Navigation – Plan du site
Le régime spécifique de la détention politique

Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971)

Jean-Claude Vimont

Résumés

En 1970 et 1971, des militants d’extrême gauche incarcérés en France menèrent deux grèves de la faim pour obtenir le bénéfice d’un régime politique de détention. Une large mobilisation accompagna ce combat. Les prisonniers découvrirent l’univers carcéral et manifestèrent leur solidarité avec les détenus de droit commun. À l’issue de ce mouvement naquit le Groupe d’Information sur les Prisons, animé notamment par Michel Foucault.

Haut de page

Texte intégral

1Le 8 février 1971, à l’occasion d’une conférence de presse tenue dans l’église Saint-Bernard de Montparnasse, les avocats Henri Leclerc et Michel Kiejman annonçaient que la grève de la faim entamée dans les prisons par des militants d’extrême gauche cessait, car ils avaient obtenu des promesses d’amélioration de leur sort. Les avocats passaient ensuite la parole à trois intellectuels Michel Foucault, Pierre Vidal-Naquet et Jean-Marie Domenach qui lisaient le communiqué fondateur du Groupe d’information sur les prisons (GIP). La réunion avait été organisée par le Secours rouge, là-même où plusieurs personnes avaient également entamé une grève de la faim de solidarité avec les emprisonnés. Le soir, il fut décidé de maintenir un appel à manifester le lendemain, malgré des divergences au sein de la structure de solidarité, place Clichy. Les concessions gouvernementales étaient-elles suffisantes ? Les promesses de René Pleven allaient-elles être tenues ? Cette manifestation fut scandée de heurts violents avec les forces de police et des arrestations nombreuses eurent lieu. Richard Deshayes, militant du groupe Vive la Révolution (VLR) et fondateur du Front de libération des jeunes (FLJ) perdit un œil et fut défiguré. Treize autres manifestants furent grièvement blessés par les brigades spéciales de la Préfecture de police, des policiers juchés sur des motos et armés de longs « bidules ». Des arrestations furent effectuées parmi lesquelles celle d’un jeune lycéen de Chaptal Gilles Guiot, rapidement condamné en flagrant délit à de la prison ferme. Un large mouvement de grève éclata dans les lycées de la capitale avec un imposant sit-in sur le boulevard Saint-Michel qui aboutit à la libération du lycéen.

  • 1 Philippe Artières, Laurent Quéro, Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d’information sur les priso (...)
  • 2 Alain Geismar, Serge July, Erlyn Morane, Vers la guerre civile, Paris, Éditions et publications pre (...)
  • 3 Jean-Paul Étienne, La gauche prolétarienne (1968-1973), Illégalisme révolutionnaire et justice popu (...)
  • 4 Gérard Miller, Minoritaire, Paris, Éditions Stock, 2001.

2Si le GIP est désormais bien connu grâce au livre de Philippe Artières, Laurent Quéro, Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d’information sur les prisons : archives d’une lutte (1970-1972) publié par l’IMEC en 20031, on oublie souvent qu’il fut précédé par une lutte pour l’obtention d’un régime politique de détention en faveur des militants d’extrême gauche emprisonnés, principalement maoïstes, lutte scandée par deux grèves de la faim et de nombreuses manifestations de solidarité au cours des années 1970 et 1971. La mémoire de cette époque n’a retenu que quelques images : Jean-Paul Sartre et quelques intellectuels embarqués dans un panier salade à l’occasion de la vente d’exemplaires de La Cause du peuple, saisie par le ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, des photographies de « guérilla urbaine » au Quartier Latin le 27 mai 1970, le jour du procès de deux directeurs de La Cause du peuple, Jean-Pierre Le Dantec et Michel Le Bris, le philosophe juché sur un bidon à Boulogne-Billancourt pour haranguer les ouvriers de chez Renault à l’occasion du procès d’Alain Geismar. Cette sélection mémorielle oriente vers une interprétation de ces épisodes de manifestations et de contestations en termes de délits de presse, de répression de la liberté d’expression. Ce serait une lecture fort réductrice puisqu’elle occulterait la nature de l’affrontement entre le pouvoir en place et une fraction de l’extrême gauche, principalement maoïste et incarnée dans deux organisations de cette obédience, la Gauche Prolétarienne et Vive la Révolution. Le ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin imaginait qu’il y avait un complot international extrémiste pour déstabiliser le régime et il s’efforçait de réprimer les actions et la propagande des plus radicaux. La Gauche Prolétarienne multipliait les actions violentes et les proclamations incendiaires. Le livre de Alain Geismar, Serge July et Erlyn Morane, Vers la guerre civile, publié en 1969, s’efforçait de théoriser cet affrontement entre les « nouveaux partisans » et l’Etat, la « nouvelle résistance populaire » face à la bourgeoisie2. La thèse de Jean-Paul Étienne, La Gauche prolétarienne (1968-1973) : illégalisme révolutionnaire et justice populaire, soutenue en 2003, aborde clairement la nature de l’affrontement qui caractérisa ces années-là3. Gérard Miller dans Minoritaire (Stock, 2001) revint sur le sens des actions menées par les maoïstes de la Gauche Prolétarienne4 : « […] nous avions un faible pour les actions symboliques. Pour les actions qui tentaient d’imposer leur propre grille de lecture et dont nos adversaires pouvaient plus difficilement dénaturer l’intention louable qui les avait inspirées. […] L’action symbolique était une action de commando, qui essayait d’être son propre mass media. Nous avions le sens de la publicité ! »

3Très vite se posa la question de la nature des incriminations choisies par les Parquets à l’égard des fauteurs de troubles, incriminations de droit commun ou incriminations politiques. Il en allait de même des instances de jugements, tribunaux de flagrant délit, tribunaux correctionnels ou Cour de sûreté de l’État. Par voie de conséquence, quel devait être le régime de détention de ces nombreux prévenus et plus rares condamnés ? Dès la fin de 1969, les militants maoïstes furent victimes d’arrestations, d’inculpations, de peines de prisons avec sursis, d’amendes, puis de peines de prison ferme. Au fil des mois, quelques dizaines de militants furent incarcérés dans plusieurs villes de France, non seulement pour avoir diffusé La Cause du peuple, mais aussi pour des violences à agents, des rebellions, des attaques à l’aide de cocktails Molotov, des tentatives d’incendies, des occupations, des raids comme celui qui eut lieu contre l’épicerie de luxe Fauchon, place de la Madeleine, à Paris.

4Emprisonnés, les maoïstes réclamèrent un régime de détention politique mais ils dénoncèrent également le sort des détenus de droit commun, le régime des prisons dans sa globalité. Une telle démarche mérite d’être notée, car elle tranchait avec les postures souvent adoptées par les prisonniers politiques du passé, soucieux de se démarquer de ceux qui avaient commis des actes « vils ». Proclamations et témoignages attestent de cette préoccupation et aident à comprendre l’engagement des militants et des intellectuels démocrates aux côtés des prisonniers mutinés dès 1972.

Arrestations, emprisonnements et condamnations (fin 1969- début 1971)

5Il convient donc de tenter de décrire les actions qui menèrent de jeunes maoïstes à l’ombre des hauts murs de la République, jusqu’à ce qu’ils entament collectivement une première grève de la faim au début du mois de septembre 1970, puis une seconde en janvier 1971. Les maoïstes menaient la lutte sur plusieurs fronts : dénonciations des conditions de logement dans des foyers insalubres ou des bidonvilles des travailleurs immigrés, campagnes d’alphabétisation de travailleurs étrangers, actions de propagande à la sortie des usines, notamment de quelques « forteresses ouvrières » de l’industrie automobile, des houillères ou des chantiers navals, et en liaison avec les quelques militants de la Gauche Prolétarienne « établis » en leur sein, S’agissait-il des prémisses d’une guerre civile ? « À nous lire, la France était en guerre – encore fallait-il s’entendre sur les mots », précisait Gérard Miller dans Minoritaire.

6À Roubaix, le dimanche 13 juillet 1969, deux maoïstes, Michel Librizzi, 20 ans, originaire d’Alforville, et Marie-Josée Révillon d’Apreval, 24 ans, furent écroués pour violences envers des membres des forces de l’ordre. La seconde était une militante « établie » dans une usine de matériel agricole. Ils avaient frappé un gardien de la paix qui, avec un collègue, tentait de disperser un petit groupe de militants et militantes. Le 10 septembre, le tribunal de grande instance de Lille condamna Librizzi à cinquante jours de prison ferme qui couvraient la période de détention préventive et Révillon d’Apreval à quinze jours avec sursis.

7À Pontoise, le 25 septembre 1969, le tribunal correctionnel condamna à deux mois de prison avec sursis et à 1 000 francs d'amende Jean-Noël Darde, 21 ans, et Jean Stefanaggi, 19 ans, pour outrages et violences à agents. Ils avaient participé à une manifestation contre l'évacuation par la police d'un bidonville d'Argenteuil. Jean-Noël Darde était un « établi » aux usines Renault de Flins. Il fut à nouveau condamné le 23 janvier 1970 à un mois de prison avec sursis et 300 francs d'amende par le tribunal de Versailles pour rébellion et outrages à agents. Avec Serge July et Charles de Choiseuil-Praslin, étudiant « établi » à Renault-Flins, puis aux chantiers navals de Saint-Nazaire, Julien Pépin et Charles Petitot, il avait été violemment appréhendé par la police alors qu’ils diffusaient le journal de la Gauche Prolétarienne.

8À Grenoble, le 11 octobre 1969, cinq maoïstes furent arrêtés et écroués pour violences à agent et rébellion. Jérôme Viard, 28 ans, étudiant, Jean-Luc Chomat, assistant à l’Université, Bernard Lauzon, 20 ans, étudiant, Jean-Louis Favre, 27 ans, assistant à l’université, Volodia Shahshahani, 24 ans, étudiant, restèrent trois semaines en prison avant d’être condamnés à de courtes peines de prison avec sursis pour rébellion, violence et voies de fait sur la personne d'agents de la force publique. Dans une interview publiée sur le site Les renseignements généreux, Volodia Shahshahani a décrit cet épisode :

« À l’automne 69, il est décidé de ne plus se cantonner dans les comités d’action et nous lançons une première initiative pour la liberté d’expression. À l’époque, chaque fois que des militants d’extrême gauche diffusent un journal ou des tracts place Grenette, ils se font disperser ou embarquer par la police, malgré les protestations des badauds. Ce n’est pas tolérable. On monte donc un “piège à flics”, place Grenette. Comme d’habitude, nous sommes quelques-uns à rédiger sur place des affiches, distribuer des tracts, vendre La Cause du Peuple. Les policiers arrivent et nous demandent de déguerpir. Nous refusons. Ils appellent quelques renforts et nous agressent. Des copains qui attendaient ce moment leur fondent dessus et les dispersent. De nouveaux renforts arrivent et nous sommes quelques-uns à rester : nous sommes embarqués […] »

9Le Monde du 25 octobre 1969 mentionna un autre incident dans l’ancienne capitale du Dauphiné :

« Cinq étudiants – trois filles et deux garçons – de tendance maoïste, surpris à Grenoble, au cours de la nuit de mardi à mercredi, en train de peindre des inscriptions sur les murs de la ville, ont été écroués jeudi soir à la prison Saint-Joseph. Leur identité n'a pas été révélée. Au cours des perquisitions faites à leur domicile, les policiers ont découvert des tracts et des revues, ainsi que des casques et des barres de fer ; une machine à polycopier a également été saisie. Les cinq étudiants, qui résident tous à Grenoble, ont été inculpés de dégradation d'édifices publics et privés, et de provocation à coups, blessures et violences ».

10À Nice, début novembre 1969, trois maoïstes comparurent devant le tribunal correctionnel pour violences à agents. Le 18 septembre, des policiers avaient été blessés lors d’une bagarre avec des militants qui distribuaient des tracts et collaient des affiches devant l’usine Brevex. À l’occasion du procès, des manifestations furent organisées dans la ville, avec de nouveaux affrontements avec les forces de l’ordre. Cinq policiers furent hospitalisés. Huit jeunes gens furent placés en garde à vue. Trois d’entre eux furent inculpés pour voies de fait à agents et écroués : Michel Petit, 21 ans, Jean-Paul Riton, 28 ans, et Mme Calendrin, 25 ans, inculpés de violences et voies de fait à agents de la force publique.

11À Besançon, le 4 novembre 1969, un groupe d’une trentaine de maoïstes manifestèrent contre la projection du film « Les bérets verts ». Les vitres du cinéma furent brisées. Deux jours plus tard, ils manifestèrent devant les sièges des journaux régionaux les accusant de collusion avec l’impérialisme et brûlèrent un drapeau américain Une bagarre éclata entre les manifestants et les forces de l’ordre. Un policier fut blessé, quelques jeunes également. L’un des dirigeants régionaux de la Gauche Prolétarienne, Pierre Vidal-Naquet, 24 ans, et son épouse, née Odile Grandbesançon, 24 ans, furent jugés pour ces faits en mai 1970. Ils étaient inculpés de participation à une manifestation non autorisée, de violences et de port d’une arme par destination. Le 7 avril 1970, le tribunal de Montbéliard avait déjà infligé quinze jours de prison à Pierre Vidal-Naquet pour s’être opposé à l'action de la police. Selon Le Monde du 4 mai 1970, relatant le procès, « le procureur de la République, après avoir dénoncé la violence exercée par les manifestants, violence, dit-il, “dont personne ne veut plus”, a traité les prévenus de “petits bourgeois qui veulent sortir de leur milieu, mais qui font appel à leurs parents pour assurer les fins de mois”, avant de requérir trois mois fermes contre Pierre Vidal-Naquet et une peine avec sursis pour son épouse. » Le tribunal condamna Pierre Vidal-Naquet à deux mois de prison ferme, ainsi qu'à 300 francs d'amende. Son épouse fut condamnée à quinze jours de prison avec sursis et à la même amende.

12Le 7 novembre 1969, à Nice, des affrontements éclatèrent sur le campus de la ville entre militants d’extrême-droite et d’extrême gauche. Une voiture fut incendiée. Deux étudiants maoïstes de la Gauche Prolétarienne, Alain Raybaud, 23 ans, et Patrick Raynal furent condamnés plus tard par le tribunal correctionnel à huit mois et à six mois de prison avec sursis, pour l'incendie de la voiture. Ils avaient été écroués dès le 14 février 1970.

13À Aix-en-Provence, fin novembre 1969, deux étudiants maoïstes furent condamnés à de la prison ferme pour violences à agent commises lors d’une action de propagande sur le marché de la ville par le tribunal de grande instance : Patrick Deregnancourt, un mois, et Jean-Pierre Devilliers, deux mois.

  • 5 Anne-Lise Melquiond, Vive la Révolution et la question des femmes (1968-1971), mémoire de maîtrise, (...)

14Le 10 janvier 1970, des militants de l’organisation maoïste Vive la révolution accompagnés d’intellectuels – Marguerite Duras, Jean-Paul Sartre, Jean Genêt, Pierre Vidal-Naquet et Maurice Clavel – occupèrent le siège de la Confédération nationale du patronat français à Paris pour protester contre la mort de cinq travailleurs africains, asphyxiés dans un foyer d’hébergement d’Aubervilliers. L’action se déroulait le jour de leurs obsèques. Près de trois cents personnes étaient présentes. Depuis le balcon de l’organisation patronale, l’un des chefs de l’organisation Roland Castro harangua la foule. Il fut arrêté, tenta de s’échapper du car de police et échangea quelques coups avec les policiers. Le 23 février, Jean-Paul Sartre, Maurice Clavel, Michel Leiris et Jean Genet témoignèrent en sa faveur. Il ne fut condamné qu’à un mois de prison avec sursis. Comme le souligne Anne-Lise Melquiond dans son mémoire de maîtrise Vive la révolution et la question des femmes 1968-1971 (Paris 1, 1998), c’était la première fois qu’une organisation d’extrême gauche faisait cautionner une action d’éclat par des personnalités5. Cette méthode fut reprise peu après par les maoïstes de la Gauche prolétarienne.

15Le Monde du 3 février 1970 relata une petite mutinerie dans un centre d’éducation surveillée de Dordogne : « Conduits par un étudiant maoïste et sept anciens élèves, soixante pensionnaires environ du Centre d'éducation surveillée et d'apprentissage de la Rousselière, à Rudeau-Ladosse, ont occupé, dimanche pendant plusieurs heures, un local de l'établissement, retenant avec eux plusieurs moniteurs, pour protester – selon leurs déclarations – contre les conditions de vie dans le centre. L'étudiant maoïste, brandissant un drapeau rouge, et les anciens élèves avaient pénétré vers 11 heures dans la cour du centre. Le directeur fit appel aux forces de l'ordre mais les jeunes gens refusèrent de “parlementer” en présence des gendarmes et des CRS, qui durent se retirer à la demande du sous-préfet, M. Nontron. Le calme est revenu en fin de journée au Centre d'éducation, et l'étudiant maoïste – un ancien élève renvoyé il y a quelques mois, du lycée Louis-le-Grand à Paris – a été appréhendé et déféré au parquet de Périgueux ». La Cause du peuple du 30 octobre 1969 avait déjà relaté une révolte dans un centre de redressement de l’Est de la France, la Malgrange. À cette époque, les jeunes avaient fait appel à deux maoïstes extérieurs à la maison pour les aider à organiser une grève.

16Deux jours plus tard, le quotidien du soir relatait un épisode qui avait eu pour théâtre la région de Montbeliard :

« Un enseignant, M. Henri Talau, 25 ans, professeur auxiliaire au collège technique de Dole, qui faisait son service militaire à Belfort, a été condamné mardi, par le tribunal permanent des forces armées de Metz, à un an de prison. À la fin du mois de novembre 1969 des perquisitions dans les milieux d'extrême gauche de Montbéliard aboutirent à l'arrestation du jeune professeur qui, depuis le mois de mai 1969, militait dans un groupe de tendance maoïste. Dans sa voiture, les policiers, au moment de son interpellation, avaient découvert un plan sommaire de la caserne Maudhuy, à Belfort, indiquant les diverses entrées du magasin d'armes. Dans un cahier intitulé “le Journal d'un soldat” M. Talau, canonnier de deuxième classe au 74e régiment d'artillerie, exposait, d'autre part, des idées jugées “contraires au devoir militaire et à la discipline”. M. Henri Talau a décidé de se pourvoir en cassation. »

17Une affaire beaucoup plus grave préoccupa le gouvernement à la mi-février 1970. Dans la nuit du 15 au 16 février 1970, des militants de la Gauche Prolétarienne lancèrent des cocktails Molotov dans les bureaux de la direction du personnel des Houillères à Hénin-Liétard. L’action fut revendiquée par la Gauche Prolétarienne. Elle entendait montrer son indignation après le décès de seize mineurs, lors d’un coup de grisou, le 4 février 1970, à Fouquières-lès-Lens. Les militants maoïstes du Nord avaient déjà revendiqué des sabotages de grues à Dunkerque. Les dirigeants de la Gauche Prolétarienne avaient réussi à nouer des contacts avec des mineurs, des anciens résistants, des syndicalistes et les étudiants « établis » faisaient de cette région une des bases ouvrières solides de l’organisation. Plusieurs militants furent arrêtés et écroués en mai : Bernard Victorri, 24 ans, assistant à la faculté des sciences de Lille, ancien normalien de la rue d’Ulm puis établi comme manœuvre, Anne Lourenço, 21 ans, Jean Schiavo, établi aussi en usine et ancien étudiant d’HEC, Marie-Anne Lacaze, 23 ans, professeur à Lille, Pierrette Madesclaire, 25 ans, professeur, Arnaud Cronne, 25 ans, professeur, Patrick Taupe, 21 ans, ajusteur au chômage, Jacky Tropchaud, ouvrier peintre, qui avaient été contactés par le chef des maos dans le Nord, Bernard Liscia, en fuite. En juillet 1970, Schiavo, Victorri et Arnaud Cronne furent transférés dans la prison parisienne de La Santé. Le dossier de l’attentat avait été transmis à la Cour de sûreté de l’État. Le procès de déroula en décembre 1970. Tropchaud et Taupe reconnurent les faits. Ils avaient été à l’origine des arrestations puisqu’ils avaient dénoncé les co-accusés. Les autres militants nièrent avoir participé à l’action mais s’en montrèrent solidaires. Le Monde du 18 décembre 1970 rapporta la déclaration de Jean Schiavo juste après avoir, ainsi que ses trois camarades, observé debout une minute de silence en faveur des nationalistes basques du procès de Burgos. « Nous sommes des maoïstes, a-t-il dit, et des propagateurs actifs de la révolte populaire. » Il reconnaît que la lutte qu'ils ont entreprise a pour but de substituer une autre autorité à l'autorité établie. « C'est peut-être illégal, mais c'est légitime », déclare-t-il, Parlant de l'attentat commis à Hénin-Liétard, il explique qu'il s'agissait d'un acte “de représailles” contre les Houillères nationales, responsables, selon eux, de l'accident qui, le 4 février 1970, avait coûté la vie à seize mineurs à Fouquières-lès-Lens. Les accusés furent tous acquittés. Le Monde s’interrogea sur les raisons de cet acquittement, car les militants risquaient de longues peines. Les dénonciations de Taupe et Tropchaud, repris de justice, firent douter les juges. La mobilisation en faveur des accusés, notamment l’organisation du « tribunal populaire de Lens », contribua aussi à cette sentence d’apaisement. Bernard Liscia, condamné par défaut, fut frappé de cinq années de prison. Il fut arrêté le 16 avril 1971, à Fontenay-aux-Roses. Il déclara que, tout en approuvant l'attentat d'Hénin-Liétard, il n'y avait pas plus que ses camarades participé. Trouvé en possession d’une fausse carte d’identité, il fut condamné par le tribunal correctionnel de Paris le 25 juin 1971 à quatre mois d’emprisonnement. Il fut libéré le 16 août 1971, à l'expiration de cette peine. Il devait être acquitté par la Cour de sûreté de l’État le 22 juin 1972.

18Le 27 février 1970, à Nanterre près des usines Citroën, la police interpella un militant du groupe « Vive la révolution » qui distribuait des tracts avec une dizaine de militants de la « base ouvrière » de cette organisation. Plusieurs personnes protestèrent. Parmi elles, Jean-Pierre Lecardonnel et Jean-Claude Larbi furent arrêtés et placés en détention provisoire, inculpés de violences à agents et rébellion. Le Monde du 2 mars 1970 présentait ainsi les deux inculpés : Jean-Pierre Lecardonnel, 24 ans, professeur agrégé de physique au lycée Jeanson-de-Sailly et Jean-Claude Larbi, 21 ans, réparateur de voitures, « sorti depuis quinze jours de prison où il avait accompli une peine de quatre mois pour vol ». Ils furent jugés et condamnés aux débuts du mois de mars. Ultérieurement, en septembre 1970, Jean-Pierre Lecardonnel fut inculpé pour injures envers la police. Il était directeur de l’organe « Vive la Révolution » et plusieurs articles évoquant les violences du 27 mai 1970 à l’occasion du procès de Le Bris et Le Dantec étaient en cause. Il comparut en avril 1971 sous la prévention d’apologie du pillage, de provocation à des crimes contre la sûreté de l’État et injures envers la police.

19Le 6 mars, un étudiant originaire de Tourcoing fut arrêté et écroué à la suite d’une altercation avec un cadre de la Redoute. Pierre Dellanoye, 20 ans, avait effectué un stage dans l’entreprise durant les vacances et continué après à faire de la propagande auprès du personnel. Il était « connu comme vendeur habituel de La Cause du peuple », selon Le Monde.

20Le même jour, 6 mars 1970, une trentaine de militants de « Vive la Révolution » organisèrent une expédition dans la mairie de Meulan. L’un des dirigeants de l’organisation Tiennot Grumbach était présent. Ils arrivèrent en voiture dans la cité, distribuèrent des tracts, rédigés en Français et en Arabe, où ils dénonçaient les conditions d’embauche des travailleurs étrangers par la régie Renault à Flins. Ils dénonçaient un trafic qui impliquait les services de l’embauche de Meulan, les travailleurs immigrés étant dans l’obligation de verser 500 à 2000 francs pour obtenir un emploi. Ils protestaient également contre les conditions de vie dans les foyers d’hébergement des travailleurs immigrés. Masqués par des foulards, ils pénétrèrent dans la mairie, saccagèrent plusieurs bureaux, notamment ceux des services départementaux de la main d’œuvre et déployèrent des banderoles : « À bas le trafic d’esclaves », « À bas les nouveaux négriers ». Peu après, plusieurs militants de l’organisation furent arrêtés et écroués : Nadja Ringart, 22 ans, dès le 17 mars, puis Marc Hatzfeld, âgé de 25 ans. Nadja Ringart, militante à la base ouvrière de Flins, tout comme Hatzfeld, et qui avait déjà été arrêtée lors de l’occupation du siège du CNPF, demeura trois mois dans une prison de femmes jusqu’au 12 juin 1970. Ils furent jugés devant la Cour de sûreté de l’État les 17 et 18 novembre 1970, en compagnie d’Henri Duquenne, âgé de 23 ans. Le procès fut l’occasion de dénoncer le sort fait aux travailleurs immigrés. Des syndicalistes et des responsables de foyers d’hébergement vinrent témoigner. Le Monde du 20 novembre évoquait ainsi ces témoignages : « Il fut donc beaucoup question, au fil des dépositions, de ces hommes que l'on voit débarquer un matin, sur le quai d'une gare, avec à la main une valise de carton bouilli fermée par une ficelle ; qui disparaissent très vite des quartiers centraux pour aboutir dans un bidonville de la périphérie où, avec quelques centaines de leurs semblables, ils s'entasseront dans d'immondes cabanes ; qui, parfois, périssent brutalement dans l'incendie d'une cave et, plus fréquemment, meurent lentement de tuberculose ou de silicose, mais qui, le plus souvent, retournent dans leur pays avec un modeste pécule, en espérant n'avoir plus jamais à revenir sous nos latitudes. D'autres silhouettes se profilèrent aussi au cours du procès : celles des trafiquants en tous genres qui prospèrent comme des plantes vénéneuses sur ce terreau de misère ». La cour se montra clémente : trois ans de prison avec sursis pour Marc Hatzfeld, six mois de prison avec sursis pour Nadine Ringart. Henri Duquenne fut acquitté.

La Cause du peuple, n°1, novembre 1968

La Cause du peuple, n°1, novembre 1968

collection J.-C. Vimont

Le 22 mars 1970, à Paris, le directeur de La Cause du peuple, organe depuis l’automne 1968 (n°1, le premier novembre 1968) de la Gauche Prolétarienne, Jean-Pierre Le Dantec fut arrêté alors qu’il faisait son marché. Ingénieur diplômé de l’École Centrale de Paris, enseignant de mathématiques aux Beaux-Arts, il avait été en 1967 l’un des responsables de l’Union des jeunesses communistes, marxistes-léninistes (UJCm-l). Le journal était poursuivi pour injures et diffamations envers la police, provocation au meurtre, au pillage, à l’incendie et crimes contre la sûreté de l’État. Le n°19 du 14 avril de La Cause du peuple publia un encart :

« Notre camarade Jean-Pierre Le Dantec a été arrêté voici trois semaines, emprisonné à La Santé. La loi qui emprisonne la vérité n’avait pas été appliquée depuis l’occupation. Ce procès est un procès vichyste. Comme l’a dit la défense de Nicoud : il se fait dans ce pays comme un bruit de bottes, et c’est insupportable. Là où il y a lutte, il y a sacrifice. Comme tout révolutionnaire prolétarien, Jean-Pierre y était prêt et il savait qu’il risquait la prison aujourd’hui, demain peut-être d’autres épreuves et la mort. Comme il l’a écrit : “L’inculpation et la saisie prouvent on ne peut plus clairement combien notre orientation est juste et combien elle devient de plus en plus concrète, au point de les remplir de panique devant la vérité couchée sur le papier. En définitive, ce qui est dur, c’est l’inaction”. La vérité vaincra »

L’organe des maoïstes était alors dirigé par Michel le Bris. Il apportait son soutien aux luttes des petits commerçants, ce qui explique la référence au nom du leader du CID-UNATI. Dans ce numéro, le journal mettait en valeur une forme de lutte inédite : l’usage gratuit du métro pour les travailleurs de Citroën et de Renault. Un commando maoïste avait subtilisé des tickets à la station Passy et les distribuait aux ouvriers. Les slogans étaient explicites : « On a raison de voler les voleurs », « Au métro, c’est Pompidou qui doit payer ». Il était également fait référence à la saisie du n°18 de La Cause du peuple. Les éditoriaux qui appelaient à une nouvelle résistance continuaient de vanter des formes de lutte radicales : « […] Et aujourd’hui, on peut à bon droit dire que c’est le temps de la guérilla qui commence. Une guérilla bien particulière, qui ne vise pas à anéantir l’ennemi, mais à détruire radicalement toute son autorité, tout son prestige. Occupation, séquestrations des despotes et des patrons, sabotages de représailles, expropriation et récupération des biens volés par les profiteurs, barrages de routes, poteaux télégraphiques sciés, attaque des perceptions, grève des loyers ou des impôts, résistance violente aux forces de police, voilà ce qui vient chaque jour contester davantage la “représentativité” des syndicats […]. Et ce qui naît et grandit, c’est la lutte populaire de partisans, qui unira le peuple et l’amènera aux premières salves de la lutte armée. » Les numéros de La Cause du peuple furent systématiquement saisis à leur sortie d’imprimerie dès avril 1970, au prétexte que ce journal faisait l’apologie du meurtre, du pillage, de l’incendie et provoquait à ces crimes. Le 20 avril 1970. Michel Le Bris, qui avait succédé à Jean-Pierre Le Dantec à la direction de La Cause du peuple, fut lui aussi arrêté. Le 27 avril 1970, Jean-Paul Sartre devint directeur de La Cause du peuple.

Le 10 avril à Seyssinet près de Grenoble des incidents éclatèrent devant un foyer de travailleurs immigrés. Huit militants maoïstes furent inculpés pour cette affaire. Ils avaient tenté de pénétrer dans le foyer afin d’y offrir des cours d’alphabétisation. Le Monde du 18 juin mentionna les condamnations : « Pour violences et outrages à agents, rébellion et bris de clôture, MM. Bernard Lauzon, vingt et un ans, et Raymond Avrillier, vingt-deux ans, ont été condamnés à quatre mois de prison ferme ; Mlle Marie-José Buet, vingt-huit ans ; Jean-François Chamarier-Vitet, vingt et un ans ; André Escoffier, vingt-cinq ans : et Michel de Bernardy de Sigoyer, vingt-trois ans, à quatre mois de prison avec sursis. D'autre part, M. Pierre Blanchet, vingt-six ans, et sa femme née Claire Duport, trente ans, ont été condamnés par défaut à cinq mois d'emprisonnement. Le couple ne s'était pas présenté à l'audience. » Bernard Lauzon, étudiant en philosophie, incarcéré dès le 11 avril, avait déjà été condamné à quinze jours de prison avec sursis le 28 octobre 1969 pour violences à agent. Début juin, le tribunal correctionnel décida de le maintenir en détention au prétexte, selon le procureur, qu’il commettrait de nouvelles infractions s’il était remis en liberté. Son défenseur plaida que l’étudiant préparait une thèse et qu’il avait besoin d’effectuer des recherches en bibliothèque. En appel, le couple Blanchet fut présent à l’audience et leur peine réduite à quatre mois avec sursis. Michel de Bernardy de Sigoyer, ne fut arrêté qu’en juin, dans la chambre de sa compagne, Pilar Lizamo, accusés l’un et l’autre de participation à des incidents durant lesquels des drapeaux tricolores avaient été brûlés. Pour ces faits, une étudiante maoïste Marie-José Buet, 28 ans, fut placée sous mandat de dépôt. Elle avait déjà été sanctionnée de quinze jours de prison avec sursis pour violences à agent, le premier juin. L’agitation maoïste à Grenoble a été décrite par Volodia Shahshahani dans l’interview mentionnée ci-dessus :

« Nous faisions de l’alphabétisation dans des foyers d’immigrés. Un soir, à Seyssinet, un groupe a été pris à partie par la police. Il y a eu trois arrestations et quatre avis de recherches. Nous avons planqué les quatre personnes de la GP recherchées : Le Daubé (Dauphiné-Libéré), dans son rôle d’auxiliaire de la police, avait publié leurs photos. Un jour d’avril (plus probablement en juin), un dimanche matin, une très grosse unité de CRS a investi le campus et a cueilli Michel de Sigoyer dans la chambre de sa compagne, au pavillon Gabriel Fauré (C’est d’ailleurs par le Daubé que le père de Pilar a pris connaissance de la liaison de sa fille). Il y en avait donc un supplémentaire en prison et trois encore recherchés. C’est à partir de cette histoire que les émeutes du campus ont éclaté. Le 3 juin 1970, les flics sont venus investir le campus pour essayer d’appréhender les trois encore en cavale. C’était une véritable armada avec une bonne trentaine de camions de CRS. Dès que j’ai vu les flics qui commençaient à encercler le campus, j’ai sauté dans ma R8 Gordini. Jean-François Chamarier leur avait déjà glissé entre les doigts. Je suis allé chercher Pierre et Claire Blanchet, et j’ai réussi à les sortir du campus en vitesse, pour les déposer chez un membre du CIDUNATI, un ancien résistant. Puis je suis retourné sur le campus. On était pris de court. On s’est d’abord retrouvé à quatre avec Bala, Jean-Marie et Max je crois. On s’est placé au premier étage du restaurant Barnave. On a commencé à ramasser les pots de moutarde et on les a balancés sur les flics en se disant que ça pourrait détendre l’atmosphère, car c’était vraiment l’état de choc dans le RU. D’autres copains sont arrivés. Ça a créé un mouvement incroyable : les étudiants ont commencé à jeter tout le contenu du restaurant sur les flics. Puis c’est parti dans tous les sens, la peur changeait de camp. C’est incroyable l’inventivité qui s’est aussitôt dégagée. Des étudiants ont commencé à siphonner des voitures pour fabriquer des cocktails molotov artisanaux. Les filles des résidences universitaires Berlioz, en face de Barnave, ont commencé à jeter le mobilier de leur chambre, les lits, les armoires, sur les flics en dessous. Les flics se sont alors divisés en deux groupes, probablement pour donner l’assaut à Barnave : grossière erreur. Nous sommes sortis d’un coup, en masse, à l’assaut d’un des deux groupes de CRS. Les affrontements ont commencé dans ce qui était un terrain vague entre les résidences Berlioz et Ouest. Nous avions maintenant le nombre ; les flics ont fui en pagaille. Plusieurs étaient ensanglantés, les chemises déchirées, et des pistolets confisqués pour l’occasion. Les bus de CRS démarraient en catastrophe, oubliant certains de leurs occupants. Nous avons poursuivi les flics jusqu’à Gabriel Péri. Drôle de spectacle pour les automobilistes. Nous étions plusieurs milliers à ce moment-là. […] C’était une ambiance assez dingue, l’ivresse de la victoire si on veut. Je suis alors monté sur une bagnole pour prendre la parole, en proposant de rester sur le campus et d’y dresser des barricades pour empêcher le retour des CRS. Des barricades quasi industrielles, montées au Fenwick. Pour le matos, on s’est servi dans un chantier à côté du campus. Les barricades faisaient plus de cinq mètres de haut. Le campus était totalement barricadé. Chaque jour nous organisions aussi des "manifs-commandos", des rassemblements d’environ 800 personnes sur rendez-vous secret, dans les rues de Grenoble pour expliquer ce qui se passait sur le campus, et inviter la population à la “Barricade-Boum” programmée pour le samedi soir.

Les flics ont essayé plusieurs fois de revenir. Le premier soir, le mercredi, on entend le ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, déclarer à la radio que tout serait rentré dans l’ordre sur le campus de Grenoble le jeudi matin. Je me trouve alors sur le toit de Berlioz avec Claude Mabille correspondant de L’Aurore et de RTL, et on se dit : “il est malade ce type”. C’était imprenable sans faire de nombreux morts de part et d’autre : ils auraient dû au minimum utiliser des hélicos, ce qui s’était déjà produit contre un campus au Japon, mais pas en France. La résidence Berlioz était devenue une immense usine à fabriquer des cocktails Molotov et autres grenades au plâtre. On a attendu toute la nuit. Le premier ministre a dû calmer les ardeurs de Marcellin. Ils n’ont donc pas employé les grands moyens, mais chaque jour à l’aube les CRS tentaient de forcer une barricade en jetant des grenades au chlore, sans jamais réussir à passer. La “barricade-boum” : Il y avait des haut-parleurs partout, un mélange sonore d’explosions et de musique. Un coup tu dansais, un autre coup tu partais “au front” balancer ton “cock” sur les CRS qui balançaient des “lacrymos”, tu revenais te restaurer, etc. Sur le coup, dans les temps morts, je pensais au Viridiana de Bunuel, les sauvages font la révolution dans la fête... Pour l’intendance ce n’était pas compliqué, on avait vidé les réserves des RU. Au fur et à mesure que la nuit avançait, les flics ont été pris entre deux feux, car les jeunes des quartiers qui n’avaient pas réussi à entrer dans le campus pour la barricade-boum, les assaillaient depuis St Martin d’Hères. Dès le lendemain de la Barricade-Boum, le dimanche au petit matin, j’ai arpenté le campus en compagnie de Max. Après la fête, il n’y avait plus aucun combattant, pas de CRS non plus. Les barricades étaient toujours en place. Le lundi, les entreprises de nettoyage sont venues. Le procès pour l’histoire du foyer d’immigrés de Seyssinet aura lieu un peu plus tard. Ceux qui étaient en taule ont été condamnés à hauteur de leur préventive, et ceux qui étaient en cavale ont eu du sursis. »

21Le 26 avril 1970, un immeuble de la rue d’Enghien dans le 10e arrondissement fut l’objet d’une « action de partisans », selon l’expression de La Cause du peuple du 23 mai. C’était le siège de l’imprimerie qui confectionnait le quotidien Le Parisien libéré et le journal du parti gaulliste La Nation. Le Monde mentionnait un attentat. Dix maoïstes de la Gauche Prolétarienne furent appréhendés. Sept d’entre eux, quatre filles et trois garçons, furent conduits au quai des Orfèvres et entendus par la Brigade criminelle. Ils furent déférés au parquet. L’organe maoïste du 23 mai déplora la sévérité des condamnations lors de leur procès du 26 avril : deux peines de huit mois de prison, deux peines de six mois de prison, trois peines de quatre mois de prison ferme. Parmi les condamnés, Madame de Sardan, Joëlle Coignard, Sylvie Borel. Devant la cour d’appel, le 13 juin 1970, les peines de prison ferme furent transformées en des peines avec sursis. Sous le titre « les résistants ne se défendent pas, ils accusent », La Cause du peuple du 23 mai mentionnait plusieurs incarcérations, à ses yeux arbitraires. Il citait Lizette M’Baire et trois autres militants, en détention préventive depuis plusieurs mois « pour l’expulsion hors du campus de Nanterre du leader néo-nazi Prade ». Il citait Alain Voloch de Sochaux, incarcéré six semaines au motif de vol de cendriers aux usines Peugeot. Il citait aussi Jean-Dominique Kinoo à Besançon, condamné par défaut à trois mois de prison ferme pour un affrontement avec la police. Enfin, toujours à Besançon, il signalait les quinze jours de prison infligés à Pierre Vidal-Naquet pour insulte à agent.

Quatrième de couverture de L’Hebdo Hara-Kiri, n°70 du 1er juin 1970

Quatrième de couverture de L’Hebdo Hara-Kiri, n°70 du 1er juin 1970

collection J.-C. Vimont

22Le 8 mai 1970, un raid des maoïstes de la gauche prolétarienne eut lieu dans l’épicerie de luxe Fauchon, place de la Madeleine. Après avoir immobilisé les vendeurs, ils entassèrent dans de grands sacs des blocs de foie gras truffé, des alcools fins, des pâtés en croûte, des marrons glacés qu’ils distribuèrent le lendemain dans des bidonvilles et foyers de travailleurs de Saint-Denis, de Nanterre et d’Ivry-sur-Seine. Leurs slogans : « Récupérons sur les patrons le fruit de notre travail », « on a raison de voler les voleurs ». Une étudiante, membre du groupe de « partisans », Frédérique Delange fut coincée dans le magasin et arrêtée. Incarcérée dans la prison de la Petite-Roquette, Elle fut jugée le 19 mai 1970 et condamnée à plusieurs mois de prison. La Cause du peuple du 23 mai rendit hommage à la jeune condamnée Frédérique Delange : « Et depuis le procès scandaleux, l’action chez Fauchon est un exemple à un autre titre : notre camarade Frédérique a manifesté un courage très simple. Elle a donné une image claire du jeune partisan. »

Affiche de la Gauche Prolétarienne appelant à manifester le 27 mai 1970

Affiche de la Gauche Prolétarienne appelant à manifester le 27 mai 1970

collection J.-C. Vimont

Le 27 mai 1970 fut la date fixée pour le procès des deux directeurs de La Cause du peuple. L’un et l’autre étaient incarcérés. Le procès fut précédé par un meeting au Palais de la Mutualité, le 25 mai. Il était présidé par Jean-Paul Sartre, nouveau directeur de La Cause du peuple. Toutes les organisations d’extrême gauche étaient présentes, ce qui n’était pas arrivé depuis deux années, pour réclamer la libération des deux directeurs. À l’extérieur des maoïstes vendaient à la criée le dernier numéro de La Cause du peuple qui avait été encore une fois saisi par le ministre de l’Intérieur. Selon Le Monde, l’atmosphère était surchauffée. Alain Geismar, porte-parole de la Gauche Prolétarienne, appela à manifester le jour du procès. Il ne faisait que reprendre le mot d’ordre du journal de son organisation, le n°23 daté du 23 mai : « Libérons les résistants, dans la rue le 27 ! » L’éditorial débutait ainsi : « Le Dantec, Le Bris. Des dizaines d’ouvriers, petits commerçants et artisans, d’étudiants, de maoïstes sont à l’heure actuelle en prison. En France le terrorisme et l’arbitraire s’installent. Pourquoi tous ces emprisonnements ? Pour des faits qui relèvent du droit commun, se plaisent à dire ceux qui mènent la barque du gouvernement. […] » La conclusion appelait au combat : « Nous sommes prêts à donner notre sang dans la lutte ; plus la répression sera dure plus nous serons durs. Que vous le vouliez ou non, nous vous obligerons à reconnaître que ce que nous faisons c’est de la politique et pas autre chose. Quand nous disons : libérons les prisonniers, ce n’est pas à ceux du gouvernement que nous le demandons. Mais aux masses. Au peuple. LIBERONS LES RESISISTANTS ! CAMARADES, DEBOUT ! DECIDONS DE NOTRE SORT ! POUR LA LIBERTE, VIVE LA REVOLUTION DU PEUPLE ! »

Michel Le Bris fut condamné à huit mois de prison ferme, Jean-Pierre Le Dantec à un an par les juges de dix-septième chambre correctionnelle. Le préfet de police avait pris des précautions : la station de métro Cité avait été fermée, les pancartes latérales des autobus enlevées pour ne pas offrir de matériaux à d’éventuels manifestants violents, de nombreux cars de police stationnaient le long du Quai des Orfèvres, boulevard Saint-Michel. Plusieurs personnalités avaient témoigné en faveur des accusés : le Père Michel Blaize, franciscain, rédacteur de la revue Frères du monde, le Père Jean Cardonnel, dominicain et Jean- Paul Sartre. Le matin même, au conseil des ministres, sur proposition du ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin, fut décidée la dissolution de la Gauche Prolétarienne. Dans la même journée du 27 mai 1970, le ministre de l’Intérieur ordonna de saisir tous les exemplaires des numéros 15, 16, 17, 18 et 19 de La Cause du Peuple qui pourraient être trouvés.

Pour protester contre cette comparution et à la suite des appels lancés lors du meeting à la Mutualité, des manifestations violentes eurent lieu à Paris au Quartier Latin. Le Monde du 29 mai titra : « Violents accrochages entre forces de l’ordre et maoïstes ». Les reporters écrivaient : « Grenades lacrymogènes, barricades, incendies, une centaine de blessés tant dans les manifestants que parmi les forces de l'ordre : le mois de mai 1970 aura eu sa journée chaude mercredi au quartier Latin. » Lors de son procès devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, le 20 octobre, Alain Geismar évoqua cette journée, sur le mode grandiloquent et héroïque en usage dans les cercles dirigeants de l’ex-Gauche Prolétarienne :

« Le 27 mai la bourgeoisie a par deux fois provoqué les masses populaires, elle a prétendu juger les directeurs de La Cause du peuple, elle a prononcé la dissolution de la Gauche Prolétarienne. Face à cette double provocation la riposte a été violente et de masse. Pendant deux jours, des milliers de jeunes ont affronté les hordes policières en plein cœur du dispositif de bouclage. C’est la première fois depuis mai 1968 qu’un affrontement d’une telle ampleur s’est produit (…) »

La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970

La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970

collection J.-C. Vimont

Photographie extraite de La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970

Photographie extraite de La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970

collection J.-C. Vimont

Photomontage extrait de La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970

Photomontage extrait de La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970

collection J.-C. Vimont

Paris Jour, 28 mai 1970

Paris Jour, 28 mai 1970

collection J.-C. Vimont

23À Rouen, le 27 mai, des incidents et des violences éclatèrent dans un pavillon du campus occupé par les étudiants. Une explosion puis un incendie ravagèrent le pavillon. Sept étudiants furent arrêtés et jugés en novembre 1970. André Normand, fut condamné à quinze mois de prison, dont six mois ferme. Quatre étudiants furent condamnés à des amendes. Jean-Paul Mariette, étudiant exclu de l'Université, fut relaxé dans l'affaire de l'explosion, mais condamné à six mois de prison pour d'autres violences.

24À Guingamp, le 30 mai, une cinquantaine de militants, étudiants de la faculté des lettres de Rennes, lancèrent une campagne d’explications en faveur des deux condamnés à l’occasion du marché de la ville. La sœur de Jean-Pierre Le Dantec était présente. Les forces de l’ordre les dispersèrent. Vingt-deux furent placés en garde à vue puis relâchés le lendemain.

Le même jour, un mandat d’arrêt fut lancé contre Alain Geismar pour « provocation directe, suivie d’effets, à violence et voies de fait contre les agents de la force publique » ; ses propos à la Mutualité étaient visés.

25Le 2 juin 1970, quatre jeunes gens furent interpellés à l’entrée des usines Peugeot de Sochaux. Ils distribuaient un tract, signé « les maoïstes » où les violences exercées contre des policiers de Montbeliard quelques jours auparavant étaient revendiquées. Alain Voloch, 20 ans, étudiant, Serge Kuenzi, 19 ans, Jean-François Jourdan, 24 ans, licencié depuis peu des usines Renault et Janine Jay, 22 ans, étudiante, furent inculpés de menaces de mort par écrit et écroués dans la prison de Besançon.

26Le 13 juin 1970, six militants maoïstes furent écroués à la prison de la Santé à Paris. Ils étaient inculpés de reconstitution de la Gauche Prolétarienne et devaient comparaître devant la cour de sûreté de l’État. En fait, il avaient été arrêtés pour avoir diffusé des exemplaires de La Cause du peuple. Les gendarmes de Mandelieu avaient découvert plusieurs centaines de tracts signés de la Gauche Prolétarienne dans la voiture de Patrick Wack, 22 ans, étudiant à Nice. Jean-Noël Darde, 22 ans, et Bernard Emmanuel, 21 ans, avaient été arrêtés alors qu’ils vendaient l’hebdomadaire. Dans la voiture de Denis Mercier, ouvrier aux usines Peugeot de Montbeliard, les policiers avaient découvert vingt exemplaires du journal. En juin également, à Villeurbanne, des militants maoïstes qui distribuaient des tracts devant une église furent poursuivis dans l’édifice religieux par les policiers. Dix jeunes gens furent arrêtés.

L’Hebdo Hara-Kiri, n° 71 du 8 juin 1970

L’Hebdo Hara-Kiri, n° 71 du 8 juin 1970

collection J.-C. Vimont

27Le 25 juin 1970, Alain Geismar, fut arrêté dans un appartement de la rue de Londres. Il fut inculpé le 28 juillet de reconstitution de ligue dissoute, de provocation directe, suivie d'effet, à des violences à agents.

La liste des militants incarcérés ne cessait de s’allonger. Le Monde du 11 juillet 1970 publia des extraits d’une interview de Raymond Marcellin à Combat. Il faisait le décompte des auteurs « gauchistes » d’actes de violence : 90 écroués, 153 personnes en liberté provisoire, 150 peines de prison avec sursis, 202 peines d’amende. Ce bilan provisoire risquait de s’accroître, car les maoïstes avaient lancé une campagne « l’été chaud », promettant d’investir des plages privées, de s’en prendre aux vacances des riches. Ce fut un échec, même si un yacht fut couvert de fumier, un golf maculé, quelques slogans bombés ici et là.

28Dans la nuit du 13 au 14 juillet, de graves incidents éclatèrent à Saint-Étienne-du-Rouvray, sur la rive gauche de Rouen, à l’occasion de la fête nationale. Devant un café, des militants maoïstes avaient organisé un « bal rouge » avec un groupe « pop », les Pages. Vers minuit, à l’issue du concert du groupe, une centaine de jeunes rejoignit le bal officiel, place de l’Hôtel de ville. Il y eut une certaine confusion, car des jeunes montèrent sur la scène, lancèrent des slogans maoïstes et brandirent un drapeau rouge. Il y eut des bousculades, des bagarres et quelques arrestations. Le 17 juillet, une centaine de jeunes et de militants maoïstes mirent à sac le commissariat de la ville. Dix-sept d’entre eux furent arrêtés. Le 13 novembre 1970, le tribunal correctionnel de Rouen prononça neuf peines de prison. Cinq mineurs devaient comparaître ultérieurement devant un tribunal de mineurs. Les sanctions furent lourdes pour les militants maoïstes : Patrick Swanpoel, un an de prison dont six mois ferme, Adolphe Martin, dix mois dont cinq mois ferme, Gérard Dubuc, huit mois dont quatre mois ferme. Les autres peines étaient les suivantes : Marlène Le Gall et Bernard Le Gall, six mois de prison, dont trois avec sursis, Jacques Leroux, quatre mois de prison ferme, James Collé trois mois de prison ferme, Alain Chapon trois mois de prison ferme ; Jacky Amgard deux mois de prison ferme. Le Monde du 17 novembre 1970 mentionnait également les dommages intérêts à payer et évoquait le sort de trois militants relaxés, mais qui étaient restés deux mois en détention préventive : les frères, Pierre et Jean-Pierre Da Silva, militants maoïstes, ainsi que Claude Chapon.

Le 25 juillet, cinq militants de l’ex-gauche prolétarienne furent arrêtés à Toulouse et à Carmaux pour avoir diffusé La Cause du peuple. Ils furent inculpés devant la Cour de sûreté de l’État de « reconstitution et maintien de groupement dissous ». Le Monde du 3 août 1970 présentait ainsi les deux maoïstes qui avaient été écroués, les trois autres demeurant en liberté provisoire : « Michel Duyrat, 26 ans, se disant peintre, sans domicile fixe, repris de justice, qui sortait de prison où il venait de purger une peine de deux mois pour coups et blessures », Jean-Yves Maubras, 20 ans, lycéen ».

29Le 15 août à Annecy, quatre maoïstes furent interpellés pour des inscriptions tracées sur les murs de la ville. Alain Charnomordic, 24 ans, Michel Besserve, 22 ans, Nicole Saby, 21 ans, Danielle Barbezieux, 26 ans, furent remis en liberté quelques heures après. Le Monde du 18 août apportait des précisons sur cette action : « La plupart des militants interpellés avaient déjà participé à l'agitation provoquée au cours des dernières semaines au foyer nord-africain de Seynod, près d'Annecy. Les inscriptions peintes au cours du week-end étaient en rapport avec cette précédente affaire : elles protestaient contre l'installation au foyer d'un poste permanent de gendarmerie destiné à en interdire l'accès à toute personne étrangère. 

30Le Monde du 19 août, relatait l’une ces actions à Saint-Denis : « Dix-sept “maoïstes” ont été appréhendés, dimanche soir à Saint-Denis, et sont toujours gardés à vue dans les locaux de la brigade criminelle à Paris. Les jeunes gens, dix garçons et sept filles, ont été arrêtés à 19 heures dans la rue du Landy où de nombreux travailleurs étrangers habitent dans de vieux immeubles. Militants de l'ancienne gauche prolétarienne, ils parcouraient en voiture depuis plusieurs jours les rues de Saint-Denis, déployant des banderoles, distribuant des tracts (“l'été chaud, pas de vacances pour les riches !” et des exemplaires du journal la Cause du peuple. Ils lançaient également des drapeaux maoïstes et palestiniens de façon qu'ils restent accrochés dans les fils électriques. Après une arrestation mouvementée au cours de laquelle plusieurs jeunes gens auraient été blessés, les policiers ont saisi dans trois voitures deux exemplaires du journal palestinien le Fedayin, des matraques, des poinçons longs d'une trentaine de centimètres, des bocaux vides et un magnétophone avec haut-parleur. La plupart des personnes appréhendées avaient déjà été interpellées à diverses reprises par la police. » Leur garde à vue fut prolongée de quarante-huit heures par le substitut du parquet de la Cour de sûreté de l'État.

31Le Monde du 18 septembre 1970, dressait un état des poursuites engagées par la Cour de sûreté de l’État : plus de soixante-dix dossiers. Le quotidien précisait :

« La plupart des personnes poursuivies devant la Cour de sûreté de l'État sont inculpées de maintien ou reconstitution de mouvements dissous au terme de la loi du 10 janvier 1936. Elles risquent une peine d'emprisonnement de deux ans : deux groupements sont visés ; d'une part, la Gauche prolétarienne dissoute le 27 mai dernier, et, d'autre part, le Parti communiste marxiste-léniniste de France (P.C.M.L.F.) dissous par un décret du 12 juin 1968. Cinquante-six personnes, sauf erreur, sont inculpées de maintien ou reconstitution de l'ex-Gauche prolétarienne, dont dix-huit sont détenues. Certaines d'entre elles ont été poursuivies pour avoir distribué La Cause du peuple, journal dans lequel s'expriment les idées du mouvement dissous le 27 mai. La plupart sont des étudiants ou de jeunes ouvriers, généralement arrêtés dans la région parisienne, dans le nord, dans l'est, ou dans la région lyonnaise. »

Le 25 octobre 1970, quatre jeunes maoïstes furent arrêtés à proximité des usines Peugeot de Montbeliard. Ils portaient une bombe incendiaire et se préparaient à incendier un camion chargé de voitures neuves. Ils avaient préparé un tract de revendication, retrouvé chez eux lors d’une perquisition, avec pour titre « Geismar est partout ». Parmi les quatre militants, figurait Denis Mercier, 28 ans, dont on révéla bien plus tard qu’il travaillait pour les services de police. Dans le livre de Dominique Defendi, L’Arme à gauche, publié en 2008 chez Flammarion, le fils d’un policier de la DST (Direction de la surveillance du territoire) révéla que son père, en poste à l’antenne de Dijon, recruta ce militant. Denis Mercier avait travaillé quatre années dans l’usine Peugeot de Sochaux. Il en avait été licencié après les graves incidents de mai 1968. Il fut un temps accusé de la mort de deux CRS dont les corps disparurent dans des cuves d’acide. Contacté par la DST, il accepta d’infiltrer la Gauche Prolétarienne, contre rétribution. Il fut en contact avec la direction de l’organisation. Il est permis de s’interroger sur la nature de l’attentat projeté. Le ministre de l’Intérieur encouragea vraisemblablement quelques actions violentes afin d’effrayer les électeurs à la veille de prochaines élections municipales. Denis Mercier fut victime d’un accident de la route en 1973. Le 11 décembre le tribunal correctionnel de Montbeliard condamna Jean-Claude Roumestan, Dominique Fourré et Denis Mercier à six mois de prison ferme et Jean-Pierre Ferrand à quatre mois. Ils recouvrèrent la liberté en janvier 1971.

32Le 26 novembre des incidents éclatèrent à Toulouse entre militants d’extrême gauche et d’extrême droite, puis avec forces de l’ordre. Plusieurs militants furent arrêtés, treize furent inculpés et le procès se déroula le 3 décembre. La veille, de nouveaux incidents éclatèrent à Toulouse, place Jeanne d’Arc, puis place du Capitole. Cocktails Molotov et grenades lacrymogènes furent échangés. Le Monde du 4 décembre décrivait l’intensité des affrontements : « Certains manifestants utilisaient des frondes pour atteindre à distance les policiers. Quatre vitrines de grands magasins furent brisées rue de Rémusat, ainsi que celle d'une confiserie rue Romiguière. Les manifestants érigèrent une barricade, à laquelle ils mirent le feu, à l'entrée des rues des Lois, du Taur et Romiguière. Le calme est revenu vers 23 heures. Vingt jeunes gens ont été interpellés. Quatorze d'entre eux furent ensuite relâchés. On compte six blessés parmi les forces de l'ordre et un nombre indéterminé de blessés parmi les manifestants. » Quelques jours plus tard une bombe éclata devant la porte d’entrée du magistrat qui avait présidé les audiences. Cinq d’entre eux firent appel de leur condamnation : Richard Kaminski, 21 ans, Stéphane Delage de Luget, Georges Angéli, 20 ans, Jean Maubras, 20 ans, Gérard Massip, 22 ans incarcérés dans la prison Saint-Michel de Toulouse. Ils furent condamnés en janvier 1971 à des peines de prison ferme en application de l’article 314 de la loi anti-casseurs. Jugés dans une procédure de flagrant-délit puis en appel, les juges reconnurent les mobiles politiques de ces militants maoïstes. Mais en prison, ils ne bénéficiaient pas du régime spécial destiné aux prisonniers politiques.

33À Paris, le 12 décembre 1970, six militants maoïstes firent l’objet d’un contrôle d’identité. Dans leur voiture, la police découvrit « des objets pouvant servir à la fabrication d'explosifs, une matraque, un poignard, des cagoules et deux paires de gants de caoutchouc », selon Le Monde du 15 décembre. Francine Cohen-Boulakia, 26 ans, Bruno Boivin, 26 ans et Pierre de Bellay, 35 ans, employés aux PTT, Moussa Fofana, 30 ans, manutentionnaire, Gilbert Mangiarcina, 26 ans, et Alain Rosenblum, 26 ans, ouvriers furent déférés au Parquet et écroués. En septembre 1971, la Nouvelle Résistance Populaire accusa Moussa Fofana d’être un agent au service de la police. Il avait été écroué à Fresnes pendant six mois, avait participé à la seconde grève de la faim des maoïstes emprisonnés, puis avait été expulsé en Guinée.

34En présence de la multiplication de ces actions subversives, parfois violentes, le gouvernement avait adopté un dispositif pénal qui devait accroître la répression et dont furent victimes plusieurs des maoïstes cités précédemment. Le 7 avril 1970, le Premier ministre, Jacques Chaban-Delmas, avait annoncé dans un entretien télévisé avec Pierre Desgraupes : « Il est nécessaire que les casseurs soient les payeurs ». Dès le lendemain, le conseil des ministres adopta un projet de loi sur « les nouvelles formes de délinquance », dite aussi « loi anti-casseurs », déposée par le garde des Sceaux, René Pleven. Un nouvel article 314 du code pénal créait la responsabilité pénale collective de tous les participants à une manifestation et instituait la responsabilité civile des coupables d’actions violentes au cours de rassemblements en les condamnant solidairement au paiement des dommages et intérêts. En outre il était ajouté un alinéa à l’article 184 du code pénal réprimant la violation de domicile en l’étendant aux lieux affectés à des services publics de caractère administratif ou scientifique et culturel. Le projet fut adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 30 avril et définitivement voté, après modification, le 4 juin. La loi anti-casseurs fut promulguée le 8 juin 1970.

35Cette longue énumération ne prétend pas à l’exhaustivité. Le quotidien Le Monde créa une rubrique « agitation » pour relater des incidents qui avaient pour cadre plusieurs villes de France. La violence n’était pas absente lors des diffusions de tracts ou de journaux et à l’occasion d’actions symboliques. Il était tentant pour le pouvoir de criminaliser les opposants et de ne pas reconnaître les mobiles politiques de ceux que la presse d’information qualifiait de « casseurs » ou de « voyous ».

Initiatives et actions de solidarité en faveur des militants emprisonnés

36La multiplication des arrestations et les entraves à la liberté d’expression commencèrent à mobiliser l’opinion publique au cours de l’été 1970. Les jeunes maoïstes multipliaient dans différentes villes des actions spectaculaires en faveur d’Alain Geismar et des victimes de la répression, à l’instar de ce qui se passa à Grenoble ou à Toulouse.

L’Hebdo Hara-Kiri, n°70 du 1er juin 1970

L’Hebdo Hara-Kiri, n°70 du 1er juin 1970

collection J.-C. Vimont

37Le 11 juin, dix-sept personnalités signèrent un appel et constituèrent le Comité d’initiative pour la création d’un Secours rouge pour assurer la défense politique et juridique des victimes de la répression. Il devait fonctionner jusqu’à l’été 1972. D’anciens résistants prestigieux comme Charles Tillon, Vercors, Roger Pannequin, Eugénie Camphin, d’anciens membres des réseaux de soutien au FLN comme Robert Davezies, des chrétiens de gauche comme le R.P. Cardonnel, Georges Casalis, Georges Montaron, des syndicalistes comme Henri Guilloux, Bernard Lambert, l’avocat Henri Leclerc, Jean-Paul Sartre, comme président d’honneur figuraient parmi les signataires. Des organisations d’extrême gauche s’associèrent à l’initiative, notamment la Ligue Communiste, le Parti Socialiste Unifié, les membres de la Gauche Prolétarienne dissoute. Plusieurs dizaines de comités du Secours rouge naquirent pendant l’automne et l’hiver qui suivit, regroupant militants des organisations d’extrême gauche et des inorganisés. L’organisation s’inspirait du Secours rouge International, mis en place en 1931. Roger Chaintron, ancien secrétaire général de cette organisation, comptait parmi les membres du comité d’initiative. Un extrait de l’Appel faisait référence aux emprisonnements de militants, non sans exagération : « Des centaines de militants révolutionnaires sont détenus, d’autres réduits à la clandestinité, pour des actions politiques travesties en délits de droit commun ».

Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971

Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971

collection J.-C. Vimont

Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971

Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971

collection J.-C. Vimont

Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971

Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971

collection J.-C. Vimont

38Au début du mois de juin, Simone de Beauvoir et Michel Leiris furent à l’origine d’une Association des amis de La Cause du Peuple. Des intellectuels participèrent la diffusion du journal interdit. Fin juin, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et dix-sept autres personnes furent interpellés à proximité du siège du quotidien L’Humanité, sur les Grands boulevards à Paris. Ils tentaient de diffuser le numéro 25 de l’hebdomadaire, en compagnie de militants de l’organisation dissoute.

Hebdomadaire Lutte Ouvrière, 1970

Hebdomadaire Lutte Ouvrière, 1970

collection J.-C. Vimont

Extrait de La Cause du peuple, n° 31 du 20 novembre 1970

Extrait de La Cause du peuple, n° 31 du 20 novembre 1970

collection J.-C. Vimont

39Le 24 juin, Serge July de l’ex-Gauche Prolétarienne prit la parole lors d’un concert des Rolling Stones :

« Les Stones m'ont demandé de prendre la parole ce soir. Pendant que je vous parle, pendant que les Stones vont chanter, une centaine de prisonniers politiques sont en taule […]. Si aujourd'hui ils sont en taule, c'est parce qu'ils se sont battus contre les flics, qui croient pouvoir continuer longtemps, impunément, les tabassages dans les commissariats, contre leurs sales gueules qui nous font chier à chaque coin de rue, à la sortie du lycée, de l'usine, de la fac, du bal. S'ils sont en taule, c'est parce qu'ils n'ont pas peur de dire que lorsqu'on reçoit un coup de matraque sur la gueule, il faut bousiller le mec qui vous l'a envoyé, que lorsqu'on en a marre d'être emmerdé par un chef à l'usine, on a raison de lui casser la gueule, que lorsqu'on en a marre, on a raison de se battre, de se révolter. »

40Une cellule clandestine de la Gauche Prolétarienne, l’Organisation des prisonniers politiques (OPP), fut mise en place vers cette époque. Elle était dirigée par Serge July, avec l’aide de Nicole Linhart, épouse de l’un des dirigeants de la Gauche Prolétarienne, Robert Linhart, pour organiser la solidarité et la coordination des prisonniers politiques. L’OPP compta également Edith Geismar, Daniel Defert qui en liaison avec Philippe Barret, représentant de la gauche Prolétarienne au Secours rouge organisa la solidarité et la défense des militants incarcérés à Rouen, Marianne Merleau-Ponty, avocate et fille du philosophe, Jacques Rancière et Gilbert Castro. Il fut très tôt question de lancer une grève de la faim parmi les prisonniers pour qu’ils bénéficient tous d’un régime spécial de détention, pas seulement ceux qui étaient déférés devant la Cour de sûreté de l’État.

  • 6 Emmanuelle Loyer, « Sous les pavés, la Résistance. La Nouvelle Résistance populaire, appropriation (...)

41Dans l’appartement où s’était caché Alain Geismar, les dirigeants de la Gauche Prolétarienne décidèrent de créer un groupe clandestin, l’Organisation Politique Spéciale (OPS), plus connue sous le nom de Nouvelle Résistance Populaire (NRP) afin de mener des actions spectaculaires en solidarité avec les victimes de la répression. Elle était dirigée par Olivier Rolin et comptait une dizaine de membres, dont trois femmes. Les nombreuses références à la Résistance, aux Francs Tireurs Partisans dans les textes, discours et stratégies de la Gauche Prolétarienne ont été parfaitement étudiées par Emmanuelle Loyer, Sous les pavés, la résistance. La Nouvelle résistance populaire, appropriations et usages de la référence résistance après 19686.

42Mobiliser en faveur des emprisonnés n’était pas chose aisée malgré le recours aux démocrates et aux intellectuels. Les détenus étaient dispersés dans plusieurs prisons de France et, à l’exception du porte-parole Alain Geismar, étaient inconnus du grand public.

La première grève de la faim des prisonniers (septembre 1970)

43Le premier septembre 1970, les détenus maoïstes entamèrent une grève de la faim. Ils réclamaient l’octroi du « régime spécial » de détention à ceux d’entre eux qui n’en bénéficiaient pas et des améliorations des modalités d’application de ce même « régime spécial ». La grève avait été annoncée le même jour par l'Organisation des Prisonniers Politiques : « Nous réclamons la reconnaissance effective de nos qualités de détenus politiques. Nous ne revendiquons pas pour autant des privilèges par rapport aux autres détenus de droit commun : à nos yeux, ils sont des victimes d'un système social qui, après les avoir produits, se refuse à les rééduquer et se contente de les rejeter. Bien plus, nous voulons que notre combat, dénonçant le scandaleux régime actuel des prisons, serve à tous les prisonniers ».

L’Hebdo Hara-Kiri, n°85 du 14 septembre 1970

L’Hebdo Hara-Kiri, n°85 du 14 septembre 1970

collection J.-C. Vimont

44Marc Hatzfeld adressa ce jour une lettre au directeur de la maison d’arrêt de la Santé. Elle fut publiée dans le premier numéro de Tout ! Ce que nous voulons : Tout ! daté du 23 septembre :

« Nous ne tenons pas par cette lettre à réclamer en tant que détenus politiques des privilèges exorbitants et ainsi à nous désolidariser des détenus dits de droit commun dont les conditions de détention sont beaucoup plus dures que les nôtres. Nous voulons au contraire que se sache et se dise quelle est la véritable réalité du système pénitentiaire et de tout son cortège de brimades, de violences, de solitude et de détresse. Nous tenons à affirmer que nous considérons les détenus de droit commun comme le produit d’une société, d’une police et d’un système carcéraire qui les accule à leur condition de “délinquants”. Nous sommes ici précisément parce que nous luttons contre cette société. Nous considérons en outre que la réaction qui pousse ces “délinquants” à des actes individuels – que nous ne jugeons pas en tant que tels – procède le plus souvent d’une révolte dont le caractère est éminemment politique. Si nous décidons aujourd’hui de ne pas rester passifs, c’est donc précisément par solidarité avec toute la population pénale et pour qu’elle puisse dans son ensemble profiter de notre action.

Cependant, il est constant que la tradition de tous les pays qui se réclament de la démocratie, les individus ayant accompli des actes illégaux dans un but politique clairement exprimé, bénéficient d’un statut particulier. Ce statut a été accordé récemment aux détenus ayant appartenu au FLN, à l’OAS, au GONG, au FLB et à bien d’autres. Actuellement à la Santé, de nombreux détenus bénéficient de mesures particulières auxquelles il ne nous a pas été donné droit. Il m’a déjà été accordé quelques faveurs : le droit de la presse ; le droit à la radio ; le droit à la lecture de mon choix. Ces faveurs nous paraissent tout à fait insuffisantes et c’est pourquoi nous réclamons en outre : la suppression de l’isolement des détenus politiques entre eux et entre les détenus politiques et les droits communs. Nous demandons en particulier : la promenade en commun ; l’ouverture d’une salle commune disponible de l’ouverture de 7 h à la fermeture de 18 h 45 ; l’élargissement des parloirs comprenant la suppression de la limitation des visiteurs et le droit à avoir des rapports sexuels avec son conjoint qu’il s’agisse d’un époux légitime ou d’un concubin ; l’amélioration du régime alimentaire. De plus, nous exigeons que ce régime soit accordé à tous les détenus incarcérés pour des raisons clairement et subjectivement politiques (en particulier notre camarade Michel Julien) et qui n’ont jusqu’à présent bénéficié d’aucun avantage. Nous vous informons que dès aujourd’hui, premier septembre, nous entamons une grève de la faim que nous n’achèverons que lorsque nous aurons obtenu satisfaction complète de toutes ces revendications. Veuillez agréer, M. le directeur, l’expression de mes sentiments respectueux. »

45Les grévistes, au nombre d’une trentaine, étaient incarcérés dans les prisons de Fresnes, de La Santé, de la Petite-Roquette et de Rouen. Quelques jours après le début du mouvement de contestation, ils furent rejoints par d’autres militants, incarcérés à Saint-Nazaire, à Rouen et à Rennes.

46Depuis un décret du 24 août 1960, un régime dit “spécial”, plus libéral que le régime des prisonniers de droit commun et s’inspirant de la tradition libérale française en matière d’incarcérations politiques, pouvait être accordé par le garde des Sceaux aux détenus qui subissaient une détention préventive ou une peine privative de liberté, correctionnelle ou criminelle, lorsque les mobiles des infractions étaient politiques. Les combattants du FLN qui avaient mené plusieurs grèves de la faim en bénéficièrent, comme plus tard les activistes de l’OAS et des militants indépendantistes bretons du Front de Libération de la Bretagne. Les militants déférés devant la Cour de la sûreté de l’État en bénéficiaient et devaient continuer d’en bénéficier jusqu’à la disparition de ce tribunal particulier à l’aube des années quatre-vingts. Le « régime spécial » était normalement réservé aux condamnés à la peine de la détention criminelle introduite dans le Code pénal en 1832, mais le garde des Sceaux avait la latitude de l’appliquer à d’autres prisonniers, ce que fit Thiers durant les premières années de la Monarchie de Juillet lorsqu’il avait en charge les prisons, en faveur des détenus républicains insurgés, des détenus légitimistes qui avaient suivi la duchesse de Berry et en faveur de nombreux auteurs de délits de presse.

47Le « régime spécial » dispensait les condamnés de l’obligation de travail qui demeura en vigueur jusqu’en 1987. Prévenus et condamnés étaient regroupés dans un quartier à l’écart des prisonniers de droit commun et il pouvaient communiquer entre eux. Ils devaient séjourner dans des cellules individuelles. Ils pouvaient recevoir quatre visites des membres de leur famille par semaine, lire des livres, trois quotidiens et trois magazines d’actualité par semaine. Ils pouvaient disposer d’un poste de radio. Le ministre de la Justice René Pleven octroya le « régime spécial » à tous les condamnés et prévenus qui avaient maille à partir avec la Cour de sûreté de l’État. Il accepta également d’en faire bénéficier la jeune militante arrêtée lors du “raid” dans l’épicerie Fauchon et les directeurs de la Cause du peuple condamnés en vertu de la loi de 1881 sur la presse. Le Monde pointait les enjeux de la grève de la faim :

« En revanche, les détenus gauchistes qui sont inculpés pour d'autres délits devant des tribunaux correctionnels ou qui ont déjà été condamnés par eux ne bénéficient d'aucun des avantages du régime spécial. C'est en premier lieu contre cette situation que les détenus gauchistes entendent protester par la grève de la faim qu'ils viennent de déclencher. Ils avancent plusieurs arguments de poids pour qualifier d'injuste la situation faite à ceux d'entre eux qui sont au régime pénitentiaire de droit commun. Les gauchistes qui devront répondre ou ont déjà répondu de certains délits devant des tribunaux correctionnels feront remarquer que certains de leurs camarades, prévenus d'actes parfois plus graves que ceux qui leur sont reprochés, sont admis au bénéfice du régime spécial simplement parce qu'ils ont eu la chance d'être inculpés devant la Cour de sûreté de l'État. On pourrait citer le cas des dix inculpés de l'affaire d'Hénin-Liétard, qui seront jugés par la Cour de sûreté, et contre qui les charges sont finalement plus lourdes que contre tel auteur de “violences à agent” qui sera jugé par un tribunal correctionnel : ceux-là bénéficient du régime spécial, celui-ci est avec les “droit commun”. […] C'est le cas en particulier de M. Michel Julien, condamné le 25 juin à cinq mois de prison pour avoir tracé à la peinture un slogan sur le pont de Choisy. Il est peu contestable que d'innombrables militants politiques, et parfois de la majorité, ont déjà “barbouillé” des ponts et autres édifices publics sans encourir pour autant cinq mois de prison. Aussi bien les gauchistes détenus font-ils de l'application du régime spécial à Michel Julien un des tests du succès de l'action qu'ils viennent d'entreprendre. »

48Les grévistes de la faim déploraient de ne pas être regroupés dans un même quartier et d’être dispersés dans de nombreuses prisons françaises. Ils protestaient contre la durée trop courte des visites, surtout pour les provinciaux incarcérés à La Santé, et ils souhaitaient également pouvoir bénéficier de visites d’amis. Ils exigeaient la suppression des grilles dans les parloirs. Ils réclamaient de pouvoir conserver leur montre et voulait un plus large choix de journaux.

49Une liste des grévistes de la faim peut être établie (quatre seulement étaient déjà condamnés au moment du déclenchement de la grève de la faim – Le Bris, Le Dantec, Jullien, Le Doujet – les autres étaient en détention préventive ; vingt-cinq étaient inculpés devant la Cour de sûreté de l’État, dont vingt pour reconstitution de ligue dissoute) :

Alain Geismar, inculpé et déféré devant la Cour de sûreté de l’État, emprisonné à Fresnes. Il fut condamné le 10 octobre devant la 17e chambre correctionnelle à 18 mois de prison ferme, puis par la Cour de sûreté de l’État à deux années. Les peines furent confondues en appel. Il fut libéré le 23 décembre 1971.

Jean-Pierre Le Dantec, condamné à un an de prison par la Cour de sûreté de l’État, emprisonné à la Santé, libéré le 23 décembre 1970.

Michel Le Bris, condamné à huit mois de prison par la Cour de sûreté de l’État, emprisonné à la Santé.

Michel Julien, condamné à cinq mois de prison le 25 juin par un tribunal correctionnel pour avoir peint un slogan sur un pont de Choisy et pour s’être rebellé contre les agents qui l’interpellaient.

Yves Le Doujet, 20 ans, étudiant, condamné le 24 juillet à quatre mois de prison par le tribunal correctionnel de Dunkerque, pour avoir peint des slogans sur la voiture d’un contremaître des chantiers navals le 3 juin 1970. Le 4 septembre la cour d’appel de Douai l’avait relaxé, mais il avait été maintenu en détention. Il était en effet inculpé par le juge d'instruction de la Cour de sûreté de l'État pour maintien ou reconstitution de mouvement dissous et pour avoir participé à des distributions de tracts aux chantiers navals de Dunkerque et avoir été en possession d'exemplaires de La Cause du peuple.

Michèle Chanussot était prévenue de reconstitution de ligue dissoute, déférée devant la Cour de sûreté de l’État et incarcérée à la Petite Roquette.

Brigitte Robertin était prévenue de reconstitution de ligue dissoute, déférée devant la Cour de sûreté de l’État et elle était incarcérée à la Petite Roquette. Brigitte Robertin, 20 ans, institutrice, avait été placée sous mandat de dépôt le 22 août, des exemplaires de la Cause du peuple et des tracts ayant été trouvés dans sa voiture à Saint-Denis. Elle était aussi sous le coup du mandat de dépôt d’un juge d'instruction au tribunal de Paris, pour infraction à la législation sur les armes, parce que sa voiture contenait, en plus des documents, des manches de pioches et des broches métalliques.

Francine Delescaut, prévenue de reconstitution de ligue dissoute, déférée devant la Cour de sûreté de l’État et incarcérée à la Petite Roquette.

Hélène Mougniotte , prévenue de reconstitution de ligue dissoute, déférée devant la Cour de sûreté de l’État et incarcérée à la Petite Roquette.

Marie Georges, prévenue de reconstitution de ligue dissoute, déférée devant la Cour de sûreté de l’État et incarcérée à la Petite Roquette.

Annie Gouey, incarcérée à la Petite Roquette, condamnée le 1er octobre par la Cour de sûreté de l'État à 6 mois de prison pour reconstitution de mouvement dissous. Elle avait été libérée le 11 septembre, en même temps que Serge Minoc.

Emmanuel Bernard, la Santé, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, condamné le 1er octobre par Cour de sûreté de l’État.

Nicolas Canu, incarcéré à la Santé, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, condamné ultérieurement à 3 mois de prison.

Georges Chuffart, incarcéré à la Santé, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, condamné ultérieurement à 3 mois de prison

Gilbert Castro, ingénieur des Mines, arrêté le 27 juillet, vingt-huit ans, chargé de recherches à l'Institut d'étude du développement économique et social, ancien trésorier de la Gauche Prolétarienne, pour avoir essayé de faire réimprimer les Cahiers de la Gauche prolétarienne, écroué à la maison d’arrêt de la Santé, libéré le 18 septembre.

Jean-Noël Darde, incarcéré à la Santé, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, condamné le 1er octobre par la Cour de sûreté de l’État.

Michel Duyrat, vingt-six ans, peintre en bâtiment, incarcéré depuis le 31 juillet pour avoir vendu La Cause du peuple à Carmaux dans le Tarn. Incarcéré à la Santé. Mis en liberté le 18 septembre.

Jacques Kucklick, condamné le 14 septembre 1970 par la Cour de sûreté de l’État, incarcéré à la Santé.

Jean-Pierre Liban, écroué depuis le 10 juin, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, mis en liberté le 11 septembre, condamné le 7 octobre à un an de prison ferme, incarcéré à la Santé.

Jean-Claude Marti, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, incarcéré à la Santé. Le 30 mai, il avait distribué un tract dans le Nord de la France protestant contre la dissolution de la Gauche Prolétarienne. Il avait été arrêté dès le 4 juin et devait être condamné à un an de prison ferme par la Cour de sûreté de l’Etat.

Yves Maubras, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, incarcéré à la Santé.

Serge Minoc, condamné le 1er octobre par la Cour de sûreté de l'État à 6 mois de prison pour reconstitution de mouvement dissous. Incarcéré à la Santé.

Dominique Lacaze, inculpée pour l’affaire d’Hénin-Liétard, incarcérée à la Petite Roquette.

Pierrette Madesclaire, inculpé pour l’affaire d’Hénin-Liétard, incarcérée à La Petite-Roquette.

Jean Schiavo, inculpé pour l’affaire d’Hénin-Liétard, incarcéré à la Santé.

Bernard Victorri, inculpé pour l’affaire d’Hénin-Liétard, incarcéré à la Santé.

Patrick Sibi, inculpé de reconstitution de ligue dissoute, incarcéré à la Santé, condamné ultérieurement à 3 mois de prison.

Jean-Marc Turlure, incarcéré à la Santé, inculpé de reconstitution de mouvement dissous, condamné ultérieurement à 6 mois.

Jean-Paul Mariette, emprisonné à Rouen, détenu pour avoir été mêlé, le 21 janvier, à une violente bagarre entre étudiants d'extrême droite et étudiants d'extrême gauche sur le campus universitaire de Mont-Saint-Aignan.

Marc Hatzfeld, inculpé pour avoir participé aux attaques perpétrées en mars 1970 contre le bureau départemental d'embauche des Yvelines et la mairie de Meulan, incarcéré à la Santé. Il fut condamné mi novembre 1970 à trois années de prison avec sursis et ressortit libre du tribunal, en compagnie de Nadja Ringart, qui avait subi quelques mois d’emprisonnement à la Petite-Roquette.

Sylvain Labalette, écroué le 31 août à la Santé pour avoir diffusé des exemplaires de La Cause du peuple.

Alain Simon, écroué le 31 août à la Santé pour avoir diffusé des exemplaires de La Cause du peuple.

Adolphe Martin, détenu à la prison de Rouen à la suite de l'attaque du commissariat de police de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) dans la nuit du 13 au 14 juillet dernier.

50Quelques jours après le début de la grève de la faim, six autres militants incarcérés rejoignirent ce combat :

M. et Mme Benaismou, incarcérés à Rennes

Pérez et Nicole Levant, arrêtés pour diffusion de La Cause du peuple

Nicole Levan, dix-neuf ans, écrouée le 31 août pour avoir distribué des exemplaires de La Cause du peuple devant les Chantiers navals de Dunkerque, mise en liberté le 21 septembre

Sophie Bilderling, 26 ans, incarcérée le 8 septembre, après la découverte, lors d'un contrôle de police nocturne, à Paris, d'exemplaires de La Cause du peuple et de tracts dans la sacoche de son cyclomoteur

Claude Chapon, emprisonné à Rouen, à la suite des incidents de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Gérard Pierron, 23 ans, incarcéré à Saint-Nazaire depuis le début du mois d’août pour avoir distribué des tracts maoïstes près des chantiers navals de Penhoët, Il comparut devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire le 16 septembre 1970 et fut condamné à deux mois de prison ferme pour apologie du crime d'incendie.

51Dans un premier temps, René Pleven indiqua que les grévistes de la faim ne cherchaient qu’à attirer l’attention de l’opinion publique et se moqua de détenus dits “gauchistes” qui réclamaient des privilèges. Il indiqua que sur trente détenus, vingt-cinq bénéficiaient du régime spécial et que quatre demandes étaient instruites par son cabinet. Il n’avait refusé le « régime spécial » qu’à un seul détenu, Michel Julien, semble-t-il. Le 8 septembre, Alain Geismar, affaibli, fut conduit en ambulance au Palais de justice où un juge d’instruction lui présenta les transcriptions des enregistrements de son discours du 35 mai au palais de la Mutualité. Le lendemain, un premier gréviste de la faim, Jean Schiavo, fut transféré à l’hôpital des prisons de Fresnes ; trois autres furent placés à l’infirmerie de la maison d’arrêt de la Santé. Le Monde du 12 septembre mentionnait l’hospitalisation de dix grévistes de la faim. Le mouvement perturbait le déroulé des procès devant la cour de sûreté de l’État. Le 14 septembre, le procès de Serge Minoc, absent et en grève de la faim, Elisabeth Hennart, en liberté provisoire mais présente, Annie Gouey, détenue à la Petite-Roquette, fut renvoyé et Serge Minoc et Annie Gouey furent remis en liberté.

52Le même jour, trois cents manifestants de la Ligue Communiste défilèrent dans le neuvième arrondissement de Paris pour exprimer leur solidarité avec les militants maoïstes détenus. Les manifestants tenaient une grande banderole portant l'inscription : « À bas la justice bourgeoise ! » Ils distribuèrent des tracts déclarant notamment : « Nous ne sommes pas d'accord avec l'orientation des militants maoïstes, mais nous savons que leurs procès nous concernent. Ils marquent un pas de plus dans la répression, une répression qui nous vise tous : licenciements d'ouvriers dans les entreprises, exclusions d'enseignants et d'étudiants de l'Université, arrestation d'imprimeurs, inculpation d'éditeurs. »

53Le lendemain, une trentaine d’épouses et mères des détenus en grève de la faim manifesta devant le ministère de la Justice et réclama le « régime spécial ». Les femmes ne furent pas reçues en audience. Elles tentèrent de déployer une banderole qui fut arrachée par des policiers en civil, des pancartes avec des inscriptions, « À bas les prisons ! », « Régime politique ! », elles aussi arrachées par des policiers. Les manifestantes quittèrent la place Vendôme pour l’avenue de l’Opéra où elles distribuèrent aux passants le texte d’une pétition. La présence de l’épouse d’Alain Geismar permet de penser que l’Organisation des prisonniers politiques (l’OPP) avait organisé cette initiative des familles de détenus.

54Le vendredi 18 septembre deux prisonniers furent libérés, tout en restant inculpés de maintien ou reconstitution de mouvement dissous : Gilbert Castro, écroué depuis le 27 juillet pour avoir essayé de faire réimprimer les Cahiers de la Gauche prolétarienne, et Michel Duyrat, incarcéré depuis le 31 juillet pour avoir vendu La Cause du peuple à Carmaux.

55Le vendredi 19 septembre, le Secours rouge organisa un meeting dans la salle de la Mutualité. Le Monde du 21 septembre avait envoyé un journaliste : « Quelque trois mille personnes, répondant à l'appel du comité d'initiative du Secours rouge, ont entendu, vendredi soir, dans la grande salle de la Mutualité, MM. Jean-Paul Sartre, directeur du journal la Cause du peuple ; Jean Chaintron (PSU, ex-PC) ; Georges Montaron, directeur de Témoignage chrétien ; Me Gisèle Halimi ; MM. Henri Gilloux, militant syndicaliste ; le R.P. Cardonnel ; le docteur Francis Kahn et Bernard Lambert (P.S.U.), qui se sont élevés contre la “répression” et les atteintes à la liberté d'expression, et ont invité leurs auditeurs à soutenir l'action des détenus politiques qui font la grève de la faim depuis le 1er septembre, à exiger le régime politique pour les détenus politiques, l'amélioration générale du statut des prisonniers de droit commun, la suppression de la Cour de sûreté de l'État ainsi que des juridictions d'exception. » Le même jour, quatre détenus furent remis en liberté par un juge d’instruction de la Cour de sûreté de l’État : Yves le Doujet, Nicole Levan, Sophie Bilderling et Brigitte Robertin. Cependant, Mlle Robertin ne quitta pas la prison de la Petite-Roquette, car elle était sous le coup du mandat de dépôt que M. Bernard, juge d'instruction au tribunal de Paris, avait délivré contre elle pour infraction à la législation sur les armes, parce que sa voiture contenait, en plus des documents, des manches de pioches et des broches métalliques. Le mouvement de solidarité s’élargit. Le syndicat CFDT intervint auprès de René Pleven. Le syndicat dénonçait les jugements prononcés contre des vendeurs de La Cause du Peuple, au nom de la liberté de la presse, elle exigeait l’application d’un régime de détention politique et déplorait le refus de recevoir les familles et les violences exercées à leur encontre le 15 septembre. Les juges d’instruction de la Cour de sûreté de l’État remirent en liberté à la fin du mois de septembre Jean Turlure, Patrick Sibi, Emmanuel Bernard, Nicolas Canu, Jean-Pierre Liban.

56Après vingt-quatre jours, le 25 septembre à midi, les prisonniers cessèrent la grève de la faim. Dans un communiqué, le Secours rouge précisa que des améliorations du régime spécial avaient été obtenues : le droit de recevoir des visites six jours sur sept ; la durée quotidienne des promenades en commun portée de trois quarts d'heure à une heure et demie ; l'isolement d’Alain Geismar à Fresnes, provisoirement, terminé, puisqu’il avait été transféré à l'hôpital central des prisons auprès de ses camarades. Malgré plusieurs libérations, les grévistes de la faim n’avaient pu obtenir le bénéfice du “régime spécial” pour tous les détenus inculpés ou condamnés par des tribunaux correctionnels pour des actes commis en relation avec leurs opinions politiques ; c’était le cas de Michel Julien, de Jean-Paul Mariette. Ils demeuraient au régime de droit commun. Le Secours rouge affirma dans son communiqué : « Le droit au régime politique pour tous les prisonniers politiques n'a pas encore été formellement reconnu. Le pouvoir veut se réserver la possibilité de traiter les militants révolutionnaires en bandits de grand chemin. Le mouvement qui s'est développé à travers le pays saura le faire reculer également sur ce point. » Le 26 septembre, cinq jeunes gens s’enchaînèrent autour de l'horloge du Rond-Point, au Havre pour attirer l'attention sur le sort de Jean-Paul Mariette, détenu à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen.

57À l’occasion du premier procès d’Alain Geismar, le 20 octobre, le régime de détention et la grève de la faim furent évoqués par le porte-parole de l’organisation et par Jean-Claude Marti qui témoignait :

« Les conditions de détention ont changé justement depuis la grève de la faim que nous avons faite au début du mois. Nous étions mis à l’isolement complet, nous vivions dans une cellule de 3 mètres sur 2, complètement isolés de qui que ce soit, ne pouvant parler à qui que ce soit. On nous extrayait une heure par jour pour aller faire un bout de promenade dans un box à ciel ouvert alors que d’autres camarades étaient eux relégués dans ce qu’on appelle vulgairement des culs de basses fosses, dans des cellules misérables des différentes prisons. Pour cette raison, pour la reconnaissance du statut, pour la fin de l’isolement, nous avons fait pendant 25 jours une grève de la faim qui s’est terminée victorieusement. […] Une grève de la faim qui a été victorieuse sur tous les points : notre mise à l’isolement a cessé, nous sommes ensemble à la Santé et un certain nombre d’avantages nous ont été concédés. Malgré cela je dois préciser que beaucoup de problèmes ne sont pas réglés, il y a un certain nombre de scandales. Nous étions ensemble à l’hôpital de Fresnes au moment de cette grève de la faim, l’assistance médicale n’a pas été suivie par les autorités pénitentiaires, en particulier nous avons été évacués de l’hôpital deux heures après qu’un médecin ait affirmé à Geismar qu’il devait rester sous surveillance médicale, de même qu’à la Roquette, une de mes camarades, Dominique qui a les reins bloqués… »

58Marti fut interrompu par le Président du tribunal. Le Procureur fit remarquer d’il bénéficiait, lui comme Alain Geismar, du « régime spécial, régime favorable aux prisonniers ». Alain Geismar ajouta :

« Monsieur le Procureur vient de dire qu’avec le régime spécial nous était reconnu le statut de prisonnier politique, je tiens à dire que le Ministre de la Justice a toujours nié l’existence de prisonniers politiques en France, a toujours dit que le régime spécial n’était pas un régime politique. Je prends acte de cette déclaration et je demande que ce qui est accordé dans le monde entier aux détenus politiques, qui même après cette grève de la faim victorieuse ne nous a pas encore été accordé, en particulier ce qui n’a pas été accordé à des dizaines de camarades en droit commun, nous soit accordé maintenant. »

59La Cause du Peuple du 20 novembre 1970 présenta ainsi le combat des militants emprisonnés : « Les camarades emprisonnés continuent à lutter au service du peuple. C’est sur un nouveau front qu’ils se battent, mais toujours pour la liberté de tous. Nous l’avons dit déjà, la lutte pour le régime spécial, ce n’est pas une lutte égoïste pour obtenir des privilèges, c’est au contraire une lutte qui doit ébranler, pour tous, l’abject système de la tyrannie pénitentiaire. » L’opinion publique était demeurée assez indifférente malgré les initiatives du Secours rouge pour populariser cette lutte et affirmer que les grévistes luttaient pour un statut mais aussi pour améliorer le sort des détenus de droit commun. Dans les lycées parisiens, le sort d’Alain Geismar fut évoqué dans quelques tracts d’organisations non maoïstes. Ainsi, au lycée Condorcet, le premier numéro de Péril rouge, rédigé par les militants du Comité rouge Condorcet, écrivait en octobre 1970 :

« La défense de Geismar. Militant connu, Geismar doit être pour Marcellin le symbole de la reprise en main par la bourgeoisie de l’initiative politique. En frappant fort, elle espère impressionner les militants et prouver à sa bourgeoisie (la grande !) que la grande frousse de mai peut être exorcisée. C’est pourquoi le cas Geismar n’est pas simplement une question entre la CDP (La Cause du peuple) et le pouvoir mais une affaire concernant l’ensemble de l’avant-garde révolutionnaire et, partant, le mouvement ouvrier tout entier. Aujourd’hui, la bourgeoisie frappe les maoïstes parce qu’ils sont les plus vulnérables, isolés de la classe ouvrière, mais demain si la situation lui est plus favorable, elle laminera tous les groupes dits “gauchistes”. De notre capacité de résistance dépend notre avenir. […] »

60Le Garde des sceaux René Pleven n’avait fait que des concessions mineures : des promenades plus longues, des visites plus nombreuses. Certains emprisonnés furent regroupés à la prison de la Santé au premier étage de la première division, deux par deux dans les cellules, parmi eux, Bernard Victorri, Michel Le Bris, Jean-Pierre Le Dantec, Jean Schiavo.

Nouveaux procès, nouveaux emprisonnements, nouvelles agitations

61Les procès devant la Cour de sûreté de l’État reprirent. Début octobre ses juges condamnèrent à un an de prison deux militants inculpés de reconstitution de ligue dissoute, Jean-Pierre Liban et Jean-Claude Marti. Les procès étaient l’occasion de professions de foi combatives de la part des inculpés. Ils refusaient de reconnaître toute légitimité à la Cour de sûreté de l’État, tribunal d’exception à leurs yeux. Dans sa thèse Jean-Pierre Étienne revient sur cette défense de rupture : « Dans ces déclarations se retrouvent les thèmes de la stratégie des maoïstes : le terrorisme, c'est l’État, les juges ne représentent pas le peuple, puisque seuls les maoïstes sont légitimes à parler au nom du peuple, les juges sont des ennemis ou des flics, ce qui revient au même ; d'autre part, les maoïstes ne manquent pas de rappeler que cet affrontement avec la bourgeoisie, qui utilise tous les moyens à sa disposition, s'inscrit dans une longue tradition historique. Cependant, le reproche que l'on peut faire à cette défense de rupture, c'est le “coût” en termes de militants : les condamnations sont de lourdes peines de prison ferme pour la simple diffusion de journaux. Il est probable que l'appel à l'indulgence aurait donné lieu à des peines atténuées. »

62Le 20 octobre 1970, Alain Geismar comparut devant le tribunal correctionnel au Palais de justice de Paris. Le Secours rouge avait invité à un meeting le 19 octobre à la Mutualité. Dans un tract du Comité du Secours rouge du 5e arrondissement, la conclusion était explicite : « Mais disons-nous bien qu’un meeting ne suffit pas. » Les maoïstes avaient appelé à manifester. Plusieurs autocollants en témoignent, signés La Cause du peuple. Les forces de l’ordre furent en nombre sur l’île de la Cité. Jean-Paul Sartre manifesta sa solidarité en prononçant un discours aux portes de Renault, juché sur un bidon, à Boulogne-Billancourt. Des incidents éclatèrent à Paris et en province.

collection J.-C. Vimont

Tract du Secours rouge du 5e arrondissement à Paris appelant à un meeting le 19 octobre 1970

Tract du Secours rouge du 5e arrondissement à Paris appelant à un meeting le 19 octobre 1970

collection J.-C. Vimont

Alain Geismar fut condamné à dix-huit mois de prison ferme par la 17e Chambre du tribunal correctionnel de Paris pour « provocation directe, suivie d’effets, de violences et voies de fait contre les agents de la force publique ». Il lui était reproché d’avoir appelé à manifester le 27 mai 1970, jour du procès de Le Bris et Le Dantec. Les maoïstes lancèrent une campagne pour la libération d’Alain Geismar, avec le slogan « Geismar partout ». Des manifestations eurent lieu à Toulouse et à Paris, avec quelques attaques de cars de police, et encore des militants arrêtés et inculpés.

La Cause du peuple relata la « campagne Geismar » dans son numéro 31 du 20 novembre 1970. L’article empruntait beaucoup au vocabulaire militaire, avec des offensives et des pertes, les lignes de l’ennemi et les replis nécessaires. Il faisait référence à des actions de guérillas et, comme à l’accoutumée, évoquait le Résistance, ses commandos et ses partisans :

« À Toulouse, c’est dans la lutte prolongée des travailleurs immigrés de la Briquetterie contre les loyers, le gérant, la misère qu’est né le Mouvement du 27 mai ; c’est par l’exemple de cette lutte, par sa participation aux meetings et aux discussions que la gauche étudiante s’est mobilisée et a mené, durant plus d’une semaine, la guérilla dans les rues, infligées plusieurs défaites aux C.R.S sans pratiquement subir de pertes.

L’expérience ainsi acquise sera utile à tous. La semaine précédant le procès d’Alain Geismar, premières opérations de “propagande guérilla” : brèves prises de paroles dans les rues, distribution de tracts, bombage sur les bus aux arrêts centraux : les partisans chosissent les heures de pointe ; les flics, bloqués dans les embouteillages, arrivent toujours trop tard.

Samedi 17 octobre, 18 heures, au grand magasin “Les Nouvelles Galeries” : les haut-parleurs cessent de diffuser la coutumière musique douceâtre, pour faire entendre la voix de la résistance. Prétextant un appel pour retrouver un enfant, les partisans s’emparent du micro et lancent les mors d’ordre de la “Campagne Geismar”. Simultanément, descendant les cinq étages, un autre groupe diffuse des tracts aux cris de “Libérons Geismar”. Le même jour, la rue de la Fac de Lettres, recouverte d’affiches, est baptisée : rue Geismar.

Dimanche 18 : Une opération semblable échoue au Salon des Arts Ménagers ; les commandos ne peuvent maîtriser assez vite le speaker ; le repli s’effectue sans aucune perte.

Lundi 19 : Ceux qu’on appelle les “maos alpinistes” accrochent un drapeau rouge au cloché de l’église (à côté de la Cité Universitaire de l’Arsenal). Quand les flics arrivent pour le décrocher, vingt partisans foncent sur un car et le bombardent à coups de pavés. Les flics tentent de s’abriter derrière des voitures, puis s’enfuient.

Mardi 20 : Un bombage et une banderole “Geismar Résistance” vont rejoindre le drapeau rouge sur le clocher. Les flics ne reviennent pas. Le soir à la Cité universitaire, un meeting regroupe une centaine d’étudiants : la rentrée n’a pas encore eu lieu, et, de toute façon, la mobilisation a été insuffisante ; de plus, le matériel d’action a été planqué en ville, et le quadrillage policier empêche de le récupérer. Ce sera donc à coups de pavés et de frondes qu’on va, au bout de deux heures, faire déguerpir les 3000 C.R.S qui encerclaient la Cité, et quand le barrage dressé au milieu de la route fut enflammé, ils ne sont pas intervenus.

Mercredi 21 : On juge en appel les étudiants étrangers arrêtés arbitrairement le 2 juin, lors du combat pour Le Bris et Le Dantec. Les flics, regroupés autour du palais de Justice, sont obligés de rompre l’encerclement des derniers jours : les partisans, en témoins de la France du Peuple, vont frapper à l’intérieur des lignes de l’ennemi.

1820 : Attaque du “Grand Hôtel et Tivolier”, là où baffrent longuement les patrons. Les vitres sont descendues à coups de pavés, les cocktails Molotov enflamment plusieurs salles à manger. Les flics attendaient ailleurs.

19h30 : Cette action mobilise les étudiants. De la fac, un groupe part à l’attaque de la Banque de France, à deux cents mètres de là : les murs sont bombés, les cocktails explosent. Pour se replier, les partisans dressent des barrages échelonnés, et enflamment le dernier. Quand les C.R.S arrivent, tout le monde a eu le temps de se préparer, ils sont accueillis par des volées de pierres. Ils doivent se replier, et au moment où ils démarrent, des cocktails Molotov incendient quelques-uns de leurs cars. Une vague de renforts est, elle aussi, mise en fuite par un barrage de cocktails : les cars commencent à flamber en marche.

Jeudi 22 : Les C.R.S ont recommencé à quadriller la ville. Une barricade enflammée barre l’entrée du campus. Une nouvelle fois, les C.R.S s’installent sur la place en face. Une centaine d’étudiants chargent à coups de pavés et de cocktails : pour la quatrième fois, les C.R.S s’enfuient. La “campagne Geismar” s’achève victorieusement. […] »

Fin novembre, Alain Geismar comparut devant la Cour de sûreté de l’État et fut condamné à deux années de prison, pour reconstitution de ligue dissoute. Il s’en prit aux magistrats, à l’avocat général, affirmant que sa fille était maoïste. Il fut en outre déchu de ses droits civiques et familiaux. Ses deux condamnations n’étaient pas confondues. Elles le furent en appel. Deux jours après, le 26 novembre, en représailles à la condamnation d’Alain Geismar, les militants de la Nouvelle Résistance Populaire (NRP) enlevèrent un député gaulliste, Alain de Grailly, dont le nom était cité dans le scandale immobilier des abattoirs de la Villette. Il fut rapidement relâché.

Autocollant édité par le Secours rouge : « Le combat pour la libération de Geismar c’est le combat pour la liberté de tous ».

Autocollant édité par le Secours rouge : « Le combat pour la libération de Geismar c’est le combat pour la liberté de tous ».

collection J.-C. Vimont

63Dès le mois de novembre, les éditions Hallier qui publiaient L’Idiot international firent imprimer les Minutes du procès d’Alain Geismar, avec une préface de Jean-Paul Sartre. Dans Le Monde du 20 novembre 1970, l’ancien résistant Jean-Pierre Vernant, professeur à l’École pratique des hautes études évoqua le sort d’un militant maoïste. Pierre Vidal Naquet avait interrompu ses études en école de commerce pour s’établir en usine dès janvier 1968, suivant en cela les consignes de l’Union des jeunes Communistes marxistes-léninistes (UJC-ML). Au début de l’année 1970, il fut condamné par le tribunal correctionnel de Besançon à deux mois d’emprisonnement pour avoir été trouvé porteur d’une barre à l’occasion d’une manifestation visant à perturber la projection du film Les bérets verts qui vantait les mérites de l’armée française en Indochine et en Algérie. La peine fut confirmée en appel et par un arrêt de la cour de cassation, mais elle ne fut pas signifiée au militant. Il ne fut arrêté que le 16 octobre 1970 à Nevers. Incarcéré dans la maison d’arrêt et de correction de cette ville, il ne fut pas admis au « régime spécial » car le Garde des sceaux, interpellé par son avocat, affirma que son délit était de droit commun. Le grand résistant, Compagnon de la Libération, qui avait titré son article « Comment on traite un “maoïste” protestait contre le régime de détention que subissait le jeune homme et contre les conditions d’incarcération dans cet établissement pénitentiaire :

« […] le régime de droit commun a même été pour lui sensiblement aggravé : isolement complet, « promenade » solitaire. Au reste, les conditions régnant dans cette prison sont inadmissibles quelle que soit la qualité des détenus : chauffage à peu près inconnu, cellules ne comportant ni eau, ni w.-c, ni balai, alimentation plus que médiocre et insuffisante, surveillance médicale quasi nulle (M. Vidal-Naquet, asthmatique, n'est pas soigné). Ajoutons quelques " brimades " légales mais parfaitement stupides : le Figaro littéraire lui-même est censuré, les visites sont réduites au minimum. Bref, tout paraît avoir été fait pour confirmer dans ses convictions un jeune homme dont l'action démontre qu'il n'a pas de notre société une opinion bien favorable et qui doit trouver dans sa situation présente de quoi justifier son jugement. Il me semble que ceux-là mêmes qui ne partagent pas les options maoïstes de M. Pierre Vidal-Naquet se doivent de protester contre le régime qui lui est imposé. C'est ce que je fais par la présente lettre. »

Tout ! Ce que nous voulons : tout, n°4, 16 novembre 1970. Extraits de l’article « la Taule »

Tout ! Ce que nous voulons : tout, n°4, 16 novembre 1970. Extraits de l’article « la Taule »

collection J.-C. Vimont

64Deux jours avant le procès des militants qui avaient lancé des cocktails Molotov dans les bureaux des Houillères à Hénin-Liétard, le 12 décembre, le Secours rouge organisa à Lens un « tribunal populaire » pour juger les responsables des Houillères. Le « procureur » était Jean-Paul Sartre. Dans le jury figurait une militante historique du PCF, Eugénie Camphin. L’ancien maire de Lezennes Marcel Deboudt, rallié au Secours rouge, présidait le tribunal qui comptait aussi Joseph Tournel, ancien militant communiste et CGT, membre de la Gauche prolétarienne. Le procès avait été préparé par les militants maoïstes du Nord, Joseph Tournel et André Théret, anciens mineurs ; Serge July et Volodia Shahshahani avaient été envoyés par la direction parisienne de la Gauche prolétarienne dans cette région pour reconstruire une organisation décimée par les arrestations et afin de préparer le procès. Cinq cents personnes assistèrent à ce meeting dans l’Hôtel de ville de Lens. Des élèves ingénieurs de l’École des mines, des médecins apportèrent leur témoignage sur la silicose, sur les circonstances du coup de grisou. Le 23 décembre, à la suite d’une grâce présidentielle, Jean-Pierre Le Dantec fut libéré de la prison de la Santé.

Front Libertaire, décembre 1970

Front Libertaire, décembre 1970

collection J.-C. Vimont

La seconde grève de la faim et les actions de solidarité avec les détenus

65Une seconde grève de la faim pour obtenir un régime politique de détention commença le 4 janvier à Toulouse. Les détenus étaient Angeli, Maubras, Kaminski, Delage-Deluguet. Le 14 janvier elle éclata dans les prisons de la Santé, de Fresnes, de Fleury-Mérogis, également à Bordeaux, à Marseille, à Metz, à Nantes, à Montbéliard et Epinal. Alain Geismar, seul détenu à bénéficier du régime spécial, participa à la grève. Une assistance médicalisée fut mise en place.

66Le premier numéro de Secours rouge, journal du Secours rouge, daté de janvier 1971, offrit une liste « Les prisonniers politiques en France ». À l’exception d’Alain Geismar, ils étaient tous soumis à un régime de droit commun et isolés des uns des autres. Le journal n’était pas sûr d’avoir recensé tous les détenus pour des mobiles politiques. La liste évoquait quarante-et-un individus (trois ouvriers de Vittel n’étaient pas identifiés).

Alain Geismar, professeur, incarcéré à la maison d’arrêt de La Santé

José Ferrandiz Gil Ortega, 31 ans, ouvrier carreleur, incarcéré à Fresnes, condamné à huit mois de prison ferme pour violences à agents, rébellion, port d’armes et infraction à la législation sur les étrangers, à l’occasion de la manifestation du 27 mai 1970, lors du procès de Le Bris et Le Dantec. Il avait été arrêté au Quartier-Latin en possession d’une barre de fer, de boulons et de cailloux.

Dominique Bourets, employé, incarcéré à Fresnes, inculpé pour incendie volontaire de voitures à la suite d’une action contre un parking de véhicules Citroën.

Hubert Coudray, ouvrier, incarcéré à Fresnes, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé de port d’armes.

Serge Pajean, enseignant, incarcéré à la Santé, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé de port d’armes.

Jean-Marc Helphen, lycéen, incarcéré à Fleury-Mérogis, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé pour participation à une manifestation interdite et pour port d’armes.

Pascal Laurent, étudiant, incarcéré à la Santé, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé pour participation à une manifestation interdite et pour port d’armes.

Claude Lucas, ouvrier de chez Renault, incarcéré à Fleury-Mérogis, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé pour l’attaque d’un car de police. Il était encore emprisonné à Fresnes en décembre 1971.

Serge Marguiocchi, étudiant, incarcéré à Fleury-Mérogis, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé pour l’attaque d’un car de police. Il était encore incarcéré à Fresnes en décembre 1971.

Roland Verlet, étudiant, incarcéré à Fleury-Mérogis, arrêté à l’occasion des manifestations des 20 et 22 octobre lors du procès d’Alain Geismar, inculpé pour l’attaque d’un car de police.

Jean-Jacques Facques, employé, incarcéré à Ecrouves, condamné à six mois de prison dont trois mois de prison ferme pour violences à agents commises lors d’une manifestation organisée par le Secours rouge en solidarité avec les prisonniers politiques basques.

Gérard Pommay, ouvrier, incarcéré à la maison d’arrêt de la Santé, condamné à six mois de prison dont deux mois de prison ferme pour jets de pierre lors d’une manifestation organisée par le Secours rouge en solidarité avec les prisonniers politiques basques.

Maurice Welhoff, étudiant, incarcéré à Fleury-Mérogis, condamné à cinq mois de prison dont trois mois fermes pour port d’armes lors d’une manifestation organisée par le Secours rouge en solidarité avec les prisonniers politiques basques.

Hamza Bouziri, étudiant, incarcéré à Fleury-Mérogis, condamné à six mois de prison ferme pour port d’arme, arrêté le 29 décembre 1970 lors d’une distribution de tracts en faveur de la cause palestinienne devant les usines Citroën de Nanterre. Une lettre de prison de Hamza Bouziri fut publiée dans « Un détenu politique arabe explique pourquoi il fait la grève de la faim », document conservé à la BDIC. Il écrivait : « J’ai été jugé et condamné à six mois de prison ferme, parce que je suis arabe et que je soutiens la Révolution palestinienne. Je suis solidaire de la lutte de tous les autres prisonniers politiques en France qui luttent contre le système pénitentiaire pour obtenir leurs droits politiques. Mais aussi, la grève de la faim que je mène, m’inspirant du glorieux exemple que nous ont donné nos camarades du FLN détenus pendant la guerre d’Algérie, est le moyen pour moi de soutenir activement la Révolution palestinienne. »

Alain Reynaud, étudiant, incarcéré à Fleury-Mérogis, inculpé pour port d’arme, arrêté lors de distributions de tracts devant les usines Citroën de Nanterre.

José Cabals-Riera, Juan Camisares-Varela, Juan Garcia-Macareno, incarcérés à Fleury-Mérogis pour tentative d’enlèvement d’un diplomate espagnol.

Bruno Boivin, postier, incarcéré à Fresnes, Pierre Debellay, postier, incarcéré à Fresnes, Cheik-Moussa Fofana, ouvrier, incarcéré à Fresnes, Gilbert Marguiarcina, ouvrier, incarcéré à la Santé, Alain Rozenblum, ouvrier, incarcéré à la Santé, Francine Cohen- Boulakia, incarcéré à la Petite-Roquette. Ils avaient été arrêtés à bord d’une voiture dans le XIIIème arrondissement de Paris et des armes y avaient été découvertes.

Denis Mercier, ouvrier, et Jean-Claude Roumestan, ouvrier, incarcérés à Besançon, condamnés à six mois de prison ferme pour tentative de destruction d’automobiles Peugeot à Montbeliard.

Richard Kaminski, étudiant, incarcéré dans la prison Saint-Michel à Toulouse, condamné à six mois de prison dont quatre mois de prison ferme en vertu de la loi anticasseurs, à l’occasion des incidents de l’automne 1970.

Georges Angeli, manœuvre, incarcéré dans la prison Saint-Michel à Toulouse, condamné à cinq mois de prison ferme en vertu de la loi anticasseurs, à l’occasion des incidents de l’automne 1970.

Jean-Yves Maubras, étudiant, incarcéré dans la prison Saint-Michel à Toulouse, condamné à six mois de prison dont quatre mois de prison ferme en vertu de la loi anticasseurs, à l’occasion des incidents de l’automne 1970.

Stéphane Delage de Luget, étudiant, incarcéré dans la prison Saint-Michel à Toulouse, condamné à huit mois de prison dont quatre mois de prison ferme en vertu de la loi anticasseurs, à l’occasion des incidents de l’automne 1970.

Alain Sibileau, ouvrier, Yves Gauthier, ouvrier, Marc Leclanche, ouvrier, Georges Louineau, ouvrier, tous incarcérés à Nantes à la suite d’incidents commis à l’occasion de la campagne de l’été chaud lancée par les maoïstes. Ils étaient inculpés pour avoir détérioré un yacht avec du fumier.

Bernard Brion, étudiant, et Christian Callonges, étudiant, incarcérés à Bordeaux, condamnés à un mois de prison ferme en application de la loi anticasseurs pour participation à une manifestation en faveur des basques condamnés à mort à Burgos.

Trois ouvriers de Vittel étaient emprisonnés à Épinal pour des sabotages commis dans une usine de Vittel.

Grollemund, incarcéré à Nanterre (?).

Olivier Flye Sainte-Marie, incarcéré à Fresnes et condamné le 24 décembre 1970 à trois mois de prison.

67Les grévistes de la faim firent parvenir un texte au Secours rouge, publié dans le numéro de janvier de son journal. Il est intéressant de noter que la revendication du statut spécial, du régime politique de détention n’intervient qu’après une longue diatribe contre l’univers carcéral, pris dans sa globalité :

« Il y a en France 30 000 prisonniers. 10 000 personnes transitent chaque année en prison. Pour la justice bourgeoise, ce sont des bandits… Pour nous qui sommes là pour avoir mené des combats pour la liberté du peuple, nous le voyons tous les jours, ce sont dans leur grande majorité des jeunes, des travailleurs immigrés, des victimes de ce système pourri. Les assassins, les bandits, ce sont les patrons, les exploiteurs et leurs valets. NOUS MILITANTS RÉVOLUTIONNAIRES EMPRISONNÉS PAR LA BOURGEOISIE, DÉNONÇONS LE SYSTÈME PÉNITENTIAIRE. Nous dénonçons les ignobles différences fondées sur le fric. Pour vivre décemment en taule, il faut “cantiner”, c’est-à-dire acheter à peu près tout : tabac, boisson, brosse-à-dents, sucre, sel, cirage, etc. Alors c’est simple : ou bien on a de l’argent, on en reçoit de l’extérieur et on peut se “débrouiller” et “s’en tirer au mieux” ou bien on n’a pas d’argent et on a le choix : bouffer de la merde ou travailler. Et ça rapporte, un prisonnier qui travaille ! Un salaire entre 2 F 50 et 3 F 50 par jour, sur lequel l’administration perçoit 3 / 10 pour un prévenu et 5 / 10 pour un condamné. Après il y a les différentes retenues pour les frais de justice, et pécule de sortie, si bien qu’il ne reste au condamné qu’entre 0 F 80 et 1 F 10 pour cantiner. Avec des salaires qui suffisent à peine à subvenir à leurs besoins, nombreux sont les prisonniers qui se retrouvent dehors sans un sou et sans situation. Nous dénonçons les conditions ignobles de détention qui sont faites pour avilir, abrutir et isoler au maximum. Les pires aspects de l’idéologie bourgeoise sont à l’honneur : l’égoïsme, la lèche, la combine. On ne peut se procurer que les journaux les plus réactionnaires. Ici tout ce qui est collectif est limité, banni. Pas d’activité en commun, pas de loisirs, les promenades sont fractionnées au maximum. Ici comme dans les usines, la protestation, la lutte sont sauvagement réprimées. C’est le Moyen-Age : le mitard (cachot), la privation de nourriture, le transfert. Quand la répression, l’égoïsme, le fric, l’injustice sont la règle à l’extérieur des prisons, comment pourrait-il en être autrement dedans ! Nous, détenus politiques, nous savons qu’on ne peut rebâtir le système pénitentiaire dans cette société pourrie. Nous sommes solidaires de tous ceux qui subissent le système pénitentiaire odieux ; mais le combat qui nous a menés en prison est un combat politique contre la bourgeoisie au pouvoir. Celle-ci voudrait réduire les actes révolutionnaires à des délits de “droit commun”. C’est pourquoi nous commençons une grève de la faim pour exiger la reconnaissance du caractère politique de nos actes. »

68Après cette condamnation du système pénitentiaire et l’annonce de la raison essentielle de la grève – dénoncer les tentatives de criminalisation des actions de contestation par le pouvoir – les grévistes de la faim dressaient la liste de leurs revendications matérielles et symboliques : être regroupés dans des quartiers pour pouvoir travailler en commun, ce qui impliquait des transferts pour mettre fin à l’isolement de certains prisonniers, et notamment dans au sein de la prison de la Santé ; bénéficier de réunions quotidiennes dans une salle commune ; avoir des visites quotidiennes dans des locaux dépourvus de grilles ou de doubles vitres ; recevoir des visiteurs autres que les seuls membres des familles ; disposer de la presse révolutionnaire ; faire cesser les retards dans le courrier occasionnés par la censure. Dans ce même numéro de Secours rouge, un bref article revient sur les conditions de détention des « prisonniers politiques », évoquant la tradition française en la matière :

« Au début du siècle, comme en témoignent les écrits de célèbres militants, les prisonniers politiques jouissaient d’un régime spécial. Ils recevaient librement toutes les visites qu’ils souhaitaient, ils pouvaient se réunir, obtenir les livres de leur choix, écrire en paix. Aujourd’hui, il n’y a plus de “régime politique”. La majorité des militants incarcérés sont considérés comme des “droits communs” à cette différence près qu’on les isole. Risque de “contagion”. Ainsi, à la Santé, ils sont placés dans le quartier des “durs”, ceux que la direction pénitentiaire estime à l’abri de toute influence pernicieuse. Certains pourtant, tels Geismar, Lacaze, Marti, n’ont pas été jugés pour des délits “de droit commun”. Ils sont reconnus comme “détenus politiques”. Mais pour conquérir “un régime spécial”, bien en retrait sur le “régime politique” de jadis, ils ont dû mener, pendant vingt-cinq jours, une grève de la faim. C’est ainsi que Geismar peut désormais voir sa femme en “parloir rapproché” et Lacaze a pu recevoir ses deux petites filles dans les mêmes conditions. En province c’est pire encore. Dans les prisons vétustes, les militants politiques sont soit au régime de droit commun (“on ne peut pas créer une section spéciale pour eux”), soit isolés, au secret. Comme par exemple, Pierre Vidal Naquet qui était à la prison de Nevers, dans une cellule sans chauffage, sans eau, sans water. »

69Lors de la seconde grève de la faim au début de 1971, les militants de l’ex-Gauche prolétarienne multiplièrent les actions pour populariser cette lutte. Ils les revendiquaient sous plusieurs signatures : « Nouvelle Résistance Populaire », « Mouvement du 27 mai ». Mi-janvier 1971, Jean-Paul Sartre avait annoncé que La Cause du peuple allait de nouveau être vendue dans les kiosques. Les numéros 32, 32 bis et 33 n’avaient pas été saisis. Un second tirage à 30 000 exemplaires du numéro 33 fut effectué. Aux yeux du philosophe, c’était une victoire, après sept mois de saisies successives et d’emprisonnements des diffuseurs.

70Le mardi 26 janvier, un meeting fut organisé au palais de la Mutualité à Paris. Sous un portrait de Mao-Tse-Toung, les co-présidents des l’association Les amis de la Cause du Peuple, Simone de Beauvoir et Michel Leiris côtoient des étudiants et ouvriers maoïstes qui exaltent l’agitation ouvrière à Lens et à Caen. L’ethnologue Michel Leiris prononce un discours assez violent à l’égard du pouvoir : « Dans le cas où, à partir de demain, le régime politique n’est pas reconnu à nos camarades emprisonnés, et ceci de manière définitive, nous lançons l’appel suivant : que chaque jour une action de représailles viennent frapper non seulement les responsables de la soi-disante justice du pouvoir, mais aussi la classe patronale dont M. Pleven n’est que l’homme de paille. » Sartre est au diapason dans un texte rédigé le 8 février 1971 et publié dans le n°2 de J’Accuse :  

« […] Les grévistes de la faim sont des révolutionnaires ; contre notre “forme de société” qui est oppressive et répressive, ils savent qu’on ne peut agir que par la violence ; or on a coutume, depuis Gandhi, de tenir la grève de la faim comme le moyen privilégié des non-violents. Pour cette raison, certains révolutionnaires comprennent mal que leurs camarades y aient recours. Il faut donc rappeler que la grève de la faim, en France et aujourd’hui, est une démarche violente et révolutionnaire. […] Aujourd’hui, elle est née dans les prisons et c’est là qu’elle prend tout son sens. Les détenus qui la font ont une seule exigence ; ils veulent qu’on les reconnaisse pour ce qu’ils sont : des condamnés politiques. Comment faire valoir cette exigence puisqu’on les a réduits à l’impuissance ? Il est arrivé, en certains cas, que des prisonniers s’évadent ou déclenchent une mutinerie : mais c’est rare : les flics et les gardiens les ont à l’œil et, dans la circonstance présente, la plupart d’entre eux sont isolés. Que leur reste-t-il ? De quel instrument disposent-ils ? Le seul qui leur demeure, c’est leur corps ; c’est donc sur eux-mêmes d’abord qu’ils exerceront la violence. […] »

Extraits de Tout ! n°8 de février 1971

Extraits de Tout ! n°8 de février 1971

collection J.-C. Vimont

Extraits de Tout ! n°8 de février 1971

Extraits de Tout ! n°8 de février 1971

collection J.-C. Vimont

71Parallèlement à la mobilisation des démocrates et des intellectuels, les militants multiplièrent les actions symboliques et spectaculaires. Le 27 janvier, une centaine de maos du « Mouvement du 27 mai » convergèrent vers la prison de la Petite Roquette. Ils criaient des slogans : « À bas les prisons ! Vive la liberté ! », « Pleven salaud ! Le peuple aura ta peau ! » Plusieurs cocktails Molotov furent lancés. Quelques uns échouèrent sur le bâtiment des gardiens et dans la cour de la vieille prison pour femmes du 11e arrondissement, sans occasionner de dégâts. Le 29 janvier, la Nouvelle Résistance Populaire (NRP) tira une quinzaine de roquettes artisanales sur la prison de la Santé à Paris et, depuis des haut-parleurs installés sur l’un des immeubles faisant face à la prison, des messages de solidarité furent adressés aux prisonniers « maos ». Le premier février, des cocktails Molotov furent lancés dans les locaux de la direction régionale de l’Administration pénitentiaire à Lille. Le même jour, à Paris, le Secours rouge appela à manifester à Denfert-Rochereau. La préfecture de police interdit le défilé. Trois mille personnes parcoururent quand même les rues du 14e arrondissement.

Charlie Hebdo n°8 du 1er février 1971

Charlie Hebdo n°8 du 1er février 1971

collection J.-C. Vimont

72Des tracts lycéens témoignent de la mobilisation des jeunes scolarisés de la capitale. Dans le prestigieux lycée du Quartier Latin rue Auguste Comte, l’organe du Comité rouge, proche de la Ligue communiste (trotskyste) Montaigne en lutte ( n°6 du 5 février 1971), consacra un article à la grève de la faim :

« Soutenons les grévistes de la faim. Marcellin annonçait dernièrement qu’il n’y avait en France qu’Alain Geismar comme prisonnier politique. C’est faux et chacun sait que de nombreux emprisonnements ont eu lieu depuis l’arrestation de Geismar. Mais le raisonnement du pouvoir est d’une simplicité absolue : sont politiques les détenus jugés par la Cour de sûreté de l’État, sont droits communs ceux jugés par le tribunal correctionnel. Ainsi il suffit de faire passer en correctionnelle un militant qui bombait sur un mur pour qu’il soit accusé de vandalisme et déclaré “droit commun”. Malgré la répression dans leurs prisons, les détenus font une grève de la faim pour faire reconnaître le caractère politique de la lutte contre le capitalisme. Ils exigent donc le statut politique, ce qui implique entre autres : le droit de réunion dans une salle commune ; les moyens d’information (radio, journaux, livres…) ; le droit de visite sans restrictions. Le Secours rouge a décidé de soutenir cette grève de la faim et d’exiger avec les détenus le statut d’emprisonnés politiques. Un cortège du Secours rouge, dans cette optique, a défilé pendant plus d’une heure de la porte d’Orléans à la place Falguières en scandant des mots d’ordre combatifs. Les flics massés place Denfert n’ont pas osé intervenir contre les 5000 manifestants. STATUT POLITIQUE POUR LES EMPRISONNÉS. À BAS LA JUSTICE DU CAPITAL. »

73Le 4 février, des personnalités furent reçues par le Garde des Sceaux René Pleven : les professeurs Alfred Kastler, prix Nobel de physique, Laurent Schwartz, Paul Ricœur et Pierre Vidal-Naquet, vice-président de la Ligue des droits de l'homme. Le ministre aurait reconnu des lacunes dans l’organisation et l’octroi du « régime spécial ».

74Des grèves de la faim de solidarité furent organisées à l’extérieur des prisons, à la chapelle Saint-Bernard de Montparnasse, à Notre-Dame-de-Lorrette, dans les facultés de la Sorbonne et de la Halle aux vins à Paris et dans des lycées parisiens. Dans le n°2 du mensuel J’Accuse, daté du 15 février-15 mars 1971, une double page est titrée « Le scandale des prisons en France ». Elle comporte le manifeste du Groupe d’Information sur les prisons (GIP) signé par Jean-Marie Domenach, Michel Foucault et Pierre Vidal-Naquet. Jean-Paul Sartre a offert un texte, daté du 8 février 1971, « Violence et grève de la faim ». Les grévistes de la faim de la Chapelle Saint-Bernard ont rédigé une chronique de leur combat, mené du vendredi 22 janvier au mercredi 10 février 1971. Ils précisent qu’ils étaient huit au départ, des enseignants, un pasteur. Ils souhaitaient rompre le silence qui entourait la lutte menée dans les prisons de la part de la grande presse. Ils ajoutaient, comme en écho au texte du GIP, qu’ils faisaient grève « contre le silence général qui plane sur les prisons françaises. Chaque jour, nous recevons des témoignages sur les conditions scandaleuses faites aux « détenus de droit » commun ». Plusieurs dizaines de personnes, parmi lesquelles des personnalités du monde du spectacle, les visitèrent dans ce lieu de culte situé sous la gare. Le 29 janvier, trois des grévistes de la chapelle accompagnèrent Sartre place Vendôme. Ils ne furent pas reçus par le Garde des Sceaux. À cette date trois femmes se joignirent à eux : une institutrice, une vendeuse, une manutentionnaire au chômage.

75Une grève de la faim eut lieu au lycée Montaigne à Paris, à partir du lundi 1er février, ce que relatait dans un tract le Comité rouge du Lycée :

« SOUTENONS LA GRÈVE DE LA FAIM POUR LE REGIME POLITIQUE DANS LES PRISONS. Actuellement en France, un grand nombre de militants révolutionnaires sont en prison. Ceci n’est pas pour nous étonner : la bourgeoisie a toujours emprisonné les militants révolutionnaires ; mais, dans leur cas, il y a un raffinement : ils ont le statut de prisonniers de droit commun, alors que, selon la législation bourgeoise, ils ont commis des « délits politiques » ; ce n’est pas un hasard : en effet le régime pénitentiaire est beaucoup plus dur pour les droits communs que pour les politiques (ceux-ci ont droit à un régime plus libéral dont l’OAS, en particulier, a bénéficié). Des camarades ont commencé lundi une grève de la faim au lycée en solidarité avec celle que mènent depuis 19 jours nos camarades emprisonnés. Nous soutenons leur action et nous appelons les progressistes du lycée à manifester leur solidarité avec eux. D’autre part, nous exigeons que cessent les pressions exercées contre les grévistes (et les militants politiques qui les soutiennent) par l’intermédiaire des parents. SOLIDARITÉ AVEC LES GRÉVISTES DE LA FAIM. RÉGIME POLITIQUE POUR LES MILITANTS EMPRISONNÉS ».

76Le 3 février, une autre grève de la faim de solidarité avait débuté dans les locaux de l'UER de philosophie de l'université de la Sorbonne. Onze personnes y participaient dont plusieurs enseignants de philosophie M. Teyssèdre, Mmes Clancy et Laudit et un assistant de psychologie de l’Université de Nanterre. Le 4 février dans l'après-midi, trois chercheurs de la faculté des sciences décidèrent d'aller poursuivre leur grève à la Halle-aux-Vins. Pars ailleurs, René Pleven fut interpellé à la Chambre par François Mitterrand. Un concert fut organisé le 6 février à la Halle aux vins, dans la faculté des sciences, par le Secours rouge. Le mouvement de solidarité avec les grévistes de la faim était beaucoup plus ample que lors de la première grève de la faim.

Charlie hebdo n°13 15 février 1971

Charlie hebdo n°13 15 février 1971

collection J.-C. Vimont

77Lors d’une conférence de presse tenue le 8 février 1971 dans la chapelle Saint- Bernard, les avocats Henri Leclerc et Georges Kiejman annoncèrent la suspension de la grève de la faim, car les détenus avaient obtenu une amélioration de leur régime de détention. Le Garde des Sceaux René Pleven annonça la création d’une commission de travail sur les conditions d’obtention du régime spécial de détention, dont la première réunion se tint le 15 mars 1971sous la présidence d’Alexandre Parodi. René Pleven nomma le 10 février par arrêté les membres de la Commission d’étude sur les critères d’attribution du « régime spécial » : Maurice Aydalot, premier président de la Cour de Cassation, Paul Baudet, avocat à la Cour d’appel de Paris, Réné Cassin, prix Nobel de la Paix, Jean-Jacques de Félice, avocat à la Cour d’appel de Paris, Roger Jambu Merlin, professeur de Droit à la faculté de Paris, Alexandre Parodi, vice-président du Conseil d’Etat, Jean Rodhain, aumônier général des prisons. René Pléven adressa aux membres de la commission une lettre où il expliqua que sa motivation première était d’éviter « tout risque ou suspicion d’arbitraire » dans l’attribution du « régime spécial ». Il désirait que la commission se penchât sur les critères d’attribution les plus objectifs possibles. René Pleven revenait sur les difficultés de l’heure :

« Des difficultés sont apparues du fait que les défenseurs de certains détenus poursuivis ou condamnés pour violences volontaires contre les personnes ou contre les biens ont demandé systématiquement l’application à leurs clients du régime spécial, motif pris que les mobiles qu’ils invoquaient donnaient aux infractions commises, quelle que soit leur nature, une coloration politique. Or, l’appréciation du caractère politique d’une infraction a donné lieu à des opinions doctrinales et à des solutions de jurisprudence contradictoires et incertaines. Un tel problème a toujours été reconnu comme fort complexe et il est susceptible de le devenir encore plus au fur et à mesure que sont invoquées, pour justifier certaines formes de violence contre les personnes et les biens, des motivations politiques ou philosophiques auxquelles il pourrait également être fait appel à propos d’infractions plus graves, telles la séquestration, l’enlèvement de personnes ou le meurtre. »

78Le ministre proposait à sa commission de trancher des débats qui s’étaient échelonnés pendant plus d’un siècle, avec des moments très intenses comme lors de la condamnation à mort de Barbès, lors du choix des incriminations visant les anarchistes à la fin du XIXème siècle ou lors des grèves de la faim des militants du FLN. Encore une fois, il était question de l’impossible définition de délits et crimes « réputés politiques ». Non sans réticences, les juristes allaient devoir composer avec l’état de l’opinion.
La nouvelle fut accueillie avec méfiance, comme en témoignent ces extraits d’un article de Cavanna, dans Charlie Hebdo, N°13, 15 février 1971 :

« […] Lundi. Pleven, garde des Sceaux, annonce qu’il accorde le bénéfice du régime de la détention politique aux grévistes de la faim. Bonne presse de pavoiser. Ce Pleven, un ange descendu sur terre. Les grévistes arrêtent la grève. Tiens, non ! Ceux de l’extérieur continuent. Pourquoi, petits effrontés ? Puisque Pleven a dit… Pleven a dit, mais c’est pas fait. Il n’a accordé le « politique » qu’aux seuls grévistes et comme une « mesure humanitaire », parce qu’ils sont dans un triste état (34 jours pour certains !). Geste de clémence qui ne change rien quant au principe. Il a parlé d’une commission chargée d’examiner les cas. C’est bien vague. Ça pourrait n’être qu’une combine pour casser la grève. La bonne presse n’a pas tout dit. Elle n’a pas dit que les grévistes n’ont nullement arrêté la grève, mais l’ont seulement suspendue (c’est-à-dire prennent quelque bouillon léger), prêts à remettre ça si Pleven reste dans le flou. Veulent des garanties. Veulent connaître les noms des bonzes de la fameuse commission. […] »

79Le 9 février 1971, le Secours rouge, malgré des divergences en son sein sur le degré de confiance à accorder à la parole du ministre et sur l’opportunité d’une démonstration en faveur d’une grève de la faim qui avait cessée, maintint une manifestation place Clichy à Paris en solidarité avec les militants emprisonnés. La Ligue Communiste refusa d’y participer. La police, notamment ses brigades spéciales d’intervention, dispersa violemment le rassemblement. Richard Deshayes, élève instituteur à l’Ecole normale d’Auteuil, du groupe Vive la Révolution (VLR) et du Front de libération des jeunes (FLJ) fut gravement blessé par un tir de grenade et perdit un œil. Au lendemain des violences commises par la police lors de la manifestation du 9 février 1971, les maos du Mouvement du 27 mai (ex-Gauche prolétarienne) appelèrent à l’usage de la violence :

« 14 CAMARADES GRIEVEMENT BLESSES ! LES FLICS DOIVENT PAYER ! La manifestation organisée par le Secours rouge mardi place Clichy était une manifestation démocratique pacifique. Elle devait appuyer la victoire des détenus politiques après une grève de la faim de quatre semaines ; elle couronnait la puissante mobilisation de tous ceux qui en France sont pour une nouvelle justice, la vérité et la liberté. La riposte du pouvoir a révélé sa rage d’avoir dû céder ; il a organisé avec sauvagerie la répression de cette manifestation. C’est une véritable chasse à l’homme qu’ont organisé les flics préférés de M. Marcellin : les brigades à moto et les brigades spéciales qui ne servent qu’à frapper les gens. Ils n’hésitaient pas à tirer des grenades au fusil en visant les manifestants au visage : 14 blessés graves dont notre camarade Richard qui a perdu un œil et a eu le visage écrasé ! Et si les gens du quartier indignés, n’étaient pas intervenus pour cacher un grand nombre de camarades ou s’interposer, au risque de se faire matraquer eux aussi, le bilan aurait été sûrement plus lourd ! ALORS ? QUI SONT LES CASSEURS ? Est-ce que ce sont les milliers de démocrates et de révolutionnaires qui se sont mobilisés pour qu’enfin le pouvoir reconnaisse qu’il y a des détenus politiques dans les prisons françaises, pour qu’enfin soit transformé l’ensemble du système pénitentiaire qui traite les hommes comme des bêtes ? Ou bien est-ce que c’est cette minorité de voyous, avec leurs matraques et leurs casques à visière, leurs motos et leurs cars gris qui sont payés à taper sur tous ceux qui en ont marre et le disent ? MONSIEUR MARCELLIN, MONSIEUR PLEVEN VOUS ET VOS BRIGADES SPECIALES ANTI-PEUPLE VOUS ETES LES SEULS VRAIS CASSEURS ! La grève de la faim nous l’a montré : lorsqu’on se bat pour une cause juste on peut faire reculer les casseurs terroristes du pouvoir ! Aujourd’hui, ce que nous voulons c’est : 1° libération immédiate et suspension des poursuites pour tous les camarades arrêtés lors de cette manifestation 2° création immédiate d’une commission d’enquête formée de personnalités démocratiques pour désigner les responsables des exactions policières. Vous avez frappé 3000 manifestants, vous en retrouverez 10 000 mobilisés contre vous, et puisque vous ne comprenez que la violence nous saurons aussi l’utiliser comme nous l’avons démontré lors du soutien à la grève de la faim ! PLEVEN MARCELLIN VOUS CEDEREZ ! RICHARD ET NOS AUTRES CAMARADES SERNT VENGES. »

80Dans ce tract, il était fait allusion à une remise en cause du système pénitentiaire dans son ensemble, quelques jours après le lancement du GIP. Les maos et La Cause du peuple, aux côtés des intellectuels du GIP devaient apporter leur soutien, dans les mois qui suivirent aux enquêtes menées dans l’univers carcéral et aux mutineries qui éclatèrent dans les prisons.

81Lors de cette manifestation, un lycéen de classe préparatoire du lycée Chaptal Gilles Guiot qui se trouvait par hasard place Clichy fut arrêté. Le lendemain, accusé d’avoir agressé deux policiers, il fut condamné en flagrant délit par le tribunal correctionnel à six mois de prison dont trois mois fermes. La blessure de Richard Deshayes et l’arrestation de Gilles Guiot déclenchent alors un vaste mouvement de grève, de protestation et de manifestations des lycéens, avec un vaste sit-in boulevard Saint-Michel le jour du procès. Dès le mercredi 17 février, plus de 20 000 lycéens défilèrent, selon les tracts distribués par l’Alliance marxiste Révolutionnaire et la Ligue Communiste, saluant l’impressionnant cortège qui partit du lycée Chaptal, passa devant l’hôpital de la Salpétrière où était hospitalisé Richard Deshayes avant de rejoindre la Halle-aux-vins. Le 19 février 1971, Gilles Guiot fut relaxé par la cour d’appel et est mis en liberté. Deux militants, Watteville et Quaglio, arrêtés lors de la manifestation de la place Clichy demeurèrent emprisonnés et leur libération fut exigée par les Comités de lutte des lycées du Quartier Latin dans plusieurs tracts.

82La commission présidée par Alexandre Parodi fut à l’origine du décret 16 septembre 1971 n°71-769 modifiant les articles D. 490, D. 491 et D. 496 du Code de procédure pénale et sur l’octroi du « régime spécial » par une commission permanente auprès du Garde des Sceaux aux personnes « animées par des mobiles présentant un caractère politique ». Un arrêté désigna Adrien Dansette de l’Institut, président de cette commission. La commission mise en place par René Pleven en février 1971 fut présidée par Alexandre Parodi, procéda à quatre séances d’auditions (avocats des détenus politiques, représentants des syndicats pénitentiaires, Mr Apaillange, directeur des Affaires criminelles et des Grâces, Mr Le Corno, directeur de l’Administration pénitentiaire), à neuf séances de travail à huis clos et deux visites des prisons de la Santé et de Fleury-Mérogis. À l’issue de l’avant dernière séance de travail consacrée à la tentative de définition d’une infraction politique, Me de Félice refusa de s’associer aux propositions et se retira de la commission. Le rapport d’Alexandre Parodi fut remis au garde des sceaux le 11 mai 1971. Le rapport suggérait de compléter les articles D.492 à D. 495 du Code de procédure pénale qui définissaient le « régime spécial » par quelques mesures : la possibilité pour les détenus de recevoir à leurs frais livres et journaux d’actualité, de disposer de transistors, l’organisation de visites dans des parloirs modernes avec hygiaphone. Il laissait entendre qu’il y avait eu débat au sein de la commission au sujet des visites : « Il appartient au ministre de la Justice de décider des avantages supplémentaires qui pourraient être accordés aux bénéficiaires du régime spécial, en utilisant au mieux les possibilités de chaque établissement pénitentiaire. La commission a cependant retenu, à la majorité, le caractère exceptionnel que, pour des raisons de sécurité, devraient revêtir les visites en parloir libre ou « rapproché » et les visites en cellule ou chambre individuelle. » Le droit de réunion avait également suscité une discussion : « Elle [la commission] s’est également préoccupée des possibilités de réunion, fréquemment réclamées par les détenus politiques, et qui ont été accordées en certains cas et à certaines époques. Il lui est apparu que de telles possibilités devraient être données dans des limites à apprécier permettant d’éviter les abus, les risques de désordre ou les mouvements de rébellion collective. » La commission éprouva des difficultés à présenter des critères d’attribution du régime spécial faute d’une définition acceptable de l’infraction politique. En témoignent les systèmes de critérium examinés : « Le rattachement à la définition de l’infraction politique était, au premier abord, séduisant par sa simplicité. On a déjà dit pourquoi la commission ne pouvait pas le retenir. Si l’on admet que la jurisprudence française, mis à part le cas cas d’extradition qui possède ses règles propres, s’en tient assez fermement à une définition purement objective, l’adoption d’un tel critère reviendrait à restreindre considérablement le champ d’application du régime spécial, alors que le désir de la commission est non seulement de tenir compte, dans une assez large mesure, du mobile politique, mais aussi des mobiles dénués de caractère vil, même étrangers à toute activité politique. Une autre solution eût consisté à rechercher parmi les infractions définies par le Code pénal et les lois particulières celles qui vaudraient à leur auteur le bénéfice du régime spécial. Certains membres de la commission ont dirigé leurs recherches dans ce sens, mais ont dû rapidement s’avouer leur échec. Que la liste établie soit positive (régime spécial de plein droit) ou exclusive, elle risque d’être incomplète et, par conséquent, injuste dans ses conséquences. De plus, il est vite apparu qu’une même définition légale peut recouvrir des actes de nature morale très différente et qu’il est donc impossible de statuer par disposition générale sur le sort des auteurs de telle infraction déterminée. La commission a étudié avec un grand intérêt le système du droit suisse qui, en matière d’extradition, consiste à rechercher à l’aide de tous les éléments objectifs et subjectifs de l’infraction le caractère prépondérant de l’acte. Elle a abouti à cette conclusion qu’un tel système serait insuffisant pour l’attribution du régime spécial, mais qu’il pourrait être utile de ne pas l’écarter totalement. Finalement, la majorité de la commission a estimé que le critérium d’attribution du régime spécial devait être autonome par rapport aux règles juridiques déjà existantes, et se fonder sur l’idée suivante : un critère assez large, tenant compte des mobiles de l’acte mais aussi de l’ensemble des circonstances de fait, trouverait ses limites dans l’exclusion d’un certain nombre d’actes qui sont de nature à heurter les principes essentiels de la vie sociale. Il s’agit, dans l’esprit de la majorité de la commission, d’actes inexcusables quel que soit leur mobile. La proposition faite par la commission, à l’exception de l’un de ses membres, est donc la suivante. La commission recommande que puisse être admis d’office ou sur sa demande au régime spécial le prévenu ou le condamné qui, lorsqu’il a commis les faits constitutifs de l’infraction, était inspiré par un but ou des passions présentant un caractère politique, où n’était muni par un intérêt personnel, ni par un esprit de vengeance. Pour l’appréciation de cette situation, il devra être tenu compte des mobiles qui ont animé l’intéressé, des éléments de sa personnalité et de l’ensemble des circonstances de la cause. Ne seraient pas compris dans la recommandation qui précède, sous réserve de l’appréciation du ministre tenant compte de circonstances particulières, les prévenus ou condamnés pour faits qualifiés de crimes, hormis ceux qui sont punis par la peine de la détention criminelle ; les prévenus ou condamnés pour des actes qui, quelle que soit leur qualification, constituent des actes de barbarie ou de vandalisme odieux ; les prévenus ou condamnés qui, lors de l’accomplissement de leur acte ou lors de leur arrestation, étaient porteurs ou transporteurs d’armes par nature ou d’explosifs. Les discussions relatives au choix de l’autorité chargée de l’attribution du régime spécial ont fait apparaître à la commission que l’attribution de ce régime ne pouvait être que : soit un acte politique, de la compétence du Garde des sceaux en tant que membre du gouvernement, soit un acte d’administration, également de la compétence du Garde des sceaux en tant que chef de l’administration judiciaire. Les organismes éventuellement chargés de l’attribution du régime spécial ne peuvent donc donner qu’un avis susceptible d’être approuvé ou rejeté par le ministre de la Justice. »
Le 23 décembre 1971, Alain Geismar fut libéré.

83Durant les années soixante-dix, il ne fut plus guère question du mode de détention des opposants emprisonnés. Tous ceux qui furent déférés devant la Cour de sûreté de l’État bénéficièrent du « régime spécial » : militants corses ou bretons, militants d’extrême-gauche et membres d’Action Directe. Mais, il fut très vite question à nouveau des prisons. Des mutineries éclatèrent et les maos de La Cause du peuple popularisèrent les luttes des détenus de « droit commun ». Les intellectuels et militants regroupés dans le Groupe d’information sur les prisons multiplièrent les enquêtes sur l’univers carcéral. Lors des incarcérations de 1970, lors des grèves de la faim, les proclamations des enfermés avaient témoigné de leur solidarité avec les droits communs. Alain Geismar dans Mon mai 1968, publié en 2008 revient sur cet aspect : « Nous tenions pourtant à ce que la condition des droits communs progresse – exigence dont je suis particulièrement fier. À ma connaissance en effet, les détenus politiques, dans la longue histoire des prisons, n’ont jamais réclamé que pour eux-mêmes. Même les résistants, pourtant acteurs d’un combat héroïque, se sont totalement désintéressés de cette question. Nous voulions, nous, que les conditions carcérales s’améliorent pour tous. Nous avons fait de la prison un objet politique. Certains militants, certaines militantes avaient découvert un univers qui les avait profondément marqués et qu’ils surent évoquer dans plusieurs textes, comme celui-ci à propos de la prison de femmes de la Petite-Roquette, paru dans le numéro 5 d’Actuel de février 1971. Il n’était pas signé, présenté comme le témoignage d’une « gauchiste, soupçonnée d’avoir participé à un acte de violence ». Peut-être Nadja Ringart ? Aux débuts du témoignage, la militante évoque les interrogatoires au Quai des Orfèvres, puis le dépôt :

« Le soir. Un autre monde : c’est la prison, le dépôt. Cela ressemble à un sous-sol ou à un hôpital sans fenêtre. On y accède par la cour de la P.J., en franchissant une énorme porte blindée. A droite le quartier des hommes, à gauche celui des femmes. Des bonnes-sœurs-flics m’accueillent, tournant d’énormes clefs dans les serrures. On me dépouille au greffe de tout objet personnel : argent, papier, bijoux, maquillage, brosse-à-dent. La cellule n’a pas de fenêtre, un lavabo, un w.-c., une paillasse grise de crasse, une couverture de l’armée et la lumière qui brûle nuit et jour. Un repas : purée et soupe à quatorze heures. Sur les murs : « Vive la guerre du peuple », « J’aime Claude ou Henri », « Justice pourrie », une foule de noms de femmes gravés sur le bois de la porte ou les montants du lit. A intervalles réguliers, la bonne sœur ouvre le guichet et nous observe. Elle déposera un paquet de revues et de tracts calotins : « Toi qui aujourd’hui penses à ta mère, songe que la mère de Dieu au ciel t’aime et te regarde aussi, repens-toi et va à la messe le dimanche. » Dans cette cellule, le premier calme : pas d’interrogatoire, la possibilité de s’allonger et de se détendre. C’est la première rencontre avec les autres. Si misérables que nous soyons, nous sommes plus fraternelles et secourables les unes envers les autres que nous ne saurions l’être dans la vie normale. Tout est sonore, portes qui s’ouvrent et se ferment, lourdes serrures, appels des sœurs. »

84Puis elle décrit la prison de la Petite-Roquette :

« On arrive à la Petite-Roquette, et on descend du car dans une petite cour entourée de vigne vierge, un vrai paradis. C’est encore la visite au greffe et le dépouillement de toutes nos affaires. Le premier accrochage avec les matonnes, les « civiles » qui remplacent progressivement les bonnes sœurs, a lieu alors que nous sommes bien alignées au garde à vous, attendant je ne sais pas quoi et que les gardiennes veulent rentrer chez elle la journée finie. Toutes ensemble nous les insultons et c’est un des grands moments de solidarité de mon histoire. « Vous serez dans la plus belle partie de la prison, on l’a refaite tout exprès pour les gauchistes ! » On me donne gentiment un petit reçu pour mon argent. On me met entièrement nue pour saisir pantalons et stylos. On m’habille d’une jupe « pénale », grise et large, avec un gros fermoir. Je suis déjà plus ou moins isolée des autres et conduite à ma cellule. La prison est un ancien couvent construit pendant la Révolution, une succession de bâtiments en étoile autour de la chapelle, des petites cours qui, cette nuit-là, me paraîtront presque jolies et, au jour, sont sordides. La première division est faite de murs lépreux, peints en jaune, boursouflés d’humidité et de tomettes rouges et inégales. Un seul poêle pour toutes les cellules qui s’alignent le long du couloir, encore des guichets et des verrous. La gardienne me dit que les détenues empilent leur vêtements sur leur lit et qu’en regardant par le guichet on ne voit bien souvent qu’un tas de frusques. Mais par humanité, poursuit-elle, on leur met parfois une bouillotte.

Par des couloirs immenses et glacés, on arrive à la deuxième division récemment refaite. Le lino est gris, les verrous sont dissimulés, des voyants remplacent les guichets. A l’intérieur des cellules individuelles, au dessus du lavabo et du W-C, une fenêtre étroite en verre dépoli mène à un vasistas que l’ont peut entrouvrir. Les draps sont changés une fois par mois, la chemise de nuit fournie par l’administration deux fois par semaine. En arrivant, on y brode son nom. Pour combien de temps ? On nous fournit aussi de quoi nettoyer le sol et les murs. L’horaire est implacable : réveil sept heures, café huit heures, radio neuf heures, déjeuner onze heures trente, dîner dix-sept heures trente, médicaments dix-huit heures trente, médecin et dentiste une fois par semaine, promenade trois quarts d’heure par jour. Le travail n’est obligatoire que pour les condamnées, à raison de cinquante centimes de l’heure.

Je deviens assez rapidement esclave de la radio et de ses programmes les plus contestables que j’attendrai avec anxiété. Dans les autres divisions, les détenues sont trois par cellule. Le matin elles s’alignent devant les lavabos communs, partageant l’unique bidet. De sept à huit heures, elles balaient la cour, nettoient à grande eau chaque détour des couloirs, caves, cuisines, réfectoires, et parloir de la prison. Elles besognent généralement deux par deux, accompagnées d’une matonne. A neuf heures travail en atelier jusqu’à onze heures trente, sous la surveillance d’une bonne sœur. D. Hechter, Christian Dior, Cardin , la SNCF trouvent pour cinquante centimes de l’heure une main d’œuvre corvéable à merci, qu’aucun SMIG ne protégera jamais. Certaines prisonnières particulièrement démunies ont été condamnées par le juge à l’exécution des travaux les plus pénibles : guichetières porteuses des pires fardeaux, levées une heure plus tôt ; blanchisseuses travaillant aux lourdes machines dans l’atmosphère empuantie de la buanderie. D’autres ont été chargées de travaux moins pénibles : comptabilité, bibliothèque. Les prévenues qui n’ont pas d’argent doivent travailler, car, au fil des « cantines », tout s’achète en prison, du papier à lettres aux cigarettes en passant par les aiguilles à tricoter, les berlingots dop, le paquet de serviettes hygiéniques et les paquets de petits-beurres. Toutes celles qui sont déjà condamnées doivent travailler, en atelier ou dans la prison.

Pour les avorteuses, les droguées, les maquerelles et les politiques un traitement spécial : l’isolement complet. Au fil des jours s’amorce la déchéance physique : les cheveux teints qui repoussent, les assemblages disparates de vêtements empruntés, les modes successives, les mèches qui s’aplatissent, le teint qui blanchit, la taille qui s’épaissit. La nourriture à base de féculents contribue à cette involution.

De minute gagnée en minute passée, d’angoisse en cigarette, les journées s’écoulent. Les gardiennes, ces petites sœurs des flics, appliquent strictement la règle. On n’a pas le droit d’entrer dans ma cellule, et personne n’y entre, même pour me donner du travail ou m’expliquer ce que je dois faire : des étiquettes à confectionner, des effets à empaqueter, les travaux de pliage pour Algocratine. On ne reçoit rien de l’extérieur, tout peut se négocier dans la prison.

Il existe manifestement une opposition entre les vieilles matonnes qui ont fait leurs classes dans les diverses centrales de France, où le régime est atroce, et les nouvelles recrues aux mœurs relativement plus libérales. Mais, jeunes ou vieilles, elles ont toutes le même souci de la hiérarchie et du règlement bien appliqué. L’espoir de l’avancement les pousse. La plus petite dérogation fait l’objet d’une demande spéciale auprès de « madame-chef » ou d’une demande écrite auprès du directeur de la prison. Représentante de la loi dans les couloirs, les matonnes sont aussi agents de renseignements, récoltant ce qui se dit au parloir, ce qui se lit dans les cellules, et toutes les dénonciations qui fleurissent lors des disputes et des bagarres. On n’est jamais sûr de l’usage qu’elles en feront.

Les murs de ma cellule sont lisses. Une inscription signifie le cachot. La lumière est actionnée de l’extérieur. A neuf heures, c’est l’extinction des feux. Les matonnes en pleine nuit allument brusquement pour s’assurer de ma présence, toutes les heures au moins. Le lit est dur : un matelas mince sur une planche de fer. La nuit, l’horloge de la chapelle scande les heures. Le temps s’allonge et se détend. Les détenues n’ont pas le droit d’avoir de montre et le jour on n’entend plus la chapelle. Le régime politique, le régime libéral, celui qui fut accordé aux détenues de l’OAS, n’a jamais été accordé aux gauchistes par le ministère de la justice. On tolère qu’elles reçoivent des livres et trois journaux par jour, et on autorise une heure et demie de promenade solitaire. Au milieu des odeurs mièvres de lessive, on rêve d’une bouffée d’air frais. Il ne reste qu’à attendre. Chaque minute s’écoule et pèse de tout son poids. Attendre en heurtant ses pas de la porte à la fenêtre et de la fenêtre à la porte en fumant dans un air qui devient de plus en plus irrespirable. Attendre cependant qu’au dehors la police farfouille, les commissions rogatoires sont lancées, les fils de la trame se nouent. Attendre, cependant que tout lien avec l’extérieur est rompu, brutalement, que l’amour, les liens affectifs sont brisés. Attendre, abandonnée au fonctionnement en circuit fermé de son propre cerveau débridé. L’heure du courrier, tant désirée, passe vite. Les lettres n’apportent qu’une image affaiblie de ce qui a été, après avoir subi le regard du juge et de l’administration. Elles me parviennent ouvertes, tamponnées, violées. On se fait un calendrier. L’instruction, jour d’angoisse, les perquisitions. Du fourgon cellulaire on aperçoit à nouveau la rue, la vie, les gens qui se retournent, étonnés devant le cortège.

Les visites enfin. Les copains, les bras secourables. On joue la comédie du « bon moral ». On demande le pull ou le bouquin dont on croit avoir tant besoin. Une fois parvenu dans mes mains, de contrôle en contrôle, je m’étonne qu’il soit si peu nécessaire. L’avocat vient parfois. On nous surveille pour qu’il ne me fasse pas lire un journal, écrire ou même, d’après la matonne, qu’il ne me caresse pas. La première semaine est la plus longue. Le soir j’entends monter les rumeurs de la prison et je sens mon angoisse tomber. Les voix des cellules voisines allègent ma solitude. Je me sens du côté des révoltées, de toutes celles que la société rejette. Et le lendemain, devant la porte obstinément fermée, la solitude revient et je marche entre mes murs. »

85Le 5 décembre 1971, éclata une mutinerie dans la centrale Ney de Toul. En janvier 1972, ce fut au tour de la prison Charles III de Nancy. Débutait ainsi un long cycle de mutineries avec de nombreux détenus sur les toits. Le GIP enquêta et publia les résultats de ses investigations. Les maoïstes publièrent des numéros spéciaux de La Cause du peuple. Ces mouvements de révolte semblaient prolonger un article publié en septembre 1970 – lors de la première grève de la faim – dans Tout et titré « Derrière les barreaux le soleil » :

« Les liens sont tissés. La barrière qui sépare les “politiques” des “droits-communs” s’écroule. On sent qu’il faut se battre un jour pour améliorer les conditions de vie, on se battra ensemble, les maos et la “pègre” (Fouchet), tous unis et qu’on ira jusqu’au bout. En attendant les gars nous appellent. Ils savent que nous avons des contacts fréquents avec l’extérieur. Ils crient leur révolte et veulent que nous servions d’intermédiaire pour que l’on sache dehors, hors les murs, comment on “vit” dans les prisons, comment on ravale un homme au niveau de la bête. “Eh, garçon ! tu diras qu’on nous traite comme des chiens. Tu raconteras les brimades, les fouilles à poil. Parle de la bouffe imbectable. Dis qu’il y a deux tentatives de suicide par jour dans les prisons parisiennes, deux détenus qui sont chaque jour transférés à l’hôpital central.” […] il y a pour le camarade « tombé »un rayon d’espoir que les barreaux n’arrêteront pas, celui qui pénètre à travers la lézarde faite dans le système pénitentiaire et qui prépare de vastes mutineries.[…] »

86L’opinion publique découvrit alors l’envers du décor carcéral. Au printemps 1974, Michel Foucault et quelques intellectuels manifestèrent contre la destruction de la vieille prison. L’année suivante paraissait Surveiller et punir, naissance de la prison.

Haut de page

Bibliographie

Artières Philippe, Quéro Laurent, Zancarini-Fournel Michelle, Le Groupe d’information sur les prisons : archives d’une lutte (1970-1972), Paris, IMEC, 2003.

Bugnon Fanny, La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994), Thèse de l'Université d'Angers, 2011.

Étienne Jean-Paul, La gauche prolétarienne (1968-1973), Illégalisme révolutionnaire et justice populaire, Thèse de l’Université de Paris 8, Paris, 2003.

Geismar Alain, Mon mai 1968, Paris, Perrin, 2008.

Geismar Alain, July Serge, Morane Erlyn, Vers la guerre civile, Paris, Éditions et publications premières, 1969.

Minutes du procès d’Alain Geismar, Paris, Éditions Hallier, 1970.

Miller Gérard, Minoritaire, Paris, Editions Stock, 2001.

Melquiond Anne-Lise, Vive la Révolution et la question des femmes (1968-1971), Mémoire de maîtrise, Université de Paris 1, 1998.

Defendi David, L’arme à gauche, Paris, Flammarion, 2008.

Loyer Emmanuelle, « Sous les pavés, la Résistance. La Nouvelle Résistance populaire, appropriation et usages de la référence résistante après Mai 1968 », in Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Anne Simonin, Jean Quellien, Pourquoi résister ? Résister pour quoi faire ?, 2004, Paris, CNRS Éditions, 2004, p.181-192.

Haut de page

Notes

1 Philippe Artières, Laurent Quéro, Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d’information sur les prisons : archives d’une lutte (1970-1972), Paris, IMEC, 2003.

2 Alain Geismar, Serge July, Erlyn Morane, Vers la guerre civile, Paris, Éditions et publications premières, 1969.

3 Jean-Paul Étienne, La gauche prolétarienne (1968-1973), Illégalisme révolutionnaire et justice populaire, Thèse de l’Université de Paris 8, 2003.

4 Gérard Miller, Minoritaire, Paris, Éditions Stock, 2001.

5 Anne-Lise Melquiond, Vive la Révolution et la question des femmes (1968-1971), mémoire de maîtrise, université de Paris 1, 1998.

6 Emmanuelle Loyer, « Sous les pavés, la Résistance. La Nouvelle Résistance populaire, appropriation et usages de la référence résistante après Mai 1968 », in Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Anne Simonin, Jean Quellien, Pourquoi résister ? Résister pour quoi faire ?, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 181-192.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Cause du peuple, n°1, novembre 1968
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Quatrième de couverture de L’Hebdo Hara-Kiri, n°70 du 1er juin 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Affiche de la Gauche Prolétarienne appelant à manifester le 27 mai 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Photographie extraite de La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Photomontage extrait de La Cause du peuple, n°24 du 2 juin 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Paris Jour, 28 mai 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-7.png
Fichier image/png, 257k
Titre L’Hebdo Hara-Kiri, n° 71 du 8 juin 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre L’Hebdo Hara-Kiri, n°70 du 1er juin 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Extrait du n°1 de Secours rouge, janvier 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Hebdomadaire Lutte Ouvrière, 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-13.png
Fichier image/png, 218k
Titre Extrait de La Cause du peuple, n° 31 du 20 novembre 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre L’Hebdo Hara-Kiri, n°85 du 14 septembre 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Autocollants édités par La Cause du peuple
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tract du Secours rouge du 5e arrondissement à Paris appelant à un meeting le 19 octobre 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Autocollant édité par le Secours rouge : « Le combat pour la libération de Geismar c’est le combat pour la liberté de tous ».
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Tout ! Ce que nous voulons : tout, n°4, 16 novembre 1970. Extraits de l’article « la Taule »
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Front Libertaire, décembre 1970
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Extraits de Tout ! n°8 de février 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Extraits de Tout ! n°8 de février 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Charlie Hebdo n°8 du 1er février 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Charlie hebdo n°13 15 février 1971
Crédits collection J.-C. Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3044/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Le régime spécifique de la détention politique, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3044

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page