Navigation – Plan du site
Articles

Les archives de la déportation du capitaine Dreyfus

Danielle Donet-Vincent

Texte intégral

Allée centrale de l'Ile du DiableAfficher l’image
Crédits : Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré
  • 1 Voir Michel Drouin, Dictionnaire de l’Affaire Dreyfus, Paris, Flammarion, 2006, p. 635-725.
  • 2 Alfred Dreyfus, Lettres d’un innocent, Paris, Stock, 1898 ; Cinq années de ma vie, 1894-1899, Paris (...)
  • 3 Plus spécifiquement les écrits de Bernard Lazare, parus sous forme d’une plaquette de 24 pages impr (...)
  • 4 Voir Vincent Duclert, Alfred Dreyfus, l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006, p. 1193-1199 ; (...)
  • 5 Michel Drouin, op. cit. ; Vincent Duclert, op. cit. ; Ruth Harris, L’homme de l’île du Diable, Pari (...)

1Une longue série d’articles parus dans des revues scientifiques, d’ouvrages publiés en librairie, d’articles de presse, de fascicules spécialisés constitue la bibliographie de l’affaire Dreyfus, exceptionnellement abondante1. Ces études s’appuient sur des sources de différentes natures, dont l’essentiel est réparti dans plusieurs centres d’archives publiques. Il faut également considérer au rang des sources des ouvrages parus en librairie, tels la correspondance de Dreyfus2, ainsi que des opuscules édités au moment des faits3 et encore une masse considérable d’articles de presse rédigés au cours des années traversées par l’Affaire4. Or, le contexte général de l’Affaire – rendu autant que généré par la presse – a grandement pesé sur les mesures de surveillance prises à l’encontre de Dreyfus au cours de sa captivité à l’île du Diable. Le large fonds public, conservé aux Archives Nationales d’Outre-Mer, à Aix-en-Provence, et constitué de documents émanant essentiellement du ministère des Colonies et de l’Administration pénitentiaire, témoigne des rapports entre les soubresauts de l’Affaire et les à-coups de la surveillance du déporté. L’histoire même de ce fonds, resté longtemps secret, est révélatrice de l’impact de l’Affaire dans la société française, ceci bien au-delà de la date de réhabilitation de Dreyfus. Ce fonds est fondamental pour percevoir la personnalité de Dreyfus. Il l’est tout autant pour découvrir la spécificité extraordinaire, au sens premier du terme, des mesures de surveillance qui lui ont été imposées au fil des années de captivité. C’est ce fonds et ses liens avec les bouleversements de l’Affaire qui nous intéresse en premier lieu. À côté de ces éléments précieux, et de l’ensemble des documents originaux disponibles par ailleurs, et recensés de longue date5, subsiste un fonds privé beaucoup plus modeste resté inconnu jusqu’ici. Ce fonds, de même origine que les documents des Archives Nationales d’Outre-Mer, n’est ni répertorié ni étudié. Il subsiste également des papiers privés méconnus, non répertoriés, que nous avons eu la possibilité de faire entrer dernièrement dans l’espace public. L’histoire de ces documents demeurés inconnus complète et éclaire celle du fonds d’Aix en Provence. Le crime dont Dreyfus a été injustement accusé, alors que la défaite de 1870 est toujours présente dans les esprits, est apparu particulièrement odieux ; il a poussé, dès l’origine, à d’inhabituelles mesures d’isolement qui ont surpris jusqu’au personnel de l’Administration pénitentiaire. Puis, la violence des réactions, ainsi que la volonté politique d’étouffer le scandale, ont ouvertement renforcé la détermination des responsables ministériels à l’égard du Capitaine. Le dessein de tenir l’homme au secret dès son arrestation et plus encore après sa condamnation, a débouché sur des mesures de surveillance exceptionnelles dont l’Île du Diable, lointaine et minuscule terre verrouillée de vagues au sein de l’univers clos du bagne colonial, a été un lieu favorable.

La mise au secret des archives publiques de la déportation

  • 6 Le décès de Dreyfus a été redouté et a conduit les autorités locales, en accord avec Paris, à se fa (...)
  • 7 Voir Bertrand Joly, Histoire politique de l’affaire Dreyfus, Paris, Fayard, 2014.

2La volonté de rayer littéralement Dreyfus du monde s’est étendue à tous les papiers le concernant : la famille Dreyfus et les Français ne devaient rien savoir de l’île du Diable, et Dreyfus ne devait rien savoir du monde extérieur. Un contrôle inaccoutumé des papiers privés de Dreyfus, tels que sa correspondance – autant le courrier reçu que celui envoyé –, ses brouillons, ses notes personnelles, ses lectures, a été mis en place. Une vigilance jalouse a été portée aux documents émis par l’ensemble des services de l’Administration Pénitentiaire en charge du prisonnier. Ces mesures ne se sont pas retrouvées dans des proportions équivalentes à l’encontre des autres condamnés à la déportation. Le contrôle absolu de l’ensemble des documents se rapportant à la déportation du condamné et leur maintien au secret ont eu plusieurs buts : interdire tout plan d’évasion, toute communication secrète, toute tentative de corruption du personnel suspectée dès l’origine en raison de la fortune connue de la famille Dreyfus; il fallait briser Dreyfus, sans toutefois le conduire immédiatement à la mort6, en le tenant ignorant du déroulement de l’Affaire. Mais ces mesures appliquées aux documents-papiers, qui se sont poursuivies après le procès de Rennes et après la grâce présidentielle, ont eu aussi pour objectif de provoquer l’oubli général du sort infligé à un innocent. Nous dirions, en langage familier, qu’il fallait étouffer l’Affaire, d’autant plus impérativement que les remous provoqués avaient ébranlé jusqu’à la République encore mal assise sur ses bases7. Et pendant des décennies, les archives constituées de 1895 à 1899, ont été enfouies sous le secret, au point que les dossiers concernant la déportation de Dreyfus ont pu être considérés comme disparus.

  • 8 "La détention du capitaine Dreyfus à l’île du Diable, d’après les archives de l’Administration péni (...)

3Jean-Denis Bredin, dans son ouvrage l’Affaire, paru en 1983, écrit que les documents concernant la déportation de Dreyfus ont été détruits en 1906. En réalité, le fonds sur la déportation de Dreyfus, existe toujours. Il est conservé aux Archives Nationales d’Outre-Mer, à Aix-en-Provence, parallèlement à un ensemble de journaux relatifs à l’Affaire classés dans la série Affaires politiques, sous les numéros 3631 à 3635. Le fonds sur la déportation est composé de cartons classés dans la même série Affaires politiques ; ils portent les numéros 3350 à 3363. Leur contenu est microfilmé depuis le début des années 1990. Un article de Marie-Antoinette Menier (1919-2008), conservateur de 1945 à 1985, paru en 1977 dans la Revue française d’histoire d’Outre-Mer8, décrit rapidement le contenu de cet ensemble et en établit la genèse. Le fonds peut, selon son analyse, se diviser en trois grands groupes dont deux sont composés de papiers rapatriés de Guyane.

  • 9 Les commandants ayant eu la responsabilité de l’île du Diable pendant la déportation de Dreyfus ont (...)

4Le premier d’entre eux est formé par les archives du Commandant supérieur des Iles du Salut9, dont relevait l’Ile du Diable ; ces archives portent uniquement sur la déportation de Dreyfus. On y trouve en particulier la copie des rapports mensuels du Commandant concernant Dreyfus, de juillet 1896 à juin 1899.

  • 10 Les directeurs de l’Administration pénitentiaire ayant été en poste pendant la déportation de Dreyf (...)
  • 11 Les gouverneurs ayant été en poste pendant la détention de Dreyfus ont été Camille Charvein, Henri (...)
  • 12 Les ministres ayant été en charge des Colonies pendant la déportation de Dreyfus ont été Chautemps, (...)

5Le second renferme les papiers issus de l’Administration pénitentiaire, à Cayenne10. Il comprend notamment l’ensemble de la correspondance de l’Administration pénitentiaire, du Gouverneur11, du ministre des Colonies12 ainsi que les documents se rapportant à la surveillance de l’île du Diable : passages de navires suspects, fuites dans la presse parisienne d’informations sur Dreyfus et l’île du Diable. Plusieurs lettres du couple Dreyfus ainsi que des livres ayant été adressés à Dreyfus, dont plusieurs ouvrages religieux, y sont encore visibles.

  • 13 La gestion des bagnes, déportation comprise, après avoir relevé du ministère de la Marine, a relevé (...)

6La troisième partie du fonds provient du service du ministère des Colonies en charge, à Paris, de la gestion du bagne13. Outre la correspondance échangée par le Ministre des Colonies avec les ministères de la Guerre et de l’Intérieur, cette partie du fonds comprend des pièces telles que des lettres de Dreyfus à différentes personnalités, des lettres de Madame Dreyfus aux différents ministères et responsables de l’Administration pénitentiaire, des papiers se rapportant à des incidents en rapport immédiat avec la détention de Dreyfus, etc.

  • 14 France, Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Af. Pol. 3355, Lettre du 11 mars 1 (...)
  • 15 ANOM, Af. Pol. 3359
  • 16 À l’issue du procès de Rennes, le 9 septembre 1899 Dreyfus est condamné à 10 ans de détention. Il s (...)
  • 17 ANOM, Af. Pol. 3352

7La lecture des dossiers présentés par Marie-Antoinette Menier permet de constater que les nombreux papiers provenant de Guyane sont arrivés progressivement à Paris, au fil de la captivité de Dreyfus et des cahots de l’Affaire. L’attente du procès en révision s’est accompagnée du transfert des pièces détenues par le ministère des Colonies au ministère de la Guerre, tandis que les suites du procès de Rennes ont provoqué leur retour aux Colonies puis amené le retrait d’un certain nombre d’éléments. L’obsession du secret et la recherche d’un code secret entre Dreyfus et son entourage familial, ont conduit à des détournements de lettres rédigées par Dreyfus, ou qui lui sont destinées, dès l’arrivée du condamné aux Iles du Salut. Certaines lettres et télégrammes ont été recopiés, et leurs textes parfois modifiés avant leur remise à leurs destinataires. Toute la correspondance destinée à Dreyfus a été filtrée par le ministère de la Guerre dès le début de sa détention14. Avec l’aval de la Guerre, le ministère des Colonies faisait ensuite suivre vers la Guyane. Néanmoins, à plusieurs reprises, les Colonies ont intercepté des lettres autorisées par la Guerre15. Tout ce qui pouvait simplement évoquer l’Affaire aux yeux des responsables, tout ce qui paraissait ambigu, provoquait la saisie du courrier. Le fonds existant aujourd’hui comprend plusieurs des lettres ainsi interceptées ; d’autres ont été rendues à Dreyfus après la grâce accordée par le Président de la République16, nous le verrons plus loin. Le rapport mensuel du Commandant des îles a été envoyé très ponctuellement au ministère des Colonies, via le directeur de l’Administration pénitentiaire et le Gouverneur. Après le 3 février 1897, ces envois, acheminés précédemment par voie anglaise, sont exclusivement effectués par courrier français, suivant l’ordre reçu17. Le 8 octobre 1895 le Gouverneur de la Guyane a envoyé à Paris le Journal rédigé par Dreyfus depuis le 14 avril 1895 jusqu’au 10 septembre ; il l’accompagne de ses commentaires :

Ce journal est en double expédition : un brouillon et une copie. À la fin de la copie le déporté demande à M. le Président de la République que son journal soit remis à sa femme ainsi qu’il en a été fait mention à la première page servant de couverture. La lecture de ce document n’offre rien de particulier ni d’intéressant. C’est la reproduction presque textuelle des diverses lettres adressées à Mme Dreyfus par le déporté.

  • 18 ANOM, Af. Pol. 3351.
  • 19 ANOM, Af. Pol. 3353.
  • 20 ANOM, Af. Pol. 3353.

8L’envoi comprend également « une série de cahiers remplis par le condamné et qui ne contiennent guère que les minutes de sa correspondance ainsi que quelques études d’anglais insignifiantes18 ». Une dépêche du 2 mars 1898, signée du Ministère des Colonies, ordonne au Gouverneur de faire envoyer à Paris tous les papiers concernant Dreyfus, papiers jusqu’alors conservés par le responsable des îles du Salut : toutes les lettres écrites au Commandant, soit par Dreyfus soit par sa famille, tous les billets et lettres rédigés par Madame Dreyfus accompagnant ses envois d’argent à son mari, toutes les commandes faites par Dreyfus (vivres, vêtements, matériel et livres), tous les brouillons de lettres, toutes les enveloppes, toutes les lettres inachevées, tous les cahiers dont disposait Dreyfus et qu’il avait remplis de calculs, de dessins, de brouillons. En tout, huit paquets sont préparés par le commandant Deniel, alors en charge de l’île du Diable, et remis au Directeur de l’Administration pénitentiaire qui transmet au Gouverneur ; y sont joints les circulaires et règlements concernant la déportation de Dreyfus. Le Docteur Renaud, Commissaire du Gouvernement à bord du steamer Calédonie reçoit ces papiers soigneusement emballés dans une caisse scellée et cachetée, le 31 mars 189819. À partir de cette date, tous les papiers réglementairement saisis à Dreyfus, toutes les lettres qu’il envoie aux responsables locaux, ses commandes, etc. sont expédiés mensuellement sous pli fermé et cacheté. Le Gouverneur précise à cette occasion, sans donner de précisions, que cette mesure avait déjà été appliquée « depuis quelque temps20 ».

  • 21 ANOM, Af. Pol. 3355, Lettre du Gouverneur au ministre, 29 août 1895.
  • 22 ANOM, Af. Pol. 3356.

9Parallèlement, un luxe de précautions a entouré l’ensemble des papiers administratifs touchant à Dreyfus, à sa vie sur l’île du Diable, sa surveillance et ses gardiens. Ces prudences n’ont pas empêché des divulgations par la presse, divulgations qui ont systématiquement provoqué un échange très tendu de correspondance entre Paris et la Guyane et accru la surveillance du condamné et des surveillants. Dès juin 1895, des photographies paraissaient : Le Journal du 1er juin 1895 publie un cliché de l’île du Diable au moment précis où le Ministre de tutelle reçoit les clichés originaux. Des explications sont demandées à Cayenne. Le ton monte immédiatement entre le Gouverneur et le ministère des Colonies qui se voit ouvertement accusé par Cayenne d’être responsable21. En mai 1897, un des surveillants de Dreyfus, signale à l’inspecteur des colonies Lepreux un article du Petit Var du 18 février 1897, qui décrit parfaitement la vie à l’île du Diable. Lepreux accuse le surveillant-chef d’avoir fourni les informations. Relevé de son service à l’île du Diable, officiellement pour raison de santé, Lepreux quitte la Guyane le 3 septembre 1897. À son arrivée à Saint-Nazaire, le 23 septembre, il est immédiatement conduit au ministère pour y être entendu22. Vérignon, directeur de l’Administration pénitentiaire à Cayenne, est accusé d’avoir donné des informations au journal Le Combat, en août 1897 ; rappelé par Paris, il est débarqué à Nantes sans passer par le port, et conduit immédiatement au Ministère.

  • 23 ANOM, Af. Pol. 3352.
  • 24 ANOM Af. Pol. 3356, Lettre du Gouverneur, 18 octobre 1897 ; lettre des Colonies, 27 octobre 1897.

10En septembre 1897, le directeur de l’Administration pénitentiaire semble découvrir l’existence des cahiers de service des surveillants préposés à l’île du Diable. Toutes les consignes de surveillance, tous les faits et gestes de Dreyfus y sont réglementairement notés, jour après jour. Redoutant la divulgation de ces informations, le directeur ordonne que les cahiers soient recherchés et détruits ce qui, pendant plusieurs semaines, provoque une véritable chasse-poursuite car certains surveillants ne sont plus affectés à l’île du Diable. Cayenne est très embarrassé car Paris se fait très pressant ; l’exaspération perce de part et d’autre jusqu’à ce que Cayenne déclare toutes les notes des surveillants détruites23. La lecture des documents se rapportant à cet épisode fait douter de la véracité de cette déclaration ; rien toutefois ne permet d’étayer le soupçon. L’accès à un fonds privé, que nous retrouverons plus loin, nous permet d’affirmer que la déclaration de Cayenne était bien inexacte. Les surveillants ont interdiction d’évoquer la vie sur l’île du Diable dans leur correspondance privée ; leurs envois et réceptions de lettres sont surveillés. Lorsque des télégrammes déclarés « suspects » arrivent de métropole pour des particuliers vivant en Guyane, Paris est alerté ; le ministère des Colonies demande alors une enquête à la préfecture de Police et au sous-secrétariat d’État des Postes24.

11Toutes ces mesures de contrôle du personnel tissent autour de l’île du Diable un filet qui renforce le réseau des contraintes imposées directement à Dreyfus, parmi lesquelles la restriction de son espace d’évolution avec la construction d’une barricade de plus de 2 mètres de haut, de ses gestes avec l’emploi de la « double boucle » qui maintient l’homme immobile sur son lit, tel un insecte épinglé par un entomologiste devenu fou. L’île du Diable est changée en nasse pour Dreyfus, en un lieu étroit qui paraît rétrécir chaque jour davantage, tel une peau de chagrin cruelle abandonnée en mer tropicale. Le fonds constitué dans ces conditions montre un contexte général de suspicions, de surveillances obsessionnelles, de dénonciations, de manœuvres, de tensions violentes, lié aux ébranlements de l’Affaire et aggravé par la personnalité de quelques responsables locaux dont le Commandant Deniel fait partie. Le fonds conservé, par sa forme autant que par son contenu, s’inscrit dans l’histoire de l’Affaire.

  • 25 ANOM, Af. Pol. 3353.
  • 26 ANOM, Af. Pol. 3354, Lettre du 16 avril 1899.

12Toujours dans l’obsession du secret, les pièces administratives se rapportant à la déportation sont l’objet d’une attention renforcée de Paris qui, lassé des indiscrétions qui paraissent dans la presse et alimentent les campagnes en cours, envoie en Guyane, à la fin de l’année 1897, deux armoires de fer munies de serrures de sécurité pour renfermer les papiers qui concernent la déportation. L’une de ces armoires est destinée au directeur de l’Administration pénitentiaire, à Cayenne. La seconde est envoyée chez le Commandant des îles du Salut. Ordre exprès est donné de tenir en permanence ces armoires fermées à clé, et le directeur de l’Administration pénitentiaire comme le commandant des îles sont mis dans l’obligation de garder la clef sur eux25. De nouvelles indiscrétions étant parues dans les journaux parisiens, Paris se tourne vivement vers Cayenne en avril 1899. Le ton monte rapidement : les Colonies mettent en cause le Directeur de l’Administration pénitentiaire et le responsable des Iles. Les deux hommes rappellent alors avec fermeté qu’ils sont seuls à s’occuper des papiers de Dreyfus, n’employant ni secrétaire, ni copiste, n’établissant pas de doubles, transmettant par courrier français, utilisant des plis fermés et scellés. « Tous les documents sont enfermés dans l’armoire à serrer dont la clef est toujours sur moi », écrit le Commandant Deniel avec une impatience certaine, témoignant ainsi de l’usage effectif des armoires de sûreté26.

  • 27 ANOM, Af. Pol. 3358.

13Les papiers Dreyfus, à l’image de l’homme condamné, sont prisonniers de l’Administration pénitentiaire coloniale et du ministère des Colonies. Les dates des événements touchant au déroulement de l’Affaire et aux indiscrétions de la presse sont en rapport quasi immédiat avec celles de mise en place ou de renforcement des mesures de surveillance étendues à ce qui va constituer les archives qui nous sont parvenues. Le 10 juin 1899, le retour de Dreyfus étant désormais prévu, le ministère des Colonies fait parvenir au ministre de la Guerre les documents qu’il détient concernant la famille Dreyfus. Le Journal de Dreyfus, qui avait été expédié à Paris en octobre 1895, 34 cahiers emplis en totalité ou en partie, un paquet de lettres originales et de papiers divers saisis au prisonnier, des enveloppes, des brouillons, des lettres et cartes qui lui étaient destinées venues de l’étranger, des publications religieuses, etc. composent cet envoi. Le 13, la Guerre exige la remise d’une lettre originale dont elle n’avait reçu que le fac-simile, aujourd’hui toujours visible dans le fonds. Le 19, deux lettres, dont une de Dreyfus au Gouverneur, s’ajoutent à cette remise de documents27. Il n’est pas question alors des documents administratifs détenus en Guyane.

  • 28 ANOM, Af. Pol. 3354.
  • 29 Madame Lucie Dreyfus est née Hadamard.
  • 30 ANOM, Af. Pol. 3354
  • 31 Cette loi, votée le 27 décembre 1899, amnistie toutes les personnes liées à l’Affaire. Dreyfus, à s (...)

14Après le procès de Rennes et la grâce accordée à Dreyfus, un échange de courriers tantôt embarrassé tantôt crispé, a lieu entre le Ministre de la Guerre et celui des Colonies, du 31 mai au 7 juin 1900. Il est finalement décidé que le fonds toujours détenu par la Guerre doit être versé au service des Affaires pénitentiaires du ministère des Colonies. Les caisses renfermant ces pièces sont déposées au ministère des Colonies, rue Oudinot, le 7 juin 190028. Le 24 septembre de la même année, Dreyfus demande au ministère des Colonies la restitution de ses papiers privés : lettres originales de sa femme qui avaient été saisies et/ou recopiées, et l’ensemble de ses documents privés, tels que notes, cahiers et brouillons. La requête embarrasse les Colonies. Consulté, le Garde des Sceaux la juge recevable et le fait savoir aux Colonies par lettre du 16 octobre. Le 20, le ministère des Colonies en informe Dreyfus par courrier, sous double enveloppe, adressé à M. Hadamard29. Le 23, Dreyfus donne procuration à M. Hadamard pour retirer les documents, ce qui est fait le 26 octobre 190030, quelques semaines avant la promulgation de la loi d’amnistie générale31. Cependant, oubli ou volonté délibérée, des originaux se trouvent actuellement dans le fonds Dreyfus.

  • 32 La demande en révision est jugée recevable en mars 1905.
  • 33 ANOM, Af. Pol. 3350.
  • 34 Marie-Antoinette Menier, op.cit.

15Nous savons que le retour de Dreyfus, la grâce octroyée par le Président Loubet, et la loi d’amnistie générale n’ont pas fait disparaître l’Affaire des esprits et de la presse. L’intervention de Jaurès à la Chambre, en avril 1903, l’ouverture d’une enquête au ministère de la Guerre, qui débouchera sur l’ouverture en révision du verdict de Rennes32, tiennent éveillé l’intérêt pour l’ancien déporté. Par lettre du 4 mars 1904, alors que les discussions politiques n’ont cessé de se succéder au cours des mois précédents, le Gouverneur de la Guyane informe le Ministre des Colonies de l’existence à Cayenne d’un grand nombre de dossiers concernant Dreyfus. Bien que ces papiers soient dans une « caisse de sûreté », c’est-à-dire dans l’armoire en fer envoyée de Paris en 1897, le directeur de l’Administration pénitentiaire pense nécessaire de les détruire, ce que refuse le Gouverneur. À la demande de Paris, la totalité des pièces signalées, placées dans une caisse en zinc soudée, elle-même mise dans une caisse en bois scellée afin de prévenir les indiscrétions toujours redoutées, est embarquée à bord de La Loire et remise à Nantes, le 27 août 1904, au chef du service colonial33. Il n’y a plus alors officiellement de documents concernant Dreyfus en Guyane. Nous ne savons pas à quel moment ces caisses ont été ouvertes. Cependant, déposés dans un coffre-fort du service intérieur du ministère des Colonies, les papiers y sont restés confinés jusqu’au 28 avril 193834. À l’ouverture du coffre-fort, les liasses et enveloppes – encore ficelées et en paquets scellés – ont révélé leur importance historique. Le sujet paraissait-il toujours sensible pour que le conservateur des archives coloniales fasse passer cet ensemble du coffre-fort à « l’armoire de fer » abritant les documents sensibles du département ? Il faut attendre 1971 et l’intervention de Marie-Antoinette Menier pour que « l’armoire de fer » soit ouverte et qu’un début de classement s’amorce. Quatre ans plus tard, ce travail n’était pas achevé. Les papiers entourant Dreyfus et l’Affaire sont ainsi allés d’armoire de fer en armoire de fer, de captivité en captivité, avant d’attirer l’attention d’une historienne. Marie-Antoinette Menier est la première à avoir travaillé sur ces documents retraçant la vie de Dreyfus pendant sa déportation. Lors de la communication de ses recherches, elle a regretté que les historiens ne se soient pas intéressés aux années de détention de Dreyfus. Elle a souligné le fait que, malgré la bibliographie alors déjà très vaste, la référence à ces archives n’ait jamais été faite. Nous savons que ce fonds, essentiel pour cerner la personnalité de Dreyfus – et prendre la mesure des contraintes exceptionnelles qui lui ont été imposées – n’a été étudié dans les articles et ouvrages historiques que depuis une vingtaine d’années.

La dispersion des archives privées de la déportation

16Après avoir déclaré les dossiers Dreyfus détruits, Jean-Denis Bredin fait référence à un ouvrage inédit, rédigé en 1960 par A. B. Marbeau, retraçant la vie de Dreyfus pendant sa captivité en Guyane. J. D. Bredin ne précise ni le lieu de conservation de ce document ni qui était Marbeau. Il affirme que cette étude a été réalisée à partir de brouillons et notes prises par certains gardiens, notes qui auraient été découvertes dans « un cabanon à l’île du Diable ».

La seconde des cabanes occupées par Dreyfus

La seconde des cabanes occupées par Dreyfus

Un auvent a été ajouté et la palissade de bois qui surmontait le mur de pierre a disparu. Pastel réalisé par Ubaud.

Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré

  • 35 ANOM, série H, n° 4527 A.
  • 36 Ubaud a laissé des souvenirs de ses années militaires.
  • 37 La ville de Saint-Laurent du Maroni n’avait pas de Conseil municipal élu.

17Nos recherches dans un fonds privé jamais exploité et mis généreusement à notre disposition en 2002, nous permettent d’affirmer que Marbeau est le pseudonyme d’Albert Ubaud (1888-1964), ancien fonctionnaire civil de l’Administration pénitentiaire coloniale, esprit vif, talentueux et curieux qui a rassemblé une documentation sur l’ensemble du bagne et sur la vie dans la Colonie. Il a rédigé une série de récits sur le bagne, peint de petites toiles sur la vie guyanaise qu’il signait du nom de Marbeau. Son dossier conservé aux Archives Nationales d’Outre-Mer35 présente un fonctionnaire « intelligent et travailleur, de bonne éducation » et « bonne tenue ». Un différend l’oppose au directeur Valent qui, en 1934, lui reproche d’être « trop vaniteux », ce que les notations postérieures, toujours très favorables, ne reprennent pas. Sa carrière dans l’Administration pénitentiaire a commencé en 1926, après 18 ans de service dans l’Armée, dont quatre années de guerre active et plusieurs campagnes contre l’Allemagne, avec le grade de sous-officier dans le Génie36. Au sein de l’Administration pénitentiaire, Albert Ubaud est passé du rang de commis de 3e classe à celui de commis principal de 1ère classe. Il avait fait des études secondaires mais n’avait aucun diplôme car il avait vécu toute sa jeunesse de fils de fonctionnaire civil de l’Administration pénitentiaire en Nouvelle Calédonie où les diplômes n’étaient alors pas délivrés, nous dit-il. Cette situation et son échec au concours de chef de bureau, en 1937, ont entravé sa progression, ce qui ne l’a pas empêché d’être nommé maire de Saint-Laurent du Maroni37 et de terminer sa carrière en 1943 comme commissaire rapporteur près le Tribunal Maritime Spécial. Il a reçu la Médaille Interalliée, et la Croix du Combattant. Il était chevalier de l’ordre du Nichan Iftikar, décoration tunisienne, et chevalier du Dragon d’Annam, décoration créée par le Ministre de la Marine en 1884, et attribuée aux personnes ayant œuvré au développement colonial. Proposé au grade de chevalier de la Légion d’honneur à plusieurs reprises, il n’obtiendra cependant pas cette distinction.

  • 38 Danielle Donet-Vincent, De soleil et de silences : Histoire des bagnes de Guyane, Paris, La Boutiqu (...)
  • 39 Danielle Donet-Vincent, Il était une fois le bagne colonial : Vie d’un fonctionnaire civil de l’adm (...)

18Les documents rassemblés par Ubaud nous ont été confiés temporairement par sa fille, Jacqueline Ubaud-Anjot. Ce fonds exceptionnel a permis d’enrichir notre étude des bagnes de Guyane, parue en 200338. La richesse et l’originalité de ce fonds ont débouché sur la publication d’une partie des souvenirs de l’ancien fonctionnaire parue en 2012 sous le titre Il était une fois le bagne colonial : vie d’un fonctionnaire civil de l’Administration pénitentiaire, entre Nouvelle-Calédonie, Guyane et Afrique (1890-1945)39. Les documents dont nous étions dépositaire ont été offerts au musée Ernest Cognacq, à Saint-Martin-de-Ré. Nous y avons joint un ensemble iconographique, pastels et dessins réalisés par Ubaud, qui nous avait été donné en propre, car il nous paraissait important de ne pas détruire l’unité du fonds Ubaud. Parmi les documents remis au Musée au nom de la fille d’Ubaud, se trouve le volume consacré à la captivité de Dreyfus évoqué par J. D. Bredin. Dans ses souvenirs, Ubaud raconte qu’en 1933 il a été affecté :

au 2e bureau [….]. C’est au 2e bureau, section transportation-relégation-déportation que je découvris au cours d’investigations personnelles dans les archives, car j’ai le défaut d’être curieux et observateur, la chemise du dossier pénal de Dreyfus Alfred […]

19Il rédige alors le volume auquel fait référence J. D. Bredin. Il se rend à l’île du Diable, photographie, contre les règlements en vigueur, les lieux habités par Dreyfus, les restes de bâtiments mis en place pour sa surveillance, les constructions dévolues aux condamnés qui ont succédé à Dreyfus. Il photographie la page de couverture du premier carnet de rapports journaliers du commandant Bouchet, daté du 13 mars 1895. Il inclut ces clichés dans son récit dans lequel il reprend les rumeurs erronées entourant le séjour forcé de Dreyfus en Guyane. Il affirme ainsi que le reste des dossiers Dreyfus a été détruit en 1906, date reprise par J. D. Bredin. Il donne néanmoins des indications confirmées par les documents se trouvant aujourd’hui aux Archives Nationales : précisions, par exemple, sur le lieu exact de détention provisoire à l’Ile Royale, ou sur le comportement du personnel de surveillance.

20À propos de la surveillance, il déclare que plusieurs cahiers de service de surveillants affectés à la garde de Dreyfus ont été découverts, par hasard, en 1902, à l’île du Diable. Nous avons déjà dit notre scepticisme à ce propos en raison d’une part, des incidents qui ont entouré la recherche de ces cahiers, en 1897, et, d’autre part, en raison du climat de la région, chaud et humide, peu propice à la bonne conservation de papiers abandonnés. Dreyfus s’est du reste plaint de la détérioration de ses livres. Il faut rappeler qu’Ubaud a connu plusieurs anciens gardiens de Dreyfus. Sa famille a gardé des relations amicales avec certains d’entre eux, et avec le Commandant Jules Bravard, qui a été en poste aux Iles du Salut du 4 mars au 31 octobre 1896, a poursuivi sa carrière en Nouvelle-Calédonie où il s’est lié avec la famille Ubaud, avant de revenir en Guyane et d’y prendre la direction de l’Administration pénitentiaire, à Cayenne. Les familles Ubaud et Bravard sont restées en contact. Ces cahiers, quelle que soit leur origine, ont échappé au contrôle exigé par Paris et à la destruction affirmée par Cayenne. Ils existent toujours et ils ne sont pas inclus dans le fonds offert à Saint-Martin-de-Ré car ils ont été remis à la famille Dreyfus par la fille d’Ubaud. Nous avons eu le privilège de les consulter chez la petite-fille de Dreyfus, Madame Perl, aujourd’hui décédée, et de constater leur état de conservation satisfaisant.

21Le contenu de ces cahiers complète ce que les archives d’Aix-en-Provence nous ont appris du sort infligé à Dreyfus. Mais leur existence constitue un fait capital dans l’histoire des relations entre la colonie pénale et Paris : elle prouve le décalage entre les ordres parisiens et le fonctionnement en Guyane de l’Administration pénitentiaire. Ce décalage, qui a été mis en relief à plusieurs reprises dans l’histoire du bagne, a perduré à propos de Dreyfus malgré le régime spécifique et particulièrement sévère élaboré par Paris. L’existence de ces cahiers démontre que le directeur de l’Administration pénitentiaire et le Gouverneur ont pu taire à Paris, en dépit des pressions exercées, des faits concernant Dreyfus. Nous ne saurons sans doute jamais avec certitude si le silence à propos des cahiers a été volontaire ou non.

Couverture du registre établi par Ubaud sur la déportation de Dreyfus

Couverture du registre établi par Ubaud sur la déportation de Dreyfus

Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré

Page de garde du registre

Page de garde du registre

L'écriture est celle d'Ubaud.

Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré

  • 40 Vincent Duclert, op. cit. p. 531-549.

22Ubaud, à la fin des années 1950, a cherché à faire publier ses pages sur Dreyfus. Il n’a pas trouvé d’éditeur. Sa fille attribue cet échec aux manques de relations d’Ubaud dans le monde de l’édition. Vincent Duclert40 rappelle les lenteurs mises à officialiser la reconnaissance de l’innocence de Dreyfus et à honorer sa mémoire. Cette situation, plus que les maladresses du travail d’Ubaud, jointe au désintérêt pour le bagne définitivement fermé en 1953, ont très vraisemblablement joué contre Albert Ubaud. Ce document demeure néanmoins intéressant : il confirme l’accès d’Ubaud aux papiers concernant Dreyfus. Il prouve que, contrairement à ce qui a été écrit en 1904, la totalité des documents si jalousement surveillés n’a pas été rapatriée. Est-ce à dire que les précautions fébrilement dictées par Paris paraissaient inutiles ou dérisoires en Guyane ?

  • 41 Danielle Donet-Vincent, La fin du bagne, Rennes, Éditions Ouest-France, 1992 ; Danielle Donet-Vince (...)

23Ubaud quitte définitivement la Guyane en 1943 ; il emporte son travail sur la déportation du Capitaine, et laisse sur place les dossiers Dreyfus. Lorsque le lieutenant-colonel Xavier Sainz (1902-1986), médecin militaire, arrive en Guyane en juillet 1943, il est chargé d’améliorer le sort des condamnés présents sur le sol de la colonie pénale, et, à terme, de fermer définitivement le bagne41. Il s’attelle courageusement à sa tâche, en un temps de fin de guerre qui voit s’entremêler les intérêts politiques et les questions humanitaires à propos du bagne. Les difficultés auxquelles il est confronté ne lui interdisent pas de se pencher, à son tour, sur le cas du capitaine Dreyfus. Comme Ubaud, il établit un mémoire sur la captivité de Dreyfus en se fondant sur les documents alors présents en Guyane. Comme Ubaud, il cherche plus tard, sans succès, à le faire publier. Mais Sainz voit le bagne se réduire puisque tel est le but de sa mission : diminution du nombre des forçats peu à peu rapatriés, baisse de l’effectif des surveillants et fonctionnaires. Il voit les différents services administratifs de l’Administration pénitentiaire s’amenuiser, condamnés à disparaître avec la fin organisée du bagne. Les archives doivent logiquement être rapatriées mais il constate, comme tous les témoignages le confirment, que le contenu de cartons entiers de documents est éparpillé, voire brûlé sur place. Il décide de sauver les papiers Dreyfus et les emporte lorsqu’il quitte la Guyane, le 16 juin 1946. A-t-il pu sauver tous les papiers ou une partie lui paraissant plus intéressante ? Nous ne le savons pas.

24Le fils du Colonel Xavier Sainz, Jean-Louis Sainz, retrouve ces documents à la mort de son père et les emporte en Suède, où il réside de façon permanente. Plusieurs années après, il dresse un inventaire dans lequel figurent, en particulier, quatre registres comprenant respectivement 37, 76, 59, et 139 feuillets. Il s’agit de copies de la correspondance administrative et des notes des surveillants en charge de Dreyfus du 17 février 1895 au 14 juillet 1899. D’autres documents sont listés par Jean-Louis Sainz, tels que 66 feuillets contenant la copie des consignes, décisions et rapports sur la déportation du 7 mai 1895 au 31 décembre 1898. Aux copies, dont nous ne donnons ici que quelques exemples, s’ajoute une liste de 20 documents originaux portant sur les commandes de Dreyfus (vêtements, livres, etc.), sa correspondance, ses réclamations. Figurent également des rapports sur la surveillance, des notes sur le service, etc. La période couverte par ces derniers documents s’étend de mars 1895 à octobre 1896.

  • 42 Courriel Jean-Louis Sainz, 14 juin 2014.
  • 43 Courriel de Jean-Louis Sainz, 6 juillet 2014.
  • 44 Cet établissement a été inauguré en novembre 2014.

25Jean-Louis Sainz est entré en contact avec nous en juin 2007 ; il souhaitait le retour en France de ces papiers et, dans ce but, les a proposés au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, rue du Temple, à Paris. Il y a déposé ses dossiers qui lui ont été rendus, sans explications, semble-t-il, au bout de plusieurs mois42. Surpris, autant que chagriné, Jean-Louis Sainz a alors proposé ses documents à la Ville de Saint-Laurent-du-Maroni43 qui préparait une exposition permanente sur l’histoire du bagne, dans les anciens bâtiments de la transportation44. En attendant la réponse de Saint-Laurent, il a proposé de nous confier temporairement ce fonds dans le but de l’étudier, ce que nous n’avons pas pu accepter, le temps imparti nous paraissant trop bref pour un travail valable. Jean-Louis Sainz souhaitait faire mieux connaître le rôle de son père dans la fermeture du bagne et faire connaître également l’ensemble de sa carrière de médecin militaire. Il a rédigé pour ce faire une biographie en suédois et espérait la faire traduire en français, malgré, disait-il, le caractère « romancé » de son travail. Jean-Louis Sainz est décédé le 8 septembre 2014 sans que ses projets aient abouti et sans que le devenir du fonds constitué par son père soit fixé, à notre connaissance. Ces documents existent-il toujours ? Nous n’avons pas pu garder de contact avec la famille de Jean-Louis Sainz et nous ignorons si ce fonds a pu enfin réintégrer la France.

26Nous n’avons pas vu la totalité des archives de Jean-Louis Sainz. Cependant, l’origine des documents authentiques que nous avons eus en main ne fait aucun doute. Les pages que nous avons parcourues, si elles ne bouleversent pas la connaissance générale que nous avons du sort de Dreyfus, complètent le contenu des Archives Nationales, en particulier en ce qui concerne le quotidien de la vie du prisonnier, cette zone du concret autant que du sensible qui ne modifie en rien l’histoire de l’Affaire mais dans laquelle transparaît une humanité niée par les mesures de surveillance, et se révèle un courage exceptionnel surmontant les vacillements intermittents du cœur et de l’esprit. L’existence de ces pièces d’archives, comme celle des cahiers de surveillance sauvés par Ubaud, met en relief la distance entre les ordres parisiens et la réalité de la vie de l’Administration pénitentiaire en Guyane à propos de Dreyfus. Elle prouve la curiosité et l’intérêt resté vifs au cours du temps pour ce qui touche à l’Affaire et à Dreyfus.

27Dreyfus a été le lien entre un simple fonctionnaire civil de l’Administration pénitentiaire arrivé en Guyane en 1926, et un directeur des services pénitentiaires coloniaux envoyé dans la colonie en 1943 pour fermer le bagne. Tous deux, malgré des origines sociales différentes, des formations intellectuelles sans commune mesure, et des fonctions administratives dissemblables, ont eu la même démarche : ouvrir des dossiers négligés, chercher à les sauver, marcher sur les pas de l’homme injustement condamné, faire connaître le sort monstrueux imposé par la France à un déporté innocent. Ce dernier point est d’autant plus intéressant que les deux hommes appartenaient à l’administration qui avait mis en œuvre le système de surveillance de Dreyfus et qu’ils se sont montrés, tous deux, d’une parfaite conduite dans l’exercice de leurs fonctions au sein de l’Administration pénitentiaire. Le respect de leurs obligations professionnelles ne leur a pas interdit le recul nécessaire pour percevoir les composantes exceptionnelles et monstrueuses du régime imposé à Dreyfus. Le registre d’Ubaud sur Dreyfus, confié au Musée Ernest Cognacq, et le fonds privé Sainz contenant aussi un récit de la captivité de Dreyfus, bien que modestes, méritent toute notre attention car ils sont liés par leur contenu et leur histoire à la masse des pièces conservées à Aix-en-Provence. En dépit de leur modestie, ils s’inscrivent dans l’histoire de l’Affaire.

Haut de page

Notes

1 Voir Michel Drouin, Dictionnaire de l’Affaire Dreyfus, Paris, Flammarion, 2006, p. 635-725.

2 Alfred Dreyfus, Lettres d’un innocent, Paris, Stock, 1898 ; Cinq années de ma vie, 1894-1899, Paris, Fasquelle, 1901 ; Souvenirs et correspondance publiés par son fils, Paris, Grasset, 1936 ; Vincent Duclert, Écris moi souvent, écris moi longuement… Correspondance de l’île du Diable, préface de Michelle Perrot, Paris, Éditions Mille et une nuits, 2005.

3 Plus spécifiquement les écrits de Bernard Lazare, parus sous forme d’une plaquette de 24 pages imprimée à Bruxelles en 1896 sous le titre Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus. Ce texte, a été réédité et complété en 1897. C’est Bernard Lazare qui est à l’origine de la campagne en faveur de Dreyfus.

4 Voir Vincent Duclert, Alfred Dreyfus, l’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006, p. 1193-1199 ; Michel Drouin, op. cit., p. 629-635.

5 Michel Drouin, op. cit. ; Vincent Duclert, op. cit. ; Ruth Harris, L’homme de l’île du Diable, Paris, Presses de la Cité, 2015, p. 669-686. (édition britannique : Londres, Allen Lane, 2010), traduction Alexandra Laignel-Lavastine.

6 Le décès de Dreyfus a été redouté et a conduit les autorités locales, en accord avec Paris, à se faire livrer du matériel d’embaumement pour le cas où le Capitaine viendrait à mourir, de façon à réfuter la thèse éventuelle d’un assassinat et/ou d’une évasion qui aurait pu être émise par les dreyfusards.

7 Voir Bertrand Joly, Histoire politique de l’affaire Dreyfus, Paris, Fayard, 2014.

8 "La détention du capitaine Dreyfus à l’île du Diable, d’après les archives de l’Administration pénitentiaire", LXIV, N° 237, p. 456-475. Cet article est le produit d’une communication présentée le 27 avril 1977 à la Société d’histoire d’Outre-Mer.

9 Les commandants ayant eu la responsabilité de l’île du Diable pendant la déportation de Dreyfus ont été Bouchet, Bravard, Deniel, Lefontan.

10 Les directeurs de l’Administration pénitentiaire ayant été en poste pendant la déportation de Dreyfus ont été Guégan, Emmanuel Simon, Vérignon, Simon.

11 Les gouverneurs ayant été en poste pendant la détention de Dreyfus ont été Camille Charvein, Henri Félix de Lamothe, Henri Eloi Danel, Henri Charles Roberdeau (interim), Moutet.

12 Les ministres ayant été en charge des Colonies pendant la déportation de Dreyfus ont été Chautemps, Guyesse, André Lebon, Trouillot, Guillain.

13 La gestion des bagnes, déportation comprise, après avoir relevé du ministère de la Marine, a relevé du Ministère des Colonies après la création de celui-ci, par une loi promulguée le 20 mars 1894.

14 France, Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Af. Pol. 3355, Lettre du 11 mars 1895.

15 ANOM, Af. Pol. 3359

16 À l’issue du procès de Rennes, le 9 septembre 1899 Dreyfus est condamné à 10 ans de détention. Il se pourvoit en révision mais revient sur ce pourvoi le 15 septembre. Le 19, le président de la République accorde sa grâce.

17 ANOM, Af. Pol. 3352

18 ANOM, Af. Pol. 3351.

19 ANOM, Af. Pol. 3353.

20 ANOM, Af. Pol. 3353.

21 ANOM, Af. Pol. 3355, Lettre du Gouverneur au ministre, 29 août 1895.

22 ANOM, Af. Pol. 3356.

23 ANOM, Af. Pol. 3352.

24 ANOM Af. Pol. 3356, Lettre du Gouverneur, 18 octobre 1897 ; lettre des Colonies, 27 octobre 1897.

25 ANOM, Af. Pol. 3353.

26 ANOM, Af. Pol. 3354, Lettre du 16 avril 1899.

27 ANOM, Af. Pol. 3358.

28 ANOM, Af. Pol. 3354.

29 Madame Lucie Dreyfus est née Hadamard.

30 ANOM, Af. Pol. 3354

31 Cette loi, votée le 27 décembre 1899, amnistie toutes les personnes liées à l’Affaire. Dreyfus, à sa demande, reste seul autorisé à s’y soustraire, afin de pouvoir prouver son innocence.

32 La demande en révision est jugée recevable en mars 1905.

33 ANOM, Af. Pol. 3350.

34 Marie-Antoinette Menier, op.cit.

35 ANOM, série H, n° 4527 A.

36 Ubaud a laissé des souvenirs de ses années militaires.

37 La ville de Saint-Laurent du Maroni n’avait pas de Conseil municipal élu.

38 Danielle Donet-Vincent, De soleil et de silences : Histoire des bagnes de Guyane, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003.

39 Danielle Donet-Vincent, Il était une fois le bagne colonial : Vie d’un fonctionnaire civil de l’administration pénitentiaire entre Nouvelle-Calédonie, Guyane et Afrique (1890-1945), Matoury, Éditions Ibis Rouge, 2012.

40 Vincent Duclert, op. cit. p. 531-549.

41 Danielle Donet-Vincent, La fin du bagne, Rennes, Éditions Ouest-France, 1992 ; Danielle Donet-Vincent, De soleil et de silences, op. cit., p. 386-403. Jean-Lucien Sanchez, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire, 2013.

42 Courriel Jean-Louis Sainz, 14 juin 2014.

43 Courriel de Jean-Louis Sainz, 6 juillet 2014.

44 Cet établissement a été inauguré en novembre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La seconde des cabanes occupées par Dreyfus
Légende Un auvent a été ajouté et la palissade de bois qui surmontait le mur de pierre a disparu. Pastel réalisé par Ubaud.
Crédits Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Couverture du registre établi par Ubaud sur la déportation de Dreyfus
Crédits Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Page de garde du registre
Légende L'écriture est celle d'Ubaud.
Crédits Fonds Ubaud, Musée Ernest Cognac, Saint-Martin-de-Ré
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Donet-Vincent, « Les archives de la déportation du capitaine Dreyfus », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2993

Haut de page

Auteur

Danielle Donet-Vincent

Danielle Donet-Vincent, docteure en Histoire, est spécialiste de l’histoire de la transportation coloniale. Elle a été membre du groupe de recherche sur l’histoire des prisons de la troisième République, dans le cadre du séminaire dirigé par Robert Badinter et Michelle Perrot à l’EHESS. Elle a notamment publié La fin du bagne 1923-1953 (Rennes, Ouest-France, 1992), De soleil et de silences : histoire des bagnes de Guyane (Paris, la Boutique de l’histoire, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page