Navigation – Plan du site
Une histoire de (la) musique en prison

« Pieds Noirs Rythmes : un orchestre de détenus OAS dans le “Sing-Sing” français »

Jean-Claude Vimont

Résumés

De 1962 à 1968, plusieurs centaines de condamnés activistes membres de l’OAS, partisans de l’Algérie française, furent incarcérés dans la caserne Thoiras, une prison cellulaire de sécurité installée à proximité de la citadelle de Saint-Martin-de-Ré. Ils y jouirent d’un régime de détention politique particulièrement favorable, pourvu de nombreux privilèges. Plusieurs prisonniers constituèrent un orchestre, « Pieds Noirs Rythmes ». Il donna quelques concerts et anima des soirées festives. Grâce aux photographies prises clandestinement par l’un des détenus, Armand Belvisi, cette formation oubliée nous est maintenant connue.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été envoyé quelques jours avant le décès de notre collègue et ami Jean-Claude Vimont en octobre 2015. Un dernier cadeau, un dernier témoignage de son intense activité et de ses grandes qualités d’historien dont il aura fait preuve tout au long de sa carrière.

Texte intégral

Vincent Avellanéda à la batterie

Vincent Avellanéda à la batterie

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

  • 1 La peine de la relégation fut une peine complémentaire, mise en place en 1885, pour éloigner de la (...)
  • 2 La plus importante fut le SPES, Secours Populaire pour l’Entraide et la Solidarité, fondée par Jean (...)
  • 3 Ce que démentit Claude Tenne qui, en 1967, s’évada en se glissant dans la malle d’un libéré, Lazlo (...)

1De 1962 à 1968, plusieurs centaines de partisans de l’Algérie française, condamnés à de longues peines pour leurs actions dans les rangs de l’Organisation Armée Secrète (OAS) ou pour avoir tenté de tuer le général de Gaulle, furent incarcérés dans la caserne Thoiras à Saint-Martin-de-Ré, à quelque centaines de mètres de la citadelle qui recevait à cette époque des condamnés relégués1 récidivistes de droit commun. Les activistes et les organisations2 qui les soutenaient qualifiaient cette prison cellulaire de sécurité de « bagne gaulliste », de « Sing-Sing français » d’où l’on ne s’évadait pas3. Double référence à l’ancien dépôt de bagnards en attente d’un départ pour le bagne de Guyane et à la célèbre prison américaine.

Les deux bâtiments de la détention cellulaire

Les deux bâtiments de la détention cellulaire

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

  • 4 Des clichés d’Armand Belvisi montrent des prisonniers jouant avec des avions téléguidés et des cell (...)
  • 5 Roger Gavoury, contrôleur général de la sûreté nationale, commissaire central d’Alger, fut le premi (...)

2Ils bénéficièrent en fait d’un régime de détention politique particulièrement favorable, sans contact avec les détenus de droit commun, sans obligation de travail, dispensés du port du costume carcéral, circulant librement dans la détention de sept heures du matin à dix-neuf heures, consommant de la bière, disposant d’un club, de nombreuses activités ludiques4 et sportives – ils avaient notamment à disposition un court de tennis – et organisant repas collectifs et festivités. Ils disposaient, comme avant eux, les militants indépendantistes, de délégués auprès de la Direction de la prison. Parmi leurs loisirs, il y eut la formation d’un orchestre qui offrit des concerts dans la salle de cinéma attenante aux deux bâtiments de détention et qui participa à bien des fêtes. Claude Tenne, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre du commissaire Gavoury5 et pour sa participation au commando Delta 1 de Roger Degueldre, l’un des quatre fusillés de l’OAS, a offert en quelques lignes une description synthétique de ce régime privilégié :

  • 6 Ce que confirme un autre détenu dans un tapuscrit tiré à très peu d’exemplaires. Il se maria à Sain (...)
  • 7 Les parloirs familiaux étaient sans séparation. Claude Tenne conçut deux « bébés-parloirs » pendant (...)
  • 8 Claude Tenne figurait dans le premier contingent transféré à Saint-Martin-de-Ré dès 1962. Délégué d (...)
  • 9 Claude Tenne, op. cit., p. 182.

« C’est la grande époque de Thoiras (vers 1965-1966). La prison est pleine. Les arrivants se font plus rares. Nous nous connaissons tous et nous formons un bloc uni contre l’administration. La lutte sourde ou violente se poursuit, à coups de manifestations, de grèves de courrier, de grèves de parloir6, les plus dures7. Peu à peu nous obtenons des avantages qui étaient impensables lorsque nous sommes arrivés ici8. Les postes de radio pullulent ; les cellules sont ouvertes toute la journée et bientôt nous organisons des réfectoires où les prisonniers se retrouvent par affinités aux heures des repas. Malgré la reconstitution de clans politiques, la solidarité reste très forte. Les condamnés à perpétuité forment un noyau solide, une sorte de fer de lance parmi les détenus. Nous savons que nous resterons ici plus longtemps que les autres : cela nous donne une supériorité morale. Très vite, des activités de toutes sortes sont organisées. Tous les dimanches nous pouvons assister à des séances de cinéma dans la nouvelle salle. Certains prisonniers qualifiés, des professeurs, des médecins, etc., font des conférences sur les sujets les plus divers. Un journal ronéotypé est fondé : Antigone. Des discothèques sont montées, un laboratoire de photographie, un atelier de céramique. Comme dans toutes les prisons du monde nous essayons de faire passer le temps le plus vite possible. Une grande importance est accordée aux sports, pour combattre les effets de la vie sédentaire9. »

Fête de Camerone du 30 avril 1967, jour de fête des légionnaires célébrant la bataille du 30 avril 1863 lors de l’expédition du corps expéditionnaire au Mexique

Fête de Camerone du 30 avril 1967, jour de fête des légionnaires célébrant la bataille du 30 avril 1863 lors de l’expédition du corps expéditionnaire au Mexique

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

  • 10 Pierre Montagnon, officier incarcéré à la Santé de 1961 à 1962 pour sa participation au putsch des (...)
  • 11 Pour en savoir plus sur cette question voir le dossier de la revue Criminocorpus « Justice et déten (...)

3Nous ne connaissons pas la date de création de cette formation musicale. Les premiers condamnés arrivèrent à Saint-Martin-de-Ré à la fin de 1962, après la libération des prisonniers algériens du FLN. Dans un premier temps, l’Administration voulut les soumettre à un strict régime de droit commun puisqu’ils avaient été condamnés à des peines de réclusion criminelle à temps ou à perpétuité ; certains d’entre eux avaient été extraits des quartiers de condamnés à mort après commutation de leur peine. Lorsqu’ils étaient en détention préventive, à Fresnes pour quelques-uns et à la Santé10 pour la majorité d’entre eux, ils avaient obtenu un régime d’emprisonnement qui s’inscrivait dans la longue tradition libérale française en la matière11. Sur l’île de Charente-Maritime, ils luttèrent par des grèves de la faim et des mouvements collectifs pour obtenir l’adoucissement de leur régime d’incarcération, contre ce qu’ils considéraient comme une remise en cause du caractère politique de leur peine et de leurs actes.

  • 12 Entretien avec Armand Belvisi du 24 septembre 2015, mené par Jean-Claude Vimont.
  • 13 Entretien avec Armand Belvisi du 15 octobre 2015 mené par Jean-Claude Vimont.
  • 14 Entretien avec André Belvisi du 18 octobre 2015 mené par Jean-Claude Vimont

4D’après Armand Belvisi, détenu à partir de décembre 1963 dans la caserne Thoiras, cet orchestre de Jazz fonctionna à partir de 1964 et seulement pendant quelques années. Les prisonniers se procurèrent eux-mêmes les instruments. Les amis du chef d’orchestre, Pierre-André Delhomme, en fournirent également12. Selon ce témoin, contrairement aux pièces de théâtre jouées dans la détention, l’entreprise n’eut qu’un éphémère succès d’estime13. Armand Belvisi explique également que des dissensions existaient entre les prisonniers – ce qu’énonçait déjà Claude Tenne – déjeunant dans des réfectoires différents selon leurs affinités politiques, la nature de leur engagement, leur attitude face aux policiers et aux juges. Cela contribua à atténuer l’audience du groupe musical14.

Concert donné dans la salle de spectacle

Concert donné dans la salle de spectacle

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

Le détenu photographe clandestin : Armand Belvisi

  • 15 Ce fonds fut découvert après la lecture d’un ouvrage pourvu de quelques dizaines de photographies d (...)
  • 16 Sur Eysses voir notamment les articles de Corinne Jaladieu dans la revue Criminocorpus : « Résistan (...)
  • 17 Sur l’OAS-Métropolitaine : Georges Fleury, Histoire secrète de l’OAS, Paris, Grasset, 2002, 1048 p. (...)
  • 18 Jacques Delarue, L’O.A.S contre de Gaulle, Paris, Fayard, 1994, 352 p.
  • 19 Armand Belvisi, L’attentat. Objectif… De Gaulle. Pont-sur-Seine / Petit-Clamart, Paris, Publibook, (...)

5Nous connaissons l’existence de cet orchestre grâce aux photographies réalisées clandestinement par Armand Belvisi pendant sa détention. Cet extraordinaire fonds photographique dont une bonne partie est mise en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus15 est une source fort précieuse puisque la prise de clichés par des détenus a, de tous temps été strictement interdite. Nous ne connaissons que les photographies réalisées par les résistants incarcérés dans la maison centrale d’Eysses à partir de 194316. Armand Belvisi, membre de l’OAS-Métropolitaine17, artificier des commandos parisiens sous les ordres d’André Canal dit le Monocle, fut l’un de ces « régicides » – selon l’expression du dessinateur Moisan qui chaque semaine, dans Le Canard enchaîné, offrait une caricature du Général en « Roi soleil » – qui tentèrent à plusieurs reprises d’abattre le président de la République. Il participa à la préparation et à l’organisation de deux attentats, d’abord à Pont-sur-Seine le 8 septembre 1961, puis au Petit-Clamart le 22 août 196218. Dans L’attentat. Objectif… De Gaulle, Armand Belvisi laisse une autobiographie où il décrit minutieusement la préparation de ces attentats19. Dans la caserne, il introduisit successivement quatre appareils photographiques, dont deux furent saisis par la direction de l’établissement, et l’un prêté à un détenu qui ne lui rendit pas après sa libération. Il avait obtenu de disposer d’un laboratoire de développement de négatifs afin d’effectuer des tirages pour les familles de détenus qui lui confiaient leurs pellicules, contre une modeste rémunération qui améliorait l’ordinaire de cet ancien vendeur de voitures.

Armand Belvisi dans son laboratoire de développement de photographies

Armand Belvisi dans son laboratoire de développement de photographies

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

Un chef d’orchestre : Pierre-André Delhomme

  • 20 Alain Vincenot, Pieds noirs, Les bernés de l’histoire, Paris, Éditions de l’Archipel, 2014.
  • 21 Sur de nombreux clichés d’Armand Belvisi, il se déplaçait avec des béquilles en bois.

6L’orchestre fut créé par Pierre-André Delhomme. Né en 1927 à Sétif dans le Constantinois – donc pied-noir d’Algérie20 – il s’engagea dans l’armée en 1947 et effectua deux séjours en Indochine. Sous-lieutenant, il participa au putsch d’avril 1961 avec les commandos de l’air. Il déserta au soir de ce mouvement insurrectionnel et dirigea les commandos Z (zonaux) de l’OAS à Alger, principalement à El Biar. Il fit partie du maquis de l’Ouarsenis, au sud-ouest d’Alger, à partir de mars 1962. Il y fut blessé et fut capturé21. Il refusa de comparaître lors de son procès devant la cour de sûreté de l’État au début du mois de septembre 1963. Il fut condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. À la suite d’une tentative d’évasion, il séjourna trois ans dans la maison centrale d’Ensisheim. Transféré à Saint-Martin-de-Ré, car son état de santé se détériorait à la suite de ses blessures antérieures, il fit montre d’un grand mysticisme, devint croisé du Sacré-Cœur. Gracié, l’ancien sous-lieutenant Delhomme, refusa de sortir de sa cellule, s’y barricada et se vêtit de son uniforme de sous-lieutenant parachutiste, car il ne voulait pas laisser derrière lui ses camarades emprisonnés. Il y eut de l’effervescence sur la coursive, puis une négociation avec le directeur et, finalement, sa libération le 23 décembre 1966. Pierre-André Delhomme était violoniste et chef de l’orchestre des Pieds Noirs Rythmes. Il est décédé le 8 janvier 2002.

Pierre-André Delhomme au violon, aux côtés du guitariste François Leca et de Christian Ortola au saxophone

Pierre-André Delhomme au violon, aux côtés du guitariste François Leca et de Christian Ortola au saxophone

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

Une formation musicale à la géométrie variable

7Le nom de l’orchestre évoquait la mention de pieds noirs parmi les musiciens. Dans la prison, des activistes avaient participé aux commandos « Deltas » de l’OAS d’Alger et aux commandos « Collines » d’Oran. Lorsque l’orchestre se produisit dans la salle de concert où chaque dimanche les prisonniers assistaient à des projections de films, jouaient des pièces de théâtre comme Le Goûter des généraux de Boris Vian, écoutaient des conférenciers, il était composé de huit musiciens. Lors des fêtes et des répétitions, d’autres détenus se joignaient à la formation, pour un simple accompagnement aux maracas ou pour des improvisations à la trompette. La dimension festive de cette activité ne doit pas être négligée car elle contribua à la sociabilité à l’intérieur de la détention. Plusieurs soirées au « Club », le bar des détenus, furent animées par ces musiciens. Sur certains clichés d’Armand Belvisi, des prisonniers esquissaient des pas de danse.

Photographie lors d’une répétition ou à l’occasion d’une fête

Photographie lors d’une répétition ou à l’occasion d’une fête

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

Les Algérois

8Plusieurs membres du groupe ont pu être identifiés. Vincent Avellanéda, photographié à plusieurs reprises à la batterie, avait été membre des « commandos rouges » de l’OAS à El Biar. De retour en métropole, il fut en outre accusé d’avoir exécuté un membre de l’OAS, Xavier Roma, jugé peu fiable car il souhaitait abandonner l’organisation. Il avait peint certains des vitraux de la chapelle de la caserne Thoiras. Roland Taltavull était un pied noir qui avait participé au putsch des généraux d’avril 1961. Il apparaît sur quelques photographies lors des fêtes, aux percussions. Membre des commandos d’El Biar de l’OAS, il s’échappa d’une prison d’Alger à l’occasion d’une visite médicale le 5 octobre 1961. Arrêté à Nice avec d’autres « Deltas » en août 1962, il fut accusé d’avoir participé à des attaques à main armée. Lors de son procès devant la Cour de sûreté de l’État, il déclara : « Oui ! J’ai tué avec mes camarades ! J’ai tué mon premier arabe en 1957, alors qu’il venait d’égorger une européenne. Je me suis juré dès ce jour d’écraser les gens du FLN. J’ai en haine tous les gaullistes, et en tête de liste, le président de la République ! ». François Leca, surnommé Fanfan, était le guitariste de l’orchestre. Né le 1er mars 1937 à Paris, fils d’un huissier de Montpellier, il avait été emprisonné à Alger en 1960 pour détention d’armes. Libéré de prison lors du putsch d’avril 1961, il devint membre du commando Delta 15 d’Alger. Il fut arrêté à Alger le 16 mai, en même temps que dix-huit membres de l’OAS et accusé de nombreux meurtres, des « ponctuelles » selon l’expression de l’OAS. Michel Le Gris, dans le Monde du 12 août 1963, offrit un portrait particulièrement sévère de Leca et de son complice Jean-Louis Blanchy, lors de leur comparution devant la Cour de sûreté de l’État :

« Ni les annales du crime, ni celles du Palais, ni l’histoire, dont ils prétendaient détourner le cours, ne retiendront donc les noms de Blanchy et de Leca. Ceux-ci, à en juger par l’acte d’accusation qui contient leurs aveux (reniés aujourd’hui), ont commis plus de meurtres que la plupart des plus grands criminels qui comparurent jamais aux assises. La liste est éloquente : tentative d’assassinat du docteur Meriouane en septembre 1961 ; assassinat d’un conseiller municipal de Guyotville quelques jours plus tard ; assassinat encore le 23 octobre de la même année du commandant René Poste et d’un cafetier algérois nommé Fondacci ; meurtre du docteur Matiben le 9 novembre ; d’un représentant de commerce musulman, Yaya Ferradi, le 3 janvier 1962 ; attentat le 6 février suivant contre Me Oudinot, directeur de la R.T.F., à Alger, qui fut gravement blessé, tandis que son chauffeur trouvait la mort ; exécution d’un contrôleur de tramway algérien, considéré par eux comme collecteur de fonds du F.L.N., le 10 mars 1962. À cela s’ajoutent d’autres méfaits encore : enlèvement et meurtre d’un officier en retraite, le lieutenant-colonel Morand ; agressions répétées contre les services spéciaux de police qui firent plusieurs morts et blessés, dont on ne connaît pas les noms, puisqu’ils vivaient et moururent sous les fausses identités propres aux “ barbouzes ”. […] Pourtant on aura rarement vu des accusés plus pâles que ces assassins. […] Leca a une tête qui convient mieux à son emploi. Dans son costume bleu, cet ancien clerc d’huissier de Montpellier fait penser à un “ blouson noir ” qui aurait coupé ses rouflaquettes. Avec cela, cette obséquiosité, cette servilité, qui sont de convention dans le film policier chez le personnage louche capable de toutes les trahisons. Et c’est précisément ce qu’il est, au fond […]. »

  • 22 Cette opération est évoquée dans un ouvrage de Pierre Demaret et Christian Plume, Objectif de Gaull (...)

9Le commandant Poste, abattu par Leca le 23 octobre 1961 dans une rue du quartier de la redoute à Alger, était le second officier de l’armée tué par l’OAS. Membre de l’armée de l’air, il appartenait également à la Sécurité militaire d’Alger, chargé des brigades anti-OAS.
François Leca fut également accusé avec neuf autres Algérois dont Jean-Louis Blanchy, officier déserteur du 1er REP (Premier Régiment étranger de parachutistes, fer de lance du putsch des généraux) et deux autres officiers, d’avoir tenté de faire évader le chef des commandos « deltas », Roger Degueldre, incarcéré dans la maison d’arrêt de la Santé, puis d’avoir préparé un attentat contre le général de Gaulle. Ce fut l’opération « Chamois » qui envisageait d’abattre le Général le 20 mai 1962 sur le perron de l’Élysée à l’aide d’un bazooka et d’un tireur d’élite22. Il ne fut libéré de Saint-Martin-de-Ré que le 22 mars 1968.

Les Oranais

10François Ortola, saxophoniste, et Ange Tari, percussionniste, firent partie d’un commando de l’OAS d’Oran qui, le 28 mars 1962, tua un gendarme métropolitain de la brigade de Sidi-Bel-Abbès, dénoncé par ses collègues pieds noirs qui le soupçonnaient de donner des renseignements aux forces de répression qui traquaient l’OAS. Ange Alfaro, aux maracas, était lui aussi membre de l’OAS d’Algérie. Jacques Dulau, trompettiste, était un ancien agent de la police. Il fut accusé d’avoir tué en mars 1962 à Alger un autre policier, Gilbert Lombard. Harry Marti, né en 1939 à Casablanca, était membre de l’OAS d’Oran. Il fut accusé d’avoir participé à l’attentat contre le général Ginestet et le médecin-commandant Mabille, en plein hôpital, le 15 juin 1962.

  • 23 L’OAS d’Oran, refusa l’accord de cessez-le-feu que l’OAS d’Alger avait conclu le 17 juin avec le FL (...)

11L’OAS d’Oran mena plusieurs campagnes d’attentats particulièrement meurtriers en cette année 1962 : l’attentat aveugle de l’OAS du 28 février 1962 par un véhicule piégé qui explosa au cœur du plus important quartier musulman d’Oran, la Ville Nouvelle (35 tués dont une petite fille âgée de 10 ans et 50 blessés), tirs de mortier sur des quartiers musulmans (ainsi le 6 avril, 14 Algériens furent tués dont quatre carbonisés dans leur véhicule), attentats contre des militaires de l’armée française, contre des pieds noirs gaullistes ou soupçonnés d’être communistes. Un bilan officiel des autorités françaises montrait l’ampleur du drame qui se joua à Oran, du fait de l’OAS qui appliquait une stratégie de la « terre brûlée23 » : entre le 19 mars et 1er juillet 1962, 32 morts parmi les membres des forces de l’ordre françaises, 66 morts parmi les civils européens et 410 parmi les Algériens musulmans.

Photographie de presse d’un attentat à Oran en 1962

Photographie de presse d’un attentat à Oran en 1962

Collection de Jean-Claude Vimont

Métropolitains, légionnaires et autres « intermittents »

  • 24 Les organigrammes de l’OAS furent conçus par des militaires et donnaient l’impression de l’existenc (...)
  • 25 L’Organisation-Renseignement-Opération (ORO) était l’une des branches de l’OAS chargés des actions (...)
  • 26 Jean-Marie Curutchet, Je veux la tourmente, Paris, Dualpha (réédition), 2004, 390 p. Anonyme, le pr (...)

12La caserne Thoiras renfermait de nombreux militaires, notamment des déserteurs de la Légion étrangère. Ils participèrent aux soirées musicales. Claude Mimet, clarinettiste, chef du commando 103 bis24 de l’OAS-Métropolitaine, sous les ordres d’Henri d’Armagnac, dans la région parisienne. Cet ancien parachutiste, étudiant en droit, succéda à Henri d’Armagnac, arrêté par la police, à la tête de « l’ORO 11325 ». Il s’agissait donc de membres de la « mission 2 » dirigée par Jean-Marie Curutchet26 et de Pierre Sergent. Il fut accusé de plusieurs attentats contre des cafés fréquentés par des Algériens musulmans de la banlieue et contre la gendarmerie de Chartres.

13Enéa Cella, légionnaire déserteur du 1er REP, d’origine italienne, était percussionniste lors de certaines soirées festives. Il fit partie de l’OAS algéroise et était membre de Delta 1, dirigé par Albert Dovécar, l’un des quatre fusillés de l’OAS. Il fut arrêté le 7 octobre 1961 et condamné pour l’exécution du commissaire Gavoury. Il participa à une tentative d’évasion de Saint-Martin-de-Ré durant la nuit du 6 au 7 juillet 1963. Ils avaient scié les barreaux de leur cellule et avaient tenté d’escalader le mur d’enceinte à l’aide de cordes confectionnées avec les décors du théâtre.

  • 27 Il précisa : « Coup de pied au jarret, ceinture à la gorge, coup au cœur, coup au poumon droit avec (...)
  • 28 Le Monde du 7 novembre 1967 offrait des précisions : « C’est replié sur lui-même dans une cantine m (...)
  • 29 Claude Tenne a écrit Mais le diable marche avec nous, Paris, La Table ronde, 1968. Il fut plus tard (...)

14Claude Tenne, né le 15 décembre 1936 à Paris, aurait connu plusieurs centres de rééducation dans sa jeunesse. Parachutiste légionnaire du 1er REP, sous le pseudonyme de Marc Tenard, avec une nationalité suisse usurpée, il participa au putsch d’avril 1961. Déserteur, et fit partie du commando « Delta 1 » dirigé par Dovécar qui exécuta le commissaire central d’Alger Roger Gavoury, le 31 mai 1961. Il tua le policier à coups de poignard, le « coup de la sentinelle27 » selon ses aveux devant les juges. Il fit partie du premier convoi de membres de l’OAS transférés dans la caserne Thoiras et lutta pour l’obtention d’un régime de détention politique. Le 3 novembre 1967, il parvint à s’évader de Saint-Martin-de-Ré en se glissant dans la malle d’un détenu libéré, Lazlo Varga28. Le gouvernement déclencha le plan Rex : 150 000 policiers furent mobilisés en vain29.

Claude Tenne à la trompette

Claude Tenne à la trompette

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

15Armand Belvisi a photographié également André Canal, trompettiste d’un soir. Cet industriel installé en Algérie depuis 1940, fut proche du colonel Godard dès 1957 et eut des activités contre-terroristes. Il dirigea, à partir de décembre 1961, en métropole la mission 3 de l’OAS, responsable de nombreux attentats au plastic dont celui contre André Malraux le 7 février 1962, au cours duquel une petite fille de quatre ans, Delphine Renart, fut grièvement blessée. Canal disposait de gros moyens financiers, d’explosifs en quantité qu’il avait fait venir d’Alger dans trois cercueils. Proche du général Salan qui lui délivra un ordre signé pour sa mission en métropole, il organisa les « nuits bleues » parisiennes, visant de nombreux journalistes, des personnalités, des militants communistes et des établissements fréquentés par des algériens musulmans. Arrêté le 4 mai 1962, il fut condamné à la peine de mort. Le « Monocle », puisque tel était son surnom, fut l’un des délégués des détenus auprès de la direction de la prison.

André Canal dit « le monocle » à la trompette, aux côtés de Pierre Magade, l’un des conjurés de l’attentat du Petit-Clamart

André Canal dit « le monocle » à la trompette, aux côtés de Pierre Magade, l’un des conjurés de l’attentat du Petit-Clamart

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

L’impossible répertoire

  • 30 NDLR : Les instruments de musique laissent supposer que le groupe ait pu jouer en particulier du ja (...)

16Témoignages et récits ne mentionnent pas le type de musique joué par la formation. La mémoire d’Armand Belvisi ne nous est pas d’une grande aide : « Du jazz, je crois »30. En parcourant les quelques photographies de cellules où étaient rangés des microsillons 33 tours – les détenus disposaient d’électrophones personnels, de transistors et même de quelques télévisions –, il n’est pas possible d’identifier les goûts musicaux des prisonniers. Une photographie d’Ange Tari dansant le Twist aux côtés de Claude Tenne permet d’imaginer une inflexion musicale à partir de 1964-1965 : c’était l’époque de l’émission « Salut les copains » sur Europe no 1, émission qui a pu séduire plusieurs détenus qui étaient très jeunes lors de leur arrestation. Faute de sources complémentaires, nous ne pouvons qu’imaginer et supposer…

Ange Tari dansant le twist aux côtés de Claude Tenne

Ange Tari dansant le twist aux côtés de Claude Tenne

Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus

  • 31 L’origine de l’expression est ambiguë, attribuée par certains historiens à des indépendantistes alg (...)
  • 32 Pour en savoir plus, voir l’article de Christian Carlier, « Histoire des prisons et de l’administra (...)
  • 33 Les condamnés de droit commun étaient obligés de travailler, portaient le droguet, subissaient une (...)

17Les années soixante furent durablement marquées par le trouble au sein de l’armée française généré par une nouvelle défaite, par le putsch des généraux et par les désertions de militaires engagés dans l’OAS. Des centaines de milliers de rapatriés n’eurent le choix qu’entre « la valise ou le cercueil31 ». Les supplétifs harkis furent massacrés là-bas, ou internés dans des camps comme celui de Rivesaltes en métropole. Dans la prison de Saint-Martin-de-Ré, les années succédèrent aux années. Les conditions d’emprisonnement étaient particulièrement favorables, si on les compare au sort de celui des détenus de droit commun incarcérés dans les vieilles maisons centrales32 de Clairvaux, de Riom et de Fontevrault33. L’orchestre fut un élément de ce « bien vivre » dans la prison. Le 22 mars 1968, lorsque Daniel Cohn-Bendit fonda à Nanterre le Mouvement du 22 mars, le gouvernement du Général libéra certains des principaux chefs de l’OAS. L’insurrection étudiante de Mai entraîna paradoxalement les dernières grâces de putschistes et d’activistes.

Haut de page

Notes

1 La peine de la relégation fut une peine complémentaire, mise en place en 1885, pour éloigner de la métropole à perpétuité les multirécidivistes. Des convois partirent depuis Saint-Martin-de-Ré pour la Nouvelle-Calédonie et pour la Guyane jusqu’en 1938. À partir de cette date, et jusqu’en 1970, cette peine fut effectuée en métropole. La citadelle de Saint-Martin-de-Ré fut un « centre d’épreuve » où les relégués séjournaient trois années avant leur mise en liberté conditionnelle, leur transfert dans un centre de triage ou encore dans des prisons d’antisociaux ou des centres de semi-liberté pour asociaux.

2 La plus importante fut le SPES, Secours Populaire pour l’Entraide et la Solidarité, fondée par Jean de la Hargue en 1961. Elle mena campagne pour l’amnistie des prisonniers de l’OAS condamnés et leur apporta une aide matérielle et morale.

3 Ce que démentit Claude Tenne qui, en 1967, s’évada en se glissant dans la malle d’un libéré, Lazlo Varga, l’un des conjurés hongrois de l’attentat du Petit-Clamart contre le président de la République. Claude Tenne, Mais le diable marche avec nous, Paris, Éditions de La Table Ronde, 1968, p. 205 et suivantes.

4 Des clichés d’Armand Belvisi montrent des prisonniers jouant avec des avions téléguidés et des cellules pourvues de télévisions. Les télévisions ne furent introduites dans les cellules pour tous les condamnés qu’à partir de 1985.

5 Roger Gavoury, contrôleur général de la sûreté nationale, commissaire central d’Alger, fut le premier fonctionnaire tué par l’OAS le 31 mai 1961 à Alger

6 Ce que confirme un autre détenu dans un tapuscrit tiré à très peu d’exemplaires. Il se maria à Saint-Martin-de-Ré, mais avec quelques jours de retard à cause d’une grève des parloirs. Sauveur Costagliola, Nous qui avons été de ceux-là, Castelnaudary, 1997, non paginé.

7 Les parloirs familiaux étaient sans séparation. Claude Tenne conçut deux « bébés-parloirs » pendant son emprisonnement. Dans les prisons ordinaires, les parloirs sans séparation n’apparurent qu’en 1983.

8 Claude Tenne figurait dans le premier contingent transféré à Saint-Martin-de-Ré dès 1962. Délégué des prisonniers, il mena la lutte pour l’obtention d’un « régime spécial » semblable à celui que les combattants du FLN avaient arraché au pouvoir après de longues grèves de la faim.

9 Claude Tenne, op. cit., p. 182.

10 Pierre Montagnon, officier incarcéré à la Santé de 1961 à 1962 pour sa participation au putsch des généraux, a offert de belles descriptions de l’atmosphère au sein du quartier politique « Algérie française ». Pierre Montagnon, 42 rue de la Santé, Une prison politique. Des anarchistes et des cagoulards aux partisans de l’Algérie française, Paris, Pygmalion, 1996, 412 p.

11 Pour en savoir plus sur cette question voir le dossier de la revue Criminocorpus « Justice et détention politique ».

12 Entretien avec Armand Belvisi du 24 septembre 2015, mené par Jean-Claude Vimont.

13 Entretien avec Armand Belvisi du 15 octobre 2015 mené par Jean-Claude Vimont.

14 Entretien avec André Belvisi du 18 octobre 2015 mené par Jean-Claude Vimont

15 Ce fonds fut découvert après la lecture d’un ouvrage pourvu de quelques dizaines de photographies d’Armand Belvisi, Les Sacrifiés de l’Île de Ré, Toulon, Adimad, sans date, 120 p. Des entretiens suivis avec l’auteur, aujourd’hui âgé de quatre-vingt dix ans, ont permis d’étudier près de 2 000 clichés et de les légender. Un protocole d’accord a été signé avec Criminocorpus pour la mise en ligne d’une large sélection au sein de la bibliothèque du portail. Ne disposant que de scanners des négatifs, il n’est pas possible d’offrir des datations précises. Une fourchette chronologique peut être avancée : 1964-1968, peut-être même 1965-1968. Il fallut du temps pour que les détenus obtiennent un « club photo » et pour qu’Armand Belvisi obtienne clandestinement des appareils de prise de vue, fournis par les entreprises amies à l’occasion des livraisons de matériel de développement. Deux de ses quatre appareils furent saisis par la direction de la prison. Ils furent souvent rendus à son épouse qui le visitait. Cette dernière les remettait à l’aumônier de la détention qui les restituait au « photographe-prisonnier » !

16 Sur Eysses voir notamment les articles de Corinne Jaladieu dans la revue Criminocorpus : « Résistances en prison » et « La prison politique entre 1940 et 1944 : de la double peine aux camps nazis ».

17 Sur l’OAS-Métropolitaine : Georges Fleury, Histoire secrète de l’OAS, Paris, Grasset, 2002, 1048 p. ; Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Tempus, 2011 ; Anne-Marie Duranton-Crabol, L’OAS, la peur et la violence, Paris, Éditions André Versailles, 2012 ; Anne-Marie Duranton-Crabol, Le temps de l’OAS, Bruxelles, Éditions Complexe, 1999, 320 p. ; Vincent Quivy, Les soldats perdus, des anciens de l’OAS racontent, Paris, Éditions du Seuil, 2003, 254 p. ; Arnaud Déroulède, OAS, Étude d’une organisation clandestine, Hélettte, Jean Curutchet, 1997, 350 p. ; Philippe Trogan, Vérités pour l’histoire. Témoignages pour un engagement (OAS Métropole 1961-1962), Paris, Éditions Dualpha, 2008, 191 p. ; Anonyme, O.A.S. parle, Paris, Julliard (collection Archives), 1964.

18 Jacques Delarue, L’O.A.S contre de Gaulle, Paris, Fayard, 1994, 352 p.

19 Armand Belvisi, L’attentat. Objectif… De Gaulle. Pont-sur-Seine / Petit-Clamart, Paris, Publibook, 2004, 227 pages.

20 Alain Vincenot, Pieds noirs, Les bernés de l’histoire, Paris, Éditions de l’Archipel, 2014.

21 Sur de nombreux clichés d’Armand Belvisi, il se déplaçait avec des béquilles en bois.

22 Cette opération est évoquée dans un ouvrage de Pierre Demaret et Christian Plume, Objectif de Gaulle, Paris, Robert Laffont, 1973, 426 p. Le commando venait d’Alger et était composé de membres des commandos « deltas » : François Leca, Jean-Louis Blanchy, sous-officier déserteur du 1er REP, Gabriel Anglade, ancien du 1er RCP, chef de « delta VI », tireur d’élite, Marcel Ligier, artificier et tireur d’élite, chef de « delta XXIV » qui devait tirer au bazooka, Louis Bertolini, un agent des services secrets français, membre du SDECE mais « taupe » de l’OAS, Eugène Castaldi, Félicien Gardiola, membre de « Delta VI », Henri Slebodia, légionnaire déserteur du 1er REP, membre de Delta IV ».

23 L’OAS d’Oran, refusa l’accord de cessez-le-feu que l’OAS d’Alger avait conclu le 17 juin avec le FLN, les « accords Susini », du nom de l’un des chefs et idéologue de l’OAS.

24 Les organigrammes de l’OAS furent conçus par des militaires et donnaient l’impression de l’existence d’une véritable armée structurée. Il y avait derrière ces numérotations de commandos un souci de propagande. La réalité de l’OAS métropolitaine fut beaucoup plus confuse, de petits groupes agissant sans grande concertation avec d’autres. Il n’y avait pas moins de trois « missions », La « mission 1 » de Gignac, la « mission 2 » de Pierre Sergent, la « mission 3 » d’André Canal, et des plastiqueurs du mouvement poujadiste de Marcel Bouvier, des plastiqueurs du mouvement d’extrême-droite « Europe Action » de Pierre Sidos. Un activiste allait seul, chaque samedi, placer sa bombe dans Paris. L’impression d’un grand désordre, avec ses rivalités et ses stratégies divergentes.

25 L’Organisation-Renseignement-Opération (ORO) était l’une des branches de l’OAS chargés des actions militaires : plastiquages, mitraillages, « ponctuelles », c’est-à-dire exécutions d’ennemis de l’organisation.

26 Jean-Marie Curutchet, Je veux la tourmente, Paris, Dualpha (réédition), 2004, 390 p. Anonyme, le procès de Jean-Marie Curutchet, Compte-rendu sténographique des débats, Paris, Nouvelles éditions latines, 1965, 356 p.

27 Il précisa : « Coup de pied au jarret, ceinture à la gorge, coup au cœur, coup au poumon droit avec accompagnement sur la personne. Exactement le règlement ». Grièvement blessé lors de son arrestation, il fut transféré au Val de Grâce. Il fut jugé en même temps qu’Albert Dovécar, légionnaire déserteur du 1er REP, et Claude Piegst, tous deux condamnés à mort et fusillés le 7 juin 1962.

28 Le Monde du 7 novembre 1967 offrait des précisions : « C’est replié sur lui-même dans une cantine métallique noire de 90 centimètres de longueur, 50 centimètres de large et 40 centimètres de haut que Claude Tenne a franchi vendredi soir le double portail de la citadelle de Saint-Martin-de-Ré dans une voiture de l’administration pénitentiaire. Jamais, semble-t-il, le détenu activiste ne serait parvenu à faire “ la belle ” si le règlement de la prison avait été observé. De graves négligences ont, en effet, été commises, ainsi que le confirment les sanctions rapidement prises à l’encontre de M. Coly, directeur du centre, d’un gradé et de deux surveillants qui ont été l’objet d’une mesure de suspension en attendant la suite de l’enquête administrative. » Monsieur Coly avait été le premier directeur du Centre National d’Orientation (CNO) de Fresnes à partir de 1950.

29 Claude Tenne a écrit Mais le diable marche avec nous, Paris, La Table ronde, 1968. Il fut plus tard, en 1983, condamné à douze années de réclusion criminelle. Il se suicida d’une balle dans le cœur, le 7 janvier 1996, sur une place de Toulouse.

30 NDLR : Les instruments de musique laissent supposer que le groupe ait pu jouer en particulier du jazz manouche (voir photographie n°6).

31 L’origine de l’expression est ambiguë, attribuée par certains historiens à des indépendantistes algériens dès 1946, reprise par le FLN, puis encore par l’OAS durant les dernières semaines précédant l’indépendance de l’Algérie.

32 Pour en savoir plus, voir l’article de Christian Carlier, « Histoire des prisons et de l’administration pénitentiaire française de l’Ancien Régime à nos jours » dans la revue Criminocorpus.

33 Les condamnés de droit commun étaient obligés de travailler, portaient le droguet, subissaient une discipline de fer. La règle du silence s’estompait progressivement, mais les cigarettes et les boissons alcoolisées n’étaient octroyées qu’à titre de récompense pour bonne conduite. La « Réforme pénitentiaire », initiée par les dirigeants humanistes de la Libération, n’avait concerné qu’une minorité de condamnés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vincent Avellanéda à la batterie
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Les deux bâtiments de la détention cellulaire
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fête de Camerone du 30 avril 1967, jour de fête des légionnaires célébrant la bataille du 30 avril 1863 lors de l’expédition du corps expéditionnaire au Mexique
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Concert donné dans la salle de spectacle
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Armand Belvisi dans son laboratoire de développement de photographies
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Pierre-André Delhomme au violon, aux côtés du guitariste François Leca et de Christian Ortola au saxophone
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie lors d’une répétition ou à l’occasion d’une fête
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Photographie de presse d’un attentat à Oran en 1962
Crédits Collection de Jean-Claude Vimont
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-8.png
Fichier image/png, 685k
Titre Claude Tenne à la trompette
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre André Canal dit « le monocle » à la trompette, aux côtés de Pierre Magade, l’un des conjurés de l’attentat du Petit-Clamart
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Ange Tari dansant le twist aux côtés de Claude Tenne
Crédits Photographie d’Armand Belvisi. Collection Armand Belvisi/Criminocorpus
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/3133/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « « Pieds Noirs Rythmes : un orchestre de détenus OAS dans le “Sing-Sing” français » », Criminocorpus [En ligne], Musique et Justice, Une histoire de (la) musique en prison, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/3133 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.3133

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis), Jean-Claude Vimont était membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page