Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Folie et justice, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Hélène Ménard et Marc Renneville

Texte intégral

  • 1 Giunio Rizzelli , Modelli di "follia" nella cultura dei giuristi romani, Lecce, Grifo, 2014.
  • 2 Fernando Zuccotti, ‘Furor haereticorum’. Studi sul trattamento giuridico e sulla persecuzione delle (...)

L’histoire de la justice ou celle de la folie ne constituent assurément pas en soi des thèmes émergents de l’historiographie. On sait que, dès l’époque romaine, le « furiosus » a été pris en charge du point de vue juridique (cura) ou médical, domaines qui ont été étudiés séparément par les historiens du droit et ceux de la médecine. L'analyse des modèles de folie chez les juristes romains a fait l’objet d’une récente étude de Giunio Rizzelli1 et l’analyse menée par Fernando Zuccotti2 est un bel exemple d’approche globale du lien établi entre prise en compte juridique de la « folie » et l’hétérodoxie (ou « déviance ») religieuse. Pour l’époque médiévale et la Renaissance, les historiens ont utilisé les sources judiciaires pour définir la folie et évaluer sa prise en compte judiciaire dans la société médiévale, avec une attention particulière sur les dynamiques de l’enfermement des « fous » avec les criminels. L’enjeu médico-légal de la « folie » aux époques moderne et contemporaine a été également largement traité, en particulier depuis les années 1970 dans une perspective d’histoire des idées, de sociohistoire des professions, ou d’histoire de l’aliénisme focalisée sur le XIXe siècle.

La question de la détermination des rapports entre folie et justice ouvre de fait un champ de réflexions, de discours et de pratiques à la fois très vaste et très ancienne. Elle renvoie aussi bien à l’appréciation de la responsabilité et de l’éventuel jugement qu’à l’encadrement de la prise en charge des « fous », à la limitation et à la reconnaissance de leurs « droits » et à la construction sociale des représentations de la folie et de la justice. Si ces thématiques ont fait l’objet d’une attention soutenue depuis les années 1970, en suscitant des études critiques sur les institutions et des débats passionnés sur l’interprétation des textes, le dossier ouvert sur Criminocorpus ne vise pas prioritairement à prolonger, alimenter ou reprendre la perspective critique qui présidait à ces travaux, souvent novateurs et heuristiques.

Nous souhaitons ouvrir ce dossier à toutes les périodes de l’histoire en n’impliquant ni ne présupposant aucune interprétation transpériodique. Ce faisant, nous espérons favoriser la réflexion et les études sur des terrains précis en portant l’attention sur les moments de controverses (voire de ruptures) dans l’évolution des savoirs. Lors de l’appel à contribution initial, nous avions suggéré une liste non exhaustive de questions pouvant guider les contributions : comment les savoirs – médicaux, théologiques, juridiques, … – s’articulent-ils dans la diversité de leurs approches ? Quelles sont les oppositions, les convergences, les acculturations repérables ? Comment se construit l’expertise, quelles sont ses critères, ses références ? En quels lieux se construisent et s’exercent ces savoirs et ces pratiques ? Nous suggérions également d’envisager les limites – ou l’absence – de prise en compte de l’expertise dans le traitement judiciaire de la folie, notamment dans les représentations collectives populaires ou fictionnelles.

L’ambition de ce dossier n’est pas d’ouvrir un chantier inédit ou de produire collectivement un nouveau récit. Notre objectif est de porter l’attention sur la construction et l’analyse des savoirs théoriques et des pratiques, mobilisés dans les rapports entre la folie et la justice. Cet espace de publication aura atteint son but s’il permet de donner à voir progressivement de nouvelles recherches et de nouvelles approches favorisant peu à peu la comparaison des objets, des terrains, des périodes et des approches.

Enfin, nous souhaitons rappeler ici aux auteurs potentiels que les dossiers ouverts par Criminocorpus restent ouvert après leur lancement à de nouvelles contributions. N’hésitez donc pas à nous contacter pour enrichir ce dossier.

Haut de page

Notes

1 Giunio Rizzelli , Modelli di "follia" nella cultura dei giuristi romani, Lecce, Grifo, 2014.

2 Fernando Zuccotti, ‘Furor haereticorum’. Studi sul trattamento giuridico e sulla persecuzione delle eterodossia religiosa nella legislazione del tardo impero romano, Milan, A. Giuffrè, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Ménard et Marc Renneville, « Folie et justice, de l’Antiquité à l’époque contemporaine », Criminocorpus [En ligne], Folie et justice de l'Antiquité à l'époque contemporaine, Présentation du dossier, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/3144

Haut de page

Auteurs

Hélène Ménard

Agrégée d’histoire et maître de conférences en Histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier III et membre de l’EA 4424 – CRISES, Hélène Ménard a travaillé sur l’ordre public à Rome et dans les villes de l’Occident romain à l’époque impériale. Elle s’intéresse à la justice, dans le cadre plus général des pouvoirs et de leur perception, des normes et de la régulation sociale. Elle étudie plus particulièrement les sanctions pénales, notamment la damnatio ad bestias ou condamnation des criminels à être livrés aux bêtes (fauves, ours, taureaux…) lors de spectacles, à partir des sources juridiques, littéraires, martyrologiques et iconographiques. Elle est également membre du comité de rédaction d’Histoire Urbaine. Hélène Ménard est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Marc Renneville

Directeur du CLAMOR et de la publication de la plateforme Criminocorpus depuis sa création, Marc Renneville est chercheur au CNRS, membre du centre Koyré. Il mène depuis 2003 des projets de valorisation numérique de l'histoire de la justice, des crimes et des peines. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences du crime et du criminel et le rapport entre les savoirs criminologiques et l'application des peines (XIXe-XXe siècles). Il est notamment l'auteur de Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie (Empêcheurs de penser en rond, 2000) et de Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page