Navigation – Plan du site
Communications

Un objet d’histoire (presque) introuvable : les fourches patibulaires dans les sources tourangelles (xiiie-xviiie siècles)

Fabrice Mauclair

Résumés

À partir de l’exemple de l’Indre-et-Loire, cet article s’interroge sur les traces laissées par les fourches patibulaires dans les dépôts d’archives des départements français. Si dans le territoire étudié les anciens lieux d’exécution et d’exposition ont fortement marqué le paysage (en inspirant de nombreux toponymes) force est de constater qu’ils n’apparaissent quasiment pas dans les sources conservées. En effet, sur six siècles, moins d’une quinzaine de documents majeurs les concernant ont pu être retrouvés. Ainsi, en Touraine, les quelques témoignages sur les anciens gibets se cachent principalement dans les fonds ecclésiastiques et les chartriers. De manière secondaire, des informations à propos des lieux d’exécution et d’exposition du passé peuvent être retrouvées parmi les archives issues de la pratique judiciaire et les documents figurés. Toutes ces traces éparses permettent au final de répondre à plusieurs questions majeures. La première concerne la date d’apparition des fourches patibulaires. La deuxième a trait à leur durée, à leur fréquence et à leur mode d’utilisation. Enfin, la troisième touche leur localisation, leur aspect extérieur et les matériaux utilisés pour leur construction.

Haut de page

Texte intégral

1« À la recherche des fourches patibulaires en Touraine ». Tel pourrait être le titre de la mission que je me suis fixée après que Pierre Prétou m’a proposé de participer à ce colloque. À vrai dire, je ne partais pas de rien. Au cours de ma thèse, j’avais en effet eu la chance de retrouver un plan et plusieurs documents iconographiques très intéressants sur les « pendoirs » de Château-la-Vallière. Mais au-delà de ce cas particulier, sur lequel je reviendrai plus en détail ultérieurement, je partais un peu vers l’inconnu. De fait, en élargissant mon enquête à l’ensemble d’un département, l’Indre-et-Loire, je ne savais pas très bien quelle documentation allait pouvoir être rassemblée sur le sujet. Mon intuition, basée sur la connaissance des fonds d’archives tourangeaux, me laissait simplement présager de la difficulté de la tâche.

  • 1 Ce développement préliminaire doit beaucoup aux recherches effectuées par Denis Jeanson. Ce dernier (...)

2Je me rassurais un peu en abordant la question, dans un premier temps, par le biais des noms de lieux1. Il faut dire que, dans ce domaine, la « pêche » a été bonne. Les relevés effectués à partir du cadastre « napoléonien » et des cartes IGN actuelles fournissent en effet une centaine de toponymes en lien avec d’anciens espaces d’exécution et d’exposition. En voici le détail :

Toponymes

Employés seuls

Précédés ou suivis d’un mot ou de plusieurs mots

Total

Justice

20

2

22

Justices

22

-

22

Gibet

2

2

4

Gibets

2

-

2

Fourche

2

-

2

Fourches

4

-

4

Pilier

1

-

1

Piliers

4

3

7

Étrangloir

-

1

1

Potence

3

-

3

Échafaud

2

-

2

Échafauds

2

-

3

Échelle

2

1

2

Poteau

4

12

16

Pilori

11

3

14

Piloris

-

1

1

Total

81

25

106

  • 2 La Justerie, la Justrie, les Justries et la Jousterie pourraient aussi être des variantes de ces to (...)
  • 3 Plusieurs rues en Indre-et-Loire portent également le nom « des justices » et « de la justice ».
  • 4 Contrairement au(x) « justice(s) », tous ces toponymes apparaissent peu sur les cartes IGN au 25 00 (...)

3On notera rapidement qu’en Indre-et-Loire, « la Justice » et « les Justices2 » sont, avec une quarantaine d’occurrences, les toponymes les plus nombreux parmi tous ceux évoquant, très certainement, d’anciens lieux d’exposition et de mise à mort3. Viennent ensuite, en assez grand nombre, le Poteau et le ou les Pilori(s). Plus rares : le ou les Gibet(s), le ou les Fourche(s), le et les Pilier(s), la Potence, Échafaud(s), l’Échelle4. Exceptionnel enfin : le lieu-dit « l’Étrangloir » que l’on retrouve dans le cadastre et sur la carte IGN de Sainte-Maure-de-Touraine.

  • 5 Pour ces questions voir Fabrice Mauclair, « Justice(s), fourche(s), pilori(s)… : les anciens lieux (...)

4Sans entrer dans une discussion sur l’étymologie et l’évolution sémantique de tous ces mots5, on retiendra simplement qu’au moins sept d’entre eux (représentant 70 occurrences au total) évoquent avec quasi certitude des espaces ayant accueilli autrefois des fourches patibulaires : justice(s), gibet(s), fourches, piliers, étrangloir, potence et échafaud(s).

  • 6 Cette coutume serait issue des coutumes primitives d’Anjou-Touraine du XIIIe siècle. Ainsi, la cout (...)
  • 7 Pierre Jacquet précise cependant que dans les terres de Montbazon et de Luynes, érigées en duchés-p (...)

5Très classiquement toujours, la question des fourches patibulaires était abordée ensuite en Touraine par le biais des ouvrages de droit, en particulier ceux consacrés à la coutume générale de la province. La Coutume de Touraine, mise par écrit en 1461 et réformée en 1507 et 15596, ainsi que ses différents Commentaires du XVIIe et du XVIIIe siècle évoquent les fourches patibulaires à quatre reprises. Au total, de manière très classique, la Coutume de Touraine (dans ses articles 58, 64, 72 et 74) accorde un nombre différent de piliers, entre deux et six, suivant la qualité du seigneur : deux pour les hauts justiciers, trois pour les seigneurs châtelains, quatre pour les barons et six pour les comtes, rien n’étant prévu pour les vicomtes et les ducs7. Avant de poursuivre, on signalera un changement intéressant dans les termes utilisés. Alors que dans la première version de la coutume datant de la fin du xve siècle il est question de « justice patibulaire », dans la nouvelle coutume du xvie siècle on parle de « fourches patibulaires ».

6Fort de ces premiers éléments rassemblés suite à l’étude de la toponymie et des ouvrages de droit, il ne restait plus qu’à partir à l’assaut des sources manuscrites. Très prosaïquement, notre recherche commençait donc en explorant les inventaires et les catalogues du centre d’archives que je connais le mieux, à savoir celui du département d’Indre-et-Loire. Et très rapidement, une conclusion s’est imposée : si en Touraine les fourches patibulaires ont laissé de nombreuses traces à travers les lieux-dits et même inspiré, jusqu’à la Révolution, des commentaires de la part des juristes, force est de constater qu’elles sont quasiment absentes des sources conservées ; au total, sur six siècles, moins d’une quinzaine de documents majeurs ont pu être retrouvés à partir des instruments de recherche.

7Cette grande discrétion, voire cette quasi-absence des fourches patibulaires dans le principal dépôt d’archives tourangeau est bien évidemment problématique ; de fait, elle rend impossible toute étude exhaustive sur le sujet et oblige à regarder toutes les conclusions qui pourront être tirées avec prudence. Malgré la modestie du corpus rassemblé, il reste tout de même possible de tenter de présenter ce que les sources tourangelles nous apprennent sur les fourches patibulaires. Au-delà d’une typologie des différents documents conservés, on essaiera en particulier de répondre aux questions suivantes :
- quand les fourches patibulaires sont-elles apparues en Touraine ?
- jusqu’à quelle date et de quelles manières ont-elles été utilisées dans la province ?
- enfin, que sait-on de leur localisation, de leur aspect extérieur et des matériaux utilisés pour leur construction ?

Les fourches patibulaires dans les fonds ecclésiastiques et les chartriers

8En Indre-et-Loire, la grande majorité des documents évoquant directement les fourches patibulaires se trouvent dans les fonds ecclésiastiques et dans les chartriers (fonds des familles et des seigneuries). Présenter ces documents permet d’emblée de répondre à une interrogation majeure, celle ayant trait à la date d’apparition des fourches patibulaires dans le territoire étudié.

  • 8 Les seigneurs de Montrésor contestaient aux moines le droit de justice qu’ils avaient exercé jusque (...)
  • 9 Cet acte fait suite au « compromis entre les abbé et religieux de Villeloin par lequel ils sont con (...)
  • 10 Près de la forêt de Beaumont, au point où se joignent les chemins de Beaumont à Villeloin et de Vil (...)
  • 11 Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-e (...)

9En dépit de la rareté des documents disponibles, celle-ci peut être fixée au XIIIe siècle. Pour preuve, dans la châtellenie de Beaumont-Village, relevant de Montrésor et appartenant à l’abbaye de Villeloin, une contestation est apparue au milieu de ce siècle au sujet du droit de justice exercé par les moines8. En 1267, les deux arbitres nommés pour régler le différend en cours se prononcent contre le seigneur de Montrésor, Geoffroy de Palluau9, lequel n’accepte pas la décision prise ; pour affirmer ses prétentions, ce dernier fait alors établir ses fourches patibulaires dans la paroisse de Beaumont10. Un procès s’étant engagé, le seigneur de Montrésor consent en 1270 à un accord mais l’acte n’est pas exécuté et c’est seulement vingt-trois ans plus tard que l’abbaye de Villeloin demeure, sans contestation possible, propriétaire du droit de justice. En effet, par une charte de 1293, le seigneur de Montrésor reconnaît formellement que ce droit ne lui appartient pas et, en même temps, fait enlever « les fourches et le trépied et la justice » qu’il avait placés sur le territoire de Beaumont11.

  • 12 Précisons qu’un doute subsiste sur l’objet exact du litige : le texte parle en effet de scalam, d’é (...)
  • 13 Jean de Berrie, seigneur d’Amboise, se prétendant être le seul haut justicier voulait contraindre l (...)

10Autre élément qui semble témoigner de l’apparition des fourches patibulaires en Touraine au XIIIe siècle, à partir de 1260 environ, à Bléré, une contestation identique à celle évoquée précédemment oppose les abbé et religieux de Saint-Julien et le seigneur d’Amboise. Comme dans le cas cité plus haut, le différend porte sur le droit de haute justice et en particulier sur les fourches patibulaires12 établies de manière concurrente par les deux parties sur le territoire de la châtellenie de Bléré13.

11Au final, dans les sources tourangelles les plus anciennes évoquant des fourches patibulaires, celles-ci n’apparaissent pas pour elles-mêmes mais uniquement parce qu’elles constituent un objet de litige entre des parties (laïques ou ecclésiastiques), qui s’opposent plus fondamentalement sur l’exercice du droit de haute justice dans une contrée. Au XIIIe siècle, le fait de « planter » des fourches patibulaires apparaît ainsi comme un acte fort, une manière concrète de défier un seigneur concurrent et d’affirmer matériellement et ostensiblement son pouvoir judiciaire dans un lieu, quand bien même celui-ci n’était pas exercé en totalité.

  • 14 France, Tours, ADIL, E959, enquête du 9 avril 1485. Voir la transcription intégrale du document à l (...)
  • 15 Cette transaction est assortie notamment du versement d’une somme d’argent prenant la forme d’une r (...)
  • 16 France, Tours, ADIL, E644 : transaction du 21 juillet 1654. Voir la transcription du document à la (...)
  • 17 En 1677, une sentence rendue par le bailliage de Tours avait interdit au seigneur de la Roche-Racan (...)

12De fait, au cours des siècles suivants, les fourches patibulaires apparaissent souvent à l’occasion d’un contentieux entre deux seigneurs au sujet du droit de justice. À la fin du XVe siècle, le seigneur de la châtellenie d’Azay-le-Rideau fait ainsi comparaître plusieurs témoins lors du procès l’opposant au procureur du roi de Chinon pour le droit de « gibet et justice patibulaire » à trois piliers qui lui est dénié14. Au milieu du XVIe siècle, les fourches patibulaires sont encore au cœur du litige opposant le seigneur de Sainte-Maure au « sieur de Commacre », ce dernier s’étant arrogé, injustement, le droit de châtellenie et celui de fourches patibulaires qui en découlait. Pour « obvier à procès », une transaction est conclue le 21 juin 1543 entre les deux hommes dans laquelle le sieur de Commacre renonce, entre autres, au droit de justice patibulaire à trois piliers « fors qu’elle sera réduite à deux piliers hors la ville et faubourg de Sainte-Maure et ne pourra faire exercer actes d’exécutions criminelles »15. Un siècle plus tard, c’est encore par une transaction que deux seigneurs tourangeaux mettent fin à un procès pendant tant aux Requêtes du Palais qu’au Parlement à cause de signes de justice. Dans l’accord conclu le 21 juillet 1654, il est en effet décidé que le seigneur châtelain du Haut et Bas-Pocé conservera ses fourches patibulaires au carrefour du lieu de la Perchais qu’un seigneur voisin, « monsieur de Montreuil », avait fait ôter et remplacer par ses propres fourches ; en conséquence, le seigneur de Pocé est autorisé, quand bon lui semblera, à faire abattre les fourches patibulaires du seigneur concurrent et à en disposer à sa guise16. Enfin, dernier exemple de conflit de ce genre, dans la paroisse de Saint-Paterne, au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle, une longue procédure a opposé le prévôt d’Oé au seigneur de la Roche-Racan du fait que le premier déniait au second le droit de posséder « haute, moyenne et basse justice, d’avoir un poteau dans la place publique devant l’église avec ses armes », ainsi que le « droit de faire placer dans sa seigneurie des fourches patibulaires à deux piliers avec liens17 ».

  • 18 Émile Mabille, art. cit., p. 456 [n°3701] et Casimir Chevalier (abbé), « Histoire de l’abbayes de N (...)
  • 19 France, Tours, ADIL, E156 : procès-verbal du 21 février 1582. On retrouvera, à la suite du texte, l (...)
  • 20 France, Tours, ADIL, G156 : mémoire de 1782. Ce document est également transcrit un peu plus loin.

13En dehors des contentieux, les fourches patibulaires apparaissent exceptionnellement dans les sources manuscrites tourangelles conservées dans les fonds ecclésiastiques et les chartriers. Ainsi, seuls trois actes faisant référence à de nouvelles plantations ont pu être retrouvés. En juillet 1372, Isabeau de Craon, dame de la baronnie de Nouâtre, autorise les religieux de Noyers à transporter leurs fourches patibulaires, situées près des murs de la ville de Nouâtre, au lieu-dit le Bois-aux-Moines. Cette permission est toutefois assortie d’une condition originale. Tous les ans, le jour de la Fête-Dieu, les moines devront présenter un chapeau de fleurs à la dame de Nouâtre18. À la fin du XVIe siècle, comme en fait foi un procès-verbal de 1582, une « justice patibulaire » à deux piliers est également dressée à l’intérieur de la seigneurie de Franc-Palais, à Luzé, très exactement au « carroy dit carroy de la justice », au croisement de trois chemins19. Enfin, grâce à un mémoire rédigé par un maçon en 1782, on sait que les chanoines de Saint-Gatien de Tours ont fait refaire à neuf, cette année-là, les fourches patibulaires à deux piliers de la justice des Bains, situées « varenne de Saint-Pierre-des-Corps20 ».

  • 21 France, Tours, ADIL, E23, f° 1 v-f° 2 r. L’usurpation est déjà ancienne. En effet, le 20 janvier 14 (...)

14Pour le reste, les fourches patibulaires sont parfois citées dans les aveux et dénombrements délivrés par les seigneurs tourangeaux à leurs suzerains. Je passerai rapidement sur ces documents qui, bien souvent, ne prouvent rien, notamment à la fin de l’époque moderne, quant à la présence réelle des fourches patibulaires dans les seigneuries. Ainsi, ce n’est parce que des fourches patibulaires sont indiquées dans un aveu qu’elles existaient bel et bien. À l’inverse, lorsqu’un seigneur ne mentionne pas de fourches patibulaires dans son aveu, c’est le cas par exemple pour le seigneur du duché-pairie de La Vallière en 1752, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’en possédait pas de bien réelles. Une tendance est toutefois à signaler. À la fin de l’Ancien Régime, les seigneurs tourangeaux tentaient parfois d’usurper des droits dans les aveux notamment en ne respectant pas les règles qui leur étaient imposées par la coutume en matière de gibets. Ainsi, tel possesseur d’une châtellenie, à l’image du seigneur de Verneuil en 1722 (pour ses « fief, terre et seigneurie et châtellenie de Sainte-Julitte »)21, déclarait posséder des fourches patibulaires à quatre piliers alors que la Coutume de Touraine ne lui en accordait que trois. Comme on l’a vu, ces usurpations pouvaient parfois donner lieu à procès.

15En fait, malgré leur mention dans les aveux jusqu’à la Révolution, tout laisse à penser qu’à la fin de l’Ancien Régime les fourches patibulaires réellement en état de fonctionner étaient peu nombreuses en Touraine. Malgré une présence diffuse et de plus en plus lointaine, elles n’en continuaient pas moins à faire partie du paysage et à marquer le quotidien d’une partie des anciens Tourangeaux. Ainsi, pour celles qui étaient encore debout, elles servaient communément dans les actes courants (baux à ferme, déclarations féodales, cessions…) pour situer et désigner telle ou telle parcelle. Ce sont ces indications toponymiques qui ont fini par donner les lieux-dits évoqués en introduction.

Les fourches patibulaires dans les sources de la pratique judiciaire

16En dehors des documents conservés dans les fonds ecclésiastiques et les chartriers, d’autres sources, en particulier celles issues de la pratique judiciaire, évoquent également les fourches patibulaires. Leur examen permet notamment de répondre à une question essentielle : les fourches patibulaires étaient-elles encore utilisées en Touraine à la fin de l’époque moderne ?

17Pour répondre à cette question, il faut d’abord partir d’une évidence. Pour que les gibets soient susceptibles de servir encore fallait-il que les tribunaux en activité prononcent des peines capitales. Or, au XVIIIe siècle, s’il existait en Touraine plus de 250 tribunaux possédant le droit de condamner à mort, en réalité, seule une infime partie d’entre eux usaient réellement de ce droit. Pour tout dire, seuls les quatre bailliages royaux (Tours, Chinon, Loches et Langeais) et les grandes justices seigneuriales (en particulier celles portant les titres de duché-pairie, comté, vicomté et baronnie) prononçaient encore des peines de mort à la fin de l’Ancien Régime. Cependant, même dans ce cas, cela ne signifie pas pour autant que tous ces tribunaux aient réellement eu recours à des fourches patibulaires. L’exemple du duché-pairie de La Vallière suffira pour s’en convaincre.

  • 22 France, Tours, ADIL, 136B217 : sentence définitive du 4 février 1756.
  • 23 De fait, la baronnie de Saint-Christophe ne semble pas posséder de fourches patibulaires au XVIIIe (...)
  • 24 Il est absent uniquement dans les sentences prononcées par contumace.
  • 25 France, Tours, ADIL, 7B164 : sentence définitive du 18 mars 1710.

18Sur l’ensemble du XVIIIe siècle, les deux principaux juges de cette importante terre titrée située aux confins de la Touraine et de l’Anjou ont décidé d’appliquer la peine capitale à 19 reprises ; parmi les 31 individus devant perdre la vie, 23 ont été condamnés à être pendus, 6 à subir le supplice de la roue et un à être décapité. Parmi eux, un seul a été condamné à mort par le tribunal de la baronnie de Saint-Christophe, siège secondaire du duché-pairie. Pour cet individu, la sentence précise qu’il est « condamné à être pendu et étranglé jusqu’à ce que mort s’ensuive, à une potence dressée sur la place publique de Saint-Christophe »22. Dans ce cas précis, l’usage des fourches patibulaires n’est donc pas mentionné23. Tel n’est pas le cas dans le siège ducal de Château-la-Vallière, où le recours aux fourches patibulaires est indiqué à de nombreuses reprises dans les sentences de mort24. Ainsi, en 1710, dans le jugement condamnant Urbain Chalubert à être « pendu et étranglé », il est précisé que « son corps demeurera attaché à la potence vingt-quatre heures et ensuite sera porté aux fourches patibulaires25 ».

  • 26 Certaines sentences précisent que cette potence sera « dressée en la place publique » de Château-la (...)
  • 27 France, Tours, ADIL, 7B185 : sentence définitive du 28 mars 1751. Dans l’unique cas prévoyant une d (...)
  • 28 France, Tours, ADIL, 7B185 : sentence définitive du 28 mars 1751 ; Idem, 7B178 : sentence définitiv (...)
  • 29 France, Tours, ADIL, 7B178 : sentence définitive du 2 octobre 1732.
  • 30 Patrick Ingremeau, Justice et criminalité à Tours d’après les procédures criminelles du Présidial ( (...)

19Cette procédure en deux temps, prévoyant l’exécution en place publique et une première exposition à la potence26 puis une seconde exposition aux fourches patibulaires, apparaît systématiquement dans les sentences de pendaison prononcées à Château-la-Vallière au XVIIIe siècle. Dans le cas d’une condamnation à la roue, le « rituel » est un peu différent. Il est en effet prévu que l’individu aura, comme dans le cas de Jean Marteau en 1751, « les bras, jambes, cuisses et reins rompus vifs sur l’échafaud qui sera dressé sur la place publique de Château-la-Vallière27 ». Ensuite, dans le cas d’un « assassinat », le supplicié doit être mis « sur une roue, la face tournée vers le ciel pour y finir ses jours » puis son corps porté par l’exécuteur de la haute justice à l’endroit où il a commis son crime28 ; dans le cas d’un empoisonnement, le « corps vif » du condamné doit « être jeté au feu pour être brûlé et réduit en cendres et icelles être jetées au vent29 ». Que ce soit pour une pendaison ou pour le supplice de la roue, il faut noter que les juges de Château-la-Vallière appliquaient au XVIIIe siècle les mêmes procédés que ceux qui étaient en usage dans le bailliage et siège présidial de Tours30.

20En réalité, dans le duché-pairie de La Vallière, peu de condamnés à mort ont eu à subir la peine prévue. En effet, en dehors des contumaces (dans ce cas, les exécutions ont été pratiquées par « effigie »), il fallait compter avec l’appel au Parlement (qui souvent se concluait par une réduction de la peine) et, plus rarement, avec les évasions et les décès survenus avant l’exécution. De fait, seuls trois individus ont réellement été pendus dans le duché-pairie de La Vallière au cours du XVIIIe siècle, à chaque fois à Château-la-Vallière.

  • 31 Mais pas en terre chrétienne. En effet, son enterrement, ainsi que ceux des deux individus pendus e (...)
  • 32 Fabrice Mauclair, Crimes au village. Histoire(s) de la criminalité ordinaire dans la Gâtine tourang (...)
  • 33 Les émoluments réclamés par l’« exécuteur des hautes œuvres » de Tours ont été à l’origine d’une vi (...)
  • 34 Ainsi, peu de temps avant la Révolution, la duchesse de Châtillon a fait réinstaller les « poteaux (...)

21Pour ces trois exécutions, il est malheureusement impossible de savoir si le recours aux fourches patibulaires (prévu dans les sentences) a vraiment eu lieu. J’aurais toutefois tendance à penser que non. En effet, en 1710, dans le mémoire très détaillé des dépenses engagées à l’occasion du « procès extraordinaire » fait contre Jean Mousset, dit le Loup, il est seulement fait mention des 36 livres payées au bourreau de Tours « pour son voyage et l’exécution », rien n’étant dit sur le transfert du cadavre au gibet. Grâce à ce mémoire, nous savons par ailleurs que le corps du condamné a été enterré, sans aucune précision quant au lieu31 ; la veuve Guérin a en effet reçu la somme de 20 sols pour la « toile » qu’elle a fournie pour ensevelir Mousset32. De même, à l’occasion de la pendaison le 30 mai 1729 de deux hommes (un père et son fils), le bourreau de Tours et son aide ont exigé la somme de 120 livres « pour les deux exécutions » et « pour leur voyage », rien n’étant spécifié pour le transport des corps aux fourches patibulaires33. Enfin, dans les très nombreux documents comptables consultés dans le cadre de ma thèse, je n’ai jamais trouvé de dépenses faites pour ces fourches patibulaires, alors que ces documents mentionnent parfois des sommes engagées pour réparer ou refaire à neuf des poteaux et des piloris34.

  • 35 Anonyme, « Journal d’un habitant de Tours au XVIIIe siècle », Bulletins de la Société Archéologique (...)

22Dans les fonds criminels des justices royales de Tours et Chinon, plusieurs sentences de mort du XVIIIe siècle prévoient également le recours aux fourches patibulaires mais sans plus de certitude, quant à leur utilisation réelle, que dans le duché-pairie de La Vallière. De même, si le journal d’un habitant de Tours mentionne une dizaine d’exécutions de 1746 à 1779, il n’évoque jamais l’usage des fourches patibulaires35.

  • 36 Pour information, il faut savoir que les fourches patibulaires de Tours étaient situées à l’écart d (...)
  • 37 Anonyme, « Mémoire d’un bourreau au XVIIIe siècle », Bulletins de la Société Archéologique de Toura (...)
  • 38 Carcan avec écriteau, corde au cou, flétrissure au fer chaud, fustigation « nu(e) de verge », etc. (...)
  • 39 Idem, p. 308. À la date du 2 juillet 1764, le bourreau réclame la même somme pour la condamnation d (...)
  • 40 Idem, p. 306.
  • 41 Idem, p. 308. En marge, l’intendant de Tours a corrigé toutes les sommes réclamées par le bourreau, (...)

23La découverte de deux documents permet toutefois d’affirmer que celles-ci ont bel et bien servi à la veille de la Révolution en Touraine, et en premier lieu dans le principal tribunal de la province. La preuve irréfutable de l’utilisation des « justices » royales de Tours36 figure dans le « mémoire » d’un bourreau publié au XIXe siècle37. Dans ce document précieux, établi à la fin de l’année 1768 par Gilles-François Berger, pour être payé de ses honoraires, le bourreau de Tours a consigné toutes les exécutions réalisées par lui depuis 1762, y compris après des condamnations à des peines afflictives et infamantes38. À la date du 25 août 1764, on peut ainsi lire : « Claude [Cousin], rompu vif sur un échafaud dressé à cet effet sur la place du Marché, et transféré le cadavre aux fourches patibulaires, 98 livres39 ». Plus précis encore, à la date du 9 août 1766 : « François B., a été condamné à être rompu vif sur un échafaud, 60 livres. Pour avoir planté l’échafaud à l’aide de deux domestiques, 16 livres. Pour avoir fourni la roue, 6 livres. Pour avoir emmené ledit B. au marché et avoir transféré son cadavre aux fourches patibulaires à l’aide de deux domestiques, loyer de deux chevaux et charrettes, 16 livres40 ». Enfin, le 3 août 1767 : « Plusieurs [individus condamnés] aux galères, pour trois et neuf ans, fustigés et flétris en effigie. René M., a été condamné à être pendu et étranglé, jusqu’à ce que mort s’ensuive à une potence, y rester 24 heures puis transféré à fourches patibulaires (sic), 192 livres41 ».

  • 42 Sur cette affaire, voir Michel Bourderioux, « Crime et Châtiment (Marcilly-sur-Vienne - 1764) », Bu (...)
  • 43 Pour information, ces « justices » se dressaient au nord-est de la ville, au sortir de la forêt, pr (...)

24Dans les mêmes circonstances, trois hommes (un charpentier, un voiturier par terre et l’« exécuteur des sentences criminelles » de Chinon) réclament, le 4 juin 1764, d’être payés suite à l’exécution à Chinon du nommé Leçon, condamné à faire « amende honorable » et à être « rompu et exposé sur une roue42 ». Pierre Bourgault, voiturier par terre exige ainsi 12 livres « pour avoir mené le cadavre exécuté et la roue aux justices dont il a fait deux tours avec sa charrette ». De même, le bourreau Louis Airault réclame 60 livres « pour ces exécutions et pour le fournissement des cordes », en particulier « pour avoir rompu, exposé sur la roue [ledit Leçon] et l’avoir fait conduire et attaché aux justices43 ».

25On notera pour terminer que les deux documents précédents évoquent l’utilisation de charrettes pour conduire les corps des condamnés. Celui de 1764 indique également que le bourreau devait fournir de nouvelles cordes pour chaque exécution ce qui suppose qu’elles servaient pour attacher le corps au gibet et qu’elles étaient ensuite inutilisables, sans doute parce qu’elles se détérioraient avec le temps.

Les fourches patibulaires dans les documents figurés

26Si les sources produites par les anciens tribunaux tourangeaux fournissent quelques informations éparses sur les rituels judiciaires utilisés et sur le maintien du recours aux fourches patibulaires jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, elles ne permettent pas malheureusement de répondre à une question importante, celle entourant les matériaux et les modes de construction des gibets. Pour cette dernière, il faut revenir aux sources présentées précédemment et surtout rechercher des informations dans les documents figurés.

  • 44 Maurice Vallas, La coutume de Blois, Paris, Éditions Fernand Lanore, 1987, p. 75-76. De manière plu (...)
  • 45 Cette pratique est par contre autorisée par la Coutume de Blois. Idem, p. 76.

27Avant cela, rappelons que la Coutume permettait aux seigneurs justiciers tourangeaux d’ériger des fourches patibulaires disposant de deux à six piliers. Par ailleurs, elle permettait à tous les seigneurs justiciers, quel que soit leur titre, de « garnir » leurs fourches patibulaires de « liens par dedans et par dehors », c’est-à-dire de relier les piliers de traverses de bois, à l’intérieur comme à l’extérieur44. Enfin, en dehors du cas particulier de la baronnie de Preuilly, les parties supérieures des piliers ne pouvaient pas être pourvues en Touraine de « faîtes », c’est-à-dire être surmontée de sortes de chapiteaux45.

  • 46 Dans ce texte, un « faît » semble désigner une longue pièce de bois. France, Tours, ADIL, E959 : en (...)
  • 47 France, Tours, ADIL, E156 : procès-verbal du 21 février 1582. Voir l’intégralité du document à la s (...)
  • 48 Pierres de Bourré, c’est-à-dire de tuffeau. France, Tours, ADIL, G156 : mémoire de 1782. Document t (...)

28Au-delà de ces données « théoriques », trois sources écrites fournissent quelques détails sur la construction des fourches patibulaires en Touraine, des sources qui permettent d’observer que les prescriptions de la coutume locale n’étaient pas toujours respectées –illustration supplémentaire de la distorsion, courante sous l’Ancien Régime, entre le droit et la pratique. À la fin du XVe siècle, grâce aux témoins entendus lors de la procédure opposant le seigneur de la châtellenie d’Azay-le-Rideau au procureur du roi de Chinon, on sait que les piliers de la « justice patibulaire » d’Azay étaient bâti en bois et « à faît » et qu’ils étaient par ailleurs reliés entre eux par des « pièces de bois46 ». Toutefois, les témoins précisent bien que la « justice et gibet d’Azay » était en 1485 hors d’usage, étant « tombée et abbatue par vieillesse ». De même, en 1582, les deux piliers de la « justice patibulaire » de la seigneurie de Franc-Palais, à Luzé, ont été faits avec des poteaux de bois carrés, chaque poteau étant pourvu notamment de « quatre liens de bois », trois en bas et un tenant le « faît ». La solidité de la construction est également assurée grâce à l’utilisation d’une « seule », c’est-à-dire d’une solive. Le tout a été réalisé par un charpentier47. Enfin, d’après le mémoire rédigé en 1782 par un maçon, on sait que ce dernier a consacré « neuf journées à la démolition et reconstruction des deux piliers de la Justice » des Bains, plus « quatre journées de manœuvre à cette (sic) ouvrage » à raison, respectivement, de 30 sols et 16 sols par jour. Pour son ouvrage, l’artisan aurait par ailleurs fourni « un poinçon de chaux et trois tombrées de sable » ainsi qu’« une tombrée de moilon [moellons] pour les fondations desdits piliers et quatre menu bourré »48. On voit donc, grâce à toutes ces indications, que les piliers des gibets tourangeaux pouvaient être aussi bien en bois (pour les cas du XVe et du XVIe siècle) qu’en pierre (pour celui du XVIIIe siècle). Ces informations indiqueraient-elles une évolution dans les matériaux utilisés ? Difficile à dire.

29Voyons maintenant ce que nous apprennent les documents figurés sur l’aspect extérieur des fourches patibulaires. Si les représentations de gibets sont extrêmement rares dans les fonds tourangeaux, elles sont toutefois d’un très grand intérêt pour notre sujet.

  • 49 Cette estampe est peut-être l’œuvre de Bernard Salomon. Elle illustre l’ouvrage intitulé « La Comos (...)
  • 50 Ces gibets sont en effet placés au sud-ouest de la ville, entre la « maladerie » et le pont de l’îl (...)

30Des fourches patibulaires apparaissent sur un premier document iconographique datant de 1575. Il s’agit en l’occurrence d’une estampe publiée dans un ouvrage de François de Belleforest et représentant, sous la forme d’une vue cavalière, « La ville et chasteau de Loches »49. Dans un coin de l’œuvre, en bas à gauche, l’auteur a représenté un gibet. Celui-ci est pourvu de quatre piliers carrés (sans aucun chapiteau au-dessus) et de quatre larges traverses au bout desquelles sont accrochés trois pendus. On peut également noter que d’après cette vue les fourches de Loches étaient situées à l’extérieur de la ville, bien à l’écart de la cité50.

  • 51 Il faut signaler que du fait de l’absence d’analyses détaillées dans les catalogues et les inventai (...)
  • 52 France, Tours, ADIL, G213/1-2 : « plan et arpentage du bois de Plante […] s’étendant le long du Che (...)
  • 53 Les fourches du présidial de Tours apparaissent alors sous l’appellation « Ragotière Justice Royale (...)

31Un peu dans la même verve, mais beaucoup plus tardivement, deux plans des Archives départementales d’Indre-et-Loire51 datant de 1702 montrent les fourches patibulaires du principal tribunal tourangeau : le bailliage et siège présidial de Tours52. Sur le premier, quatre piliers ainsi qu’un pendu attaché à la seule barre verticale représentée ont été dessinés de manière un peu naïve. Sur le second, qui est la version plus soignée du plan précédent, le tracé est beaucoup plus assuré ; quatre piliers carrés y apparaissent nettement. Ces derniers semblent par ailleurs reliés entre eux par deux barres horizontales. Ces mêmes piliers ont été reportés sur un plan dressé au cours des années 1787-1789 par deux « géomètres »53. Sur ce dernier, le gibet dispose toujours de ses quatre piliers et de ses traverses. Deux d’entre elles semblent toutefois discontinues (en mauvais état ?), une autre (à moins qu’il s’agisse d’un mur) paraît coupée en son milieu comme pour laisser un passage permettant de pénétrer à l’intérieur. Enfin, dans l’espace situé entre les quatre poteaux, une curieuse croix a été tracée en pointillés. Que signifie-t-elle ? Au total, les fourches patibulaires de la principale juridiction tourangelle sont bien modestes, surtout lorsqu’on les compare à celles d’autres juridictions royales équivalentes ou même à celles de certains seigneurs.

  • 54 Ils appartiennent à une série de plans représentants le fief des Hautes-Varennes (ou des Bains) leq (...)
  • 55 France, Tours, ADIL, G202 : 4e feuille. Les piliers en question ont également été reportés sur le p (...)
  • 56 Ainsi, alors que la Coutume de Touraine leur permettait d’en avoir trois, les possesseurs de la châ (...)
  • 57 France, Tours, ADIL, G200 : 6e feuille. Il semble que le nom de la « justice » a été ajouté dans un (...)

32Deux plans de la seconde moitié du XVIIIe siècle, conservés également aux Archives départementales d’Indre-et-Loire, contiennent ainsi le dessin de fourches patibulaires seigneuriales54. Sur le premier plan55, les deux « poteaux » carrés de la « Justice » des Bains, propriété du chapitre Saint-Gatien de Tours, celle-là même qui ont été réparée en 1782, apparaissent distinctement56. Ils sont situés dans l’actuelle commune de Saint-Pierre-des-Corps, à l’intérieur d’une pièce de terre, un peu à l’écart des habitations. On peut aussi noter qu’ils se dressent au bord d’un chemin, près d’une « fourche ». Il semble par ailleurs, si on observe le document de très près, que les deux piliers sont encore reliés par une traverse. L’autre plan laisse apparaître la « Justice de Thuisseau », sur la commune de Montlouis-sur-Loire57. Comme précédemment, les fourches patibulaires de la châtellenie de Thuisseau-Montlouis sont érigées dans une pièce de terre, bien à l’écart des habitations, mais cette fois à une assez bonne distance du chemin (situé, là encore, non loin d’une bifurcation). Cette « justice » est constituée de quatre piliers (alors qu’elle devrait, théoriquement, n’en avoir que trois), encore une fois de forme carrée ; ces piliers ne semblent plus disposer de leurs « liens ».

  • 58 France, Tours, Bibliothèque Municipale (BMT), ms 2245/1 : atlas terrier réalisé pour la duchesse de (...)

33Je terminerai cette partie en évoquant toute une série de documents qui nous renseignent de manière assez exceptionnelle sur les anciennes justices patibulaires de Château-la-Vallière. Celles-ci sont visibles sur un premier plan contenu dans l’atlas-terrier du duché-pairie de La Vallière réalisé peu de temps avant la Révolution58. Sur celui-ci, les « fourches patibulaires » sont dessinées à l’entrée nord de la « haute forêt » de Château-la-Vallière, à la pointe de l’« enceinte de la Justice », à proximité d’une route et d’un chemin moins important. Lorsque l’on observe la représentation de près, on aperçoit, comme dans le cas de « la Justice » des Bains, que les quatre piliers carrés sont encore apparemment « garnis » de leurs « liens ».

  • 59 France, Tours, SAT (fonds photographique), 0112 0143 R. Voir aussi un cliché identique (consultable (...)
  • 60 Plusieurs exemplaires de cette carte postale sont visibles sur Internet.
  • 61 D’après François Botté, membre de l’association « Maisons paysannes de Touraine », les « congloméra (...)
  • 62 France, Tours, ADIL (« Images de Touraine »), 10Fi062-0034. Cliché consultable en ligne.
  • 63 Renseignements fournis par plusieurs membres de l’association « Maisons paysannes de Touraine ».

34De manière tout à fait unique en Indre-et-Loire, les « pendoirs » de Château-la-Vallière ont bravé le temps, du moins durant une certaine période. Au tournant des XIXe et XXe siècles, deux de leurs piliers étaient encore en partie debout, comme le montrent trois clichés réalisés à cette époque. Sur le premier, daté de 1896 environ59, on devine en effet, à travers les branchages, deux hauts piliers maçonnés ; à gauche de ceux-ci, on semble deviner les restes de deux autres piliers – intégrés apparemment dans un talus. Sur un autre cliché, tiré en carte postale60 avec pour titre « “Les Pendoirs”, restes d’un ancien gibet » et sans doute légèrement postérieur au précédent, les deux piliers encore préservés se dressent fièrement au milieu d’une zone qui semble avoir été déboisée peu de temps auparavant. Mieux que sur le précédent cliché, on voit nettement sur celui-ci que les piliers sont composés de moellons, vraisemblablement en silex, de tailles et de teintes différentes61. Ces « perrons » ou conglomérats siliceux, souvent difformes et très durs, sont en effet courants dans la région de Château-la-Vallière ; autrefois, ils étaient déterrés et ramassés dans les champs par les agriculteurs pour servir à édifier les murs des maisons paysannes et des constructions secondaires. On les retrouve également dans une partie de l’enceinte du château de Vaujours toute proche. Sur une autre carte postale réalisée aux alentours de 1900, les matériaux et la technique utilisés pour édifier les deux piliers sont encore plus nettement visibles62 ; les moellons en silex semblent avoir été hourdés, c’est-à-dire maçonnés grossièrement, avec un mortier de chaux ou de sable63.

  • 64 Georges Couillard, Château-la-Vallière et sa région des origines à nos jours, t. II : De l’an mil à (...)

35Pour en terminer avec les « pendoirs » de Château-la-Vallière, le samedi 2 janvier 1965, un historien local, instituteur de son état, a retrouvé et photographié l’emplacement des piliers écroulés. D’après ses relevés, ces derniers « formaient exactement un carré de 6 mètres de côté. Les côtés étaient parfaitement orientés nord-sud et est-ouest (vérifié à la boussole) »64. Sur la photographie réalisée ce jour-là, on voit que les deux piliers, encore bien visibles au début du XXe siècle, ne forment plus alors que des amas de pierres d’un peu plus d’un mètre de hauteur. Enfin, tout récemment, j’ai eu la chance de retrouver l’emplacement des fameux « pendoirs ». Malheureusement, la nature a repris ses droits et sous les quatre monticules que j’ai cru deviner, bien difficile de dire ce qui se cachait vraiment.

36Ainsi, malgré la découverte de quelques documents intéressants, les gibets gardent encore en Touraine une partie de leurs mystères. De fait, la recherche effectuée aux Archives Départementales d’Indre-et-Loire démontre que si les fourches patibulaires ont fortement marqué les esprits et frappé l’imaginaire, au point d’avoir laissé de nombreux toponymes, elles constituent en réalité un objet d’histoire – presque – introuvable. Il est fort à parier que des recherches équivalentes menées dans les autres dépôts d’archives départementaux aboutiraient presque à chaque fois au même constat.

37Cette difficulté à trouver des archives sur les fourches patibulaires est déjà une indication en soi. Elle montre que les gibets, malgré leur forte puissance symbolique, occupaient finalement une place relativement peu importante dans le fonctionnement de la justice en France à la fin du Moyen Âge et au cours de l’époque moderne. D’un autre côté, cette relative discrétion des fourches patibulaires dans les sources peut être interprétée comme la preuve de leur profonde banalité. On a en effet pu noter qu’en Touraine les fourches patibulaires font essentiellement parler d’elles en cas de dysfonctionnements – contestations entre seigneurs pour l’exercice du droit de haute justice, usurpations d’un seigneur au dépens d’un autre, impayés… –. En temps normal, lorsqu’elles servaient correctement et qu’elles étaient bien établies, elles donnaient peu souvent lieu à l’établissement d’actes écrits.

  • 65 De même, la quasi inexistence de clichés les représentant indique bien que beaucoup d’entre elles o (...)

38Au-delà de cette vision « optimiste » – les fourches patibulaires qui fonctionnaient normalement n’ont pas laissé de traces –, il est tout de même tentant de conclure, au vu des documents rassemblés pour la Touraine, qu’en réalité bien peu de fourches patibulaires existaient encore en France à la fin de l’époque moderne. Ainsi, comment expliquer autrement le peu de plans les représentant au XVIIIe siècle65.

39Pour tout dire, si en Touraine, quelques rares tribunaux continuaient encore à les entretenir et à les utiliser épisodiquement à la veille de la Révolution, à cette époque, les fourches patibulaires appartenaient déjà à un passé lointain. De fait, compte tenu notamment du faible nombre de condamnations à mort prononcées au XVIIIe siècle, elles ne constituaient plus qu’un symbole désuet de la justice d’autrefois auquel restaient encore parfois attachés quelques seigneurs tatillons et imbus de leurs droits, à l’instar des chanoines de Saint-Gatien de Tours qui, peu de temps avant la Révolution, ont refait à neuf leurs « justices » des Bains. Il semble toutefois que ce cas soit une exception.

Haut de page

Bibliographie

Sources non éditées

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), E23.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), E156, procès-verbal du 21 février 1582.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), E644, transaction du 21 juillet 1654.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), E959, enquête du 9 avril 1485.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), G156, mémoire de 1782.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), G196 : plan géométrique de la châtellenie des Bains et des fiefs de la Basoche et de Lublin situés dans les varennes de Saint-Pierre-des-Corps, la Ville-aux-Dames et Montlouis, 1787-1789.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), G200.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), G202.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), G213/1-2 : « plan et arpentage du bois de Plante […] s’étendant le long du Cher depuis la Pichotière et Boisrideau jusqu’à Rochepinard », 1702.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), G465.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), H513, « Inventaire des titres du fief de [Saint-Julien de] Bléré » établi vers 1780.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), H592, compromis du « mercredi d’après la fête de saint Christophe de l’an 1267 ».

France, Tours, France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), 7B164, sentence définitive du 18 mars 1710.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), 7B178, sentence définitive du 2 octobre 1732.

France, Tours, France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), 7B185 : sentence définitive du 28 mars 1751.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), 136B217, sentence définitive du 4 février 1756.

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL) (« Images de Touraine »), 3Fi0073-0055 (Consultable en ligne).

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL) (« Images de Touraine »), 10Fi062-0034 (Consultable en ligne).

France, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire (ADIL), 65J238 : état des paiements échu le 1er juillet 1788 et mémoire.

France, Tours, Bibliothèque Municipale (BMT), ms 2245/1 : atlas terrier réalisé pour la duchesse de Châtillon (1788-1789), plan n°95.

France, Tours, Société Archéologique de Touraine (SAT) (documents figurés), DF Ab 00241.

France, Tours, Société Archéologique de Touraine (SAT) (fonds photographique), 0112 0143 R.

Sources imprimées

François Fourré, Coutumes générales du pays et comté de Blois…, Blois, J.P.J. Masson, 1777.

Pierre Jacquet, Abrégé du commentaire de la coutume de Touraine [...], Auxerre, Chez Fournier, Paris, Chez Knapen, 1761, 2 vol.

Bibliographie

Anonyme, « Journal d’un habitant de Tours au XVIIIe siècle », Bulletins de la Société Archéologique de Touraine, 1895, t. X, p. 141-192 et p. 203-227.

Anonyme, « Mémoire d’un bourreau au XVIIIe siècle », Bulletins de la Société Archéologique de Touraine, 1899, t. XII (1ère partie), n°4, p. 305-309.

Boucher André, « Exécuteurs des hautes œuvres et bourreaux chinonais », Bulletin des Amis du Vieux Chinon, 1969, t. VII, n°3, p. 293-301.

Bourderioux Michel, « Crime et Châtiment (Marcilly-sur-Vienne -- 1764) », Bulletin des Amis du Vieux Chinon, 1963-64, t. VI, n°8, p. 426-428.

Carré de Busserolle Jacques-Xavier, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire et de l’ancienne province de Touraine, Tours, Imprimerie Rouillé-Ladevèze, 1878-1884, 6 vol. ; 2e éd. (t.1 et 2), Mayenne, Joseph Floch, 1966.

Chevalier Casimir (abbé), « Histoire de l’abbayes de Noyers », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, 1873, t. XXIII, p. CXLVI-CXLVII.

Couillard Georges, Château-la-Vallière et sa région des origines à nos jours, t. II : De l’an mil à 1400, s.l., 2002.a

D’Espinay Gustave, Les réformes de la Coutume de Touraine au XVIe siècle, Tours, L. Péricat, 189.

Ingremeau Patrick, Justice et criminalité à Tours d’après les procédures criminelles du Présidial (1762-1767), Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1992.

Mabille Émile, « Catalogue analytique des diplômes, chartes et actes relatifs à l’histoire de la Touraine contenus dans la Collection de Dom Housseau », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, 1863, t. XIV.

Mauclair Fabrice, Crimes au village. Histoire(s) de la criminalité ordinaire dans la Gâtine tourangelle au xviiie siècle, La Crèche, Geste éditions, 2011.

Mauclair Fabrice, « Justice(s), fourche(s), pilori(s)… : les anciens lieux d’exécution et d’exposition dans les toponymes en Indre-et-Loire », Bulletin de l’Académie des Arts et Belles Lettres de Touraine, à paraître.

Montrot Ernest, Sainte-Maure-de-Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, 1978.

Vallas Maurice, La coutume de Blois, Paris, Éditions Fernand Lanore, 1987.

Haut de page

Annexe

On trouvera dans cette annexe l’intégralité de cinq documents évoqués dans l’article66. Pour les deux plus anciens, la transcription a été réalisée par Isabelle Girard, attachée de conservation du patrimoine aux Archives départementales d’Indre-et-Loire.

Archives départementales d’Indre-et-Loire, cote E959, titres de la châtellenie d’Azay-le-Rideau : haute justice et quinte et prévôté d’Azay.

Parchemin.

En tête. 9 avril 1485.

Enqueste à mettre avec les lettres patentes.

Texte. Examen de tesmoings fait par nous Girard Francboucher licencié en loix, lieutenant / à Chinon pour monseigneur le bailly de Touraine, en la présence des advocat et procureur du roy audit siège de Chinon pour / la partie de Messire Fouques du Boisjourdain, chevalier, seigneur d’Azay-le-Rideau, à l’encontre du procureur du roy / en Touraine ou son substitut audit Chinon, touchant ce que ledit chevalier disoit et dit que à cause de la chastellenie / et seigneurie d’Azay en avait droiz, il a droit d’avoir en sadite seigneurie justice patibulaire à trois pilliers, auquel / examen nous et lesdits avocat et procureur avons vacqué par les jours et en la forme et manière qui s’enssuit.

Audit lieu d’Azay le ixe jour / d’avril l’an mil iiiit iiiixx et cinq.

Estiene Davonneau demourant en la parroisse d’Azay, aagé de soixante dix huit ans ou / environ, tesmoing produit pour la partie de Jehannet de Boisiourdain, escuier, seigneur d’Azay-le-Rideau dit / le Bruslé, à l’encontre du procureur du roy ou bailly de Touraine, jure de dire vérité en la présence de maistre / Jehan Nioche, procureur du roy, substitut pour le procureur du roy au siège de Chinon, oy et examipar nous / lieutenant en la présence desdits advocat et procureur, dit et deppose par son serment que dès le temps de son enffance / en ung lieu vulgairment appellé Poilgrolle assis sur le coustau de La Varenne ps ledit lieu / d’Azay et distant dudict lieu d’Azay de près d’un quart de lieue, il vit deux pilliers de boys sur bout / avec ung fest dessus que l’on disoit estre partie de la justice patibulaire dudit lieu d’Azay et / porcion d’icelle justice patibulaire estre tombée et abbatue par vieillesse et ancienneté et tout ce que / en estre tombé et abbatu estre [encore] soubz ce qui en estre encores sur bout, et oyt deslors et depuis dire / et maintenir tout communément que la justice patibulaire dudit lieu d’Azay avoy acoustumé d’estre à trois / pilliers et audit lieu de Poilgrolle et y vit lesdits deux pilliers sur bout et à fest par le temps et espace / de deux ou trois ans et ledit plus qui estre tombé comme dit est.

Estiene Marche demourant en la parroisse de Cheillé, aagé de quatre vingt ans ou environ tesmoing / produit pour la partie dudit du Boisiourdain à l’encontre dudit procureur du roy, jure de dire vérité, oy / enquis et examiné par nous lieutenant en la présence desdits procureur et advocat, dit et expose par son serment / qu’il est natif de la parroisse de Cheillé près ledit lieu d’Azay où il s’est tousiours tenu et a eu / congnoissance que dès son jeune aage et enffance il vit la justice patibulaire d’Azay sur bout / par trois ou quatre ans mais à quatre pilliers elle estoit, ledit depposant n’en est souvenance / toutefvoies, il dit qu’il a tousiours oy dire et maintenir aux anciens du pais que ledit lieu de Pelgrolle / est le lieu propre et destiné au gibet et justice patibulaire d’Azay et qu’elle esté et avoit tousiours / acoustumée d’estre à trois pilliers. Et est ce qu’il deppose.

Jehan Delacroix demourant à Azay-le-Rideau, aagé de LXX ans ou environ tesmoing produit pour la partie / dudit de Boisiourdain à l’encontre dudit procureur du roy, jure de dire vérité comme dessus, dit et / deppose par son serment qu’il est natif de Ballèrre et a bien soixante ans qu’il demoure en ceste ville / d’Azay, auquel lieu il a tousiours demouré et résidé ; pour ce il dit avoir congnoissance du lieu / vulgairment appellé Pelgrolle assis sur le cousteau de La Varenne près ledit lieu d’Azay, dit que dès / son jeune aage comme il alloit aux mousses il se trouva audit lieu de Pelgrolle avec quelques autres / jeunes enffans, auquel lieu il vit certain nombre de pièces de boys que l’on disoit estre procédées / de la justice et gibet d’Azay et y en avoit dix ou douze pièces comme luy semble qui estoient / vieilz et presque pourriz et a dit sur ce interrogé que à son advis ladite justice ou gibet quant elle / esté sur bout pouvoit estre à trois pilliers pour le moins actendu le nombre des pièces de boys qui [restent] / avec ce il dit pour monstrer que ladite justice estoit à trois pilliers, que entre lesdites pièces de boys y en avoit / trois longues en ressemblance de fest et trois esté noué avec quelques certaines anciennes pièces de boys appelées / lyans, pour quoy il dit qu’à son advis et advis (sic) il croyt que ledit gibet avoit esté à trois pilliers et n’a point / oy dire que ledit gibet eust esté abbatu, mais choist de vieulté et oyt lors dire et maintenir aux anciens / du pais que ledit gibet esté à trois pilliers et que ledit lieu de Poilgrolle est le lieu où a acoustume estre la justice / patibulaire d’Azay. Et est ce qu’il deppose.

[Guitte] Bourreau demourant en la parroisse d’Azay aagé de quatre vings ans ou environ, tesmoing produit pour / la partie dudit de Boisiourdain, jure de dire vérité, dit et deppose par son serment, qu’il a soixante ans et plus qu’il / est demourant en la parroisse d’Azay et dès ledit temps il a congnoissance du lieu de Poilgrolle assis au coustau de / la Varenne, auquel lieu de Poilgrolle il a tousiours oy dire et maintenir de son temps et dès lors que la justice / patibulaire et le gibet avoient tousiours acoustumé estre audit lieu de Poilgrolle mais ne le vit jamais sur bout / ni assis ni anciens [mérains] dudit gibet, toutefvoies il dit que dès lors il oyt dire à plusieurs des anciens du pais / [..telle] en estre inconnue [reno..nce] que la justice dudit lieu d’Azay ils avoient veut sur bout audit lieu de poilgrolle / mesme à ung nomé [Vinban] de la parroisse de Vallerre qu’il avoit veu ledit gibet d’Azay sur bout audit lieu de / Poilgrolle et disoient lesdits anciens que ledit gibet de leur temps esté et avoit esté ediffié à trois pilliers / audit lieu de Poilgrolle. Et est ce qu’il deppose.

André de Mazières demourant en ceste ville d’Azay, aagé de cinquante cinq ans ou environ, tesmoing produit pour ledit de Boisiourdain, dit et deppose par son serment qu’il peut avoir XLVIII ans ou environ que son père le mena et conduisit / en une certaine vigne appartenant à sondit père sise jouxte le lieu de Poilgrolle et en allant en ladite vigne ilz cheurent sur / le lieu de Poilgrolle et dès ce temps il lei souvient audit depposant que sondit père luy dist ces mots ou autres semblables : voycy le lieu appellé Poilgrolle où l’on pend les larrons en l’advertissant qu’il ne fust larron, en luy disant que c’estoit le lieu du / gibet et justice d’Azay, et dès lors il oyt dire ainsi communément et dit qu’il est souvenance qu’alors il vit cinq ou six / pièces de boys choistes, autres bien vrillés et chenoisies, pleines de mousse et luy dist sondit père que c’étoit le boys du / gibet d’Azay, mais il ne [sait] s’il estoit audit lieu de deux ou à trois pilliers y ce que sondit père ne luy en dist rien, toutteffois / il dit qu’il y avoit plusieurs desdites pièces qui estoient escarries et que toutes lesdites pièces se montoient bien cinq ou six pièces / comme il a dit et ne scavoir dire si elle estoit à deux pilliers ou à trois anciennement que et que (sic) dessus en a depposé et est ce qu’il deppose.

Au dos.

Enqueste faite / à la reqte de Messire / Foucques de / Boisjourdan seigneur / d’Azay / à l’encontre du / procureur du roy / à Chinon / pour le droit de / fourches pour / faire pâtir les / mallefaiteurs. / à trois pilliers. / Azay.

Archives départementales d’Indre-et-Loire, cote E156, fonds Pocquet de Livonnière.

Registre in-folio, 415 feuillets papier. « Aveux de la châtellenie de Francpallais67 rendus à la baronnie de Mermende68 depuis le 26 8bre [octobre] 1575 jusqu’au 8 novembre 1737 ».

Folio 1, recto

En tête. 21 février 1582.

En marge haute gauche. Procès verbal de la plantation ou édiffication des fourches patibulaires à deux piliers de la seigneurie de Franpalais.

Texte. Aujourd’huy mercredi vingt ungiesme jour du / mois de febvrier mil cinq cens quatre vingt / et deulx, heure de unze à douze du matin / à la requeste et par le commandement de damoiselle / Janne Prévost dict de Sansac, dame de Francpal[ais] / y résident et dame de haulte, moyenne et basse / justice desdictz fiefz, terres et signeurie dudict / Francpallais, nous Anthoine Picquier [procureur] / commis de substition du procureur fiscal / de ladite terre, fiefz et signeurye / de Francpallais, Michel Debron sergent / ordinaire d’icelle et Estienne Griffier / greffier de ladite terre, fiefz et signeurye / de Francpallais, sommes transportez / de ladite maison signeuryal dudit Francpallais / jusques au lieu et carroy appelé Le / Caroy de la Justice au travers du / quel y sonts les chemins, savoir le chemin / tandant du port de Nouastre69 à Sainct-Gilles70 / et le chemin tandant de La Binallyère71 à / Boisaubry72 et le chemin tandant et rendant / dudit Francpallais audit grand chemin / de Nouastre à Sainct-Gilles, auprès / duquel carroy et en la part de ladite / damoiselle estant de ces appartenences / et fief de sadite signeurye de Francpallais, / René Vallée cherpantier par le commandement / et à la requeste de ladite damoiselle a opp[…], / mis et levé une justice patibullere /

Folio 1, verso

à deulx pilliers ou pousteaulx de bois / caréz, chascung pousteau de trois quatre liens / quatre liens de bois, trois au bas / et ung tenent le fays et le fais de / sus et une seulle de soubz et deulx liens / soubz la gorge de ladite seulle, le tour / de bois, pour et affin que personne ne / prétende cause d’ignorance, se requérant / pour ladite damoiselle en avons rédigéz / et mis par escript le présent acte / pour valloyr et servir à ladite damoiselle / et qu’il il appartiendra autant d’eux / que de raison et signé de noz sings / suivants et aussy signé du sing / de madicte damoiselle et estoyent présents Pierre Chastin, Mathurin Regnard de Villend[…], / Jehan Poupart, Guion Faulquereau, Touss[aint] Desbourdes, Gilles Man[t]allon, Berthelommé / Amirault, Pierre et Anthoine Bouilly père et fils / et André Regnard tesmoings, signé à [Bouilly] et de nous procureur, greffier et sergent.

[Signatures] Jane de Sansac Griffier greffier M. Debron sergent

Archives départementales d’Indre-et-Loire, cote E644, fonds du chartrier du château de Pocé73.

Feuillets papier. Transaction sur procès [faite le 21 juillet 1654] entre René du Bec et Jacques Bouault, en raison de fourches patibulaires dressées au carrefour du lieu de La Perchais74, 22 septembre 1695.

Folio 1, recto

Texte. À tous ceux qui ces / présentes lettres veront salut Scavoir faisons / que le vingt uniesme iour de juillet mil six cent cinquante / quatre avant midy en la cour du Roy nostre sire à Tours / pardevant nous notaire en icelle soubsigné, furent / présents en leurs personnes establyes et deument / soubmis, haut et puisant seigneur messire René / du Bec chevalier marquis de Vuarde conte de Moret / chevallier d’honneur de Madame, conseiller du Roy en ses / conseils, seigneur chastelain du hault et bas Pocé et / prévosté de la Basse Rochère75 d’une part et Jasques / Bouault escuyer sieur de la Berurie76 et de Montreuil77 maistre / de camp et premier capitaine de cavallerie du régiment / de Monsieur le duc d’Anjou, estant de présent en ce lieu / d’autre part, sur ce que les dittes partyes ont du / procès et différant tant aux requestes du palais que / au parlement à cause de certaines fourches patibulaires / dressés au carefour du lieu de la Perchais en laquelle / instance le deffunt sieur de Fouville a esté autrefois / partye et en cette instance ledit seigneur de Vuarde /

Folio 1, verso

prétendoit que les dittes fourches ayent esté mises dans / le fond de ses fiefs et justices dudit Pocé et de la part dudit / seigneur de Fouville estoit soustenu avoir droit d’en faire / pour estre seigneur de la paroisse dudit Montreuil audedans / de laquelle estoit les dittes fourches patibullaires et autres / moyens allégués par ledit seigneur de Fouville, laquelle / instance ayant esté reprise par ledit sieur de la Berurie [e.teme.] / de ce faire, disant qu’il avoit acheté laditte terre de Montreuil / en l’estat qu’elle estoit et y ayant trouvé les dittes fourches / qu’il avoit lieu de soustenir qu’elles y devaient demeurer outre / les raisons alléguées par le dit sieur de Fouville en la ditte / instance, ce quy pouvoit mettre les partyes en plus / grand procès, pour à quoy obvier et norir paix et amitié / entre elles les dittes partyes en ont pris par l’advis de leurs / conseils transigé et accordé par tel que ledit seigneur / de Vuardes poura quand bon luy semblera faire / abattre les dittes fourches et en disposer et moyenant / ces présentes demeure laditte instance née et à nestre / entre les dittes partyes, nulle et asoupie pour ce subject / sans aucuns despens, dommages et interest dont jugé /

Folio 2, recto

et à ce tenir promettant & obligeant & renonceant / jugé faict et passé au chasteau dudit Pocé en présance de / Jasques Normandeau sergent de la ditte chastelnie de Pocé / demeurant paroisse de St Ouin78 et noble homme maître Pierre Lorin / assesseur en l’éllection d’Amboise et de noble homme maître Jean / Fond advocat en parlement demeurants en la ville / d’Amboise tesmoings à ce appellée advis du scel royal / suivant ledit. La minutte est signé René du Bec Crespin / de Grimaldy, La Berurie, P Lorin, J Fond, et Normandeau / et Puchet notaire

[en marge : Scellé le iour / et an que dessus]

Delivré par moy soubsigné commis à la / delivrance des nottes de maistre François / Puchet notaire royal à St Ouin le vingt deuxiesme / iour de septembre mil six cent quatre vingt / quinze.

[Signature] N Baglan

Archives départementales d’Indre-et-Loire, cote 4B1168, fonds du bailliage de Chinon.

Feuillets papier. Requête, ordonnance de soit communiqué, conclusions et ordonnance définitive du 4 juin 1764.

Folio 1, recto

Texte. À Monsieur le lieutenant général criminel / à Chinon. / Supplient humblement Joseph Goubin cherpentier / Pierre Bourgault voiturier par terre et Louis / Airault exécutteur des sentences criminel / Disant qu’il a esté exécutté mercredy trente / de may dernier le nommé pLessont qui a esté / a fait amande honorable et qui a esté rompû / et exposé sur une roue, que Goubin / l’un des suppliants fut requis pour faire / l’échafaut pour l’avoir fait et fourny d’une / toise de bois et l’avoir reporté lesdits / bois au poix du roy pour ce fourny en outre / deux maubrures de douze pieds de longueur / six livres de clous, une roue, deux liens / de fer sur le boutos de la roue, trois posteaux / de chacun cinq pieds, et le posteaux de la roue # [en marge : # ensemble / la somme de / trois livres pour / la torche pesant / deux livres /] pour ce convient la somme de quarente / livres.

Ledit Bourgault pour avoir mené le cadavres / executté, et la roue aux justices pour et dont / il a fait deux tours avec sa charette pourquoy / demande douze livres qui est le prix que vous / avé toujours taxé.

Folio 1, verso

Par ledit Airault exécutteur pour avoir / mené ledit Lesson et conduit jusqu’à / l’église cathéderale de cette ville faire / amande honorable et l’avoir rompû exposé / sur la roue et l’avoir fait conduire et / attachés aux justices pour quoy demande / pour ces exécutions et pour le fournissements / des cordes soixante livres ; et pour avoir / le payements de ces sommes lesdits / suppliants ont esté conseillé d’avoir / recours à votre authorité.

Ce considéré Monsieur Il vous plaise / décerner exécuttoire sur les fermiers du / domaine de Chinon Scavoir au proffit dudit / Goubin de la somme de quarente Livres, dudit / Bourgault de la somme de douze livres / et dudit Airault de la somme de soixante / livres, ensemble de celle de trente / sols pour la fasson de la présente / requeste non compris votre exécutoire / à cet effet que lesdits fermiers seront / contraint aux payement desdittes / sommes par provision et ce nonobstant / opposition ou appellation et ferez

Folio 2, recto

Justice. Rature deux mots ne vallent.

[Signatures] Ayrault J. Goubin Guepins

Soit communiqué au procureur du roy fait ce quatre / juin mil sept cent soixante quatre.

[Signature] Lenée R

Vû la requête et l’ordonnance de soit communiqué / de ce jour. / Je n’empêche par le Roy qu’exécutoire soit décerné / aux suppliants de la somme de quatre vingt cinq livres / scavoir trente sept livres pour Goubin charpentier, six / livres pour Bourgault voiturier, quarante deux livres pour / l’exécuteur, tant pour l’amande honorable qu’exécution / du nommé Leson et fournissement de la corde. Toutes / lesdites sommes revenantes à celle cy dessus de quatre vingt / cinq livres, au payement de laquelle les fermiers, receveurs / ou régisseurs du domaine de Champigny79 comme appartenant / au seigneur de ce domaine où il ne paroist depuis long temps / ou ces receveurs seront contraints par toutes voyes dües / et raisonnables et ce non compris trente sols pour les frais / de la présente et non compris le sceau grosse de l’exécutoire / et signiffication d’iceluy.

À Chinon ce quatre juin mil sept cent soixante quatre / [Signature] Lebreton de Neuil procureur du roy.

Vu la requeste cy dessus et des autres parts notre / ordonnance de soit communiqué au procureur du roy et les conclusions / dudit procureur du roy # [# en marge : de ce jour / Lenée R] soit fait ainsi qu’il est requis fait ce / quatre juin mil sept cent soixante quatre.

[Signature] Lenée R

Archives départementales d’Indre-et-Loire, cote G156, fonds du chapitre de l’église métropolitaine de Tours.

Feuillets papier. Mémoires des ouvrages faits par différents artisans aux biens dépendant de l’Église de Tours : extrait du mémoire d’un maçon (1782).

En tête. Pilliers de la justice située varenne de St Pierre des Corps.

Texte. Jé fais neuf journées à la démolition et reconstruction des deux pilliers / de la justice à trente sols par jour La somme de 13 : 10 [en marge : 13 # : 10 s : ״ d] / fais quatre journées de manœuvre à cette ouvrage à seize [quinze] sols par jour / La somme de 3 : 4 [en marge : 3 : ״ : ״] / fourny un poinçon de chaux et trois tombrée de sable pour ce ensemble / La somme de huit livres cinq sols cy 8 : 5 [en marge : 7 : 10 : ״] / fourny une tombrée de moilon pour les fondations desdits pilliers et quatre / menu bourré [audécher] des anciens pour ce ensemble La somme de cy 5 : ״ : ״ [en marge : 5 : ״ : ״]

Haut de page

Notes

1 Ce développement préliminaire doit beaucoup aux recherches effectuées par Denis Jeanson. Ce dernier a en effet réalisé un impressionnant travail de collecte et de recension des toponymes pour l’ensemble de la région Centre, qu’il a mis en ligne sur Internet.

2 La Justerie, la Justrie, les Justries et la Jousterie pourraient aussi être des variantes de ces toponymes.

3 Plusieurs rues en Indre-et-Loire portent également le nom « des justices » et « de la justice ».

4 Contrairement au(x) « justice(s) », tous ces toponymes apparaissent peu sur les cartes IGN au 25 000e.

5 Pour ces questions voir Fabrice Mauclair, « Justice(s), fourche(s), pilori(s)… : les anciens lieux d’exécution et d’exposition dans les toponymes en Indre-et-Loire », Bulletin de l’Académie des Arts et Belles Lettres de Touraine, à paraître.

6 Cette coutume serait issue des coutumes primitives d’Anjou-Touraine du XIIIe siècle. Ainsi, la coutume de Touraine et celle d’Anjou (rédigée en 1411 et réformée en 1463) sont « deux branches sorties d’un même tronc ». De la même manière, la coutume du Maine (rédigée en 1508) dériverait directement de la coutume d’Anjou. Gustave d’Espinay, Les réformes de la Coutume de Touraine au XVIe siècle, Tours, L. Péricat, 1891, p. 232.

7 Pierre Jacquet précise cependant que dans les terres de Montbazon et de Luynes, érigées en duchés-pairies respectivement en 1588 et 1619, les fourches patibulaires sont à six piliers, « comme celles des comtés dont elles avaient le titre lors de la réformation de la coutume, qui attribue aux seigneurs-comtes des justices patibulaires à six piliers ». Pierre Jacquet, Abrégé du commentaire de la coutume de Touraine…, Auxerre, Chez Fournier, Paris, Chez Knapen, 1761, t. 1, p. 211. De même, on verra un peu plus loin que dans le duché-pairie de La Vallière (créé en 1667) les fourches patibulaires étaient à quatre piliers, comme au temps de la baronnie de Châteaux-Vaujours. Pour remédier à cet « usage, introduit par une longue suite d’années, quelque bizarre qu’il soit », Pierre Jacquet propose au roi de promulguer un règlement autorisant les duchés-pairies à posséder des fourches patibulaires à neuf piliers et les duchés non pairies ainsi que les pairies non duchés des fourches patibulaires à huit piliers. Idem, p. 211-212.

8 Les seigneurs de Montrésor contestaient aux moines le droit de justice qu’ils avaient exercé jusque-là.

9 Cet acte fait suite au « compromis entre les abbé et religieux de Villeloin par lequel ils sont convenus avec Geoffroy Palluau, seigneur de Montrésor, d’arbitres pour les régler sur tous leurs différends ». France, Tours, Archives départementales de l’Indre-et-Loire (ADIL), H592 : compromis du « mercredi d’après la fête de saint Christophe de l’an 1267 ».

10 Près de la forêt de Beaumont, au point où se joignent les chemins de Beaumont à Villeloin et de Villeloin à Épeigné-les-Bois.

11 Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire et de l’ancienne province de Touraine, Tours, Imprimerie Rouillé-Ladevèze, 1878, Réimpression, Mayenne, Joseph Floch, 1966, t. I, p. 185 et idem, t. IV (1ère éd. 1882), p. 324. Voir aussi Émile Mabille, « Catalogue analytique des diplômes, chartes et actes relatifs à l’histoire de la Touraine contenus dans la Collection de Dom Housseau », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, 1863, t. XIV, p. 399, p. 401 et p. 428 [n°3203 (lettres de 1267), n°3229 (charte de 1270) et n°3395 (charte de 1293)].

12 Précisons qu’un doute subsiste sur l’objet exact du litige : le texte parle en effet de scalam, d’échelle (à l’accusatif singulier), terme qui a été traduit, peut-être un peu hâtivement, par les auteurs du XIXe siècle par « fourches patibulaires ».

13 Jean de Berrie, seigneur d’Amboise, se prétendant être le seul haut justicier voulait contraindre les religieux à abattre l’« échelle » qu’ils avaient fait dresser dans la ville de Bléré. De son côté, Jean de Berrie en avait fait construire trois dans le territoire de la seigneurie, à savoir une dans la ville de Bléré, une autre au lieu de la Chaise et une dernière à Bono, que les abbé et religieux voulaient pareillement lui faire abattre. En 1260, les parties étant en procès conviennent de s’en rapporter au jugement de deux hommes d’Église. France, Tours, ADIL, H513 : « Inventaire des titres du fief de [Saint-Julien de] Bléré » établi vers 1780, dans la partie intitulée « Extraits des titres au soutien de la haute justice dudit fief », fol. 75. Le démêlé s’est prolongé jusqu’en 1308. Cette année-là, le successeur du seigneur d’Amboise consent à une transaction favorable à l’abbaye. Cette dernière, moyennant quelques compensations, demeure propriétaire de la haute justice sur le fief dit de Saint-Julien de Bléré. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, op. cit., t. I, p. 261.

14 France, Tours, ADIL, E959, enquête du 9 avril 1485. Voir la transcription intégrale du document à la fin du texte.

15 Cette transaction est assortie notamment du versement d’une somme d’argent prenant la forme d’une rente. Ernest Montrot, Sainte-Maure-de-Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, 1978, p. 78.

16 France, Tours, ADIL, E644 : transaction du 21 juillet 1654. Voir la transcription du document à la fin du texte.

17 En 1677, une sentence rendue par le bailliage de Tours avait interdit au seigneur de la Roche-Racan de prétendre à tous ses droits. En 1708, des « blâmes » sont rédigés par le prévôt d’Oé suite à l’hommage et à l’aveu rendus par la seigneur de la Roche-Racan trois ans plut tôt. En 1711, dans un nouvel aveu, ce dernier déclare encore avoir le droit de « placer fourche patibulaire en [sa] seigneurie au lieu destiné pour cet effet, à deux piliers et liens ». France, Tours, ADIL, G465.

18 Émile Mabille, art. cit., p. 456 [n°3701] et Casimir Chevalier (abbé), « Histoire de l’abbayes de Noyers », Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, 1873, t. XXIII, p. CXLVI-CXLVII.

19 France, Tours, ADIL, E156 : procès-verbal du 21 février 1582. On retrouvera, à la suite du texte, la transcription de ce document.

20 France, Tours, ADIL, G156 : mémoire de 1782. Ce document est également transcrit un peu plus loin.

21 France, Tours, ADIL, E23, f° 1 v-f° 2 r. L’usurpation est déjà ancienne. En effet, le 20 janvier 1486, Jehan de Saint-Père déclarait posséder les châtellenie, fief et seigneurie de Sainte-Julitte « avec la justice, juridiction et droits qui appartiennent et doivent appartenir à ladite châtellenie, à savoir est, justice patibulaire à quatre piliers fournis et garnis de liens par dedans et par dehors, et quatre pommelles sur les dits piliers […] ». Jacques-Xavier Carré de Busserolle, op. cit., t. III (1ère éd. 1880), p. 415.

22 France, Tours, ADIL, 136B217 : sentence définitive du 4 février 1756.

23 De fait, la baronnie de Saint-Christophe ne semble pas posséder de fourches patibulaires au XVIIIe siècle.

24 Il est absent uniquement dans les sentences prononcées par contumace.

25 France, Tours, ADIL, 7B164 : sentence définitive du 18 mars 1710.

26 Certaines sentences précisent que cette potence sera « dressée en la place publique » de Château-la-Vallière.

27 France, Tours, ADIL, 7B185 : sentence définitive du 28 mars 1751. Dans l’unique cas prévoyant une décapitation, la sentence (par contumace) précise que l’individu condamné devra « avoir la tête tranchée sur un échafaud qui sera dressé sur la place publique de Château-la-Vallière ». Idem, 7B170 : sentence définitive du 18 mars 1719.

28 France, Tours, ADIL, 7B185 : sentence définitive du 28 mars 1751 ; Idem, 7B178 : sentence définitive du 2 octobre 1732.

29 France, Tours, ADIL, 7B178 : sentence définitive du 2 octobre 1732.

30 Patrick Ingremeau, Justice et criminalité à Tours d’après les procédures criminelles du Présidial (1762-1767), mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1992, vol. 1, p. 210.

31 Mais pas en terre chrétienne. En effet, son enterrement, ainsi que ceux des deux individus pendus en 1729, n’a pas été consigné dans les registres paroissiaux.

32 Fabrice Mauclair, Crimes au village. Histoire(s) de la criminalité ordinaire dans la Gâtine tourangelle au xviiie siècle, La Crèche, Geste éditions, 2011, p. 82.

33 Les émoluments réclamés par l’« exécuteur des hautes œuvres » de Tours ont été à l’origine d’une vive tension avec les officiers seigneuriaux de Château-la-Vallière, lesquels ne voulaient verser que 80 livres pour la « besogne ». Il leur a même fallu mettre le bourreau et son aide « entre les mains » du geôlier et faire appel à l’intendant de la généralité de Tours pour que l’exécution ait lieu comme prévu. Fabrice Mauclair, ibid., p. 131-135.

34 Ainsi, peu de temps avant la Révolution, la duchesse de Châtillon a fait réinstaller les « poteaux de justice » des deux principales localités de son duché-pairie, le tout pour la somme de 23 livres et 16 sols. France, Tours, ADIL, 65J238 : état des paiements échu le 1er juillet 1788 et mémoire.

35 Anonyme, « Journal d’un habitant de Tours au XVIIIe siècle », Bulletins de la Société Archéologique de Touraine, 1895, t. X, p. 141-192 et p. 203-227.

36 Pour information, il faut savoir que les fourches patibulaires de Tours étaient situées à l’écart de la ville, dans la commune actuelle de Saint-Pierre-des-Corps, au bord d’un chemin important et de la Loire, à l’emplacement du lieu-dit actuel « les Justices » ; elles ont été représentées au début et à la fin du xviiie sur trois plans qui seront évoqués plus loin.

37 Anonyme, « Mémoire d’un bourreau au XVIIIe siècle », Bulletins de la Société Archéologique de Touraine, 1899, t. XII (1ère partie), n°4, p. 305-309.

38 Carcan avec écriteau, corde au cou, flétrissure au fer chaud, fustigation « nu(e) de verge », etc. Plus surprenant, le 1er février 1768, le bourreau de Tours a procédé à l’exécution d’une femme et de sa fille « condamnées, savoir ladite femme F., à être sur un âne, le visage tourné vers la queue, coiffée d’un chapeau de paille ayant écriteau devant et derrière portant ces mots maqueresse publique et de sa propre fille ; et ladite fille F., à être fustigée nue de verge sur ses épaules, ensuite menée à l’hôpital de la Salpetrerie (sic) à Paris, pour y être détenue cinq années, 25 livres dont 6 pour loyer de l’âne et fourniture de chapeau », idem, p. 308-309.

39 Idem, p. 308. À la date du 2 juillet 1764, le bourreau réclame la même somme pour la condamnation de « Noël V. » à la « même peine ».

40 Idem, p. 306.

41 Idem, p. 308. En marge, l’intendant de Tours a corrigé toutes les sommes réclamées par le bourreau, en les réduisant souvent de moitié voire en les supprimant complètement (en faisant figurer la mention « néant »).

42 Sur cette affaire, voir Michel Bourderioux, « Crime et Châtiment (Marcilly-sur-Vienne - 1764) », Bulletin des Amis du Vieux Chinon, 1963-64, t. VI, n°8, p. 426-428.

43 Pour information, ces « justices » se dressaient au nord-est de la ville, au sortir de la forêt, près d’un chemin et de la métairie des Bouqueteaux ; elles occupaient déjà cet emplacement au XVIe siècle. Elles apparaissent encore dans le cadastre actuel sous la forme d’un champ dénommé « les Justices ». D’après A. Boucher, « c’est dans ce champ des justices que restaient exposés après leur supplice les corps des condamnés à mort, justiciables du bailliage de Chinon. Ils étaient ensuite enterrés sur place, ce qui explique qu’à diverses reprises on y ait, dit-on, mis au jour des ossements humains ». André Boucher, « Exécuteurs des hautes œuvres et bourreaux chinonais », Bulletin des Amis du Vieux Chinon, 1969, t. VII, n°3, p. 293.

44 Maurice Vallas, La coutume de Blois, Paris, Éditions Fernand Lanore, 1987, p. 75-76. De manière plus précise, l’expression « liées par dedans » signifie, d’après un commentateur de la Coutume de Blois, « que les piliers étaient reliés par des traverses de bois, emmortaisées environ un pied au-dessous du haut de chaque pilier ». François Fourré, Coutumes générales du pays et comté de Blois…, Blois, J.P.J. Masson, 1777, p. 58, cité par Maurice Vallas, La coutume de Blois, op. cit., p. 75. « Liées par dehors » signifierait que les piliers étaient reliés entre eux par des « pièces de bois horizontales, emmortaisées à la face extérieure des piliers ». Idem, p. 75.

45 Cette pratique est par contre autorisée par la Coutume de Blois. Idem, p. 76.

46 Dans ce texte, un « faît » semble désigner une longue pièce de bois. France, Tours, ADIL, E959 : enquête par témoins du 9 avril 1485. Document intégralement transcrit en annexe. Pour défendre ses droits, le seigneur d’Azay-le-Rideau a fait appel à des témoins âgés respectivement de 78, 80, 70, 80 et 55 ans « environ ». Ces témoins évoquent donc des souvenirs remontant à leur enfance. Tous disent que la « justice patibulaire » d’Azay-le-Rideau était alors dressée dans un lieu « vulgairement » appelé Poilgrolle ou Pelgrolle « assis sur le coteau de la Varenne », à environ un quart de lieue d’Azay, donc à l’écart de la ville.

47 France, Tours, ADIL, E156 : procès-verbal du 21 février 1582. Voir l’intégralité du document à la suite du texte. On pourra noter que l’acte ne mentionne pas de blason.

48 Pierres de Bourré, c’est-à-dire de tuffeau. France, Tours, ADIL, G156 : mémoire de 1782. Document transcrit en annexe.

49 Cette estampe est peut-être l’œuvre de Bernard Salomon. Elle illustre l’ouvrage intitulé « La Comosgraphie universelle de tout le monde ». France, Tours, Société Archéologique de Touraine (SAT) (documents figurés), DF Ab 00241.

50 Ces gibets sont en effet placés au sud-ouest de la ville, entre la « maladerie » et le pont de l’île Oger jeté sur l’Indre. Il pourrait donc s’agir non pas des « justices » du bailliage et siège royal mais plutôt de celles dépendant de la collégiale de Loches. La collégiale de Loches avait en effet droit de haute, moyenne et basse justice. Ses fourches patibulaires étaient situées « dans le voisinage de la chapelle Saint-Jacques », laquelle était attachée à une maladrerie. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, op. cit., t. IV (1ère éd. 1882), p. 96.

51 Il faut signaler que du fait de l’absence d’analyses détaillées dans les catalogues et les inventaires, la recherche des plans anciens représentant d’anciennes fourches patibulaires s’avère très difficile.

52 France, Tours, ADIL, G213/1-2 : « plan et arpentage du bois de Plante […] s’étendant le long du Cher depuis la Pichotière et Boisrideau jusqu’à Rochepinard » (1702).

53 Les fourches du présidial de Tours apparaissent alors sous l’appellation « Ragotière Justice Royale ». France, Tours, ADIL, G196 : plan géométrique de la châtellenie des Bains et des fiefs de la Basoche et de Lublin situés dans les varennes de Saint-Pierre-des-Corps, la Ville-aux-Dames et Montlouis (1787-1789).

54 Ils appartiennent à une série de plans représentants le fief des Hautes-Varennes (ou des Bains) lequel formait une « prévôté, quinte et châtellenie » et appartenait au chapitre de l’Église cathédrale Saint-Gatien de Tours.

55 France, Tours, ADIL, G202 : 4e feuille. Les piliers en question ont également été reportés sur le plan de 1787-1789 évoqué plus haut. France, Tours, ADIL, G196 : plan géométrique de la châtellenie des Bains et des fiefs de la Basoche et de Lublin situés dans les varennes de Saint-Pierre-des-Corps, la Ville-aux-Dames et Montlouis (1787-1789).

56 Ainsi, alors que la Coutume de Touraine leur permettait d’en avoir trois, les possesseurs de la châtellenie des Bains n’ont fait construire que deux piliers à leurs fourches patibulaires.

57 France, Tours, ADIL, G200 : 6e feuille. Il semble que le nom de la « justice » a été ajouté dans un second temps, par une autre main.

58 France, Tours, Bibliothèque Municipale (BMT), ms 2245/1 : atlas terrier réalisé pour la duchesse de Châtillon (1788-1789), plan n°95.

59 France, Tours, SAT (fonds photographique), 0112 0143 R. Voir aussi un cliché identique (consultable en ligne) : France, Tours, ADIL (« Images de Touraine »), 3Fi0073-0055. 

60 Plusieurs exemplaires de cette carte postale sont visibles sur Internet.

61 D’après François Botté, membre de l’association « Maisons paysannes de Touraine », les « conglomérats détritiques » (du Tertiaire, âge éocène) peuvent être « roses, rouges grenats, parfois presque noirs » et ne sont « pas aisés à assembler ».

62 France, Tours, ADIL (« Images de Touraine »), 10Fi062-0034. Cliché consultable en ligne.

63 Renseignements fournis par plusieurs membres de l’association « Maisons paysannes de Touraine ».

64 Georges Couillard, Château-la-Vallière et sa région des origines à nos jours, t. II : De l’an mil à 1400, s.l., 2002, p. 40. Les « pendoirs » de Château-la-Vallière sont cités dans la légende des « Dames blanches », bien connue des habitants de la région de Château-la-Vallière et de nombreux Tourangeaux, laquelle remonte au temps où la terre de Châteaux appartenait aux seigneurs d’Alluye. Cette légende a traversé les siècles et a été mise par écrit par Henri Gasnier, qui fut greffier de la justice de paix du canton de Château-la-Vallière avant la guerre de 1914-1918. Plus récemment, G. Couillard en a tiré une chanson intitulée « La complainte des Dames Blanches ». Idem, p. 38-44.

65 De même, la quasi inexistence de clichés les représentant indique bien que beaucoup d’entre elles ont été détruites après la Révolution. Du reste, en Indre-et-Loire, les premiers cadastres, dits napoléoniens, ne représentent jamais les fourches patibulaires pourtant indiquées par les toponymes.

66 Toutes les abréviations apparaissent en italique. Les mots manquants ou supposés sont indiqués entre crochets. Les accents ont été ajoutés. La ponctuation a été modernisée ou ajoutée. Les lignes du texte original sont séparées par des slashs.

67 Franc-Palais, comm. (commune) Luzé, dép. (département) Indre-et-Loire.

68 Marmande, comm. Marigny-Marmande, dép. Indre-et-Loire.

69 Comm. Nouâtre, dép. Indre-et-Loire.

70 Saint-Gilles (ancienne paroisse), comm. L’Île-Bouchard, dép. Indre-et-Loire.

71 La Binellière, comm. Luzé, dép. Indre-et-Loire.

72 Bois-Aubry (ancienne abbaye), comm. Luzé, dép. Indre-et-Loire.

73 Comm. Pocé-sur-Cisse, dép. Indre-et-Loire.

74 La Perchais, comm. Montreuil, dép. Indre-et-Loire.

75 La Basse-Rochère, comm. Noizay, dép. Indre-et-Loire.

76 La Berurie, comm. Saunay, dép. Indre-et-Loire.

77 Comm. Montreuil, dép. Indre-et-Loire

78 Comm. Saint-Ouen-les-Vignes, dép. Indre-et-Loire.

79 Comm. Champigny-sur-Veude, dép. Indre-et-Loire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Mauclair, « Un objet d’histoire (presque) introuvable : les fourches patibulaires dans les sources tourangelles (xiiie-xviiie siècles) », Criminocorpus [En ligne], Les Fourches Patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire, Communications, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3024

Haut de page

Auteur

Fabrice Mauclair

Docteur en histoire moderne, professeur certifié d’histoire-géographie au collège Le Puits de la Roche de Richelieu (37), membre associé du Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO), Rennes 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page