Navigation – Plan du site
Articles

Aliénés et rebelles : Quérulence et protestation en milieu asilaire (1910-1959)

Véronique Fau-Vincenti

Résumé

Accoler les mots « aliénés et rebelles » peut déconcerter ou diviser selon ce que tout à chacun entend derrière l’idée de folie et de rébellion. En effet, alors que folie et maladie mentale sont associées au délire, à la démence ou à l’égarement, la rébellion s’unit à la révolte, aux attentes de revendications plurielles nourries par des actions conscientes.

Les aliénés rebelles à la psychiatrie ont cependant été nombreux, plus encore à la 3e section de l’asile de Villejuif qui, en raison de sa spécificité, a été à partir de mars 1910 destinée à recevoir des « aliénés vicieux, difficiles et criminels » dans l’enceinte de l’asile de Villejuif.

S'il semble a priori aisé de tracer les contours de l'aliéné criminel qui a « commis des crimes, assassinats, incendie, viol », la figure de l'aliéné difficile ou de l'aliéné vicieux est plus délicate à dessiner. En 1903, le Dr Henri Colin définit ainsi les aliénés vicieux, soit des individus qui « ont commis des délits, souvent aussi sont restés à la limite du code et parfois n’ont rien fait de répréhensible mais sont simplement insupportables dans les services ordinaires ».

Seront ainsi internés à la 3e section des individus qui, difficiles ou criminels, auront fait l’objet d’expertise médico-légale. Mais, ces derniers, bien que reconnus irresponsables et relevant de l’asile et du soin et non de la sanction pénale, n’en seront pas moins des aliénés lucides. Dès lors, on ne s’étonnera pas que figurent parmi eux nombre de « rebelles » désireux de mettre un terme à leur internement. Fous et lucides ou difficiles et délirants, protestataires ou quérulents, nombre d’internés vont en effet protester contre leur internement. Protestations qui constitueront le premier pas vers la rébellion et qui seront suivies de refus, de menaces, de « conspiration » en vue d’évasion mais aussi et parfois de violences. Alors que les aliénistes qui observent ces internés difficiles et récalcitrants aux soins voient dans l’insubordination et les conduites « antisociales » de leurs patients une illustration de l’anormalité constitutionnelle dont ces derniers seraient tant les jouets que les acteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Véronique Fau-Vincenti, « D comme difficile ou dangereux ? », à paraître dans Criminocorpus, l (...)

1Les aliénés rebelles à la psychiatrie ont de tout temps été nombreux, plus encore à la 3e section de l’asile de Villejuif qui, en raison de sa spécificité, a été à partir de mars 1910 destinée à recevoir des « aliénés vicieux, difficiles et criminels »1 dans l’enceinte de l’asile de Villejuif.

  • 2 Dr Henri Colin, « Les aliénés difficiles et les habitués des asiles », article annexé au Rapport su (...)

2S'il semble, a priori du moins, aisé de tracer les contours de l'aliéné criminel qui a « commis des crimes, assassinats, incendies ou vols », la figure de l'aliéné difficile ou de l'aliéné vicieux est plus délicate à cerner. En 1903, le Dr Henri Colin définit ainsi les aliénés vicieux, soit des individus qui « ont commis des délits, souvent aussi sont restés à la limite du code et parfois n’ont rien fait de répréhensible mais sont simplement insupportables dans les services ordinaires ». « Déséquilibrés, épileptiques, hystériques, fous moraux qui par leur indiscipline, leurs mauvaises habitudes, leurs tendances à la révolte, leurs penchants agressifs, sont la terreur du personnel et des malades tranquilles […]. Certains de ces individus […] possèdent des facultés intellectuelles assez vives qui les rendent les maîtres faciles des faibles d'esprit qui les entourent; quelques-uns d'entre eux […] ont pris une part active à la révolte de la sûreté de Bicêtre il y a une quinzaine d'années. » À lire le type de patients attendus dans la 3e section de l’asile de Villejuif - soit des aliénés criminels et/ ou des individus « à la limite », « des déséquilibrés », « des fous moraux », « indisciplinés » manifestant agressivité ou tendance à la révolte, il n’est pas étonnant de rencontrer à partir de l’ouverture de la section, nombre d’internés « rebelles »2.

  • 3 Ambroise Paré, Œuvres, V, 25, t. 1, Paris, Éd. Baillère, 1841, p. 362b.

3Pour autant, accoler les mots « aliénés et rebelles » peut déconcerter ou diviser selon ce que tout à chacun entend derrière l’idée de folie et de rébellion. En effet, alors que folie et maladie mentale sont associées au délire, à la démence ou à l’égarement, la rébellion s’unit à la révolte, aux attentes de revendications plurielles nourries par des actions conscientes. Être rebelle, se rebeller signifie en effet le refus de se soumettre à l’autorité d’un gouvernement, d’un État – y compris de fait – ou d’une personne. Le rebelle est celui qui, au sens propre et figuré, prend les armes, se soulève et se révolte. Pour autant, le terme est employé en médecine depuis qu’Ambroise Paré l’a utilisé en 1575 à propos d'un chancre « rebelle et malin »3 qui ne cédait pas aux remèdes. Appliqué à la médecine, « rebelle » caractérise une pathologie résistante aux traitements alors qu’en psychiatrie, « rebelle » tendrait à dépeindre non une maladie mais un malade rétif aux soins prodigués par l’institution asilaire qui a en charge de le soigner.

4Aussi les principaux comportements rebelles d’aliénés vont-ils se manifester de diverses façons : à commencer par des paroles ou des lettres de récriminations adressées au médecin-chef, puis par des missives de protestations écrites à l’attention de la famille, d’amis, d’avocats, de la presse mais aussi de la Ligue des droits de l’Homme, de partis politiques, de syndicats ou encore à des députés ou aux autorités administratives. Ces protestations écrites seront parfois prolongées par des actes de rébellion comme les refus de traitement, les menaces envers le personnel et les violences in situ ou les tentatives d’évasions.

Lettres de protestations… un premier pas vers la rébellion

  • 4 Après établissement d’une liste de 2 512 internés pour la période 1910-1959 (moins la période où la (...)

5À la 3e section de l’asile de Villejuif, les courriers écrits par les patients étaient visés avant d’être expédiés… quand ils l’étaient. En effet, nombre de courriers n’ont jamais franchi l’enceinte de la 3e section et sont restés consignés dans les dossiers individuels4, ce dont les internés s’aperçoivent assez vite, demeurant sans réponse (ou étant avisés par leurs compagnons), situation de captation qui ne fera souvent que renforcer leur « graphomanie » pour reprendre un terme employé par les aliénistes.

  • 5 Près des trois quarts des dossiers comprennent des lettres de patients et certains renferment jusqu (...)

6À cela, il faut ajouter aussi nombre de lettres qui ont été recopiées et conservées également d’autant que les internés s’adressaient également la plupart du temps au médecin-chef par écrit. Parmi ces milliers de lettres et courriers5, se trouvent aussi bien des lettres de protestations, de réclamations, de revendications, de menaces que de prostration, de promesses mais aussi de remerciements voire d’hommages. Autant d’internés que d’individus qui traverseront la 3e section avec un ressenti propre à chacun d’eux.

7À la 3e section, les lettres de protestations contre un internement perçu comme injustifié et arbitraire sont légion mais ont une nette propension à s’amoindrir au fur et à mesure des années, en particulier à compter des années 1960.

8Ces lettres qui peuvent être perçues par le médecin chef comme un déni de la part de l’interné à juger de sa situation sont plus particulièrement le fait des plus lucides des internés alors que les plus délirants protestent peu par écrit et se rebellent plus souvent en actes.

Courrier adressé par un patient au Procureur de la République en juillet 1911 (recto)

Courrier adressé par un patient au Procureur de la République en juillet 1911 (recto)

Enveloppe conservée dans le dossier du patient.

Courrier adressé par un patient au Procureur de la République en juillet 1911 (verso)

Courrier adressé par un patient au Procureur de la République en juillet 1911 (verso)

Enveloppe conservée dans le dossier du patient.

9Il convient de signifier que, entre 1910 et 1959, 38 % des internés de la 3e section le sont au lendemain d’une expertise psychiatrique. Parmi eux, des individus déplorent cet internement administratif alors que d’autres, reconnus comme simulateurs afin d’échapper à une condamnation pénale ou à la relégation, l’avaient espéré afin de rester, selon eux, moins longtemps internés qu’ils n’auraient pu être emprisonnés. Les uns comme les autres, placés sous le coup d’un internement administratif se rendront vite compte des difficultés à ressortir de la 3e section, même si certains seront soutenus par les différents médecins-chefs qui ne les considèreront pas comme « aliénés » bien qu’ils en aient la charge.

  • 6 Ajouter à ceux là, 1,69 % d’internés admis pour psychose carcérale et 0,70 % placés par leur famill (...)

10Les 59,6 %6 autres correspondraient donc à ce que le Dr Henri Colin nommait les « difficiles » et « vicieux », à savoir, des aliénés insupportables dans des sections ordinaires où ils semaient « le désordre », menaçaient de violences le personnel ou fomentaient des « révoltes ».

11Cependant les contours de l’aliéné difficile, vicieux et criminel ne sont pas aussi nets qu’il peut sembler de prime abord car un individu peut entrer à la 3e section comme « quérulent » dans un service ordinaire où il était entré sous le coup d’un non-lieu. En effet, il n’y a pas que la 3e section qui accueille des individus inculpés reconnus irresponsables : tous les asiles de la Seine en reçoivent également, et si le médecin d’une section ordinaire considère que tel ou tel patient est plus menaçant ou plus difficile que les autres internés, il peut demander son transfert à la 3e section de Villejuif.

  • 7 Le placement à la 3e section peut également se faire à la demande de l’expert qui a prononcé l’irre (...)

12Ces notions de « plus menaçants » ou plus « difficiles » sont en effet à l’appréciation du médecin qui accueille le patient dans une section ordinaire et demande son transfert à la section d’aliénés difficiles de Villejuif7. Comptent parmi les motifs de transfert tant les menaces verbales ou d’évasions que les protestations réitérées de l’interné qui finit par « harceler » le médecin.

  • 8 Interné à la 3e section du 17 décembre 1932 au 3 septembre 1933, il sort « en liberté » selon les t (...)

13Il en est ainsi de Henri K.8, inculpé de soustractions frauduleuses de voitures au préjudice des Établissements Citroën pour lequel l’expert pense déceler une « paralysie générale avec affaiblissement des facultés » ce qui lui vaut un non-lieu. Transféré de la 1ère section de l’asile de Villejuif, il n’aura eu de cesse que de protester « avec la plus grande énergie », précise-t-il, contre son internement d’autant que les résultats de sa ponction lombaire contredisent le diagnostic de l’expert. Arrivé à la 3e section, il ne manquera pas non plus de continuer à protester contre son internement tout comme de son transfert parmi les « aliénés difficiles ».

14Dans une longue lettre de 8 pages adressée au Procureur de la République le 15 juillet 1933, il expose sa mésaventure et explique combien il a « à plusieurs reprises protesté auprès du Docteur contre le maintien de [son] internement qui constitue une flagrante atteinte aux droits et à la liberté individuelle […] et qui tendait à rien moins qu’à faire passer pour fou un homme qui ne l’était pas. » Et de poursuivre : « Pour se débarrasser du même coup de mes protestations réitérées et de moi-même, le 17 décembre 1932, le Dr Guiraud me fit passer à la 3e section sous la direction de Monsieur le Docteur Paul Abély ».

15Il n’est pas le premier patient à avoir été transféré comme aliéné difficile, pour avoir réclamé incessamment sa mise en liberté ; ces réclamations sont somme toute fréquentes dans toutes les sections asilaires et certains, à force d’insistance, sont transférés à la section des aliénés criminels et difficiles. Autre cas, celui de Édouard L., interné en juillet 1907 par ordre de la Préfecture de police à l’asile de Vaucluse pour s’être rendu, en état d’ivresse, au Palais de l’Élysée afin de « demander aide et secours à Monsieur le Président de la République ». Dans une lettre du 15 septembre 1912, il explique :

« ma situation vient encore d’être aggravée par mon transfert dans le quartier des aliénés criminels de Villejuif. Mon état mental s’est amélioré dès mon entrée à Vaucluse voici donc cinq années. Aux demandes de mises en liberté que j’ai formulées, soit au médecin traitant soit à Monsieur le Préfet de la Police, on a toujours répondu négativement. […] dans les cinq années que j’ai passées à l’asile de Vaucluse, j’ai toujours eu une conduite irréprochable et mon évacuation sur le quartier des criminels n’est que le résultat des demandes incessantes que je ne cessais d’adresser au médecin ».

16Il rédige sur place une lettre destinée au Président de la République, en lui promettant qu’il ne recommencerait plus et qu’il était guéri de son alcoolisme qui l’avait venir fait frapper à la porte de l’Élysée. Entré le 29 juin 1912, il sort le 28 décembre 1912 de Villejuif appuyé par le Dr Henri Colin qui le dit « calme, docile et sans aucune idée délirante ».

17Autre lettre de protestation, celle de Célestin C, âge de 32 ans, entré le 9 mai 1913 pour « interprétations délirantes, idées de persécution et violences familiales » qui écrit au Dr Henri Colin, le 8 mai 1914 :

  • 9 L’orthographe a été respectée.

« J’ai l’avantage de vous prévenir que je suis absolument las d’être un jouet entre vos mains et la perfidie des pouvoirs publics. Comme vous ne me donnez aucuns résultats, je me vois contrains d’agir en conséquence ; il y a une année passée que je suis sous votre domination sans savoir pourquoi. Dans cette année de souffrance pour moi, je vous ais demandé trois choses : 1) de mettre des lettres à la poste, je vous remercie bien mais j’ais le regret de constater que celles qui étaient les plus nécessaires qu’elles arrivent à destination vous les avez gardées entre vos mains. 2) Je vous ai demandé du lait pour soigner un rhume contracté l’hiver dernier, vous me l’avez refusé […] À présent, toute l’année je vous ai demandé ma sortie qui ne vient pas, je finis par ne plus savoir qui commende : je le dit : je suis las d’être un jouet entre vos mains et l’autorité de la préfecture ? de qui suis-je l’esclave9 ? »

18Cet interné a également fait des courriers au Procureur de la République demeurées dans son dossier. Signalons également cette lettre conservée dans le fonds du journaliste Albert Londres :

« Mercredi 6 mai [1925]

  • 10 France, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales de France (AnF), Fonds Albert Londres, 76AS2.

À Monsieur A. Londres au nom d’un groupe de la 3e section de Villejuif10

Une lueur d’espoir nous est apparue quand nous avons ouvert le Petit Parisien11. Enfin un homme de cœur daignait s’occuper de nous. Nous souhaitons que votre campagne soit couronnée de succès comme l’ont été les précédentes.

Un de nos camarades a essayé il y a trois mois au moment de l’affaire Châteaubriant12 de vous faire passer une lettre. Mais elle a été interceptée et son auteur a été puni, preuve que l’administration ne veut pas qu’on sache ce qui se passe ici.

À Villejuif, à 4 km de Paris, voici un résumé de ce qui se passe à notre époque de civilisation et de liberté en l’an de grâce 1925.

Dans notre section, la 3e, il y a 55 malades, 30 au moins n’ont absolument rien fait qui justifie leur internement. La plupart ont été internés à la suite d’un petit délit : ivresse, dispute, bataille, petit larcin … Mais voilà où commence leur malheur : ils ont été déclarés irresponsables et au nom de la loi de 1838, et la plupart en violation de cette loi puisqu’ils n’étaient pas en état d’aliénation mentale.
Mais ceci qui déjà serait très regrettable n’est rien. Au bout de quelques temps, le médecin traitant qui, au début par solidarité professionnelle, n’a pas voulu aller contre l’avis de l’expert qui est son supérieur hiérarchique, le médecin traitant propose la sortie. Mais la préfecture de police le reconnait elle-même en disant aux familles qui réclament, qu’à la 3e section, il n’y a pas de fous ni d’aliénés. Elle le prouve en faisant travailler en atelier avec des outils dangereux, tranchets, couteaux, marteaux etc. Les garanties que la loi de 1838 devrait nous conférer sont toutes illusoires.

La visite du procureur de la république a bien lieu semestriellement mais toutes les réclamations, toutes les lettres restent sans réponse.

Il est de même pour le recours au tribunal civil ; les requêtes ne sont reçues que par avoués d’où formalité longues et couteuses qui durent de 6 à 9 mois. Et comme ce tribunal secret rend ses jugements sans pièce, sans que l’interné soit présent ou représenté et que seule la Préfecture est là pour faire opposition, la cause est 9 fois sur 10 perdue d’avance ?

À notre époque de liberté que dites-vous de ce tribunal ?

Nous vous supplions, faites campagne pour faire cesser ces abus !

Quelle situation tragique pour des hommes lucides et sensés de se voir dans un tel milieu et de ne pouvoir en sortir. Nous vous affirmons qu’il n’y a là aucune exagération et que nous sommes encore au-dessous de la vérité.
Vous êtes puissant, demandez à visiter la 3e section de l’asile de Villejuif. Insistez si l’on refuse et en questionnant quelques-uns d’entre nous, vous serez vite édifié.

Nous vous remercions tous du fond du cœur de ce que vous faites et de ce que vous pourrez faire pour nous.

Un groupe d’internés lucides

  • 13 Le journaliste qui a reçu la lettre ne semble pas en avoir « confirmé » la réception dans ses artic (...)

Ps : nous vous serions reconnaissants si vous pouviez nous faire savoir par une petite note à la fin d’un de vos articles si notre protestation vous est parvenue. Par exemple : je demande des renseignements nouveaux aux victimes de la 333e A13. »

19Ce type de protestations venant de « fous lucides » figure dans de nombreux dossiers d’internés qui, suite à une expertise médico-légale, récusent les conclusions de l’expertise qui les déclare légalement irresponsables.

20Il en est ainsi de Georges A. dirigé vers la 3e section à la suite d’une expertise du Dr Rogues de Fursac en date du 7 janvier 1921 et dont les conclusions sont les suivantes :

« On peut considérer actuellement qu'il est un grand déséquilibré constitutionnel ainsi que le prouve toute l'histoire de sa vie, il est en même temps un sujet présentant des tendances antisociales des plus prononcées et forts dangereuses. Inamendable comme il fallait s'y attendre par les sanctions pénales et voué s'il est abandonné à lui-même à des récidives indéfinies. Il est un de ces anormaux délinquants qui doivent être internés et pour lesquels on réclame depuis longtemps la création d'asiles prisons, à défaut d'un asile prison que nous n'avons pas encore, la seule solution possible est d'interner de nouveau Georges A. à la section d'aliénés difficiles de Villejuif. »

21En outre, dans son expertise, Rogues de Fursac précise qu’il ne présente pas de délire, ni d'hallucination et somme toute « aucune apparence d'un trouble mental de quelque gravité que ce soit ». C'est l'étude des antécédents du sujet depuis l'enfance, qui dit-il, le renseigne davantage. En effet Georges A. était un enfant « instable, à l'esprit fou, irrité » et qui, malgré les remontrances et les punitions, était impossible à « corriger ». Ses parents déclarent « qu'ils ne pouvaient rien obtenir de lui, aucun travail assidu. »

  • 14 Le dossier contient différents articles de presse.
  • 15 Sur le bagne de Saint-Jean du Maroni voir notamment les articles et l’exposition de Jean-Lucien San (...)

22Il faut dire que en 1921 Georges A. n’en est ni à son premier internement, ni à sa première arrestation. Il a été effet interné une première fois à la 3e section du 24 octobre 1910 au 4 février 1911. Il a alors 19 ans, sa profession indiquée est celle de dessinateur et il bénéficie d'un non-lieu à la suite d’une inculpation pour vagabondage spécial (expression juridique pour incriminer le proxénétisme). Le certificat d'entrée à la troisième section indique : « dégénérescence, perversions pathologiques ». Il sort en liberté car il est dit « docile et travailleur ». Il peut être rendu à sa mère qui le réclame mais il sera réintégré en cas de rechute ». Il « rechute » le 26 juillet 1911 pour vagabondage, il est alors réintégré dans la section pour « débilité morale sans délire, vol, perversions instinctives. » Cette fois, il quitte la section le 30 juillet 1911 en s'évadant après 4 jours d'internement et le Dr Colin précise qu’il « doit être réintégré. », ce qui arrive quelque mois plus tard, le 30 novembre 1911 jusqu’à sa libération le 27 juillet 1912. De nouveau interné après-guerre, du 26 janvier 1921 au 29 octobre 1922, il s'évade une nouvelle fois. Entre-temps, son casier s’est épaissi. On apprend il a été condamné quatre fois dont, en 1913, à huit mois de prison pour vol de bijoux et qu’il s'est spécialisé avec une maîtresse dans des vols de chambres d'hôtels14. Il a été aussi condamné une cinquième fois à huit mois de prison par défaut le 17 avril 1920 pour infraction à son interdiction de séjour. En sus des huit mois de prison, il est frappé de la relégation. Au final, il fait appel ce qui lui vaut de ne pas être relégué. Le dossier n'est cependant pas suffisamment complet pour savoir si c’est son passé d’interné qui lui permet d’échapper à la Guyane. Toutefois au moins huit anciens internés de la 3e section entre 1910 et 1914 seront expédiés dans les années 20 à Saint-Jean du Maroni pour des motifs similaires15.

Menaces, refus, évasions ou violences : la rébellion en acte

23Ce même patient, délinquant, lucide et difficile, n'a pas manqué de se rebeller, y compris en actes, lors de son placement asilaire. Évadé une première fois avant guerre, il est, du fait de son évasion, considéré comme dangereux. De plus, les internements successifs ou les arrestations et condamnations ne semblent pas l'impressionner, ce qui fait de lui comme le stipule le Dr Rogues de Fursac en 1921 un « inamendable » qui se joue des mesures prises à son encontre.

  • 16 A contrario, il arrive aussi que des familles refusent tout contact et redoutent la sortie de leur (...)
  • 17 Le Dr Maurice Ducosté, remplace au cours de l’année 1922 le Dr Henri Colin, nommé au service des ad (...)

24Outre le fait qu’il proteste contre son internement et demande sa sortie, sa mère fait de même. Il n’est pas rare en effet que les médecins-chefs se retrouvent aussi aux prises avec les familles16 des internés qui réclament la sortie des leurs. Dans le cas présent, le médecin chef se voit dans l’obligation de prévenir le directeur de l’asile du fait que « Mme A, mère d’un malade de mon service a, par ses cris et ses menaces, provoqué du scandale dans l’établissement. J’ai faire reconduire cette femme à la sortie en lui interdisant c'est à la 3e section ». Dans une lettre adressée à sa tante le 15 juin 1922, à propos de sa mère « mise à la porte de l'asile par le Dr Maurice Ducosté17 » qui avait refusé l'entrevue, Georges A. estime que « c'est une véritable comédie, c'est regrettable d'en arriver jusque-là et que veux-tu ici c’est l'inquisition complète » et il est décidé plus que jamais à lutter contre « un diagnostic qui est faux pour me garder enfermer dans un asile, vu que je me suis tenu tranquille jusqu'à ce jour », il décide « parce que l'on me déclare la guerre », « de prendre la défensive ». En l’occurrence, l’offensive si l’on en croit un certificat de situation du Dr Maurice Ducosté, médecin chef de la structure :

« Il s'est montré ces jours-ci particulièrement indiscipliné accusant le médecin de faux, fomentant des révoltes, manifestant par son attitude des idées d'évasion et essayant de les faire partager par les malades de son quartier. Paresseux, sournois, menteur et violent à l'occasion, il s'est jeté hier sur un infirmier chantant toute la nuit pour empêcher ses camarades de dormir et le pousser par la colère à se révolter […] A. est un individu essentiellement dangereux : ces perversions instinctives ne sont doublées d'aucuns troubles délirants ni d'aucuns affaiblissements intellectuels. S'il est relégable, il y aurait lieu de le faire sortir de l'asile et de le remettre à l'administration pénitentiaire ».

25Ce certificat est suivi d’un autre du médecin, plus détaillé et renseigné par les infirmiers de la section :

« Ce malade, atteint de folie morale, désespérant d'obtenir sa sortie en alléguant la simulation a été surpris hier matin à méditer un meurtre avec un autre aliéné. Ces deux derniers déclarant : “nous pouvons tuer, on peut rien nous faire puisque nous sommes irresponsables”. Sur la remarque du chef de quartier qu'un interné, à la suite d'un délit avait été condamné, Georges A. a répondu qu'il serait plus heureux relégué et que la Guyane serait mieux que Villejuif. J'ai dû isoler de nouveau ce pervers particulièrement dangereux d'autant plus que les travaux d'électricité étant actuellement en cours à la 3e section, les évasions, malgré la surveillance, pourrait être facilitées. Il a protesté avec violence, proféré des menaces, il a voulu se jeter sur moi. Il en a été empêché par le sang-froid le courage surveillant chef et du chef de quartier. Colloqué en cellule, il a continué à crier, il a fait sauter un verrou de la porte à coups de pieds, a déclaré qu'il criera aurait toute la nuit pour pousser à bout ses camarades, il a menacé le chef du quartier : “je le crèverai, je lui boufferai un œil”. Georges A. sera maintenu en cellule jusqu'à ce qu'il paraisse ne plus présenter de danger immédiat pour le personnel ou les autres malades. S'il s'obstine à frapper la nuit dans les portes pour troubler le sommeil du quartier, il sera fixé sur un lit par le maillot ou soumis aux injections d’hyoxyne ».

26Placé en cellule, Georges A. écrit 11 juillet 1922 au médecin :

« Vous m'infligez une punition de trois mois de cellule que cela me serve de leçon, je ne vous en veux pas pour cela, mais je trouve que le temps passé dans ce cas, il est suffisant pour çà ; car je vais sur 33 ans et je sais formellement bien ce qui me reste à faire quand je serai sorti d'ici. Toute cette histoire est arrivée à la suite que ma mère est venue vous voir, moi je ne lui avais pas parlé de venir vous trouver. Comme vous le savez, puisque ma lettre n’a pas passée, je lui ai écrit de porter plainte contre X, en faisant cela, je m'en rapportais essentiellement à la justice sans accuser personne officiellement ; ce qui m'a poussé à agir ainsi c'est que Mr. le Dr Colin m'a plusieurs fois déclaré que j'étais moralement responsable et de patienter, qu'il ne signerait ma sortie au bout d'un an que je serais ici. Effectivement le 31 janvier de cette année, M. le Dr Colin m'a signé une proposition de sortie mais hélas, depuis que l'on me mène en bateau sans résultat ».

27Et le bras de fer de continuer entre le médecin et l’interné. Dans son dossier, le médecin-chef indique qu'il a été visité le 26 juin par le juge de paix de Villejuif et qu’il lui a menti en lui disant dormir sans couverture sur quelques brins de paille et qu'il était l'objet de brimades. Le Dr Ducosté rappelle que son devoir est d'empêcher l'évasion d'un sujet aussi nuisible et malfaisant. Sollicité par la préfecture de police à son sujet, il réitère ses propos fin août 1922 :

« Il est atteint de déséquilibre mental constitutionnel, de perversions instinctives : voleur, menteur, paresseux, escroc, joueur aux courses, souteneur, parasite. […]. Conseillé par un aliéné de la section, persécuteur et revendicateur, il espère obtenir sa libération en affirmant qu'il a volontairement simulé la folie, que par conséquent les conclusions de l'expert qui l’ont fait interner sont nulles et que d'autre part on ne peut revenir sur un non-lieu. Donc il est libre, séquestré arbitrairement. C'est cette argumentation qu'il a sans doute exposée à M. le Juge de Paix suppléant de Villejuif comme il l'a exposé plusieurs fois à moi-même. Argumentation non seulement absurde en soit mais encore dénuée de toute base puisque le rapport de l'expert ne fait état que des perversions instinctives du prévenu et note expressément qu'il ne présente aucun délire. Je donne un avis nettement défavorable à la sortie de cet aliéné ».

28À défaut de voir sa sortie ébauchée, Georges A., après trois mois de cellule, regagne à partir de septembre les quartiers collectifs de la 3e section. Il semble dès lors ne plus protester ou se rebeller et choisir de faire profil bas afin que la surveillance à son endroit se relâche. Aussi, parvient-il à s'évader le 29 octobre 1922 à 6h30 du matin en compagnie d'un autre interné tout aussi revendicateur qu'il ne l'était. On peut lire dans son dossier :

« Ils ont pris la route de Gentilly et leur trace a été perdue. Très dangereux, capable de tous les attentats, il doit être réintégré le plus tôt possible dans l'intérêt de la sécurité publique que pour le maintien de la discipline dans le service. Il dispose probablement d'une somme de 20 000 francs environ, produit de ces vols antérieurs ».

29Dix mois plus tard, le 28 juillet 1923, nouveau placement de ce patient qui a de nouveau été arrêté et est prévenu pour recel. Il est cette fois observé à la prison de la Santé par trois sommités médicales, les Dr Rogues de Fursac, Clérambault et Riche qui concluent à un non-lieu pour ce « débile, déséquilibré, amoral, pervers, inamendable, contre lequel la défense de la société ne peut être réalisée que par l'exclusion définitive de la vie sociale. Cette mesure apparaît réalisable dans les conditions actuelles que par l'internement dans un asile d'aliénés. »

  • 18 Ainsi qu’il est précisé dans le règlement intérieur de la section dont chaque interné est dument in (...)

30Dès son retour le 27 aout 1923, Georges A. est directement placé en cellule afin d'éviter toute nouvelle tentative ou évasion18, cellule d'où il lui arrive toujours de correspondre avec le médecin, comme le 29 août 1923 :

« Monsieur le docteur… par vengeance que je me suis sauvé il y a dix mois, vous me laissez sans savoir mes intentions comme un chien sur de la paille que pensez-vous faire de moi en agissant ainsi ? Quand je me suis sauvé, moi je n'ai eu aucune vengeance je n'ai même pas voulu emmener Henri. P de peur qu’étant libre il fasse un mauvais coup. Pourtant il ne tenait qu'à moi… je regrette d’être parti dans ces conditions […] à présent, je ne demande qu'une chose, rester tranquille et vous pouvez juger par vous-même du reste. »

  • 19 Les transferts à Hœrdt, section pour aliénés criminels qui ouvre en 1912 en Alsace alors sous admin (...)

31Réintégré le 27 août 1923, ce patient récidiviste et rebelle est transféré, dès que possible, à l'asile de Hœrdt19 en Alsace le 10 octobre 1923 afin de minimiser les risques d’une nouvelle évasion de la 3e section.

  • 20 Les évasions représentent 3 % des modalités de sortie de la section.
  • 21 Voir le récit de René Girier, Chienne de vie, Paris, Éditions Martel, 1952, p. 196-205.

32De fait, les évasions, bien que relativement rares20, sont redoutées par les médecins, autant qu’en prison de la part des personnels pénitentiaires. Non seulement leur réussite encourage d'autres internés à tenter leur chance mais encore, sont-elles vécues comme humiliantes pour le médecin et le service. Crainte de voir des « aliénés difficiles et/ou criminels » recouvrir impunément leur liberté, mais aussi camouflet à les voir « se faire la belle », ce dont tout le personnel a à se justifier, y compris le médecin-chef, dans des rapports circonstanciés où sont relatés aussi précisément que possible les détails de l’évasion. Peu nombreuses, certaines furent spectaculaires comme celle organisée par le frère et quelques complices d’Émile Buisson qui s’évada en compagnie d’André Barrier et de René Girier de la 3e section le 3 septembre 194721. La plupart furent facilitées par un défaut d’attention du personnel ou par manque de personnel. Un certain nombre d’évasion furent cependant déjouées comme celle tentée par trois internés le 29 novembre 1939 et relatée ainsi par le surveillant général :

« Une tentative de révolte et d'agression fort grave a eu lieu à 19h30 au 2e quartier des travailleurs. Le personnel, sur ses gardes depuis hier, a rapidement répondu à l'appel d'alarme ainsi que moi-même et par là a réduit immédiatement le nombre des combattants. Deux seulement n'ont pas répondu à l’ordre d’écart que je leur intimai. Agressé par le malade B., une lutte extrêmement dure s'engageait avec ce malade en possession d'un poing américain. Celui-ci finissant par être réduit, non sans de vifs horions sur lui. Le deuxième H. n'insista alors pas et le suivit en cellule. Un troisième R. les rejoignit après avoir tenté de les soutenir un certain moment.

Le surveillant général a été le plus touché dans cette bagarre : plaie frontale, contusion multiples de la face et contusion du bras gauche. Contusions multiples également pour les infirmiers V, des et M sans gravité semble-t-il.

J'ai plaisir à faire l'éloge de l’ensemble du personnel qui ; par sa rapidité, a fait avorter ce coup destiné à s'emparer d'un trousseau de clés pour la fuite de quelques-uns. À noter qu'après la bagarre, il est resté sur place différents objets destinés à servir d'armes.

  • 22 En 1939, quelques internés proviennent du camp de Roland Garros où, de septembre 1939 à juin 1940 é (...)

En conclusion, j'ajoute à Monsieur le directeur que le traitement des malades à la section est toujours des plus bienveillants et que cette révolte ne peut s'expliquer que par la présence parmi eux de quelques délinquants à répétition qui, par les journaux, se sont vu placés durant la guerre dans cette alternative : asile, prison ou camp22 – donc décidés à tout ».

33Le cas de l’interné Georges A. est donc loin d’être isolé. D’autres comme lui ont bénéficié d’un non-lieu, puis ont protesté contre leur internement, sont passés par des phases de colères et d’agressivité envers le personnel, ont tenté la « belle » et parfois l’ont réussie.

  • 23 Dr Henri Colin, Rapport annuel de 1911 du service des aliénés de la Seine adressées à la Préfecture(...)

34Les actes de rébellion furent nombreux, le Dr Henri Colin les évoque dès l’ouverture de la section :
- Le 18 juillet 1911, un malade a fêlé une des glaces qui surmontent le grillage de la cour du 1er quartier en lançant un jeu de dame.
- Le 21 septembre 1911, alors que deux infirmiers servaient un malade dans sa chambre, celui-ci les a injurié et leur a jeté à la face son assiette. Ce même patient a « serré assez fortement aux parties sexuelles » un infirmier qui tentait de le maintenir. Deux semaines plus tard, le 4 octobre, le même patient lançait son vase de nuit à la figure du « chef de quartier » qui venait le chercher pour le conduire au bain ; nouvel incident le 27 décembre, quand cet interné lança son vase d’urine à la tête d’un infirmier qui refusait de lui laisser son gobelet pour la nuit.
- Le 5 décembre 1911, vers 9h du matin, un malade du 1er quartier « s’est agité subitement dans son atelier ; réclamant sa sortie et menaçant de tout briser avec sa machine à tisser les chaussons et d’éventrer ; à l’aide de l’aiguille qui lui sert pour le tissage, le premier qui s’approcherait de lui. « Joignant le geste à la parole » il a tenté » d’en porter un coup à un infirmier. « Finalement maitrisé, il a été mis à l’isolement et menace de recommencer à la première occasion23 ».
- En 1913, un interné, « très jeune et très agile » pour reprendre l’expression du Dr Colin, a réussi à grimper sur le toit par les gouttières (voir coupure de presse ci-dessous).

Coupure de presse datée du 15 avril 1913

Coupure de presse datée du 15 avril 1913

Sans mention du périodique, conservée dans le dossier du patient.

35Ailleurs, une lettre du 13 mars 1940 adressée par le surveillant général au Dr Brousseau rapporte les faits suivants :

  • 24 Républicain espagnol qui avait transité par le camp de Gurs où il avait tué un autre réfugié.

« Monsieur le docteur, aujourd'hui à 11h30, le malade V.24 voyant qu'il n'obtenait pas satisfaction lors de notre passage, s'est mis à frapper violemment les portes. Mis en cellule non sans une vive résistance, il s'est mis à cogner dans les carreaux de glace dont une vola en éclats. Il fut alors de nouveau maîtrisé immobilisé sur un lit. Au cours de ces luttes, divers horions furent reçus et par le personnel et par le malade. L'infirmier Aubert plus durement touché, examiné par l'interne qui diagnostiqua une fracture du nez. De ce fait, il est absent de services et doit passer de radio à l'hospice Paul Brousse. Je profite de ce nouvel incident pour vous signaler qu'en face d'éléments jeunes et vigoureux qui nous sont envoyés d’un peu partout, je ne dispose plus aujourd'hui que d'infirmiers dont l'âge varie entre 45 et 55 ans. »

36Les « accrocs » entre le personnel et les patients sont choses courantes, et les infirmiers les premières cibles des patients rebelles qui récriminent au quotidien, refusent leur internement ou cherchent à s’évader.
Le 4 février 1950, un patient écrit ainsi au médecin-chef :

  • 25 En dépit du ton particulièrement virulent et de l'opposition manifestée par cet interné, ce dernier (...)

« Vous avouerez que mon aspect pathologique était une raison bien vague pour m'arrêter et le délit de vagabondage un motif bien incertain pour me retenir, vérification faite de mon identité. […] J’ai choisi un de vos geôliers comme tête de turc, je l’ai insulté jusqu'à ce que j'obtienne d'être isolé dans une cellule. […] Il m'est impossible de pactiser avec les psychiatres, impossible de souffrir des geôliers. Si dans l'affirmation de ma révolte, je ne vais pas jusqu'au meurtre c’est qu’alors, je me trouverais définitivement votre prisonnier. J'ai encore beaucoup à faire pour obéir à la nécessité qui m'a voulu ici pour pleinement prendre conscience de mon destin. […] Je n'ai rien à vous dire de mes sentiments votre égard, sinon toute mon admiration pour le malade D. qui, après avoir passé une douzaine d'années dans des maisons de fous, essaye périodiquement d'assommer ses gardiens25. »

37Au paroxysme des actes de rébellion, des violences opposent régulièrement les patients aux soignants. Ainsi, le 7 février 1954 un interné tue un infirmier en lui enfonçant un crayon dans l'œil. À la 3e section depuis le 20 décembre 1947, cet homme avait été adressé depuis la prison de la Santé où il était prévenu pour vagabondage et absence de papiers d’identité. En prison, il s'est fait remarquer par « des phases d'excitation, de révoltes et de turbulences au cours desquelles il se frappait la tête contre les murs ». Le premier médecin à l’examiner signale que l'interrogatoire, qui se fait tant bien que mal en allemand, est difficile puisque le patient, soviétique, ne parle pas le français. Il semble qu'il soit à Paris depuis 3 mois et demi après deux années d’errance au travers l’Europe. Protestant véhément contre son arrestation, il dit « qu'il voulait faire du bruit, attirer l'attention et écrire aux autorités pour réclamer ».

38Placé d’abord en observation à son arrivée, il envoie son assiette au visage des infirmiers, donne un coup de poing à un autre interné. Durant les sept années que dure son internement, il ne cessera par intervalles d'être l'auteur de violences et manifeste à plusieurs reprises son intention de tuer quelqu’un ou de se suicider. Son geste meurtrier du 7 février 1954 fut suivi d'une enquête et d’une reconstitution puisque, le lendemain matin, il décéda d'une hémorragie interne. Différents articles de presse évoquèrent alors « le double drame de la Fosse aux serpents. »

39Car en effet, au quotidien, devant les récriminations et l’agressivité de nombreux patients contre l’institution et ses hommes, il arrive aussi que des infirmiers perdent pied ainsi que le signale un patient en 1923 : 

« Ce matin vers deux heures, je travaillais au réfectoire, l’infirmier B. tira le tiroir à charbon pour chercher un papier pour allumer sa cigarette. Je fis observer à l’infirmier que les chefs M et H avaient défendu qu’on mette dans le tiroir des vieux papiers. […] et je repoussai le tiroir à sa place, alors instantanément ; l’infirmier entra en fureur et me cria son visage contre le mien : tiens tout à l’heure, j’attrape un broc et je te tue avec. J’étais épouvanté mais je lui répondis malgré ma frayeur : si vous me frappez, je me plaindrai à qui de droit. La dessus l’infirmier se mit à trépigner et frappait du poing sur la table en marbre tout en criant, je m’en fous d’être renvoyé, mais il faut que j’en tue un, n’importe lequel ! »

Les internés de la 3e section : de la folie lucide à l’anormalité constitutionnelle

40De la simple protestation écrite au harcèlement quotidien par des courriers, en passant par des caricatures envoyées au médecin, les menaces verbales, les refus de travail, les attaques physiques envers le personnel ou les complots collectifs d’évasion, autant d’actes de révoltes et de rébellions répertoriés par le Dr Henri Colin, premier médecin chef de la section comme des « actes d’indiscipline » et non comme des réactions pathologiques d’aliénés. Ces faits sont liés dit-il « à « la mentalité très spéciale des hospitalisés de la troisième section ». Médico-légaux (aliénés criminels) ou « insupportables » dans les sections asilaires ordinaires en raison de leur quérulence ou de leur violence (aliénés difficiles et vicieux), les internés de la 3e section entrent la plupart dans la catégorie des « fous lucides », soit des aliénés qui ne présentent ni délire, ni hallucination. Leurs particularités d’aliénés difficiles, criminels ou vicieux – et la plupart du temps délinquants – en font des internés le plus souvent « intelligents », « pervers » et « lucides » comme en témoignent régulièrement des mentions faites à l’arrivée ou après des mois d’observations ou des années d’internement.

Dessin réalisé par Henri F.

Dessin réalisé par Henri F.

Jeune interné de 19 ans particulièrement turbulent qui avait "monté" entre 1911 et 1914 un petit syndicat à la section afin de s'opposer au travail (voir http://criminocorpus.revues.org/​2788). Le Dr Colin, qui portait une calotte, est représenté à gauche et le surveillant général à droite.

  • 26 À la sortie de l’ouvrage La folie lucide du Dr Ulysse Trélat, un article paru le 12 juillet 1861 da (...)
  • 27 Voir en particulier les affaires Jules Sandon ou Hersilie Rouy, internements « arbitraires » qui in (...)

41La question de la « folie raisonnante », préparée par la « manie sans délire » de Pinel, puis par la folie morale évoquée par Esquirol dans sa Note sur la monomanie homicide de 1827 ou encore par La folie lucide d’Ulysse Trélat26, a alimenté au XIXe siècle de nombreux débats sur l’application de l’article 64 du Code Pénal à même de faire reconnaitre irresponsable pour cause de folie l’auteur d’un crime. Elle s’enchevêtre au concept de criminel-né de Lombroso et cette association débouchera sur la figure de l’anormal constitutionnel, plus particulièrement à l’endroit des délinquants et des criminels. Ceci dans un contexte où, depuis le Second Empire, des campagnes d’opinion et de presse s’emparent de quelques cas d’internements considérés comme arbitraires27 et qui entameront la crédibilité de la science aliéniste là où les aliénistes plaideront le principe du « fou » qui ne se sait pas fou ou du fou qui ne présente ni délire ni hallucination, mais du fou tout de même. Suspectés de régner sur des « Bastilles modernes » selon les termes des internés protestataires et de la presse, les aliénistes n’auront de cesse que de justifier le bienfondé d’internements en s’appuyant sur les soubassements de la « folie lucide ».

42Prenant le contre-pied des accusations portées contre les aliénistes dont les asiles seraient des « Bastilles modernes », le Dr Paul Sérieux publie en 1905 dans la Revue de psychiatrie un article dédié aux « asiles spéciaux pour les condamnés aliénés et les psychopathes dangereux » et se référant à la Bastille, il affirme que celle-ci était une préfiguration de l’asile de sûreté. Il écrivait :

« Il apparait avec évidence qu'à côté des victimes de l'arbitraire royal, il y avait (dans cette prison), en nombre non négligeable, des sujets appartenant aux catégories de dégénéré dangereux, pour lesquels on demande aujourd'hui des asiles de sûreté, et que, déjà à cette époque, on reconnaissait comme trop lucides pour les maisons d'aliénés, insuffisamment responsables pour la prison est trop malfaisants pour être laissés en liberté ».

  • 28 Leur ouvrage trouvera aussi un large écho dans les Archives d’anthropologie criminelle de 1912.
  • 29 Des internés de la section ne manqueront pas eu aussi de reprendre l’image de la Bastille. Certains (...)

43En 1911, il publie avec le Dr Lucien Libert Les anormaux constitutionnels à la Bastille (interprétateurs, revendicateurs et fabulateurs)28 où ils appuient l’idée selon laquelle la Bastille était certes une prison et une maison de correction mais aussi, pour un certain nombre de prisonniers, « surtout un asile de sureté » qui retenait « entre ses murs nombre d’anormaux constitutionnels malfaisants et de dégénérés antisociaux » et des aliénés en « proportion notable » ce « qui montre bien que la Bastille est, par ce côté un service d’aliénés difficiles29 » dans la mesure où « il y avait en proportion notable les anormaux constitutionnels, c'est-à-dire, dégénérés inadaptés au milieu social, non pas consécutivement à une maladie mentale, mais en raison d'anomalies variées du développement psychique. »

  • 30 Julien Raynier et Louis Vian, « Les anormaux constitutionnels, criminels et délinquants », Annales (...)

44L’anormal constitutionnel en particulier le délinquant ou le criminel est, selon Julien Raynier et Louis Vian, « inconscient de l’immoralité, de la nocivité sociale de son acte, incapable de discerner aussi bien que de se déterminer, il ne doit aucun compte à la justice (art. 64 du code pénal) et relève le plus souvent de l’asile. Mais il existe, à cote de ces cas types, des cas limites, indécis où les juges reconnaissent pour auteurs des individus au « frontières de la folie » (en l’espèce des déséquilibrés, des amoraux, des anormaux constitutionnels, pervers, vicieux). La loi ne les a pas expressément prévus, aussi ces sujets sont-ils envoyés, suivant les circonstances, tantôt à la prison avec indulgence dans l’application de la peine, tantôt à l’asile30. Et de citer le cas d’une jeune femme qui a connu « tous les moyens de répression ou d’assistance actuellement usités » soit les « maisons de correction, la prison, l’asile » et pour laquelle aucun n’a été utile.

45Reconstituer l’itinéraire des patients de la 3e section permet de constater que presque la moitié d’entre eux ont été ont été arrêtés ou condamnés entre 1 et 46 fois et que nombre d’entre eux ont un lourd passé : anciens des colonies pénitentiaires de Gaillon, Eysses, Belle Île ou Aniane ou/et enfances abandonnées qui les ont fait passer par l’Assistance publique, placés dans divers patronages ou employés comme garçons de ferme. Parmi eux également, des anciens des Bataillons d’Afrique, de nombreux déserteurs avérés. Autant de passés de « mauvaises graines » qui les font arrêter pour des délits de vagabondage, grivèlerie, infraction à la police des chemins de fer, outrages à agents, alcoolisme, bagarres sur la voie publique, larcins divers allant parfois jusqu’au meurtre crapuleux.

  • 31 Mis à part la proportion de simulateurs avérés qui eux espéraient obtenir un non-lieu et qui, une f (...)

46Ceux-là constitueront le socle des rebelles « à et de » la 3e section à savoir des individus sous le coup d’un non-lieu qu’ils récusent31 car, c’est en effet au terme d’une expertise médico-légale qu’ils vont se trouver orientés vers la voie pénale ou vers la voie asilaire.

47Les experts psychiatres savent leur tâche difficile et sont parfois en proie à des hésitations. C’est le cas dans une expertise du Dr Dupain, datée du 15 avril 1934 :

  • 32 Le prévenu a 27 ans, il a été interné deux fois dont du 12 septembre 1932 au 12 septembre 1933 à la (...)

« Il n'est point halluciné ni délirant, ce n'est point un affaibli ni un débile intellectuel. L’alcool n'a point encore obnubilé ses facultés mais G. est hypersensible à ce toxique. Par ailleurs, il a conscience de ses actes et raisonne très bien sur leurs conséquences éventuelles. Cependant malgré l'absence de délire et la conservation de l'intelligence, il reste la dégénérescence, la perversité, la déficience du sens moral et il y a lieu de considérer que les troubles du comportement ont pour origine une tare constitutionnelle, une hérédité fâcheuse que n'a pu contrebalancer l'éducation familiale. Le séjour dans une maison de correction a été fâcheuse à G. ainsi que ses mauvaises fréquentations32 […] ».

48Autre conclusion d’expertise du Dr Génil Perrin datée du 10 février 1943 qui pose la question de l’intrication entre criminologie et psychiatrie, entre Défense sociale et thérapeutique asilaire :

  • 33 L’interné Robert, prévenu pour vol, mobilisé en 1939, déserteur a été interné une première fois en (...)

« Grand débile pervers ; incapable de mener une vie sociale correcte. Du point de vue de la conclusion médico-légale, c'est un cas limite. On aurait pu aussi bien le laisser jusqu'au bout et surtout jusqu'à la relégation incluse pour répondre de ses méfaits ce qui aurait eu l'avantage d'en débarrasser la société d'une façon radicale. Toutefois, l'importance de son anomalie mentale a conduit le Dr Heuyer en 1940 à opter pour son internement, thèse également soutenable. Actuellement, le choix n’est plus permis. Le fait que G. a été reconnu irresponsable et bon à interner, s’opposera dorénavant à une sanction pénale radicale. Une fois qu’on s’est engagé dans la voie de l’internement avec ces dégénérés pervers, il n’est pas facile de faire machine arrière et il vaut mieux continuer dans ce sens. Mais il faudrait que de pareils sujets fussent mieux gardés et placés dans des services d’où on s’évade moins facilement. Il faudrait aussi, quand ils s’évadent, que l’administration fit quelque effort pour les faire rechercher et réinterner d’autant plus que, à l’époque actuelle, le réseau policier est assez serré pour permettre la découverte facile de semblables sujets. Nous conclurons dans le même sens que le Dr Heuyer à l’irresponsabilité et à la nécessité de l’interner, voire de l’interner dans le service des aliénés difficiles de Villejuif33 ».

49D’autres experts comme le Dr Rogues de Fursac optent clairement pour l’option d’internement inspirée par la Défense sociale. Les conclusions d’une expertise qu’il rédige le 31 juillet 1931 à propos de Robert, 12 fois interpellé sur la voie publique pour alcoolisme et qui est en prévention pour port illégal de décoration illustrent cette orientation :

« Le seul moyen de défense sociale qui puisse être efficace est ici l’internement dans un asile d’aliénés ». Interné le 18 août 1931 à Villejuif, ce dernier fait un courrier de réclamation un mois plus tard : « Je ne crois pas avoir présenté aucun signe qui pourrait faire paraitre que je suis atteint de troubles cérébraux [….] mon délit ne pouvait qu’obtenir un emprisonnement de 15 jours à un mois de prison maximum ! ».

  • 34 Dr Kéraval, « Des mesures à prendre à l’égard des aliénés criminels », Intervention au Congrès des (...)
  • 35 Médecin-chef de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Clermont-Ferrand, le docteur Pierre Giscard (...)
  • 36 « Dangers du placement des criminels et des délinquants dans les services des hôpitaux psychiatriqu (...)

50La question du placement des anormaux constitutionnels délinquants ou criminels à « la frontière de la folie qui ont eu maille à partir avec l’autorité ou la justice34 » se prolongera de longues décennies et donnera lieu à des débats renouvelés, ainsi d’une discussion à la société médico-psychologique où le Dr Pierre Giscard35 déplore que certains experts, « concluent trop facilement à l'irresponsabilité de criminels et de délinquants non psychopathes lorsqu'ils sont lucides, non délirants, sous prétexte qu'ils ont commis plusieurs délits, des vols à répétition ou que, dans certaines circonstances, ils se sont montrés violents. » Il signale qu’il a fait procéder dans son service à des examens systématiques (radiographie du crâne, électroencéphalographie), et que « bien qu'il y ait chez eux une certaine proportion de débiles, de caractériels et de parkinsoniens, il y a parmi eux des hommes fort intelligents dont l’affectivité et les tendances caractérielles ne sont nullement perturbées et qui ont été orientés vers la criminalité et vers la délinquance par une éducation défectueuse ou par l'absence d'éducation et par l'influence néfaste d'un milieu familial et social mauvais. » Selon le Dr Giscard : « Les plus grands facteurs de la criminalité et de la délinquance sont avant tout des facteurs d'ordre moral et social et le problème qu'ils posent n’est ni d'ordre biologique ni d'ordre psychopathologique ». Une fois à l’hôpital psychiatrique, ils « n'ont aucun scrupule […] fomentent des évasions, se livrent à des trafics louches et introduisent dans le service médical une atmosphère de défiance36 ».

  • 37 Ancien élève du Dr Ernest Dupré qui évoquait une « immoralité constitutionnelle » ou une invalidité (...)

51Parmi ses collègues, le Docteur Albert Brousseau37 exprima son désaccord :

  • 38 Ibid., p. 557.

« Je m'étonne de ce que notre collègue s'autorise à considérer que la plupart des criminels ou délinquants susceptibles d'être envoyés dans les hôpitaux psychiatriques et spécialement dans les services de sûreté ne sont pas des malades mentaux. Si j'ai bien compris sa pensée, il est nécessaire, pour être malade mental, de présenter, soit une insuffisance, soit une déchéance intellectuelle, soit un délire. […] Pour M. Giscard, il y a peu de place, en dehors des facteurs moraux et sociaux, dans l'étiologie de la criminalité et de la délinquance. […] Je crois devoir rappeler qu’avec un certain nombre d'auteurs j'ai pu montrer, grâce à la collaboration du centre neuro-chirurgical de Sainte-Anne qu'une part importante de ces comportements empreints de délinquance ou de criminalité se produisait chez des personnes où l’on a pu mettre en évidence des états anatomo- pathologiques visibles dès l'ouverture du crâne, sous forme d'atteinte méningée ou corticale, ou d'anomalies vasculaires, ou de la combinaison de ces trois anomalies38. »

  • 39 En 1954, outre la 3e section de Villejuif, fonctionnent la section de Hœrdt en Alsace et celle de M (...)
  • 40 Et si le terme « rebelle » ne se retrouve pas dans les certificats et les observations, le Dr Brous (...)
  • 41 Allusion à la Loi de Défense sociale promulguée en Belgique en 1930, sur la question voir Yves Cart (...)

52Et ces « anormaux constitutionnels délinquants ou criminels qui échoueront dans les services de sureté39 » se révéleront être d’opiniâtres réfractaires et des rebelles40 en milieu asilaire d’autant plus qu’ils obtiendront plus difficilement que tout autre interné d’office, la levée administrative de leur placement par le service des aliénés de la Préfecture de Police qui redoute leur mise en liberté. État de fait qui ne fera que renforcer la contestation in situ, au grand dam des médecins. Lorsqu’ils accordent une sortie qui est refusée par la Préfecture de police, une expertise est diligentée aux fins de sortie. Le Dr Génil Perrin, mandaté le 20 février 1947 pour se prononcer sur la sortie de Charles L., envoyé à la 3e section le 22 octobre 1943 après sept condamnations (et qui a avoué être un simulateur durant son internement), conclut : « J’ai vu L. et après mûre réflexion, je me décide à conclure à la sortie. Cela fait plus de trois ans d’internement et l’on ne peut être plus rigoureux que les Belges41 ! »

Haut de page

Notes

1 Voir Véronique Fau-Vincenti, « D comme difficile ou dangereux ? », à paraître dans Criminocorpus, la revue.

2 Dr Henri Colin, « Les aliénés difficiles et les habitués des asiles », article annexé au Rapport sur les asiles d’aliénés du département de la Seine pendant l’année 1903, p. 314. Henri Colin était alors chargé par le Conseil général de la Seine d’étudier ce type d’établissement pressenti.

3 Ambroise Paré, Œuvres, V, 25, t. 1, Paris, Éd. Baillère, 1841, p. 362b.

4 Après établissement d’une liste de 2 512 internés pour la période 1910-1959 (moins la période où la 3e section devient section militaire entre août 1914 et 1920), ce sont 1 957 dossiers individuels de patients qui constituent la matière à l’étude en cours.

5 Près des trois quarts des dossiers comprennent des lettres de patients et certains renferment jusqu’à près d’une centaine de lettres diverses.

6 Ajouter à ceux là, 1,69 % d’internés admis pour psychose carcérale et 0,70 % placés par leur famille.

7 Le placement à la 3e section peut également se faire à la demande de l’expert qui a prononcé l’irresponsabilité ou du médecin du service des admissions de Sainte-Anne.

8 Interné à la 3e section du 17 décembre 1932 au 3 septembre 1933, il sort « en liberté » selon les termes des certificats, c’est-à-dire que ce patient ne fait pas l’objet d’un transfert dans une section ordinaire d’un autre asile.

9 L’orthographe a été respectée.

10 France, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales de France (AnF), Fonds Albert Londres, 76AS2.

11 Référence à l’enquête « Chez les fous » parue en livraison dans le Petit Parisien du 6 mai au 20 mai 1925 en douze livraisons. La lettre a donc été écrite le jour même de la parution du premier article.

12 Affaire Hélène de Chateaubriand : voir « Les internements mystérieux de la comtesse Hélène de Châteaubriand », Albert Londres, Le Petit Parisien du 26 janvier 1925.

13 Le journaliste qui a reçu la lettre ne semble pas en avoir « confirmé » la réception dans ses articles.

14 Le dossier contient différents articles de presse.

15 Sur le bagne de Saint-Jean du Maroni voir notamment les articles et l’exposition de Jean-Lucien Sanchez sur Criminocorpus.

16 A contrario, il arrive aussi que des familles refusent tout contact et redoutent la sortie de leur proche – c’est en particulier le cas des « tyrans familiaux » qui maltraitent les leurs. À noter aussi quelques rares cas d’internement de « fils de bonne famille » ayant pignon sur rue – magistrat, chef d’entreprise, médecin, homme politique – dont les parents sollicitent le placement à la 3e section et appuient au contraire le maintien en accord avec le médecin-chef.

17 Le Dr Maurice Ducosté, remplace au cours de l’année 1922 le Dr Henri Colin, nommé au service des admissions de la Seine.

18 Ainsi qu’il est précisé dans le règlement intérieur de la section dont chaque interné est dument informé à son arrivée : toute tentative d’évasion sera sévèrement punie par un placement en cellule qui peut aller de 15 jours à trois mois.

19 Les transferts à Hœrdt, section pour aliénés criminels qui ouvre en 1912 en Alsace alors sous administration allemande, se feront à partir du 6 février 1923 date à laquelle un premier convoi de 24 patients de la 3e section de Villejuif y est envoyé. Le transfert à Hœrdt est réservé aux aliénés considérés comme les plus difficiles et/ou les plus susceptibles d’évasion.

20 Les évasions représentent 3 % des modalités de sortie de la section.

21 Voir le récit de René Girier, Chienne de vie, Paris, Éditions Martel, 1952, p. 196-205.

22 En 1939, quelques internés proviennent du camp de Roland Garros où, de septembre 1939 à juin 1940 étaient conduit les récidivistes ou les individus considérés comme menaçants pour la sécurité de l’État.

23 Dr Henri Colin, Rapport annuel de 1911 du service des aliénés de la Seine adressées à la Préfecture, Paris, Montevrain, 1911, p. 312.

24 Républicain espagnol qui avait transité par le camp de Gurs où il avait tué un autre réfugié.

25 En dépit du ton particulièrement virulent et de l'opposition manifestée par cet interné, ce dernier sera pris en affection par le Dr Albert Brousseau ainsi qu'en témoignent des pièces du dossier mais aussi Julien Gracq venu visiter le jeune homme, voir Lettrines, Paris, Éd. José Corti, 1994, p.181.

26 À la sortie de l’ouvrage La folie lucide du Dr Ulysse Trélat, un article paru le 12 juillet 1861 dans la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie saluait l’ouvrage en ces termes : « La folie lucide ! Ce titre seul à l'air d'un paradoxe. On est tellement accoutumé, dans le langage ordinaire, à considérer la lucidité comme l'antithèse est presque la négation de la folie, que l'on est tout surpris, et pour ainsi dire révolter de l'accouplement monstrueux, en apparence, de ces deux termes disparates. […] M. Trélat n'a aspiré ni à commettre un contresens, ni à faire une figure de rhétorique. Il a voulu bel et bien dénoncer comme malade plus d'un esprit regardé jusqu'ici comme sain, et signaler une classe de fou d'autant plus compromettant et dangereux qu'ils sont contestés par les gens du monde et méconnu par la plupart des médecins étrangers à l'étude de l'aliénation mentale. […]. Ces fous là ne paraissent point fous, parce qu'ils répondent exactement aux questions qu'on leur fait, s'expriment avec clarté, causent agréablement, racontent avec précision, et font souvent preuve de discernement et de sagacité. Quelques-uns raisonnent comme le dialecticien le mieux exercé, écrivent avec élégance et avec correction, manient habilement le pinceau, et témoignent d'un goût exquis pour les arts ; d'autres surprennent par la grâce de leur imagination, par la noblesse de leurs sentiments, par l'étendue de leur savoir et par la variété de leurs connaissances. »

27 Voir en particulier les affaires Jules Sandon ou Hersilie Rouy, internements « arbitraires » qui inaugurent une rubrique régulière dans la presse, il se passe en effet dès lors rarement une année sans que un ou deux cas fassent l’objet d’articles dans différents quotidiens.

28 Leur ouvrage trouvera aussi un large écho dans les Archives d’anthropologie criminelle de 1912.

29 Des internés de la section ne manqueront pas eu aussi de reprendre l’image de la Bastille. Certains évoquent une « lettre de cachet à leur endroit » alors que d’autres se demandent s’il n’était pas plus aisé de sortir de la Bastille que de la 3e section.

30 Julien Raynier et Louis Vian, « Les anormaux constitutionnels, criminels et délinquants », Annales médico-psychologiques, 1920, p. 24.

31 Mis à part la proportion de simulateurs avérés qui eux espéraient obtenir un non-lieu et qui, une fois à la section, attendent patiemment leur heure de sortie ou organisent méthodiquement leur évasion.

32 Le prévenu a 27 ans, il a été interné deux fois dont du 12 septembre 1932 au 12 septembre 1933 à la 3e section (où il avait été transféré pour s’être évadé de l’asile de Braqueville) et vient d’être de nouveau arrêté après un vol. Auparavant, il avait été placé de l’âge de 16 ans à sa majorité à Aniane pour avoir volé son patron, puis passé en Conseil de guerre pour désertion. Placé à la 3e section le 18 avril 1934, il ressortira le 30 novembre 1941 en liberté, en ayant participé à une tentative d’évasion collective et non sans avoir dit au Dr Porcher qu’il regrettait « l'internement et le non lieu et qu’il aurait préféré la prison à temps à l'internement sine die ».

33 L’interné Robert, prévenu pour vol, mobilisé en 1939, déserteur a été interné une première fois en 1940 à Ville-Évrard dont il s’est évadé. 9 arrestations pour vol depuis 1923, le premier en 1923 à 15 ans avec envoi dans une colonie pénitentiaire à Gaillon jusqu'à sa majorité. Il entre à la 3e section le 5 mars 1943 et s’en évade le 10 juin 1944.

34 Dr Kéraval, « Des mesures à prendre à l’égard des aliénés criminels », Intervention au Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de langue française, Paris, Éd. Masson, 1904, p. 1.

35 Médecin-chef de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Clermont-Ferrand, le docteur Pierre Giscard s’occupaient des relégués incarcérés dans la prison « d’antisociaux » de Gannat et dans le centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand.

36 « Dangers du placement des criminels et des délinquants dans les services des hôpitaux psychiatriques » par M.P. Giscard, Annales médico-psychologiques, séance du 22 mars 1954, p. 554 et 555.

37 Ancien élève du Dr Ernest Dupré qui évoquait une « immoralité constitutionnelle » ou une invalidité morale », le Dr Brousseau, médecin-chef de la 3e section de 1938 à sa mort en 1955, défendra une psychiatrie neurobiologique dans le prolongement des théories de l’anthropologie criminelle et verra dans les « anormalités » comportementales des délinquants l’indice d’une anomalie dont les racines seraient constitutionnelles.

38 Ibid., p. 557.

39 En 1954, outre la 3e section de Villejuif, fonctionnent la section de Hœrdt en Alsace et celle de Montfavet dans le Vaucluse, ouverte en 1947.

40 Et si le terme « rebelle » ne se retrouve pas dans les certificats et les observations, le Dr Brousseau l’emploie cependant une fois à propos d’un jeune interné de 17 ans, ancien pensionnaire de la colonie pénitentiaire de Belle Île d’où il s’est évadé : « Instabilité, rebelle à toute discipline, impulsivité, fugues à répétition, mythomanie ».

41 Allusion à la Loi de Défense sociale promulguée en Belgique en 1930, sur la question voir Yves Cartuyvels, Brice Champetier, Anne Wyvekens, « La défense sociale en Belgique, entre soin et sécurité. Une approche empirique », Déviance et société, 2010, vol. 34, n° 4, p. 615-645.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Courrier adressé par un patient au Procureur de la République en juillet 1911 (recto)
Légende Enveloppe conservée dans le dossier du patient.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Courrier adressé par un patient au Procureur de la République en juillet 1911 (verso)
Légende Enveloppe conservée dans le dossier du patient.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Coupure de presse datée du 15 avril 1913
Légende Sans mention du périodique, conservée dans le dossier du patient.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Dessin réalisé par Henri F.
Légende Jeune interné de 19 ans particulièrement turbulent qui avait "monté" entre 1911 et 1914 un petit syndicat à la section afin de s'opposer au travail (voir http://criminocorpus.revues.org/​2788). Le Dr Colin, qui portait une calotte, est représenté à gauche et le surveillant général à droite.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Fau-Vincenti, « Aliénés et rebelles : Quérulence et protestation en milieu asilaire (1910-1959) », Criminocorpus [En ligne], Les rebelles face à la justice, Articles, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2832

Haut de page

Auteur

Véronique Fau-Vincenti

Doctorante en histoire sous la direction de Marc Renneville (Centre Alexandre Koyré).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page