Navigation – Plan du site
Articles

La Sûreté lyonnaise dans le système policier français (début XIXe-début XXe siècle)

Amos Frappa

Résumés

Le premier XIXe siècle voit la mise en place de services de sûreté dans la plupart des agglomérations françaises, à commencer par Paris et Lyon. Ces groupes de police spécialement tournés vers la recherche des criminels, reposent sur des bases communes, à savoir une relation étroite avec le milieu, une grande liberté d’action ou encore la constitution d’une mémoire censée permettre une appréhension plus efficace des malfaiteurs. Les Sûretés des deux premières villes de France se distinguent toutefois par certains traits de leur organisation respective, ainsi que par les méthodes d’enquête employées. C’est dans le domaine de la police scientifique que les choix divergent à partir de la fin du XIXe siècle. Ainsi, deux modèles se constituent et se diffusent dans l’espace tant français qu’européen voire mondial. Si la capitale de la France connaît un rayonnement plus précoce avec Alphonse Bertillon, celle des Gaules connaît elle aussi une influence durable par le biais d’Édmond Locard.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hogier-Grison, Les hommes de proie, Paris, Librairie illustrée, 1887, p. 304.

1« Sauf pour l’agglomération lyonnaise où la police, toutes proportions gardées, est organisée à peu près comme celle de Paris, sous la direction d’un secrétaire-général spécial, la police des villes de province est quelque chose d’absolument primitif1 ». À travers cette affirmation, Georges Grison et Hogier caricaturent à l’extrême la situation des polices urbaines provinciales de la fin du XIXe siècle. Ils soulignent en outre la spécificité lyonnaise, à laquelle ils consacrent un chapitre entier. S’agissant d’auteurs parisiens, le constat n’a rien d’anodin. Grison travaille comme journaliste au Figaro tandis qu’Hogier est un ancien employé de la préfecture de police. Commentaire d’autant moins banal qu’en 1887, la capitale rayonne sur la France et même l’Europe en matière d’identification des criminels.

  • 2 Pour plus de précisions sur la police de Sûreté lyonnaise, Amos Frappa, « Le système de sûreté lyon (...)
  • 3 Paolo Napoli, Naissance de la police moderne, Paris, La Découverte, 2003, p. 250 : la police « char (...)
  • 4 Selon le Code des délits et des peines du 3 brumaire an IV (25 octobre 1796), elle « recherche les (...)
  • 5 Archives Départementales du Rhône, 4M13, Projet élaboré par le syndicat des inspecteurs de police, (...)

2La recherche et l’arrestation des malfaiteurs relèvent alors des services de Sûreté. Depuis le début du siècle, les villes françaises se sont dotées, chacune à leur tour, de ces forces spéciales. Du moins, celles regroupant plusieurs milliers d’habitants. La police criminelle n’étant pas une chasse gardée, d’autres acteurs viennent concurrencer les agents de la Sûreté comme les surveillants de nuit et les commissaires de quartiers2. Cette mission incombe aussi aux hommes de justice même, si au XIXe siècle, l’enquête passe progressivement du magistrat instructeur au policier. Pourquoi un tel imbroglio ? À l’origine, l’expression « police de sûreté » désigne simplement une fonction. L’une des premières définitions est donnée par la loi du 16 septembre 1791, rappelle Paolo Napoli3. Elle ne doit pas être confondue avec la « police judiciaire », du moins pas avant la Grande guerre4. Les deux notions deviennent ensuite interchangeables5.

3Quelle place occupe la Sûreté lyonnaise dans le dispositif policier français ? Elle est, avec Paris, l’un des premiers services de cette nature à être institué. La traque des malfaiteurs s’exerce de façon similaire jusqu’au début du XXe siècle. L’étude des similitudes et des dissemblances pose enfin la question de la circulation des modèles policiers.

Un service judiciaire spécial

Lyon, une ville pionnière

  • 6 Jean-Marc Berlière, Le crime de Soleilland (1907), Paris, Tallandier, 2003, p. 66.
  • 7 Stéphane Nivet, Prost de Royer (1729-1784), Mémoire de maîtrise dirigé par Bernard Hours, Universit (...)
  • 8 Initiative due aux supérieurs selon un manuscrit de Vidocq : « Mes supérieurs […] me chargèrent de (...)

4Au début des années 1830, les deux premières villes de France se dotent d’une Sûreté. Pour la première fois, les autorités créent officiellement des services de police chargés de combattre les malfaiteurs. Le préfet de police Henri Gisquet amorce le processus le 15 novembre 1832. Son arrêté confie la direction de 30 agents à l’officier de paix Allard. Le 6 décembre 1833, le maire de Lyon Gabriel Prunelle lui emboîte le pas. Le commissaire François Rousset reçoit le commandement d’une demi-douzaine d’hommes. En dépit des apparences, la capitale des Gaules ne s’aligne aucunement sur la capitale de la France, les mécanismes amenant à la création des deux Sûretés se distinguent nettement l’un de l’autre. Ils trouvent tous deux leur origine au XVIIIe siècle, comme l’attestent plusieurs mesures prises par les lieutenants généraux de police. À Paris, vers 1750, Nicolas-René Berryer institue un « bureau de sûreté »6. À Lyon, au milieu des années 1770, Prost de Royer confie à Privat la fonction « [d’]inspecteur pour la partie de Sûreté »7. En 1780, le départ inexpliqué du magistrat lyonnais met fin prématurément à cette expérience. Le début du XIXe siècle marque un tournant. Pour la capitale, l’initiative viendrait selon la tradition de Vidocq8. Dès 1810 il propose à Henry, chef de la deuxième division à la préfecture de police, de servir comme « mouton » dans les prisons. Cette stratégie s’avérant payante, le préfet Pasquier accorde à Vidocq en 1812 la direction d’une poignée de malfaiteurs. Cette « brigade de sûreté » de cinq hommes s’étoffe peu à peu. Elle se compose de huit membres en 1814, puis 14 en octobre 1816, 29 en 1821, chiffre qui reste stable même après le renvoi de Vidocq le 20 juin 1827. Coco-Lacour, autre criminel notoire, prend le relais. Le 31 mars 1832, l’ancien forçat effectue un bref retour, l’arrêté du 15 novembre 1832 sonnant le glas de cette expérience contestée.

  • 9 Un document du 9 nivôse an XIV (14 décembre 1805) ne fait pas état d’un bureau de sûreté [France, L (...)
  • 10 ADR, 4M176, Lettre du lieutenant général de police de Lyon adressée au chef du bureau de sûreté Mar (...)
  • 11 Du moins jusqu’au 28 septembre 1830. Le personnel de la Sûreté est alors remplacé par des inspecteu (...)
  • 12 ADR, 4M1, Lettre du commissaire de l’arrondissement de la Halle-aux-Blés Rousset adressée au lieute (...)
  • 13 ADR, 4M2, Lettre du préfet du Rhône adressée au maire de Lyon, 28 mars 1826.
  • 14 AML, 517 WP 21 1, Rapport à Monsieur le Maire de la ville de Lyon sur la police de cette ville, s.a (...)
  • 15 ADR, 4M2, Observations sur la police de Lyon et des communes suburbaines. Rapport sur la police sec (...)
  • 16 ADR, 4M1, Lettre du maire de Lyon adressée au préfet du Rhône, 11 avril 1815.
  • 17 AML, I1 17, Copie de l’arrêté du maire de Lyon, 19 mai 1819, évoque l’ordonnance royale du 5 mai 18 (...)
  • 18 ADR, 4M2, Lettre du commissaire-priseur François Rousset adressée au préfet du Rhône, 1er juillet 1 (...)

5Entre Rhône et Saône, la traque des délinquants s’opère alors sur des bases radicalement différentes. Tout d’abord, l’idée d’une force spéciale de sûreté est lancée par les autorités lyonnaises, et plus précisément par le commissaire général de police Dubois. Vers 1806, ce dernier instaure un « bureau de sûreté » au rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville9. Loin de se cantonner à des tâches administratives, les membres de ce bureau participent activement à la recherche des malfaiteurs10. Entre 1805 et 1808, ce responsable de la police lyonnaise charge le commissaire Garnier de s’occuper plus spécialement de la police de sûreté. Ce serait d’ailleurs sous Dubois que Vidocq aurait, pour la première fois, servi comme indicateur au mois de juillet 1800. Seconde différence fondamentale avec Paris, les hommes chargés de la sûreté lyonnaise font partie de la police et non du milieu criminel11. Le commissaire « spécialement attaché à la sûreté » ne peut toutefois pas s’appuyer sur une brigade, et ce malgré trois demandes formulées en 181912, 182613 et enfin 183114. La faute au manque chronique de crédits. En tant que commissaire d’arrondissement, Garnier et ses successeurs sont secondés par des agents. Mais ce sont les seuls hommes officiellement à leur disposition. Par ailleurs, ils emploient des agents secrets sélectionnés parmi « [les] condamnés libérés, [les] filles prostituées, [les] garçons d’auberge15 ». Un troisième élément oppose les deux premières villes de France. La brigade de sûreté parisienne fonctionne de façon pérenne de 1812 à 1832 malgré les aléas de la vie politique. N’étant pas reconnue sur la place publique, elle n’est jamais officiellement mise entre parenthèse. À Lyon, les débuts de la « police des voleurs » sont plus laborieux. Le parcours d’un homme permet d’en comprendre les raisons. Né en 1778, François Rousset incarne pendant plus de vingt ans la chasse aux criminels. Le 29 décembre 1814, Jean-Joseph Mallet de Fargues, fraîchement promu maire, décide de « l’attach[er] plus spécialement à la police de sûreté16 ». Rousset remplit alors les fonctions de commissaire de l’arrondissement de la Halle-aux-Blés. Il reprend donc le rôle tenu quelques années auparavant par Garnier. Le 25 juillet 1815, il est victime d’une épuration administrative. La charge de commissaire attaché à la sûreté disparaît alors pendant quatre ans. Elle est rétablie en 1819 au profit de ce même Rousset qui vient de réintégrer la police lyonnaise17. À peine trois ans plus tard, ce magistrat décide de claquer la porte pour devenir commissaire-priseur. Dans une lettre adressée au préfet du Rhône, il justifie son choix par la médiocrité de ses émoluments. Il les juge ridicules eu égard au « service extraordinaire et pénible»18 qu’il rend depuis des années. Suite à cette démission, deux autres commissaires d’arrondissements reçoivent chacun à leur tour la charge de pourchasser les voleurs. Mais cette attribution est de nouveau mise en sommeil en décembre 1823, et ce durant dix ans. En 1833 François Rousset devient chef d’un service de sûreté, à la faveur d’une lutte intestine entre le maire de Lyon Prunelle et le préfet du Rhône Gasparin.

  • 19 Archives municipales de Marseille, 1I15, Arrêté municipal du 24 novembre 1845.
  • 20 Archives municipales de Toulon (AMT), 1JI1, Rapport du commissaire central de police de Toulon adre (...)
  • 21 Ibidem, Arrêté municipal du 9 septembre 1856.
  • 22 Ibid., Lettre du commissaire central de Toulon adressée au maire et aux membres du conseil municipa (...)

6À partir de quand les autres villes françaises se sont-elles dotées d’un service spécialisé dans la recherche des criminels ? Quelques-unes franchissent le pas avant la IIIe République. À partir de 1845 au moins, Marseille voit fonctionner une brigade de sûreté d’une dizaine d’hommes, ces derniers ne présentant pas toutes les garanties morales souhaitées. Les autorités phocéennes révoquent à tour de bras. Le 24 novembre 1845, les gardes Doudon, Robert et le sous-brigadier Pountoux sont remerciés. Ils ont été retrouvés à trois heures du matin, couchés dans le corridor d’une maison « où ils avaient eu le soin de disposer un matelas19 ». Ce manque de sérieux n’a rien de nouveau, ce qui justifie la sévérité de la sanction. Au mois de décembre, le garde Bellon, les sous-brigadiers Pathieu, Bourges et Colombet subissent le même sort pour leur absentéisme, pour avoir commis des arrestations arbitraires ou encore pour leur collusion avec le milieu criminel. À Toulon sont mis en place un brigadier et deux agents de sûreté au début des années 185020. L’équipe regroupe déjà une douzaine d’hommes en 1856, plus du quart de l’effectif policier total21. La Sûreté nantaise apparaît probablement vers la même période, 39 agents la composent en 186622. La plupart des autres villes françaises suivent le mouvement à partir de la IIIe République.

Quelles spécificités ?

  • 23 Gustave Macé, Le service de la Sûreté par son ancien chef, Paris, 1885 [3e éd.], p. 180.
  • 24 ADR, 4M9, Effectif des gardiens de la paix de la police de l’agglomération lyonnaise, 1922.
  • 25 ADR, 4M38, Effectif des gardiens de la paix de la police de l’agglomération lyonnaise, 1936.
  • 26 Hogier-Grison, op. cit., p. 9. La ville d’Enghien fait aussi partie de son ressort entre 1850 et 19 (...)
  • 27 Annuaire statistique de la France, 1890, 553 p., chiffres de 1886 [401 930 habitants pour l’agglomé (...)
  • 28 Florent Prieur, Dompter une ville en colère. Genèse, conception et mise en œuvre de la police d’Éta (...)
  • 29 Sources : Annuaire statistique de la France pour la taille des agglomérations ; pour la Sûreté lyon (...)

7Instituée au même moment que son équivalent parisien, la brigade lyonnaise s’en distingue toutefois par sa structure et sa composition. La comparaison des effectifs s’avère malaisée pour plusieurs raisons. En premier lieu, les services des mœurs et des garnis sont tantôt autonomes, tantôt rattachés à la Sûreté. Or, les sources ne le précisent pas toujours. En 1881, la « police des voleurs » parisienne absorbe celle des filles soumises. Les 80 agents des mœurs rejoignent leurs 253 collègues de la Sûreté, l’effectif augmente donc de 32 %23. Autre problème majeur, sous la IIIe République, la Sûreté lyonnaise fait de plus en plus appel aux gardiens de la paix pour pallier son manque d’hommes. En 1922, ils représentent 6,7 % du nombre total de gardiens de la paix24. En 1936 le chiffre s’élève désormais à 8,2 %25. Ces agents doivent-ils être comptabilisés dans l’effectif, eux qui restent sous la direction immédiate du Secrétaire général pour la police ? Enfin, la compétence de la préfecture de police ne se cantonne pas à la seule agglomération parisienne. Elle s’étend à l’ensemble de la Seine et aux villes de Meudon, Saint-Cloud et Sèvres dans le département de Seine-et-Oise26. Le rapport entre la quantité d’habitants et le nombre de policiers de la Sûreté se trouve donc bien supérieur à Lyon. Par exemple, en 1889, il est de pour 8684 Paris et de 6380 pour la capitale des Gaules27. La comparaison avec la cité phocéenne, dont la taille et le ressort sont équivalents, semble donc plus pertinente. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les deux villes rétribuent à peu près autant de policiers de la Sûreté. Lyon, qui regroupe un peu plus d’habitants, emploie logiquement quelques agents supplémentaires. Le ratio entre l’effectif de la « police des voleurs » et la quantité d’habitants de l’agglomération est toutefois en faveur de Lyon. Ce constat peut s’expliquer par son image de ville rebelle, qui a conduit à une hausse des effectifs policiers lors de l’étatisation de 185128. Le rapport de force s’inverse de façon brutale et significative en faveur de Marseille à la fin du siècle, comme le met en évidence le tableau suivant29. Les chiffres de Toulon confirment cette évolution.

Évolution des effectifs de la police de sûreté à Lyon, Marseille et Toulon de 1864 à 1936

Évolution des effectifs de la police de sûreté à Lyon, Marseille et Toulon de 1864 à 1936
  • 30 Laurent Dornel, « Les paradoxes de la xénophobie ouvrière. Immigration et violence à Marseille (188 (...)
  • 31 Sources : Annuaire statistique de la France de 1930 [données de l’année 1926] pour la taille des ag (...)

8Entre 1875 et 1900, le nombre de Marseillais contrôlés par chaque agent de la Sûreté passe de 7068 à 2941. Cette hausse significative peut être corrélée avec la montée des tensions communautaires que connaît alors la cité phocéenne, le thème de la violence étant repris dans les discours appelant à une réévaluation des effectifs30. Dans le même temps, le ratio n’évolue presque pas à Lyon. La confrontation avec les chiffres des autres grandes agglomérations françaises en 1925 démontre que Lyon et sa voisine Saint-Étienne entretiennent une « police des voleurs » modeste relativement à leur taille respective, alors que Marseille et Toulon y consacrent plus d’hommes31.

Effectifs de la police de sûreté dans les villes de province en 1925 (classement par importance)

Policiers de la Sûreté

Nombre d’habitants

Habitants par policier

Toulon

75

115 120

1535

Rouen

66

122 898

1862

Marseille

328

652 196

1988

Bordeaux

93

256 026

2753

Nice

60

184 441

3074

Toulouse

55

180 771

3287

Lille

58

201 921

3481

Strasbourg

39

174 492

4474

Mulhouse

22

99 892

4541

Amiens

18

91 576

5088

Lyon

108

570 840

5286

Saint-Étienne

35

193 737

5535

  • 32 ADR, 4M17, Circulaire du Secrétaire général pour la police de Lyon adressée aux commissaires de pol (...)
  • 33 En 1835 François Rousset, chef de la police de sûreté, disparaît des états des commissaires de poli (...)
  • 34 ADR, 4M5, Lettre du préfet du Rhône adressée au ministre de l’Intérieur, 9 janvier 1852. Le commiss (...)
  • 35 ADR, R657, Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour (...)
  • 36 Le Progrès, 10 janvier 1899.
  • 37 ADR, 1M245, Candidatures récentes à la légion d’honneur, 2e semestre 1888 (14 juillet).
  • 38 Jean-Marc Berlière, L’institution policière sous la IIIe République (1875/1914), Thèse dirigée par (...)
  • 39 Entre mars 1899 et avril 1901, la Sûreté s’installe brièvement dans le nouvel hôtel de police [ADR, (...)

9L’organisation des services parisien et lyonnais diffère également. Des années 1830 au début du XXe siècle, deux éléments méritent d’être relevés. D’une part, la marche vers l’autonomie s’avère bien plus ardue pour la Sûreté de la capitale, la rivalité traditionnelle avec la police municipale s’avérant un frein majeur dans ce processus. Il faut attendre 1887 pour que la Sûreté soit placée sous l’autorité directe du préfet de police alors qu’elle était jusque-là sous la tutelle des chefs de la police municipale. Les responsables de la Sûreté se voyaient même refuser le droit de porter le titre de commissaire de police, ce qui leur interdisait toute constatation légale sans la présence d’un commissaire. À Lyon, la marche conduisant à l’autonomie s’achève en 187332. Le poste de « commissaire spécial pour la Sûreté » est alors définitivement institué. Depuis 1833, cette fonction avait été mise en sommeil à plusieurs reprises : entre 1835 et 184033, sous la Seconde République34 et dans les premières années de la IIIe République. Sous ce dernier régime, le chef de la Sûreté devient officieusement le numéro deux de la police lyonnaise derrière le Secrétaire général. Il joue le rôle d’intermédiaire entre celui-ci et les commissaires d’arrondissement. C’est à lui que la plupart des demandes de renseignement aboutissent, et pas seulement pour consulter les dossiers de malfaiteurs35. Il devient un personnage public apprécié, comme en témoignent les articles élogieux de la presse36 ou la remise de la légion d’honneur37. Seconde divergence en matière d’organisation, la Sûreté parisienne connaît une tentative de décentralisation en 1913 sous l’impulsion de Célestin Hennion. Huit puis dix districts partagent désormais l’espace urbain. Une telle réforme s’avère cependant inadaptée aux enquêtes dépassant le cadre du district et engendre des rivalités entre policiers du centre et ceux des arrondissements. Dès 1915, les successeurs de Célestin Hennion reviennent donc progressivement à l’ancien système38. À Lyon, la Sûreté ne déroge pas à la règle de la centralisation. Elle occupe quatre emplacements successifs à savoir l’Hôtel de Ville jusqu’à l’étatisation de 1851, la préfecture du Rhône jusqu’en 1857, l’hôtel de police jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle et enfin le palais de justice39.

  • 40 Antoine François Claude, Mémoires de M. Claude, chef de la Sûreté sous le Second Empire, Paris, Jul (...)
  • 41 ADR, 4M5, Arrêté ministériel du 19 décembre 1871 sur l’organisation de la police de l’agglomération (...)
  • 42 Pierre Gonnard, Trente ans de police lyonnaise (1884-1914), Eureco infographie imprimerie, 1998, p. (...)
  • 43 Gustave Macé, op. cit., p. 146.
  • 44 Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854-1914), (...)
  • 45 ADR, 4M3, Lettre du Directeur de la sûreté publique de Lyon adressée au préfet du Rhône, 12 avril 1 (...)
  • 46 AML, 517 WP 21 1, Rapport à Monsieur le Maire de la ville de Lyon sur la police de cette ville, réd (...)
  • 47 ADR, 4M28, Arrêté du maire de Lyon, 6 décembre 1833. Au sujet du commissaire spécial de la police d (...)
  • 48 ADR, 4M9, Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour (...)
  • 49 ADR, 4M7, Lettre du commandant du corps des gardiens de la paix Revillet adressée au secrétaire gén (...)
  • 50 ADR, 4M9, Lettre du secrétaire général pour la police de Lyon adressée au commissaire spécial de la (...)
  • 51 Ibidem, Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône adressée au préfet du Rhône, 13 juin 1924. Le profess (...)

10Enfin, des nuances peuvent être relevées quant à la composition du personnel. Avec l’arrêté du 15 novembre 1832, le préfet de police Gisquet fixe de nouvelles règles de recrutement. Toute personne ayant subi une condamnation, même minime, est désormais exclue de la « police des voleurs » (article 3), une mesure prise sous la pression du ministre de l’Intérieur. Si la rupture avec les pratiques antérieures reste relative, elle marque toutefois les esprits, en témoignent les mémoires de Claude, chef de la Sûreté sous le Second Empire. En effet, celui-ci fustige « [l]es errements et [l]es odieux sophismes de Vidocq40 ! ». Pour sa part, la Sûreté lyonnaise ne souffre d’aucun lien de parenté avec le milieu criminel. Il faut donc attendre 1871 pour que la nécessité d’« antécédents honorables » figure dans les textes41. En outre, les hommes qui la composent se montrent plus complaisants que leurs homologues parisiens à l’égard de Vidocq. Dans ses mémoires, Pierre Gonnard se contente de parler de « façons un peu brutales » et de « méthodes surannées »42. Une fois admis dans le service, les agents apprennent les ficelles du métier. Il s’agit le plus souvent d’une formation sur le tas, que ce soit à Paris ou à Lyon. Lorsque Gustave Macé devient chef de la Sûreté de la capitale, en 1879, il estime que ce service « n’est plus actuellement à la hauteur de sa mission43 » et décide d’instituer une brigade-école, mesure marquant une étape dans le processus de professionnalisation44. Vers la même période, entre Rhône et Saône, la transmission des connaissances et des savoir-faire semble plus prosaïque. Chacun des neufs brigadiers du service dirige deux agents, « il est chargé de les instruire, de les former et de les surveiller45 ». Ce système dans lequel les « anciens » encadrent les jeunes recrues n’a rien de nouveau, puisqu’il existe à l’état de projet dès 183146. La formation sur le tas, attestée aussi bien à Paris qu’à Lyon, exclut-elle tout enseignement spécifique ? Les hommes de la Sûreté sont tout de même censés posséder des « Capacité[s] Spéciale[s]47 », or elles ne sont pas forcément innées. En 1925, Auguste Sandoz s’intéresse à la question. Ce Lyonnais d’origine suisse dirige une école d’éducation physique située, par un heureux hasard, rue de Condé. Il décide d’offrir « des cours gratuits [de jiu-jitsu] à 40 Inspecteurs volontaires [du] service48 ». Cet art martial avait déjà été enseigné à des gardiens de la paix lyonnais quelques années plus tôt, sans résultat probant49. Le commissaire spécial de la Sûreté, d’abord intéressé, ne donne donc pas suite à cette demande50. Au même moment, certains policiers marseillais bénéficient eux aussi de leçons de jiu-jitsu51.

Prospectus d'Auguste Sandoz (sans date)

Prospectus d'Auguste Sandoz (sans date)

Archives départementales du Rhône, 4M9

11Bien que les naissances des polices criminelles parisienne et lyonnaise soient concomitantes, l’organisation et la composition de ces deux services diffèrent. Mais les dissemblances ne sont guère significatives. L’analyse des pratiques conduit-elle au même bilan ?

Pourchasser les criminels

Des méthodes éprouvées

  • 52 Gustave Macé, op. cit., p. 96. Les archives de la Sûreté parisienne sont brûlées pendant la Commune
  • 53 Amos Frappa, La police de sûreté lyonnaise (début du XIXe siècle-1936), Mémoire de DEA dirigé par O (...)
  • 54 Horace Valbel, La Police de sûreté en 1889, Paris, 1889, p. 16-17. Selon lui le service des bureaux (...)
  • 55 ADR, 4M196, Situation du personnel de la Sûreté, Rédigé par le commissaire spécial à la Sûreté, 4 f (...)

12Pour arriver à leurs fins, les policiers de la Sûreté disposent d’un large éventail d’outils. L’un des plus fastidieux mais aussi des plus efficaces est la consultation des archives. Les bureaux de sûreté subissent les remous de la vie politique, connaissant des destructions52 voire des suppressions pures et simples53. Ils mobilisent un personnel conséquent : vers 1890 les archivistes représentent un dixième des effectifs parisien54 et lyonnais55. Si l’existence d’un bureau de sûreté lyonnais est attestée depuis 1806, il faut attendre les années 1880 pour voir les autorités policières instituer des règles de consultation précises et durables. La documentation criminelle se constitue alors principalement de deux types de fiches, celles consacrées à la population flottante et les dossiers individuels de malfaiteurs. Tout agent de l’ordre extérieur à la Sûreté désirant avoir accès à cet outil de travail doit tout d’abord remplir un bulletin de consultation qu’il adresse au service de la Sûreté.

Bulletin de consultation des archives du Commissariat spécial de la Sûreté de Lyon (sans date)

Bulletin de consultation des archives du Commissariat spécial de la Sûreté de Lyon (sans date)

Archives départementales du Rhône, 4M18

  • 56 ADR, 4M18, Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour (...)
  • 57 Ibidem, Lettre du commissaire de police de l’arrondissement de la Bourse adressée au commissaire sp (...)
  • 58 Ibid., Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour la (...)
  • 59 ADR, 4M19, Circulaire du secrétaire général pour la police de Lyon, 23 avril 1890.
  • 60 René Garraud, Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale, Paris, (...)
  • 61 Jean-Marc Berlière, « L’article 10 du code d’instruction criminelle sous la IIIe République : "un d (...)

13Il doit ensuite rendre compte de cette demande au secrétaire général pour la police56. Certains commissaires d’arrondissements dénoncent ouvertement ce qu’ils considèrent être une contrainte stérile. En 1886, celui du quartier de la Bourse regrette : « J’ai souvent à [consulter les fiches de la population flottante] et il est gênant de ne pouvoir le faire sans demande écrite57 ». Officiellement, ces règles de consultation répondent à deux besoins : « se rendre compte du travail effectué par les agents58 » et protéger les « renseignements contenus aux archives de la sûreté59 ». Partie essentielle de l’enquête, l’exploration de la mémoire policière doit se doubler d’une recherche sur le terrain. Constat des lieux, audition de témoins et suspects, recours à l’indication, perquisition de domicile, filature, camouflage… telles sont les techniques mises en œuvre par les hommes de la Sûreté. Ces derniers basculent régulièrement dans l’illégalité, en dépit du renforcement progressif des droits de la défense, comme le démontre la pratique de la « cuisine ». Elle consiste à travailler le témoin ou suspect afin qu’il passe aux aveux. La loi Constans de 1897, qui permet à la personne interrogée d’être assistée par un avocat, n’annonce nullement la fin de cette méthode. Elle ne concerne que « l’information préalable » menée par le juge d’instruction60. Les travaux pionniers de Jean-Marc Berlière au début des années 1990 ont démontré combien la « cuisine » était courante à Paris, usage s’appuyant sur l’article 10 du code d’instruction criminelle61. Il autorise le préfet de police à « faire personnellement, ou requérir les OPJ […] de faire tous actes nécessaires à la constatation des crimes, délits et contraventions ». L’étude des archives judiciaires lyonnaises montre que le constat est identique entre Rhône et Saône. L’affaire Barrelon en 1906 fournit un exemple révélateur. La Sûreté lyonnaise soupçonne alors Eugène Barrelon d’avoir tué sa tante à coups de marteau. Le procès-verbal d’interrogatoire, rédigé par le chef de la Sûreté et conservé dans le dossier d’instruction de la cour d’assises du Rhône, indique :

  • 62 ADR, 2U717, Procès-verbal de perquisition et d’interrogatoire établi par le commissaire spécial de (...)

« De retour à notre cabinet, nous avons été informé que l’inculpé Barrelon Eugène, manifestait l’intention de faire des aveux et l’ayant conduit devant nous, nous avons reçu ainsi qu’il suit ses déclarations spontanées, après l’avoir averti qu’il était libre de ne pas nous en faire. "Je veux dire toute la vérité" (l’inculpé sanglote)62 ».

  • 63 Antoine Degoutte, Lyon-la-Ténébreuse. Mémoires d’un policier, Villefranche-en-Beaujolais, Éditions (...)
  • 64 René Garraud, Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale, Paris, (...)

14L’audition du jeune homme ne semble donc entachée d’aucune contrainte morale. D’autant plus que le chef de la Sûreté n’est autre que Jules Sébille, surnommé « Le puritain » par ses collègues en raison de sa discipline et de sa droiture. Pourtant, les aveux de Barrelon n’ont rien de spontanés. Antoine Degoutte le révèle dans les souvenirs qu’il publie en 1945. L’ancien sous-chef de la Sûreté détaille sur quatre pages comment l’agent Blachère et l’inspecteur-principal Gonnard parviennent à tirer au suspect les vers du nez63. Après deux heures d’interrogatoire, le premier quitte la pièce pour laisser la place au second qui endosse le costume du méchant policier, tout en « fumant une courte pipe [et en buvant], de temps en temps, à petites gorgées, un beaujolais qu’il a fait venir du café voisin ». À trois heures du matin, le suspect finit par éclater en sanglots et décide de tout avouer. La pratique de la « cuisine » entre Rhône et Saône s’appuie sur le même fondement juridique qu’à Paris, rappelle en 1909 le juriste lyonnais René Garraud : « l’article 10 est assez usuellement employé en matière de droit commun » car « le secrétaire général pour la police est une sorte de préfet de police64 ».

  • 65 Horace Valbel, op. cit., p. 60-61.
  • 66 Antoine Degoutte, op. cit., p. 182-183.
  • 67 AMT, 1JI1, Lettre du commissaire central de police de Toulon adressée au maire de Toulon, 2 août 18 (...)
  • 68 René Garraud, Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale, Paris, (...)

15Si l’application des recettes traditionnelles s’avère indispensable, elle se révèle toutefois insuffisante pour certaines enquêtes. Les policiers de la Sûreté et ceux qui les dirigent font alors appel à leur créativité. En 1873, l’inspecteur principal Gaillarde démasque ingénieusement un voleur à la mairie de Paris en plaçant dans le tiroir-caisse « un pistolet disposé de telle façon que le coup partirait au moment même où l’on ouvrirait la caisse65 ». Les hommes de la Sûreté parisienne ne détiennent évidemment pas le monopole de l’inventivité. Au début du XXe siècle à Lyon, le plateau de la Croix-Rousse est le théâtre des méfaits d’un exhibitionniste que la police échoue à prendre sur le fait. Le brigadier Chamary, chargé du dossier, confectionne un petit lasso puis s’exerce au lancer durant une semaine dans les locaux du palais de justice. Une fois aguerri, l’agent de la Sûreté passe victorieusement à l’action, parvenant à atteindre sa cible du premier coup et à amener le coupable « ainsi ficelé à la permanence66 ». À Toulon, c’est le commissaire central qui se distingue en 1892. Il propose au maire « [d’]accorder gratuitement à chaque agent de la sûreté une paire d’espadrilles » afin « de découvrir les incendiaires, voleurs, vagabonds » une fois la nuit tombée. Ainsi, les dix « agents seront plus alertes et pourront se dissimuler plus facilement67 ». Comme pour les exemples parisien et lyonnais, c’est la nécessité du flagrant délit qui stimule l’imagination du commissaire central de Toulon. La loi ne punit en effet que le crime accompli ou en train de se commettre. De plus, la flagrance du délit assure aux agents de l’ordre une plus grande liberté d’action vis-à-vis de Thémis, dont ils ne sont que les auxiliaires68.

L’identification, source de divergences

16Bien évidemment, les spécificités locales ne se limitent pas à ces innovations ponctuelles, fruits de la brillante inventivité de tel ou tel individu. Elles s’observent aussi et surtout en matière d’identification. Cette partie du travail policier bénéficie d’améliorations importantes à partir des années 1880. Or, ces progrès sont différemment exploités dans la capitale de la France et celle des Gaules. Le cas parisien constitue un domaine de recherche florissant comme l’atteste le projet Bertillon lancé en 2010 sous la direction de Pierre Piazza69. Alphonse Bertillon, un commis chargé de rédiger les fiches de signalement de la préfecture de police, met au point, à partir de juillet 1879, une nouvelle méthode pour démasquer les récidivistes : l’anthropométrie judiciaire. Elle consiste à relever une dizaine de mesures osseuses pour les reporters sur les fiches individuelles de malfaiteurs. Au fur et à mesure, d’autres données viennent compléter le dispositif : les marques particulières tels que les tatouages, la photographie judiciaire, la colorimétrie de l’iris, le portrait parlé et enfin, dès 1894, les empreintes de quatre doigts de la main droite70. Bertillon ne cache toutefois pas son scepticisme à l’égard des empreintes digitales71. Selon lui, elles « ne présentent pas des éléments de variabilités suffisamment décisifs72 ». Le succès qu’il obtient en octobre 1902 lors de l’affaire Scheffer n’y change rien. Il réussit pourtant la première identification grâce aux empreintes papillaires relevées sur un médaillon fracturé73. Il faut donc attendre 1910 pour qu’une circulaire de la préfecture de police rappelle la nécessité de « préserver » les traces digitales « en évitant que les personnes accourues à la première heure ne touchent [l]es objets74 ». Malgré tout, le bertillonnage donne des résultats probants. Dans ses mémoires, Goron se félicite que le service anthropométrique soit directement rattaché à la Sûreté, dont il est le chef75. L’ancien commis de la préfecture de police est promu directeur de l’Identité judiciaire en 189376. Ces innovations s’imposent rapidement dans le reste de la France et même au-delà. Dès 1885, le directeur de l’administration pénitentiaire Louis Herbette étend le système anthropométrique à tous les établissements pénitentiaires français77. À Lyon, il est mis en place par Roux dans la prison Saint-Paul78. En 1889, à l’occasion du congrès international d’anthropologie criminelle de Paris, les participants appellent les gouvernements du monde entier à adopter le bertillonnage. Ce vœu est exaucé dans les années qui suivent, parfois tardivement. Lorsqu’il se rend en Allemagne en 1890, Alexandre Lacassagne déplore que ce ne soit pas encore le cas pour la Sûreté berlinoise79. La diffusion du bertillonnage s’inscrit toutefois dans un processus ambivalent de récupération et d’adaptation, elle suscite parfois même des réticences comme dans la police new-yorkaise en 189680.

17En matière de police scientifique, Lyon se contente donc de suivre la ville lumière. En dépit de ces progrès, les méthodes d’enquête employées par la police lyonnaise restent alors bien archaïques. L’affaire Roche, en 1906, illustre ce retard. Suite à un cambriolage, l’empreinte de pas de l’un des voleurs est découverte sur un banc, celui-ci ayant servi à s’introduire dans le domicile.

Empreinte de pas relevée par le brigadier Brun de la Sûreté lyonnaise (1906)

Empreinte de pas relevée par le brigadier Brun de la Sûreté lyonnaise (1906)

Archives départementales du Rhône, 2U723

  • 81 ADR, 2U723, Empreinte de pas relevée par le brigadier Brun de la Sûreté lyonnaise, 27 juin 1906.
  • 82 Jules Germain, Dictionnaire encyclopédique de police judiciaire, Ganges, Auteur, 1889, p. 337.
  • 83 Édmond Locard, Traité de criminalistique, t. I et II, Lyon, Desvignes, 1931, p. 523.
  • 84 André Frecon, Des empreintes digitales en général et de leur application dans la pratique médico-lé (...)
  • 85 Édmond Locard, La dactyloscopie : identification des récidivistes par les empreintes digitales, Lyo (...)
  • 86 Idem, Mémoires d’un criminologiste, Paris, Arthème-Fayard, 1958, 285 p., p. 18.
  • 87 Nicolas Quinche, Sur les traces du crime. De la naissance du regard indicial à l’institutionnalisat (...)
  • 88 ADR, 4M9, Rapport du docteur Édmond Locard adressé au Secrétaire général pour la police de Lyon, 24 (...)
  • 89 Harry Söderman, Quarante ans de police internationale, Paris, Presse de la Cité, 1956, 316 p., p. 7 (...)
  • 90 Édmond Locard, « Un nouvel essai de classement dactyloscopique », Archives de l’Anthropologie Crimi (...)
  • 91 ADR, 4M9, Rapport du docteur Édmond Locard adressé au Secrétaire général pour la police de Lyon, 24 (...)
  • 92 Laurent Teil, Édmond Locard (1877-1966) et la criminalistique, Mémoire de maîtrise dirigé par Régis (...)
  • 93 ADBDR, 4M16, Rapport du chef du service anthropométrique de Marseille sur l’organisation des servic (...)
  • 94 Édmond Locard, « Les laboratoires de police », Archives internationales de médecine légale, janvier (...)
  • 95 ADBDR, 4M16, Rapport du chef du service anthropométrique de Marseille sur l’organisation des servic (...)

18Un agent est dépêché sur les lieux par le sous-chef de la Sûreté, Antoine Degoutte. Le policier relève la marque de la chaussure à l’aide d’une feuille cartonnée et d’une paire de ciseaux81. Or, les manuels de police recommandent depuis longtemps le moulage des empreintes de pas82. À la même époque, au laboratoire de médecine légale de Lyon, un chercheur de 29 ans développe de nouvelles techniques de relevé. Pour le cas des surfaces poussiéreuses, il préconise de badigeonner une fine couche de plâtre afin de relever ensuite l’empreinte83. Ce scientifique n’est autre qu’Édmond Locard. C’est grâce à lui que la Sûreté lyonnaise s’émancipe du modèle parisien à partir de 1910. Son parcours, bien différent de celui de Bertillon, permet de comprendre pourquoi. Natif de Saint-Chamond, Locard s’oriente vers la médecine légale dès 1900. Il intègre alors l’équipe du laboratoire dirigé par Lacassagne. Ce dernier suscite depuis plus de dix ans déjà des travaux universitaires sur la dactyloscopie84. Après avoir soutenu en 1902 une thèse sur la médecine légale au XVIIe siècle, Édmond Locard choisit donc logiquement de s’intéresser aux empreintes digitales85. Afin de compléter ses recherches, il entreprend de visiter les plus grands services d’identité judiciaire d’Europe : Paris, Berlin, Dresde, Liège, Lausanne ou encore Rome86. Le professeur Reiss, directeur du laboratoire de Lausanne, ancien disciple et collaborateur de Bertillon, devient alors une référence pour lui87. Fort de toutes ces expériences, Édmond Locard obtient le 24 janvier 1910 la fondation du laboratoire de police de Lyon. Avec cet organisme, directement rattaché à la Sûreté, il commence par perfectionner les fiches individuelles de malfaiteurs. Elles sont confectionnées conformément « aux modèles établis par […] le Service de la Sûreté de Paris88 ». Chacune d’elle est établie en trois exemplaires, le premier servant au classement anthropométrique. Locard juge cette méthode bien imparfaite car « très difficilement applicable aux femmes, [et] entièrement dénué[e] de valeur [pour] les individus qui n’ont pas atteint encore leur développement total ». Il la conserve en raison de « La nécessité des échanges avec les administrations » françaises, et surtout car la loi l’impose. À la fin des années 1920, cette pratique est donc encore attestée89. Le natif de Saint-Chamond élabore toutefois deux autres modes de classements. L’un repose sur l’ordre alphabétique phonétique. Il permet de retrouver rapidement un nom dont on ignore l’orthographe exacte. Cette « méthode lyonnaise donne des résultats beaucoup meilleurs que ceux obtenus […] à Paris et à Vienne (Autriche)90 ». Elle tient en effet compte de la prononciation du pays d’origine. Le second système de classement, dactyloscopique, suit « l’exemple de tous les grands Services policiers d’Europe et d’Amérique91 ». Il s’agit pourtant, une fois de plus, d’une particularité locale. Elle s’inspire du vucétichisme, mis au point par l’Argentin Juan Vucetich puis adopté progressivement dans le reste de l’Amérique latine. L’innovation lyonnaise consiste à remplacer le pouce par l’index pour le numéro de série de la fiche92. Mais le travail du laboratoire de police ne se limite pas à l’identification des récidivistes. Il consiste aussi à récolter, sur les lieux du crime, des indices. Les moyens matériels et humains que le secrétaire général pour la police met à la disposition de Locard sont dérisoires. De façon significative, lorsque le chef du service anthropométrique de Marseille visite les installations parisienne et lyonnaise en 1920, il consacre presque l’intégralité de son compte-rendu au service de l’Identité judiciaire de la capitale93. Malgré ces moyens inégaux, existe-t-il, comme pour les archives, des spécificités lyonnaises ? De nombreux points communs peuvent être relevés. Dès 1910, Édmond Locard met au point un isolateur pour transporter les objets marqués d’empreintes digitales94. La même année, Alphonse Bertillon élabore la « malle bertillonne » sur le même principe. D’autres instruments, déjà en usage à Paris, sont importés entre Rhône et Saône, comme l’appareil de photographie métrique de Bertillon. Mais il existe aussi des originalités lyonnaises, ce que reconnaît d’ailleurs le chef du service anthropométrique de Marseille95. En effet, les travaux d’Édmond Locard se focalisent progressivement sur la graphologie et la poroscopie. La première consiste à analyser les documents écrits. La seconde repose, quant à elle, sur l’observation des pores situés aux extrémités des doigts et sur l’avant bras. Or, depuis 1899, la graphologie ne relève plus du service de l’Identité judiciaire de Paris, une décision prise par le préfet de police Lépine suite à l’erreur commise par Bertillon lors de l’affaire Dreyfus.

19La comparaison des méthodes d’enquête soulève donc la question de la circulation des modèles policiers. Lyon reçoit les innovations parisiennes, avant de se distinguer de la capitale sous l’impulsion d’Édmond Locard. À une autre échelle, quels rapports s’établissent entre les Sûretés lyonnaise, parisienne et les services équivalents français ?

Les influences réciproques

Lyon et la France au diapason parisien ?

20Entre Rhône et Saône, de même que dans les autres cités de province, les us et coutumes de la Sûreté parisienne ne sont pas inconnus. Et ce, dès l’époque de « la Rousse ». Dans une lettre de 1822 destinée au procureur du Roi, le maire de Lyon s’érige en partisan du recours aux malfaiteurs pour la « police des voleurs » :

  • 96 AML, I1 53, Copie d’une lettre s.a. [le maire de Lyon] adressée au procureur du Roi, 8 avril 1822.

« Vous savez comme moi qu’à Paris cette partie de la Police est confiée à des forçats et que leur Chef est un homme qui a commis tous les crimes et qui a été condamné, en différentes, à plus de cent années de travaux forcés96 ».

  • 97 Alexandre Nugues-Bourchat, « Les commissaires de police à Lyon : des passeurs de normes (1800-1880) (...)
  • 98 Dominique Kalifa, « Les mémoires de policiers au XIXe siècle : l’émergence d’un genre ? », in Crime (...)
  • 99 Antoine François Claude, op. cit.
  • 100 ADR, 4M3, Lettre du chef de la Sûreté lyonnaise adressée au conseiller d’État chargé de l’administr (...)
  • 101 Pierre Gonnard, op. cit., p. 130.
  • 102 Ibidem, p. 18.
  • 103 Uri Eizenzweig, Le récit impossible, Paris, Christian Bourgois, 1986, p. 21.
  • 104 Le Petit Lyonnais, 27 novembre 1887.

21Comment l’information circule-t-elle entre les villes ? Les mutations jouent un rôle bien marginal. Rares sont les agents parisiens envoyés sur Lyon. L’inverse s’observe plus fréquemment97. Autre vecteur de transmission, la parution des souvenirs de policiers parisiens. Lancée à la fin des années 1820, elle connaît un épanouissement entre 1880 et 191498. Les quotidiens régionaux participent à ce mouvement. Ainsi, Le Petit Lyonnais publie les Mémoires de M. Claude, ancien chef de la Sûreté sous le Second Empire, à partir du mois d’avril 1883, sous forme de feuilleton99. Enfin et surtout, les responsables du maintien de l’ordre entretiennent une correspondance régulière. L’ensemble de ces canaux permet aux autorités policières de savoir ce qui se pratique dans la première ville de France. Celle-ci est d’ailleurs perçue comme un exemple à suivre en matière de « police des voleurs », et ce bien avant l’anthropométrie judiciaire de Bertillon. Dans une lettre de 1853, le chef de la Sûreté lyonnaise ne masque pas son enthousiasme : « la police de Paris est puissante et […] elle a acquis dans l’opinion du monde une juste et grande renommée100 ». Adressé au conseiller d’État chargé d’administrer le Rhône, ce courrier doit permettre d’obtenir des moyens matériels supplémentaires. L’admiration à l’égard de la capitale se manifeste également dans les souvenirs de policiers lyonnais qui fleurissent dans l’entre-deux-guerres. Gonnard, sollicité par des journalistes du Lyon Républicain après la Grande guerre, décide de publier ses mémoires. La parution débute en 1924 sous la forme d’un roman-feuilleton. L’ancien inspecteur principal de la Sûreté, âgé alors de 75 ans, voue un véritable culte aux limiers parisiens, se plaçant dans la lignée « [d]es Goron, [d]es Jaume, [d]es Hourliers, [d]es Hamards101 ». Gonnard se qualifie même de « Jaume lyonnais102 », n’hésitant pas à se grimer pour la réussite d’une enquête. La bonne réputation de la capitale dépasse le simple cadre de la police et apparaît également dans la production littéraire comme Le crime de Bellecour. Écrit par un certain « Hugues de Lyon », ce feuilleton paraît à partir du mois de novembre 1887 dans Le Petit Lyonnais. Il appartient à la famille des « romans de l’erreur judiciaire103 ». Un homme se voit injustement accuser d’un meurtre perpétré dans un appartement de la place Bellecour. Le policier fautif ? « M. Bonenfant, un des meilleurs agents du service de la sûreté104 ». Lors du procès à la cour d’assises du Rhône, maître Darcy, avocat de la défense, fustige les errements de la police lyonnaise avant de conclure :

  • 105 Ibidem, 25 décembre 1887.

« Vous n’avez pas fait votre devoir ! Vous deviez, puisque vos policiers judiciaires sont incapables d’accomplir ces délicates besognes, recourir au flair d’agents plus expérimentés et plus ingénieux. Vous deviez appeler à vous les Macé, les Claude, ceux qui, sur un indice, suivent une trace, une signe, trouvent un homme105 ».

  • 106 Ibidem, 27 décembre 1887.
  • 107 L'assassinat de la rue Magnaque. Une aventure policière en 1847. Ouvrage anonyme, Toulon, Alamo, 19 (...)

22L’amie de l’accusé, suivant les recommandations de maître Darcy, part demander de l’aide à « M. Massé », l’ancien chef de la Sûreté parisienne. Celui-ci, qui coule alors une paisible retraite non loin de la capitale, enfonce le clou : « Je lis, par ici par là quelques journaux, assez pour constater que le service de la sûreté est quelque peu rudimentaire dans le département du Rhône106 ». Au final, Massé résout brillamment l’affaire du crime de Bellecour. Les romans-feuilletons de cette nature fleurissent également dans d’autres villes de province107.

  • 108 ADR, 4M1, Lettre du préfet du Rhône adressée au lieutenant général de police de Lyon, 12 octobre 18 (...)
  • 109 AMT, 1JI1, Rapport du commissaire central de police de Toulon adressé au maire de Toulon, 4 octobre (...)
  • 110 Ibidem, Lettre du sous-préfet du Var adressée au maire de Toulon, 16 novembre 1854.
  • 111 ADR, 4M2, Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône adressée au préfet du Rhône, Marseille, 18 mai 1824
  • 112 AMT, 1JI1, Lettre du commissaire central de police de Toulon adressée au maire et aux membres du co (...)
  • 113 Archives Départementales du Var, 6M 1 1, Rapport du commissaire central de Toulon sans destinataire (...)
  • 114 AMT, 1JI1, Rapport sur le traitement du personnel de la police de Toulon, Rédigé par le commissaire (...)

23Le modèle parisien, si réputé, fait-il pour autant école ? L’anthropométrie judiciaire mise à part, il semble que ce soit rarement le cas. La préfecture de police dispose de moyens matériels incomparables. Ses pratiques s’exportent donc difficilement en province. Lorsque François Rousset propose dès 1819 de créer une brigade de sûreté, il s’inspire probablement de l’expérience de Vidocq. Malgré l’appui du lieutenant général De Permon, le dessein d’une brigade lyonnaise de six hommes ne voit pas le jour. Le préfet du Rhône juge la proposition de Rousset irrecevable pour des raisons financières108. La transposition des pratiques parisiennes en province s’avère encore plus délicate pour les villes de taille modeste comme Toulon. Fin 1854, le commissaire central élabore un projet de réorganisation. La première phrase révèle clairement sa source d’inspiration : « Nouvelle organisation de la police à Toulon, sur les mêmes bases que celle de Paris109 ». La réforme proposée s’articule autour de la technique de l’îlotage que la capitale française vient d’emprunter à Londres. La mise en œuvre doit s’accompagner d’une hausse conséquente de l’effectif policier, celui-ci passant de 28 à 54 unités. La brigade de sûreté, composée de trois hommes, n’est toutefois pas censée bénéficier de cette majoration. Gagné par l’argumentation du commissaire central, le maire se fait le porte-voix de celui-ci à la préfecture du Var. Mais le sous-préfet écarte le projet du revers de la main, le « nombre d’agents » disponible étant insuffisant110. Paris, en raison de son statut de capitale, ne peut être imitée. Les responsables de la sécurité se tournent donc vers les villes voisines, de taille équivalente ou fondées sur la même activité économique. Quand, en 1824, le préfet du Rhône René de Brosses s’interroge sur la police de sûreté, il s’adresse à son alter ego marseillais. Six mois plus tôt, le commissaire Richart, attaché à « la police des voleurs », est révoqué pour usage de faux. La question est donc de savoir s’il faut nommer un nouveau titulaire à cette fonction. Le préfet des Bouches-du-Rhône répond qu’à Marseille il n’existe aucun « moyens particuliers pour parvenir plus surement [sic] à l’arrestation des auteurs des crimes et délits111 ». René de Brosses, rassuré, décide d’envoyer aux oubliettes le commissariat chargé de la sûreté. Il y reste jusqu’en 1833. Les autorités toulonnaises tournent elles aussi leurs regards en direction de la cité phocéenne. Les deux ports méditerranéens pâtissent également du « voisinage de l’Italie qui […] envoie ses gens tarés, et de la marine qui […] jette constamment des matelots ivres dans les rues et les lieux publiques112 ». Lorsqu’en 1903, le commissaire central de Toulon demande d’installer dans ses locaux « un service photographique et anthropométrique », il précise que ce type d’infrastructure « fonctionne bien dans diverses villes, notamment à Marseille où il donne d’excellents résultats113 ». Les responsables du maintien de l’ordre brestois sont également sollicités par leurs homologues toulonnais. En effet, Brest rassemble « une population à peu près égale à celle de Toulon » et abrite elle aussi une partie de la flotte française114.

Un modèle lyonnais qui s’exporte

  • 115 Laurent Teil, Naissance et développement de la police scientifique à Lyon (1870-1930), Mémoire de D (...)
  • 116 Albert Claps, Les indices dans le procès pénal : le laboratoire de criminalistique, Thèse de droit (...)
  • 117 Harry Söderman, op. cit., p. 150.

24Les pratiques parisiennes ne sont donc pas forcément imitées. La remarque vaut-elle aussi pour Lyon et son laboratoire de police ? Avec le décès de Bertillon en février 1914, la reconnaissance de la dactyloscopie en France semble s’accélérer. David, un collaborateur, lui succède à la tête du service de l’Identité judiciaire. Les archives regroupent alors plus de deux millions de fiches réparties dans quatre répertoires signalétiques différents : anthropométrique pur, anthropo-dactyloscopique, dactylo-anthropométrique et dactyloscopique pur. Ce dernier fichier, basé uniquement sur les empreintes digitales, ne compte que 60 000 individus115. David entreprend de réduire ce déséquilibre. Quelques mois plus tard, se déroule la première assemblée générale de police judiciaire internationale organisée par le prince Albert Ier à Monaco. David y défend l’usage de la dactyloscopie pour la recherche des criminels. En 1918, Édmond Bayle, un physicien de l’Institut Pasteur, prend le relais à la tête du service de l’Identité. Il poursuit le travail de modernisation entamé par son prédécesseur, mais l’écart avec les pratiques lyonnaises reste important. Ce n’est qu’à partir de 1925 que les fiches anthropométriques sont reprises pour être classées suivant le système dactyloscopique116. La capitale comble donc avec lenteur son retard sur Lyon en matière d’empreintes digitales. Cette situation trouve en partie son origine dans la rivalité qui oppose les deux premières villes de France. Ainsi, à la fin des années 1920, Harry Söderman constate « [qu’]il y avait toujours une certaine tension entre le Laboratoire de Lyon et celui de Paris117 ».

  • 118 ADBDR, 4M16, Lettre du procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence adressée au préfet (...)
  • 119 Ibidem, Rapport du chef du service anthropométrique de Marseille sur l’organisation des services d’ (...)

25En revanche, la ville des frères Lumière se voit proposer comme modèle pour la cité phocéenne dès 1918. La suggestion est lancée par le procureur général Long de la cour d’appel d’Aix-en-Provence. Son courrier, envoyé au préfet des Bouches-du-Rhône, dévoile la genèse de cette idée. Tout d’abord, « il semble naturel de se référer au fonctionnement du laboratoire de Lyon ville où l’on constate même densité de population, mêmes ressources et besoins de protection sociale analogue. L’organisation en vigueur à la Préfecture de police, à Paris, est sans doute trop onéreuse pour une ville de province118 ». La question démographique et celle des crédits constituent des arguments habituels pour justifier l’impossible imitation de Paris119. En outre, le magistrat aixois s’avère être l’ancien procureur de la République de Lyon. Il livre d’ailleurs son témoignage personnel : 

« grâce aux constatations du laboratoire de police [de Locard], plusieurs poursuites importantes se sont terminées par une condamnation alors qu’elles ne s’étayaient que sur des preuves indiciales. Des aveux postérieurs ont plus d’une fois consacré le bien fondé des décisions ainsi intervenues ».

  • 120 Ibid., Lettre du procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence adressée au préfet des Bo (...)
  • 121 Ibid., Conseil général des Bouches-du-Rhône, Séance du 6 mai 1927.
  • 122 AML, Fonds Locard, Boîte 31 II 45, Lettre d’Édmond Locard adressée au président de la chambre de co (...)
  • 123 ADBDR, 4M16, Lettre de Georges Béroud adressée au préfet des Bouches-du-Rhône, 23 juin 1927.
  • 124 Ibidem, Lettre du président du Comité pour la création du laboratoire de police scientifique adress (...)

26Il faut rappeler que, le 10 novembre 1910, la cour d’assises du Rhône avait prononcé la première condamnation d’un tribunal français sur l’unique preuve dactyloscopique. Cette affaire, dite de la rue Ravat, avait représenté le premier grand succès d’Édmond Locard. Dans sa lettre, l’ancien juge lyonnais dresse d’ailleurs un véritable panégyrique du natif de Saint-Chamond120. La proposition du procureur Long se heurte toutefois à l’obstacle des finances. Loin de se décourager, le magistrat aixois prend la tête d’un « Comité pour la création à Marseille d’un laboratoire de police technique ». Presque dix ans lui sont nécessaires pour obtenir gain de cause. En 1927, le conseil général des Bouches-du-Rhône accepte de voter les crédits permettant la réalisation du projet121. Un concours sur titre est organisé pour désigner le futur directeur. Sans surprise, le choix se porte sur Georges Béroud, médecin-légiste de formation et ancien assistant au laboratoire de police scientifique de Lyon. Durant les trois années passées entre Rhône et Saône, il avait été l’auxiliaire privilégié de Locard pour ses premiers travaux sur l’identification des armes à feu par l’examen microscopique des rayures sur les balles et sur les douilles122. Fort de son expérience lyonnaise, Béroud propose même d’acheter dans cette ville le matériel destiné au laboratoire de Marseille : « Connaissant plusieurs fournisseurs [il sait] comment avoir ces instruments à des prix les plus réduits123 ». La notion de modèle, qui apparaît d’ailleurs dans la correspondance124, prend donc tout son sens. Le nouvel organisme de lutte contre le crime est installé dans les locaux de l’hôtel de police, rue de l’Évêché.

  • 125 Un vecteur d’échange traditionnel rappelle Catherine Denys dans son propos introductif de Circulati (...)
  • 126 ADR, 4M9, Lettre du ministre plénipotentiaire de la République française à Sophia Dard adressée au (...)
  • 127 Ibidem, Lettre du chef de la Sûreté lyonnaise adressée à l’agent général pour le Western Australia (...)
  • 128 Harry Söderman, op. cit., p. 40, 64 et 192.
  • 129 AML, Fonds Locard, Boîte 31 II 88, Lettre d’Édmond Locard adressée à Osvaldo Miranda Pinto, 18 octo (...)

27L’influence lyonnaise ne se cantonne pas au seul territoire national. Des demandes de renseignements, provenant de différents États européens voire extra-européens, aboutissent entre Rhône et Saône125. En 1925, le « Service de la Sûreté Bulgare126 » s’intéresse ainsi au fonctionnement des polices criminelles lyonnaise et parisienne. Les « ouvrages du Docteur LOCARD à LYON et ceux sur le système français du "bertillonage" [sont traduits] par les soins de la Sûreté [bulgare] afin que les agents puissent s’en inspirer ». Dans la même lettre, l’ambassadeur français de Bulgarie indique que les autorités projettent « d’envoyer une mission à Lyon et à Paris qui sera chargée d’étudier sur place les systèmes des Docteurs LOCARD & BERTILLON ». En 1921, la sollicitation vient d’encore plus loin. Il s’agit de communiquer aux commissaires de police d’Australie occidentale les récentes découvertes de Locard sur la poroscopie. Le chef de la Sûreté lyonnaise prend lui-même la plume pour dresser le compte-rendu des ces travaux127. La correspondance écrite ne constitue pas l’unique vecteur d’influence. Locard accueille des stagiaires de toutes nationalités dans son laboratoire de police technique. Existe-t-il un meilleur moyen pour communiquer au reste du monde le savoir-faire lyonnais ? Harry Söderman fait ainsi ses premières armes entre Rhône et Saône, de 1925 à 1928. Très inventif, ce Suédois met alors au point le hatoscope, microscope destiné aux expertises balistiques. Après son passage à Lyon, il connaît une brillante carrière internationale. À partir de 1931, il enseigne à la faculté de droit de Stockholm. Trois ans plus tard, les autorités de New York le nomment conseiller technique pour le tout nouveau laboratoire de la ville. En 1936, il contribue à la réorganisation des forces de l’ordre irlandaises128. Söderman devient directeur de l’Institut national de police technique de Suède en 1939. Il forme des groupes de policiers norvégiens et danois durant la Seconde Guerre mondiale. Enfin, il est chargé de réorganiser la police ouest-allemande, de mars à décembre 1951. Parmi les autres stagiaires de Locard, deux jouent par la suite un rôle de premier plan hors du vieux continent : Mohamed Zaki et Leung Fan. Le premier deviendra le chef du laboratoire de l’identité judiciaire du Caire en Égypte. Le second dirigera, pour sa part, le laboratoire de police de Pékin et le service de contre-espionnage chinois129.

28La Sûreté lyonnaise occupe donc une place de première importance dans l’histoire de la lutte contre la criminalité en France, étant l’un des premiers services de ce type à être institué avec celui de Paris. Dès les années 1880, elle acquiert une autonomie propre, évolution qui se concrétise par la fixation de ses méthodes d’investigation. À partir des années 1900, la traque des malfaiteurs lyonnais marque clairement le pas, l’effort financier étant moindre dans ce secteur du maintien de l’ordre. L’institution d’un laboratoire de police technique en 1910 permet à la capitale des Gaules de revenir sur le devant de la scène nationale. Héritier d’Alphonse Bertillon, Édmond Locard met en place des procédés d’identification propres qui finissent par faire le renom de son laboratoire, que ce soit en France, en Europe et même sur d’autres continents, au point de devenir une nouvelle référence internationale dans l’entre-deux-guerres.

  • 130 Un exemple parmi tant d’autres dans Le Petit Lyonnais du 24 septembre 1880 : « Les agents de la Sûr (...)
  • 131 Antoine Degoutte, Lyon-la-Ténébreuse…, op. cit., p. 63.
  • 132 F. M. Stellet, Haut les mains ! Souvenirs vécus d’un détective français, Toulouse, Imprimerie J. Bo (...)
  • 133 Laurent López, « Les archives contre la statistique officielle ? Retour sur les brigades du Tigre ( (...)

29Au regard de cet historique de la police criminelle lyonnaise, la nomination de Jules Sébille en 1907 à la tête des douze brigades mobiles s’avère donc logique. Celui-ci dirige alors, depuis plusieurs années déjà, la Sûreté lyonnaise. Ce choix, effectué par Célestin Hennion, directeur de la Sûreté générale, est également une histoire d’amitié. Les deux hommes se connaissent depuis la fin des années 1890. C’est entre Rhône et Saône, où Célestin Hennion se rend régulièrement en mission, qu’ils ont sympathisé. Les mobilards s’emparent dès lors du statut de policiers d’élite que détenaient les agents de la Sûreté130. Antoine Degoutte reconnaît lui-même que le départ de l’un de ses inspecteurs pour la 10e brigade de Lyon constitue une promotion131. Chargés eux-aussi de lutter contre les criminels, les mobilards délaissent a priori les affaires locales. Leur grande latitude spatiale doit leur permettre de résoudre les affaires à cheval sur plusieurs départements, ou encore de traquer les bandes motorisées. Mais la ligne de démarcation entre les services de Sûreté et les brigades du Tigre reste floue. Les tensions qui en résultent n’excluent pas la coopération, comme l’indique la lecture des souvenirs d’ancien mobilard lyonnais132, sans compter qu’il existe un écart parfois conséquent entre les objectifs affichés et les pratiques quotidiennes133.

Haut de page

Bibliographie

Berlière Jean-Marc et Lévy René, Histoire des polices en France. De l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011, 766 p.

Denys Catherine (dir.), Circulations policières (1750-1914), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, 208 p.

Farcy Jean-Claude, Kalifa Dominique, Luc Jean-Noël (dir.), Les enquêtes judiciaires en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007, 390 p.

Piazza Pierre (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, 384 p.

Prieur Florent, Dompter une ville en colère. Genèse, conception et mise en œuvre de la police d’État de Lyon (1800-1870), Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Luc Pinol, Université Lumière Lyon II, 20 novembre 2013, 879 p.

Haut de page

Notes

1 Hogier-Grison, Les hommes de proie, Paris, Librairie illustrée, 1887, p. 304.

2 Pour plus de précisions sur la police de Sûreté lyonnaise, Amos Frappa, « Le système de sûreté lyonnais selon les arrêtés du 6 décembre 1833 », Criminocorpus, la revue mis en ligne le 1er janvier 2010.

3 Paolo Napoli, Naissance de la police moderne, Paris, La Découverte, 2003, p. 250 : la police « chargée des fonctions de l’investigation et de l’instruction des délits relevant des tribunaux de police correctionnelle et des tribunaux criminels ».

4 Selon le Code des délits et des peines du 3 brumaire an IV (25 octobre 1796), elle « recherche les délits que la police administrative n’a pas pu empêcher de commettre, en rassemble les preuves, et en livre les auteurs aux tribunaux » (art. 20).

5 Archives Départementales du Rhône, 4M13, Projet élaboré par le syndicat des inspecteurs de police, s.d. [1936]. Il propose d’employer le terme de « Police judiciaire au lieu de Service de Sureté [sic] ».

6 Jean-Marc Berlière, Le crime de Soleilland (1907), Paris, Tallandier, 2003, p. 66.

7 Stéphane Nivet, Prost de Royer (1729-1784), Mémoire de maîtrise dirigé par Bernard Hours, Université Lyon III, 2002, p. 77.

8 Initiative due aux supérieurs selon un manuscrit de Vidocq : « Mes supérieurs […] me chargèrent de créer une police particulière de sûreté ».

9 Un document du 9 nivôse an XIV (14 décembre 1805) ne fait pas état d’un bureau de sûreté [France, Lyon, Archives municipales de Lyon (AML), I1 1, Commissariat général. État des fonds nécessaires pour la gestion administrative de l’an 1806, établi par le commissaire général de police de Lyon Dubois]. Une lettre du 20 octobre 1806 atteste qu’un tel bureau existe [France, Lyon, Archives départementales du Rhône (ADR), 4M370, Lettre du commissaire général de police de Lyon adressée au préfet du Rhône].

10 ADR, 4M176, Lettre du lieutenant général de police de Lyon adressée au chef du bureau de sûreté Marchant, 28 avril 1818.

11 Du moins jusqu’au 28 septembre 1830. Le personnel de la Sûreté est alors remplacé par des inspecteurs de police.

12 ADR, 4M1, Lettre du commissaire de l’arrondissement de la Halle-aux-Blés Rousset adressée au lieutenant général de police de Lyon, 3 août 1819.

13 ADR, 4M2, Lettre du préfet du Rhône adressée au maire de Lyon, 28 mars 1826.

14 AML, 517 WP 21 1, Rapport à Monsieur le Maire de la ville de Lyon sur la police de cette ville, s.a. [le « Chef des deux Bureaux de police »], s.d. [entre le 8 décembre 1831et le 28 décembre 1831].

15 ADR, 4M2, Observations sur la police de Lyon et des communes suburbaines. Rapport sur la police secrète, adressé au Préfet du Rhône, par Deroine [?], 1er janvier 1836.

16 ADR, 4M1, Lettre du maire de Lyon adressée au préfet du Rhône, 11 avril 1815.

17 AML, I1 17, Copie de l’arrêté du maire de Lyon, 19 mai 1819, évoque l’ordonnance royale du 5 mai 1819 [nommant Rousset].

18 ADR, 4M2, Lettre du commissaire-priseur François Rousset adressée au préfet du Rhône, 1er juillet 1822.

19 Archives municipales de Marseille, 1I15, Arrêté municipal du 24 novembre 1845.

20 Archives municipales de Toulon (AMT), 1JI1, Rapport du commissaire central de police de Toulon adressé au maire de Toulon, 4 octobre 1854.

21 Ibidem, Arrêté municipal du 9 septembre 1856.

22 Ibid., Lettre du commissaire central de Toulon adressée au maire et aux membres du conseil municipal de Toulon, 7 mars 1866.

23 Gustave Macé, Le service de la Sûreté par son ancien chef, Paris, 1885 [3e éd.], p. 180.

24 ADR, 4M9, Effectif des gardiens de la paix de la police de l’agglomération lyonnaise, 1922.

25 ADR, 4M38, Effectif des gardiens de la paix de la police de l’agglomération lyonnaise, 1936.

26 Hogier-Grison, op. cit., p. 9. La ville d’Enghien fait aussi partie de son ressort entre 1850 et 1905.

27 Annuaire statistique de la France, 1890, 553 p., chiffres de 1886 [401 930 habitants pour l’agglomération lyonnaise et 2 961 089 pour la Seine]. En 1889 la Sûreté lyonnaise comprend 63 membres, celle de Paris 341.

28 Florent Prieur, Dompter une ville en colère. Genèse, conception et mise en œuvre de la police d’État de Lyon (1800-1870), Thèse sous la direction de Jean-Luc Pinol, Université Lyon II, 20 novembre 2013, p. 362.

29 Sources : Annuaire statistique de la France pour la taille des agglomérations ; pour la Sûreté lyonnaise ADR, 4M5 [Note du secrétaire général pour la police adressée au préfet du Rhône, fin 1962] et 4M3 [Lettre s.a. adressée au préfet du Rhône, 12 avril 1871] ; pour la Sûreté marseillaise, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBDR, 4M4 [Effectif de la brigade de sûreté, établi par le commissaire central, 28 janvier 1867] et 4M7 [Rapport du commissaire spécial adressé au préfet des Bouches-du-Rhône, 19 janvier 1874], la thèse de Jean-Marc Berlière pour Marseille vers 1900 [tome II p. 520] ; pour la Sûreté toulonnaise, France, Toulon, Archives municipales de Toulon (AMT), 1JI1; la thèse de Marie Vogel pour les chiffres de 1925 [p. 241] ; le décret présidentiel du 31 mai 1936 pour les chiffres de 1936 [A.D.R., 4M13].

30 Laurent Dornel, « Les paradoxes de la xénophobie ouvrière. Immigration et violence à Marseille (1880-1914) », in Stéphane Mourlane et Céline Regnard (dir.), Les batailles de Marseille. Immigration, violences et conflits (XIXe-XXe siècles), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2013, p. 138.

31 Sources : Annuaire statistique de la France de 1930 [données de l’année 1926] pour la taille des agglomérations ; la thèse de Marie Vogel pour les chiffres de 1925 [p. 241].

32 ADR, 4M17, Circulaire du Secrétaire général pour la police de Lyon adressée aux commissaires de police de Lyon, 1873. Elle évoque le décret du 13 septembre 1873.

33 En 1835 François Rousset, chef de la police de sûreté, disparaît des états des commissaires de police. Cette charge est de nouveau remplie par un titulaire dès le début des années 1840.

34 ADR, 4M5, Lettre du préfet du Rhône adressée au ministre de l’Intérieur, 9 janvier 1852. Le commissaire central est remplacé fin 1851 par un commissaire spécial près la Préfecture et un commissaire spécial pour la sûreté.

35 ADR, R657, Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour la police de Lyon, 27 décembre 1895.

36 Le Progrès, 10 janvier 1899.

37 ADR, 1M245, Candidatures récentes à la légion d’honneur, 2e semestre 1888 (14 juillet).

38 Jean-Marc Berlière, L’institution policière sous la IIIe République (1875/1914), Thèse dirigée par Pierre Lévêque, Université de Bourgogne, janv. 1991, 3 vol., pp. 693-700. 

39 Entre mars 1899 et avril 1901, la Sûreté s’installe brièvement dans le nouvel hôtel de police [ADR, 4M67, Lettre du chef de la Sûreté lyonnaise adressée au préfet du Rhône, 21 mai 1912].

40 Antoine François Claude, Mémoires de M. Claude, chef de la Sûreté sous le Second Empire, Paris, Jules Rouff, 1881-1885, tome III, p. 12.

41 ADR, 4M5, Arrêté ministériel du 19 décembre 1871 sur l’organisation de la police de l’agglomération lyonnaise, article 14, paragraphe 3.

42 Pierre Gonnard, Trente ans de police lyonnaise (1884-1914), Eureco infographie imprimerie, 1998, p. 26. Selon le détective privé lyonnais Paul César : « Vidocq […] a été l’incarnation du policier adroit, subtil, courageux », même si « nous ne l’avons pas toujours approuvé » [La Vérité sur Vidocq, Bosc Frères et Riou, Lyon, 1923, 104 p., p. 34 et 70]. Édmond Locard se montre en revanche critique, parlant de « tare d’origine » [« La police : ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être », Le fait de la semaine, 26 janvier 1918, t. VI, n° 11, 64 p., p. 13].

43 Gustave Macé, op. cit., p. 146.

44 Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854-1914), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 222.

45 ADR, 4M3, Lettre du Directeur de la sûreté publique de Lyon adressée au préfet du Rhône, 12 avril 1871.

46 AML, 517 WP 21 1, Rapport à Monsieur le Maire de la ville de Lyon sur la police de cette ville, rédigé par le chef du bureau de police municipale, s.d. [entre le 8 et le 28 décembre 1831]. Il propose la création d’une brigade de sûreté. Composée de six hommes, elle serait complétée par des agents surnuméraires qui « feroient [sic] un apprentissage pour arriver à être un jour placés en remplacement » des titulaires.

47 ADR, 4M28, Arrêté du maire de Lyon, 6 décembre 1833. Au sujet du commissaire spécial de la police de sûreté Rousset.

48 ADR, 4M9, Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour la police de Lyon, 29 juin 1925.

49 ADR, 4M7, Lettre du commandant du corps des gardiens de la paix Revillet adressée au secrétaire général pour la police de Lyon, 22 octobre 1918.

50 ADR, 4M9, Lettre du secrétaire général pour la police de Lyon adressée au commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise, 7 juillet 1925.

51 Ibidem, Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône adressée au préfet du Rhône, 13 juin 1924. Le professeur Wladimir Kasulakow avait été chargé par la préfecture des Bouches-du-Rhône de transmettre ses techniques de combat « au personnel de la police marseillaise ».

52 Gustave Macé, op. cit., p. 96. Les archives de la Sûreté parisienne sont brûlées pendant la Commune.

53 Amos Frappa, La police de sûreté lyonnaise (début du XIXe siècle-1936), Mémoire de DEA dirigé par Olivier Faure, Lyon III, 2004, p. 263. Le bureau de sûreté disparaît temporairement lors de la Révolution de 1830 pour des raisons budgétaires.

54 Horace Valbel, La Police de sûreté en 1889, Paris, 1889, p. 16-17. Selon lui le service des bureaux comprend un brigadier, un sous-brigadier et 34 inspecteurs, l’ensemble placé sous la direction d’un commis principal. Soit 37 hommes sur les 341 que comprend la Sûreté (11 %).

55 ADR, 4M196, Situation du personnel de la Sûreté, Rédigé par le commissaire spécial à la Sûreté, 4 février 1887. Le service comprend un secrétaire-archiviste et quatre employés aux archives, sur un effectif total de 64 hommes (8 %).

56 ADR, 4M18, Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour la police de Lyon, 25 janvier 1881.

57 Ibidem, Lettre du commissaire de police de l’arrondissement de la Bourse adressée au commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise, 17 août 1886.

58 Ibid., Lettre du commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise adressée au secrétaire général pour la police de Lyon, 17 avril 1886.

59 ADR, 4M19, Circulaire du secrétaire général pour la police de Lyon, 23 avril 1890.

60 René Garraud, Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale, Paris, Librairie de la Société du Recueil Sirey et du journal du Palais, 1912, tome III, 630 p., p. 81 : « la phase policière du procès pénal n’ayant pas été réglementée par le Code d’instruction criminelle, ne l’est pas non plus par la loi de 1897 ».

61 Jean-Marc Berlière, « L’article 10 du code d’instruction criminelle sous la IIIe République : "un danger permanent pour la liberté de chacun" ? », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, 1991, n° 12, p. 11.

62 ADR, 2U717, Procès-verbal de perquisition et d’interrogatoire établi par le commissaire spécial de la Sûreté lyonnaise, 2 février 1906.

63 Antoine Degoutte, Lyon-la-Ténébreuse. Mémoires d’un policier, Villefranche-en-Beaujolais, Éditions du Cuvier, 1945, p. 222-225.

64 René Garraud, Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale, Paris, Librairie de la Société du Recueil Sirey et du journal du Palais, 1909, tome II, p. 569.

65 Horace Valbel, op. cit., p. 60-61.

66 Antoine Degoutte, op. cit., p. 182-183.

67 AMT, 1JI1, Lettre du commissaire central de police de Toulon adressée au maire de Toulon, 2 août 1892.

68 René Garraud, Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale, Paris, Librairie de la Société du Recueil Sirey et du journal du Palais, 1912, tome III, p. 229.

69 Pierre Piazza, « Bertillonnage : savoirs, technologies, pratiques et diffusion internationale de l’identification judiciaire », Criminocorpus, Bertillon, bertillonnage et polices d'identification, Présentation du dossier, mis en ligne le 18 avril 2011.

70 Édmond Locard, L’identification des récidivistes, Paris, Maloine, 1909, pp. 39-146. En 1901, Bertillon ajoute l’index de la main gauche. En 1904, il intègre le reste des doigts : c’est la fiche décadactylaire.

71 Pierre Piazza, « Alphonse Bertillon face à la dactyloscopie », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 2005, p. 257.

72 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques, Melun, Imprimerie administrative, 1893, 148 p.

73 Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902). La première identification d’un assassin à l’aide de ses empreintes » Criminocorpus, 1er janvier 2007.

74 Ilsen About, « La police scientifique en quête de modèles : institutions et controverses en France et en Italie (1900-1930) », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), Les enquêtes judiciaires en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007, p. 261.

75 Marie-François Goron, Les mémoires de M. Goron, ancien chef de la Sûreté, Paris, Ernest Flammarion, 1897, tome IV, p. 425. Rattachement effectif avec l’arrêté préfectoral du 1er février 1888, de même que pour le service photographique.

76 Ilsen About, « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914) », Genèses, n° 54, 2004, p. 28-52.

77 Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie », in Philippe Vigier et alii, Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe, Paris, Créaphis, 1987, p. 276.

78 ADR, 1Y22, Lettre de Lacassagne demandant au Préfet du Rhône l’autorisation de visiter le service des signalements anthropométriques, 28 mai 1888.

79 Alexandre Lacassagne, Souvenirs du Congrès de Berlin, Lyon, association typographique, 1890, p. 5.

80 Yann Philippe, « Le Bertillonnage à New-York : professionnalisation et image de la police (1896-1914) », Criminocorpus, 18 mai 2011.

81 ADR, 2U723, Empreinte de pas relevée par le brigadier Brun de la Sûreté lyonnaise, 27 juin 1906.

82 Jules Germain, Dictionnaire encyclopédique de police judiciaire, Ganges, Auteur, 1889, p. 337.

83 Édmond Locard, Traité de criminalistique, t. I et II, Lyon, Desvignes, 1931, p. 523.

84 André Frecon, Des empreintes digitales en général et de leur application dans la pratique médico-légale, Thèse de médecine dirigée par Alexandre Lacassagne, Lyon, 1889, 110 p.

85 Édmond Locard, La dactyloscopie : identification des récidivistes par les empreintes digitales, Lyon, Rey, 1904, 15 p.

86 Idem, Mémoires d’un criminologiste, Paris, Arthème-Fayard, 1958, 285 p., p. 18.

87 Nicolas Quinche, Sur les traces du crime. De la naissance du regard indicial à l’institutionnalisation de la police scientifique et technique en Suisse et en France. L’essor de l’institut de police scientifique de l’université de Lausanne, Genève, Éditions Slatkine, 2011, p. 437.

88 ADR, 4M9, Rapport du docteur Édmond Locard adressé au Secrétaire général pour la police de Lyon, 24 juin 1910.

89 Harry Söderman, Quarante ans de police internationale, Paris, Presse de la Cité, 1956, 316 p., p. 76.

90 Édmond Locard, « Un nouvel essai de classement dactyloscopique », Archives de l’Anthropologie Criminelle, 15 juin 1910, p. 434.

91 ADR, 4M9, Rapport du docteur Édmond Locard adressé au Secrétaire général pour la police de Lyon, 24 juin 1910.

92 Laurent Teil, Édmond Locard (1877-1966) et la criminalistique, Mémoire de maîtrise dirigé par Régis Ladous, Lyon III, 1998, p. 44.

93 ADBDR, 4M16, Rapport du chef du service anthropométrique de Marseille sur l’organisation des services d’identité judiciaire de Paris et de Lyon, 30 avril 1920.

94 Édmond Locard, « Les laboratoires de police », Archives internationales de médecine légale, janvier et avril 1911, p. 105-117.

95 ADBDR, 4M16, Rapport du chef du service anthropométrique de Marseille sur l’organisation des services d’identité judiciaire de Paris et de Lyon, 30 avril 1920 : « Le laboratoire de police de Lyon se sert surtout d’un appareil de microscophotographie pour l’étude des ratures et surcharges d’écriture et l’examen des pores de la peau (poroscopie) ».

96 AML, I1 53, Copie d’une lettre s.a. [le maire de Lyon] adressée au procureur du Roi, 8 avril 1822.

97 Alexandre Nugues-Bourchat, « Les commissaires de police à Lyon : des passeurs de normes (1800-1880) », in Dominique Kalifa, Pierre Karila-Cohen, Vincent Denis et Jean-Paul Jourdan (dir.), Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 69.

98 Dominique Kalifa, « Les mémoires de policiers au XIXe siècle : l’émergence d’un genre ? », in Crime et culture au XIXe, Paris, Perrin, 2005, p. 67-102.

99 Antoine François Claude, op. cit.

100 ADR, 4M3, Lettre du chef de la Sûreté lyonnaise adressée au conseiller d’État chargé de l’administration du Rhône, 12 mai 1853.

101 Pierre Gonnard, op. cit., p. 130.

102 Ibidem, p. 18.

103 Uri Eizenzweig, Le récit impossible, Paris, Christian Bourgois, 1986, p. 21.

104 Le Petit Lyonnais, 27 novembre 1887.

105 Ibidem, 25 décembre 1887.

106 Ibidem, 27 décembre 1887.

107 L'assassinat de la rue Magnaque. Une aventure policière en 1847. Ouvrage anonyme, Toulon, Alamo, 1993, 2 vol. de 171 et 135 p. L’enquête est menée par le commissaire central de Montmort, un policier qui a bel et bien existé.

108 ADR, 4M1, Lettre du préfet du Rhône adressée au lieutenant général de police de Lyon, 12 octobre 1819.

109 AMT, 1JI1, Rapport du commissaire central de police de Toulon adressé au maire de Toulon, 4 octobre 1854.

110 Ibidem, Lettre du sous-préfet du Var adressée au maire de Toulon, 16 novembre 1854.

111 ADR, 4M2, Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône adressée au préfet du Rhône, Marseille, 18 mai 1824.

112 AMT, 1JI1, Lettre du commissaire central de police de Toulon adressée au maire et aux membres du conseil municipal de Toulon, 7 mars 1866.

113 Archives Départementales du Var, 6M 1 1, Rapport du commissaire central de Toulon sans destinataire, 14 octobre 1903.

114 AMT, 1JI1, Rapport sur le traitement du personnel de la police de Toulon, Rédigé par le commissaire central de Toulon, 25 octobre 1890.

115 Laurent Teil, Naissance et développement de la police scientifique à Lyon (1870-1930), Mémoire de DEA dirigé par Olivier Faure, Lyon III, 2000, p. 18.

116 Albert Claps, Les indices dans le procès pénal : le laboratoire de criminalistique, Thèse de droit de l’Université de Lyon, Lyon, Imprimerie F. Benoit, 1931, p. 46.

117 Harry Söderman, op. cit., p. 150.

118 ADBDR, 4M16, Lettre du procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence adressée au préfet des Bouches-du-Rhône, 5 décembre 1918.

119 Ibidem, Rapport du chef du service anthropométrique de Marseille sur l’organisation des services d’identité judiciaire de Paris et de Lyon, 30 avril 1920. On y retrouve l’argument financier : « il n’est pas possible pour le moment d’avoir un outillage aussi compliqué et coûteux que celui du Service de l’Identité Judiciaire de la Préfecture de Police de Paris ».

120 Ibid., Lettre du procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence adressée au préfet des Bouches-du-Rhône, 5 décembre 1918. Il écrit : « Comme l’a dit excellemment un maître réputé en cette science nouvelle, le Docteur LOCARD ».

121 Ibid., Conseil général des Bouches-du-Rhône, Séance du 6 mai 1927.

122 AML, Fonds Locard, Boîte 31 II 45, Lettre d’Édmond Locard adressée au président de la chambre de commerce de Lyon, 4 novembre 1925.

123 ADBDR, 4M16, Lettre de Georges Béroud adressée au préfet des Bouches-du-Rhône, 23 juin 1927.

124 Ibidem, Lettre du président du Comité pour la création du laboratoire de police scientifique adressée au préfet des Bouches-du-Rhône, 15 avril 1925.

125 Un vecteur d’échange traditionnel rappelle Catherine Denys dans son propos introductif de Circulations policières (1750-1914), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 9.

126 ADR, 4M9, Lettre du ministre plénipotentiaire de la République française à Sophia Dard adressée au ministre des Affaires étrangères Aristide Briand, Sophia, 29 décembre 1925.

127 Ibidem, Lettre du chef de la Sûreté lyonnaise adressée à l’agent général pour le Western Australia de Londres, 28 septembre 1921.

128 Harry Söderman, op. cit., p. 40, 64 et 192.

129 AML, Fonds Locard, Boîte 31 II 88, Lettre d’Édmond Locard adressée à Osvaldo Miranda Pinto, 18 octobre 1935.

130 Un exemple parmi tant d’autres dans Le Petit Lyonnais du 24 septembre 1880 : « Les agents de la Sûreté ont le flair très sûr, on n’est pas de ce service-là pour rien ».

131 Antoine Degoutte, Lyon-la-Ténébreuse…, op. cit., p. 63.

132 F. M. Stellet, Haut les mains ! Souvenirs vécus d’un détective français, Toulouse, Imprimerie J. Bonnet, 1927, p. 144.

133 Laurent López, « Les archives contre la statistique officielle ? Retour sur les brigades du Tigre (Dijon, 1908-1914) », Genèses, n° 71, 2008, p. 106-122. À partir d’un échantillon de 300 dossiers traités par la brigade de Dijon, l’auteur démontre que l’activité repose essentiellement sur l’identification des nomades.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Évolution des effectifs de la police de sûreté à Lyon, Marseille et Toulon de 1864 à 1936
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Prospectus d'Auguste Sandoz (sans date)
Crédits Archives départementales du Rhône, 4M9
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Bulletin de consultation des archives du Commissariat spécial de la Sûreté de Lyon (sans date)
Crédits Archives départementales du Rhône, 4M18
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Empreinte de pas relevée par le brigadier Brun de la Sûreté lyonnaise (1906)
Crédits Archives départementales du Rhône, 2U723
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amos Frappa, « La Sûreté lyonnaise dans le système policier français (début XIXe-début XXe siècle) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2684

Haut de page

Auteur

Amos Frappa

Amos Frappa est professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée La Martinière-Monplaisir à Lyon. Ses recherches portent sur la police et ses relations avec le reste des forces de l’ordre lyonnaises, du XIXe siècle à la fin de la IIIe République. Il prépare une thèse sur Édmond Locard et la mise en place de la police technique de la fin du XIXe au milieu du XXe.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page