Navigation – Plan du site
2014

Réformer par le livre : Une initiative méconnue de la Société royale pour l’amélioration des prisons (1819-1821)

Aya Umezawa
Cet article est une traduction de :
監獄と文学の出会い ―囚人のための図書コンクール(1819-1821)―

Texte intégral

  • 1 Victor Bournat et Charles Daru, La Société royale des prisons (1819-1830), Paris, C. Douniol, 1879, (...)

1La question pénitentiaire est à l’ordre du jour sous la Restauration. L’hygiène des prisons, la santé des détenus, l’amélioration générale des conditions de détention était un sujet de préoccupation politique. En avril 1819, le roi Louis XVIII ordonna de fonder une société pour améliorer le sort des détenus « malheureux ». L’initiative rencontra un certain succès : malgré son système de cooptation très sélectif, la Société royale des prisons compta rapidement plus de 300 membres et la protection du roi lui permit d’obtenir un financement confortable1.

  • 2 Article 7 de l’Ordonnance royale du 9 avril 1819 portant création de la Société royale pour l’améli (...)

2La création de la Société royale pour l’amélioration des prisons en 1819 correspond, comme l’a montré Catherine Duprat, à un moment philanthropique de l’histoire des prisons. Composée de membres éminents, reconnue par le roi, cette Société eut une importante activité de 1819 à 1830. L’ordonnance de création de cette institution portait notamment celle d’un conseil des prisons inédit qui avait pour charge de présenter au ministre de l’intérieur « ses vues sur toutes les parties de l’administration et du régime intérieur des prisons du royaume, et notamment en ce qui concerne le classement des détenus selon l’âge, le sexe et la nature des délits ; les divers systèmes de travail à introduire dans les prisons, la distribution des profits du travail, la discipline intérieure des prisons, la salubrité, la sûreté, l’instruction religieuse et la réforme morale des détenus ; la nourriture, le vêtement ; enfin, les agrandissements, constructions et changements de distributions qui pourraient être reconnus nécessaires ou utiles dans les enceintes ou bâtiments des prisons2 ».

  • 3 Voir Catherine Duprat, « Punir et guérir. En 1819, la prison des philanthropes », Annales historiqu (...)
  • 4 « Programmes des prix que la Société royale pour l’amélioration des prisons doit décerner dans sa s (...)

3Notre objectif n’est pas ici de restituer l’activité de cette Société au regard de ce vaste programme mais de nous arrêter sur l’une de ses initiatives méconnues3. Parmi les priorités des philanthropes figurait l’amendement moral. Pour parvenir à cet amendement, les philanthropes mettaient en avant le travail, l’enseignement moral et religieux des détenus. À côté de ces solutions bien connues de l’historiographie, on sait moins que la Société royale pour l’amélioration des prisons tenta de promouvoir une littérature spécialement destinée aux détenus. Certes, le projet se heurtait au fait que très peu de détenus savaient lire, mais la Société avait également en projet la création d’une école dans chaque prison du royaume. Prenant ainsi acte du fait qu’« il n’y avait point de livres composés spécialement pour cette classe de lecteurs4 », les membres de la Société royale pour l’amélioration des prisons entendaient promouvoir une littérature dédiée. Cette littérature devait présenter des situations exemplaires qui, par l’attitude et le comportement des personnages, contribuerait à l’édification morale du lecteur.

  • 5 Stéphane Michaud (dir), L’Édification. Morales et cultures au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1993.
  • 6 Jean-Claude Vimont, « Silvio Pellico, Mes prisons. Un “best-seller” de l’édification, en ligne sur (...)

4Ce but s’inscrit dans un siècle qui vit naitre une littérature d’édification destinée aux jeunes, aux femmes et aux ouvriers5. Il est arrivé d’ailleurs que la thématique de l’emprisonnement soit présente dans la littérature d’édification pour les jeunes lecteurs, ainsi que l’a montré Jean-Claude Vimont dans le cas de la traduction biaisée de « Mes Prisons », de Silvio Pellico6 mais mon propos dans cet article est d’analyser le résultat du concours ouvert par la Société royale pour l’amélioration des prisons. Quel fut le retour de cet appel à concours ? Quel fut le contenu des ouvrages retenus ? Sur quels critères furent-ils choisis ? Quelles sont les représentations de la prison et du détenu mises en valeur dans ces ouvrages ?

Un concours de littérature pénitentiaire

  • 7 Ibid., p. 4.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid., p. 6.

5Profitant d’un don anonyme de 1000 francs, la Société royale pour l’amélioration des prisons décida d’organiser en juin 1819 un concours visant à récompenser le meilleur roman destiné à l’édification des détenus. L’objectif des réformateurs est clairement énoncé dans l’objet du concours. Il s’agit de faire œuvre de persuasion et que « la morale » glisse dans le cœur des lecteurs, « pour ainsi dire, à leur insu7 ». Les auteurs s’essayant à cette littérature pénitentiaire devaient apprendre aux prisonniers « que la religion était le meilleur des guides et la plus puissante des consolatrices8 ». Il fallait aussi les lecteurs de cette littérature pénitentiaire s’adonnent au travail et y puisent l’espérance de la réinsertion9. L’annonce du concours se concluait par la recommandation selon laquelle « la diversité des sexes et des âges, celle des vices mêmes, pourraient fournir les moyens de varier ces tableaux10 ». Les réformateurs avaient donc fixé un cahier des charges assez précis de leurs attentes.

  • 11 Laurent de Jussieu, Antoine et Maurice, deuxième édition, Paris, Louis Colas et Cie, 1869, p. 72. E (...)
  • 12 Jean-Marie Achard-James, Laurent, ou les prisonniers, Paris, Chez Madame Huzard, 1821.
  • 13 Ibid., p. 7.

6L’inscription au concours fut close en mai 1820 et en mars 1821, la Société royale pour l’amélioration des prisons termina l’examen des dix ouvrages reçus. Le rapporteur du résultat du concours était le duc de La Rochefoucauld-Liancourt. La moitié des ouvrages soumis au concours fut rapidement disqualifiée. Chez les uns, la distinction entre le bien et le mal n’était pas claire. Chez les autres, la religion ne jouait qu’un petit rôle dans l’amélioration morale des personnages. Un ouvrage fut critiqué parce que ses personnages étaient susceptibles d'avoir une mauvaise influence sur les lecteurs. Seuls deux romans réussirent à satisfaire toutes les conditions de la Société royale des prisons : il s'agissait d’Antoine et Maurice de Laurent de Jussieu11 et de Laurent, ou les prisonniers d’Achard-James12. C’est l’œuvre de Jussieu, neveu du botaniste, qui obtint finalement le premier prix : les personnages d’Achard-James manquaient, aux yeux des membres de la Société royale des prisons, de vraisemblance13. La Société royale des prisons autorisa toutefois l’impression et la distribution des deux ouvrages, « à la condition que les auteurs se soumissent à quelques légères corrections qui leur seraient indiquées ». L’indication est précieuse, car ce jury de concours ne comprenait pas d’hommes de lettres. Ce sont les réformateurs des prisons qui jugèrent les ouvrages proposés, qui indiquèrent les corrections, et qui autorisèrent leurs publications.

Les personnages principaux

7Dans l’ouvrage d’Achard-James, – Laurent, ou les prisonniers – le personnage principal est un condamné aux travaux forcés. L’auteur ne précise pas le crime qu’a commis Laurent. On apprend que son frère cadet avait également été envoyé en prison, mais qu'il en était déjà sorti. Condamné aux travaux forcés à perpétuité, Laurent est détenu provisoirement dans une prison dans l’attente de son transfert au bagne. Dès ce premier séjour en détention, Laurent commence à s'amender grâce à un aumônier plein de charité. Outre Laurent, cette prison contient des détenus ayant commis des crimes moins graves. La plupart de ces détenus bénéficient alors de l'influence de Laurent, et prennent leur mal en patience durant la durée de leur détention en rêvant au jour où ils rentreront dans la société. La tranquillité et la monotonie de la vie des prisonniers changent brusquement le 6 février 1818, jour d’annonce d’une ordonnance de grâce signée par Louis XVIII. Tous les détenus sont en liesse, à l’exception de Laurent, dont la condamnation n’est pas commuée. Son sort suscite une grande tristesse chez les prisonniers et les gardiens mais alors que Laurent s'apprête à quitter la prison pour subir la peine accessoire du carcan, l'aumônier accourt vers lui pour lui apprendre qu'il est finalement libéré suite à une décision royale. Le récit s'achève par les manifestations de joie des prisonniers.

8À la différence de Laurent, ou les prisonniers de James, les personnages principaux d’Antoine et Maurice de Jussieu ne vivent pas tous en prison. L'auteur adopte le point de vue d'un père de famille qui prend la fonction de narrateur. Cet homme raconte chaque nuit à sa famille et à ses collègues, son expérience en tant que jeune délinquant. On sort donc à proprement parler du cadre strict de la prison. Ici, les causes du comportement criminel sont analysées plus en profondeur que dans Laurent, ou les prisonniers, dont les personnages sont limités et enfermés dans l'espace carcéral. Les personnages de prisonniers créés par Jussieu présentent en outre des caractères plus variés que chez Achard-James. Antoine, le héros, a commencé très jeune à fréquenter les bars, encouragé par Maurice. Sous l’instigation de Maurice, Antoine s’est mis à voler l'argent de son père. Les deux adolescents décident ensuite de quitter leur ville natale pour vivre en voleurs mais un jour, Antoine, trahi par Maurice, est arrêté. Il est jugé seul et condamné à dix ans de réclusion.

  • 14 Ibid., p. 72.
  • 15 Ibid., p. 52.

9Pendant sa détention, Antoine trouve la voie de l’amendement. Ici encore, c’est la religion qui vient à son secours. Au héros qui interroge l'aumônier sur les chances de sortir de prison plus tôt pour bonne conduite – lui qui désire tant revoir son père pour lui demander pardon –, l'aumônier répond que le prince souhaite exercer son droit de grâce14. Tandis que le héros exprime ses craintes de voir son père refuser ses excuses, voici ce que l'aumônier répond : « Dieu est aussi votre père, mais celui-ci lit au fond des cœurs15. » Ces paroles de l’aumônier symbolisent bien la littérature pénitentiaire. Selon l’aumônier, c'est Dieu seul qui, parce qu'il peut sonder les cœurs, distingue les prisonniers repentis des prisonniers hypocrites. Mais dans la réalité, c’est le roi qui gracie les premiers. Les prisonniers décrits par Jussieu peuvent donc également être considérés comme les fils du roi, doté d'un sens de la justice et d'une puissance quasi-divine.

10Comme dans Laurent, ou les prisonniers, Antoine et Maurice présente un détenu-héros qui ne s’amende pas seul. Antoine exerce en effet une influence morale bienfaisante sur les autres prisonniers. L'un des personnages, vieux Jacques, qui vole depuis l'enfance, reprend ainsi espoir en voyant les effets de l'amélioration morale du héros. Celui-ci s’amende enfin au crépuscule d’une vie criminelle et il expire tranquillement, veillé par l'aumônier, les sœurs et les enfants de chœur. Le jeune André bénéficie également de l'influence du héros. Voyant André qui vient d’arriver et qui souffre de l’emprisonnement, Antoine lui présente l’aumônier. André change alors ses habitudes morales. Finalement, Antoine, dont le comportement est reconnu exemplaire, est gracié par le roi. À sa sortie de prison, il est embauché dans une usine dont le responsable est un ami de son père. Antoine succède au responsable et se marie avec la fille de son prédécesseur.

11Les prisonniers inventés par Achard-James et les personnages inventés par Jussieu ne se ressemblent pas. L’âge, les caractères, la situation, tout semble les séparer. À l’inverse, les deux héros détenus se ressemblent. Tous deux entrent dans la voie du repentir grâce à la religion, tous deux contribuent ensuite à l’amélioration des autres détenus. Cette sorte d’amendement par contagion exemplaire ressemble d’ailleurs au modèle de l’enseignement mutuel qui est alors prôné dans les prisons : chaque détenu peut en aider un autre. L'amélioration morale des prisonniers et la méthode pour y parvenir étant communes, on constate que les auteurs ont bien suivi les recommandations formulées par les réformateurs.

Les anti-héros

12Mais ces romans ne se contentent pas de fournir une illustration de ce que c'est que d'être un prisonnier modèle : ils fournissent également des contre-exemples que nous voudrions maintenant analyser. Dans Laurent, ou les prisonniers, le personnage Dumas illustre les turpitudes morales du « mauvais prisonnier ». Dumas a commis, dans le roman, un crime bien moins grave que celui de Laurent et, à la différence de celui-ci, Dumas s'apprête à être libéré prochainement. Ce dernier ne présente toutefois aucun signe d'amélioration morale. L’apparition de personnages comme Dumas atteste que l’on se rendait déjà compte que le degré de crime n’était pas toujours en proportion du degré de perversité. Dumas, qui a de nombreuses occasions de devenir meilleur dans le roman, refusera systématiquement de changer sur le plan moral. Enfermé dans un cachot souterrain, il n'écoute pas les conseils de l'aumônier et finit par tuer un gardien avant de s'évader. Il sera tout de suite repris, puis ramené dans son cachot souterrain où on l'enchaînera pour éviter qu'il ne recommence. Enfermé dans les sous-sols de la prison, Dumas imagine de nouveaux crimes alors qu’en surface, les prisonniers s'amendent encouragés par Laurent. Tout oppose les autres prisonniers et Dumas : le haut et le bas, la clarté et l’obscurité, la collectivité et la solitude, la mobilité et l’immobilité, le bien et le mal. Le dénouement du roman illustre l'influence du christianisme, témoigne du contraste entre le bon et le mauvais prisonnier : le jour même de la grâce de Laurent, un échafaud est préparé pour Dumas.

13Les membres du jury du concours avaient vraisemblablement été sensibles à la leçon morale de l'œuvre : les bons prisonniers préparaient leur ascension au ciel tandis que les mauvais prisonniers descendaient en enfer. Bien entendu, le personnage de Dumas n'avait pas été uniquement créé par Achard-James pour toucher les membres de la Société royale des prisons. Ces contrastes entre les caractères de Laurent et Dumas avaient également vocation à édifier le lecteur. Ces deux personnages antithétiques permettaient au lecteur de distinguer facilement le bon comportement du mauvais.

  • 16 Ibid., p. 92-93.

14Quant à Jussieu, il offrit non pas une, mais plusieurs représentations du mauvais prisonnier. Le nombre de « mauvais » détenus dépasse même le nombre de « bons » personnages chez cet auteur. Quand vieux Jacques le voleur expire tranquillement, entouré par l'aumônier et les religieuses, un autre détenu moribond s’étend sur son lit dans la même salle de l’infirmerie. Voici comment Jussieu le décrit : « [Il avait] les cheveux hérissés, l’œil hagard, les joues caves, les membres décharnés, le teint livide et la bouche écumante. [...] son visage déchiré par ses ongles était ensanglanté, et ses doigts contractés tenaient encore des poignées des cheveux qu’il s’était arrachés16. » Dans cette description, on retrouve les signes d'un système pénal divisé entre l'enfer et le paradis comme dans Laurent, ou les prisonniers : le détenu est en effet dépeint comme s'il était déjà en enfer. L’aumônier s’en approche, pour consoler son chagrin. Pourtant, à la vue de l’aumônier, ce prisonnier se met à gémir plus fort encore. Cette description du détenu apeuré à la vue de l'aumônier n'est rien d'autre qu'une représentation du démon.

  • 17 Ibid., p. 102.
  • 18 Ibid., p. 117.
  • 19 Ibid., p. 112.

15De fait, Jussieu faite dire à Antoine l'observation selon laquelle la plupart des prisonniers ressemblaient au diable17 : ils ne travaillent pas et provoquent des bagarres dans l’atelier de la prison. Antoine leur conseille de devenir honnêtes, mais ces derniers se moquent de lui. Et l’ancien complice Maurice, qui finit par être arrêté et envoyé dans la même prison qu'Antoine, apparait comme si endurci « qu’il ne mérite pas apparemment la bénédiction de Dieu18. » Antoine s'efforcera pourtant de ramener Maurice dans le droit chemin. Le héros s'adresse ainsi à lui en ces termes : « Regarde ces deux chemins, entre lesquels il t’est permis encore de choisir : au terme de l’un sont l’ignominie et l’échafaud ; l’autre doit te faire arriver à l’estime et à la considération des hommes19. » Maurice n’écoute pas les conseils d’Antoine, et est finalement exécuté.

  • 20 Ibid., p. 41-42.

16Ainsi, tous les mauvais prisonniers du roman sont représentés comme des damnés. Cependant, il ne s'agissait pour l'auteur de frapper le lecteur d'effroi, ni de justifier la mort de ces condamnés : les deux personnages créés par l'auteur – l'aumônier et Antoine – ne cessent en effet de proposer leur aide aux mauvais prisonniers. Même si le détenu malade mentionné plus haut et Maurice sont près de la mort, l’aumônier et le héros ne renoncent pas à les sauver. Le discours de l’aumônier devant les prisonniers commence par ces mots : « Il y a plus de joie dans le ciel pour un pécheur qui se convertit que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont jamais péché » mots qu'il répétera trois fois dans le même discours20. Et sur la couverture d’Antoine et Maurice, on trouve ce mot de Sénèque : « Pour revenir au bien, il n’est jamais trop tard. »

Les prisons

  • 21 Jean-Marie Achard-James, op. cit., p. 98-99.
  • 22 Ibid., p. 1-2.

17La Société royale des prisons donna des indications détaillées sur les personnages de la littérature pénitentiaire. Par contre, elle ne donna pas de consignes pour la description des prisons. L’analyse de cette description, nécessairement plus personnelle que celle des prisonniers, paraît donc particulièrement intéressante. Commençons par l’ouvrage d’Achard-James. Dans la prison où se déroule le récit, tous les détenus, à l'exception de Dumas, peuvent communiquer presque librement, et s’encouragent mutuellement. C’est cette bonté des détenus qui suscita la critique du jury sur le caractère peu vraisemblable de ces personnages. La prison d’Achard-James est en effet idéalisée : son directeur est passionné par le bien, l’aumônier est juste et les gardiens se comportent comme les frères des détenus. Tous les employés de la prison veillent et aident à l’amélioration mutuelle des prisonniers. Informé par Laurent de l’état des prisons « antérieures », un gardien, en pleurs, s'écrie ainsi : « Quoi ! L’on maltraitait les prisonniers ! ah21 ! » C'était pourtant là la condition ordinaire des prisonniers de l'époque d’Achard-James. Les membres de la Société royale des prisons étaient aussi préoccupés par la tyrannie exercée par les gardiens sur les prisonniers. Ainsi, un détenu déclare au tout début de Laurent, ou les prisonniers : « Si nous étions sages, où pourrions-nous être mieux ? Le concierge est doux ; les porte-clefs ne brutalisent personne ; les rations sont fournies exactement ; la paille est renouvelée toutes les semaines22. »

  • 23 Ibid., p. 116-117.

18Après avoir remarqué ainsi la différence entre l’état de la prison créée par Achard-James et celui de la prison réelle, il nous reste à nous demander ce que devenaient les prisonniers à leur libération. Le frère de Laurent, après cinq ans d’emprisonnement, revient dans sa ville natale, où il recueille l'affection de tous23. Le lecteur imagine qu’un destin analogue attendra Laurent lorsqu’il sera gracié et que les autres prisonniers seront amendés. La prison décrite par James n’est pas une prison réelle, mais une prison idéale.

  • 24 Laurent de Jussieu, op. cit., p. 35.
  • 25 « Rapport de M. le duc de La Rochefoucauld, sur le concours ouvert pour un ouvrage destiné à servir (...)
  • 26 Laurent de Jussieu, op. cit., p. 36.
  • 27 Ibid., p. 88.

19La prison dans l’œuvre de Jussieu présente elle aussi des différences importantes avec l'état réel des prisons à l'époque. Antoine compare l'organisation de la prison avec celle d'une vaste manufacture24. D’après La Rochefoucauld-Liancourt, c’était un des passages admirables d’Antoine et Maurice25. Ce n’est pas seulement l'organisation de la prison, mais également son régime qui sont particuliers. Le directeur de la prison explique à Antoine que le travail n’y est pas obligatoire, et que le régime de détention sera adouci en fonction de l'assiduité de chaque détenu. Les prisonniers peuvent également apprendre à lire et à écrire, s’ils le désirent26. En un mot, dans la prison de Jussieu, les détenus ont la faculté de choisir les conditions d’exécution de leur peine, ils sont libres de toute contrainte, mais on les récompense s'ils font preuve de bonne volonté. En outre, l’infirmerie dans laquelle sont soignés Jacques et un autre prisonnier est, selon Antoine, « la preuve que la société ne rejette qu’à regret ses membres corrompus », et « qu’elle prend soin d’eux avec […] humanité, même après en avoir reçu des outrages27 ». La prison apparaît donc pour Jussieu comme un lieu de socialisation des condamnés et non comme un lieu où ceux-ci sont châtiés. Qu'advient-il des prisonniers lors de leur libération ? Après la libération d’Antoine, personne, à l'exception de son futur gendre, n'est au courant de son passé. Cette situation est donc très différente de celle du frère de Laurent. Et c’est après avoir obtenu une position sociale assurée qu’Antoine avoue son passé infâme. L’histoire racontée par Antoine déclenche les larmes de ceux qui l’écoutent, et il devient plus respecté qu’avant. Le dénouement atteste ce qu’a dit Antoine à Maurice en prison : « Regarde ces deux chemins, entre lesquels il t’est permis encore de choisir : au terme de l’un sont l’ignominie et l’échafaud ; l’autre doit te faire arriver à l’estime et à la considération des hommes. » L’auteur veut montrer que les prisonniers amendés sont accueillis et respectés par les hommes de la société.

  • 28 Ibid., p. 69-70.

20Voyons pourtant ce qu'Antoine, en larmes, déclare à vieux Jacques quand ce dernier lui raconte sa vie : « Ô mon infortuné compagnon, s’il n’est plus d’espoir pour vous d’obtenir la miséricorde des hommes, celle de Dieu et grande, elle est sans bornes. Jamais, jamais il n’est trop tard pour se repentir devant lui28... » Antoine console Jacques en disant que Dieu aura pitié de Jacques, même si les hommes ne seront pas aussi magnanimes. Cette parole d’Antoine apparaît ainsi en contradiction avec ce qu’il dit à Maurice, et même avec le sujet de cette œuvre. La situation des libérés de la prison de Jussieu ressemble beaucoup à la situation où se trouvaient la plupart des libérés de l’époque. Dans Antoine et Maurice, la prison est décrite idéalement, alors que la société est décrite d’une manière réaliste.

21On peut s’interroger sur les raisons qui poussent ces deux auteurs à ne pas dépeindre la prison d’une manière plus réaliste. On peut penser qu'il s'agissait pour James de s'assurer que son ouvrage plaise aux membres du jury dans la mesure où une prison hygiénique avec des gardiens compatissants était précisément le but poursuivi par la Société royale des prisons. N'oublions pas en effet qu'en 1820, l'état des prisons était loin de donner satisfaction. James, en décrivant la situation carcérale de son temps comme s'il s'agissait d'un autre temps, milite ainsi pour une réforme des prisons, indispensable à une éventuelle réforme morale. La société dans laquelle le frère de Laurent trouve à se réinsérer est également une société d’avenir. James milite pour que les gens de la société « améliorent » leur attitude vis-à-vis des libérés. Bref, James semble convaincu que la prison, la société et les prisonniers seront tous améliorés dans un proche avenir.

22Or, dans la prison décrite par Jussieu, tout dépend des prisonniers : le travail, la croyance, même la sévérité du régime. Nous pouvons aussi dire qu’elle est la version microcosmique d’une société contemporaine idéale. Pourtant, remarquons que dans cet ouvrage, les personnages s’amendent rarement. Et comme nous l’avons déjà constaté, la réinsertion des libérés n’était pas facile, non plus. Jacques et Antoine deviennent meilleurs, mais ils ne sont pas certains d’être bien accueillis par la société. Et à la différence du frère de Laurent, Antoine n’ose pas retourner habiter dans sa ville natale. Pourquoi la prison et la société de Jussieu sont-elles si contradictoires ? Portons notre attention sur André, le jeune détenu. André s’améliore, grâce à l’aide du héros. Lorsqu’André sort de prison, il est invité par Antoine à travailler dans son usine. L’amélioration et la réinsertion d’André sont facilitées par celles d’Antoine. Ainsi, nous ne devons pas considérer Antoine comme un prisonnier exceptionnel, mais comme le premier détenu d’une prison idéale et le premier libéré dans une société idéale. Alors, s’il en est ainsi, que signifient l’amendement et la mort de Jacques ? Ce vieux prisonnier incarne, contrairement à Antoine et André, la prison ancienne et la société ancienne. L’amélioration et la mort de Jacques signifient donc « l’amélioration » et la mort de l’ancienne prison qui corrompait les détenus et celles de la société qui repoussait les libérés.

23Ainsi, les auteurs de la littérature pénitentiaire décrivirent, sous aucune contrainte, la prison dont rêvaient les réformateurs. C’est-à-dire que les écrivains et les réformateurs, bien que leur position dans la réforme pénitentiaire soit très différente, possédaient une idée commune de la réforme et la conviction que la prison idéale serait bientôt réalisée.

  • 29 Jacques-Guy Petit, « L'amendement ou l'entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XI (...)

24Les deux œuvres retenues par le jury du concours de la Société royale pour l’amélioration des prisons furent publiées et distribuées aux prisons mais le projet de fonder une école en prison échoua et la question de l’amendement moral des détenus resta sans solution. L’organisation de ce premier concours de littérature pénitentiaire participa toutefois à la publicisation de la question pénitentiaire. Après 1820, les médecins, les philanthropes et les hygiénistes multiplièrent les écrits sur la prison. La prison se trouva au centre de discussions pluridisciplinaires29.

25Ce concours de littérature pénitentiaire coïncida aussi avec l’apparition de la prison comme problème social dans des romans rédigés par des hommes de lettres. Quelques ouvrages publiés après la Révolution contenaient bien les mots « prison » et « prisonniers » dans leur titre mais la prison ne jouait pas dans ces œuvres un rôle très important. D’ailleurs, ces écrivains avant 1820 décrivirent les prisons en utilisant une image ambiguë : pour eux, la prison n’était qu’un « geôle ».

  • 30 Louis-François Raban, Le Prisonnier, t. I-III, Paris, Dabo jeune, 1826.
  • 31 Auguste Ricard, Julien, ou le forçat libéré. Roman de mœurs, deuxième édition, Paris, Lecointe, Cor (...)
  • 32 Victor Hugo, Claude Gueux, 1834, dans Œ. C., t. V, Paris, Le club français du livre, 1967.
  • 33 Alexandre-Jean-Joseph de La Ville de Mirmont, Le Libéré. Tableau dramatique en cinq parties et en v (...)
  • 34 Eugène-François Vidocq, Mémoires, 1828-29, Paris, France-expansion, 1973 ; Hippolyte Raynal, Malheu (...)
  • 35 Eugène Sue, Les Mystères de Paris, Paris, Robert Laffont, 1989 ; Honoré de Balzac, Splendeurs et mi (...)

26Après 1820, cette situation évolue. Le Prisonnier de Louis-François Raban30 constitue, de ce point de vue, un exemple intéressant. Ce récit compte les aventures d'un homme qui enlève l’amoureuse de son neveu, dans le but de les marier. L'auteur attribue à son héros plusieurs observations portant sur les problèmes de la vie en prison. Vers 1830 enfin, la figure des gardiens brutaux et des prisonniers libérés victimes de persécution fait son apparition, comme dans Julien, ou le forçat libéré d’Auguste Ricard31, dans Claude Gueux de Victor Hugo32 et dans Le Libéré de La Ville de Mirmont33. Les prisonniers et les ex-prisonniers tels qu’Eugène-François Vidocq, Hyppolite Raynal et Pierre-François Lacenaire commenceront également à publier leurs mémoires34. Et dans les années 1840, les « grands » écrivains participeront au débat pénitentiaire, notamment sur l’emprisonnement cellulaire, par leur roman et par leur discours35.

27Le concours organisé en 1819 par la Société royale pour l’amélioration des prisons apparaît ainsi comme l’illustration méconnue d’une première rencontre de la littérature et de la question pénitentiaire.

Haut de page

Notes

1 Victor Bournat et Charles Daru, La Société royale des prisons (1819-1830), Paris, C. Douniol, 1879, p. 31.

2 Article 7 de l’Ordonnance royale du 9 avril 1819 portant création de la Société royale pour l’amélioration des prisons, Code des prisons, t. 1, p. 74 en ligne sur Criminocorpus.

3 Voir Catherine Duprat, « Punir et guérir. En 1819, la prison des philanthropes », Annales historiques de la Révolution française, 1977, 49e année, n° 228, p. 204-246. Repris in L'Impossible prison, Paris, Le Seuil, 1980, p. 64-122.

4 « Programmes des prix que la Société royale pour l’amélioration des prisons doit décerner dans sa séance du mois de Juillet 1820 », p. 3.

5 Stéphane Michaud (dir), L’Édification. Morales et cultures au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1993.

6 Jean-Claude Vimont, « Silvio Pellico, Mes prisons. Un “best-seller” de l’édification, en ligne sur Criminocorpus.

7 Ibid., p. 4.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 6.

11 Laurent de Jussieu, Antoine et Maurice, deuxième édition, Paris, Louis Colas et Cie, 1869, p. 72. En ligne sur Gallica (édition de 1821) ainsi que la réédition de 1869, citée dans cet article.

12 Jean-Marie Achard-James, Laurent, ou les prisonniers, Paris, Chez Madame Huzard, 1821.

13 Ibid., p. 7.

14 Ibid., p. 72.

15 Ibid., p. 52.

16 Ibid., p. 92-93.

17 Ibid., p. 102.

18 Ibid., p. 117.

19 Ibid., p. 112.

20 Ibid., p. 41-42.

21 Jean-Marie Achard-James, op. cit., p. 98-99.

22 Ibid., p. 1-2.

23 Ibid., p. 116-117.

24 Laurent de Jussieu, op. cit., p. 35.

25 « Rapport de M. le duc de La Rochefoucauld, sur le concours ouvert pour un ouvrage destiné à servir de lecture aux détenus », p. 10-11.

26 Laurent de Jussieu, op. cit., p. 36.

27 Ibid., p. 88.

28 Ibid., p. 69-70.

29 Jacques-Guy Petit, « L'amendement ou l'entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XIXe siècle », Déviance et Société, 1982, n° 4, p. 331-352.

30 Louis-François Raban, Le Prisonnier, t. I-III, Paris, Dabo jeune, 1826.

31 Auguste Ricard, Julien, ou le forçat libéré. Roman de mœurs, deuxième édition, Paris, Lecointe, Corbet, Picobeau, 1830.

32 Victor Hugo, Claude Gueux, 1834, dans Œ. C., t. V, Paris, Le club français du livre, 1967.

33 Alexandre-Jean-Joseph de La Ville de Mirmont, Le Libéré. Tableau dramatique en cinq parties et en vers, Paris, P. Dufart, 1835.

34 Eugène-François Vidocq, Mémoires, 1828-29, Paris, France-expansion, 1973 ; Hippolyte Raynal, Malheur et poésie, Paris, Perrotin, 1834 ; Pierre-François Lacenaire, Mémoires, 1836, dans Mémoires et autres écrits, édition établie par Jacques Simonelli, Paris, José Corti, 1991.

35 Eugène Sue, Les Mystères de Paris, Paris, Robert Laffont, 1989 ; Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, dans La Comédie humaine (Pléiade), t. VI, Paris, Gallimard, 1977 ; Victor Hugo, « Loi sur les prisons », dans Œ. C., t. VII, 1980. Sur Victor Hugo et le problème pénitentiaire, Aya Umezawa, « "Loi sur les prisons" et "Les Misères". Une autre origine du couvent de Saint-Michel », Études de langue et littérature françaises, Tokyo, Société japonaise de langue et littérature françaises, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aya Umezawa, « Réformer par le livre : Une initiative méconnue de la Société royale pour l’amélioration des prisons (1819-1821) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 13 juin 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2741

Haut de page

Auteur

Aya Umezawa

Docteur en histoire de l’Université Paris I. Chercheur en littérature à la Société japonaise pour la promotion des sciences

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page