Navigation – Plan du site

Charles Guérin, La voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du Ier siècle avant J.-C.

Paris, Coll. Mondes Anciens, Les Belles Lettres, 2015, 424 p.
Hélène Ménard
Référence(s) :

Charles Guérin, La voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du Ier siècle avant J.-C., Paris, Coll. Mondes Anciens, Les Belles Lettres, 2015, 424 p.

Texte intégral

1Charles Guérin propose à ses lecteurs une réflexion à la croisée de l’histoire des pratiques intellectuelles, de l’histoire des pratiques judiciaires et de l’histoire de la rhétorique, champs proches mais en général assez fermés sur eux-mêmes. Spécialiste de rhétorique, notamment cicéronienne, il a publié de nombreux et importants travaux, en particulier sur la persona (Persona. L’élaboration d’une notion rhétorique au Ier s. av. J.-C., vol. I : Antécédents grecs et première rhétorique latine ; vol. II : Théorisation cicéronienne de la persona oratoire, Paris, Vrin, 2009 et 2011). Le présent ouvrage, issu du mémoire inédit d’habilitation, s’appuie sur une connaissance fine du corpus cicéronien – traités rhétoriques et discours judiciaires, surtout dans le cadre des iudicia publica mais aussi d’affaires privées –, et de sources non cicéroniennes : la Rhétorique à Herennius, l’Institution oratoire de Quintilien, les sources juridiques d’époque républicaine et impériale.

2Il s’appuie également sur la réflexion postérieure sur la preuve et le témoignage (entre autres H. Arendt, J. Bentham), comme sur les pratiques du système judiciaire anglo-saxon. Car s’interroger sur le témoignage judiciaire dans la Rome antique, à la fin de la République, n’est pas seulement faire œuvre de science (et une œuvre magistrale), c’est aussi ouvrir sur nos propres perceptions des rapports entre justice et vérité. Fondamentalement, outre chercher à reconstituer cette partie négligée et oubliée de la rhétorique, c’est tout le problème de la « parole vraie » et de son acceptation ou non par la société, qui est ainsi posé.

3Les obstacles à cette entreprise ne sont pas ignorés mais bien plutôt envisagés pour trouver comment les dépasser. Ainsi les sources elles-mêmes constituent un biais à la connaissance du témoignage judiciaire : point de déposition de témoin qui nous soit transmise directement, mais toujours de façon extrêmement fragmentaire et à travers la réécriture du discours judiciaire, au profit de l’orateur qui expose son oratio continua. Peu de réflexion théorique sur le témoignage, du moins avant Quintilien. Pour autant, l’ouvrage redonne toute sa place au témoignage et à sa discussion dans le cadre du procès : la « voix de la vérité », évoquée par Cicéron dans le Pro Caelio, 55, dans son rapport à la parole persuasive.

4La réflexion est conduite selon deux axes, celui du témoin et celui de la preuve, et la matière est divisée en cinq chapitres. Un premier chapitre s’attache à définir ce qu’est un témoin (testis) judiciaire, dont la fonction est déclarative, et quelles en sont les implications sociales. Le chapitre 2 établit le cadre procédural du témoignage judiciaire (capacité testimoniale, formes orale ou écrite du témoignage, statut du témoin, déposition servile sous la torture…). Les trois derniers chapitres (3 à 5) s’intéressent au témoignage comme élément central des débats, aux pratiques de l’interrogatio et à la transformation du testimonium, d’abord déclaration, en preuve.

5Trois lignes de force me semblent pouvoir être dégagées de ce livre dense : le poids de la persona dans le processus de validation du témoignage judiciaire, la mise en œuvre de stratégies qui ressortissent de la rhétorique, enfin le témoignage comme preuve entraînant la conviction : du « dire » au « savoir » et au « croire », qui permet l’énoncé de la sentence.

6Tout d’abord Charles Guérin montre combien la persona du témoin (« l’ensemble des caractéristiques éthiques, sociales mais aussi émotionnelles du témoin », p. 26) est importante – car si le témoignage se doit d’être neutre, il en est pourtant indissociable. Le testimonium est un acte qui engage la personne du témoin, qui est établi comme tel sur certains critères et doit prêter serment : il peut subir des pressions de nature diverse et si son témoignage n’est pas retenu, cela peut rejaillir sur sa dignitas. Toute la gamme des rapports entre l’accusé et le témoin doit également être prise en compte, de la complicité criminelle, au soutien à l’hostilité (inimicitia). Un exemple, en particulier, retient l’attention : celui du procès de la Bona Dea, en 61 av. n. è., qui consiste en une quaestio de incestu jugeant Clodius et dont l’issue représente un échec pour Cicéron. L’enjeu de la déposition et de l’interrogatoire n’est pas tant de faire émerger des faits, que de valider ou non l’auctoritas du témoin : « Le public, pour l’interrogateur latin, ne doit pas se demander s’il doit accepter cette opinion, mais s’il doit accepter l’opinion de cet homme. » (p. 300). Il s’agit donc d’évaluer la persona du témoin, au moment de sa déposition.

7La deuxième ligne de force est de souligner l’importance de l’interrogatio et du caractère dynamique du témoignage, préparé par l’avocat, construit progressivement par une suite de questions et contesté, voire détruit, par la partie adverse. Cette dimension discursive a été laissée de côté par la théorie rhétorique : « Support logique, objet éthique, le testimonium s’efface en tant que discours. » (p. 146). L’interrogatio n’en est pas moins importante par sa durée : jusqu’aux lois pompéiennes de 52 av. n. è. sur les procédures de ui et de ambitu, qui circonscrivent la dimension oratoire du procès au quatrième et dernier jour et que l’on voit mises en œuvre dans le Pro Milone par exemple, un tribunal entendait les dépositions pendant le tiers à la moitié du temps de l’actio (p. 167-168). Elle est surtout importante par le poids qu’elle peut conférer au témoignage dans l’opinion du public comme dans le choix final des juges de condamner ou non. De fait le témoignage fait l’objet de stratégies qui préparent les différents moments de la déposition : en amont, en préparant le témoin, au moment de la déposition, par le choix des questions, en espérant susciter une réponse considérée comme adéquate selon différents critères, enfin après la déposition, en l’intégrant à son argumentation. La dissimulation et la surprise participent de ces stratégies mises en œuvre par l’interrogateur, qui lui permettent de passer d’un exposé, d’une affirmation émise par un témoin, à la démonstration, soit de la parole déclarative à la parole oratoire, et dont le seul but est non de faire éclater la vérité, mais de remporter la victoire.

8Enfin une troisième ligne de force consiste à penser le témoignage comme preuve, en le replaçant notamment parmi d’autres éléments de preuve pouvant être utilisés au cours du procès (pièces écrites, contrats, serments, déclarations obtenues sous la torture, précédents judiciaires…). L’effet recherché est d’entraîner la conviction du public et des juges en faveur de la cause que l’orateur défend. Le point le plus subtil de la démonstration de Charles Guérin est alors de souligner combien l’obtention de cette conviction est paradoxale, puisqu’il s’agit de guider par son argumentation, reposant en partie sur la validation ou non du témoignage – donc sur ce qu’a dit autrui –, le raisonnement du juge qui doit, du moins en apparence, avoir l’impression de construire librement un savoir, et en arrive à croire.

9De cet ouvrage, le lecteur lui aussi ressort avec une conviction : l’approche proposée par Charles Guérin atteint son objectif, malgré les difficultés inhérentes aux sources et grâce à la savante acribie de l’auteur. Le témoignage judiciaire retrouve toute sa place dans notre compréhension de la justice romaine à la fin de la République.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Ménard, « Charles Guérin, La voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du Ier siècle avant J.-C. », Criminocorpus [En ligne], 2015, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3009

Haut de page

Auteur

Hélène Ménard

Agrégée d’histoire et maître de conférences en Histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier III et membre de l’EA 4424 – CRISES, Hélène Ménard a travaillé sur l’ordre public à Rome et dans les villes de l’Occident romain à l’époque impériale. Elle s’intéresse à la justice, dans le cadre plus général des pouvoirs et de leur perception, des normes et de la régulation sociale. Elle étudie plus particulièrement les sanctions pénales, notamment la damnatio ad bestias ou condamnation des criminels à être livrés aux bêtes (fauves, ours, taureaux…) lors de spectacles, à partir des sources juridiques, littéraires, martyrologiques et iconographiques. Elle est également membre du comité de rédaction d’Histoire Urbaine. Hélène Ménard est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page