Navigation – Plan du site
Articles

« Deux vauriens ». Interrogatoires de deux vagabonds devant la justice de Clairvaux (1513)

Archives Départementales de l’Aube, 3H633
Diane Roussel

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de la transcription annotée d'un procès mené devant la justice de Clairvaux en 1513 disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

Israël Sylvestre, Vue de l’église de l’abbaye de Clairvaux, deuxième moitié XVIIe siècleAfficher l’image
Crédits : Médiathèque Grand Troyes
  • 1 Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Le cloître et la (...)

1Lieu emblématique de la cohabitation entre le cloître et la prison, Clairvaux incarne le temps long d’une histoire des enfermements qui ne se limite pas au seul moment postrévolutionnaire de la transformation des monastères en prisons1. En effet, bien avant que l’abbaye adopte ses nouvelles fonctions carcérales et qu’elle accueille un dépôt de mendicité, prisonniers, délinquants et mendiants avaient déjà eu l’occasion de franchir les portes de Clairvaux, comme le montre le document dont la transcription est présentée ici.

  • 2 Robert Fossier, « La puissance économique de l’abbaye de Clairvaux au xiiie siècle », Histoire de l (...)
  • 3 France, Troyes, Archives départementales de l’Aube, 3 H 633.

2L’histoire de Bernard de Clairvaux, le prestigieux fondateur de l’abbaye cistercienne en 1115 à Ville-sous-la-Ferté, et du rayonnement religieux et économique de Clairvaux aux xiie et xiiie siècles est bien connue2. Celle de la communauté à l’époque moderne l’est moins. La guerre et les crises démographiques de la fin du Moyen Âge donnent en effet un coup d’arrêt à la prospérité de l’abbaye, qui survit jusqu’à la fin de l’Ancien Régime grâce à son prestige et à ses importantes possessions foncières. Seigneurs d’un vaste domaine, les moines de Clairvaux exercent ainsi encore à l’époque moderne leurs droits de justice sur leur ressort rural, ainsi qu’en témoignent les archives actuellement conservées aux Archives départementales de l’Aube, à Troyes. Le fonds, couvrant les xve, xvie et xviie siècles est essentiellement composé de registres et d’un ensemble disparate et lacunaire de minutes dont est issu ce procès3.

3Le document retenu, daté de 1513, se distingue par son aspect matériel : liasse de papier bien tenue à l’écriture large et régulière, il s’agit vraisemblablement d’une copie partielle d’une information criminelle, probablement réalisée afin de garder trace du procès pourvu en appel auprès du parlement de Paris. Il comporte plusieurs interrogatoires de « deux vauriens » (ainsi qu’ils sont désignés par une main ultérieure au revers de la liasse), Georges Leveaux et Poinsot Rousselet, mendiants vagabonds arrêtés en août 1513 pour vol et suspectés d’autres méfaits.

Le vagabond, Jérôme Bosch (vers 1450–1516)

Le vagabond, Jérôme Bosch (vers 1450–1516)

collectie.boijmans.nl : Home : Info : Pic. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons

  • 4 Un article de fond sur ce document est en cours de rédaction.
  • 5 Carte en cours de réalisation grâce à l’aide de Dominique Pargny (GEGENAA – URCA). Voir Jérôme-Luth (...)

4Cette source permet de renouer avec une histoire de la marginalité sociale aujourd’hui délaissée en offrant une approche par le niveau « micro » des comportements des franges les plus fragiles de la société d’Ancien Régime, plus difficiles à appréhender faute de sources abondantes, qui plus est en milieu rural et au début de l’époque moderne (quand les mondes urbains de la deuxième modernité sont mieux connus)4. Grâce à ce document, il devient possible de reconstituer le récit imparfait de l’existence concrète de deux vagabonds, de dresser leurs parcours, depuis leurs villages d’origine jusqu’à leur arrestation. Leur mobilité (localités, modes d’hébergement, nature du séjour) peut ainsi être partiellement retracée : un des objectifs de l’analyse du document est de réaliser une carte des itinéraires croisés des deux vagabonds entre Champagne et Bourgogne au début du xvie siècle5.

5En dépit des zones d’ombres des récits, les conditions matérielles du vagabondage et les mécanismes de l’errance peuvent être approchés. Les facteurs de rupture avec la famille et la communauté villageoise sont « classiques » : la démobilisation des guerres d’Italie et l’impossible retour à la vie ordinaire, pour l’un ; un premier larcin irréversible, commis dans le cercle domestique, pour l’autre. Condamné au bannissement à perpétuité, Poinsot vit désormais à l’ombre du gibet. « Sans savoir aucun mestier », Georges et Poinsot sont contraints à des activités précaires et à des expédients plus ou moins légaux : tantôt embauchés comme manouvriers dans les villages et aux vignes, tantôt exerçant comme maître des basses œuvres, c’est-à-dire bourreau (Leveaux a appris le métier à Dijon), ils vivent cependant surtout de la charité. Ils se rendent de village en village pour demander la « passade » et dorment, quand ils le peuvent, dans les petits hôpitaux et hôtel-Dieu ruraux, accompagnés de leurs épouses. Restituant la sociabilité vagabonde, le document témoigne ainsi d’un contexte social particulier à l’aube des Temps modernes, celui de la relative tolérance de la société chrétienne à l’égard de la mendicité et de l’errance des pauvres, soutenant la persistance du réseau de l’assistance rurale dans ses formes médiévales.

  • 6 Roger Chartier, « Les élites et les gueux. Quelques représentations (xviie-xviie siècles) », Revue (...)
  • 7 Bronislaw Geremek, « Criminalité, vagabondage, paupérisme : la marginalité à l’aube des temps moder (...)

6Ce mode de vie rend cependant les deux individus suspects au yeux de la justice qui les somme de justifier leurs mouvements et leurs maigres moyens de subsistance. Bien qu’ils avouent leur crime (le vol, de nuit et par effraction, de vêtements dans une maison de Doulevant), Georges et Poinsot sont suspectés d’être de redoutables et d’incorrigibles brigands de grand chemin par le magistrat qui cherche à mesurer leur degré d’enracinement dans le crime. Les deux hommes, qui risquent la corde, nient le plus souvent les accusations. On le sait, si les archives judiciaires permettent de redonner la voix aux « oubliés de l’histoire », elles livrent avant tout les obsessions du pouvoir, les préjugés des élites et les craquements du consensus social6. Entre mendicité et criminalité, entre assistance et répression, entre charité chrétienne et suspicion : Georges et Poinsot incarnent des existences sur le fil, au moment où, en Europe, le pauvre cesse d’incarner la figure du Christ pour représenter une source inquiétante de dangers7.

7L’issue du procès est inconnue. Condamné à la question (c’est-à-dire à la torture), Poinsot préfère éloigner son procès des terres auboises en faisant appel auprès du parlement de Paris, dont il espère sans doute plus de clémence. Mais craignant la rigueur de la justice, Poinsot et Georges ont cru qu’ils pourraient s’en sortir autrement : le 8 octobre 1513, il ont tenté de fuir les prisons de Champigneulles (Champignol-les-Mondeville), pourtant considérées comme plus sûres que celles de Clairvaux. Grâce à ce document, le lecteur apprendra ainsi également comment s’évader de la basse fosse puante d’une tour…

8Cette source a fait l’objet d’un travail collectif de transcription et d’édition réalisé en 2014-2015 par des étudiants du Master d’Histoire de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, rattaché au Centre d’Études et de Recherche en Histoire culturelle (CERHiC – EA 2616), sous la direction de Diane Roussel : Julien Angiboust, Chloé Brignoli, Benjamin Dumont, Anne-Sophie Frigout, Romain Gueneau, Simon Guérin, Mélanie Hanon, Marie Journé, Angélique Klein-Pereira, Antoine Lozano-Rios, Hubert Massier, Alice Mergem, Baptiste Prelot-Ebrignetti, Valentin Potier, Pauline Ozymko-Pellin, Marion Simonnet, Caroline Wiart.

Principes d’édition

9Le document a été édité selon les principes en usage pour la transcription des textes du XVIe siècle. Ainsi, seuls les e toniques sont accentués et les finales en –ee ne le sont pas (voir les règles et conseils par Bernard Barbiche, version révisée consultable sur le site Theleme de l’École Nationale des Chartes).
L’orthographe du texte n’a pas été modifiée : aussi, on ne s’étonnera pas des confusions récurrentes entre participe passé et infinitif.
Le document n’est pas paginé, mais les folios sont numérotés et indiqués dans la transcription.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Le cloître et la prison (vie-xviiie siècle), Actes du colloque international organisé par le CÉRHiC et l’association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux (Troyes – Bar-sur-Aube – Clairvaux, 22-24 octobre 2009), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011 et l’ensemble du programme Enfermements sur : http://enfermements.fr. Voir également Dominique Fey et Lydie Herbelot, « Les dérives d’un système : Le scandale de Clairvaux en 1847 », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 5 décembre 2014.

2 Robert Fossier, « La puissance économique de l’abbaye de Clairvaux au xiiie siècle », Histoire de l'abbaye de Clairvaux, actes du colloque de Bar-sur-Aube/Clairvaux, 22 et 23 juin 1990, Némont - Association Renaissance de l'abbaye de Clairvaux, 1992, p. 73-84 et dans le même volume, Benoît Van Reeth, « Les grandes dates de l’histoire de Clairvaux, de Saint-Bernard à la Révolution », p. 31-44.

3 France, Troyes, Archives départementales de l’Aube, 3 H 633.

4 Un article de fond sur ce document est en cours de rédaction.

5 Carte en cours de réalisation grâce à l’aide de Dominique Pargny (GEGENAA – URCA). Voir Jérôme-Luther Viret, « Vagabonds et mendiants dans les campagnes au nord de Paris dans le premier tiers du xviiie siècle »,
 Annales de démographie historique, 2006, n°111, p. 7-30.

6 Roger Chartier, « Les élites et les gueux. Quelques représentations (xviie-xviie siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 21, 1974, p. 376-378.

7 Bronislaw Geremek, « Criminalité, vagabondage, paupérisme : la marginalité à l’aube des temps modernes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 21, 1974, p. 337-375 ; id., La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours [1978], trad. fr. Paris, Gallimard, 1987 ; Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres en Europe (xvie-xviiie siècles), Paris, Presses Universitaires de France, 1974.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le vagabond, Jérôme Bosch (vers 1450–1516)
Crédits collectie.boijmans.nl : Home : Info : Pic. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Roussel, « « Deux vauriens ». Interrogatoires de deux vagabonds devant la justice de Clairvaux (1513) », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 08 septembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3007

Haut de page

Auteur

Diane Roussel

Maître de conférences en histoire moderne à  l'Université de Reims Champagne-Ardenne (CÉRHiC), spécialiste de l'histoire de la criminalité, de la justice et de la police à Paris au XVIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page