Navigazione – Piano del sito
2010

Francis Pomponi, Vendetta, justice et politique en Corse. « L’affaire Viterbi » (1789-1821)

Alata, Colonna Édition, Coll. « Histoire », 2010, 221 p.
Jean-Claude Farcy
Riferimento/i:

Francis Pomponi, Vendetta, justice et politique en Corse. « L’affaire Viterbi » (1789-1821), Alata, Colonna Édition, Coll. « Histoire », 2010, 221 p.

Testo integrale

Causes célèbres, crimes et criminels sortant de l’ordinaire ont toujours passionné l’opinion et donné naissance à une littérature à succès, revenant périodiquement sur les mêmes affaires judiciaires. Les historiens de la criminalité et de la justice ont, plus récemment, emprunté cette voie et revisité nombre de ces affaires en les replaçant, avec plus ou moins de succès, dans le contexte de leur époque. L’ouvrage de Francis Pomponi s’inscrit dans cette perspective, celle d’une étude de cas, dans une approche de type microstoria dont l’auteur se réclame à juste titre, approche qui implique d’analyser l’affaire étudiée dans son contexte social, politique et culturel, lequel est à la fois révélé par les événements rapportés et rend compte également de leur déroulement et de leur logique profonde. À ce titre, l’ouvrage est une véritable réussite car Francis Pomponi excelle dans le dévoilement et l’analyse des ressorts de l’affaire Viterbi et, ce qui n’est pas le moindre de ses mérites, il le fait avec une élégance et une sobriété de style qui témoignent d’une parfaite maîtrise de son sujet.

Luc-Antoine Viterbi, leader des républicains de la région de la Casinca (nord-est de la Corse, proche de Bastia) pendant la Révolution, impliqué dans plusieurs affaires de vendetta, condamné à mort en septembre 1821 par la cour royale de Corse, se laisse mourir de faim « pour enlever à mes ennemis la satisfaction de voir tomber ma tête sous la hache du bourreau, et pour montrer à celui qui fut mon atroce, mon inique et détestable assassin1, quels sont l’âme et le caractère d’un véritable Corse » comme il l’écrit dans le Journal qu’il tient de son agonie jusqu’à sa mort, le 20 décembre de la même année (il se suicide alors en absorbant une dose d’arsenic), journal poignant2 et dont la publication constituera une pièce maîtresse dans sa « réhabilitation », notamment aux débuts de la Troisième République.

Comme l’indique bien le titre de l’ouvrage, vendetta, politique et justice sont intimement mêlées dans l’affaire Viterbi, avec d’abord, pendant la période révolutionnaire et impériale, une lutte d’influence entre plusieurs familles notables. Dans le contexte révolutionnaire, les rivalités sont transférées sur le terrain politique (première partie « L’imbrication entre vendetta et idéologie »). Dans une Casinca, relativement développée par rapport aux régions voisines, les Ceccaldi et les Frediani, grandes familles patriciennes dont l’ascension sociale remonte à l’époque génoise sont influentes par leur fortune terrienne, leur pénétration dans les pouvoirs locaux et le patronage exercé sur de nombreux parents et clients. Les Viterbi relèvent d’une catégorie sociale plus modeste, celle de moyens propriétaires, en voie de promotion par le biais de l’instruction, ce qui rend compte, partiellement, de leur adhésion à la Révolution, y compris dans ses formes les plus radicales, alors que leurs adversaires vont se ranger soit parmi les modérés, soit parmi les partisans de l’Ancien régime. La lutte entre ces « factions », qui se déroule sur le terrain politique (contrôle des instances du pouvoir local, Luc-Antoine Viterbi deviendra même accusateur public près le tribunal criminel), donnant successivement l’avantage à chaque camp selon le contexte (aux Viterbi en 1791-1792, à leurs adversaires lors de la sécession paoliste et pendant l’épisode du royaume anglo-corse en 1793-1796,  la reconquête républicaine sonnant l’heure de la revanche pour les Viterbi de 1796 à 1799) est ponctuée d’assassinats et de représailles sur les biens, dans le pur style de la vendetta, du meurtre de Francesco Andrea Frediani en mai 1790 à celui du père de Luc-Antoine Viterbi en 1798, meurtre dont la famille de la victime impute la responsabilité à un Frediani qui sera à son tour assassiné la même année. Si le conflit s’apaise quelque peu pendant la période impériale (impact d’un pouvoir fort et stable qui fait refluer les tentations hégémoniques des familles citées), il reprend de plus belle aux débuts de la Restauration, avec l’assassinat de Donat Frediani en novembre 1814 (imputé aux Viterbi), puis particulièrement lors de l’épisode des Cent Jours, quand, parmi les partisans de l’Empereur réunis aux portes de Bastia dans le « camp » de Bevinco, le 30 mars 1815, un heurt entre les Ceccaldi et les Viterbi se termine par la mort du frère et du fils d’André Ceccaldi (ennemi juré de Viterbi) et la mort de deux comparses dans l’autre faction.

  • 3  La junte insurrectionnelle, dirigeant les fidèles de l’Empereur, les déclare « traîtres et rebelle (...)
  • 4  Stephen Wilson, Feuding conflict and bandity in XIXth century Corsica, Cambridge, Cambridge Univer (...)

La responsabilité du drame est immédiatement imputée aux Viterbi3 et, ensuite, dans le contexte politique de la Restauration, les nouvelles autorités vont appuyer la « vengeance » de leurs ennemis qui choisissent la voie judiciaire pour les éliminer (Deuxième partie. Le temps des procès). L’auteur retrace avec précision la chronologie judiciaire : d’abord acquitté en 1818, son fils étant condamné à quelques mois de prison pour les incidents de Bevinco, Luc-Antoine Viterbi, après cassation de ce premier arrêt, voit son fils Orso Paolo, contumace, condamné à la peine de mort par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône ; ce dernier procès est exploité par le procureur général Gilbert Boucher qui incite les Ceccaldi et Frediani à obtenir la révision du procès de 1818 pour revenir sur l’acquittement de Luc-Antoine : c’est chose faite le 22 septembre 1821 quand la cour royale de Corse le condamne à la peine capitale. Tout au long de cette longue procédure les deux camps se sont affrontés à coups de factums qui constituent d’ailleurs une source majeure pour l’historien. Tous les arguments sont bons, et si l’on n’est guère surpris de voir les Ceccaldi insister sur leur fidélité aux Bourbons, on l’est plus en lisant une profession de foi royaliste de Viterbi (palinodie citée p. 119-121), en totale contradiction avec son passé et ses soutiens liés à la mouvance libérale et bonapartiste ! En fait, comme l’avait déjà montré Stephen Wilson, la politique est ici instrumentalisée au service de la vendetta et la justice l’est plus encore4. Chaque camp mobilise ses parents et clients pour témoigner en sa faveur, sans rechigner à produire quantité de faux témoignages ou rétractions, à défaut de faire pression sur les jurés, puisque la cour criminelle corse n’a pas de jury. De même la traque du fils de Viterbi, contumace, donne l’occasion de rappeler la tradition du bannissement, en l’espèce, des banditi « prenant le maquis » en Corse même ou des exilés en Italie où la sécurité des fugitifs est assurée en l’absence d’accord d’extradition. Plus intéressante encore est l’analyse sur l’attitude des magistrats, traversés par des clivages entre clans quand ils sont Corses, ou faisant preuve d’acharnement quand il s’agit du procureur général Gilbert Boucher, considéré par Viterbi comme son « assassin ». Au-delà des pressions exercées sur les magistrats (allant jusqu’à la corruption) on voit nettement la partialité des juges, qui tient à leur insertion dans les factions en lutte, derrière le masque du maintien de l’ordre public.

  • 5  Émile Franceschini, « Un bandit corse au début du siècle dernier. La vie, le procès et la mort de (...)

La mort et le suicide de Viterbi – qui en rappellent d’autres de la période révolutionnaire et ont leur référence dans l’Antiquité : Viterbi cite dans son Journal Caton, Socrate, Sénèque et Pétrone– s’inscrivent dans un processus de défense de l’honneur, par le refus d’une mort jugée ignominieuse. Dans la tradition de la vendetta, Viterbi appelle ainsi vengeance contre ses ennemis. Aussi bien, parmi eux, les autorités vont-elles escamoter complètement le cérémonial funéraire qu’il avait prescrit dans son Journal-testament et faire procéder à des funérailles « à bas bruit », arguant du maintien de l’ordre public. Dès lors, Luc-Antoine Viterbi survit dans la mémoire des Corses, pendant longtemps en négatif, légende noire entretenue par quelques descendants des Frediani et l’historien Franceschini5, puis le personnage, auréolé de sa fin stoïque, bénéficiera d’un processus d’héroïsation quand, aux débuts de la Troisième République, les républicains font revivre le sacrifice des libéraux de la Restauration et des carbonaro tombés dans la lutte contre la monarchie.

Telle est, à grands traits et en simplifiant beaucoup, la belle histoire de cette « affaire Viterbi ».  Elle est merveilleusement analysée, dans le détail et avec une grande finesse, par Francis Pomponi dont la culture historique et la profonde connaissance de l’histoire corse permettent d’éclairer avec pertinence toutes les facettes d’une vendetta étroitement imbriquée dans la politique. L’ouvrage pose les bonnes questions sur l’évolution de ce mode de règlement des conflits par la violence et la vengeance. Peut-on considérer que la fin du cycle des hostilités sanglantes maîtrisé par la justice procède de la « civilisation des mœurs » ? Irait en ce sens le fait que sont en cause des familles de notables qui ont approché ou participé au pouvoir (dans leur région), plus précocement acculturées, via la « politique » en partie, par rapport aux populations restées rurales, dans des villages souvent enclavés. Comment faire la part de réels conflits idéologiques, comme en témoigne la fidélité républicaine et libérale des Viterbi, et de la lutte des factions qui prendraient seulement comme « masque » une étiquette politique ? Francis Pomponi montre bien que les deux aspects sont étroitement mêlés et qu’il y a également, à l’arrière-plan, des différences de classe significatives, à la fois entre les familles en conflit et parmi les troupes qu’elles mobilisent.

  • 6  Benoît Garnot, Histoire de la justice, France, XVIe-XXIe siècle, Paris, Folio Histoire n° 173, Par (...)
  • 7  François Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans le (...)

L’historien de la justice est intéressé à de nombreux titres par une analyse aussi attentive aux nuances et aux relations entre phénomènes de nature différente. En lisant le récit de ces guerres entre familles, il ne se trouve pas totalement en pays inconnu : les historiens de la période moderne ont particulièrement insisté sur la prédilection des populations pour le règlement entre soi des conflits, soit par la voie de l’accommodement, soit par celles de la violence et de la vengeance, au point de considérer que la justice n’a connu qu’une minorité des différends6. Même à l’époque contemporaine, les guerres paysannes dans le Quercy du premier XIXe siècle7, alternant heurts mortels et traités de paix entre villages voisins, nous interrogent sur une réalité qui déborde le cadre strict de la Corse ou des régions méditerranéennes. Nombre d’analyses de la politique au village ont mis en doute également la réalité de conflits idéologiques recouvrant en fait des luttes entre factions ou familles opposées. Il serait sans doute utile de prolonger, sur ce plan, la comparaison, pour voir, au-delà de la spécificité corse, les ressemblances avec d’autres régions rurales pour mieux comprendre les fondements des phénomènes plus ou moins vifs de vendetta.

De même, l’instrumentalisation de la justice, par le faux témoignage ou les pressions sur les magistrats (essentiellement les jurés) est bien connue et se retrouve dans nombre d’autres régions. L’étude de Francis Pomponi va plus loin et conduit à s’interroger sur l’attitude des magistrats, sur leur imbrication dans les luttes d’influences locales, y compris dans les jugements qu’ils rendent. La question est d’autant plus judicieuse que cet exemple corse n’est peut-être pas aussi isolé qu’on pourrait le croire, même si déjà au début du XIXe siècle on discute de la nécessité ou non de confier les postes d’autorité et de justice aux habitants de l’île. On sait que, pendant une bonne partie du XIXe siècle, les magistrats, notables par excellence, sont recrutés localement : des études de cas, aussi précises que celle conduite par l’auteur, seraient susceptibles de révéler d’autres exemples d’une justice rendue sous influence et relativement partiale.

  • 8  Note 179, p. 151.

Ajoutons que cette étude montre l’intérêt de prendre en compte les politiques pénales au niveau des parquets et plus largement des autorités publiques pour analyser les chiffres de la criminalité. L’exemple donné de l’impact des fluctuations de la lutte contre les contumaces (oscillation entre répression et tolérance dans une logique intéressée de « bannissement ») sur le nombre des homicides jugés est tout à fait éloquent8. Il y a là un rappel utile à tous ceux qui utilisent la source de la statistique criminelle !

On ne peut donc que recommander la lecture de ce petit livre, dense, bien écrit et présenté avec une grande clarté (des pièces significatives sont données en encart) qui nous apprend beaucoup sur la vendetta corse analysée dans son contexte économique, social, politique et culturel. Toute étude d’une affaire particulière – mais toutes ne sont pas aussi riches en possibilités d’analyse ! – gagnera à s’inspirer du modèle développé ici avec brio par l’auteur.

Inizio pagina

Note

1  Allusion au procureur général Gilbert Boucher (1819-1823). Cf. Annuaire rétrospectif de la magistrature.

2  Publié en annexe, p. 203-213.

3  La junte insurrectionnelle, dirigeant les fidèles de l’Empereur, les déclare « traîtres et rebelles à la patrie » mais n’a pas le temps de faire appliquer sa sentence.

4  Stephen Wilson, Feuding conflict and bandity in XIXth century Corsica, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, IX-565 p.

5  Émile Franceschini, « Un bandit corse au début du siècle dernier. La vie, le procès et la mort de Luc Antoine Viterbi », La Corse touristique, vol. X, 1933, p. 115-121, 143-150, 193-200 ; vol. XI, 1934, p. 28-32, 62-64, 110-115, 146-154.

6  Benoît Garnot, Histoire de la justice, France, XVIe-XXIe siècle, Paris, Folio Histoire n° 173, Paris, Gallimard, 2009, 789 p.

7  François Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, la Boutique de l'Histoire, 2002, 376 p.

8  Note 179, p. 151.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Jean-Claude Farcy, « Francis Pomponi, Vendetta, justice et politique en Corse. « L’affaire Viterbi » (1789-1821) », Criminocorpus [Online], Années antérieures, 2010, Messo online il 26 agosto 2010, consultato il 25 settembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/311

Inizio pagina

Autore

Jean-Claude Farcy

Jean-Claude Farcy, chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’UMR 5605, Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne (Dijon), travaille sur l’histoire rurale et l’histoire de la justice de la France des XIXe et XXe siècles. Jean-Claude Farcy est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.  

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina