Navigation – Plan du site

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2015, 425 p.
Emmanuelle Berthiaud
Référence(s) :

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2015, 425 p.

Texte intégral

  • 1 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria, « Les objets du poison de l’Antiquité à nos jours », (...)
  • 2 Voir notamment les travaux de Franck Collard, dont Pouvoir et poison. Histoire d’un crime politique (...)
  • 3 L’ouvrage se place directement dans la continuité de l’article de référence d’Anne-Emmanuelle Demar (...)

1Ce livre rassemble vingt-deux communications en français, sous la direction de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Myriam Soria, reconnus pour leurs nombreux travaux sur l’histoire des femmes et de la justice. Il fait d’ailleurs suite à d’autres publications des mêmes auteurs, notamment un article paru en 2011 sur « Les objets du poison de l’Antiquité à nos jours », ainsi qu’un livre sur Le corps empoisonné. Pratiques, savoirs, imaginaires de l’Antiquité à nos jours, paru en 20141. La présente publication s’insère à la croisée de plusieurs champs historiographiques profondément renouvelés depuis une vingtaine d’années, d’un côté l’histoire du poison et de l’empoisonnement2, de l’autre celui des femmes criminelles et de la violence féminine3.

2L’ouvrage, doté d’une introduction et d’une conclusion générales consistantes, est divisé en trois grandes parties, ouvertes chacune par une brève introduction. On y rappelle que si les femmes sont bien moins nombreuses que les hommes à être jugées pour crime, même dans les cas d’empoisonnement, l’empoisonneuse est une figure omniprésente dans la féminité criminelle depuis l’Antiquité. Le parti pris de l’ouvrage est celui d’une étude sur la longue durée pour comprendre pourquoi et comment le poison est considéré comme l’arme typique du féminin et l’empoisonneuse la femme coupable par excellence. Toutes les périodes ne sont cependant pas également représentées, puisque cinq communications concernent l’Antiquité, trois le Moyen Âge, quatre l’Époque moderne et dix les XIXe et XXe siècles. Si la plupart des textes sont centrés sur la France, l’analyse est élargie à plusieurs reprises à d’autres espaces géographiques : l’étude de la figure de l’empoisonneuse dans le monde gréco-latin, dans l’empire byzantin médiéval, dans l’Italie des XVIe et XVIIe siècles ou dans l’Angleterre victorienne permettent ainsi d’éclairantes comparaisons. La démarche de l’ouvrage se veut également pluridisciplinaire, même si la majorité des communications sont le fait d’historiens. Les sources mobilisées sont variées : sources judiciaires, médicales, chroniques, journaux ainsi que la littérature car l’empoisonneuse est un motif littéraire récurrent. L’intérêt de confronter ces différentes sources est de montrer la porosité des discours et leurs influences réciproques.

3Le livre s’ordonne en trois parties thématiques – « Mises en scène », « Célèbres et ordinaires », « Enjeux et controverses » – dont les contours ne sont pas clairement délimités, le classement de certaines communications dans l’une ou l’autre partie s’avérant parfois discutable. Le refus d’un déroulement chronologique tend également à brouiller la perception des évolutions et conduit parfois à des redites. Dans chaque partie, les articles de synthèse, ou confrontant plusieurs cas, alternent avec des approches plus classiquement biographiques, parfois redondantes. Malgré la variété des profils de femmes accusées d’empoisonnement, les empoisonneuses célèbres constituent des figures de référence dans l’imaginaire collectif. Elles tendent à faire écran aux cas plus banals et rendent difficile la distinction entre la réalité des comportements et les représentations.

4Il est impossible de résumer ici la totalité des textes rassemblés dans l’ouvrage, mais leur lecture s’avère dans l’ensemble très stimulante et permet d’enrichir la réflexion sur le genre de l’empoisonnement. Le poison est en effet traditionnellement associé à la nature féminine et aux défauts du sexe faible, notamment le goût du secret, la malice et la perfidie. L’empoisonnement n’est pas considéré comme un crime noble car il ne nécessiterait ni intelligence, ni courage, ni force physique. Crime de l’espace privé et du cadre familial, il est également associé aux rôles sociaux féminins traditionnels. De par leurs fonctions culinaires quotidiennes, leur accès privilégié au jardin ou à la pharmacie, les femmes peuvent en effet facilement trouver du poison et l’administrer. Au travers de cet ouvrage, l’empoisonneuse apparaît comme le versant menaçant d’une féminité qui inquiète et fascine.

5Dès l’Antiquité se fixent nombre de stéréotypes qui caractérisent pour longtemps les femmes criminelles et qu’incarnent Circé, Médée ou Agrippine : magiciennes et vénéneuses, elles useraient volontiers des sortilèges et du poison pour assouvir leurs passions et leur soif de vengeance. L’Église et la société chrétienne médiévale réaménagent la figure de la femme-poison antique, leur permettant de stigmatiser le rôle politique que tentent de jouer certaines femmes, notamment les reines ou les impératrices. La litanie contre l’empoisonneuse, qui se perpétue au cours de l’Époque moderne, montre le réinvestissement perpétuel des stéréotypes. Tour à tour sorcière, séductrice et débauchée, ou femme rebelle contestant la tutelle masculine, l’empoisonneuse incarne les craintes du moment et constitue une figure repoussoir qui permet de réaffirmer les normes du temps. L’article de Gwénaël Murphy révèle qu’aux XVIIIe et XIXe siècles, dans des procès pour séparation de corps, certains époux violents cherchent à orienter la justice à leur profit en accusant leur femme d’empoisonnement, révélant la force des topos traditionnels sur les femmes criminelles. Au XIXe siècle, le développement de la statistique pénale, la place croissante des analyses toxicologiques et des experts ne détruisent pas les clichés sur l’empoisonneuse. La science sert au contraire souvent de caution pour valider les vérités sur l’« éternel féminin », comme le démontre brillamment l’article d’Anne-Emmanuelle Demartini. En confrontant de manière éclairante la figure de l’empoisonneuse à celle de l’empoisonneur, cette dernière contribue – comme Karine Salomé dans son texte sur les vitrioleuses entre 1870 et 1930 – à révéler la pérennité des stéréotypes anciens mais aussi les évolutions dans le genre du crime à partir de la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria, « Les objets du poison de l’Antiquité à nos jours », Sociétés et Représentations, 32, 2011, p. 219-240.

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Le corps empoisonné. Pratiques, savoirs, imaginaires de l’Antiquité à nos jours, Paris, Classiques Garnier, 2014.

2 Voir notamment les travaux de Franck Collard, dont Pouvoir et poison. Histoire d’un crime politique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Seuil, 2010.

3 L’ouvrage se place directement dans la continuité de l’article de référence d’Anne-Emmanuelle Demartini, « La figure de l’empoisonneuse de Marie Lafarge à Violette Nozière », in Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel, Myriam Tsikounas (dir.), Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, pp. 27-39

Pour la bibliographie sur le sujet, voir la mise au de Coline Cardi et Geneviève Pruvost, « La violence des femmes : un champ de recherche en plein essor », Champ pénal/Penal field, Vol. VIII, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Berthiaud, « Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours », Criminocorpus [En ligne], 2016, mis en ligne le 19 février 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3165

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Berthiaud

Agrégée, docteure en histoire moderne et contemporaine, chercheuse associée au CHSSC (Université de Picardie, Amiens).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page