Navigation – Plan du site
Articles

Figures paradoxales d’antisociaux des années 50

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

1Les amateurs tout comme les historiens du rock ont salué le titre « Antisocial » du second album du groupe Trust, « Répression », diffusé en 1980, au terme du septennat de Valéry Giscard d’Estaing. Une chanson qui sonnait le glas des Trente glorieuses, selon un critique averti. Ce pamphlet violent et énergique s’en prenait aux normes sociales, aux côtés d’autres morceaux qui faisaient clairement allusion au gangster Jacques Mesrine, décédé un an auparavant.

2Lorsque l’on porte son regard sur les faits divers de la Quatrième République, d’autres figures de révoltés, de hors-la-loi, de gangsters semblent correspondre à cet épithète : Pierre Loutrel, Émile Buisson, Pierre Caro, Paul Dellapina, René Girier, Jo Attia, récidivistes des holdups et cambriolages, véritables « tontons-flingueurs1 » des années de la Libération.

3L’opinion commune et les dictionnaires usent depuis longtemps de l’adjectif antisocial pour décrire des conduites opposées aux normes morales d’un groupe social donné. Dès 1889, les premiers criminologues des Archives de l’anthropologie criminelle employaient ce terme à propos des « penchants antisociaux des délinquants d’habitude corrigibles », s’interrogeaient sur la pertinence des définitions des crimes comme des actes « anti-altruistes et antisociaux », décrivaient Ravachol comme un être demeuré « un antisocial, par haine d’une collectivité à ses yeux trop iniquement organisée, mais, en somme, un antisocial dans l’acception générale du terme, parce qu’en tuant non les auteurs des monstruosités que son clan réprouve, mais aussi des humbles et des indifférents, il a oublié la grande loi de tolérance mutuelle et de solidarité ». Les antisociaux : des criminels, des criminels récidivistes, des anarchistes ? La psychiatrie offrit également ses propres définitions des personnalités antisociales ou dyssociales : individus ayant des tendances à l’indifférence aux normes sociales, aux droits et émotions d’autrui, dont les comportements sont fréquemment impulsifs.

4On a oublié que l’Administration pénitentiaire utilisa abondamment cet adjectif pour décrire une catégorie particulière de détenus, dès la fin des années quarante jusqu’en 1970, afin de lui appliquer des modalités d’exécution des peines distinctes de celles des autres détenus. Être rangé parmi les antisociaux, c’était prendre le risque de subir des peines plus longues, dans des établissements spécialement aménagés pour ce groupe.

  • 2 Jean-Lucien Sanchez, « La relégation (loi du 27 mai 1885) », Criminocorpus, la revue, 2005.
  • 3 Robert Vullien, Réflexions d’ordre psychiatrique, Revue pénitentiaire et de droit pénal, n°1, 1950, (...)

5Dès 1950, le Rapport annuel de l’Administration pénitentiaire stigmatisait les condamnés à la relégation, ces récidivistes frappés d’une peine complémentaire perpétuelle depuis la loi de 18852, en les isolant des autres détenus et les qualifiant d’antisociaux « étrangers » à la société. Le rapport reproduisait l’extrait d’un article3 du psychiatre Vullien, médecin à l’hôpital d’Armentières et qui prenait en charge depuis peu et à titre expérimental des relégués, au sein d’un centre de triage et d’observation aménagé dans la prison de Loos-lès-Lille :

« Les relégués sont des anormaux, ces hommes qui ont fini par lasser la bienveillance des juges ont tous fait la preuve de leur opposition foncière aux nécessités de la vie en société. Les proclamer anormaux ne signifie nullement qu’on les considère tous comme des malades mentaux, justiciables des soins d’un médecin spécialisé (et, à vrai dire, bien peu d’entre eux rentrent dans cette catégorie) : il n’en reste pas moins que les relégués se comportent comme des « aliénés » au sens étymologique du terme, ils sont tellement « autres » de la masse des individus qu’ils prennent un caractère antisocial et deviennent dans la société de véritables « étrangers ».

  • 4 Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité, relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire, 2013, 380 p. Je (...)
  • 5 Jean-Claude Vimont, « L’observation des relégués en France, 1947-1970 », Crime, histoire et société (...)
  • 6 Jean-Claude Vimont, « La dangerosité des relégués “antisociaux” en France de 1948 à 1970 », in Paul (...)
  • 7 Rapport annuel de l’Administration pénitentiaire pour 1959.
  • 8 Jean-Claude Vimont, « Le “traitement” des relégués en France après 1945 et les concepts de Lombroso (...)
  • 9 Robert Vullien, « Les premiers enseignements de l’expérience des relégués pour une future loi de dé (...)

6Les relégués, ces « incorrigibles » stigmatisés et ostracisés de longue date4, effectuaient désormais leur peine en métropole, mais à l’écart des autres prisonniers, dans les centres d’épreuve de Saint-Martin-de-Ré ou de Mauzac, dans des centres de semi-liberté comme à Clermont-Ferrand ou Saint-Sulpice-la-Pointe, dans des centres d’observation comme à Lille et Rouen et dans les prisons d’antisociaux de Gannat et de Lure. Ces dernières destinations résultaient de tris opérés au centre de Lille à partir de 1948, de l’élaboration de catégories adoptées ensuite dans tous les centres d’observation des relégués, à Rouen, Saint-Étienne et Besançon5. Une enquête internationale sur les délinquants d’habitude et les récidivistes avait abouti, lors d’un congrès à la Haye à repérer deux « figures extrêmes » au sein des récidivistes. On distinguait désormais, au sein des relégués, les asociaux des antisociaux, ces derniers étant censés représenter une plus grande dangerosité6 et promis à des enfermements plus longs et plus rigoureux. Lorsqu’ils étaient placés en libération conditionnelle, ils étaient soumis à une surveillance plus étroite des éducateurs et comités d’assistance aux libérés que les asociaux7. L’équipe du centre d’observation lillois animée par le psychiatre Vullien et le magistrat Vienne avait tâtonné8. On avait imaginé une troisième catégorie de relégués : « les rééducables ». Elle disparut assez vite. Il fut aussi question de « dangereux actifs » et de « dangereux passifs », des « inamendables de grande nocivité » et des « inamendables de petite nocivité ». On s’interrogea sur des classifications fondées sur la volonté – « volonté du bien », volonté de mal faire » –, sur « l’énergie vitale9 ».

7L’étiquetage « antisocial » était effectué dans les centres d’observation à la suite d’un examen médico-psychologique et social et après le recueil des données compilées par l’éducateur, l’assistante sociale, le psychiatre et les surveillants. Ces derniers appréciaient les comportements des relégués durant le stage de six mois où se succédaient phase cellulaire, sorties promenades, phase de semi-liberté. Dans le Rapport annuel de l’Administration pénitentiaire de 1952, les antisociaux étaient ceux des stagiaires qui représentaient encore un danger pour la société, tant dans leur comportement que « dans les tendances de leur volonté ». Le rapport précisait qu’ils avaient la volonté du mal, que c’étaient des pervers ou des violents, des « sujets de grande nocivité ayant un penchant actif vers la délinquance, une volonté criminelle caractérisée».

8L’étude des dossiers de relégués emprisonnés à Gannat, placés en semi-liberté à Clermont-Ferrand, observés à Rouen et au Centre national d’orientation de Fresnes, hébergés par l’Armée du Salut à Radepont10 dans l’Eure nous permet de proposer plusieurs figures de relégués antisociaux et de questionner les appréciations génériques sur la « nocivité », « la dangerosité », la « volonté criminelle ». Il convient au préalable de préciser que les antisociaux n’ont jamais représenté plus de 15 % de la population reléguée.

Les évadés

  • 11 France, Yzeure, Archives départementales de l’Allier (ADA), 1185 W 14 Dossier individuel. Les noms (...)
  • 12 ADA, 1185 W 14,

9L’étude de près de deux cents dossiers de relégués emprisonnés dans le château de Gannat dans l’Allier permet un premier constat. Les séjours résultent principalement de sanctions disciplinaires prononcées par l’Administration pénitentiaire à la suite d’une fugue ou d’une évasion. Presque systématiquement les équipes des centres d’observation de Rouen, de Lille, de Besançon, de Saint-Étienne classaient parmi les relégués antisociaux les individus qui s’étaient échappés à l’occasion d’une sortie-promenade ou lors de la phase de semi-liberté. Souvent repris, ils étaient sanctionnés par deux ou trois années supplémentaires dans les centres de Gannat et de Lure en Haute-Saône. Les récidivistes des évasions étaient plus lourdement punis, car acheminés pour quelques années dans une maison centrale avant l’incarcération dans les centres d’antisociaux. Léon Bolange était un jardinier condamné en 1949 à six mois d’emprisonnement pour un vol. Il s’évada du centre d’observation de Rouen, du centre de semi-liberté de Saint-Sulpice-la-Pointe qui recevait principalement les relégués d’origine rurale, du centre de semi-liberté bordelais. Il fut sanctionné de trois ans dans la maison centrale de Nîmes. Classé parmi les antisociaux, il fut acheminé dans la prison de Gannat. En août 1967, il était encore incarcéré dans le centre d’épreuve de Mauzac11. Les évasions successives de Léon Boss lui firent accomplir un périple de plus de vingt années au sein de l’univers des relégués. En 1965, il fut transféré depuis Gannat dans le secteur psychiatrique de la maison centrale d’Eysses. Il était relégués depuis 1944 et avait subi deux stages disciplinaires dans la centrale de Nîmes12. Lors des évasions, certains relégués commettaient des délits, des vols simples le plus souvent, voire des crimes. L’un d’eux commit un viol et fut envoyé à Gannat à l’issue d’une nouvelle peine d’emprisonnement.

Récriminateurs et perturbateurs

  • 13 ADA, 1185 W 14.
  • 14 ADA, 1185 W 14.

10Une fraction notable des relégués n’acceptait pas la peine complémentaire qui leur avait été infligée. La disproportion entre un délit sanctionné de quelques mois de prison et la perspective d’un enfermement perpétuel, une fois la peine accomplie, suscitaient colère, protestations, récriminations. Ils multipliaient les lettres au Garde des sceaux, à différentes autorités politiques et religieuses. Quelques-uns répétaient les grèves de la faim. Depuis l’acte dit loi de 1942, les relégués pouvaient bénéficier d’une libération conditionnelle à l’issue de trois années d’épreuve. Mais cette mise en liberté n’était pas automatique, ce que ne comprenaient pas certains détenus. Le dispositif carcéral organisé par Pierre Cannat, sous-directeur à l’Administration pénitentiaire, pour favoriser la réinsertion des relégués était perçu comme une longue course d’obstacles, sous la surveillance étroite d’éducateurs et de personnels pénitentiaires. Ceux qui ne jouaient pas le jeu, ne se soumettaient pas aux observations avaient de fortes chances de demeurer dans les centres de relégués bien au-delà des trois années initiales. Louis Bems était un tsigane condamné pour vol et pour n’avoir pas présenté son carnet de nomade à une année d’emprisonnement en 1948. Il était encore au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand en 1961. Il s’était évadé à plusieurs reprises, avait été condamné à quelques mois de prison pour des larcins commis lors de ses fugues. Il était qualifié de perturbateur, « le type même du gitan amoral, violent, coléreux, insubordonné13 », selon le chef du centre de semi-liberté installé dans la caserne Boudet à Bordeaux. Son indiscipline le mena à Gannat pour deux années supplémentaires. Ceux qui injuriaient des surveillants, se battaient avec des codétenus étaient rangés parmi les antisociaux. Un rapport rédigé par le chef du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand en 1959 était explicite : « transféré à Gannat par mesure disciplinaire pour coups réciproques avec une tribu de gitans14 ». L’attitude lors des stages d’observation était déterminante. Ceux qui avaient « l’air de durs », jouaient les « caïds », « homosexuels actifs et chauds de la pointe » risquaient l’étiquetage antisocial. Un relégué placé dans une usine lilloise en semi-liberté gifla une ouvrière et se battit avec un contremaître. Il fut exclu du stage et classé antisocial. Ceux qui « semaient le désordre partout », également. Toutes les attitudes d’opposition lors des stages étaient sanctionnées ainsi, de même que les critiques des dispositifs carcéraux de la relégation. Les dossiers de synthèse d’observations se contentaient d’énoncer pour ce classement synonyme d’allongement de peine : « détenu revendiquant et menteur », « mauvaise conduite ». Un détenu expliquait comment il avait été sanctionné d’un transfert à Gannat :

  • 15 ADA, 1185 W 14.

« Je fus transféré vers le camp concentrationnaire de Mauzac en Dordogne où l’enfer commença. J’y passais quarante-deux mois à côtoyer des individus qui par plaisir se vautrent dans la fange. Mauzac c’est une école professionnelle du vice. Jeux, ivrogneries, homosexualité s’y sont donnés rendez-vous. Écœuré, j’ai demandé un transfert en maison d’arrêt. J’ai tout tenté pour me faire enlever de cette “tourbe humaine”. Je fus jugé rouspéteur, anarchiste15 ».

Les membres du Milieu

  • 16 ADA, 1185 W 15.

11Les observateurs des centres savaient repérer ceux qui étaient depuis longtemps engagés dans une carrière criminelle et qui appartenaient au milieu de la délinquance professionnelle. Les casiers judiciaires mentionnaient des délits et des crimes significatifs. Les proxénètes, les auteurs de vols qualifiés sanctionnés de longues peines de travaux forcés, les participants à des hold-ups à main armée étaient rangés parmi les antisociaux. Ceux qui étaient arrêtés lors d’un cambriolage en possession d’armes rejoignaient les précédents. Des échanges de coups de feu avaient parfois lieu lors des arrestations et valaient une incrimination supplémentaire pour tentative de meurtre. Peu de gangsters ayant fait la une de la presse figurent parmi les relégués. Jérôme Inter avait attaqué le centre payeur de la SNCF à la gare Saint-Lazare. Il avait quatre complices habillés en gendarmes et armés de mitraillettes. Le produit du vol était impressionnant, selon le parquet en 195216. De telles personnalités suscitaient la méfiance. On craignait leur prestige et leur influence auprès de la masse des relégués. Les entretiens avec les éducateurs révélaient l’appartenance à la pègre marseillaise, lyonnaise ou parisienne. Certains relégués s’en vantaient et ne montraient aucun sentiment de culpabilité. Des gangsters lyonnais furent arrêtés pour avoir agressé des paysans aux lendemains de la Libération. Ils allaient de ferme en ferme pour saisir l’argent liquide d’agriculteurs accusés de s’être enrichis avec le marché noir. Ces bandes se déplaçant en voiture et lourdement armés furent nombreuses. Les agressions à « la fausse poule », au faux policier, pour dévaliser de riches particuliers étaient une autre caractéristique de la délinquance criminelle d’après-guerre.

  • 17 France, Clermont-Ferrand, Archives départementales du Puy-de-Dôme (ADP), 1124 W 257.

12Un souteneur condamné pour un meurtre ne fut pas admis à la semi-liberté au centre de Lille. Il était décrit comme un dur, fréquentant d’autres durs, rechignant à la discipline. Son impulsivité risquait de le conduire à de nouveaux meurtres. Un autre avait commencé dans la carrière du proxénétisme très jeune. Il avait été la mascotte d’une maison close dès l’âge de quinze ans. Souteneur notoire du milieu parisien, il reprit son activité dès sa mise en semi-liberté à Saint-Étienne17.

13« Un long passé de casseur », l’intégration dans « la pègre parisienne », « le comportement typique des durs », « le type même du truand » rendaient méfiants les observateurs lorsque le détenu se comportait bien, se conformant à la discipline pour hâter une mise en liberté conditionnelle. Ils soupçonnaient ces individus de n’avoir pas renoncé à « leurs conceptions antisociales ». Un rapport de synthèse de l’éducateur de Clermont-Ferrand rédigé en 1965 illustre parfaitement cette défiance :

  • 18 ADP, 1124 W 68.

« C’est un truand qui a décidé de jouer le jeu pour obtenir sa libération. Son comportement est excellent mais sa personnalité est inquiétante. Il est intelligent et a des conceptions bien arrêtées d’antisocial. C’était le chef d’un gang spécialisé dans les vols dans les trains. Il n’a vécu que du vol dans les wagons. C’est le véritable antisocial. Il agit par conviction, par haine de la société. Il a fait un choix délibéré, conséquence de sa moralité déviée18 ».

Les alcooliques dangereux

  • 19 ADA, 1185 W 12.
  • 20 ADA, 1815 W 15.
  • 21 ADP, 1124 W 68.

14Plus de 50 % des récidivistes relégués étaient alcooliques. Une petite fraction était rangée parmi les antisociaux à cause de leur comportement lorsqu’ils étaient ivres. Un relégué du centre de Lille revint à plusieurs reprises de son usine complètement ivre et avec retard. Il menaça un gardien de son couteau. Le psychiatre Vullien mentionnait un alcoolisme dès l’adolescence, renforcé lors d’un séjour aux Bataillons d’Afrique. Il se montrait complètement déséquilibré lors de ses excès de boisson et particulièrement dangereux car doué d’une grande force physique19. Même incident au centre de Saint-Étienne en 1957. La synthèse d’observation était sévère : « C’est l’antisocial dans toute sa pureté. Il a un caractère renfermé, des réactions brutales et un goût immodéré pour les boissons alcooliques. Ses possibilités actuelles de reclassement sont nulles20 ». Les colères, les violences commises en état d’ébriété valaient des appréciations très défavorables comme « brute alcoolique, sujet inamendable ». Un ouvrier agricole consommait quatre ou cinq litres de vin par jour. Il avait été condamné pour des vols mais aussi pour pédérastie avec des garçonnets, sodomie sur des animaux. En 1960, le psychiatre Corre du centre de Rouen souligna son irritabilité dangereuse sous l’effet de l’alcool21 ». À la suite de retours répétés en état d’ivresse, les directeurs des centres décidaient l’exclusion du stagiaire ; il était donc réintégré et souvent classé antisocial.

Les délinquants sexuels

  • 22 ADA, 1802 W 10. Dossiers individuels.
  • 23 ADP, 1124 W 256.

15Le Rapport de l’Administration pénitentiaire signalait des « pervers » parmi ceux qui étaient rangés au sein de la catégorie des antisociaux. Ils étaient très minoritaires. Quelques condamnés pour viols suscitaient la méfiance. L’un d’eux avait tenu plusieurs années en libération conditionnelle, mais il commit des « actes impudiques sur un mineur de son sexe ». La libération conditionnelle fut révoquée, il subit quatre mois de prison puis fut envoyé à Gannat22. Admis au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, l’éducateur le qualifiait de pédophile : « ce vice étant de ceux que la mort seule guérit23 ». Des vagabonds alcooliques s’exhibaient et étaient condamnés pour outrages publics à la pudeur. Les directeurs des centres d’observation hésitaient à leur accorder une libération conditionnelle, par crainte d’une récidive qui entacherait la réputation de leur établissement. Un relégué du centre de Lille avait été décrit comme « un obsédé aux tendances anormales ». Chez lui, il se travestissait. Il avait agressé et tenter d’étrangler une femme qui lui résistait lors de son stage en semi-liberté. Joseph Blanc avait été condamné en 1958 pour des attentats à la pudeur sur des garçonnets de huit ans. Admis au centre de Lille en 1962, il s’exhiba devant une fillette de dix ans. Il fut sanctionné de quarante-deux mois d’emprisonnement dans la prison d’antisociaux de Lure. Aux yeux des éducateurs, ses perversions sexuelles étaient inguérissables. À Clermont-Ferrand en 1966 l’éducateur refusa son admission à la semi-liberté :

  • 24 ADP, 1124 W 256.

« Il appartient à la catégorie des dangereux pervers sexuels. Il a un bon comportement mais ne témoigne d’aucun gage d’amendement. Il est complètement déchu humainement et socialement. Obsédé par ses vices, il est en détention le pédéraste passif qui est considéré comme “une femme” par ses codétenus24 ».

Les « piliers de prison »

16Les très longues détentions marquaient les corps et les esprits. Certains étaient tatoués de la tête aux pieds. Des fronts ou des torses étaient ornés de formules comme « fatalitas », « pas de chance ». Ils s’étaient habitués à la vie de prison, incapables de se maintenir en liberté. Une expression revenait fréquemment dans les dossiers : « forte empreinte pénitentiaire ». De centres en centres, à Mauzac ou à Saint-Martin-de-Ré, les relégués « réintégrés » pour trois années supplémentaires à la suite de la révocation d’une libération conditionnelle, retrouvaient leurs compagnons d’infortune. Ils s’accommodaient de petits emplois au service général, dans les ateliers et semblaient apprécier la sociabilité des centres de relégués, jouant au poker, trafiquant du vin, se laissant aller. Fatalisme et cynisme étaient réprouvés par les observateurs des centres qui se méfiaient de leurs professions larmoyantes. Ils étaient dits « marqués par la prison », « enveloppés de crasse pénitentiaire », « des individus irreclassables » ayant subi « la déformation pénitentiaire ». Fréquemment les synthèses d’observation mentionnaient des « relégués types », des « piliers de prison ».

Les relégués souffrant de troubles psychiatriques

17L’agressivité en détention, le caractère impulsif de certains conduisait au classement parmi les antisociaux. C’était la dangerosité pénitentiaire qui incitait les observateurs à cette solution. Ils s’interrogeaient sur la nature psychiatrique des causes des désordres. En juin 1956, Charles Brauer quitta la prison de Gannat pour l’hôpital psychiatrique Sainte-Catherine d’Yseure. L’année suivante, il y était encore et bénéficia d’une remise de la relégation. Le psychiatre qui visitait les détenus de Gannat avait rédigé le rapport suivant :

« Il a des troubles graves de caractère et de comportement sur fond mélancolique. Cet état associé aux idées de persécution actives peut aboutir à des réactions agressives et dangereuses pour l’intéressé lui-même (suicide) ou pour le personnel (agressions). Il est nécessaire et urgent de le traiter ».

18Brauer avait trente-huit ans lorsqu’il avait été condamné à six mois de prison et à la relégation en 1951 à la suite de vols simples. Son enfance dans les orphelinats de l’Assistance publique puis son adolescence dans la maison d’éducation surveillée de Mettray, puis dans celle de Saint-Maurice à la suite d’évasions avait forgé une personnalité de rebelle à tout ordre. Un éducateur du centre d’observation de Saint-Étienne notait :

« Brauer garde un souvenir “affreux” de son passage dans ces établissements. Il y avait été astreint à des travaux au-dessus de ses forces et en guise d’affection, n’aurait connu que la brutalité et les coups. Brauer se montre sincère dans la relation des souffrances qu’il a endurées et il paraît indéniable que, profondément marqué, il s’est progressivement forgé une personnalité en opposition directe avec la société ».

19L’éducateur reproduisait les propos du détenu :

« S’il y avait un peu moins de prisons, un peu plus d’écoles et d’hôpitaux, des dirigeants un peu plus justes et un peu plus humains, j’aurais pu faire un dur et solide ouvrier. Au lieu de me mettre dès l’âge de dix ans dans un bagne d’enfants où je n’ai connu que la cravache et le dur travail. Je n’étais qu’un enfant qui n’avait ni père ni mère. Voilà pourquoi je suis relégué à l’heure actuelle, par la maladie, la faim et la misère ».

20Il avait ensuite servi treize années dans la Légion. Combattant en Syrie, puis en Indochine, il subit de nombreuses punitions. Il fut démobilisé à cause de sa mauvaise conduite. Revenu à la vie civile, paludéen et alcoolique, il était sans domicile fixe, dépourvu de travail, sans famille, sans appui. Il accumula les condamnations pour vagabondage et pour de petits vols. À Saint-Martin-de-Ré, il agressa des surveillants. À Saint-Étienne, il se battit avec un codétenu, injuria le confectionnaire des travaux. Il refusa les sorties promenades « avançant qu’il avait largement payé sa dette à la société et qu’il serait un lâche s’il rejoignait l’établissement ». Le directeur de ce centre d’observation expliqua pourquoi il devait être rangé parmi les antisociaux :

« C’est un illettré sans métier, sans la moindre aptitude professionnelle, célibataire, sans correspondant, c’est une nullité sociale. Il est resté et restera toujours l’aventurier dans tout ce qu’il y a de plus néfaste : bagarreur, violent, impulsif, vantard et verbeux, protestataire, fataliste, débauché, paresseux. Cet aventurier malveillant et vindicatif, absolument bloqué dans l’aigreur, en révolte constante contre l’ordre établi, doit être classé dans la catégorie des antisociaux ».

21L’Administration pénitentiaire le transféra au centre national d’orientation de Fresnes afin d’analyser les raisons de ces comportements d’opposition. La psychiatre Badonnel recommanda son transfert dans la prison de Château-Thierry qui recevait les prisonniers atteints de troubles psychiatriques. Elle signalait qu’il avait tenté de se suicider à l’aide d’une décoction de tabac en 1954 et qu’il menaçait de renouveler ce geste. Elle signalait des troubles graves de caractère, impulsivité et irritabilité, une attitude d’opposant et de révolté, des comportements violents. Elle écrivait :

« Il dit “je suis né pour être esclave”. Il a fait une demande pour être fusillé. Sa place devrait être dans une caisse sous terre ; il n’y a rien à faire pour lui. Il regrette le temps où les relégués étaient déportés au lieu d’être enfermés entre quatre murs ».

22À Château-Thierry, le psychiatre Dublineau ne décela pas de troubles psychiatriques. Il le disait franc et entier. Son comportement était bon. Il avait été correct avec le personnel. Il était aigri par une longue détention, pensant ne pas pouvoir s’en sortir. Son ironie était amère. Certes le psychiatre notait son impulsivité mais rappelait que le patient estimait la peine de la relégation hors de proportion. Il recommanda de le transférer au camp de Mauzac.

  • 25 ADA, 1802 W 4, 1185 W 14, 1185 W 18.

23Les contradictions entre les rapports des médecins, des éducateurs, des dirigeants de centres révèlent les difficultés de l’Administration pénitentiaire avec les relégués qui n’acceptaient pas cette sanction. La tentation était forte de les diriger vers des établissements psychiatriques pour préserver la paix dans les détentions25. Les récriminations répétées, les résistances à l’incarcération étaient parfois qualifiées de délire chronique et conduisait à l’hôpital psychiatrique. Ce fut le sort d’Henri Bouvielle en 1959 à Gannat. Le psychiatre Lauxerrois le recommanda pour l’hôpital de Clermont-Ferrand en ces termes :

  • 26 ADA, 1185 W 14.

« Ce sujet présente tous les éléments de la personnalité paranoïaque. Il a une méfiance exacerbée, des sentiments d’hostilité et de malveillance à l’égard de l’entourage, les gardiens comme les codétenus. Son mode de raisonnement est paralogique, avec des interprétations fausses et irréductibles. Son comportement est revendicateur et inadapté. En continuité avec cette personnalité morbide qu’il y a lieu de considérer comme constitutionnelle, évoluant d’épisodes à thèmes de persécutions, d’empoisonnement, de préjudices à des épisodes de revendication hypersthénique par la multiplication de plaintes aux autorités. On assiste à l’installation d’un délire chronique26 ».

  • 27 ADP, 1124 W 68.

24Simon Six fut classé parmi les antisociaux à cause de son comportement en détention. À Saint-Martin-de-Ré, le directeur préconisa un transfert dans un établissement cellulaire car il était « hypernerveux, ne supportait aucune contrainte ». Détenu insupportable, il explosait dans des colères impressionnantes. Au centre de Lille en 1959, on nota son caractère mythomaniaque, caractériel, impulsif. Envoyé dans la prison de Lure, il continua de semer le trouble. La direction le fit transférer au CNO, puis à Château-Thierry et dans la maison centrale d’Eysses. Son attitude résultait-elle de troubles psychiatriques ? N’était-ce qu’un simulateur ? Le psychiatre Hivert remarqua des « réactions spectaculaires à caractère de chantage affectif ». Il souhaitait éviter les emprisonnements cellulaires de Lure ou de Gannat. Il multiplia les refus de nourriture, les menaces de grèves de la faim, les tentatives de suicide, les refus de travail. Le psychiatre n’était pas dupe et prescrivit un transfert dans une maison centrale et un régime disciplinaire ferme27.

  • 28 Pierre Cannat, Nos frères les récidivistes, Esquisse d’une politique criminelle fondée sur le recla (...)
  • 29 Pierre Cannat, « Informations pénitentiaires », Revue de science criminelle et de droit pénal compa (...)

25Le décalage entre les discours prononcés dans les congrès internationaux sur les délinquants d’habitude, les articles de la Revue pénitentiaire ou de la Revue de science criminelle et de droit pénal comparé exaltant la Défense sociale nouvelle, les mesures de sûreté à durée indéterminée, les examens médico-psychologiques et le contenu des dossiers de relégués ne manque pas de surprendre. On aurait pu s’attendre à des caractérisations fines des « antisociaux ». En fait, une catégorie a été créée pour y ranger tous ceux qui représentaient avant tout une dangerosité pénitentiaire ; tous ceux qui mettaient en péril le dispositif expérimental organisé pour réadapter, réinsérer les relégués. Pierre Cannat, cheville ouvrière de l’expérimentation au sein de l’Administration pénitentiaire, considérait qu’une frange de relégués ne pourrait pas être amendée. Il s’exprima en ce sens dans sa thèse28 de 1942 et dans plusieurs articles de 1949 et 1950. Il y était question d’élimination, d’emprisonnement perpétuel et même de traitements chirurgicaux. Il avait conscience que « la très grande majorité était absolument hors d’état de faire l’effort d’un apprentissage ». Il mentionnait « la décrépitude interne du relégué29 ». Il était très pessimiste à l’égard du relégué antisocial :

  • 30 Pierre Cannat, « Chronique de criminologie : un type de relégué », Revue de science criminelle et d (...)

« Il n’y a pas de solution possible hors de la prison […]. Il est destiné à croupir de cellule en cellule, de cachot en cachot. Il est bouleversant de penser à un tel gaspillage d’âme humaine. La médecine ou la chirurgie nous livreront-elles quelque jour le secret d’une thérapeutique de l’anarchie constitutionnelle30 ? »

  • 31 Jean-Claude Vimont, « Des corps usés et maltraités, les multirécidivistes relégués de 1938 à 1970 » (...)

26Le dispositif qu’il organisa était exigeant, bien au-dessus des capacités, des volontés d’une majorité de petits voleurs, alcooliques, aux destinées bousculées par les guerres et les après-guerres31. La soif de la liberté chez ces hommes frappés d’une peine perpétuelle les incitait à profiter des portes entrouvertes ou ouvertes, à profiter des sorties-promenades, des semi-libertés et des libérations conditionnelles pour fuguer. Ils alimentèrent et grossirent la catégorie des antisociaux. Tous ceux qui ne jouaient pas le jeu étaient isolés dans les prisons de Gannat et Lure, dans des maisons centrales ou des hôpitaux psychiatriques. Les tris effectués dans les centres d’observation des relégués préservaient un système. Mais le Centre national d’orientation de Fresnes n’agissait-il pas de même à la même époque ? Il séparait les irrécupérables acheminés dans des maisons centrales ordinaires, à la discipline stricte, des récupérables admis dans les prisons réformées, dans les prisons-écoles. Par ce biais, le concept d’antisocial ne préfigure-t-il pas une autre catégorie de détenus, les DPS, détenus particulièrement signalés.

Haut de page

Notes

1 On peut consulter l’exposition : Jean-Claude Vimont, Les "vrais" Tontons flingueurs, Criminocorpus [En ligne] publiée le 14 février 2014.

2 Jean-Lucien Sanchez, « La relégation (loi du 27 mai 1885) », Criminocorpus, la revue, 2005.

3 Robert Vullien, Réflexions d’ordre psychiatrique, Revue pénitentiaire et de droit pénal, n°1, 1950, cité dans le Rapport annuel de l’Administration pénitentiaire pour l’année 1950, p. 129.

4 Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité, relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire, 2013, 380 p. Jean-Claude Vimont, « Stigmatisations et souffrances sociales des condamnés à la relégation (1945-1970) », in Frédéric Chauvaud (dir.), Histoires de la souffrance sociale XVIIe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2007, p. 63-73.

5 Jean-Claude Vimont, « L’observation des relégués en France, 1947-1970 », Crime, histoire et sociétés, vol. 13, n°1, p. 49-72.

6 Jean-Claude Vimont, « La dangerosité des relégués “antisociaux” en France de 1948 à 1970 », in Paul Mbanzoulou, Hélène Bazex, Olivier Razac, Joséfina Alvarez, Les nouvelles figures de la dangerosité, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 41-51. Jean-Claude Vimont, « Le relégué dangereux, nouvelle figure de la réforme pénitentiaire après 1945 », Essais de philosophie pénale et de criminologie, vol. 18, 2010, p. 87-99.

7 Rapport annuel de l’Administration pénitentiaire pour 1959.

8 Jean-Claude Vimont, « Le “traitement” des relégués en France après 1945 et les concepts de Lombroso », Essais de philosophie pénale et de criminologie, vol. 8, 2009, p. 139-148.

9 Robert Vullien, « Les premiers enseignements de l’expérience des relégués pour une future loi de défense sociale », Revue de Science criminelle et de droit pénal comparé, 1951, p. 559.

10 Jean-Claude Vimont, « Les récidivistes et l'Armée du Salut (1952-1970) : L'assistance par le travail au château de Radepont (Eure) », Mémoires de la protection sociale en Normandie, n°4, 2005, p. 103-124.

11 France, Yzeure, Archives départementales de l’Allier (ADA), 1185 W 14 Dossier individuel. Les noms cités ne sont pas les noms réels des détenus.

12 ADA, 1185 W 14,

13 ADA, 1185 W 14.

14 ADA, 1185 W 14.

15 ADA, 1185 W 14.

16 ADA, 1185 W 15.

17 France, Clermont-Ferrand, Archives départementales du Puy-de-Dôme (ADP), 1124 W 257.

18 ADP, 1124 W 68.

19 ADA, 1185 W 12.

20 ADA, 1815 W 15.

21 ADP, 1124 W 68.

22 ADA, 1802 W 10. Dossiers individuels.

23 ADP, 1124 W 256.

24 ADP, 1124 W 256.

25 ADA, 1802 W 4, 1185 W 14, 1185 W 18.

26 ADA, 1185 W 14.

27 ADP, 1124 W 68.

28 Pierre Cannat, Nos frères les récidivistes, Esquisse d’une politique criminelle fondée sur le reclassement ou l’élimination des délinquants, Thèse de Doctorat, Paris, Sirey, 1942.

29 Pierre Cannat, « Informations pénitentiaires », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1949, p. 651.

30 Pierre Cannat, « Chronique de criminologie : un type de relégué », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1950, p. 78-81.

31 Jean-Claude Vimont, « Des corps usés et maltraités, les multirécidivistes relégués de 1938 à 1970 », in Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, PUR, 2009, p. 163-174. Jean-Claude Vimont, « Les « voleurs de poules » et rôdeurs des campagnes relégués après 1945 », in Frédéric Chauvaud et Arnaud-Dominique Houte, Au voleur ! Images et représentations du vol dans la France contemporaine, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 297-304.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Figures paradoxales d’antisociaux des années 50 », Criminocorpus [En ligne], Les rebelles face à la justice, Articles, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2833

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page