Navigation – Plan du site
Communications

L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)

Pavlína Mašková et Daniel Wojtucki

Résumés

L’article a pour objectif de présenter les résultats des fouilles archéologiques préventives et programmées réalisées sur les lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne). Il s’intéresse à la typologie de ces structures (plan, matériaux de construction, etc.) et les présente comme des lieux dédiés à l’inhumation des condamnés à mort et des suicidés. Privés de sépulture chrétienne, ces défunts sont alors enterrés sans aucun soin, dans des positions et des orientations variées. En ce sens, ces quelques pages s’intéressent également à la problématique liée à l’interprétation des inhumations atypiques médiévales et modernes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse, voir : Pavlína Mašková, Jan Michálek, « Archeologický výzkum v poloze « Na šiben (...)
  • 2 Jost Auler (dir.), Richtstättenarchäologie, Dormagen, Archeotopos, 3 vols 2008-2012.

1Dès le XIXe siècle, les travaux archéologiques mentionnent des lieux d’exécution. Les découvertes fortuites de squelettes, souvent décapités, et de vestiges en pierre dans des lieux nommés « L’Échafaud », « Le Gibet », « La Justice », ont amené les archéologues à interpréter ces restes osseux comme ceux de condamnés à mort inhumés aux pieds des fourches patibulaires1. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la problématique est toutefois resserrée et connaît un fort développement, tout d’abord en Allemagne, en Suisse et en Scandinavie et, plus récemment, dans les pays d’Europe centrale2. Alors qu’en République Tchèque les recherches en la matière se font essentiellement dans le cadre de l’archéologie préventive, en Basse-Silésie, elles se font à la faveur de fouilles programmées.

L’archéologie préventive et les lieux d’exécution en République Tchèque

  • 3 Pavlína Mašková, Jan Michálek, art. cit., p. 790–809.
  • 4 Elles peuvent toutefois se trouver en dehors de l’aire sondée.

2En 1995, les fouilles préventives déroulées à Vodňany en Bohême ont mis au jour des ossements probablement associés à un lieu de justice (fig. 1)3. Cette ville royale avait obtenu le privilège de haute justice en 1400 et n’en fut privée qu’en 1765, après les réformes judiciaires de Marie-Thérèse d’Autriche. L’emplacement des fourches patibulaires est connu d’après les sources écrites, les images, les cartes et même la toponymie : le lieu s’appelle aujourd’hui « Le gibet » – Na šibenici. Les fouilles ont amené à la découverte d’un squelette complet, de quelques restes humains – des crânes avant tout – ainsi que des restes d’animaux brûlés et placés dans une fosse. Bien que les fourches patibulaires soient attestées par les sources écrites à partir de 1506, les fondations de la structure n’ont pu être retrouvées4. D’après les images, elles sembleraient être en bois.

Figure 1 : Carte de localisation des lieux d’exécution fouillés en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)

Figure 1 : Carte de localisation des lieux d’exécution fouillés en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)

Infographie : Pavlína Mašková et Jaroslav Synek

  • 5 Jürg Manser (dir.), Richtstätte und Wasenplatz in Emmenbrücke (16.–19. Jahrhundert) : Archäologisch (...)
  • 6 En français, la traduction serait “charnier pour le bétail mort”. La “Wasenplatz” était souvent pro (...)

3Un seul squelette, vraisemblablement un homme adulte, a été déposé dans une fosse creusée directement dans le substrat –180 x 60 cm pour une profondeur de 15-20 cm. Conservé dans sa position anatomique, d’orientation nord-ouest/sud-est, le squelette ne porte aucune trace de violence. Au nord-ouest du squelette, dans une fosse adjacente (100 x 90 cm), le crâne et quelques fragments d’os d’un autre adulte de sexe indéterminé ont été mis au jour. Les fouilles ont également révélé trois autres crânes ; l’un d’eux a été déposé, avec d’autres fragments osseux, dans une fosse creusée dans un niveau rocheux érodé – 50 cm de diamètre, pour une profondeur de 30 cm. Cette structure a été recouverte par un niveau de terre charbonneux plus étendue que la fosse elle-même ; des os humains brûlés et des fragments de céramiques datées des XVIIe-XVIIIe siècles lui étaient associés. Il reste difficile de dire si ces charbons correspondent à un bûcher ou aux traces laissées par les activités du bourreau qui, parfois, utilisait le feu pour « nettoyer » les lieux. Notons également la découverte d’une fosse contenant les os brûlés d’un bœuf. Éloignée de 12 m des autres structures, elle ne doit pas forcément être mise en rapport avec le lieu d’exécution : elle pourrait se rapporter aux activités préhistoriques, car sa datation est justement problématique. Il faut toutefois mentionner des découvertes d’os animaux brûlés à Emmenbrücke5 en Suisseoù le lieu a été interprétécomme une « Wasenplatz » (fig. 2)6.

Figure 2 : Vodňany. Plan du site

Figure 2 : Vodňany. Plan du site

Dessin : Jan Michálek et Pavlína Mašková

  • 7 Tchéquie, Prague, Archives Nationales (Národní Archiv Praha) (NAP), Apelační soud, sign. 145, p. 30 (...)

4Malheureusement, les sources écrites sur les fourches patibulaires de Vodňany sont peu dissertes. Les mentions connues rapportent une exécution par le feu en 1701, une pendaison en 1728 et une décapitation en 17347. Vraisemblablement, les décapitations se déroulaient ailleurs, à l’endroit où se trouvait l’échafaud, lieu qui est désigné en allemand par le terme spécifique de « Rabenstein » et en tchèque par celui de « stínadla ».

  • 8 Helena Chybová, Kroměříž zmizelá a znovu objevená aneb Historie ukrytá pod dlažbou města, Kroměříž, (...)

5En 1998, les fouilles préventives du lieu d’exécution de Kroměříž ont mis en évidence des vestiges osseux humains8. En dehors de la ville et à proximité d’un chemin, au lieu-dit « Pod Justicí » – « Sous la Justice » –, une fosse (3 x 3 m) contenant les restes d’environ cinq individus a en effet été mise au jour. Fragmentés, les os portaient des traces de broyage.

  • 9 Petr Sokol, « Šibenice v Bečově nad Teplou a archeologie popravišť [résumé en anglais « The gallows (...)
  • 10 Au moment de la rédaction de cet article, les fouilles programmées à Přimda (Bohême occidentale) on (...)

6Le seul chantier tchèque de fouilles programmées sur un lieu d’exécution est celui qui a été mené à Bečov-nad-Teplou9 en 2002. Le privilège de haute justice y est attesté à partir de 1399. Il a été supprimé en 1765 après des réformes judiciaires. Sur une éminence proche de la ville de Bečov, des vestiges de fourches patibulaires en pierre et à plan rond étaient encore visibles avant les fouilles. L’objectif de la recherche était d’étudier ce type de monument encore mal connu, essentiellement en le replaçant au sein d’une réflexion sur la haute justice, mais également de le rendre accessible au public. Les fouilles ont permis de mettre totalement au jour les fondations des fourches patibulaires. Une petite quantité de restes humains et animaux dans et autour des fondations y a été retrouvée. Les ossements étaient très fragmentés, conséquence probable du traitement du corps des pendus voué à une décomposition en plein air. Aucun squelette complet n’a été mis au jour, mais le sondage n’était cependant que très peu étendu (fig. 3)10.

Figure 3 : Bečov nad Teplou (Bohême). Fondations en pierre des fourches patibulaires

Figure 3 : Bečov nad Teplou (Bohême). Fondations en pierre des fourches patibulaires

Fouilles de 2002 (Cliché : Petr Sokol)

  • 11 Jan Michálek, « Topograficko-archeologický průzkum a výzkum šibenic v okrese Strakonice v letech 19 (...)
  • 12 Par example à Blatná, où les fondations en pierre de plan rectangulaire sont conservées.

7En Bohême du Sud, dans la région de Strakonice, la prospection archéo-topographique avait pour but de découvrir les vestiges de fourches patibulaires mentionnées dans les sources écrites et sur les cartes militaires anciennes11. Pour le territoire de l’actuelle République Tchèque, les chercheurs disposent d’une collection de cartes militaires entre 1764 et 1768, où les fourches patibulaires sont indiquées par un petit gibet. À la suite de cette investigation, un catalogue des sites livrant des fourches patibulaires attestées par les documents anciens et la prospection archéologique a été publié. Cette entreprise a permis de classer certains vestiges comme monuments historiques à protéger12.

L’étude des lieux d’exécution en Basse-Silésie (actuelle Pologne)

  • 13 Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Der mittelalterliche Galgen (...)
  • 14 Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Miejsce straceń w Miłkowie – (...)
  • 15 Paweł Duma, Daniel Wojtucki, « Wyniki archeologicznych badań sondażowych dawnego miejsca straceń w (...)
  • 16 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Wyniki badań archeologicznych na dawnym miejscu stra (...)
  • 17 Paweł Duma, Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Wyniki badań arc (...)
  • 18 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Odkrycie pozostałości szubenicy w Jeleniej Górze [ré (...)
  • 19 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Badania archeologiczne byłego miejsca straceń w Kami (...)

8Une équipe polonaise d’archéologues s’est spécialisée dans les fouilles programmées des lieux d’exécution. Pendant la dernière décennie, ils ont étudié les sites de Lubań13, de Miłków14, de Złoty Stok15, de Lubomierz16, de Wojcieszów17, de Jelenia Góra18 et de Kamienna Góra19. Dans quelques cas, les fondations de fourches patibulaires étaient encore conservées et visibles, comme par exemple à Lubań, à Miłków et à Wojcieszów (fig. 4).

Figure 4 : Miłków (Basse-Silésie). Vestiges des fourches patibulaires

Figure 4 : Miłków (Basse-Silésie). Vestiges des fourches patibulaires

(Cliché : Daniel Wojtucki)

9Cependant, beaucoup de fourches patibulaires avaient disparu du paysage. En utilisant les anciennes cartes militaires et les sources écrites, les archéologues choisissent les localités susceptibles d’en posséder. Après prospection sur le terrain, ils déterminent le lieu de sondage et, s’ils réussissent à découvrir des fondations, des fouilles sont alors programmées. Cette méthode a été employée pour le site de Złoty Stok : attestées sur la carte militaire de Christian Wrede – milieu du XVIIIe siècle –, et après une prospection archéologique positive, des fouilles y ont été conduites (fig. 5).

Figure 5 : Złoty Stok (Basse-Silésie). Fondations en pierre des fourches patibulaires et inhumations

Figure 5 : Złoty Stok (Basse-Silésie). Fondations en pierre des fourches patibulaires et inhumations

Fouilles de 2011 (Cliché : Daniel Wojtucki)

10
Parmi plusieurs fouilles de lieux d’exécution en Basse-Silésie, nous avons choisi de présenter celles de Lubań et de Miłków et, parce que plus récentes, celles de Jelenia Góra et de Kamienna Góra.

  • 20 Daniel Wojtucki, Publiczne miejsca straceń na Dolnym Śląsku od XV do połowy XIX wieku [résumé en al (...)

11Les fourches patibulaires en pierre de Lubań ont été construites en 1492. Entre les années 1492 et 1777, environ soixante exécutions s’y sont déroulées, aussi bien par pendaison, par décapitation, que par la roue, le bûcher et l’enterrement vivant. Les criminels condamnés à subir le supplice de la noyade et les suicidés étaient également enterrés en ces lieux. Les sources écrites attestent également de l’existence, au début du XVe siècle, d’un gibet en bois ayant précédé les fourches patibulaires de pierres20.

12Les fouilles ont amené à la découverte de deux squelettes mis en terre à proximité des fondations en pierre. Si l’un des d’eux n’a pu être repéré que par le négatif laissé par ses os dans la terre, l’autre, celui d’un homme, a été endommagé par une tranchée de la Seconde Guerre mondiale. Il est néanmoins évident que la fosse était plus petite que les squelettes qu’elle contenait (1,3 x 0,5 m) : les morts ont dû y être déposés dans une position contrainte et non naturelle (fig. 6).

Figure 6 : Lubań (Basse-Silésie). Un des squelettes découverts

Figure 6 : Lubań (Basse-Silésie). Un des squelettes découverts

(Cliché : Daniel Wojtucki)

  • 21 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 187–190.

13Des fragments d’os humains et de céramiques ont également été découverts à l’intérieur de cette structure. Parmi le mobilier mis au jour, le plus marquant est incontestablement une chaîne associée à trois vertèbres cervicales : C2, C3 et C4 (fig. 7). Plus solide qu’une corde, la chaîne métallique était utilisée pour pendre et proroger la pendaison. Située à l’intérieur même des fourches, il reste probable que la fosse remplie de fragments d’os humains fonctionnait comme un « réceptacle » pour les dépouilles de condamnés. Associées aux autres découvertes de Lubań, celles d’éléments vestimentaires – boucles, boutons – certifient que les condamnés étaient habillés lors de leur exécution et/ou de leur inhumation21.

Figure 7 : Lubań (Basse-Silésie). Chaîne servant à la pendaison des suppliciés

Figure 7 : Lubań (Basse-Silésie). Chaîne servant à la pendaison des suppliciés

(Cliché : Daniel Wojtucki)

  • 22 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 190–203 ; Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel (...)

14Réalisées entre 2007 et 2009, les résultats des fouilles à Miłków fournissent un grand nombre d’informations sur l’inhumation dans les lieux d’exécution. Les fourches patibulaires, construites en pierre en 1677, sont encore visibles de nos jours. Elles respectent un plan rond et sont directement bâties sur la roche. Elles sont accompagnées de sept fosses à inhumation – dont deux doubles – également creusées dans le substrat rocheux. Les investigations de terrain ont mis au jour les restes de neuf individus. Notons également que des fragments d’os humains ont été découverts à l’intérieur même des fourches patibulaires, ainsi qu’une quantité de fragments céramiques à proximité22.

15Le premier squelette est celui d’un homme d’environ 55 ans. Il a été déposé sur le ventre dans une fosse d’environ 16 cm de profondeur et recouverte par des pierres. Le squelette numéro 2 est couché directement sur le substrat rocheux et lui aussi sur le ventre. La position des mains levées au-dessus de la tête et des jambes légèrement fléchies semble indiquer que le mort a été jeté dans la fosse avant d’être recouvert. L’inhumation numéro 3 est double : elle contient deux individus décapités dont les crânes manquent. Un des squelettes est couché sur le dos, l’autre sur le flanc. Dans la fosse numéro 4, un décapité est déposé sur le dos, mais son crâne a été placé entre ses jambes, la face tournée vers le fond de fosse (fig. 8).

Figure 8 : Miłków (Basse-Silésie). Inhumations n°2-4

Figure 8 : Miłków (Basse-Silésie). Inhumations n°2-4

(Cliché : Daniel Wojtucki)

16L’inhumation double numéro 5 est celle d’un homme et d’une femme d’âge mûr. Tous deux déposés sur le dos, leur crâne a été séparé et déplacé. Deux autres crânes ont également été mis au jour non loin de leurs pieds. Leur gril costal gauche présente des traces de pieux. Il est bien possible que cette inhumation soit celle de Georg et Maria Exner. Toute la famille Exner – le père, la mère, le fils et la fille – a été décapitée en 1701 pour le meurtre d’un nouveau-né et pour crime d’inceste. La chronique de Miłków rapporte que les corps des parents furent transpercés d’un pieu et enterrés dans la même fosse (fig. 9). La fosse numéro 6 est celle d’un jeune homme décapité. Couché sur le dos, son crâne placé entre ses jambes, il a le visage tourné vers le fond de la fosse. La dernière inhumation est celle d’une jeune fille. Son squelette, en position anatomique, ne présente aucune trace de violence. Si les auteurs de la fouille envisagent la mise en terre d’une suicidée, il reste envisageable d’imaginer une criminelle exécutée par un moyen ne laissant aucune marque sur l’os – noyade, etc.

Figure 9 : Miłków (Basse-Silésie). Inhumation double n°5

Figure 9 : Miłków (Basse-Silésie). Inhumation double n°5

(Cliché : Daniel Wojtucki)

17Si l’étude des sources écrites ne rapporte à l’heure actuelle que quatre pendaisons et cinq décapitations entre les années 1684 et 1715, l’apport majeur reste celui de la fouille de Miłków. À ce titre, notons que des éléments de vêtements et de chaussures confirment que les criminels étaient vêtus lors de leur exécution et de leur inhumation.

18Les fouilles les plus récentes ont été réalisées en 2012 à Jelenia Góra et en 2013 à Kamienna Góra. Les fourches patibulaires de Jelenia Góra étaient construites en pierre. Si les fouilles ont permis de retrouver la morphologie de l’édifice, elles ont également mis au jour des tuiles correspondant à la toiture de l’entrée du bâtiment. Dressées au XVIe siècle, elles ont été détruites en 1778 à cause de la construction d’une forteresse à cet endroit. Pour cette raison d’autres fourches patibulaires furent bâties en 1779 à environ 1,3 km au sud-est ; elles ont été démontées en 1836. Grâce à une prospection archéologique, les vestiges de ces autres fourches ont été repérées en 2013 : ils ont été fouillés durant l’été 2014.

  • 23 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Odkrycie pozostałości szubenicy w Jeleniej Górze...  (...)

19Les fouilles des premières fourches de Jelenia Góra riment avec une grande quantité de fragments d’os humains – plus de neuf cent – et animaux – une centaine – trouvés à l’intérieur des fondations de la structure. L’analyse anthropologique atteste qu’il s’agit d’au moins treize individus adultes de sexe masculin. Les sources écrites rapportent qu’une cinquantaine d’exécutions ont été perpétrées sur le site, mais également que l’espace adjacent, nommé dans les textes « Schind-Anger » – « Le pré du bourreau » –, servait de dernière demeure aux suicidés (fig. 10)23.

Figure 10 : Jelenia Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des premières fourches patibulaires

Figure 10 : Jelenia Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des premières fourches patibulaires

Fouilles de 2012 (Cliché : Daniel Wojtucki)

  • 24 Paweł Duma, Daniel Wojtucki, « Drugie miejsce straceń w Jeleniej Górze... », art. cit.

20Les fondations des secondes fourches de Jelenia Góra ne sont conservées que sous la forme d’empreintes – négatif des murs – qui laissent toutefois apparaître un plan rond24. En plus de la découverte d’ossements humains et animaux, de fragments céramiques et d’une hache, ajoutons celle de pierres entourant le lieu d’exécution. Cette clôture est attestée dans un texte de 1779 : l’espace était délimité par 12 pierres marquées d’une croix. Une de ces pierres a été retrouvée en prospection à environ 30 mètres du site (fig. 11).

Figure 11 : Jelenia Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des secondes fourches patibulaires

Figure 11 : Jelenia Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des secondes fourches patibulaires

Fouilles de 2014 (Cliché : Daniel Wojtucki)

  • 25 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 316–317 ; Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Badania arch (...)

21Déroulées en 2013, les investigations de terrain menées à Kamienna Góra ont permis de mettre totalement à jour les fondations en pierre de la structure patibulaire. Ces vestiges étaient associés à un grand nombre de restes humains et animaux – dans et autour des fondations – portant, pour certains, des marques de feu. Les sources écrites attestent d’une « Wasenplatz » et d’au moins 12 exécutions entre 1654 et 1778 (fig. 12)25.

Figure 12 : Kamienna Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des fourches patibulaires

Figure 12 : Kamienna Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des fourches patibulaires

Fouilles de 2013 (Cliché : Daniel Wojtucki)

Image des fourches patibulaires et devenir du corps des criminels

22Force est de constater que les différentes investigations de terrain, couplées à une étude de la documentation textuelle, mettent en évidence le mode de construction des fourches patibulaires modernes – utilisation du bois, de la pierre, fondations et élévations, tuiles, etc. – et permettent de préciser une chrono-typologie. Bien qu’elles soient attestées par les documents médiévaux, comme à Lubań ou à Vodňany par exemple, aucun témoignage archéologique sûr ne permet, pour le moment, de restituer des édifices en bois. Les structures en pierre sont quant à elles datées entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIIIe siècle.

23Le plan rond est typique pour la Basse-Silésie. Il est toujours associé à une construction en pierre et agrémenté de 3 ou, plus rarement, de 4 piliers. En Bohême, en plus des fourches patibulaires cylindriques, celles de forme rectangulaire sont également connues – Blatná, Železný Brod, Klatovy, Pardubice.

  • 26 Dans les sources apparaît souvent l’expression « zum Abschau und Beispil » : Tchéquie, Prague, NAP, (...)
  • 27 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 183-184.

24Les fourches patibulaires ne sont pas que des lieux d’exécution, elles fonctionnent aussi comme un lieu d’inhumation pour les condamnés à mort et, d’après les sources écrites, pour les suicidés. Les morts semblent y avoir été enterrés sans aucun soin, jetés dans des positions et des orientations variées. À Miłków, le creusement des fosses dans le substrat rocheux et la couverture des sépultures par les pierres sont toutefois remarquables : elles témoignent d’une pratique s’éloignant d’un outrage dans la mort. Les sources écrites témoignent toutefois que le cadavre des criminels, publiquement exposé, pouvait servir à l’exemplarité judiciaire26. Les corps pendus restaient alors aux poutres patibulaires jusqu’à un stade avancé de décomposition, les têtes des décapités fichées sur des pieux, le corps des criminels ayant subi le supplice de la roue exposés sur celle-ci durant un temps plus ou moins long. Aussi, les morceaux de corps pouvaient-ils se détacher et le bourreau, après quelque temps, les « balayait » et les déposait dans une fosse avec les dépouilles des autres criminels27. Cette pratique correspond bien aux découvertes des fosses remplies de fragments d’os humains dans et autour des fourches patibulaires.

25Les fragments de céramique peuvent provenir de vases utilisés par le bourreau, mais aussi, pendant les réparations des fourches, par les artisans. Pour les lieux où une « Wasenplatz » peut être restituée, il est tout à fait probable que le bourreau utilisait de petits récipients pour les médicaments qu’il fabriquait avec les graisses animales et les os des animaux brûlés.

26L’existence des fourches patibulaires médiévales dans notre région reste une réelle problématique. Si la documentation textuelle certifie que de telles structures ont été construites au cours du XVe siècle – Lubań, Vodňany, Namysłów –, elle est plus laconique pour le XIVe siècle – Legnica 1378, Wrocław 1346 –, alors que certaines villes royales avaient obtenu du souverain le privilège de haute justice dès le XIIIe siècle28. La forme des structures de cette époque est mal connue, souvent appréciable par l’unique voie de rares sources iconographiques. Pourtant, des mentions générales sur les fourches prennent place dans les légendes et les chroniques latines de la fin du Xe siècle (« patibula »)29, mais également slaves au tournant des Xe-XIe siècles30. Étymologiquement parlant, le terme pour les fourches en vieux tchèque et en polonais provient du mot signifiant « cingler, fouetter, flageller31 ». Il semble renvoyer à la colonne sur laquelle les criminels étaient flagellés. Il est remarquable que des mentions de fourches apparaissent dans les légendes du saint Wenceslas, Václav en tchèque, duc régnant de 921 à 935 environ. Cette documentation le présente comme un souverain juste et bon, un saint paisible et miséricordieux qui avait détruit les fourches patibulaires de son pays et, surtout, n’avait pas voulu en construire de nouvelles.

  • 32 Cécile Treffort, « Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funé (...)

27Notre dernière réflexion porte sur le devenir du corps des condamnés à mort au haut Moyen Âge : jouissaient-ils d’une inhumation ? Pouvaient-ils reposer au sein des cimetières « ordinaires » comme les ecclésiastiques le préconisaient depuis Césaire d’Arles jusqu’à Gratien32 ? Avec toute la différence qu’il existe entre les normes et la réalité, cette pratique pourrait être mise en rapport avec les quelques « inhumations atypiques » mises au jour dans les nécropoles tchèques.

  • 33 Bořivoj Nechvátal, Radomyšl. Raně středověké pohřebiště [résumé en allemand Das frühmittelalterlich (...)
  • 34 Dans sa publication de 1968, l’auteur des fouilles envisage qu’il pourrait s’agir d’un sacrifice. O (...)

28Datée du XIIIe siècle, le cimetière de Radomyšl en Bohême du Sud comporte, parmi 463 sépultures, quelques structures atypiques33. Ainsi, le vieillard de la tombe 157 a les jambes fléchies, peut-être liées ; la jeune fille de la tombe 410 avait peut-être les jambes liées au niveau des genoux ; l’homme de la tombe 347 est couvert de pierres sur la tête, la poitrine et le bassin ; l’homme décapité de la tombe 40 a été déposé dans une orientation différente : pieds à l’ouest, tête à l’est. Toutes ces tombes sont localisées aux marges de l’espace funéraire. Les fouilles de la nécropole à Brandýsek, proche de Prague, datée des IXe-Xe siècles, ont mis au jour d’autres inhumations atypiques. Dans la tombe 14, un homme a d’abord été déposé puis, tous deux décapités, se superposent une femme et un enfant. Leur crâne se trouvait dans la partie inférieure de la fosse34. Le cadavre de la tombe 16 a quant à lui été positionné sur le ventre.

  • 35 Henri Duday, The archaeology of the Dead: Lectures in Archaeothanatology, Oxford – Oakville (Ct.), (...)
  • 36 Jaroslav Špaček, « Slovanské pohřebiště s projevy vampyrismu z Čelákovic [résumé en allemand « Die (...)
  • 37 En français, seule la périphrase « lieu où l’on déposait les charognes et où l’on passait la herse  (...)
  • 38 Dans la tombe 5, le défunt a les poings liés dans le dos. Le mort de la tombe 6 a son crâne séparé (...)
  • 39 Michala Drahošová, Vampýři a vampirismus v archeologických publikacích z pohledu tafonomie a forenz (...)
  • 40 Pavlína Mašková, « Kotázce interpretace kostrového pohřebiště « s projevy vampyrismu » v Čelákovicí (...)

29Jusqu’à présent, de nombreux archéologues tchèques ont interprété toutes ces pratiques atypiques comme des anomalies et des mesures dites « anti-vampiriques ». Ce n’est que récemment, à l’aune des avancées scientifiques en matière d’inhumation de criminels et d’exclus, mais également grâce aux apports de l’archéo-anthropologie sur les processus taphonomiques, que les pratiques et les inhumations atypiques sont aujourd’hui différemment perçues35. Parmi de nombreux exemples, celui de Čelákovice – Bohême – est probant. Cette « nécropole » incorrectement datée des Xe-XIe siècles, a longtemps été considérée comme l’exemple par excellence de la « nécropole des vampires »36. Au lieu-dit « Mrchovláčka »37, espace situé extra muros, les fouilles préventives de 1966 ont mis au jour 11 fosses. Elles contenaient 14 hommes inhumés dans des orientations différentes, des positions corporelles variées et sans mobilier38, exceptées 5 boucles de fer qui ont fourni une mauvaise datation. Les recherches récentes attestent en effet de la présence de ces mêmes boucles dans les tombes à partir du haut Moyen Âge, et cela jusqu’à l’époque moderne. Ce sont des boucles très ordinaires, qui ne peuvent absolument pas permettre de fournir une datation resserrée. Si l’on considère la question du traitement corporel et de l’organisation spatiale, on s’aperçoit que les mêmes situations ont été repérées sur les lieux d’exécution. S’il est évident que la décapitation et le liage des poings et/ou des pieds peuvent être la conséquence d’un supplice – tout comme une position atypique peut être le résultat d’un enterrement sans soin –, il demeure inévitable de prendre en compte l’ampleur des processus taphonomiques39. La ville de Čelákovice disposant du pouvoir de haute justice au moins au XVIIe siècle, il reste concevable que ces fouilles anciennes aient mis au jour, soit le lieu d’exécution, soit un espace destiné à l’inhumation des condamnés à mort, des suicidés ou, plus généralement, des exclus40.

Haut de page

Bibliographie

Sources non éditées

Tchéquie, Prague, Archives Nationales (Národní Archiv Praha) (NAP), Apelační soud, sign. 145, p. 300 ; sign. 159, p. 266 ; sign. 162, p. 80

Sources éditées 

Crescente fide, éd. Josef Emler, in Fontes rerum Bohemicarum I, Pragae 1873, p. 183-190.

Druhá staroslověnská legenda o sv. Václavu, éd. J. Vašica, in Josef Vajs (dir.), Sborník staroslovanských literárních památek o sv. Václavu a sv. Ludmile, Prague, 1929, p. 71-135.

Legenda Christiani. Vita et passio sancti Wenceslai et sancte Ludmile ave eius, éd. Jaroslav Ludvíkovský, Prague, 1978.

Bibliographie

Auler Jost (dir.), Richtstättenarchäologie, Dormagen, Archeotopos, 3 vols 2008-2012.

Bernard Antoine, La sépulture en droit canonique. Du Décret de Gratien au concile de Trente, Paris, Domat-Montchrestien – F. Loviton, 1933.

Chybová Helena, Kroměříž zmizelá a znovu objevená aneb Historie ukrytá pod dlažbou města, Kroměříž, Muzeum Kroměřížska, 2009.

Drahošová Michala, Vampýři a vampirismus v archeologických publikacích z pohledu tafonomie a forenzní antropologie, Mémoire de Licence soutenu à la Faculté des Sciences (Naturelles) à Université Charles à Prague, Praha, 2012.

Duday Henri, The archaeology of the Dead : Lectures in Archaeothanatology, Oxford – Oakville (Ct.), Oxbow Books – David Brown Book Co., 2009.

Duma Paweł, Daniel Wojtucki, « Drugie miejsce straceń w Jeleniej Górze w świetle badań archeologicznych i historycznych [résumé en allemand « Archäologische Untersuchungen auf dem zweiten Hinrichtungsplatz in Jelenia Góra/Hirschberg »], Pomniki Dawnego Prawa, 2014, 26, p. 24-39.

Duma Paweł, Daniel Wojtucki, « Wyniki archeologicznych badań sondażowych dawnego miejsca straceń w Złotym Stoku w 2010 r. [résumé en allemand « Die ehemalige Richtstätte in Reichenstein/Złoty Stok : Forschungsergebnisse des Jahres 2010 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2011, 13, p. 10-17.

Duma Paweł, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Badania archeologiczne byłego miejsca straceń w Kamiennej Górze w 2013 roku [résumé en allemand « Archäologische Forschungen an der ehemaligen Hinrichtungsstätte in Landeshut im Jahr 2013 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2014, 25, p. 10-23.

Duma Paweł, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Odkrycie pozostałości szubenicy w Jeleniej Górze [résumé en anglais « The discovery of remnants of Gallows in Jelenia Góra »], Rocznik Jeleniogórski, 2012, 44, p. 49–66.

Duma Paweł, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Wyniki badań archeologicznych na dawnym miejscu straceń w Lubomierzu w 2010 roku [résumé en allemand « Die Ergebnisse von archäologischen Untersuchungen an der ehemaligen Richtstätte in Liebenthal/Lubomierz in Niederschlesien in 2010 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2010, 10, p. 4-13.

Duma Paweł, Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Wyniki badań archeologicznych szubienicy w Wojcieszowie w 2009 roku [résumé en allemand « Die archäologischen Grabungen am Galgen in Kauffund im Jahre 2009 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2009, 8, p. 4-21.

Francek Jindřich, Šimek Tomáš, Hrdelní soudnictví českých zemí, Pardubice, 1995.

Grenda Krzysztof, Paternoga Marcin, Rutka Honorata, Wojtucki Daniel, « Miejsce straceń w Miłkowie – badania archeologiczne 2009 rok [résumé en allemand « Die Richtstätte in Miłków – archäologische Grabungen 2009 »] », Pomniki Dawnego Prawa, 2009, 7, p. 14-28.

Grenda Krzysztof, Paternoga Marcin, Rutka Honorata, Wojtucki Daniel, « Der mittelalterliche Galgen in Lauban im Lichte der archäologischen Grabungen von 2003–2004 », in Louis Carlen (dir.), Forschungen zur Rechtsarchäologie und Rechtlichen Volkskunde 22, Zürich – Bâle – Genêve, Schulthess Verlag, 2005, p. 257–275.

Kytlicová Olga, « Slovanské pohřebiště v Brandýsku [résumé en allemand « Das slawische Gräberfeld von Brandýsek »] », Památky archeologické, 1968, 59 (1), p. 193-248.

Manser Jürg (dir.), Richtstätte und Wasenplatz in Emmenbrücke (16.–19. Jahrhundert) : Archäologische und historische Untersuchungen zur Geschichte von Strafrechtspflege und Tierhaltung in Luzern, I, Bâle, 1992.

Mašková Pavlína, « Kotázce interpretace kostrového pohřebiště « s projevy vampyrismu » v Čelákovicích [résumé en allemand « Zur Frage der Interpretation des Skelettgräberfeldes « mit Äusserungen des Vampyrismus » in Čelákovice] », Studia mediaevalia Pragensia, 2005, 5, p. 9-19.

Mašková Pavlína, « Dovětek o čelákovickém « pohřebišti s projevy vampyrismu » [résumé en allemand « Annex zur « Begräbnisstätte mit Anzeichen von Vampirismus » in Čelákovice] », Středočeský sborník historický, 2010, 36, p. 128-133.

Mašková Pavlína, Jan Michálek, « Archeologický výzkum v poloze « Na šibenici » ve Vodňanech (okres Strakonice) : Příspěvek k archeologii popravišť [résumé en allemand : « Archäologische Grabung in der Flur « Na šibenici » (« Am Galgen ») bei Vodňany (Bezirk Strakonice) : Ein Beitrag zur Archäologie der Hinrichtungsstätten in Böhmen]», Archeologické rozhledy, 2006, 58, p. 790–809.

Michálek Jan, « Topograficko-archeologický průzkum a výzkum šibenic v okrese Strakonice v letech 1995-2005 (Předběžná zpráva) », Archeologické výzkumy v jižních Čechách, 2006, 19, p. 303–323.

Nechvátal Bořivoj, Radomyšl. Raně středověké pohřebiště [résumé en allemand Das frühmittelalterliche Gräberfeld in Radomyšl], Prague, 1999.

Olivová-Nezbedová Libuše, « Lidská spravedlnost zachycená pomístními jmény v Čechách », in Sborník rozprav k sedmdesátým narozeninám univ. prof. PhDr. Ivana Lutterera, CSc. (= Onomastické práce IV), Prague, 2000, p. 355–388.

Špaček Jaroslav, « Slovanské pohřebiště s projevy vampyrismu z Čelákovic [résumé en allemand « Die Slawische Grabstätte von Čelákovice mit Spuren des Vampirismus »] », Časopis Národního muzea, 1971, 140, p. 190-217.

Sokol Petr, « Šibenice v Bečově nad Teplou a archeologie popravišť [résumé en anglais « The gallows at Bečov nad Teplou and the archaeology of places of execution »], Archeologické rozhledy, 2003, 55, p. 736–766.

Treffort Cécile, « Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du VIe au Xe siècle », in Henri Galinié, Élisabeth Zadora-Rio (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Tours, Actes du 2e colloque ARCHEA (Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994) (Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 11), Tours, FÉRACF, 1996, p. 55-63.

Vašica Josef, « Druhá staroslověnská legenda o sv. Václavu », in Josef Vajs (dir.), Sborník staroslovanských literárních památek o sv. Václavu a sv. Ludmile, Praha, 1929.

Wojtucki Daniel, Publiczne miejsca straceń na Dolnym Śląsku od XV do połowy XIX wieku [résumé en allemand Öffentliche Richtstätten in Niederschlesien vom 15. bis Mitte des 19. Jahrhunderts], Katowice, Zamek Chudów, 2009.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse, voir : Pavlína Mašková, Jan Michálek, « Archeologický výzkum v poloze « Na šibenici » ve Vodňanech (okres Strakonice) : Příspěvek k archeologii popravišť [résumé en allemand : « Archäologische Grabung in der Flur « Na šibenici » (« Am Galgen ») bei Vodňany (Bezirk Strakonice) : Ein Beitrag zur Archäologie der Hinrichtungsstätten in Böhmen]», Archeologické rozhledy, 2006, 58, p. 790–809.

2 Jost Auler (dir.), Richtstättenarchäologie, Dormagen, Archeotopos, 3 vols 2008-2012.

3 Pavlína Mašková, Jan Michálek, art. cit., p. 790–809.

4 Elles peuvent toutefois se trouver en dehors de l’aire sondée.

5 Jürg Manser (dir.), Richtstätte und Wasenplatz in Emmenbrücke (16.–19. Jahrhundert) : Archäologische und historische Untersuchungen zur Geschichte von Strafrechtspflege und Tierhaltung in Luzern, I, Bâle, 1992, p. 68–72.

6 En français, la traduction serait “charnier pour le bétail mort”. La “Wasenplatz” était souvent proche du lieu d’exécution.

7 Tchéquie, Prague, Archives Nationales (Národní Archiv Praha) (NAP), Apelační soud, sign. 145, p. 300 ; sign. 159, p. 266 ; sign. 162, p. 80.

8 Helena Chybová, Kroměříž zmizelá a znovu objevená aneb Historie ukrytá pod dlažbou města, Kroměříž, Muzeum Kroměřížska, 2009, ici p. 203–204.

9 Petr Sokol, « Šibenice v Bečově nad Teplou a archeologie popravišť [résumé en anglais « The gallows at Bečov nad Teplou and the archaeology of places of execution »], Archeologické rozhledy, 2003, 55, p. 736–766.

10 Au moment de la rédaction de cet article, les fouilles programmées à Přimda (Bohême occidentale) ont été réalisées. Les fouilles ont mis au jour les fondations de fourches patibulaires en pierre (plan rond), des os humains, des fragments de céramiques et des éléments de vêtements. Les résultats ne sont pas encore publiés.

11 Jan Michálek, « Topograficko-archeologický průzkum a výzkum šibenic v okrese Strakonice v letech 1995-2005 (Předběžná zpráva) », Archeologické výzkumy v jižních Čechách, 2006, 19, p. 303–323.

12 Par example à Blatná, où les fondations en pierre de plan rectangulaire sont conservées.

13 Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Der mittelalterliche Galgen in Lauban im Lichte der archäologischen Grabungen von 2003–2004 », in Louis Carlen (dir.), Forschungen zur Rechtsarchäologie und Rechtlichen Volkskunde 22, Zürich – Bâle – Genêve, Schulthess Verlag, 2005, p. 257–275.

14 Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Miejsce straceń w Miłkowie – badania archeologiczne 2009 rok [résumé en allemand « Die Richtstätte in Miłków – archäologische Grabungen 2009 »] », Pomniki Dawnego Prawa, 2009, 7, p. 14-28.

15 Paweł Duma, Daniel Wojtucki, « Wyniki archeologicznych badań sondażowych dawnego miejsca straceń w Złotym Stoku w 2010 r. [résumé en allemand « Die ehemalige Richtstätte in Reichenstein/Złoty Stok : Forschungsergebnisse des Jahres 2010 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2011, 13, p. 10-17.

16 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Wyniki badań archeologicznych na dawnym miejscu straceń w Lubomierzu w 2010 roku [résumé en allemand « Die Ergebnisse von archäologischen Untersuchungen an der ehemaligen Richtstätte in Liebenthal/Lubomierz in Niederschlesien in 2010 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2010, 10, p. 4-13.

17 Paweł Duma, Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Wyniki badań archeologicznych szubienicy w Wojcieszowie w 2009 roku [résumé en allemand « Die archäologischen Grabungen am Galgen in Kauffund im Jahre 2009 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2009, 8, p. 4-21.

18 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Odkrycie pozostałości szubenicy w Jeleniej Górze [résumé en anglais « The discovery of remnants of Gallows in Jelenia Góra »], Rocznik Jeleniogórski, 2012, 44, p. 49–66 ; Paweł Duma, Daniel Wojtucki, « Drugie miejsce straceń w Jeleniej Górze w świetle badań archeologicznych i historycznych [résumé en allemand « Archäologische Untersuchungen auf dem zweiten Hinrichtungsplatz in Jelenia Góra/Hirschberg »], Pomniki Dawnego Prawa, 2014, 26, p. 24-39.

19 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Badania archeologiczne byłego miejsca straceń w Kamiennej Górze w 2013 roku [résumé en allemand « Archäologische Forschungen an der ehemaligen Hinrichtungsstätte in Landeshut im Jahr 2013 »], Pomniki Dawnego Prawa, 2014, 25, p. 10-23.

20 Daniel Wojtucki, Publiczne miejsca straceń na Dolnym Śląsku od XV do połowy XIX wieku [résumé en allemand Öffentliche Richtstätten in Niederschlesien vom 15. bis Mitte des 19. Jahrhunderts], Katowice, Zamek Chudów, 2009, ici p. 342–345.

21 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 187–190.

22 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 190–203 ; Krzysztof Grenda, Marcin Paternoga, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Miejsce straceń w Miłkowie... », art. cit.

23 Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Odkrycie pozostałości szubenicy w Jeleniej Górze... », art. cit.

24 Paweł Duma, Daniel Wojtucki, « Drugie miejsce straceń w Jeleniej Górze... », art. cit.

25 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 316–317 ; Paweł Duma, Honorata Rutka, Daniel Wojtucki, « Badania archeologiczne byłego miejsca straceń w Kamiennej Górze... », art. cit.

26 Dans les sources apparaît souvent l’expression « zum Abschau und Beispil » : Tchéquie, Prague, NAP, Apelační soud, sign. 269, p. 69 et 148.

27 Daniel Wojtucki, op. cit., p. 183-184.

28 Jindřich Francek, Tomáš Šimek, Hrdelní soudnictví českých zemí, Pardubice, 1995, p. 15.

29 Crescente fide, éd. Josef Emler, in Fontes rerum Bohemicarum I, Pragae 1873, p. 184 ; Legenda Christiani. Vita et passio sancti Wenceslai et sancte Ludmile ave eius, 2d. Jaroslav Ludvíkovský, Praham 1978, p. 58.

30  Josef Vašica, « Druhá staroslověnská legenda o sv. Václavu », in Josef Vajs (dir.), Sborník staroslovanských literárních památek o sv. Václavu a sv. Ludmile, Praha, 1929, ici p. 94.

31 Le verbe « šibti », le substantif « šibenice ». Voir Libuše Olivová-Nezbedová, « Lidská spravedlnost zachycená pomístními jmény v Čechách », in Sborník rozprav k sedmdesátým narozeninám univ. prof. PhDr. Ivana Lutterera, CSc. (= Onomastické práce IV), Prague, 2000, p. 355–388, ici p. 360.

32 Cécile Treffort, « Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du VIe au Xe siècle », in Henri Galinié, Élisabeth Zadora-Rio (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Tours, Actes du 2e colloque ARCHEA (Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994) (Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 11), Tours, FÉRACF, 1996, p. 55-63, ici p. 58 ; Antoine Bernard, La sépulture en droit canonique. Du Décret de Gratien au concile de Trente, Paris, Domat-Montchrestien – F. Loviton, 1933, ici p. 114.

33 Bořivoj Nechvátal, Radomyšl. Raně středověké pohřebiště [résumé en allemand Das frühmittelalterliche Gräberfeld in Radomyšl], Prague, 1999, p. 138-145.

34 Dans sa publication de 1968, l’auteur des fouilles envisage qu’il pourrait s’agir d’un sacrifice. Olga Kytlicová, « Slovanské pohřebiště v Brandýsku [résumé en allemand « Das slawische Gräberfeld von Brandýsek »] », Památky archeologické, 1968, 59 (1), p. 193-248.

35 Henri Duday, The archaeology of the Dead: Lectures in Archaeothanatology, Oxford – Oakville (Ct.), Oxbow Books – David Brown Book Co., 2009, spécialement p. 21-57.

36 Jaroslav Špaček, « Slovanské pohřebiště s projevy vampyrismu z Čelákovic [résumé en allemand « Die Slawische Grabstätte von Čelákovice mit Spuren des Vampirismus »] », Časopis Národního muzea, 1971, 140, p. 190-217.

37 En français, seule la périphrase « lieu où l’on déposait les charognes et où l’on passait la herse » peut traduire ce terme.

38 Dans la tombe 5, le défunt a les poings liés dans le dos. Le mort de la tombe 6 a son crâne séparé et ses poings également liés dans le dos. La tombe 7 a également révélé un crâne séparé du corps. La tombe 10, avec l’inhumation de deux hommes, a été détruite par l’exploitation du sable sur les lieux. Un des hommes est couché sur le ventre. L’homme de la tombe 11 a une jambe cassée et l’autre fléchie, ses poings ont peut-être été liés dans son dos. Dans cette tombe, on trouve également un autre crâne, mais sans corps. Voir Jaroslav Špaček, « Slovanské pohřebiště... », art. cit., p. 191–204.

39 Michala Drahošová, Vampýři a vampirismus v archeologických publikacích z pohledu tafonomie a forenzní antropologie, Mémoire de Licence soutenu à la Faculté des Sciences (naturelles) à Université Charles à Prague, Praha, 2012.

40 Pavlína Mašková, « Kotázce interpretace kostrového pohřebiště « s projevy vampyrismu » v Čelákovicích [résumé en allemand « Zur Frage der Interpretation des Skelettgräberfeldes « mit Äusserungen des Vampyrismus » in Čelákovice] », Studia mediaevalia Pragensia, 2005, 5, p. 9-19 ; Id., « Dovětek o čelákovickém « pohřebišti s projevy vampyrismu » [résumé en allemand « Annex zur « Begräbnisstätte mit Anzeichen von Vampirismus » in Čelákovice] », Středočeský sborník historický, 2010, 36, p. 128-133.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des lieux d’exécution fouillés en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)
Crédits Infographie : Pavlína Mašková et Jaroslav Synek
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 2 : Vodňany. Plan du site
Légende Dessin : Jan Michálek et Pavlína Mašková
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 3 : Bečov nad Teplou (Bohême). Fondations en pierre des fourches patibulaires
Légende Fouilles de 2002 (Cliché : Petr Sokol)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 4 : Miłków (Basse-Silésie). Vestiges des fourches patibulaires
Légende (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 5 : Złoty Stok (Basse-Silésie). Fondations en pierre des fourches patibulaires et inhumations
Légende Fouilles de 2011 (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 6 : Lubań (Basse-Silésie). Un des squelettes découverts
Légende (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 7 : Lubań (Basse-Silésie). Chaîne servant à la pendaison des suppliciés
Légende (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 8 : Miłków (Basse-Silésie). Inhumations n°2-4
Légende (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9M
Titre Figure 9 : Miłków (Basse-Silésie). Inhumation double n°5
Légende (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 10 : Jelenia Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des premières fourches patibulaires
Légende Fouilles de 2012 (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Figure 11 : Jelenia Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des secondes fourches patibulaires
Légende Fouilles de 2014 (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre Figure 12 : Kamienna Góra (Basse-Silésie). Fondations en pierre des fourches patibulaires
Légende Fouilles de 2013 (Cliché : Daniel Wojtucki)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3115/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 8,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pavlína Mašková et Daniel Wojtucki, « L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne) », Criminocorpus [En ligne], Les Fourches Patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire, Communications, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3115

Haut de page

Auteurs

Pavlína Mašková

Archéologue au Centre d’Études Médiévales de l’Institut de Philosophie de l’Académie tchèque des Sciences à Prague (Tchéquie).

Daniel Wojtucki

Maître de conférences à l’Institut de l’Histoire de l’Université de Wrocław (Instytut Historyczny, Uniwersytet Wrocławski) (Pologne).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page