Navigation – Plan du site
Communications

Valeur du travail à la 3e section de l’hôpital de Villejuif : entre thérapie et instrument disciplinaire

Véronique Fau-Vincenti

Résumé

Cette intervention est dédiée à l’une des modalités utilisées à l’égard des « aliénés criminels, vicieux ou difficiles ».

Que ces derniers aient été internés suite à un non-lieu ou qu’ils aient été extraits provisoirement de prison pour être transférés à la 3e section de l’hôpital de Villejuif, ces aliénés criminels, ces criminels aliénés ou ces aliénés vicieux placés aux frontières des territoires médical et pénal font l’objet d’une prise en charge spécifique. À la 3e section, que le Dr Paul Abély qualifiait en 1932 de « première réalisation en France d’une idée grandiose » soit « l’alliance de la criminologie et de la médecine », le premier traitement mis en œuvre trouvera son expression dans le travail obligatoire qui « représente, à la section, le procédé idéal de discipline et de traitement et constitue la raison d’être de ce service spécial ».

Adopté par les aliénistes tout au long du XIXe siècle afin de distraire leurs patients, le travail, gage thérapeutique à même de « changer la chaine vicieuse des idées » s’impose également stricto sensu comme un moyen de disciplinarisation, ici plus qu’ailleurs.

Dès 1910, le Dr Henri Colin soulignait que le travail à la 3e section ne devait pas être considéré « à titre de distraction » ou « d’amusement » mais organisé également « de façon à compenser dans la plus large mesure possible, les frais occasionnés par leur assistance  par la fabrication d’objets destinés à être vendus ». Astreints à travailler, les internés de la 3e section percevaient un pécule supérieur à celui des autres sections, pécule considéré par le médecin chef comme « l’un des principaux stimulants qui les encourage à bien se tenir ». Pratiqué pendant de longues décennies, le travail à la 3e section s’imposait comme un préalable nécessaire vers un retour à la vie civile en cela qu’il réinscrivait l’individu dans une perspective sociale. Parmi les nombreuses observations dont les internés font l’objet, leur aptitude au travail conditionnera nombre de sorties ainsi que le montre l’étude des dossiers d’internés, ce alors que quelques uns tenteront d’opposer des refus individuels ou collectifs au quotidien thérapeutique dans les ateliers de la 3e section et que d’autres, au contraire, verront dans les différentes activités une planche de salut offerte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette présentation se fait dans le cadre d’un doctorat sous la direction de Marc Renneville portant (...)

1Cette intervention1, dans le cadre du colloque dédié aux « pratiques de l’exécution des peines en France au XXe siècle » et intégrée à l’axe « savoirs, outils et technique de l’exécution des peines » se place sur un terrain périphérique. En effet, le propos ne concerne pas directement un « lieu » tel la prison ou le bagne où sont exécutées des peines mais un établissement où s’appliquent des non-peines car ce lieu n’est pas une prison mais un « asile » puis, à compter de la nouvelle dénomination officielle de 1937, un hôpital psychiatrique.
En l’occurrence, il s’agit d’un quartier asilaire qui tient une place bien particulière dans le dispositif de soins soit un « quartier de sûreté » réservé – ainsi que le désignait le Dr Henri Colin, son créateur et médecin-chef de 1910 à 1921 – aux « aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles ».

Les pavillons en meulière de la 3e section à leur ouverture en 1910

Les pavillons en meulière de la 3e section à leur ouverture en 1910

Rapport annuel de 1910 du service des aliénés de la Seine adressées à la Préfecture, Paris, Montevrain, p. 277.

2Cette section est sensée recueillir diverses catégories d’individus  à savoir :
- des individus, qui suite à une inculpation, bénéficient d’un non-lieu au titre de l’article 64 du Code pénal et sont considérés comme irresponsables, soit les « aliénés criminels ».
- des individus qui de par leur comportement troublent les services ordinaires des asiles, soit les « aliénés vicieux et difficiles ».
- des individus désignés par les aliénistes comme « habitués des asiles » et qui représentent une frange d’individus que de nombreux médecins nomment également « parasitaires », « exploiteurs des asiles » et qui, selon les médecins, cherchent, à la mauvaise saison, un lieu où trouver « asile ».
- et enfin une dernière catégorie qui n’est pas nommée directement mais qui, au fur et à mesure des années, tendra à augmenter soit des individus emprisonnés qui présentent, au cours de leur peine, des troubles psychopathologiques qui leur valent d’être extraits et internés un temps. « Criminels aliénés » qui seront très peu représentés jusque dans les années 1930.

3En ce lieu seront donc internés administrativement des individus bénéficiant d’un non-lieu, des aliénés considérés comme difficilement gérables dans des sections asilaires ordinaires ou des condamnés extraits de prison le temps de bénéficier de soins psychiatriques et pour lesquels une thérapeutique par le travail est pensée. Envisagé de par les exigences de régularité structurelle qu’il implique, le travail appliqué aux aliénés est conçu comme une  « cure » par l’ouvrage qui permet par ailleurs de répondre à des impératifs économiques et productifs. Nous aborderons donc ici brièvement la façon dont a été élaboré le travail à l’asile combinant thérapeutique et assujettissement, soin et discipline, ce plus particulièrement à l’endroit des internés de la 3e section qui ne manqueront pas quant à eux de s’exprimer au quotidien.

Le travail à l’asile

  • 2 Outre les méthodes de contention, et avant l’introduction des neuroleptiques, sont également parfoi (...)

4Les internés de la 3e section ont beau être appréhendés comme des aliénés « difficiles » – y compris à traiter – ils n’en sont pas moins entendus comme « malades » et pensés comme passablement voire possiblement curables. Aussi, il convient de mettre en œuvre des thérapies à même de les soigner et de les rendre à la société.
À la 3e section comme dans les autres asiles, le traitement des internés s’enroule autour de trois axes principaux, à commencer par l’isolement entendu comme la première mesure à même de modérer les impulsions et de modifier les délires des aliénés, viennent ensuite l’écoute et l’échange avec le patient en prolongement au traitement moral et enfin, le travail unanimement prôné comme un moyen de guérison par la constance de l'occupation qu'il procure, l'obéissance à des règles qu'il suppose et par le divertissement qu'il implique2.

  • 3 Médecin-chef de la structure de 1910 à 1921, il en a été aussi le concepteur mandaté par le Conseil (...)

5Bien que sur le papier le travail à l’asile soit facultatif, institué « comme moyen curatif » selon les termes de l’article 15 de la loi de 1838, le Dr Henri Colin3 le considère comme essentiel au traitement. Aussi dès les plans initiaux, il est prévu autant d’ateliers que de chambrées, autant de cellules d’isolement que d’ateliers individuels.
Cependant, le travail à l’asile n’est pas pour autant une spécificité de la 3e section de Villejuif. En effet, dans tous les asiles, l’oisiveté n’est pas de mise.
En 1857, le Ministère de l’Intérieur diffuse ainsi un « Modèle de règlement intérieur » destiné à réglementer à l’identique les asiles des différents départements. La section XXI des articles 150 à 163 statue quant au travail à l’asile qui inclue « la participation aux soins du ménage et aux travaux des services généraux ; les travaux de culture, de jardinage et de terrassement ; les travaux de couture et de blanchissage ; les travaux relatifs à l'entretien des bâtiments, du mobilier et divers travaux ».
Le travail est instauré dans tous les asiles et concerne la majorité des internés, soit les plus « valides », hommes et femmes, chacun trouvant ouvrage selon une division implicitement sexuée.

6L’idée d’utiliser le travail en guise de thérapie est ancienne. Le Dr Joseph Daquin, l’évoque en 1792 dans sa Philosophie de la folie et déplore que la mise en œuvre du travail ne soit pas pratiquée afin de distraire les aliénés et de les faire « sortir » d’eux-mêmes. Pour le Dr Daquin, le travail est à entendre comme un divertissement au sens pascalien du terme et qui permettrait de « détourner » l’attention de l’insensé et de contrer son désœuvrement.
Dix ans plus tard, en 1800, son collègue parisien Philippe Pinel repense le travail appliqué aux aliénés et l’inscrit comme une loi fondamentale dans le traitement. Ainsi le donne-t-il dans Traité médico-philosophique :

  • 4 Philippe Pinel, Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale ou la manie, Paris, 1800, p. 2 (...)

« Ce n’est plus un problème à résoudre, c’est le résultat le plus constant et plus unanime de l’expérience, que dans tous les asiles publics comme dans les prisons et les hospices, le plus sur et peut être l’unique garant du maintien de la santé, des bonnes mœurs et de l’ordre est un travail mécanique, rigoureusement exécutée. […] Très peu d’aliénés, même dans leur état de fureur, doivent être éloignés de toute occupation active […]. Et quel spectacle affligeant que de voir dans tous établissements nationaux les aliénés de toutes espèces ou dans une mobilité continuelle et vaine s’agitant sans but ou tristement plongés dans l’inertie et la stupeur […]. Un travail constant change la chaine vicieuse des idées, fixe les facultés de l’entendement en leur donnant de l’exercice, entretient seul l’ordre dans un rassemblement quelconque d’aliénés, et dispense d’une foule de règles [….] souvent vaines pour maintenir la police intérieure4 ».

  • 5 Guillaume Ferrus, Des Aliénés, Considérations, Paris, 1834, p. 259.

7Outre le « travail mécanique », Pinel évoque également une expérience espagnole où les travaux agraires, de par leurs charmes, ont fait leur preuve en guise de thérapie. Quelques années plus tard en 1826, un de ses disciples, le Docteur Ferrus tente lui-même l’aventure agraire sur les terrains du quartier Sainte-Anne et allègue le travail comme un « moyen de discipline et de guérison pour les aliénés ». Il considère que « les travaux corporels sont encore plus indispensables aux fous qu'aux autres hommes » car « le travail, plus efficacement que tout autre moyen, peut calmer l'esprit agité des maniaques, rompre leur préoccupation constante, détruire de mauvaises habitudes et procurer quelques heures d'un repos bienfaisant à des malheureux qui, généralement, sont privés de l'influence salutaire du sommeil5. »

  • 6 Chapitre 48 de la règle de Saint Benoît.

8Le travail appliqué aux aliénés semble donc bénéfique à plus d’un titre et permet à l’esprit des insensés de « s’occuper » tout en préfigurant le retour à une certaine raison ou plutôt l’abandon de l’irratio caractérisé entre autres par le désœuvrement. Il fait office, selon les termes de Pinel de « police intérieure » qui borde, garantit et éduque, voire rééduque. Le travail des insensés s’inspire tout aussi librement de la règle monastique de Saint Benoît fondée entre autres sur la réhabilitation du travail et selon laquelle « l’oisiveté est ennemie de l’âme6 » .

  • 7 Le « droit au travail » inscrit dans la loi du 19 mars 1793 stipule que « Tout homme a droit à sa s (...)

9Nous pouvons nous demander également si dans ces années de révolution politique et industrielle, ne s’affirme pas aussi une reconnaissance de la « valeur » travail alors que l’oisiveté, dénoncée comme une valeur aristocratique, peut être perçue comme une forme de désobéissance à un impératif laborieux. Le travail gagne en valeur « sociale » et politique : celui qui travaille, artisan, ouvrier ou paysan n’est pas un inactif, un oisif et donc un noble mais un homme du peuple, soubassement de l’idéal démocratique7.

  • 8 Philippe Pinel, op. cit ., p. 239.
  • 9 Guillaume Ferrus, op. cit., p. 259. 

10En 1800, Pinel, homme de son temps et de la Révolution signale : « L’expérience a appris que le travail était le moyen le plus sûr et le plus efficace d’être rendu à la raison » et que « les nobles qui repoussent avec mépris et hauteur toute idée d’un travail mécanique, ont aussi le triste avantage de perpétuer leurs délires8 ».
Même constat chez Ferrus en 1834 qui remarque que dans les maisons d’aliénés où les internés « sont soumis à un travail corporel, les guérisons sont plus nombreuses que dans les établissements où sont admis les aliénés d'un rang supérieur ou d'une classe opulente, et dans lesquels on ne pratique aucun exercice de ce genre9 ».

  • 10 En principe, ce sont les médecins qui désignent quels sont les malades aptes au travail et à quel t (...)

11Le travail à l’asile, bien que facultatif, s’impose néanmoins au tournant des années 1860 avec la multiplication et l’ouverture des asiles départementaux. Il s’agit d’occuper la population croissante des internés, tant dans un but ascétique avec un travail qui chasse les mauvaises pensées qu’en raison de sa valeur sociale et productrice. De fait, l’entretien des internés a un coût élevé et leur participation aux diverses tâches concourt, dans une moindre mesure, à alléger quelque peu leur prise en charge.
Dès lors, plus qu’encouragé, il est organisé par les médecins-chefs10qui désignent les aliénés susceptibles de travailler, secondés par des infirmiers-gardiens qui veillent eux au bon déroulement laborieux. De plus, outre que le labeur des aliénés participe à la bonne marche de l’établissement, il permet à ceux qui travaillent de bénéficier d’un pécule, certes modeste, mais qui leur permet d’agrémenter cependant l’ordinaire : soit en l’occurrence ni plus ni moins que de « cantiner » tout comme en prison. Pécule qui est leur sera également versé s’ils viennent à sortir et qui revient à l’établissement en cas de décès.

Le travail à la 3e section

12À la 3e section, la chose est entendue et le principal « outil » thérapeutique mis en œuvre par le Dr Henri Colin, consistera en l’organisation du travail.
D’emblée sur les plans préparatoires, les ateliers occupent une place aussi importante que les chambres et bien moindre que l’infirmerie. Ainsi, au pavillon des entrants pour 56 malades, on dénombre au premier étage 14 ateliers et 14 chambrées et au RDC, 9 ateliers et 10 cellules individuelles.

Plan du 1er étage d’un pavillon supplémentaire calqué sur les pavillons existants

Plan du 1er étage d’un pavillon supplémentaire calqué sur les pavillons existants

France, Créteil, Archives départementales du Val-de-Marne

  • 11 Henri Colin, « Exposé du régime intérieur d’un asile d’aliénés dangereux », Revue philanthropique, (...)
  • 12 Sur les 347 entrants (dont 119 rechutes entre 1910 et 1912), seulement quatre individus ont été int (...)

13Le Dr Colin souligne par ailleurs que le travail à la 3e section ne doit pas être considéré « à titre de distraction » ou « d’amusement » mais aussi organisé « de façon à compenser dans la plus large mesure possible, les frais occasionnés par leur assistance » « par la fabrication d’objets destinés à être vendus11 ».
Dans son rapport annuel remis à l’autorité préfectorale, en 1912, après deux premières années de fonctionnement, le Dr Henri Colin constate avec soulagement que presque tous les hommes internés à Villejuif sont en capacité de travailler, y compris ceux qui ont commis des meurtres12 et qui comptent, précise-t-il, parmi les meilleurs travailleurs.

14En outre, les internés « astreints » à travailler perçoivent une rémunération dont le Dr Henri Colin dit qu’elle est « l’un des principaux stimulants » « qui les encourage à bien se tenir ». Il insiste pour que le pécule versé aux internés soit conséquent et plus élevé que dans les sections ordinaires, ce afin de faciliter leur réintégration sociale à la sortie et afin qu’ils ne se retrouvent pas démunis sur le pavé.
Car, de fait, le travail est aussi un préalable vers un retour à la vie civile en cela qu’il réinscrit l’individu dans une perspective sociale. Aussi, à la 3e section de l’asile de Villejuif, le travail s’imposera comme une école de sociabilisation disciplinée et disciplinaire pour ces aliénés difficiles.

15Un emploi du temps précis rythme les journées comme le montre une note de service datée 1910 :

6h15

Réveil des malades

6h30 à 7h

lavabo

7h à 7h30

Soupe et récréation

7h30 à 11h

(en hiver de 8h à 11h)

Travail des malades

9h à 11h

Visite médicale

11h à 13h

Repas et récréation

13h à 16h30

(en hiver jusqu’à 16h)

Travail des malades

  • 13 Pour informations, en 1910, la Loi Millerand fixe la durée maximum du travail quotidien à 10 heures (...)
  • 14 À noter également que la visite médicale a lieu dans le même créneau horaire du matin, ce qui laiss (...)

16Les internés de la 3e section travaillent donc en moyenne 7 heures par jour13 selon un emploi du temps très structuré14.
Par ailleurs, à lire les « rapports annuels rendus à l’autorité préfectorale de la Seine » par chaque médecin-chef, le constat est que, entre 1910 et 1938, seuls les médecins de la 3e section rédigent un long paragraphe dédié au « travail » dans le service. Certaines années, ce paragraphe occupe même l’essentiel du rapport d’activités. Cette attention est propre et unique à cette section et ne retrouve pour aucune autre section des asiles des départements de la Seine.

Le travail dans les Rapports annuels des médecins (1910-1938)

  • 15 Les pavillons de la 3e section devaient accueillir initialement leurs premiers patients en janvier (...)

17Dès la première année, le Dr Henri Colin dresse un tableau comptable des bénéfices réalisés.
Au terme de l’année 1910, Henri Colin, récapitulant l’ensemble des activités, est fier d’annoncer « un gain net pour l’établissement du 15 mai15 au 31 décembre 1910 de 9 029 francs et de 17 279 francs pour l’année 1911, ce, déduit le pécule versé au 95 internés. » Convertis en euros, les bénéfices avoisineraient pour l’année 1910, 32 559 euros et pour 1911 de 53 960 euros, des sommes loin d’être négligeables.

18Ci-dessous, la partie du rapport de 1911 détaille l’activité :

« En 1911, 10 213 paires de chaussons ont été confectionnées pour lesquelles 8 535 paires ont été semelées et entièrement finies à la section. Leur valeur commerciale est estimée à 3,50 pièces et le prix de revient en a été de 2,07 frs. Le bénéfice réalisé à la chaussonnerie en 1911 s'élève donc à 12 540,65 fr.

  • 16 Si le Dr Colin estime ces résultats satisfaisants, il remarque que « si les commandes de laine étai (...)

- Confection des bas et chaussettes : de février à décembre, la production a été de 911 paires de chaussettes en laine, 17 en coton ainsi que de 273 bas en laine et d’une paire de bas en coton. Le prix de revient d'une paire de chaussettes de laine et de 0,39 fr. Dans ce prix sont compris outre les matières et le pécule des malades, l'amortissement soit 0,04 franc, l'entretien soit 0,01franc. Compte tenu que l'asile de Villejuif achète actuellement à l'extérieur des chaussettes au prix de 1,199 franc la paire et que le prix de revient d'une paire de bas de laine réalisé à l'atelier revient à 1,25 fr., il y a là de quoi faire les économies pour l'asile même si la qualité produite à la troisième section est peut être inférieure dit-il à celle des chaussettes achetées à l'extérieur. Le bénéfice pour la confection des bas et chaussettes réalisées en 1911 est de 390,75 francs16.

- Réparations de chaises et de menuiserie : 549 réparations diverses et travaux de menuiserie ont été réalisés par les internés de la 3e section. Le prix des réparations diverses est estimé à 1415,85 francs et ceux des travaux de menuiserie est estimé à 935 fr. Déduit les dépenses de 402,55 francs, le bénéfice net « pour l'établissement » est de 1948,30 francs.

- Atelier de tailleur : les internés ont produit à l'atelier de taille 30 blouses d'interne et de magasins, 38 pantalons de treillis ou de Couty, 35 pantalons de draps, 66 baisses ou gilet de travail. En outre, ils ont réparé 3459 gilets, 314 pantalons et 455 vestes de malades. Pour ce travail on peut estimer que le pécule payé aux malades a été de 230,15 francs.

  • 17 De fait, l'entretien technique de la troisième section mais aussi de l'asile de Villejuif qui revie (...)

- Travaux de jardinage et de serrurerie : des malades sont occupés au jardinage, à l'entretien des allées les pelouses etc. et à la serrurerie. Le bénéfice de ces travaux est estimé à environ 2400 f r. 17 »

Un atelier individuel

Un atelier individuel

Photographie parue dans « Le quartier de sureté de Villejuif », article du Dr Henri Colin in Annales médico-psychologiques, 1913, n°3, p. 56.

19Reste d’autres préoccupations liées à l’organisation du travail. Ainsi, alors que les internés sont rétribués à la journée, le Dr Colin évoque dès 1912 la possibilité d'une rémunération « aux pièces » qui permettrait d'augmenter la production afin de pouvoir fournir en chaussons, bas et chaussettes, tous les asiles de la Seine. Pour ce faire, il faudrait parvenir à produire 15 000 paires environ de chaussons. En 1912, le fonctionnement des différents ateliers « continue à se faire de façon satisfaisante » même si le bénéfice de 17039,20 francs est légèrement inférieur à celui de 1911. En revanche, en 1913, le bénéfice passe à 25 733,77 francs (80 286 euros).

  • 18 Dr Calmels, « La thérapeutique des maladies mentales par le travail. Le travail par petits ateliers (...)
  • 19 Ibid., p. 280.

20Nous pouvons nous demander aussi si le Dr Colin n’espère pas que l'organisation du travail à la pièce puisse motiver individuellement les internés à produire « plus ». Dès lors, il ne s’agirait non plus d’un « pécule-salaire » mais d’un « pécule-intéressement » puisque plus un interné produirait, plus il serait rémunéré. En fait, il semble que le mode de rétribution ait été mixte et vraisemblablement complexe : « Il est naturel de payer le travail aux pièces et même d’exiger un rendement minimum pour que, par suite de la grande division du travail, les paresseux n’entravent pas l’activité des autres ». Toutefois ceci est difficile à organiser « à cause de la division extrême du travail » et du fait que « le prix de la pièce est calculé selon la production d’un ouvrier moyen de façon à faire varier le gain quotidien entre 0,50 et 1fr5018 ». Les calculs de pécule, en fonction du nombre de pièces produites et de la tâche demandée (« tel acte est tarifié 0,025 la paire, tel autre 0,01 – couture de la talonnette19 ») ne semble pas simple à établir d’où des désaccords entre le sous-surveillant chargé de la comptabilité  et les internés qui adressent de récurrentes réclamations au médecin-chef. Aussi, certains internés tiennent-ils scrupuleusement le compte de leur production sur des feuilles volantes ou dans des petits carnets.

Compte de production d’un interné

Compte de production d’un interné

Journalier, âgé de 27 ans, qui entre en 1913 pour la quatrième fois à la 3e section. Feuille grand format conservée dans son dossier individuel.

  • 20 Henri Colin, rapport de 1916, p. 168.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid., p. 169

21Entre les années 1914-1920, la situation diffère. En effet, la 3e section de l’asile devient section militaire du 4 août 1914 au 3 novembre 1920. Évacuée le 2 août, la 3e section, du fait de sa situation dont les bâtiments qui en font un asile dans l’asile, avait été désignée auparavant pour hospitaliser des aliénés militaires en cas de guerre. La mobilisation du personnel, sauf un surveillant en chef et un sous-surveillant, rendait « impossible de continuer à faire le travail ». Durant six années donc, ce ne sera plus une centaine de patients difficiles par an qui occuperont les locaux mais 1 695 patients qui y transiteront. Passés les premiers mois de la nouvelle destination de la section, le travail va reprendre timidement même si nombre d’ateliers avaient été transformés en chambrée pour faire face au nombre important d’internés militaires. Des ateliers de serrurerie et de menuiserie vont tout de même revoir le jour et être réservés « aux malades que leur profession antérieure qualifiait pour ce genre de travaux20 ». Idem pour l’atelier de bonneterie et de chaussonnerie alors que des « soldats cultivateurs21 », soit des ruraux qui se retrouvent internés, « s’occupent dans le terrain de culture de la 3e section pour le grand bénéfice de l’établissement 22».

  • 23 Henri Colin, rapport de 1917, p. 164.
  • 24 Ibid.
  • 25 Durant ces années de guerre, vont être néanmoins internés, ou plutôt réinternés, chaque année une d (...)

22Cependant, durant les années de guerre, ne se retrouvent plus dans les rapports des paragraphes dédiés à la production et quand le Docteur Henri Colin, se félicite des « inappréciables services23 » du travail, il évoque surtout la « distraction » réelle qu’il procure aux malades qui « sont heureux » de percevoir leur pécule au « moment de leur départ en congé de convalescence24 ». Entre 1914 et 1920 donc, le travail y semble être plus axé sur la « distraction » à fournir à des aliénés militaires que sur le rendement et la disciplinarisation qui concernent les patients difficiles et criminels25.

  • 26 Le détail ne porte pas sur les bénéfices mais sur la production : 13 715 paires de chaussons ont ai (...)
  • 27 Henri Colin, rapport de 1921, p. 119.

23Au sortir de la période soit à compter du 3 novembre 1920, la 3e section retrouve sa destination initiale et les ateliers qui avaient été transformés en chambrées sont réinstallés. Et dès janvier 1921, la machine – les « machines » serait-on tenté de dire – se remet en route. Aussi, dans son rapport de 1921, le Dr Colin indique que la production de l’année dépasse celles d’avant-guerre26. Cette même année, il envisage également de faire construire de « simples baraquements » autour des pavillons où les ateliers pourraient être installés libérant ainsi le rez-de-chaussée des pavillons où des nouvelles chambres seraient installées afin d’augmenter la capacité d’accueil. Et de conclure que « les résultats obtenus dans le service spécial de Villejuif ont démontré que l’organisation rationnelle et sur place du travail était inséparable de la bonne tenue et de la discipline dans un établissement destiné aux malades qui joignent à leurs réactions délirantes des perversions instinctives, des habitudes vicieuses ou des tendances criminelles », au point poursuit-il que « l’initiative a été suivie à l’étranger, et en particulier en Belgique où les annexes psychiatriques des prisons sont calquées sur le modèle de Villejuif27 ».

  • 28 Maurice Ducosté, rapport de 1923, p. 134.

24En 1923, le Dr Maurice Duscoté – qui a succédé en 1922 à Henri Colin nommé médecin-chef du service des admissions à Sainte-Anne – précise que les bénéfices de la section « remboursent l’entretien annuel d’une trentaine de malades » et que, même si les malades y sont rémunérés 4 à 5 fois plus qu’ailleurs, ce service est « de tous les services celui qui coute le moins cher au département » au point qu’il est possible de considérer qu’un malade sur deux est « traité sans aucun frais28 ». Par ailleurs, les travailleurs bénéficient également d’une ration alimentaire supérieure plus riche en laitage et en protéine que les internés inactifs.

25Dans les années suivantes, tous les médecins-chefs de la structure se féliciteront de la production à plein régime au point, qu’en 1932, « par suite de surproduction et de mévente des chaussons fabriqués » il a fallu ralentir le travail de l’atelier de chaussonnerie en raison du stock accumulé. Aussi, le Dr Paul Abély se permet-il d’insister comme ses prédécesseurs auprès de l’autorité préfectorale afin que « tous » les asiles de la Seine se fournissent vraiment et exclusivement auprès de la seule 3e section. Sa requête semble être entendue puisqu’en 1934, la chaussonnerie a été électrifiée ce qui laisse envisager un « rendement encore meilleur ». La même année et du même coup quatre nouveaux chefs d’atelier sont nommés.

Un atelier collectif 

Un atelier collectif 

Photographie parue dans « Le quartier de sureté de Villejuif », article du Dr Henri Colin in Annales médico-psychologiques, 1913, n°3, p. 57.

26En 1935, le Dr Yves Porch’er se félicite du rendement accru des ateliers tant « en quantité qu’en qualité » et dresse, avec une précision comptable, des tableaux mensuels de productions occupant jusqu’à six pages pleines et entières et constituant là quasiment l’essentiel de son rapport.

27En 1936, un « compte d’exploitation » fait partie du bilan annuel et, depuis l’ouverture en octobre 1933 d’un pavillon réservé aux femmes, s’ajoutent aux travaux habituels ceux traditionnellement dévolues aux femmes comme les travaux de couture : en 1937 sont ainsi réalisés 1 909 draps, 500 tabliers de médecins, 400 fichus, 300 enveloppes de vestiaires, des mouchoirs, des paillasse, des nappes etc.

  • 29 Le pavillon des femmes accueille un nombre moindre de patientes, ainsi, en 1937, alors que le pavil (...)

28En 1938, le Dr Albert Brousseau, dédie un paragraphe de son rapport à la « Thérapeutique par le travail » et indique que « la production des divers ateliers s’est accrue », grâce à l’excellence des chefs d’ateliers. Le bénéfice réalisé pour l’année est supérieur de 50.000 francs par rapport à l’année 1937. Ce bénéfice pourrait être plus important et les « malades mèneraient une vie moins malheureuse si certains conditions étaient réalisées ». Il préconise de faire le choix de matières premières de meilleure qualité afin que les pièces produites ne soient pas imparfaites et demande qu’un stock plus important de matière première soit disponible afin « d’éviter le chômage forcé » qui a « duré jusqu’à deux mois » laissant les internés inoccupés. De plus, ajoute le Dr Brousseau, il convient que « tout ce qui peut être fait pour l’hôpital ou des établissements similaires » soit proposé en priorité aux ateliers de la 3e section, en particulier à l’atelier de couture de la section des femmes29.

Récapitulatif des travaux de couture exécutées par les femmes pour l’année 1937

Récapitulatif des travaux de couture exécutées par les femmes pour l’année 1937

Rapport annuel de 1937 du service des aliénés de la Seine adressées à la Préfecture, Paris, Montevrain, p. 177.

  • 30 Sur 2 066 dossiers d’internés dépouillés à ce jour, ce sont les débiles (808 cas), puis les « perve (...)

29Ainsi, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, à la grande satisfaction de l’administration et des médecins, la 3e section se double d’une petite entreprise qui s’occupe de rendre à la vie sociale la majeure partie des « débiles » et autres « déséquilibrés30 » qui y sont placés.

30Cependant, les difficultés ne sont pas absentes. Sporadiquement des internés refusent le travail. Certains se révoltent individuellement. D’autres menacent d’utiliser les outils à leur portée même s’ils sont nombreux à voir dans le travail l’expression de leur salut et la modalité de leur sortie.

Rapports au travail : le point de vue des internés

  • 31 Pour l’heure, sont estimés à 81 % les internés qui ont été arrêtés au moins une fois et parmi lesqu (...)

31Dès 1911 au terme d’une année et demie de fonctionnement, le Dr Colin inaugure dans ses rapports un paragraphe intitulé « actes d’indiscipline ».
Peu fréquents mais suffisamment marqués pour être notifiés, les actes d’indiscipline entravent la marche régulière du service et ne font que justifier, du point médical, la nécessité de cette section réservée aux « aliénés criminels, vicieux ou difficiles » à propos desquels les aliénistes notent certes régulièrement l’absence de « délire » mais des « tendances incorrigibles au vol », un comportement « amoral » propre aux « pervers constitutionnels » qui présentent une « conduite antisociale » s’exprimant par une délinquance récidivante. De fait, la majeure partie des internés31 de la 3e section le sont suite à des non-lieux rendus pour des vols, des délits de vagabondage, des tentatives d’homicides (voire des homicides), des attentats aux mœurs ou des scandales souvent alcoolisés sur la voie publique.

32À la 3e section, les internés sont observés au quotidien par trois équipes qui se relayent sur le mode des 3/8 dans les pavillons. Les infirmiers consignent, au jour le jour, le comportement de chaque pensionnaire sur des « feuilles d’observations » que ce soit au réfectoire, au dortoir ou dans la cour. Y sont également consignées les relations que les patients entretiennent entre eux, les sympathies, les antipathies ou l’intégration au groupe ; il en est de même de leur comportement durant leur sommeil, leur choix de lectures et le cas échéant leurs orientations politiques. Le tout est scrupuleusement noté sur des feuilles mensuelles rendues au médecin chef. Par ailleurs, chaque événement notable (évasions, bagarres, refus ou relations amoureuses entre patients) fait l’objet des rapports circonstanciés sur lesquels s’appuie le médecin-chef.

  • 32 Quartier des arrivants ou des internés mis à l’amende en cellule.
  • 33 Henri Colin, rapport de 1911, p. 311.
  • 34 Ibid.

33Ainsi, le 21 mars 1911, nous apprenons que « sur les  conseils (sic) du malade M. , les malades du 2e quartier ont refusé de rentrer aux ateliers sous prétexte qu’on ne faisait plus le service des commissions le matin ». Le même malade a également « réussi à décider les autres à s’opposer par la force à se coucher à 21h » et, une fois isolé au 1er quartier32, les autres ont cessé « la résistance33 ».
Toujours en 1911, le 4 août, sept malades refusent de monter aux ateliers sous prétexte que « la soupe était  mauvaise ». Le meneur identifié fut conduit au 1er quartier et « tout est rentré dans l’ordre34 ».

  • 35 À Draveil, à Graulhet etc. mais aussi dans l’administration des postes ou du chemin de fer.

34À noter que ces actes « d’indiscipline » marquent plus particulièrement les premières années du service. C’est en effet entre les années 1910 et 1914 que les refus sont les plus nombreux, situation qui diffèrera dans l’entre deux-guerres. Si ces refus apparaissent au Dr Colin comme propres au caractère de l’aliéné difficile « perturbateur » et « indiscipliné », ils se situent également à une période où eurent lieu de nombreuses luttes sociales et grèves en France35. Par ailleurs, ces refus sont plus spécifiquement le fait d’internés les plus jeunes qui, pour certains, harcèlent littéralement le médecin-chef de courriers.

35En effet, le rapport au travail des internés peut se lire à loisir dans leurs courriers. Une des particularités de la section est que les lettres des internés ne pouvaient franchir les murs des pavillons qu’après avoir été visées. Celles qui ne l’étaient pas sont restées dans les dossiers et même certaines finalement envoyées à leur destinataire ont été recopiées et figurent toujours dans les dossiers. De la même façon, les internés qui souhaitaient s’entretenir avec le médecin-chef pouvaient le faire par écrit et leurs missives ont été la plupart du temps conservées. Les internés furent nombreux à user de cette possibilité pour quelques motifs que ce soit. Les plus récurrents sont des demandes de mise en liberté ou de transfert mais aussi des réclamations quant à la nourriture, aux traitements ou à la discipline dont le travail.

  • 36 Interné du 1er janvier 1911 au 3 mars 1914.

36Il en est ainsi des courriers de Henri F36., âgé de 19 ans quand il intègre la section. Apprenti coiffeur, il est interné pour avoir frappé sa mère, fait de nombreuses « fugues », volé de l’argent à son patron, argent qu’il a dépensé à boire et à « aller au théâtre ». Placé à la campagne chez ses grands-parents, il leur dérobe de l’argent, vole la bicyclette du voisin et se rend dans la ville la plus proche pour y boire. Placé comme « dégénéré et débile », les annotations médicales le concernant annoncent « des stigmates faciaux, oreilles décollées, non ourlées, une voute palatine ogivale étroite ». Sur place, Henri F. se révèle parmi les plus indisciplinés. Ponctuant ses courriers au médecin de « vive la grève », « vive l’anarchie » ou encore « à mort les aliénistes » et « vive les femmes qui fument », il envoie également des caricatures au médecin-chef et monte avec deux co-internés du même âge un syndicat. Dans une lettre non datée, il écrit au Dr Colin :

« Quant à la question du travail, c’est bien fini, moi et mes deux compagnons nous avons voté la grève à outrance et vous connaissez le proverbe : Plus on est de fous, plus la fête est belle, alors n’insistez pas là-dessus et laissez nous vivre tranquillement, en repos, en bon syndicalistes que nous sommes. Si vous désirez des ouvriers pour faire vos chaussettes faites paraitre une annonce dans les journaux, çà ne coute que deux francs la ligne, d’ailleurs, tenez, voici un modèle qui pourra vous servir : On demande des ouvriers et des ouvrières de seize à vingt ans pour la confection des chaussettes. S’adresser tous les jours de 9h à 11h à Monsieur le Dr Colin, à l’asile de Villejuif ! […] Maintenant vous êtes libres de faire ce que vous voudrez, moi, je m’en lave des arpions, malgré cela, si j’étais à votre place, je tenterais le coup qui risque rien n’a rien ».

  • 37 Courrier non daté, sans faute d’orthographe ; dossier de Henri F.

37La fin du courrier est co-signé – après un « vive la grève et la loterie » – « les membres du syndicat37 ».
Dans son rapport de 1911, le Dr Henri Colin signale qu’il est « en général assez facile de réprimer par l’isolement les meneurs grâce à la division du service en petits quartiers et surtout à la disposition en chambres séparées du 1er pavillon ». Pavillon qui, ajoute-t-il « rend d’inappréciables services » car il « est bien rare qu’au bout d’un jour ou deux le malade ainsi traité ne demande lui-même à retourner au travail ».

  • 38 Interné à trois reprises du 24 novembre 1910 au 2 avril 1911, puis du 20 juillet 1911 au 12 mai 191 (...)

38En effet, afin de les faire céder, les fortes têtes sont placées à l’isolement en cellule jusqu’à ce qu’ils acceptent de revenir à la raison. Mais, même mis à l’isolement, certains persistent à récriminer comme Antoine B38, âgé de 19 ans en 1911 qui, depuis sa cellule, envoie des missives au médecin :

« Je viens vous interroger sur les mobiles qui vous poussent à me tenir cloitré tel un prisonnier sous prétexte que je refuse de me laisser exploiter à en engraisser votre économie à la sueur de mon front […] ».

39En juin 1911, il s’exprime dans une longue lettre :

« Monsieur Colin,

Je viens me permettre de vous posez [sic] une question de fait, je désirerai savoir si nous vivons au siècle de Louis XIV ou en un siècle de liberté car O ironie de ce mot que vous n’avez connu dans votre exploitation à outrance, vous avez donner [sic] à vos gardes chiourmes le mot d’ordre de travail, encore au travail, toujours au travail.

Loin de prendre soin de vos malades, vous les atrophiers [sic] par vos poussières, votre surmenage, vos cabanons, votre travail sédentaire. Les quelques lignes ci-dessus ne sont point un [sic] parabole, car quiconque proteste vite vous avez recours à vos châteaux forts pour étouffer ses plaintes, mais apprenez que malgré votre esprit tortionnaire je suis comme le roseau, je plie mais ne me romps pas.

Maintenant je tiendrai à ce que vous preniez un dictionnaire et chercher [sic] la signification du mot FACULTATIF, mot prononcé par Mr le Procureur puisqu’il faut vous le rappeler.

Maintenant, je passe au fait : le sieur Henri [un surveillant ndlr] est venu me donner une algarade pour le travail me vouant au diable pour le peu de besogne que j’ai fait dans le mois, pourtant vous devez vous rappelez [sic] votre despotisme lors du faux rapport du sieur Hidou [chef d’atelier ndlr] en me faisant arbitrairement jeter dans une cellule.

Donc, perte de temps, perte de production pour ces journées et les suivantes m’étant avachie [sic] par votre traitement n’ayant rien de salutaire. Je crois faire beaucoup en gagnant la somme de 0.25 ou 0.30 par jour, étant fou je ne puis faire plus, sachant me contenter de peu.

Je continuerai de faire mon possible pour vous contenter. Je crois que daignerez accepter mes explications.

Agrée [sic] mes civilités.

Antoine B. »

40Bien que particulièrement concentrés dans la période 1910-1914, les refus de travail individuel se rencontrent à toutes périodes mais demeurent le fait des plus jeunes internés. En 1958 par exemple, Jean M., âgé de 22 ans qui est selon le Dr Lafon un « déséquilibré d'évolution relevant surtout de facteurs éducatifs » et non « pas d'un véritable malade mental qui d'ailleurs été reconnu responsable par le Dr Gouriou », refuse de travailler et s’en explique :

  • 39 Du quartier n°1.

« Si j’ai refusé de travailler pendant un certain temps ce n’est pas comme vous le pensez par fainéantise mais pour protester. Mon mécontentement est, j’estime, bien justifié […]. Ici, je n’ai pas le choix et sans rien avoir fait de mal, je dois rester assis au banc des assassins, je dois plier sous les coups du règlement de centrale disciplinaire, accepter le travail forcé ou l’enfer du 139. Quel individu supporterait cet odieux supplice sans rien dire ? ».

  • 40 La sortie étant autorisée par la Préfecture de police pour les internés en placement d’office, la p (...)

41Les plus jeunes, régulièrement placés suite à des actes de petites délinquances, le sont aussi souvent au soulagement apparent de leurs parents qui, dans un premier temps, ne semblent pas toujours, aux vues des échanges de courriers, prêts à endosser la responsabilité d’une surveillance à la sortie. En effet, en cas de sortie « en liberté », les familles doivent s’engager à surveiller leur ex-interné. Aux parents réticents le médecin conseille de trouver un placement en province ou bien d’obtenir un engagement dans l’armée ou au moins de se procurer la promesse d’un emploi40.

  • 41 Interné du 30 avril 1910 et évadé le 17 juillet 1911, il est réintégré le 20 juillet de la même ann (...)

42C’est le cas de Eugène B41, âgé de 22 ans à sa sortie en 1913 ou de Georges G., 18 ans, interné du 27 juillet 1910 au 23 octobre 1911, pour la seconde fois suite à un vol dont les certificats de sortie concluent :

« Eugène B. se rend à Reims où il a du travail assuré. Je le ferai conduire à la gare par un infirmier ».

« Georges G., débilité morale, perversions instinctives. Se montre calme et docile, travaille ; ses parents lui ont trouvé une place d'ouvrier tailleur, ses parents demandent donc sa sortie. Faire droit à cette demande, en cas de rechute à réintégrer. »

  • 42 Interné du 3 juin au 15 septembre 1938 sur plainte de sa mère après une violente dispute. Son certi (...)

43Un peu différente est la situation de Pierre C42., 18 ans, à propos duquel sa mère écrit au médecin-chef : « Il n’y a rien pour lui sauf la maison de correction ou l’asile » et qui ressort finalement après trois mois d’internement pour être conduit dans un train afin d’être placé chez un couple de province qui s’occupait régulièrement d’anciens colons de Fontevrault. Interné en 1938, Pierre C. semble être un des premiers à bénéficier de l’aide d’une assistante sociale attachée à la 3e section afin d’effectuer des démarches qui jusqu’alors incombaient plus ou moins difficilement aux internés ou à leur famille.

  • 43 Voir infra, règlement intérieur.
  • 44 Interné du 16 novembre 1938 au 6 mars 1939, ce garçon avait été placé à 14 ans au patronage Rollet (...)

44Actes « d’indiscipline », refus, turbulences au quotidien semblent ainsi être le lot des plus jeunes et des plus rebelles face au travail qui leur est imposé à la section. Chaque refus est donc sanctionné d’un placement en cellule43, le temps de faire réfléchir ou « céder » les plus rebelles, dont certains engrangent des semaines de cellules. En 1939, le jeune Joseph M.44, après des semaines de conflit et de résistance, finit par écrire au médecin-chef :

«  Je veux être sérieux, me tenir tranquille, je sais que le contraire n’avancerait à rien. Je voudrais travailler, je m’ennuie en cellule ».

  • 45 Dans un certain nombre de dossiers, est indiquée la somme perçue : pour les années 1910 à 1914, un (...)

45À l’opposé, d’autres internés, aux situations sociales similaires, vont voir dans le travail une planche de salut qui leur est offerte. Certains réclament ainsi de travailler tant pour s’occuper que pour bénéficier d’un pécule45 et demandent même parfois à être employés à des tâches qu’ils préfèrent à d’autres.
Le « potager » semble de loin l’activité préférée (suivi par le travail à la reliure) pour laquelle Louis F, interné du 2 mai 1923 au 8 janvier 1924 fait appuyer sa demande par sa mère qui écrit au Dr Ducosté :

« Pouvez-vous avoir l’obligeance de changer mon fils Louis de poste. Si vous pouviez le faire descendre au jardin parce qu'il s’y plaisait beaucoup, lui qui a été habitué au plein air et çà lui semble être dur d'être enfermé ».

  • 46 Seulement trois évasions individuelles ont eu lieu depuis le potager de la 3e section, la première (...)

46Mais pour cette activité, il y a peu d’élus, car bien que situé dans l’enclos de la 3e section, le potager offre en effet de plus grandes facilités d’évasion46.

Photographie d’un interné devant le potager

Photographie d’un interné devant le potager

Document inséré dans le dossier individuel. À l’arrière-plan, un des deux pavillons.

47Il est aussi un autre groupe d’internés qui, battant le pavé, en état de clochardisation et d’exclusion sociale, demande à être repris à l’asile afin d’y travailler et de pouvoir se faire un petit pécule.
La 3e section dans sa conception même, s’adressait à ce groupe, à mi-chemin, selon le Dr Henri Colin, entre l’aliéné vicieux et l’aliéné difficile : il s’agit de l’aliéné « habitué des asiles ».

  • 47 Henri Colin, « Le quartier de sûreté de Villejuif », Annales médico-psychologiques, 1912, p. 372.
  • 48 Ibid., p. 374.

48Dans sa présentation du « quartier de sûreté de Villejuif », le Dr Henri Colin rappelait que, dès la gestation du projet en 1900, il avait recommandé d’établir un « régime sévère » à forte discipline à même de faire passer l’envie de trouver un refuge facile à ceux « qui font des asiles une auberge gratuite où ils se réfugient dès qu’apparait la mauvaise saison47 » et qui « ont trouvé dans l’internement une façon commode de vivre, sinon luxueusement, au moins largement au dépens de la société48 ». De fait, quelques individus en perdition sociale et à la rue semblent se faire interner, soit en placement volontaire, soit en parvenant à se faire arrêter sur la voie publique pour une peccadille dans l’espoir de l’être. Et si le Dr Henri Colin avait espéré que la 3e section éveille « la crainte » qui est selon lui le commencement de la sagesse pour ces « exploiteurs des asiles », tout porte à croire que pour certains, complètements démunis, le passage à la discipline de la 3e section n’entamait pas la fonction d’asile au sens premier du terme.

49En 1913, Louis A., 35 ans, sans travail depuis 20 jours après avoir épuisé ses ressources, est renvoyé à la 3e section pour la cinquième fois en « placement volontaire ». Et il écrit alors au médecin :

« Je vous remercie du plus profond du cœur de votre bonté pour moi en me permettant de passer l’hiver ici. Je vais encore Monsieur Colin grâce aux économies que j’ai réalisées tenter un effort suprême pour prendre rang dans la société et ce malgré tout ce que j’ai contre moi ».

50Le 7 décembre 1921, un certificat du Dr Clérambault stipule à propos de Pierre M., 42 ans : « Bris d'objet public. Probablement délit volontaire aux fins d'hébergement hivernal ».
Le 20 décembre 1932, Aldo T., 30 ans, entre en placement volontaire. Le médecin stipule qu’il « a demandé à être interné car sans travail et domicile ».
En 1935, Georges M., âgé de 58, « sans travail et sans domicile, s'est livré à une violence préméditée et utilitaire pour se faire interner » selon le Dr Paul Abély qui estime malgré tout que « son internement [le 7e] est néanmoins justifié en raison de l'insociabilité foncière du sujet ».

51Un ancien interné transféré dans un service ordinaire écrit quant à lui le 4 mars 1913 au Dr Colin :

« Ayant été transféré dans le service du docteur Pactet, je lui ai fait une demande pour me faire passer dans votre service, mais vu que c’est complet, voulez-vous avoir la bonté aussitôt qu’il y aura une place libre de me reprendre dans votre service car je suis dans un quartier où personne ne travaille et je trouve le temps trop long ».

52Un autre libéré, s’adresse quant à lui le 2 avril 1913 au médecin pour « solliciter de votre haute bienveillance la faveur de bien vouloir m’accorder quelques jours de repas au restaurant du tambour, rue Bréguet, lesquels m'aideront à attendre le 13 courant date où je me remettrai résolument au travail. »

  • 49 Rapport de 1911, op.cit., p. 311.

53Les observations faites par les équipes de surveillance, permettent aussi de constater que peut régner une atmosphère violente aussi bien dans les lieux de vie commune où les rixes ne sont pas rares que dans les ateliers. Ainsi que le 5 décembre 1911, vers 9h du matin, un malade du 1er quartier « s’est agité subitement dans son atelier ; réclamant sa sortie et menaçant de tout briser avec sa machine à tisser les chaussons et d’éventrer ; à l’aide de l’aiguille qui lui sert pour le tissage, le premier qui s’approcherait de lui. Joignant le geste à la parole » il a tenté «  d’en porter un coup à un infirmier. Finalement maitrisé, il est mis à l’isolement et menace de recommencer à la première occasion49 ». Ou encore en 1958, les infirmiers notent sur la feuille de suivi du patient Robert L., âgé de 42 ans que ce dernier « est trop dangereux pour être mis au travail ». Idem de Abdelessam G, qui, en 1956, « ne peut absolument pas s’adapter dans le quartier de travailleurs où il menace les autres malades ».

Photographie parue dans Détective (23 février 1933)

Photographie parue dans Détective (23 février 1933)

54En effet, les ateliers sont équipés de machines performantes et les outils utilisés au quotidien sont facilement détournables de leur objectif initial ce dont s’étonne le journaliste Louis Roubaud visitant la section Henri Colin à laquelle il consacre un article dans Détective du 23 février 1933 :

  • 50 Louis Roubaud a consacré une série d’articles publiés en 1933 dans Détective. Un numéro est dédié à (...)

«  Dans plusieurs des ateliers de Villejuif, on aperçoit de dangereux outils rangés en panoplie contre le mur du fond, à la portée de mains des déments50 ».

Valeur thérapeutique disciplinaire

  • 51 Paul Abély, Rapport de 1932, p. 160.

55Au début des années 1930, de « facultatif », le travail semble devenir obligatoire. Du moins c’est ce que laisse entendre en 1932 le Dr Paul Abély qui rappelle que : « Le travail obligatoire représente, à la section, le procédé idéal de discipline et de traitement et constitue la raison d’être de ce service spécial51 ». On ne saurait être plus clair.

  • 52 Les « vicieux » sont ainsi définis par Henri Colin dans un rapport au Préfet de la Seine en 1903 : (...)

56Le travail participe ici à diverses fonctions qui se complètent : à la fois soumission du corps de l’aliéné difficile et aussi occupation de l’esprit. Il est entreprise, au propre comme au figuré, de re-sociabilisation pour des internés « difficiles » qui sont comme le stipulait Henri Colin lors de la gestion du projet de la 3e section, des « individus vicieux, dangereux, qu’ils fussent ou non criminels52 ».

  • 53 Henri Colin, rapport de 1911, p. 310.
  • 54 Ibid.
  • 55 Sur 2 063 entrées entre 1910 et 1960, 1 866 sont des placements d’office pour lesquels l’autorisati (...)

57Et si la Commission de surveillance des asiles de la Seine s’inquiétait dès 1911 que « les chefs d’ateliers soient tentés de conserver à l’asile les bons travailleurs afin d’augmenter la production53 », Henri Colin répondait que, au contraire, les plus grands nombre de sorties étaient accordées à « des malades qui fournissent une somme de travail très appréciable54 ». Les faits ne le démentent pas et ce sont bien en effet les aliénés les plus travailleurs qui voient leur demande de sortie auprès de la préfecture appuyée55 par les médecins qui se succèdent.

58Il en est ainsi du certificat de sortie de Maurice D., rédigé le 30 octobre 1940 par le Dr Albert Brousseau :

« Observé depuis 21 mois, s'est montré un travailleur intelligent, exact, habile et honnête ayant pu grâce à ses qualités d'organisation réformer un atelier au point de lui donner un rendement très supérieur. Absolument indemne de tout affaiblissement intellectuel, de toute variation cyclique de l'humeur. [...] Il y aurait un grand intérêt à ne pas différer davantage la mise en liberté et cela d'autant que différents emplois lui sont dès maintenant assurés, l'un d'eux, à Pons, nous semble réunir les conditions les meilleures pour le reclassement social et la reprise de la vie familiale de l'intéressé ».

59Maurice D., âgé de 46 ans avait été placé le 29 décembre 1938, après avoir bénéficié d’un non-lieu et était entré comme « psychopathe, dégénéré constitutionnel, alcoolique, syphilitique, plusieurs fois interné, sénilité et affaiblissement ». Il pouvait donc ressortir vingt et un mois plus tard « transfiguré » par son internement laborieux : son affaiblissement intellectuel et sa psychopathie de l’entrée ayant cédés pour devenir «  un travailleur intelligent » et « indemne  de tout affaiblissement intellectuel »

60Idem de Michel R., âgé de 48 ans, interné à deux reprises à la 3e section en 1911 et 1913 qui écrit au Dr Colin le 25 mars 1913 :

« J’ai l’honneur de soumettre à votre haute bienveillance les raisons qui me déterminent à solliciter ma sortie définitive en quittant, je suis assuré une occupation dont le produit issu viendra à mon existence. Par sa lettre du 12 mars dernier, Monsieur l'agent général de la compagnie de halage du Nord m'offre un emploi à ladite compagnie et me prie de me présenter aussitôt libre. […]

Pour terminer, j'ajoute que je suis énergiquement résolu pour la famille pour mes enfants pour ma dignité personnelle pour prouver qu'il existe encore chez moi du cœur, du bon sentiment et du respect de ma personne, à rompre avec un passé qui n'a que trop duré et que j'ai la volonté de faire oublier ce passé, par un travail constant par une conduite surveillée et surtout en évitant de revenir à l'asile.

C'est dans de tels sentiments que je vous prie M. le médecin-chef de bien vouloir accueillir favorablement ma demande de sortie, et d'agréer l'hommage respectueux reconnaissant de votre humble et dévoué serviteur ».

  • 56 Entre 1910 et 1959, sur 1 963 cas d’internés, 1 765 le sont d’office alors que 203 l’ont été en pla (...)
  • 57 Il arrive cependant que des avis positifs des médecins ne soient pas suivis par la Préfecture.

61Il convient de rappeler en effet que 88,5 %56 des internés de la section le sont d’office, placés par l’autorité préfectorale et que leur sortie se fait selon des modalités strictes, la levée du placement n’étant autorisée que par la Préfecture sur avis du médecin-chef sollicité ou d’un psychiatre inspecteur chargé de statuer57. Aussi, les internés cherchent-ils à pouvoir s’assurer et assurer leur avenir à la sortie aidés des médecins qui appuient ou non leur demande de placement.

62Charles G., âgé de 60 ans qui transite, entre 1910 et 1913, à quatre reprises à la 3e section en placement volontaire, cherche ainsi à se placer dans une colonie agricole afin envisager sa sortie. Il s’adresse ainsi au directeur de la colonie familiale d’Ainay le Château : «  J’ai 60 ans, j’ai toujours essayé de sortir des asiles pour travailler dehors et aucuns patrons ne veulent m’embaucher, c’est pourquoi j’ai du me placer volontaire direct et que Monsieur le docteur Colin n’y verra aucun inconvénient à m’y envoyer. Je vous promets, Monsieur et Madame de faire mon devoir à la colonie comme je l’ai toujours fait pendant 25 ans dans les asiles ; je vous jure que vous n’aurez aucun reproche de moi et que vous aurez fait œuvre de charité pour un vieillard qui souffre moralement ».

  • 58 D’autant que 60 % des internés qui arrivent à la section sont en décrochage social : chômeurs, vaga (...)

63Et en effet, les médecins de la 3e section qui voient dans le travail un outil thérapeutique soutiendront les internés qu’ils jugent en état de sortir s’ils sont « calmes » et surtout si ces derniers trouvent à se placer afin de mener une vie régulière qui puisse contrecarrer l’irratio et qui commence avec l’assurance d’un travail58.

64Ainsi donc, la mise au travail des internés va s’imposer comme un instrument de disciplinarisation avec acceptation de règles strictes et comme un gage « thérapeutique ». L’aptitude au travail devient un critère objectif de sortie prouvant que le malade est capable de se réinsérer dans la société, là où le rétif est à la fois jugé « perturbateur » mais aussi celui qui refuse le soin auquel il doit se plier : le règlement intérieur de 1940 notifie ainsi que le « refus de travail ou l’incitation au refus de travail » peut être puni de 15 jours de mise en cellule.

  • 59 À la 3e section comme ailleurs, les années de guerre et en particulier l’année 1942 verra le décès (...)
  • 60 Brouillon d’un document dactylographié dans le fonds de l’UMD.
  • 61 À vrai dire, ces « moments de détente » ont existé dès l’ouverture : avant 1914, un piano s’est tro (...)
  • 62 Unité pour malades difficiles.
  • 63 Centre d’aide par le travail.
  • 64 D’inspiration américaine, l’« Occupational thérapy » sera traduite sous le vocable ergothérapie, em (...)

65Durant la Seconde Guerre mondiale, le travail à la 3e section va décroitre par manque de matières premières et par l’affaiblissement des internés en butte aux privations59, d’autant que les travailleurs ont toujours eu le droit à un régime alimentaire amélioré.
En 1949, les ateliers sont toujours en place. Et bien que le Dr Brousseau dans un Rapport sur l’organisation technique des services d’aliénés  criminels, délinquants et difficiles60 encourage à « l’éducation » par la lecture, la musique et préconise aussi des moments d’activités artistiques et de « loisirs » afin que les internés puissent « goûter à des moments de détente61 », le travail demeurera toujours à l’honneur.
Et en effet, entre 1990 et 2000, le travail à mi-chemin entre le récréatif et le productif continuera « d’occuper » une partie des internés de l’UMD62 qui travaillaient « à façon » pour le compte du CAT63 de Villejuif et fabriquaient des cintres ou réalisaient des activités de cartonnage ou de reliure. Il a fallu le tournant du XXIe siècle et l’appui du médecin-chef d’alors pour que la « 3e section », devenue la plus ancienne Unité pour malades difficiles, passe du « travail » auquel était lié une notion de rentabilité à l’ergothérapie comprise au sens de « thérapie64 ».

  • 65 Michel Foucault, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 245-246. "

66Resterait à conclure en deux mots sur la « valeur » du travail et son prix considéré comme une vertu dont les intérêts associent une morale du travail accepté comme pénitence ou une ascèse et les impératifs laborieux sur lesquels se fondent les échanges productifs. Dès lors et jusque dans les années 1950 dans les asiles le droit à la paresse n’était pas de mise. Ici comme ailleurs, le travail était « principe d’ordre et de régularité; par les exigences qui lui sont propres, il véhicule, d'une manière insensible, les formes d'un pouvoir rigoureux ; il plie les corps à des mouvements réguliers, il exclut l'agitation et la distraction, il impose une hiérarchie et une surveillance65 » et était indexé à une stratégie économique plus large comme le montre l’obsession récurrente des médecins- chefs entre 1910 et 1940 à voir augmenter les bénéfices quitte à bousculer la notion d’assistance au profit de celle d’amortissement des soins.

67À noter enfin que nombre d’internés de la 3e section le furent suite à une rupture sociale involontaire ou parfois délibérée. Jacques G., délinquant récidiviste, interné une première fois en 1939 est de nouveau inculpé de vol en 1946. Au terme une expertise médico-légale, il est déclaré irresponsable et à son arrivée, le Dr Paul Abély le considère « atteint de débilité mentale avec perversions instinctives graves, arriération intellectuelle, affective et morale ». En 1946, cet interné écrit à son père :

« Tu me demandes d’avoir du regret ; et bien non, après avoir lu ta lettre je n’en ai plus, voilà 40 ans de travail que tu as fourni sans relâche, tu t’es toujours privé car moi je t’ai souvent admiré et j’ai compris, j’ai voulu, moi, à tout prix ne pas me faire escroquer par un patron, j’estime le travail dans ses conditions “une prostitution”, oui toute une vie tu as souffert, jamais tu n’as pu te payer un plaisir, rien, et tu aurais voulu que je fasse pareil ? ah ! non, merci. »

  • 66 Paul Abély, « Hommage à Henri Colin », Annales médico-psychologiques, 1932, p. 365.

68Aussi, l’étude en cours permettra d’interroger sur l’histoire et les attendus de cette section que le Dr Paul Abély qualifiait en 1932 de « première réalisation en France d’une idée grandiose » accomplissant « l’alliance de la criminologie et de la médecine66 ».

Haut de page

Notes

1 Cette présentation se fait dans le cadre d’un doctorat sous la direction de Marc Renneville portant sur l’histoire de la 3e section de l’hôpital de Villejuif à partir de la consultation des dossiers patients de 1910 à 1960 et de leur confrontation avec la littérature médicale.

2 Outre les méthodes de contention, et avant l’introduction des neuroleptiques, sont également parfois administrés, dès les premières années, des sédatifs qui vont de ce que nous nommons aujourd’hui phytothérapie (comme de la valériane) aux premiers composés chimiques comme le chloral ou le gardénal.

3 Médecin-chef de la structure de 1910 à 1921, il en a été aussi le concepteur mandaté par le Conseil Général de la Seine dès 1899. Auparavant, de 1894 à 1902, Henri Colin avait été médecin de la maison centrale de Gaillon dans l’Eure où il était en charge du seul « quartier des condamnés aliénés » annexé à une prison. Quartier asilaire où le travail avait été préconisé dès son ouverture en1876 et, dans un article consacré au «  quartier des condamnés aliénés annexé à la maison centrale de Gaillon » publié dans les Annales médico-psychologiques en 1877, le Dr Hurel, premier médecin attaché à l’annexe, spécifiait ainsi que « le travail bien organisé est la base même du traitement des malades atteints d’aliénation mentale ».

4 Philippe Pinel, Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale ou la manie, Paris, 1800, p. 224-225.

5 Guillaume Ferrus, Des Aliénés, Considérations, Paris, 1834, p. 259.

6 Chapitre 48 de la règle de Saint Benoît.

7 Le « droit au travail » inscrit dans la loi du 19 mars 1793 stipule que « Tout homme a droit à sa subsistance par le travail s'il est valide et à des secours gratuits s'il est hors d'état de travailler. » « Hors d’état de travailler », voilà qui peut sembler être le lot des insensés là où, la même loi admet comme « dette nationale » le soin de pouvoir à la subsistance de ceux qui ne sont en mesure de le faire. Idem de l’article 21 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 qui affirme que « Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux » soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler.

8 Philippe Pinel, op. cit ., p. 239.

9 Guillaume Ferrus, op. cit., p. 259. 

10 En principe, ce sont les médecins qui désignent quels sont les malades aptes au travail et à quel type de tâche les occuper, même si dans la réalité, ce sont plus souvent les surveillants chefs et infirmiers qui s’en chargent.

11 Henri Colin, « Exposé du régime intérieur d’un asile d’aliénés dangereux », Revue philanthropique, 1906, n°19, p. 602.

12 Sur les 347 entrants (dont 119 rechutes entre 1910 et 1912), seulement quatre individus ont été internés suite à un non-lieu pour homicide et huit pour une tentative d’homicide.

13 Pour informations, en 1910, la Loi Millerand fixe la durée maximum du travail quotidien à 10 heures.

14 À noter également que la visite médicale a lieu dans le même créneau horaire du matin, ce qui laisse à imaginer que les internés pouvaient être visités à leur poste ou appeler pour un entretien individuel.

15 Les pavillons de la 3e section devaient accueillir initialement leurs premiers patients en janvier 1910 mais l’installation fut retardée de trois mois, les pavillons ayant été réquisitionnés pour abriter des sinistrés de l’inondation de Paris.

16 Si le Dr Colin estime ces résultats satisfaisants, il remarque que « si les commandes de laine étaient livrées avec régularité », les malades n’auraient pas à être contraint au chômage – comme ce fut le cas pendant deux mois – par défaut de matières premières.

17 De fait, l'entretien technique de la troisième section mais aussi de l'asile de Villejuif qui revient en grande partie aux internés de la troisième section permet à l'asile d'employer moins de personnel.

18 Dr Calmels, « La thérapeutique des maladies mentales par le travail. Le travail par petits ateliers à la 3e section de l’asile de Villejuif » (Communication faite au Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de langue française, Genève, 1926), Annales médico-psychologiques, 1927, p. 277.

19 Ibid., p. 280.

20 Henri Colin, rapport de 1916, p. 168.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 169

23 Henri Colin, rapport de 1917, p. 164.

24 Ibid.

25 Durant ces années de guerre, vont être néanmoins internés, ou plutôt réinternés, chaque année une dizaine d’aliénés « criminels, vicieux ou difficiles ».

26 Le détail ne porte pas sur les bénéfices mais sur la production : 13 715 paires de chaussons ont ainsi été confectionnées (contre 10 213 en 1911), ainsi que 1 685 paires de bas et 2 518 chaussettes (contre 911 et 273). À l’atelier de menuiserie ont été réparées, cannées ou jonchées 1807 chaises et 64 fauteuils (contre 549) et des cercueils et meubles divers fabriqués. Pour la reliure, la serrurerie et les travaux de culture, le Dr Colin donne un rendement chiffré, soit 8 847 frs, 3 270 frs et 12 024 frs de bénéfice pour ces seules activités ?

27 Henri Colin, rapport de 1921, p. 119.

28 Maurice Ducosté, rapport de 1923, p. 134.

29 Le pavillon des femmes accueille un nombre moindre de patientes, ainsi, en 1937, alors que le pavillon a atteint sa capacité d’accueil, elles sont 23 à être internées.

30 Sur 2 066 dossiers d’internés dépouillés à ce jour, ce sont les débiles (808 cas), puis les « pervers constitutionnels » (375 cas) suivis par les déséquilibrés (342 cas) qui constituent la majeure partie des internés. Viennent ensuite les « épileptiques (268 cas), puis les « dégénérés » (259 cas) et divers petits groupes.

31 Pour l’heure, sont estimés à 81 % les internés qui ont été arrêtés au moins une fois et parmi lesquels environ 70 % ont été condamnés au moins une fois précédemment.

32 Quartier des arrivants ou des internés mis à l’amende en cellule.

33 Henri Colin, rapport de 1911, p. 311.

34 Ibid.

35 À Draveil, à Graulhet etc. mais aussi dans l’administration des postes ou du chemin de fer.

36 Interné du 1er janvier 1911 au 3 mars 1914.

37 Courrier non daté, sans faute d’orthographe ; dossier de Henri F.

38 Interné à trois reprises du 24 novembre 1910 au 2 avril 1911, puis du 20 juillet 1911 au 12 mai 1912 et du 8 octobre 1912 au 6 juillet 1913.

39 Du quartier n°1.

40 La sortie étant autorisée par la Préfecture de police pour les internés en placement d’office, la promesse d’embauche doit être visée par les autorités et recueillir l’avis du médecin.

41 Interné du 30 avril 1910 et évadé le 17 juillet 1911, il est réintégré le 20 juillet de la même année et est libéré le 15 mai 1913.

42 Interné du 3 juin au 15 septembre 1938 sur plainte de sa mère après une violente dispute. Son certificat d’entrée stipule : « dispositions antisociales, amoralité, tendances homosexuelles, goût de la violence et des milieux interlopes ».

43 Voir infra, règlement intérieur.

44 Interné du 16 novembre 1938 au 6 mars 1939, ce garçon avait été placé à 14 ans au patronage Rollet dont il s’échappa à plusieurs reprises. Il finit par être envoyé à la maison d’éducation surveillée d'Aniane où, au cours d’une rixe, il a tué un camarade d’un coup de balai sur la tête. Suite à cet épisode, il est envoyé à Eysses d’où il parvient à s’échapper pour finir par s’engager à 16 ans, par l’intermédiaire de la CGT, dans les Brigades internationales. De retour en France, rapatrié par le Secours rouge international en 1938, il ne tarde pas à être interpellé pour vagabondage. À Fresnes où il est incarcéré, il se fait remarquer pour les lettres qu’il envoie « au ministre de la Guerre » [sic] ; signalé pour ses « grossièretés, menaces, violences », le Dr Heuyer appelé à l’examiner conclut à son « inintimidabilité » et le désigne dans un certificat du 12 novembre 1938 comme « sujet dangereux qui ne peut être placé qu’à la section Henri Colin ».

45 Dans un certain nombre de dossiers, est indiquée la somme perçue : pour les années 1910 à 1914, un interné qui « travaille » bien, peut mettre de côté entre 25 et 30 francs de pécule mensuel, ce qui correspondrait actuellement à une somme allant de 78 à 95 euros.

46 Seulement trois évasions individuelles ont eu lieu depuis le potager de la 3e section, la première est celle de Albert L. le 13 septembre 1912.

47 Henri Colin, « Le quartier de sûreté de Villejuif », Annales médico-psychologiques, 1912, p. 372.

48 Ibid., p. 374.

49 Rapport de 1911, op.cit., p. 311.

50 Louis Roubaud a consacré une série d’articles publiés en 1933 dans Détective. Un numéro est dédié à la section Henri Colin. Puis, la totalité des articles seront publiés sous le titre Démons et déments la même année aux éditions Gallimard.

51 Paul Abély, Rapport de 1932, p. 160.

52 Les « vicieux » sont ainsi définis par Henri Colin dans un rapport au Préfet de la Seine en 1903 : « habitués des asiles […] ils ont trouvé dans l’internement une façon commode de vivre, sinon luxueusement, au moins largement aux dépens de la société. » « Revendicatifs », ils perturbent les services, ce sont des « sujets indisciplinés, placés sur la limite de la prison et de l’asile et fréquentant constamment et indifféremment les deux ».

53 Henri Colin, rapport de 1911, p. 310.

54 Ibid.

55 Sur 2 063 entrées entre 1910 et 1960, 1 866 sont des placements d’office pour lesquels l’autorisation préfectorale vaut pour la sortie.

56 Entre 1910 et 1959, sur 1 963 cas d’internés, 1 765 le sont d’office alors que 203 l’ont été en placement volontaire (parfois transformés en placement d’office).

57 Il arrive cependant que des avis positifs des médecins ne soient pas suivis par la Préfecture.

58 D’autant que 60 % des internés qui arrivent à la section sont en décrochage social : chômeurs, vagabonds, alcooliques, socialement non-insérés pour les plus jeunes ou, exclus pour les plus âgés sans ressource.

59 À la 3e section comme ailleurs, les années de guerre et en particulier l’année 1942 verra le décès par dénutrition de 42 patients sur les 150 qui y transitent entre le 1er janvier 1940 et le 28 aout 1944.

60 Brouillon d’un document dactylographié dans le fonds de l’UMD.

61 À vrai dire, ces « moments de détente » ont existé dès l’ouverture : avant 1914, un piano s’est trouvé un temps dans la salle commune. J’ai trouvé également trace de représentations théâtrales données par les internés pour les fêtes de fin d’années et la lecture a toujours été une activité relativement encouragée.

62 Unité pour malades difficiles.

63 Centre d’aide par le travail.

64 D’inspiration américaine, l’« Occupational thérapy » sera traduite sous le vocable ergothérapie, empruntant au grec ergon qui signifie autant activité que travail. Le terme apparait en France une première fois en 1909 mais c’est vraiment après la seconde guerre mondiale qu’il va être employé dans le sens de «  thérapie par l’activité manuelle ».

65 Michel Foucault, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 245-246. "

66 Paul Abély, « Hommage à Henri Colin », Annales médico-psychologiques, 1932, p. 365.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les pavillons en meulière de la 3e section à leur ouverture en 1910
Légende Rapport annuel de 1910 du service des aliénés de la Seine adressées à la Préfecture, Paris, Montevrain, p. 277.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Plan du 1er étage d’un pavillon supplémentaire calqué sur les pavillons existants
Crédits France, Créteil, Archives départementales du Val-de-Marne
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Un atelier individuel
Légende Photographie parue dans « Le quartier de sureté de Villejuif », article du Dr Henri Colin in Annales médico-psychologiques, 1913, n°3, p. 56.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Compte de production d’un interné
Légende Journalier, âgé de 27 ans, qui entre en 1913 pour la quatrième fois à la 3e section. Feuille grand format conservée dans son dossier individuel.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Un atelier collectif 
Légende Photographie parue dans « Le quartier de sureté de Villejuif », article du Dr Henri Colin in Annales médico-psychologiques, 1913, n°3, p. 57.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Récapitulatif des travaux de couture exécutées par les femmes pour l’année 1937
Légende Rapport annuel de 1937 du service des aliénés de la Seine adressées à la Préfecture, Paris, Montevrain, p. 177.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photographie d’un interné devant le potager
Légende Document inséré dans le dossier individuel. À l’arrière-plan, un des deux pavillons.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Photographie parue dans Détective (23 février 1933)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2788/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Fau-Vincenti, « Valeur du travail à la 3e section de l’hôpital de Villejuif : entre thérapie et instrument disciplinaire », Criminocorpus [En ligne], Savoirs, politiques et pratiques de l'exécution des peines en France au XXe siècle, Communications, mis en ligne le 12 septembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2788

Haut de page

Auteur

Véronique Fau-Vincenti

Doctorante en histoire sous la direction de Marc Renneville (Centre Alexandre Koyré).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page