Navigation – Plan du site

Fabienne Giuliani, Les Liaisons interdites. Histoire de l’inceste au XIXe siècle

Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, 478 p.
Scarlett Beauvalet-Boutouyrie
Référence(s) :

Fabienne Giuliani, Les Liaisons interdites. Histoire de l’inceste au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, 478 p.

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse de doctorat, Enquête sur les relations incestueuses dans la France du XIXe siècle (1791–1898), thèse soutenue à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, en 2010. L’étude débute en 1791 avec la définition de l’inceste retenue par le premier Code pénal français, et se clôt en 1898 avec le vote de la loi sur les maltraitances à enfants.

2L’enquête se situe à la croisée de l’histoire de la criminalité, de la sexualité et de la famille, d’où la variété des sources sélectionnées. L’auteur a pu reconstituer, à partir des résumés présents dans les registres de sentence de sept centres d’archives départementales (ressort de la cour d’appel de Paris, cours d’assises de la Loire-inférieure, de la Meurthe, des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes), 168 dossiers de procédure traitant du phénomène incestueux, qu’elle a complétés par d’autres sources de nature judiciaire (compte rendus des présidents d’assises, demandes de recours en grâce, personnels de justice, procès de Marie-Antoinette et de Madame Élisabeth). Ont été également utilisés des écrits privés, notamment les papiers de Jean-Louis-Michel d’Yvrande conservés à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, des sources médicales, littéraires, religieuses et anthropologiques.

3À partir de ces sources, trois axes ont été retenus : l’étude des représentations produites par les élites de cette époque afin de montrer comment s’est constitué un imaginaire social de l’inceste, et les changements qu’il a connus au cours de la période retenue ; une présentation du monde judiciaire, et enfin, un dernier volet sur les pratiques incestueuses.

4Le Code pénal de 1791 n’inscrit pas l’inceste dans la liste des crimes poursuivis, alors que le viol en fait partie. Ce faisant, le législateur décriminalise cette pratique, et montre ainsi son refus d’intervenir dans la sphère privée et la morale. Un peu plus de dix ans plus tard, dans le Code civil de 1804, la volonté de protéger la procréation et la morale est affirmée et le mariage entre parents proches strictement réglementé. L’inceste est donc bien prohibé, sans toutefois que ce crime soit inscrit en tant que tel dans le nouveau Code pénal de 1810. Il faut attendre le premier tiers du XIXe siècle pour que l’inceste, jusque-là cantonné au domaine de la morale, soit considéré comme une menace sociale et médicale, notamment en raison des risques de consanguinité, et les années 1870 pour que ce crime acquiert une dimension publique, grâce à la parution dans la presse des premières affaires relatant ce type de pratiques. Paradoxalement, alors que l’inceste fait son entrée dans la sphère publique, il est associé au tabou, association confortée par un article d’Émile Durkheim en 1897 et un livre de Freud datant de 1912.

5Comment étudier un crime qui n’est pas défini comme tel par le Code pénal ? L’observation des pratiques judiciaires montre un décalage entre ce qui est prescrit par la loi et l’attitude et les décisions prises par les magistrats. La question des preuves est essentielle. L’inceste fournissant peu d’éléments concrets et matériels aux juges pour bâtir leurs dossiers, ils en viennent à rechercher des renseignements au sein même de l’intimité des personnes, multipliant l’audition des témoins. La jurisprudence va dans le sens d’une plus grande sévérité à l’égard des parents abuseurs tout au long du siècle, et les parents incestueux se retrouvent condamnés à des peines relativement lourdes. Malgré les difficultés de la justice à entrer dans le domaine privé, et notamment à s’ingérer dans les affaires familiales, les inculpés, une fois la machine judiciaire lancée, n’en ressortent finalement que très difficilement.

6Qu’en est-il des pratiques ? Le corpus utilisé fait ressortir que l’inceste est un crime masculin : 94 % des victimes d’inceste sont des filles et 92 % de leurs agresseurs sont des hommes. C’est également un crime qui se commet dans les catégories les plus pauvres de la société, 92 % des accusés appartenant aux couches les plus défavorisées. L’auteur souligne bien l’une des limites de cet échantillon, qui masque évidemment que le fait que toutes les catégories sociales y sont confrontées, et met en lumière les difficultés pour appréhender le phénomène dans son ensemble. L’inceste, au contraire des crimes prohibés par la société, comme le parricide ou le meurtre, continue d’être un interdit que la communauté peut réguler elle-même. À partir d’écrits privés, l’auteur tente d’approcher les pratiques, montrant que l’inceste peut être aussi une sexualité consentie.

7Cette étude, sur un sujet difficile à saisir, de par sa nature et du fait des silences des sources, apporte un éclairage neuf et bien documenté. Les conclusions nuancées soulignent les réalités multiformes de l’inceste, qui relève à la fois de l’interdit, du tabou, des pratiques clandestines, et la nécessité d’en retracer l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « Fabienne Giuliani, Les Liaisons interdites. Histoire de l’inceste au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], 2014, mis en ligne le 12 décembre 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2905

Haut de page

Auteur

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie est professeur d'histoire moderne à l'Université de Picardie Jules Verne (Amiens).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page