Navigation – Plan du site
Articles

Des fers à l’évasion. Les rebelles dans les prisons royales à l’époque moderne

Marie Houllemare

Résumé

À l’époque moderne, la rébellion est une catégorie juridique, qui recouvre à la fois le soulèvement en armes contre le monarque et la résistance à justice. Elle s’étend au cours du XVIIIe siècle pour recouvrir toute résistance à l’autorité. Il y a donc beaucoup de rebelles dans les prisons royales, tant dans les prisons ordinaires attachées à une juridiction que dans les prisons d’État comme la Bastille. Mais il existe aussi des prisonniers qui deviennent rebelles lors de leur séjour en prison, parce qu’ils refusent d’accepter leur détention. Les récits d’évasion d’anciens prisonniers deviennent même les symboles de la dénonciation de l’arbitraire royal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude-Joseph Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique, Paris, 1769, t. 2, p. 573-574.
  • 2 Nicole Castan et André Zysberg, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien régim (...)
  • 3 Julie Mayade-Claustre, Dans les geôles du roi : l’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moy (...)
  • 4 Voir Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures, la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, 1990, su (...)
  • 5 Nicole Castan, « Le régime des prisons au XVIIIe siècle », La prison, le bagne et l’histoire, Genèv (...)

1Réfléchir à la gamme des rebelles emprisonnés, c’est réfléchir d’une part à ce qu’une société dénonce comme rébellion, et d’autre part aux objectifs poursuivis par l’emprisonnement. Or, à l’époque moderne, le rôle des prisons n’est pas le même qu’aujourd’hui. La prison est alors principalement préventive, non punitive, comme en témoigne la définition adoptée par Ferrière, dans son dictionnaire de pratique judiciaire : elle est, écrit-il, « moins considérée comme une peine que comme un lieu de sûreté » où tenir les accusés le temps du procès, dans l’attente d’un jugement1. Cependant tous les prévenus ne sont pas en prison et beaucoup tiennent prison ouverte : à la fin du Moyen Âge elle est utilisée surtout pour les crimes graves, ainsi que pour les vagabonds et les pauvres hères sans aveu ni caution2. On y trouve alors aussi beaucoup de prisonniers pour dette3. De manière générale, la prison n’est pas une peine, n’est pas infamante (en théorie au moins) et reste donc transitoire4. La peine de galère est préférée à l’enfermement, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle avant d’être progressivement remplacée par le bagne. Il existe cependant bien des lieux de détention punitive à visée éventuellement corrective : les hôpitaux avec le « Grand renfermement » du XVIIe siècle puis les maisons de force et les dépôts de mendicité qui se développent au XVIIIe siècle. Dans ce dernier groupe, la plupart des détenus relèvent de l’extraordinaire et sont emprisonnés sur lettre de cachet, non dans le cadre d’un procès ordinaire5. Le statut du prisonnier est donc extrêmement variable.

  • 6 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Paris, Cie d (...)

2De plus, la définition même des rebelles n’est pas la même que la nôtre. Dans le dictionnaire de Trévoux, en 1771, le terme de « rebelle » qualifie celui « qui se révolte contre son souverain ; qui résiste à ses supérieurs ; qui ne veut pas obéir aux loix6 ». La notice donne ensuite des exemples de la manière dont l’adjectif est substantivé : « c’est un rebelle. Punir les rebelles ». Qualification et punition légales du rebelle sont les deux objets de cet article, qui s’intéresse à une double réaction : celle du rebelle contre une autorité et celle de l’ordre judiciaire contre un geste rebelle.

3Pour envisager les rebelles en prison, il faut partir de ce que la justice et le droit qualifient alors de « rebelle », en soulignant les fortes évolutions de cette notion. Après une présentation de la définition légale du rebelle à l’époque moderne, sera envisagée la variété des conditions de détention des rebelles mis en prison parce que leur comportement antérieur est défini comme rebelle. Mais doivent aussi être considérés, en dernier lieu, ceux qui sont instaurés rebelles par la prison, c’est à dire ceux qui deviennent rebelles à cause ou lors de leur détention.

Les rebelles sont des criminels au regard de la justice

  • 7 Sur la naissance de l’emprisonnement politique, voir Jean-Claude Vimont, La prison politique en Fra (...)
  • 8 Jean-Baptiste Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudenc (...)

4Selon Ferrière, il existe deux formes principales de rébellion, toutes deux assimilées à des crimes d’une extrême gravité et punies de mort. La première, qui convoque implicitement le souvenir de la Fronde, est la révolte en armes : « rébellion signifie quelquefois le soulèvement qu’un Sujet fait contre son Souverain, en prenant les armes contre lui, ou en levant des troupes sans permission ». Relevant du crime de lèse-majesté, la rébellion désigne toute forme de résistance armée ou politique7. Souvent assimilée à la sédition, elle est, un demi-siècle plus tard, synonyme de révolte dans le dictionnaire de jurisprudence de Denisart8. Les prisons d’État comme Vincennes accueillent tous les accusés d’atteintes à la souveraineté royale, des auteurs de libelles aux princes révoltés.

  • 9 Claude-Joseph Ferrière, Dictionnaire de droit…, t. 2, p. 679.

5Mais il existe aussi un second type de rébellion, plus précisément défini : « rébellion signifie aussi la résistance qu’on fait aux ordres du Roi ou de la Justice, dont sa Majesté est le Chef ». C’est le crime bien identifié de « rébellion à justice », dont tout juge peut connaître. Le rebelle est celui qui s’oppose à un magistrat ou à tout agent de justice, huissier ou sergent, lors d’une arrestation par exemple. Ce second type de rébellion à être criminalisé, peut être le fait d’un individu comme d’un groupe, et est aussi passible de mort selon l’ordonnance criminelle de 1670 (art. 16, titre 4). Ferrière insiste sur sa gravité : « toutefois cette offense mérite punition extraordinaire ; car c’est violer la Majesté du Roi en la personne de son Officier, & offenser le Juge en la personne de son Ministre : c’est aussi violer le droit public, qui donne sûreté aux personnes qui exécutent les ordres & mandemens de la Justice9 ». Les deux formes les plus graves de rébellion à justice sont l’outrage fait à un magistrat ou à tout agent de justice et l’organisation d’une évasion. Il s’agit de crimes de lèse-majesté, cas royaux non rémissibles. La punition touche même la mémoire du coupable, avec la possibilité d’intenter un procès au cadavre d’un rebelle. Les complices d’un acte de rébellion à justice, ceux qui refusent d’ouvrir leur porte aux agents du roi, qui aident un détenu à s’évader ou un fugitif à se cacher, sont moins sévèrement punis. On constate un durcissement de la poursuite de ce crime au cours du XVIIIe siècle. L’accusé de rébellion à justice doit systématiquement être gardé en prison : il lui est interdit de tenir « prison ouverte », c’est à dire d’être assigné à résidence à proximité du tribunal. Ces rebelles à justice sont enfermées quelques mois, dans l’attente de leur procès, dans les prisons royales, comme la Conciergerie du Palais à Paris.

  • 10 Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières : jurisprudence, t. 7, Panckoucke, 1787, p. 206-20 (...)
  • 11 Lettres patentes du 4 mai 1723.
  • 12 Dictionnaire de Trévoux, t. VII, p. 618.

6Surtout, la définition même de la rébellion poursuivie s’élargit au XVIIIe siècle. Une déclaration royale de 1714 assimile la fraude nocturne à une rébellion et la procédure extraordinaire est désormais réservée aux fraudeurs10. La résistance des fraudeurs aux commis de la Ferme est ainsi criminalisée comme rébellion. Allant même plus loin, le texte interdit de poursuivre les violences faites par des commis en cas de rébellion fiscale. Un second texte de 1723 autorise désormais les fermiers à juger eux-mêmes les rébellions financières11. L’extension du crime de rébellion à justice à la fraude et l’extension des droits de justice de la Ferme générale favorise l’arrestation et l’emprisonnement de nouveaux types de rebelles d’ordre économique, dont Mandrin ou Cartouche sont des symboles populaires. Cette forte tonalité fiscale explique peut-être que la rébellion soit définie en 1771 dans le dictionnaire de Trévoux comme « émotion populaire, soulèvement contre l’autorité légitime12 ».

  • 13 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 13, Neufchâtel, Sam (...)

7Pour terminer cette présentation de la définition judiciaire du rebelle, ces trois acceptations légales du crime (révolte armée, refus d’obéir, opposition fiscale) ont un double dénominateur commun : d’une part il s’agit de punir des menaces ou contestations d’une autorité officielle ; d’autre part c’est au représentant même de cette autorité officielle qu’incombe le droit qualifier un comportement de rebelle et partant, de le punir. Ainsi, dans l’Encyclopédie de Diderot, apparaît une définition générale du rebelle comme « celui qui se révolte contre son supérieur »13. Cela autorise un élargissement extrêmement fort de la poursuite du crime de rébellion, avec de nombreux enfermements par lettres de cachet à la demande des familles, dans des maisons de force par exemple. Sont désormais rebelles ceux qui contestent toute autorité : celle du roi, des magistrats, des percepteurs des taxes mais aussi des parents et de la famille. L’appréciation de ce qui fait rébellion est laissée à l’arbitraire du supérieur qui se sent contesté dans son autorité. Les rebelles sont donc de plus en nombreux au regard de la justice, ce qui s’accompagne d’une évolution des pratiques de détention.

Les rebelles mis en prison

8Les conditions d’enfermement de ces rebelles sont très variées. Tout d’abord, ils sont peu nombreux dans les prisons ordinaires du roi, où ils attentent le jugement de leur procès. A la Conciergerie du palais, à Paris, dans la première moitié du XVIIe siècle, étudiée par Camille Degez, la très grande majorité des prisonniers est accusée d’atteintes aux biens ou aux personnes et beaucoup sont enfermés afin de les obliger à payer leurs dettes. Au regard de ce que le droit définit alors comme rebelles, ces derniers sont donc une minorité : quelques accusés de sédition et lèse-majesté ; d’autres d’atteintes au pouvoir et à la justice et éventuellement les prévenus d’atteintes aux mœurs et à la religion, plus nombreux. Au total, il s’agit au plus d’1/6e des détenus en 1617-168 et d’un 1/10e en 1630-1631.

  • 14 Camille Degez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin XVIe-milieu XVIIe siècles) (...)

Motif d’emprisonnement à la conciergerie au XVIIe siècle14

1617-1618

1630-1631

Atteintes aux biens

289

444

Atteinte aux personnes 

206

212

Dettes

118

157

Atteintes aux mœurs et à la religion

69

45

Atteintes au pouvoir et à la justice

24

31

Dont lèse-majesté et sédition

3

6

Total

588

732

  • 15 L’emprisonnement dure en moyenne 82 jours en 1617 et 57 en 1630 (Ibid., p. 289).

9La durée de détention est courte, de moins de trois mois, grâce à des procès rapides15. Elle a cependant tendance à s’allonger à cause de l’affirmation de l’appel de droit, d’une procédure criminelle plus sophistiquée et aussi de l’usage du Plus Ample Informé, ou PAI, qui offre la possibilité de maintenir un prévenu en prison, en général pour quelques mois, dans l’attente de preuves nouvelles.

  • 16 Ibid., p. 194.

10Les conditions de détention dépendent très largement de la situation sociale du prisonnier, capable de payer ou non pour obtenir de meilleures conditions de détention. À la conciergerie on distingue les prisonniers à la paille de ceux qui peuvent payer pour dormir sur un véritable lit, qu’ils doivent d’ailleurs partager. Pour leur part, les rebelles à justice, séditieux et autres révoltés ont généralement droit, semble-t-il, à un traitement plus dur. Les prisons royales sont très ouvertes sur la ville, avec beaucoup de visiteurs en journée. Par exemple, dans la plus grande des trois cours de la Conciergerie, le Préau, de 1000 m2, on trouve trois cabarets et une boutique. Il y a un autre cabaret, la Musique, dans la petite cour16. Promenade et discussions sont cependant interdits aux rebelles et aux prisonniers dangereux, qu’on enferme dans des cachots particuliers, sombres, aux ouvertures étroites et insalubres. Le plus souvent souterrains, comme au Grand Châtelet, où ils sont souvent inondés, ils accueillent des prisonniers qu’on veut maintenir à l’isolement. La Conciergerie est la seule prison royale parisienne à n’avoir pas de cachot souterrain.

11D’identiques conditions aggravées de détention se retrouvent pour les rebelles ayant atteint à la souveraineté royale, qui sont enfermés dans les prisons d’État. Face aux manifestations publiques de rébellion, en effet, la mise au secret est de rigueur. Ainsi le prince de Condé passe-t-il 13 mois pendant la Fronde, dans le donjon de Vincennes. La définition de l’insoumission appartient au roi, comme en témoigne le cas de Fouquet, dont la peine de bannissement perpétuel est commuée en prison à vie dans la forteresse de Pignerol. L’une des plus dures de ces prisons est l’abbaye du Mont Saint-Michel, où les prisonniers sont enfermés dans des cages de fer, plus ou moins étroites selon les cas. La détention est beaucoup plus longue que dans les prisons ordinaires, avec une durée moyenne de 2 à 3 ans pour les 153 détenus connus. Parmi eux, la plupart sont bien des rebelles : 45 sont emprisonnés pour des motifs politiques et 97 à la demande de leur famille. Desforges passe trois ans dans l’une de ces cages de fer, entre 1753 et 1756, après quatre années de Bastille, pour avoir composé des vers en protestation à l’enlèvement du prince Charles-Édouard :

  • 17 Cité par Monique Cottret, La Bastille à prendre, histoire et mythe de la forteresse royale, Paris, (...)

« Peuple jadis si fier, aujourd’hui si servile
Des Princes malheureux vous n’êtes plus l’asile17 ».

  • 18 Ibid., p. 41.

12À la Bastille, la plus connue des prisons d’État, on met aussi au secret et aux fers les rebelles. Un paysan de Coutances est enfermé dans une geôle par appel au tyrannicide et meurt en prison en 1701. Considéré comme « criminel d’État », il est même enterré sous un faux nom pour abolir jusqu’à son souvenir18. Cette forteresse construite à partir de 1370 est la prison des grandes affaires d’État, des complots politiques et des oppositions nobiliaires. Le motif d’emprisonnement des 5 279 prisonniers embastillés à partir de 1659 est connu grâce à M. Cottret. Existe sous Louis XIV une vraie politique d’emprisonnement des rebelles. L’affirmation de l’autorité royale s’accompagne alors d’une grande sévérité à l’égard de tous ceux qui contestent, par exemple, après 1685, les protestants dont on suspecte la fidélité politique, des huguenots « à la pointe de la résistance », écrit-elle, se chargeant de l’organisation de réseaux clandestins pour envoyer des coreligionnaires au Refuge.

Motif des embastillements (1659-1789)

1659-1715

1715-1774

1774-1789

Total des motifs connus

1815

2406

296

Complots

135

194

72

Contrôle des écrits et de la parole

374

710

107

Religion

364

567

5

  • 19 Ibid., p. 59.
  • 20 Ibid., p. 63-64.

13Sous Louis XV, le caractère nobiliaire de cette prison s’estompe, alors que s’affirme l’enjeu du contrôle de l’opinion. Par exemple, en 1758, un garçon chapelier embastillé 7 mois pour avoir dit « que le roi est une bête, quoique cependant bon, qu’il se laisser mener par une femme qui fera tort à la France19 ». La Bastille, si elle s’affirme alors comme symbole des excès de l’autorité royale, n’est plus systématiquement le lieu d’enfermement des rebelles et tend d’ailleurs progressivement à se vider. Etre embastillé devient même un « certificat d’honorabilité sociale ». Marmontel se réjouit d’ailleurs de son emprisonnement dans de douces conditions : « ces six mois de Bastille seraient une excellente recommandation et feraient infailliblement ma fortune20 ».

  • 21 Voir Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de (...)

14C’est donc surtout ailleurs, désormais, que sont enfermés des rebelles, en nombre croissant, dans les maisons de force et les dépôts de mendicité. Toutes sortes de gens considérés comme une menace, soit pour l’ordre public, soit pour la famille, sont désormais enfermés, mais selon une procédure différente (les lettres de petit cachet) et dans un objectif différent, de moralisation. En 1656, est créé l’hôpital général qui initie le « Grand renfermement » des vagabonds, des mendiants et des indigents. L’extension du crime de rébellion à justice à la fraude et l’extension des droits de justice de la Ferme générale favorise l’arrestation et l’emprisonnement de nouveaux types de rebelles d’ordre économique, qui font l’objet de la grande enquête de Jean Nicolas sur La rébellion française. Parallèlement, les lettres de cachet sont de plus en plus souvent obtenues par des familles pour faire enfermer un rebelle à l’autorité paternelle21. Les autorités ayant la possibilité de criminaliser la rébellion sociale, économique et morale sont donc désormais plus nombreuses, et diffuses, alors que reflue le crime de rébellion politique. De cette rapide typologie des rebelles définis comme criminels et poursuivis par la justice du roi ressort donc une évolution qui fait écho aux transformations des normes judiciaires sociales.

Des prisonniers qui se rebellent

  • 22 Barbara Morel, « La prison et son image en France du XIIIe au XVe siècle », Carcer II, prison et pr (...)
  • 23 Jacques Berchtold, Les prisons du roman (XVIIe-XVIIIe siècle), Lectures plurielles et intertextuell (...)
  • 24 Par exemple Benoît Garnot, Vivre en prison au XVIIIe siècle. Lettres de Pantaléon Gougis, vigneron (...)
  • 25 Camille Dégez-Selves, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin XVIe-milieu XVIIe s (...)
  • 26 John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, t. 1, Paris, Lagrange, 1788, p (...)

15Enfin, dans toutes les formes de prison évoquées ci-dessus, il y a aussi des prisonniers qui deviennent rebelles lors de leur séjour en prison, parce qu’ils résistent à la prison, refusent d’accepter leur détention.
Il existe peu de témoignages directs de prisonniers sur leurs conditions d’enfermement avant le XVIIIe siècle. Les sources littéraires attestent cependant d’une forte évolution dans la manière de concevoir la vie du prisonnier. Au Moyen Âge, la prison est représentée comme un lieu redoutable, de souffrance et de mort lente, à éviter autant que possible, même si sont aussi représentées de nombreuses figures de miséricorde intervenant en prison22. À partir de la Renaissance, l’emprisonnement est décrit comme une épreuve à endurer stoïquement, sur le modèle de l’emprisonnement du grand homme, tel Socrate par exemple. Apparaît aussi le thème de la « prison d’amour », avec, entre autres, la publication du Paradoxe : que les adversités sont plus necessaires que les prosperités et qu’entre toutes l’estat d’une etroitte prison est le plus doux et le plus prosfitable, par le seigneur de Teligny (Lyon, J. de Tournes, 1588). Bien que se développent, à partir de Commynes, des pratiques d’écriture par des nobles enfermés, ces textes justificatifs, souvent désignés comme Mémoires, laissent de côté la description de la prison elle-même pour se concentrer sur les grandes actions de l’auteur23. Par ailleurs, selon M. Cottret, les prisonniers de la Bastille sont au XVIIe siècle plutôt résignés, voire désespérés, comme en témoignent des cas de suicides. On dispose de témoignages attestant au XVIIIe siècle de conditions de détention très dures, même si cela ne concerne jamais tous les prisonniers24. L’isolement (accompagné éventuellement de violences physiques) semble ainsi la réponse privilégiée aux oppositions physiques, verbales ou écrites. Les quatre chambres dites du Secret, à la Conciergerie, sont réservées à ceux qu’on veut faire avouer, mais aussi à ceux qui sèment le trouble ou tentent de s’évader25. De même, Howard remarque que, dans la prison Saint-Martin, qui est « pour les femmes libertines », il y a trois chambres dites secrètes « pour punir les rebelles26 ».

  • 27 Camille Dégez-Selves, Une société carcérale, p. 160-161.
  • 28 John Howard, op. cit., p. 561.
  • 29 Mémoire sur le bagne du port de Rochefort, remis à la société de littérature, sciences et arts, par (...)

16La forme la plus importante de rébellion en prison est l’évasion, individuelle ou collective, dont on a vu qu’elle relève du crime de rébellion à justice. Beaucoup de prisons sont en mauvais état, notamment dans les juridictions subalternes ou seigneuriales, et on en s’échappe facilement. Mais c’est aussi vrai pour des prisons plus grandes, comme la Conciergerie où Camille Dégez recense 91 affaires d’évasions réussies et bien renseignées par des enquêtes dans la première moitié du XVIIe siècle. Elle remarque au passage l’importance des évasions massives pendant la Fronde. Le 12 juillet 1648, 98 prisonniers s’échappent, puis 56 le 21 octobre. Encore plus spectaculaire, le 10 mai 1652, ce sont 126 prisonniers du préau (parmi lesquels 14 femmes et 15 condamnés aux galères), qui rompent les portes proches de la buvette des magistrats ! Le 25 juin, des émeutiers envahissent le palais et même le préau, permettant ainsi dans la confusion à 138 prisonniers de s’enfuir à leur tour27. De fait, nous apprend Howard, il n’y a qu’un concierge et 6 guichetiers pour surveiller vers 1780 environ 200 prisonniers28. De même, le bagne de Rochefort, ouvert en 1766, est un lieu d’où l’on s’évade beaucoup : sur 16848 condamnés connus jusqu’en 1813, 1682 se sont évadés, soit un sur dix29.

17Non seulement on s’échappe de prison, mais désormais, on le raconte. Le récit d’évasion devient un véritable genre littéraire au XVIIIe siècle, avec notamment l’Histoire de ma fuite des Plombs par Casanova, évadé en 1756 de la célèbre prison qui jouxte le palais des Doges à Venise et qui lui vaut d’être fêté partout en Europe. Parce que rebelle, l’évadé devient héroïque30. Le premier prisonnier de la Bastille à mettre en récit son évasion est l’abbé Bucquoy, un noble accusé de nombreux crimes (faux-saunage, espionnage et même impiété) et qui s’échappe d’abord de la prison du For-l’Evêque, puis de la Bastille en 1709. Dix ans plus tard, il publie ses mémoires sous un titre relativement anodin, mais l’ouvrage comporte un frontispice qui décrit la Bastille comme « l’Enfer des vivants31 ». Le plus célèbre des évadés de la Bastille est cependant Latude (1725-1805), qui dénonce un faux complot pour obtenir la faveur de la marquise de Pompadour et passe au total 35 ans en prison, s’échappant de nombreuses fois. Le musée Carnavalet expose encore la célèbre échelle de corde ayant servi à l’évasion de 1756, fabriquée en 18 mois avec son complice, d’Allègre, à partir du tissu de chemise et de bois de chauffe. Ses Mémoires sont rédigées avec l’aide de l’avocat Thiery en 1783, et il est finalement libéré en 1784, devenant le véritable symbole de la résistance à la prison.

Lettre de Latude emprisonné depuis 14 ans, après deux évasions, à celle qui a fait ordonner son emprisonnement (1762)

Lettre de Latude emprisonné depuis 14 ans, après deux évasions, à celle qui a fait ordonner son emprisonnement (1762)

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.

  • 32 Mais d’autres récits racontent aussi une vie plus douce pour certains, tel Marmontel qui racontant (...)

18Le second type de rébellion, nouveau au XVIIIe siècle et bientôt massif, que je voudrais évoquer est le refus du secret de la détention. Le secret qui entoure bon nombre d’emprisonnement explique que la possibilité même de dire la prison soit une forme de rébellion contre un ordre incompréhensible ou inique. Paradoxalement, la prison, lieu d’enfermement, n’est pas un monde clos sur lui-même et la Bastille ne fait pas exception d’autant qu’il s’agit d’un bâtiment très visible dans Paris. Mais si on y rentre facilement la journée, semble-t-il, nombre de rebelles sont à l’isolement. Isoler pour faire taire, réduire le rebelle au silence semble la réponse privilégiée pour éviter l’imitation des pratiques de contestation parmi les prisonniers, alors que celles-ci sont plus fréquentes (ou mieux documentées) au XVIIIe siècle32. De plus, on exige des prisonniers qu’ils jurent, à leur sortie de prison, le secret sur le fonctionnement de la prison. Ainsi l’abbé Lenglet du Fresnoy, enfermé plusieurs fois à la Bastille à cause de ses écrits, doit-il jurer à sa libération :

  • 33 Alfred Bégis, « Le registre d’écrou de la Bastille de 1782 à 1789 », extrait de la Nouvelle revue, (...)

« Étant en liberté, je promets, conformément aux ordres du Roy, de ne parler à qui que ce soit, ny en aucune manière que ce puisse être, des prisonniers ny d'autres choses concernant le château de la Bastille, qui auraient pu parvenir à ma connaissance. Je reconnais de plus que l'on m'a rendu tout l'or, l'argent, papiers et effets que j'ai apportés ou fait apporter audit château. En foy de quoi j'ai signé le présent. Fait au château royal de la Bastille, le 24 du mois de janvier 1752. Signé: l'abbé Lenglet du Fresnoy33. »

  • 34 John Howard, État des prisons, p. 380-381.

19C’est pour maintenir ce secret que l’entrée de la Bastille est refusée à Howard, qui accède cependant à d’autres prisons parisiennes, comme le Châtelet, sous prétexte d’y faire la charité. Mais cette prison, presque vide de prisonniers au moment où il écrit, est devenue un symbole et Howard indique que « le lecteur désire peut-être de connoître cette maison »34. S’ensuit une description qu’il dit tirée d’un écrit longtemps interdit, de 1774. Il termine par la portée politique de cette description :

  • 35 Ibid., p. 384.

« Je m’étends sur diverses particularités de cette prison, surtout dans le but d’inspirer quelque vénération pour une constitution libre telle qu’est la nôtre, qui ne permet point l’exercice de ce despotisme menaçant, lequel a rendu le nom de Bastille si formidable35. »

20Malgré le secret censé entourer les conditions de détention de la Bastille, ces remarques d’Howard permet de souligner que, à la fin des années 1770, la Bastille est longtemps objet de discussions critiques publiques, symbole de l’arbitraire royal, grâce à une série de publications qui commence en 1715 du fait d’anciens détenus qui rompent leur serment de secret.

Plan de la Bastille en 1788

Plan de la Bastille en 1788

John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, 1788.

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.

  • 36 Monique Cottret, La Bastille à prendre, Paris, PUF, 1986, p. 108.
  • 37 Ludovic Lalanne, « Mémoire sur les prisons de Paris en 1644 », Bulletin de la société de l’histoire (...)
  • 38 Constantin de Renneville, Histoire de l’inquisition françoise, Amsterdam, chez Étienne Roger, 1715- (...)
  • 39 Constantin de Renneville, Supplément, p. 5.

21Le premier grand dénonciateur public de la prison est Constantin de Renneville (1677-1723), inventeur selon M. Cottret du « récit antibastillonnaire »36. Auparavant, la dénonciation des dures conditions de détention est discrète, sous forme de rapport administratif ou par des allusions sobres dans les Mémoires nobiliaires37. Auteur de vers hostiles au gouvernement, Renneville est embastillé entre 1702 et 1711. Réfugié en Hollande, il publie une Histoire de l’inquisition française en trois volumes, suivi d’un supplément quelques années plus tard38. Sous le patronage du roi d’Angleterre Georges Ier, il compare systématiquement Bastille et Inquisition espagnole de Goa, connue en Europe par une publication hostile des années 1680. Toutes deux, dit-il, doivent « être considerées avec horreur, & comme des lieux ou l’on ne garde aucune formalité de justice, & où l’on en viole les regles les plus essentielles39 ». Il évoque les « rebelles esclaves de la tyrannie » en France, dénonçant l’usage de la prison comme une peine arbitraire infligée par lettre de cachet à des innocents dénoncés abusivement par leurs ennemis. Il décrit ainsi :

  • 40 Ibid., p. 6-7.

« Un malheureux qui ne sait de quoi on l’accuse, & qui souvent en est innocent. On a lâché une parole par mégarde, on a tenu un discours simple & trop naïf, on a fréquenté de certaines personnes suspectes, on a fait des demarches que la médisance & la calomnie ont noircies40. »

22De plus, dans sa sombre description des conditions de détention, il évoque, entre autres, le traitement destiné à ceux qui se rebellent contre la vie carcérale :

  • 41 Ibid., p. 8.

« Si l’impatience en porte quelqu’un à se mutiner ou à plaindre son sort, une troupe de cruels Ministres se jettent sur lui, le dechirent à coups de fouets & lui apprennent à souffrir sans murmure les traitemens les plus severes & les plus inhumains41. »

  • 42 Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt, « La Bastille dans l’imaginaire social de la France », Revue (...)

23Il conclut en assimilant la Bastille à un enfer, où se mélangent coupables et innocents dans d’atroces conditions. S’il ne semble pas s’être rebellé pendant son passage en prison, Renneville utilise l’imprimé pour dénoncer l’ordre judiciaire dont il fait de la Bastille le symbole, rompant ainsi le serment du secret qu’il a prêté, serment dont il dénonce d’ailleurs l’existence. Il inaugure un genre critique qui se développe beaucoup, à partir du règne de Louis XVI : il y a 13 publications hostiles à la Bastille entre 1715 et 1770, mais 16 en 1774-88, 60 en 1789, 31 en 1790-9942. La rébellion contre la prison (au moins contre la Bastille) devient progressivement légitime dans le regard public.
Alors que les écrits personnels de prisonniers au XVIIe siècle, sont extrêmement discrets, sur les conditions de détention, ce n’est plus le cas après le règne de Louis XIV et la parole se libère. Ainsi les commentaires critiques du prisonnier Latude inquiètent ses geôliers :

  • 43 F. N. N. Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille : 1749-1757, vol. XIV, Paris, 1884, p. 62.

« Ce prisonnier a une voix de tonnerre qui se fait entendre dans tous les dehors de la Bastille, de même que de tous ceux qui la composent. Vous savez qu’à la Bastille, c’est une navette, qui ne cesse, d’entrées et de libertés, comme il n’y a pas un prisonnier qui sorte qui ne puisse ignorer tous les propos de Danry, et par conséquent qui ne les rende dans Paris ou dans la province. Je crois qu’il est dangereux que tous ces propos, quoique très faux, ne prennent ou ne s’accréditent par la longue durée, et la répétition qu’il s’en fait depuis plusieurs années dans le royaume43. »

24L’un des derniers prisonniers de la Bastille, le marquis de Sade, semble coutumier lui aussi, de petits gestes de refus d’obéissance, qui sont consignés dans un document édité en 1880 sous le titre de registre d’écrou. Parce qu’il est protégé par son statut nobiliaire, cette forme modeste de rébellion quotidienne lui vaut une répression relativement douce au regard de l’isolement dans les cachots qu’on connaît par ailleurs :

  • 44 Alfred Bégis, « Le registre d’écrou de la Bastille … », p. 17.

« Le 5 juin 1789. La promenade du comte de Sade étant suspendue jusqu'à nouvel ordre, le prisonnier n'ayant pas voulu tenir compte de la signification par écrit que le major lui en a envoyée, il a voulu forcer les sentinelles de sa porte et du pied de la tour, qui l'ont obligé de rentrer dans sa chambre en lui montrant le bout du fusil d'un peu près44. »

25De même, quelques jours avant la prise de la Bastille, est portée sur le registre d’écrou l’entrée suivante :

  • 45 Ibid.

« Le 2 juillet 1789. Le comte de Sade a crié par sa fenêtre, à diverses reprises, qu'on égorgeait les prisonniers de la Bastille et qu'il fallait venir le délivrer45. »

26Ce cri du prisonnier à la ville est peut-être le dernier geste de rébellion, rébellion verbale en l’occurrence, d’un prisonnier embastillé. Pour le faire taire, il est envoyé à Charenton deux jours plus tard.
La définition légale du rebelle à l’époque moderne, de plus en plus large, permet de criminaliser des comportements de résistance politique, mais aussi sociale et économique, voire familiale. Par ailleurs, les rebelles à la prison, et tout particulièrement les anciens prisonniers, sont de plus en plus visibles au cours du XVIIIe siècle, et deviennent même les symboles même de la dénonciation de l’arbitraire royal et de l’horreur de l’Ancien régime incarnée par la Bastille. En 1793, Latude est indemnisé par des héritiers de la Pompadour. À sa libération, en 1784, il a déjà reçu une pension du roi, ce qui marque une reconnaissance officielle d’un préjudice commis par l’État au prisonnier. Latude est-il alors encore un rebelle ? La résistance politique à l’autorité n’est quasiment plus criminalisée : les figures de « rebelles médiatiques » du XVIIIe siècle, punis légalement, célébrés par ailleurs, témoignent d’un grand bousculement des normes juridiques. Mais le débat public sur la prison et ses horreurs, auxquels ils participent alors par leurs témoignages, n’entraîne pas pour autant la libération de tous les rebelles à justice : bien au contraire, il accompagne l’avènement d’un nouvel ordre pénal fondé sur l’emprisonnement.

Haut de page

Notes

1 Claude-Joseph Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique, Paris, 1769, t. 2, p. 573-574.

2 Nicole Castan et André Zysberg, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien régime, Toulouse, Éditions Privat, 2002, p. 17. Voir aussi Christine Plessix-Buisset, « Geôles et geôliers en Bretagne au début du XVIIe siècle », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Rennes, 1975-1976, t. 53, p. 51-67 ; Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980.

3 Julie Mayade-Claustre, Dans les geôles du roi : l’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

4 Voir Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures, la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, 1990, sur le passage de la prison préventive à punitive.

5 Nicole Castan, « Le régime des prisons au XVIIIe siècle », La prison, le bagne et l’histoire, Genève, Jacques-Guillaume Petit éd., p. 31-41 (référence p. 33).

6 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Paris, Cie des libraires associés, 1771, t. VII, p. 177.

7 Sur la naissance de l’emprisonnement politique, voir Jean-Claude Vimont, La prison politique en France, Genèse d’un mode d’incarcération spécifique, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Anthropos-Economica, 1993.

8 Jean-Baptiste Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence, 5e éd., Paris, Desaint, 1756, t. 3, p. 294-295.

9 Claude-Joseph Ferrière, Dictionnaire de droit…, t. 2, p. 679.

10 Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières : jurisprudence, t. 7, Panckoucke, 1787, p. 206-207.

11 Lettres patentes du 4 mai 1723.

12 Dictionnaire de Trévoux, t. VII, p. 618.

13 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 13, Neufchâtel, Samuel Fauche, 1765, p. 840. Dans un second temps la notice de l’Encyclopédie reprend une définition plus étroite de la « rébellion à justice » : « la résistance que quelqu’un apporte à l’exécution d’un jugement, ou à quelque exploit ou autre acte justice, & en général à tout ce qui est émané de la justice ou de ses ministres, en vertu du pouvoir qu’ils tiennent d’elle, à l’exécution des mandemens émanés du roi ou de ses officiers préposés pour l’administration de la justice ».

14 Camille Degez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin XVIe-milieu XVIIe siècles), Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier, thèse soutenue le 16 octobre 2013, sous la direction de Denis Crouzet, p. 287.

15 L’emprisonnement dure en moyenne 82 jours en 1617 et 57 en 1630 (Ibid., p. 289).

16 Ibid., p. 194.

17 Cité par Monique Cottret, La Bastille à prendre, histoire et mythe de la forteresse royale, Paris, Presses Universitaires de France, 1986, p. 58.

18 Ibid., p. 41.

19 Ibid., p. 59.

20 Ibid., p. 63-64.

21 Voir Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1982, rééd. 2014.

22 Barbara Morel, « La prison et son image en France du XIIIe au XVe siècle », Carcer II, prison et privation de liberté dans l’Empire romain et l’Occident médiéval, actes du colloque de Strasbourg (1er et 2 décembre 2000), édités par C. Bertrand-Dagenbach, A. Chauvot, J.-M. Salamito et D. Vaillancourt, Paris, De Boccard, 2004, p. 151-168.

23 Jacques Berchtold, Les prisons du roman (XVIIe-XVIIIe siècle), Lectures plurielles et intertextuelles de « Guzman d’Alfarache » à « Jacques le fataliste », Genève, Droz, 2000.

24 Par exemple Benoît Garnot, Vivre en prison au XVIIIe siècle. Lettres de Pantaléon Gougis, vigneron chartrain (1758-1762), Paris, Publisud, 1994 ou documents édités par Déborah Cohen sur les « Enfermés de la Bastille ».

25 Camille Dégez-Selves, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin XVIe-milieu XVIIe siècles), thèse en histoire moderne, université Paris IV Sorbonne, 2013, p. 193.

26 John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, t. 1, Paris, Lagrange, 1788, p. 374.

27 Camille Dégez-Selves, Une société carcérale, p. 160-161.

28 John Howard, op. cit., p. 561.

29 Mémoire sur le bagne du port de Rochefort, remis à la société de littérature, sciences et arts, par M. Millet, commissaire de Marine, rééd. Rochefort, 2002.

30 Voir Jacques Berchtold, « Énergie des “récits d’évasion” au XVIIIe siècle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 39 | 2007, mis en ligne le 04 octobre 2011, consulté le 27 septembre 2014.

31 Événements des plus rares ou l’histoire du Sr. abbé comte de Bucquoy, 1719.

32 Mais d’autres récits racontent aussi une vie plus douce pour certains, tel Marmontel qui racontant un dîner sans dessert à la Bastille, disant « mais, il fallait bien être privé de quelque chose », cité dans Mémoires de Henri Masers de Latude, prisonnier pendant trente-cinq ans à la Bastille, à Vincennes, à Charenton et à Bicêtre, Gand, 1841, p. V.

33 Alfred Bégis, « Le registre d’écrou de la Bastille de 1782 à 1789 », extrait de la Nouvelle revue, 1er décembre 1880, p. 9.

34 John Howard, État des prisons, p. 380-381.

35 Ibid., p. 384.

36 Monique Cottret, La Bastille à prendre, Paris, PUF, 1986, p. 108.

37 Ludovic Lalanne, « Mémoire sur les prisons de Paris en 1644 », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Ile de France, t. XIX, janvier-février 1892, p. 82-86.

38 Constantin de Renneville, Histoire de l’inquisition françoise, Amsterdam, chez Étienne Roger, 1715-1719, 3 vol. ; Supplément à l’histoire de l’inquisition françoise ou de la Bastille, Amsterdam, chez Balthazar Lakeman, 1724.

39 Constantin de Renneville, Supplément, p. 5.

40 Ibid., p. 6-7.

41 Ibid., p. 8.

42 Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt, « La Bastille dans l’imaginaire social de la France », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1983/04, t. 30, p. 196-234.

43 F. N. N. Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille : 1749-1757, vol. XIV, Paris, 1884, p. 62.

44 Alfred Bégis, « Le registre d’écrou de la Bastille … », p. 17.

45 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cartouche en prison
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Lettre de Latude emprisonné depuis 14 ans, après deux évasions, à celle qui a fait ordonner son emprisonnement (1762)
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Plan de la Bastille en 1788
Légende John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, 1788.
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houllemare, « Des fers à l’évasion. Les rebelles dans les prisons royales à l’époque moderne », Criminocorpus [En ligne], Les rebelles face à la justice, Articles, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2901

Haut de page

Auteur

Marie Houllemare

Marie Houllemare est agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire moderne (Université d’Amiens / Institut Universitaire de France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page