Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Les rebelles aux prises avec les normes juridiques et les pratiques judiciaires

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

Photographie extraite de l'ouvrage de Jacques Delarue et Robert Giraud, Les Tatouages du “milieu”, Paris, 1950.

Photographie extraite de l'ouvrage de Jacques Delarue et Robert Giraud, Les Tatouages du “milieu”, Paris, 1950.

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus

1C’était une évidence. Les chercheurs associés à l’aventure éditoriale de Criminocorpus se devaient d’être présents aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois en 2014 et d’offrir dans la revue du site un dossier sur ce thème. Michelle Perrot préside cette édition. Elle impulsa nos recherches, fut la directrice de thèse de beaucoup d’entre nous, et créa un champ historique qui ne cesse de s’enrichir. Elle est membre du comité scientifique de Criminocorpus.

2Les rebelles sont omniprésents dans la revue, le blog, les expositions de Criminocorpus puisque la justice et ses coutumes, puis ses codes, a tenté de contenir et de châtier toutes les formes de rébellion, qu’elles soient individuelles ou collectives, pour préserver l’ordre politique, la société et les individus. Les gabelous voisinent avec Pierrot-le-Fou, les régicides avec la bande à Bonnot, les insurgés républicains avec les militants du FLN ou de l’OAS, les auteurs de crimes de droit commun comme ceux qui commirent des crimes « réputés » politiques. L’histoire de la justice, du Droit et du crime, c’est l’histoire de ces associés rivaux, les porteurs d’une norme et ceux qui s’en affranchissent. Mais c’est aussi l’histoire de ceux qui bousculent ou tentent de bouleverser les normes tout en espérant mieux contenir les dysfonctionnements de la société. Des magistrats furent qualifiés de « juges rouges à une époque » ! Des juristes à la formation classique se révoltèrent contre leur formation, en réfléchissant sur ce qu'était le droit, un "instrument de domination", ceci dans un contexte celui des années 70 où de nombreuses disciplines dont, l'Économie, l'Histoire cherchaient  également à se refonder, dans leurs approches, leurs objets, mais aussi leurs modes de formation. La rébellion n’est pas toujours là où on l’attend.

3Mauvais pauvres, nobliaux en lutte contre l’absolutisme royal, suspects parce qu’étrangers ou auteurs d’un cri séditieux après un soir d’ivresse, débauchés victimes de lettres de cachet ou de la correction paternelle, aliénés encombrants pour les familles, ils furent l’objet de dispositifs pour contenir « leurs excès ». En creux, l’étude des catégories imaginées par les pouvoirs publics pour tenter de contenir les désordres nous renseigne sur les motivations de ces individus. Tourmentés, précurseurs, illuminés, avant-gardistes, tueurs en série, héros pour certains, terroristes pour d’autres ? Ils sont difficilement accessibles à notre compréhension. Les rebelles, des « primitifs » de la révolte contre l’ordre établi ? Les sciences s’efforcèrent de les comprendre, de la phrénologie à l’anthropologie criminelle, avec bien des dérives. Demeure la sidération face à des destinées, des personnalités.

4Les antisociaux, les asociaux, les détenus particulièrement surveillés dans l’univers carcéral ont retenu notre attention, tout comme les condamnés à mort ou ceux qui échouèrent dans l’univers psychiatrique. Parce que la prison, mais aussi les bagnes de condamnés aux travaux forcés et à la relégation, les hôpitaux furent les institutions imparfaites qui tentèrent de les prendre en charge. Car ils surent les mettre en cause, les dénoncer, s’en évader.
Ce dossier essaie d’offrir de nouvelles approches de la notion de « rebelle » de la part des historiens du crime, des peines et de la justice.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie extraite de l'ouvrage de Jacques Delarue et Robert Giraud, Les Tatouages du “milieu”, Paris, 1950.
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2828/img-1.png
Fichier image/png, 702k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Les rebelles aux prises avec les normes juridiques et les pratiques judiciaires », Criminocorpus [En ligne], Les rebelles face à la justice, Présentation du dossier, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2828

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page