Navigation – Plan du site
Présentation du colloque

Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire1

Martine Charageat et Mathieu Vivas
Traduction(s) :
Gibbets from the Middle Ages to Modern times. An interdisciplinary method1

Texte intégral

  • 1 Composée de onze articles, cette publication vient clore un colloque international tenu les 23 et 2 (...)
  • 2 Les deux journées de conférences ont pu voir le jour grâce au concours du projet de recherche dirig (...)

1En regroupant les contributions de chercheurs issus de sciences diverses mais complémentaires, le dossier proposé ici met en évidence une approche interdisciplinaire appliquée à l’étude d’un thème de recherche encore inédite en France : les gibets et les fourches patibulaires médiévales et modernes. Mal connu et très fantasmé, le sujet a toutefois été fédérateur au point de rassembler, lors de deux journées de conférence, un public composé, à l’image du collège d’intervenants, d’historiens et d’historiens de l’art, d’archéologues et d’archéo-anthropologues, tant universitaires que professionnels ou étudiants2. Le colloque s’inscrivait dans un travail de réflexion engagé trois ans plus tôt sur les interactions entre les différentes justices et leurs rapports avec les justiciables (résistances, négociations, etc.) ; mais il invitait surtout, dans un cadre géographique plus vaste, à repenser et à réévaluer les usages des instruments de justice que sont les fourches patibulaires.

2Structures judiciaires dédiées initialement à la pendaison, les fourches patibulaires n’ont que très peu intéressé les chercheurs français. Parallèlement à l’histoire des exécutions publiques, de nombreuses questions les accompagnent pourtant : où étaient-elles érigées et comment étaient-elles construites ? Qui en étaient les propriétaires ? Au-delà d’un symbole de justice, s’apparentaient-elles à une manifestation du pouvoir et de l’autorité ? Ne servaient-elles qu’à la pendaison ou jouissaient-elles de fonctions plus variées ? Malgré la diversité des exemples, ces questions évoluant suivant les époques, les lieux, les détenteurs et les justiciables, constituent des problématiques communes auxquelles toutes les contributions ont fourni des éléments de réponse. En menant un travail de fond sur les sources écrites et les images, mais également en intégrant dans leur réflexion les données générées par les archéologues et les archéo-anthropologues, chaque article conçoit en effet les fourches patibulaires comme un « objet » construit, un espace judiciaire aux fonctions multiples, un lieu de pouvoir et, enfin, un sujet au cœur des représentations mentales et collectives.

  • 3 Les exemples peuvent ici se multiplier : Gaston Marmier, « Des fourches patibulaires dans le Sarlad (...)
  • 4 Voir, par exemple, Bronislav Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge (...)
  • 5 Dans une large bibliographie, voir – par exemple – Jacques Le Goff (dir.), La ville en France au Mo (...)
  • 6 Dans une très large bibliographie, voir – par exemple – Claude Gauvard, « De grace especial ». Crim (...)
  • 7 Par exemple : Baudoin de Gaiffier, « Un thème hagiographique : « le pendu miraculeusement sauvé » » (...)
  • 8 Barbara Morel, Une iconographie de la répression judiciaire. Le châtiment dans l’enluminure en Fran (...)
  • 9 Sylvie Bépoix, Une cité et son territoire. Besançon, 1391. L’affaire des fourches patibulaires (Ann (...)

3L’intérêt pour les fourches patibulaires apparaît en France au XIXe siècle. Entre toponymie et écrits folkloriques, quelques érudits locaux se consacrent à ces structures ; ils les recensent d’ailleurs plus qu’ils ne les étudient3. Durant les années 1980-1990, les lieux d’exécution sont toutefois mieux cernés par des travaux pionniers sur l’histoire de la justice, du crime et de la criminalité, citons par exemple ceux de Bronislav Geremek ou de Claude Gauvard4. En parallèle, quelques lignes sont également consacrées aux fourches patibulaires dans des ouvrages dédiés à la ville5. Elles trouvent alors une place aux côtés d’autres instruments d’exécution et de mise en scène judiciaire (pilori, charrette de l’infamie, etc.)6. De façon logique, elles sont également abordées dans des travaux centrés sur les pendus et la pendaison en général, en s’appuyant alors sur des textes d’archives, des récits hagiographiques7 et des images8. D’autres publications, à l’instar de Sylvie Bépoix, restituent une place centrale aux fourches patibulaires par l’intermédiaire d’une problématique centrale tournée vers l’analyse des conflits de juridiction9.

  • 10 Eugène Étienne Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siè (...)
  • 11 Il s’agit du tome 5, publié en 1861. Le chapitre dédié aux fourches se situe entre les pages 553 et (...)
  • 12 Rien que pour la période médiévale, les représentations de gibet, en particulier celles de Montfauc (...)
  • 13 Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette & J (...)
  • 14 Sur cette question, voir Mathieu Vivas, La privation de sépulture au Moyen Âge. L’exemple de la pro (...)

4Malgré la qualité de ces ouvrages, la forme architecturale des constructions patibulaires, ce qu’elles symbolisent, leur mode de fonctionnement et d’utilisation n’ont été que rarement étudiés. L’un des seuls ouvrages à proposer une telle vision des fourches est le Dictionnaire raisonné de l’architecture française d’Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc10. L’architecte leur consacre en effet un chapitre dans lequel il s’attache à la fonction judiciaire seigneuriale (haute justice) et aborde la structure sous des angles symboliques11. S’appuyant sur des travaux anciens, il précise alors la forme architecturale des fourches et, parce qu’il s’intéresse aux grands ensembles monumentaux, il hisse le gibet royal parisien de Montfaucon au rang de symbole judiciaire par excellence12. Depuis le XIXe siècle, il est en effet souvent évoqué, les gravures publiées dans le Dictionnaire maintes fois reprises et les mots d’Henri Sauval – « le plus ancien, le plus superbe & le plus fameux Gibet du Royaume » – incessamment recopiés13. La structure parisienne était composée de seize piliers disposés sur deux niveaux et d’un podium maçonné. Si elle permettait de pendre et d’exposer simultanément soixante individus, la plateforme était dévolue à recevoir les corps (ou morceaux de corps) pendus aux poutres patibulaires. Loin d’envisager le gibet de Montfaucon comme un espace funéraire, force est de constater qu’il constituait la dernière demeure des condamnés à mort14. Très souvent cité à titre de comparaison, il demeure toutefois une exception monumentale qui ne doit en rien figer l’image des structures dédiées à la pendaison.

  • 15 Andrew Reynolds, « The Emergence of Anglo-Saxon Judicial Practice : The Message of the Gallows », A (...)
  • 16 Jost Auler (dir.), Richtstättenarchäologie, Archaeotpos, Dormagen, 2008-2012, 3 vols.
  • 17 Voir, par exemple, Pavlína Mašková, Jan Michálek, « Archeologický výzkum v poloze « Na šibenici » v (...)

5Pour avoir une vision plus approfondie de la question, il faut se tourner vers les travaux de chercheurs européens. Outre-Manche, ceux d’Andrew Reynolds s’attachent en particulier à lier perception de l’espace et histoire sociale afin de mieux cerner les preuves archéologiques de l’activité judiciaire anglaise. Ils constituent, en ce sens, un jalon important tant dans l’approfondissement de la connaissance des gibets qu’en matière de pistes de recherche15. L’histoire des lieux d’exécution médiévaux et modernes doit beaucoup aux chercheurs allemands, en particulier à l’édition de trois tomes intitulés Richtstättenarchäologie par Jost Auler16. En mettant en avant une dialectique interdisciplinaire, les articles publiés dans ces volumes appréhendent les vestiges de fourches patibulaires comme autant de témoignages archéologiques d’un système de justice pénale, et l’étude des cadavres de la justice alimente les problématiques liées au devenir du corps des condamnés à mort. Les collègues de Tchéquie et de Pologne proposent également de très belles publications résultant souvent de fouilles préventives. À ce titre, celles de Pavlína Mašková et de Daniel Wojtucki permettent de mieux définir les fourches patibulaires et renouvellent, à leur sujet, de nombreuses questions de manière extrêmement stimulante17.

6Dans le dossier présent, chaque article consacre justement les premières lignes à la définition de « l’objet » patibulaire. Au-delà d’une préoccupation méthodologique, cet exercice prouve la diversité des termes employés pour le définir. « Gibets », « fourches patibulaires », « fourches caudines » ou simplement « fourches » sont autant de mots que les sources écrites dévoilent. Si les textes fournissent le nom de ces structures, ils les appellent parfois par ce qu’elles symbolisaient ou, plus précisément, par ce qu’elles étaient censées symboliser. Apparaissent alors les termes de « piliers de justice » ou de « colonnes de justice » (au pluriel comme au singulier) et même, plus explicite encore, celui de « pendus ». À l’image du gibet royal parisien, certaines structures sont uniquement désignées par le lieu dans lequel elles se situaient : gageons que le nom de Montfaucon n’avait pas besoin de qualificatif pour être localisé et associé à la pendaison judiciaire.

7Si les différentes dénominations se repèrent au gré des pages et des folios, elles ont parfois marqué le paysage de leur sceau et, tout en étant conscient des limites de la toponymie, donné leur nom à des lieux-dits (Fabrice Mauclair). Textes et investigations de terrain se conjuguent alors pour donner un premier aperçu des endroits où étaient érigées les fourches patibulaires. Longtemps pensés comme des lieux situés à l’écart des villes, sur une butte et proche d’une voie de communication, plusieurs interventions prouvent que des potences étaient dressées sur des places publiques mais également, dans les cas d’une justice nautique, sur les quais des ports (Samantha Frénée). L’érection de fourches patibulaires intervenant dans le cadre d’une construction d’intérêt public, judiciaire et collectif, les sources écrites peuvent s’avérer relativement précises. De bois ou de pierre, de deux à quatre piliers, de plan carré, rectangulaire ou circulaire, les registres de comptabilité seigneuriale et urbaine fournissent nombre d’indications sur les matériaux employés et le coût des constructions ou des restaurations (Pierre Prétou). La documentation textuelle et iconographique, tout comme les opérations archéologiques, amène alors à dresser une typologie de ces édifices.

8Au-delà de leur aspect architectural, toutes les sources peuvent être étudiées pour mettre en lumière la gestion des gibets et du corps des criminels et des condamnés à mort. Lieux d’exécution, les fourches patibulaires sont également des lieux d’exposition de dépouilles et la dernière demeure des cadavres de la justice. Peine infligée, crime puni, le corps exhibé du malfaiteur porte alors sur lui la marque d’une justice rendue pour garantir la paix sociale (Christophe Régina). L’ordre est recouvré durant un rituel public qui, avec toute la communication visuelle et sonore qu’il comporte, peut être prorogé dans le temps et ainsi s’adresser à la communauté et aux passants (Vincent Challet). Parce qu’ils accueillent des morts, ces lieux d’exécution sont également à penser comme des espaces d’inhumation. À ce titre, les fouilles archéologiques amènent à discuter le traitement et le devenir du corps des condamnés à mort (Pavlína Mašková & Daniel Wojtucki). Entre infamia juris et exclusion, mais aussi en parallèle de la confession des condamnés à mort acceptée en 1397 par l’Église, ce regroupement des morts conduit à réfléchir au droit et au devoir de sépulture. Pendu, exposé ou inhumé, le cadavre du criminel devient toutefois un « objet » qui est, au même titre que les fourches patibulaires, au service d’une communication politique.

9Chaque contributeur affirme en ce sens que les fourches patibulaires marquent des limites juridictionnelles. Si leur construction répond d’une pratique judiciaire qui évolue selon les lieux et les époques, elle répond donc au jeu plus politique de leurs détenteurs (Andrew Reynolds ; Flocel Sabaté). Au-delà du droit ou du privilège de rendre la justice, elles permettent d’ancrer au sol un pouvoir et de matérialiser physiquement une autorité judiciaire. Objets de concurrences institutionnelles, sources de conflits, les fourches patibulaires ne sont donc pas toujours utilisées pour pendre ou pour inhumer (Michelle Bubenicek).

10Construction d’intérêt public, la fourche patibulaire constitue une réalité physique qui cristallise tout un imaginaire. Allégoriques, les représentations picturales rendent compte d’une société où chaque crime est puni par une juste justice, mais également où le pendu est coupable de trahison envers sa communauté (Cécile Voyer). Les mêmes codes sont développés dans les représentations littéraires : le pendu y est représenté comme un fauteur, un exclu de la société dont il a troublé la cohésion (Sophie Coussemacker).

11Ce colloque entendait interroger les divers usages des fourches patibulaires, qu’ils soient judiciaires, sociaux ou politiques. Tous les contributeurs de ce volume ont mis l’accent sur les enjeux et les moyens de leur construction, de leur destruction ou de leur reconstruction : qu’ils en soient ici remerciés. En s’intéressant à un aspect de l’histoire de la justice et en mettant en évidence le recours à un instrument judiciaire particulier, c’est tout un pan de l’histoire des peines et des crimes que l’on s’est proposé de relire. Il n’en fallait pas plus pour que le choix de l’édition se porte sur la revue hypermédia Criminocorpus. Si les textes rassemblés ici marquent l’achèvement d’une réflexion menée lors de deux journées de colloque, ils ne constituent pourtant qu’une première ébauche de synthèse sur un sujet qui gagne incontestablement à être développé.

Haut de page

Bibliographie

Auler Jost (dir.), Richtstättenarchäologie, Archaeotpos, Dormagen, 2008-2012, 3 vols.

Bépoix Sylvie, Une cité et son territoire. Besançon, 1391. L’affaire des fourches patibulaires (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 871 ; Cahiers d’Études Comtoises, 71), Paris, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010.

Gaiffier Baudoin de, « Un thème hagiographique : “le pendu miraculeusement sauvé” », in Baudoin de Gaiffier, Études critiques d’hagiographie et d’iconologie, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1967, p. 194-226.

Gauvard Claude, « Pendre et dépendre à la fin du Moyen Âge : les exigences d’un rituel judiciaire », in Jacques Chiffoleau, Lauro Martines, Agostino Paravicini Bagliani (éd.), Rites et rituels dans les sociétés médiévales (XIIIe-XVIe siècles), Riti e rituali nelle società medievali, Erice, sept. 1990, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1994, p. 5-25.

Gauvard Claude, Violence et ordre public au Moyen Âge (Les médiévistes français, 5), Paris, Picard, 2005.

Gauvard Claude, « Droit et pratiques judiciaires dans les villes du Nord du royaume de France à la fin du Moyen Âge », in Jacques Chiffoleau, Claude Gauvard, Andreas Zorzi (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge (collection de l’École Française de Rome, 385), Rome, École Française de Rome, 2007, p. 33 à 79.

Geremek Bronislav, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987, rééd. 2010.

Helbling Laurie, « Potences et gibets à la fin du Moyen Âge », in Christiane Raynaud (éd.), Armes et outils (Cahiers du Léopard d’Or, 14), Paris, Éditions du Léopard d’Or, 2012, p. 37-62.

La Villegille Arthur de, Des anciennes fourches patibulaires de Montfaucon, Paris, Techener, 1836.

Le Goff Jacques (dir.), La ville en France au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1980, rééd. 1998.

Leguay Jean-Pierre, Terres urbaines. Places, jardins et terres incultes dans la ville au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Maillard Firmin, Le gibet de Montfaucon (étude sur le vieux Paris), Paris, Auguste Aubry, 1863, rééd. Paris, BnF-Gallica, 2014.

Marmier Gaston, « Des fourches patibulaires dans le Sarladais au XIVe siècle », in Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 1881, 8, p. 77-8.

Mašková Pavlína, Michálek Jan, « Archeologický výzkum v poloze « Na šibenici » ve Vodňanech (okres Strakonice) : Příspěvek k archeologii popravišť [résumé en allemand : « Archäologische Grabung in der Flur « Na šibenici » (« Am Galgen ») bei Vodňany (Bezirk Strakonice) : Ein Beitrag zur Archäologie der Hinrichtungsstätten in Böhmen]», Archeologické rozhledy, 2006, 58, p. 790–809.

Molinier Victor, Notice historique sur les fourches patibulaires de la ville de Toulouse (Mémoires de l’Académie impériale des sciences, Inscriptions et Belles-lettres de Toulouse, 6), Toulouse, Rouget frères et Delahaut, 1868.

Morel Barbara, Une iconographie de la répression judiciaire. Le châtiment dans l’enluminure en France du XIIIe au XVe siècle (Archéologie et Histoire de l’Art, 27), Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2007.

Prétou Pierre, « Le gibet de Montfaucon : l’iconographie d’une justice royale entre notoriété et désertion, de la fin du XIVe siècle au début du XXe siècle », in Jean-Pierre Allinne, Mathieu Soula (dir.), La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 95-114.

Reynolds Andrew, « The Emergence of Anglo-Saxon Judicial Practice: The Message of the Gallows », Anglo-Saxon, vol. 2, 2008, p. 1-52.

Reynolds Andrew, Anglo-Saxon Deviant Burial Customs. Medieval History and Archaeology, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Sauval Henri, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette & Jacques Chardon, 1724, 3 vols.

Stirland Ann, Criminals and Paupers. The Graveyard of St Margaret Fyebriggate ‘in combusto’, Norwich (East Anglian Archaeology, 129), Norfolk, Norfolk Museums Service, Archaeology & Environment Division, 2009.

Toureille Valérie, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2006.

Trevedy Julien-Toussaint-Marie, « Les fourches patibulaires du fief de Quément », in Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1883, 10, p. 211-222.

Viollet-le-Duc Eugène Étienne, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, A. Morel & Cie, 1854-1868, 10 vols.

Vivas Mathieu, La privation de sépulture au Moyen Âge. L’exemple de la province ecclésiastique de Bordeaux (Xe-début du XIVe siècle), Thèse de doctorat d’histoire et d’archéologie du Moyen Âge, Poitiers, 2012, ex. dactylographié.

Vivas Mathieu, « Les lieux d’exécution comme espace d’inhumation. Traitement et devenir du corps des criminels (XIIe-XIVe siècle) », Revue Historique, t. 670, 2014, p. 295-312.

Wojtucki Daniel, Publiczne miejsca straceń na Dolnym Śląsku od XV do połowy XIX wieku [résumé en allemand Öffentliche Richtstätten in Niederschlesien vom 15. bis Mitte des 19. Jahrhunderts], Katowice, Zamek Chudów, 2009.

Haut de page

Notes

1 Composée de onze articles, cette publication vient clore un colloque international tenu les 23 et 24 janvier 2014 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA). À ce jour cependant, trois articles manquent ; ils seront publiés ultérieurement.

2 Les deux journées de conférences ont pu voir le jour grâce au concours du projet de recherche dirigé par Martine Charageat, soutenu par le Conseil régional d’Aquitaine et hébergé par la MSHA, intitulé La gouvernance de l’État entre contestation et médiation. La souveraineté négociée en justice de l’Aquitaine à l’Espagne du Nord (XIIIe-XIXe siècles).

3 Les exemples peuvent ici se multiplier : Gaston Marmier, « Des fourches patibulaires dans le Sarladais au XIVe siècle », Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 1881, 8, p. 77-82 ; Julien-Toussaint-Marie Trevedy, « Les fourches patibulaires du fief de Quément », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1883, 10, p. 211-222 ; Victor Molinier, Notice historique sur les fourches patibulaires de la ville de Toulouse (Mémoires de l’Académie impériale des sciences, Inscriptions et Belles-lettres de Toulouse, 6), Toulouse, Rouget frères et Delahaut, 1868...

4 Voir, par exemple, Bronislav Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987 ; Claude Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge (Les médiévistes français, 5), Paris, Picard, 2005 ; Id., « Droit et pratiques judiciaires dans les villes du Nord du royaume de France à la fin du Moyen Âge », in Jacques Chiffoleau, Claude Gauvard, Andreas Zorzi (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge (collection de l’École Française de Rome, 385), Rome, École Française de Rome, 2007, p. 33-79.

5 Dans une large bibliographie, voir – par exemple – Jacques Le Goff (dir.), La ville en France au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1980, rééd. 1998 ; Jean-Pierre Leguay, Terres urbaines. Places, jardins et terres incultes dans la ville au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

6 Dans une très large bibliographie, voir – par exemple – Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne 1991, 2 vols, rééd. 2010 ; Nicole Gonthier, Cri de haine et rites d’unités. La violence dans les villes (XIIIe-XVIe siècles), Turnhout, Brepols, 1992 ; Id., Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998 ; Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2006 (essentiellement à partir de la page 201).

7 Par exemple : Baudoin de Gaiffier, « Un thème hagiographique : « le pendu miraculeusement sauvé » », in Baudoin de Gaiffier, Études critiques d’hagiographie et d’iconologie, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1967, p. 194-226.

8 Barbara Morel, Une iconographie de la répression judiciaire. Le châtiment dans l’enluminure en France du XIIIe au XVe siècle (Archéologie et Histoire de l’Art, 27), Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2007 ; Laurie Helbling, « Potences et gibets à la fin du Moyen Âge », in Christiane Raynaud (éd.), Armes et outils (Cahiers du Léopard d’Or, 14), Paris, Éditions du Léopard d’Or, 2012, p. 37-62.

9 Sylvie Bépoix, Une cité et son territoire. Besançon, 1391. L’affaire des fourches patibulaires (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 871 ; Cahiers d’Études Comtoises, 71), Paris, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010.

10 Eugène Étienne Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, A. Morel & Cie, 1854-1868, 10 vols.

11 Il s’agit du tome 5, publié en 1861. Le chapitre dédié aux fourches se situe entre les pages 553 et 565.

12 Rien que pour la période médiévale, les représentations de gibet, en particulier celles de Montfaucon, sont en nombre conséquent. Voir, par exemple, Barbara Morel, op. cit., p. 36-53 et p. 213-227 ; Laurie Helbling, art. cit. Sur le gibet de Montfaucon, on se reportera au récent article : Pierre Prétou, « Le gibet de Montfaucon : l’iconographie d’une justice royale entre notoriété et désertion, de la fin du XIVe siècle au début du XXe siècle », in Jean-Pierre Allinne, Mathieu Soula (dir.), La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 95-114. Parmi les travaux du XIXe siècle consacrés à Montfaucon, citons Arthur de La Villegile, Des anciennes fourches patibulaires de Montfaucon, Paris, Techener, 1836 et Firmin Maillard, Le gibet de Montfaucon (étude sur le vieux Paris), Paris, Auguste Aubry, 1863, rééd. Paris, BnF-Gallica, 2014.

13 Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette & Jacques Chardon, 1724, 3 vols, ici t. 2, p. 612.

14 Sur cette question, voir Mathieu Vivas, La privation de sépulture au Moyen Âge. L’exemple de la province ecclésiastique de Bordeaux (Xe-début du XIVe siècle), Thèse de doctorat d’histoire et d’archéologie du Moyen Âge, Poitiers, 2012, ex. dactylographié, p. 411 et suiv. ; Id., « Les lieux d’exécution comme espace d’inhumation. Traitement et devenir du corps des criminels (XIIe-XIVe siècle) », Revue Historique, t. 670, 2014, p. 295-312.

15 Andrew Reynolds, « The Emergence of Anglo-Saxon Judicial Practice : The Message of the Gallows », Anglo-Saxon, vol. 2, 2008, p. 1-52 ; Id., Anglo-Saxon Deviant Burial Customs. Medieval History and Archaeology, Oxford, Oxford University Press, 2009. D’autres chercheurs anglais abordent également la question de la justice et des lieux d’exécution ; voir – par exemple – Ann Stirland, Criminals and Paupers. The Graveyard of St Margaret Fyebriggate ‘in combusto’, Norwich (East Anglian Archaeology, 129), Norfolk, Norfolk Museums Service, Archaeology & Environment Division, 2009.

16 Jost Auler (dir.), Richtstättenarchäologie, Archaeotpos, Dormagen, 2008-2012, 3 vols.

17 Voir, par exemple, Pavlína Mašková, Jan Michálek, « Archeologický výzkum v poloze « Na šibenici » ve Vodňanech (okres Strakonice) : Příspěvek k archeologii popravišť [résumé en allemand : « Archäologische Grabung in der Flur « Na šibenici » (« Am Galgen ») bei Vodňany (Bezirk Strakonice) : Ein Beitrag zur Archäologie der Hinrichtungsstätten in Böhmen]», Archeologické rozhledy, 2006, 58, p. 790–809 et Daniel Wojtucki, Publiczne miejsca straceń na Dolnym Śląsku od XV do połowy XIX wieku [résumé en allemand Öffentliche Richtstätten in Niederschlesien vom 15. bis Mitte des 19. Jahrhunderts], Katowice, Zamek Chudów, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Charageat et Mathieu Vivas, « Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire », Criminocorpus [En ligne], Les Fourches Patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire, Présentation du colloque, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3018

Haut de page

Auteurs

Martine Charageat

Maître de conférences en histoire médiévale, université de Bordeaux-Montaigne (Ausonius).

Articles du même auteur

Mathieu Vivas

Post-doctorant au Laboratoire d’Excellence des Sciences Archéologiques de Bordeaux (LaScArBx).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page