Navigation – Plan du site
Articles

Un exemple de justice seigneuriale en Basse Auvergne : L’enquête pour infanticide de Beaumont (1336)

Johan Picot

Dédicace

Pour Nicole Gonthier

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de l’édition du rotulus de l’enquête de 1336 disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

Le rotulus de l’enquête de 1336 (vue générale)

Le rotulus de l’enquête de 1336 (vue générale)

Johan Picot

Analyse

  • 1 Je remercie M. Emmanuel Grélois, maître de conférences à l’Université de Haute Bretagne-Rennes II, (...)

1Archives départementales du Puy-de-Dôme, fonds de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre de Beaumont, 50 H 40, cote 8bis. – 1336 (n. st.), du 9 au 27 janvier. Enquête de Jehan Boursier, bourgeois, garde du sceau royal de Montferrand et juge de l’abbesse de Beaumont, au sujet d’un infanticide prétendument commis par Bonne Geneyze, épouse de Bonnet Serra le Jeune, dans la seigneurie de Beaumont la nuit de l’Épiphanie (la nuit du 6 au 7 janvier 1336) ; contient l’audition de 19 témoins et le récolement de l’un d’eux. Original sur un rotulus de onze peaux de parchemin cousues ensemble (1ère peau : 285 mm x 805 mm, 2e peau : 290 mm x 765 mm, 3e peau : 290 mm x 795 mm, 4e peau : 290 mm x 755 mm, 5e peau : 290 mm x 757 mm, 6e peau : 285/300 mm x 734 mm, 7e peau : 295/305 mm x 757 mm, 8e peau : 295/305 mm x 759 mm, 9e peau : 290/305 mm x 674 mm, 10e peau : 292 mm x 238 mm, 11e peau : 293 mm x 227/242 mm), réglure à la mine de plomb ; en ancien français, avec de nombreux traits occitans et de moins nombreux traits picards. Sceau(x) pendant(s) sur simple queue de parchemin manquant1.

Résumé

2En janvier 1336 (n. st.), Jehan Boursier, habitant, bourgeois et garde des sceaux royaux de la ville de Montferrand, en basse Auvergne, conduit une instruction au sujet d’un meurtre commis dans le gros village vigneron de Beaumont distant de quelques kilomètres seulement de la ville royale. Il agit pour le compte de l’abbesse qui, en tant que seigneur haut justicier, détient les droits de basse, moyenne et haute justice et doit garantir l’ordre public sur son territoire. Pour mener à bien son investigation, le juge abbatial applique la procédure d’enquête mise en place depuis Innocent iii. Il recueille le témoignage de plusieurs paroissiens – parents, amis et voisins de l’accusée – et part à la recherche des éléments de preuve devant conduire à la « vérité » et à la condamnation du malfaiteur.

Carte de l’Auvergne au XIVe siècle

Carte de l’Auvergne au XIVe siècle

Johan Picot

3Le crime qui motive l’enquête est l’un des plus réprouvés et la source d’un émoi populaire tragique puisqu’il s’agit d’un infanticide. Les chefs d’accusation énumérés au début de l’enquête sont d’ailleurs sans équivoque. Le juge relate comment « la dicte Bone, meres du dit Estiene, en la dicte sa chanbre, mehue de mauvays corage et de mal esperitx, avec un costel navra en quatre lieus le dit Estiene, son fil, pourmi son col et li copa la gueule et le tua a mort ». Outre son aspect abominable – la victime n’est pas un nouveau né, mais un enfant âgé d’au moins six ans – ce sont les conditions qui entourent le meurtre qui retiennent l’attention : le forfait a été prémédité, perpétré de nuit, dans les appartements familiaux (« nous entendons a informer sur ce que Estiene Serra, fils fu de Bonet Serra, una nuit qu’i passa mauvazament et eu traïson ague<t> apansé entour l’ore de minuit et de matines, fut navrés et mis a mort li dis Estienes en l’ostel e ou meson ou appartenances dudit Bonet Serra ») et dans le but, semble-t-il, d’assouvir une vengeance conjugale…

Généalogie de la famille Serra

Généalogie de la famille Serra

Johan Picot

4Les dépositions des témoins permettent de reconstituer le déroulement des faits. Ainsi, il apparaît que la nuit de l’Épiphanie 1336 (n. st.), vers minuit ou une heure du matin, profitant de l’absence de son époux – parti veiller une voisine mourante, Bonne Geneyze réveille son fils, qui partage le lit de son grand-père parternel, l’habille avec les vêtements de sa cousine Catherine, le mène dans la chambre parentale et lui assène plusieurs coups de couteau après avoir, tout de même, pris le temps de le dévêtir… Après avoir tué son fils et avoir abandonné les preuves de son forfait (deux couteaux ensanglantés sont retrouvés près du corps), la mère infanticide pénètre dans la chambre de ses beau-frère et belle-sœur, crie : « à la mort ! » et se défenestre sans doute par désespoir, peut-être, aussi, par crainte de la justice. Elle tombe alors du premier (ou second étage) de l’immeuble familial et termine sa chute dans le caniveau sis au milieu de la rue. Alertés par les cris de la criminelle présumée, les voisins accourent et la découvrent gisant à terre à demi morte. Elle est alors conduite en son domicile, près d’un feu, où l’on espère la réconforter. Prévenu par un voisin, Bonnet Serra le Jeune, époux de Bonne et père de la victime, délaisse le chevet de sa voisine et amie et regagne sa demeure. En pénétrant dans ses appartements, le père de famille se retrouve devant nombre de voisins occupés à panser son épouse. L’effet de surprise dissipé, il constate l’absence de son fils et questionne l’assemblée à son sujet. Son père, Bonnet Serra le Vieux, lui révèle que Bonne est venue chercher l’enfant, de nuit, pour lui tenir compagnie. Le père semble alors avoir un mauvais pressentiment (« Et lors li dis Bonés, peres du dit Estiene, fut mult esbaubis et cria : « Oÿ ! Mere Dieu ! » et tantost tant comme il s’en pehu aler il s’en ala envers sa chanbre » ; « Bieus sire ! Dieu ! Grant peur ay de mon enfant ! »), il se précipite à l’étage (« Alons a ma chanbre pour veoyr que fet mes enfes ! ») et découvre le corps sans vie de son enfant (« il trova le dit Estiene tot mourt et trova que il avoyt quatre molt grans playes entor son col fetes, selont que li senbloyt, de coltel et trova que il avoyt perdu molt grant sanc par se lit »)… Il retourne ensuite dans la pièce principale de la maison et s’en prend à sa femme qu’il tient pour responsable de la mort de son fils. Prenant les présents à témoin, il fait appel aux sergents de la justice seigneuriale qui, une fois venus, se saisissent de Bonne, la ligotent et la conduisent en prison.

5Bien que le document conservé ne le dise pas clairement, il est probable que Bonne Geneyze a été jugée. Les preuves testimoniales recueillies comme les preuves matérielles (corps, draps, couteaux) présentées au juge accablent l’épouse de Bonnet Serra le Jeune. Lors de sa déposition, il révèle au juge des menaces proférées quelques jours avant l’incident par son épouse qu’il « conoyssoit de felon corage ». Estiene Tisseir, témoin de la scène, confirme ceci et étaye en affirmant que Bonne Geneyze, « maliciossement et molt ireemant pris contens et riote aveques Bonés son marit » et lui aurait promis de se venger au point de finir sur le bûcher (« més soyés certains que je en feray la chose dont je seray arce »). La meurtrière supposée paraît avoir mis ses menaces à exécution... Malheureusement, le témoignage de l’accusée fait défaut à l’enquête. L’état dans lequel elle se trouve après sa tentative de suicide explique certainement cette lacune (« il troverent la dicte Bone du lonc de la rue chehue et blessee molt griefmant en so chié et que elle estoit en tel estet que elle ne se povoit mehoir », « la dicte Bone navree en son chié molt formant […] perdoyt molt grant sanc », « quant ella fu cheta […] ella se plenoyt et dit : Aa ! »). Pourtant, Bonne doit avoir été jugée. Il s’écoule, effectivement, près de trois semaines entre la nuit du meurtre, la conduite de l’instruction et le récolement d’un témoin au moment de l’audience. Ce fait tend à démontrer que l’accusée, placée en détention provisoire au sein des prisons abbatiales (« li serghans de madame de Belmont, aveque autres bones gens, furent venu et oront prise la dicte Bone et liee les mains et aveques eux l’enmenerent en la prison de madame de Belmont »), n’est pas décédée des suites de ses blessures et qu’elle était donc en état – au moins physiquement – d’être jugée. Une note portée au revers du parchemin suggère, enfin, que le juge a pris conseil auprès de plusieurs hommes « nobles et puissants » (et sans doute experts en la matière) pour statuer sur le sort de l’accusée ; autant d’éléments plaidant en faveur du jugement et de la condamnation de la mère infanticide laquelle, aux dires du juge, avait confessé et avoué son crime « en la presense de pluseurs bones gens fignes de foy »…

  • 2 Un article de fond sur ce document est en cours de rédaction.

6Quant au châtiment du crime, il est possible que la mère homicide ait été exécutée afin de maintenir la paix interne de la communauté. Une éventuelle rémission de la part du roi n’est pas à exclure absolument, mais reste exceptionnelle dans des cas semblables où l’on reconnaît la nature horrible du crime, sa préméditation et sa revendication. Aucune autre pièce du procès (expertise médicale du corps de la victime, dictum du juge, exécution de la sentence, etc.) n’étant conservée ou connue, il demeure difficile de préjuger du sort réservé à cette mère infanticide2.

Principes d’édition

7- La mention (n. st.), nouveau style, rend compte du rétablissement du calendrier actuel pour les dates comprises entre le 1er janvier et le 25 mars puisque dans l’Auvergne médiévale l’année commence le 25 mars (style de l’Annonciation).
- Les restitutions des abréviations du texte ont été indiquées typographiquement par des caractères en italiques (notre).
- Les lettres et mots sautés par le scribe ont été ajoutés entre crochets (infor<mer>).
- Les chiffres ont été édités de la façon dont ils étaient présentés dans la leçon, c’est-à-dire entre points (.iii.).
- Des signes diacritiques ont été ajoutés comme l’accent aigu.
- La séparation des mots et des agglutinations qui a été faite est rendue dans l’édition par des tirets (« A-la-mort »).
- L’édition rend compte, au moyen d’une numérotation entre crochets carrés, de la disposition en lignes du manuscrit ([1]).

Haut de page

Bibliographie

Alexandre-Bidon Danielle, Lett Didier, Les enfants au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1998.

Beaulande-Barraud Véronique, « La grosse-mère, la marâtre et la fillette : une enquête pour meurtre d’enfant en Champagne au XVe siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, (à paraître).

Beaulande-Barraud Véronique, Yann Philippe, « Conflits et concurrences de normes au Moyen Âge et à l’époque moderne (Introduction) », Savoir(s) en prisme, n° 3, 2014 : « La vie des normes ».

Bourguignon Marie-Amélie, Dauven Bernard, « Femmes victimes et coupables dans les Pays-Bas bourguignons au XVe siècle », Clio, 2012/1, n° 35, p. 215-238.

Brissaud Yves-Bernard, « L’infanticide à la fin du Moyen Âge. Ses motivations psychologiques et sa répression », Revue historique de droit français et étranger, 1972, p. 237-240.

Butler Sara M., « A case of indifference ? Child Murder in Later Medieval England », Journal of Women’s History, 19, 4, 2007, p. 59-82.

Charbonnier Pierre, « Les justices seigneuriales d’Auvergne à la fin du Moyen Âge », in J. Hoareau-Dodineau, P. Texier (dir.), Anthropologies juridiques. Mélanges offerts à Pierre Braun, Limoges, PUL, 1998, p. 145-160.

Charbonnier Pierre, « La paix au village. Les justices seigneuriales rurales au XVe siècle en France », Le règlement des conflits au Moyen Âge, actes du XXXIe Congrès de la SHMESP, Angers, 2000, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 281-303.

Chauvaud Frédéric, Prétou Pierre (dir.), Clameur publique et émotions judiciaires, Rennes, PUR, 2014.

Coleman Emily R., « L’infanticide dans le haut Moyen Âge », Annales ESC, 1974, p. 315-345.

Dubuis Pierre, « Enfants refusés dans les Alpes Occidentales (XIVe-XVe siècles) », Enfance abandonnée et société en Europe, XIVe-XXe siècles, Rome, École française de Rome, 1991, p. 573-590.

Gauvard Claude, « De Grace especial ». Crime, état et société en France, à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 [1991].

Gauvard Claude, Ouy Gilbert, « Gerson et l’infanticide : défense des femmes et critique de la pénitence publique », in Jean-Claude Mühlethaler, Denis Billote (dir.), « Riens ne m’est seur que la chose incertaine » : études sur l’art d’écrire au Moyen Âge offertes à Éric Hicks par ses élèves, collègues, amies et amis, Genève, Éd. Slatkine, 2001, p. 45-66.

Godefroy Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, Bouillon, 1881-1902 [cité Gdf].

Gonthier Nicole, « La répression et le crime à la fin du Moyen Âge », Mémoires de la Société pour l’Histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 47e fascicule, 1990, p. 115-130.

Gonthier Nicole, Délinquance, justice et société dans le Lyonnais médiéval de la fin du XIIIe siècle au début du XVIsiècle, Paris, Éd. Arguments, 1993.

Gonthier Nicole, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998.

Gonthier Nicole, « Sanglant coupaul ! Orde ribaude ! ». Les injures au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2007.

Grand Roger, « Justice criminelle, procédures et peines dans les villes aux XIIIe et XIVe siècles », Bibliothèque de l’École des chartes, 1941, vol. 102, n° 1, p. 51-108.

Grand Roger, Les paix d’Aurillac, Paris, Sirey, 1945.

Lehmann Prisca, La répression des délits sexuels dans les États savoyards. Châtellenies des diocèses d’Aoste, Sion et Turin, fin XIIIe-XVe siècles, Lausanne, 2006.

Lett Didier, Offenstadt Nicolas (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

Lett Didier, « Le diable, la jeune fille et le saint ; le suicide de Salerna », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 4, 1996.

Lett Didier, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge, XIIe-XIIIe siècles, Paris, Aubier, 1997.

Lett Didier, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVe siècles, Paris, Hachette, 2000.

Levy Emil, Petit dictionnaire provençal-français, Heidelberg, 1909 [cité LvP].

Lodge R. Anthony, Les comptes des consuls de Montferrand (1273-1319), Paris, École des chartes, 2006.

Lodge R. Anthony, « Le français et l’occitan en Auvergne au XIVe siècle : l’exemple de Montferrand », Luc Baronian et France Martineau (dir.), Le français d’un continent à l’autre : Mélanges offerts à Yves Charles Morin, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2009, p. 269-290.

Mathieu Isabelle, « Un infanticide à Argentré en 1470 », Bulletin de la société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, n° 27, Laval, 2006, p. 337-341.

Mathieu Isabelle, Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2011.

Muchembled Robert, « Fils de Caïn, enfants de Médée : Homicide et infanticide devant le Parlement de Paris (1575-1604) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 5, 2007 (62e année), p. 1063-1094.

Olivier Philippe, Dictionnaire d’ancien occitan auvergnat. Mauriacois et Sanflorain (1340-1540), Tübingen, Niemeyer, 2009 [cité DAOA].

Pfau Aleksandra Nicole, Madness in the Realm : Narratives of Mental Illness in Late Medieval France, thèse de doctorat d’histoire, Université du Michigan, 2008, p. 234-237 : « Infanticide of Legitimate Children ».

Pichot Charlotte, Avortement et infanticide dans les pays de la Loire moyenne et le Poitou à la fin du Moyen Âge d’après les sources juridiques et les lettres de rémission, Mémoire de Master 2 de l’Université de Poitiers, 2013.

Porteau Paul, Quatre chartes de coutumes du bas-pays d’Auvergne dont trois en langue d’oc, Gap, 1943 [cité Porteau].

Porteau-Bitker Annick, « Criminalité et délinquance féminines dans le droit pénal des XIIIe et XIVe siècles », Revue historique de droit français et étranger, 1980, t. 58, p. 13-56.

Prétou Pierre, Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010.

Prétou Pierre, « Le guet-apens à la fin du Moyen Âge : notoriété et infamie des vindictes secrètes », in Jean-Claude Bourdin et al. (dir.), Faire justice soi-même, études sur la vengeance, Rennes, PUR, 2011, p. 123-141.

Schmitt Jean-Claude, « Le suicide au Moyen Âge », Annales ESC, 31e année, n° 1, 1976, p. 3-28.

Sève Roger, « La seigneurie épiscopale de Clermont des origines à 1357 », Revue d’Auvergne, t. 94, n° 2, 1980, p. 85-268.

Sigal Pierre André, « Les accidents de la petit enfance à la fin du Moyen Âge d’après les récits de miracles », Robert Fossier (dir.), La petite enfance dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1997, p. 59-76.

Ternon Maud, « La folie entre sens commun et définition experte. La difficile émergence de l’expertise médicale parmi les preuves de la folie au XIVe siècle », Hypothèses 2010. Travaux de l’École Doctorale d’histoire, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 129-140.

Toureille Valérie, Crime et châtiment au Moyen Âge, Ve-XVe siècle, Paris, Le Seuil, 2013.

Tourette Fabrice, Cadres et structures de vie d’une communauté religieuse féminine à la fin du Moyen Âge : l’abbaye Saint-Pierre de Beaumont-lès-Clermont (milieu XIIe-milieu XVe siècle), mémoire de Maîtrise de l’Université Blaise-Pascal-Clermont 2, 2004.

Verdon Jean, La nuit au Moyen Âge, Paris, Hachette-Pluriel, 2003 [Paris, 1994].

Wartburg Walther von, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, Leipzig / Bonn / Bâle, 1922-2002, 25 vol. [cité FEW].

Haut de page

Notes

1 Je remercie M. Emmanuel Grélois, maître de conférences à l’Université de Haute Bretagne-Rennes II, qui m’a signalé ce document.

2 Un article de fond sur ce document est en cours de rédaction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le rotulus de l’enquête de 1336 (vue générale)
Crédits Johan Picot
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2950/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Carte de l’Auvergne au XIVe siècle
Crédits Johan Picot
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Généalogie de la famille Serra
Crédits Johan Picot
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Picot, « Un exemple de justice seigneuriale en Basse Auvergne : L’enquête pour infanticide de Beaumont (1336) », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 07 novembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2950

Haut de page

Auteur

Johan Picot

Docteur en histoire médiévale (Université Jean Moulin-Lyon 3). Post-doctorant à l’Institut Ausonius-UMR 5607 (Université Bordeaux-Montaigne).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page