Navigation – Plan du site
2014

Richard Wetzell (ed.), Crime and Criminal Justice in Modern Germany

Oxford/New York, Berghahn Books, 2014, 368 p.
Grégory Salle
Référence(s) :

Richard Wetzell (ed.), Crime and Criminal Justice in Modern Germany, Oxford/New York, Berghahn Books, 2014, 368 p.

Texte intégral

  • 1 Comme le signale Richard Wetzell en introduction, le développement de ce domaine de recherche a été (...)

1Cet ouvrage collectif témoigne de la richesse des travaux actuels relatifs à un thème de recherche que le coordinateur, l’historien Richard Wetzell, a nettement contribué à développer depuis son premier livre Inventing the Criminal (2000), une histoire de la criminologie allemande entre 1880 et 1945. Une quinzaine d’années plus tard, et six ans après un précédent ouvrage collectif, dirigé avec Peter Becker, offrant une approche internationale de la criminologie (y contribuaient côté français Philippe Artières, Martine Kaluszynski, Laurent Mucchielli et Marc Renneville), Crime and Criminal Justice in Modern Germany, issu de journées d’étude qui eurent lieu en 2001, s’impose comme une référence en la matière. Réunissant des contributions fouillées reposant pour beaucoup sur un travail d’archives, il constitue désormais la porte d’entrée la plus commode concernant ce domaine, quitte à remonter le temps pour découvrir ensuite, à partir de là, des travaux pionniers1. On profite, de ce point de vue, d’une riche bibliographie de plus de vingt pages – on remarque tout de même une ou deux absences quelque peu étonnantes, comme le fait que le Political Justice d’Otto Kirchheimer (1961) n’y figure pas, alors même que le thème est ici régulièrement soulevé – complétée par un utile index.

2L’ouvrage, qui laisse place à de jeunes chercheuses et chercheurs (certain(e)s étant encore doctorant(e)s), est organisé autour de quatre grandes parties chronologiques allant de l’Empire à l’après-guerre. La période weimarienne se taille la part du lion : elle couvre les parties II et III, soit six chapitres, contre une seule spécifiquement consacrée à la période nazie. Douze contributions thématiques sont en tout réunies, traitant aussi bien de la justice des mineurs que des questions de genre et de sexualité (où l’on voit par exemple que dominaient en RDA les mêmes stéréotypes dérivés des normes bourgeoises qu’en RFA), en passant par les représentations du crime (la troisième partie est consacrée à leur construction dans les tribunaux, les médias et la littérature). L’une des ambitions premières de l’ouvrage, explicitée en introduction, est de ne pas s’en tenir à une perspective étroitement juridico-pénale, pour établir des passerelles analytiques entre pénalité et médecine, éducation ou welfare, dans la perspective d’inclure l’étude de l’ordre pénal dans celle de l’ordre social. Un mérite du livre est ainsi de se penser comme une contribution à l’histoire générale, à partir de l’idée que, par exemple, l’histoire de l’État social ne peut sérieusement s’écrire sans étudier celle de la justice pénale (p. 20).

3Pas de renouvellement historiographique fracassant ici, d’autant que la plupart des contributions reprennent pour l’essentiel des propos déjà publiés antérieurement, parfois il y a relativement longtemps, comme c’est par exemple le cas pour le chapitre de Nikolaus Wachsmann sur les prisons sous la République de Weimar. On peut ainsi voir confirmés des constats déjà assez bien établis, par exemple sur le tournant criminologique profitant largement aux psychiatres dans les deux dernières décennies du XIXe siècle (la rhétorique médicale enjolivant des jugements sociaux et moraux), sur les modalités de l’échec répété de certaines entreprises réformatrices en matière pénale et pénitentiaire dans la première moitié du XXe siècle, ou même sur les continuités décelables (et se donnant parfois telles quelles au regard) entre la période nazie et les séquences qui la précèdent et lui succèdent. On est ici plutôt dans l’ordre du raffinement historiographique, qui passe par un appel à souligner les complexités des périodes concernées et à nuancer les interprétations afférentes, en se gardant notamment de tout regard téléologique. C’est du moins ce qui ressort d’une introduction dans laquelle Richard Wetzell souligne que les travaux récents montrent un appareil judiciaire impérial moins autoritaire et plus proche des normes idéales du Rechtsstaat qu’on ne l’a reconnu jusqu’ici. C’est par exemple dans cette optique – et d’ailleurs en nuançant au passage les premiers travaux du coordinateur de l’ouvrage – que la contribution de Gabriel Finder (« The Medicalization of Wilhelmine and Weimar Juvenile Justice Reconsidered ») décrit la façon dont, en pratique, les juristes ont limité l’expansion, nullement négligeable néanmoins, de l’emprise de la psychiatrie médico-légale dans le domaine de la justice des mineurs.

4C’est dire que si la lecture de l’ouvrage valide un certain nombre de constats historiographiques plus ou moins établis, elle réserve aussi quelques surprises et propose des développements plus inattendus. Il en va ainsi du chapitre rédigé par Eva Bischoff et Daniel Siemens (« Class, Youth, and Sexuality in the Construction of the Lustmörder : The 1928 Murder Trial of Karl Hussmann »), qui met en scène le paradoxe selon lequel le tueur présumé dont ils analysent le procès n’a été présenté ni par la presse, ni par la médecine, comme un psychopathe sexuel dégénéré, alors même qu’il avait tout pour être labellisé ainsi dans le contexte intellectuel de l’époque. Pour le comprendre, ils montrent combien fut décisive sa position de classe aisée et l’étendue de son capital social au sein des milieux conservateurs et confessionnels. Un prévenu fort original en vérité, qui, finalement acquitté, passera un doctorat sept ans après son procès sous la direction d’un professeur de droit renommé, livrant à cette occasion quelques lignes équivoques sur son histoire passée…

5Comme c’est généralement le cas dans les livres collectifs, on privilégiera la lecture de telle ou telle contribution, qu’on ne peut toutes passer en revue ici, en fonction de ses propres préoccupations de recherche. La contribution d’Andreas Fleiter, intitulée « Punishment on the Path to Socialism. Socialist Perspectives on Crime and Criminal Justice before World War I », attire tout particulièrement l’attention (en dépit de la thèse simpliste qu’elle prête cavalièrement à Michel Foucault au passage) dans la mesure où elle porte sur un sujet très peu traité jusqu’à présent en dépit de son grand intérêt. Ne s’arrêtant pas aux seuls contenus de discours, mais les replaçant dans les rapports de force et les éclairant par des éléments contextuels, le chapitre pointe les contradictions des conceptions du mouvement ouvrier en la matière : alors même qu’elle possède, au moins en puissance, des outils théoriques pour proposer une vision alternative de la délinquance et de sa répression, la gauche allemande, réformiste mais aussi pour partie révolutionnaire, colle pour l’essentiel aux représentations bourgeoises-libérales. Non seulement la condamnation des vices du sous-prolétariat constitue un dénominateur commun, mais la propension à se focaliser sur la figure individuelle du criminel plutôt que sur les causes sociales du crime n’épargne pas les sociaux-démocrates, en particulier son aile dite « révisionniste ». De manière générale, pour le sociologue ou le politiste davantage porté vers la période la moins éloignée de l’actualité, les contributions finales de Petra Gödecke (« Criminal Law after National Socialism : The Renaissance of Natural Law and the Beginnings of Penal Reform in West Germany »), qui insiste sur l’inertie des représentations juridiques dans les années 1950, lesquelles demeurent fortement imprégnées de conceptions naturalistes qu’on aurait pu croire définitivement discréditées, et de Jennifer V. Evans sur le cas de Berlin avant la construction du mur (de 1945 à 1961), suscitent tout spécialement l’intérêt.

6Si le volume est somme toute passionnant, on peut toutefois émettre quelques réserves, outre le prix malheureusement prohibitif de l’ouvrage.
D’abord, même si on ne saurait faire grief à un ouvrage de ne pas tout traiter, on peut signaler un certain nombre d’angles morts, que le genre de la compilation contribue peut-être à rendre plus manifestes. Aucune contribution ne porte ainsi sur la police (même si celle-ci est évidemment présente ici et là au fil des pages), d’où l’impossibilité d’avoir un regard transversal ou longitudinal sur la chaîne pénale. Certains aspects sont par ailleurs à peine abordés ou mentionnées, comme la détention préventive (Sicherungsverwahrung) et plus encore la détention provisoire (Untersuchungshaft). Quant à l’approche quantitative, relativement classique dans ce domaine, elle est aussi réduite à la portion congrue.

7Ensuite, on peut regretter l’absence de conclusion ; une conclusion qui aurait pu, sans forcément céder à l’exercice de la synthèse, tracer quelques perspectives. Plus précisément, il est peut-être dommage que l’introduction au volume mélange un peu les deux genres (celui de l’introduction et celui de la conclusion) ; l’aspect « bilan » et l’aspect « perspectives » auraient sans doute gagné à être distingués pour être traités respectivement en introduction et en conclusion. Les apports du volume par rapport aux travaux déjà existants auraient ainsi été clarifiés.

  • 2 Voir par exemple Alexandra Ortmann, “Jenseits von Klassenjustiz”, Geschichte und Gesellschaft, 35 ( (...)

8Enfin, l’ouvrage pris dans son ensemble tend à privilégier l’extraordinaire à l’ordinaire, c’est-à-dire les grands procès ou les grandes affaires au détriment de la banalité quotidienne de la justice pénale. Cela fragilise la prise de distance, exprimée dans l’introduction au nom du respect de la complexité, vis-à-vis des interprétations en termes de justice de classe, la critique en la matière apparaissant assez peu convaincante. La première contribution, au demeurant très stimulante, de Benjamin Hett (« Justice is Blind : Crowds, Irrationality, and Criminal Law in the Late Kaiserreich », qui décrit notamment l’émergence dans la littérature de l’erreur judiciaire), le reflète bien. Si l’auteur entend reconsidérer l’argument de la justice de classe, autour de la thèse selon laquelle le système judiciaire impérial se révèle, tous comptes faits, plus proche des normes de l’État de droit que l’instrument d’une justice autoritaire, sa conclusion ne le remet finalement pas frontalement en cause et elle tranche plutôt à un autre niveau, défendant l’idée que le fonctionnement judiciaire s’émancipe dans la période considérée à la fois d’un contrôle étatique étroit et du formalisme juridique. L’auteur ne cite d’ailleurs pas quelques travaux récents qui se sont efforcés de maintenir, à partir d’études originales, une interprétation en termes de justice de classe2. L’argument selon lequel les avocats de l’époque critiquaient moins une justice de classe qu’une justice aveugle fonctionnant au hasard (une justice-loterie plutôt qu’une justice de classe, en d’autres termes), notamment sous l’influence d’une opinion publique versatile, peine à convaincre : une objectivation de ce que les contemporains percevaient subjectivement comme du hasard révèlerait peut-être, voire sans doute, des régularités difficilement perceptible « à l’œil nu ». En fait, c’est lorsque les contributions s’attardent sur la dimension de classe, articulée à celle du genre et de l’âge, dans la perspective qu’il est désormais commun de désigner sous le terme d’« intersectionnalité », que le volume s’avère souvent le plus intéressant.

Haut de page

Notes

1 Comme le signale Richard Wetzell en introduction, le développement de ce domaine de recherche a été relativement tardif en Allemagne par rapport à la France ou le Royaume-Uni. Voir Herbert Reinke, « Crime and criminal justice history in Germany. A report on recent trends », Crime, Histoire & Sociétés, 13 (1), 2009, p. 117-137 ; Falk Bretschneider, « Toujours une histoire à part ? L’état actuel de l’historiographie allemande sur l’enfermement aux XVIIIe et XIXe siècles », Crime, Histoire & Sociétés, 8 (2), 2004, p. 141-162 ; Grégory Salle, « Histoire et historiographie de la Kriminologie allemande : une introduction », Cultures & Conflits, n° 94-95, 2014, sous presse.

2 Voir par exemple Alexandra Ortmann, “Jenseits von Klassenjustiz”, Geschichte und Gesellschaft, 35 (4), 2009, p. 629-658, et plus largement le dossier thématique de ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Salle, « Richard Wetzell (ed.), Crime and Criminal Justice in Modern Germany », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2014, mis en ligne le 27 octobre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2838

Haut de page

Auteur

Grégory Salle

Grégory Salle est chargé de recherche au CNRS, rattaché au CLERSÉ (UMR 8019). Il a récemment coordonné, avec Gilles Chantraine, un dossier thématique sur la « délinquance en col blanc » dans la revue électronique Champ Pénal/Penal Field.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page