Navigation – Plan du site
Articles

La bande à Bonnot : l’assaut final à Nogent (14-15 mai 1912)

Laurent López

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements à Philippe Zoummeroff et à l’équipe du Musée de Nogent-sur-Marne pour la reproduction des cartes postales et documents illustrant cet article.

Texte intégral

Nogent-sur-Marne – Vue générale du viaduc

Nogent-sur-Marne – Vue générale du viaduc
  • 1 Malgré près d’un siècle écoulé, les livraisons récentes sur le sujet reprennent ces articles sans r (...)

1A de multiples égards, le vocabulaire militaire du Génie est plus approprié que le lexique policier ressortissant à l’enquête judiciaire ou au maintien de l’ordre pour décrire la prise du repaire de deux des membres les plus dangereux de la « bande à Bonnot », les 14 et 15 mai 1912 à Nogent-sur-Marne. En effet, les longues heures de l’affrontement entre Octave Garnier et René Valet contre les forces de l’ordre transformèrent cette localité de la banlieue parisienne en un véritable champ de bataille, rappelant les chroniques médiévales décrivant le dimanche de Bouvines ou le chaos d’Azincourt. L’événement donna immédiatement naissance à une abondante postérité éditoriale, qui retrouve quelque vigueur à l’approche du centenaire de l’affaire. La plupart des commentaires sur le siège furent signés de journalistes peu ou prou favorables à la cause des « propagandistes par le fait » mais dont les versions contradictoires ne lèvent, au total, pas toutes les incertitudes sur les faits 1. Le récit de la fin des deux forcenés eut son Froissart, qui laissa le brouillon (voir annexe)– avec ses instructifs repentirs et ses précieuses corrections – d’un long rapport toujours inédit, malgré le brassage des documents du dossier EA 140-141 consacré à l’affaire et conservé aux Archives de la préfecture de Police (désormais APP).

  • 2 La Sûreté est le service de la préfecture de Police de Paris chargé des affaires de police judiciai (...)
  • 3 EA 140-141, APP.

2Le rédacteur n’est pas nominalement identifié mais celui-ci ne peut être qu’un haut responsable de la police parisienne comme le suggèrent l’autorité manifeste du protagoniste durant le siège et un rapport du chef de la Sûreté 2, Xavier Guichard, indiquant la présence de « Monsieur le directeur de la police municipale, lui-même » 3. Les articles de presse confirmant le rôle joué par ce dernier et le recoupement avec la note ayant commandé ce rapport ne laissent aucun doute sur l’identité de la personnalité qui l’a dicté : Georges Émile Jules Napoléon Touny, chef de la police municipale de la préfecture de Police, du 30 avril 1897 au 31 janvier 1914.

  • 4 Monjardet (Dominique). Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte (...)
  • 5 Vogel (Marie). « Les sources froides : la police de la IIIe République comme administration », Cahi (...)
  • 6 John Keegan explique ainsi « ce manque de vision globale » des Inniskillings à Waterloo par leur en (...)
  • 7 Note du préfet de police au directeur de la police municipale, 19 mai 1912, EA 140-141, APP.
  • 8 Id.

3Ce type de source décrivant minutieusement « ce que fait la police » 4 en flagrante action est relativement rare pour l’historien du XIXe siècle. Par opposition à ce que Marie Vogel nomme les « sources froides » 5 de la police, le document offre à l’approche micro historique une « source chaude » de premier ordre. En dépit de ses précisions circonstanciées, le document ne saurait, néanmoins, être considéré comme le témoignage ultime livrant la version globale et définitive du déroulement de l’événement. D’autres archives similaires – rapports de gendarmerie rédigés quelques jours après l’assaut – nuancent le regard d’un rédacteur partial et partiel. En effet, un infratexte informe triplement sa vision : sa situation sur le terrain 6 ; sa position institutionnelle ainsi que l’attention au destinataire du rapport, c’est-à-dire le préfet de police ; enfin, la réponse à la présentation polémique de l’événement dans la presse. Quelques jours après la mort des malfaiteurs, le chef de la police municipale doit donner sa propre version de l’assaut en fournissant trois types de renseignements objectifs – le « rôle de la police, rôle de la troupe, attitude du public » – mais également en fourbissant des arguments permettant la « réfutation des allégations de la presse » 7. Néanmoins, il ne s’agit pas de tronquer volontairement la réalité mais de décrire « les faits, qu [’il peut] affirmer comme ayant été témoin oculaire, relatifs à l’affaire de Nogent » 8. Le récit officiel sera non seulement confronté aux nombreux articles suscités par l’affaire dans la presse mais également aux rapports de gendarmerie rédigés dans les brigades concernées par les circonstances.

  • 9 L’organisation de la police sur ce territoire reste encore largement méconnue.
  • 10 Sur l’Arme en général, l’indispensable ouvrage dirigé par Luc (Jean-Noël) (dir.). Histoire de la Ma (...)
  • 11 Sur les policiers parisiens, Deluermoz (Quentin), Les policiers en tenue dans l’espace parisien (18 (...)
  • 12 L’épisode illustre de façon exemplaire cette prévention d’Hogier Grison (pseud.), La police : ce qu (...)
  • 13 Strauss (Albert). Des autorités investies des attributions de police, thèse, Droit, Paris, Henri Jo (...)

4Cette archive présente l’articulation au « ras du sol », selon l’expression classique de Jacques Revel, des principales forces chargées du maintien de l’ordre et de la police judiciaire en France à la Belle Epoque, particulièrement en banlieue parisienne 9. L’événement rend visible la division structurelle du travail policier sur le terrain et les modalités du déploiement d’une force publique plurielle, à composantes militaires – gendarmes de la compagnie de la Seine 10, gardes républicains, troupes de lignes – et à effectifs civils – sergents de ville et gardiens de la paix 11 des polices municipales en tenue « ostensible » ainsi qu’agents, inspecteurs et commissaires en « bourgeois » de la préfecture de Police 12. Plus largement, la relation de l’événement est aussi révélation car elle éclaire la complémentarité fonctionnelle des multiples acteurs de la force publique il y a près d’un siècle. Enfin, le récit de ces journées met à l’épreuve l’expression anachronique de « guerre des polices » ; en effet, le thème de l’absence de cohésion entre gendarmerie et police, voire de rivalités néfastes à la sécurité publique, est alors devenu un topos médiatique récurrent depuis les années 1890. L’avocat Albert Strauss dépeint, par exemple, l’appareil répressif comme « un corps sans cohésion, sans hiérarchie, sans chef véritable, qui n’est au fond qu’un agrégat de petits groupes autonomes, agissant en un cercle restreint, sans solidarité, avec presque la haine du voisin […] » 13.

  • 14 Berlière (Jean-Marc), Histoire de la police. Quelques réflexions sur l’historiographie française, C (...)
  • 15 L’affaire se prêterait à une réflexion collective imitant celle dirigée par Offenstadt (Nicolas) (d (...)

5La prolifération de la masse d’archives manuscrites et de sources imprimées signe, d’une part, la dimension exceptionnelle de l’affaire Bonnot ; elle manifeste, ensuite, la multiplicité des dimensions s’y entremêlant. Souvent mentionné par les historiens de la Troisième République, le périple des malfaiteurs durant ces six mois n’a pourtant suscité aucun intérêt approfondi, hormis pour ses aspects les plus spectaculaires, c’est-à-dire ceux médiatisés – produisant une nécessaire déformation de leur interprétation globale par la focalisation sur ces seuls épisodes. Cette indifférence relative et cette concentration sur les seuls anarchistes reflètent la désaffection qui a touché l’histoire de la police et celle de la gendarmerie – a fortiori, l’histoire des rapports entre les deux forces de l’ordre – jusqu’aux années 1980 alors que l’histoire de la criminalité, et des déviances en général, avait les faveurs des chercheurs en sciences sociales 14. Eclairées par des sources policières et gendarmiques confrontées aux reportages journalistiques consacrés à l’épisode, les facettes de cet événement-prisme permettent de réfléchir à nouveaux frais sur l’affaire Bonnot 15.

1. Le dispositif policier déployé en mai 1912 à Nogent-sur-Marne : « une apothéose qui rappelle les cinquièmes actes du Châtelet » 16

1.1. Chronique de la mort annoncée d’une petite bande pratiquant l’art de la fugue

  • 17 En matière de faits divers, le curieux souci des journalistes pour les détails techniques, les marq (...)
  • 18 Voir la page qu’y consacre le site L’histoire par l’image

6Le final dramatique des 14 et 15 mai 1912 est à la mesure du long prologue meurtrier qui l’a précédé. 21 décembre 1911. L’attaque, à l’aide d’une automobile, de deux encaisseurs de la Société générale, rue Ordener à Paris, inaugure si ce n’est les débuts meurtriers de la « bande à Bonnot » en tout cas son écho médiatique. On peut d’ailleurs noter que le nombre de balles tirées importe dès lors au moins autant que la marque et le modèle du véhicule utilisé lors des forfaits 17. Dès lors, les agissements spectaculaires de la « bande à Bonnot » furent complaisamment décrits par la presse quotidienne à grands tirages 18. Une douzaine de jours plus tard, un double meurtre est commis dans le sud de la banlieue parisienne, à Thiais. Faisant fi des frontières, Bonnot et ses comparses volent à Gand la voiture d’un médecin, dont le chauffeur est tué alors qu’un autre homme est blessé. Les anarchistes poursuivent leur fuite en avant en France ; le 27 février, l’agent de police parisien Garnier est abattu par son homonyme – du moins Octave Garnier en fût-il accusé – en voulant arrêter les bandits en automobile pour excès de vitesse…

7Hormis les signalements envoyés par la préfecture de Police à l’échelle nationale, les premières marques de la collaboration entre brigades de gendarmerie et services de police apparaissent dans la correspondance des gendarmes à la suite de l’homicide du gardien de la paix. Le 28 février 1912, un chef d’escadron breton, à l’exemple de ce qui se déroule dans d’autres brigades en France, lance ses subordonnés sur la piste des malfaiteurs :

« Saint-Brieuc
Recherches - Le Chef d’escadron Journot, Commandant la Compagnie des Côtes du Nord, à MM. les commandants d’arrondissement

  • 19 Télégramme, [?] avril 1912, 22 E 2, Service historique de la Défense – Département gendarmerie (SHD (...)

J’ai l’honneur de vous adresser pour recherche, copie d’un télégramme de M. le Ministre de l’Intérieur : “Ce soir, vers 8 heures ½ , place du Havre à Paris, un individu qui était monté en compagnie de trois autres sur une automobile, a tué à coups de revolver un gardien de la paix qui voulait faire arrêter la voiture pour excès de vitesse. La voiture a continué sa course et a disparu sur les Champs-Elysées. Cette voiture, qui paraît avoir été volée, répond au signalement suivant […]”. Prière de répandre les signalements qui précèdent, d’arrêter tout individu suspect et télégraphier tous renseignements utiles ». 19

Le dernier portrait de Bonnot

Le dernier portrait de Bonnot

Le dernier portrait de Garnier

Le dernier portrait de Garnier
  • 20 Rapport du chef de brigade, 6 avril 1912, 129, SHD-DG.
  • 21 Article 59.

8Peu avant, les brigades, comme celle de Joinville-le-Pont dans le département de la Seine, recevaient la photographie de Jules Bonnot et celle de Garnier 20. Un tel procédé d’identification constitue un fait exceptionnel alors et apparemment inédit dans l’histoire des recherches criminelles en France. L’avis de recherche rédigé par le chef d’escadron Journot amène à remarquer que l’impulsion des recherches criminelles entamées par la gendarmerie provient du ministère de l’Intérieur. En effet, l’article 4 du décret du 20 mai 1903 organisant la gendarmerie la place dans les attributions du ministre de l’Intérieur à qui il revient « de donner des ordres pour la police générale, pour la sûreté de l’État […] » 21. En matière de police judiciaire et de maintien de l’ordre, le rapprochement actuel de la gendarmerie et de la police n’a donc rien d’inédit, pas plus que l’autorité du ministère de l’Intérieur sur l’Arme pour ce qui touche à la sécurité publique.

9Il faut toutefois souligner le caractère lacunaire et hétérogène de ces recherches criminelles ; le maillage territorial des brigades de gendarmerie est « troué » puisque, par exemple, la correspondance regardant l’affaire Bonnot reçue dans certains cantons ne l’a pas été dans d’autres circonscriptions. Malgré la diffusion nationale des télégrammes émanant du ministère de l’Intérieur, l’acuité de l’enquête relative aux malfaiteurs paraît ainsi avoir été très variable selon les brigades. La relation existant entre policiers et gendarmes est donc en premier lieu épistolaire, dans le sens du ministère de l’Intérieur vers la gendarmerie principalement. Le chef d’escadron breton déjà mentionné apporte ainsi sa contribution à la recherche des anarchistes en fuite :

« Au sujet des crimes de Chantilly
Le Chef d’escadron de Gendarmerie à Saint-Brieuc à la Sûreté générale à Paris.

  • 22 Télégramme, 27 mars 1912, 22 E 2, SHD-DG.

On me signale que lundi soir train Minuit destination Brest, gare Montparnasse, trois voyageurs et une femme grande et brune, après conciliabule dans couloir voyageur 1ère classe se sont séparés à l’arrivée d’un voyageur pour occuper chacun compartiment différent et ne plus se connaître pendant parcours […]. Commissaires de police et Gendarmerie intéressés prévenus » 22.

10Un télégramme semblable est adressé aux « Commissaires de police et à la Gendarmerie de Brest et Morlaix ». Le feuillet suivant précise que des « télégrammes [sont] envoyés à Commissaire de Police et Gendarmerie de Saint-Malo, au commissaire divisionnaire de la Police Mobile de Rennes ».

11Les archives de la préfecture de Police livrent d’autres éléments témoignant de cette collaboration entre gendarmes et policiers dans la poursuite des criminels. Est envoyé, le 27 mars 1912, un « télégramme du commandant de la gendarmerie de Sèvres au chef de la Sûreté de Paris ». Cette correspondance fait suite au double attentat de Montgeron et de Chantilly, le 25 mars 1912. Dans la première ville, un homme est tué et un autre grièvement blessé pour leur dérober l’automobile dont ils ont la charge ; ce véhicule sert ensuite à attaquer une banque, dans la seconde commune, où trois hommes sont à nouveau victimes – dont deux mortellement – de la bande macabre :

« Chaville 27/3
Commandant gendarmerie Sèvres 2e, chef Sûreté Paris

  • 23 EA 140-141, APP.

Automobile grise découverte signalée aujourd’hui est passée à Chaville à 5h35 du soir […] témoins […] prétendent avoir certitude dans bande Garnier » 23.

  • 24 Cochet de Savigny(Pierre-Claude Melchior) Mémorial de la gendarmerie, année 1911, Paris, Léautey, 1 (...)
  • 25 « Art. 78. – La gendarmerie doit communiquer sans délai aux autorités civiles les renseignements do (...)

12Mais de quels policiers s’agit-il ? Des enquêteurs de la préfecture de Police, dont le service de la Sûreté est chargé de la police judiciaire dans les limites du département de la Seine – soumis à l’autorité du préfet de police –, frontières qui peuvent parfois s’élargir selon les circonstances ? Des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur relevant du Contrôle général du service des recherches dans les départements, créé au début de l’année 1907, et qui organise l’action des brigades mobiles régionales de police judiciaire, instituées par le décret du 30 décembre 1907 ? La correspondance du chef d’escadron Journot s’adresse aux seconds et obéit aux consignes de l’Instruction ayant pour objet de rendre plus étroite les relations de la gendarmerie avec les brigades régionales de police mobile précisant que « La gendarmerie donne à ces fonctionnaires [commissaires divisionnaires et commissaires de police mobile], au cours de leurs enquêtes, toutes les indications de nature à faciliter leur mission […] » 24. Cette invitation s’inscrit dans la continuité de l’article 78 du décret du 20 mai 1903 25, ce qui laisserait accroire que sa réalisation laisse parfois à désirer.

13La destination du document du commandant de la gendarmerie de Sèvres est moins évidemment définie puisqu’il peut s’agir de la Sûreté générale du ministère de l’Intérieur comme du service de la Sûreté de la préfecture de Police. Étant donnée la situation géographique de la brigade en banlieue parisienne, il semble vraisemblable que le télégramme soit d’abord adressé à Xavier Guichard, chef du service de la Sûreté depuis janvier 1912. Cette remarque pour relever que les informations recueillies par la gendarmerie ne sont pas centralisées par le Contrôle général des recherches dans les départements, dirigé par le commissaire principal Jules Sébille au ministère de l’Intérieur, mais se partagent entre deux services de police judiciaire, selon que les brigades sont situées ou non dans le département de la Seine. Nous percevons ici, à travers des sources gendarmiques, ce que cette situation peut avoir de compromettant pour des affaires traitées concurremment par les services de la préfecture de Police et ceux dépendant de la rue des Saussaies. Ce sont, en contre-jour, les rapports de la gendarmerie aux services de police qui laissent entrevoir les failles de leur organisation. Les hommes de ces services ont justement l’occasion de travailler ensemble dans les rues de Paris pour traquer les fugitifs sous l’autorité du haut fonctionnaire de la Préfecture, chef du service de la Sûreté :

  • 26 Télégramme, EA 140-141, APP.

« PM [police municipale] à arrdts, le 27 mars 1912 à 6 h 15
Prévenez inspecteurs Sûreté et Brigade mobile en surveillance aux postes qu’ils aient à lever leur service par ordre de M. Guichard Ch. de la Sûreté » 26.

14Ainsi, la traque des anarchistes criminels par les brigades mobiles et le service de la Sûreté de la préfecture de Police a indéniablement pu bénéficier de renseignements transmis par des gendarmes, en particulier dans les zones rurales, même si ceux-ci ne sont pas les animateurs de l’enquête de police judiciaire mais bien des auxiliaires.

Portrait de M. Jouin

Portrait de M. Jouin
  • 27 Le Figaro, 25 avril 1912, p.1-2.
  • 28 Quelques jours avant cette téméraire tentative de capture, la démission de Jouin avait été évoquée. (...)

15Nouvel acmé sanglant dans les péripéties des membres de la bande, le meurtre de Louis-François Jouin, sous-chef de la Sûreté, et la blessure de l’inspecteur Colmar, à Ivry-sur-Seine, par un autre Jules, Bonnot lui-même, le 24 avril 27. Les policiers parisiens sont à nouveau en deuil avec la mort du sous-directeur de la Sûreté parisienne, qui tentait d’appréhender Jules Bonnot dans son repaire 28 ; plusieurs inspecteurs sont également grièvement blessés.

16L’épisode suggère une mauvaise coordination entre policiers – ceux de la préfecture de Police et ceux de la 1re brigade mobile – et gendarmes et laisse l’impression que chacune des forces de l’ordre veut accaparer les lauriers qui échoiront au triomphateur de l’anarchiste. La psychose populaire atteint alors son paroxysme : Bonnot et ses comparses sont vus partout alors que les critiques sur l’inefficacité du préfet et de ses hommes s’amplifient dans une presse dont les tirages s’accroissent au gré de la narration des péripéties des « bandits tragiques ». Les hommes de la préfecture de Police ont désormais un lourd passif à faire payer à la bande à Bonnot en termes de vies et de réputation. L’échec d’une nouvelle arrestation coûterait sans doute sa place à Louis Lépine. Tous les moyens doivent donc être employés pour mettre un terme à des agissements qui terrorisent la population, impatientent le ministre de l’Intérieur et ridiculisent la plus puissante police de France qui, de plus, doit faire face à la nouvelle concurrence des brigades mobiles de police judiciaire. Les circonstances de l’assaut de Nogent-sur-Marne doivent être constamment replacées dans ce double contexte d’arrière-fond criminel et de décor policier.

Fin d’une terreur – La tragédie de Choisy-le-Roi

Fin d’une terreur – La tragédie de Choisy-le-Roi
  • 29 L’Histoire par l’image, En ligne.
  • 30 Le Temps, 29 avril 1912, p. 1-2.
  • 31 Rapport du commissaire de police de Choisy-le-Roi au préfet de police, 5 mai 1912, EA 140-141, APP.
  • 32 Lettre du lieutenant Paul Fontan au préfet de police, 29 avril 1912, EA 140-141, APP.

17La collaboration, directe ou indirecte, observée entre policiers et gendarmes trouve son aboutissement dans la prise du fortin de Choisy-le-Roi 29 – où se sont réfugiés Jules Bonnot et le garagiste libertaire Dubois –, le dimanche 28 avril 30. Fait notable, l’élimination de Bonnot permet au commissaire de police de Choisy d’associer dans le même éloge l’héroïsme d’un de ses hommes et celui d’un gendarme pour l’obtention d’une décoration : « J’ai l’honneur de signaler tout particulièrement […] la conduite du sergent de ville Leroux, de mon commissariat et du maréchal des logis Blanchard de la résidence de Choisy-le-Roi […]. Le sergent de ville Leroux a essuyé le feu du nommé Dubois qui a tiré sur lui par quatre fois ; il a riposté mais sans résultat appréciable […]. Le maréchal des logis de gendarmerie Blanchard s’est maintenu constamment, et dès le début de l’investissement, sur la ligne de tir. En effet, M. Blanchard est arrivé sur les lieux alors que le nombre des agents était encore insuffisant pour empêcher la fuite du né Bonnot […] » 31. Réciproquement, un officier de la Garde républicaine – le lieutenant Fontan, qui fut un protagoniste déterminant de l’attaque – félicite un policier pour son courage : « Monsieur le Préfet, Usant de la bienveillance que vous m’avez témoigné le matin du 28 à Choisy-le-Roi, je prends la liberté de signaler à votre attention la conduite de l’agent Gamarre de la 1ère Compagnie de réserve. Cet agent qui s’est offert dès le premier instant pour porter les matelas que je voulais employer comme protection a essayé ensuite de pousser la petite charrette à bras où les matelas étaient placés et n’a reculé que sur votre ordre. […] je serais heureux de le voir associer aux marques de sympathie que j’ai reçues de votre part » 32.

  • 33 Opposons pour nous en convaincre, le mépris de cet officier de gendarmerie pour les agents civils d (...)

18Ces deux exemples révèlent qu’à l’échelle des individus, les rivalités, bien réelles, qui peuvent être celles entre leurs ministères de tutelle respectifs ne résistent pas à des circonstances exceptionnelles mettant en jeu leur vie. Etrange échange de correspondance entre ce policier garantissant le courage d’un gendarme – sans doute familier puisque travaillant dans la même localité –, et ce garde républicain certifiant la bravoure d’un policier face à un ennemi commun. Cet épisode bouscule le thème récurrent au début du XXe siècle d’une indéfectible dualité entre policiers et gendarmes ; il relativise par les pratiques locales et circonstancielles des acteurs le jeu de représentations corporatives antagonistes séculaires 33.

Le dernier portrait de Valet

Le dernier portrait de Valet

1.2. « Une armée contre deux hommes » 34

  • 34 La Bataille sociale, 15-21 mai 1912, EA 140-141, APP.

19Les morts violentes d’Octave Garnier et de René Valet représentent l’épisode le plus spectaculaire de la fin de la « bande à Bonnot ». Pendant près de six mois, le périple sanglant des malfaiteurs mit à l’épreuve aussi bien les agents chargés de les rechercher que les institutions chargées de les réprimer. Le 14 mai 1912, les policiers parisiens se présentent face aux complices de Bonnot avec un passif humain peu propice à leur merci, comme les faits précédemment relatés le suggèrent.

20Le siège du repaire d’Octave Garnier et de René Valet a mobilisé un effectif exceptionnel de policiers et de militaires ; inédit par le nombre et par la diversité des représentants de la force publique. L’effectif de ce déploiement – supérieur à celui réuni deux semaines plus tôt à Choisy-le-Roi – s’explique en partie par la transformation d’une affaire de police judiciaire en opération de maintien de l’ordre au fur et à mesure que les curieux affluent. Le précédent de l’assaut contre le garage où Jules Bonnot s’était retranché invite les pouvoirs publics à la multiplication des moyens pour éviter un échec que personne n’accepterait.

  • 35 Paul Guichard devint en 1914 directeur-adjoint de la police municipale puis en prit la direction en (...)
  • 36 Les deux brigades de Vincennes, celles de Charenton-le-Pont, Saint-Mandé, Saint-Maurice, Joinville- (...)
  • 37 Rapport du commandant de la section de Vincennes, 20 mai 1912, 52, SHD-DG.
  • 38 Id.

21Si l’auteur du rapport retranscrit émanant de la préfecture de Police énumère comme allant de soi la participation de chacune des multiples forces mobilisées, la présence de certaines catégories est néanmoins problématique. Sont d’abord à pied d’œuvre les hommes du service de la Sûreté de la préfecture de Police, dirigés par leur chef, Xavier Guichard, commissaire divisionnaire, déjà distingué pour son héroïsme à Choisy-le-Roi et connaisseur des milieux anarchistes. Il ne doit pas être confondu avec son frère, Paul, également commissaire, présent sur les lieux et lui-même acteur du drame de Choisy 35. Nogent-sur-Marne se trouvant dans le département de la Seine, c’est-à-dire dans la circonscription judiciaire du préfet de police, l’apparition des enquêteurs de la Sûreté n’a rien d’étonnant, pas plus que la présence à leurs côtés de sergents de ville – appellation donnée aux agents de police en banlieue parisienne – et de gendarmes des brigades suburbaines proches. Grâce à un rapport laissé par le supérieur de ces derniers, leur effectif est le seul à être connu avec précision (et encore le flou demeure-t-il sur le nombre exact de brigades représentées, estimé à une douzaine 36) : soixante-neuf gendarmes – soit « tout le personnel disponible de la section » 37 – parviennent sur les lieux dont « 30 sont affectés pour barrer la route et empêcher le public d’avancer » 38.

Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Le Pavillon

Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Le Pavillon
  • 39 Mémorial de la gendarmerie, 1907, p. 424.
  • 40 Le préfet est lui-même officier de police judiciaire selon l’article 10 du Code d’instruction crimi (...)
  • 41 Le Matin, 22 mai 1912, EA 140-141, APP. Les agents de Sûreté apprécièrent peu la formule et écrivir (...)

22Georges Touny mentionne également l’intervention de zouaves, ceux du 3e régiment venus du fort de Nogent. Le cadre de leur présence et de leur action est défini par l’Instruction du 20 août 1907, alors la plus récente en ce domaine, précisant que le maintien de l’ordre « est assuré par la police, la gendarmerie et subsidiairement, par les troupes de ligne. L’autorité militaire ne peut agir qu’en vertu d’une réquisition de l’autorité civile » 39. En l’occurrence, l’autorité requérante est celle du préfet de police 40. Avec la réquisition de ces troupes de ligne pour participer à l’opération se pose le problème de la frontière entre police administrative et police judiciaire. En effet, les militaires ne peuvent être requis que pour assurer le maintien de l’ordre, c’est-à-dire participer à des tâches relevant de la première catégorie. Or, le siège de la maison des malfaiteurs brouille les limites entre ces deux champs puisque Garnier et Valet font également l’objet de poursuites judiciaires. Entre police de la foule et participation active au siège, les tâches accomplies par les militaires les transforment de facto en policiers, au risque de transgresser les conditions définissant leur emploi de jure par les autorités civiles. Réciproquement, les méthodes mises en œuvre par les policiers pour réduire le fortin des deux malfaiteurs ne sont pas loin de les muer en militaires. La situation favorise une contagion réciproque des fonctions, résumée malicieusement par un journaliste : « Les policiers firent les zouaves, tandis que les braves zouaves se conduisirent comme d’énergiques policiers » 41.

2. Delenda Carthago est : quand nécessité fait loi

2.1. Des gardes républicains et des gardiens de la paix extra muros

  • 42 Avant l’apparition des brigades mobiles de police judiciaire en 1907-1908, le service de la Sûreté (...)
  • 43 Cardoni (Fabien), La Garde Républicaine, d’une République à l’autre. Un régiment de gendarmes à Par (...)
  • 44 Les modalités de l’exercice de l’autorité du préfet sur les effectifs de la Garde sont fixées par l (...)
  • 45 C’est le cas avéré dans d’autres services. L’inspecteur Verrier, par exemple, se porte volontaire p (...)
  • 46 Rey (Alfred), Féron (Louis), Histoire du corps des gardiens de la paix, Paris, Firmin-Didot, 1896, (...)

23Plus problématique encore est la réquisition par le chef de la police municipale « des gardiens [de la paix] et cinquante gardes républicains pour le cas où il serait indispensable de cerner la maison ». Deux semaines plus tôt, le lieutenant Fontan, de la Garde républicaine précisément, a joué un rôle décisif à Choisy-le-Roi – action célébrée par les journaux et récompensée avec publicité par le préfet de police. Or, gardiens de la paix comme gardes républicains sont en dehors de leur circonscription de résidence lorsqu’ils agissent en dehors de Paris intra muros. L’autorité du préfet de police et le contexte criminel extraordinaire naturalisent-ils l’intervention extraterritoriale des gardes et des gardiens à défaut de la légaliser 42 ? Les liens entre la préfecture de Police et la légion de la Garde républicaine sont aussi étroits qu’anciens 43. Le droit de réquisition du préfet sur la Garde lui confère dans les faits une autorité prédominante 44. Ce pouvoir de réquisition s’applique également aux gendarmes des brigades de la compagnie de la Seine. Le problème n’est pas seulement légal mais financier et propre à susciter l’ire d’un Conseil municipal déjà très remonté contre le préfet de police puisque la Ville de Paris contribue intégralement au traitement de gardiens qui relèvent de la police municipale et concourt à hauteur de la moitié de la solde des gardes républicains (l’autre moitié étant à la charge du ministère de la Guerre). Les conseils municipaux des villes de banlieue dépassant cinq mille habitants financent, quant à eux, leur propre police, notamment grâce à la perception de l’octroi. On note également la présence de « gardiens de la paix en bourgeois de chaque côté de l’immeuble assiégé ». Paradoxalement, c’est le défaut de tenue de ces policiers qui les rend ostensibles à l’historien. A leur sujet, la question demeure de savoir si ces gardiens de la paix sont sans uniforme car mobilisés à la hâte – voire venus spontanément 45 – ou s’ils appartiennent au dispositif de « rondes de gardiens de la paix en bourgeois qui parcouraient seulement un quartier » 46, organisées sous le préfet Camescasse au début des années 1880.

  • 47 Le gendarme a chaudement recommandé le policier pour une décoration, signe de l’union sacrée des fo (...)

24Les gardiens de la paix présents sont venus de Paris à bicyclette. Ils appartiennent aux « Réserves », comme l’agent Gamarre – qui s’est déjà illustré à Choisy-le-Roi aux côtés du lieutenant Fontan 47. Ces brigades sont plus spécialement dévolues au maintien de l’ordre, même si leur participation active aux opérations de police judiciaire montre la porosité des registres d’action.

Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Les Zouaves avant l’assaut

Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Les Zouaves avant l’assaut

Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Le Pavillon

Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Le Pavillon

2.2 Les forces de l’ordre en présence : mille selon la presse, une quinzaine selon la police

25Le document reste évasif quant au total des effectifs réunis. L’auteur demeure relativement modeste en n’évoquant que « quelques zouaves armés, une douzaine peut-être » ainsi que « cinquante gardes républicains » placés en faction autours de la maison et, enfin, une « quarantaine de gardiens » interdisant l’accès des lieux aux badauds. Or, à en croire les articles de presse suivant la fusillade, les personnels mobilisés furent beaucoup plus nombreux que ces chiffres approximatifs. Cette querelle des comptes est loin d’être secondaire puisque les bilans décriés par les uns répondent aux états affichés par les autres. Augmenter le nombre des assaillants, c’est atténuer leur bravoure tout en moquant la démesure du dispositif déployé et, valoriser, en revanche, le courage des assiégés.

  • 48 L’Action française, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.
  • 49 15-21 mai 1912, EA 140-141.
  • 50 15 mai 1912, EA 140-141.
  • 51 15 mai 1912, p. 1. Bibliothèque nationale de France (BNF). Site Gallica. ; toutes les références de (...)
  • 52 Le Figaro affirme, en outre, que « le siège du pavillon a été effectué exactement par dix-huit homm (...)
  • 53 Le Matin, 17 mai 1912, EA 140-141, APP.

26Le problème demeure de la juste estimation des effectifs mobilisés. L’inflation des chiffres assénés par les journaux est un premier obstacle à une évaluation objective. Charles Maurras n’avance pas de chiffres précis mais dénonce un « affreux gâchage de force » 48. Ne détestant pas moins la police que la presse ultra, La Bataille sociale  49 s’en tient à un même effet de masse pour marquer les esprits et dénoncer le siège d’« une armée contre deux hommes ». La Bataille syndicaliste, quant à elle, n’hésite pas à titrer sur l’inégalité de la lutte de « mille [assaillants] contre deux » 50 pour stigmatiser la « mise en scène théâtrale dont M. Guichard s’est institué le régisseur de mauvais goût » à la tête « de plusieurs centaines d’agents et d’un bataillon de zouaves ». Les chiffres désenflent à mesure que l’on s’écarte de la presse d’extrême gauche ; le nombre des assiégeants chute à cinq cents hommesen une de L’Humanité  51. Le Figaro, bienveillant pour le préfet Lépine, minore même ceux lancés par ses confrères 52, en faisant écho au communiqué officiel initialement encadré dans Le Matin, quotidien également favorable aux policiers : « La Sûreté proteste contre certains journaux qui ont déclaré que plusieurs centaines d’agents ont pris part au siège de la villa. C’est inexact. N’ont participé au siège que 4 zouaves, 2 sergents, le lieutenant Tournier, 6 inspecteurs de la Sûreté et 4 gendarmes qui gardaient les issues. Le service d’ordre était assuré par 400 zouaves et 300 agents [souligné dans le texte] » 53. Pas plus que les titres hyperboliques contestés des journaux, ce communiqué ne fournit pourtant un état crédible des effectifs. En définitive, il apparaît que les « chiffres de la police » et ceux indiqués par la presse ne désignent pas les mêmes effectifs. La préfecture de Police tente de minorer le nombre de soldats de la Loi sur place en insistant sur le nombre des assaillants ayant effectivement investis la maison alors que la presse en amplifie le nombre par la mention à l’effectif total mobilisé. Dans le premier cas, cela revient d’abord à hausser le courage des forces de l’ordre pour ensuite contester les estimations des journalistes ; dans le second cas, l’écart par rapport aux effectifs réellement présent sert surtout à mesurer le capital de sympathie – ou d’antipathie – dont la Préfecture bénéficie dans les colonnes du quotidien.

  • 54 Elle forme l’embryon de la Brigade criminelle, constituée quelques mois plus tard à la suite de la (...)
  • 55 AJ VII, APP. Les formulations allusives du rapport accréditent cette hypothèse, qui ne correspond p (...)

27La question non résolue du nombre des forces de l’ordre réunies se double de celle de leur composition exacte. Ainsi, malgré la profusion de détails donnés – réels, exagérés ou inventés – par la presse et le long rapport officiel du chef de la police municipale, nulle trace du rôle joué par la brigade spéciale la Sûreté, qui réunit l’élite du service 54. Ses inspecteurs ont pourtant été les premiers sur place, vers 15 h 00, à la suite d’un renseignement vraisemblablement transmis par un indicateur 55. Georges Touny n’évoque pas non plus les agents de la brigade mobile de la préfecture de Police, chargée de la répression de la délinquance sur la voie publique, pourtant présents alors.

  • 56 Malgré son prestige et son ancienneté les travaux sur ce corps font défaut ; seuls les sapeurs-pomp (...)
  • 57 Le Temps, 16 mai 1912, p. 3.

28La participation d’autres protagonistes au siège est également passée sous silence, ce qui relance la question du départ entre l’expression d’une méconnaissance partielle des faits et l’occultation à dessein de certains aspects du drame. Parmi ces acteurs tenus dans la coulisse par le document figurent le procureur de la République Lescouvé ainsi que le juge d’instruction Gilbert, néanmoins présents dans les colonnes du Temps. L’arrivée des pompiers de Paris 56 n’est pas plus signalée. Ils auraient été requis à la nuit tombée par le préfet Lépine pour éclairer le drame à l’aide d’un projecteur, qui ne peut être utilisé sur place en raison d’un court-circuit, succédant lui-même à la panne du véhicule le transportant dans le bois de Vincennes 57. Georges Touny souhaite-t-il faire oublier cette page peu glorieuse ?

29Soixante-neuf gendarmes, une cinquantaine de gardes républicains, une quarantaine de gardiens de la paix et sans doute au moins autant de sergents de ville, les policiers en bourgeois de la Sûreté, des sapeurs-pompiers et des soldats en nombre inconnu, soit au bas mot deux cents cinquante à trois cents assiégeants ont rallié le repaire des malfaiteurs, apparemment investi par une vingtaine d’assiégeants en définitive. Si pour l’historien, avec un siècle de recul, ce silence sur la mesure de la force publique pose problème, dans les jours suivants le drame, la presse polémique sur la démesure des moyens employés. Il faut sans doute se résigner à l’approximation entre l’estimation minimale proposée et les comptes atteignant les quatre chiffres dans d’autres journaux. Quoiqu’il en soit, dans la polémique suivant le siège, l’évaluation du nombre des forces de l’ordre devient un enjeu pour apprécier l’efficacité de leur action. Mais derrière la participation avancée de centaines d’hommes, c’est d’abord la direction d’un seul qui est visée, tant par la presse d’extrême gauche que celle d’extrême droite, celle du préfet de police Lépine.

3. La guerre des polices n’a pas eu lieu à Nogent-sur-Marne

3.1. Les gendarmes en première ligne

  • 58 Rapport du capitaine commandant la section de Vincennes au sujet des événements de la nuit du 14 au (...)
  • 59 Etat des casernes reliées au réseau téléphonique de l’État, 24 novembre 1912, 52, SHD-DG. A la fin (...)
  • 60 A cet égard, les gendarmes et les policiers de banlieue n’ont pas attendu la circulaire du préfet d (...)
  • 61 Ce que certains officiers pressentent en la déplorant, López (Laurent), « Commissaires de police et (...)
  • 62 Un problème similaire se pose dans d’autres villes françaises comme Lyon, Tours ou Bordeaux.

30Pour le directeur de la police municipale, la réquisition des gendarmes ne soulève aucune remarque. En soi, cela constitue une information précieuse et souligne la routine d’une procédure utilisée quotidiennement et, le plus souvent, sans aucune difficulté dans le ressort du préfet de police. Faute de trouver dans cette source policière plus de détails, le rapport rédigé par un capitaine de gendarmerie retrace les modalités concrètes de la mise en œuvre technique de cette relation officielle entre policiers et militaires 58. Le capitaine de la section de Vincennes – circonscription regroupant seize communes de l’est parisien pour dix-sept brigades – a d’abord été prévenu du retranchement des anarchistes par le commissaire de Vincennes avant que la nouvelle ne lui soit apportée avec plus de détails par un gendarme de Nogent. La rapidité de la communication s’explique moins par la proximité géographique que par le téléphone reliant directement le commissariat à la caserne de l’officier, alors que les liaisons téléphoniques entre policiers et gendarmes et entre gendarmes eux-mêmes restent encore rares 59. L’officier téléphone alors aux commissariats de police de Charenton et de Montreuil pour que les brigades de gendarmerie voisines soient requises par les policiers. La circulation réciproque de l’information entre policiers et gendarmes signale leur collaboration à double titre. Sa fluidité, d’une part, indique que l’entente des relations entre policiers et gendarmes de la circonscription est courante 60. Plus encore, le téléphone, en favorisant un mode informel de sollicitation entre commissaires et officiers contribue à asseoir la routine de leur coopération dans l’espace parisien mais aussi la policiarisation fonctionnelle de l’Arme 61. Réciproquement, l’appel aux gendarmes signe l’insuffisance numérique des sergents de ville en banlieue parisienne 62. Les brigades suburbaines fournissent une force d’appoint indispensable à des commissaires qui ne se privent pas d’en user. Si l’interdépendance n’évite pas les frictions toujours possibles entre policiers et militaires, elle interdit, dans les faits, toute « guerre des polices », au sens d’un affrontement structurel, durable et généralisé. En la matière, des épisodes exceptionnels et circonscrits ne peuvent tenir lieu de façon de penser les rapports entre forces de l’ordre.

  • 63 Rapport du commandant de la section de Vincennes, 24 mai 1912, SHD-DG, 52.
  • 64 Rapport du commandant de la brigade de Joinville-le-Pont, 15 mai 1912, SHD-DG, 129.

31L’inventaire des munitions utilisées par les gendarmes lors du siège de Nogent est un autre élément signalant l’importance de leur appui : 243 cartouches de carabine et 176 de pistolet ont été tirées 63, dont cinquante-quatre au total pour la seule brigade de Joinville-le-Pont, par exemple 64. Les gendarmes fournissent leur puissance de feu au dispositif alors que les agents sont dépourvus d’armes à feu.

  • 65 Kalifa (Dominique), « Les tâcherons de l’information : petits reporters et faits divers à la Belle (...)

32Ce compte est loin d’être anecdotique ; la part prise par les gendarmes à la fusillade est pourtant peu, voire pas du tout, évoquée par une presse qui leur préfère les policiers de la Sûreté ou même les gardes républicains, quoique le rôle de ces derniers eût été sensiblement moins déterminant. Le communiqué officiel de la Sûreté sur les effectifs présents à Nogent ne dit rien sur cette puissance de feu, pourtant essentielle. Faut-il lire dans ce silence sur la présence active des gendarmes la préférence des journalistes pour des policiers incarnant la modernité répressive parisienne et surclassant des militaires traînant à leurs bottes la glèbe de la province ? Peut-être mais l’occultation relative des gendarmes traduit plus sûrement leur déficit de relations avec la presse parisienne alors que la préfecture de Police compte en ses rangs de nombreux informateurs des quotidiens, malgré les interdictions officielles 65.

  • 66 Verstraète (Jules) (colonel), Des fonctions de police judiciaire de la gendarmerie nationale, thèse (...)

33La collaboration entre gendarmes et policiers relève d’un rapport de subordination où les initiatives des militaires en matière de lutte anticriminelle n’ont pas place. La hiérarchie de l’Arme ne souhaite d’ailleurs pas se défaire de cette tutelle pour assumer pleinement ses missions de police judiciaire, comme s’en plaint cet officier de la gendarmerie à la veille de l’affaire Bonnot : « Surcharger encore la gendarmerie, déjà trop souvent détournée de sa mission de surveillance, par un nouveau travail d’enquête, ne serait-ce pas aller, au contraire, à l’encontre de ce but, qui est d’assurer dans des conditions meilleures la police des campagnes ? » 66. L’affaire Bonnot dans son ensemble peut alors être relue comme le révélateur des espaces institutionnels et des territoires géographiques conquis par les diverses polices à la fin de la Belle Epoque, dessinant ainsi, au cours des péripéties multiples des criminels, une cartographie de la division du travail policier en France.

3.2. Où était la 1re brigade mobile de police judiciaire ?

  • 67 Surnommées « brigades du Tigre » durant l’Entre-deux-guerres. Pour un exemple régional de l’activit (...)
  • 68 Sur ce personnage, Berlière (Jean-Marc), « La carrière exceptionnelle d’un commissaire spécial sous (...)
  • 69 Belin, quarante ans après les faits, place à Nogent l’intervention du lieutenant de la Garde républ (...)
  • 70 Belin (Jules). Trente ans de Sûreté nationale, Paris, Bibliothèque France-Soir, 1959, p. 37.
  • 71 Berlière (Jean-Marc). Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996, (...)
  • 72 On cherche vainement comment Kauffer (Rémy) peut péremptoirement affirmer que « les mobilards ont e (...)

34Le rapport de Georges Touny est triplement problématique en ce qui concerne les protagonistes du siège nogentais. Comme cela a été détaillé, les effectifs restent indéterminés, d’une part, et, d’autre part, la participation avérée d’autres assiégeants n’est pas indiquée. Enfin, demeure l’interrogation sur des acteurs non mentionnés, mais dont l’absence, précisément, laisse perplexe. En effet, plus inexplicable est celle des policiers de la première brigade mobile, c’est-à-dire celle des quinze brigades mobiles régionales de police judiciaire 67 installée à Paris. Ces brigades ont été instituées pour poursuivre les malfaiteurs les plus dangereux et mener les enquêtes les plus délicates. A priori, elle a donc bien sa place à Nogent-sur-Marne. Pas plus le rapport de Georges Touny que les journaux ne mentionnent la participation d’une brigade qui sait pourtant, par ailleurs, médiatiser des actions que le directeur de la Sureté générale, Célestin Hennion 68, ne manque pas de valoriser. Ce silence sur les « mobilards » dans le récit de Georges Touny est-il lié à la concurrence entre la préfecture de Police et la Sûreté générale ou à l’éloignement effectif des hommes du commissaire Faivre ? Le récit erroné 69 de l’épisode par Jules Belin 70, qui est devenu inspecteur à la « mobile » deux semaines auparavant, confirmerait la seconde hypothèse, surprenante a priori. A priori seulement car, comme l’écrit Jean-Marc Berlière : « Cette brigade […] avait officiellement juridiction sur les départements de la région parisienne, mais n’avait pas compétence, du moins en principe, pour recevoir les plaintes des Parisiens ou agir de sa propre initiative dans ce qui constitue le ressort du Service de sûreté de la Préfecture de police qui défend jalousement ses prérogatives et son pré carré » 71. Il n’est donc pas surprenant que Marcel Guillaume, alors secrétaire à la Sûreté, ne mentionne pas les « mobilards » à Nogent dans ses mémoires (2005 : 100-106.) 72. Cette anomalie n’en constitue pas moins une aberration difficilement imaginable alors que le Contrôle général des recherches judiciaires dans les départements a pour volonté de centraliser les renseignements relatifs aux investigations criminelles à l’échelle nationale depuis 1907. Or, ce Contrôle, dirigé par le commissaire Sébille, est l’organe d’information et de liaison des brigades mobiles. Une brigade centrale – rassemblant l’élite des « mobilards », qui se présentent eux-mêmes comme la fine fleur policière – a même été constituée pour mener dans toute la France les enquêtes les plus délicates.

35Autre absence remarquable, s’ajoutant logiquement à celle des « mobilards », celle du directeur de la Sûreté générale, Célestin Hennion. Indisponibilité ou défection volontaire ? L’ancien commissaire n’était pas présent non plus à Choisy-le-Roi. La récurrence incite à préférer la seconde hypothèse. Si l’absence s’explique par le souci de laisser au préfet de police la prééminence qui lui revient, elle exprime surtout la vive animosité opposant le pensionnaire de l’île de la Cité et le haut fonctionnaire de la rue des Saussaies. L’épisode de Nogent traduit une observation plus générale sur les relations entre forces de l’ordre à la Belle Epoque : la rivalité entre des personnalités ne saurait être confondue avec un état de guerre entre les polices, comme nous l’avons souligné infra.

36Après avoir détaillé les effectifs mobilisés, les méthodes employées pour venir à bout des deux forcenés doivent maintenant être évoquées.

La tragédie de Nogent-sur-Marne, du 14 au 15 mai 1912, au repaire de Garnier-Vallet

La tragédie de Nogent-sur-Marne, du 14 au 15 mai 1912, au repaire de Garnier-Vallet

4. Boucliers, pyrotechnie et cynotechnique : les balbutiements de méthodes policières de choc

4.1. « Un siège en règle. Après la dynamite, la mélinite. Force reste à la loi ! » 73

  • 73 Le Figaro, 15 mai 1912, p. 1-2.
  • 74 « Trois mille balles sans résultat », Le Matin, 17 mai 1912, EA 140-141, APP.
  • 75 L’Illustration, 18 mai 1912, p.. 439, EA 140-141, APP.

37Si Le Matin déplore que Bonnot, Garnier et Valet n’aient pu être capturés vivants au terme de deux sièges 74, le quotidien justifie pourtant les moyens employés par la fin poursuivie. Alors que certains journaux raillent la disproportion des moyens mis en œuvre contre les deux retranchés, d’autres, au contraire, s’en félicitent : « Pour s’emparer de Garnier et Valet, il n’a pas fallu moins de neuf heures d’un siège en règle ; on a tenté, par deux fois, de faire sauter la maison à la dynamite ; et il a été nécessaire de réquisitionner un bataillon de zouaves, et d’amener, même, des mitrailleuses […]. À un nouvel ordre de malfaiteurs décidés à défendre leur vie jusqu’au bout, il convient d’opposer de nouveaux moyens de répression, qui ne soient pas des moyens de fortune » 75. Sous cet angle, le rapport rédigé par Georges Touny permet d’envisager trois ordres de questions : quels sont ces « nouveaux moyens de répression », défensifs et offensifs, utilisés durant le siège ? Sont-ils réellement inédits ? Quelle fut l’efficacité de leur usage ?

  • 76 Guillaume (Marcel) (commissaire). Mes grandes enquêtes criminelles. De la bande à Bonnot à l’affair (...)
  • 77 Devançant les préoccupations de la préfecture de Police, Le Journal de la gendarmerie réclame, dès (...)
  • 78 Lettre et prospectus, 9 mai 1912, AJ VIII, APP.
  • 79 Dans les mois suivant le siège, un échange correspondance entre la préfecture de Police avec des po (...)

38Amusé, Marcel Guillaume se souvient de l’équipement dont il fut doté pour affronter les hors-la-loi : « Comme si nous étions des guerriers du Moyen Âge, on nous munit de cuirasses » 76. Effectivement, dès les premières lignes de son rapport, le directeur de la police municipale évoque les boucliers protégeant l’avancée des hommes de la Sûreté 77. C’est moins à la prévoyance de la préfecture de Police qu’il faut attribuer cette dotation qu’au commerce sécuritaire suscité par l’affaire Bonnot, en particulier le siège de Choisy ; quelques jours avant l’encerclement du repaire de Garnier et Valet, la Sûreté reçoit une proposition de mise à disposition de boucliers en métal par un fabricant parisien 78. Nogent en constitue le champ d’expérimentation en conditions réelles 79. Lorsque la maison est cernée, Xavier Guichard demande aux anarchistes de se rendre. Il peut s’approcher de la maison avec l’inspecteur Legrand et six agents grâce à ces boucliers tout neufs. Protection sans doute légère et inappropriée car dès le début de la fusillade, deux inspecteurs sont blessés et évacués. Si le bouclier de Fleury a été perforé par une balle de fusil, comme le prétend le journaliste du Temps, il faudrait alors se demander s’il n’a pas été blessé par un gendarme, puisque les militaires sont les seuls sur place à employer ce type d’arme. L’éventualité d’un tel « tir ami » n’affleure pourtant dans aucun récit des faits.

  • 80 Le Temps, 16 mai 1912, art. cit.
  • 81 Pour des précisions sur cette expérience cynophile parisienne, Berlière (Jean-Marc). Le préfet Lépi (...)

39Au chapitre des armes offensives employées par les assaillants, outre les armes à feu individuelles portatives, deux innovations sont particulièrement mises en valeur dans la presse, des mitrailleuses ainsi que des explosifs. Les zouaves ont-ils amenés avec eux des mitrailleuses Hotchkiss, comme certains journalistes le prétendent 80 ? Le rapport de Georges Touny ne mentionne pas ces armes puissantes ; leur emploi éventuel, de nuit qui plus est, eût d’ailleurs provoqué plus de morts parmi la foule et les assiégeants encerclant la maison. Ces derniers, d’ailleurs, piétinent ainsi que le rapporte le directeur de la police municipale en regrettant que « le tir des assiégeants, inspecteurs, zouaves ou gendarmes ne cause aucun dommage aux assiégés ». Le préfet Lépine décide alors l’emploi de moyens plus conséquents, sans plus de succès : « Un peu après 8 heures, Mr Kling, Directeur du Laboratoire Municipal, réussit à lancer trois paquets de mélinite du haut du viaduc sur la maison – un seul explose. L’effet est nul ». Après les boucliers, la villa fait à nouveau les frais de l’expérimentation, comme en témoignent ces tentatives pyrotechniques successives. Parmi les trois essais de destruction, une par l’agent Gamarre qui lance sur la maison vers 9 h 30 un engin incendiaire associant explosif et bidon d’essence. A nouveau, « l’effet est nul », comme le relève sèchement le chef de la police municipale. Des explosifs sont alors apportés du fort de Rosny car les réserves de la Préfecture sont épuisées. À deux heures du matin, les vingt-cinq pétards employés ébranlent sérieusement la maison. Alors que plusieurs dizaines de milliers de badauds sont venues le long de la Marne, la décision de l’assaut revient au préfet de police. Le chef du service de la Sûreté Xavier Guichard entraîne alors derrière lui « quelques inspecteurs, des zouaves, des gendarmes, des gardiens, sergents de ville avec des chiens de police » 81 ; cette théorie policière disparate donne l’impression qu’aucune des forces de l’ordre sur place ne veut être absente de l’assaut final et du partage de ses lauriers, assortis de décorations.

4.2. Cave canem

  • 82 L’Echo de la gendarmerie, 1er octobre 1911.
  • 83 Le Petit Journal, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.
  • 84 L’Echo de la gendarmerie, 1er octobre 1911.
  • 85 Journal de la gendarmerie, 5 avril 1908.

40L’intervention des chiens policiers semble marquer une innovation notable dans le registre des modes d’intervention de la police. Georges Touny évoque rapidement des « sergents de ville avec des chiens de police ». 120 de ces animaux sont utilisées par la police suburbaine à l’automne 1911 et un Club du chien de police est situé à proximité de Nogent-sur-Marne, à Charenton 82. Mais l’intervention des quadrupèdes fut surtout l’occasion pour certains journalistes de ridiculiser Xavier Guichard et Louis Lépine : « Contrairement à ce qu’on avait cru d’abord, les chiens policiers n’ont pas été appelés à collaborer à l’attaque des bandits mais un essai a été tenté. Un Parisien a amené un chien qui avait été dressé dans un chenil de la préfecture, à Nogent, et a demandé l’autorisation de lancer sa bête dans la villa » 83 ; le chien se serait alors jeté sur les policiers, qui, en retour, le reçoivent à coups de pied. Si la description de Georges Touny est moins colorée, elle ne disqualifie pas les moqueries du journaliste : « Un habitant de Nogent s’offre à pénétrer avec son chien, il entre couvert par un bouclier le revolver à la main ; il excite son chien mais l’animal se borne à aboyer et à courir dans le jardin. L’habitant se retire… ». L’échec est patent et contredit les arguments optimistes avancés quelques mois auparavant dans la presse professionnelle de la gendarmerie : « Bien dressé, un chien de police ne sera jamais une cause de gêne ou d’accident et les avantages que l’emploi de cet animal présente dans la recherche ou la poursuite des individus, dans la défense des agents de la force publique […] ont été maintes fois appréciées » 84. L’introduction de l’usage de chiens dans la gendarmerie sur le modèle de la préfecture de Police est réclamée dès 1908 85 ; elle constitue un des signes du rapprochement des représentations de la gendarmerie nourries à l’endroit de la police, qui ne constitue progressivement plus le repoussoir systématique d’une institution associée à la seule police politique, comme c’est le cas dans les années 1880.

41L’emploi hasardeux de ce chien symbolise l’inefficacité de l’assaut, de plus en plus inorganisé et improvisé à mesure de son déroulement, ce que confirment l’investissement final et la conclusion du drame

4.3. La mort des anarchistes : légitime défense ou assassinat ?

  • 86 « Vraiment notre police a donné là […] un triste exemple de son incapacité. La seule chose qui ait (...)
  • 87 Le Matin, 19 mai 1912, EA 140-141, APP. Le journaliste s’attache à démontrer que Valet était désarm (...)
  • 88 La Presse, 17 mai 1912, p. 1.
  • 89 Télégramme du commandant de la section de Vincennes au chef de légion, 15 mai 1912, SHD-DG, 52.
  • 90 L’Action française, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.
  • 91 L’autopsie des deux cadavres et les premières constatations ne confirment pas les accusations lancé (...)
  • 92 L’Action française, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.

42Outre la question de l’ampleur du déploiement de la force publique, une seconde interrogation surgit immédiatement après le siège : les malfaiteurs pouvaient-ils être capturés vivants ? La presse en est majoritairement convaincue. Si L’Humanité assène un jugement sans appel sur le résultat dramatique du siège 86, un journaliste du Matin affirme également sans ciller que « Valet aurait pu être pris vivant » 87, accusation qui se retrouve dans les colonnes de La Presse  : « On aurait pu prendre Garnier vivant. Pourquoi ne l’a-t-on pas fait ? » 88. Les réquisitoires de ces journaux sont accréditées par le chaos qui a présidé à la prise du refuge des anarchistes. Néanmoins, le rapport du directeur de la police municipale ne laisse aucun doute sur la mort des malfaiteurs dans le feu de l’assaut. Mais, la lecture du télégramme envoyé par le capitaine de gendarmerie présent sur les lieux contredit cette version : « A 2 heures ½ matin le 15, bandits capturés, Garnier mort, Vallet [sic] encore vivant » 89. Valet a-t-il succombé à des blessures mortelles après l’investissement de la maison par les forces de l’ordre ou a-t-il été achevé comme accuse Léon Daudet 90, faisant étrangement écho aux réquisitoires de la presse d’extrême gauche. On est évidemment loin de la thèse de la légitime défense ou du suicide 91. Surenchérissant dans l’outrance, ce contempteur de la police républicaine – qui ne lutte pas seulement contre les anarchistes mais aussi contre cette droite ultra dont Léon Daudet est l’un des hérauts – veut accréditer le mythe d’un complot voulu et concerté par Lépine et Hennion pour assassiner les malfaiteurs et dissimuler ainsi leurs liens avec la préfecture de Police et la Sûreté générale. On a vu précédemment que les sentiments nourris mutuellement par les deux hommes transforment cette accusation haineuse en élucubration 92.

  • 93 « Fin de siège », Le Petit Journal, 15 mai 1905 ; « La prise du “fort” d’Usseau », Le Temps, 15 mai (...)
  • 94 Voir la page consacrée à Bonnot sur le site L’Histoire par l’image

43Relevons, pour terminer, que le déroulement du siège de Nogent en rappelle étrangement un autre, qui s’est déroulé sept ans auparavant, presque jour pour jour. La farce avait précédé la tragédie, si l’on ose dire, en retournant la célèbre formule de Marx. En effet, l’assaut donné contre le repaire d’un forcené apparaît comme le négatif presque exact du récit fait par le chef de la police municipale en 1912 : présence de tout l’éventail disponible des forces de l’ordre en Indre-et-Loire ainsi que des autorités administratives et judiciaires, siège en règle, emploi de la mélinite (sans résultat plus probant) par des soldats du Génie, mobilisation de l’Infanterie et de l’Artillerie (le terme du siège évite la canonnade !), foule surexcitée par l’hallali ; presque exact donc, car contrairement à Nogent-sur-Marne, pas de curée et un lynchage évité grâce à la protection de gendarmes et de fantassins 93. Pouvait-il en être ainsi à Nogent-sur-Marne, dans la nuit du 15 mai 1912 94 ?

Après la tragédie de Nogent-sur-Marne – Côté de la maison où se trouve l’excavation faite par la dynamite

Après la tragédie de Nogent-sur-Marne – Côté de la maison où se trouve l’excavation faite par la dynamite

Conclusion

  • 95 Bensa (Alban) et Fassin (Eric). « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, Qu’es (...)
  • 96 López (Laurent), « 1912, l’affaire Bonnot : les effets contradictoires d’une crise sécuritaire sur (...)

44Une trentaine d’années après la reconnaissance par l’Internationale ouvrière de la « propagande par le fait », le siège de Nogent contre les anarchistes donne surtout à voir la police par le fait, c’est-à-dire en action. Le caractère dramatique du siège de Nogent est, en partie, produit par sa structure : la dilatation de la durée de l’épisode au fur et à mesure que le siège se prolonge contraste avec la contraction de l’espace autour du repaire des forcenés. A bien des égards, le siège de Nogent représente l’idéal type de l’événement 95 avec son unité dramatique, ses héros (les forces de l’ordre pour les uns, leurs adversaires pour les autres), ses aèdes donnant à la scène sa résonance médiatique ainsi que ses significations politiques et policières. Si pour Garnier et Valet, le siège se termine dans la nuit du 15 mai 1912, le séisme médiatique qui affecta l’institution policière fut suivi par de longues répliques dans le temps, qui mirent à jour des failles institutionnelles et professionnelles existant entre et au sein de chacune des forces de l’ordre 96.

45L’épisode, comme l’affaire dans son ensemble, dément l’image d’une « guerre des polices » entre les diverses forces de l’ordre, du moins si l’on ne veut pas considérer quelques incidents conjoncturels comme le reflet d’une situation structurelle. Cette expression à finalité essentiellement éditoriale ennuie ou arrange les pouvoirs publics, en fonction des circonstances et des besoins politiciens. Il revient précisément à l’historien de substituer obstinément et posément ce que lui livrent les archives à ce que certains veulent – ou ne veulent pas – y lire. Le bel essor du chantier sur le passé de la gendarmerie nationale, animé par Jean-Noël Luc à l’université Paris-IV, ainsi que les travaux relatifs à l’histoire de la police, produits dans le sillage de Jean-Marc Berlière, éclairent non seulement une nouvelle voie historiographique mais devraient désormais inviter à plus de mesure dans les usages politiques de l’histoire des forces de l’ordre.

Haut de page

Bibliographie

Belin (Jules). Trente ans de Sûreté nationale, Paris, Bibliothèque France-Soir, 1959, 328 p.

Bensa (Alban) et Fassin (Eric). « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, Qu’est-ce qu’un événement ?, mars 2002, p. 5-20. [En ligne], mis en ligne le 06 mars 2007. URL : http://terrain.revues.org/document1888.html.

Berlière (Jean-Marc). « L’article 10 du code d’instruction criminelle sous la IIIe république. Un danger permanent pour la liberté de chacun ? », Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, n° 12, 1991, p. 5-27. [En ligne] URL : http://criminocorpus.revues.org/262

Berlière (Jean-Marc). Le préfet Lépine. Aux origines de la police moderne, Paris, Denoël, 1993, 264 p.

Berlière (Jean-Marc). Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996, 275 p.

Berlière(Jean-Marc). « La carrière exceptionnelle d’un commissaire spécial sous la Troisième République : Célestin Hennion », in Kalifa (Dominique), Karila-Cohen (Pierre) (dir.), Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 173-191.

Berlière (Jean-Marc). « Histoire de la police. Quelques réflexions sur l’historiographie française », Criminocorpus, URL : http://criminocorpus.revues.org/58

Cardoni (Fabien). La Garde Républicaine, d’une République à l’autre. Un régiment de gendarmes à Paris, 1848-1871, thèse, Histoire, université Paris IV, dir. J.-N. Luc, 2005, 782 p, parue sous le titre, La garde républicaine d’une République à l’autre (1848-1871), Rennes, Presses universitaires de Rennes & Service historique de la Défense, coll. Histoire, 2008, 336 p.

Deluermoz (Quentin). Les policiers en tenue dans l’espace parisien (1854-1913) : la construction d’un ordre public, thèse, Histoire, université Paris I, dir. D. Kalifa, 2006, 741 p.

Guillaume (Marcel) (commissaire). Mes grandes enquêtes criminelles. De la bande à Bonnot à l’affaire Stavisky, présenté et annoté par L. Joly, Sainte-Marguerite-sur-Mer, éd. des Equateurs, 2005, 401 p.

Hogier Grison (pseud.). La police : ce qu’elle était, ce qu’elle est, ce qu’elle doit être, Paris, s.é., 1887, 338 p.

Houte (Arnaud-Dominique). Le métier de gendarme national au XIXe siècle : la construction d’une identité professionnelle, thèse, Histoire, université Paris IV, dir. J.-N. Luc et J.-M. Berlière, 2006, 978 p.

Kalifa (Dominique). « Les tâcherons de l’information : petits reporters et faits divers à la Belle Epoque », RHMC, 40-4, oct.-déc. 1993, p. 578-603.

Kalifa (D.). L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 351 p.

Kalifa (D.). Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, 331 p.

Kalifa (D.), Karila-Cohen (Pierre) (dir.). Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 139-154.

Kauffer(Rémy). « Sur la piste de la bande à Bonnot », Historia, n° 712 S, avril 2006, p. 68-71.

Keegan (John). Anatomie de la bataille, Azincourt 1415. Waterloo. 1815. La Somme 1916, Paris, Robert Laffont, 1993 [éd. orig. 1976], 324 p.

Lavignette (Frédéric). La bande à Bonnot à travers la presse de l’époque, Lyon, éd. Fage, 2008, 628 p.

Lépine (Louis). Mes souvenirs, Paris, Payot, 1929, 276 p.

Locard (Edmond), La Police : ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être, Paris, Payot, 1919, 239 p.

López (Laurent). « 1912, l’affaire Bonnot : les effets contradictoires d’une crise sécuritaire sur les polices et la gendarmerie », Socio-logos, n° 2, [En ligne]. URL : http://socio-logos.revues.org/document521.html

López (L.). « Commissaires de police et officiers de gendarmerie à la fin du XIXe siècle : pratiques professionnelles et représentations », in Kalifa (Dominique), Karila-Cohen (Pierre) (dir.), Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 139-154.López (L.). « Les archives contre la statistique officielle ? Retour sur les brigades du Tigre (Dijon, 1908-1914) », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 71, juin 2008, p. 106-122.

Luc (Jean-Noël) (dir.). Histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2005, 1105 p.

Lussier (Hubert). Les sapeurs-pompiers au XIXe siècle : associations volontaires en milieu populaire, Paris, Association des ruralistes français/L’Harmattan, 1988, 173 p.

Monjardet (Dominique). Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996, 316 p.

Offenstadt (Nicolas) (dir.). Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004, 494 p.

Rey (Alfred), Féron (Louis). Histoire du corps des gardiens de la paix, Paris, Firmin-Didot, 1896, 736 p.

Strauss (Albert) (avocat à la cour de Paris). Des autorités investies d’attributions de police, thèse, Droit, Paris, Henri Jouve, 1898, 201 p.

Vogel (Marie). « Les sources froides : la police de la IIIe République comme administration », Cahiers de la sécurité intérieure, n° 17, Ordre public et histoire, la naissance d’une mémoire, 3e trim. 1994, p. 44-53.

Verstraète (Jules) (colonel). Des fonctions de police judiciaire de la gendarmerie nationale, thèse, Droit, université de Paris, Paris, H. Jouve, 1910, 178 p.

Haut de page

Annexe

Rapport de Georges Touny, directeur de la police municipale de la Préfecture de Police de Paris, au Préfet de police, daté du 14 mai 1912.

Transcription : Laurent López
Source : Archives de la préfecture de Police de Paris (EA 140-141)

Extraits retranscrits du document. Les passages barrés ou illisibles ne sont pas indiqués afin d’alléger la retranscription.

1er feuillet

« Il était six heures du soir le 14 mai 1912 lorsque je suis arrivé à Nogent […], à la maison de Garnier et Valet.
M. Guichard est déjà là avec un certain nombre d’inspecteurs ; plusieurs d’entre eux sont munis de boucliers.
Silencieusement et rapidement, ils s’avancent par l’allée, longeant des jardinets, vers la maison que cachent encore à notre vue d’autres villas.
Je suis à quelque distance ; la petite troupe s’arrête près d’une maison à l’abri de laquelle on peut apercevoir celle des bandits.
Tout à coup, j’entends la voix de Mr. Guichard ; quelques paroles brèves et tout à coup les coups de feu éclatent.
Sous la direction de leur Chef, les Inspecteurs entourent la maison, cernent tous les passages qui pourraient permettre aux malfaiteurs de s’enfuir.
Une femme, dès les premiers coups de revolver, a quitté le refuge des bandits, se rendant au Chef de la Sûreté ; c’est la maîtresse de Garnier.
Elle ne fait aucune difficulté pour avouer que ses complices ne sont autres que Garnier et Valet ; elle ajoute qu’ils sont armés de gros revolvers, qu’ils ont en grande quantité des munitions et des vivres et qu’ils ne se laisseront pas prendre vivants.
La maison où sont enfermés Garnier et Valet, est disposée de telle façon qu’elle se prête beaucoup mieux à la défense qu’à l’attaque […].

2e feuillet

[…] Garnier et Valet ripostent par un feu très nourri et très précis.
De nombreuses balles s’abîment sur les boucliers.
M’étant rendu compte que les malfaiteurs n’avaient plus de chance de s’enfuir par les jardinets j’ai gagné la rue du Viaduc pour m’assurer que de ce côté également toutes les mesures étaient prises pour empêcher la fuite des bandits
Mr. Jean, Officier de paix, avait disposé des gardiens de la paix en bourgeois de chaque côté de chaque côté de l’immeuble assiégé – renforçant la surveillance déjà établie par quelques inspecteurs en embuscade.
Je suis revenu dans les jardins ; les malfaiteurs continuaient à répondre aux coups de feu des agents de police.
Vers six heures et demie, le brigadier Fleury est blessé, puis Cayrouse.
Des gendarmes armés de carabines, des sergents de ville de banlieue viennent renforcer les Inspecteurs ; arrivent également quelques zouaves, beaucoup sans armes.

3e feuillet

Ils sont presque tous employés au service d’ordre le long du viaduc et sont utilisés pour maintenir la foule qui s’est amassée. Quelques zouaves armés, une douzaine peut-être, passent du côté des jardins ; quatre d’entre eux grimpés au 1er étage d’une villa en face de celle des bandits tirent dans leur direction […].
Les gendarmes tirent également. Il est facile de se rendre compte que le tir des assiégeants, inspecteurs, zouaves ou gendarmes ne cause aucun dommage aux assiégés, à qui il est relativement facile d’échapper aux balles, à l’abri des murs de la maison […].
Le feu continue pour tenir en haleine les bandits, qui d’ailleurs ripostent assez régulièrement.
On attend le lancement d’une bombe qui permettra d’ouvrir une brèche et de monter à l’assaut de la villa Bonhours.

4e feuillet

Un peu après 8 heures, Mr. Kling, Directeur du Laboratoire Municipal, réussit à lancer trois paquets de mélinite du haut du viaduc sur la maison – un seul explose.
L’effet est nul.
Il faut se préoccuper de la nuit qui approche, rendant l’attaque plus aléatoire, les chances de fuite plus grandes.
Je fais demander à Paris des torches, et vingt gardiens des Compagnies de réserve. Les gardiens arrivent apportent des torches.
Vers neuf heures et demie, le gardien cycliste des réserves Gamarre lance une bombe que vient de préparer M r. Kling.
A cette bombe est lié un bidon d’essence.
La bombe éclate, l’effet est nul […].

5e feuillet

Il n’y a plus de mélinite.
A cet instant, on songe à attendre le jour pour tenter l’assaut. Je fais demander des gardiens et cinquante gardes républicains pour le cas où il serait indispensable de cerner la maison et de la garder jusqu’au jour. Il faut prévoir, en effet, des relèves fréquentes, la surveillance devant être des plus serrées. Le nombre des curieux augmente.
Vingt-cinq pétards de mélinite sont apportés par un lieutenant de zouaves […]. Enfin tout est préparé pour lancer les explosifs du côté jardin.
Le commandant de zouaves [dit ?] (…)

6e feuillet

(…) qu’il sera plus facile de mettre l’engin du côté de la rue. Il en est ainsi décidé.
Les préparatifs sont très longs.
Une première tentative ne donne pas de résultat […].
Un peu après 2 heures du matin, 25 pétards de mélinite sont placés par deux lieutenants du 23e Dragons ; l’explosion ne produit qu’un effet minime sur l’immeuble. Le silence se fait dans la villa.
Que sont devenus les deux malfaiteurs ?
Un habitant de Nogent s’offre à pénétrer avec son chien, il entre couvert par un bouclier le revolver à la main ; il excite son chien mais l’animal se borne à aboyer et à courir dans le jardin. L’habitant se retire…
Quelques instants après, M. Guichard pénètre dans le jardinet avec deux inspecteurs et un gardien de la paix : Guillebeaud des Réserves & le Lieutenant des zouaves en bourgeois Tournier : les deux inspecteurs & le gardien ont des boucliers : ils inspectent la maison, les malfaiteurs ne tirent pas, aucun bruit.
Mr. Guichard fait revenir le Lieutenant & les agents & revient lui-même sur le chemin du viaduc.
Les malfaiteurs sont-ils encore vivants ?
Sont-ils étourdis par la dernière explosion ?
M. le Préfet de Police consulté donne l’ordre à M. Guichard d’entrer en ayant soin de faire passer d’abord les hommes munis de boucliers ; le Chef de la Sûreté prend quelques inspecteurs, des zouaves, des gendarmes, des gardiens, des sergents de ville avec des chiens de police.
Tous entrent dans le jardin. Je place des gendarmes et des gardiens à la brèche faite dans le grillage côté viaduc pour empêcher l’envahissement de la villa.

7e feuillet

(…) De très nombreux coups de feu sont tirés par les assaillants puis soudain tous ces hommes auxquels sont réunis ceux qui gardaient la façade du côté jardin, se précipitent sur la maison ; à cet instant, les gendarmes et gardiens de faction […] quittent leur poste, s’élancent aussi dans le jardinet suivis par toute la foule de soldats, gendarmes, d’agents & de curieux qu’ils maintenaient, et c’est une cohue indescriptible […]. L’officier de paix Faralicq et moi nous efforçons de calmer tous ces hommes qui veulent voir ! C’est après des efforts inouïs que les inspecteurs & les agents réussissent à emporter les corps des deux malfaiteurs sous le viaduc d’abord & enfin dans une automobile pour être portés à la morgue.
A la nouvelle de la capture des malfaiteurs une joie féroce éclate parmi les milliers de spectateurs accourus […].
Les agents qui ont pris part à ce siège dès le début ont tous fait preuve de courage – il y avait danger, les blessures reçues provenant sans conteste des coups de feu tirés par Garnier & Valet en sont la preuve indiscutable. Les gendarmes & les zouaves placés dans le jardin et dans deux maisonnettes voisines se sont parfaitement conduits – de même le gardien Gamarre – le Lieutenant de zouaves Tournier, [les] lieutenants de Dragons. Tous ces hommes ont couru des dangers sérieux.
Les soldats, agents, gardes placés en dessous du viaduc n’ont fait qu’un service [?] sans danger.

8e feuillet

(…) dans divers journaux que les agents auraient violenté les zouaves, arraché les galons d’un officier. N’ayant pu pénétrer dans la maison, je ne sais ce qui s’est passé mais à en juger par ce que j’ai vu du dehors, il est certain que tous les hommes qui sont entrés dans la villa Bonhours ont dû violemment se bousculer… c’était la ruée, la poussée irrésistible de la foule.
Les corps partis, j’ai vu le Commandant des zouaves, plusieurs de ses officiers, les deux officiers de Dragons, je les ai remerciés de leur précieux concours et le Commandant a fait rassembler ses soldats pour le départ. Pas une plainte n’a été proférée, pas une réclamation ne m’a été faite […].
J’ai laissé sur place un officier de paix Mr. Reisse avec une quarantaine de gardiens pour que, d’accord avec le Commissaire de la localité & les agents & gendarmes de banlieue, la foule soit maintenue en dehors de la maison et je me suis retiré : il était 3 heures de matin.

Haut de page

Notes

1 Malgré près d’un siècle écoulé, les livraisons récentes sur le sujet reprennent ces articles sans recul, amalgamant sans précaution – au mieux – archives (aucune référence n’accréditant leur consultation) ainsi que coupures de presse et en leur ajoutant – au pire – une touche romancée. Le beau volume réalisé récemment par Lavignette (Frédéric). La bande à Bonnot à travers la presse de l’époque, Lyon, éd. Fage, 2008, 628 p., tranche par son subtil parti pris d’organisation et de juxtaposition de sources relatives à l’enquête judiciaire, aux recherches policières et au retentissement médiatique de l’affaire criminelle. Les historiens y trouveront un abondant matériau.

2 La Sûreté est le service de la préfecture de Police de Paris chargé des affaires de police judiciaire à l’échelle municipale ainsi qu’à celle du département de la Seine. Il ne faut pas la confondre avec la Sûreté générale qui est alors une direction du ministère de l’Intérieur en charge, notamment, de la police générale au niveau national.

3 EA 140-141, APP.

4 Monjardet (Dominique). Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996, 316 p.

5 Vogel (Marie). « Les sources froides : la police de la IIIe République comme administration », Cahiers de la sécurité intérieure, n° 17, Ordre public et histoire, la naissance d’une mémoire, 3e trim. 1994, p. 44-53.

6 John Keegan explique ainsi « ce manque de vision globale » des Inniskillings à Waterloo par leur engagement dans le « bruit et la fureur » de la bataille, Anatomie de la bataille, Azincourt 1415. Waterloo. 1815. La Somme 1916, Paris, Robert Laffont, 1993 [éd. orig. 1976], p. 100.

7 Note du préfet de police au directeur de la police municipale, 19 mai 1912, EA 140-141, APP.

8 Id.

9 L’organisation de la police sur ce territoire reste encore largement méconnue.

10 Sur l’Arme en général, l’indispensable ouvrage dirigé par Luc (Jean-Noël) (dir.). Histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2005, 1105 p. ; sur la gendarmerie au XIXe siècle, Houte (Arnaud-Dominique). Le métier de gendarme national au XIXe siècle : la construction d’une identité professionnelle, thèse, Histoire, université Paris IV, dir. J.-N. Luc et J.-M. Berlière, 2006, 978 p.

11 Sur les policiers parisiens, Deluermoz (Quentin), Les policiers en tenue dans l’espace parisien (1854-1913) : la construction d’un ordre public, thèse, Histoire, université Paris I, dir. D. Kalifa, 2006, 741 p.

12 L’épisode illustre de façon exemplaire cette prévention d’Hogier Grison (pseud.), La police : ce qu’elle était, ce qu’elle est, ce qu’elle doit être, Paris, s.é., 1887, p. 1 : « Et d’abord quand nous disons la police, nous employons une expression impropre, nous devrions dire les polices ».

13 Strauss (Albert). Des autorités investies des attributions de police, thèse, Droit, Paris, Henri Jouve, 1898, p. 133.

14 Berlière (Jean-Marc), Histoire de la police. Quelques réflexions sur l’historiographie française, Criminocorpus, En ligne.

15 L’affaire se prêterait à une réflexion collective imitant celle dirigée par Offenstadt (Nicolas) (dir.). Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004, 494 p.

16 Locard (Edmond), La Police : ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être, Paris, Payot, 1919, p. 58.

17 En matière de faits divers, le curieux souci des journalistes pour les détails techniques, les marques des matériels mis en œuvre, l’anecdote de leurs caractéristiques se retrouve aujourd’hui encore pour donner un effet de réel supplémentaire aux drames les plus sanglants.

18 Voir la page qu’y consacre le site L’histoire par l’image

19 Télégramme, [?] avril 1912, 22 E 2, Service historique de la Défense – Département gendarmerie (SHD-DG).

20 Rapport du chef de brigade, 6 avril 1912, 129, SHD-DG.

21 Article 59.

22 Télégramme, 27 mars 1912, 22 E 2, SHD-DG.

23 EA 140-141, APP.

24 Cochet de Savigny(Pierre-Claude Melchior) Mémorial de la gendarmerie, année 1911, Paris, Léautey, 1912, p. 343.

25 « Art. 78. – La gendarmerie doit communiquer sans délai aux autorités civiles les renseignements dont la connaissance lui est parvenue et qui intéressent l’ordre public ou la sûreté générale […] ».

26 Télégramme, EA 140-141, APP.

27 Le Figaro, 25 avril 1912, p.1-2.

28 Quelques jours avant cette téméraire tentative de capture, la démission de Jouin avait été évoquée. Le policier a-t-il vu une occasion de laver son honneur dans une arrestation qu’il décide d’opérer de sa propre initiative, sans préparation et sans appui de la gendarmerie locale ?

29 L’Histoire par l’image, En ligne.

30 Le Temps, 29 avril 1912, p. 1-2.

31 Rapport du commissaire de police de Choisy-le-Roi au préfet de police, 5 mai 1912, EA 140-141, APP.

32 Lettre du lieutenant Paul Fontan au préfet de police, 29 avril 1912, EA 140-141, APP.

33 Opposons pour nous en convaincre, le mépris de cet officier de gendarmerie pour les agents civils de l’ordre : « Si vous voulez assimiler le service des gendarmes au service des policiers, où recruterez-vous des officiers ? Vous ne trouverez pas un soldat qui veuille faire ce métier et se déconsidérer devant ses camarades », Janus, La fin de la gendarmerie, Paris, Société générale de librairie, 1880, p. 35-36, aux moqueries du commissaire Goron sur l’impéritie des gendarmes en matière judiciaire : « […] cet homme, de Belgique à Paris, avait passé par toutes les brigades de gendarmerie où était affiché son signalement et personne ne l’avait reconnu. Après cela, étonnez-vous qu’un individu dont le signalement se trouve dans toutes les mains se promène tranquillement sur le boulevard, sans que personne songe à l’arrêter ! », Marie-François Goron, Les mémoires de M. Goron. Ancien chef de la Sûreté, 4 vol., Paris, Ernest Flammarion, s.d. (env. 1900), 2e vol., A travers le crime, p.453-454.

34 La Bataille sociale, 15-21 mai 1912, EA 140-141, APP.

35 Paul Guichard devint en 1914 directeur-adjoint de la police municipale puis en prit la direction en 1918. Dans une institution où la recommandation reste encore le meilleur moyen d’y entrer et d’y faire carrière, la famille Guichard n’est pas la seule à y compter plusieurs de ses membres, successivement ou simultanément, avec un parcours de promotion professionnelle intra familiale.

36 Les deux brigades de Vincennes, celles de Charenton-le-Pont, Saint-Mandé, Saint-Maurice, Joinville-le-Pont, Nogent-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Créteil, Montreuil, La Maladrerie, Fontenay-sous-Bois.

37 Rapport du commandant de la section de Vincennes, 20 mai 1912, 52, SHD-DG.

38 Id.

39 Mémorial de la gendarmerie, 1907, p. 424.

40 Le préfet est lui-même officier de police judiciaire selon l’article 10 du Code d’instruction criminelle ; il est investi, en certains cas, des compétences du juge d’instruction, comme l’analyse Berlière (Jean-Marc), « L’article 10 du code d’instruction criminelle sous la IIIe république. Un danger permanent pour la liberté de chacun ? », Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, n° 12, 1991, p. 5-27. [En ligne] URL : http://criminocorpus.revues.org/262.

41 Le Matin, 22 mai 1912, EA 140-141, APP. Les agents de Sûreté apprécièrent peu la formule et écrivirent au journal pour souligner que les soldats n’avaient pas été semblablement exposés aux risques.

42 Avant l’apparition des brigades mobiles de police judiciaire en 1907-1908, le service de la Sûreté détache fréquemment des inspecteurs pour les mettre à la disposition des parquets de province afin de résoudre des affaires criminelles graves. Admise par le Parquet, la pratique policière contrevient cependant à la législation et supplante la norme juridique.

43 Cardoni (Fabien), La Garde Républicaine, d’une République à l’autre. Un régiment de gendarmes à Paris, 1848-1871, thèse, Histoire, université Paris IV, dir. J.-N. Luc, 2005, 782 p.

44 Les modalités de l’exercice de l’autorité du préfet sur les effectifs de la Garde sont fixées par le décret de 1900. Ce texte restreint, en théorie, le pouvoir du haut fonctionnaire civil en le limitant au seul droit de réquisition alors que depuis l’arrêté présidentiel du 28 février 1849, la Garde républicaine était affectée spécialement au service de la Ville de Paris sous la direction et d’après les ordres du préfet de police, lui-même sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. En pratique, la proximité géographique des gardes et des policiers, la routine de la sollicitation des premiers par l’île de la Cité, les gratifications auxquelles le préfet a habitué les militaires font de la Garde une entité autonome de la préfecture de Police.

45 C’est le cas avéré dans d’autres services. L’inspecteur Verrier, par exemple, se porte volontaire pour l’assaut bien que n’étant pas en service. AJ VII, APP.

46 Rey (Alfred), Féron (Louis), Histoire du corps des gardiens de la paix, Paris, Firmin-Didot, 1896, p. 460.

47 Le gendarme a chaudement recommandé le policier pour une décoration, signe de l’union sacrée des forces de l’ordre dans cette épreuve du feu en temps de paix.

48 L’Action française, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.

49 15-21 mai 1912, EA 140-141.

50 15 mai 1912, EA 140-141.

51 15 mai 1912, p. 1. Bibliothèque nationale de France (BNF). Site Gallica. ; toutes les références de la presse de l’époque disponible en ligne sont désormais empruntées à ce précieux site de la BNF.

52 Le Figaro affirme, en outre, que « le siège du pavillon a été effectué exactement par dix-huit hommes », 17 mai 1912, p. 2.

53 Le Matin, 17 mai 1912, EA 140-141, APP.

54 Elle forme l’embryon de la Brigade criminelle, constituée quelques mois plus tard à la suite de la réorganisation de la Sûreté, conséquence des dysfonctionnements policiers prétendus durant l’affaire Bonnot.

55 AJ VII, APP. Les formulations allusives du rapport accréditent cette hypothèse, qui ne correspond pas à la dénonciation par un voisin, version plus honorable. Arrivés à Nogent, les inspecteurs procèdent à une enquête voisinage pour avoir confirmation de l’identité des suspects. Leurs photographies sont reconnues par les épiciers voisins de la villa. Marie Vuillemin entre alors dans l’épicerie ; elle est identifiée par un des inspecteurs qui l’a déjà interrogée. Les policiers s’éclipsent pour ne pas éveiller l’attention mais ne peuvent prévenir la Sûreté par téléphone que vers 17 h 30.

56 Malgré son prestige et son ancienneté les travaux sur ce corps font défaut ; seuls les sapeurs-pompiers ruraux du XIXe siècle ont fait l’objet de la thèse de Lussier (Hubert), Les sapeurs-pompiers au XIXe siècle : associations volontaires en milieu populaire, Paris, Association des ruralistes français, L’Harmattan, 1988, 173 p.

57 Le Temps, 16 mai 1912, p. 3.

58 Rapport du capitaine commandant la section de Vincennes au sujet des événements de la nuit du 14 au 15 mai relatifs à la capture de Garnier et Vallet, 20 mai 1912, 52, SHD-DG.

59 Etat des casernes reliées au réseau téléphonique de l’État, 24 novembre 1912, 52, SHD-DG. A la fin de l’année 1912, deux brigades sont dotées du téléphone sur les quinze que compte la section.

60 A cet égard, les gendarmes et les policiers de banlieue n’ont pas attendu la circulaire du préfet de police du 19 avril 1909 pour entretenir des liens étroits. Ce texte enregistre un état de fait plus qu’il ne crée de nouvelles conditions de relations professionnelles.

61 Ce que certains officiers pressentent en la déplorant, López (Laurent), « Commissaires de police et officiers de gendarmerie à la fin du XIXe siècle : pratiques professionnelles et représentations », in Kalifa (Dominique), Karila-Cohen (Pierre) (dir.), Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 139-154.

62 Un problème similaire se pose dans d’autres villes françaises comme Lyon, Tours ou Bordeaux.

63 Rapport du commandant de la section de Vincennes, 24 mai 1912, SHD-DG, 52.

64 Rapport du commandant de la brigade de Joinville-le-Pont, 15 mai 1912, SHD-DG, 129.

65 Kalifa (Dominique), « Les tâcherons de l’information : petits reporters et faits divers à la Belle époque », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 40-4, oct.-déc. 1993, p. 587, rapporte des indiscrétions dont les policiers ne sont pas les seuls coupables : « En mars 1912 par exemple, une enquête fut ouverte après la publication dans divers quotidiens de détails sur une opération projetée contre des complices de Bonnot et qui n’avait finalement pas eu lieu. La fuite émanait ici du procureur de la République […] ».

66 Verstraète (Jules) (colonel), Des fonctions de police judiciaire de la gendarmerie nationale, thèse, Droit, université de Paris, Paris, H. Jouve, 1910, p. 59.

67 Surnommées « brigades du Tigre » durant l’Entre-deux-guerres. Pour un exemple régional de l’activité d’une de ces brigades, López (Laurent), « Les archives contre la statistique officielle ? Retour sur les brigades du Tigre (Dijon, 1908-1914) », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 71, juin 2008, p. 106-122.

68 Sur ce personnage, Berlière (Jean-Marc), « La carrière exceptionnelle d’un commissaire spécial sous la Troisième République : Célestin Hennion », in Kalifa (Dominique), Karila-Cohen (Pierre) (dir.). Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 173-191.

69 Belin, quarante ans après les faits, place à Nogent l’intervention du lieutenant de la Garde républicaine Paul Fontan, qui s’est en fait déroulée à Choisy-le-Roi.

70 Belin (Jules). Trente ans de Sûreté nationale, Paris, Bibliothèque France-Soir, 1959, p. 37.

71 Berlière (Jean-Marc). Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 96-97.

72 On cherche vainement comment Kauffer (Rémy) peut péremptoirement affirmer que « les mobilards ont eu raison des illégalistes » à Nogent, « Sur la piste de la bande à Bonnot », Historia, n° 712 S, avril 2006, p. 71.

73 Le Figaro, 15 mai 1912, p. 1-2.

74 « Trois mille balles sans résultat », Le Matin, 17 mai 1912, EA 140-141, APP.

75 L’Illustration, 18 mai 1912, p.. 439, EA 140-141, APP.

76 Guillaume (Marcel) (commissaire). Mes grandes enquêtes criminelles. De la bande à Bonnot à l’affaire Stavisky, présenté et annoté par L. Joly, Sainte-Marguerite-sur-Mer, éd. des Equateurs, 2005, p. 104.

77 Devançant les préoccupations de la préfecture de Police, Le Journal de la gendarmerie réclame, dès le 3 mai 1908, « une cuirasse » à l’épreuve des balles, expérimentée en Russie, pour protéger les agents de l’ordre contre les forcenés mais également en cas de grèves.

78 Lettre et prospectus, 9 mai 1912, AJ VIII, APP.

79 Dans les mois suivant le siège, un échange correspondance entre la préfecture de Police avec des polices européennes, britannique et allemande, concerne ces boucliers employés à Nogent. Cet aspect est un révélateur parmi d’autres de la collaboration policière internationale préexistant à l’affaire puis intensifiée pendant et après celle-ci.

80 Le Temps, 16 mai 1912, art. cit.

81 Pour des précisions sur cette expérience cynophile parisienne, Berlière (Jean-Marc). Le préfet Lépine. Aux origines de la police moderne, Paris, Denoël, 1993, p. 222-223 et Deluermoz (Quentin). Les policiers en tenue dans l’espace parisien (1854-1913)…, op. cit., p. 426-429.

82 L’Echo de la gendarmerie, 1er octobre 1911.

83 Le Petit Journal, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.

84 L’Echo de la gendarmerie, 1er octobre 1911.

85 Journal de la gendarmerie, 5 avril 1908.

86 « Vraiment notre police a donné là […] un triste exemple de son incapacité. La seule chose qui ait semblé la préoccuper, c’est sa mise en scène ». L’Humanité, 15 mai 1912, art. cit.

87 Le Matin, 19 mai 1912, EA 140-141, APP. Le journaliste s’attache à démontrer que Valet était désarmé lorsqu’un zouave l’a abattu. Le père de la victime, conforté par cet article, a déposé plainte contre la préfecture de Police.

88 La Presse, 17 mai 1912, p. 1.

89 Télégramme du commandant de la section de Vincennes au chef de légion, 15 mai 1912, SHD-DG, 52.

90 L’Action française, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.

91 L’autopsie des deux cadavres et les premières constatations ne confirment pas les accusations lancées dans la presse. La question des causes avérées des deux morts n’est pas tranchée.

92 L’Action française, 16 mai 1912, EA 140-141, APP.

93 « Fin de siège », Le Petit Journal, 15 mai 1905 ; « La prise du “fort” d’Usseau », Le Temps, 15 mai 1905, p. 3.

94 Voir la page consacrée à Bonnot sur le site L’Histoire par l’image

95 Bensa (Alban) et Fassin (Eric). « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, Qu’est-ce qu’un événement ?, mars 2002, p. 5-20. En ligne, mis en ligne le 06 mars 2007.

96 López (Laurent), « 1912, l’affaire Bonnot : les effets contradictoires d’une crise sécuritaire sur les polices et la gendarmerie », Socio-logos, n° 2, En ligne, mis en ligne le 20 juin 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nogent-sur-Marne – Vue générale du viaduc
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Le dernier portrait de Bonnot
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Le dernier portrait de Garnier
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Portrait de M. Jouin
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fin d’une terreur – La tragédie de Choisy-le-Roi
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Le dernier portrait de Valet
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Le Pavillon
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Les Zouaves avant l’assaut
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Nogent-sur-Marne – Garnier et Valet traqués. Nuit du 14 au 15 mai 1912 – Le Pavillon
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre La tragédie de Nogent-sur-Marne, du 14 au 15 mai 1912, au repaire de Garnier-Vallet
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Après la tragédie de Nogent-sur-Marne – Côté de la maison où se trouve l’excavation faite par la dynamite
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/269/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « La bande à Bonnot : l’assaut final à Nogent (14-15 mai 1912) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/269

Haut de page

Auteur

Laurent López

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page