Navigation – Plan du site
Articles

Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain

Martine Kaluszynski

Texte intégral

  • 1 Michel Foucault, particulièrement Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère, P (...)
  • 2 Voir le superbe échange entre Jacques Léonard l’historien et le philosophe (p. 9-28) ; Michel Fouca (...)
  • 3 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1978, p. 385-429.
  • 4 Martine Kaluszynski, Sophie Wahnich (dir.), L’État contre la politique ? Les expressions historique (...)

1Que cet article me permettre de rendre un hommage discret et chaleureux à ceux et à celles qui initièrent ce courant de recherches sur l’histoire du pénal, de la justice et de la police. Leurs intuitions savantes et originales se sont inscrites dans un contexte – les années 1970-80 –, un lieu – Jussieu – et ont été portées par des personnalités fortes, élégantes, sensibles, aiguisées – Alain Corbin, Arlette Farge et Michelle Perrot – à travers des enseignements précurseurs et modernes. Dans l’historiographie dominante, ces intuitions ont dessiné les prémices d’une approche nouvelle au sein de laquelle les travaux de Michel Foucault1 ont significativement alimenté et enrichi les débats2. Paul Veyne pourra parler d’un « Foucault qui révolutionne l’histoire3 ». Dans un tel contexte, en 1981, j’ai réalisé, de manière néophyte et intuitive, dans la perspective d’une histoire foucaldienne du pénal, un mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Michelle Perrot : Alphonse Bertillon, savant et policier, l’anthropométrie ou le début du fichage. Il s’agissait alors de s’intéresser à un objet peu traité par les historiens, d’introduire cette place de la philosophie foucaldienne dans une histoire sociale du pouvoir et dans une perspective où le problème central n’est pas, n’est plus l’État mais l’étatisation comme processus4.

Fiche anthropométrique d’Alphonse Bertillon réalisée en 1912

Fiche anthropométrique d’Alphonse Bertillon réalisée en 1912

Collection Philippe Zoummeroff

2Il semble que, de nos jours, ce sujet reprenne toute son actualité et ne fait ainsi que valider certaines des ambitions ayant déjà été, il y a maintenant 30 ans, au cœur de son étude : c’est-à-dire opérer un travail d’élucidation et de dévoilement sur la République, s’interroger sur des facteurs qui permettent de mieux comprendre les mécanismes de gestion de l’ordre dans la société républicaine et sur leurs manifestations à travers la production de normes juridiques, politiques, morales et sociales. Socio-historienne du droit et de la justice, intéressée par les questions de l’ordre et du désordre dans la société républicaine, ainsi que par les enjeux de la gouvernabilité de la société démocratique, de l’identité de la République et de ses valeurs (à travers l’analyse de ses principes d’action et de ses initiatives politiques), je sonde l’émergence de cet engouement scientifique autour de Bertillon qui me semble tout aussi intéressante que l’ignorance présumée de son actualité passée. La connaissance de l’actualité de Bertillon en son temps n’obéit pas aux mêmes règles que la fabrique de son actualité présente. Se pose ainsi la question de la redécouverte de l’oubli amenant à s’interroger sur les usages qui sont faits d’une pensée passée, sur les résonances qu’elle réactive.

  • 5 Martine Kaluszynski, « L’antropometria e il "bertillonnage" in Francia » in Umberto Levra (dir.), L (...)
  • 6 Voir Vincent Denis, « Administrer l’identité. Le premier âge des papiers d’identité en France (XVII (...)
  • 7 Bernard Schnapper, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle » in Bernard Schnapper, Vo (...)

3S’intéresser non plus à l’identité mais à l’identification a permis d’ouvrir toute une série de pistes de recherches. Les apports de Jack Goody et de Norbert Elias ont été décisifs pour expliquer le développement du souci étatique d’identifier les individus circulant sur le territoire. Le concept d’identification permet de travailler sur les relations sociales et les formes de domination qu’elles induisent. Celui-ci ouvre aussi sur une approche nouvelle en termes de processus d’étatisation de la société qui, investie depuis fort longtemps par les historiens5, l’est aussi fortement, depuis quelques années, par les sociologues, les politistes et les anthropologues dans une dynamique attachée à l’actualité. L’instrumentalisation politique des savoirs et des techniques dans le domaine pénal ou criminel ne constitue pas une invention républicaine. Celle-ci est le fait d’autres régimes, en d’autres périodes, comme en témoignent les travaux de Vincent Denis montrant que l’essor des papiers d’identité est indissociable de celui de la mobilité très surveillée par la police d’ancien régime qui opère une distinction entre « bon pauvre » (attaché à une communauté) et « mauvais pauvre » (vagabonds et criminels) frappés par une très dure répression. Le passeport intérieur et le livret ouvrier répondent aussi à une logique de construction de l’État, en particulier d’une véritable « mémoire » d’État6. La mise en place de tels dispositifs d’identification reste cependant intéressante à étudier sous la IIIe République dans un contexte pénal spécifique qui est confronté à la lutte contre le crime et la récidive galopante7.

L’identification comme condition élémentaire de la répression : la lutte contre la récidive

  • 8 Martine Kaluszynski, La République à l’épreuve du crime : la construction du crime comme objet poli (...)

4Au début de la IIIe République, le gouvernement ne veut pas s’avouer impuissant face à ce phénomène problématique et tente de le résoudre à travers différents moyens qui sont à sa disposition. La loi du 31 août 1832 a aboli la marque au fer rouge et, avec celle-ci, tout moyen d’une aussi totale efficacité : il n’est plus question de marquer ou d’essoriller les coupables afin de pouvoir mieux les reconnaître ensuite. L’identification devient donc la condition élémentaire de la répression. La justice s’arme de nouvelles lois répressives envers les récidivistes : la loi du 27 mai 1885 (sur la relégation et l’interdiction de séjour) ou celle du 26 mars 1891 (sur l’application du sursis). Ces lois, comme d’autres encore, s’inspirent du grand principe de la division des délinquants en deux catégories : d’une part, les délinquants primaires et, d’une part, les récidivistes. Pour les condamnés primaires, la méthode se veut curative et consiste à susciter le désir de s’amender, de se reclasser en développant des mesures indulgentes. Au contraire, à l’égard des récidivistes, la méthode consiste à aggraver le jeu des pénalités et, lorsqu’il y a preuve d’une perversité irréductible, à éliminer ces « incorrigibles » du milieu social8. La mise en pratique de ces lois oblige l’autorité à rechercher les moyens d’identifier d’une façon certaine tous les individus pris en infraction, tous ceux qui sont tentés de prendre un faux état-civil, de changer de nom, et dont on ne peut vérifier rigoureusement l’identité.

  • 9 Voir France, Paris, Archives de la Préfecture de police de Paris, APP DA24.

5Les autorités emploient divers procédés afin de découvrir l’identité des récidivistes : de l’utilisation d’un « mouton » dans la cellule d’un prisonnier en vue de lui extorquer des informations sur sa trajectoire et sa biographie à la distribution aux gardiens de prisons d’une « prime de reconnaissance » d’un montant de cinq francs. La Préfecture de police de Paris élabore également des fiches de signalement, mais les informations le plus souvent vagues et générales qui y sont inscrites les rendent faiblement efficaces car, comme le remarque Bertillon, les épithètes fournis par le langage courant ne peignent bien que les cas extrêmes et ne particularisent nullement l’immense majorité des traits observés. Dès 1819, un nommé Huvet, employé à la rédaction du bureau des prisons, avait proposé au Préfet de police l’établissement d’une galerie de portraits des perturbateurs de la société qui serait obtenue, au sein du Dépôt, grâce à l’aide d’un « physionotrace » (appareil permettant à un artiste exercé, à l’aide d’un système de projection et de jeu d’ombres, de réaliser « en moins de trois minutes le profil du visage d’un homme9 »). Restée sans application, l’idée de compléter les signalements par l’image des récidivistes prit cependant toute sa portée avec l’apparition de la photographie qui sera mobilisée, dès le début des années 1870, au sein d’un service spécifique de la Préfecture de police.

Le service photographique de la Préfecture de police de Paris

Le service photographique de la Préfecture de police de Paris

Alphonse Bertillon, La photographie judiciaire, avec un appendice sur la classification et l’identification anthropométrique, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1890.

6À partir de cette époque, on commence à établir de plus en plus systématiquement des portraits d’inculpés, mais les photographies aussitôt confectionnées s’accumulent en désordre et ne répondent à aucune standardisation dans leur format. Celles-ci sont le plus souvent classées par ordre alphabétique et s’avèrent peu utiles lorsqu’il s’agit d’identifier des malfaiteurs récidivistes qui peuvent aisément changer leur nom. Comment comparer chacune des 60 000 photographies dont s’est doté progressivement ce service avec les centaines d’individus arrêtés quotidiennement à Paris ?

Les premiers pas de l'anthropomètre Bertillon

  • 10 Suzanne Bertillon, Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie, Paris, Gallimard, 1941. (...)

7C’est dans un tel contexte marqué par le recours à des techniques le plus souvent inopérantes que Bertillon, employé de la Préfecture de police dont la tâche est de rédiger les signalements des inculpés, va élaborer et imposer peu à peu un système rigoureux s’attachant à établir « scientifiquement » l’identité (qualité d’une chose qui fait qu’elle est elle-même et se différencie de toute autre) : l’anthropométrie judiciaire. Bertillon n’est pas un commis tout à fait ordinaire, ni providentiel, et de nombreuses influences vont déterminer la conception et l’élaboration de sa méthode10. Si le hasard professionnel lui fournit la situation et l’occasion de se singulariser, ses origines familiales sont pour beaucoup dans sa démarche. En effet, Bertillon est issu d’une famille de scientifiques renommés. Son grand-père, Achille Guillard, passionné de statistique humaine, est l’inventeur du mot « démographie ». Son père, Louis Adolphe Bertillon, médecin, créera notamment la chaire de Démographie au sein de l’École d’anthropologie créée par Paul Broca. Son frère aîné de deux ans, Jacques Bertillon, également médecin, sera l’auteur de multiples ouvrages de statistique et responsable du service de la statistique municipale de la Ville de Paris.

8Bertillon est « l’enfant indiscipliné » de la famille (qui comprend encore un frère plus jeune, Georges, médecin) dont les études s’avèrent tumultueuses et peu brillantes : il se fera notamment exclure des lycées de Versailles et du Havre pour « comportement excentrique » et « insolence ». Par la suite (1876), Bertillon incorpore le 139e régiment d’infanterie à Clermont-Ferrand et s’inscrit, à la même époque, à l’école de médecine où il commence à étudier le squelette, à mesurer et à établir des statistiques. De ses nombreuses observations, il conclut que les 222 pièces du squelette humain sont aussi variées d’un individu à l’autre que les traits du visage. Il faut que ce fils difficile se trouve malgré tout un métier, et son père va user de toute son influence pour le faire entrer à la Préfecture de police où Bertillon va faire ses débuts le 15 mars 1879. C’est là que, dès la fin de l’hiver 1879, il entreprend de trouver un moyen objectif et infaillible pour identifier les individus. Sa formation inachevée en médecine (il passera son premier examen mais ne poursuivra pas ses études), son milieu familial en lien avec d’imminentes personnalités du monde scientifique, médical et anthropologique, son admiration pour les théories des criminalistes italiens qui s’étayent sur bien des points par des observations ostéométriques, vont imprégner sa recherche.

  • 11 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques. Nouvelle édition e (...)

9Bertillon fonde son système d’identification sur la mensuration de certaines parties du corps : tête, bras, jambes, etc., respectant en cela les observations recueillies lors de ses mesures à la faculté de médecine. Sa méthode se partage en deux étapes : les signalements et le classement. Pour établir les signalements, Bertillon part de l’observation qu’il existe une fixité à peu près absolue de l’ossature humaine à partir de la vingtième année d’un individu, et que le squelette humain présente une diversité extrême de dimensions, comparé d’un sujet à l’autre. Dès lors, selon lui, il devient possible d’établir des signalements détaillés en prenant pour fondement certaines mesures osseuses. La facilité et la précision relative avec lesquelles des dimensions du squelette humain sont susceptibles d’être mesurées sur le vivant permettent cette expérience. Des instruments très simples sont élaborés et utilisés, notamment un compas d’épaisseur et un compas à coulisse. Six ou sept mensurations (relevées sur la tête, le pied, coudée, etc.) sont suffisantes pour « cerner » un individu. Ensuite, Bertillon établit une méthode de classement rationnel des données collectées11. L’anthropométrie part d’une constatation vérifiée : de quelque nature qu’elles soient, les mesures humaines obéissent à une loi naturelle de répartition statistique. Le choix des caractères à mesurer doit être fondé sur leur non-corrélation comme sur leur fixité et leur netteté.

10La méthode ainsi conçue, Bertillon dépose, le 15 octobre 1879, un rapport sur le bureau du Préfet de police Louis Andrieux, lequel le rejette pourtant avec violence pensant avoir affaire à un déséquilibré. Après un différend avec le ministre de l’Intérieur, Andrieux démissionne et il est remplacé, le 16 juillet 1881, par Ernest Camescasse qui va s’intéresser au travail de Bertillon : il lui permet d’expérimenter pour la première fois sa méthode, met à sa disposition deux employés pour l’aider et fixe un délai de trois mois pour réussir à identifier un récidiviste. Le 15 décembre 1882, Bertillon commence à mesurer l’ensemble des prévenus amenés au Dépôt. Tous les individus arrêtés sont alors soumis au relevé de la longueur de leur avant-bras gauche, de la longueur et largeur de leur crâne. Beaucoup d’entre eux considèrent alors cet exercice comme une mascarade burlesque et inoffensive, mais l’avenir allait leur montrer qu’ils avaient tort. Les résultats furent inespérés et le succès couronna l’entreprise. En 1883 et 1884 : sur 19 771 individus mensurés, 290 sont identifiés.

  • 12 Alphonse Bertillon, « Une application pratique de l’anthropométrie. Sur un procédé d’identification (...)

11Cependant, malgré ces résultats probants, la méthode anthropométrique n’est pas d’emblée officiellement reconnue et une petite partie de l’opinion publique commence à s’émouvoir des dérives engendrées par l’extension de sa mise en œuvre, en pointant notamment l’atteinte à l’intimité et à la pudeur faite aux personnes que l’on déshabille pour être mensurées. Dès ses premières publications, Bertillon répond ainsi à ses détracteurs : « Nous n’avons point à examiner la question de savoir jusqu’à quel point la société a le droit de mesurer un prévenu malgré lui. Disons toutefois que les mensurations peuvent au besoin se prendre de force avec une approximation suffisante12 ».

12En dépit de ces polémiques, l’application de la méthode se poursuit. Ses avantages sont réels, même si celle-ci présente quelques inconvénients importants car les mensurations de certaines catégories de personnes posent problème : en particulier les mineurs (leur squelette osseux est toujours en croissance) et les femmes (il semblerait notamment que leur chevelure provoque des perturbations dans la bonne prise des dimensions de leur anatomie). De plus, des erreurs sont toujours possibles dans le relevé des mesures et, en la matière, des fluctuations plus ou moins importantes peuvent être engendrées par les pratiques peu rigoureuses des opérateurs. Le système mis au point par Bertillon constitue en fait un moyen négatif d’identification. Servant à distinguer des sujets non identiques, les mensurations ne peuvent pour autant permettre d’affirmer que tel sujet est celui-là même qui a été préalablement enregistré sur une fiche. L’exemple le plus flagrant de mesures pouvant s’avérer identiques chez deux individus est celui qui renvoie au cas de vrais jumeaux. Aboutissant à une probabilité d’identité et non à une certitude, cette méthode est donc loin de revêtir le caractère d’infaillibilité tant espéré.

Rendre l’identification incontestable

13Bertillon a fait de l’anthropométrie la base de son système d’identification. Il s’agit ensuite pour lui de le rendre indiscutable aux yeux des magistrats et de lui donner valeur de preuve formelle devant les tribunaux. C’est pourquoi, le recours à des procédés complémentaires devient indispensable afin de rendre l’identification des récidivistes incontestable. L’identité directe sera affirmée par le portrait parlé (qui fera retrouver le malfaiteur en fuite), le relevé des marques particulières (qui seules pourront donner la certitude judiciaire) et l’adjonction de la photographie judiciaire (qui personnalisera les signalements anthropométriques). Ces trois procédés, peu à peu développés par Bertillon, concourent au même but : permettre une exécution efficace de la loi pénale.

14Le portrait parlé (ou signalement descriptif) fournit un schéma de la description morphologique du visage, ce qui suppose de dégager précisément des caractères distinctifs susceptibles d’être comparés. Pour cela, Bertillon étudie analytiquement chaque partie de la face des personnes qui passent dans son service. Ainsi, pour le nez, il considère la profondeur de sa racine, la forme de sa ligne dorsale, la position de sa base, ses dimensions en saillie, etc. Pour l’œil, il observe sa couleur, son aspect, l’iris, etc.

Photographies des tableaux synoptiques et des planches anthropométriques pour le portrait signalétique, élaborés par Alphonse Bertillon, nez, fin XIXe siècle

Photographies des tableaux synoptiques et des planches anthropométriques pour le portrait signalétique, élaborés par Alphonse Bertillon, nez, fin XIXe siècle

Paris, archives de la préfecture de police, boîte Bertillon n°5, planches n° 6.

  • 13 Alphonse Bertillon, « Anthropologie. La couleur de l’iris », Revue scientifique, juillet 1885, vol. (...)
  • 14 Voir Laurent López, "Alphonse Bertillon dans l'ombre des récidivistes et le bertillonnage dans l'œi (...)
  • 15 Voir notamment Jane Caplan, (dir.), Written on the body. The Tattoo in European and American Histor (...)

15Toutes ces informations relevées sont codées selon une échelle allant d’un extrême à l’autre, en passant par la moyenne, et se rapportant à des dimensions, des positions, des colorations, etc.13. Dès lors, un signalement peut être établi, lequel comporte finalement une quinzaine de rubriques correspondant à des caractères qui, n’étant ni quelconques ni intermédiaires, constituent par conséquent des éléments de comparaison utilisables. L’ensemble de ces rubriques compose « le formulaire du portrait parlé » qui sera notamment enseigné dans les écoles de police car celui-ci permet théoriquement la reconnaissance, d’après son seul signalement, d’un individu même jamais vu par les policiers14. Parallèlement, le relevé des marques particulières s’effectue par la localisation et la description minutieuse des cicatrices, grains de beauté, etc. que tout individu porte sur son corps en plus ou moins grand nombre. Il faut ajouter à cela des marques comme le tatouage, qui s’il fut le plus souvent l’apanage des classes aristocratiques en Angleterre ou au Japon, a été pendant longtemps en France l’insigne professionnel des bandits15.

  • 16 Alphonse Bertillon, La Photographie judiciaire en France avec un appendice sur la classification et (...)
  • 17 Voir l’article de Stéphanie Solinas, « Comment la photographie a inventé l’identité. Des pouvoirs d (...)
  • 18 Voir Teresa Castro "Scènes du crime : la mobilisation de la photographie métrique par Alphonse Bert (...)
  • 19 Alphonse Bertillon, Photographie métrique. Identification judiciaire, Anthropologie, Archéologie, A (...)

16Le recours à la photographie ne constitue pas une nouveauté, mais initialement le service de la Préfecture de police qui employait cette technique, sans méthodologie précise de classement et en élaborant des clichés selon des prises de vue très variées, était impuissant à identifier les récidivistes. Or, les photographies peuvent s’avérer utiles, et même essentielles. Avec Bertillon, la photographie va devenir judiciaire et se distinguer en deux types16 : la photographie signalétique pour l’homme et la photographie géométrique pour les lieux. La photographie signalétique va s’intégrer, dès l’origine, à la conception anthropométrique du signalement, complétant le signalement descriptif et le relevé des marques particulières, de façon à faciliter l’identification d’un individu. Document pensé comme objectif17, impartial et non comme « portrait » au sens artistique ou même au sens habituel du terme, la photographie judiciaire doit garantir une constance parfaite de présentation, en vue de toutes confrontations ultérieures, en même temps que la précision et l’exactitude des traits représentés. La photographie signalétique est prise dans des conditions rigoureuses, de réduction (au 1/7, puis 1/5) et de position (face, profil), à l’aide d’un appareillage perfectionné. Quant à la photographie géométrique (ou métrique18), celle-ci est considérée comme particulièrement précieuse pour restituer l’état des lieux tels qu’ils étaient au moment des premières constatations lorsqu’un crime ou un vol a été commis. En effet, Bertillon voit dans les relevés de plan et les photographies des moyens primordiaux de fixation du souvenir de ces lieux. La photographie géométrique permet de fondre cette double opération en une seule19. Ainsi, tous les éléments perspectifs sont repérés, mesurés par leurs coordonnées géométriques et prêtent leur concours à la recherche du criminel.

Vers la création du service de l’Identité judiciaire

  • 20 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques. Nouvelle édition e (...)
  • 21 Alphonse Bertillon, L’anthropométrie judiciaire à Paris en 1889, installation et plans des locaux, (...)

17Tous ces procédés constituant le bertillonnage ne furent élaborés que progressivement. En 1882, n’avait été mis en place au sein de la Préfecture de police de Paris qu’un simple bureau d’identité annexé à la Sûreté. C’est ensuite à l’initiative de Louis Herbette, directeur de l’administration pénitentiaire au ministère de l’Intérieur, que l’on doit les circulaires du 28 août et du 13 novembre 1885 qui étendirent l’identification anthropométrique au reste de la France. Dès lors, des services anthropométriques furent notamment institués à Lyon et à Marseille. À partir de 1887, tous les établissements pénitentiaires eurent pour instruction d’appliquer la méthode Bertillon aux détenus et d’adresser à la Préfecture de police un double de chaque signalement à des fins de classement. Une brochure spécifique fut rédigée à l’intention des surveillants de prisons20. Cette même année, sur la proposition de Louis Lépine, secrétaire général de la Préfecture de police, Léon Bourgeois, Préfet de police, prit les dispositions nécessaires pour que la totalité des individus arrêtés et conduits au Dépôt de Paris soient soumis à la formalité de l’identification par la méthode anthropométrique. Dès avant 1888, le Préfet de police, en accord avec Herbette, envisage la création d’un nouveau local spécialement dédié aux opérations d’identification anthropométrique.
Le 15 mars 1889, le Préfet de police Henri-Auguste Lozé inaugure solennellement le service d’Identification qui réunit l’anthropométrie et la photographie sous les combles du Palais de Justice de Paris21.

18Les difficultés et pesanteurs administratives n’ont pas épargné Bertillon, mais il a connu des réussites spectaculaires (notamment l’arrestation de Ravachol en 1892) et a été épaulé par des amis précieux : Camescasse, Lépine et Herbette. Ce dernier est un des plus fervents défenseurs de la méthode anthropométrique dont il recommande d’ailleurs une très large extension :

  • 22 Louis Herbette, « Sur l’identification par les signalements anthropométriques », Archives d’Anthrop (...)

« Le crime devenant en quelque sorte professionnel, se spécialise entre les mains de quelques individus qui souvent vont mettre à profit le progrès de notre civilisation et ainsi échapper à la répression. Il est naturel que la société de son côté utilise les découvertes de la science pour déjouer ces ruses. L’application de la méthode de M. Bertillon a justifié les espérances que la théorie avait inspirées [...]. Qu’il s’agisse de donner par exemple aux habitants d’une contrée, aux soldats d’une armée, aux voyageurs, des notices ou cartes individuelles, des signes recognitifs, permettant de déterminer et de prouver toujours qui ils sont, qu’il s’agisse de consigner ces marques distinctives de l’individu dans les documents, titres, contrats, où sa personnalité doit être établie pour son intérêt, pour l’intérêt des tiers, pour l’intérêt de l’État, le mode de signalement anthropométrique peut trouver sa place [...]. En un mot, fixer la personnalité humaine, donner à chaque être humain une identité, une individualité certaine, durable, invariable, toujours reconnaissable et facilement démontrable, tel semble l’objet le plus large de la méthode nouvelle, ce qui implique que la portée du problème comme l’importance de la solution dépasse de beaucoup les limites de l’œuvre pénitentiaire et l’intérêt pourtant bien considérable de l’action pénale à exercer dans les diverses nations22 ».

19Lépine a aussi joué, sans doute, rôle un rôle décisif dans l’institutionnalisation du bertillonnage au sein de la Préfecture de police de Paris : peut-on attribuer au seul hasard le fait que le Service de l’Identité judiciaire fut créé le 11 août 1893, un mois seulement après la nomination de Lépine (le 11 juillet 1893) à la tête de cette institution ?

  • 23 Les sommiers judiciaires forment une collection, déposée à la Préfecture de police, contenant la no (...)
  • 24 Voir Alphonse Bertillon et R. Bernardet, Manuel à l’usage des employés de la section des sommiers j (...)

20La mise sur pied de ce service signe véritablement la reconnaissance officielle du bertillonnage et de son créateur (qui de chef de bureau devient chef d’un service composé d’une trentaine d’employés). Cette reconnaissance implique que des moyens budgétaires, humains et matériels supplémentaires sont désormais mis à la disposition d’un service qui, constituant une unité fonctionnelle, regroupe l’anthropométrie, la photographie et les sommiers judiciaires23 (dont Bertillon rationalise le mode de fonctionnement24). Les travaux de Bertillon vont alors surtout se partager en deux courants principaux : le signalement et l’identification d’une part, la photographie judiciaire et l’exploitation des indices d’autre part. Rapidement en effet, Bertillon oriente ses recherches vers l’emploi des indices décelables sur les lieux où se sont déroulés des délits.

  • 25 Pour le continent américain, voir l’article de Diego Galeano et Mercedes García Ferrari, "Cartograp (...)

21La logique mise en œuvre est la même que pour l’identification des récidivistes. Il ne s’agit en fait que de rechercher la preuve « scientifique » d’une culpabilité (ou d’une innocence) à partir de traces, en appliquant toutes les méthodes d’investigation rationnelles nécessaires qui doivent aider à la recherche et à l’étude matérielle du crime ou du délit afin d’en trouver l’auteur. La fragilité et la relativité du témoignage humain ont incité progressivement à se tourner vers une démonstration moins subjective et vers des sources plus fiables, telle la preuve par les indices qui doit mener à la vérité. En ce sens, l’analyse des indices, la photographie judiciaire et l’anthropométrie contribuent à l’élaboration de ce qu’on va appeler la criminalistique, c’est-à-dire l’ensemble des procédés applicables à la recherche et à l’étude matérielle du crime pour en déterminer les différents facteurs. Art, science de découvrir, d’analyser, d’identifier : la stratégie, les savoirs et les techniques de Bertillon sont surtout consacrés à la découverte du fait judiciaire et à l’identification de son auteur. Bertillon œuvre ainsi à la fondation de cette science qui mobilise des méthodes très diverses (sciences naturelles, physiques, chimiques, etc.) au sein du laboratoire spécifique de « police scientifique ». Les actions effectuées à l’intérieur de ce local sont nombreuses et variées, celles-ci vont permettre d’importantes découvertes et innovations. Le Service de l’Identité judiciaire a ainsi largement étendu ses champs de compétence et celui-ci va influencer les pratiques d’identification dans de très nombreux pays25 dont certains n’hésiteront pas à décorer Bertillon, parfois même à l’anoblir.

À la recherche de la marque perdue

Bertillonnage et casier judiciaire : le rétablissement d’un équilibre

22La France, berceau de l’anthropométrie judiciaire, fut un des derniers pays à légitimer officiellement le bertillonnage. Pourtant, celui-ci était utile à plus d’un titre, ou plutôt, à plus d’une institution. En effet, si la police fut une des premières bénéficiaires des inventions mises au point par Bertillon, la Justice, armée de nouvelles lois répressives envers les récidivistes et éprouvant de grandes difficultés avec l’identification des délinquants, y recourut très largement. L’abolition de la marque au fer rouge avait atténué la sévérité pénale et remis au premier plan le problème de l’identité du délinquant. L’institution pénale ne pouvait laisser subsister une telle faille qui rongeait toute l’efficacité potentielle de sa toute jeune législation. Le bertillonnage, allié au casier judiciaire, va rétablir cet équilibre fragile et menacé. À travers la récidive, ce qu’on vise, ce n’est plus l’auteur d’un acte défini, c’est le délinquant. Peu à peu, la criminalité devient, à la place du crime, l’objet de l’intervention pénale ; ce qui explique l’augmentation de l’opposition qui est établie entre les délinquants primaires et les récidivistes. Tout s’est organisé afin de bien châtier le récidiviste, mais encore faut-il pouvoir affirmer la récidive dont la preuve tient en deux démonstrations. Premièrement, il y a déjà eu une ou X condamnations antérieures (rangées parmi celles que la loi prend en considération pour la détermination de la récidive). Deuxièmement, il faut être certain que l’individu déjà condamné est bien le même que celui jugé actuellement.

23La preuve du premier fait s’établira grâce au casier judiciaire qui sert à localiser au greffe de l’arrondissement natal toutes les condamnations prononcées n’importe où et n’importe quand. Organisé en France par la circulaire du 6 novembre 1890, le casier judiciaire fut perfectionné et officiellement consacré par les lois du 5 août 1899 et du 11 juillet 1901. Un casier central établi à la chancellerie est destiné à recevoir les bulletins relatifs aux personnes nées à l’étranger, aux individus originaires des colonies et d’origine inconnue. Des casiers locaux, dans chaque greffe d’arrondissement, contiennent les fiches des individus inculpés. C’est un service non confidentiel, au contraire des sommiers judiciaires. Ce premier fait établi, mettant l’individu en jugement dans les conditions de la récidive, il restait à démontrer – point primordial – que le sujet muni du casier judiciaire non vierge était bien le même que celui qui allait être à nouveau frappé par la loi. Le bertillonnage allait permettre de résoudre cette deuxième équation via l’établissement de l’identité du prévenu. Épaulé du casier judiciaire, celui-ci prenait ici tout son relief. Les reproches allaient pourtant bientôt fuser contre ce système que certains n’hésiteront pas à rapprocher d’une nouvelle tentative de marque infamante appliquée, dans une logique préventive avant toute comparution en justice, à des prévenus qui ne feraient pas forcément ultérieurement l’objet de condamnations. À de telles critiques, Bertillon opposera l’argument suivant :

  • 26 Dès 1883, Bertillon, prévoyant ces éclats, s’exprimait dans ces termes : (Alphonse Bertillon, « L’i (...)

« Des âmes sensibles qui aiment à s’attendrir sur le sort des voleurs en oubliant les volés, nous reprocheront notre barbarie. Vouloir rétablir une marque déguisée, cela est tout au plus digne d’un cosaque. Cette accusation n’a rien de sérieux. Quel que soit le régime pénitentiaire de l’avenir, il est évident que la punition du coupable ou son traitement, si vous préférez, devra différer par sa durée, sa rigueur, suivant que l’on aura affaire à sa première, deuxième ou troisième faute. Il en sera toujours ainsi, il en sera même de plus en plus ainsi. Les récidivistes auront donc toujours un intérêt immédiat pour échapper à cette graduation de la correction, à tromper, à changer de noms et prénoms. Or, nous avons démontré que nos mensurations jouent pour la reconnaissance des malfaiteurs le rôle d’une véritable analyse quantitative. Elles diffèrent essentiellement de la marque, en ce qu’elles ne sont une arme qu’entre les mains de la société. L’horreur que nous inspire la marque réside moins dans la douleur physique de l’application que dans la dégradation qui en résulte pour l’individu [...]. Notre procédé d’identification au contraire réside tout entier dans la classification dont la justice a seule libre usage. Il ne constitue pas plus la marque que les casiers judiciaires n’en constituent une pour les individus condamnés, qui portent leur nom vrai. Le principal pour la société, c’est qu’on puisse, en cas de récidive, retrouver ce nom vrai ou faux. Il ne vise en rien les misérables anémiés de corps et de cerveau. La catégorie de criminels que notre système est surtout destiné à gêner sont les intelligents et énergiques, ayant quelque instruction, les plus coupables, en un mot, les “habits noirs” 26 ».

24Désormais, la justice a donc besoin pour s’exercer avec équité de connaître totalement l’individu, de tout connaître. Ce n’est plus le crime, mais le criminel qu’on condamne.

Un succès remis en cause

25Dès lors, police et justice vont « marcher » ensemble. Toutes deux se sont dotées d’une organisation de contrôle et de surveillance qui permet soit d’empêcher les crimes, soit d’arrêter leurs auteurs. Le bertillonnage, moteur de transformations radicales au sein de la police judiciaire traditionnelle et collaborateur efficace de l’institution pénale, a permis le développement de structures propres à maintenir l’ordre public menacé par le criminel, le voleur, et plus encore par celui qui totalise tous ces crimes et les renouvelle en toute impunité : le récidiviste. Le bertillonnage a ainsi contribué à pourvoir de structures techniques et scientifiques un Service de l’Identité judiciaire qui, par la rigueur de son savoir et la sensibilité de ses instruments, porte à son point de perfection l’art de constater, d’identifier et de comparer.

  • 27 Les Chinois usaient de la trace digitale dès le Ve siècle. Depuis longtemps déjà les hommes, et les (...)
  • 28 William Herschel, « Skin Furrows of the Hand », Nature, 25 novembre 1880, p. 76.
  • 29 Jean-Marc Berlière, « Police réelle et police fictive », Romantisme, 1993, vol. 23, n° 79, p. 74-75

26C’est dans cette dernière étape conduisant à coup sûr à la postérité que le bertillonnage eut cependant à subir un rude choc. À peine savourée, tout juste atteinte, sa suprématie fut remise en cause par une méthode d’identification cette fois-ci infaillible : la dactyloscopie. L’étude des empreintes digitales était une réalité ancienne27, mais leur utilisation pratique à des fins d’identification des personnes ne semble remonter qu’au XIXe siècle avec William Herschel. En 1880, celui-ci publie dans la revue Nature un article dans lequel on peut lire qu’après 17 années d’essai, les empreintes digitales ont été introduites dans le district de Hooghly au Bengale dont il est l’administrateur et qu’utilisées depuis 3 ans, celles-ci donnent d’excellents résultats28. L’article d’Herschel fournit alors à Sir Francis Galton (directeur du laboratoire d’anthropologie de Londres), le moyen d’approfondir ses travaux de classification des empreintes digitales et il saisit l’occasion de mettre en œuvre concrètement cette méthode pour identifier les malfaiteurs29.

  • 30 Voir l’article de Pierre Piazza « Alphonse Bertillon et les empreintes digitales », in Pierre Piazz (...)

27Leurs qualités (variété des dessins des crêtes papillaires, immuabilité et inaltérabilité) et le prélèvement extrêmement facile dont celles-ci peuvent faire l’objet, font véritablement des empreintes digitales un procédé d’identification plus simple et performant que le bertillonnage30. L’empreinte constitue, à elle seule, une pièce à conviction. C’est une signature corporelle, dont la falsification est quasiment impossible. De même, la similitude de plusieurs empreintes digitales chez deux individus différents est mathématiquement impossible. Tandis que beaucoup de traits du visage et du corps se modifient au cours de l’existence, le dessin des lignes papillaires apparaît avant la naissance – dès que le derme se constitue – résiste à la plupart des accidents qui atteignent l’épiderme (brûlures par exemple) et persiste après la mort. Le problème de l’identification, cher aux politiciens du XIXe siècle, est enfin réellement, parfaitement résolu, mais Bertillon n’est plus au centre du succès.

28Cependant l’appareillage policier constitué par Bertillon assume une logique d’identification des personnes qui possède tous les critères pour basculer vers une logique de constitution de fichiers, vers une logique de traçabilité, voire vers une logique de profilage d’individus à risque.

29Précurseur et véritable moteur de transformations radicales au sein de la police judiciaire, le déclin du bertillonnage fut néanmoins aussi rapide que son apogée et l’intelligence des techniques qui le composent se trouve toute entière dans leur capacité d’adaptation et de reconversion. Le bertillonnage, porté par un discours sécuritaire qui assimilait les « classes laborieuses aux classes dangereuses », va se maintenir en servant à assurer l’ordre social, politique et idéologique alimenté désormais par un discours plus nationaliste, par une emprise étatique plus musclée.

Une reconversion réussie : de la sécurité à l'idéologie

  • 31 Déjà avec l’affaire Dreyfus, où Bertillon fut l’expert accusateur et hostile, des questions se pose (...)

30Interrogeant méticuleusement les choses sous la multiplicité des types humains et découvrant l’existence d’éléments précis et de caractères stables sous leur apparent désordre, le bertillonnage va devenir un instrument efficace aux mains du pouvoir31. L’efficacité sera en grande partie atteinte au service de mesures de surveillance et de contrôle dont les victimes seront les « nomades », catégorie d’individus pour laquelle le crime réside sans doute dans sa trop grande mobilité et liberté, aussi bien géographique que spirituelle et sociale.

  • 32 Christophe Delclitte, « La catégorie “nomade” dans la loi de 1912 », Hommes et migrations, n° 1188- (...)
  • 33 Voir notamment Henriette Asséo, « La gendarmerie et l’identification des “Nomades” (1870-1914) » in (...)

31La loi du 16 juillet 191232, qui institue le « carnet anthropométrique d’identité des nomades », prend en compte implicitement les « signes de race » afin d’imposer aux Bohémiens une forme d’encartement spécifique33.

Modèle de carnet anthropométrique des nomades

Modèle de carnet anthropométrique des nomades

Collection privée

32Le « nomade » est vu comme l’élément d’une population qui se distingue par son altérité supposée criminelle et n’est pas perçu comme digne d’être un citoyen. Ainsi est né un système répressif et xénophobe s’appuyant sur une loi qui utilisait le bertillonnage à des fins disciplinaires et discriminatoires. Celui-ci allait perdurer près de soixante ans : l’internement de Tsiganes alsaciens et mosellans – pourtant dotés de certificats d’option durant la Première Guerre mondiale – marque autant d’étapes qui jalonnent ensuite un dispositif de contrôle et de répression utilisé par la France républicaine envers les « nomades ». La législation élaborée au début du siècle fut le cadre juridique de l’internement des Tsiganes en France pendant la Seconde Guerre mondiale et celle-ci gardera tout son arsenal répressif à la sortie du conflit. Il y a donc tout un capital « historico-législatif » qui régit un ensemble de relations restant toujours aussi ambiguës entre les sédentaires et les Tsiganes.

  • 34 Ilsen About, « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914 (...)

33Bertillon est un acteur essentiel dans l’histoire de l’identification nationale. On retrouve à travers son « œuvre » l’ensemble des mécanismes historiques et politiques des pouvoirs publics qui se donnent pour objectif prioritaire de distinguer rigoureusement, au sein des classes populaires, les deux catégories qui sont exclues de la communauté nationale : les criminels (loi de 1885 sur la récidive) et les étrangers (loi de 1889 sur la nationalité française). L’historiographie récente a mis en lumière la diversité de ses innovations et son influence dans la constitution de procédés nouveaux d’identification entre 1882 et 1914. L’anthropométrie judiciaire, le relevé des marques corporelles, le « portrait parlé », la photographie signalétique et l’ensemble des techniques réunies sous le terme de bertillonnage ont contribué à la répression de la criminalité mais, plus encore, participé à la mise en place d’une organisation et d’une bureaucratie policière nationale et internationale34. En fait, le carnet anthropométrique a initié la stigmatisation de catégories d’individus à partir de signes de race ou de nationalité. Bien que destiné aux récidivistes, le bertillonnage est donc caractéristique d’une vraie technique républicaine de gouvernement qui s’adresse à l’ensemble de la société, toute entière concernée. La question de la citoyenneté et de son accès est au cœur d’un tel dispositif.

  • 35 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes, racines d'un paradigme de l’indice », Le débat, 1980, (...)

34Au XIXe siècle comme aujourd’hui, c’est autour des différents éléments du corps, de leur mesure, de leurs marques, de leur nature, etc. que se cristallisent la peur, mais aussi la fascination. Le corps comme lieu magique de découvertes et de réponses est une énigme qu’on tente de déchiffrer, dont on pense qu’il est acteur dans une explication qu’on tente de plier (avec les méthodes anthropométriques), qu’on tente de maîtriser (avec les conceptions eugénistes). Le corps est celui qu’on veut vaincre et faire parler, d’où cette richesse de regards, et à la fois inévitablement cette réduction de tout phénomène au plan individuel. Ce point est révélateur d’une époque qui porte un regard accru sur l’homme, sur l’importance de l’individu et de son identité. On peut remarquer aussi cette tentative de s’éloigner d’un modèle qui se confinait aux généralités : ici, c’est le détail, le particulier qui va dicter sa règle. On assiste à la naissance d’un regard différent, de nature scientifique, qui s’adresse à l’individu dans sa singularité35. Il y a la volonté de rendre les esprits dociles au travers d’une emprise sur les corps, ce que Foucault qualifie d’« anatomie politique », et qui aurait évolué avec la complicité de la biologie en une « génétique politique ».

  • 36 Voir notamment Ayse Ceyhan et Pierre Piazza (dir.), L’identification biométrique, Paris, éditions d (...)

35La logique identitaire, née au XIXe siècle, a depuis constamment alimenté les discours nationalistes. Les mesures législatives et réglementaires ainsi que les projets mis en œuvre dans le cadre de la lutte contre les récidivistes ou les « clandestins », dévoilent les ambivalences, les paradoxes du pouvoir politique confronté à la question extrêmement sensible de la sécurité. Aujourd’hui, d’autres techniques ou technologies (biométrie36, vidéosurveillance, etc.) s’inscrivent dans cette filiation. Ce phénomène traduit une réorganisation des formes d’expression de la puissance publique et amène à s’interroger sur les conséquences qu’induisent sa tendance à promouvoir toujours plus le développement de technologies qui troublent les frontières, pourtant classiques, entre sécurité et liberté, entre police et justice ou entre répression et surveillance.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

About Ilsen, « De la libre circulation au contrôle permanent. Les autorités françaises face aux mobilités tsiganes transfrontalières, 1860-1930 », Cultures et Conflits, 2009, n° 76, hiver, p. 15- 37.

About Ilsen, « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914), Anthropométrie, signalements et fichiers », Genèses, 2004, nº 54, p. 28-52.

Asséo Henriette, « La gendarmerie et l’identification des “Nomades” (1870-1914) » in Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et Société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 301-311.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berlière Jean-Marc, « Police réelle et police fictive », Romantisme, 1993, vol. 23, n° 79, p. 73-90.
DOI : 10.3406/roman.1993.6189

Bertillon Alphonse, Photographie métrique. Identification judiciaire, Anthropologie, Archéologie, Architecture, Reproduction documentaire, Expertises, Médecine légale, Histoire naturelle, Topographie, etc., Paris, Établissement Lacour-Berthiot, 1913.

Bertillon Alphonse, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques. Nouvelle édition entièrement refondue et considérablement augmentée avec un album de 81 planches et un tableau chromatique des nuances de l’iris humain, Melun, Imprimerie administrative, 1893.

Bertillon Alphonse, La Photographie judiciaire en France avec un appendice sur la classification et l’identification anthropométriques, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1890a.

Bertillon Alphonse, L’anthropométrie judiciaire à Paris en 1889, installation et plans des locaux, récents perfectionnements, une expérience de sociologie bureaucratique, Lyon, Paris, A. Storck, G. Steinheil, 1890b.

Bertillon Alphonse, « De la morphologie du nez », Revue d’anthropologie, 1887, n° 16, p. 158-169.

Bertillon Alphonse, « Anthropologie. La couleur de l’iris », Revue scientifique, vol. 3, n° 18, juillet 1885, p. 385-405.

Bertillon Alphonse, « L’identité des récidivistes et la loi de relégation », Annales de Démographie internationale, 1882, p. 465-488.

Bertillon Alphonse, « Une application pratique de l’anthropométrie. Sur un procédé d’identification permettant de retrouver le nom du récidiviste au moyen de son seul signalement, et pouvant servir de cadre pour une classification de photographies à la préfecture de police, à la sûreté générale, au ministère de la justice, etc… », Annales de Démographie internationale, 1881, p. 330-350.

Bertillon Alphonse, et Bernardet R., Manuel à l’usage des employés de la section des sommiers judiciaires, Paris, 1911 (France, Paris, Archives de la Préfecture de police de Paris, APP 98).

Bertillon Suzanne, Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie, Paris, Gallimard, 1941.

Caplan Jane (dir.), Written on the body. The Tattoo in European and American History, Londres/Princeton, Reaktion Books, 2000.

Centre national de la Photographie, Identités, de Disdéri au Photomaton, Paris, éditions du Chêne, 1985.

Ceyhan Ayse et Piazza Pierre (dir.), L’identification biométrique, Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2011.

Delclitte Christophe, « La catégorie “nomade” dans la loi de 1912 », Hommes et migrations, n° 1188-1189, juin-juillet 1995, p. 23-30.

Denis Vincent, Une histoire de l’identité. France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

Denis Vincent, « Administrer l’identité. Le premier âge des papiers d’identité en France (XVIIIe-milieu XIXe siècles », Labyrinthe, Hiver 2000, n° 5, p. 25-42

Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Foucault Michel, Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère, Paris, Gallimard, Julliard, 1973.

Foucault Michel, Farge Arlette, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard, 1982.

Ginzburg Carlo, « Signes, traces, pistes, racines d'un paradigme de l’indice », Le débat, 1980, n° 6, p. 3-44.

Herbette Louis, « Sur l’identification par les signalements anthropométriques », Archives d’Anthropologie criminelle et des Sciences pénales, 1886, p. 221-223.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Herschel William, « Skin Furrows of the Hand », Nature, 25 novembre 1880, p. 76.
DOI : 10.1038/023076b0

Kaluszynski Martine, La République à l’épreuve du crime : la construction du crime comme objet politique, 1880-1920, Paris, L.G.D.J., 2002.

Kaluszynski Martine, « Republican identity : Bertillonnage as government technique » in Jane Caplan et John Torpey (dir.), Documenting Individual Identity: The Development of State Practices Since the French Revolution, Princeton, Princeton University Press, 2001, p 123-139.

Kaluszynski Martine, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie » in Alain Faure et Philippe Vigier (dir.), Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 269-285.

Kaluszynski Martine, « L’antropometria e il "bertillonnage" in Francia » in Umberto Levra (dir.), La Scienza e la colpa. Crimini, criminali, criminologi : un volto dell’ottocento, Milan, Electa, 1985, p. 227.

Kaluszynski Martine, Alphonse Bertillon, savant et policier. L’anthropométrie ou le début du fichage en France, mémoire Maîtrise d’Histoire contemporaine, Université Paris VII, 1981, 228 p.

Kaluszynski Martine et Wahnich Sophie (dir.), L’État contre la politique ? Les expressions historiques de l'étatisation, Paris, L’Harmattan, 1998.

Perrot Michelle (dir.), L’impossible prison, Paris, Seuil, 1980.

Piazza Pierre, « Au cœur de la construction de l’État moderne. Socio-genèse du carnet anthropométrique des nomades », Les Cahiers de sécurité intérieure, n° 48, avril-juin 2002, p. 207-227.

Schnapper Bernard, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle » in Bernard Schnapper, Voies nouvelles en histoire de la justice, la famille, la répression pénale (XVIe-XXe siècles), Paris, PUF, 1991, p. 313-351.

Veyne Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1978.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, particulièrement Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère, Paris, Gallimard, Julliard, 1973 et Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975 ; Michel Foucault, Arlette Farge, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard, 1982.

2 Voir le superbe échange entre Jacques Léonard l’historien et le philosophe (p. 9-28) ; Michel Foucault, « La poussière et le nuage » (p. 29-39) et la table ronde avec les historiens (p. 40-56) in Michelle Perrot, L’impossible prison, Paris, Seuil, 1980.

3 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1978, p. 385-429.

4 Martine Kaluszynski, Sophie Wahnich (dir.), L’État contre la politique ? Les expressions historiques de l'étatisation, Paris, L’Harmattan, 1998.

5 Martine Kaluszynski, « L’antropometria e il "bertillonnage" in Francia » in Umberto Levra (dir.), La Scienza e la colpa. Crimini, criminali, criminologi : un volto dell’ottocento, Milan, Electa, 1985, p. 227 ; « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie » in Alain Faure et Philippe Vigier (dir.), Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 269-285 ; « Republican identity : Bertillonnage as government technique » in Jane Caplan et John Torpey (dir.), Documenting Individual Identity: The Development of State Practices Since the French Revolution, Princeton, Princeton University Press, 2001, p 123-139, sans oublier Jean-Marc Berlière, Sophie Wahnich et l’œuvre de Gérard Noiriel.

6 Voir Vincent Denis, « Administrer l’identité. Le premier âge des papiers d’identité en France (XVIIIe-milieu XIXe siècles », Labyrinthe, Hiver 2000, n° 5, p. 25-42 et Une histoire de l’identité. France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

7 Bernard Schnapper, « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle » in Bernard Schnapper, Voies nouvelles en histoire de la justice, la famille, la répression pénale (XVIe-XXe siècles), Paris, PUF, 1991, p. 313-351. Chiffrée par les statistiques judiciaires établies depuis la Restauration, période durant laquelle la grande poussée de la délinquance des années 1815-1818 inquiète. Se met alors en place au ministère de la Justice une direction des statistiques qui publie Le compte général administratif de la justice criminelle (cgajc). Ce fut seulement en 1827 que parut le premier volume de la publication du CGAJC qui se référait à l’année 1825. Annuel dès son apparition, le CGAJC servira de fondement à de nombreuses études criminologiques dont les commentaires et analyses se nourrissent des statistiques qu’on y trouve.

8 Martine Kaluszynski, La République à l’épreuve du crime : la construction du crime comme objet politique, 1880-1920, Paris, L.G.D.J., 2002.

9 Voir France, Paris, Archives de la Préfecture de police de Paris, APP DA24.

10 Suzanne Bertillon, Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie, Paris, Gallimard, 1941. On peut aussi se reporter à l’excellent catalogue de l’exposition réalisée par le Centre national de la photographie, Identités, de Disdéri au Photomaton, Paris, éditions du Chêne, 1985.

11 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques. Nouvelle édition entièrement refondue et considérablement augmentée avec un album de 81 planches et un tableau chromatique des nuances de l’iris humain, Melun, Imprimerie administrative, 1893, p. 21.

12 Alphonse Bertillon, « Une application pratique de l’anthropométrie. Sur un procédé d’identification permettant de retrouver le nom du récidiviste au moyen de son seul signalement, et pouvant servir de cadre pour une classification de photographies à la préfecture de police, à la sûreté générale, au ministère de la justice, etc… », Annales de Démographie internationale, 1881, p. 345.

13 Alphonse Bertillon, « Anthropologie. La couleur de l’iris », Revue scientifique, juillet 1885, vol. 3, n° 18, p. 385-405 et « De la morphologie du nez », Revue d’anthropologie, 1887, n° 16, p. 158-169.

14 Voir Laurent López, "Alphonse Bertillon dans l'ombre des récidivistes et le bertillonnage dans l'œil des forces de l'ordre de la belle Époque", in Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique, Paris, Karthala, 2011, p. 94-114.

15 Voir notamment Jane Caplan, (dir.), Written on the body. The Tattoo in European and American History, Londres/Princeton, Reaktion Books, 2000.

16 Alphonse Bertillon, La Photographie judiciaire en France avec un appendice sur la classification et l’identification anthropométriques, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1890a.

17 Voir l’article de Stéphanie Solinas, « Comment la photographie a inventé l’identité. Des pouvoirs du portrait », in Pierre Piazza (dir.), op. cit., p. 70-88 et sur Criminocorpus, la revue.

18 Voir Teresa Castro "Scènes du crime : la mobilisation de la photographie métrique par Alphonse Bertillon", in Pierre Piazza (dir.), op. cit. p. 230-246 et sur Criminocorpus, la revue.

19 Alphonse Bertillon, Photographie métrique. Identification judiciaire, Anthropologie, Archéologie, Architecture, Reproduction documentaire, Expertises, Médecine légale, Histoire naturelle, Topographie, etc., Paris, Établissement Lacour-Berthiot, 1913.

20 Alphonse Bertillon, Identification anthropométrique. Instructions signalétiques. Nouvelle édition entièrement refondue et considérablement augmentée avec un album de 81 planches et un tableau chromatique des nuances de l’iris humain, Melun, Imprimerie administrative, 1893.

21 Alphonse Bertillon, L’anthropométrie judiciaire à Paris en 1889, installation et plans des locaux, récents perfectionnements, une expérience de sociologie bureaucratique, Lyon, Paris, A. Storck, G. Steinheil, 1890b.

22 Louis Herbette, « Sur l’identification par les signalements anthropométriques », Archives d’Anthropologie criminelle et des Sciences pénales, 1886, p. 222-223.

23 Les sommiers judiciaires forment une collection, déposée à la Préfecture de police, contenant la notice sommaire de toutes les condamnations (privatives de liberté) prononcées contre tout individu sans distinction de sexe ni d’origine. Véritable répertoire des condamnations prononcées par toutes les juridictions répressives françaises, son accès est confidentiel, réservé aux magistrats et à certains fonctionnaires de la Préfecture de police ou de la Sûreté générale.

24 Voir Alphonse Bertillon et R. Bernardet, Manuel à l’usage des employés de la section des sommiers judiciaires, Paris, 1911, (France, Paris, Archives de la Préfecture de police de Paris, APP 98).

25 Pour le continent américain, voir l’article de Diego Galeano et Mercedes García Ferrari, "Cartographie du bertillonnage. Le système anthropométrique en Amérique latine : circuits de diffusion, usages et résistances", in Pierre Piazza (dir.), op. cit., p. 308-331 et sur Criminocorpus, la revue, ainsi que celui de Yann Philippe, in Pierre Piazza (dir.), op. cit., p. 332-348, Paris, Karthala, 2011 et dans Criminocorpus, la revue.

26 Dès 1883, Bertillon, prévoyant ces éclats, s’exprimait dans ces termes : (Alphonse Bertillon, « L’identité des récidivistes et la loi de relégation », Annales de Démographie internationale, 1882, p. 482-483).

27 Les Chinois usaient de la trace digitale dès le Ve siècle. Depuis longtemps déjà les hommes, et les savants en particulier, se sont intéressés à la diversité des dessins situés aux extrémités digitales. Les premières observations scientifiques sur les crêtes cutanées sont dues au biologiste et anatomiste Marcello Malpighi en 1686, puis en 1823 au savant tchèque Jean Evangilista Purkyne qui affirme l’immuabilité des crêtes cutanées. Mais les possibilités d’application pratique de cette découverte à des fins d’identification des criminels ne sont pas envisagées à ces époques.

28 William Herschel, « Skin Furrows of the Hand », Nature, 25 novembre 1880, p. 76.

29 Jean-Marc Berlière, « Police réelle et police fictive », Romantisme, 1993, vol. 23, n° 79, p. 74-75.

30 Voir l’article de Pierre Piazza « Alphonse Bertillon et les empreintes digitales », in Pierre Piazza (dir.), op. cit., p. 120-143.

31 Déjà avec l’affaire Dreyfus, où Bertillon fut l’expert accusateur et hostile, des questions se posent sur l’utilisation de ses méthodes et sur l’instrumentalisation politique de celles-ci (voir l’article de Roger Mansuy et Laurent Mazliak, « L’analyse graphologique controversée d’Alphonse Bertillon dans l’affaire Dreyfus. Polémiques et réflexions autour de la figure de l’expert », in Pierre Piazza, op. cit., p. 354-372).

32 Christophe Delclitte, « La catégorie “nomade” dans la loi de 1912 », Hommes et migrations, n° 1188-1189, juin-juillet 1995, p. 23-30.

33 Voir notamment Henriette Asséo, « La gendarmerie et l’identification des “Nomades” (1870-1914) » in Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et Société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 301-311 ; Pierre Piazza, « Au cœur de la construction de l’État moderne. Socio-genèse du carnet anthropométrique des nomades », Les Cahiers de sécurité intérieure, n° 48, avril-juin 2002, p. 207-227 ; Ilsen About, « De la libre circulation au contrôle permanent. Les autorités françaises face aux mobilités tsiganes transfrontalières, 1860-1930 », Cultures et Conflits, 2009, n° 76, hiver, p. 15- 37 ; Emmanuel Filhol, « Le carnet anthropométrique des nomades », in Pierre Piazza, op. cit., p. 252-274.

34 Ilsen About, « Les fondations d’un système national d’identification policière en France (1893-1914), Anthropométrie, signalements et fichiers », Genèses, 2004, nº 54, p. 28-52.

35 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes, racines d'un paradigme de l’indice », Le débat, 1980, n° 6, p. 3-44.

36 Voir notamment Ayse Ceyhan et Pierre Piazza (dir.), L’identification biométrique, Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fiche anthropométrique d’Alphonse Bertillon réalisée en 1912
Crédits Collection Philippe Zoummeroff
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Le service photographique de la Préfecture de police de Paris
Légende Alphonse Bertillon, La photographie judiciaire, avec un appendice sur la classification et l’identification anthropométrique, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1890.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photographies des tableaux synoptiques et des planches anthropométriques pour le portrait signalétique, élaborés par Alphonse Bertillon, nez, fin XIXe siècle
Crédits Paris, archives de la préfecture de police, boîte Bertillon n°5, planches n° 6.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Modèle de carnet anthropométrique des nomades
Crédits Collection privée
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2716/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie judiciaire. L’identification au cœur de l’ordre républicain », Criminocorpus [En ligne], Bertillon, bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 30 juin 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/2716 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2716

Haut de page

Auteur

Martine Kaluszynski

Martine Kaluszynski, docteur en Histoire contemporaine, socio-historienne, est chercheur au CNRS (PACTE-Politique Organisation - UMR 5194 - Grenoble). Elle est également membre du comité scientifique de la revue Le Temps de l’Histoire et membre de la direction éditoriale de la revue électronique Le Champ Pénal, Penal Field. Nouvelle Revue Française de Criminologie. Martine Kaluszynski est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page