Navigation – Plan du site

Philippe Charlier (dir.), Seine de crimes : morts suspectes à Paris, 1871-1937

Monaco/Paris, Éditions du Rocher/Groupe Artège, 2015, 226 p.
Laurent López

Texte intégral

1 Seine de crimes, scènes de crimes, l’intitulé de l’ouvrage dirigé par le médecin-légal et anthropologue Philippe Charlier joue sur les mots en signalant ainsi l’origine du fond archivistique qui nourrit son iconographie. En effet, les photographies regroupées par thèmes dans la première partie du livre proviennent des archives de la préfecture de Police à Paris et dressent une sorte de portrait macabre de quasiment toute la durée de la Troisième République. Signalons immédiatement la belle facture de l’objet éditorial qui, sans relever de la catégorie « beaux livres », est structuré par une maquette attrayante mettant en valeur des reproductions photographiques réussies. L’essentiel des clichés montre des cadavres, entiers ou en partie(s), de victimes d’homicides, de suicidés ou de suppliciés après exécution de la peine de mort ; apparaît même la dépouille d’un cheval, seule victime mortellement touchée par un attentat anarchiste en 1905. Clichés d’anonymes ou de célébrités du crime, comme Jules Bonnot, par exemple, sont ici rassemblés pour montrer des aspects des nouvelles techniques inquisitoriales judiciaires mais plus encore pour développer une réflexion globale sur la diffusion des images du corps, en particulier lorsque ce dernier surgit des archives policières ou des dossiers de procédure criminelle.

2 Le remarquable corpus iconographique est prolongé par huit textes proposant des développements sur la médecine-légale, l’anthropométrie judiciaire, la mise à mort des condamnés, le droit du corps ou des affaires criminelles retentissantes. Ces textes mélangent contributions historiennes et analyses d’aspects actuels. La multiplication des travaux historiques sur les forces de l’ordre ainsi que ceux relatifs à la justice n’a malheureusement pas été mobilisée pour mettre en perspective certaines contributions et les inclure dans un contexte plus large. Car l’essor des procédés développés par Alphonse Bertillon ne peut se comprendre qu’en les replaçant dans une demande sociale et institutionnelle qui érige des enjeux policiers en priorités politiques et, en retour, des discours politiques qui somment les institutions répressives d’augmenter les taux d’élucidation, d’arrestation et de condamnation. La mise en relation des photographies avec les contributions écrites aurait utilement éclairé les premières par les secondes, et réciproquement. Les clichés d’un double homicide montrés page 55 suscitent ainsi l’interrogation : « Le crime serait-il crapuleux ? » La réponse affirmative est pourtant connue puisque le rentier trouvé, tué avec sa domestique, et photographié par l’Identité judiciaire de la préfecture de Police a été agressé par des complices de Jules Bonnot pour lui dérober des biens. Plus loin, la contribution sur cette retentissante affaire criminelle du début des années 1910 méconnaît ces clichés. La photographie joua cependant un grand rôle durant l’affaire puisque pour la première fois des tirages de suspects recherchés – des portraits de Jules Bonnot et de ses principaux complices – furent expédiés dans la plupart des commissariats et des brigades de gendarmerie en France, ainsi qu’à destination des forces de l’ordre des pays limitrophes. De même, ce double homicide donna lieu à la réalisation de clichés planimétriques (terme tiré du dossier), dont la technique est détaillée par ailleurs dans l’ouvrage, mais qui, ici, ne sont pas utilisés. Or, l’affaire Bonnot est justement une crise sécuritaire durant laquelle l’ensemble des techniques de « police moderne », pour reprendre l’expression d’Adolphe Bertillon, sont mobilisées. Autre exemple d’une remise en contexte insuffisante, la contribution sur la guillotine qui, tout en retraçant rapidement l’histoire du supplice puis en évoquant l’abolition de la peine de mort en 1981, ne dit rien du projet de suppression de la peine capitale porté par le président Fallières, qui graciait systématiquement tous les condamnés. Le dessein fut mis en échec en 1908 à cause de l’affaire Soleilland1 l’année précédente2.

3 Il est dommage également que les critiques de divers types essuyées par Bertillon, durant son vivant mais encore plus après sa mort, ne soient pas évoquées3. Par-delà les attaques ad hominem, les contempteurs du puissant chef de l’Identité judiciaire posent, en effet, la question de l’efficacité de ces techniques anthropométriques alors que leurs promoteurs les présentent d’abord comme le moyen ultime de l’éradication de la récidive. Le projet criminalistique montrant forcément ses limites après les promesses formulées par Bertillon pour faire accepter ses procédés, les méthodes ne sont plus que des moyens parmi d’autres pour aider les enquêteurs, apporter la preuve réclamée par des magistrats. Précisément, parmi ces techniques criminalistiques, on peine à savoir ce qui relève de la médecine-légale et de l’essor de la police technique et scientifique. Cette dernière est-elle « fille » de son aînée ? Faut-il inclure la première dans la seconde alors qu’Alphonse Bertillon n’était pas médecin ? La « brève histoire de la criminalistique » qui est tentée n’évoque pas les relations difficiles entre les puissants « mandarins » du milieu médical et celui de criminalistes comme Bertillon, entré à la préfecture de Police comme simple employé de bureau au rang le plus subalterne. L’émergence puis les progrès de la photographie judiciaire, comme de la dactyloscopie et de l’ensemble des techniques policières scientifiques n’ont-ils pas participé à l’essor d’une vision enchantée de l’enquête occultant parmi le public le fait que celle-ci se résout encore essentiellement par des techniques « archaïques » comme l’enquête de voisinage, les informations transmises par des indicateurs, bref par le verbe plutôt que par l’image. Cette surévaluation de la technique sur l’humain figurait déjà parmi les controverses opposant Bertillon à ses adversaires. Ces quelques interrogations auraient sans doute mérité d’être posées.

4 Soulignons encore pour terminer tout l’intérêt de l’appareil iconographique, saisissant et éprouvant à consulter. Car le lecteur ne peut manquer d’être bouleversé par la contemplation fascinante de scènes de crime où la mort manifeste encore la violence qui l’a provoquée. Et l’on se sent parfois embarrassé d’entrer comme par effraction dans l’intimité de ces intérieurs dévastés. Philippe Charlier et Christian Hervé soulèvent à juste titre la question d’éthique dans la consultation et la diffusion de telles archives. Plus largement, cette question intéresse évidemment tous les historiens et en particulier ceux travaillant sur des archives contemporaines, notamment judiciaires et policières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Charlier (dir.), Seine de crimes : morts suspectes à Paris, 1871-1937, Monaco/Paris, Éditions du Rocher/Groupe Artège, 2015, 226 p.

Référence électronique

Laurent López, « Philippe Charlier (dir.), Seine de crimes : morts suspectes à Paris, 1871-1937 », Criminocorpus [En ligne], 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2986

Haut de page

Auteur

Laurent López

Laurent López (Centre d’histoire du XIXe siècle et Cesdip) a soutenu en 2012 une thèse de doctorat intitulée La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique (1870-1914), sous les directions de Jean-Noël Luc et Jean-Marc Berlière (université Paris-Sorbonne).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page