Navigation – Plan du site
Communications

Au carrefour de la construction des savoirs sur la délinquance juvénile : le centre de recherche et de formation de Vaucresson (1951-1980)

Jean-Jacques Yvorel

Texte intégral

  • 1 Philippe Robert, « Une unité de recherche criminologique : Le centre de Vaucresson. Bilan d’une déc (...)
  • 2 Jean-Marie Renouard, Un bilan de la recherche française sur la protection judiciaire de la jeunesse (...)

1Tous les bilans de recherche en matière de déviance et de délinquance juvéniles, depuis celui publié en 1970 par Philippe Robert dans l’Année sociologique1 jusqu’au rapport remis en 1995 par Jean-Marie Renouard à la Mission de recherche droit et justice2, soulignent le rôle central du Centre de Formation et de Recherche de l’Éducation Surveillée. Ce dernier est généralement désigné, et ce n’est pas sans signification, par sa métonymie de localisation : Vaucresson. « Le Centre de Formation et de Recherche de l’Éducation Surveillée (CFR-ES) dit Centre de Vaucresson » est, nous dit Philippe Robert, « à la fois l’une des unités les plus anciennes et les plus importantes parmi celles qui sont adonnées en France à la recherche criminologique, cette équipe tient, en outre, dans sa spécificité strictement délimitée, une place mondialement reconnue. ». Quant à Jean-Marie Renouard, il qualifie le centre de Vaucresson « de principal animateur » de la recherche en matière de protection judiciaire de la jeunesse.

  • 3 Philippe Robert « À propos de recherches récentes en criminologie juvénile », L’Année Sociologique, (...)

2La centralité de Vaucresson semble donc indiscutable. Certes on ne parle pas d’école de Vaucresson comme on parle d’école de Chicago ou d’école de Francfort car Vaucresson ne forme pas de chercheur et ne délivre pas de doctorat, mais dans un article ultérieur, Philippe Robert parle quand même de doctrine vaucressonienne3. L’expression est forte même si ce magistrat, futur directeur de recherche au CNRS, utilise des guillemets. S’il existe bien une « doctrine vaucressonienne » en matière de justice des mineurs et d’analyse de la délinquance juvénile, cela signifie que les chercheurs impliqués dans ce champ sont appelés à se déterminer par rapport à cette doctrine.

  • 4 Voir notamment Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Aimée Racine » in Éliane Gubin, Catherine Jacques, Va (...)
  • 5 Les actes de ce colloque sont publiés en 1968, La délinquance juvénile en Europe, Bruxelles, Instit (...)
  • 6 Cette dernière quitte le programme après le coup d’État des colonels d’avril 1967.
  • 7 Sur Boscoville voir les travaux de Louise Bienvenue.

3Quant à l’influence de Vaucresson au-delà des frontières de l’hexagone, elle est tout aussi indéniable. La proximité entre Vaucresson et le Centre d’études de la délinquance juvénile qu’Aimée Racine anime en Belgique depuis 1957 a été soulignée par bien des auteurs4 ; mais surtout en 1964 se tient à Varsovie un grand colloque international sur la délinquance juvénile5. C’est le point de départ d’une recherche comparative, lancée sous l’égide du Centre européen des sciences sociale de Vienne qui dépend de l’Unesco. Elle concerne la Pologne, la Hongrie, la Yougoslavie, la Belgique, la Grèce6 et la France. Coordonné dans un premier temps par le Polonais S. Walcsak, ce travail est ensuite animé par le directeur de Vaucresson Henri Michard. Ainsi le centre contribue largement à l’animation d’un réseau européen de criminologie juvénile. Il convient d’ajouter à ces contacts purement européens, des liens forts avec le Québec et le réseau des psychopédagogues canadiens de langue française qui gravitent autour du centre éducatif de Boscoville7.

4Avant même d’analyser la production scientifique du centre de Vaucresson il convient, me semble-t-il, d’interroger cette légitimité, ou plutôt la manière dont cette légitimité a été construite, de mesurer l’autonomie du centre, d’en dessiner les limites. Il s’agit d’inscrire la recherche sur la justice des mineurs et la délinquance juvénile dans les cadres qui la rendent possible, de la relier à l’organisation administrative dans laquelle elle se déploie, de prendre en compte les relations avec les tutelles et les commanditaires, sans négliger la dynamique propre de l’équipe et la place de l’intégration du centre dans des réseaux scientifiques internationaux. Bref il faut s’efforcer d’analyser les contraintes à la fois savantes et politiques dans lesquelles l’équipe de Vaucresson est prise, voir comment elle se retrouve au cœur des mécanismes de savoir-pouvoir qui l’amènent à jouer souvent un rôle d’expert, de référence incontournable8.

Vaucresson ou la conquête du droit à la recherche

5« L’ordonnance du 2 février 1945, la création des juges pour enfants et celle d’une direction autonome de l’Éducation surveillée donnent le signal du départ de la recherche dont le centre de Vaucresson sera, pendant longtemps, le principal animateur9» écrit Jean-Marie Renouard dans son rapport de 1995. La création par l’ordonnance du 1er septembre 1945 de la direction de l’éducation surveillée joue bien un rôle dans le développement de la recherche en « criminologie juvénile » car ladite ordonnance précise que l’une des tâches de la nouvelle direction du Ministère de la justice est « l’étude des différents problèmes ayant pour objet les enfants traduits en justice10 ». La direction de l’Éducation surveillée ne manque pas de rappeler cette mission et tous les projets d’organigrammes présentés à partir de 1947 dans le Rapport annuel à M. le Garde des sceaux par les premiers directeurs comportent une section des études. Elle est rattachée d’abord au premier bureau, celui des Institutions publiques11 où elle constitue la 3e section puis directement au cabinet du directeur12 avant d’être délocalisée apparemment tout « naturellement » au centre de formation que l’Éducation surveillée à ouvert à Vaucresson en 1952.

6 En réalité ce transfert de la mission de recherche de l’Éducation surveillée de la direction vers le centre de formation a été un enjeu de lutte. Dès le mois de mai 1947, dans une première ébauche de projet sur « L’ouverture d’un centre d’étude et de formation de l’Éducation surveillée », Henri Michard évoque les activités de « Recherches sur l’enfance délinquante ». Selon ce document, qui à la forme d’un plan détaillé dactylographié annoté de la main de Michard, elles seront :

  • 13 France, Archives de l’AHPJM, Dossier « Michard », Ouverture d’un centre d’études et de formation de (...)

« - Sociologiques (études des milieux où se recrute l’enfance délinquante)
- Psychologiques (caractère spécifique des enfants délinquants)
- Pédagogiques – méthodes d’éducation
- Juridiques13. »

7Dans un projet beaucoup plus élaboré et entièrement dactylographié daté du 22 février 1948 Henri Michard écrit :

  • 14 Arch. de l’AHPJM, Dossier « Michard », Note relative à l’ouverture d’une école de cadre, 22 février (...)

« Pour établir dès le début l’originalité de l’école vis à vis des instituts comme ceux de Montpellier ou de Clermont, et pour marquer son importance nationale, il me paraît essentiel de la doubler tout de suite d’une centre officiel de recherche14. »

8Il décrit ensuite ce que devrait être la nature et les modalités de cette recherche. Il y aura d’une part des « recherches générales sur la délinquance juvénile » qui peuvent être statistiques, criminologiques, psychologiques et psychanalytiques, sociologiques, médicales, morphologiques ou enfin de type complexe quand elle « englobe des aspects sociologiques, psychologiques, neurologiques. ». On trouvera d’autre part des « Recherches d’ordre pédagogique (au sens large du terme) » sur l’observation et la rééducation. Quant aux modalités, Henri Michard en définit trois : le travail sur dossier au centre, les enquêtes et les session d’études. Cette dernière forme est précisément décrite : « Les divers éducateurs compétents dans l’étude d’une question donnée sont réunis au centre ; on met au point une méthode de travail au cours d’une série de séances d’études ; on répartit entre les sessionnaires les recherches particulières à effectuer ; les résultats de ces recherches sont collectés au centre et interprétés, au besoin au cours d’une deuxième session d’études ». En réalité ce mode de travail a été expérimenté avant même l’ouverture du centre de Vaucresson.

  • 15 Arch. de l’AHPJM, Dossier « Michard », Projet de note au Garde des Sceaux sur l’ouverture d’un cent (...)

9Tous ces principes sont repris dans un projet de note au ministre de la justice rédigée début 1949 où le futur directeur de Vaucresson insiste sur les liens entre recherche et formation : « Le centre de recherche n’a point nécessairement a être autonome : en l’occurrence, il n’y a que des avantages à ce qu’il vienne doubler le centre de perfectionnement15. »

10Pendant qu’Henri Michard défend le principe de l’implantation de la recherche dans le futur centre de formation de l’Éducation surveillée, l’administration centrale construit un autre scénario. Si dans le « Projet de création d’un centre de formation, de perfectionnement et de recherches » inclus dans le rapport de 1949, l’administration reprend la quasi totalité des propositions d’Henri Michard en matière de formation, de ses propositions en matière de recherche il ne reste que quelques lignes. « En liaison avec la section d’études de la direction, [le centre a] une activité de recherche qui peut revêtir deux modalités principales. […] L’organisation de sessions d’études ; […] le travail sur dossier ou l’enquête dans les établissements, lorsque, par exemple, la besogne sera trop importante ou trop spécialisée pour que la section d’études puisse s’en charger16. »

11Cette volonté de garder à l’administration centrale le contrôle absolu sur la recherche et de ne déléguer au futur centre de formation que des tâches d’exécution, qu’un rôle de « petites mains », est confirmé dans une note « confidentielle » de Guy Sinoir, psychologue en poste à l’administration centrale. Ce texte non daté, mais nécessairement rédigé entre 1950 et 1951, est adressé au directeur adjoint de l’Éducation surveillée Pierre Ceccaldi. La section des études rattachée au 1er bureau s’est montrée peu productive ; elle « dort » écrit dans un langage peu diplomatique Guy Sinoir. Le plan de réorganisation qu’il propose, qui situe la recherche entièrement à l’administration centrale, est très différent de celui d’Henri Michard. La recherche est organisée en quatre sections, toutes sous la responsabilité d’un hiérarque de l’administration centrale : section juridique et législative, administrative, bio-psychologique (qu’il dirigerait personnellement), de pédagogie pratique. Épistémologiquement, cette partition est plus administrative que scientifique. Surtout, le centre de formation n’a aucun rôle. Sinoir propose bien de confier l’animation de la section de pédagogie pratique à Michard « mais aidé par M Lutz [magistrat à l’AC] sur le plan de pédagogique expérimentale des délinquants et délinquantes (sic). » En fait, la recherche est entre les mains d’un « secrétaire-magistrat chargé de l’administration générale du bureau et de la diffusion effective des travaux. ». Ce « plan B » est déjà bien avancé puisque la suite des propos de Guy Sinoir laisse entendre que la personne chargée du rôle de secrétaire-magistrat est déjà pressentie. C’est bien cette organisation en section (le texte parle de commissions) qui est retenue dans la Note sur l’organisation des études à l’Éducation surveillée du 12 janvier 1952... sans le secrétaire-magistrat et avec des moyens matériels extrêmement réduits (secrétariat, locaux…) délocalisés à Vaucresson.

« La Direction de l’Éducation Surveillée est à la fois un service de gestion et de conception. […] Mais le Directeur soussigné17 a pu constater, à la suite de son prédécesseur18, les difficultés qui s’opposent à l’organisation des études dans le cadre actuel […]. La création à Vaucresson d’un centre de formation et d’études doit être le point de départ d’une organisation sur des bases plus rationnelles19. »

12Entre 1952 et 1958, les travaux d’études ou de recherche sont l’œuvre du Centre de formation et d’étude de l’Éducation surveillée. Ils reposent essentiellement sur les sessions d’études déjà mentionnées mais aussi sur « le personnel de Vaucresson, [qui] en dehors de ses fonctions normales et dans la limite de ses compétences et du temps dont il disposait, a pu mener à bien certaines études20. ». Pour autant, même si c’est bien le centre de Vaucresson qui réalise études et recherches, sa légitimité en la matière n’est pas vraiment reconnue. Ces travaux ne sont-ils pas effectués par le personnel du centre « en dehors de ses fonctions normales » ?

  • 21 Philippe Robert, « Une unité… », op. cit., p. 483.
  • 22 Voir la note n°2 033/SER du 18 janvier 1960 sur la gestion et l’administration de la recherche rédi (...)
  • 23 Entretien avec Vincent Peyre réalisé en juin 2013.

13Il faut attendre 1958 pour que la recherche soit vraiment reconnue et financée. Au début de l’année qui voit le retour du général de Gaules aux affaires, Jacques Selosse est nommé directeur adjoint de Vaucresson, responsable de la recherche. En mai le Centre de formation et d’études de l’Éducation surveillée CFEES devient Centre de formation et de recherche de l’Éducation surveillée (CFRES). À la fin de cette même année, grâce à certains crédits empruntés au budget intérieur de l’Éducation surveillée21, deux « chercheurs » sont recrutés. Il s’agit d’Andrée Alban, initialement déléguée permanente à la liberté surveillée à Rouen, et d’Yves Chirol, diplômé de l’Institut national de l’orientation professionnelle (INOP), recruté pour ses compétences en statistiques. Jacques Selosse s’efforce immédiatement de transformer ce financement et au début des années 1960, la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) prend le relais d’une gestion très complexe qui utilise la souplesse associative de l’Association d’études et de recherches (AERS)22. Jacques Selosse attachait une grande importance à ce transfert. C’était pour lui indispensable pour garantir un minimum d’autonomie de la recherche23. Dans la foulée, un troisième chercheur est embauché, Vincent Peyre, lui aussi diplômé de l’INOP.

  • 24 Philippe Robert reprend les chiffres donnés par Henri Michard dans le Rapport présenté le 14 janvie (...)

14Dès lors la section de recherche de Vaucresson va suivre une courbe ascendante largement stimulée par l’inscription de l’Éducation surveillée dans le IVe plan qui permet de dégager des moyens non négligeables. En 1963, outre Jacques Selosse, elle compte six « chercheurs » et deux bibliothécaires/documentalistes, en 1965, huit « chercheurs » et trois bibliothécaires/documentalistes. Quand Philippe Robert présente le centre de Vaucresson dans L’Année sociologique de 1968 qui est publiée en fait en 1970, le service de recherche rassemble 21 agents permanents dont 17 chercheurs, assistants de recherche, statisticiens et documentalistes rémunérés par le CNRS et recrutés conjointement par cet organisme et par l’Éducation surveillée ainsi que quatre agents de bureau qui dépendent directement de l’Éducation surveillée et qui sont affectés à la section de recherche24.

15En 1964, toujours à l’instigation de Jacques Selosse et toujours pour augmenter l’autonomie de la recherche, est créé par arrête du Garde des Sceaux, un comité scientifique. S’il est présidé par un magistrat, Jean-Louis Costa, conseiller à la Cour de cassation et premier directeur de l’Éducation surveillée, la composante scientifique est nettement majoritaire25.

16Enfin, dès 1963 le centre publie une revue scientifique éditée par les éditions Cujas les Annales de Vaucresson… et les revues sont une pièce maîtresse pour qu’un champ de recherche et/ou une équipe existe véritablement.

L’âge d’or de Vaucresson ?

  • 26 France, Fontainebleau, AnF, Recherche à Vaucresson, 19910333/22. Informations transmises par Jean-P (...)

17Bien doté, en personnel comme en matériel, connaissant une expansion permanente, jouissant d’une reconnaissance internationale, le centre de Vaucresson semble connaître entre 1960 et 1980 un véritable âge d’or. L’administration centrale, le CFRES et les terrains, c’est-à-dire les tribunaux pour enfants, les services de l’ES et du secteur privé de l’enfance inadaptée auraient alors collaboré dans un climat aussi irénique que constructif, en suivant le schéma présenté par Henri Michard dans le document préparatoire du 4e plan à savoir : le Ministère de la justice-Direction de l’éducation surveillée occupe le rôle décisionnaire de commanditaire, le CFRES conçoit et conduit les recherches, les terrains contribuent activement aux enquêtes26.

18On perçoit facilement les contradictions d’un tel dispositif où la recherche doit « négocier » avec une administration et avec des terrains.
Les logiques scientifiques et épistémologiques d’une équipe de recherche ne s’accordent pas nécessairement avec les priorités et les objectifs d’une administration. Interrogé sur cette période qu’il a bien connue, Vincent Peyre souligne la tendance de l’administration à « instrumentaliser la recherche à des fins tactiques ». « La nomination de Jacques Selosse [ajoute-t-il] comme directeur du centre de Vaucresson après le départ à la retraite d’Henri Michard, n’a été acquise que difficilement après huit mois de vacances du poste, contre l’avis initial de l’administration centrale. C’était le prix de son indépendance. »

19La recherche telle qu’elle est pensée à Vaucresson implique, nous dit Henri Michard dans un texte repris dans le rapport annuel de 1958, « la collaboration nécessaire de l’ensemble des Tribunaux pour enfants et des services extérieurs de l’Éducation surveillée. Les uns et les autres y sont en en effet engagés à un triple point de vue : d’abord parce qu’ils sont les seuls à être en contact direct avec les jeunes, objet même de la recherche, ensuite parce que la recherche fait partie intégrante de la profession d’éducateur : elle est en effet liée à l’exercice normal de l’intervention éducative qui ne peut agir dans les processus de réadaptation sociale de l’adolescent qu’en utilisant les techniques éprouvées des diverses disciplines de Sciences humaines (pédagogique, psychologique, sociale et médicale), enfin parce que les établissements et services sont appelés à appliquer, donc à mettre à l’épreuve, les méthodes élaborées par les techniciens27. ». Or devant le comité scientifique Henri Michard reconnaît que cette « superposition des rôles […] n’est pas sans soulever des difficultés et créer des tensions28 ». Le départ de Vaucresson de la formation initiale en 1966 et l’installation de l’école à Savigny-sur-Orge, en éloignant les éducateurs d’une acculturation minimale au monde de la recherche, accentue ces contradictions qui ont, nous semble-t-il, un impact direct sur la recherche.

  • 29 Ces travaux, y compris les rapports intermédiaires non publiés et toute la littérature grise, sont (...)
  • 30 Jean Monod, Les barjots, essai d’ethnographie des bandes de jeunes, Paris, Julliard, 1968, 473 p.
  • 31 La délinquance des jeunes en groupe. Contribution à l’étude de la société adolescente, Vaucresson, (...)
  • 32 Ce passé est évoqué dans la nécrologie que la Nouvelle République (Vienne) a consacrée le 7 novembr (...)
  • 33 Conversation informelle de l’auteur avec Colette Pétonnet lors d’une journée d’étude organisée par (...)
  • 34 Jean-Marie Renouard, op. cit., p. 85.

20Si l’on parcourt l’ensemble des travaux publiés par Vaucresson29 on remarque l’absence d’enquêtes de type ethnographique qui utiliseraient les diverses formes d’observation participante. Comment expliquer cette « impasse méthodologique » alors même que la sociologie de la déviance est peut-être la branche de la sociologie qui, influencée par l’école de Chicago et plus largement par l’interactionnisme, a eut le plus recours à cette forme d’enquête ? Ce manque est relevé par Jean Monod dès 1969. Dans son ouvrage sur les bandes de jeunes30, il ne se prive pas de critiquer le « travail sur dossier » qui est la marque du CFRES et épingle sans indulgence l’ouvrage sur La délinquance des jeunes en groupes31. La méthodologie de la « recherche active » telle qu’elle est définie par Henri Michard exclut de fait l’observation directe. L’éducateur, l’assistante sociale ou le juge jouent le rôle d’enquêteur sans empiéter sur le rôle du chercheur, « en se soumettant aux impératifs de formalisation » de ce dernier. En « échange » le chercheur renonce au contact direct avec les jeunes « objet même de la recherche » ou au séjour prolongé au sein des structures. Aussi, quand un membre du personnel éducatif de l’Éducation surveillée (c’est un peu différent s’il s’agit d’un magistrat) mène, dans un cadre universitaire, une recherche ethnographique, l’institution aura tendance à le rejeter ou du moins à ne pas prendre en compte son travail. C’est notamment ce qu’a vécu Colette Pétonnet, éducatrice à l’Éducation surveillée32, quand elle entreprend son travail sur une cité de transit33. S’agissant de l’étude des sociabilités juvéniles, la méthode « d’observation indirecte » induite par le fonctionnement vaucressonien, paraît avoir pesé longtemps sur ce champ de la recherche puisque Jean-Marie Renouard évoque encore le recours à « la recherche sur documents, procès-verbaux et dossiers […] plus facile que la recherche sur le terrain34. »

  • 35 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Éditions ouvrières, 1980, 283 p.
  • 36 Voir la post-face de la réédition de l’ouvrage L’efficace des années quarante, Paris, Éditions ouvr (...)

21On peut aussi souligner les difficultés rencontrées par les recherches historiques dès qu’elles portent sur une période postérieures à 1945. Si le centre a publié en 1970, soit cinq ans avant Surveiller et punir, le livre pionnier d’Henri Gaillac sur Les maisons de correction, il ne publie aucune recherche historique ou socio-historique sur l’Éducation surveillée. Il ne faut pas toucher au mythe fondateur d’une Éducation surveillée qui aurait transformé les bagnes d’enfants de l’avant-guerre en institutions éducatives d’avant-garde. Quand, quelques années plus tard, s’affranchissant de la doxa du milieu professionnel, Michel Chauvière publie son livre sur l’histoire de la protection de l’enfance35, secteur très lié à la justice des mineurs, son ouvrage suscite de vives controverses36.

Conclusions

22Vincent Peyre faisant un bilan rétrospectif de « ce jeu qui se joue à trois » entre l’administration, Vaucresson et les terrains écrit :

  • 37 Vincent Peyre, « Hommage à Jacques Selosse ». Ce texte inédit va être publié dans le numéro 16 de l (...)

« Est-ce à dire que nous avions trouvé dans ces années là un arrangement harmonieux entre les différents acteurs ? Certainement pas. Les conflits, les accusations réciproques, les incompréhensions n’ont pas manqué. Mais, me semble-t-il, deux conditions nécessaires étaient réunies pour que cela fonctionne cahin-caha parfois – et que cela produise de la connaissance et de l’échange : la reconnaissance, toujours discutée, de la position et de l’autonomie réciproque des acteurs, l’existence de lieux de débats, formels et informels37… ».

23Les incompréhensions ou même les conflits entre administrateurs, praticiens et chercheurs ne sont pas propres au secteur de la déviance juvénile ou de son traitement et nous retrouvons les mêmes phénomènes, par exemple, dans les champs de la scolarité, de la santé, du travail. Cette conflictualité, ces contradictions ont un impact sur la nature et le contenu même des recherches, impact qu’il conviendrait d’étudier plus finement, recherche par recherche, car il peut différer selon le type de travaux entrepris. Reste une condition essentielle pour que « cahin-caha cela produise de la connaissance et de l’échange » : il faut que les questions traitées ne soit pas trop sensibles aux controverses politiques ni aux émotions, que la recherche ne se heurte pas sans arrêt à des propos d’autorité et aux discours d’évidence. Si Vaucresson a pu fonctionner durant les années 1960-1980, c’est bien parce que la délinquance des mineurs n’est pas une question de politique politicienne. De la gauche à la droite de l’échiquier politique, les principes de l’ordonnance de 1945 sur le primat de l’éducatif ne sont pas discutés… Quant au contenu de cet éducatif, les politiques laissent le soin aux spécialistes de le définir. Nous sommes obligé de constater que l’inscription de la question de l’insécurité – laquelle est d’entrée de jeu corrélée à une montée présentée comme exponentielle de la délinquance juvénile – aux premières pages de l’agenda politique, s’accorde chronologiquement avec le démantèlement de Vaucresson. Dès lors, face à la prolixité de discours en tous genres sur la délinquance juvénile les propos empiriquement fondés des chercheurs se font de plus en plus rares.

Haut de page

Notes

1 Philippe Robert, « Une unité de recherche criminologique : Le centre de Vaucresson. Bilan d’une décennie », L’Année Sociologique, XIX, 1968, p. 481-512.

2 Jean-Marie Renouard, Un bilan de la recherche française sur la protection judiciaire de la jeunesse (1970-1995), 1995, LAPSAC-CEDAS, 100 f°.

3 Philippe Robert « À propos de recherches récentes en criminologie juvénile », L’Année Sociologique, 1971, XXII, 498-526. Notons que cet article publié en 1971( ?) cite des textes de 1972 !!!

4 Voir notamment Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Aimée Racine » in Éliane Gubin, Catherine Jacques, Valérie Piette, Jean Puissant (dir.), Dictionnaire des femmes Belges XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Éditions Racine, 2006, p. 477-478.

5 Les actes de ce colloque sont publiés en 1968, La délinquance juvénile en Europe, Bruxelles, Institut de sociologie de ULB, 1968, 192 p.

6 Cette dernière quitte le programme après le coup d’État des colonels d’avril 1967.

7 Sur Boscoville voir les travaux de Louise Bienvenue.

8 Sur cette démarche voir François Chaubet, « Faire l’histoire des sciences sociales : le cas de la sociologie française », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n°22, janvier-avril 2014

9 Jean-Marie Renouard, op. cit. p. 4.

10 Art. 2, alinéa 1 de l’Ordonnance n° 45-1966 du 1er septembre 1945 portant institution d’une direction de l’Éducation surveillée, au Ministère de la justice, JO, Lois et décrets, 2 septembre 1945, p. 5491.

11 Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des sceaux, Melun, Imprimerie administrative, 1949, p. 16.

12 Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des sceaux, Melun, Imprimerie administrative, 1951, p. 11.

13 France, Archives de l’AHPJM, Dossier « Michard », Ouverture d’un centre d’études et de formation de l’Éducation surveillée, mai 1947.

14 Arch. de l’AHPJM, Dossier « Michard », Note relative à l’ouverture d’une école de cadre, 22 février 1949.

15 Arch. de l’AHPJM, Dossier « Michard », Projet de note au Garde des Sceaux sur l’ouverture d’un centre de formation, de perfectionnement et de recherches.

16 Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des sceaux, Melun, Imprimerie administrative, 1949, p. 61.

17 Jacques Siméon. Il a été nommé le 11 avril 1951.

18 Jean-Louis Costa.

19 Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des sceaux, 1952, Melun, Imprimerie administrative, 1953, p. 38.

20 Henri Michard, Rapport d’activité (pour l’année 1955) repris dans Rapport annuel…, 1955, p. 35.

21 Philippe Robert, « Une unité… », op. cit., p. 483.

22 Voir la note n°2 033/SER du 18 janvier 1960 sur la gestion et l’administration de la recherche rédigée par Henri Michard à l’attention du directeur de l’Éducation surveillée (3e bureau).

23 Entretien avec Vincent Peyre réalisé en juin 2013.

24 Philippe Robert reprend les chiffres donnés par Henri Michard dans le Rapport présenté le 14 janvier 1969 au comité scientifique du centre de Vaucresson. Ces rapports sont conservés à la bibliothèque de recherche de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

25 Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des sceaux 1964, Melun, Imprimerie administrative, 1964, p. 155.

26 France, Fontainebleau, AnF, Recherche à Vaucresson, 19910333/22. Informations transmises par Jean-Pierre Jurmand.

27 Éducation surveillée, Rapport annuel à M. le Garde des sceaux 1958, Melun, Imprimerie administrative, p. 93.

28 Henri Michard, Rapport présenté le 14 janvier 1969 au comité scientifique du Centre de Vaucresson, p. 14.

29 Ces travaux, y compris les rapports intermédiaires non publiés et toute la littérature grise, sont consultables à la Bibliothèque de recherche de l’ENPJJ. D’autre part le centre a édité en 1980 un catalogue des Rapports et publications du CFRES (1952-1979).

30 Jean Monod, Les barjots, essai d’ethnographie des bandes de jeunes, Paris, Julliard, 1968, 473 p.

31 La délinquance des jeunes en groupe. Contribution à l’étude de la société adolescente, Vaucresson, Cujas, 1963, 327 p.

32 Ce passé est évoqué dans la nécrologie que la Nouvelle République (Vienne) a consacrée le 7 novembre 2012 à l’anthropologue.

33 Conversation informelle de l’auteur avec Colette Pétonnet lors d’une journée d’étude organisée par le sociologue Lucien Brams, alors responsable de la Mission de recherche (MiRe) de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques des ministères de la santé et des affaires sociales.

34 Jean-Marie Renouard, op. cit., p. 85.

35 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Éditions ouvrières, 1980, 283 p.

36 Voir la post-face de la réédition de l’ouvrage L’efficace des années quarante, Paris, Éditions ouvrières, 1987, p. 290-310.

37 Vincent Peyre, « Hommage à Jacques Selosse ». Ce texte inédit va être publié dans le numéro 16 de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Au carrefour de la construction des savoirs sur la délinquance juvénile : le centre de recherche et de formation de Vaucresson (1951-1980) », Criminocorpus [En ligne], Savoirs, politiques et pratiques de l'exécution des peines en France au XXe siècle, Communications, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2735

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Historien, chercheur à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page