Navigation – Plan du site
Communications

Les fourches patibulaires en Catalogne au bas Moyen Âge1

Flocel Sabaté

Résumés

Dans une société dominée par la symbolique, les fourches patibulaires sont à la fois un objet et son sens, c’est-à-dire l’instrument pour appliquer la peine de mort à une population non privilégiée et le signe du pouvoir qui l’applique. En effet, celui qui jouit de la plénitude de la juridiction dans le comté de Catalogne peut l’afficher en érigeant des fourches patibulaires, signa denotantia merum et mixtum imperium et omnimodam aliam iurisditionem. En cas de changement de détenteur, les fourches doivent être abattues et remplacées par d’autres, érigées par le nouveau seigneur, dans le cadre d’un cérémonial concret. Embellies, elles portent les blasons du seigneur ou du pouvoir urbain dont elles dépendent. Utilisées pour exécuter et exposer les corps, elles sont l’enjeu de concurrence juridictionnelle et servent également des politiques d’intimidation.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

gibets, justice, peine de mort

Géographique :

Catalogne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Projet de Recherche « Auctoritas. Iglesia, cultura y poder (siglos XII-XV) » (HAR-2012-31484), Mini (...)
  • 2 Adriano Prosperi, Delito e perdono. La pena di morte nell’orizonte mentale dell’Europa cristiana. X (...)

1La Catalogne dispose d’un ensemble quasiment exceptionnel de sources judiciaires, municipales, fiscales et de chancellerie qui, dans leur diversité, renseignent de manière assez complémentaire l’usage et la fonction des fourches patibulaires dans la société du bas Moyen Âge. Les fourches patibulaires deviennent ainsi un instrument d’apparence sinistre qui renferme une pluralité de sens sur la justice et le pouvoir qui l’accapare. Il ne peut en être autrement, attendu que dans la société médiévale, la « giustizia vive di simboli, di miti e di immagini2 ».

Un paysage truffé de fourches patibulaires : fragmentation et ostentation juridictionnelle

  • 3 Flocel Sabaté, « El nacimiento de Catalunya. Mito y realidad », in Juan Ignacio Ruiz de la Peña (di (...)
  • 4 Flocel Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó », in Maria Teres (...)
  • 5 José Luis Martín, Economía y Sociedad en los reinos hispánicos de la Baja Edad Media, Barcelone, El (...)
  • 6 Flocel Sabate, « Discursos i estratègies del poder reial a Catalunnya al segle XIV », Anuario de Es (...)
  • 7 Manuel Sánchez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya (segles XII-XIV), Vic – Gérone, E (...)
  • 8 Flocel Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, Fundació Salvador Vives Casajuana, (...)

2Les bases de la souveraineté à laquelle prétend le roi d’Aragon depuis le XIIe siècle, comme comte de Barcelone, sur l’ensemble de la Catalogne étaient faibles et fragmentées. Les motifs de cette fragilité tiennent à l’histoire d’un état comtal né de plusieurs seigneuries indépendantes issues de la matrice carolingienne au IXe siècle, à l’occupation de la frontière par différents seigneurs aux Xe-XIe siècles et, enfin, à la fragmentation féodale à partir des XIe-XIIe siècles3. Les efforts du XIIIe siècle pour fortifier le pouvoir royal4 conduisent, à l’opposé de ce que prétendait le monarque, à faire en sorte que les officiers royaux, à partir de 1283, ne puissent agir dans les domaines situés hors de la juridiction supérieure royale (realengo)5. Au XIVe siècle, l’échec des procédures destinées à affermir la position suprême du monarque est en grande partie dû à l’incapacité à concilier les discours romanistes avec les réalités juridictionnelles et fiscales locales. En 1392, on atteint le paroxysme : le monarque ne contrôle plus que 13,43 % d’un territoire où est installée 22,17 % de la population6. La dynamique du XIVe siècle associée au manque récurrent de ressources économiques rend le souverain dépendant de la fiscalité extraordinaire, partagée entre impôts et crédit7. Par conséquent, la juridiction se retrouve partagée en Catalogne entre le Roi et, surtout, de nombreux seigneurs, qu’ils soient nobles, barons, bourgeois ou ecclésiastiques. Dans les grands domaines nobiliaires, les patrimoines avaient également évolué de différentes manières et ces territoires offraient un panorama juridictionnel assez fragmenté8.

  • 9 Les images choisies ont été préalablement publiées dans : Flocel Sabaté, « La pena de muerte... », (...)

Figure 19

Figure 19

Dessin représentant une fourche patibulaire, tracé à côté du document dans lequel Pierre le Cérémonieux autorise en 1357 la démolition des fourches élevées à Tárrega à l’occasion de l’assaut du quartier juif.

Espagne, Tàrrega, ACU, Fond municipal de Tárrega, Llibre de privilegis, vol. III, fol. 9 rº

  • 10 Flocel Sabaté, « Corona de Aragón », La época medieval: administración y gobierno, Tres Cantos, Ist (...)
  • 11 Flocel Sabaté, « Municipio y monarquia en la Cataluña bajomedieval », Historia Medieval. Anales de (...)
  • 12 Flocel Sabaté, El sometent a la Catalunya medieval, Barcelone, Rafael Dalmau editor, 2007, p. 27-13 (...)
  • 13 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900, vol. IV, p. 47.
  • 14 Flocel Sabaté, « La pena de muerte en la Cataluña bajomedieval », Clio & Crimen, 2007, nº 3, p. 128 (...)

3Cette situation rend extrêmement difficile l’exercice de la justice ordinaire puisque, afin de ne pas établir de précédents, les différentes juridictions ne collaborent pas entre elles. Cela veut dire que, dans la pratique, elles accordent l’impunité aux délinquants et à quiconque est poursuivi par la justice d’une autre juridiction10. Au-delà des tensions et des plaintes que cela entraîne11, ainsi que le recours à des pressions et à des formes plus expéditives – comme, par exemple, les procès de marche et de milice communale12 –, il est surtout clair que les tenants de juridiction veulent affermir et montrer leur pleine capacité. Explicitement, le roi, lors des états généraux de 1370, reconnaît l’égalité pratique dans l’exercice de la juridiction de la part d’une large diversité de possibles possesseurs, en se référant à « tot rey e tot Princip e tot senyor e tot hom » a qui es « comanat regiment de gents13 ». L’ostentation de ce droit est parfaitement réalisée au moyen de l’instrument qui l’incarne le mieux et qui permet d’infliger les peines physiques au corps de l’accusé14.

Figure 2

Figure 2

Dessin qui essaye de représenter les derniers mouvements du supplicié lors de son exécution, avec l’échelle à côté de la fourche d’où il pend. Il fut réalisé dans la marge du registre d’annonces publiques de la ville de Barcelone, à côté de l’ordonnance qui, en 1373, impose la peine de mort à quiconque volera du grain.

Espagne, Barcelone, AHCB, Arxiu del Batlle i del Veguer de Barcelona, X-2, fol. 71 vº

  • 15 Hilda Grassoti, « Hacia las concesiones de señorío con mero y misto imperio », in Estudios en homen (...)
  • 16 Espagne, Camprodon, Arxiu Municipal de Camprodon (AMC), Llibre dels usos i privilegis d’Olot, fol. (...)
  • 17 France, Perpignan, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1B-207, fol. 60 rº.
  • 18 Même aspect dans d’autres espaces péninsulaires : Antonio González Blanco, « Horcas, Rollos, Picota (...)
  • 19 Espagne, Barcelone, Arxiu de la Corona d’Aragó (ACR), Cancelleria, reg. 1702, fol.100 rº.
  • 20 Espagne, Vic, Arxiu Històric Municipal de Vic (AHMV), Llibre de privilegis XIX, fol. 244 rº.
  • 21 Agustí Altisent, Història de Poblet, Poblet, Abadia de Poblet, 1974, p. 229.
  • 22 Espagne, Tárrega, Arxiu Comarcal de l’Urgell (ACU), Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 1 (...)
  • 23 Espagne, Vic, Arxiu del Veguer de Vic (AVV), liasse de registres 4, pli 1329, non numéroté.
  • 24 France, Perpignan, ADPO, 1B-157, fol.1 rº-vº.
  • 25 Anton Vila, « Lo senyoriu feudal de Castellgalí (contribució a l’estudi del Feudalisme a Catalunya) (...)

4Ainsi, conformément à la terminologie romaniste, qui permet d’établir la dualité entre merum et mixtum imperium15, celui qui ne jouit que de l’empire mixte, c’est-à-dire de la capacité de punir des délits mineurs, le signifie par l’emploi du pilori (costell)16 où l’on applique physiquement la punition et le châtiment corporel. En revanche, celui qui jouit de la plénitude de la juridiction peut l’afficher en érigeant des fourches patibulaires17 dans un but symbolique explicite18, en s’agissant de « signa denotantia merum et mixtum imperium et omnimodam aliam iurisditionem19 ». Très explicitement, en accordant une juridiction, aussi bien si c’est le roi qui le fait que n’importe quel baron et lieutenant de juridiction20, on accorde à son destinataire la capacité de le montrer publiquement21 « faciendo erigi et erigendo in dictis locis et quolibet eorum furchas, patibula, custellos, perticas et alia merum et mixtum imperium et signum et exequtionem denotancia et designancia22 ». L’acte de concession stipule d’ordinaire ce droit – comme cela est dit à Cabrera et à Roda en 133023 et à la Roca de Víllec en 139124 – et, dans le cas où la juridiction mineure serait cédée, on peut préciser que le récepteur ne pourra pas élever de fourches patibulaires, comme cela est précisé à Castellgalí en 135825.

  • 26 Espagne, Gérone, Arxiu Històric de la Ciutat de Girona (AHCG), I.1.2.1, liasse 3, livre 3, fol. 25 (...)
  • 27 Flocel Sabaté, « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle X (...)
  • 28 Josep Maria Huertas Claveria, Mites i gent de Barcelona, Barcelone, Edicions 62, 2006, p. 16-17.

5Dans l’acte de cession de Palau, en 1339, il est dit que le récepteur pourra élever les fourches patibulaires « in signum vere et realis possessionis fuerint fixe furchae in termino dicti castri de Palau in quodam podio qui est iuxe pedronum loci de Buada seu in medio vel inter locorum de Buada et de Fonteclaro26 ». On cherche donc un lieu élevé et un espace proche d’un chemin, de telle manière que, dans le cadre de la mosaïque juridictionnelle évoquée plus haut, chaque fourche patibulaire érigée aux extrémités du territoire communal informe tout voyageur qu’il entre dans une nouvelle juridiction. Cela se produit aussi de manière significative au sein d’une même juridiction, comme dans les vigueries royales où, en réalité, on n’étale pas tant le pouvoir du roi titulaire de la juridiction que celui de la puissance municipale qui écarte, de fait, celle de l’officier royal27. Ainsi, n’importe quel chemin aux frontières du pays devient une suite de fourches patibulaires : aujourd’hui encore on utilise en catalan l’expression « anar a la quinta forca », pour indiquer une destination extrêmement lointaine28.

Figure 3

Dessin qui représente un inculpé récemment pendu, avec l’échelle encore à côté de la fourche patibulaire, dans la marge du livre d’annonces publiques où est consignée l’ordonnance qui impose en 1372 la peine de mort à quiconque assaillira un domicile d’autrui.

Espagne, Barcelone, AHCB, Arxiu del Batlle i del Veguer de Barcelona, X-2, fol. 24 vº

  • 29 Espagne, Tárrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 12, 1395.
  • 30 Coral Cuadrada, « Sobre el mer i mixt imperi als senyorius feudals de la Catalunya Vella (segle XIV (...)
  • 31 Gabriel Secall i Güell, « Els camins rals medievals i les creus de terme de Valls », Monografies Va (...)
  • 32 France, Perpignan, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1B-364, fol. 22 rº ; Fra (...)
  • 33 Primo Bertran, « Documento sobre un nuevo cementerio judío en Lérida (1383) », Sefarad, 1981, nº 41 (...)

6Avec cette volonté d’exposition, les fourches patibulaires sont placées en général en hauteur « in quadam sumitate sive tosal29 » et bien en vue30 des principaux chemins31, ce qui caractérise aisément la topographie qui a fossilisé des références comme « Puig de les Forques », « Tossal de les Forques », « Tossal del Penjat » ou « Coll de forcats »32. Ce sont des sites pérennes qui perdurent, y compris comme référents topographiques quand bien même l’équipement n’existe plus : à Lleida en 1383 le terrain acquis pour y installer un cimetière juif est placé « versus patibolum sive forques vocatas de la Palomera33 ».

Figure 4

Dessin représentant un pendu dans la marge d’un registre d’annonces publiques de Barcelone, à côté de l’ordonnance qui en 1373 impose la peine de mort à qui tirera avec une arbalète sur quelqu’un.

Espagne, Barcelone, AHCB, Arxiu del Batlle i del Veguer de Barcelona, X-2, fol. 74 rº

  • 34 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. V, p. 65, 321.

7Dans certains cas, les fourches patibulaires pouvaient être déplacées. En 1357 à Barcelone, en renforçant la défense maritime, on rénova et éleva la torre del Farell de Montjuich, sur la ville, et tout de suite, à l’extrémité orientale du territoire de la ville, à Montgat, fut érigée une nouvelle tour pour les vigies en vigueur qui obligea à déplacer les fourches qui signalaient les limites du territoire communal : « fer mudar les forques de pedra que estaven aquí y posarlas en altre part ». En 1382, le roi, « a petició de la ciutat », ordonne à son viguier barcelonais le déplacement des fourches patibulaires qui gênaient les activités maritimes sur la ribera de la mar34.

Figure 5

Figure 5

Dessin qui représente un pendu dans la marge de l’information comprise dans le livre-journal du notaire Jaume Safont sur Antoni Avellanada, qui fut pendu en 1454 à Barcelone avec son fils.

Espagne, Barcelone, Biblioteca de Catalunya (BC), ms. 978, fol. 42 rº

  • 35 Joaquim Sarret, Història de l’estat político-social de Manresa, Manresa, Imprenta i enquadernacions (...)
  • 36 Espagne, Tortosa, Arxiu Comarcal del Baix Ebre (ACBE), Fons municipal de Tortosa, clavaria 1, fol. (...)
  • 37 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 15, p. 137.
  • 38 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1512, fol. 68 rº.
  • 39 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1500, fol. 71 rº.
  • 40 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 1, fol. 7 rº et 9 rº.

8Au moment d’utiliser les fourches, elles peuvent s’avérer être dans un état suffisamment délabré pour qu’il faille à nouveau « fer les forcas en dit puig », comme cela se produit à Manresa en 144735. Pour cela, il faut les entretenir et les réparer parce que les intempéries endommagent d’ordinaire le bois « per vent e per podridura36 ». Vu la symbolique inhérente, lors de la réparation celle-ci se fait toujours en présence de l’officier titulaire de la juridiction, lequel s’y rend avec un menuisier, comme cela se fait à Tortosa en 131837. Les coûts ne sont pas très élevés, bien qu’ils augmentent progressivement : dans la première moitié du XIVe siècle les poteaux verticaux coûtent entre 3 et 6 sous chacun et le poteau horizontal la moitié, chiffres qui dans des endroits comme Puigcerdà peuvent grimper de façon importante et atteindre, dans les dernières années du siècle, 16 sous et demi (fig. 1 à 7)38. Dans tous les cas, il faut ajouter le coût du transport du matériel et du menuisier – « los bestays qui portaren les bigas a les forques e·ls fusters qui les adobaren39 » –, plus l’entretien de celui-ci en cas de déplacement40.

Figure 6

Figure 6

Dessin d’un pendu à côté de l’information recueillie par le Dietari de la Generalitat de Catalunya sur une peine de mort imposée en 1456, sans garanties judiciaires, par le lieutenant général du roi Alphonse le Magnanime, son frère Jean.

Espagne, Barcelone, ACA, Diputació del General, Dietaris, 6,4, fol. 31 rº

  • 41 Espagne, Tárrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, Llibre de Privilegis III, fol. 9 rº.
  • 42 Fortià Solà, Història de Sallent. Sallent, Institut d’Arqueologia, Història i Ciència Naturals, 198 (...)
  • 43 Francesc Carreras y Candi, La ciutat de Barcelona, Barcelone, Establiment Editorial de Albert Marti (...)
  • 44 Francisco-Luis Cardona Castro, « La ciudad de Barcelona en el siglo XIV a través de sus ordenanzas (...)
  • 45 Flocel Sabaté, « Ciudad e identidad en la Cataluña bajomedieval » in José Antonio Jara Fuente (éd.) (...)
  • 46 Brigitte Miriam Bedos-Rezak, « Du modèle à l’image ; les signes de l’identité urbaine au Moyen Âge  (...)
  • 47 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 73.
  • 48 Daniel Girona, « Itinerari del Rey en Martí (1403-1410) », Institut d’Estudis Catalans. Anuari, 191 (...)

9Afin d’en assurer la permanence, la base de certaines fourches patibulaires est renforcée avec de la pierre ouvragée et du mortier41 (fig. 1). En 1321, lorsque Jacques II cède Artés, Sallent et Castellnou, il précise que le récepteur pourra élever les fourches patibulaires comme il le voudra, en bois ou en pierre42. En réalité, elles seront bâties en lapide et de calce car cela permet une mise en valeur plus efficace de la ville qui détient la juridiction. En 1319, Barcelone obtient l’autorisation royale pour ériger des fourches le long de tout le territoire communal43, et de manière significative elle y fera apparaître les symboles du roi et de la ville – que « en quiscun pilar foren esculpits senyals, ço és, del senyor Rey e de la Ciutat44 » –, incluant ainsi les fourches patibulaires45 dans les stratégies d’ostentation et de visualisation qu’effectuent de nombreuses villes européennes à la même époque46. Territoires communaux et fourches patibulaires deviennent des synonymes : « se designan los térmens de Barcelona y per dit efecte se plantan forcas de pedra47 ». Le roi Martin l’affirme en 1404 en établissant pour le val d’Aran une commission par laquelle fourches et bornes seront librement installées par les autorités locales : « nós donam ple poder que puxats mollonar los térmens, plantar forques en aquells48 ».

Figure 7

Figure 7

Dessin qui représente l’exécution du convers Pere Dies, penjat per la gola sur la place du Blé de Barcelone en 1473.

Espagne, Barcelone, BC, ms. 978, fol. 100 rº

  • 49 Antoni Llorens, Solsona i el Solsonès en la història de Catalunya, Lleida, Editorial Virgili & Pagè (...)
  • 50 Espagne, Barcelone, Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Consell de Cent, Lletres Close (...)

10La symbolique s’empare même de l’image, si bien que les fourches patibulaires, dotées de tout leur sens juridictionnel, peuvent être échafaudées au moyen de trois piliers de pierre à l’extrémité du territoire communal, comme on le fait à Solsona en 129149 et comme cela est décrit à Barcelone vers le milieu du XVe siècle : « tres pilars de pedre e barres de fust dalt a través50 » (fig. 9). En effet, au début elles sont souvent dotées d’une structure simple avec deux poteaux verticaux – « II cayrats que compren a obs de les dites forques » – et un troisième horizontal, qui est d’habitude rond – I cabiró redon – (fig. 1 à 7).

La symbolique juridictionnelle des fourches patibulaires : cérémonials et disputes

  • 51 Espagne, Olot, Arxiu Comarcal de la Garrotxa (ACG), parchemins, A-212.
  • 52 Espagne, Gérone, AHCG, XV.4, liasse 1, livre 2, non numéroté.

11Comme indicateurs d’une juridiction spécifique, les fourches patibulaires ne peuvent pas être cédées mais doivent être abattues en cas de changement de pouvoir, pour être remplacées par d’autres érigées par le nouveau seigneur. C’est pourquoi, quand le roi obtient la juridiction d’Olot en 1400, le changement juridictionnel se concrétise avec la destruction des signes de justice de celui qui jusqu’à alors dominait le bourg, l’abbé de Ripoll51. De manière explicite, dans la même année, quand Bernat de Bell-Lloc cède la juridiction jusqu’alors détenue à Sant Gregori, ses fourches sont détruites et de nouvelles sont érigées in alio loco dicte perrochie scilicet in quadam possessione terre que est d’en Tornavells de Ginestrisio infra dictam perrochiam52.

  • 53 Julián de Chia, Bandos y bandoleros en Gerona. Apuntes históricos desde el siglo XIV hasta mediados (...)
  • 54 Espagne, Tàrrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 12, 1395.

12L’érection de fourches patibulaires se déroule dans le cadre d’un cérémonial concret inséré dans les actes de prise de possession au nom du nouveau seigneur53. Joan Aguiló acquiert, en 1395, Mor, Aguilella, Montalbà, Corbella et Calaçant. Dans chacun de ces endroits il répètera la cérémonie qui a lieu d’abord sur le chemin public qui unit Tàrrega à Balaguer à l’endroit de Mor, quand le viguier, comme officier juridictionnel royal dans le territoire, « fecit apponi, afigi et erigi furcas et fixis et apositis sit erectis ipsis furquis, idem venerabilis locumtenens vicarii dixit verbotenus verba seguiciam vel similia in presencia Romei Aldeomor, Petri Miro, Iohannis de Muntleo, testium ad hec presencium et constitutorum : ‘ prohomens, per manament a mi feyt per lo molt alt senyor rey ab letra sua lo qual m’és stada presentada per lo honrat en Johan Aguiló, jo met en possessió lo dit honrat en Johan Aguiló corporal ho quaix del mer e mix imperi e de tota altra jurisdicció que al dit senyor rey se pertangués en lo castell del Mor e terme d’aquell e encara en una quadra en lo dit terme stant que ara és dels hereus e succehidors d’en Johan Solsona, quondam de Vilagrassa. Lo qual mer e mixt imperi e jurisdicció criminal e tota altra de qual se vuylle natura ho specie sie, lo dit senyor rey ha venuda al dit Johan Aguiló, perquè en senyal de la dita possessió jo he feytes ficar ací forques e aquest loch dins lo terme del Mor e en presència de vosaltres en senyal de liurada possessió54. »

  • 55 France, Perpignan, ADPO, 1B-207, fol. 49 rº.
  • 56 Joan Serra i Vilaró, Baronies de Pinós i Mataplana. Bagà, Centre d’Estudis Baganesos, 1989, vol. I, (...)

13Ce formulaire prétend exprimer publiquement comment l’officier royal offre la juridiction au nouveau titulaire. Une autre formule, beaucoup plus habituelle, consiste à ce que le récepteur lui-même érige ses fourches patibulaires. La cérémonie commence avec les actes de prise de possession du lieu, se déroulant ordinairement dans le château qui polarise l’administration du territoire. Le nouveau seigneur ordonne alors la publication par cri des ordonnances qui commencent en général par condamner le blasphème et souvent aussi le jeu, ordonnant ensuite l’obéissance à l’officier juridictionnel qui sera désigné « sots pena de penjar sens tota mercé ». Ensuite, en compagnie des témoins pertinents et du notaire, tous se rendent sur le lieu où sont érigées les fourches : « [où] plantavit seu erigi et plantari fecit furchas in signum iuridiccionis ac possessiones », comme cela est commenté, en 1393, à Maureillas55. Le triomphe du symbolisme et du ritualisme dotera les cérémonies d’une grande complexité, tout en évitant cependant d’élever à nouveau les fourches patibulaires, tel qu’on l’explique à Bagà au XVIe siècle56.

  • 57 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1527, fol. 280 rº.
  • 58 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 1, fol. 6 vº ; Clavaria 15, p.137.
  • 59 Espagne, Cervera, Arxiu Comarcal de la Segarra (ACS), Fons municipal de Cervera, Clavaria 23, fol. (...)
  • 60 Joaquim Sarret, op. cit., vol. I, p. 83-84.
  • 61 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. V, p. 65.
  • 62 Francesc Cortiella, Montserrat Santmartí, Norbert Miracle, Actes municipals 1388-1389; 1393-1395. T (...)

14Toutes les actions menées sur les fourches, comme les réparations, entraînent un coût assumé par le titulaire de la juridiction, comme c’est le cas pour le monarque dans le domaine royal57. Pourtant, les mêmes grandes villes qui revendiquent avoir accès à l’exercice de la juridiction royale, assument aussi le coût de l’entretien des fourches patibulaires, comme à Tortosa58, à Cervera59, à Manresa60 ou à Barcelone61. Autrement dit, le gouvernement municipal intime l’ordre aux officiers royaux de veiller au bon état des fourches, comme le fait le gouvernement local de Tarragone en 1388 en dénonçant que la « ciutat stiga mal apparellada de costell e de forque ». Pour cette raison on requiert des viguiers qu’ils agissent en conséquence : « érequerir, protestar als vegers e fer instancia que.l dit costell e forques se facen e s’adoben62 ».

  • 63 Flocel Sabaté, « Els eixos articuladors del territori medieval català » in Flocel Sabaté, L’estruct (...)
  • 64 Espagne, Vic, (AHMV), Llibre de privilegis XXVII, pergamí 498.
  • 65 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 235, fol. 144 rº ; reg. 241, fol. 81 rº ; reg. 245, fol. (...)

15La grande fragmentation juridictionnelle favorise des disputes, alléguant parfois des droits anciens, et réitérées autour de la possession de la juridiction63. Elles se cristallisent alors autour des fourches patibulaires. Ainsi, l’évêque de Vic réclame en 1355 que le viguier du roi détruise les fourches patibulaires qu’il a élevées dans le mas Dalmau en considérant que l’endroit est extérieur à la juridiction royale64. En fait, les fourches peuvent être élevées en signe de provocation, comme le fait en 1304 le comte d’Empúries à Albons, en revendiquant ainsi l’endroit contre l’avis royal, qui se mobilise dans le sens opposé par l’intermédiaire du viguier. Ce sont des disputes qui s’enkystent autour des fourches, comme à Les en 1319 ou à Amer en 136065.

  • 66 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 240, fol. 92 rº.
  • 67 Flocel Sabaté, « El veguer i la vegueria de Tortosa i Ribera d’Ebre al segle XIV », Recerca, 1997, (...)
  • 68 Espagne, Gérone, AHCG, I.1.1, liasse 2, livre 1, fol. 123 rº ; I.2.1, liasse 3, fol. 34 vº ; XV.4, (...)
  • 69 José Pella y Forgàs, Historia del Anmpurdán. Estudio de la civilización en las comarcas del noreste (...)
  • 70 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 72.
  • 71 Francesc Carreras Candi, op. cit., p. 337.

16En 1312, le roi presse le viguier de Tortosa de réparer les fourches à la Sènia, où la juridiction est disputée avec le commandeur hospitalier qui n’hésite pas, à son tour, à les démolir66. Non loin, à l’Aldea et à la Candela, le conflit juridictionnel pour les droits que la famille Sanahuja revendique, entraîne aussi plusieurs épisodes de tension, comprenant la démolition de fourches67. L’agression contre les fourches patibulaires devient significative du refus de la juridiction représentée. Il existe une kyrielle d’exemples à ce sujet : au tout début du XIVe siècle le viguier de Gérone détruit les fourches élevées par le seigneur de Palau de Terri, comme il devra le faire en 1339 à Palau Sator ou, alors que le XVe siècle est déjà bien entamé, dans la vallée d’Hostoles68. Aussi bien dans cet endroit qu’à Foixà et dans beaucoup d’autres, une série répétée de destructions et de reconstructions s’enchaîne69. En 1334, les autorités municipales de Barcelone dépêchent leur viguier à Molins de Rei, à l’extrémité nord-occidentale du territoire communal, car les seigneurs du lieu avaient indûment fait une erecció de forcas70 et, un siècle plus tard, le viguier y retourne parce que c’est le nouveau seigneur du lieu, le puissant Galcerán de Requeses, qui a détruit les fourches patibulaires en les laissant « enderroquades e les pedres per terra71 ».

  • 72 Flocel Sabaté, El sometent..., p. 47-132.
  • 73 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Llibre del consell 1400, fol. 64 vº.

17La conduite municipale de la juridiction royale est bien saisie pendant les tensions. La ville de Cervera fait étalage de sa puissance dans la pratique grâce à une forte milice populaire avec laquelle elle intimide les juridictions baronniales dans sa zone d’influence. La milice est conduite par le viguier comme représentant de la juridiction royale et est renforcée par les hommes d’autres villes contraintes d’y participer au moyen du dénommé privilège de charroi72. Il n’y a rien donc d’étonnant à ce qu’en 1400, Ponç de Ribelles se plaigne que ses fourches aient été abattues – que « la vila li haye derrochades alcunes forques d’alcunes jurisdiccions que ell havie haudes del senyor rey » – et à ce qu’il en réclame la réparation non plus à l’officier royal mais directement à la ville de Cervera, sous la menace de recourir, dans le cas où il ne serait pas écouté, à l’audience royale73.

  • 74 Andrés de Bofarull i Brocà, Anales históricos de Reus desde su fundación hasta nuestros días (1867) (...)
  • 75 Espagne, Reus, ACBC, parchemins 12-19, 13-3.
  • 76 Ezequiel Gort, « Un moment penós en la nostra historia : quan els tarragonins assaltaran Reus el 13 (...)
  • 77 Ignasi Puig, « Pariatges entre els abats de Gerri i els comtes del Pallars Sobirà i de Foix, dels s (...)
  • 78 Espagne, Vic, AHMV, Llibre de privilegis XXV, parchemin 438.

18La tension autour des fourches patibulaires fait partie du système de fragmentation juridictionnelle. C’est pourquoi cela se produit de la même manière lors des disputes entre des domaines baronniaux, comme entre l’archevêque et le chambrier de la cathédrale de Tarragone pour la juridiction à Reus74 : le premier, peu avant le milieu du XIVe siècle, fait détruire les fourches patibulaires élevées par le second – « furchas patibulares funditas dirruerant » – avec la ferme intention de revendiquer la juridiction de l’endroit75 même si, quand une sentence arbitrale lui est défavorable, le devoir de les reconstruire s’impose à lui76. À la même époque et de manière significative, en décidant de partager la juridiction comme issue aux conflits opposant le comte de Pallars et l’abbé de Gerri, les deux titulaires rendent effective cette coseigneurie en spécifiant qu’ils utiliseront des fourches patibulaires communes77. Cela est différent dans le cas de la coseigneurie fondée sur la division physique du domaine, comme cela se produit à Vic, où précisément la tension éclate en 1318 car l’officier baronnial accuse son homologue royal d’avoir érigé les fourches là où il ne jouit plus de juridiction et, en plus, de prétendre faire ostentation de cette usurpation en y exécutant un inculpé78.

Des fourches patibulaires pour l’intimidation

  • 79 Espagne, Tarragona, Arxiu Històric de Tarragona (AHT), Papiers manuscrits, caisse 7, document 9.3.
  • 80 Josep Maria Pons Guri, Recull d’estudis d’Història jurídica Catalana, Barcelone, Fundació Noguera, (...)
  • 81 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 1944, fol. 61 vº ; 2302, fol. 55 rº.
  • 82 Emilio Morera, Tarragona Cristiana. Tarragone, Diputación Provincial de Tarragona, 1982, vol. II, p (...)
  • 83 Espagne, Tarragone, AHT, Papiers manuscrits, caisse 7, nº 14.

19En 1366, le roi interdit qu’on parle mal des consuls à Tarragone, en plein conflit avec l’archevêque et coseigneur de la ville, et menace d’infliger la peine de mort à tout contrevenant79. Il redéploie la même menace en 1373 quand il interdit l’accès au notariat à des hommes dépendant d’ecclésiastiques80 ou en 1400 quand il enjoint le lieutenant du château de Bar à lui livrer le château81. Même Pierre le Cérémonieux en 1376, en plein conflit à propos de la coseigneurie sur la ville de Tarragone qu’il partage avec l’archevêque82, ordonne à son viguier de ne pas hésiter à appliquer la peine capitale à l’encontre de son homologue s’il s’oppose à lui : « lo senyor rey en Pere predit féu comissió o letra de manament an en Bernat Manresa les hores veguer seu que penjàs lo veguer de l’archabisbe ab sos adherents83 ».

  • 84 Amada López de Meneses, « Una consecuencia de la peste negra en Catalunya: el pogrom de 1348 », Sef (...)
  • 85 Gener Gonzalvo, Josep Hernando, Flocel Sabaté, Max Turull, Pere Verdés, Els Llibres de Privilegis d (...)
  • 86 Jaume Riera, « La destrucció del call de Barcelona », in Borja de Riquer (dir.), Història, Política (...)

20La proclamation du pouvoir et le recours à l’intimidation se laissent deviner aisément derrière ces propos. Dans des situations où la tension est forte, on peut prétendre à la même attitude au moyen de l’élévation de fourches patibulaires. C’est ainsi que cela se produit en 1349 à Tàrrega quand, après avoir assailli le quartier juif, le vice-gérant du procureur général en Catalogne84 érige quelques nouvelles fourches à titre punitif car « in eis culpabiles punirentur », lesquelles conservent leur fonction intimidatrice jusqu’à ce que, en 1354, le roi autorise leur démontage85. À Barcelone, après le grave assaut de la juiverie en 1391, des fourches patibulaires furent élevées sur trois places, lesquelles commencèrent dès le lendemain à se remplir de pendus accusés d’avoir agressé les biens et les personnes juives86.

  • 87 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Provisions, 11, fol. 1 rº.
  • 88 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1915, vol. XX, p. 114, 140.

21De cette manière, les fourches s’immiscent dans les conflits sociaux comme porteuses d’une gestion explicite de la terreur. En 1374, devant le manque de ravitaillement en grain le gouvernement local de Tortosa ordonne que des fourches soient vite construites place des Cols pour dissuader toute émeute : « que el mig de la plaça de les Cols sien posades e fetes unes forques per terror del poble, que no·s comoga contra los regidors de la ciutat per la carestia e fretura que és en la ciutat de present87 ». Le mot « terror » est aussi celui employé par le gouverneur de la Catalogne quand, en 1437, il prétend résoudre l’opposition des autorités locales de Gérone à son projet de modification du système électif du gouvernement municipal pour combattre les luttes de factions : « lo dit portant veus ab grans penes, presons e arrests e dures cominacions, plantant forques aquelles eregint devant la casa de la dita ciutat per metre més terror als dits jurats e altres del dit conçell per què fessen les dites eleccions segons voluntat del dit portant veus e no segons lurs privilegis e antichs usos ». La menace est adressée directement aux autorités locales ; c’est pour cela que les fourches sont installées précisément devant le siège du conseil de la ville88.

  • 89 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1913, vol. XVIII, p. 315, 319.
  • 90 Pere Verdés, « Per ço que la vila no vage a perdició ». La gestió del deute públic en un municipi c (...)

22À Barcelone, en 1432, au milieu d’une forte tension sociale, le gouverneur de la Catalogne « féu fer en moltes places de Barchinona forques », avec la ferme intention que cette image fasse en sorte « que la gent stigués pus pla ». Les fourches partageaient la fonction d’inspirer la terreur avec le pilori. Le gouverneur en fit installer un sur une place centrale en vue d’exploiter l’impact émotionnel de l’instrument qui servait à couper des poignets : « a la plaça de Sant Jachme feyes posar lo piló o destral apte per scapçar e toldre punys89 ». En 1411, à Cervera, le gouvernement municipal, redoutant que les nombreux créanciers de la ville ne puissent fomenter des émeutes, recourt au même biais et fait dresser quatre fourches et deux piloris90.

  • 91 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, clavaria 5, fol. 19 vº.

23Quand le régent de la procuration générale en Catalogne en 1349 élève des fourches spéciales à Cervera, par suite de l’agression à la juiverie, il se heurte à l’opposition du gouvernement local. Celui-ci, une fois que l’autorité supérieure a abandonné la ville, ordonne de démolir les nouvelles fourches et de transférer les pendus qui s’y trouvent aux forques antigues91. Les uns et les autres invoquent la juridiction royale, mais l’érection et l’usage des fourches ont bien provoqué une crise explicite autour de l’exercice – et de l’accaparement – du pouvoir supérieur.

  • 92 Eduard Junyent, La ciutat de Vic i la seva història, Barcelone, Curial, 1976, p. 101-105.
  • 93 Flocel Sabaté, « L’abus de pouvoir dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XIVe siècles) : pathologie, cor (...)

24En fait, l’érection de fourches est combinée avec le jeu de l’affrontement politique. En 1366, Pierre le Cérémonieux exige des conseillers municipaux de Vic qu’ils lui rendent hommage par suite du fait qu’il a exécuté le seigneur de la ville, le vicomte Bernat de Cabrera, et en a saisi les biens. Mais les conseillers doutent et demandent un délai pour consulter des juristes et savoir ainsi si une telle exigence appartient au souverain ou au fils du défunt. Le roi n’accepte aucun délai et enferme les magistrats locaux sous la menace de les soumettre à la peine capitale avec confiscation de leurs biens au cas où ils désobéiraient au commandement royal ; menace accompagnée par le fait qu’entre-temps de nouvelles fourches sont érigées sur la grand-place de la ville, la place Mercadal. Finalement elles ne seront pas utilisées car les deux parties parviennent à un accord. Après que le roi ait garanti l’inaliénabilité de la ville, les magistrats se mirent d’accord pour concéder le serment requis92. Les fourches avaient contribué à ce que le monarque transforme son discours de pleine puissance et l’invocation de la colère royale en une gestion politique et stratégique du recours à la peur93.

  • 94 Jesús-Ernest Martínez Ferrando, La tràgica història dels rei de Mallorca. Barcelone, Editorial Aedo (...)
  • 95 Matías Delcor, « Dietari de Puigcerdà », Pirineos, 1957, n°43-46, p. 289-326, ici p. 319.
  • 96 France, Perpignan, Archives Communales de Perpignan (ACP), AA5, fol. 25r-v.

25Des moments extrêmement tendus, comme la guerre pour la réintégration du royaume de Majorque et ses séquelles94, avaient favorisé le recours rapide à des exécutions capitales dans les deux côtés95, sans qu’il faille recourir à des fourches spéciales mais en utilisant les fourches habituelles, comme à Perpignan en 1344, « en les forques de Malloles, a les quals foren penjats per lo rey en Jacme de Mallorca los honrats en Pere Ribera e en Pere Arnau apothecaris e en Pere Arnau, fuster96 ».

Des fourches patibulaires utilisées ordinairement : application de la peine capitale par pendaison publique

  • 97 Flocel Sabaté, « La pena de muerte... », art. cit.

26Au-delà des cas exceptionnels, la justice ordinaire du bas Moyen Âge impose régulièrement la peine de mort97. La moyenne d’exécutions annuelles dans l’ensemble du pays, dans la première moitié du XIVe siècle, est de 12,48 %, chiffre qui dans la seconde moitié du siècle se situe à 17,74 %. De nombreuses nuances conditionnent l’interprétation de ces chiffres. Les peines capitales sont beaucoup plus fréquentes dans les grandes capitales, en commençant par Barcelone, où la justice ordinaire affiche des moyennes très élevées, au-dessus de 3 par an en entrant dans la seconde moitié du XIVe siècle, chiffre qui dans la décennie des années 70 dépasse les 5, pour se situer en dessous de 4 quand le siècle s’achève. En revanche, l’application de la peine capitale est très inhabituelle dans les juridictions rurales mineures, tandis que dans celles moyennes elle reste peu élevée : en Cerdagne elle n’atteint environ qu’une exécution annuelle pendant la décennie tendue des années 70. Lors de crises sociales, soit en raison des conflits de factions ou à cause des difficultés économiques, le recours à la peine capitale augmente : en 1376, pendant la disette frumentaire, à Barcelone on applique 18 peines de mort.

  • 98 Flocel Sabaté, « Justice, juridiction et pouvoir dans la Catalogne du bas Moyen Âge », in Julie Cla (...)
  • 99 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Hsitoria, 1896, vol. I/1, p. 309.
  • 100 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, consell 1332-1333, fol. 98 vº-99 rº.
  • 101 Sebastià Riera, « La potestat del consell de Cent de Barcelona en matèria de justícia criminal : el (...)

27La diffusion du droit romain facilite, au XIIIe siècle, une homogénéisation du système judiciaire, au-dessus de la fragmentation juridictionnelle. De nombreuses villes importantes, surtout de la Catalogne occidentale, maintiennent une forte intervention des autorités locales dans le système pénal qui est considéré comme offrant peu de garanties en matière de libertés individuelles98. Pour cette raison, les états généraux de 1333 imposent que dans les cas susceptibles d’aboutir à la mutilation ou à la peine de mort, l’inculpé doit recevoir la deffensione debita99. Bien que des villes comme celle de Cervera protestent énergiquement afin de garder la costuma antiga100, les différents accords locaux permettront d’incorporer la participation populaire au déroulement des procès, notamment grâce à l’instauration d’un juí de prohoms, avec des cas bien emblématiques comme ceux de Lleida et de Barcelone101. Les tribunaux populaires imposent cependant un plus grand nombre de peines physiques et capitales : 38,5 % des sentences rendues par le juí de prohoms de Barcelone sont des sentences de mort, auxquelles il faut ajouter 50,47 % d’autres châtiments physiques.

  • 102 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1500, fol. 71 rº.
  • 103 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 15200, fol. 71 rº, 72 rº ; 1512, fol. 68 (...)
  • 104 Carme Batlle, « Les relacions entre la Seu d’Urgell i Puigcerdà a l’edat mitjana », Urgellia, 1978, (...)
  • 105 Espagne, Barcelone, AHCB, Llibre d’ordinacions, 2, fol. 16r°.
  • 106 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1913, vol. XVIII, p. 318.
  • 107 Miquel Montanya, El tribunal de coltellades. Alguns aspectes processals, Lleida, Ajuntament de Llei (...)
  • 108 Espagne, Barcelone, AHCB, Registre de Deliberacions, 22, fol. 204v°-205r°.
  • 109 Espagne, Lleida, Arxiu Municipal de Lleida (AML), Secció Administració de Justicia, Processos de cr (...)

28Mais le fait que la peine capitale soit rarement appliquée explique qu’une fois la condamnation à mort dictée, il faille réviser l’état des fourches et ensuite les réparer (adobar les forques) ou simplement les construire102. Il faudra aussi chercher le bourreau dans une capitale proche103, étant donné que seulement les grandes villes possèdent des bourreaux professionnels, chargés des exécutions physiques104. Laissant de côté les crimes considérés contre Dieu et la nature selon l’ordre divin, lesquels peuvent mériter la purification par le feu, en général, la peine de mort est appliquée tel qu’on le dit à Barcelone selon la condition sociale des individus : « Pene de mort, ço és, que si és hom de peratge o ciutadà honrat que sia escapçat e si és altre que sia penjat105 », c’est-à-dire : « si eren gentils homes de perdre lo cap, e los homes de peu esser penjats per lo coll106 ». Certaines sentences expliquent les modalités de la pendaison : « sie penjat per la gola en manera que.n muyre107 ». C’est un procédé simple mais infamant que les élites bourgeoises évitent en « préférant » l’étranglement, la noyade108 ou, plus rarement, le garrot en bois (un garrot de fust)109.

  • 110 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1525, fol. 75 rº ; 1548, non numéroté ; (...)
  • 111 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 2, fol. 22 vº.
  • 112 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1526, fol. 48 rº ; 1522, fol. 371 rº ; 1 (...)
  • 113 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1548, non numéroté.

29Pour appliquer cette peine, le condamné arrive au pied des fourches au sein d’un cortège formé de sergents (saigs) et des représentants de la juridiction : soit le bailli là où celui-ci jouit de la pleine capacité juridictionnelle soit, dans les juridictions royales, le viguier ou le sous-viguier, comme cela est habituel à Tortosa, voire le chef du guet (capdeguaita) à Barcelone. Plus inhabituelle est la pratique suivie en Roussillon, où le cortège est mené par un simple sergent, bien que monté sur un roussin (I rossí), dont le loyer coûte environ quatre sous dans la seconde moitié du XIVe siècle. L’accusé, de son côté, avance depuis la prison en général sur un animal de plus petite catégorie, qui est d’habitude un mulet, aussi payé par la cour juridictionnelle110 sauf dans les endroits où la participation municipale est importante et où les frais sont assumés par le trésor local. Partout, le transfert depuis la prison jusqu’au lieu d’exécution est accompagné par les vociférations vexatoires de la part de la population, stimulées par la cour elle-même, avec des sergents criant et rappelant le délit, en plus des musiciens, surtout des trompettes (trompadors) qui appellent à la participation du public111. L’accusé est vêtu de braies et d’une chemise. Seulement dans les cours de Roussillon et de Cerdagne les cours judiciaires apportent les deux vêtements, plus un chapeau112. Afin d’accentuer le caractère humiliant on peut obliger l’accusé à effectuer le parcours avec une corde ou un autre objet similaire au cou – « que porta penjada al coll » –, pratique réservée à des faits et à des moments graves, comme aux voleurs de grain à Barcelone pendant la disette de 1376113.

  • 114 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1525, fol. 73 vº.
  • 115 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 13, p. 125-126.
  • 116 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1475-1, fol. 79 vº.
  • 117 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 33 rº ; Clavaria 2, fol. 46 rº.
  • 118 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1913, vol. XVIII, p. 316.

30En 1385 à Perpignan la cour paye 4 sous pour louer une charrette et 1 sou pour un poteau qu’il faut mettre au milieu car le gouverneur veut ainsi que l’on montre bien les deux inculpés « mentre que·ls portaven a la forcha114 ». Il s’agit d’une mesure exceptionnelle. Dans d’autres cas considérés comme graves la même sentence peut disposer que l’accusé soit transféré en étant traîné115, ce qu’on fait avec un mulet – loué normalement pour deux sous – qui tire une baste – cela coûte un sou et demi – avec le détenu116. De manière semblable, on peut le faire rouler, en attachant l’inculpé avec des cordes à un cabaç. Il faut toujours que les premières soient neuves, tandis que le grand cabas est réutilisé autant de fois que possible117. Deux sergents veillent d’habitude à cette opération, de la même manière qu’ils s’occupent aussi de fouetter le détenu avec un outil spécifique si la sentence le spécifie (fig. 8)118.

Figure 8

Figure 8

Dessin de l’instrument pour fouetter les suppliciés dans la rue, soit comme peine propre ou comme phase préalable à d’autres peines.

Espagne, Barcelone, BC, ms. 978, fol. 100 rº

  • 119 Frederic Schwartz, Francesc Carreras, Manual de novells ardits vulgarment apellat dietari del antic (...)
  • 120 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1546-1, fol. 22 v°.
  • 121 Espagne, Lleida, AML, Secció Administració de Justícia, Processos de crims, 788, fol. 105 rº.
  • 122 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1547, fol. 110 rº.

31La sentence peut aussi infliger des amputations préalables telles que l’essorillement. Dans le cas des peines de mort prédominent les amputations préalables de poignets, signifiant ainsi la gravité de certains vols et, dans certains cas, d’assassinats. La peine est appliquée par le bourreau moyennant une coupe rapide et aussi adroite que possible à l’aide d’une hache. On préfère imposer cette peine pendant le parcours qui mène le condamné jusqu’à la fourche patibulaire, ce qui encourage les spectateurs à apostropher le malheureux. Par exemple, en 1395 à Barcelone, un accusé d’assassinat, avec circonstance aggravante pour avoir utilisé du poison, perdra les deux poignets successivement dans la rue avant d’atteindre la fourche patibulaire119. En diverses occasions on combine les sanctions préalables. Le 10 octobre 1357, à Barcelone, le captif Ali fut traîné sur un poteau, tenaillé et amputé de ses poignets avec l’aide d’une hache et un maillet, avant d’être pendu : « fo rosagat e atenayat e espuyat e pangat120 ». Aussi dans certains cas de viol, surtout quand quelqu’un de basse extraction sociale viole une mineure, la mort arrivera après l’amputation publique du membre avec lequel le délit a été commis et sa postérieure ostentation lié au cou de l’accusé pendant le reste du parcours : à Lleida en 1380 le convers Joan Guerau, accusé de violer une fille de trois ans, fut condamné à ce « que li sie tolt lo menbre en la plaç dels Polls i tolt amb lo membre al coll, corregue la vila e aprés que sie penjat per la gola121 ». Avec une plus grande fréquence, certains condamnés à mort peuvent être au préalable châtiés corporellement pour un délit de blasphème, avec l’habituelle perforation de la langue à l’aide d’un fer : « I fust de fferra en la lengua ». Dans ce cas, la cour juridictionnelle acquiert le fer pour un sou, et il est appliqué par le bourreau épaulé par des sergents, l’accusé étant attaché avec les mains dans le dos. Dans cette position, l’accusé sera juché sur l’animal et postérieurement pendu, en montrant constamment la langue perforée, laquelle reste hors de la bouche à cause du fer qui empêche de la fermer122.

  • 123 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 41 vº.
  • 124 Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge. Paris, PUF, 1999, p. (...)
  • 125 Florence Bayard, L’art du bien mourir au XVe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbon (...)
  • 126 Claude Carozzi, Visiones apocalípticas en la Edad Media. El fin del mundo y la salvación del alma, (...)
  • 127 Nicole Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998, p. 192.

32Quand l’accusé arrive à l’endroit du supplice le crieur public habituel lit la condamnation à mort, en suivant le schéma des annonces publiques importantes, qui sont également annoncées avec des instruments musicaux123. Ici on procède, dans les grandes villes du XVe siècle comme Barcelone, à la confession religieuse du coupable, en accord avec l’effort pour la rédemption éternelle que l’Église a entrepris124 dans le souci d’une « bonne » mort125 et l’usage de la confession pour parvenir à cet objectif126, le tout coïncidant avec les mesures imposées lors des exécutions en France après que Jean Gerson en a fait la demande à Charles VI en 1397127.

  • 128 Frederic Schwartz, Francesc Carreras, op. cit., vol. II, p. 126-127.
  • 129 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1522, fol. 371 rº ; 1527, fol. 281 rº-vº (...)

33En 1451, à Barcelone, on explique que l’inculpé arrive sur le « loc designat a esser penjat e fos ja confessat e pujàs per la scala128 ». L’étape qui suit l’absolution religieuse consiste à faire monter l’inculpé à une échelle en bois (fig. 2 et 3). Dans les comtés de Roussillon et de Cerdagne, on promeut un modèle de fourche patibulaire avec l’échelle en bois stable et permanente, d’une longueur d’environ dix échelons. C’est pour cela même qu’elle est souvent détériorée par les inclémences des saisons. Si elle n’est pas en bon état, il faut apporter des échelles mobiles. La répétition de ces problèmes à Perpignan explique qu’on entre dans le XVe siècle en prévoyant occasionnellement trois sous additionnels à remettre au bourreau pour les frais d’échelle si nécessaire : « al botxí per portar la scala per penjar ». Dans le reste des territoires de Catalogne, on doit toujours apporter l’échelle à chaque occasion. Toutes les cours moyennes et majeures disposent de leur propre échelle, qu’on répare ou qu’on change : à Barcelone, en 1358, on en achète une neuve : « una scala que compre nova a obs de la cort129 ». La consolidation de fourches patibulaires stables en pierre permet de compter sur deux supports verticaux stables, la barre supérieure étant en bois. Cela implique une détérioration logique, c’est pourquoi dans des endroits comme Cervera, depuis le milieu du XIVe siècle, on apporte d’ordinaire à l’échafaud aussi bien l’échelle qu’une poutre, et celle-ci y demeure installée.

Figure 9

Figure 9

Les fourches patibulaires d’Algerri, reconverties au début du XXe siècle comme évocation religieuse en guise de Croix du Calvaire.

  • 130 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria ; Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestr (...)

34Avant de monter à l’échelle il faut lier les mains du détenu – « ligaren les mans » – dans le dos à l’aide d’une corde fine – « la corda prima de les mans » –, en guise de cordelette : trunyella, ou explicitement trunyella per lligar. Dans le cas des femmes pendues il faut acquérir une corde supplémentaire, avec laquelle on attachera les jupes à leurs jambes, afin que de cette manière elles soient bien fermées, comme le décrit le sous-viguier de Barcelone en 1370. Une autre corde plus grande – dogal, soga – est réservée pour que, une fois l’accusé placé en haut de l’échelle, on la lui noue autour du cou, faisant un lien qui, par l’autre extrémité, est bien attaché à la barre horizontale. Distinguant ainsi entre « ligam e trunyella » ou entre « ligam et cordes primes », c’est-à-dire « I al coll e altre per les spatles ab corda prima a ligar les mans130 ». Il s’agit d’ordinaire de cordes en chanvre – « I soga de cànem » – et il faut toujours les changer à chaque fois.

  • 131 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1512, fol. 68 rº ; 1527, fol. 286 rº ; 15 (...)
  • 132 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1522, fol. 71 rº ; 1528, fol. 236 rº ; 15 (...)
  • 133 Jaume Riera, « La conflictivitat de l’alimentació dels jueus medievlas (segles XII-XV) », in Alimen (...)

35Enfin, l’accusé sera jeté dans le vide depuis l’échelle pour qu’il s’étrangle en étant suspendu par « los ligams ab què foren penduts », demeurant ainsi pendu par le cou : « fou pendut per son coyll131 ». Tel est le travail du bourreau qui, dans les cours du Roussillon et de Cerdagne, reçoit des gants neufs à chaque exécution, lesquels coûtent entre 10 et 12 deniers132. Il s’agit d’une mesure d’hygiène morale qui n’a pas lieu dans le reste du pays, bien que partout le bourreau partage le grief d’impureté avec des prostituées et des juifs133.

  • 134 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1475-1, fol. 79 vº.
  • 135 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1547, fol. 100 rº.

36Dans quelques cas on brûle le matériel du délit au pied du pendu, dans un but volontairement exemplaire. En 1357, un faux-monnayeur pendu à Barcelone fut accompagné du brûlage du matériel avec lequel il travaillait, ce qui généra la note comptable correspondante de 4 sous et 4 deniers dont le détail suit : « Item costa una somada de lenya per cremar una caxa ab los ferraments del dit moneder III sous [...] Item lo cresol en què foseren lo plom I sou. Item lo bastax qui porta la caxa dels ferraments IIII diners134 ». De façon semblable, le prince Jean, comme gouverneur général et depuis 1387 comme roi, fomenta des sanctions spécialement dures contre le blasphème, consistant à couper la langue à l’inculpé déjà exécuté et à la brûler à ses pieds, tel qu’on le décrit en 1369 : « Item a XXVI del mes de juny dessús dit costa entre I ligam e I ganxo e loger d’un rahor e lenya a obs de penjar e tallar la lengua e de cremar la dita lengua an Pere Antich, del loch d’Alella, lo qual fo sentenciat per lo senyor duch qui lavors ere en Barcelona a ésser penjat al porxo e a ésser-li tallada la lengua e a ésser cremada al peu de la forcha e açò per tal com havia jurat e dites leges peraules de Déu e de la Verge Maria, II sous III diners135 ».

  • 136 Antoni Cardoner, Historia de Medicina a la Corona d’Aragó (1162-1479), Barcelone, Editorial Scienti (...)
  • 137 Jaume Riera, « Penjat pels peus » in Flocel Sabaté, Claude Denjean (éd.), Cristianos y judíos en co (...)
  • 138 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 942, fol. 71 rº ; fol. 78 rº-80 rº.
  • 139 Danièle Iancu-Agou, Provincia Judaica. Dictionnaire de géographie historique des juifs en Provence (...)
  • 140 Jean Régné, History of the Jews in Aragon. Regesta and Documents 1213-1327, Jerusalem, The Magnes P (...)

37Les juifs subissent une vexation majeure en étant pendus la tête en bas, jusqu’à mourir par congestion et déshydratation après deux ou trois jours de souffrance – « com un hom és penjat per los peus triga a morir II o III dies » dit-on en 1315136 –, accentuée par les vexations continues de la part de la population qui cloue des roseaux et jette des pierres sur le corps de l’accusé. Tout au long du XIVe siècle, les monarques essayeront de limiter l’action populaire137 et accorderont des privilèges pour favoriser des morts moins cruelles, en incluant la possibilité d’appliquer la pendaison par le cou aux juifs, comme Pierre le Cérémonieux l’accorde en 1383 à Barcelone et Lleida138. Il n’y a pas, cependant, des fourches patibulaires spécifiques pour les juifs, bien que dans différentes villes de la Provence voisine, des forcas dels jusieus ou les furcae judeorum sont distinctes139. En 1291, le viguier de Barcelone exécuta un juif au cimetière judaïque, mais Jacques II le corrigea et l’obligea à transférer le pendu jusqu’aux fourches patibulaires habituelles140.

  • 141 Espagne, Vic, AHMV, Llibre de privilegis XIX, fol. 228 vº-229 rº.
  • 142 Francesc Eiximenis, Lo cristià (selecció), Albert Hauf, éd., Barcelone, Edicions 62, 1983, p. 189.
  • 143 Joaquim Sarret, op. cit., p. 83.
  • 144 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1548, non numéroté.
  • 145 Josefa Mutgé, La ciudad de Barcelona durante el reinado de Alfonso el Benigno (1327-1336), Barcelon (...)
  • 146 Carmen Batlle, La crisis social y econòmica de Barcelona a mediados del siglo XV, Barcelone, CSIC, (...)
  • 147 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1547, fol. 103 rº.

38Vu la fonction moralisatrice de toutes les exécutions, elles s’effectuaient en public dans des lieux centraux. L’Église empêchait qu’elles aient lieu près des édifices religieux ou fréquentés par des prêtres141. En fait, la ville idéale imaginée par Eiximenis dispose d’une « gran plaça e bella » où caser la Cathédrale tout en précisant qu’aucun immondice ni fourche ne puissent y traîner : « neguna immundícia ne forca deu ésser aquí ne costell142 ». En cherchant des lieux centraux, on applique d’habitude les exécutions sur la grand-place de la ville, comme à Manresa143, bien que dans toutes les villes grandes on combine d’ordinaire plusieurs endroits. Souvent on préfère exécuter sur le lieu même où le délit a été commis : « que fos penyat la hon havia fet homey » précise-t-on à propos d’un assassin à Barcelone en 1377144. En 1334, la révolte ayant éclaté à Barcelone par suite de la crise frumentaire145, elle est réprimée avec des peines de mort réalisées sur différentes fourches élevées exprès, y compris sur la place du Blé (plaça del Blat)146. Le Porxo de la Mar de la même ville, étant un lieu central et attirant les voleurs de grain, combine les deux aspects adéquats pour y dresser les fourches patibulaires, comme on l’explique en 1369 : « penjam en Abdellà qui ere moro qui·s feu xristià e hac nom Thomàs e açò per juy de prohomens per tal com havia emblat forment al porxe, on lo penjam147 ».

  • 148 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1522, fol. 366 vº-367 rº ; Esteve Gilaber (...)
  • 149 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. III, p. 42.

39Le caractère édifiant des peines capitales amène aussi les autorités à cumuler des exécutions d’aspect différent, parfois même pour les auteurs d’un même crime148. En 1472 à Barcelone, par exemple, « foren sentenciats y executats dos homens, ço és hu a penjar y l’altre levat lo puny y tallada la llengua149 ».

Des fourches patibulaires utilisées ordinairement : l’exposition des condamnés

  • 150 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 1057, fol. 83 rº.
  • 151 Francesc Carreras y Candi, « Evolució histórica dels juheus y juheissants barcelonins », Estudis Un (...)
  • 152 Fidel de Moragas, L’antiga universitat de Valls, Valls, Estampa d’Eduard Castells, 1914, p. 30.
  • 153 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1548, non numéroté.
  • 154 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1547, fol. 9 vº.
  • 155 Joaquim Sarret, op. cit., p. 83-84.
  • 156 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 29, p. 32.
  • 157 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional , 1475-1, fol. 79 vº ; 1549-1, fol. 60 vº

40L’exemplarité inhérente au pendu justifie l’exhibition permanente du supplicié. L’ostentation macabre servira d’exemple et de dissuasion aux pervers, comme le roi Pierre le Cérémonieux l’explique : « perversorum exemplo debent cunctorum occulis publice subjacere150 ». Dans certains cas particulièrement graves, le corps est montré fragmenté : en 1391 à Barcelone, deux assaillants de la juiverie furent pendus à la fourche patibulaire et exposés ensuite mais démembrés, les morceaux étant distribués en différents endroits de la ville151. Toutefois, ils sont en général exhibés entiers sur d’autres fourches. Au lendemain du jour de l’exécution, le corps du condamné est dépendu et conduit jusqu’aux fourches extérieures152, les mêmes qui remplissent une fonction symbolique à la limite du territoire communal153. C’est une tâche effectuée, sans aucun cérémonial, par trois ou quatre hommes engagés exprès, toujours de basse extraction sociale154, en général guidés par un officier juridictionnel. Lors de cette opération, si on craint que les fourches requièrent une réparation, un menuisier les accompagne. C’est ce qui se produit à Manresa en 1447, lors du transfert du corps d’un voleur depuis les fourches de la Grand-Place jusqu’à celles situées sur le Puig Bon Grau, au chemin de Barcelone, quand le sous-viguier est suivi d’un menuisier avec le personnel qui effectue le déplacement des restes155. Les cours juridictionnelles, ou les municipalités dans les zones occidentales où celles-ci maintiennent leur forte influence sur l’exercice de la justice, devront payer le matériel nécessaire, parmi lequel on trouve toujours des cordes neuves. À Tortosa, en 1392, dépendre deux hommes et faire porter leur dépouille aux fourches de Vallsera par un sergent et ses compagnons coûte 12 florins plus le sous que coûtent les cordes, ce qui fait un total de 6 livres et 12 sous156. À Barcelone en 1357, après avoir exécuté un faux-monnayeur, on donne 8 sous à quatre maures qui le dépendent et le transfèrent à Montjuich, en plus de 5 deniers pour la corde – « a IIII moros que·l despenjaren e·l portaren a Muntjuhic, VIII sous ; Item una soga altre ab que·l ligaren, V diners ». Le bourreau de la capitale du pays essayera d’accaparer ce travail, comme vers 1375, en obtenant, au tout début de la décennie suivante, l’accord économique qui lui permet de recevoir 22 sous pour chaque exécution réalisée et 11 pour chaque déplacement de cadavre. Il ne peut être remplacé qu’en cas de maladie avérée, moment où on cède toujours cette besogne à des personnages sans estime, qui reçoivent le même salaire. C’est ce qui a lieu en 1394, quand la cour du viguier engage le dénommé Lois Johan parce que le bourreau officiel était malade : « Lois Johan de linatge de tartares franch, per ço com muda en Ramon Ricart qui fo penjat al carrer dels Vigatans a les forques deffora e fo per ço lo morro de vaques era malalt157 ».

  • 158 Espagne, Lleida, AML, Llibre d’actes 402, fº29 rº-vº.

41Les fourches d’exposition sont toujours bien visibles sur les chemins, soit situées aux extrémités des territoires communaux ou proches de la ville. Ce n’est que dans des cas concrets que l’on cherche des emplacements spécifiques : en 1372, à l’entrée d’Almacelles, dans la viguerie de Lleida, un conseiller municipal de la capitale et son assassin meurent au cours de l’agression, c’est pourquoi les autorités locales de Lleida décident que le cadavre du coupable doit être exposé en permanence à l’endroit même où il a assassiné le magistrat municipal158.

  • 159 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 41 vº.
  • 160 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 711, fol. 110 vº.
  • 161 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1548, non numéroté.

42Les corps doivent bien être fixés car la longue durée de leur exposition contredit la fragilité de la décomposition due aux intempéries. Cependant, ils tombent très souvent, ce qui exige de les pendre à nouveau. Ainsi le décide le vice-gérant du procureur général de Catalogne demeurant à Cervera en 1333, à propos de la dépouille de Guillem de Cerveyló : « fo caygut de les forques e puix lo noble en Guillem de Cerveyló que hic ere feu manament que·l tornassen a les forques159 ». De même, Pierre le Cérémonieux émet un ordre similaire en ayant pris connaissance que, en 1362, deux pendus de Berga ont été renversés par le vent160. De grosses cordes neuves, du même type que celles utilisées pour les pendaisons, servent désormais à maintenir le corps en l’attachant161.

  • 162 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 1057, fol. 83 rº ; 207, fol. 131 vº.
  • 163 Jean Régné, op. cit., p. 453.
  • 164 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1496, fol. 12 rº.

43Le titulaire de la juridiction jouit d’une pleine capacité sur ces corps, et lui seul peut permettre qu’ils soient dépendus et ensevelis. Le monarque, justement, assume comme une attribution propre la concession de sépulture pour les condamnés à mort : « ad regalem preheminenciam competere solummodo dinoscuntur », ce qui fait que des parents et des amis du défunt sollicitent auprès du roi la licence pour « deponi a furca et tradi sepulture162 », assumant les coûts correspondants pour recevoir la gratia royale163. Si personne ne réclame le cadavre et que son état est considéré comme étant fort dégradé, la même autorité juridictionnelle ordonnera son enterrement. C’est une tâche qu’accomplira un sergent de la cour sans trop d’égards, comme on l’indique à Tarragone en 1372, quand on dépêche le sergent Marc Dertosa « per soterrar un penjat que era cahut de les forques de la Terra Cavada164 ».

  • 165 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 2, fol. 19 rº.

44Dans ce contexte et dans le cadre des luttes de factions, il arrive que certains cadavres soient volés, soi-disant par des parents ou des amis, malgré la sanction à laquelle ils s’exposent. C’est pourquoi cela se fait toujours très discrètement et dans le plus grand secret et que cela entraîne l’enquête immédiate des officiers ordinaires, accompagnés des magistrats locaux seulement si ceux-ci participent à l’exercice de la justice. Toutes les enquêtes débutent toujours dans l’entourage familial et dans celui de la bande du supplicié, comme cela a lieu à Cervera en 1337, quand deux magistraux locaux – paers – vont, avec des serviteurs – macips –, s’informer d’un enlèvement illicite de cadavre : « ab lo veguer a Muntfalchó e a Uluya per fer inquisició qui avie despenjat ne levat de les forques d’en Roure165 ».

  • 166 Marta Madero, Manos violentas, palabras vedadas. La injuria en Castilla y León (siglos XIII-XV), Ma (...)
  • 167 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1548, non numéroté ; 1524, fol. 229 vº.

45Le même climat de tensions explique que, avec une plus grande fréquence, les cadavres soient attaqués. Un corps, une fois délivré de son âme et soumis au phénomène de putréfaction, ne cesse pas d’être le référent de la mémoire et de l’honneur de son possesseur et, avec lui, de sa lignée. Cela explique que, à la même époque et dans d’autres pays, on commette aussi, de différente manière, des outrages à l’encontre des morts166. À Barcelone, le 24 octobre 1376, des personnes mauvaises dépendent un pendu, raison pour laquelle on ordonne qu’il fût de nouveau pendu par le bourreau qui, en plus de la corde, aura besoin d’une autre corde pour fixer le corps. En même temps, l’état dans lequel se trouve le cadavre qui a été décroché délibérément, parfois nu, valide les soupçons de motivations situées entre le vol et la vengeance particulière. Dans les comtés de Roussillon et de Cerdagne le bourreau est la personne chargée de pendre à nouveau le corps, c’est la raison pour laquelle, en 1373, à Perpignan on lui donne six sous en plus des cordes et des liens et, comme particularité de la zone, les gants167.

  • 168 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 28, non numéroté.
  • 169 Joan Segura, Història d’Igualada. Igualada, Ateneu Igualadí – Serppac, 1978, p. 189.
  • 170 Josep Maria Segara i Malla, Història de Tàrrega amb els seus costums i tradicions. Tàrrega, Museu C (...)
  • 171 France, Perpignan, ADPO, 1B-97, fol. 67 rº.

46L’exposition prolongée aux intempéries entraîne de graves problèmes de salubrité. La puanteur justifie en elle-même que les fourches soient mises hors des centres habités. Dans certains cas on doit même de nouveau déplacer les corps pour les déposer aux fourches patibulaires les plus éloignées, comme cela arrive en 1391 à Tortosa, où l’on verse 5 florins afin de déplacer des dépouilles : « an Miquel Maestre e a sos companyons qui portaren lo penjat que penjava dellà lo pont a les forques d’en Vallsera per ço com donava gran infecció de podor168 ». Étant donné ces inconvénients, les propriétaires veulent éviter que les fourches soient installées sur leurs terres, ce qui entraîne des discussions et des réclamations. À Igualada, en 1400, le conseil municipal acquiert la propriété d’un terrain de Guillem Rovira défini comme « un tros de terra meua en part plantat de ceps y en part per plantar », justement parce qu’« en lo qual tros de la terra foren construïdes les forques de dita vila169 ». Dans d’autres cas, la négociation permet de transférer les instruments d’exhibition : après l’érection des fourches de Tàrrega prop de Mor en 1322, Guillem de Guadalons, habitant dans un mas proche, se plaint de la puanteur qu’il doit supporter, jusqu’à obtenir du monarque, l’année suivante, l’autorisation pour transférer les fourches sur un terrain plus éloigné que le même propriétaire fournit170. Y compris dans des cas plus ponctuels, l’accès au monarque peut permettre de bénéficier d’indemnisations. En 1345, la veuve du notaire perpignanais Raymond Bou obtient du roi une indemnisation de six livres parce que « fuerunt erecte sive plantate furche » dans une vigne de sa propriété, où pendait un cadavre par ordre du bailli171.

  • 172 Une circonstance similaire dans d’autres lieux contemporains : Iñaki Bazán, Delincuencia y criminal (...)
  • 173 La même chose a lieu dans d’autres cadres : Nicole Gonthier, op. cit., p. 131.
  • 174 Albert Curto, Albert Martínez, « La presència del llop a l’antic terme de Tortosa durant la baixa e (...)
  • 175 Així es fa també a Sangüesa, en el regne de Navarra, el 1344 : Marcelino Beroiz, Crimen y castigo e (...)
  • 176 Espagne, Lleida, AML, Llibre d’actes 398, fol. 8 rº.
  • 177 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 297.
  • 178 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 16, p. 123.
  • 179 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 298.

47La cohabitation habituelle avec les animaux domestiques, en commençant par les chiens qui circulent librement à travers la ville, aggrave la situation. Les chiens, attirés par l’odeur, essaient de s’approprier les pendus, en parvenant parfois à arracher, à manger, à répandre dans les environs ou à introduire dans les noyaux de population des fragments des corps des condamnés en décomposition172. Les divers animaux sauvages, tant les oiseaux charognards que les loups et renards habituels, contribuent aussi aux outrages et à la dispersion des cadavres173. Dans certaines villes, on redoute que les corps pendus n’attirent les loups de la montagne, inquiétude permanente à Tortosa174. On essaie de trouver une solution en construisant un mur autour des fourches afin d’empêcher les animaux d’accéder au site175. Ainsi en décide le conseil municipal de Lleida en 1349, étant donné « que alguns tindrien per bé que les forques se tapiassen, acordà lo dit conseyll que sien tapiades e que sie acaptat de marmessories ço que costarà176 » ; Barcelone fait de même en 1382 : « com les forcas de la trinitat foren fets ab pedra ab parets closes per causa dels cans y bestias feras177 ». En réalité, le mur est insuffisant si on n’ajoute pas une fermeture définitive à l’aide d’une porte. C’est ce que le gouvernement local de Tortosa décide en 1379 : « a les forques d’en Vallsera unes portes per ço com los cans e feres hi entraven » ; 5 sous et demi ont été dépensés à ce titre : « que ha donats an Domingo Ferrer, maestre d’axa, qui feu les dites portes e les mes en la casa de les dites forques per tancadura178 ». On parlera donc de maison pour les fourches, comme à Barcelone où deux maçons sont chargés de rebâtir la maison des fourches une emplacement neuf et où elle sera plus visible : « dos mestres de casas per 50 lliures prengeren a preu fet mudar la casa ab las forcas hont se penjan los facinesoros, que és en la parròquia de Sant Andreu de Palomar prop la riera de Horta y edificarla al coll de Finestrells179 ».

La fourche patibulaire vécue et vaincue

  • 180 Martín de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Editorial Ariel, 1975, vo (...)
  • 181 Antoni Rubió i Lluch (éd.), Documents per a la història de la cultura catalana medieval, Institut d (...)
  • 182 Ernest Moliné, « Noticiari català dels segles XIV y XV », Butlletí de l’Ateneu barcelonès, 1915, 1, (...)
  • 183 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, “Papeles por incorporar”, 1379, non numéroté.
  • 184 Josep Maria Sans Travé (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, Barcelone, Departament de P (...)

48Dans la seconde moitié du XIIe siècle, par suite du fait qu’Alphonse le Chaste fait exécuter un imposteur qui se faisait passer pour son grand-père, Bertran de Born l’accusa de ce qu’il « pendet son antecessor » ; en 1285 un sirventès anonyme souhaite voir pendu le roi Pierre le Grand : « los de Aragon veirem penjar, / ni plus scampar / poiran raison, / el sieu seignor veirem ligar / et aforcar / coma lairon ; / non i serà lo premier mes180 » ; en 1392, le roi Jean Ier, en présentant Néron comme exemple de mauvais gouvernant, imagine que « mort fo portat penjat en unes forches per la ciutat de Roma181 » ; en 1396, un voyageur catalan contrarié de voir qu’à Pise on fauchait et qu’on recueillait le grain au nom de la foi, ajoute « que us dic que a la forqua vaja lur cristianisme e lur vida » ; et en 1409, en Sardaigne, « los sarts ab moltes cordes e lligams que havien aparellats se havien lexat dir que penyarien los catalans e que lurs menjarian lo fetja182 ». Cette petite sélection d’extraits peut être complétée par beaucoup d’autres mentions émanant de la vie quotidienne : en 1379 les hommes d’Anglesola expliquent qu’ils ne pourraient pas couvrir l’exigence fiscale qui leur est demandée même pas dans le cas où ils seraient menacés d’être pendus – « si·ls sabia hon penjar que no·ls porien pagar183 » – ; et, en 1464, la réticence à participer à la milice populaire, dans le contexte de la guerre civile, est exprimée avec le même sentiment que si les recrutés contraints allaient aux fourches : « par que anassen a la forcha184 ». L’omniprésence physique de la fourche patibulaire passe dans les codes avec lesquels la réalité est perçue et décrite, dans une apparente banalisation.

  • 185 On peut voir la figure de Judas pendu représenté par Canavesio en 1492 : Robert Muchembled, Diable  (...)
  • 186 Antoni Maria Parramon i Doll, Miracles de la Verge Maria, Lleida, Instituto de Estudios Ilerdenses, (...)
  • 187 Paul Friedland, Seeing justice done. The age of spectacular capital punishment in France, Oxford, O (...)
  • 188 Joan de Déu Domènech, L’espectacle de la pena de mort, Barcelone, La Campana, 2007, p. 7.
  • 189 Andreu Galera, Cardona medieval. Itinerari per la vila i la seva història, Cardona, Ajuntament de C (...)

49Toutefois le caractère inéluctable de la fourche patibulaire peut seulement être surmontée par le miracle religieux. Au début du XIIIe siècle, les miracles de la sainte Vierge à Lleida racontent le cas d’un voleur exécuté qui, trois jours plus tard était toujours en vie et affichait un visage serein : « en lo tercer dia que el fo penyat, els lo veeseren encara penyat e fan bela cara ». Or, au contraire, la mauvaise mine est propre aux pendus185. Dans le cas du voleur, on déduisit que la corde de potence n’avait pas été suffisamment serrée : « pensan se que no fors estret bé ab lo liguam, e volgueren lo hociure ab los coltells ». Mais en réalité c’était dû à l’intervention de la Vierge et c’est pour cela que, une fois dépendu, il passa le reste de ses jours dans un monastère à faire pénitence : « ere un ladre que faiya lladronicis sovent, emperò el avie en gran devoció Santa Maria, que la saludava moltes vegades186 ». L’espérance religieuse est indispensable dans la visualisation claire des pendus : « the bodies suspended between heaven and earth mirror the souls caught between salvation and damnation ». De nombreux siècles plus tard, et participant d’un autre contexte idéologique187, on portera des fragments de cordes d’exécutés jusqu’à une chapelle de la cathédrale de Barcelone, tout en cherchant à nouveau une piété religieuse qui apportera la seule rémission possible188. Tandis que les fourches domineront à l’horizon jusqu’à la fin de l’ancien régime au moins189.

Conclusions

  • 190 Flocel Sabaté, Vivir i sentir en la Edad Media. El mundo visto con ojos medievales, Madrid, Anaya, (...)

50Dans une société dominée par la symbolique médiévale190, les fourches patibulaires sont à la fois un objet et son sens, c’est-à-dire l’instrument pour appliquer la peine de mort à une population non privilégiée et le signe du pouvoir qui l’applique. C’est pour cela qu’elles adoptent une signification particulière au cœur des places urbaines, collaborant avec les discours qui prétendent soutenir le pouvoir au moyen de la gestion de sentiments comme la peur ; et sur les sommets des montagnes à côté des chemins pour visualiser une capacité juridictionnelle qui inclut les vies humaines. Cette polysémie autour de la juridiction explique que les fourches patibulaires sont embellies et portent les blasons du seigneur ou, encore plus, du pouvoir urbain dont elles dépendent. Les fourches constituent un mode de communication symbolique immédiate de ce qui est le plus élevé et le plus bas dans la juridiction : elles sont l’indicateur du pouvoir suprême, elles transmettent le savoir des juristes qui contribuent à ordonner la société au moyen de définitions comme celle de l’empire simple et mixte et, finalement, elles s’établissent sur l’axiologie et la quotidienneté de la réalité. Celle-ci montre la population participant de façon enthousiaste au spectacle autour des suppliciés qui sont mutilés et pendus et, aussi, les animaux qui se disputent avidement les restes de ce qui fut une vie humaine condamnée à mort par les codes avec lesquels on prétend préserver l’ordre social.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Sources inédites

Espagne, Barcelone, Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Cancelleria, reg. 207, 235, 240, 241, 245, 711, 942, 1057, 1702 et 1944.

Espagne, Barcelone, Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1474-1, 1475-1, 1496, 1512, 1522, 1524, 1525, 1527, 1528, 1546-1, 1547, 1548 et 1549-1.

Espagne, Barcelone, Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1500, 1512, 1522, 1524, 1525, 1526, 1527, 1528, 1548 et 15200.

Espagne, Barcelone, Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Consell de Cent, Lletres Closes, 1451-1452.

Espagne, Barcelone, Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Llibre d’ordinacions, 2.

Espagne, Camprodon, Arxiu Municipal de Camprodon (AMC), Llibre dels usos i privilegis d’Olot.

Espagne, Cervera, Arxiu Comarcal de la Segarra (ACS), Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, 2, 5, 13 et 23.

Espagne, Cervera, Arxiu Comarcal de la Segarra (ACS), Fons municipal de Cervera, Consell 1332-1333.

Espagne, Cervera, Arxiu Comarcal de la Segarra (ACS), Fons municipal de Cervera, Llibre del consell 1400.

Espagne, Gérone, Arxiu Històric de la Ciutat de Girona (AHCG), I.1.2.1, liasse 3, livre 3.

Espagne, Gérone, Arxiu Històric de la Ciutat de Girona (AHCG) XV.4, liasse 1, livre 2, non numéroté.

Espagne, Lleida, Arxiu Municipal de Lleida (AML), Llibre d’actes 402.

Espagne, Lleida, Arxiu Municipal de Lleida (AML), Secció Administració de Justicia, Processos de crims, 788 et A-822.

Espagne, Reus, Arxiu Comarcal del Baix Camp (ACBC), parchemins 12-19.

Espanya, Tarragona, Arxiu Històric de Tarragona (AHT), Papiers manuscrits, caisse 7, document 9.3.

Espagne, Tárrega, Arxiu Comarcal de l’Urgell (ACU), Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 12, 1395.

Espagne, Tárrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, Llibre de Privilegis III.

Espagne, Tortosa, Arxiu Comarcal del Baix Ebre (ACBE), Fons municipal de Tortosa, clavaria 1, 15 et 16.

Espagne, Tortosa, Arxiu Comarcal del Baix Ebre (ACBE), Fons municipal de Tortosa, Provisions, 11.

Espagne, Olot, Arxiu Comarcal de la Garrotxa (ACG), parchemins, A-212.

Espagne, Vic, Arxiu Històric Municipal de Vic (AHMV), Llibre de privilegis XIX, XXV et XXVII.

Espagne, Vic, Arxiu del Veguer de Vic (AVV), liasse de registres 4, pli 1329, non numéroté

France, Perpignan, Archives Communales de Perpignan (ACP), AA5.

France, Perpignan, Archives Départementales des Pyrénees-Orientales (ADPO) 1B-157.

France, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1B-207.

Sources éditées

Actes municipals, Francesc Cortiella, Montserrat Santmartí, Norbert Miracle (éd.), Actes municipals 1388-1389 ; 1393-1395, Tarragone, Excm. Ajuntament de Tarragona, 1988.

Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900.

Bibliographie

Altisent Agustí, Història de Poblet, Poblet, Abadia de Poblet, 1974.

Batlle Carmen, La crisis social y econòmica de Barcelona a mediados del siglo XV, Barcelone, CSIC, 1973.

Batlle Carme, « Les relacions entre la Seu d’Urgell i Puigcerdà a l’edat mitjana », Urgellia, 1978, nº 1, p. 349-362.

Bayard Florence, L’art du bien mourir au XVe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999.

Bazán Iñaki, Delincuencia y criminalidad en el País vasco en la transición de la Edad Media a la moderna. Vitoria, Servicio Central de Publicaciones del Gobierno Vasco, 1995.

Bedos-Rezak Brigitte Miriam, « Du modèle à l’image ; les signes de l’identité urbaine au Moyen Âge » in Marc Boone, Elodie Lecuppre-Desjardin, Jean-Pierre Sosson (éd.), Le verbe, l’image et les représentations de la société urbaine au Moyen Âge, Antwerpen-Apeldoom, Garantp, 2002, p. 189-205.

Beroiz Marcelino, Crimen y castigo en Navarra bajo el reinado de los primeros Evreux (1328-1349), Pampelune, Universidad Pública de Navarra, 2005.

Bertran Primo, « Documento sobre un nuevo cementerio judío en Lérida (1383) », Sefarad, 1981, nº 41/1, p. 114-120.

Bofarull i Brocà Andrés de, Anales históricos de Reus desde su fundación hasta nuestros días (1867), Reus, Asociación de Estudiosos Reusenses, 1861.

Cardona Castro Francisco-Luis, « La ciudad de Barcelona en el siglo XIV a través de sus ordenanzas municipales », Cuadernos de Historia Económica de Cataluña, 1977, nº 17, p. 57-77.

Cardoner Antoni, Historia de Medicina a la Corona d’Aragó (1162-1479), Barcelone, Editorial Scientia, 1973.

Carreras y Candi Francesc, La ciutat de Barcelona, Barcelone, Establiment Editorial de Albert Martin, sans date.

Carreras y Candi Francesc, « Evolució histórica dels juheus y juheissants barcelonins », Estudis Univresitaris Catalans, 1910, 3, p. 404-428 et 498-522

Carozzi Claude, Visiones apocalípticas en la Edad Media. El fin del mundo y la salvación del alma, Siglo Veintiuno de España editores, Madrid, 2000.

Chia Julián De, Bandos y bandoleros en Gerona. Apuntes históricos desde el siglo XIV hasta mediados del XVII, Gérone, Imprenta y librería de Pociano Torres, 1888.

Cortiella Francesc, Alcover medieval, Alcover, Centre d’Estudis Alcoverencs, 1987.

Curto Albert, Martínez Albert, « La presència del llop a l’antic terme de Tortosa durant la baixa edat mitjana », Acta historica et archaeologica Mediaevalia, 1999-2000, nº 20-21, p. 455-475.

Delcor Matías, « Dietari de Puigcerdà », Pirineos , 1957, n°43-46, p. 289-326.

Déu Domènech Joan de, L’espectacle de la pena de mort, Barcelone, La Campana, 2007.

Eiximenis Francesc, Lo cristià (selecció), Albert Hauf, éd., Barcelone, Edicions 62, 1983.

Fort Cogul Eufemià, Costumari de la Selva del Camp, Reus, Associació d’Estudiosos Reusencs, 1961.

Friedland Paul, Seeing justice done. The age of spectacular capital punishment in France, Oxford, Oxford University Press, 2012.

Galera Andreu, Cardona medieval. Itinerari per la vila i la seva història, Cardona, Ajuntament de Cardona, 2008.

Gilabert Bruniquer Esteve, Ceremonial dels magnífichs consellers y regiment de la ciutat de Barcelona, Barcelone, Imprempta d’Henrich y companyia, 1916, 5 vol.

Girona Daniel, « Itinerari del Rey en Martí (1403-1410) », Institut d’Estudis Catalans. Anuari, 1913-1914, nº 5, p. 515-655.

Gonthier Nicole, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998.

González Antonio, « Horcas, Rollos, Picotas y otros símbolos o instrumentos de la justícia en la Región de Murcia » in Homenaje al professor Juan Torres Fontes, Murcia, Universidad de Murcia – Academia Alfonso X el Sabio, 1987, vol. I, p. 661-671.

Gonzalvo Gener, Josep Hernando, Flocel Sabaté, Max Turull, Pere Verdés, Els Llibres de Privilegis de Tàrrega. Barcelona, Fundació Noguera, 1997.

Gort Ezequiel, « Un moment penós en la nostra historia: quan els tarragonins assaltaran Reus el 1349 », Universitas Tarraconensis, 1981-1982, nº 4.

Grassoti Hilda, « Hacia las concesiones de señorío con mero y misto Imperio » in Estudios en homenaje a Don Claudio Sánchez Albornoz en sus 90 años, Buenos Aires, Instituto de Historia de España, 1985, vol. III, p. 141-150.

Huertas Claveria Josep Maria, Mites i gent de Barcelona, Barcelone, Edicions 62, 2006.

Iancu-Agou Danièle, Provincia Judaica. Dictionnaire de géographie historique des juifs en Provence médiévale, Paris-Louvain, Peeters, 2010.

Junyent Eduard, La ciutat de Vic i la seva història, Barcelone, Curial, 1976.

Llorens Antoni, Solsona i el Solsonès en la història de Catalunya, Lleida, Editorial Virgili & Pagès, 1986.

López de Meneses Amada, « Una consecuencia de la peste negra en Catalunya : el pogrom de 1348 », Sefarad, 1959, nº 19, p. 321-364.

Madero Marta, Manos violentas, palabras vedadas. La injuria en Castilla y León (siglos XIII-XV), Madrid, Taurus Ediciones, 1992.

Martín José Luis, Economía y Sociedad en los reinos hispánicos de la Baja Edad Media, Barcelone, El Albir, 1983, vol. I, p. 239-254.

Martínez Ferrando Jesús-Ernest, La tràgica història dels rei de Mallorca. Barcelone, Editorial Aedos, 1979.

Mills Robert, Suspended Animation. Pain, Pleasure adn Punishment in Medieval Culture, Londres, Reaktion books, 2005.

Miravalles Luis, Los rollos jurisdiccionales. Valladolid, Castilla Ediciones, 1996.

Moliné Ernest, « Noticiari català dels segles XIV y XV », Butlletí de l’Ateneu barcelonès, 1915, 1, p. 211-220.

Montanya Miquel, El tribunal de coltellades. Alguns aspectes processals. Lleida, Ajuntament de Lleida – Pagès editors, 2007.

Moragas Fidel de, L’antiga universitat de Valls, Valls, Estampa d’Eduard Castells, 1914.

Morera Emilio, Tarragona Cristiana. Tarragone, Diputación Provincial de Tarragona, 1982.

Mutgé Josefa, La ciudad de Barcelona durante el reinado de Alfonso el Benigno (1327-1336), Barcelone, CSIC, 1987.

Muchembled Robert, Diable !, Paris, Seuil-Arte Éditions, 2002.

Oliveira Jorge de, Ana Cristina Tomàs, As forcas do distrito de Portalegre. 140 anos após a aboliçao da pena da morte, Lisbonne, Ediçoes Colibrí, 2007.

Parramon i Doll Antoni Maria, Miracles de la Verge Maria, Lleida, Instituto de Estudios Ilerdenses, 1976.

Pella y Forgàs José, Historia del Anmpurdán. Estudio de la civilización en las comarcas del noreste de Catalunya. Barcelone, Luis Tasso y Serra, impresor, 1883.

Pons Guri Josep Maria, Recull d’estudis d’Història jurídica Catalana, Barcelone, Fundació Noguera, 1989.

Prosperi Adriano, Delito e perdono. La pena di morte nell’orizonte mentale dell’Europa cristiana. XIV-XVII secolo, Turin, Giulio Einaudi editore, 2013.

Puig Ignasi, « Pariatges entre els abats de Gerri i els comtes del Pallars Sobirà i de Foix, dels segles XIV i XV », Urgellia, 1979, nº2, p. 337-377.

Rapp Francis, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge. Paris, PUF, 1999.

Régné Jean, History of the Jews in Aragon. Regesta and Documents 1213-1327, Jerusalem, The Magnes Press, The Hebrew University, 1978.

Riera Jaume, « La conflictivitat de l’alimentació dels jueus medievlas (segles XII-XV) », in Alimentació i societat a la Catalunya medieval, Barcelone, CSIC, 1988, p. 295-311.

Riera Jaume, « La destrucció del call de Barcelona », in Borja de Riquer (dir.), Història, Política, Societat i Cultura dels Països Catalans, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 1996, vol. III.

Riera Sebastià, « La potestat del consell de Cent de Barcelona en matèria de justícia criminal : el « juí de prohoms » (1442-1515) », in Salvador Claramunt (dir.), XVII Congrés d’Història de la Corona d’Aragó (Barcelona-Lleida, 2000). El món urbà a la Corona d’Aragó del 1137 als decrets de Nova Planta, Publicacions de la Universitat de Barcelona, Barcelone, 2003, p. 789-802.

Riera Jaume, « Penjat pels peus », in Flocel Sabaté, Claude Denjean (éd.), Cristianos y judíos en contacto en la edad media: polémica, conversión, dinero y convivencia, Lleida, Editorial Milenio, 2009, p. 605-622.

Riquer Martín de, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Editorial Ariel, 1975.

Rubió i Lluch Antoni (éd.), Documents per a la història de la cultura catalana medieval, Institut d’Estudis Catalans, Barcelona, 2000.

Sabaté Flocel, « Discursos i estratègies del poder reial a Catalunnya al segle XIV », Anuario de Estudios Medievales, 1995, nº 25, p. 617-646.

Sabaté Flocel, « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle XIV », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, 1995, nº 6, p. 153-159.

Sabaté Flocel, « El veguer i la vegueria de Tortosa i Ribera d’Ebre al segle XIV », Recerca, 1997, nº 2, p. 115-151.

Sabaté Flocel, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, Fundació Salvador Vives Casajuana, 1997.

Sabaté Flocel, « Els eixos articuladors del territori medieval català », in Flocel Sabaté, L’estructuració territorial de Catalunya. Els eixos cohesionadors de l’espai, L’Avenç, Barcelone, 2000, p. 55-67.

Sabaté Flocel, « Municipio y monarquia en la Cataluña bajomedieval », Historia Medieval. Anales de la Universidad de Alicante, 2000-2002, nº 13, p. 261-276.

Sabaté Flocel, « Corona de Aragón », La época medieval: administración y gobierno, Tres Cantos, Istmo, 2003, p. 330-344.

Sabaté Flocel, « El nacimiento de Catalunya. Mito y realidad », in Juan Ignacio Ruiz de la Peña (dir.), Fundamentos medievales de los particularismes hispánicos. IX Congreso de Estudios Medievales (2003), Ávila, Fundación Sánchez Albornoz, 2005, p. 224-242.

Sabaté Flocel, El sometent a la Catalunya medieval, Barcelone, Rafael Dalmau editor, 2007.

Sabaté Flocel, « La pena de muerte en la Cataluña bajomedieval », Clio& Crimen, 2007, nº 3, p. 128-135.

Sabaté Flocel, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó » in Maria Teresa Ferrer (dir.), Jaume I. Commemoració del VIII centenari del naixement de Jaume I, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 2009, vol. I, p. 61-229.

Sabaté Flocel, « Justice, juridiction et pouvoir dans la Catalogne du bas Moyen Âge » in Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, PUF, 2010, p. 283-284.

Sabaté Flocel, Vivir i sentir en la Edad Media. El mundo visto con ojos medievales, Madrid, Anaya, 2011.

Sabaté Flocel, « Ciudad e identidad en la Cataluña bajomedieval », in José Antonio Jara Fuente (éd.), Ante su identidad. La Ciudad hispánica en la Baja Edad Media, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla – La Mancha, 2013, p. 194-201.

Sabaté Flocel, « L’abus de pouvoir dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XIVe siècles) : pathologie, corruption, stratégie ou modèle ? », in Patrick Gilli (dir.), Pathologie du pouvoir, Brill, Leyde, sous presse.

Sánchez Manuel, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya (segles XII-XIV), Vic – Gérone, Eumo Editorial - Universitat de Girona, 1995.

Sans Travé Josep Maria (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, Barcelone, Departament de Presidència de la Generalitat de Catalunya, 1994.

Schwartz Frederic, Carreras Francesc, Manual de novells ardits vulgarment apellat dietari del antich consell barceloní, Barcelone, Imprenta de’n Henrich y Companyia, 1892.

Sarret Joaquim, Història de l’estat político-social de Manresa, Manresa, Imprenta i enquadernacions de Sant Josep, 1925.

Secall i Güell Gabriel, « Els camins rals medievals i les creus de terme de Valls », Monografies Vallenques, 1985, nº 3, p. 109-139.

Secall i Güell Gabriel, « Els joglars, els jocs i les fires del Valls medieval (segles XIV i XV) », Quaderns de Vilaniu, 1982, nº 2, p. 39-60.

Segara i Malla Josep Maria, Història de Tàrrega amb els seus costums i tradicions. Tàrrega, Museu Comarcal de Tàrrega, 1984.

Segura Joan, Història d’Igualada. Igualada, Ateneu Igualadí – Serppac, 1978.

Serra i Vilaró Joan, Baronies de Pinós i Mataplana. Bagà, Centre d’Estudis Baganesos, 1989.

Solà Fortià, Història de Sallent. Sallent, Institut d’Arqueologia, Història i Ciència Naturals, 1987.

Verdés Pere, « Per ço que la vila no vage a perdició ». La gestió del deute públic en un municipi català (Cervera, 1387-1516), Barcelone, CSIC, 2004.

Vila Anton, « Lo senyoriu feudal de Castellgalí (contribució a l’estudi del Feudalisme a Catalunya) », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 1913, nº 7/49, p. 47-58.

Haut de page

Notes

1 Projet de Recherche « Auctoritas. Iglesia, cultura y poder (siglos XII-XV) » (HAR-2012-31484), Ministerio de Economia y Competitividad du Gouvernement espagnol.

2 Adriano Prosperi, Delito e perdono. La pena di morte nell’orizonte mentale dell’Europa cristiana. XIV-XVII secolo, Turin, Giulio Einaudi editore, 2013, p. 353.

3 Flocel Sabaté, « El nacimiento de Catalunya. Mito y realidad », in Juan Ignacio Ruiz de la Peña (dir.), Fundamentos medievales de los particularismes hispánicos. IX Congreso de Estudios Medievales (2003), Ávila, Fundación Sánchez Albornoz, 2005, p. 224-242.

4 Flocel Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó », in Maria Teresa Ferrer (dir.), Jaume I. Commemoració del VIII centenari del naixement de Jaume I, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 2009, vol. I, p. 61-229.

5 José Luis Martín, Economía y Sociedad en los reinos hispánicos de la Baja Edad Media, Barcelone, El Albir, 1983, vol. I, p. 239-254.

6 Flocel Sabate, « Discursos i estratègies del poder reial a Catalunnya al segle XIV », Anuario de Estudios Medievales, 1995, nº 25, p. 617-646.

7 Manuel Sánchez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya (segles XII-XIV), Vic – Gérone, Eumo Editorial – Universitat de Girona, 1995, p. 114-118.

8 Flocel Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, Fundació Salvador Vives Casajuana, 1997, p. 227-234.

9 Les images choisies ont été préalablement publiées dans : Flocel Sabaté, « La pena de muerte... », art. cit..

10 Flocel Sabaté, « Corona de Aragón », La época medieval: administración y gobierno, Tres Cantos, Istmo, 2003, p. 330-344.

11 Flocel Sabaté, « Municipio y monarquia en la Cataluña bajomedieval », Historia Medieval. Anales de la Universidad de Alicante, 2000-2002, nº 13, p. 261-276.

12 Flocel Sabaté, El sometent a la Catalunya medieval, Barcelone, Rafael Dalmau editor, 2007, p. 27-132.

13 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900, vol. IV, p. 47.

14 Flocel Sabaté, « La pena de muerte en la Cataluña bajomedieval », Clio & Crimen, 2007, nº 3, p. 128-135.

15 Hilda Grassoti, « Hacia las concesiones de señorío con mero y misto imperio », in Estudios en homenaje a Don Claudio Sánchez Albornoz en sus 90 años, Buenos Aires, Instituto de Historia de España, 1985, vol. III, p. 141-150.

16 Espagne, Camprodon, Arxiu Municipal de Camprodon (AMC), Llibre dels usos i privilegis d’Olot, fol. 108 vº.

17 France, Perpignan, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1B-207, fol. 60 rº.

18 Même aspect dans d’autres espaces péninsulaires : Antonio González Blanco, « Horcas, Rollos, Picotas y otros símbolos o instrumentos de la justícia en la Región de Murcia » in Homenaje al professor Juan Torres Fontes, Murcia, Universidad de Murcia – Academia Alfonso X el Sabio, 1987, vol. I, p. 661-671 ; Luis Miravalles, Los rollos jurisdiccionales. Valladolid, Castilla Ediciones, 1996, p. 8 ; Jorge de Oliveira, Ana Cristina Tomàs, As forcas do distrito de Portalegre. 140 anos após a aboliçao da pena da morte, Lisbonne, Ediçoes Colibrí, 2007, p. 13-154.

19 Espagne, Barcelone, Arxiu de la Corona d’Aragó (ACR), Cancelleria, reg. 1702, fol.100 rº.

20 Espagne, Vic, Arxiu Històric Municipal de Vic (AHMV), Llibre de privilegis XIX, fol. 244 rº.

21 Agustí Altisent, Història de Poblet, Poblet, Abadia de Poblet, 1974, p. 229.

22 Espagne, Tárrega, Arxiu Comarcal de l’Urgell (ACU), Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 12, 1395.

23 Espagne, Vic, Arxiu del Veguer de Vic (AVV), liasse de registres 4, pli 1329, non numéroté.

24 France, Perpignan, ADPO, 1B-157, fol.1 rº-vº.

25 Anton Vila, « Lo senyoriu feudal de Castellgalí (contribució a l’estudi del Feudalisme a Catalunya) », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 1913, nº 7/49, p. 47-58, ici p. 51.

26 Espagne, Gérone, Arxiu Històric de la Ciutat de Girona (AHCG), I.1.2.1, liasse 3, livre 3, fol. 25 rº.

27 Flocel Sabaté, « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle XIV », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, 1995, nº 6, p. 153-159.

28 Josep Maria Huertas Claveria, Mites i gent de Barcelona, Barcelone, Edicions 62, 2006, p. 16-17.

29 Espagne, Tárrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 12, 1395.

30 Coral Cuadrada, « Sobre el mer i mixt imperi als senyorius feudals de la Catalunya Vella (segle XIV) », Mayurqa,1989, nº 22, p. 204.

31 Gabriel Secall i Güell, « Els camins rals medievals i les creus de terme de Valls », Monografies Vallenques, 1985, nº 3, p. 109-139, ici p. 112 ; Id., « Els joglars, els jocs i les fires del Valls medieval (segles XIV i XV) », Quaderns de Vilaniu, 1982, nº 2, p. 39-60, ici p. 49.

32 France, Perpignan, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO) 1B-364, fol. 22 rº ; Francesc Cortiella, Alcover medieval, Alcover, Centre d’Estudis Alcoverencs, 1987, p. 61 ; Eufemià Fort Cogul, Costumari de la Selva del Camp, Reus, Associació d’Estudiosos Reusencs, 1961, p. 34. Miquel Montanya, El tribunal de coltellades. Alguns aspectes processals. Lleida, Ajuntament de Lleida – Pagès editors, 2007, p. 178 ; Esteve Gilabert Bruniquer, Ceremonial dels magnífichs consellers y regiment de la ciutat de Barcelona, Barcelone, Imprempta d’Henrich y companyia, 1916, vol. V, p. 170.

33 Primo Bertran, « Documento sobre un nuevo cementerio judío en Lérida (1383) », Sefarad, 1981, nº 41/1, p. 114-120, ici p. 116.

34 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. V, p. 65, 321.

35 Joaquim Sarret, Història de l’estat político-social de Manresa, Manresa, Imprenta i enquadernacions de Sant Josep, 1925, vol. I, p. 83-84.

36 Espagne, Tortosa, Arxiu Comarcal del Baix Ebre (ACBE), Fons municipal de Tortosa, clavaria 1, fol. 6 vº.

37 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 15, p. 137.

38 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1512, fol. 68 rº.

39 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1500, fol. 71 rº.

40 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 1, fol. 7 rº et 9 rº.

41 Espagne, Tárrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, Llibre de Privilegis III, fol. 9 rº.

42 Fortià Solà, Història de Sallent. Sallent, Institut d’Arqueologia, Història i Ciència Naturals, 1987, p. 57.

43 Francesc Carreras y Candi, La ciutat de Barcelona, Barcelone, Establiment Editorial de Albert Martin, sans date, p. 337.

44 Francisco-Luis Cardona Castro, « La ciudad de Barcelona en el siglo XIV a través de sus ordenanzas municipales », Cuadernos de Historia Económica de Cataluña, 1977, nº 17, p. 57-77, ici p. 60.

45 Flocel Sabaté, « Ciudad e identidad en la Cataluña bajomedieval » in José Antonio Jara Fuente (éd.), Ante su identidad. La Ciudad hispánica en la Baja Edad Media, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla – La Mancha, 2013, p. 194-201.

46 Brigitte Miriam Bedos-Rezak, « Du modèle à l’image ; les signes de l’identité urbaine au Moyen Âge », in Marc Boone, Elodie Lecuppre-Desjardin, Jean-Pierre Sosson (éd.), Le verbe, l’image et les représentations de la société urbaine au Moyen Âge, Antwerpen-Apeldoom, Garantp, 2002, p. 189-205.

47 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 73.

48 Daniel Girona, « Itinerari del Rey en Martí (1403-1410) », Institut d’Estudis Catalans. Anuari, 1913-1914, nº 5, p. 515-655, ici p. 548.

49 Antoni Llorens, Solsona i el Solsonès en la història de Catalunya, Lleida, Editorial Virgili & Pagès, 1986, p. 266.

50 Espagne, Barcelone, Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona (AHCB), Consell de Cent, Lletres Closes, 1451-1452, fol. 131 rº.

51 Espagne, Olot, Arxiu Comarcal de la Garrotxa (ACG), parchemins, A-212.

52 Espagne, Gérone, AHCG, XV.4, liasse 1, livre 2, non numéroté.

53 Julián de Chia, Bandos y bandoleros en Gerona. Apuntes históricos desde el siglo XIV hasta mediados del XVII, Gérone, Imprenta y librería de Pociano Torres, 1888, vol. I, p. 35.

54 Espagne, Tàrrega, ACU, Fons municipal de Tàrrega, parchemins, caisse 12, 1395.

55 France, Perpignan, ADPO, 1B-207, fol. 49 rº.

56 Joan Serra i Vilaró, Baronies de Pinós i Mataplana. Bagà, Centre d’Estudis Baganesos, 1989, vol. I, p. 268-270.

57 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, reg. 1527, fol. 280 rº.

58 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 1, fol. 6 vº ; Clavaria 15, p.137.

59 Espagne, Cervera, Arxiu Comarcal de la Segarra (ACS), Fons municipal de Cervera, Clavaria 23, fol. 55 vº.

60 Joaquim Sarret, op. cit., vol. I, p. 83-84.

61 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. V, p. 65.

62 Francesc Cortiella, Montserrat Santmartí, Norbert Miracle, Actes municipals 1388-1389; 1393-1395. Tarragone, Excm. Ajuntament de Tarragona, 1988, p. 34.

63 Flocel Sabaté, « Els eixos articuladors del territori medieval català » in Flocel Sabaté, L’estructuració territorial de Catalunya. Els eixos cohesionadors de l’espai, L’Avenç, Barcelone, 2000, p. 55-67.

64 Espagne, Vic, (AHMV), Llibre de privilegis XXVII, pergamí 498.

65 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 235, fol. 144 rº ; reg. 241, fol. 81 rº ; reg. 245, fol. 132 vº ; Espagne, Gérone, AHCG, I.1.1, livre 7, fol. 77 bis rº.

66 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 240, fol. 92 rº.

67 Flocel Sabaté, « El veguer i la vegueria de Tortosa i Ribera d’Ebre al segle XIV », Recerca, 1997, nº 2, p. 115-151, ici p. 124.

68 Espagne, Gérone, AHCG, I.1.1, liasse 2, livre 1, fol. 123 rº ; I.2.1, liasse 3, fol. 34 vº ; XV.4, liasse 1, livre 4, non numéroté.

69 José Pella y Forgàs, Historia del Anmpurdán. Estudio de la civilización en las comarcas del noreste de Catalunya. Barcelone, Luis Tasso y Serra, impresor, 1883, p. 515.

70 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 72.

71 Francesc Carreras Candi, op. cit., p. 337.

72 Flocel Sabaté, El sometent..., p. 47-132.

73 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Llibre del consell 1400, fol. 64 vº.

74 Andrés de Bofarull i Brocà, Anales históricos de Reus desde su fundación hasta nuestros días (1867), Reus, Asociación de Estudiosos Reusenses, 1861, vol. I, p. 26-29.

75 Espagne, Reus, ACBC, parchemins 12-19, 13-3.

76 Ezequiel Gort, « Un moment penós en la nostra historia : quan els tarragonins assaltaran Reus el 1349 », Universitas Tarraconensis, 1981-1982, nº 4, p. 174

77 Ignasi Puig, « Pariatges entre els abats de Gerri i els comtes del Pallars Sobirà i de Foix, dels segles XIV i XV », Urgellia, 1979, nº2, p. 337-377, ici p. 352.

78 Espagne, Vic, AHMV, Llibre de privilegis XXV, parchemin 438.

79 Espagne, Tarragona, Arxiu Històric de Tarragona (AHT), Papiers manuscrits, caisse 7, document 9.3.

80 Josep Maria Pons Guri, Recull d’estudis d’Història jurídica Catalana, Barcelone, Fundació Noguera, 1989, vol. I, p. 30.

81 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 1944, fol. 61 vº ; 2302, fol. 55 rº.

82 Emilio Morera, Tarragona Cristiana. Tarragone, Diputación Provincial de Tarragona, 1982, vol. II, p. 507-576.

83 Espagne, Tarragone, AHT, Papiers manuscrits, caisse 7, nº 14.

84 Amada López de Meneses, « Una consecuencia de la peste negra en Catalunya: el pogrom de 1348 », Sefarad, 1959, nº 19, p. 321-364, ici p. 326.

85 Gener Gonzalvo, Josep Hernando, Flocel Sabaté, Max Turull, Pere Verdés, Els Llibres de Privilegis de Tàrrega. Barcelona, Fundació Noguera, 1997, p. 286-288, 315-316.

86 Jaume Riera, « La destrucció del call de Barcelona », in Borja de Riquer (dir.), Història, Política, Societat i Cultura dels Països Catalans, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 1996, vol. III, p. 283.

87 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Provisions, 11, fol. 1 rº.

88 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1915, vol. XX, p. 114, 140.

89 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1913, vol. XVIII, p. 315, 319.

90 Pere Verdés, « Per ço que la vila no vage a perdició ». La gestió del deute públic en un municipi català (Cervera, 1387-1516), Barcelone, CSIC, 2004, p. 126.

91 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, clavaria 5, fol. 19 vº.

92 Eduard Junyent, La ciutat de Vic i la seva història, Barcelone, Curial, 1976, p. 101-105.

93 Flocel Sabaté, « L’abus de pouvoir dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XIVe siècles) : pathologie, corruption, stratégie ou modèle ? » in Patrick Gilli (dir.), Pathologie du pouvoir, Brill, Leyde, sous presse.

94 Jesús-Ernest Martínez Ferrando, La tràgica història dels rei de Mallorca. Barcelone, Editorial Aedos, 1979, p. 223-235.

95 Matías Delcor, « Dietari de Puigcerdà », Pirineos, 1957, n°43-46, p. 289-326, ici p. 319.

96 France, Perpignan, Archives Communales de Perpignan (ACP), AA5, fol. 25r-v.

97 Flocel Sabaté, « La pena de muerte... », art. cit.

98 Flocel Sabaté, « Justice, juridiction et pouvoir dans la Catalogne du bas Moyen Âge », in Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, PUF, 2010, p. 283-284.

99 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Hsitoria, 1896, vol. I/1, p. 309.

100 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, consell 1332-1333, fol. 98 vº-99 rº.

101 Sebastià Riera, « La potestat del consell de Cent de Barcelona en matèria de justícia criminal : el « juí de prohoms » (1442-1515) », in Salvador Claramunt (dir.), XVII Congrés d’Història de la Corona d’Aragó (Barcelona-Lleida, 2000). El món urbà a la Corona d’Aragó del 1137 als decrets de Nova Planta, Publicacions de la Universitat de Barcelona, Barcelone, 2003, p. 789-802.

102 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1500, fol. 71 rº.

103 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 15200, fol. 71 rº, 72 rº ; 1512, fol. 68 rº.

104 Carme Batlle, « Les relacions entre la Seu d’Urgell i Puigcerdà a l’edat mitjana », Urgellia, 1978, nº 1, p. 349-362.

105 Espagne, Barcelone, AHCB, Llibre d’ordinacions, 2, fol. 16r°.

106 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1913, vol. XVIII, p. 318.

107 Miquel Montanya, El tribunal de coltellades. Alguns aspectes processals, Lleida, Ajuntament de Lleida – Pagès editors, 2007, p. 178.

108 Espagne, Barcelone, AHCB, Registre de Deliberacions, 22, fol. 204v°-205r°.

109 Espagne, Lleida, Arxiu Municipal de Lleida (AML), Secció Administració de Justicia, Processos de crims A-822, fol. 177 vº.

110 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1525, fol. 75 rº ; 1548, non numéroté ; 1547, fol. 100 rº.

111 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 2, fol. 22 vº.

112 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1526, fol. 48 rº ; 1522, fol. 371 rº ; 1524, fol. 363 rº, fol. 372 vº-273 rº.

113 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1548, non numéroté.

114 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1525, fol. 73 vº.

115 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 13, p. 125-126.

116 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1475-1, fol. 79 vº.

117 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 33 rº ; Clavaria 2, fol. 46 rº.

118 Cortes de Cataluña, Real Academia de la Historia, Madrid, 1913, vol. XVIII, p. 316.

119 Frederic Schwartz, Francesc Carreras, Manual de novells ardits vulgarment apellat dietari del antich consell barceloní, Barcelone, Imprenta de’n Henrich y Companyia, 1892, vol. I, p. 4.

120 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1546-1, fol. 22 v°.

121 Espagne, Lleida, AML, Secció Administració de Justícia, Processos de crims, 788, fol. 105 rº.

122 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1547, fol. 110 rº.

123 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 41 vº.

124 Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge. Paris, PUF, 1999, p. 152-155.

125 Florence Bayard, L’art du bien mourir au XVe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 15-172.

126 Claude Carozzi, Visiones apocalípticas en la Edad Media. El fin del mundo y la salvación del alma, Siglo Veintiuno de España editores, Madrid, 2000, p. 175.

127 Nicole Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998, p. 192.

128 Frederic Schwartz, Francesc Carreras, op. cit., vol. II, p. 126-127.

129 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1522, fol. 371 rº ; 1527, fol. 281 rº-vº ; 1528, fol. 238 rº ; 1548, non numéroté ; 1475-1, fol. 82 rº.

130 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria ; Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1527, fol. 281 vº et 286 rº ; 1548, non numéroté ; 1549-1, fol. 61 rº ; 1547, fol. 101 vº, 104 rº-vº et 108 rº ; 1525, fol. 73 vº, 81 rº et 84 vº ; 1528, fol. 236 rº, 262 vº et 275 vº ; 1524, fol. 297.

131 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1512, fol. 68 rº ; 1527, fol. 286 rº ; 1522, fol. 366 vº-367 rº ; 1524, fol. 305 rº ; Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 41 vº.

132 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1522, fol. 71 rº ; 1528, fol. 236 rº ; 1524, fol. 297 vº ; 1528, fol. 236 rº.

133 Jaume Riera, « La conflictivitat de l’alimentació dels jueus medievlas (segles XII-XV) », in Alimentació i societat a la Catalunya medieval, Barcelone, CSIC, 1988, p. 295-311, ici p. 301.

134 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1475-1, fol. 79 vº.

135 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1547, fol. 100 rº.

136 Antoni Cardoner, Historia de Medicina a la Corona d’Aragó (1162-1479), Barcelone, Editorial Scientia, 1973, p. 154.

137 Jaume Riera, « Penjat pels peus » in Flocel Sabaté, Claude Denjean (éd.), Cristianos y judíos en contacto en la edad media: polémica, conversión, dinero y convivencia, Lleida, Editorial Milenio, 2009, p. 605-622.

138 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 942, fol. 71 rº ; fol. 78 rº-80 rº.

139 Danièle Iancu-Agou, Provincia Judaica. Dictionnaire de géographie historique des juifs en Provence médiévale, Paris-Louvain, Peeters, 2010, p. 58-60.

140 Jean Régné, History of the Jews in Aragon. Regesta and Documents 1213-1327, Jerusalem, The Magnes Press, The Hebrew University, 1978, p. 448-449.

141 Espagne, Vic, AHMV, Llibre de privilegis XIX, fol. 228 vº-229 rº.

142 Francesc Eiximenis, Lo cristià (selecció), Albert Hauf, éd., Barcelone, Edicions 62, 1983, p. 189.

143 Joaquim Sarret, op. cit., p. 83.

144 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1548, non numéroté.

145 Josefa Mutgé, La ciudad de Barcelona durante el reinado de Alfonso el Benigno (1327-1336), Barcelone, CSIC, 1987, p. 44-45.

146 Carmen Batlle, La crisis social y econòmica de Barcelona a mediados del siglo XV, Barcelone, CSIC, 1973, vol. I, p. 50.

147 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1547, fol. 103 rº.

148 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1522, fol. 366 vº-367 rº ; Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. II, p. 309.

149 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. III, p. 42.

150 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 1057, fol. 83 rº.

151 Francesc Carreras y Candi, « Evolució histórica dels juheus y juheissants barcelonins », Estudis Univresitaris Catalans, 1910, 3, p. 404-428 et 498-522, ici p. 422.

152 Fidel de Moragas, L’antiga universitat de Valls, Valls, Estampa d’Eduard Castells, 1914, p. 30.

153 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1548, non numéroté.

154 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1547, fol. 9 vº.

155 Joaquim Sarret, op. cit., p. 83-84.

156 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 29, p. 32.

157 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional , 1475-1, fol. 79 vº ; 1549-1, fol. 60 vº.

158 Espagne, Lleida, AML, Llibre d’actes 402, fº29 rº-vº.

159 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 1, fol. 41 vº.

160 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 711, fol. 110 vº.

161 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1548, non numéroté.

162 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, reg. 1057, fol. 83 rº ; 207, fol. 131 vº.

163 Jean Régné, op. cit., p. 453.

164 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1496, fol. 12 rº.

165 Espagne, Cervera, ACS, Fons municipal de Cervera, Clavaria 2, fol. 19 rº.

166 Marta Madero, Manos violentas, palabras vedadas. La injuria en Castilla y León (siglos XIII-XV), Madrid, Taurus Ediciones, 1992, p. 87-88.

167 Espagne, Barcelone, ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1548, non numéroté ; 1524, fol. 229 vº.

168 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 28, non numéroté.

169 Joan Segura, Història d’Igualada. Igualada, Ateneu Igualadí – Serppac, 1978, p. 189.

170 Josep Maria Segara i Malla, Història de Tàrrega amb els seus costums i tradicions. Tàrrega, Museu Comarcal de Tàrrega, 1984, vol. I, p. 92.

171 France, Perpignan, ADPO, 1B-97, fol. 67 rº.

172 Une circonstance similaire dans d’autres lieux contemporains : Iñaki Bazán, Delincuencia y criminalidad en el País vasco en la transición de la Edad Media a la moderna. Vitoria, Servicio Central de Publicaciones del Gobierno Vasco, 1995, p. 568.

173 La même chose a lieu dans d’autres cadres : Nicole Gonthier, op. cit., p. 131.

174 Albert Curto, Albert Martínez, « La presència del llop a l’antic terme de Tortosa durant la baixa edat mitjana », Acta historica et archaeologica Mediaevalia, 1999-2000, nº 20-21, p. 455-475.

175 Així es fa també a Sangüesa, en el regne de Navarra, el 1344 : Marcelino Beroiz, Crimen y castigo en Navarra bajo el reinado de los primeros Evreux (1328-1349), Pampelune, Universidad Pública de Navarra, 2005, p. 299.

176 Espagne, Lleida, AML, Llibre d’actes 398, fol. 8 rº.

177 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 297.

178 Espagne, Tortosa, ACBE, Fons municipal de Tortosa, Clavaria 16, p. 123.

179 Esteve Gilabert Bruniquer, op. cit., vol. IV, p. 298.

180 Martín de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Editorial Ariel, 1975, vol. II, p. 683, vol. III, p. 1600.

181 Antoni Rubió i Lluch (éd.), Documents per a la història de la cultura catalana medieval, Institut d’Estudis Catalans, Barcelona, 2000, vol. I, p. 376.

182 Ernest Moliné, « Noticiari català dels segles XIV y XV », Butlletí de l’Ateneu barcelonès, 1915, 1, p. 211-220, ici p. 216-217.

183 Espagne, Barcelone, ACA, Cancelleria, “Papeles por incorporar”, 1379, non numéroté.

184 Josep Maria Sans Travé (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, Barcelone, Departament de Presidència de la Generalitat de Catalunya, 1994, p. 180.

185 On peut voir la figure de Judas pendu représenté par Canavesio en 1492 : Robert Muchembled, Diable !, Paris, Seuil-Arte Éditions, 2002, p. 30.

186 Antoni Maria Parramon i Doll, Miracles de la Verge Maria, Lleida, Instituto de Estudios Ilerdenses, 1976, p. 112.

187 Paul Friedland, Seeing justice done. The age of spectacular capital punishment in France, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 124-191.

188 Joan de Déu Domènech, L’espectacle de la pena de mort, Barcelone, La Campana, 2007, p. 7.

189 Andreu Galera, Cardona medieval. Itinerari per la vila i la seva història, Cardona, Ajuntament de Cardona, 2008, p. 61.

190 Flocel Sabaté, Vivir i sentir en la Edad Media. El mundo visto con ojos medievales, Madrid, Anaya, 2011, p. 75-87.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 19
Légende Dessin représentant une fourche patibulaire, tracé à côté du document dans lequel Pierre le Cérémonieux autorise en 1357 la démolition des fourches élevées à Tárrega à l’occasion de l’assaut du quartier juif.
Crédits Espagne, Tàrrega, ACU, Fond municipal de Tárrega, Llibre de privilegis, vol. III, fol. 9 rº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 2
Légende Dessin qui essaye de représenter les derniers mouvements du supplicié lors de son exécution, avec l’échelle à côté de la fourche d’où il pend. Il fut réalisé dans la marge du registre d’annonces publiques de la ville de Barcelone, à côté de l’ordonnance qui, en 1373, impose la peine de mort à quiconque volera du grain.
Crédits Espagne, Barcelone, AHCB, Arxiu del Batlle i del Veguer de Barcelona, X-2, fol. 71 vº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Dessin qui représente un inculpé récemment pendu, avec l’échelle encore à côté de la fourche patibulaire, dans la marge du livre d’annonces publiques où est consignée l’ordonnance qui impose en 1372 la peine de mort à quiconque assaillira un domicile d’autrui.
Crédits Espagne, Barcelone, AHCB, Arxiu del Batlle i del Veguer de Barcelona, X-2, fol. 24 vº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Dessin représentant un pendu dans la marge d’un registre d’annonces publiques de Barcelone, à côté de l’ordonnance qui en 1373 impose la peine de mort à qui tirera avec une arbalète sur quelqu’un.
Crédits Espagne, Barcelone, AHCB, Arxiu del Batlle i del Veguer de Barcelona, X-2, fol. 74 rº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 5
Légende Dessin qui représente un pendu dans la marge de l’information comprise dans le livre-journal du notaire Jaume Safont sur Antoni Avellanada, qui fut pendu en 1454 à Barcelone avec son fils.
Crédits Espagne, Barcelone, Biblioteca de Catalunya (BC), ms. 978, fol. 42 rº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 6
Légende Dessin d’un pendu à côté de l’information recueillie par le Dietari de la Generalitat de Catalunya sur une peine de mort imposée en 1456, sans garanties judiciaires, par le lieutenant général du roi Alphonse le Magnanime, son frère Jean.
Crédits Espagne, Barcelone, ACA, Diputació del General, Dietaris, 6,4, fol. 31 rº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 7
Légende Dessin qui représente l’exécution du convers Pere Dies, penjat per la gola sur la place du Blé de Barcelone en 1473.
Crédits Espagne, Barcelone, BC, ms. 978, fol. 100 rº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 8
Légende Dessin de l’instrument pour fouetter les suppliciés dans la rue, soit comme peine propre ou comme phase préalable à d’autres peines.
Crédits Espagne, Barcelone, BC, ms. 978, fol. 100 rº
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 9
Légende Les fourches patibulaires d’Algerri, reconverties au début du XXe siècle comme évocation religieuse en guise de Croix du Calvaire.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3062/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flocel Sabaté, « Les fourches patibulaires en Catalogne au bas Moyen Âge », Criminocorpus [En ligne], Les Fourches Patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire, Communications, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3062

Haut de page

Auteur

Flocel Sabaté

Professeur d’Histoire médiévale, Université de Lleida (Espagne), Groupe de recherche consolidé en études médiévales : Espai, poder i cultura.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page