Navigation – Plan du site

Patrick Girod, Verdict Fin-de-siècle. L’affaire Pœckès, 23 juin 1913

Besançon, Éditions Cêtre, 2014, 200 p.
Jean-Claude Farcy
Référence(s) :

Patrick Girod, Verdict Fin-de-siècle. L’affaire Pœckès, 23 juin 1913, préface d’Arlette Farge, Besançon, Éditions Cêtre, 2014, 200 p.

Texte intégral

  • 1 Benoît Garnot, Une histoire du crime passionnel. Mythe et archives, Paris, Belin, 2014, p. 46-49 et (...)

1On sait que le crime passionnel, émergeant au XIXe siècle dans les représentations et peut-être également dans la réalité, est de tous les milieux sociaux1. L’affaire Pœckès s’y apparente pour une part, du moins au niveau de son traitement judiciaire, car le conflit qui en est à l’origine s’écarte nettement de la classique passion amoureuse trompée pour illustrer davantage la famille comme « nœud de vipères », selon le titre du roman de François Mauriac.

2Ce drame conjugal nous place, à la veille de la Première Guerre mondiale, dans la bonne société parisienne, celle de négociants fortunés. Le père de la victime, Léon Pœckès, a fait fortune dans le commerce de soieries et de lainages en gros. Travaillant au siège de sa société dans le quartier de la Bourse, il s’est fait construire un hôtel particulier à Saint-Mandé, avenue Daumesnil, en bordure du bois de Vincennes. Lors du mariage de son fils, Léon, en 1907 avec la fille d’un administrateur des Magasins du Louvre, les apports des époux dépassent chacun les 200 000 francs. Mariage arrangé, mettant en rapport deux familles de même milieu professionnel, l’union ne laisse guère de place à l’amour partagé. Dès les fiançailles, Suzanne Lafoy, exprime de fortes réticences et le dit vertement à son futur beau-père : souhaitant « être traitée comme une égale », elle n’a « pas l’intention d’épouser un militaire et par la même être commandée comme un soldat ». Revendication bien en rapport avec celles des féministes contemporaines mais qui semble aussi trahir une forte aversion envers Léon Pœckès. Domestiques, concierges, amis et membres des deux familles confirment tous la mésentente entre les époux, Suzanne se plaignant de la violence et de la folie de son mari, sans que des témoins puissent justifier ces accusations. Le 23 juin 1913, à leur résidence, rue Faidherbe à Saint-Mandé, six coups de feu réveillent à minuit concierge, propriétaire et domestique : Suzanne leur annonce, froidement, que son mari s’est suicidé.

3L’enquête judiciaire démontre rapidement que le suicide est impossible : Léon aurait dû se tirer dans le dos avec un revolver en position retournée, la gâchette actionnée avec le pouce. Le scenario présenté par Suzanne est incohérent et modifié à plusieurs reprises devant les objections qui lui sont faites, admettant finalement avoir tiré plusieurs fois pour se défendre, mais protestant toujours de son innocence. Jugée aux assises de la Seine à la fin de novembre 1913, elle est acquittée par le jury après un quart d’heure de délibération.

4Patrick Girod nous présente cette affaire en un récit passionnant, remarquablement écrit, doublé d’une analyse de juriste qui a parfaitement assimilé les publications contemporaines de l’événement comme les travaux des historiens. Ces derniers regretteront toutefois l’absence de mention des sources utilisées : il est plus que probable, pour qui a pratiqué les archives judiciaires, que le récit repose en grande partie sur les procès-verbaux de transport sur les lieux, interrogatoires de l’accusée et dépositions des témoins rassemblés dans le dossier de procédure de cette affaire. En déroulant le film des événements, des fiançailles à l’acquittement de Suzanne, il nous fait pénétrer dans l’intimité des familles concernées, leur vie quotidienne, au travail, dans les loisirs (goût de l’automobile, des excursions en montagne…) et montre bien le traumatisme créé par le procès pour la famille de la victime, Léon Pœckès père refusant de venir au procès, très affecté par le scandale d’une intimité familiale étalée au grand jour.

  • 2 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)

5L’étude vérifie naturellement l’importance du rôle de la presse et conforte amplement les travaux de Dominique Kalifa et Anne-Claude Ambroise-Rendu en la matière2. Dans leur quasi totalité les quotidiens jouent avant tout sur les registres de l’émotion et du mystère. On rappelle ainsi les drames ayant affecté le père Pœckès : décès de sa femme puis d’une de ses filles victime d’un accident au glacier de l’Argentière. Quant aux mobiles, passé un court moment où les journalistes présentent l’accusée comme volage et adultère, la conviction de la presse est rapidement faite : Suzanne est une martyre qui a vécu l’enfer avec un mari « détraqué », fou, dégénéré, reprenant les termes de l’accusée et de sa famille, en l’agrémentant de considérations pseudo-scientifiques sur la maladie en vogue à ce moment : la neurasthénie. L’auteur fait ici une fine analyse des débats scientifiques de l’époque autour des différentes formes de folie, de leur vulgarisation schématique dans les journaux et de leur impact aux assises.

6Quant à l’aspect judiciaire de l’affaire, il est relativement familier pour les historiens du long XIXe siècle. L’enquête doit faire avec une scène du crime effacée : au matin, le commissaire de police et le médecin l’accompagnant trouvent la victime recouverte d’un drap, la toilette mortuaire déjà faite. Il faut récupérer le revolver dans un tiroir où il avait été remisé. Sidération du drame, volonté d’éviter d’entacher l’honneur familial d’un côté, dissimulation de l’autre, sans doute. Le déroulement du procès est particulièrement intéressant. Déjà par la présence de notoriétés, le « petit juge » Bertulus – qui avait inculpé Esterhazy – devenu conseiller, préside les assises et Labori, l’avocat de Zola rappellent l’affaire Dreyfus et le journal l’Action française ne se fait pas faute d’y faire allusion. Mais Labori, avocat de la partie civile, s’abstient de plaider. C’est surtout la stratégie de la défense de l’accusée qui marque le procès : Henri Géraud déstabilise les témoins, crée le doute sur la culpabilité de sa cliente présentée comme la victime d’un déséquilibré et neutralise la partie adverse en arguant de l’honneur de la famille Pœckès à préserver (il a probablement incité l’accusée à écrire une lettre en ce sens à son beau-père, lettre publiée dans la presse) en mettant en avant l’avenir des enfants de Léon, stratégie dont il se fera une spécialité dans d’autres procès. Sa plaidoirie, prononcée dans un style emphatique, se termine dans les larmes, partagées sur les bancs du jury selon les journaux.

  • 3 L’auteur s’appuie ici – p. 161 – sur le témoignage d’André Gide.
  • 4 La démonstration en est faite dans la thèse de Guillaume Mickeler, La peine de mort et les travaux (...)
  • 5 René Benjamin, Le Palais et les gens de Justice, Paris, Fayard, 1919, 378 p.
  • 6 On prêtera aussi attention à l’impact du déclassement social présent en arrière plan de certains dr (...)

7La dernière partie de l’ouvrage (Dénis et arrangements) qui cherche à expliquer l’acquittement est certainement la plus intéressante pour l’historien qui retrouve là encore les interrogations qui sont les siennes. Il y a bien déni de réalité (le crime est certain) qui aboutit à nier la victime – absente, elle est disqualifiée par sa neurasthénie, symptôme de dégénérescence – et donc à nier également la culpabilité de l’accusée, au motif que, femme, elle n’a pas de mobile, en refusant de voir que devant la difficulté d’obtenir un divorce elle a pu en venir à une solution radicale. Ces constats reposent sur une analyse fine et pertinente des discours prononcés lors du procès, des articles de la presse, replacés dans le contexte des représentations de l’époque. Ce qui rend compte d’une indulgence ambiante à l’égard du crime passionnel et se traduit dans les décisions du jury dont l’auteur critique longuement les dérives. On le suivra certes pour ce qui est des crimes passionnels, mais moins pour l’ensemble des affaires que les jurés ont eu à connaître au long du XIXe siècle : loin d’être « retenus parmi les plus désœuvrés, les plus insignifiants3, » les jurés sont pour l’essentiel des notables dont les verdicts, tenant compte des circonstances des crimes et de la personnalité des accusés, ont contribué à atténuer et moduler la répression pénale en fonction de l’état de l’opinion tout au long du siècle4. L’auteur ajoute au climat d’indulgence et aux dérives du jury un dernier « arrangement », celui de la famille Pœckès qui renonce à la vengeance : répugnant à paraître en tant que témoins, conseillés par Labori, ses membres souhaitent au fond préserver l’honneur familial, témoignant d’une dignité contrastant avec l’attitude de Suzanne et de sa famille. Il est possible qu’on ait ici le reflet d’une différence de statut social et d’éducation. Certes les deux familles appartiennent à la bonne bourgeoisie, mais l’une est bien établie, conservatrice et très religieuse alors que le père de Suzanne se plait à dire qu’il a commencé comme simple commis aux Magasins du Louvre. Un statut social conquis à la force du poignet et une indifférence religieuse voire une proximité avec la Libre Pensée qui s’expriment dans le conflit opposant les protagonistes de l’affaire dès le moment des fiançailles. Sans adhérer à la vision de classe très schématique développée par René Benjamin, rendant compte de l’affaire en masquant les noms5 comme le relève l’auteur, la piste des itinéraires sociaux et de leur impact sur la conduite publique (ici en justice) est peut-être à prendre en compte6.

  • 7 Le titre – comme la préface d’Arlette Farge – insistent sur le climat « fin-de-siècle », sans doute (...)

8Au total donc un ouvrage passionnant, remarquable par sa présentation d’une affaire judiciaire et la pertinence de son analyse qui sera sans nul doute utile pour les historiens qui souhaitent se lancer dans une entreprise similaire. Il sera également médité par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la France de la Belle Époque7.

Haut de page

Notes

1 Benoît Garnot, Une histoire du crime passionnel. Mythe et archives, Paris, Belin, 2014, p. 46-49 et 58-62.

2 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 352 p ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, Petits récits des désordres ordinaires. Les faits divers dans la presse française des débuts de la Troisième République à la Grande Guerre, Paris, Éditions Seli Arslan, 2004, 332 p.

3 L’auteur s’appuie ici – p. 161 – sur le témoignage d’André Gide.

4 La démonstration en est faite dans la thèse de Guillaume Mickeler, La peine de mort et les travaux forcés à perpétuité devant la cour d'assises d'Eure-et-Loir (1811-1900), université de Paris Val-de-Marne, Faculté de droit de Paris Saint-Maur, 1999, dact., 882 f°.

5 René Benjamin, Le Palais et les gens de Justice, Paris, Fayard, 1919, 378 p.

6 On prêtera aussi attention à l’impact du déclassement social présent en arrière plan de certains drames familiaux. Dans un tout autre milieu social que celui évoqué ici, un exemple extrême est l’affaire d’assassinat de cinq enfants par leur père, analysée par Alain Denizet, L’affaire Brierre. Un crime insensé à la Belle Époque, préface d’Alain Corbin, Paris, Éditions de la Bisquine, 2015, 317 p.

7 Le titre – comme la préface d’Arlette Farge – insistent sur le climat « fin-de-siècle », sans doute en raison de l’excessive indulgence, du déni de la réalité, d’une sorte de démission des institutions face au crime. Ces traits ne sont pas propres, au plan judiciaire, à cette période. N’y a-t-il pas, par ailleurs, pour un drame se déroulant en 1913, une certaine confusion entre la « Fin de siècle » (fin du XIXe siècle) et la « Belle Époque » ? Ces deux chrononymes ne désignent pas tout à fait les mêmes représentations culturelles et médiatiques : voir le n° 52 (2016/1), à paraître, dirigé par Dominique Kalifa, de la Revue d’histoire du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Farcy, « Patrick Girod, Verdict Fin-de-siècle. L’affaire Pœckès, 23 juin 1913 », Criminocorpus [En ligne], 2015, mis en ligne le 12 juin 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2988

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Farcy

Jean-Claude Farcy, chercheur associé au Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne (Dijon), travaille sur l’histoire rurale et l’histoire de la justice de la France des XIXe et XXe siècles. Jean-Claude Farcy est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page