Navigation – Plan du site

Antoine Follain, Blaison Barisel. Le pire officier du duc de Lorraine

Paris, L’Harmattan, 2014
Olivier Caporossi
Référence(s) :

Antoine Follain, Blaison Barisel. Le pire officier du duc de Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2014.

Texte intégral

1L’enquête historique présentée par Antoine Follain reprend la réflexion menée dans le séminaire de l’université de Strasbourg sur les relais et les représentants du pouvoir, à partir de l’étude d’un cas : le procès de l’officier du duc de Lorraine Blaison Barisel et de ses complices, qui s’est tenu à Plombières dans la prévôté du baillage des Vosges en 1573. Une première partie de l’ouvrage constitue l’analyse du procès et une seconde partie est la transcription des actes de ce procès (p. 133 à 280). Cette dernière partie, véritable édition critique de sources judiciaires jusqu’alors méconnues, doit beaucoup au travail de paléographie d’une équipe d’étudiants qui depuis 2006 tente de transcrire les archives de la prévôté d’Arches et de mettre au jour la documentation judiciaire du duché de Lorraine (fin XVe-1630), sous la direction d’Antoine Follain. Cet ouvrage ambitionne donc de renforcer notre connaissance de la justice du duché de Lorraine.

2L’autre intérêt de cette étude de cas réside dans le fait que le procès fut conduit par Nicolas Rémy (1530-1612), démonologue lorrain de la fin du XVIe siècle reconnu. Nicolas Rémy avait reçu une commission particulière du duc de Lorraine et de Bar, Charles III (1543-1608), prince éduqué à la Cour de France avant de retourner à Nancy pour y régner en 1559. Le duché de Lorraine était alors pris entre les intérêts français (rattachement des évêchés de Metz, Toul, et Verdun à la Couronne de France) et les ambitions de la Maison d’Autriche. Le nouveau duc de Lorraine aurait cherché à développer l’administration de son duché tout en accentuant son contrôle. Nicolas Rémy apparaît ainsi comme le bras armé de la justice réservée du duc qui fut régulièrement informé des avancées procédurales (p. 45). Selon l’auteur, l’affaire Blaison Barisel satisfit suffisamment Charles III pour qu’il s’attache les services de Nicolas Rémy comme secrétaire ordinaire dès 1575, puis comme membre du tribunal supérieur des échevins de Nancy en 1576.

3L’affaire Blaison Barisel constitue donc un épisode marquant du contrôle des officiers de justice du duché par Charles III. L’action de Nicolas Rémy montre aussi toute la difficulté que le duc pouvait rencontrer dans le jugement des abus de ses officiers. L’enquête de Nicolas Rémy nous révèle que le prévôt Vaulbert des Preys avait soutenu toutes les mauvaises actions de son lieutenant de Blaison Barisel à Plombières au lieu de les juger. Mais la justice du duc s’acharna sur le lieutenant, oubliant les manquements du prévôt, pourtant rappelés par l’accusé à plusieurs reprises (p. 29). En ce sens Blaison Barisel apparaît comme le bouc émissaire permettant au duc d’affirmer son autorité supérieure par l’exemplarité du procès d’un mauvais officier accusé d’avoir « faulsé son serment et induict plusieurs aultres à mesfaire » (p. 16), orchestré par un juge de commission, tout en négociant l’obéissance des autres officiers intouchables, car attachés aux assises nobles du baillage, comme l’était le prévôt lui-même.

4Antoine Follain suit le déroulement des procédures de l’intérieur, expliquant chaque étape du procès et ses enjeux, soulignant la maîtrise judiciaire de Nicolas Rémy et sa connaissance de la Caroline de 1532. Lorsque les ordonnances du duc ne viennent pas la contredire, c’est la procédure de droit allemand établie par Charles Quint qui s’appliquait. L’auteur démontre comment se construit peu à peu le scandale Blaison Barisel. Seuls sont poursuivis Barisel et ses complices (Huot, Demengel, Mathiotte) contre l’avis du procureur (p. 58). Nicolas Rémy fit le choix politique de ne pas compromettre la noblesse locale. L’objectif du procès était de rétablir l’autorité du duc et pas de susciter de nouvelles oppositions locales. C’est alors que Blaison Barisel réussît à s’enfuir du château d’Arches où il était incarcéré avant d’être à nouveau arrêté. Cela permet à Antoine Follain de revenir sur la réalité carcérale et son statut juridique au XVIe siècle.

  • 1 La Caroline désigne le règlement pénal que l’empereur Charles Quint fit adopter à la diète de Ratis (...)

5La seconde information judiciaire de Nicolas Rémy permet de préciser les crimes de Blaison Barisel (incidents contre des Allemands aux bains de Plombières, acte de violence privé, viol, vols, concussions, injures et désordres, fuite de la prison) qu’il associe à l’exercice de la lieutenance de la prévôté et au gouvernement de Plombières. Ce sont les abus d’un officier ducal qu’il s’agissait de réprimer. Le scandale Blaison Barisel portait le discrédit sur l’autorité ducale elle-même et légitima un châtiment exemplaire. Antoine Follain étudie ensuite le détail de la peine infligée à Blaison Barisel, tant du point de vue de la Caroline1 que de l’histoire de la justice : l’amende honorable, l’amputation du poing, la décollation et l’écartèlement du cadavre de la victime.

6Le travail d’Antoine Follain s’achève par un changement de perspective. L’auteur relit le procès (1573-1574) à partir des comptes du receveur et du contrôleur de la prévôté d’Arches, éclairant le lecteur sur le financement de la justice d’alors. La perception des amendes montre que l’honneur du prévôt Vaulbert des Près ne fut pas épargné même s’il échappa à la justice de Nicolas Rémy. Il dut en effet payer deux amendes (p. 120). Six articles sont consacrés au dédommagement des victimes des méfaits de Barisel. Antoine Follain conclue ensuite sur la portée de l’action judiciaire de Nicolas Rémy, des rapports plus précis comme celui du prévôt sur les amendes de 1575. La conflictualité sociale serait mieux contenue par des amendes, plus vite prononcées qu’auparavant. Mais les conflits juridictionnels ne disparurent pas (p. 124-125).

7La conclusion de l’auteur fait de Blaison Barisel l’archétype de l’officier perturbateur jugé pour parjure et haute trahison. Si son supplice en fait le bouc émissaire sacrifié pour les intérêts du duc et d’un État lorrain en construction, l’auteur refuse de parler de procès politique jugeant l’expression anachronique et la qualité du personnage trop « médiocre » pour que l’on puisse utiliser une telle qualification. Le débat sur la notion de « procès politique » est ainsi rapidement refermé. Mais, par contre, le procès Barisel serait bien celui de la « fonction publique » (p. 130), expression qui elle ne semble pas poser de problème d’anachronisme à son auteur. La conclusion s’achève sur une nouvelle hypothèse : l’affaire Barisel aurait servi d’exemple aux officiers lorrains. Malheureusement cette hypothèse n’est ni véritablement explicitée, ni vraiment approfondie. L’influence et l’exemplarité d’une telle affaire sur et pour toute une administration judiciaire pendant au moins la deuxième partie du règne de Charles III de Lorraine auraient mérité un complément d’enquête historique. L’affaire Barisel a-t-elle pu constituer le modèle lorrain de l’autocontrôle de la machine judiciaire ducale ? La question reste ouverte.

Haut de page

Notes

1 La Caroline désigne le règlement pénal que l’empereur Charles Quint fit adopter à la diète de Ratisbonne en 1532 pour l’ensemble de l’empire germanique, dont la Lorraine faisait partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caporossi, « Antoine Follain, Blaison Barisel. Le pire officier du duc de Lorraine », Criminocorpus [En ligne], 2015, mis en ligne le 12 octobre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3057

Haut de page

Auteur

Olivier Caporossi

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page