Navigation – Plan du site
Articles

Sainte-Anne ou la Santé ? De l'enfermement des rebelles en France au XIXe siècle. Éléments de comparaison

Audrey Higelin et Marie Bergounioux

Résumés

Le rebelle n’est qualifié ainsi que par rapport à un ordre établi, à un ensemble de lois qui le définissent comme étant opposé au pouvoir en place. A partir des années 1830, en France, le débat concernant la place à lui accorder dans la société s’intensifie. L’enfermement est une solution qui va de soi mais, à la lumière des récents progrès de la jeune science aliéniste, la prison, dans ses divers avatars, ne s’impose plus comme une évidence. De plus en plus, délinquants et criminels seront perçus comme des fous putatifs dont la place serait alors en asile d’aliénés.

Cet article traitera d’une part du fou comme rebelle au sens social autant que médical, en s’intéressant particulièrement au cas des épileptiques. Sera ensuite étudié le cas du délinquant à travers une évolution diachronique des textes législatifs en vigueur et de leur réalisation concrète en termes architecturaux. Les deux dispositifs d’enfermement, la prison et l’asile, feront enfin l’objet d’une comparaison. La présente étude se fixe comme limite chronologique 1905, parution de la circulaire Chaumié.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En référence à Michel Foucault, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll (...)
  • 2 Gustave de Beaumont, Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son appli (...)

1Malgré la proximité géographique de Sainte-Anne et de la Santé, l’opposition semble aisée : l’hôpital psychiatrique, ancien « asile d’aliénés » (la terminologie a changé en 1938), est un lieu de soins quand la prison est un lieu pour « surveiller et punir »1. Mais le public concerné par l’un et l’autre lieu est, lui, plus difficile à saisir.
À partir des années 1830, de nombreux débats s’élèvent concernant la peine de mort et le mode d’enfermement des délinquants. La réédition, en 1836, de l’ouvrage de Tocqueville et de Beaumont2, est concomitante à la parution De la réforme des prisons ou de la théorie de l’emprisonnement de Charles Lucas. En 1838 est promulguée la loi dite « des aliénés » en même temps que paraît le Traité des Maladies mentales d’Esquirol. Nous suivrons ce questionnement juridique, médical et, partant, social jusqu’à la circulaire Chaumié (1905), qui offre une gradation entre délinquant et délinquant aliéné en sanctionnant la possibilité d’une « responsabilité atténuée » proposée par les médecins.
Au cours des années 1830 et jusqu’au début du xxe siècle, le crime est pensé en des termes nouveaux, notamment ceux d’une « folie sociale » – l’idéal de certains aliénistes étant de fermer les prisons pour ne garder plus que des asiles d’aliénés. Mais des critiques apparaissent et tous (notamment des juristes) ne considèrent pas comme allant de soi cette psychiatrisation des cas pénaux.

  • 3 Le Petit Larousse illustré, 1905, entrée « cellule ».
  • 4 Étienne Esquirol, Des établissements consacrés aux aliénés en France et des moyens de les améliorer (...)

2En effet, pour savoir où les rebelles ont leur place, il faut d’abord se demander qui ils sont. Le sens le plus évident est celui de « qui ne se soumet pas à l’autorité, s’y oppose » : encore faut-il savoir si cette opposition est volontaire (l’assassin qui, délibérément, tue sa victime pour la voler ; l’opposant politique) ou non (cas de « folie criminelle »). En cas de volonté propre, la conséquence des actes du rebelle sera la prison ; si l’absence de volonté et de conscience est prouvée, le rebelle sera jugé « fou » et placé en asile. Dans le cas de l’incarcération, l’accent sera mis, au cours de cet article, sur la spécificité de l’enfermement cellulaire. Aussi parlera-t-on plus volontiers des prisons départementales que des maisons centrales, bâtiments conçus comme des espaces de travail. La cellule au sens carcéral existe déjà en latin tardif, mais n’apparaît dans les dictionnaires français qu’en 1872-1877, lorsque Littré propose, outre le sens de « petite chambre d’un religieux ou d’une religieuse », celui de « petite chambre dans les prisons modernes, où l’on renferme les condamnés pour les isoler les uns des autres ». Le terme, initialement réservé aux ecclésiastiques, prend alors une acception plus large : la cellule n’est plus seulement un espace clos dans une prison cellulaire, elle est « la prison dans laquelle on isole complètement le détenu »3. Mais à quelle réclusion, volontaire (celle du religieux) ou forcée (celle du détenu), pensait Esquirol lorsqu’il souhaitait créer des asiles dans lesquels « les habitations particulières ne s’appelleraient plus des loges, des cages, des cachots, mais bien des cellules, etc. 4 » ?
Il existe une autre acception de l’adjectif « rebelle » : c’est ainsi que l’on caractérise une maladie rétive aux traitements, un mal qui ne se soigne pas. Et parmi ces maladies incurables, les maladies mentales (ou considérées comme telles dans la période qui nous intéresse : manie, mélancolie, délires monomaniaques, délire à formes alternées, démence, paralysie générale…) sont les plus représentatives. Sera plus particulièrement étudiée ici l’épilepsie, maladie rebelle par excellence puisque, d’une part, elle se refuse à tout traitement (jusqu’aux années 1920) et, d’autre part, peut conduire l’individu à la folie, risquant par là de l’amener à commettre des actes délictueux.

3Selon le « rebelle » auquel la justice a affaire, faut-il le placer en prison, en asile, dans un hospice ou dans un hôpital ?
La fluctuation de la terminologie, lisible au sein même des textes médicaux, nous amène à ne comprendre l’opposition qu’entre asile (ou hôpital) et prison, deux lieux d’enfermement, qui cherchent à se distinguer l’un de l’autre, sans que la différence soit effective.
Chercher à savoir où il faut enfermer les rebelles, c’est donc se pencher en premier lieu sur les asiles d’aliénés – où l’on retrouve le malade rebelle, celui qu’on ne peut soigner – puis sur les prisons pénales avant de mettre les deux lieux en miroir pour déceler leurs différences autant que leurs similitudes.

L’aliéné, rebelle médical et social

Le cas de l’épileptique

4Est considérée comme rebelle une maladie qui ne se guérit pas, qui est rétive aux traitements. Si de nombreuses maladies peuvent justifier un tel qualificatif, les maladies mentales sont les plus à même de mêler l’idée d’incurabilité et d’« opposition à l’autorité ». Parmi elles se retrouvent des maladies aujourd’hui disparues (la monomanie) ou dont le classement nosologique a changé (l’épilepsie, la paralysie générale).
Les malades mentaux, ces « fous » des siècles passés, sont des rebelles d’abord parce que, l’étiologie de la maladie restant sinon inconnue, du moins méconnue, la thérapie est compromise. Puisque l’individu est rebelle à tout traitement, il faut le mettre à l’écart afin de le protéger de lui-même et, surtout, de garantir la sécurité de la société. Car, et c’est là l’autre rébellion du « fou », les conséquences, les symptômes du mal l’amènent à commettre des actes qui le placent hors du bon sens moral. En effet, l’aliéné est, par définition, autre : il risque, par son comportement, ses paroles, ses actes, de déroger à la norme sociale.

5Puisqu’il s’agit ici de traiter des rebelles comme des malades incurables, nous développerons le cas de l’épilepsie qui est le plus à même de nouer des liens entre les questions médicales et judiciaires, entre l’asile et la prison.
Pour Delasiauve, médecin des aliénés de Bicêtre dans la section des épileptiques et des idiots, cette maladie propice aux hyperboles est significative du traitement accordé aux malades atteints d’un mal dont on ne connaissait ni l’origine ni le traitement :

  • 5 Louis Delasiauve. Traité de l’épilepsie, Paris, Victor Masson, 1854, p. 1.

« L’espèce humaine ne connaît pas d’infirmité plus repoussante, plus mystérieuse dans ses origines, plus fantasque dans sa marche, que la cruelle maladie désignée sous le nom d’épilepsie. Si l’on contemple les secousses profondes, les chutes foudroyantes, tout l’ensemble d’accidents formidables qui en caractérisent les accès, on conçoit aisément qu’à des époques de ténèbres, on ait […] considéré les épileptiques, non comme des infortunés à secourir, mais comme des maudits à séquestrer5. »

6En effet, plutôt que de parler d’enfermement, les textes médicaux préfèrent parler de séquestration ou d’internement – terme resté en vigueur lorsqu’il est question de l’hôpital psychiatrique. Mais l’idée sous-jacente est la même : il s’agit de mettre hors d’état de nuire ceux qui pourraient entraver la bonne marche de la société et de ses lois – qu’ils soient malades ou non.
L’épileptique « s’oppose à l’autorité » en ce qu’il ne respecte pas l’autorité morale du bien-vivre ensemble qui veut que chacun agisse, en société, de manière raisonnable et sensée. For-cené et incurable, l’épileptique est donc l’essence même du rebelle. Qu’il tombe en crise tonico-clonique (Grand Mal) ou qu’il soit victime d’absences (Petit Mal), l’épileptique fait montre d’un non-respect des conventions puisque, de plus, ces attaques à répétition affaiblissent son intellect et l’empêchent de participer au bon ordre social.
L’épileptique comme aliéné est une question qui va se poser tout au long du xixe siècle et au-delà. Pour certains médecins, épilepsie n’est pas folie ; pour d’autres, l’épileptique est « un candidat à la folie » (telle est la thèse de Legrand du Saulle) puisque la multiplicité des attaques épileptiques a pour fin la démence. La thèse générale soutenue lie néanmoins fortement aliénation et épilepsie, l’une étant la conséquence directe – et fatale – de l’autre.

  • 6 Charles Féré, Les Épilepsies et les épileptiques, Paris, Félix Alcan, 1890, p. 421.

« On a fait remarquer avec juste raison que dans les asiles, la distinction des épileptiques aliénés et non aliénés est tout à fait spécieuse. On peut dire que tous les épileptiques hospitalisés présentent des troubles mentaux, et, parmi ceux qui vivent dans la société, il en est peu qui ne présentent un affaiblissement intellectuel permanent ou passager, des lacunes plus ou moins évidentes, ou une mobilité anormale du caractère et de la conduite6. »

7En conclusion d’un article écrit suite à un procès criminel qui pose la question de la responsabilité pénale des épileptiques, Arthaud, médecin en chef de l’asile d’aliénés de l’Antiquaille affirme que :

  • 7 Joseph Arthaud, De l’état mental des épileptiques au point de vue médico-légal, Lyon, Vingtrinier, (...)

« l’épilepsie est là, toujours menaçante, et, comme toutes les grandes névroses, plus qu’aucune autre même, elle incline ses victimes vers un état qui, sans être toujours la folie, n’est déjà plus un état physiologique7 ».

8Outre la difficile recherche d’un traitement efficace, en quoi l’épileptique est-il (un) rebelle ? Les symptômes protéiformes que prend la maladie classe le sujet atteint du mal caduc dans la catégorie des aliénés autant que dans celle des hors-la-loi. Qu’il s’agisse de simples délits ou de crimes véritables, l’épileptique, malgré lui, défie les lois. L’épileptique en période pré ou post-paroxystique est ainsi susceptible de s’adonner à l’exhibitionnisme, la coprolalie, la kleptomanie ou la pyromanie… et jusqu’à l’homicide ou au suicide.
Ardin-Delteil, qui a fait de l’épilepsie psychique (ou « épilepsie larvée » de Morel) son sujet d’étude en tant qu’elle « confine d’une part à la criminalité, de l’autre à l’aliénation mentale », cite même un cas d’« épilepsie politique » :

  • 8 Paul Ardin-Delteil, L’Épilepsie psychique : ses rapports dans l’aliénation mentale et la criminalit (...)

« Busdraghi a publié l’observation d'un épileptique, ouvrier vernisseur, qui, saisi par un accès au milieu de son travail, se tourne vers ses camarades d'atelier et leur fait des discours révolutionnaires dans lesquels il supprime l’argent, le travail, les vêtements, le mariage, les curés, les patrons, et rêve un retour vers les temps passés, vers une « époque adamitique ». En même temps, il lui vient mal à la tête, il perd la vue, il louche de l’œil droit, son visage rougit, il perd connaissance.
Cette épilepsie politique est tout à fait intéressante par cette fusion de l’accès épileptique avec l’idéation politique8. »

  • 9 Cesare Lombroso, L’Homme criminel, Paris, Félix Alcan, 1887, traduit sur la 4e édition italienne pa (...)

9Outre le caractère délictueux, voire criminel, des actes de l’épileptique, les aliénistes de la deuxième moitié du xixe jusqu’au début du xxe siècle sont d’accord pour dresser un portrait moral de l’épileptique comme un rebelle-né : susceptibles et irritables, emportés et colériques, patelins et hypocrites, craintifs et pusillanimes… L’épileptique n’est donc pas fait pour vivre en société, Lombroso l’a bien démontré : « c'est surtout dans l'étude psychologique des épileptiques qu'on peut démontrer leur identité avec les criminels9 ».

Asile, hospice, hôpital… Quel lieu d’enfermement pour les aliénés ?

  • 10 Dictionnaires de l’Académie française, 1835 et 1932, entrée « asile ».
  • 11 Le Petit Larousse illustré, 1905, entrée « asile ».
  • 12 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « asile » – l’auteur souligne.
  • 13 Trésor de la Langue Française Informatisée – l’auteur souligne.

10Un asile est « tout lieu où l’on se met à l’abri des poursuites de la justice, d’une persécution, d'un danger, etc. 10 ». Par extension, il devient donc un « établissement où l’on trouve une retraite dans l’indigence, la vieillesse, les infirmités11. », plus particulièrement un « établissement de bienfaisance qui sert de retraite à des infirmes, à des vieillards ou à des convalescents, ou qui donnent un abri momentané à des malheureux12. ». Aujourd’hui, l’asile est défini comme un « établissement public ou privé où sont recueillis pour un temps plus ou moins long des personnes malades ou sans abri, des enfants, des vieillards13 ». L’asile stricto sensu n’a donc pas de connotation médicale spécifique.
La distinction entre hôpital et hospice est plus labile : preuve en est la définition que l’Académie (1832) donne de l’hôpital : « HÔPITAL se disait également, autrefois, de certains établissements auxquels on donne aujourd’hui le nom d’Hospice, tels que l’Hôpital des orphelins, l’Hôpital des fous, etc. » Le Littré spécifie que « dans le langage administratif, [l’hôpital est une] maison de charité établie pour donner des soins gratuits aux malades indigents, par opposition à hospice où on ne reçoit pas les malades », distinction reprise dans le TLFI qui rappelle également que « hôpital » est un ancien terme pour désigner une « maison de correction ».

  • 14 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « hospice ».
  • 15 Dictionnaire de l’Académie française, 1932, entrée « hospice ».
  • 16 L’auteur souligne.

11Alors que les hôpitaux sont dévolus aux malades et les hospices aux vieillards et aux enfants, « des gens hors d’état de gagner leur vie, à cause de leur âge ou de leurs infirmités14 », autrement dit alors que « Contrairement à l’hôpital, l’hospice n'a pas pour fonction première de délivrer des soins médicaux15 », l’exemple sans cesse donné dans les différents dictionnaires est celui de « hospice d’aliénés ». Le Littré précise que hospice « se dit d’établissements destinés aux maladies mentales – Dict. de l'Acad. : Hospice des aliénés. Hôpital se dit aussi en parlant des aliénés » car « les hôpitaux sont particulièrement destinés à la guérison des malades ; les hospices, aux infirmes, aux vieillards, etc. L’hôpital est un asile momentané où l'on cherche la guérison d'une maladie ; l’hospice est un asile perpétuel où l’on passe tout ou partie de son existence. » L’aliénation étant une maladie rebelle, le fou sera enfermé à perpétuité, sans chance (voire sans tentative) de guérison. La distinction est donc bien faible, et c’est ce que souligne le TLFI dans sa définition : « Établissement public ou privé, dont le régime est voisin de celui des hôpitaux, qui accueille les vieillards, les infirmes, les incurables, les enfants abandonnés, orphelins16. ».

  • 17 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « enfermer ».
  • 18 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1877, entrée « enfermer ».
  • 19 Définition tirée du Dictionnaire de l’Académie française, 1932, entrée « interner ». Cependant, le (...)
  • 20 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « interdiction » – l’auteur souligne.

12Dès lors, l’épileptique, dont la tare est le signe évident d’une dégénérescence morale et physique, doit être mis à l’écart, quand bien même l’aliénation ne ferait pas partir intégrante de son diagnostic. Enfermer l’aliéné c’est protéger la société, quelle différence alors avec le délinquant mis sous les verrous ?
La distinction est d’abord lexicale : les médecins ne parlent pas d’« enfermement » ni de « séquestration » mais bien plutôt d’« internement » ou d’« interdiction ». Dans un emploi très particulier, « enfermer » peut renvoyer à l’asile : « Il signifie, dans une acception particulière, mettre quelqu’un dans un hôpital de fous, dans un lieu de correction, etc. 17 » mais le verbe renvoie avant tout à l’idée de « mettre dans une prison, dans un cloître, dans un appartement qui sert de lieu de réclusion18 ».
Le terme « internement » est tardif et n’apparaît qu’au début du xxe siècle dans le sens spécifique d’« enfermer dans un asile d’aliénés »19. Jusque-là, les médecins (et les hommes de loi) préféraient parler, pour les aliénés, d’ « interdiction » qui est en jurisprudence civile, « l’action d’ôter à quelqu’un la libre disposition de ses biens, et même de sa personne, quand on reconnaît qu’il est en état d'imbécillité, de démence, ou de fureur20 ».
Si les aliénés, épileptiques compris, doivent être « interdits » c’est, on l’a vu, pour protéger la société de leurs débordements. Ardin-Delteil, observant le cas de Chiara Lor…, épileptique atteint d’impulsions homicides, se désole du jugement rendu :

  • 21 Idem, p. 87.

« Le Tribunal le déclara irresponsable et le fit enfermer ; mais, étant resté quelque temps dans un état d'apparente tranquillité, il fut rendu à la liberté, hébété, malgré tout le péril auquel on exposait ainsi la société21. »

  • 22 Jules Voisin, L’Épilepsie, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 401.

13Pour Voisin, médecin de la Salpêtrière, suivi en cela par la majorité des aliénistes de son époque, un épileptique criminel doit être enfermé à vie, même guéri car « rien ne me prouve que la guérison sera permanente et [au contraire] pour moi, cet épileptique, une fois abandonné à lui-même et soumis aux mêmes influences et à toutes les luttes de l’existence, aura le système nerveux ébranlé et retombera presque fatalement dans le même crime22 ».
L’interdiction, c’est-à-dire l’enfermement, dans une structure hospitalière, a d’autres buts : selon Voisin, elle évite au malade d’être « abandonné à lui-même » face aux « luttes de l’existence ». De plus, elle permet d’éviter les phases critiques qui risqueraient d’affecter le malade dans la société. Il s’agit donc avant tout sinon de soigner la maladie, du moins de prévenir ses symptômes en protégeant le malade des « influences » susceptibles de le faire rechuter. Cette visée thérapeutique est plus globalisante : les individus enfermés à Sainte-Anne, la Salpêtrière ou Charenton pour ne citer que les hôpitaux parisiens, sont également des sujets d’étude. C’est en les soignant que les médecins cherchent à comprendre le fonctionnement de ces « maladies nerveuses », à élaborer des traitements efficaces. L’asile, (puis) l’hôpital sont des lieux de réclusion, certes, mais en vue d’une avancée scientifique autant que d’un statu quo social.

14Ainsi, enfermer l’aliéné c’est tenter un véritable suivi médical : le « traitement moral » proposé par Pinel au début du xixe siècle et consistant en un dialogue avec le malade ne peut se révéler efficace qu’à condition qu’il soit établi sur la durée.
Mettre les aliénés en général, les épileptiques en particulier à part, hors du reste du monde, c’est également tenter d’endiguer la perpétuation des maladies – dont on a longtemps cru au caractère purement héréditaire. En enfermant le (ou la) malade, on l’empêche de se reproduire et avec lui (ou elle), sa maladie.
Pourtant, l’interdiction se veut aussi protection : en ôtant à un individu malade sa liberté en même temps que ses droits civils, on lui évite un possible enfermement dans un établissement carcéral ou des abus de la part de tiers malveillants. Les exemples de médecins sont nombreux à prôner l’interdiction de malades afin de leur éviter la faillite ou le déshonneur.
L’enfermement n’a donc pas (seulement) la connotation négative qu’on lui croyait. Il se peut même – ô paradoxe – que le rebelle demande volontairement et expressément à être enfermé. Ainsi l’asile n’est plus subi, il devient lieu de possible guérison et retrouve son sens originel : un endroit de repos, où l’on se met à l’abri du danger. La loi de 1838, restée effective jusqu’en 1990, ne concernant que les aliénés, de nombreux épileptiques ont choisi une réclusion délibérée en se faisant passer pour aliénés afin de profiter de soins gratuits. L’asile perd de sa connotation négative pour devenir un hôpital, pur lieu de soin et d’attention au malade.
Mais face à un aliéné dangereux, criminel, et rebelle à toute forme de médication, quel doit être le jugement du tribunal ? A-t-il sa place dans un hôpital ou doit-il payer sa dette à la société en prison ?

15Lorsqu’on se penche sur les caractères généraux des crimes commis par des épileptiques, il semble difficile de ne pas souhaiter l’enfermement dans un quartier de haute sécurité : aucun motif ne sous-tend l’acte ; l’exécution est féroce et la violence insolite (multiplication des coups) ; l’auteur ne cherche aucunement à dissimuler son acte, il fait montre d’une indifférence absolue, d’une complète absence de regret ou remords et, surtout, semble avoir oublié presque totalement ce qu’il vient de faire. Pourtant, c’est l’accumulation de toutes ces particularités qui va permettre de diagnostiquer l’épilepsie dans le crime. C’est pourquoi Legrand du Saulle, médecin en chef du dépôt de la Préfecture, va jusqu’à proposer une « sorte de loi médico-légale » :

  • 23 Henri Legrand du Saulle, Étude médico-légale sur les épileptiques, Paris, Delahaye, 1877, p. 68.

« Lorsqu’un crime tout à fait inexplicable et en complet désaccord avec les antécédents d’un prévenu qui n’est réputé ni épileptique, ni aliéné, vient à être accompli avec une instantanéité insolite, il y a lieu de se demander et l’on doit rechercher s’il n’existerait pas des accès nocturnes méconnus d’épilepsie23. » 

16Si épilepsie il y a, les médecins sont formels, le délinquant n’a pas sa place en prison. Mais compte tenu de son caractère, de son potentiel de violence, peut-il réellement cohabiter avec les malades « paisibles » de l’asile d’aliénés ?

Une abbaye de Thélème pour aliénés ?

  • 24 Albert Londres, Chez les fous, recueil d’articles parus dans Le Petit Parisien, 1925, Paris, Le ser (...)

17La question du lieu adéquat renvoie à une opposition entre médecine et justice et pose la question de la responsabilité. Selon l’article 64 du Code pénal de 1810, « il n’y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pas pu résister » (la « démence » recouvrant alors toutes les pathologies mentales graves faisant perdre le libre arbitre, autrement dit l’aliénation mentale). Mais cet article ne traite que de la question de l’état de démence au temps de l'action ; ainsi, ne sont pas pris en compte les troubles antérieurs à l’acte (un crime ou délit commis par un malade mental peut donc être puni), ni ceux qui surviennent entre l’acte et le procès (empêchant le plein exercice des droits de la défense), ni encore ceux qui surviennent après condamnation (le criminel jugé qui "devient fou"). C’est pourquoi les aliénistes, depuis Pinel, tentent de faire reconnaître leur discipline comme une spécialité en lien direct avec le monde judiciaire. L’article 64 est ainsi appliqué à l’aune des nouvelles découvertes : l’aliénation est un trouble morbide qui doit modérer la responsabilité du criminel, même dans les périodes pré ou post-paroxystiques.
Lorsque la loi de 1838 est votée, elle qui ordonne la création d’un établissement public par département, « spécialement destiné à recevoir et à soigner les aliénés », il semble que les efforts de Pinel et de ses disciples ont été récompensés : le malade rebelle aura son lieu propre, quand bien même il serait criminel (la maladie primant sur l’acte délictueux, ou plutôt l’acte étant « excusé » par la maladie). Pourtant, les contemporains ne sont pas dupes. Pour Albert Londres, journaliste et auteur de Chez les fous (1838)24, l’asile n’est qu’une prison qui cache son nom :

« La loi de 38 n’a pas pour base l’idée de soigner et de guérir des hommes atteints d’une maladie mentale, mais la crainte que ces hommes inspirent à la société. C’est une loi de débarras. »

18Face aux rebelles au double sens médical et social, quatre types de lieux sont proposés, rejetés, débattus, voire rêvés par les aliénistes et les juristes.
Les médecins proposent d’abord des quartiers spéciaux dans les asiles, ou du moins des cellules. Brierre de Boismont, en 1869, distingue, parmi les aliénés criminels, les individus disciplinables des incorrigibles. Les premiers ont leur place dans des asiles ordinaires, à condition qu’ils soient installés dans des quartiers spéciaux aménagés. Legrand du Saulle émet le même souhait : selon lui, quiconque veut ouvrir une maison privée pour soigner les aliénés doit avoir un local qui permet de séparer les malades paisibles de ceux qui sont agités, de séparer également les aliénés épileptiques.

  • 25 Jules Voisin, op. cit., p. 400.
  • 26 Maurice de Fleury, L’Âme du criminel, Paris, Félix Alcan 1898, p. 109.

19L’idéal serait des asiles spécialisés pour mettre à l’écart tout en soignant les aliénés les plus dangereux. Les aliénés criminels « incorrigibles » de Brierre de Boismont devraient être enfermés dans un asile central de haute sécurité. Ce lieu d’enfermement spécifique assurerait ainsi la sécurité de la société sans pour autant stigmatiser l’aliéné comme criminel. Mais cet établissement, « à égale distance de Charenton et de la Bastille » ainsi que le souhaitait Brierre de Boismont, calqué sur le modèle anglais de Bethlem, fait débat.
Legrand du Saulle – et plus tard Allaman (1890) – souhaite la création d’un établissement central consacré exclusivement aux malades poursuivis par la justice ou, au moins, un quartier spécial dans les quatre principaux asiles d’aliénés. Pour Falret ou Voisin, un tel endroit n’a pas lieu d’être car « un épileptique dit criminel n’est pas un criminel, c’est un aliéné, un être irresponsable comme ceux avec lesquels il est séquestré25. »
Mais la réforme à laquelle Maurice de Fleury aspirait, ces « maisons mixtes, mi-partie hôpital et mi-partie prison, pour les criminels de qui l’esprit, sans être complètement aliéné, est atteint cependant d’une maladie assez formelle26 », cet « hôpital-prison » ne verra jamais le jour.

20Un troisième lieu, inverse du premier, est proposé, qui consisterait à créer des quartiers spéciaux à destination des aliénés dans les prisons. Peu de médecins souhaitent cette option car leur visée est avant tout thérapeutique. En revanche les hommes de lois qui craignent que la jeune science aliéniste ne « vide » les prisons pour « remplir » les asiles, proposent cette solution alternative.

  • 27 Louis-Victor Marcé, Traité pratique des maladies mentales, Paris, Baillière et fils, 1862, p. 230.
  • 28 Rapport de M. J. Falret sur la colonie de Gheel, séance du 30 décembre 1861 de la Société médico-ps (...)

21La question de l’enfermement à l’intérieur de la cité est débattue par quelques médecins. Esquirol souhaite ainsi, comme dans le village de Gheel (Belgique), créer une « colonie » dans laquelle les aliénés vivent au milieu de paysans « normaux », travaillent pour eux et sont soignés dans une infirmerie sise dans le village. Le rebelle est mis à l’écart, sans être enfermé. Mais cette utopie a ses détracteurs. Certes, « les colonies d’aliénés ont l’incontestable avantage de démontrer que beaucoup de ces malades sont moins dangereux qu’on ne le suppose ; elles prouvent qu’on peut, sans nuire à la sécurité de tous, leur donner une somme de liberté plus grande que celle qui leur est généralement accordée27 » . Pour autant, « la colonie peut convenir aux aliénés arrivés à une période avancée de chronicité, qui sont généralement tranquilles et inoffensifs, qui ne présentent que de loin en loin des paroxysmes d’agitation, et qui n’exigent ni des soins ou un traitement assidus, ni des moyens de répression énergiques. Mais pour les malades qui, dans les périodes aiguës de leur affection, offrent de véritables dangers pour eux-mêmes ou pour la sécurité publique, pour ceux dont l’état maladif réclame des soins de chaque instant ou un traitement médical suivi avec persévérance, aucun moyen ne pourra remplacer les avantages moraux et matériels que les aliénés trouvent dans des asiles bien organisés28. »

22La difficulté à trouver un lieu propre tient à une question plus profonde sous-jacente, celle de la responsabilité de l’individu, c’est-à-dire de sa volonté – aliénée ou non – lors de l’acte délictueux. Les diverses structures à même d’accueillir l’aliéné criminel, souhaitées plus que conçues, tentent de réaliser le débat théorique médico-judiciaire. En effet, depuis Esquirol, les aliénistes, en même temps qu’ils étudiaient les pathologies mentales de leurs patients d’un point de vue médical (étiologie, symptômes, terminaisons), s’interrogeaient sur leur dimension légale (civile ou criminelle). Ainsi va apparaître la notion de responsabilité atténuée qui sera sanctionnée, en 1905, par la circulaire Chaumié. La consigne que donne ce texte était appliquée avant son introduction : il s’agit, pour l’expert médical, d’examiner le prévenu et de « dire si l’examen psychiatrique ne révèle point chez lui des anomalies mentales ou psychiques de nature à atténuer dans une certaine mesure sa responsabilité ». Ces aliénés criminels d’un genre nouveau, lucides lors des intervalles entre deux crises, sont alors classés dans la catégorie des « anormaux mentaux non irresponsables ». Ils seront néanmoins envoyés à l’asile plutôt qu’en prison.

Délinquants et criminels : le cas des prisons cellulaires

Des rebelles bien silencieux

  • 29 Gabriel Tarde, « La France criminelle », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de (...)
  • 30 Henri Joly, Le Crime, étude sociale, Paris, Cerf, 1888, 172 p.
  • 31 Pierre Joigneaux, Les Prisons de Paris, par un ancien détenu, Paris, chez l’auteur, 1841, 323 p.

23Au XIXe siècle, le Code Napoléon donne le branle à une longue période de codifications. Les normes et les interdits se multiplient alors, fabriquant par là même des délinquants. Il est difficile pour l’historien de savoir qui sont ces criminels et délinquants emprisonnés tant les témoignages directs sont maigres et les sources rares. Bien sûr, l’étude du Compte général de l’administration de la justice criminelle, conjuguée avec celle des différents codes, permet de définir les contours des crimes et des délits commis par les détenus, d’autant plus que le Compte s’affine au fil du siècle jusqu’à devenir la base d’une criminologie autonome avec Gabriel Tarde29 et Henri Joly30. Cependant, la voix des prisonniers eux-mêmes, elle, reste bien inaudible. Rebelles à l’ordre bourgeois établi par les codes, les détenus sont pourtant bien silencieux quant à leur sort et leur expérience de la prison. Le fonds F16 des Archives Nationales nous livre des traces de révoltes et pétitions de détenus, et certains d’entre eux – très rares – ont laissé des mémoires timorés, comme Joigneaux31, qui, dans Les Prisons de Paris par un ancien détenu, prend quand même la liberté de proposer des pistes de réformes du système pénitentiaire. Cependant, la majorité des détenus étant issue du milieu populaire, la production d’un témoignage écrit reste inenvisageable, et il faudra attendre jusqu’aux effets des réformes de la Troisième République en termes d’alphabétisation pour que les paradigmes commencent timidement à changer.

  • 32 Alphonse de Lamartine, Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 19 (...)
  • 33 Victor Hugo, La Légende des siècles – La Fin de Satan – Dieu, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la (...)
  • 34 Eugène Sue, Les Mystères de Paris [1842-1843], Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2009.

24Le xixe siècle littéraire est pourtant friand du thème de la prison. Mais cet engouement soulève un certain nombre de questions, et nous impose une très grande rigueur dans la manière de considérer les écrits abordant la prison comme thème ou théâtre de l’action, ainsi que les écrits de prisonniers. D’emblée, il y a une scission à opérer. Au xixe siècle, tout se passe comme si la question carcérale, devenue préoccupation dominante, s’instaurait en tant qu’objet majeur de la réflexion et constituait la source privilégiée de l’inspiration. On fait alors feu de tout bois, les uns s’émouvant des conditions de vie des prisonniers, les autres se préoccupant des effets néfastes de la promiscuité et de la corruption dont elle est à l’origine. Certains affirment la nécessité de la prison afin de pourvoir à la survie du groupe social, d’autres s’attèlent au contraire à démontrer son inefficacité. Les philosophes, eux, essayent de mettre au jour, au-delà des apparences, les significations profondes du phénomène. Les hommes politiques, ensuite, formulent des idéologies et les propagent. Les juristes, enfin, garants des valeurs reconnues, écrivent le droit, délimitent le domaine et fixent les règles du système carcéral. Les hommes de lettres ont eux aussi leur pierre à apporter à l’édifice carcéral. Parallèlement à l’histoire qui est en train de s’écrire, ils introduisent la prison dans leurs romans ou la mettent en scène, comme Alphonse de Lamartine32 ou Victor Hugo33, et dans une moindre mesure Eugène Sue34. Il existe aussi un corpus, plus restreint, de mémoires ou de témoignages de prisonniers. Nous savons qu’il existe au sein de la communauté des détenus divers motifs d’incarcération, une grande hétérogénéité des origines, des conditions sociales et culturelles des détenus et une non moins grande variété des régimes de vie et des traitements auxquels ils sont soumis. Or ces différences ne se retrouvent pas dans les témoignages.

25Les témoignages ne sont, par définition, pas objectifs. Il n’en demeure pas moins qu’ils peuvent contenir des éléments tangibles, notamment dans les domaines dans lesquels leur auteur est le moins impliqué affectivement. Le nombre est aussi garant d’objectivité : la concordance de différents témoignages est un critère de choix dans ce domaine. Il convient aussi de mesurer la prégnance dans la réalité du récit que l’on considère. Lorsque la forme est dépouillée, que l’on n’observe pas d’artifices littéraires, et/ou que le récit a un caractère linéaire, ce dernier semble être davantage digne de foi. Une extrême réserve est à observer à l’égard des récits de criminels politiques, mais pas uniquement. Considérons Lacenaire, qui dans ses mémoires, nous explique sa démarche en préambule :

  • 35 Pierre-François Lacenaire, Mémoires [1836], Paris, Éditions du Boucher, 2002, p. 7.

« L’histoire de ma vie […] a été rédigée à la hâte et sans aucune espèce de prétention. C’est cette négligence même qui lui servira de cachet et qui prouvera surtout que je n’y ai apporté aucun sentiment d’amour-propre, mais simplement la franchise que l’on avait droit d’attendre de moi, […] seul mérite auquel je veuille prétendre aujourd’hui. Ainsi, en finissant, je porte défi à qui que ce soit de prouver que j’ai menti dans la plus légère circonstance35. »

  • 36 Michelle Perrot, « Écrire en prison au xixe siècle », in Michelle Perrot (dir.), Les Ombres de l'hi (...)
  • 37 Michelle Perrot (dir.), Les Ombres de l’histoire, crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammar (...)

26Si dans leur ensemble, les droits communs s’expriment avec moins de retenue que les politiques, les précautions que prend un Lacenaire, qui n’est pas connu pour sa transparence, soumettent d’emblée son récit à caution. L’impact des mémoires n’est pas non plus celui que l’on pourrait souhaiter. Beaucoup de textes ont disparu, certainement interceptés. Les témoignages étaient en effet dangereux pour le pouvoir, par leur nature même. Armes redoutables et redoutées, les témoignages étaient à l’origine d’une subversion peu souhaitable, d’une part parce qu’ils dévoilaient un monde inconnu, monde du silence traité par le silence, d’autre part parce que par leurs critiques, ils remettaient en cause le système punitif. Lire et écrire sont donc, dans le milieu carcéral, des actes suspects36, et les prisonniers, des « ombres de l’histoire »37.

Enfermer comment ? De la promotion de l’emprisonnement cellulaire à l’avènement de la relégation

  • 38 Alphonse Bérenger, Rapport fait par M. Bérenger au nom d'une commission spéciale chargée de l'exame (...)

27Entre 1830 et 1847, la question de l’adoption de l’isolement cellulaire occupe beaucoup de place dans les débats autour de l’édifice carcéral. La Monarchie de Juillet est une époque propice aux discussions concernant la question pénitentiaire, mais toutes ne sont pas à considérer de la même manière. Se développe en effet à cette époque une littérature qui a tendance à dépeindre la prison de manière romantique et faussée. Il y a là un paradoxe : les écrivains qui n’ont jamais fait l’expérience de la prison se mettent à coucher sur le papier la condition du détenu, alors que les détenus, par indigence, analphabétisme ou répression, se trouvent privés de la parole. Il faut aussi prendre acte du fait que le regain d’intérêt pour la solution de l’enfermement pénal naît d’une remise à l’ordre du jour des débats autour de la peine de mort. En août 1830, à la chambre des députés, les débats concernant la peine de mort reprennent strictement comme en 1791. Aux abolitionnistes, Alphonse Bérenger38 répond que la peine de mort ne peut être abolie que lorsqu’on aura mis en place des structures pénitentiaires pouvant la remplacer. Il engage ainsi officiellement le débat autour du système cellulaire :

  • 39 Assemblée nationale, séance du 5 octobre 1830. Le Moniteur universel, 7 octobre, p.1257, cité dans (...)

« Le régime pénitentiaire admet la prison solitaire, supplice inconnu parmi nous, mais dont l’effet moral est puissant ; il faut donc l’introduire avant de désarmer tout à fait la société. Ce système a besoin d’être étudié ; plusieurs de nos voisins en ont fait d’heureux essais qui pourront servir39. »

Le discours du rapporteur parlementaire de 1830 reprend là encore ceux de mai-juin 1791 à la Constituante. Il assigne les mêmes buts à la réforme pénitentiaire de la Monarchie de Juillet : instaurer une prison pénale qui défende la société et puisse progressivement se substituer à la peine de mort. La solution cellulaire est alors envisagée, mais pas de manière radicale. Ce n’est qu’au retour du voyage d’Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont en 1833 que l’isolement cellulaire va s’imposer, du fait du succès rapporté des expériences américaines et de l’évolution des mentalités. La manière d’enfermer, et partant, de punir, est révélatrice d’une conception évolutive de l’homme. En l’espèce, après 1830, on observe une rupture avec la philanthropie soucieuse du détenu, initiée par John Howard, vite qualifiée d’utopiste par ses contempteurs. Les nouveaux philanthropes, dits gouvernementaux, défendent une manière de penser plus pragmatique, utilisant d’autres méthodes et visant d’autres fins.

  • 40 Gustave de Beaumont, Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son appli (...)
  • 41 23 Charles Lucas, De la réforme des prisons ou De la théorie de l'emprisonnement, de ses principes (...)
  • 42 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Rapport à M. le Comte de Montalivet […] sur les prisons de l'Angl (...)

Les classes dirigeantes veulent accentuer la répression, et c’est en 1836 que s’enclenche un changement de paradigme en matière pénitentiaire. L’année 1836 est aussi marquée par la réédition de l’ouvrage de Tocqueville et de Beaumont40 et par la parution du premier volume que Charles Lucas41 consacre à sa théorie de l’emprisonnement. Tocqueville, avec sa nouvelle conception du système pénitentiaire rapportée des États-Unis, influence le gouvernement qui s’inscrit d’abord dans le cadre de la préférence auburnienne manifestée alors par le juriste : des cellules pour isoler la nuit ; des ateliers pour un travail silencieux mais en commun le jour. Fin 1836, les troubles de l’ordre public obligent l’État à accélérer une réforme qui piétine faute de budget et de réelle volonté. En même temps, une commission parlementaire est formée et des enquêteurs sont envoyés dans les pays étrangers pour y étudier les prisons. Cette initiative se trouve être sans réel impact, à l’exception des rapports de Louis-Mathurin Moreau-Christophe, revenant d’Angleterre ainsi que de Guillaume-Abel Blouet et de Frédéric-Auguste Demetz, revenant des États-Unis42. La croissance effrayante de la criminalité, les récidives et les bandes organisées dont les anciens bagnards et prisonniers des centrales sont le vivier entraînent une réaction étatique et populaire assez forte : on cesse dès lors de vouloir la prison comme lieu d’amendement ; on la veut intimidante, dissuasive et réglant les problèmes de promiscuité. Le moyen à privilégier s’impose alors comme étant la cellule, qui a pour premier avantage d’éviter toute possibilité de complot. Mais dans les faits, les velléités de réforme ne trouveront pas d’écho législatif.

  • 43 Protestations de Charles Lucas, « Observations concernant les changements apportés au projet de loi (...)
  • 44 Projet de loi sur les prisons présenté à la chambre des pairs, le 10 juin 1844, t. I, « Observation (...)
  • 45 Chambre des pairs, séance du 24 avril 1847, rapport fait à la Chambre par M. Bérenger de la Drôme, (...)
  • 46 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990.
  • 47 Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », in Michelle Per (...)
  • 48 Idem.
  • 49 Jean-Lucien Sanchez, « La relégation (loi du 27 mai 1885) », Criminocorpus la revue, 2005.
  • 50 Compte général de l’administration de la Justice criminelle (C.G.A.J.C.), 1880

28Bien que lourdement débattue, la réforme n’a en effet pas abouti. En 1840, le projet de loi sur la réforme des prisons fut présenté par le gouvernement à la Chambre des députés en session. Il a ensuite fait l’objet d’un rapport de Tocqueville au nom de la commission parlementaire. Le projet initial doit beaucoup à Lucas, et se retrouve infléchi par Tocqueville dans le sens de l’isolement cellulaire de jour comme de nuit43. Ce projet est instructif sur l’évolution de la pensée de Tocqueville, alors complètement convaincu par le système philadelphien. Mais il n’est pas discuté, et le projet ne revient devant la Chambre des députés qu’en 1843. Les députés adoptent le 18 mai 1844 une réforme basée sur le système de l’isolement absolu pour tous les prisonniers, rompant radicalement avec les idéaux de Lucas. L’influence de Tocqueville en la matière ne fait aucun doute. Le projet de loi s’est ensuite heurté à des difficultés institutionnelles. En effet, en 1844, le Code pénal en vigueur distinguait plusieurs types de peines privatives de liberté. On ne pouvait changer le régime d’emprisonnement et faire adopter la solitude généralisée sans changer ledit Code. Ce furent les arguments de Lucas et Faucher, ainsi que ceux de la Chambre des pairs, qui demanda que les cours soient consultées. Le garde des sceaux sollicita donc la Cour de cassation, les cours royales et celles des préfets, par la circulaire du 13 juillet 1844. Les réponses durent attendre 1845 et 1846 pour être publiées44. Le projet définitif ne fut donc proposé à la Chambre des pairs qu’en 1847, par Bérenger. Ce dernier fut particulièrement catégorique dans le rapport qu’il fit à la Chambre, grossissant le trait d’une classe laborieuse dangereuse et alourdissant le projet de Tocqueville. Il insiste sur l’« état vrai de la criminalité en France », qu’il explique par « l’imperfection de nos lieux de répression ». Pour Bérenger, la prison est à la fois le problème et la solution. Les amendements proposés par la Chambre des pairs vont bien au-delà de ce que la Chambre des députés prévoyait. Cette dernière limitait encore, en 1843, l’isolement complet à dix années, suivies de la transportation hors de France. À la demande de la Commission des pairs, cette disposition fut supprimée, ainsi que la transportation, au profit d’un isolement cellulaire illimité45. Des troubles internes à la Chambre des pairs diffèrent l’adoption de la loi46, mais c’est véritablement la circulaire Persigny du 17 août 1853 qui interrompt le développement de l’emprisonnement cellulaire pour les prisons départementales, imposant le retour aux quartiers séparés. À partir de ce moment l’on observe une augmentation croissante de la récidive, qui atteindra à la fin du siècle 50% des libérés47. Inquiet, le gouvernement adopte, par la loi de 1854, le modèle anglais pourtant contesté au début du siècle, à savoir la transportation outre-mer48. La loi Waldeck-Rousseau de 188549 instaure quant à elle la relégation des multirécidivistes. Entre temps, les conclusions d’une grande enquête parlementaire menée entre 1873 et 1875 au sujet du système pénitentiaire a eu pour conséquence la promulgation de la loi de 1875 restaurant le système cellulaire comme le plus favorable à l’amendement des coupables. C’est ainsi que de 1872 à 1908, une soixantaine de maisons d’arrêt seront construites. Le début du xxe siècle offre donc un paysage carcéral contrasté : renforçant la transportation des « rebelles à toute espèce de travail »50 , la Troisième République réhabilite dans le même temps le système cellulaire sur le territoire.

Des prisons neuves : évolution diachronique des lieux de réclusion

  • 51 Louis-Pierre Baltard, Architectonographie des prisons, Paris, chez l’auteur, 1829.
  • 52 Plans accompagnant la circulaire de Tanneguy Duchâtel, Instruction et programme pour la constructio (...)
  • 53 « Compte-rendu d’une séance de la société de la maison de refuge pour les jeunes condamnés présidée (...)
  • 54 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, De la réforme des prisons en France, basée sur la doctrine du sys (...)

29Le xixe siècle est particulièrement riche de débats sur les voies et moyens d’incarcérer. Jusqu’à la circulaire Persigny, en 1853, les théoriciens semblent s’entendre sur la valeur répressive et, sous certains aspects, éducative de la prison. Ils débattent en revanche très violemment au sujet de la forme idoine à donner au bâtiment en tant que tel. Fallait-il promouvoir un système qui enfermait la nuit et imposait le travail silencieux le jour, comme à Auburn, dont l’architecte Louis-Pierre Baltard se faisait le partisan51, ou l’enfermement cellulaire continu dit « système philadelphien » soutenu par Tocqueville et Beaumont, et dont l’architecte Guillaume-Abel Blouet52 s’est inspiré dans ses plans ? Les débats furent vifs, et si les partisans d’Auburn avaient l’avantage un temps, un virage plus répressif imposa le système philadelphien comme une évidence dans les esprits. La question du bâti s’est posée avec une acuité particulière, et les théoriciens de la peine l’ont déclaré ouvertement, même lorsqu’ils s’affrontaient sur les buts assignés à l’incarcération. À cet égard, Charles Lucas, en 183653, affirme que l’architecte fait « passer dans la pierre l’intelligence de la discipline » ; et Moreau-Christophe, en 1838, déclare que « l’architecte de la prison est le premier exécuteur de la peine54. »

  • 55 Jeremy Bentham, Panoptique. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d’inspectio (...)

30L’isolement cellulaire sous-tendu par un plan panoptique55 était au centre de tous les débats dans la première moitié du siècle. Si Auburn et Philadelphie donnent leur nom à deux systèmes qui ne cesseront d’occuper les juristes et publicistes du xixe siècle, il est bien un point sur lequel ils se rejoignent, à savoir l’isolement cellulaire. Les deux systèmes le pratiquent en effet, la différence est dans le temps qui lui est accordé.

Prison d’État ou pénitencier de l’Est Pennsylvania

Prison d’État ou pénitencier de l’Est Pennsylvania

Frédéric-Auguste Demetz et Guillaume-Abel Blouet, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837, 115 p. et 46 pl., pl. 25.

Narbolibris. Bibliothèque virtuelle du Grand Narbonne

Projet de prison suivant le système d’Auburn

Projet de prison suivant le système d’Auburn

Frédéric-Auguste Demetz et Guillaume-Abel Blouet, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837, 115 p. et 46 pl., pl. 44.

Narbolibris. Bibliothèque virtuelle du Grand Narbonne

  • 56 Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au xixe siècle », (...)
  • 57 Jeremy Bentham, Panoptique. op. cit., p. 32.
  • 58 Guillaume-Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés précédé d'observations sur le (...)

31Or si le plan panoptique semble offrir une solution formelle optimale afin de mettre en œuvre l’isolement cellulaire, son adoption ne va pas de soi56. En outre, les idéologies qui sous-tendent les partis panoptique et cellulaire ne se rejoignent pas. En effet, on constate que le plan panoptique n’a pas été pensé pour traduire dans la pierre le principe de l’isolement cellulaire, dont la préoccupation principale est celle du bon ou mauvais usage de la solitude. Bentham avait tranché : « La solitude absolue […] fait tomber un malheureux captif dans le désespoir, la folie ou l’insensibilité57 ». Idéologiquement, Bentham tendrait vers le système auburnien, or on sait que la prison d’Auburn est parallélépipédique. La transposition architecturale du système auburnien est en outre assez simple, étant donné que les prisonniers ne sont isolés que la nuit, ce qui n’exige pas de grandes cellules. De plus, la surveillance de jour est assurée par des méthodes traditionnelles : « Les gardiens, rapporte Blouet, les accompagnent sans cesse et appliquent immédiatement la punition du fouet58 ». Le système pennsylvanien, au contraire, partait du principe que seule la solitude permettait d’éviter la promiscuité et ses effets inévitables. Blouet, partisan de ce système, expliquait à son retour d’Amérique : 

  • 59 Idem, p. 9.

« La séparation met ceux qui sont soumis à ce régime dans l’impossibilité de se connaître, par suite, de se corrompre mutuellement, et de comploter de nouveaux forfaits pour l’avenir […] si l’amélioration morale est possible, ce système ne se compose-t-il pas de tous les éléments capables de réaliser cette espérance59? »

32Bentham pensait une prison à l’architecture performative, capable d’être source de réformation, par l’inspection continuelle et intériorisée. La distribution de l’édifice était à la fois un moyen et une fin. Tocqueville ne voyait quant à lui dans l’architecture qu’un moyen, au seul et éventuel bénéfice du détenu. Aussi écrivait-il dans la troisième édition du Système pénitentiaire :

  • 60 Gustave de Beaumont, Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux Etats-Unis et de son appli (...)

« Le régime bon ou mauvais d’une prison ne saurait exercer d’influence que sur ceux qui y ont été enfermés. […] les institutions, les mœurs, les circonstances politiques, voilà ce qui influe sur la moralité des hommes en société ; les prisons n’agissent que sur la moralité des hommes en prison60 ».

  • 61 Michelle Perrot, « Tocqueville méconnu », in Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, Paris, Gallim (...)
  • 62 Idem., p. 149.
  • 63 Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au xixe siècle », (...)
  • 64 Tanneguy Duchâtel, Instruction et programme, op. cit.

33Ce qui était déjà une concession à la forme. Nous savons en effet par l’étude que Michelle Perrot a faite des archives conservées à Yale61 que Tocqueville n’adhérait en aucune manière la philosophie de Bentham. « Il ne croit ni à la prison comme modèle global ni à la primauté du dispositif spatial62 ».
Tocqueville a lu Bentham, au même titre qu’Howard ou Lucas, mais il ne le cite que rarement, et avec ironie, qualifiant ses propositions d’utopies. Pourtant, il est profondément convaincu par le régime philadelphien, qui dévoie le panoptisme benthamien et le met au service d’un isolement total des détenus par la cellule. On ne peut que conclure que les liens entre panoptisme et cellulaire sont complexes idéologiquement et formellement. La théorie architecturale issue de l’Instruction Duchâtel de 1841, « le plus beau et le plus complet des recueils panoptiques63 », nous démontre qu’ils sont en outre évolutifs, et donnent lieu à de surprenantes combinaisons. En effet, en 1841, le ministère envoie à chaque préfet et conseil général une Instruction64 et un programme accompagnés d’un atlas pour la construction des prisons départementales. Le ministre se fixe deux impératifs : la cellule et le point central d’inspection. Les contraintes imposées à l’architecte relèvent de la gageure : il s’agit toujours de regrouper les détenus en un même lieu, mais aussi d’assurer leur séparation en les logeant dans des cellules individuelles suffisantes pour assurer leur santé. Afin de prévenir les évasions et faire respecter les règles internes, il faut en outre programmer une surveillance accrue, mais aussi discrète qu’économique. Enfin, pour des raisons d’abord hygiénistes, ensuite rééducatives, il convient de prévoir des lieux de travail et de promenade. Les préconisations de Jeremy Bentham ont donc essaimé, et donnent lieu à des adaptations de plus en plus nombreuses après 1841. La diversité des plans des trois architectes retenus par l’Instruction (Guillaume-Abel Blouet, Harou-Romain fils et Hector Horeau) met l’historien de l’architecture dans l’impossibilité de définir une typologie : polygonaux, semi-circulaires, circulaires, rectangulaires. Ils n’en restent pas moins toujours centrés. L’influence des expériences étrangères s’observe en outre assez nettement.

  • 65 Les ressemblances formelles entre les deux édifices sont frappantes, mais p. 46 de l’atlas, Harou-R (...)
  • 66 En ce qui concerne la prison de Pentonville, se reporter à Robin Evans, The Fabrication of virtue : (...)
  • 67 Baltard a agrandi les prisons de Saint Lazare et de Sainte Pélagie à Paris entre 1821 et 1825.

34Blouet est très influencé par le pénitencier de Cherry Hill, à Philadelphie, alors que Harou-Romain semble s’inspirer de celui, plus ancien, construit par Adam à Edimbourg65. Ce recours systématique aux expériences étrangères antérieures témoigne du retard certain de la France en matière d’architecture carcérale. Les architectes français puisent aussi leur inspiration dans les bâtiments en construction. La prison de Pentonville par Joshua Jebb, alors en cours de construction, les influence aussi quant à ses innovations, à savoir des promenoirs individuels circulaires66. Les plans préconisés pour les prisons divergent en fonction des architectes, mais la conception même de la cellule et son insertion dans la structure les séparent davantage. Comprise comme élément de base, la cellule doit être une prison à l’intérieur de la prison, et fait donc entrer dans sa conception des variables comme le bien-être du détenu, variable plus ou moins considérée en fonction de la sensibilité de l’architecte aux idées philanthropiques explicitement contestées depuis le début de la monarchie de Juillet. L’Instruction Duchâtel ne donne cependant pas à l’architecte la place qu’elle semble lui donner. Ce dernier est réduit à trouver d’ « ingénieuses combinaisons » afin d’organiser l’espace carcéral tel qu’il est pensé par le pouvoir : pour isoler, punir et surveiller. Les plans proposés par Blouet, Harou-Romain et Horeau composant l’Atlas qui accompagne la circulaire sont en outre proposés comme des exemples et non comme des modèles à suivre. Le xixe siècle a d’ailleurs ostensiblement produit plus d’architecture de papier que de monuments sortis de terre, privilégiant le réemploi de structures préexistantes, comme la prison de Sainte-Pélagie notamment, remaniée par Baltard67.

Louis-Pierre Baltard, prison de Sainte-Pélagie, Plan (1824)

Louis-Pierre Baltard, prison de Sainte-Pélagie, Plan (1824)

Centre historique des Archives nationales, Paris, F21 1901/3210/photo CHAN

  • 68 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons, t. II, p. 285-290.
  • 69 Enquête parlementaire sur le régime des établissements pénitentiaires, t. II, Versailles, Cerf et f (...)
  • 70 Louis Perrot, Statistique des prisons pour 1855, Paris, Paul Dupont, p. LXXVII.
  • 71 La prison de Mazas, décidée en 1840 pour remplacer l’ancienne prison de la Grande Force, est édifié (...)

35De fait, les prisons cellulaires qui fonctionnent après 1850 sont peu nombreuses en France. Renfermant moins de cinq mille prisonniers, elles ne concernent que le dixième de la population pénale. En outre, après 1848, elles intéressent moins les spécialistes, qui ne se manifestent que pour témoigner de leurs défauts formels et leur inadaptation. Après 1853, le déclin du modèle cellulaire connaît, nous l’avons déjà évoqué, une inflexion notable avec la circulaire Persigny68 qui renonce officiellement à la réclusion cellulaire. Les sources postérieures, telles que les enquêtes parlementaires69 ou la statistique pénitentiaire70 démontrent en outre que les prisons cellulaires ont très vite perdu leur fonction d’isolement, avec des dortoirs aménagés ou la présence de plusieurs détenus par cellules. Il s’agissait de se mettre en conformité avec la circulaire, mais aussi et surtout de faire face à l’encombrement des prisons. De plus, il apparaît que les vertus accordées au système cellulaire étaient très théoriques. En effet, la statistique pénitentiaire met très vite au jour les problèmes de surpopulation au sein des édifices carcéraux, et le système cellulaire, voyant se côtoyer plusieurs détenus dans une seule et même cellule, sont aussi néfastes et pathogènes que les cachots de l’ancien régime. La maison d’arrêt de Mazas71, première expérience d’enfermement cellulaire de jour et de nuit, stigmatise les critiques sur la réclusion solitaire et la cellule.

Plan de la prison de Mazas (1850)

Plan de la prison de Mazas (1850)

Jacques-Emile Gilbert et Jean-François Lecointe, La Nouvelle Force ou Prison Mazas, 1850. Détruite en 1898. Image extraite de Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, t. IV, La Restauration et le Gouvernement de juillet 1815-1848, Paris, Picard, 1955, 415 p., p. 94.

  • 72 Pour une étude de la prison de la Santé, se reporter à Caroline Soppelsa, Synthèse de l’essai histo (...)

36Du fait de ces constats et du respect de la circulaire Persigny, la prison de la Santé, construite entre 1861 et 1867 sur les plans de l’architecte Joseph Auguste Émile Vaudremer, adopte un système architectural qui va combiner les systèmes auburnien et philadelphien, proposant alors deux prison en une. D’un point de vue architectural, cette prison constitue un exemple d’autant plus remarquable qu’elle doit passer l’épreuve du temps et relever le défi du retour à l’enfermement cellulaire strict entériné par la loi du 5 juin 1875 (conversion du quartier des condamnés au régime pennsylvanien), mais également accroître sa capacité et accueillir de nouvelles catégories de détenus. Au tournant du siècle, la disparition simultanée des trois établissements de Mazas, de Sainte-Pélagie et de la Grande Roquette n’est en effet que partiellement compensée par la construction de la nouvelle prison de Fresnes (inaugurée en 1898), et c’est la prison de la Santé qui est choisie pour accueillir les détenus politiques et les condamnés à mort72.

Bastille ou Charenton ? Sainte-Anne et la Santé ?

La spécification des espaces

37Les deux corps, médical et juridique, reconnaissent le droit de chaque individu, mais tous s’accordent à protéger la société au détriment de la liberté du rebelle. Cependant, avec la formalisation de la nouvelle science aliéniste qui commence avec Pinel et se développe grâce à son fameux disciple, apparaît un débat sociétal entre médecins et juristes.
Esquirol, dans son traité Des Maladies mentales, regrettait l’état du système hospitalier français qui ne permettait pas un départ net entre aliénés, délinquants et criminels :

  • 73 Étienne Esquirol. Des maladies mentales considérées sous le rapport médical, hygiénique et médico-l (...)

« Les aliénés, en France, sont placés presque tous dans des établissements publics : tantôt dans des maisons spéciales, tantôt dans les hôpitaux et les hospices, tantôt dans les dépôts de mendicité, tantôt dans les maisons de force ou de correction. […] Dans ces maisons [pour aliénés], on admet des épileptiques qui sont confondus avec les aliénés, et quelquefois des mauvais sujets, des libertins mis en correction.
Enfin, on n’a pas rougi de mettre des aliénés dans les prisons […]. À Saint-Venant (petite place forte), les aliénés sont dans des bâtiments qui servent de prison et d’hôpital militaire.
Au reste, il est peu de prisons dans lesquelles l’on ne rencontre des aliénés furieux ; ces infortunés sont enchaînés dans les cachots à côté des criminels. Quelle monstrueuse association73 ! »

38A priori, les faits semblaient clairs : le rebelle étant « celui qui s’oppose à l’autorité, au pouvoir », il sera enfermé en prison (si cette opposition est volontaire) ou à l’asile (si elle est involontaire). Mais la recherche médicale progressant, il apparaît que des crimes ou délits jugés volontaires étaient en réalité l’expression symptomatique d’une maladie mentale. La pyromanie, la kleptomanie, l’exhibitionnisme sont, certes, des actes de rébellion envers les lois de la société, mais ce sont également des maladies (comme peut l’indiquer le suffixe –manie). Dès lors, se pose la question : et si tout acte criminel ou délictueux était une maladie mentale ?

39Les médecins revendiquent une formation aliéniste pour tout médecin convoqué comme expert au tribunal afin de vérifier si l’accusé n’est pas un épileptique larvé ou un paralytique général, ce qui lui éviterait la prison ou la peine capitale. Pour étayer leurs dires, nombreux sont les médecins à revenir sur les affaires majeures de leur temps pour poser un diagnostic rétrospectif et prouver l’importance de leur science.
La distinction entre aliénés, criminels et délinquants va se confondre davantage lorsque se pose la question de la récidive. La folie n’est pas une entité monolithique – le vocabulaire médical et l’absence de système, de cohérence entre aliénistes furent d’ailleurs une des principales attaques des juristes envers les médecins. Apparaissent donc, dans les asiles et les tribunaux, des individus atteints de folie à intervalles lucides, chroniques et incurables. Face à ces rebelles « récidivistes », une seule solution : l’enfermement à vie. Mais, et l’ajout est de taille, cette réclusion perpétuelle sera dans un asile, où le rebelle sera soigné, et non en prison.

40En effet, si, bien souvent, l’enfermement est une décision prise par un tiers (tribunal ou parents), il arrive que le malade décide, de son plein gré, d’être interné. L’asile d’aliénés, aux yeux des médecins, est un lieu de soins dans lequel le malade sera à l’abri de lui-même et des autres. Quel qu’ait été l’acte de rébellion, l’aliéné criminel est avant tout compris comme un malade et, si enfermement il y a, ce n’est pas pour le punir mais pour le guérir.
L’internement à vie de l’aliéné n’est pas considéré comme une mesure répressive mais prophylaxique. L’aliénation étant caractérisée par sa chronicité, il s’agit par là de prévenir les rechutes :

  • 74 Louis-Victor Marcé, Traité pratique des maladies mentales, Paris, Baillière et fils, 1862, p. 157.

« Les rechutes chez les aliénés reconnaissent pour cause, outre la prédisposition, le retour au milieu des conditions qui avaient déjà amené le développement de la folie, les émotions morales prématurées, la misère, le manque de soins et les difficultés que rencontrent souvent les malades au sortir de l’hôpital pour trouver une position, difficultés qui amènent chez eux le découragement, la défiance et le désespoir74 ».

La prison comme étiologie de la folie

  • 75 Benedict-Auguste Morel, Traité des maladies mentales, Paris, Victor Masson, 1860, p. 247.

41Alors que l’isolement et la réclusion ont des vertus thérapeutiques en vue de guérir ou soulager l’aliéné, il apparaît paradoxalement que l’enfermement est une des causes de folie parmi les prisonniers. Au milieu du xixe siècle, les médecins prennent note de ce fait et tentent de l’expliquer. Ainsi, Morel, reprenant Ferrus, est convaincu de la rareté de « l’existence de maladies mentales dues au seul désespoir de la détention75. » Il justifie son propos en adoptant les conclusions du docteur Sauze sur la question :

  • 76 Idem, p. 247-249.

« 1° Les causes de la folie pénitentiaire sont, en général, indépendantes de l’emprisonnement, et quel que soit le système suivi.
2° L’aliénation mentale est, le plus souvent, antérieure à l’entrée dans la prison et même au jugement.
3° Quand elle se développe dans la prison, elle est même alors quelquefois le résultat de causes étrangères à l’emprisonnement.
4° Les causes les plus nombreuses de la folie pénitentiaire sont inhérentes aux prisonniers, et non à la prison.
5° Elles consistent surtout dans des prédispositions individuelles, telles que l’hérédité, l’imbécillité, l’idiotie, l’épilepsie, des accès antérieurs ou une vie de privations et de débauches.
6° Il existe de grandes analogies entre les aliénés et une certaine classe de détenus composée d’hommes à organisation incomplète.
7° Une certaine partie de la population des prisons serait mieux placée dans des asiles d’aliénés.
8° Le nombre des condamnations d’aliénés est considérable.
9° Les cas de folie qui se déclarent dans les prisons ne sont pas dus à l’influence seule de l’incarcération ; ils reconnaissent diverses causes de débilitation générale, et surtout l’insuffisance du régime alimentaire76 ».

  • 77 Louis-Victor Marcé, op. cit., p. 127.

42Ainsi, « on doit regarder comme à peu près nulle l’influence de la prison cellulaire et de la prison en général sur le développement de la folie77 ». Si aliénés il y a en prison, c’est parce que ce malade a des prédispositions d’ordre biologique, héréditaire, à la criminalité. Mais expliquer la présence d’aliénés dans les prisons en innocentant le milieu carcéral, c’est surtout remettre en cause la procédure judiciaire – qui ne tient pas assez compte de l’avis médical – et souligner la nécessité urgente de pallier le manque d’asiles d’aliénés.

  • 78 Pierre Joigneaux, L’Intérieur des prisons, réforme pénitentiaire, système cellulaire, emprisonnemen (...)

43Pourtant, il n’est qu’à revenir aux maigres témoignages de détenus conservés au xixe siècle pour constater que l’espace carcéral n’est pas neutre pour la santé mentale de celui qui l’occupe. En témoigne le récit que fait Joigneaux par le passage par le Dépôt de la Préfecture, qu’il décrit comme « une espèce de tombeau noir creusé dans la pierre ; des trousseaux de clés qui retentissent d’un bruit étrange ; des gonds qui crient ; des portes qui s’ouvrent et se referment avec fracas78. » Il est en effet des stimuli sensoriels propres à la prison. On sent en outre, dans le propos du détenu, qui n’est pourtant pas spécialiste d’une quelconque discipline médicale, une conscience accrue de l’impact qu’a l’espace carcéral – celui de la cellule en l’occurrence – sur son propre corps :

  • 79 Idem, p. 190-191.

« Dans l’isolement […], dans la privation d’exercice et de mouvement, les organes se détruisent, le cerveau se ramollit et la désorganisation se produit, dans le corps, par des obstruosités glandulaires, des fièvres nerveuses, etc. ; l’intelligence, n’agissant que sur elle-même, livrée à ses propres ressources, s’éteint insensiblement, dépérit et dégénère en abrutissement ; l’âme, n’ayant d’autre horizon que la solitude, ne pouvant reposer sa volonté captive sur un acte de libre arbitre, le vouloir et le pouvoir lui faisant défaut, se façonne à un brutal matérialisme79 ».

44La seule privation de liberté est un choc qui peut avoir des conséquences traumatiques altérant la santé mentale. Dans ses Études sur l’emprisonnement cellulaire et la folie pénitentiaire à Mazas, le docteur Pietra Santa décrit le moment commotionnel où le détenu est privé de sa liberté :

  • 80 Prosper de Pietra Santa, Mazas, Étude sur l’emprisonnement cellulaire et la folie pénitentiaire [18 (...)

« Le moment où le détenu voit se fermer sur lui la porte de sa cellule produit une impression profonde sur l’homme qui a reçu de l’éducation comme sur celui qui a toujours vécu dans l’ignorance, sur le criminel comme sur l’innocent, sur le prévenu comme sur le condamné : cette solitude, l’aspect de ces murs, ce silence absolu l’effrayent et le confondent. S’il a de l’énergie, s’il possède une âme forte et bien trempée, il résiste, et peu de temps après il demande des livres, de l’occupation, du travail. Si c’est un être faible et pusillanime, il se laisse abattre ; insensiblement il devient taciturne, triste, morose ; bientôt il refuse ses aliments, et s’il ne peut occuper ses mains, il reste de longues heures immobile sur son escabeau, les bras appuyés sur la table, les yeux fixés sur elle. Quelques jours encore et la promenade ne sera plus un besoin pour lui, et les visites des aumôniers ne le soulageront guère, et les paroles des médecins ne le tireront pas de ses rêveries80 ».

  • 81 Idem, p. 48.

45Quand un détenu arrive en prison, il est empreint des représentations de sa vie d’homme libre. Dès lors qu’il subit la prise de corps, au sens littéral du terme, ce dernier ne lui appartient plus, et il devient l’objet d’une succession de mortifications qui ont pour conséquences de perturber la conscience qu’il a de sa propre identité. Pour Pietra Santa, exploitant ses études sur Mazas, l’encellulement va au-delà du simple processus d’enfermement carcéral. Il en fait le point nodal du développement des pathologies qui sont du ressort de l’aliénisme.
La conclusion qu’il tire de ses observations est sans appel : « Fréquence plus grande, pour le régime cellulaire, des aliénations mentales81. »

Architecture carcérale, architecture hospitalière

  • 82 Étienne Esquirol, Des établissements des aliénés en France et des moyens d’améliorer le sort de ces (...)

« Le plan d’un hospice d’aliénés n’est point une chose indifférente et qu’on doit abandonner aux seuls architectes […]. Un hôpital d’aliénés est un instrument de guérison82 ».

  • 83 Pour une revue plus détaillée de l’architecture de Sainte-Anne, voir Michel Caire, Contribution à l (...)
  • 84 Pour une étude suivie concernant Charenton, voir Adeline Fride, Charenton ou la chronique de la vie (...)
  • 85 Louis-Victor Marcé, op. cit., p. 179.

46Nombreux furent les aliénistes à rechercher l’architecture de l’asile idéal, mais les contraintes spatiales et financières furent telles que la fonction asilaire a été dévolue à des bâtiments déjà existants.
Notons cependant deux cas particuliers, et non des moindres : l’asile Sainte-Anne83 et l’hôpital de Charenton84. Ces deux établissements ont été le fruit d’une étroite collaboration entre praticien et architecte. Les plans de Charenton (édifié en 1838), dessinés par Émile Jacques Gilbert, concrétisent le programme d’Esquirol : un système rationnel et symétrique unissant des unités architecturales (les pavillons). La création de « l’asile clinique » de Sainte-Anne, sous l’impulsion du baron Haussmann, est confiée en 1863 à l’architecte Charles-Auguste Questel d’après les plans et sous la supervision du futur médecin-directeur, Girard de Cailleux. Ce dernier allie les idées esquiroliennes et le plan général de l’asile d’Auxerre dont il fut médecin-directeur.
Esquirol met en avant la nécessité de l’isolement comme pratique de guérison ; cette idée essentielle sera reprise tout au long du xixe siècle. Ainsi de Marcé selon lequel, « pour les aliénés, l’isolement et la vie en commun sont deux conditions qui influent utilement sur l’état moral, et qui seules rendent applicables les moyens purement thérapeutiques. Ajoutons que la sécurité du malade et l’intérêt de la société rendent dans beaucoup de cas rigoureusement nécessaire l’isolement dans un asile spécial85 ».

47Esquirol propose aussi une organisation qui s’oppose diamétralement au panoptique de Bentham. Ainsi, même si l’architecte Gilbert se trouve avoir aussi construit la prison de Mazas, qui présente une conformation rayonnante aux accents benthamiens (sans en avoir le caractère fonctionnel), il n’en est rien de ses partis pris architecturaux en ce qui concerne Charenton. Lorsque Scipion Pinel (fils de Philippe) rédige un ouvrage dans lequel il imagine un « asile idéal », il récuse lui aussi la forme rayonnée :

  • 86 Scipion Pinel, Traité complet du régime sanitaire des aliénés, ou Manuel des établissemens qui leur (...)

« La véritable surveillance, la seule qui soit profitable, ne consiste pas à regarder d’un point unique ce qui peut se passer dans les diverses parties du service, ce qui du reste est matériellement impossible, mais à pouvoir arriver nuit et jour, à chaque instant, et même sans être aperçu, sur tous les points que l’on veut inspecter86. »

  • 87 Etienne Esquirol, op. cit., p. 25.
  • 88 Ibid., p. 32.

48Charenton, comme Sainte-Anne, sont composés de pavillons permettant de séparer les individus selon leur sexe et regrouper les malades en fonction de leurs pathologies ou leurs comportements. Charenton compte ainsi deux fois six pavillons (« furieux en traitements, furieux incurables, mélancoliques calmes, mélancoliques agités, démences, convalescents »87), Sainte-Anne deux fois cinq (les gâteux ; les paralytiques ; les agités ; les semi-paisibles et les paisibles).
À Charenton, les pavillons sont reliés par des galeries, afin d’être protégés des intempéries, et, au centre des bâtiments, sont conçus des « ateliers, salles de réunion, réfectoire » et une « infirmerie »88. Dans un souci de bien-être, tout est construit en rez-de-chaussée : cela prévient les tentatives de suicide et évite au personnel de s’épuiser à monter et descendre.
L’asile de Sainte-Anne a une plus grande unité puisque tous les bâtiments sont reconstruits sur les terrains de l’ancienne Ferme Sainte-Anne et sur les nouvelles expropriations. Le quadrilatère représenté par l’asile est clos par des murs. Une avenue intérieure divise le domaine en deux : sur la partie Est sont édifiés la loge, le pavillon du Directeur, les trois pavillons du Bureau Central reliés entre eux avec salle de cours et quartier cellulaire ; dans la partie Ouest, les remises, écuries et ateliers, le bâtiment de l'administration avec logements et parloirs, et l'Asile proprement-dit. Ce dernier est composé de deux « divisions » – celle des hommes à droite, des femmes à gauche – ayant chacune une infirmerie et cinq pavillons pour 280 malades. Un quartier d’agités est annexé à chaque division, dans un pavillon sans étage, en forme de demi-rotonde.
Les dispositions d’aménagement des pavillons d’hospitalisation sont uniformes et le plan d’ensemble de l’asile lui-même est révélateur d’une nouvelle appréhension du traitement des maladies mentales : l’asile est devenu lieu de soins et non plus (seulement) d’enfermement.

49Le xixe siècle offre un autre tableau des lieux d’enfermement que l’Ancien Régime. La terminologie se précise en même temps que la loi au sujet des lieux et des rebelles susceptibles d’être enfermés. On entre dans une période de détermination et de classification des fous, des délinquants et des criminels, tendant à laisser penser qu’ils vont pour chacun d’entre eux être confiés à l’institution idoine. Pourtant – et on l’observe encore aujourd’hui – les frontières de ces deux lieux particuliers que sont l’hôpital psychiatrique (ou asile d’aliénés, selon l’époque) et la prison sont assez poreuses. L’hôpital n’enferme pas que des fous, et la prison peut en fabriquer.

  • 89 Erving Goffmann, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus [1961 (...)

50Des chercheurs comme Erving Goffman classent hôpital et prison dans la même catégorise globalisante. Ainsi Goffman dit-il en préambule de son essai Asiles : « On peut définir une institution totalitaire comme un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont exclusivement et minutieusement réglées89. » Mais s’arrêter à l’observation du caractère totalitaire des deux institutions en cache la genèse idéologique et formelle, autant que les conséquences des progrès de la criminologie et de la médecine aliéniste. Nous l’avons vu, la prison et l’hôpital sont indéniablement des institutions qui dialoguent tout au long de l’histoire, mais en empruntant une évolution parallèle qui ne permet plus, au moins sur le plan formel, de les confondre.

Haut de page

Notes

1 En référence à Michel Foucault, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1975, 318 p.

2 Gustave de Beaumont, Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application en France, Paris, H. Fournier, 1833.

3 Le Petit Larousse illustré, 1905, entrée « cellule ».

4 Étienne Esquirol, Des établissements consacrés aux aliénés en France et des moyens de les améliorer. Mémoire présenté à Son Excellence le ministre de l’Intérieur, en septembre 1818, Paris, Imprimerie de Madame Huzard, 1819, p. 26.

5 Louis Delasiauve. Traité de l’épilepsie, Paris, Victor Masson, 1854, p. 1.

6 Charles Féré, Les Épilepsies et les épileptiques, Paris, Félix Alcan, 1890, p. 421.

7 Joseph Arthaud, De l’état mental des épileptiques au point de vue médico-légal, Lyon, Vingtrinier, 1867, p. 15. Arthaud avait été appelé pour « visiter et examiner l’accusé Joseph S…, rechercher si cet individu est réellement atteint d’épilepsie, déterminer l’influence de cette maladie sur ces facultés mentales », p. 16.

8 Paul Ardin-Delteil, L’Épilepsie psychique : ses rapports dans l’aliénation mentale et la criminalité : épilepsie larvée et équivalents épileptiques, Paris, Baillière et fils, 1898, p. 118-119.

9 Cesare Lombroso, L’Homme criminel, Paris, Félix Alcan, 1887, traduit sur la 4e édition italienne par MM. Régnier et Bournet, p. 391.

10 Dictionnaires de l’Académie française, 1835 et 1932, entrée « asile ».

11 Le Petit Larousse illustré, 1905, entrée « asile ».

12 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « asile » – l’auteur souligne.

13 Trésor de la Langue Française Informatisée – l’auteur souligne.

14 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « hospice ».

15 Dictionnaire de l’Académie française, 1932, entrée « hospice ».

16 L’auteur souligne.

17 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « enfermer ».

18 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1877, entrée « enfermer ».

19 Définition tirée du Dictionnaire de l’Académie française, 1932, entrée « interner ». Cependant, le TLFI le relève pour la première fois dans le Petit Larousse illustrée de 1905.

20 Dictionnaire de l’Académie française, 1835, entrée « interdiction » – l’auteur souligne.

21 Idem, p. 87.

22 Jules Voisin, L’Épilepsie, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 401.

23 Henri Legrand du Saulle, Étude médico-légale sur les épileptiques, Paris, Delahaye, 1877, p. 68.

24 Albert Londres, Chez les fous, recueil d’articles parus dans Le Petit Parisien, 1925, Paris, Le serpent à plumes, coll. « Motifs », 1999, p. 157-158.

25 Jules Voisin, op. cit., p. 400.

26 Maurice de Fleury, L’Âme du criminel, Paris, Félix Alcan 1898, p. 109.

27 Louis-Victor Marcé, Traité pratique des maladies mentales, Paris, Baillière et fils, 1862, p. 230.

28 Rapport de M. J. Falret sur la colonie de Gheel, séance du 30 décembre 1861 de la Société médico-psychologique.

29 Gabriel Tarde, « La France criminelle », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique, t. v, 1890.

30 Henri Joly, Le Crime, étude sociale, Paris, Cerf, 1888, 172 p.

31 Pierre Joigneaux, Les Prisons de Paris, par un ancien détenu, Paris, chez l’auteur, 1841, 323 p.

32 Alphonse de Lamartine, Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1963.

33 Victor Hugo, La Légende des siècles – La Fin de Satan – Dieu, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1950 ; Les Misérables, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1951 ; Notre-Dame de Paris – Les Travailleurs de la mer, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1975 ; Œuvres poétiques, t. i, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964 ; Œuvres poétiques, t. ii, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1967 ; Œuvres poétiques, t. iii, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1974 ; Théâtre complet, t. i, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964 ; Théâtre complet, t. ii, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964.

34 Eugène Sue, Les Mystères de Paris [1842-1843], Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2009.

35 Pierre-François Lacenaire, Mémoires [1836], Paris, Éditions du Boucher, 2002, p. 7.

36 Michelle Perrot, « Écrire en prison au xixe siècle », in Michelle Perrot (dir.), Les Ombres de l'histoire, crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 246.

37 Michelle Perrot (dir.), Les Ombres de l’histoire, crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2001.

38 Alphonse Bérenger, Rapport fait par M. Bérenger au nom d'une commission spéciale chargée de l'examen du projet de loi sur le régime des prisons, Chambre des pairs, Paris, Crapelet, 1847 ; Alphonse Bérenger, De la justice criminelle en France, d'après les lois permanentes, les lois d'exception et les doctrines des tribunaux, Paris, L'Huillier, 1818 ; Alphonse Bérenger, De la répression pénale, de ses formes et de ses effets, Paris, Cosse, 1855 ; Alphonse Bérenger, Rapport fait au nom de la Commission chargée de l'examen de la proposition de M. de Tracy sur l'abolition de la peine de mort, Chambre des députés, séance du 6 octobre 1830, Paris, Imprimerie Royale, 1830 ; Alphonse Bérenger, Société pour le patronage des jeunes libérés du département de la Seine. Assemblée générale […] 12 juin 1836, Paris, A. Henry, 1836.

39 Assemblée nationale, séance du 5 octobre 1830. Le Moniteur universel, 7 octobre, p.1257, cité dans Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures, la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990.

40 Gustave de Beaumont, Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application en France, op. cit.

41 23 Charles Lucas, De la réforme des prisons ou De la théorie de l'emprisonnement, de ses principes et de ses moyens, de ses conditions pratiques, Paris, Legrand et Bergounioux, 1836-1838.

42 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Rapport à M. le Comte de Montalivet […] sur les prisons de l'Angleterre, de l'Ecosse, de la Hollande, de la Belgique et de la Suisse, Paris, Imprimerie Royale, 1839 ; Guillaume-Abel Blouet et Frédéric-Auguste Demetz, Rapports à M. le Comte de Montalivet […] sur les pénitenciers des états-Unis, Paris, Imprimerie royale, 1837.

43 Protestations de Charles Lucas, « Observations concernant les changements apportés au projet de loi sur le régime des prisons par la commission de la Chambre des députés, chargée de l’examen de ce projet », Revue de législation, Paris, 1842.

44 Projet de loi sur les prisons présenté à la chambre des pairs, le 10 juin 1844, t. I, « Observations de la Cour de cassation et des cours royales », Paris, 1845 ; « Observations de MM. Les préfets », Paris, 1846.

45 Chambre des pairs, séance du 24 avril 1847, rapport fait à la Chambre par M. Bérenger de la Drôme, impression n° 64, 1847. Texte reproduit dans Le Moniteur Universel du 1er mai 1847, p. 1006-1017.

46 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990.

47 Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », in Michelle Perrot (dir.), Les Ombres de l’histoire, op.cit., p. 163-191.

48 Idem.

49 Jean-Lucien Sanchez, « La relégation (loi du 27 mai 1885) », Criminocorpus la revue, 2005.

50 Compte général de l’administration de la Justice criminelle (C.G.A.J.C.), 1880

51 Louis-Pierre Baltard, Architectonographie des prisons, Paris, chez l’auteur, 1829.

52 Plans accompagnant la circulaire de Tanneguy Duchâtel, Instruction et programme pour la construction des maisons d’arrêt et de justice. Atlas de prisons cellulaires, Paris, Ministère de l’Intérieur, 1841.

53 « Compte-rendu d’une séance de la société de la maison de refuge pour les jeunes condamnés présidée par Montalivet, le 12 Juin 1836 », Le Moniteur universel, 29 juin 1836, p.1527-1528.

54 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, De la réforme des prisons en France, basée sur la doctrine du système pénal et le principe de l’isolement individuel, Paris, A. Desrez, 1838, p. 379.

55 Jeremy Bentham, Panoptique. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d’inspection et notamment des maisons de force [1791], Paris, Belfonds, 1977.

56 Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au xixe siècle », Revue de l’Art, n° 32, 1976, p. 42 : « Si l’on accorde que le plan circulaire est la meilleure réponse possible au vœu du panoptique et à la traduction architecturale du système cellulaire, on s’étonnera que si peu de projets de cette famille aient été réalisés ».

57 Jeremy Bentham, Panoptique. op. cit., p. 32.

58 Guillaume-Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés précédé d'observations sur le système pénitentiaire, Didot, 1843, p. 3.

59 Idem, p. 9.

60 Gustave de Beaumont, Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux Etats-Unis et de son application en France, Paris, H. Fournier, 1833, p. 158.

61 Michelle Perrot, « Tocqueville méconnu », in Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1984, p. 149-150.

62 Idem., p. 149.

63 Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au xixe siècle », op. cit., p. 39.

64 Tanneguy Duchâtel, Instruction et programme, op. cit.

65 Les ressemblances formelles entre les deux édifices sont frappantes, mais p. 46 de l’atlas, Harou-Romain réfute cette parenté.

66 En ce qui concerne la prison de Pentonville, se reporter à Robin Evans, The Fabrication of virtue : English prison architecture, 1750-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 346.

67 Baltard a agrandi les prisons de Saint Lazare et de Sainte Pélagie à Paris entre 1821 et 1825.

68 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons, t. II, p. 285-290.

69 Enquête parlementaire sur le régime des établissements pénitentiaires, t. II, Versailles, Cerf et fils, 1874, p. 202.

70 Louis Perrot, Statistique des prisons pour 1855, Paris, Paul Dupont, p. LXXVII.

71 La prison de Mazas, décidée en 1840 pour remplacer l’ancienne prison de la Grande Force, est édifiée à Paris par Gilbert et Lecointe entre 1843 et 1850, et adopte un plan radiant comprenant six ailes abritant 1260 cellules entre lesquelles sont disposées cinq promenoirs circulaires. Le plan radiant est la solution la plus adaptée à une si grande capacité d’accueil. Cette prison démontre s’il était besoin les limites du plan circulaire. Voir Marc Chauchard, Mazas en dessin, 1890 (Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus).

72 Pour une étude de la prison de la Santé, se reporter à Caroline Soppelsa, Synthèse de l’essai historique commandé par l’Agence publique pour l’immobilier de la Justice (APIJ), Maison d’arrêt de Paris La Santé, et l’exposition La Maison d’arrêt de la Santé, une prison dans Paris.

73 Étienne Esquirol. Des maladies mentales considérées sous le rapport médical, hygiénique et médico-légal, Bruxelles, Tircher, 1838, t. ii, p. 402, 404 et 406-407.

74 Louis-Victor Marcé, Traité pratique des maladies mentales, Paris, Baillière et fils, 1862, p. 157.

75 Benedict-Auguste Morel, Traité des maladies mentales, Paris, Victor Masson, 1860, p. 247.

76 Idem, p. 247-249.

77 Louis-Victor Marcé, op. cit., p. 127.

78 Pierre Joigneaux, L’Intérieur des prisons, réforme pénitentiaire, système cellulaire, emprisonnement commun ; suivis d’un dictionnaire renfermant les mots les plus usités dans le langage des prisons. Par un détenu, Paris, Jules Labitte, 1846, p. 16.

79 Idem, p. 190-191.

80 Prosper de Pietra Santa, Mazas, Étude sur l’emprisonnement cellulaire et la folie pénitentiaire [1853], Paris, Victor Masson, 3e éd., 1858, p. 46-47.

81 Idem, p. 48.

82 Étienne Esquirol, Des établissements des aliénés en France et des moyens d’améliorer le sort de ces infortunés, mémoire présenté à S. E. le ministre de l’Intérieur en septembre 1818 par le docteur Esquirol, médecin de la Salpêtrière, Paris, 1819, p. 30.

83 Pour une revue plus détaillée de l’architecture de Sainte-Anne, voir Michel Caire, Contribution à l'histoire de l'hôpital Sainte-Anne (Paris): des origines au début du xxe siècle. Thèse médecine, Paris V, Cochin-Port-Royal, 1981, n° 20 ; 160-VIII p., III.

84 Pour une étude suivie concernant Charenton, voir Adeline Fride, Charenton ou la chronique de la vie d’un asile de la naissance de la psychiatrie à la sectorisation. Thèse de psychologie, EHESS et Paris V, 1983.

85 Louis-Victor Marcé, op. cit., p. 179.

86 Scipion Pinel, Traité complet du régime sanitaire des aliénés, ou Manuel des établissemens qui leur sont consacrés, Paris, Mauprivez, 1836, p. 8.

87 Etienne Esquirol, op. cit., p. 25.

88 Ibid., p. 32.

89 Erving Goffmann, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus [1961], Paris, Éd. de Minuit, coll. « Le sens commun », 1968, p. 41.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Prison d’État ou pénitencier de l’Est Pennsylvania
Légende Frédéric-Auguste Demetz et Guillaume-Abel Blouet, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837, 115 p. et 46 pl., pl. 25.
Crédits Narbolibris. Bibliothèque virtuelle du Grand Narbonne
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2834/img-1.png
Fichier image/png, 842k
Titre Projet de prison suivant le système d’Auburn
Légende Frédéric-Auguste Demetz et Guillaume-Abel Blouet, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837, 115 p. et 46 pl., pl. 44.
Crédits Narbolibris. Bibliothèque virtuelle du Grand Narbonne
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2834/img-2.png
Fichier image/png, 766k
Titre Louis-Pierre Baltard, prison de Sainte-Pélagie, Plan (1824)
Crédits Centre historique des Archives nationales, Paris, F21 1901/3210/photo CHAN
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2834/img-3.png
Fichier image/png, 557k
Titre Plan de la prison de Mazas (1850)
Légende Jacques-Emile Gilbert et Jean-François Lecointe, La Nouvelle Force ou Prison Mazas, 1850. Détruite en 1898. Image extraite de Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, t. IV, La Restauration et le Gouvernement de juillet 1815-1848, Paris, Picard, 1955, 415 p., p. 94.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2834/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Higelin et Marie Bergounioux, « Sainte-Anne ou la Santé ? De l'enfermement des rebelles en France au XIXe siècle. Éléments de comparaison », Criminocorpus [En ligne], Les rebelles face à la justice, Articles, mis en ligne le 14 novembre 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2834

Haut de page

Auteurs

Audrey Higelin

Audrey Higelin est docteur en histoire de l'art, actuellement PRAG en lettres modernes à l'Université de Bretagne Sud, chercheur associé à l'EA 1279 "Histoire et critique des arts" à l'Université de Rennes 2. Elle est spécialisée en histoire de l'architecture contemporaine et s'intéresse particulièrement à l'architecture carcérale.

Articles du même auteur

Marie Bergounioux

Marie Bergounioux a passé son master 2 à l'EHESS en soutenant un mémoire intitulé L'épilepsie au XIXe siècle : savoir médical, représentations collectives et fictions. Enseignante de lettres dans le second degré, elle poursuit ses recherches sur l'épilepsie en lien avec la criminologie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page