vouliez-vous tuer cet enfant ?
R- (après une longue hésitation) : c'était afin d'aller dans une autre place. Je savais qu'une fois l'enfant mort, les époux Caramenti ne me garderaient pas à leur service.
D- Vous nous dites que vous avez agi ainsi afin de vous placer ailleurs. Vous étiez donc mal chez les époux Caramenti ?
R- Oui, Monsieur ; j'étais mal nourrie chez eux. Ils m'ont maltraitée quelquefois. Une fois, à leur retour de [mot illisible] ils m'avaient réprimandée, parce que je n'avais pas déchargé une voiture de grain. Je dois dire qu'ils ne m'ont jamais frappée. Huit jours environ auparavant, ma mère m'avait parlé d'une place pour moi chez l'aubergiste, près de l'église.132

  • 133 Ibid., interrogatoire de Célina Doiselet en date du 19 octobre 1888.

D- Il est impossible que vous ayez fait mourir le jeune Paul Caramenti uniquement parce qu'il vous faisait lever la nuit. Vous aviez un autre motif.
R- Oui, Monsieur, je voulais sortir de place.
D- Vous étiez cependant chez de bons maîtres ?
R- Oui, Monsieur, c'est vrai.
D- Vos maîtres n'étaient pas méchants pour vous. Ils ne vous ont jamais frappée, et vous n'aviez pas grand-chose à faire chez eux.
R- Tout cela est vrai133.

  • 134 Pour des informations relatives à l'origine sociale, à la démarche et aux représentations du juge d (...)

69Nous voyons que, dans un premier temps, Célina expose ses raisons : elle se trouve mal nourrie et considère que les réprimandes des époux Caramenti constituent une maltraitance ; de plus, elle se plaint d'avoir eu à accomplir des tâches qui n'auraient pas dû lui incomber, comme vider une voiture de grain. Elle utilise ici ses référents de ce qui est acceptable. Immédiatement, le juge d'instruction lui fait préciser qu'elle n'était pas frappée. Dans l'interrogatoire suivant, le magistrat lui rappelle qu'elle n'a jamais été frappée et lui dit qu'elle n'avait pas trop de besogne et elle ne fait que confirmer. Cet échange montre comment les magistrats imposent les référents de ce que doit être la domesticité aux jeunes domestiques. Ceux-ci arrivent avec des doléances, et repartent convaincus qu'ils étaient traités correctement. Ils ont raison dans les deux cas seulement, dans un premier temps, ils comparent leur situation à ce qu'ils sont prêts à accepter et, dans un second temps, ils comparent leur situation à ce qu'un domestique en général devrait accepter. Or, deux distances les séparent des magistrats et de leur idée de la domesticité : une distance sociale et une distance générationnelle. Dans ces interrogatoires, de jeunes prolétaires se font donc rappeler par de vieux patrons – parce qu'il est probable que les magistrats disposent eux-mêmes de domestiques134 – qu'ils auraient dû se satisfaire de leur condition.

70Cela explique en partie le fait que les jeunes domestiques, dans l'ensemble, se plaignent peu de leurs maîtres alors même que leur comportement, à l'exception de Merlay, semble indiquer une résistance à leur condition :

  • 135 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déclaration de Marie Ouvrard, l'inculpée, dans le ca (...)

D- Aviez-vous quelque sujet de mécontentement contre les époux Lerat ?
R- Je ne me plaisais pas chez eux ; la maîtresse disait toujours après moi. J'aurais désiré m'en aller, mais mon père ne le voulait pas135.

  • 136 Arch. dép. Sarthe 2 U 1272 (affaire Amice), interrogatoire de François Amice en date du 6 septembre (...)

D- Enfin, le 6 août 1896, vous avez été placé chez Mme Corvaisier. Là encore on a eu à se plaindre de vos méchancetés, et vous avez été arrêté pour avoir assassiné un vieillard inoffensif. Qu'avez vous à reprocher à toutes ces personnes qui se sont montrées bonnes pour vous ?
R- Je n'avais rien à reprocher à personne136.

  • 137 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898

D- Avez-vous jamais été maltraité par votre maître Blaise ?
R- Non Monsieur, je me trouvais très bien chez lui, on me donnait à boire et à manger plus qu'il ne m'en fallait137.

  • 138 Ibid. U 5390 (affaire Merlay) : nous savons, par la déposition de son patron, Pierre Ars, en date d (...)
  • 139 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), interrogatoire de Marie Ouvrard en date du 2 novembr (...)

71Si on met de côté l'affaire Merlay, derrière cette absence de plainte de la part des domestiques, les mobiles avancés pour leurs crimes sont des condamnations de leur quotidien. Le cas Merlay doit être isolé parce qu'il nous semble qu'au contraire Merlay fut pris au piège de l'intimité des dominants138. C'est parce qu'il n'a pas su se repérer entre son rôle au sein de la famille Ars et son rôle de domestique d'un côté, et parce qu'il n'avait pas d'opportunité sexuelle alternative de l'autre, que Merlay a violé. Une fois l'acte accompli, il a pris conscience de la gravité de son geste, qui, pour son entourage, découlait à notre avis largement de sa condition, et a décidé de tuer la petite Le Clainche. Pour les autres domestiques, la critique porte sur différents aspects de la condition de domestique. D'abord, elle peut concerner la masse de travail, à l'instar de Marie Ouvrard, qui explique que les petites Lerat lui « donnaient de l'ouvrage139 ».

  • 140 Ibid.
  • 141 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898

72Marie Ouvrard ajoute que les petites étaient toujours « après elle140 ». La domestique ne peut donc choisir avec qui elle passe son temps ou d'être seule un moment – ce que la petite taille du foyer Lerat ne rend par ailleurs pas aisé. Cette affirmation est à rapprocher de celle de Le Lin qui affirme qu'avec le fils de son maître, « ils étaient constamment ensemble141 ». Jean-Marie est donc à la fois le jeune maître – il a cinq ans au moment du crime – et le jeune camarade de Le Lin.

  • 142 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), interrogatoire de Marie Ouvrard en date du 27 septem (...)

73Les enfants des maîtres peuvent parfois agir en maîtres, alors que, comme nous l'avons vu, l'éducation reçue par les domestiques ne les prépare pas à gérer les caprices voire la tyrannie de plus petits qu'eux. L'indiscipline des enfants des maîtres peut aller de la petite transgression à l'agressivité. Ainsi, Marie Ouvrard explique que sa première victime « gribouillait » des jambes alors qu'elle essayait de lui enfiler ses souliers, quant à la seconde, elle lui jetait des choux et lui donnait des coups de bâton142. Pierre Le Lin, quelques jours avant le crime, avait reçu une pierre, lancée par le fils de son maître, sur le visage.

74Chez Célina Doiselet, c'est la nature des tâches qui est en question. Celle-ci se plaint qu'on lui ait demandé de vider une voiture de grain, puis qu'on l'ait réprimandée parce qu'elle ne l'avait pas fait. Or, elle considère qu'elle n'a pas été embauchée pour cela. Nous voyons que la condition de domestique, qui implique un certain flou quant aux opérations que l'enfant sera amené à faire, ne convient plus à Célina, qui considère s'être engagée – ou plutôt, qui considère qu'on l'a engagée contre son gré – afin de remplir un rôle spécifique et contractuellement circonscrit.

  • 143 Ibid., déposition de la femme Eveilleau en date du 27 octobre 1875.
  • 144 Arch. dép. Morbihan U 5390 (affaire Merlay), déposition de Pierre Ars en date du 22 juillet 1889, n (...)

75C'est ce qui explique l'importance prise par certaines insultes et réprimandes, celles émises par le maître ou son extension, en tout cas, le dominant. L'enfant s'estime déjà lésé par le pouvoir qui s'exerce sur lui, et en plus il doit faire preuve de contrition face aux reproches et de patience face aux caprices. Par ailleurs, il tente de se défendre face à un individu socialement beaucoup mieux ancré qu'il ne l'est. Nous savons que Marie Ouvrard s'est plainte de ce que sa seconde victime la traitait de « bête143 ». Lorsqu'il découvre le corps de sa nièce assassinée, Pierre Ars, le patron de Merlay, le questionne ainsi : « c'est toi cochon, qui as fait ce coup-là144 ! ». Il est permis de penser que ce type de qualificatifs était fréquemment employé à l'égard du domestique.

  • 145 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition de Marie Ouvrard, domestique chez les Eve (...)
  • 146 Ibid., rapport spontané du brigadier de gendarmerie du Lude envoyé au procureur de la République le (...)

76Outre les insultes, les réprimandes et reproches sont également très mal vécus. Là encore, l'enfant essaie de préserver une certaine image de lui-même face aux commentaires négatifs qu'émettent des supérieurs dont il met en doute la légitimité. Marie Ouvrard se plaint de ce que sa maîtresse « disait toujours après elle145 » et nous savons qu'elle lui avait en particulier reproché d'être allée trop longtemps chez ses parents à Pringé quelques jours avant le drame146 ; Célina Doiselet évoque l'épisode des grains à décharger qui lui ont valu des reproches ; Le Lin, pour sa part, revendique sa liberté malgré sa condition de domestique :

  • 147 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898

D- Vous avez paraît-il un caractère sournois, ne regardez jamais en face et n'écoutez rien de ce qu'on vous dit, et n'en faites jamais qu'à votre tête
R- Quand cela me plaisait, je le faisais, si cela ne me plaisait pas, je ne le faisais pas147.

77Remarquons d'ailleurs qu'Honorine Pellois, dans un autre contexte, réagissait de la même manière aux critiques. Ce n'étaient pas alors ses supérieurs dans le cadre de la domesticité qui l'irritaient, mais les membres influents de la communauté très soudée du Bas-Val ; et son rapport à elle-même n'était pas fragilisé par son extraction de son milieu habituel, mais par la marginalisation progressive que sa famille et elle connurent. Sa sensibilité à la critique se manifeste à plusieurs reprises pendant ses différents interrogatoires et surtout lors du dernier :

  • 148 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), interrogatoire d'Honorine Pellois en date du 5 août 1834

D- Ce n'est pas joli de la part d'une petite fille de ne pas vouloir parler quand on lui adresse la parole ; ainsi, vous êtes une vilaine ?
R- (la prévenue paraît mécontente de l'épithète et nous fait en dessous la grimace, mais n'en persiste pas moins à garder le silence)148.

  • 149 En général, le pouvoir détenu par l'individu qui menace l'identité de l'enfant est protéiforme et m (...)

78Pour résumer, l'enfant fragile cherche à défendre son identité à laquelle personne ne peut porter atteinte autant que le dominant (le maître et ses extensions : enfants, domestique favori ; les individus très intégrés, etc.). C'est ici que le crime de défense identitaire devient un crime de classe : l'enfant conteste à tous le droit de le définir – comme un paresseux, un vaurien, etc. –, mais certains individus dans son entourage sont trop forts. Il est contraint au crime par l'asymétrie totale entre lui et les membres de son entourage qui détiennent un grand pouvoir, soit parce qu'ils sont les maîtres – auquel cas l'asymétrie découle d'une position de classe et d'un rapport juridique –, soit parce qu'ils sont beaucoup plus intégrés à la communauté – auquel cas leur pouvoir est d'origine sociale149.

  • 150 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déposition de la veuve Doiselet en date du 25 juillet 1 (...)
  • 151 Ibid., interrogatoire de Célina Doiselet en date du 5 septembre 1888.
  • 152 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Mathurine Cainjo en date du 5 juillet 18 (...)

79Leur situation de dominés peut, si nous les croyons, conduire les enfants au plus grand abattement. Deux jeunes étudiés évoquent le suicide. Célina Doiselet, pour forcer sa mère à la reprendre chez elle, lui dit sur un ton menaçant qu'elle va « faire un tour de sa tête150 ». Croyant trouver là la preuve d'une longue préméditation de ses crimes, le juge d'instruction l'interroge à ce sujet. Célina lui répond qu'elle pensait alors à « [se] sauver et [se] noyer151 ». Pierre Le Lin, quand la domestique Mathurine Cainjo lui dit pour rire qu'elle ne pourrait pas le prendre avec elle quand elle partirait faire la saison de la sardine parce qu'il était trop sale, lui répond qu'il ira mourir dans un champ de seigle ou à Paris152.

  • 153 Nous ne prétendons pas que la mobilité sociale est impossible pour le jeune domestique, surtout en (...)

80Il nous semble que ce désespoir est lié à plusieurs éléments. D'abord, le jeune domestique n'a pas l'impression d'être maître de son destin : il ne choisit pas où il est placé et ne peut pas quitter ses maîtres sans l'accord de ses parents ou de son gardien. Ensuite, l'enfant ne parvient pas à envisager la suite de sa vie professionnelle à partir de la domesticité, surtout quand il est très pauvre153. C'est ce qui explique que Marie Ouvrard et Célina Doiselet, qui ne supportent pas leur condition, n'envisagent que de changer de place. Ces filles ne voient pas d'alternative à leur situation présente. Cela pourrait aussi expliquer pourquoi tous les jeunes domestiques de l'exploitation de la veuve Corvaisier s'en prennent à Bréhaulet, jusqu'au crime d'Amice. Le vieux berger est l'incarnation chenue de la fatalité ; il rappelle constamment à ses jeunes collègues qu'il n'y a pas d'issue.

81Les cas de Maroc (1891) et Nectoux (1894), peuvent être rapprochés, dans une certaine mesure, de ceux des domestiques. Après avoir été placé comme domestique par son père, Maroc vole puis s'enfuit chez lui. On découvre son vol parce qu'il montre son argent aux petits enfants sur la grande place d'Oyonnax. La paie de Nectoux est incomplète parce qu'au lieu d'aller à la verrerie, il a été se promener dans Lyon à plusieurs reprises dans le mois qui a précédé son crime. Lui aussi, dans son quartier le lendemain du crime, montre son argent à des camarades et leur offre à boire. Comme chez les domestiques, l'existence quotidienne de Maroc et Nectoux entre en conflit avec ce qu'ils imaginent pour eux-mêmes. Ils veulent du temps libre et de l'argent pour consommer, or ils ne sont pas, du fait de leur misère et de la rigueur de leurs parents, en mesure d'en obtenir.

Une évolution sur le siècle ?

  • 154 Rappelons que les parents non seulement décident du placement de leur enfant, mais encore perçoiven (...)

82Le nombre de cas de la deuxième partie du XIXe siècle qui présentent de telles caractéristiques donne à penser que quelque chose a changé. Des systèmes de pouvoir, incarnés par le père, les parents ou le maître, ne semblent plus bénéficier de la légitimité indispensable à leur fonctionnement. Outre l'évolution de l'autorité parentale, qui joue un rôle central aussi bien pour la domesticité154 que pour l'emploi salarié de Nectoux, pourquoi des systèmes productifs s'affaiblissent-ils ?

  • 155 Jean-Claude Farcy, La jeunesse rurale dans la France du XIXe siècle, op. cit. (en particulier les c (...)

83Il faudrait, pour pouvoir répondre à cette question, comprendre comment un enfant qui a grandi dans un milieu qui légitime encore la domesticité, peut la trouver abusive. Il ne nous est malheureusement pas possible d'établir la liste des sources de la représentation d'eux-mêmes, et de ce qui leur était dû, que nourrissaient les jeunes criminels. Nul doute cependant qu'aussi longtemps que le lot d'un individu lui apparaît comme le lot commun, celui-ci aura moins de chances de le remettre en cause. Or la domesticité, si elle concerne encore un quart de la population rurale en 1914155, a amorcé son déclin.

  • 156 Cette distanciation permet de se rassurer en considérant la répétition du drame comme très peu prob (...)
  • 157 La famille, la communauté rurale traditionnelle, la domesticité, etc.
  • 158 Tous les jeunes domestiques ont dû quitter leur domicile. Certains enfants, comme Amice et Nectoux, (...)
  • 159 C'est surtout le cas de François Amice, enfant assisté d'Ille-et-Villaine, placé successivement dan (...)
  • 160 La mobilité géographique et l'instabilité des relations sociales qu'elle implique comme déterminant (...)

84En définitive, nous avons voulu montrer que le crime commis par un enfant, un des crimes les plus saisissants – et dont, par conséquent, il est particulièrement tentant d'isoler les auteurs comme des êtres mauvais ou fous, en tout cas absolument autres156 – est peut-être parmi les moins mystérieux. Il s'agit toujours plus ou moins d'un enfant qui a subi ou observé des sévices et est confronté à la possibilité d'une enfance joyeuse qu'il ne comprend pas et qui met en péril l'idée qu'il se fait de lui-même, dans une lutte avec des dominants qui tirent leur autorité d'un système de pouvoirs157 dont le jeune meurtrier ne reconnaît plus la légitimité. La fragilité de l'enfant est en général renforcée par l'instabilité de son lieu de résidence158 et des figures d'autorité dans son parcours159. Cette instabilité a souvent été pointée comme un des facteurs déterminants du crime160. Nous voyons qu'en plus d'être violent, l'entourage de l'enfant était souvent incertain, mouvant, et donc en cela doublement préjudiciable à son développement. Même s'il serait malvenu de vouloir enserrer dans un schéma strict des situations très diverses, les caractéristiques détaillées ci-dessus se retrouvent dans tous les cas étudiés.

85Si ce modèle permet de couvrir la période, une évolution se remarque cependant. Ce qui oppose les deux crimes des années 1830 à ceux de la fin du siècle, c'est l'institution visée par le geste meurtrier. Honorine Pellois et Jean Pény ont fait l'expérience d'un cycle de marginalisation-transgression au sein de la communauté rurale traditionnelle. Ils haïssent ces gens qui ne leur permettent pas de se réinventer, alors qu'ils recherchent leur affection, ce qui explique pourquoi Honorine veut éliminer les petites filles du Bas-Val plus appréciées qu'elle. À la fin du siècle, la société rurale traditionnelle n'est plus en cause. Le parent qui oblige à vivre rudement et son auxiliaire – le maître dans le cadre de la domesticité et le contremaître dans le cadre de l'usine – ne sont plus perçus comme légitimes par l'enfant qui considère qu'il a droit à un autre quotidien. Le juge d'instruction ne parvient pas à comprendre pourquoi un enfant commet un crime alors qu'il est bien nourri et qu'on ne le bat pas. Il n'a pas compris que le crime n'est que superficiellement personnel, et qu'il vise en réalité les systèmes de pouvoirs qui, depuis la coulisse, soufflent leurs rôles aux protagonistes du drame.

  • 161 Michel Foucault, Les Anormaux, op. cit.

86Or, en parallèle du changement de cible institutionnelle des crimes, le système de neutralisation du crime se transforme. Comme l'a montré Michel Foucault, le mobile et le portrait moral du criminel deviennent les pièces indispensables de la possibilité de punir161. Nous retenons l'explication foucaldienne selon laquelle cette importance nouvelle provient du dialogue complexe et dynamique entre les magistrats et les savoirs, qui ont pour mission de rendre le crime punissable, suite à l'effondrement du système reposant sur la riposte au crime par une atrocité plus grande encore. Nous ajoutons cependant deux hypothèses à cette interprétation. D'abord, puisque le crime n'est plus la conséquence d'un cycle de marginalisation-transgression dans le cadre de la société rurale traditionnelle, le criminel n'a pas forcément d'antécédents, et il s'agit de lui en donner, afin que Célina Doiselet, par exemple, ressemble au criminel traditionnel, c'est-à-dire à Honorine Pellois ; or, ses actes passés ne le permettant pas, il devient nécessaire d'essentialiser sa mauvaiseté.

87De plus, le système institutionnel que Pellois combattait ne pouvait être remis en cause. Personne n'aurait l'idée de faire le procès de la communauté rurale traditionnelle parce qu'une petite fille y commettait ses crimes. À l'inverse, parce que des bouleversements l'agitent, le système institutionnel encadrant l'enfance dans la deuxième partie du XIXe siècle est plus fragile. La domesticité, sur le déclin – même si celui-ci ne doit pas être exagéré –, ne fait plus autant et immédiatement sens. L'autorité parentale et le travail des enfants dans les usines, malmenés dans l'affaire Nectoux, sont déjà en débat. Il est donc primordial de rattacher le crime au criminel car, sinon, le procès pourrait devenir celui de rapports sociaux dont la légitimité n'est plus ou pas encore assurée.

  • 162 À la suite de Cesare Lombroso, L'homme criminel, criminel-né, fou moral, épileptique : étude anthro (...)
  • 163 Dans le sillon de Bénédicte-Auguste Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et (...)
  • 164 Présentée dans Jean-Étienne-Dominique Esquirol, Note sur la monomanie homicide, Paris, J.-B. Bailli (...)
  • 165 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru..., op. cit. , p. 187-200.

88L'essentialisation du crime emprunta plusieurs vecteurs. La pensée médicale – et, après elle, l'école italienne d'anthropologie162 – insista sur l'hérédité163 et délaissa les catégories strictement pathologiques comme la monomanie homicide d'Esquirol164. Quand elle ne traitait pas d'hérédité, la science médicale inventait un discours mixte, à la fois pathologique et moral, fondé sur des notions comme l' « instinct » ou la « sournoiserie », qui restaure la distance séparant l'individu criminel du reste de la population sans pour autant empêcher la condamnation. Ces discours, s'ils n'ont jamais dominé l'intégralité du champ de la théorie du crime, ne sont réellement remis en cause qu'avec l'affirmation de la pensée sociologique – incarnée notamment par Gabriel Tarde et Henri Joly – qui part du postulat – tout en cherchant à démontrer – que le criminel est un produit social165.

  • 166 Figures présentées par Dominique Kalifa dans L'Encre et le sang, op. cit. et Crime et culture au XI (...)
  • 167 Pour l'évolution du rapport à l'enfant et notamment les périodes pendant lesquelles l'enfant fait p (...)

89Ces théories – qui se chevauchent, se diluent les unes dans les autres et se succèdent – s'élaborent dans une dialectique avec les évolutions de la perception du crime par le public. Ce dernier traverse des périodes plus ou moins paniques et construit différentes figures du criminel-type (bagnard évadé, vagabond, femme diabolique, etc.)166. Parmi cet ensemble de représentations, la perception de l'enfant et de son rapport au crime se transforme, tendue par les contradictions entre des visions concurrentes de l'enfance (comme agent productif supplémentaire du ménage, comme support des ambitions familiales de promotion sociale, comme citoyen non-fini que l'école doit éduquer, comme fauteur de troubles : bandit ou révolutionnaire en germe, etc.)167. L'histoire théorique du crime, son histoire concrète et ponctuelle et les grandes tendances de transformation de la société doivent être saisies de concert. Nous émettons l'hypothèse qu'entre des points d'équilibre relatif des structures sociales, des phases de mutation rapide mettent en péril les institutions récentes alors que d'autres sont menacées d'obsolescence. Plus que jamais, le crime de l'enfant qui, parce que son auteur est perçu comme moins libre qu'un adulte, invite à remettre en cause son environnement, doit être neutralisé.

90En définitive, si l'économie du pouvoir de punir se transforme effectivement selon la chronologie esquissée par Michel Foucault, il ne s'agit pas exclusivement d'une mutation endogène de l'appréhension du crime, mais également d'une réaction face au bouleversement du phénomène criminel lui-même. Autrement dit, c'est avant tout parce que le crime de Célina Doiselet (1880) n'est plus le crime d'Honorine Pellois (1834), que la théorie du crime qui qualifie leurs gestes, et l'institution judiciaire qui les neutralise, se transforment.

91De nombreuses critiques peuvent être adressées au développement qui précède, nous nous concentrerons sur deux d'entre elles. Avant tout, le faible échantillon de cas permet-il d'espérer une quelconque représentativité ? Nous répondrons que, malheureusement, chercher à comprendre des structures par leurs marges condamne souvent à limiter les effectifs.

92La deuxième remarque concerne la distance interprétative que nous nous permettons vis-à-vis du meurtre enfantin. En quoi est-elle différente de celle des acteurs qui, par la paresse ou la jalousie, rattachent le crime à son auteur ? Leur recodage du comportement de l'inculpé ne vaut-il pas le nôtre ? Si nos analyses se valaient, alors il leur resterait à expliquer pourquoi les enfants domestiques ne deviennent paresseux, au point de tuer, qu'à partir des années 1870.

93Il serait particulièrement intéressant de comparer les affaires étudiées avec les crimes commis par des enfants au XXe siècle. Il serait ainsi possible de tester les différentes hypothèses avancées et de mesurer l'influence relative de chaque facteur identifié, et surtout des violences familiales du fait de leur recul au cours du siècle dernier ; mais aussi le poids du système de pouvoirs sur l'enfant, dont on peut a priori penser qu'il est généralement moins écrasant aujourd'hui que pour un jeune domestique de la fin du XIXe siècle. Cela permettrait également de voir si un front entre des enfances heureuses et malheureuses peut encore être localisé, où si des dispositifs de ségrégation sociale plus efficaces ont été mis en place pour l'éviter. Mais cette étude serait aussi compliquée qu'éclairante, puisque la comparaison entre des variables servirait aussi bien à confirmer leur rôle de déterminants du crime infantile, qu'à élaborer un discours sur l'évolution des structures sociales encadrant l'enfance sur deux siècles.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Alain Corbin, Le Village des « cannibales » [1986], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2008, 204 p.

2 Michelle Perrot, Les Ombres de l’Histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, 428 p.

3 Dominique Kalifa, L'Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 352 p. et Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, 336 p.

4 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, La violence apprivoisée au XIXe siècle, Turnhout, Brepols, 1991, 273 p. ; Experts et expertise judiciaire. France, XIXe et XXe siècles, Rennes, PUR, Collection Histoire, 2003, 283 p. ; Justice et déviance à l’époque contemporaine. L’imaginaire, l’enquête et le scandale, Rennes, PUR, 2007, 392 p. et Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2009, 313 p.

5 Philippe Artières, Drôle d'oiseau : autobiographie d'un voyou à la Belle Époque, Paris, Imago, 1998, 158 p. ; Vidal, le tueur de femmes : une biographie sociale, avec Dominique Kalifa, Paris, Perrin, 2001, 270 p. et Le livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Éditions Albin Michel, 2000, 425 p.

6 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Crimes et délits. Une histoire de la violence de la Belle Époque à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2006, 382 p.

7 Voir notamment : Jean-Jacques Yvorel, « Comment le droit pénal construit les catégories d’âge », Journal du droit des jeunes, 2013/2, n°322, p. 30-33 ; « Le discernement : construction et usage d'une catégorie juridique en droit pénal des mineurs. Étude historique », Recherches familiales 1/2012 (n° 9), p. 153-162 ; « ''Le plus grand danger social, c’est le bandit imberbe''. La justice des mineurs à la Belle Époque », La Vie des idées, 16 juin 2009 ; Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, 405 p.

8 Michel Foucault, Les Anormaux, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », 1999, p. 31-34 et p. 81-85.

9 Pour illustrer ce processus, nous avons joint, en annexe 2, un interrogatoire dans lequel un juge d'instruction le met en œuvre de manière particulièrement explicite.

10 Au sens du déterminisme.

11 Agnès Thiercé, Histoire de l'adolescence, 1850-1914, Paris, Belin, 2000, 334 p.

12 L'enfance semble alors, dans le discours, intégrer ceux que l'anglais désigne sous le terme de teenagers, c'est-à-dire les individus de moins de vingt ans.

13 Article 66 du Code pénal de 1810.

14 Voir Philippe Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, Plon, 1960, 506 p. et Jean-Noël Luc, L’Invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, coll. « Histoire et société », 1997, 512 p.

15 Entre autres, la propagation puis l'obligation de scolarisation, la réglementation du travail et les transformations de ses conditions mais également les changements dans la perception de la responsabilité des adultes – et en particulier des parents – dans le comportement des plus jeunes.

16 Malheureusement, l'examen médical est en général mieux fourni pour les jeunes filles que pour les jeunes garçons, en partie à cause des théories médicales liant la masturbation féminine à des troubles pathologiques ou des traits de caractère.

17 France, Lyon, Archives départementales du Rhône (Arch. dép. Rhône) 2 U 187 (affaire Nectoux) : la notice individuelle de Charles Nectoux en date du 21 octobre 1894 précise qu'il mesurait alors 1m56.

18 France, Vannes, Archives départementales du Morbihan (Arch. dép. Morbihan) U 5390 (affaire Merlay) : le procès-verbal constatant une arrestation dressé par la gendarmerie en date du 14 juillet 1889 indique qu'il mesurait 1m50 environ.

19 Sur la nécessité et la difficulté de préserver l'acteur en histoire, voir notamment : Bernard Lepetit, « L'histoire prend-elle les acteurs au sérieux ? », Espace Temps, 1995 n°59-61, p. 112-122 et François Dosse, L'empire du sens. L'humanisation des sciences sociales, Paris, La Découverte, 1995, 432 p.

20 Sur la causalité en histoire et la causalité probabiliste, voir notamment : Christian Delacroix, « Causalité/explication », in Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies, concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010, 2 tomes, 1326 p., t. 2, p. 682-692.

21 Sur les relations ambiguës qu'entretiennent l'historiographie et l'anachronisme, voir notamment : Jacques Rancière, « Le concept d'anachronisme et la vérité de l'historien », L'Inactuel n°6, automne 1996, p. 53-68 et Nicole Loraux, « Éloge de l'anachronisme en histoire », Le Genre humain n° 27, 1993, p. 23-39.

22 France, Clermont-Ferrand, Archives départementale du Puy-de-Dôme ((Arch. dép. Puy-de-Dôme) U 26405.

23 Ibid., acte d'accusation en date du 28 septembre 1833.

24 Ibid.

25 France, Alençon, Archives départementales de l’Orne (Arch. dép. Orne) 4 U 202.

26 Ibid., dépositions et interrogatoire en date du 5 août 1834.

27 Ibid., rapport médical en date du 28 juin 1834.

28 France, Le Mans, Archives départementales de la Sarthe (Arch. dép. Sarthe) 1 U 889/1.

29 Ibid., rapport médical en date du 12 décembre 1875.

30 Ibid., acte d'accusation en date du 15 janvier 1876.

31 France, Troyes, Archives départementales de l’Aube (Arch. dép. Aube) 4 U 307.

32 Arch. dép. Morbihan U 5390.

33 France, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain (Arch. dép. Ain) 2 U 285.

34 Ibid., rapport médical en date du 8 juillet 1891.

35 Arch. dép. Rhône 2 U 187.

36 Ibid., acte d'accusation en date du 15 novembre 1894.

37 France, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (Arch. dép. Ille-et-Vilaine) 2 U 1272.

38 Arch. dép. Morbihan U 5443.

39 Ibid., rapport psychiatrique en date du 24 octobre 1898.

40 Question sur laquelle l'article 66 du Code pénal de 1810 les obligeait à se prononcer.

41 Possibilité prévue par l'article 67 du Code pénal de 1810.

42 La réforme instaurant les circonstances atténuantes date de 1832, il n'est donc pas surprenant de les voir plus souvent admises en fin de période que dans les années 1830, lorsqu'elles ont été réellement appropriées par les magistrats et les jurés.

43 Voir notamment : Henri Joly, La France criminelle, Paris, Cerf et fils, 1889, X-431 p. ; Gabriel Tarde, La philosophie pénale, Bibliothèque de criminologie, Lyon, A. Storck, 1890, V-566 p. ; 5e éd., 1900, III-578 p. et Alexandre Lacassagne et Étienne Martin, « État actuel de nos connaissances en anthropologie criminelle pour servir de préambule à l’étude analytique des travaux nouveaux sur l’anatomie, la physiologie, la psychologie et la sociologie des criminels », Archives d’anthropologie criminelle, 1906, p. 104-114.

44 Les Lois de l’imitation [1890], Paris, Kimé, 1993, 260 p.

45 Pour la distinction des deux courants, voir Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru..., op. cit., p.183.

46 Voir notamment : Alfred Fouillée, La psychologie des idées-forces, Paris, F. Alcan, 1893, 415 p. ; « Les jeunes criminels, l'École et la Presse », Revue des Deux Mondes, 139e vol., LXVIIe année, 4e période, 15 janvier 1897, p. 417-449 et La France au point de vue moral, Paris, F. Alcan, 1909, VI-416 p.

47 Charles Marc, De la Folie considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires, Paris, J.-B. Baillière, 1840, p. 401-424.

48 Henri Legrand du Saulle, La folie devant les tribunaux, Paris, F. Savy, 1865, p. 535.

49 On peut penser aux travaux behaviourist sur le positive et negative reinforcement conduits à la suite de B. F. Skinner.

50 Notamment sous le terme d'habitus que Pierre Bourdieu définit comme « [...] le produit du travail d'inculcation et d'appropriation nécessaire pour que ces produits de l'histoire collective que sont les structures objectives (e. g. de la langue, de l'économie, etc.) parviennent à se reproduire, sous la forme de dispositions durables, dans tous les organismes (que l'on peut, si l'on veut, appeler individus) durablement soumis aux mêmes conditionnements, donc placés dans les mêmes conditions matérielles d'existences » (Esquisse d'une théorie de la pratique, Paris, Droz, 1972, p. 282)

51 On peut penser à Alain Corbin, Le village des cannibales, op. cit., et en particulier aux pages 95-113 dans lesquelles l'auteur réinscrit les gestes du supplice dans le quotidien des meurtriers d'Alain de Monéys mais également à la psycho-histoire, qui a beaucoup réfléchi au rôle des violences faites aux enfants, que ce soit dans le but d'établir des taxinomies des différents types d'éducation sur le temps long ou dans des études biographiques (voir notamment les nombreux travaux de Lloyd de Mause sur le sujet).

52 Parmi les autres vecteurs envisageables figurent la suggestion, la symétrie (un individu fait le contraire de ce qu'on fait habituellement autour de lui) et la transposition (un individu adopte dans un cadre social x un comportement normalement réservé à un cadre social y, comme les assassins d'Alain de Monéys qui font subir à leur victime les gestes habituellement pratiqués sur des animaux).

53 Pour un résumé des principales théories du crime développées depuis Lombroso, voir : Philippe Robert, La sociologie du crime, Paris, La Découverte « Repères », 2005, 128 p.

54 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), renseignements fournis par le juge de paix de Nocé au juge d'instruction en date du 4 juillet 1834.

55 Ibid., déposition de François Ségouin en date du 16 juillet 1834.

56 Ibid., déposition de François Charron en date du 16 juillet 1834.

57 Ibid., déposition de Jacques Vallée en date du 16 juillet 1834.

58 Ibid., déposition de Charles Gouhier en date du 16 juillet 1834.

59 Arch. dép. Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), déposition du père Nectoux en date du 27 octobre 1894.

60 Ibid., déposition de la mère Nectoux en date du 27 octobre 1894.

61 Ibid., renseignements fournis par le commissaire spécial à la sûreté au juge d'instruction en date du 7 novembre 1894, le soulignement est probablement le fait du juge d'instruction.

62 Sur cette question, voir notamment : Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances. Une histoire de l'enfance difficile 1880-fin des années trente, Paris, Économica, 1997, 437 p. et Bernard Schnapper, « La correction paternelle et le mouvement des idées au dix-neuvième siècle (1789-1935) », Revue historique, avril-juin 1980, p. 321-349.

63 Pour des raisons souvent évoquées de culpabilité ou d'assimilation des gestes violents à des témoignages d'affection que nous n'avons pas le loisir de détailler ici.

64 AD Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), interrogatoire de Charles Nectoux en date du 25 octobre 1894.

65 Ibid.

66 Arch. dép. Morbihan U 5390 (affaire Merlay), procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 23 juillet 1889.

67 Ibid., interrogatoire de François Merlay en date du 14 juillet 1889.

68 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déclaration de Cécile Grandjean dans le procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 27 juillet 1888.

69 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déclaration de la femme Pichon dans le procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 25 août 1897.

70 Ibid., procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 28 août 1897.

71 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), procès-verbal dressé par la gendarmerie en date du 4 novembre 1875.

72 Arch. dép. Ain 2 U 285 (affaire Maroc), déposition du père Maroc en date du 22 mai 1891.

73 Ibid.

74 Nous nous bornons à considérer la violence comme un ensemble de gestes et de mots que la personne qui en est l'objet subit et perçoit comme dégradants quand bien même ils ne seraient pas physiquement douloureux ou dangereux, ce qu'ils sont cependant dans la plupart des exemples cités.

75 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), déposition de Sébastien Pelleray en date du 17 juillet 1834.

76 Ibid., déposition de René Morin en date du 16 juillet 1834.

77 Ibid., déposition de la femme Mesnager en date du 9 juillet 1834.

78 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déclaration de la mère Noël dans le procès-verbal de renseignement dressé par la gendarmerie en date du 28 août 1897.

79 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Mathurine Blaise, âgée de 7 ans, en date du 5 juillet 1898.

80 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), déposition de Désirée Gauchard en date du 25 juin 1834.

81 Ibid., déposition d'Aglaée Jouan en date du 25 juin 1834.

82 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déposition de Lambert en date du 25 juillet 1888.

83 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition de Marie Ouvrard, domestique des Eveilleau, en date du 9 octobre 1875.

84 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Pierre Le Guen en date du 27 juillet 1898.

85 Arch. dép. Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), déposition de Pierre Thévenin en date du 30 octobre 1894.

86 Le jeu n'est pas anodin : les deux enfants jouaient « à chat », Merlay coursant la petite Le Clainche. Il est donc passé d'une forme atténuée et implicitement réglementée de prédation à la prise de possession totale et illimitée du corps de sa victime.

87 Bréhaulet, à 75 ou 77 ans (les témoignages divergent), « était un peu tombé en enfance ce qui le rendait un peu la risée des gens de la maison » selon la demoiselle Corvaisier (fille de la propriétaire de l'exploitation), dont la mère précise qu'il ne pouvait plus « suivre les chevaux » (Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272, dépositions du 13 et du 18 août 1897).

88 Arch. dép. Rhône 2 U 187 (affaire Nectoux), déposition de la mère Milliard en date du 26 octobre 1894.

89 AD Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déclaration de la mère Noël dans le procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 28 août 1897.

90 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), procès-verbal constatant des renseignements dressé par la gendarmerie en date du 29 juin 1898.

91 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), lettre en date du 16 juin 1834.

92 Ibid.

93 Ibid., déposition du père Alexandre en date du 9 juillet 1834.

94 Ibid., déposition de la mère Alexandre en date du 9 juillet 1834.

95 Ibid., déposition de la mère Hersant en date du 23 juin 1834.

96 Expression employée par Dominique Kalifa dans ses ouvrages cités plus haut (voir note 3).

97 Le Petit Parisien en date du 23 octobre 1894.

98 Ce qui peut résulter d'une absence de traumatisme, d'une absence de verbalisation du traumatisme par les époux Caramenti et leurs voisins, ou encore du fait que le juge d'instruction n'a pas estimé nécessaire de consigner ces informations dans les dépositions recueillies et les procès-verbaux dressés à l'occasion des crimes.

99 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déclaration du père Caramenti dans le procès-verbal dressé par la gendarmerie en date du 24 juillet 1888.

100 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Vincent Blaise en date du 28 juin 1898.

101 Ibid., déposition de Mathurine Cainjo en date du 5 juillet 1898.

102 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), déposition de Jacques Moulin en date du 23 juin 1834.

103 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition d'Eveilleau en date du 29 septembre 1875.

104 Nous n'employons ces mots que par facilité de langage et sans jugement de valeur, simplement pour indiquer que ces enfants accordaient certainement, en retour de l'affection qu'ils recevaient, plus d'importance à leurs envies, leurs désirs, leurs douleurs, etc., et que leurs comportements devaient s'en ressentir.

105 Marie Ouvrard avait violé plusieurs fois l'aînée de ses victimes dont elle partageait le lit, ce qui fut révélé à l'autopsie.

106 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), interrogatoire de Marie Ouvrard en date du 2 novembre 1875.

107 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), interrogatoire de Célina Doiselet en date du 25 juillet 1888.

108 Ibid., interrogatoire de Célina Doiselet en date du 19 octobre 1888.

109 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898.

110 Sur la propagation du modèle familial bourgeois, voir notamment : Michelle Perrot, « La vie de famille », in Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée., vol. 4, Paris, Seuil, 1986, p. 186-191 et, dans le même ouvrage : Anne Martin-Fugier, « Les rites de la vie privée bourgeoise », p. 192-261.

111 Sur l'importance de l'opposition entre les propriétaires et les prolétaires ruraux, voir : Jacques Dupâquier et Denis Kessler, La société française au XIXe siècle : tradition, transition, transformations, Paris, Fayard, 1992, p. 19.

112 Même s'il ne faut pas négliger de grandes différences régionales en termes d'intégration du domestique à la famille qu'il sert. Sur cette question, voir : Jean-Claude Farcy, La jeunesse rurale dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions Christian, 2004, 220 p. (en particulier les chapitres 1 et 2).

113 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déposition de la demoiselle Corvaisier en date du 18 août 1897.

114 Ibid., interrogatoire de François Amice en date du 6 septembre 1897.

115 Ibid., déclaration de François Amice dans le procès-verbal constatant son arrestation dressé par la gendarmerie en date du 13 août 1897.

116 Ibid., interrogatoire de François Amice en date du 13 août 1897.

117 Ibid., acte d'accusation en date du 27 septembre 1897.

118 Sur cette question, voir notamment : Steven L. Kaplan, Le pain, le peuple, le roi : la bataille du libéralisme sous Louis XV [1980], Paris, Perrin, 1986, 797 p. et Louise Tilly, « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », Annales. Économies, sociétés, civilisations, tome 27, n° 3, mai-juin 1972, p. 731-757.

119 Voir par exemple Pierre Barral, « Les problèmes agraires », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. IV, Paris, PUF, 1979, 623 p. et Charles Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours (traduit de l'américain par Éric Diacon), Paris, Fayard, coll. « L'espace du politique », 1986, 622 p.

120 Expression empruntée à Raymond Verdier, « Le système vindicatoire », in Raymond Verdier (dir.), La violence dans les sociétés extra-occidentales, t. I, Paris, Cujas, 1980, 225 p.

121 Sur cette question, voir notamment : Robert Muchembled, La violence au village (XVe-XVIIe siècles), Bruxelles, Brepols, 1989, 419 p.

122 Sylvie Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2004, 633 p.

123 Sur la confrontation avec le juge d'instruction, voir : Alexandre Nugues-Bourchat, Le monologue judiciaire : l'accusé face au juge d'instruction, in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L'enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle. Acteurs, imaginaires, pratiques, Paris, Créaphis, 2007, p. 161-170.

124 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déposition de la mère Caramenti en date du 27 août 1888.

125 Arch. dép. Morbihan U 5390 (affaire Merlay), déposition de Pierre Ars en date du 22 juillet 1889.

126 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déposition de la demoiselle Corvaisier en date du 18 août 1897.

127 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition du père Blaise en date du 28 juin 1898.

128 Ibid., déposition de Mathurine Cainjo, domestique chez le père Blaise, en date du 5 juillet 1898.

129 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition du père Dolbeau en date du 13 octobre 1875.

130 Ibid., déposition de la femme Dolbeau en date du 13 octobre 1875.

131 Arch. dép. Ille-et-Vilaine 2 U 1272 (affaire Amice), déposition de la demoiselle Corvaisier en date du 18 août 1897.

132 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), interrogatoire de Célina Doiselet en date du 5 septembre 1888.

133 Ibid., interrogatoire de Célina Doiselet en date du 19 octobre 1888.

134 Pour des informations relatives à l'origine sociale, à la démarche et aux représentations du juge d'instruction, voir : Jean-Jacques Clère, Jean-Claude Farcy (dir.), Le juge d’instruction. Approches historiques, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2010, 318 p.

135 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déclaration de Marie Ouvrard, l'inculpée, dans le cadre de la confrontation qui a suivi la déposition de Marie Ouvrard, domestique chez les Eveilleau, en date du 9 octobre 1875.

136 Arch. dép. Sarthe 2 U 1272 (affaire Amice), interrogatoire de François Amice en date du 6 septembre 1897, nous soulignons pour attirer l'attention sur la formulation de la question du juge d'instruction.

137 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898.

138 Ibid. U 5390 (affaire Merlay) : nous savons, par la déposition de son patron, Pierre Ars, en date du 22 juillet 1889, que Merlay l'appelait « mon Pierre ».

139 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), interrogatoire de Marie Ouvrard en date du 2 novembre 1875.

140 Ibid.

141 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898.

142 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), interrogatoire de Marie Ouvrard en date du 27 septembre 1875.

143 Ibid., déposition de la femme Eveilleau en date du 27 octobre 1875.

144 Arch. dép. Morbihan U 5390 (affaire Merlay), déposition de Pierre Ars en date du 22 juillet 1889, nous soulignons.

145 Arch. dép. Sarthe 1 U 889/1 (affaire Ouvrard), déposition de Marie Ouvrard, domestique chez les Eveilleau, en date du 27 septembre 1875.

146 Ibid., rapport spontané du brigadier de gendarmerie du Lude envoyé au procureur de la République le 3 octobre 1875.

147 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), interrogatoire de Pierre Le Lin en date du 2 août 1898.

148 Arch. dép. Orne 4 U 202 (affaire Pellois), interrogatoire d'Honorine Pellois en date du 5 août 1834.

149 En général, le pouvoir détenu par l'individu qui menace l'identité de l'enfant est protéiforme et multiple. Dans le cas de Bréhaulet, il est mieux implanté et plus aimé des patronnes, mais aussi plus âgé. Dans le cas du petit Blaise, il est le fils du maître, en cela il est supérieur juridiquement et socialement, mais il connaît également depuis sa naissance tous les enfants des environs avec lesquels il se moque de Le Lin.

150 Arch. dép. Aube 4 U 307 (affaire Doiselet), déposition de la veuve Doiselet en date du 25 juillet 1888.

151 Ibid., interrogatoire de Célina Doiselet en date du 5 septembre 1888.

152 Arch. dép. Morbihan U 5443 (affaire Le Lin), déposition de Mathurine Cainjo en date du 5 juillet 1898.

153 Nous ne prétendons pas que la mobilité sociale est impossible pour le jeune domestique, surtout en ces temps de reproduction différentielle des groupes sociaux (Jacques Dupâquier et Denis Kessler, La société française au XIXe siècle : tradition, transition, transformations, Paris, Fayard, 1992, p. 19) ; mais, quand bien même elles seraient réelles, les jeunes prolétaires n'ont pas forcément conscience de leurs opportunités.

154 Rappelons que les parents non seulement décident du placement de leur enfant, mais encore perçoivent ses gages.

155 Jean-Claude Farcy, La jeunesse rurale dans la France du XIXe siècle, op. cit. (en particulier les chapitres 1 et 2).

156 Cette distanciation permet de se rassurer en considérant la répétition du drame comme très peu probable et en se persuadant que, dans les mêmes conditions, nous n'aurions jamais fait preuve d'une telle atrocité.

157 La famille, la communauté rurale traditionnelle, la domesticité, etc.

158 Tous les jeunes domestiques ont dû quitter leur domicile. Certains enfants, comme Amice et Nectoux, ont beaucoup déménagé. Honorine Pellois, pour sa part, vient d'emménager au Bas-Val lorsqu'elle commet son crime.

159 C'est surtout le cas de François Amice, enfant assisté d'Ille-et-Villaine, placé successivement dans plusieurs foyers. Mais, comme pour Merlay, le décès d'un parent et la formation d'un nouveau ménage par le parent survivant concerne plusieurs enfants étudiés.

160 La mobilité géographique et l'instabilité des relations sociales qu'elle implique comme déterminants du crime ont surtout été étudiés par l'école de Chicago. Pour une introduction à ces travaux, voir : Philippe Robert, La sociologie du crime, op. cit., p. 60-69.

161 Michel Foucault, Les Anormaux, op. cit.

162 À la suite de Cesare Lombroso, L'homme criminel, criminel-né, fou moral, épileptique : étude anthropologique et médico-légale [1876], trad. sur la IV éd. italienne par MM. Régnier et Bournet, Paris, Alcan, 1887, 2 vol., 682 p.

163 Dans le sillon de Bénédicte-Auguste Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l'espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives, Paris, J.-B. Baillière, 1857, 2 vol., 700 p.

164 Présentée dans Jean-Étienne-Dominique Esquirol, Note sur la monomanie homicide, Paris, J.-B. Baillière, 1827, 52 p., et détaillée dans Jean-Étienne-Dominique Esquirol, Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal, Paris, J.-B. Baillière,1838, 2 vol., 773 p.

165 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru..., op. cit. , p. 187-200.

166 Figures présentées par Dominique Kalifa dans L'Encre et le sang, op. cit. et Crime et culture au XIXe siècle, op. cit.

167 Pour l'évolution du rapport à l'enfant et notamment les périodes pendant lesquelles l'enfant fait particulièrement peur, voir : Jean-Noël Luc, L’Invention du jeune enfant..., op. cit., p. 59-78. Sur la propagation du modèle de l'enfance bourgeoise et ses conséquences, voir : Jacques Gélis, « L’individualisation de l’enfant. », in Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, vol. 3, Paris, Seuil, 1986, p. 311-329.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Fadlallah, « Les meurtres commis par des enfants en France au XIXe siècle : une étude sociale », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/2681 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2681

Haut de page

Auteur

Thomas Fadlallah

Thomas Fadlallah, étudiant au sein de l'école doctorale de Sciences Po, a soutenu en juin 2013 un mémoire intitulé Les crimes enfantins dans la France du XIXe siècle, rédigé sous la direction de Jean-François Chanet et disponible à la bibliothèque de Sciences Po.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page