Navigation – Plan du site
Articles

La « collection Zoummeroff » sur Criminocorpus

Marc Renneville
Traduction(s) :
The Zoummeroff Collection on Criminocorpus

Texte intégral

  • 1 Pour une description des lots préparés pour la vente, voir le catalogue en ligne : https://criminoc (...)

1La collection Zoummeroff mise à disposition sur Criminocorpus rassemble plus de 6000 images (pièces d’archives et imprimés rares, gravures, manuscrits inédits, correspondances, affiches, complaintes, photographies…) allant du XVIe au XXe siècle et une centaine d’entretiens vidéos relatifs à la justice et à son histoire1.
Cet ensemble représente le plus important fonds privé francophone mis à la libre disposition du public sur l’histoire de la justice.
Criminocorpus a été chargé en 2014 par Philippe Zoummeroff d’assurer à l’avenir la diffusion de ce corpus numérique, sa valorisation, l’interopérabilité et la conservation à long terme des données qui le constituent.
Il importe de retracer la genèse de ce patrimoine numérique. L’explicitation des choix qui ont présidé à sa constitution permettra d’en saisir à la fois la richesse, ses limites et quelques usages possibles, à titre d’exemples.

D’une bibliothèque privée à une collection publique : itinéraire d’une démarche singulière

2Industriel retraité, ancien directeur de la FACOM, Philippe Zoummeroff a commencé à collectionner les ouvrages traitant de la justice à partir de la fin des années 1990. Ma première rencontre avec Philippe Zoummeroff date de mai 2001. Invité avec Michelle Perrot à découvrir à son domicile privé sa bibliothèque alors en cours de constitution, j’avais pu entrevoir la richesse de la documentation rassemblée, sans pouvoir en saisir vraiment l’ensemble. Le tout était rangé dans une pièce bibliothèque à triple rayonnage, l’inventaire était en cours, sur une base de données locale. Philippe Zoummeroff était alors guidé par une double intention, documentaire et politique. L’intention documentaire était de rassembler par voie d’acquisition tous les documents permettant de constituer une bibliothèque de référence pour l’étude du crime et de la justice dans le cadre d’un Institut ou d’une fondation à créer ; l’intention politique était de favoriser l’adoption d’une loi pénitentiaire qui permettrait d’améliorer notablement les conditions de détention et de prise en charge criminologique des condamnés à des peines privatives de liberté.

3Philippe Zoummeroff était – et restât longtemps – ouvert à la possibilité d’une dation ou d’une donation de ses documents. Il en a longtemps cherché le lieu et les bons partenaires. En 2001, je pensais que la délocalisation de l’ENAP à Agen ouvrirait une dynamique propice à la création d’une bibliothèque spécialisée d’histoire de la justice dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Justice (justice pénale, justice sociale) et le département de Lot-et-Garonne ou la région Aquitaine. Ce projet de médiathèque à vocation régionale n’a pas vu le jour. La proposition que je soumis à Philippe Zoummeroff dès juin 2001 consistait à numériser la part de sa bibliothèque susceptible d’être utile à des chercheurs et un plus large public. Une telle opération permettait en effet de distinguer la question du partage des documents souhaitée par Philippe Zoummeroff et celle – plus complexe et aléatoire – de l’avenir matériel de sa bibliothèque. Ce n’est qu’en 2005, avec la mise en ligne du projet Criminocorpus porté par le CNRS et l’ENAP, que cette possibilité de numérisation commença à se dessiner. Doté d’un conseil scientifique et d’un comité de rédaction, ce portail numérique avait été constitué d’emblée sur le pari éditorial de s’adresser aussi bien à la communauté des chercheurs, des acteurs de la justice et du grand public. Malheureusement, les possibilités d’appropriation en ligne par les chercheurs étaient limitées par les contraintes techniques de l’époque.

4N’ayant trouvé ni le lieu ni les partenaires idoines pour créer une fondation sur les questions de justice, Philippe Zoummeroff décida de réaliser son propre site web : collection-privee.org.
L’objectif de Philippe Zoummeroff était triple : donner à voir l’inventaire de sa bibliothèque privée via un catalogue consultable en ligne, partager les documents les plus rares de cette bibliothèque en composant des expositions virtuelles sur le thème des grandes affaires criminelles puis, un peu plus tard, diffuser des entretiens filmés réalisés avec des témoins et des acteurs de la justice afin de sensibiliser le public à ces questions.

5Les deux sites ont ainsi évolué parallèlement, en poursuivant des objectifs proches mais avec des différences de logiques éditoriales. Des coopérations ponctuelles ont été menées, portant sur la numérisation de document (manuscrit Berryer, en 2006) et des expositions en ligne (Histoire des prisons de Paris, de la Bastille à Fresnes en 2010, Les « vrais » Tontons flingueurs en 2014) avec le souci d’éviter toute redondance. Cette coopération a pris un tour plus précis à partir de 2012. Alors que l’option de la mise en vente de la bibliothèque prenait le pas sur celle d’une donation, Philippe Zoummeroff cherchait un partenaire susceptible de reprendre et de préserver les documents mis en ligne sur le site collection-privee.org, dont il ne souhaitait plus soutenir le développement.

Quai des Orfèvres. Vue de la Delahaye 135 MS "Coupe des Alpes" ayant servi à la fuite de Pierre Loutrel, Henri Fefeu et Jo Attia

Quai des Orfèvres. Vue de la Delahaye 135 MS "Coupe des Alpes" ayant servi à la fuite de Pierre Loutrel, Henri Fefeu et Jo Attia

Collection Philippe Zoummeroff/Exposition Les « vrais Tontons flingueurs »

6L’entretien d’un site web original hébergeant de nombreuses données nécessite une maintenance au long cours. Livré à lui-même, il se dégrade vite, bien plus vite qu’un livre. Il n’était ni possible ni souhaitable d’entretenir deux sites susceptibles d’exposer des contenus identiques avec des fonctionnalités et des technologies différentes. La technique de « l’aplatissement » ou du « figeage » du site collection-privee.org n’étant ni envisagée ni souhaitable pour l’évolution des données qu’il contenait, notamment au regard de leur indispensable transfert dans un cadre éditorial compatible avec le web sémantique. Nous avons donc proposé dans un premier temps la reprise sur Criminocorpus des documents historiques originaux ayant servi à alimenter les 13 expositions du site de Philippe Zoummeroff puis, dans un second temps, le comité de rédaction de Criminocorpus a accepté d’héberger les entretiens filmés à titre de témoignages pour l’histoire de la justice.

7Notre comité de rédaction prenait ainsi deux engagements : celui d’assurer la pérennité des données numérisées et celui de maintenir l’identification de ces données au sein d’une collection portant le nom de son créateur. En accord avec Philippe Zoummeroff, Criminocorpus a acquis et gère désormais le nom de domaine collectionzoummeroff.org pour donner un accès direct à la page de la collection hébergée sur notre site. Rien ne pressait toutefois pour la réalisation de cette reprise car, par respect de l’identité du site collection-privée.org, nous ne souhaitions pas publier ces images en doublons. D’autant que, pour avoir discuté à de nombreuses reprises avec Philippe Zoummeroff de sa collection et de son avenir, il me paraissait évident que ces expositions centrées sur les grandes affaires criminelles ne rendaient que partiellement compte de la richesse de sa bibliothèque. Cette collection de 2 600 images rassemblées en 14 galeries méritait un sérieux complément, une autre présentation aussi.

2014 : la « collection Zoummeroff » prend forme

8La préparation de la vente de la bibliothèque à Drouot le 16 mai 2014 a précipité la numérisation des documents de la bibliothèque qui n’étaient pas présents sur collection-privee.org. Quatre facteurs se sont conjugués au printemps 2014 pour qu’une équipe de Criminocorpus engage une ultime campagne de sauvegarde :
1/ la certitude d’une dispersion définitive à brève échéance ;
2/ la constitution d’un très beau catalogue de vente qui donnait pour la première fois une description et une appréciation générale de l’ensemble de la bibliothèque ;
3/ la progression technique et l’accessibilité (depuis 2001) des appareils de reproduction numérique ;
4/ l’accueil chaleureux et coopératif réservé à notre projet par les experts Benoît Forgeot (Librairie Forgeot, Paris), Thierry Bodin (Librairie Les Autographes, Paris) et l’étude Pierre Bergé et Associés.

Couverture du catalogue de la vente Crimes et Châtiments (16 mai 2014)

Couverture du catalogue de la vente Crimes et Châtiments (16 mai 2014)

9Les descriptifs du catalogue de vente ont été confrontés aux relevés de documents précédemment réalisés par notre équipe au domicile de Philippe Zoummeroff, en vue d’une numérisation future. Notre intention n’était pas – et n’a jamais été – de numériser l’intégralité de la collection : de nombreuses bibliothèques de références compte la numérisation de leurs fonds propres au nombre de leur mission, et Criminocorpus n’a pas vocation à s’y substituer. Notre objectif était de reproduire les pièces rares et les documents iconographiques.

10Priorité fut donc donnée aux manuscrits (pièces de procédure, correspondances, œuvres inédites à la publication…), aux photographies, aux gravures, aux dessins et peintures, aux complaintes, aux affiches et à quelques imprimés de faible volumétrie présentant un intérêt contextuel fort pour l’histoire de la justice (brochures rares, textes de lois, ensemble de coupures de presse…).

  • 2 Prise de vues : Marc Renneville, Jean-Lucien Sanchez, Sophie Victorien. Retouche des clichés : Marc (...)

11Cette campagne photographique a permis de réaliser plusieurs milliers de clichés (APN, scanner) sur une centaine de lots constitués pour la vente. Ces clichés ont été effectués avec du matériel léger, in situ, sans manipulation lourde ni éclairage d’appoint2. Afin de réduire au maximum le délai de mise en ligne, le post-traitement a été réduit au minimum : conservation d’un exemplaire du cliché original, nommage des clichés par un système de cotation suivant la désignation des lots à la vente, allègement du poids de l’image pour mise en ligne et – au cas par cas : redressement partiel, détourage sur fond noir, correction automatique ou manuelle de l’exposition et de la colorimétrie. On note bien souvent la persistance d’artefacts et de défauts qui auraient pu être éliminés dans d’autres conditions de prises de vues. D’une façon générale, nos photos présentent une qualité de traitement inférieure aux clichés repris des expositions de collection-privee.org. Ces derniers avaient en effet été réalisés et traités par un studio professionnel (studio 90, Paris) qui avait également pris en charge l’annotation des images. Cette différence de qualité tient d’abord aux compétences des opérateurs, mais aussi à la prise de vue initiale, souvent réalisée dans des conditions d’éclairage difficile (faible ou partiel).
Si le catalogue de vente a fait office d’inventaire de collection pour guider nos prises de vues, nous nous en sommes parfois écartés pour la mise en ligne.

12Il convient de rappeler ici que la présentation des documents historiques sur collection-privee.org était toujours liée à une galerie unique ayant valeur d’exposition. À une exception près (Dessins de détenus et de surveillants), les expositions du site avaient été composées sur la base d’un regroupement thématique et non sur la distinction des supports (imprimés, manuscrits, photographies…).
La constitution des lots pour le catalogue de vente a obéi le plus souvent à cette même logique de rassemblement thématique.

13Sur Criminocorpus, ces regroupements sont possibles en interrogeant le moteur de recherche interne. Nous suivons une logique de traitement des données qui consiste à distinguer clairement l’accès au document conservé et sa valorisation. La conservation est effectuée dans le cadre de notre bibliothèque virtuelle. Cela permet notamment de réaliser des descriptions collaboratives dans le cadre d’enseignements à la recherche historique. La valorisation peut prendre différentes formes : une exposition, un diaporama ou une insertion dans un article de la revue. La plus-value de la conservation de cette nouvelle collection Zoummeroff au sein la bibliothèque virtuelle de Criminocorpus se situe ainsi à deux niveaux complémentaires :
1/ elle permet d’atteindre une granulométrie documentaire plus fine que dans le cadre d’une galerie d’images strictement thématique ;
2/ elle permet à l’utilisateur de relier une unité documentaire à un ensemble plus large au sein de la collection Zoummeroff et au sein des autres collections de la bibliothèque virtuelle de Criminocorpus.

Les publics et les usages possibles de la collection Philippe Zoummeroff

14Qui peut consulter la collection Philippe Zoummeroff sur Criminocorpus ? Et que peut-on en faire ?
Tous les documents en ligne sont en accès gratuit et librement réutilisables sous réserve de citation de la source et d’utilisation non commerciale (Collection Zoummeroff/Criminocorpus). La licence associée aux documents numérisés est de type libre diffusion CC-BY-NC-ND (Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification). L’utilisation à des fins commerciales est acceptée sous réserve d’accord de la direction de la publication, du respect des conditions de citation et de l’adhésion à l’association Criminocorpus. Tous les documents ne sont pas en accès libre. Certaines photos peuvent choquer un public sensible ou jeune (violence, nudité…) : elles sont signalées par une mise en garde nécessitant une confirmation de l’utilisateur pour qu’elles s’affichent.

15D’autres photos appartenant à la collection ne sont pas disponibles en ligne. Il s’agit – d’une façon générale – de photos d’identité judiciaire, de cadavres de victime ou de scènes de vie privée. Il s’agit également de tous les clichés pris pour faciliter l’indexation des documents sources (notices relatives à des ventes précédentes, couverture ou vue générale d’un ouvrage, détail d’une légende, page de texte etc.). Les usagers consultant la collection Zoummeroff à des fins de recherche sont donc invités à contacter la rédaction pour vérifier si le lot peut faire l’objet d’un complément.

16Au-delà des consultations à des fins de découverte ou d’intérêt particulier, plusieurs usages peut-être envisagés, que ce soit à titre de valorisation dans un événement culturel (affiche, exposition, projet éditorial…) ou à des fins pédagogiques ou de recherche. De nombreux documents peuvent illustrer des cours ou servir de support à une lecture ou un commentaire. Leur description peut être enrichie et complétée dans le cadre de travaux d’analyse, de lecture ou de traduction de sources et toute proposition de coopération sera étudiée avec intérêt. Criminocorpus peut offrir à cette fin un accès limité à un lot documentaire afin qu’il soit indexé, décrit ou traduit.

17Enfin, nous lançons un appel pour la rédaction de notices de présentation thématique et d’expositions virtuelles. En cas d’acceptation, elles seront publiées dans une rubrique dédiée au sein de Criminocorpus.
Les retours, les commentaires et les questions sur les utilisations de cette collection Philippe Zoummeroff sont les bienvenus.

18En investissant pendant plusieurs années dans l’acquisition puis la reproduction de documents rares, Philippe Zoummeroff n’a eu de cesse de chercher les moyens de rendre sa documentation accessible au plus grand nombre, espérant ainsi favoriser la réflexion et le débat d’idées pour une justice pénale plus équitable et plus humaine. La collection Philippe Zoummeroff gérée par Criminocorpus entend perpétuer cet engagement.

Haut de page

Notes

1 Pour une description des lots préparés pour la vente, voir le catalogue en ligne : https://criminocorpus.org/bibliotheque/livre/475/

2 Prise de vues : Marc Renneville, Jean-Lucien Sanchez, Sophie Victorien. Retouche des clichés : Marc Renneville, Delphine Usal. Mise en ligne, indexation : Marc Renneville, Hortense Rossi, Sophie Victorien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Damiens : Relazione della sentenza eseguita (1757)
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Henri-Marie-Pierre Berryer, Sept mois au bagne (1931)
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Quai des Orfèvres. Vue de la Delahaye 135 MS "Coupe des Alpes" ayant servi à la fuite de Pierre Loutrel, Henri Fefeu et Jo Attia
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Exposition Les « vrais Tontons flingueurs »
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Couverture du catalogue de la vente Crimes et Châtiments (16 mai 2014)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Marc Chauchard, Mazas en dessins (1890)
Crédits Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Renneville, « La « collection Zoummeroff » sur Criminocorpus », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2913

Haut de page

Auteur

Marc Renneville

Directeur du CLAMOR et de la publication de la plateforme Criminocorpus depuis sa création, Marc Renneville est chercheur au CNRS, membre du centre Koyré. Il mène depuis 2003 des projets de valorisation numérique de l'histoire de la justice, des crimes et des peines. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences du crime et du criminel et le rapport entre les savoirs criminologiques et l'application des peines (XIXe-XXe siècles). Il est notamment l'auteur de Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie (Empêcheurs de penser en rond, 2000) et de Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page